Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain"

Transcription

1 Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques Guide de terrain

2 Introduction La réalisation d un diagnostic approfondi est indispensable pour proposer des solutions spécifiques et adaptées à une problématique. L objectif poursuivi ici est de comprendre le parcours de l eau dans les parcelles agricoles et le bassin versant afin de déterminer le niveau de risque de transfert des produits phytopharmaceutiques (PPP) par ruissellement et érosion vers les eaux de surface. Le diagnostic débute au niveau du bassin versant par la collecte de toutes les données disponibles (cartes, données climatiques, informations sur les pratiques agricoles, ). Le diagnostic au champ est ensuite nécessaire pour vérifier les données disponibles et procéder à une évaluation appropriée. La meilleure période pour réaliser ce diagnostic de terrain est l hiver ou le début du printemps. La méthode présentée dans ce guide se base sur l utilisation d arbres de décision et nécessite donc de caractériser la parcelle diagnostiquée selon plusieurs critères. Pour ce faire, vous trouverez dans ce guide une série de fiches techniques qui vous permettront de définir la texture du sol, de déterminer si une semelle de labour est présente ou si un phénomène de battance est observé, de vérifier si le sol comporte des traces d hydromorphie ou encore de déterminer la capacité de rétention en eau du sol. Cette caractérisation de la parcelle peut être réalisée préalablement avec l aide de la checklist reprise en page 2 ou être réalisée au fur et à mesure que l on avance dans un arbre de décision. Les arbres de décision permettent de définir une classe de risque pour la parcelle diagnostiquée. Pour chaque classe de risque, ce guide propose alors les mesures de réduction qui y sont associées. La première chose à faire pour pouvoir utiliser les arbres de décision est de définir si le terrain est adjacent ou non à un cours d eau. Si la parcelle est adjacente à un cours d eau, il vous faudra utiliser les arbres de décisions suivants : - un arbre de décision relatif au ruissellement par refus d infiltration et ; - un arbre de décision relatif au ruissellement par saturation en eau du sol. Il est recommandé de toujours utiliser conjointement ces deux arbres de décision sur le terrain, étant donné que les deux types de ruissellement peuvent en principe être observés conjointement. Le ruissellement par refus d infiltration se produit généralement lorsque des pluies intenses ont lieu au printemps et au début de l été alors que le couvert végétal est souvent encore clairsemé. Le ruissellement par saturation du sol est principalement observé après de longues périodes de pluie et lorsque l évapotranspiration est limitée, généralement durant l hiver. Dans ce cas, les sols finissent par être saturés en eau, ce qui en Europe se produit principalement depuis la fin de l automne jusqu au début du printemps. En présence de rigoles ou de ravines, un troisième arbre de décision devra être utilisé : - un arbre de décision relatif aux écoulements concentrés. Sur base de ces arbres de décisions, Les parcelles peuvent être classées en quatre catégories de risque : très faible / négligeable (vert), faible (jaune), modéré (orange) et élevé (rouge). Ce guide ne décrit que très brièvement les mesures de réduction du ruissellement et de l érosion proposées pour chaque catégorie de risque. Pour plus d'informations, se référer à la brochure: " Bonnes pratiques agricoles pour réduire la pollution des eaux par les produits phytosanitaires par ruissellement et érosion. " Cette méthode de diagnostic est basée sur les travaux effectués en France par ARVALIS - Institut du végétal et par l IRSTEA. Elle a été adaptée aux conditions des différents pays partenaires du projet TOPPS prowadis. 1

3 Checklist 1 Parcelle éloignée d un cours d eau Oui 2 Transfert des eaux de ruissellement vers l aval de la parcelle Impossible Oui mais ne rejoint pas un cours d eau 3 Ruissellement concentré visible Oui Oui, rejoint un cours d eau Si le terrain est adjacent à un cours d eau ou s il y a transfert des eaux de ruissellement vers l aval de la parcelle, continuez. 4 Texture du sol A déterminer sur base de la carte des sols et/ ou sur le terrain (Voir pages 6-7) Profondeur Texture 5 Perméabilité de la surface du sol A évaluer sur le terrain (Voir page 8) Faible Moyen Elevé 6 Pente A déterminer à l aide d une carte topographique Faible (<2%) 7 Caractéristiques du terrain Bas de pente, pas de drainage 8 Perméabilité du sol Semelle de labour, argile ou autre couche empêchant l infiltration de l eau dans le sol (Voir page 9) 9 Hydromorphie Vérifier la présence de traces de couleur verte/grise, de dépôts de fer/de manganèse avec des couleurs brun-rougeâtre / noire ou d une couche de sol moins perméable à l aide d une sonde (Voir page 10) 10 Capacité de rétention en eau du sol A évaluer sur base de la texture du sol et à l aide du tableau repris en page 11. Si du ruissellement concentré est visible, continuez. Moyen (2-5%) En amont, pente continue, pas de drainage Semelle de labour ou autre Oui <120mm Elevé (>5%) Présence d un réseau de drainage Semelle de labour et autre >120mm 11 Le ruissellement se concentre dans: les passages de roues 12 Ruissellement modérément concentré en *Thalweg= ligne qui rejoint les points les plus bas d'une vallée un angle du champ Rigole 13 Ruissellement fortement concentré? Pas de ravines dans le thalweg 14 Capacité d infiltration du sol de la zone tampon Faible une zone d accès au champ Thalweg* Ravines dans le thalweg Elevé 2

4 Distance au cours d eau La parcelle est éloignée d un cours d eau Distance au cours d eau Oui Transfert des eaux de ruissellement vers l aval de la parcelle Oui Les eaux de ruissellement atteignent un cours d eau Oui Utilisez les arbres de décision 1 et 2 Classe de risque T3 T2 T1 Arbre de décision N 1 : Risque de ruissellement par refus d infiltration Distance au cours d eau Perméabilité de la surface du sol Pente Classe de risque Parcelle adjacente à un cours d eau Faible Moyenne Elevée Forte (> 5%) Moyenne (2-5 %) Faible (< 2%) Forte (> 5%) Moyenne (2-5 %) Faible (< 2%) Forte (> 5%) Moyenne (2-5 %) Faible (< 2%) I7 I6 I5 I4 I3 I2 I3 I2 I1 3

