Note TDTE N 44. Philippe Foulquier, Directeur du pôle «Analyse Financière et Comptabilité» de l EDHEC.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Note TDTE N 44. Philippe Foulquier, Directeur du pôle «Analyse Financière et Comptabilité» de l EDHEC."

Transcription

1 Note TDTE N 44 La gestion de l épargneretraite à long-terme : Attention au cadre prudentiel réglementaire! Auteur Philippe Foulquier, Directeur du pôle «Analyse Financière et Comptabilité» de l EDHEC. Ces travaux ont bénéficié du soutien de la Caisse des Dépôts 10 avril

2 SOMMAIRE Introduction I. L exigence de capital des engagements à long terme est prohibitive sous Solvabilité II : les nouvelles propositions du régulateur et leurs enjeux II. Étude de sensibilité du capital requis prudentiel Solvabilité II dans un environnement obligataire III. La mesure de risque LTGA retenue par Solvabilité II pour le risque obligataire est-elle pertinente (SCR versus VaR historique et volatilité)? IV. Allocation d actifs des sociétés d assurance selon la rentabilité prudentielle Conclusion 2

3 Introduction Que l on étudie le type de régime de retraite et/ou d épargne retraite, la gestion actif-passif ou l allocation d actifs optimale à mettre en œuvre pour les années à venir dans le cadre spécifique de la retraite, il est essentiel de considérer le cadre prudentiel réglementaire. En effet, ce dernier peut non seulement avoir des conséquences directes sur la rentabilité effective de l épargne retraite mais aussi, des impacts sur le financement des Etats et des entreprises, et plus généralement remettre en cause l équilibre de la stabilité financière. Même s il est encore trop tôt pour imaginer ce que pourrait-être le cadre prudentiel des régimes de retraite (à l heure où Solvabilité II se met en place pour les assureurs, où de nombreux fonds de pension luttent pour échapper à la généralisation de Solvabilité II, alors que dans le même temps la plupart des fonds de pension scandinaves ont déjà décidé d appliquer en avance Solvabilité II), nous proposons d étudier 1 les conséquences sur la gestion obligataire de long terme, de l étude d impact LTGA (Long-Term Guarantees Assessment) 2 proposée en 2013 par le régulateur prudentiel européen EIOPA (European Insurance and Occupational Pensions Authority). Plus précisément, une gestion actif-passif adéquate d engagements d épargne de long terme repose notamment sur la détention d instruments obligataires de moyen et long terme détenus pour une large part jusqu à maturité. En 2010, l analyse de l étude d impact QIS 5 (Quantitative Impact Study n 5) de Solvabilité II a montré que les mécanismes de gestion actif-passif n ont pas été pris en compte par le régulateur prudentiel européen, ce qui engendrait une volatilité accrue des bilans prudentiels des sociétés d assurance et par conséquent des exigences de capital réglementaire parfois surestimées. Plus précisément, quand les spreads obligataires augmentaient, la valeur de marché des actifs obligataires baissait, mais la valeur des passifs n était pas affectée. En mars 2012, ont débuté les discussions du trilogue (Parlement européen, Conseil et Commission européenne) pour l approbation de la Directive Omnibus II 3. Les débats sont restés dans une impasse pendant plus de six mois retardant ainsi la mise en œuvre de Solvabilité II à janvier Les principaux points de discorde concernaient la méthode d extrapolation des taux longs, la mise en œuvre d une mesure contra-cyclique, d une prime d adossement (matching adjustment) et des mesures de transition. Face à l absence d un 1 Arouri M.H, L. Arias, P. Foulquier, «LTGA Impact Assessment and Bond Management: Has Solvency reached a Deadlock, EDHEC Publication sponsorisée par Russell Investments, October La nouvelle étude d impact concerne uniquement un panel d acteurs du marché européen, choisi par les superviseurs de chaque pays (35 assureurs en France par exemple). Les assureurs avaient jusqu au 31 mars 2013 pour participer à cette étude et les résultats ont été publiés par l EIOPA le 14 juin La Directive Omnibus II a pour objectif d amender la Directive de Solvabilité II et de définir des dispositions transitoires pour la mise en application de ces règles prudentielles. 3

4 consensus, le trilogue a sollicité le régulateur européen (EIOPA) pour réaliser une étude d impact sur les mesures des garanties de long terme (LTGA, Long-Term Guarantees Assessment) afin de ne pas porter atteinte au financement des Etats et des entreprises. Concrètement, pour mieux refléter les stratégies de gestion actif-passif, des mesures relatives à la valorisation des passifs de long terme ont été proposées dans l étude d impact LTGA : - L extrapolation de la courbe des taux au-delà de 20 ans : deux périodes de convergence ont été testées (10 ans et 40 ans) comme hypothèses sous jacentes ; - La prime contra-cyclique : mécanisme déclenché par l EIOPA en cas de marchés très volatiles. Trois niveaux de prime ont été testés (50, 100 et 250 points de base). Un module de risque de prime contra-cyclique a été introduit dans la formule standard (choc à la baisse de 100% de la prime). - La prime d adossement (matching adjustment) : elle a pour objectif de corriger le taux d actualisation des passifs afin que les variations de spreads affectant la valeur des actifs soient reflétées côté passif. Elle se décline en cinq versions selon différentes contraintes plus ou moins strictes. L étude d impact LTGA a testé également de nouvelles calibrations de risque, notamment le risque de spread sur lequel cette étude concentre ses recherches. Les propositions d intégration de la gestion actif-passif sur la base des mesures de risque indiquées ci-dessus ne concernent que les branches longues et ce, uniquement sous certaines conditions très restrictives. Nous avons donc choisi de nous focaliser sur l effet de la nouvelle calibration du risque de spread sur la gestion obligataire pour les activités non éligibles aux mesures LTGA relatives à la valorisation des passifs de long terme. En outre, cette analyse a été menée comparativement à la calibration proposée dans QIS5, afin de mesurer les éventuels apports de l étude LTGA, notamment la qualité de la mesure de risque SCR (Solvency Capital Requirement) obligataire et son impact sur les choix d investissements obligataires. Nous présentons dans une première partie, les propositions testées par l étude d impact LTGA : extrapolation de la courbe de taux, prime contra-cyclique, prime d adossement (matching adjustment), mesures de transition et nouveaux modules de risques, notamment le risque de spread. Dans une deuxième partie, nous analysons l impact de la nouvelle définition du module de risque de spread selon LTGA, afin d identifier les instruments qui bénéficieraient d une économie de capital réglementaire et ceux qui au contraire seraient pénalisés. Nous étudions également si la nouvelle calibration du capital réglementaire exigé au titre du spread (SCR spread) modifie, par rapport à QIS 5, la sensibilité du SCR obligataire aux différentes caractéristiques des instruments obligataires. 4

