Comité de la réglementation des assurance de l AAI Le rôle de l actuaire dans le contrôle prudentiel des sociétés d assurances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comité de la réglementation des assurance de l AAI Le rôle de l actuaire dans le contrôle prudentiel des sociétés d assurances"

Transcription

1 Le rôle de l actuaire dans le contrôle prudentiel Introduction Cette note a pour but d établir la position de l AAI sur le rôle que les actuaires devraient jouer dans le contrôle prudentiel des sociétés d assurances. Ce document vise à présenter une vision des pratiques exemplaires tout en reconnaissant qu elles n existent pas encore dans aucun pays. Le document établit aussi les facteurs dont les actuaires devraient tenir compte au moment d évaluer la situation financière des assureurs. Il conviendra de lire ce document de concert avec la note plus détaillée intitulée «Insurance Liabilities Valuation and Capital Requirements», préparée par le Comité des normes comptables d assurance de l AAI en complément de son examen du document de principe sur l assurance du CINC, paru en On s attend à ce que ce document constitue la base d un dialogue permanent avec l Association Internationale des Contrôleurs d Assurance (AICA) sur la participation des actuaires au contrôle prudentiel des assureurs. Plus particulièrement, ce document étend la portée de la réponse du comité au propre document de l AICA paru en avril 2000 sous le titre «On Solvency, Solvency Assessment and Actuarial Issues». Le contrôle prudentiel des sociétés d assurances est à une étape différente dans chaque pays. Le rôle de contrôle des actuaires évolue également. Les rôles et les normes établis dans la présente note devraient être considérés comme de grands objectifs vers lesquels, on l espère, devraient tendre les associations membres de l AAI et les autorités de réglementation avec lesquelles elles travaillent. Ce document évoluera à mesure qu une pratique exemplaire dans le contrôle prudentiel se peaufinera. Importance du contrôle prudentiel Étant vouée à un contrôle efficace de l assurance, l AAI appuie pleinement le travail de l AICA de relever les normes dans tous les aspects du contrôle prudentiel et de la gestion de la solvabilité des assureurs. Plus particulièrement, l AAI continue de promouvoir les plus hautes normes de pratique actuarielle en ce qui concerne les finances de l assurance. Pour ce faire, l AAI favorise des normes communes, fondées sur des pratiques exemplaires internationales, afin d évaluer la compétence technique, les pratiques déontologiques et les procédures disciplinaires. (On admet ici que ces «pratiques exemplaires», une fois mises en œuvre dans un territoire donné, devront se conformer aux lois et règlements locaux. L AAI recommande à l AICA d encourager la convergence des principes réglementaires, là où il est pratique de la faire.) La profession actuarielle est tout particulièrement bien placée pour appuyer les autorités de réglementation dans leur rôle de protéger les intérêts des titulaires de police. En effet, en partie à cause de leur formation et de leur pratique, les actuaires acquièrent des renseignements et une expérience de la gestion des risques auxquels font face les sociétés d assurances. Ils sont 1

2 également bien placés parce que les principes de la profession les obligent à servir le public. (Statuts de l AAI, article 3). Cadre d examen de la solvabilité et de la suffisance du capital L AAI est d avis que l exploitation prudentielle d un assureur doit reposer sur les exigences financières globales suivantes : (i) une réserve réaliste, fondée sur la valeur prévue de l expérience future (décrite ci-après comme le critère de financement), qui répond aux obligations existantes de l entreprise; (ii) un montant supplémentaire de capital calculé d après les risques des activités de l assureur (appelé de façon générique «capitalisation axée sur les risques») et les plans immédiats d investissement en capital de l entreprise, qui servira à constituer un niveau minimal spécifié de suffisance du capital. L AAI favorise cette approche, car elle croit que la meilleure preuve de la stabilité financière continue d un assureur repose sur une combinaison d activités opérationnelles rentables et d un capital suffisant. La rentabilité de la souscription et du service indique que l assureur constitue sa base de capital et qu il a toutes les chances de demeurer en affaires pour le futur prévisible. Elle donne aussi une indication de la qualité de la gestion. Un capital suffisant indique que l assureur peut répondre avec un niveau particulier de confiance aux fluctuations inévitables des risques courus, des règlements en cours et des circonstances financières auxquelles on pourrait s attendre après l extinction des obligations de ses polices existantes, tout en capitalisant les exigences essentielles des nouvelles polices et en finançant les progrès technologiques et les initiatives générales de l entreprise. L analyse et la gestion du risque d assurance sont des aptitudes de base de la profession actuarielle depuis le tout début et elles continuent de jouer un rôle central dans son évolution scientifique. Estimant que ce processus représente une responsabilité clé de la profession actuarielle, l AAI favorise toute recherche visant à cerner, à comprendre et à quantifier les risques inhérents aux entreprises d assurances. Elle cherche à réunir les recherches pertinentes et l expérience pratique, à la fois des actuaires et d autres disciplines connexes, comme les économistes financiers, les comptables et les gestionnaires de risque (ainsi que les travaux des sismologues, ingénieurs, météorologues, épidémiologistes et autres de même acabit), afin de présenter un cadre cohérent risque d analyse au secteur de l assurance et aux autorités de réglementation. Une fois qu elle disposera de ce cadre de risque, l AAI examinera des structures appropriées pour mesurer la capitalisation axée sur les risques. L AAI admet que la gestion prudente d un assureur dépend d une application étendue des techniques de gestion du risque. Cela comprend l utilisation de modèles et scénario financiers dynamiques qui aideront à comprendre les étapes que la direction peut suivre pour éviter ou atténuer les résultats défavorables. Jumelant une connaissance des techniques d analyse du risque 2