5 Arbre de décision N 2 : Risque de ruissellement par saturation Distance au cours d eau Drainage Position topographique Perméabilité du sous-sol Capacité de rétention en eau (CRE) Classe de risque Semelle de labour et rupture de perméabilité Toutes les CRE S4 Pas de réseau de drainage Bas de pente (concave) / Fond de vallée Semelle de labour ou rupture de perméabilité Pas de semelle de labour et rupture de perméabilité Semelle de labour et rupture de perméabilité < 120 mm S4 >120 mm S3 < 120 mm S3 >120 mm S2 Toutes les CRE S4 Parcelle adjacente à un cours d eau En amont / Pente continue Semelle de labour ou rupture de perméabilité Pas de semelle de labour et rupture de perméabilité < 120 mm S3 >120 mm S2 < 120 mm S2 >120 mm S1 Semelle de labour et rupture de perméabilité Toutes les CRE SD3 Présence d un réseau de drainage Toutes positions Semelle de labour ou rupture de perméabilité Pas de semelle de labour et rupture de perméabilité < 120 mm SD3 >120 mm SD2 < 120 mm SD2 >120 mm SD1 4

6 Si présence d écoulement concentré : Le ruissellement n est pas produit dans la parcelle diagnostiquée Diagnostic de ruissellement concentré et d érosion Le ruissellement provient d une zone située en amont dans le bassin versant Le ruissellement se concentre dans les passages des roues Le ruissellement se concentre dans un angle du champ Le ruissellement se concentre dans une zone d accès au champ Classe de risque C1 C2 C3 C4 Le ruissellement est produit dans la parcelle diagnostiquée Le ruissellement est modérément concentré en rigoles Le ruissellement est modérément concentré en thalweg Absence de sol hydromorphe Absence de sol hydromorphe Sol hydromorphe Sol hydromorphe C5 C6 C7 C8 Ruissellement fortement concentré Ravines dans le thalweg Pas de ravine dans le thalweg Forte capacité d infiltration du sol de la zone tampon Faible capacité d infiltration du sol de la zone tampon C9 C10 C11 5

7 Détermination de la texture du sol Placez un peu de terre dans la paume de votre main. Ajoutez-y un peu d'eau et pétrissez la terre. Le sol ne doit pas être trop humide ni trop sec. Oui Parvenez-vous à former une boule avec la terre? Le sol est-il trop sec ou trop humide? Sable Oui A l aide de votre pouce et de votre index, aplatissez la boule de terre en l étirant (voir figure ci-contre) de manière à former un ruban. Parvenez-vous à former un ruban? Sable limoneux Oui Le ruban se romptil avant d atteindre 2.5 cm? Le ruban se romptil avant d atteindre 5 cm? Le ruban atteint-il + de 5 cm avant de se rompre? Oui Oui Oui Prenez un petit morceau de terre en main, mouillez le bien et étalez-le dans votre paume avec un doigt. Comment qualifieriez-vous la texture? Granuleuse comme du sucre Limon sableux Argile sableuse Argile légère Très douce Limon sableux lourd Argile Argile lourde Les 2 à la fois Limon Argile Argile lourde sableuse 6

8 Triangle des textures belge 7

9 Perméabilité de la surface du sol 1. Déterminer la texture (p6-7) de la couche superficielle du sol 2. Observer s il y a de la battance Exemples de sols battants (phénomène de battance): couches Perméabilité faible Battance ou Sols argileux et limoneux (>30% argile, < 30% sable) ou Argile gonflante (> 25% klei) Perméabilité élevée Pas de battance et Sols sableux et limono-sableux (< 20% argile, > 65% sable) ou Sols limoneux (sable + limon > 65%), nombreux agrégats et taux de matière organique > 3% Perméabilité moyenne Pas de battance et Textures autres que celles énumérées ci-avant 8

10 Perméabilité du sol 1. Déterminer la texture du sol 2. Déterminer si une semelle de labour est présente La présence d une couche compactée dans le sol (semelle de labour) peut être facilement détectée en y enfonçant une tige métallique. Le fait de rencontrer une résistance à la pénétration, à une certaine profondeur, en plusieurs points, indique la présence d une semelle de labour. Lorsque des mesures précises de la résistance à la pénétration d un sol doivent être réalisées, un pénétromètre sera utilisé. La résistance du sol augmente lorsque le sol s assèche, par conséquent, il est préférable de déterminer la compaction d un sol lorsque celui-ci est assez humide (capacité au champ). Sonde métallique Pénétromètre Source: Bodemverdichting in de landbouw vermijden en herstellen, Prosensols,

11 Hydrmorphie Un sol hydromorphe est un sol qui montre des marques d une saturation en eau périodique généralement causée par des fluctuations de niveau d une nappe phréatique ou par la présence de couches de sol peu perméables (argile, marne, couche de sol compactée) qui ralentissent l infiltration de l eau. Indicateurs: Taches d oxydation de couleur rouille dominante, avec parfois des dépôts de fer et de manganèse (petits points noirs): Stockage d eau temporaire de plusieurs semaines à plusieurs mois par an. (Présence d une nappe qui remonte périodiquement) Présence de taches bleu gris à vertes qui correspondent au fer à l état réduit : Présence d eau permanente ou quasi permanente 10

12 Capacité de rétention en eau du sol (CRE) 1. Déterminer la texture du sol sur une profondeur de 1 mètre. 2. Calculer la capacité de rétention en eau du sol (CRE) au moyen du tableau repris ci-dessous. Texture de sol Belgique Code CRE (mm d eau par cm de sol) 1 Sable Z Sable argileux S Sable limoneux Limon sableux léger P Limon sableux L Limon sableux lourd Limon très léger A Limon léger Limon lourd Argile limoneuse E Argile légère Argile Argile sableuse Argile lourde U Argile très lourde Argile lourde sableuse 1.70 Exemple: Couche 1 Couche 2 Texture de sol Limon sableux Argile légère Profondeur (Epaisseur) 50 cm 50 cm CRE (mm/cm) CRE totale sur 1 mètre de profondeur = (1,35 mm/cm x 50 cm) + (1,70 mm/cm x 50) = 152,5 mm Si CRE > 120 mm Risque de ruissellement de produits phytopharmaceutiques négligeable 11

