Au-delà des règles, l importance de la surveillance prudentielle en matière de réglementation financière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Au-delà des règles, l importance de la surveillance prudentielle en matière de réglementation financière"

Transcription

1 Au-delà des règles, l importance de la surveillance prudentielle en matière de réglementation financière Allocution de M me Julie Dickson, surintendante des institutions financières Heyman Center on Corporate Governance New York (New York) Le mardi 16 mars 2010 Le texte prononcé fait foi Renseignements : Jason LaMontagne Communications et consultations

2 Allocution de M me Julie Dickson, surintendante des institutions financières du Canada Heyman Center on Corporate Governance New York (New York) Le 16 mars 2010 Au-delà des règles, l importance de la surveillance prudentielle en matière de réglementation financière Introduction Je suis très heureuse d être parmi vous. Comme la plupart d entre vous le savent, le système financier du Canada a tenu le coup particulièrement bien au cours de la dernière crise économique, et nombreux sont ceux et celles qui nous ont demandé ce que nous en pensions. Selon moi, parmi les facteurs qui ont joué un rôle pour expliquer la performance du Canada, on retrouve l existence de dispositions réglementaires robustes en ce qui concerne le capital et l effet de levier financier 1, un système réglementaire en vertu duquel toutes les banques, ainsi que toutes leurs filiales (incluant les services bancaires d investissement), sont soumises à l examen d un seul organisme de réglementation le BSIF, des politiques gouvernementales solides, y compris l absence de déduction fiscale associée aux paiements hypothécaires, et le fait que nos banques possèdent généralement des recours contre l emprunteur lorsque le remboursement des prêts devient problématique. Les banques elles-mêmes ont démontré qu elles disposaient, en règle générale, de systèmes de gestion des risques robustes. D autres facteurs peuvent aussi être intervenus. Par exemple, certaines personnes nous demandent si la personnalité plus conservatrice des Canadiens peut avoir compté ou si même notre constitution n a pas représenté un facteur (la paix, l ordre et le bon gouvernement par opposition à la vie, à la liberté et à la recherche du bonheur). 1 Au Canada, les banques ont l obligation de détenir au minimum 7 % de fonds propres de catégorie 1 et, avant la crise, 75 % de ceux-ci devaient être sous forme d actions ordinaires. L effet de levier financier ne peut excéder un rapport de 20 contre 1 (sous réserve de l octroi d une approbation pouvant atteindre au plus 23 contre1). 1

3 À mes yeux, ce serait tout un défi que de réussir à énoncer avec certitude les raisons qui font que le Canada s en est mieux tiré; pour ce faire, il faudrait disposer d une foule de renseignements au sujet des autres systèmes en plus de celui du Canada. Toutefois, comme le système financier canadien s en est sorti relativement bien, le Canada peut vouloir réfléchir davantage à certains des changements qui pourraient se révéler nécessaires, alors qu il s engage dans des pourparlers internationaux relatifs aux changements à apporter à la surveillance et à la réglementation des services financiers. À cet égard, les délibérations ont repris à toute vitesse et les nouvelles propositions se sont multipliées. La plupart d entre elles portent sur la nécessité de nouvelles règles (nouvelles règles de fonds propres, règles sur l effet de levier financier, règles sur les liquidités). Depuis l annonce récente du président Obama, il est également question de la mise en place possible de nouvelles règles portant sur la participation des banques aux opérations de négociation de fonds propres. Parmi les autres enjeux visés par les discussions, on retrouve les institutions financières importantes sur le plan systémique, le concept du «too big to fail» (établissements jugés si importants qu ils ne peuvent faire faillite), les fonds de règlement mondiaux et le capital conditionnel (un élément de prédilection au BSIF). Les délibérations entourant ces mesures ne manquent pas. La surveillance : le parent pauvre de ces délibérations? Toutefois, aujourd hui, je tiens à vous parler de la nécessité d orienter la discussion vers un autre domaine : la surveillance. Bien que les règles (telles que les normes minimales en matière de fonds propres, les ratios de levier financier, les limites imposées aux activités) soient importantes, au vu de l expérience canadienne, la surveillance prudentielle réelle au quotidien des institutions financières l est tout autant. Dans le cadre des divers rapports rédigés, sur une période de plusieurs années, sur la politique bancaire et monétaire centrale, la forme de l institution et des incitatifs s imposent comme un thème omniprésent et on retrouve d innombrables rapports relatifs à ces enjeux. Cependant, lorsqu il est question de la signification d une surveillance efficace et des moyens permettant d y parvenir, on a peine à mettre la main sur des documents traitant de ce sujet. J aimerais aborder l importance de la surveillance prudentielle efficace car je perçois une tendance à en ignorer l importance ou, pire encore, à la minimiser. Si nous nous rangeons du côté de ceux qui croient que les organismes de surveillance ont maintes fois manqué de jugement et que nous devrions, par conséquent, nous fier beaucoup plus aux règles qu aux surveillants, nous pourrions ainsi créer un système présentant des risques accrus car, souvent, les 2