5 Dans une troisième partie, nous montrons comment l étude LTGA affecte la qualité de la mesure de risque SCR obligataire, notamment à travers l analyse des taux de dépassement des pertes historiques par rapport à la VaR historique à 99,5%. Nous complétons cette analyse par l étude de la relation entre le SCR obligataire LTGA et la volatilité. Enfin, dans une dernière partie, nous étudions si la nouvelle calibration du risque de spread entraîne par rapport à QIS 5 des modifications au niveau de la hiérarchie des instruments obligataires, mesurée selon le couple rendement-scr obligataire. En d autres termes, nous cherchons à identifier quels sont les instruments obligataires les plus attractifs selon la nouvelle calibration du risque de spread LTGA. I. L exigence de capital des engagements à long terme est prohibitive sous Solvabilité II : les nouvelles propositions du régulateur et leurs enjeux Avec Solvabilité II, les risques de marché se traduisent par un coût de capital additionnel qui doit nécessairement être intégré dans l analyse des choix d allocation d actifs. La calibration actuelle de Solvabilité II pénalise les placements obligataires de longue maturité des sociétés d assurance. Or, ces investissements sont précisément choisis afin que la gestion actif-passif soit en adéquation avec les passifs longs (retraite, assurance vie, responsabilité civile, etc.). Par ailleurs, l augmentation de la volatilité artificielle du bilan et les impacts sur la stratégie d investissements obligataires des assureurs engendrés par Solvabilité II, est de nature à remettre en cause la stabilité financière et le financement des économies européennes. Le secteur de l assurance est un des acteurs majeurs du financement de l économie en Europe avec 3,5 trilliards d euros investis en obligations. Face à ces controverses, nous avions publié en décembre une étude qui analyse l impact de la calibration de QIS 5 sur la gestion obligataire des assureurs. Afin de traiter la problématique du mismatch prudentiel, une première tentative avait été proposée par le régulateur prudentiel dans l étude d impact QIS5, en intégrant une prime d illiquidité dans le taux d actualisation des passifs prévisibles et de long terme. Cet ajustement permettait que la variation de la valeur des actifs détenus à long terme jusqu à maturité liée au risque de liquidité (par opposition au risque de défaut ou de dégradation du risque de crédit) soit compensée par la variation des passifs. Cette prime d illiquidité, qui 4 Arias L., Foulquier P., Le Maistre A. «L impact de Solvabilité II sur la gestion obligataire». Publication EDHEC. Décembre

6 finalement ne s est traduite que par une réduction de 1% des provisions techniques, a été très controversée et finalement abandonnée. Face à l absence de consensus sur le traitement du mismatch prudentiel des branches longues, notamment lors des discussions du Trilogue, il a été décidé de retarder la mise en application de Solvabilité II, afin de réaliser une nouvelle étude d impact sur les garanties de long terme (LTGA). L objectif de cette étude LTGA était de tester les différents mécanismes reflétant les stratégies de gestion actif-passif des sociétés d assurance sus mentionnés, afin de réduire la volatilité artificielle des bilans prudentiels et donc l exigence de capital prudentiel. En outre, l étude d impact LTGA proposait de tester également de nouvelles calibrations des modules de risques, en particulier celui du risque de spread. Plus précisément, l étude d impact LTGA définit le SCR spread à partir de la valeur de marché de l instrument et d un facteur de risque FUp, fonction non seulement de la notation, comme c était le cas dans QIS 5, mais aussi désormais de la duration des obligations. Il s agit ainsi d appliquer un choc dit «de base» à chaque intervalle de duration ([0 ; 5], [5 ; 10], ), auquel s ajoute un choc ajusté du différentiel de duration. Par ailleurs, l EIOPA a proposé également de tester la suppression des seuils minimaux et maximaux de duration qui limitaient la charge de capital au titre du risque de spread sous QIS 5. Dans notre étude publiée en décembre 2012, nous avions étudié l impact de la calibration de QIS 5 sur la gestion obligataire des assureurs. Nous avions cherché à répondre à quatre questions : quelles sont les caractéristiques des instruments obligataires à taux fixe déterminantes du niveau de SCR? Quelle est la pertinence du SCR en tant que mesure de risque? Comment Solvabilité II pourrait modifier l approche de gestion de risque basée sur le triplet rendement, volatilité et Value-at-Risk? Et finalement, Solvency II engendre-t-elle une nouvelle hiérarchie rendement-risque et des opportunités d arbitrage entre les différents types d obligations à taux fixe? Ici, l objectif est de répondre également à ces quatre questions, tout en tenant compte des modifications apportées par l étude LTGA au niveau du risque de spread et en comparant les résultats ainsi obtenus à ceux de QIS 5. Cela nous permettra de mettre ainsi en exergue quels pourraient être les effets de cette nouvelle calibration sur les activités des sociétés d assurance. Pour ce faire, nous analyserons, dans un premier temps, la sensibilité du capital prudentiel SCR aux caractéristiques des instruments obligataires. Dans un deuxième temps, nous 6

7 comparerons les exigences de capital obligataires à la Value-at-Risk historique, afin de déterminer la fréquence de dépassements par rapport au seuil de 0,5% défini par le régulateur et d évaluer les sous et surestimations du SCR obligataire. Nous analyserons également la relation entre le SCR obligataire et les deux mesures traditionnelles des risques volatilité et VaR. Et finalement, nous étudierons comment la hiérarchie des choix des instruments obligataires sera impactée suite aux modifications du calcul du risque de spread selon LTGA. II. Etude de sensibilité du capital requis prudentiel Solvabilité II dans un environnement obligataire Pour apprécier l impact de la nouvelle calibration du risque de spread proposée par l étude d impact LTGA par rapport à celle retenue dans QIS 5, nous avons dans un premier temps appliqué la formule (approche «théorique») pour chaque couple notation-maturité, les deux calibrations et comparé le niveau de capital requis prudentiel selon les deux référentiels. La majorité des couples notation-maturité voit «en théorie» leur SCR spread se réduire dans la nouvelle proposition LTGA. Plus précisément, les résultats montrent que : les obligations dont la duration est inférieure à 1 et ce, quelle que soit la notation, ont une exigence de capital moins importante sous LTGA que sous QIS 5 ; les obligations notées investment grade ont une exigence de capital moins importante sous LTGA que sous QIS 5, en particulier celles notées A (jusqu à 48% d économie de coût de capital pour une duration de 23) ; les obligations non-investment grade de duration moyenne (de 6 à 16 pour les obligations BB, de 6 à 12 pour les obligations notées B et inférieur) et les non notées (duration de 0 à 20) ont une exigence de capital moins importante sous LTGA que sous QIS 5 ; les obligations non-investment grade de longue duration (supérieure à 15) et les BBB dont la duration est supérieure à 25 ont une exigence de capital plus importante sous LTGA que sous QIS 5. Dans un second temps, nous avons testé les formules de spread selon les deux référentiels QIS 5 et LTGA sur un échantillon de obligations à taux fixe ou zéro coupon, émises dans quatorze pays différents (France, Allemagne, Royaume-Uni, Etats-Unis, PIIGS et BRICS) ayant coté sur la période de janvier 1999 à mi-octobre Cette approche «empirique» 7