13 1. Parcelle éloignée d un cours d eau Mesures de réduction T1 T2 T3 Maintenir sur la parcelle les bonnes pratiques agricoles susceptibles de réduire au maximum le ruissellement et l'érosion. Maintenir les bonnes pratiques agricoles sur la parcelle afin de réduire au maximum le ruissellement et l érosion. Si le ruissellement est important, le gérer à la source (au sein de la parcelle) pour éviter le transfert de ruissellement vers la parcelle située en aval. Si le transfert du ruissellement vers la parcelle située en aval n est pas acceptable, agir comme si la parcelle était adjacente au cours d eau dans le logigramme. Réduire le ruissellement à la source à l aide de mesures intra-parcellaires et/ou de zones tampons en bordure de parcelle OU favoriser l infiltration de l eau dans la parcelle située en aval en mettant en œuvre des zones tampons, des structures de rétention/infiltration), en concertation avec les agriculteurs du bassin versant. Si le ruissellement est important, le réduire à la source pour en éviter le transfert vers la parcelle située en aval. Sol gelé : créer des zones tampons (haies, terrains boisés) et/ou des zones humides en travers de la pente ou le long des cours d eau 2. Parcelle adjacente à un cours d eau I1/S(D)1 I2/S(D)2 I3/I5/S(D)3 I4/I6/I7/S(D)4 Maintenir les bonnes pratiques agricoles sur la parcelle afin de réduire au maximum le ruissellement et l'érosion. Réduire le ruissellement à la source à l aide de mesures intra-parcellaires adaptées. Si ce n est pas possible, envisager de créer des zones tampons (en bordure de parcelle ou intra-parcellaires). Réduire le ruissellement à la source en mettant en œuvre toutes les solutions intra-parcellaires adaptées. Recourir à des zones tampons (intra-parcellaires ou en bordure de parcelle) ou à des mesures paysagères adaptées (zones tampons dans les thalwegs, structures de rétention), en particulier dans les parcelles en cultures de printemps, ou lorsque les solutions intra-parcellaires ne sont pas possibles. Réduire au maximum les risques de ruissellement et d érosion en combinant toutes les mesures adaptées, dans la parcelle (zones tampon, solutions paysagères, structures de rétention) et en bordure de parcelle (zones tampon), pour obtenir une efficacité maximale. 12

14 Catégories de mesures Mesures d atténuation des risques très faibles Solutions proposées pour un risque faible Solutions proposées pour un risque moyen Solutions proposées pour un risque élevé Gestion du sol Eviter le compactage du sol en surface (battance) : écrouter Eviter le compactage en profondeur : sous-soler Lit de semence grossier Augmenter le taux de MO du sol Gérer les traces de roues Travailler selon les courbes de niveau Réduire l intensité du travail du sol Réduire le travail du sol (non labour) Pratiques culturales Rotations culturales longues (cultures d hiver/cultures de printemps) Implanter des cultures intermédiaires (couverture du sol) Maintenir les résidus végétaux du précédent Semer des cultures intermédiaires efficaces Agrandir les tournières Procéder au double semis dans les zones les plus exposées au risque Pratiquer la culture en bandes Zones tampons végétalisées Aménager les zones d accès aux parcelles Utiliser des zones tampons rivulaires Utiliser des zones tampons en bordure de parcelle Réduire la longueur de la parcelle au moyen d une zone tampon intra-parcellaire Créer une zone tampon dans le talweg Établir des zones tampons sous forme de haies/terrains boisés Structures de rétention Construire des fascines Mettre en place un fossé végétalisé de rétention / infiltration Aménager des zones humides artificielles/des bassins de rétention Utilisation adaptées des PPP Adapter le produit et sa dose d application Irrigation optimisée Optimiser les tours d eau et les quantités d eau apportées 13

15 3. Ruissellement par écoulement concentré C1 C2 C3 C4 C5 C6 C7 C8 C9 C10 C11 Tenter de prévenir et réduire le ruissellement concentré à la source en amont dans le bassin versant. Réaliser un audit du risque de ruissellement dans la parcelle où le ruissellement trouve son origine. Mettre en place des zones tampons et des structures de rétention pour intercepter tout ruissellement éventuel concentré en aval. Aménager les passages de roue perpendiculairement au sens de la pente. Pratiquer le double semis dans les tournières. Agrandir les tournières. En sol non hydromorphe : créer des zones tampons végétalisées à l angle du champ. En sol hydromorphe : mettre en place des digues en bordure de parcelle et construire des bassins de rétention. Réduire le compactage du sol et mettre en place des zones tampons dans les zones d accès au champ pour améliorer la capacité d infiltration du sol. Mettre en place une zone tampon en bordure de parcelle ou, implanter des structures de rétention (fascines, haies/bocages), réduire la taille de la parcelle à l aide d une zone tampon intra-parcellaire. Aménager une zone tampon en bordure de parcelle (prairie humide) et/ou une zone humide de grande dimension. Réduire la taille de la parcelle au moyen d une zone tampon intra-parcellaire. Pratiquer le double semis, créer ou agrandir une zone tampon végétalisée dans le thalweg (en bas du champ), ou un fossé végétalisé. Construire des structures de rétention (bassin de rétention et zone humide). Réduire la longueur de la pente en amont, à l endroit où le ruissellement concentré trouve sa source, en pratiquant une culture en bandes et en créant une zone tampon intra-parcellaire. Augmenter la capacité d infiltration du sol grâce à la réduction du travail du sol (voire le non labour) et ralentir l écoulement de l eau. Mettre en place dans le talweg des zones tampons, des structures de rétention et des prairies humides Combler les rigoles, créer ou agrandir des zones tampons végétalisées déjà installées, pratiquer le double semis, construire des structures de rétention telles que des fascines et des zones tampons à base de haies. Réduire la longueur de la parcelle au moyen de zones tampons intra-parcellaires. Procéder à un diagnostic des parcelles en amont et y appliquer le cas échéant les mêmes solutions. Revoir les pratiques culturales et envisager une autre utilisation des parcelles à problèmes. Combler les ravines, créer ou agrandir des zones tampons dans le thalweg, mettre en place des fossés végétalisés ou des bassins de rétention et d infiltration. Réduire la longueur du champ au moyen de zones tampons intra-parcellaires. Procéder à un diagnostic des zones en d amont où pourront être mises en œuvre les solutions proposées. Combler les ravines, créer ou agrandir la zone tampon dans le thalweg (prairies humides), aménager une zone humide ou un bassin de rétention. Implanter des fascines pour disperser l eau et ralentir son écoulement. 14

16 Notes 15

RUISSELLEMENT/ÉROSION. Bonnes pratiques agricoles pour réduire la pollution des eaux par les produits phytosanitaires. par ruissellement et érosion

RUISSELLEMENT/ÉROSION. Bonnes pratiques agricoles pour réduire la pollution des eaux par les produits phytosanitaires. par ruissellement et érosion RUISSELLEMENT/ÉROSION Bonnes pratiques agricoles pour réduire la pollution des eaux par les produits phytosanitaires par ruissellement et érosion GARDONS NOTRE EAU PROPRE TOPPS prowadis vise à réduire

Plus en détail

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Victor Savoie, ingénieur agricole MAPAQ, Centre-du-Québec, Nicolet Photo : Véronique Gagnon, Club agroenvironnement Bois-Francs Le drainage agricole