3 à une expérience pratique, l actuaire joue un rôle central pour assurer l intégrité de ces scénarios d essai. Les autorités de réglementation des institutions financières constatent actuellement que ces vastes examens représentent la base de la forme la plus complète de gestion de la solvabilité, et elles cherchent à intégrer les conclusions de ces examens dans leur propre évaluation de la stabilité financière d une entreprise. La profession actuarielle abonde dans le même sens. Si les autorités de réglementation désirent, à l avenir, se fier à ces examens détaillés, la profession actuarielle sera bien placée pour fournir des opinions professionnelles liées aux mission exécutées. L AAI note aussi que la stabilité financière continue des assureurs dépend non seulement de données quantitatives, mais aussi d une analyse qualitative. Cela comprendrait des systèmes cohérents et complets de gestion du risque, un régime qualifié à l intention des administrateurs et des dirigeants et de solides procédures de régie d entreprise. La profession actuarielle possède une vaste expérience de la conception de ces systèmes prudentiels qualitatifs. De plus, de nombreux actuaires individuels posséderont les qualités personnelles et l expérience nécessaires pour renforcer ce processus grâce à leur participation directe au processus de gestion. Participation des actuaires Dans le plus simple des régimes d assurance, les autorités de surveillance pourraient sans doute se fier uniquement à la préparation et à la présentation régulières de données financières prescrites basées sur une formule. La formation et l expertise des actuaires aideraient à cette fin, mais ne seraient pas essentielles. Toutefois, le perfectionnement et la complexité accrus des produits et marchés d assurance rendent de moins en moins fiable la formule en question. L innovation doit soit être interdite, soit reconnue qu elle précédera en général toute structure de supervision rigide. De plus, pour certains produits, comme l assurance générale, la dynamique du processus de règlement des sinistres enlève toute fiabilité inhérente à l utilisation de formules rigides par l ensemble des sociétés. Nous croyons qu une réponse efficace pour les autorités de surveillance serait de recourir à des praticiens spécialisés, dont les actuaires, à cause de leur formation et de leur expérience, sont les plus qualifiés. À titre de membres d un organisme professionnel, les actuaires doivent satisfaire des critères élevés de formation et de déontologie. Ils sont surveillés par leurs collègues professionnels et ils sont assujettis à des procédures disciplinaires. Il est difficile d envisager une autre structure professionnelle qui pourrait inspirer pareil niveau de confiance chez les superviseurs de l assurance. Les organes professionnels d actuaires élaborent des codes de déontologie qui reflètent leurs liens particuliers avec les autorités de surveillance. Ces codes obligent les actuaires à aller au-delà des formules imposées par règlement, pour se pencher plutôt sur les principes sous- 3

4 jacents qui doivent être observés. Les codes de déontologie établissent aussi les priorités que l actuaire doit respecter, quelles que soient les pressions commerciales (bien qu on recommande que ces codes de déontologie s appuient sur une base législative). L AAI a amorcé un processus d élaboration de normes internationales, surtout en ce qui concerne l application d exigences comptables internationales, et elle favorisera activement la mise en place cohérente d exigences actuarielles à l échelle internationale. Par conséquent, des normes professionnelles, tant sur le plan de la déontologie que de l expertise, seront maintenues à l échelon national et coordonnées entre les pays. L AAI estime que la surveillance des assureurs ne saurait être mieux servie que par la participation active des actuaires au plus vaste éventail possible d activités financières, notamment, lorsque c est possible, au niveau de la gestion supérieure d une société ou d une organisation. Plus particulièrement, l AAI appuie la nomination d un actuaire à titre d actuaire «responsable» ou «désigné», afin d assumer la responsabilité professionnelle de la surveillance actuarielle des activités de l assureur, notamment l évaluation des risques financiers susceptibles d influer sur le capital dont l assureur a besoin dans ses activités d assurance. Étendue de la surveillance actuarielle L actuaire «responsable» devrait avoir un accès direct à la fois au Conseil d administration de l assureur et aux plus hauts paliers de la direction. L organe professionnel compétent devrait être en mesure et désireux d aider ou de fournir un processus qui garantit l expérience et la qualification de l actuaire «responsable» dans ces fonctions. Voici les secteurs clés où nous jugeons essentielle une supervision actuarielle : (i) (ii) (iii) (iv) tarification et conception de produits; établissement du passif global des polices et des sinistres; détermination de la conformité aux exigences statutaires ou réglementaires en ce qui concerne le capital, le cas échéant, ou recommandation du niveau de capital en l absence d exigences statutaires ou réglementaires; surveillance de la conformité du marché et des attentes des titulaires lorsque les polices autorisent la direction des sociétés d assurances à décider des modalités des contrats. En outre, l actuaire responsable doit s acquitter de certaines responsabilités directes envers les autorités de réglementation. Nous examinons chacun de ces points ci-après. I Tarification et conception de produits Le niveau des primes établi par un assureur relèvera ultimement de la responsabilité du Conseil d administration de la société d assurances à moins que les autorités de réglementation ne l obligent à utiliser un niveau donné dans le territoire en question. En pratique, le Conseil 4