8 montre que l application à notre échantillon (et probablement à tout portefeuille d obligations de sociétés d assurance) se traduit par une dilution de l effet des exigences réglementaires SCR obligataire mis en exergue dans un premier temps (comparaison des formules par couple notation-maturité que nous avons qualifiée d approche «théorique») en raison de : La faible concentration des obligations possédant une notation élevée (AAA, AA, A) et de duration supérieure à 10 pour lesquelles la réduction du SCR spread est la plus forte (supérieure à 20% selon LTGA par rapport à QIS 5) ; La forte concentration des obligations avec une notation élevée et de duration inférieure à 9 pour lesquelles la réduction du SCR spread est moindre (inférieure à 20% voire nulle) ; La faible concentration des obligations avec une notation faible et duration longue pour lesquelles les exigences de capital augmentent ; L effet de dilution lié au poids du SCR spread dans le SCR obligataire auquel s ajoute l effet de diversification engendré par l agrégation du risque de taux d intérêt et du risque de spread. On observe que les obligations qui bénéficient d une réduction sensible du SCR de spread sont aussi celles dont le poids du SCR spread dans le SCR obligataire est le plus faible. Pour approfondir cette problématique, nous reprenons dans la présente étude les quatre questions sus mentionnées que nous avions traitées dans notre publication de décembre Pour répondre à la première interrogation relative aux caractéristiques explicatives des instruments obligataires du niveau de SCR, nous avons considéré le même échantillon que celui retenu dans notre étude de 2012 et avons étudié les corrélations entre les différentes caractéristiques des obligations5 et le capital réglementaire obligataire requis selon les deux référentiels LTGA et QIS 5. Les tests réalisés avec la nouvelle calibration LTGA du risque de spread conduisent à des conclusions et résultats similaires à ceux formulés dans le cadre de la calibration de QIS 5 : la duration demeure la variable la plus corrélée au SCR obligataire (74,07% CdP et 80,48% CdS6), suivie de la maturité résiduelle (62,46%CdP et 80,07% CdS) et de la notation (56,74% CdP et 54,81% CdS). Une faible corrélation a été observée entre le SCR et le spread (CdP de 6,38% et CdS de 5,99%), ce qui peut s expliquer par le traitement du risque de spread dans la formule standard de Solvabilité II, qui en dépit d une calibration plus fine selon LTGA, demeure forfaitaire au sein d une même notation. 5 Les caractéristiques des instruments obligataires que nous avons retenues sont : fréquence des coupons, taux de coupon, spread, duration, maturité résiduelle, notation, [valeur de remboursement/valeur nominale], [prix pied de coupon/valeur de remboursement], [prix coupon couru/valeur de remboursement]. 6 CdS : corrélation de rang de Spearman et CdP : correlation de Pearson. 8

9 Au regard de ces résultats, nous avons approfondi notre étude en analysant la sensibilité du SCR obligataire à la notation et à la maturité. Il en résulte que plus la maturité est longue, plus les exigences en capital SCR sont élevées et ceci, quelle que soit la notation de crédit considérée. Solvabilité II pourrait ainsi engendrer une pression inflationniste sur les taux longs si l exigence de capital réglementaire pour les obligations de longue maturité est jugée prohibitive. Par rapport à la notation, l étude montre que les obligations notées AAA, AA et A consomment sensiblement moins de capital que celles ayant des notations inférieures. Ces dernières pourraient être délaissées, si le coût marginal engendré par Solvabilité II est jugé excessif. Ainsi, ces deux résultats sont de nature à montrer que la calibration du module de risque de spread selon l étude d impact LTGA, n engendre guère de changement par rapport à celle de QIS 5 pour les obligations adossées à des passifs non éligibles au matching adjustment. Au regard de la duration et de la notation, la calibration du risque obligataire selon LTGA comme pour QIS 5 est donc de nature à peser sur le financement des Etats et des entreprises. III. La mesure de risque LTGA retenue par Solvabilité II pour le risque obligataire est-elle pertinente (SCR versus VaR historique et volatilité)? Avec Solvabilité II, une quatrième dimension (le capital réglementaire) vient s ajouter au traditionnel triplet (rendement, volatilité et VaR) considéré dans la construction de l allocation d actifs des gérants obligataires. Dès lors, il paraît fondamental d étudier la pertinence de la mesure de risque SCR retenue par le régulateur par rapport à la VaR et à la volatilité historique. Pour ce faire, nous avons calculé les taux de dépassement, définis par la fréquence à partir de laquelle les pertes historiques observées dépassent le capital réglementaire qu aurait exigé le régulateur prudentiel (SCR obligataire). Appliqué à notre échantillon, il ressort que les pertes historiques ont dépassé les exigences de capital définies selon LTGA pour 1,37% des observations (versus 1,23% pour QIS 5). Cette augmentation des dépassements de 11,7% peut s expliquer par le fait que, comme nous l avons conclu précédemment, la nouvelle calibration du risque de spread LTGA réduit les exigences de capital au titre du risque de spread, en dépit des effets dilutifs sus mentionnés. 9