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES Avant-propos: Le sol est un milieu vivant et fragile en constante évolution. On pourra l améliorer ou le détruire en fonction des actions que l on effectuera sur

Plus en détail

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX Communauté urbaine de Bordeaux APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX CAHIER DES CHARGES DES RECONNAISSANCES ET ETUDES DE SOL A REALISER SEPIA CONSEILS - 53, rue

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

L infiltration. Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin

L infiltration. Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin Valérie Borrell Estupina FLST403 - Montpellier 2011 L infiltration Définitions Equations de base Facteurs influençant l infiltration et Profils hydriques Ex de Modélisation à l échelle du bassin 1 Définitions

Plus en détail

AMÉLIORER LE RÉSEAU HYDRAULIQUE, LE NIVELLEMENT ET LE DRAINAGE SOUTERRAIN D UN CHAMP : DES SOLUTIONS AU MAUVAIS RENDEMENT

AMÉLIORER LE RÉSEAU HYDRAULIQUE, LE NIVELLEMENT ET LE DRAINAGE SOUTERRAIN D UN CHAMP : DES SOLUTIONS AU MAUVAIS RENDEMENT Photos : Véronique Gagnon, ing. junior. Club agro. Bois-Francs AMÉLIORER LE RÉSEAU HYDRAULIQUE, LE NIVELLEMENT ET LE DRAINAGE SOUTERRAIN D UN CHAMP : DES SOLUTIONS AU MAUVAIS RENDEMENT Par : Victor Savoie,

Plus en détail

EAUX PLUVIALES. sable

EAUX PLUVIALES. sable 1.Généralités EAUX PLUVIALES Des dispositifs doivent reprendre les eaux de ruissellement pour éviter la submersion des voies; la formation du ruissellement est due en milieu urbain à l'imperméabilisation

Plus en détail

Fiche de renseignement

Fiche de renseignement Demande d autorisation d assainissement individuel Fiche de renseignement REÇU EN MAIRIE Dossier N Cette fiche doit être remise au service Urbanisme de votre commune, dûment complétée et accompagnée des

Plus en détail

Sondes capacitives : l efficience de l irrigation passe avant tout par une optimisation de l état structural des sols

Sondes capacitives : l efficience de l irrigation passe avant tout par une optimisation de l état structural des sols Sondes capacitives : l efficience de l irrigation passe avant tout par une optimisation de l état structural des sols Éric FAURE / Sébastien CLAVÉ Chambre d Agriculture de Vendée Le réseau de sondes implanté

Plus en détail

Comment maintenir l approvisionnement bois des industries en dépit de conditions météorologiques défavorables sur de longues périodes?

Comment maintenir l approvisionnement bois des industries en dépit de conditions météorologiques défavorables sur de longues périodes? Commission Professionnelle Approvisionnement Ateliers thématiques 24/06/2014 Comment maintenir l approvisionnement bois des industries en dépit de conditions météorologiques défavorables sur de longues

Plus en détail

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

Les zones tampon au sein des bassins versants.

Les zones tampon au sein des bassins versants. Les zones tampon au sein des bassins versants. Diversité, complémentarité et intégration optimale Guy LE HÉNAFF Pour l équipe Pollutions Diffuses IRSTEA de Lyon-Villeurbanne Co-animateur du GT Zones tampons

Plus en détail

> Reconquête de la qualité de l eau destinée à l eau potable. > Préservation des captages pour prévenir leur dégradation

> Reconquête de la qualité de l eau destinée à l eau potable. > Préservation des captages pour prévenir leur dégradation Directive Cadre Eau 2000/60/CE Objectifs : > Reconquête de la qualité de l eau destinée à l eau potable Réduction du degré de traitement des eaux brutes pour la production d eau potable > Préservation

Plus en détail

Aménagements sur le bassin versant. JF Ouvry

Aménagements sur le bassin versant. JF Ouvry Aménagements sur le bassin versant. JF Ouvry GREENOTEC 6-01-2015 Partage d expériences Exemple du Pays de Caux : Aménagement de zones tampons en bordure des champs et sur le chemin de l eau. Niveau d actions

Plus en détail

Géomembranes Préparation du support

Géomembranes Préparation du support Géomembranes Préparation du support Édition septembre 2005 Éléments de conception 2/3 Sommaire 1. Pente des talus 3 2. Compactage 3 3. Structure support 3 4. Drainage 4 5. Lestage 7 2 Guide de pose géomembranes

Plus en détail

3 De la pluie aux inondations Le rôle des roches

3 De la pluie aux inondations Le rôle des roches 3 De la pluie aux inondations Le rôle des roches Cette fiche permet à l élèves de développer plusieurs connaissances et compétences du socle commun au palier 3. Parmi celles-ci, les principales sont :

Plus en détail

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Pierre MORTREUX Chambre d Agriculture du Nord Pas de Calais PROSENSOLS.EU Chantiers d arrachage de Objectifs? Contexte Sol de limon argileux sur craie

Plus en détail

Respect des zones tampon en Wallonie

Respect des zones tampon en Wallonie Respect des zones tampon en Wallonie BONNES PRATIQUES Règles pour les produits phytopharmaceutiques à usage professionnel en agriculture et en horticulture Environnement L utilisation ou la manipulation

Plus en détail

Implanter du maïs sans labourer

Implanter du maïs sans labourer Journées techniques sans labour 10 et 11 juin 2009 à Fruges et Thiant Implanter du maïs sans labourer clés de la réussite : levée, enracinement résultats d essais, approche économique Projet cofinancé

Plus en détail

Service public d assainissement Non collectif

Service public d assainissement Non collectif Service public d assainissement Non collectif Création de l installation : Adresse : Commune : Propriétaire : L assainissement non collectif (ou individuel ou autonome) est un dispositif qui doit assurer

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Page 1/5 GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF L assainissement non collectif est une technique d épuration des eaux usées domestiques simple, durable et efficace, à condition de respecter

Plus en détail

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif 36, Grande Rue- 71340 IGUERANDE Mobile : 06.43.28.22.30. Tél. : 03.85.25.94.20. Commune de : Date de réception du dossier en mairie : Dossier transmis au SPANC

Plus en détail

1. Les puits d'infiltration :

1. Les puits d'infiltration : 1. Les puits d'infiltration : Ces dispositifs assurent le transit des eaux de ruissellement vers les couches perméables du sol. Ils sont utilisés essentiellement pour recevoir les eaux de toitures. Le

Plus en détail

Etude de valorisation paysagère et touristique des bassins versants de la Chalaronne

Etude de valorisation paysagère et touristique des bassins versants de la Chalaronne PRESERVATION DU BON USAGE DES BANDES ENHERBEES ETAT DES LIEUX La reforme de la Politique Agricole Commune prévoit la mise en place de couvert environnemental notamment sous la forme de bandes enherbées