4 règles s accompagnent de conséquences inattendues qui peuvent n apparaître qu après un bon bout de temps. Par ailleurs, qui peut avancer que nous possédons un dossier sans taches quant à la conception de règles parfaites? Des règles plus sévères, comme des normes beaucoup plus élevées en matière de fonds propres, pourraient engendrer un faux sentiment de sécurité; une institution ne possédera jamais suffisamment de capital si ses pratiques de gestion des risques présentent des lacunes importantes. Voilà pourquoi la surveillance importe. Alors, en quoi consiste la surveillance? La surveillance s apparente à la tâche essentielle d arriver à comprendre s il existe une possibilité de défaillance sur le plan des mécanismes de contrôle de la gestion des risques au sein d une institution et si la culture de cette institution et sa tolérance au risque seront source de dangers pouvant mener à l insolvabilité. La surveillance prudentielle se rapporte à la nature de l attention que les organismes de surveillance accordent aux institutions financières. On entend par là les questions que nous posons aux institutions, la teneur des propos que nous leur communiquons, la façon que nous communiquons avec elles, le genre de renseignements que nous sollicitons, les gens que nous demandons à rencontrer, notre façon de composer avec les réticences, nos activités lorsque nous nous rendons sur place ou que nous traitons autrement avec une institution, la mesure dans laquelle nous vérifions tous les détails ou réfléchissons aux principaux risque et à la façon dont ils sont gérés. En bref, les surveillants sont les personnes qui, en première ligne, détectent les problèmes de gestion des risques dans les institutions à titre individuel et décident de la suite des choses à cet égard. Ils décident s il faudra enjoindre une institution de cesser d accroître ses activités commerciales dans certains champs d application d ici à ce que certains problèmes soient réglés ou exiger d un établissement qu il multiplie les simulations de crise ou demander à une institution d accroître le capital ou de solliciter d un établissement qu il embauche du personnel spécialisé dans un domaine particulier afin de gérer le risque ou d insister auprès d une institution pour qu elle investisse dans ses systèmes de données de façon à pouvoir mieux cerner la nature des risques qu elle a souscrits. Ce sont là des fonctions cruciales, et celles-ci contribuent à sécuriser les institutions et à limiter les pertes. À l échelle mondiale, on trouve beaucoup plus d individus s activant au niveau de la surveillance qu il y en a pour rédiger des règles, ce qui donne à penser qu il est dans notre intérêt substantiel de découvrir ce qui fait en sorte que la surveillance se révèle efficace. 3