5 délègue cette responsabilité aux gestionnaires. Néanmoins, une bonne supervision oblige à informer les administrateurs des répercussions financières découlant de tout projet de tarification des primes. L actuaire responsable devrait être en mesure de fournir des conseils sur la stabilité de la structure du produit et sur la capacité des primes de couvrir l estimation la plus probable du coût des éléments suivants : (i) les obligations aux termes des polices; (ii) le capital nécessaire à l exécution de la police; (iii) toute option de police contre l assureur, notamment le coût de couverture des risques, au besoin. Lorsqu il n est pas possible de jumeler ni de contrôler les risques, l actuaire responsable devrait le mentionner aux administrateurs dans les termes les plus clairs et expliquer l augmentation requise du montant de capital qui suivra; (iv) les activités pré et post-marché. Si les primes ne peuvent absorber ces coûts, il faut alors pouvoir démontrer que l organisation est en mesure d absorber de tels prix bonifiés sans nuire à sa stabilité financière. La participation des actuaires à la conception et à la tarification des produits peut assurer un équilibre entre les intérêts des titulaires et ceux des actionnaires. La participation d actuaires qui se conforment à un code de déontologie rigide donnera à l autorité de réglementation la confiance que l assureur souscrit des polices qui sont rationnelles eu égard à sa capacité financière globale. De cette manière, l autorité de réglementation pourra se dispenser des processus inefficaces et potentiellement non concurrentiels d approbation préalable des taux de prime. II Établissement du passif global des polices et des sinistres L actuaire devrait faire en sorte que l actif total de l assureur peut satisfaire aux critères suivants : a) Suffisance des fonds : l actif total majoré des primes futures et des recettes au titre de l actif suffiront à couvrir : (i) la valeur courante prévue des obligations aux termes des affaires existantes en vigueur et des règlements de sinistres en cours, et une marge appropriée pour les risques; (ii) les exigences en matière de capital; (iii) l absorption et la couverture des risques; (iv) les coûts administratifs; (v) le financement des activités de souscription à court terme. (b) Capacité de bénéfice : une évaluation des libres mouvements de trésorerie futurs prévus (à partir des affaires existantes et nouvelles) ne devrait, selon des scénarios futurs raisonnablement probables, être négative à aucun moment dans l avenir afin de garantir : 5

6 (i) (ii) (iii) une fréquence appropriée des bénéfices à répartir; la transférabilité du passif des polices; un préavis d événements défavorables. (c) (d) Suffisance stratégique du capital : l excédent libre total majoré des recettes libres à l égard de l actif devrait suffire, selon le plan d affaires à moyen terme approuvé par l organisation, à financer les nouveaux coûts d affaires futurs prévus et les exigences supplémentaires associées au titre de la solvabilité. Il s agit d un rôle particulièrement important dans les nombreuses organisations d assurance mutuelle. Une participation des actuaires à la planification générale de l entreprise assurera dès le départ un équilibre approprié entre les intérêts des actionnaires et ceux des titulaires de police. Cette façon de faire favorisera un secteur de l assurance prospère et financièrement stable qui, à long terme, servira au mieux les intérêts du public sans pour autant compromettre la situation des titulaires existants. Examen dynamique de suffisance du capital : le capital devrait être suffisant dans des scénarios exigeants mais non irréalistes, afin de : (i) ou (ii) compléter les fonds disponibles servant à couvrir le coût des obligations et des activités des polices; transférer le passif à un autre assureur. Grâce à leurs compétences et à leur expérience des statistiques, des finances, des produits d assurance et des activités d assurance, les actuaires sont nécessaires pour offrir des conseils sur le passif global approprié au titre des polices et des sinistres et sur l éventail et la probabilité des résultats possibles. Les actuaires jouent aussi un rôle essentiel pour évaluer, conseiller et signaler les besoins en capital actuels et futurs des activités d assurance dans un éventail de circonstances, de même que les principaux facteurs à la base de ces besoins. Nombre d autorités de réglementation dans l assurance s attendent que les actuaires responsables assument la responsabilité première de ces fonctions dans les activités d assurance, car ils assurent un niveau détaillé de supervision que les autorités de réglementation ne sont habituellement pas en mesure de fournir elles-mêmes. Lorsque l actuaire responsable présente à l autorité de réglementation de même qu au Conseil d administration un rapport sur les méthodes de calcul utilisées, les résultats et les conclusions, il fournit alors un bon mécanisme de surveillance qui permet à l organisme de réglementation de communiquer avec les plus hauts dirigeants de l entreprise. III Surveillance de la conformité du marché et des attentes des titulaires Beaucoup de polices d assurance stipulent que l assureur peut user de discrétion dans l application des modalités de la police. De plus, les résultats peuvent être incertains pour les titulaires de police, par exemple, à cause des conditions futures sur le marché des placements. Dans ces cas, l actuaire responsable devrait surveiller les attentes des titulaires quant à la façon 6