Plus en détail

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT Frank SOUCIET Responsable Pôle GEMAPI 03 décembre 2015 Mission Inter-Services de l Eau en Vaucluse Préambule Principes généraux Champ d application

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND. Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56. Notice Technique

SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND. Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56. Notice Technique SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux Epandage en pente: Cette filière a été élaborée par

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D INSTALLATION IMPORTANT!: Les renseignements demandés dans ce document permettront au Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) de donner un avis technique

Plus en détail

5. Infiltration et écoulements

5. Infiltration et écoulements 5. Infiltration et écoulements 5.1. Définitions et paramètres descriptifs de l infiltration 5.2. Facteurs influençant l infiltration 5.3. Variation du taux d infiltration au cours d une averse 5.4. Modélisation

Plus en détail

PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES

PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES Mise à jour le 9 mai 2011 (règl. (2008)-106-3) Mise à jour le 6 août 2012 (page de présentation) PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES Votre projet se situe dans une partie de notre

Plus en détail

Les plantes et l'eau - IV. L'agronomie de l'eau

Les plantes et l'eau - IV. L'agronomie de l'eau 1 Venons en maintenant à ce qui se passe, d un point de vue hydrique, à l échelle de la parcelle avant d aborder l échelle du bassin versant. L eau de pluie (complétée éventuellement par l eau d irrigation)

Plus en détail

Bordures de champs. Définition

Bordures de champs. Définition Territ'Eau - Agro-Transfert Bretagne - version du 09/11/2009 Bordures de champs CréditsphotosCA56 Définition C. Grimaldi, J. Baudry et C. Gascuel 1- Définitiond'une"borduredechamp" Touteslesparcellessontentouréesdeborduresdechampquitraduisentleslimitesdemiseencultureetde

Plus en détail

Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie

Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie Patrick Haubrechts haubrechtsp@bluewin.ch L écologie n est ni une doctrine, ni une idéologie, c est une pratique. Page 1 de 15. recupeau.doc Modifié 16.11.2006

Plus en détail

Commune : Déposé en Mairie le :

Commune : Déposé en Mairie le : Syndicat Intercommunal de la Vallée d Abondance Lieu dit les Granges 74360 Abondance Tel : 04 50 73 57 31 Email : spanc.abondance@orange.fr Commune : Déposé en Mairie le : Transmis au SPANC le : Dossier

Plus en détail

Polypipe. Solutions Eaux Pluviales. Polystorm

Polypipe. Solutions Eaux Pluviales. Polystorm Polypipe Solutions Eaux Pluviales BC-POLY Octobre 2015 Polystorm Structure alvéolaire ultra légère inspectable et hydrocurable pour la rétention et l infiltration des Eaux Pluviales Polystorm Polystorm

Plus en détail

COMMENT CHOISIR UNE FILIÈRE?

COMMENT CHOISIR UNE FILIÈRE? COMMENT CHOISIR UNE FILIÈRE? Plusieurs paramètres sont à considérer avant de choisir et dimensionner le dispositif d assainissement : L aptitude du sol : perméabilité, hauteur et nature de la couche rocheuse,

Plus en détail

Propriétés physiques des sols

Propriétés physiques des sols Propriétés physiques des sols Propriétés physiques des sols Liées à 2 notions fondamentales : la texture et la structure Comportements de l air et de l eau du sol en dépendent 1) Texture 2 définitions

Plus en détail

Création de lotissements à usage d habitation

Création de lotissements à usage d habitation Création de lotissements à usage d habitation Constitution des dossiers de déclaration au titre des articles L 214.1 à L 214.3 du code de l'environnement (anciennement loi sur l eau) A compter du 01/10/2006

Plus en détail

Dossier Technique de l Assainissement Non Collectif

Dossier Technique de l Assainissement Non Collectif Dossier Technique de l Assainissement Non Collectif Quelques conseils simples pour bien choisir, implanter et dimensionner votre installation L objectif est de mettre en place une installation permettant

Plus en détail

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif DÉPARTEMENT DE LA DORDOGNE Date de dépôt du dossier : Cadres réservés au S.P.A.N.C. DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON

Plus en détail

Les bandes tampons et la protection des cours d eau en milieu agricole

Les bandes tampons et la protection des cours d eau en milieu agricole Les bandes tampons et la protection des cours d eau en milieu agricole Présentation dans le cadre du colloque du centre de la science et de la biodiversité du Québec 1 er mai 2014 Isabelle Breune, agr.

Plus en détail

Demande d installation d assainissement non collectif FO 1

Demande d installation d assainissement non collectif FO 1 6 Impasse de la Fontaine 08260 MAUBERT-FONTAINE Tél. : 03.24.26.13.31 - Fax : 03.24.32.50.22 E mail : ardennes.thierache@orange.fr Président : Miguel LEROY Informations générales Date du contrôle Date

Plus en détail

5ème rencontre internationale de l AFCAS

5ème rencontre internationale de l AFCAS 5ème rencontre internationale de l AFCAS Ile de Réunion du 09 au 15 septembre 2012 B. Meka 16/05/12 www.cs12.re 1 16/05/12 www.cs12.re 2 Versants plus ou moins réguliers 22 000 ha cultivés Forme en croupe

Plus en détail

Prescriptions de Mise en Oeuvre

Prescriptions de Mise en Oeuvre PMEO module de stockage d'eau pluviale ble ôla ntr Co le ab pil Em M Bassins de rétention le lab u od / d'infiltration - Puits perdus - Réserves incendie Prescriptions de Mise en Oeuvre Fabriqué en France

Plus en détail

F RMA M TION C O C NTINUE E

F RMA M TION C O C NTINUE E AGROCAMPUS-OUEST OUEST centre d Angers Institut National d Horticulture et de Paysage Département de Génie Agronomique FORMATION CONTINUE 2014 Identification et délimitation des zones humides par caractérisation

Plus en détail

Les zones humides. de la Montagne Noire audoise

Les zones humides. de la Montagne Noire audoise Les zones humides de la Montagne Noire audoise DÉCEMBRE 2013 Les zones humides, que l on appelle sagnes dans nos montagnes, font l objet depuis les années 90 en France de différentes politiques publiques

Plus en détail

GÉNÉRALITÉS. Adresse : Téléphone : Adresse : Téléphone :

GÉNÉRALITÉS. Adresse : Téléphone : Adresse : Téléphone : SPANC Tel : 03 80 24 58 79 Fax : 03 80 22 72 84 audrey.gaillard@beaune-cote-et-sud.fr Communauté d agglomération BEAUNE CHAGNY NOLAY Service Assainissement 14 rue P. Trinquet 21200 BEAUNE DEMANDE D AUTORISATION