10 Afin d affiner l analyse de ce taux de dépassement de 1,37%, soit 2,74 fois plus que l objectif du régulateur de 0,5% (VaR à 99,5%), nous avons mené une étude par période (pour isoler les périodes de crise), par zone géographique, par notation et par maturité. L analyse des taux de dépassement par période permet de conclure, à l instar de la calibration retenue par QIS 5 même si les taux selon LTGA sont plus élevés, que durant les périodes de crise ( et ), les exigences de capital réglementaire sont sous-estimées. A contrario, en l absence de crise ( ), les taux de dépassement sont inférieurs à 0,5%, ce qui signifie que la mesure de risque est surestimée. Une analyse par zone géographique conduit également aux mêmes conclusions que celles formulées avec QIS 5, en termes de hiérarchie des zones, même si les taux de dépassement sont généralement plus élevés. La zone France, Allemagne et Royaume-Uni présente le plus faible taux de dépassement (0,572% versus 0,513% selon QIS 5) et est proche de celui fixé par le régulateur. Durant la période , où la crise a engendré des pertes substantielles, le taux de dépassement est de 1,234% (versus 1,07% selon QIS 5). La zone PIIGS présente un taux de dépassement de 1,169% (versus 1,007% avec QIS 5), soit 2,3 fois le seuil exigé par le régulateur. Dans cette zone, les pays qui présentent les taux de dépassement les plus élevés sont la Grèce (7,925%), l Espagne (5,688%), et l Irlande (5,110%), à l instar de ce que nous avions démontré sous QIS 5. Les Etats-Unis présentent un taux de dépassement de cinq fois plus que le seuil exigé par le régulateur (2,627% versus 2,346% selon QIS 5). Ce dépassement est la conséquence d une sous-estimation de la mesure de risque sur les périodes de crise et (taux de dépassement respectivement de 2,52% et 7,836%). En l absence de crise, la mesure de risque est plutôt bien calibrée par rapport à la VaR historique de 99,5%. La zone des BRICS présente le taux de dépassement le plus important (3,139% versus 3,091% selon QIS5, soit 6,3 fois plus important que l objectif du régulateur). L analyse des taux de dépassement selon la notation montre à l instar de QIS 5 (avec toutefois des taux de dépassement plus importants) que ces derniers augmentent avec la dégradation de la notation de crédit (de 0,533% pour les AAA à 6,533% pour les CCC ou inférieur). Seules les obligations notées AAA et les non notées satisfont la VaR à 99,5%. L analyse des taux de dépassement par maturité montre qu ils se réduisent lorsque la maturité augmente. Cela s explique par le fait que les émissions sur de longues maturités sont principalement composées d obligations dont la notation est élevée, pour lesquelles les 10

11 exigences de capital sont en général mieux estimées. Nous avons constaté aussi que les taux de dépassement qui ont le plus augmenté par rapport à QIS 5 concernent les maturités supérieures à 15 ans, ce qui est cohérent avec la méthodologie retenue pour évaluer le risque de spread de l étude LTGA et la composition de notre échantillon. Afin de compléter ces études sur la pertinence de la mesure de risque SCR réalisées à partir des taux de dépassement, nous avons analysé les couples VaR historique à 99,5%-SCR obligataire selon les deux référentiels QIS 5 et LTGA. Nos résultats montrent qu à l instar de QIS 5, les obligations à faible risque (SCR compris entre 0% et 8%) bénéficient d une mesure de risque conforme à la VaR historique à 99,5%. Ceci est cohérent avec le fait que la formule issue de LTGA ne conduit pas à des modifications pour les courtes durations (de 1 à 5) par rapport à QIS 5. Au-delà d un SCR de 10%, sur la période , les pertes mesurées par la VaR sont plus importantes que le capital exigé par le régulateur, ce qui confirme la sousestimation observée lors de l analyse des taux de dépassement pour la totalité de l échantillon sur l ensemble de la période. L analyse sur la période confirme que cette sousestimation n est qu apparente et n est le fait que du poids substantiel de la crise. En effet, sur la période , l exigence de capital prudentiel est surestimée et ce, d autant plus, que le risque mesuré par le SCR augmente. Enfin, l analyse de la relation entre le SCR obligataire et la volatilité historique des rendements montre que la formule standard de Solvabilité II intègre correctement la volatilité des rendements obligataires, même si au-delà d un SCR de 40% la qualité du modèle se dégrade. Le coefficient de détermination du modèle de régression est de 97,79% (versus 98,38% selon QIS 5) et le coefficient de corrélation de 93,36%. En conclusion, le SCR est une mesure de risque plutôt globalement pertinente et la forte corrélation de l exigence de capital réglementaire au titre du risque obligataire avec la VaR et la volatilité montre que Solvabilité II devrait ne pas ajouter une quatrième dimension à la gestion obligataire qui repose aujourd hui sur le triplet rendement-volatilité-var. Au contraire, il serait possible de gérer les instruments obligataires à taux fixe à partir du seul couple rendement-scr. 11

12 IV. Allocation d actifs des sociétés d assurance selon la rentabilité prudentielle Dans cette dernière partie, nous avons analysé si la nouvelle calibration du risque de spread proposée dans l étude d impact LTGA engendrait des changements dans la hiérarchie des choix obligataires et offrait des opportunités d arbitrage en termes de rentabilité prudentielle (rendement par rapport à l exigence de capital prudentielle SCR). Pour ce faire, nous avons étudié les couples rendement-scr obligataire afin de déterminer si toute prise de risque est rémunérée ou pas et ce, par notation. Les courbes de rendement en fonction du SCR obligataire conservent leur forme quasi-concave identifiée avec QIS 5. Les rendements sont croissants lorsque le SCR est compris entre 0% et 10% puis au-delà stagnent voire diminuent. La prise de risque n est donc rémunérée que jusqu à un certain niveau de SCR, fonction de la notation de crédit. Plus précisément, pour des niveaux de risques faibles (SCR compris entre 0% et 8%), les obligations notées A, offrent sur la période , les meilleurs rendements, à l instar de la calibration QIS 5. Ces niveaux de SCR correspondent à des obligations de duration inférieure à 5, pour lesquelles d ailleurs le SCR est identique à celui de QIS 5. Pour un SCR compris entre 8% et 9%, les obligations les plus performantes sont celles notées BB. De 9% à 20%, se sont les obligations CCC qui offrent le meilleur rendement. Au-delà de 25% de SCR, la dépendance entre le rendement et le SCR est assez faible. Ce niveau de risque est généralement atteint par les obligations investment grade de duration moyenne de 19,62, des obligations à haut rendement (high yield) de duration moyenne de 7 et des obligations non notées de duration moyenne de 16. Dans l étude LTGA comme dans QIS 5, le régulateur a adopté une approche commune à toutes les catégories d obligations, sans considérer leurs spécificités. Aussi, les obligations investment grade de longue maturité dédiées à la gestion actif-passif sont pénalisées. A contrario, les obligations à haut rendement de courte duration sont favorisées. Pour mieux calibrer le risque de ces obligations spécifiques, une solution serait d adopter une approche similaire à celle utilisée pour les actions adossées à des passifs de retraite cantonnés pour les obligations investment grade de longue maturité, et un modèle où le risque de défaut est prépondérant comme pour les obligations high yield. 12