7 dont ils devraient être traités lorsque l assureur exerce son pouvoir de discrétion contractuel aux fins d exécution de la police. De telles attentes peuvent être formulées ou non de façon implicite au moment de la souscription ou, par la suite, par la pratique continuelle de l assureur. Si l actuaire responsable estime que les attentes raisonnables des titulaires ne sont pas satisfaites, il devrait alors le signaler aux administrateurs afin que : (i) les promesses faites soient honorées; (ii) il y ait répartition équitable des dividendes/gratifications aux titulaires; (iii) il y ait tarification juste et précise dans le cas de polices liées à des éléments; (iv) les changements discrétionnaires dans les polices n entraînent pas un coût excessif pour le titulaire; (v) les exemples présentés à des titulaires éventuels ne soient pas trompeurs ni trop optimistes. IV Responsabilité directe envers les autorités de réglementation Chez beaucoup d assureurs, l actuaire responsable occupera un poste supérieur de direction. Toutefois, il pourra ou non exercer un contrôle direct sur toutes les mesures qui peuvent être prises pour protéger les intérêts des titulaires et des «bénéficiaires» de sinistres, que ce soit en ce qui concerne la solvabilité de l entreprise ou des attentes raisonnables qu ils peuvent avoir quant à l exercice du pouvoir discrétionnaire de l entreprise aux termes du contrat. Pour que l actuaire responsable puisse faire en sorte que les mesures appropriées soient prises pour protéger les titulaires et les bénéficiaires, il doit avoir le droit de présenter ses doléances aux administrateurs de l assureur. Si les administrateurs refusent d agir malgré les conseils de l actuaire responsable, ce dernier devrait avoir le droit, et même le devoir, de communiquer ses inquiétudes aux autorités compétentes. Ce recours direct devrait être considéré comme un moyen ultime après avoir épuisé toutes les autres solutions destinées à persuader la direction de l assureur. Un actuaire responsable forcé d agir ainsi devrait être protégé contre toute poursuite de la part de la direction de l assureur. Résumé La participation substantielle des actuaires aux activités de l assureur accroît énormément la capacité des autorités de réglementation de protéger les titulaires de police, en préservant la solvabilité et en assurant la satisfaction de leurs attentes raisonnables. L AAI est d avis que la nomination d un actuaire («l actuaire responsable») chargé d assumer la responsabilité professionnelle de la surveillance des principaux aspects financiers des activités de l assureur réconforte à la fois les autorités de réglementation et les titulaires en leur faisant voir que la réglementation est appliquée correctement et que l on protège les titulaires et les bénéficiaires. Octobre

ASSOCIATION ACTUARIELLE INTERNATIONALE (AAI) LA FONCTION DE L ACTUAIRE DANS LE CONTRÔLE PRUDENTIEL. Introduction

ASSOCIATION ACTUARIELLE INTERNATIONALE (AAI) LA FONCTION DE L ACTUAIRE DANS LE CONTRÔLE PRUDENTIEL. Introduction ASSOCIATION ACTUARIELLE INTERNATIONALE (AAI) LA FONCTION DE L ACTUAIRE DANS LE CONTRÔLE PRUDENTIEL Introduction L Association Actuarielle Internationale («AAI») est l organisation des associations actuarielles

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

VISION POUR L ÉVALUATION DE LA SOLVABILITÉ DES COMPAGNIES D ASSURANCE DE PERSONNES AU CANADA

VISION POUR L ÉVALUATION DE LA SOLVABILITÉ DES COMPAGNIES D ASSURANCE DE PERSONNES AU CANADA VISION POUR L ÉVALUATION DE LA SOLVABILITÉ DES COMPAGNIES D ASSURANCE DE PERSONNES AU CANADA COMITÉ CONSULTATIF SUR LA SOLVABILITÉ NOVEMBRE 2007 TABLE DES MATIÈRES Vision...2 Concepts clés...2 Cible réglementaire

Plus en détail

Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs. Pratiques commerciales et financières saines

Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs. Pratiques commerciales et financières saines Ligne directrice Objet : Catégorie : qualifications et examen par des pairs Pratiques commerciales et financières saines N o : E-15 Date : Août 2003 Révisée : Novembre 2006 Révisée : Introduction La présente

Plus en détail

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles Final Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270 Conseil des normes actuarielles Janvier 2011 Document 211005 This document is available