Plus en détail

Examen préalable de la conception d une installation d assainissement non collectif (Document technique 1)

Examen préalable de la conception d une installation d assainissement non collectif (Document technique 1) Examen préalable de la conception d une installation d assainissement non collectif (Document technique 1) COMMUNE de : VILLAGE de : Date d instruction conception Cadre réservé à l administration Date

Plus en détail

Introduction. Introduction. Introduction. Les aménagements hydro-agricoles: un outil important pour améliorer la

Introduction. Introduction. Introduction. Les aménagements hydro-agricoles: un outil important pour améliorer la Les aménagements hydro-agricoles: un outil important pour améliorer la qualité de l eaul Introduction Les pratiques de conservation des sols, un outil précieux pour réduire l érosion! Ghislain Poisson,

Plus en détail

SEPTODIFFUSEUR. station. Agrément nº 2011-015

SEPTODIFFUSEUR. station. Agrément nº 2011-015 AIDE À LA MISE EN ŒUVRE Ce document est une aide à la mise en place des stations. Il détaille la composition des filières, leurs implantations et donne des conseils de pose à travers des exemples de chantier.

Plus en détail

NOM Prénom Fonction/structure Présent/excusé

NOM Prénom Fonction/structure Présent/excusé Inventaire des zones humides, des plans d eau et du réseau hydrographique CDA de la Rochelle (CDA LR) Réunion de terrain avec le groupe d acteurs locaux et les exploitants Communes de Nieul-sur-Mer et

Plus en détail

2013-2018 PROGRAMME D APPUI EN AGROENVIRONNEMENT VOLET 1 POUR LES EXPLOITATIONS AGRICOLES

2013-2018 PROGRAMME D APPUI EN AGROENVIRONNEMENT VOLET 1 POUR LES EXPLOITATIONS AGRICOLES 2013-2018 PROGRAMME D APPUI EN AGROENVIRONNEMENT VOLET 1 POUR LES EXPLOITATIONS AGRICOLES ADOPTER DES PRATIQUES AGROENVIRONNEMENTALES : UN PLUS POUR VOTRE ENTREPRISE! INTERVENTIONS SOUTENUES 1 À HAUTEUR

Plus en détail

L étude de sol et de conception des filières d Assainissement Non Collectif

L étude de sol et de conception des filières d Assainissement Non Collectif L étude de sol et de conception des filières d Assainissement Non Collectif L étude de sol et de conception des filières d Assainissement Non Collectif Emmanuel PARENT Bureau d Etude MPE 64 Emmanuel PARENT

Plus en détail

DEMANDE D'AUTORISATION D'ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL

DEMANDE D'AUTORISATION D'ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL Assainissement individuel DEMANDE D'AUTORISATION D'ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL (Conformément à la Loi sur l'eau du 30 décembre 2006) DOCUMENTS A JOINDRE IMPERATIVEMENT AVEC LE PRESENT DOSSIER o Un plan à

Plus en détail

Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole. Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais

Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole. Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole 1. Le sol, l eau, l air et la plante 2. Le drainage : Définition

Plus en détail

Annexe 3 du règlement de service Cahiers des charges «étude à la parcelle»

Annexe 3 du règlement de service Cahiers des charges «étude à la parcelle» Annexe 3 du règlement de service Cahiers des charges «étude à la parcelle» ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Guide de préconisations relatives à la réalisation des études de Conception des Systèmes d assainissement

Plus en détail

Cette demande doit être complétée par le propriétaire, puis déposée obligatoirement au Service Urbanisme de votre mairie en 2 exemplaires.

Cette demande doit être complétée par le propriétaire, puis déposée obligatoirement au Service Urbanisme de votre mairie en 2 exemplaires. Service Public d Assainissement Non Collectif (S.P.A.N.C.) DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF COMMUNE de : N de PC/BT/BW : Nom du Demandeur : Construction neuve Cachet

Plus en détail

Le document. Pour toute question, correction ou pour avoir le document original haute résolution, contactez-nous : info@ecomestible.

Le document. Pour toute question, correction ou pour avoir le document original haute résolution, contactez-nous : info@ecomestible. Le document Ce document constitue une présentation montée pour le cour «Aménagement paysager comestible» donné à l'hiver 2014 au Carrefour Accès Loisir par l'entreprise écomestible. Il s'agit du cours

Plus en détail

RÉSULTATS D INVENTAIRE FORESTIER RÉSULTATS STANDARDS. Les résultats des campagnes d inventaire 2009 à 2013

RÉSULTATS D INVENTAIRE FORESTIER RÉSULTATS STANDARDS. Les résultats des campagnes d inventaire 2009 à 2013 RÉSULTATS D INVENTAIRE FORESTIER RÉSULTATS STANDARDS Les résultats : B51 - Champagne humide Les résultats des campagnes d inventaire 2009 à 2013 Table des matières 1 Le territoire... 4 Surface par occupation

Plus en détail

guy.le-henaff@irstea.fr Irstea, Centre de Lyon-Villeurbanne; 5 rue de la Doua, CS 70077, 69626 VILLEURBANNE

guy.le-henaff@irstea.fr Irstea, Centre de Lyon-Villeurbanne; 5 rue de la Doua, CS 70077, 69626 VILLEURBANNE 45e congrès du Groupe Français des Pesticides, 27 29 mai 2015, Versailles Du diagnostic de bassin versant aux actions d atténuation: quelques retours d expériences visant à réduire les transferts hydriques

Plus en détail

Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon»

Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon» Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon» Mémento de plantation Crédit photos et dessins : Dominique Mansion, Jean-Louis Corsin, Arbre et Paysage 32

Plus en détail

D / Lit filtrant vertical non drainé (filtre à sable vertical) p 6. E / Lit filtrant drainé à flux vertical (filtre à sable vertical) p 7

D / Lit filtrant vertical non drainé (filtre à sable vertical) p 6. E / Lit filtrant drainé à flux vertical (filtre à sable vertical) p 7 S.P.A.N.C. Schémas de principe et de fonctionnement des différents dispositifs SOMMAIRE Schémas de principe et de fonctionnement A / Définition des filières d assainissement p 3 B / Fosse toutes eaux p

Plus en détail

LES ASPECTS TECHNIQUES

LES ASPECTS TECHNIQUES LES ASPECTS TECHNIQUES La réalisation d un dispositif d assainissement non collectif devra être conforme au DTU 64.1 XP P 16-603 (mars 2007). Le prétraitement : Le système de prétraitement retient les

Plus en détail

Exemple: Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie. Modèle numérique de terrain. Photo printemps 2010

Exemple: Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie. Modèle numérique de terrain. Photo printemps 2010 Exemple: Modèle numérique de terrain Photo printemps 2010 Photo : Véronique Gagnon, ing. junior. Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie Écoulement hypodermique provenant d un labour

Plus en détail

sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées en bref

sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées en bref LE RÈGLEMENT sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées en bref consultants en environnement et génie civil Le Groupe POLY-TECH - janvier 2006 Table des matières Note au lecteur...