13 Nous avons par ailleurs mené une analyse de l efficacité de la prise de risque selon le ratio rendement/scr obligataire. Les résultats montrent que l efficacité maximale est atteinte pour des durations faibles (entre 1 et 3), correspondant à des niveaux de risque compris entre 3% et 15% selon la notation. Les changements introduits par LTGA au niveau des chocs de spread n affectent pas les résultats relatifs à l efficacité maximale par notation puisque les exigences de capital pour les faibles durations (entre 1 et 5) restent inchangées par rapport à QIS 5. Ainsi, la calibration proposée par LTGA continue à favoriser les obligations de courte duration (entre 1 et 3). Conclusion Le SCR obligataire selon l étude d impact LTGA (comme pour QIS 5) est une mesure de risque globalement pertinente pour les obligations à taux d intérêt fixe mais elle peut toutefois être améliorée en considérant : La mise en œuvre d un Dampener obligataire, afin d intégrer les effets des cycles économiques et éventuellement un ajustement en fonction du profil de la zone géographique où les obligations ont été émises. Une refonte de la mesure des obligations investment grade de longue maturité dédiées à la gestion actif-passif compte tenu de leur forte pénalisation sous Solvabilité II. Elles pourraient être traitées selon une approche similaire à celle utilisée pour les actions adossées à des passifs de retraite cantonnés. Une reformulation de l approche du risque des obligations à haut rendement (high yield). En effet, ces obligations, choisies par les assureurs dans le but d obtenir un supplément de performance présentent des sensibilités aux facteurs de risque différents de celles des autres obligations. Leur valorisation étant très sensible à l estimation de la perte en cas de défaut, un modèle où le risque de défaut est prépondérant devrait être retenu par le régulateur européen. L une des raisons du blocage du vote de la directive Omnibus II, qui s est traduit par le décalage de l entrée en vigueur de Solvabilité II était la calibration du risque obligataire de QIS 5, de nature à remettre en cause l équilibre de la stabilité financière et le financement des entreprise et des Etats. Notre analyse de la nouvelle calibration du risque obligataire définie par l étude d impact LTGA ne permet pas de conclure à une amélioration de la calibration LTGA par rapport à QIS 5. 13

Actualités Solvabilité 2

Actualités Solvabilité 2 Risk and Value Measurement Services (RVMS) Actualités Solvabilité 2 Omnibus 2 approuvé le 13 novembre 2013, entrée en vigueur définitif le 1 er janvier 2016 18 novembre 2013 1. Contexte et résumé Un projet

Plus en détail

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II FIXAGE Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II Deauville - 21 septembre 2012 Emmanuel TASSIN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick - 75008 Paris - France Téléphone : 33 (1) 53 83 83 93 - Télécopie : 33

Plus en détail

Une publication du Pôle de recherche en analyse financière et comptabilité Les impacts de Solvabilité II sur la gestion obligataire

Une publication du Pôle de recherche en analyse financière et comptabilité Les impacts de Solvabilité II sur la gestion obligataire Une publication du Pôle de recherche en analyse financière et comptabilité Les impacts de Solvabilité II sur la gestion obligataire Juillet 2012 Sommaire Résumé...5 Introduction...9 I. La mesure des risques

Plus en détail

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne Solvabilité II: Bilan et enjeux pour l investissement de long terme Conférence EIFR; Paris, 7 avril 2011 Benoît Hugonin Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services,

Plus en détail

Christian Lopez Responsable Recherche Tél. 01 53 15 70 79 christian.lopez@cpr-am.fr 25/06/2014

Christian Lopez Responsable Recherche Tél. 01 53 15 70 79 christian.lopez@cpr-am.fr 25/06/2014 Comment s adapter aux modèles standards : de la recherche aux nouvelles offres de services et de produits Christian Lopez Responsable Recherche Tél. 01 53 15 70 79 christian.lopez@cpr-am.fr 25/06/2014

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

Quelle allocation d actifs sous Solvency II?

Quelle allocation d actifs sous Solvency II? www.cpr-am.fr Quelle allocation d actifs sous Solvency II? Xavier AGENOS Directeur ALTM CA ASSURANCES Arnaud FALLER Directeur des Investissements CPR AM Conférence ARGUS de l Assurance Mercredi 24 novembre

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Doit-on mettre en œuvre de nouveaux produits d épargne pour financer la retraite? Jeudi 10 avril 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Doit-on mettre en œuvre de nouveaux produits d épargne pour financer la retraite? Jeudi 10 avril 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Doit-on mettre en œuvre de nouveaux produits d épargne pour financer la retraite? Intervenants : Jeudi 10 avril 2014 Didier Folus, Professeur de finance, Université

Plus en détail

FIXAGE. «National pop-up» : vers une renationalisation de la gestion obligataire des compagnies d assurance

FIXAGE. «National pop-up» : vers une renationalisation de la gestion obligataire des compagnies d assurance FIXAGE «National pop-up» : vers une renationalisation de la gestion obligataire des compagnies d assurance Intervention de Michel PIERMAY Deauville, le 26 septembre 2014 Journées d études de l Institut

Plus en détail

Solvabilité II un changement de paradigme

Solvabilité II un changement de paradigme Réglementation Solvabilité II un changement de paradigme En Europe, près de 7 700 milliards d euros d actifs sont gérés par des investisseurs institutionnels qui ont un horizon d investissement de long

Plus en détail

2. Le véhicule a d abord connu un succès soutenu grâce aux dispositions de l article 210-E du Code général des impôts.

2. Le véhicule a d abord connu un succès soutenu grâce aux dispositions de l article 210-E du Code général des impôts. 1 Introduction 1. Les organismes de placement collectif immobilier (OPCI) ont été créés par une ordonnance n 2005-1278 du 13 octobre 2005, complétée par un décret d application n 2006-1542 du 6 décembre

Plus en détail

Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013. Paris, le 6 juin 2013

Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013. Paris, le 6 juin 2013 Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013 Paris, le Programme Évolutions quantitatives et impacts associés Enseignements à tirer des derniers travaux demandés par l EIOPA (Pilier 1)

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Obligations. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Obligations. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Qu est-ce qu une obligation? 3 Définition 3 Différences entre actions et obligations

Plus en détail

FIXAGE. Les fonds de pension en Europe : remise en cause des promesses passées

FIXAGE. Les fonds de pension en Europe : remise en cause des promesses passées FIXAGE Les fonds de pension en Europe : remise en cause des promesses passées Intervention de Stéphane BONIN Deauville, le 20 septembre 2012 Journées d étude de l Institut des Actuaires et du SACEI 11,

Plus en détail

L entrée en vigueur de Solvabilité 2 est maintenant imminente et les derniers

L entrée en vigueur de Solvabilité 2 est maintenant imminente et les derniers FOCUS PRESSE RECHERCHE MARS 2015 Solvabilité 2 : focus sur le dampener actions Par Noémie Hadjadj-Gomes Ingénieure Recherche Responsable des projets taux et assurance L entrée en vigueur de Solvabilité