Plus en détail

ÉVALUATION DU PASSIF DES POLICES : ASSURANCES IARD FACTEURS RELATIFS AU PASSIF DES SINISTRES ET AU PASSIF DES PRIMES

ÉVALUATION DU PASSIF DES POLICES : ASSURANCES IARD FACTEURS RELATIFS AU PASSIF DES SINISTRES ET AU PASSIF DES PRIMES NOTE ÉDUCATIVE Les notes éducatives ne constituent pas des normes de pratique. Elles visent à aider les actuaires en ce qui concerne l application des normes de pratique dans des cas spécifiques. Le mode

Plus en détail

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières 1. À mesure que la profession actuarielle se mondialise et que les clients que nous servons élargissent

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL)

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) Conseil d administration I. Mandat Le conseil d administration (le «conseil») de BCE Inc. (la

Plus en détail

GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE INITIALE DE PERMIS D ASSUREUR À CHARTE AUTRE QUE QUÉBÉCOISE

GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE INITIALE DE PERMIS D ASSUREUR À CHARTE AUTRE QUE QUÉBÉCOISE GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE INITIALE DE PERMIS D ASSUREUR À CHARTE AUTRE QUE QUÉBÉCOISE Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC Janvier 2010 PRINCIPES CLÉS DE L ORIENTATION FUTURE DU CADRE RÉGLEMENTAIRE CANADIEN DE SUFFISANCE DES CAPITAUX EN ASSURANCE DE DOMMAGES

Plus en détail

Billets de cession interne pour les sociétés d assurance-vie. Saines pratiques commerciales et financières

Billets de cession interne pour les sociétés d assurance-vie. Saines pratiques commerciales et financières Ligne directrice Objet : Catégorie : pour les sociétés d assurance-vie Saines pratiques commerciales et financières N o : E-12 Date : juin 2000 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

Les actuaires désignés de tous les organismes A à H doivent compléter le questionnaire.

Les actuaires désignés de tous les organismes A à H doivent compléter le questionnaire. QUESTIONNAIRE DESTINÉ À L ACTUAIRE DÉSIGNÉ AUX FINS DES RAPPORTS FINANCIERS DES ORGANISMES D ASSURANCE-VIE ET SANTÉ AU CANADA FIN D ANNÉE 2000 PARTIE II Ce questionnaire a été préparé pour traiter des

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA POLITIQUE DE FINANCEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE SUR LA POLITIQUE DE FINANCEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE SUR LA POLITIQUE DE FINANCEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE 1 mars 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Principes et objectifs de financement des

Plus en détail

Évaluation interne des risques et de la solvabilité. Catégorie : Saines pratiques commerciales et financières

Évaluation interne des risques et de la solvabilité. Catégorie : Saines pratiques commerciales et financières Ligne directrice Objet : Catégorie : Saines pratiques commerciales et financières N o : E-19 Date : Novembre 2015 La présente ligne directrice énonce les attentes du BSIF à l égard des dispositifs d évaluation

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE DE CONSTITUTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE À CHARTE QUÉBÉCOISE Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

Lignes directrices de l OCDE. sur la gouvernance des assureurs

Lignes directrices de l OCDE. sur la gouvernance des assureurs Lignes directrices de l OCDE sur la gouvernance des assureurs Lignes directrices de l'ocde sur la gouvernance des assureurs Cet ouvrage est publié sous la responsabilité du Secrétaire général de l OCDE.

Plus en détail

Les principes du professionnalisme

Les principes du professionnalisme 1. Au sein de la profession actuarielle, le professionnalisme signifie : l application des connaissances et du savoir-faire spécialisés de l actuaire; un comportement éthique, plus particulièrement dans

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Approuvé par le conseil d administration le 6 juin 2014

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Approuvé par le conseil d administration le 6 juin 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Approuvé par le conseil d administration le 6 juin 2014 6 juin 2014

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

C6. COMITÉS (pour tous les changements, les ajouts apparaissent soulignés et le texte supprimé est rayé)

C6. COMITÉS (pour tous les changements, les ajouts apparaissent soulignés et le texte supprimé est rayé) C6. COMITÉS (pour tous les changements, les ajouts apparaissent soulignés et le texte supprimé est rayé) a. Agrément Faire des recommandations au Conseil sur les critères d adhésion à l AAI et revoir ces

Plus en détail

Divulgation des sources de bénéfices (sociétés d assurance-vie)

Divulgation des sources de bénéfices (sociétés d assurance-vie) Ligne directrice Objet : Catégorie : (sociétés d assurance-vie) Comptabilité N o : D-9 Version initiale : décembre 2004 Révision : juillet 2010 La présente ligne directrice s adresse aux sociétés d assurance-vie

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Assurer

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION Le conseil d administration a mis sur pied le comité de la gestion des ressources en personnel de direction

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

Gestion de la conformité à la réglementation (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL))

Gestion de la conformité à la réglementation (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL)) Ligne directrice Objet : Catégorie : (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL)) Saines pratiques commerciales et financières N o : E-13 Date : Novembre 2014 I. Objet et portée de

Plus en détail

GUIDE D ÉLABORATION D UNE POLITIQUE POUR LES PRÊTS COMMERCIAUX Critères fondamentaux