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

Extraction 40 cm au dessus du faîtage Puits d eau potable déclaré et utilisé. Pluvial séparé de l assainissement

Extraction 40 cm au dessus du faîtage Puits d eau potable déclaré et utilisé. Pluvial séparé de l assainissement Tranchées d épandage à faible profondeur Principe de fonctionnement Cette filière est généralement utilisée dans un sol perméable et d épaisseur suffisante (environ 1 mètre de terre végétale) pour permettre

Plus en détail

Y a-t-il infiltration verticale sous drainage agricole? Conséquence pour la recharge de la nappe de Brie

Y a-t-il infiltration verticale sous drainage agricole? Conséquence pour la recharge de la nappe de Brie Y a-t-il infiltration verticale sous drainage agricole? Conséquence pour la recharge de la nappe de Brie TOURNEBIZE Julien, CLEMENT Rémi, GUERIN Alain, ANSART Patrick, CHAUMONT Cédric, MOREAU Sylvain,

Plus en détail

06.07.07. ATTICA PLU DE GAILLON - ORIENTATIONS D AMENAGEMENT janvier 2008 1

06.07.07. ATTICA PLU DE GAILLON - ORIENTATIONS D AMENAGEMENT janvier 2008 1 06.07.07 ATTICA PLU DE GAILLON - ORIENTATIONS D AMENAGEMENT janvier 2008 1 PREAMBULE Conformément au 3 ème paragraphe de l article L123-1 (Loi Urbanisme et Habitat du 2 juillet 2003), des orientations

Plus en détail

L ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL DES EAUX USEES. Centre d Hygiène et de Salubrité Publique Direction de la Santé - Polynésie française

L ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL DES EAUX USEES. Centre d Hygiène et de Salubrité Publique Direction de la Santé - Polynésie française L ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL DES EAUX USEES Centre d Hygiène et de Salubrité Publique Direction de la Santé - Polynésie française 1. Le cadre réglementaire La délibération 87-48AT du 29 avril 87 modifiée

Plus en détail

Référentiel photographique lié aux particularités topographiques dans le Département de Saône et Loire.

Référentiel photographique lié aux particularités topographiques dans le Département de Saône et Loire. Référentiel photographique lié aux particularités topographiques dans le Département de Saône et Loire. DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES SERVICE ECONOMIE AGRICOLE 37 Bd Henri Dunant BP 94029-71040

Plus en détail

Guide de réalisation de relevé sanitaire des dispositifs d évacuation et de traitement des eaux usées

Guide de réalisation de relevé sanitaire des dispositifs d évacuation et de traitement des eaux usées Guide de réalisation de relevé sanitaire des dispositifs d évacuation et de traitement des eaux usées Michel Morissette, ingénieur Ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs Avril

Plus en détail

Autre information requise pour les terrains de golf

Autre information requise pour les terrains de golf Version 05-04-07 Page 1 de 7 Autre information requise pour les terrains de golf Conformément au paragraphe 5(2) du Règlement sur les études d impact sur l environnement de la Loi sur l assainissement

Plus en détail

ZT = Bande de terrain non traitée Exception : traitement localisé contre les chardons, rumex et plantes invasives.

ZT = Bande de terrain non traitée Exception : traitement localisé contre les chardons, rumex et plantes invasives. Qu est ce qu une zone tampon (ZT)? ZT = Bande de terrain non traitée Exception : traitement localisé contre les chardons, rumex et plantes invasives. La largeur de la zone tampon est la distance minimale

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête en ligne sur la gestion de l état structural des sols en Nord-Pas-de-Calais

Synthèse des résultats de l enquête en ligne sur la gestion de l état structural des sols en Nord-Pas-de-Calais Enquête coordonnée par : Contact : c.turillon@agro-transfert-rt.com Synthèse des résultats de l enquête en ligne sur la gestion de l état structural des sols en Nord-Pas-de-Calais Enquête réalisée en partenariat

Plus en détail

Construire sur un terrain en pente

Construire sur un terrain en pente Construire sur un terrain en pente Dans ce dossier : 1- Comment construire une maison sur un terrain en pente 2- Exemple de réalisation sur un terrain en pente 3- Comment aménager et faire le terrassement

Plus en détail

SCHÉMA DIRECTEUR DES EAUX PLUVIALES

SCHÉMA DIRECTEUR DES EAUX PLUVIALES SCHÉMA DIRECTEUR DES EAUX PLUVIALES 1. PRINCIPES. Bien que la gestion des eaux pluviales urbaines soit un service publique à la charge des communes, il semble indispensable d imposer aux aménageurs, qui

Plus en détail

Planifier son manège extérieur

Planifier son manège extérieur Planifier son manège extérieur Par Renel Paquin et Yves Choinière, ingénieur et agronome Préparation des couches successives à partir du terrain naturel, base compactée et surface meuble pour l'entraînement.

Plus en détail

Tranchées filtrantes FICHE TECHNIQUE. Introduction. Définition

Tranchées filtrantes FICHE TECHNIQUE. Introduction. Définition FICHE TECHNIQUE Tranchées filtrantes Introduction Cette fiche présente l utilisation de tranchées filtrantes pour améliorer le drainage de surface et réduire les problèmes d érosion au champ. Les informations

Plus en détail

Commune de PISIEU. SYNDICAT des EAUX DOLON-VAREZE. Département de l ISERE. Gilles Nicot Ingénieur Conseil Eau, Assainissement, Environnement.