5 Alors, pourquoi portons-nous autant d attention aux règles et, à toutes fins pratiques, nous préoccupons-nous si peu du rôle de la surveillance? Peut-être cela a-t-il quelque chose à voir avec le fait que le changement d une règle est perçu comme un geste concret, comme une mesure décisive. Il s agit d une initiative qui offre une grande visibilité aux yeux du public et qui peut, rapidement, provoquer une réaction. Peut-être est-ce aussi en partie attribuable à ce que les lacunes dans les règles les plus importantes peuvent plus facilement être décelées à la suite d une crise. Par exemple, aux premières heures de la crise financière mondiale, il était évident que le niveau minimal de fonds propres que les banques étaient tenues de conserver en vertu des ententes internationales sur le capital était trop faible, et il était plus facile de modifier les normes de fonds propres que de modifier un système de surveillance, en particulier à une échelle mondiale. Au moment d expliquer l importance de la surveillance, peut-être serait-il plus approprié d y aller d une comparaison avec les sports, étant donné que la ville de New York compte un très grand nombre d excellentes équipes, dont les noms font aussi rêver, comme les Yankees, les Rangers, les Mets, les Giants et les Knicks. Dans le domaine sportif, on retrouve des livres de règlements, tout comme pour les services financiers. Et, bien que les règlements soient importants, la façon dont le match est surveillé présente beaucoup plus de pertinence quant au déroulement du match. Par exemple, pour ce qui est de l application des règlements durant les matches, les arbitres ne se contentent certainement pas d y aller de quelques coups de sifflet. Ils parlent aux joueurs et aux entraîneurs pour leur dire ce que l on attend d eux, leur préciser ce qui est acceptable et ce qui ne l est pas, pour évoquer la nature des situations qui, au vu de l expérience passée, feront l objet d une plus grande surveillance. Ils connaissent la personnalité des joueurs sur le terrain, ils se servent de la carotte et du bâton, ils accordent à certains joueurs le bénéfice du doute et, à d autres, ils ne laissent aucune chance. Les règlements sont importants mais, en dernier ressort, ce sont les arbitres qui déterminent le déroulement du jeu. Donc, si nous voulons définir de nouvelles règles internationales à l intention du secteur financier, nous devons, au départ, nous concentrer sur le rôle joué au jour le jour par la surveillance prudentielle, parce que les règles ne représentent qu un élément de l équation. Un secteur financier doté de solides dispositions réglementaires, mais d un faible outil de surveillance prudentielle, ne constitue nullement un secteur financier sûr et stable. Une surveillance efficace 4

6 Malgré son importance, on ne retrouve curieusement que très peu d information sur ce qui définit un régime efficace de surveillance. C est sans doute pour cette raison qu il existe, de par le monde, des approches très différentes en matière de surveillance. Parmi les différences observées, on retrouve : l étendue de la surveillance sur place par opposition à la surveillance à distance (certains surveillants possèdent des bureaux permanents dans des banques, d autres y effectuent des visites qui peuvent durer des semaines et d autres, quelques heures seulement), l ampleur de l attention accordée par les surveillants à la conformité (relativement facile) par comparaison à la détermination et à l atténuation des risques (relativement difficile), le rôle du surveillant au niveau de la gouvernance d entreprise (certains surveillants envoient des observateurs assister aux réunions du conseil d administration, et certains soumettent des administrateurs éventuels à d intenses entrevues en compagnie de spécialistes avant qu ils ne soient nommés), la mesure dans laquelle le travail est imparti à des experts-conseils ou à des vérificateurs externes plutôt que d être exécuté par du personnel qualifié à l interne et différents styles de gestion (la direction autocratique, paternaliste, démocratique ou de type laissez-faire). En dépit de son nom, le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire porte une bien plus grande attention aux règles et aux saines pratiques de gestion du risque des banques qu aux approches en matière de surveillance. En effet, dans les Principes fondamentaux de Bâle pour un contrôle bancaire efficace, il est dit ce qui suit : «Les Principes fondamentaux conservent une neutralité par rapport aux différentes approches en matière de surveillance pourvu que les buts primordiaux soient atteints». C est là un écart qui se doit d être comblé. Ceci étant dit, les principes fondamentaux de Bâle évoquent tout de même certaines doctrines très importantes qui forment les assises d une bonne surveillance. Un mandat limpide et la responsabilisation Par exemple, le principe n o 1 énonce qu un système efficace de surveillance des opérations bancaires comprendra des responsabilités et des objectifs limpides propres à chacune des instances mises à contribution dans la surveillance des banques. Chaque instance devra être dotée d une indépendance opérationnelle, de processus transparents, d une gouvernance saine et de ressources adéquates, et elle devra faire preuve de responsabilité en en ce qui touche 5