GUIDE D ÉLABORATION D UNE POLITIQUE POUR LES PRÊTS COMMERCIAUX Critères fondamentaux DOCUMENT DE CONSULTATION Instruments additionnels: GUIDE D ÉLABORATION D UNE POLITIQUE POUR LES PRÊTS COMMERCIAUX Critères fondamentaux Avril 2013 Ce document est également disponible en anglais. GUIDE

Plus en détail

3000 RÉGIMES DE RETRAITE

3000 RÉGIMES DE RETRAITE 3000 RÉGIMES DE RETRAITE Page 3001 TABLE DES MATIÈRES 3100 PORTÉE... 3003 3200 AVIS SUR LE NIVEAU DE PROVISIONNEMENT OU LE PROVISIONNEMENT D UN RÉGIME DE RETRAITE... 3004 3210 Généralités... 3004 3220

Plus en détail

Table des matières. I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2. II. Adhésion... 2. III. Principe de subsidiarité... 3. IV. Conseil...

Table des matières. I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2. II. Adhésion... 2. III. Principe de subsidiarité... 3. IV. Conseil... Table des matières I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2 II. Adhésion... 2 III. Principe de subsidiarité... 3 IV. Conseil... 3 V. Dirigeants... 6 VI. Comité exécutif... 6 VII. Autres comités...

Plus en détail

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE En vigueur en date du 1er avril 2014 1. Objet Le comité des ressources

Plus en détail

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION FÉVRIER 2005 2005 Institut canadien des actuaires Document 205009 This

Plus en détail

La SOAD déterminera qu une caisse populaire a commis une faute grave de non-conformité au présent Règlement administratif si celle-ci :

La SOAD déterminera qu une caisse populaire a commis une faute grave de non-conformité au présent Règlement administratif si celle-ci : SOCIÉTÉ ONTARIENNE D ASSURANCE-DÉPÔTS RÈGLEMENT N o 5 NORMES DE SAINES PRATIQUES COMMERCIALES ET FINANCIÈRES Règlement administratif pris en vertu de l alinéa 264(1)g) de la Loi de 1994 sur les caisses

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC.

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. GÉNÉRALITÉS 1. OBJET ET RESPONSABILITÉ DU CONSEIL En approuvant le présent

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Version finale de la ligne directrice E-15, Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs

Version finale de la ligne directrice E-15, Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs Référence : Ligne directrice à l intention des SAV et SM Le 11 septembre 2012 Destinataires : Sociétés d assurances fédérales et succursales canadiennes de sociétés d assurances étrangères, y compris les

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités assurer

Plus en détail

AVIS DE RÉGLEMENTATION AUX MEMBRES RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE

AVIS DE RÉGLEMENTATION AUX MEMBRES RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca RM-0057 5 décembre 2006 (révisé le 6 février 2013) Introduction AVIS DE

Plus en détail

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Index A n o 9 CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Fondement législatif Articles 650, 651 et 654 de la Loi sur les sociétés d assurances (la «Loi») Définitions

Plus en détail

Présentation de Réjean Bellemare, Service de la recherche de la FTQ

Présentation de Réjean Bellemare, Service de la recherche de la FTQ MESURES D ALLÉGEMENT ET NOUVELLES MESURES PERMANENTES SUR LE FINANCEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE Présentation de Réjean Bellemare, Service de la recherche de la FTQ 2005 Une première vague de mesures temporaires

Plus en détail

Catégorie : Saines pratiques commerciales et financières

Catégorie : Saines pratiques commerciales et financières Ligne directrice Objet : Catégorie : Saines pratiques commerciales et financières Date : Janvier 2013 I. Objet et portée de la ligne directrice La présente ligne directrice a pour but de communiquer les

Plus en détail

PROJET PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L AGRÉGATION DES DONNÉES SUR LES RISQUES ET LA DIVULGATION DES RISQUES

PROJET PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L AGRÉGATION DES DONNÉES SUR LES RISQUES ET LA DIVULGATION DES RISQUES PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L AGRÉGATION DES DONNÉES SUR LES RISQUES ET LA DIVULGATION DES RISQUES Février 2016 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Champ d application... 4 Prise d effet et processus de

Plus en détail

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE AUTORITÉ La responsabilité principale de la communication de l information financière et des contrôles et procédures

Plus en détail

Gouvernance d entreprise Ligne directrice

Gouvernance d entreprise Ligne directrice Bureau du surintendant des institutions financières Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada Gouvernance d entreprise Ligne directrice janvier 2003 EFFICACITÉ DE LA GOUVERNANCE

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

FINALE RECOMMANDATIONS - CALCULS ET PROJECTIONS RECOMMANDATIONS CONCERNANT LES PRINCIPES DE PARTICIPATIONS

FINALE RECOMMANDATIONS - CALCULS ET PROJECTIONS RECOMMANDATIONS CONCERNANT LES PRINCIPES DE PARTICIPATIONS FINALE RECOMMANDATIONS - CALCULS ET PROJECTIONS DE PARTICIPATIONS RECOMMANDATIONS CONCERNANT LES PRINCIPES ACTUARIELS EN MATIÈRE DE CALCULS ET DE PROJECTIONS DE PARTICIPATIONS D ASSURANCE-VIE ET DE RENTES