Commune de PISIEU. SYNDICAT des EAUX DOLON-VAREZE. Département de l ISERE. Gilles Nicot Ingénieur Conseil Eau, Assainissement, Environnement. Département de l ISERE SYNDICAT des EAUX DOLON-VAREZE Commune de PISIEU Etude des possibilités d assainissement collectif / non collectif Octobre 2005 Gilles Nicot Ingénieur Conseil Eau, Assainissement,

Plus en détail

Réussir votre gazon JARDIN 02

Réussir votre gazon JARDIN 02 Réussir votre gazon JARDIN 02 1 Choisir un gazon a) Vérifier que le type de gazon souhaité correspond : à l'utilisation sport et jeux gazon anglais gazon rustique (usage intensif) résistance esthétique

Plus en détail

SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC)

SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) Demande d attestation de conformité du projet d assainissement individuel dans le cadre d une demande d urbanisme Accueil du public 1 boulevard Maréchal

Plus en détail

L assainissement non collectif. (ou assainissement individuel)

L assainissement non collectif. (ou assainissement individuel) L assainissement non collectif (ou assainissement individuel) Chaque jour, vous utilisez de l eau pour la vaisselle, la douche, la lessive, les WC Ce sont les eaux usées domestiques. Après usage, ces eaux

Plus en détail

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole COLLOQUE EN AGROENVIRONNEMENT «Des outils d intervention à notre échelle» Le 24 février 2005, Drummondville Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu

Plus en détail

COMPTE RENDU Journée formation

COMPTE RENDU Journée formation COMPTE RENDU Journée formation Agriculture de conservation des sols Profils de sol 1. Vincent Etchebarne à St Jean le Vieux prairie 2. Alain Claverie à Behasque sol nu / couverts multiples 3. Bernard Hourquebie

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement

Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement Les moyens mis à disposition du concepteur Frederic LUYCKX, architecte Objectifs de la présentation Initier

Plus en détail

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF?

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? I LA POLLUTION QUE NOUS PRODUISONS ET SON IMPACT SUR LE MILIEU NATUREL Pollution = Introduction d éléments extérieurs non

Plus en détail

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT Commune de NON COLLECTIF DU CLUNISOIS ZA du Pré Saint Germain 16 rue Albert Schmitt 71250 CLUNY Mobile : 06 87 46 98 18 ou 06 37 91 55 09 Tél. : 03 85 59 80 10 Courriel

Plus en détail

Soultz-Sous. Sous-Forêts. Plan Local d Urbanismed. Lundi 18 janvier 2010. Commune de Soultz-Sous-Forêts

Soultz-Sous. Sous-Forêts. Plan Local d Urbanismed. Lundi 18 janvier 2010. Commune de Soultz-Sous-Forêts Soultz-Sous Sous-Forêts Plan Local d Urbanismed Première réunion r publique Lundi 18 janvier 2010 Une réunion en deux temps 1. Les règles du jeu d un PLU? 2. Quel projet pour Soultz-Sous-Forêts? Echanges

Plus en détail

Direction de l Environnement et de l Agriculture - Mission eau

Direction de l Environnement et de l Agriculture - Mission eau Direction de l Environnement et de l Agriculture - Mission eau sommaire Rôle de l assainissement et réglementation P. 4 Schéma de principe d'un dispositif d'assainissement non collectif P. 6 Implantation

Plus en détail

Comment choisir les espèces?

Comment choisir les espèces? 16 Disposer d un gazon en adéquation avec l environnement pédo-climatique, avec l utilisation de la prairie (pâturage et/ou fauche), sa durée, et le type de bovins (lait ou viande) sont des éléments à

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE POUR LA POSE DE FOURREAUX EN ATTENTE 25 Février 2009

NOTE TECHNIQUE POUR LA POSE DE FOURREAUX EN ATTENTE 25 Février 2009 NOTE TECHNIQUE POUR LA POSE DE FOURREAUX EN ATTENTE 25 Février 2009 Cette note rappelle les recommandations techniques à prendre en compte pour la pose de fourreaux en attente destinés au réseau THD du

Plus en détail

DOSSIER ASSAINISSEMENT AUTONOME

DOSSIER ASSAINISSEMENT AUTONOME DOSSIER ASSAINISSEMENT AUTONOME NORMES COMPOSITION D UNE INSTALLATION AUTONOME DISTANCE ET PENTE LA FOSSE TOUTES EAUX EPANDAGE LA VENTILATION ENTRETIEN 1 1 NORMES Les installations d assainissement autonome

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE ETUDE DE CONCEPTION A LA PARCELLE MAÎTRISE D ŒUVRE D EXECUTION

CODE DE DEONTOLOGIE ETUDE DE CONCEPTION A LA PARCELLE MAÎTRISE D ŒUVRE D EXECUTION ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DES EAUX USEES CODE DE DEONTOLOGIE des membres du SYNABA ETUDE DE CONCEPTION A LA PARCELLE Cahier des Charges Type MAÎTRISE D ŒUVRE D EXECUTION de la consultation des entreprises

Plus en détail

ÆThIC ENVIRONNEMENT. Inventaire des zones humides sur le site de "Piou" Commune de MALVILLE (44) Novembre 2013. Réf.

ÆThIC ENVIRONNEMENT. Inventaire des zones humides sur le site de Piou Commune de MALVILLE (44) Novembre 2013. Réf. ÆThIC ENVIRONNEMENT Commune de MALVILLE Mairie 2, rue de la MERLERIE 44 260 MALVILLE Novembre 2013 Commune de MALVILLE (44) Inventaire des zones humides sur le site de "Piou" Réf. : Æ 2013-09-02 page 2

Plus en détail

RÈGLEMENT N o 961-07 PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT MUNICIPALITÉ DE SAINT-HIPPOLYTE

RÈGLEMENT N o 961-07 PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT MUNICIPALITÉ DE SAINT-HIPPOLYTE RÈGLEMENT N o 961-07 PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT MUNICIPALITÉ DE SAINT-HIPPOLYTE ARTICLE 1 : DÉFINITIONS Allée véhiculaire : Voie de circulation privée pour véhicules automobiles reliant le stationnement

Plus en détail

Leçon N 16 Création d un album de photo avec ALBELLI 2 ème partie

Leçon N 16 Création d un album de photo avec ALBELLI 2 ème partie Leçon N 16 Création d un album de photo avec ALBELLI 2 ème partie 2 Préparation Le travail le plus important pour créer un album de photo c est la préparation. 2.1 Choisir les photos. Dans un premier temps

Plus en détail

Fenêtre de vent maximale

Fenêtre de vent maximale Début d analyse du roulage en char à cerf-volant A - Fonctionnement du Cerf-volant de traction. La traction développée par une voile est en étroite relation avec son profil, sa forme générale mais aussi

Plus en détail

Gestion de l eau sur l Yser : Réunion de la Commission Locale de l Eau pour le bilan 2008

Gestion de l eau sur l Yser : Réunion de la Commission Locale de l Eau pour le bilan 2008 Dossier de presse Gestion de l eau sur l Yser : Réunion de la Commission Locale de l Eau pour le bilan 2008 Sommaire Communiqué de presse.1 Fiche 1 : Qu est ce qu un Schéma d Aménagement et de Gestion

Plus en détail