7 l accomplissement de ses tâches. Actuellement, combien trouve-t-on d organismes de surveillance financière qui possèdent des responsabilités et des objectifs limpides et qui disposent d un financement qui soit à la fois stable et suffisant? De plus, si la présente crise ne constitue pas un signal puissant faisant la preuve que ces enjeux revêtent une importance primordiale, que nous faudra-t-il de plus? Dans les années 1980, le Canada a été la scène d un raz-de-marée de faillites de petites institutions. En 1995, nous avons assisté à la faillite d une importante société d assurance-vie. L une des principales leçons apprises dans la foulée de ces épisodes se résumait au fait que les surveillants canadiens ne disposaient d aucun mandat clair définissant la nature exacte de leur travail. Se devaient-ils de prendre des mesures lorsque les problèmes devenaient évidents, comme lorsque se produisent d importantes pertes en raison d une gestion des risques qui laisse à désirer ou d une prise de risques excessive? Devaient-ils plutôt intervenir beaucoup plus tôt alors qu aucune perte n était à déplorer mais que, possiblement, certains signaux visibles apparaissaient? Lorsque des enjeux étaient détectés, quelle était la durée des délais devant être accordés pour les solutionner? Comment les surveillants devaient-ils s y prendre pour trouver un juste équilibre entre, d une part, la nécessité d atténuer le risque d une faillite bancaire et, d autre part, favoriser la compétitivité des institutions? Après de nombreuses délibérations, une tentative de réponse à ces questions a revêtu la forme d un mandat prescrit par la loi à l intention du BSIF, lequel est devenu une loi qui a été adoptée par le gouvernement canadien il y a environ 15 ans. Selon le mandat confié au BSIF, nous devons : 1. nous assurer que les institutions financières sont en bonne santé financière; 2. prendre les mesures correctrices nécessaires ou une série de mesures afin de composer avec les institutions dont la situation n est pas saine ou qui ne souscrivent pas, de façon expéditive, aux exigences en matière de surveillance; 3. favoriser l adoption de politiques et de procédures destinées à contrôler et à gérer le risque; 4. surveiller et évaluer, dans l ensemble du système ou dans un secteur d activités en particulier, les événements et les enjeux qui risquent d avoir des répercussions négatives sur la situation financière des institutions. 6

8 En outre, selon notre mandat, le BSIF doit s efforcer de protéger les intérêts des déposants, compte dûment tenu de la nécessité de permettre aux institutions financières de faire face à la concurrence de façon efficace et de prendre des risques raisonnables. L impact visé par ce choix de mots consistait à mettre en avant-plan la sécurité (la protection des déposants) par opposition à la nécessité d une concurrence de la part des institutions. La disposition législative ne comportait aucune ambiguïté quant à la détermination de la priorité fondamentale de l organisme de surveillance. Cela s avérait important puisque, en dernier ressort, les surveillants allaient se retrouver en situation conflictuelle s ils étaient déchirés entre plusieurs objectifs concurrents. Le choix de ces mots allait aussi rendre difficile l adoption de théories telles que la théorie du marché des capitaux efficient et celle des marchés rationnels. Lorsqu il s agit de déterminer si les institutions sont en bonne santé financière, de prendre promptement des mesures dès qu un problème est détecté et de favoriser des procédures conçues pour contrôler les risques, il est difficile de se laisser entraîner dans la déréglementation. En vertu du mandat du BSIF, il est également clair qu il est possible, pour les institutions réglementées, d éprouver des difficultés financières pouvant les mener à la faillite. Selon d autres dispositions de notre loi constitutive, il est clair que, placés dans une telle situation, nous devons rapidement fermer l institution dans le but d en préserver les actifs. Cette formulation avait pour but de doter l organisme de surveillance d une «colonne vertébrale»; si le surveillant entretenait une attitude ancrée à l effet qu une faillite bancaire signifiait aussi un échec de sa part, les organismes de surveillance pouvaient alors éviter d intervenir, dans l espoir que le temps vienne régler le problème, alors même qu une fermeture s imposait pour protéger les déposants. Dans certains territoires, toutefois, les énoncés constitutifs des organismes de surveillance contiennent des formulations telles que «sauvegarde de l aspect esthétique du centre financier en tant qu emplacement» ou «maintien de la position concurrentielle du pays». Dans de tels cas, les surveillants peuvent avoir été enjoints d accorder plus de poids à des facteurs autres que la sécurité (la protection des déposants). 2 Les organismes de surveillance ne peuvent douter de la nature de leur travail, ils doivent savoir exactement dans quelle mesure il leur est possible de travailler sans relâche sur des enjeux; ils ne peuvent faire preuve de timidité quand il s agit d évaluer le risque et ils ne peuvent éviter de transiger avec les membres de la haute direction ou des conseils d administration des institutions. Ils doivent 2 7