Plus en détail

Le financement de l économie dans le nouvel environnement réglementaire

Le financement de l économie dans le nouvel environnement réglementaire 16 juin 2015 Séminaire Sc Po / Banque de France Le financement de l économie dans le nouvel environnement réglementaire Lorenzo Bini Smaghi Président du Conseil d Administration Régulation bancaire en

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Favoriser l épargne longue

Favoriser l épargne longue Favoriser l épargne longue Contexte et réglementations assurance 6è Forum International Economique et Financier de Paris, 6 juin 2013 Introduction générale et sommaire Allocation d actifs des assureurs

Plus en détail

QIS5: Petites concessions entre assureurs et régulateurs? Avril 2010 L BAILLY H DOUARD

QIS5: Petites concessions entre assureurs et régulateurs? Avril 2010 L BAILLY H DOUARD QIS5: Petites concessions entre assureurs et régulateurs? Avril 2010 L BAILLY H DOUARD ALTIA 76, rue de la Victoire, 75009 Paris Tél : +33 (0)1 42 97 91 70 - Fax : +33 (0)1 42 97 91 80 Site : www.altia.fr

Plus en détail

SOLUTIONS COMPAGNIES D ASSURANCE L EXPERTISE À LA HAUTEUR DE VOS EXIGENCES CANDRIAM, LE PARTENAIRE DES COMPAGNIES D ASSURANCE

SOLUTIONS COMPAGNIES D ASSURANCE L EXPERTISE À LA HAUTEUR DE VOS EXIGENCES CANDRIAM, LE PARTENAIRE DES COMPAGNIES D ASSURANCE SOLUTIONS COMPAGNIES D ASSURANCE L EXPERTISE À LA HAUTEUR DE VOS EXIGENCES CANDRIAM, LE PARTENAIRE DES COMPAGNIES D ASSURANCE NOS ATOUTS UN PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ POUR VOTRE GESTION ASSURANTIELLE CANDRIAM

Plus en détail

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT...

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... Sommaire 1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... 3 6. DESCRIPTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE... 3 Date

Plus en détail

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables Cycle de Conférence à la Cour de Cassation 21 février 2005 Alain Duchâteau Directeur de la Surveillance Générale

Plus en détail

Résultats annuels 2014

Résultats annuels 2014 Résultats annuels 2014 SCOR enregistre un résultat net de EUR 512 millions et une augmentation de 15 % de ses fonds propres, et propose un dividende de EUR 1,40 (+ 8 %) En 2014, le Groupe a enregistré,

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE n 5 Saison 2012-2013. L impact du vieillissement sur la gestion de l épargne retraite. Lundi 15 avril 2013

Séminaire CDC TDTE n 5 Saison 2012-2013. L impact du vieillissement sur la gestion de l épargne retraite. Lundi 15 avril 2013 Séminaire CDC TDTE n 5 Saison 2012-2013 L impact du vieillissement sur la gestion de l épargne retraite Lundi 15 avril 2013 Intervenants : - Didier Folus (Université de Paris Ouest, IFPASS) - Philippe

Plus en détail

Dette d Infrastructure: Une Solution de Diversification au sein de l Allocation Obligataire?

Dette d Infrastructure: Une Solution de Diversification au sein de l Allocation Obligataire? Dette d Infrastructure: Une Solution de Diversification au sein de l Allocation Obligataire? Journée des Expertises d Allianz Global Investors 15 octobre 2013 Présentation réservée aux clients professionnels

Plus en détail

Le traitement des engagements sur les PME dans Bâle II (CP3)

Le traitement des engagements sur les PME dans Bâle II (CP3) ÉTUDE Le traitement des engagements sur les PME dans Bâle II (CP3) Le contenu du nouvel accord de Bâle sur le ratio international de solvabilité bancaire, dont l entrée en vigueur est prévue pour la fin

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

De ces 6 blocs, le Groupe OFI est concerné par les blocs marché et défaut relatifs aux investissements financiers.

De ces 6 blocs, le Groupe OFI est concerné par les blocs marché et défaut relatifs aux investissements financiers. Calcul du SCR marché Rappel : Dans le cadre de la nouvelle réglementation de l assurance Solvabilité 2, le premier pilier quantitatif définit les normes de calcul des fonds propres réglementaires. Le SCR

Plus en détail

Valorisation dans le secteur de l assurance

Valorisation dans le secteur de l assurance DRAFT Valorisation dans le secteur de l assurance Philippe TRAINAR Chief Risk Officer, SCOR Group Colloque de l Association de Comptabilité Nationale 2-4 juin 2010, Paris INTRODUCTION La question de la

Plus en détail

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance 10 juillet 2012 Intervention à l Université d Eté de l Institut des Actuaires Gildas Robert Actuaire Senior Manager Frédérique

Plus en détail

Fonds de prêts directs à l économie Prêts immobiliers commerciaux senior

Fonds de prêts directs à l économie Prêts immobiliers commerciaux senior 1 Fonds de prêts directs à l économie Prêts immobiliers commerciaux senior Intervenants 2 Jean-Marie Catala Groupama Asset Management Directeur du Développement Directeur Général Délégué Thibault de SAINT

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

Swisscanto (LU) Bond Invest Global High Yield. Edition pour la Suisse, l Allemagne, l Autriche, le Liechtenstein et le Luxembourg

Swisscanto (LU) Bond Invest Global High Yield. Edition pour la Suisse, l Allemagne, l Autriche, le Liechtenstein et le Luxembourg Swisscanto (LU) Bond Invest Global High Yield Edition pour la Suisse, l Allemagne, l Autriche, le Liechtenstein et le Luxembourg Le défi : Investir dans des obligations high yield Notion La capacité d

Plus en détail

Orientations générales de la politique de placement

Orientations générales de la politique de placement 16 juin 2009 Orientations générales de la politique de placement 1. La Mission du FRR 1.1 Créé par la loi n 2001-624 du 17 juillet 2001, le FRR s est vue confié pour mission par le législateur de «gérer

Plus en détail

Chapitre 2 L actualisation... 21

Chapitre 2 L actualisation... 21 III Table des matières Avant-propos Remerciements.... Les auteurs... XI XII Chapitre 1 L intérêt.... 1 1. Mise en situation.... 1 2. Concept d intérêt... 1 2.1. L unité de temps... 2 2.2. Le taux d intérêt...

Plus en détail

Bâle II et les exigences de fonds propres applicables aux banques

Bâle II et les exigences de fonds propres applicables aux banques et les exigences de fonds propres applicables aux banques Mark Illing et Graydon Paulin* Au cours des prochaines années, un nouvel accord mondial sur les fonds propres () sera mis en œuvre dans un certain

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 Nouvelles normes IFRS7 Méthode de valorisation dans le contexte de crise financière Mars 2008 La nouvelle norme, Instruments financiers

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement...