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Test de suffisance du passif, test de recouvrement des coûts de transaction différés et test relatif aux contrats de service déficitaires

Test de suffisance du passif, test de recouvrement des coûts de transaction différés et test relatif aux contrats de service déficitaires Document de recherche Test de suffisance du passif, test de recouvrement des coûts de transaction différés et test relatif aux contrats de service déficitaires Direction de la pratique actuarielle Juin

Plus en détail

PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD)

PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD) PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DU RÉGIME R DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD) 1 ICA 15 avril 2008 Le RRMD en chiffres Plus de 500 employeurs 35 900 participants actifs 6 600 retraités 12 000 en 2014 5,5

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

Exposé-sondage. Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères

Exposé-sondage. Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères Exposé-sondage Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères Conseil des normes actuarielles Mai 2009 Document 209046 This document

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE

RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 30 novembre 2006 AVIS

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L ADHÉSION

CHAPITRE 2 : L ADHÉSION CHAPITRE 2 : L ADHÉSION 4. CATÉGORIES D ADHÉSION, DROITS ET FONCTIONS A. Il existe deux types d adhésion à Foresters : les membres votants et les membres non votants. B. Un membre votant est une personne

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

Administration de l établissement. (Ressources humaines)

Administration de l établissement. (Ressources humaines) Administration de l établissement (Ressources humaines) Chapitre 3 Administration de l établissement (Ressources humaines) Section Sujet traité Page 3000 Résumé... 3-2 3100 Qualité de la gestion. 3-3 3101

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Le comité de gouvernance et d éthique («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil

Plus en détail

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables.

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables. SECTION IV Les établissements «Facility», «Facility Association» («FA»), «FA Risk Sharing Pool» («FARSP») et le «Plan de répartition des risques établi par le Groupement des assureurs automobiles» (le

Plus en détail

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Le membre ou

Plus en détail

Objet : Cadre pour la démutualisation des sociétés d assurances multirisques fédérales

Objet : Cadre pour la démutualisation des sociétés d assurances multirisques fédérales Le 29 juillet 2011 Madame Jane Pearse Direction de la politique du secteur financier Ministère des Finances L Esplanade Laurier 15 e étage, tour Est 140, rue O Connor Ottawa (Ontario) K1A 0G5 Objet : Cadre

Plus en détail

Conseils sur la prise en compte des frais dans les évaluations de provisionnement

Conseils sur la prise en compte des frais dans les évaluations de provisionnement Note éducative révisée Conseils sur la prise en compte des frais dans les évaluations de provisionnement Commission des rapports financiers des régimes de retraite Septembre 2014 Document 214101 This document

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

NOTE DE MISE EN ŒUVRE

NOTE DE MISE EN ŒUVRE NOTE DE MISE EN ŒUVRE Objet : Gouvernance et surveillance d'entreprise dans les institutions appliquant l'approche NI Catégorie : Fonds propres N o A-1 Date : Janvier 2006 I. Introduction Le présent document

Plus en détail

Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie

Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie Le point de vue du particulier L assurance vie est bien connue pour sa capacité de procurer des liquidités qui permettent de

Plus en détail

Le risque de change dans l évaluation du passif des polices pour les sociétés d assurance de personnes

Le risque de change dans l évaluation du passif des polices pour les sociétés d assurance de personnes Note éducative Le risque de change dans l évaluation du passif des polices pour les sociétés d assurance de personnes Commission des rapports financiers des compagnies d assurance-vie Décembre 2009 Document

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats Bureau du surintendant des institutions financières Groupe de l assurance-vie Conglomérats Juin 2012 Table des matières 1. Contexte... 2 2. Objectif, portée et méthodologie... 3 3. Conclusion... 4 4. Réponse

Plus en détail

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables.

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables. SECTION IV Les établissements «Facility», «Facility Association» («FA»), «FA Risk Sharing Pool» («FARSP») et le «Plan de répartition des risques établi par le Groupement des assureurs automobiles» (le

Plus en détail

COMITÉ DES PLACEMENTS CADRE DE RÉFÉRENCE

COMITÉ DES PLACEMENTS CADRE DE RÉFÉRENCE Mis à jour le 13 janvier 2012 COMITÉ DES PLACEMENTS CADRE DE RÉFÉRENCE Mandat Le Comité des placements est un comité permanent du conseil d administration de l Association Royale de Golf du Canada (active

Plus en détail

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne 1 Pilier 2: la maitrise des risques Dans un premier temps, l attention s est portée sur la mesure quantitative du risque

Plus en détail

Association internationale des contrôleurs d assurance. Organisation de coopération et de développement économiques

Association internationale des contrôleurs d assurance. Organisation de coopération et de développement économiques Association internationale des contrôleurs d assurance Organisation de coopération et de développement économiques Document de réflexion sur le gouvernement d entreprise Le présent document a été préparé