9 disposer du pouvoir d établir des règles et de surveiller les institutions, ce qui découle du mandat et des responsabilités qui leur ont été officiellement confiés. Des pouvoirs suffisants et un personnel qualifié Il est également d une importance primordiale de disposer de pouvoirs suffisants et de pouvoir compter sur un personnel possédant les compétences nécessaires à l exercice de ces pouvoirs. Les Principes fondamentaux de Bâle pour un contrôle bancaire efficace énoncent divers pouvoirs dont les surveillants doivent être dotés ainsi que certaines activités standards auxquelles les organismes de surveillance devraient apporter une attention particulière dans le cadre de leurs activités au jour le jour. Par exemple, les Principes fondamentaux affirment que les organismes de surveillance doivent constater avec satisfaction que les banques disposent d un processus global de gestion du risque susceptible de cerner, d évaluer, de surveiller et de contrôler ou limiter tous les risques importants. Il existe une tâche immense qui n a absolument rien à voir avec les règles. Elle se rapporte à l activité essentielle de surveillance d une institution afin de vérifier s il existe une possibilité de panne des mécanismes de contrôle de la gestion du risque. Cela exige de disposer de surveillants qui puissent être à même de comprendre la culture dans laquelle baigne l institution et sa tolérance au risque et de comprendre à quel niveau des modifications peuvent être apportées lorsqu un problème se pose. Prenons un autre exemple. Les Principes fondamentaux de Bâle précisent également que les surveillants doivent avoir le pouvoir de passer en revue les principaux investissements et acquisitions d une banque, et qu ils doivent confirmer que ces structures «n exposent pas la banque à un risque inacceptable ou n entravent pas l action d une surveillance efficace». Il s agit là d une tâche extrêmement difficile, qui exige tant des compétences que du courage. Tous les organismes de surveillance doivent s interroger quant à la nature des compétences dont ils ont besoin pour exercer leurs fonctions. Ils doivent prendre des décisions quant au nombre exact de surveillants de carrière et de nouveaux ensembles de compétences issus des marchés financiers dont ils auront besoin, et il leur faut déterminer de quelle façon ils vont s y prendre pour attirer et retenir ces ensembles de compétences. Les gens demeurent le maillon le plus important de la chaîne de surveillance. Le jugement et les incitatifs 8