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement... III Table des matières Avant-propos Remerciements................................. Les auteurs..................................... Chapitre 1 L intérêt............................. 1 1. Mise en situation...........................

Plus en détail

CEA mémoire de fin d études

CEA mémoire de fin d études CEA mémoire de fin d études LA TRANSFORMATION ET L EXTERNALISATION D UN RÉGIME DE RETRAITE SUPPLÉMENTAIRE À PRESTATIONS DÉFINIES, DE DIFFÉRENTS POINTS DE VUE *** Impacts du référentiel et du contexte économique

Plus en détail

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés SOLVABILITE II Glossaire et notions clés Version septembre 2013 A Actuaire Spécialiste qui applique la statistique et le calcul des probabilités pour la conduite d opérations financières et d assurance.

Plus en détail

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Le développement de l assurance vie résulte de circonstances exceptionnelles (fiscalité, baisse des taux d intérêt, contractualisation

Plus en détail

INFORM OBLIGATIONS DE PREMIÈRE QUALITÉ ET OBLIGATIONS À HAUT RENDEMENT: AUGMENTER LE RENDEMENT ET DIMINUER LE RISQUE GRÂCE À UNE JUSTE COMBINAISON

INFORM OBLIGATIONS DE PREMIÈRE QUALITÉ ET OBLIGATIONS À HAUT RENDEMENT: AUGMENTER LE RENDEMENT ET DIMINUER LE RISQUE GRÂCE À UNE JUSTE COMBINAISON 2 2002 INFORM INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION OBLIGATIONS DE PREMIÈRE QUALITÉ ET OBLIGATIONS À HAUT RENDEMENT: AUGMENTER LE RENDEMENT ET DIMINUER LE RISQUE GRÂCE À UNE

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

Sommaire. Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC

Sommaire. Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Office fédéral de l énergie OFEN Approvisionnement énergétique 14 septembre 2015 Explications relatives

Plus en détail

Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS

Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS Journées d études 2011 Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS FRACTALES 0 Journées d études 2011 Sommaire Projet SIGMA 1 ère partie 1. Durée, duration, sensibilité 2. Sensibilité locale du BE Applications

Plus en détail

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement»

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» REFERENCE : 301 1. Objectif général Situer les enjeux de la nouvelle réglementation issue de Bâle III : «Capital Requirements Regulation (CRR)» et

Plus en détail

UNE POLITIQUE FINANCIÈRE CONCILIANT PRUDENCE ET PERFORMANCE

UNE POLITIQUE FINANCIÈRE CONCILIANT PRUDENCE ET PERFORMANCE 36 UNE POLITIQUE FINANCIÈRE CONCILIANT PRUDENCE ET PERFORMANCE 37 UNE POLITIQUE FINANCIÈRE CONCILIANT PRUDENCE ET PERFORMANCE Predica a poursuivi en 2004 une politique d investissement conjuguant prudence

Plus en détail

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures EDC Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier Durée de l épreuve : 2 heures Calculatrice autorisée Pas de documentation autorisée Notation Questions à choix multiples (25) Une

Plus en détail

J.P. Morgan Asset Management. Obligations convertibles mondiales

J.P. Morgan Asset Management. Obligations convertibles mondiales DOCUMENT RESERVE AUX PROFESSIONNELS NE PAS DISTRIBUER AU PUBLIC J.P. Morgan Asset Management Obligations convertibles mondiales Antony Vallée, Responsable de la gestion convertibles Philosophie d investissement

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Problèmes de crédit et coûts de financement

Problèmes de crédit et coûts de financement Chapitre 9 Problèmes de crédit et coûts de financement Ce chapitre aborde un ensemble de préoccupations devenues essentielles sur les marchés dedérivésdecréditdepuislacriseducréditde2007.lapremièredecespréoccupations

Plus en détail

Si l on classe les stratégies d investissement par S ADAPTER À UN UNIVERS DE TAUX DURABLEMENT BAS

Si l on classe les stratégies d investissement par S ADAPTER À UN UNIVERS DE TAUX DURABLEMENT BAS S ADAPTER À UN UNIVERS DE TAUX DURABLEMENT BAS Fabrice Rossary, CFA Directeur des investissements et membre du directoire, Scor Global Investments Les institutions ayant des engagements de long terme sont

Plus en détail

Experts for Finality and Run-off

Experts for Finality and Run-off Profil d entreprise Experts for Finality and Run-off Une activité de pionnier DARAG, Deutsche Versicherungs- und Rückversicherungs-AG est une compagnie d assurance spécialisée dans le Run-off. Nous sommes

Plus en détail

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Les modalités de gestion

Plus en détail

Les banques et la stabilité financière

Les banques et la stabilité financière Les banques et la stabilité financière 26e Rendez vous de la Mondialisation : Banques et stabilité financière dans la mondialisation Mercredi 27 juin 2012 Laurent Clerc Directeur de la stabilité financière

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 www.varm.fr Solvabilité 2 commentaires sur l ORSA Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 Sommaire Introduction... 2 Principes pour une gestion intégrée des risques... 3 La mise en place de l ORSA... 5 Introduction

Plus en détail

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Nous vous remercions de votre participation à cette étude d impact quantitative (EIQt n o 3), qui a pour but de recueillir de l information

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 21 mars 2013 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Cercle Finance du Québec. La gestion active dans le cadre de la gestion des risques

Cercle Finance du Québec. La gestion active dans le cadre de la gestion des risques Cercle Finance du Québec La gestion active dans le cadre de la gestion des risques Patrick De Roy, FSA, FICA, CFA, FRM, CERA Chef de la pratique des placements et de la gestion des risques Colloque du

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE L assurance française en 43 L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE GRÂCE AUX PLACEMENTS qu elle effectue en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial dans le

Plus en détail

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Conférence ATEL - 11 décembre 2012 LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Marc-Antoine DOLFI, associé 1 PLAN DE PRESENTATION Le contrat de capitalisation 1. Description 2.