Plus en détail

ANNEXE F MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE

ANNEXE F MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE Le conseil d administration a constitué le Comité de gouvernance d entreprise (le «comité») pour le seconder dans son devoir de supervision de l efficacité du système de gouvernance d entreprise de la

Plus en détail

Code de déontologie. des entraîneurs professionnels

Code de déontologie. des entraîneurs professionnels Code de déontologie des entraîneurs professionnels En vigueur : octobre 2007 CODE DE DÉONTOLOGIE DES 1 1.0 ÉNONCÉ DE MISSION DE PATINAGE CANADA Patinage Canada est une association qui a pour mandat de

Plus en détail

Établissement des hypothèses de meilleure estimation aux fins du rendement des placements (RPAPC)

Établissement des hypothèses de meilleure estimation aux fins du rendement des placements (RPAPC) Note éducative Établissement des hypothèses de meilleure estimation aux fins du rendement des placements (RPAPC) Commission d indemnisation des accidents du travail Décembre 2012 Document 212106 This document

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

1.8.1 Compétences du personnel Introduction

1.8.1 Compétences du personnel Introduction Page 1 de 7 1.8.1 Compétences du personnel Introduction La présente section vise à garantir la transparence et l équité du processus d embauche pour tous les postes. Elle s applique aux offices de services

Plus en détail

CADRE CANADIEN RELATIF AU DROIT D EXERCICE

CADRE CANADIEN RELATIF AU DROIT D EXERCICE NÉGOCIATION D ENTENTES INTERNATIONALES DE RECONNAISSANCE MUTUELLE Définition des principaux aspects à prendre en considération Cette section définit et interprète les principaux aspects à prendre en considération

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE INTRODUCTION Les Lignes directrices sur la gouvernance d entreprise encadrent les responsabilités du Conseil d administration et de la direction afin

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES

RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES 3 AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances ont souscrit à l égard de leurs nombreux interlocuteurs:

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA 24 septembre 2013 MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables,

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables, REGLEMENT DU STAGE Vu la loi n 88-108 du 18/08/1988 portant refonte de la législation relative à la profession d Expert Comptable, et notamment l article 12, Vu le décret n 89-541 du 25 Mai 1989 fixant

Plus en détail

Chronique Gouvernance et Économie Hugues Lacroix, CA, MBA, IAS.A LA GESTION DES RISQUES 1. DES EXEMPLES QUI FRAPPENT

Chronique Gouvernance et Économie Hugues Lacroix, CA, MBA, IAS.A LA GESTION DES RISQUES 1. DES EXEMPLES QUI FRAPPENT Chronique Gouvernance et Économie Hugues Lacroix, CA, MBA, IAS.A LA GESTION DES RISQUES 1. DES EXEMPLES QUI FRAPPENT Spécial catastrophe ou simple malheur! Ce ne sont pas les exemples d évènements inusités

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014

Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014 Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

Economical présente un aperçu du projet de règlement sur la démutualisation des sociétés d assurances multirisques

Economical présente un aperçu du projet de règlement sur la démutualisation des sociétés d assurances multirisques COMMUNIQUÉ DE PRESSE Economical présente un aperçu du projet de règlement sur la démutualisation des sociétés d assurances multirisques Processus à quatre étapes avec une participation importante des souscripteurs

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT DU FONDS D INVESTISSEMENT DE LA FONDATION DU GRAND MONTRÉAL

POLITIQUE DE PLACEMENT DU FONDS D INVESTISSEMENT DE LA FONDATION DU GRAND MONTRÉAL POLITIQUE DE PLACEMENT DU FONDS D INVESTISSEMENT DE LA FONDATION DU GRAND MONTRÉAL Dernières modifications adoptées par le conseil d administration à sa réunion du 26 novembre 2014 SOMMAIRE Chapitre 1

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS

CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS RÉVISÉ ET APPROUVÉ en octobre 2002 1 CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS 1.0 ÉNONCÉ DU MANDAT DE PATINAGE CANADA Patinage Canada est une association qui a pour mandat

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

Octroi de crédit et souscription Assurance et cautionnement de contrats Rapport de vérification final Rapport n 9/12 25 juillet 2012

Octroi de crédit et souscription Assurance et cautionnement de contrats Rapport de vérification final Rapport n 9/12 25 juillet 2012 Octroi de crédit et souscription Assurance et cautionnement de contrats Rapport de vérification final Rapport n 9/12 25 juillet 2012 Diffusion : Destinataire : c.c. : Président et chef de la direction

Plus en détail

Cours orienté vers la pratique Finances et placements

Cours orienté vers la pratique Finances et placements Cours orienté vers la pratique Finances et placements La présente note vise à donner aux candidats des détails sur l approche suivie dans la section du Cours orienté vers la pratique (COP) portant sur

Plus en détail

Énoncé. Énoncé sur les tests génétiques et l assurance

Énoncé. Énoncé sur les tests génétiques et l assurance Énoncé Énoncé sur les tests génétiques et l assurance Juin 2014 Document 214073 This document is available in English 2014 Institut canadien des actuaires ÉNONCÉ SUR LES TESTS GÉNÉTIQUES ET L ASSURANCE

Plus en détail