10 De nombreuses délibérations ont cours actuellement qui visent à comprendre les motifs qui ont fait en sorte que les directions et les conseils d administration des institutions financières ont été incapables de faire preuve d un jugement approprié avant que ne survienne la crise. Il existe de nombreuses écoles de pensée. Certaines affirment que les hautes directions étaient dans les faits incitées à prendre des risques excessifs, en se fondant soit sur la conviction que le gouvernement allait les sortir du pétrin ou parce que leur rémunération supérieure était intimement associée à une prise de risques excessifs. D autres, en donnant à penser que les incitatifs n ont rien à y voir et que les gens ont tout simplement fait ce qu ils croyaient devoir faire pour s apercevoir ensuite qu ils s étaient trompés, ébranlent les colonnes du temple de la science économique. Pour ma part, je me range du côté des incitatifs. Nous nous devons de discuter des incitatifs au moment d évoquer les organismes de surveillance : quelles sont nos incitatifs et de quelle façon exercent-ils une influence sur notre travail et sur notre jugement? M. Simon Johnson, qui enseigne au Massachusetts Institute of Technology, a affirmé que l échec du jugement en matière de surveillance est souvent associé à l interdépendance réglementaire. Par interdépendance réglementaire, on entend le fait pour les surveillants de penser de la même façon que le domaine qu ils surveillent, soit parce qu ils proviennent de ce même secteur ou qu ils souhaitent éventuellement y travailler. Dans certains cas, on pourra même retrouver une certaine croyance qui veut qu il soit plus facile de tout simplement acquiescer à ce que disent et pensent les intervenants de l industrie plutôt que de combattre leurs efforts de lobbyisme. Il a rédigé de nombreux articles sur le sujet, et je les ai lus avec grand intérêt car ils contribuent à alimenter le débat entourant les organismes de surveillance, les incitatifs et le jugement. À mes yeux, un mandat et des responsabilités claires, l indépendance, les ressources et les programmes internationaux d évaluation sont essentiels pour bien situer les incitatifs. Je tiens à souligner que j ai vu certains surveillants faire preuve d un grand courage; j ai observé également que parfois les gens qui proviennent de l industrie sont encore plus exigeants, ayant fait personnellement l expérience de la dynamique de certaines instituions. Il s agit donc d une question plutôt complexe. Parmi les aspects connexes à l interdépendance réglementaire et à ses effets sur le jugement, on retrouve le fait que certains pays puissent craindre l apparition de puissants organismes de réglementation. Plusieurs motifs peuvent justifier cette situation. L un de ceux-ci s apparente au fait que les abus de pouvoir réglementaire demeurent possibles, mais c est précisément pour cette raison que les Principes fondamentaux de Bâle évoquent aussi la nécessité d expliquer les décisions, d être assujetti à la gouvernance (comme dans le cas des vérifications) et de demeurer transparent en ce qui concerne les processus et les normes. Les évaluations par les pairs du Conseil de stabilité financière et 9

11 du Programme d évaluation de la stabilité financière du Fonds monétaire international aident également à composer avec cette préoccupation. Le fait que nous évoquons un compromis fondamental peut constituer une autre raison pouvant expliquer que certains soient effrayés par la présence de puissants organismes de réglementation; les pratiques conservatrices peuvent être perçues comme une source de ralentissement de la croissance et de l innovation. Comme l indique M. Johnson, personne ne veut entendre parler d un surveillant costaud sauf lorsque survient une crise. Ce dont il est question ici, c est du fait que si les organismes de réglementation et de surveillance échouent, cela peut être attribuable à des facteurs tels que des mandats inadéquats, des pouvoirs insuffisants, une liberté incomplète ne permettant pas de rendre les jugements qui s imposent, une incapacité à embaucher les compétences requises ou de l influence qui peut être exercée par d autres parties. Il nous faut demeurer centré sur ce qui suit : les organismes de réglementation et de surveillance ont besoin des compétences qui leur sont nécessaires afin de mettre en pratique un jugement fort et indépendant. Conclusion Aujourd hui, je me suis efforcée de faire valoir avec insistance auprès de la collectivité mondiale qu il y a lieu de porter autant d attention à l importance de la supervision que nous le faisons en ce qui concerne les règles. Je n affirme pas qu il faudrait consacrer moins de temps aux règles les règles demeurent importantes; elles jouent d ailleurs un rôle de premier plan dans la réussite du Canada mais bien qu une attention égale devrait être accordée aux avantages découlant d une surveillance efficace. Aucun de ces rôles ne se joue facilement. Même si nous en arrivons à apporter des améliorations aux règles et à la surveillance, tout ne sera pas réglé pour autant. Un troisième élément entre en jeu, et il s agit d une réaffirmation de la discipline de marché; si cela n est pas fait, le système continuera d être faussé à cause d une prise de risques trop accentuée et d un trop grande fiabilité à l égard des organismes de surveillance (cependant, il faudra attendre quelque temps avant d aborder les modes de réaffirmation de la discipline de marché). Alors que la communauté mondiale entreprend d explorer des avenues totalement nouvelles, orientée généralement vers les règles, nous ne pouvons perdre de vue le rôle fondamental de la surveillance. Nous devrions appliquer notre énergie à déterminer si la qualité de la surveillance s est révélée aussi importante que les règles, et à répertorier les composantes d une surveillance de qualité. La réussite future du système financier mondial pourrait en dépendre. Merci. 10