Plus en détail

Introduction Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACP

Introduction Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACP Introduction Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACP Banque de France - Autorité de Contrôle Prudentiel Sommaire Conférence animée par Romain Paserot, directeur des contrôles

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Octobre 2012 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l original

Plus en détail

A la recherche de rendement. Les obligations Haut Rendement. Animé par : Pierre WROBEL, Spécialiste Produit. Juin 2014

A la recherche de rendement. Les obligations Haut Rendement. Animé par : Pierre WROBEL, Spécialiste Produit. Juin 2014 A la recherche de rendement Les obligations Haut Rendement Animé par : Pierre WROBEL, Spécialiste Produit Juin 2014 Des taux historiquement bas Un taux allemand à 10 ans aujourd hui inférieur à 2 % < 2

Plus en détail

Synthèse des instructions de l'eiopa pour la préparation à Solvabilité 2

Synthèse des instructions de l'eiopa pour la préparation à Solvabilité 2 www.pwc.fr/solv2 Synthèse des instructions de l'eiopa pour la préparation à Solvabilité 2 27 septembre 2013 Contexte Suite aux consultations publiques du 27 mars 2013 sur les mesures de préparation à Solvabilité

Plus en détail

Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise

Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise GESTION DES RETRAITES Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise Ces dernières années, la gestion du risque liée au poids des retraites a pris une place de plus en plus

Plus en détail

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II 25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie de la Société Générale.

Plus en détail

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009 IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE SOMMAIRE 1- Préambule /Contexte 2- Macro analyse d impact sur l épargne 3- Transition vers

Plus en détail

F I X A G E. La notion de valeur liquidative et la modélisation du risque : contrôler les risques financiers ou les cacher?

F I X A G E. La notion de valeur liquidative et la modélisation du risque : contrôler les risques financiers ou les cacher? F I X A G E La notion de valeur liquidative et la modélisation du risque : contrôler les risques financiers ou les cacher? Intervention de Michel PIERMAY aux journées d étude des Actuaires le 14 mars 2008

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

LES DIFFICULTÉS D ACCÈS AU CRÉDIT

LES DIFFICULTÉS D ACCÈS AU CRÉDIT LES DIFFICULTÉS D ACCÈS AU CRÉDIT Journée d étude «La gestion de la dette des collectivités et établissements publics locaux» Patrick Barbaste vendredi 9 novembre 2012 IEP de Strasbourg-CRC d'alsace PREMIERE

Plus en détail

Solvabilité 2 Maquette simplifiée pour les mutuelles santé

Solvabilité 2 Maquette simplifiée pour les mutuelles santé Mutualité Française / SFG Solvabilité 2 Maquette simplifiée pour les mutuelles santé Présentation Institut des Actuaires Fabien RAVIARD Responsable Actuariat Service Fédéral de Garantie 1 Solvabilité 2

Plus en détail

FIXAGE. La gestion des risques de taux et de liquidité chez les assureurs-vie. Intervention de Michel PIERMAY. Deauville, le 19 septembre 2012

FIXAGE. La gestion des risques de taux et de liquidité chez les assureurs-vie. Intervention de Michel PIERMAY. Deauville, le 19 septembre 2012 FIXAGE La gestion des risques de taux et de liquidité chez les assureurs-vie. Intervention de Michel PIERMAY Deauville, le 19 septembre 2012 Journées d études de l institut des Actuaires et du SACEI FIXAGE

Plus en détail

Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse de l homme et de la nature

Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse de l homme et de la nature Didier Janci Didier Janci, Caisse des Dépôts, membre du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD) Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse

Plus en détail

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité AXA Rendement AXA Rendement est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

PALATINE HORIZON 2015

PALATINE HORIZON 2015 PALATINE HORIZON 2015 OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE Présentation succincte : Code ISIN :

Plus en détail

En route vers Bâle III

En route vers Bâle III Sommaire Rappel de la réglementation Bâle II Un contexte de crise Présentation de la réforme Le volet liquidité Exemples d interventions Rappel de la réglementation Bâle II 3 piliers Pilier I : l'exigence

Plus en détail

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Colloque du CNAM 6 octobre 2011 Intervenants OPTIMIND Gildas Robert actuaire ERM, senior manager AGENDA Introduction Partie 1 Mesures de

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

Cours orienté vers la pratique Finances et placements

Cours orienté vers la pratique Finances et placements Cours orienté vers la pratique Finances et placements La présente note vise à donner aux candidats des détails sur l approche suivie dans la section du Cours orienté vers la pratique (COP) portant sur

Plus en détail

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Allianz Suisse Vie Compte d exploitation 1 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle

Plus en détail

FIXAGE. Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value

FIXAGE. Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value FIXAGE Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value Petit-déjeuner du 9 janvier 2003 animé par Michel PIERMAY et Arnaud COHEN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick 75008 Paris

Plus en détail

ÉCLAIRAGE AVRIL 2015 QUELLES OPPORTUNITÉS POUR LA DETTE FINANCIÈRE? Le rendement moyen de la classe d actifs pourrait atteindre 6% en 2015 1

ÉCLAIRAGE AVRIL 2015 QUELLES OPPORTUNITÉS POUR LA DETTE FINANCIÈRE? Le rendement moyen de la classe d actifs pourrait atteindre 6% en 2015 1 ASSET MANAGEMENT ÉCLAIRAGE AVRIL 15 QUELLES OPPORTUNITÉS POUR LA DETTE FINANCIÈRE? Dans un contexte marqué par des taux durablement bas, les investisseurs se tournent vers les segments du marché obligataire

Plus en détail

Après Solvabilité 2, les nouvelles problématiques posées par la norme IFRS assurance phase 2

Après Solvabilité 2, les nouvelles problématiques posées par la norme IFRS assurance phase 2 Après Solvabilité 2, les nouvelles problématiques posées par la norme IFRS assurance phase 2 Congrès 2010 de l Institut des Actuaires Paris, mercredi 23 juin 2010 Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2014. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2014

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2014. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2014 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Allianz Suisse Vie Compte d exploitation 1 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle

Plus en détail

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE 2013 2014 Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 Dépôts à terme et assimilés

Plus en détail

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET Workshop Agenda Perceptions et concepts de JV Les Normes internationales Approche des IFRS 7 - IFRS 9 - IFRS 13 Guide de Juste Valeur Exemple d application Confrontation

Plus en détail

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005 La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans 1. Le besoin d obligations à très long terme 2. L opinion des investisseurs 3. L approche de l AFT 1 1. Le besoin d obligations

Plus en détail

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE TRAITEMENT COMPTABLE D11 ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE Il n existe d engagement de l entreprise que dans le cadre d un régime à prestations définies ou d indemnités de fin de carrière. Les régimes à cotisations

Plus en détail

Le système de cotation de la Banque de France Un outil au service de l économie

Le système de cotation de la Banque de France Un outil au service de l économie Direction générale des Activités Fiduciaires et de Place Direction des Entreprises Le système de cotation de la Banque de France Un outil au service de l économie Claire Mangin San Remo 17 octobre 2014

Plus en détail

COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF

COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF LE 20 NOVEMBRE 2014 Sébastien Naud, CFA, M.Sc. Conseiller principal L investissement guidé par le passif Conférenciers

Plus en détail