Ottawa (Ontario) Le mardi 27 mars 2007 LE TEXTE PRONONCÉ FAIT FOI. Personne-ressource :

Ottawa (Ontario) Le mardi 27 mars 2007 LE TEXTE PRONONCÉ FAIT FOI. Personne-ressource : Allocution de Julie Dickson, surintendant intérimaire Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) adressée au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances Ottawa (Ontario)

Plus en détail

Gestion de la conformité à la réglementation (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL))

Gestion de la conformité à la réglementation (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL)) Ligne directrice Objet : Catégorie : (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL)) Saines pratiques commerciales et financières N o : E-13 Date : Novembre 2014 I. Objet et portée de

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières

Bureau du surintendant des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Rapport d audit interne portant sur les Services d évaluation des risques liés aux marchés financiers du Groupe du soutien de la surveillance (SERMF-GSS)

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente charte

Plus en détail

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

NOTE DE MISE EN ŒUVRE

NOTE DE MISE EN ŒUVRE NOTE DE MISE EN ŒUVRE Objet : Gouvernance et surveillance d'entreprise dans les institutions appliquant l'approche NI Catégorie : Fonds propres N o A-1 Date : Janvier 2006 I. Introduction Le présent document

Plus en détail

CONSULTATIONS AUPRÈS DU SECTEUR DE L ASSURANCE-VIE (CSAV) 2013-14

CONSULTATIONS AUPRÈS DU SECTEUR DE L ASSURANCE-VIE (CSAV) 2013-14 CONSULTATIONS AUPRÈS DU SECTEUR DE L ASSURANCE-VIE (CSAV) 2013-14 SOMMAIRE A. Contexte et objectifs de recherche L enquête visait principalement à recueillir les impressions laissées par le BSIF lors de

Plus en détail

Définir le nouveau programme de gouvernance des institutions financières

Définir le nouveau programme de gouvernance des institutions financières Définir le nouveau programme de gouvernance des institutions financières Ted Price, surintendant auxiliaire, Secteur de la surveillance Bureau du surintendant des institutions financières Canada Sommet

Plus en détail

Gouvernance d entreprise Ligne directrice

Gouvernance d entreprise Ligne directrice Bureau du surintendant des institutions financières Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada Gouvernance d entreprise Ligne directrice janvier 2003 EFFICACITÉ DE LA GOUVERNANCE

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Le statut des coopératives au Canada

Le statut des coopératives au Canada Le statut des coopératives au Canada Allocution de Marion Wrobel Vice-président, Politique et opérations Association des banquiers canadiens Devant le Comité spécial sur les coopératives de la Chambre

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Colloque des affaires réglementaires du Bureau d assurance du

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Assurer

Plus en détail

Étude sur la monnaie numérique

Étude sur la monnaie numérique Étude sur la monnaie numérique Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et Opérations Association des banquiers canadiens Prononcée devant le Comité sénatorial des banques et

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières

Bureau du surintendant des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Rapport de la Vérification interne sur le Groupe des assurances multirisques (GAM), Secteur de la surveillance Juin 2013 Table des matières 1. Contexte...

Plus en détail

TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS MANDAT CONSTITUTION COMPOSITION

TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS MANDAT CONSTITUTION COMPOSITION BANQUE NATIONALE DU CANADA COMITÉ DE GESTION DES RISQUES Le comité de gestion des risques (le «Comité») est établi par le conseil d administration (le «Conseil») de la Banque Nationale du Canada (la «Banque»).

Plus en détail

Réponse de l Association des banquiers canadiens à l examen 2008 d Exportation et développement Canada

Réponse de l Association des banquiers canadiens à l examen 2008 d Exportation et développement Canada Réponse de l Association des banquiers canadiens à l examen 2008 d Exportation et développement Canada Juin 2008 L Association des banquiers canadiens (ABC) apprécie d avoir l occasion de participer à

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités assurer

Plus en détail

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014 Améliorer durablement la qualité de l audit Juin 2014 L enjeu Selon les résultats du plus récent cycle d inspection du Conseil canadien sur la reddition de comptes (CCRC), sur le plan de la qualité de

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Septembre 2014 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto évaluation

Plus en détail

Comment une transparence accrue peut favoriser un système financier plus sûr

Comment une transparence accrue peut favoriser un système financier plus sûr Que la lumière soit : Comment une transparence accrue peut favoriser un système financier plus sûr Allocution de Mark Zelmer, surintendant auxiliaire Bureau du surintendant des institutions financières

Plus en détail

Cambridge (Ontario) Jeudi 13 novembre 2008. Pour de plus amples renseignements :

Cambridge (Ontario) Jeudi 13 novembre 2008. Pour de plus amples renseignements : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson, Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF), dans le cadre du Life Insurance Invitational Forum 2008 du Northwind Professional

Plus en détail

Régime de capital des sociétés de portefeuille d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives

Régime de capital des sociétés de portefeuille d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives Ligne directrice Objet : d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives Catégorie : Capital N o : A-2 Date : Juillet 2005 Introduction La présente ligne directrice décrit le régime de capital applicable

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014 Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier 31 décembre 2014 Portée de l application Le dispositif de Bâle III fixe en matière de capitaux propres un cadre international

Plus en détail

INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER

INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER Les renseignements, communiqués dans le présent document, au sujet de La Great-West, compagnie d assurance-vie («la

Plus en détail

Guide de démutualisation d une société mutuelle d assurances multirisques comptant des souscripteurs de polices non mutuelles

Guide de démutualisation d une société mutuelle d assurances multirisques comptant des souscripteurs de polices non mutuelles Guide d instruction Objet : Catégorie : Guide de démutualisation d une société mutuelle d assurances multirisques comptant des souscripteurs de polices non mutuelles Instruction d une demande Date : Décembre

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 29 mai 2013 CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil d administration à s acquitter des responsabilités

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats Bureau du surintendant des institutions financières Groupe de l assurance-vie Conglomérats Juin 2012 Table des matières 1. Contexte... 2 2. Objectif, portée et méthodologie... 3 3. Conclusion... 4 4. Réponse

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

La SOAD déterminera qu une caisse populaire a commis une faute grave de non-conformité au présent Règlement administratif si celle-ci :

La SOAD déterminera qu une caisse populaire a commis une faute grave de non-conformité au présent Règlement administratif si celle-ci : SOCIÉTÉ ONTARIENNE D ASSURANCE-DÉPÔTS RÈGLEMENT N o 5 NORMES DE SAINES PRATIQUES COMMERCIALES ET FINANCIÈRES Règlement administratif pris en vertu de l alinéa 264(1)g) de la Loi de 1994 sur les caisses

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES MISSION ET PRINCIPALES RESPONSABILITÉS Le comité de vérification (le «Comité») assiste le Conseil d administration (le «Conseil») de Corporation

Plus en détail

MODULE 4 - Exploitation

MODULE 4 - Exploitation - Introduction 54 Résultats visés... 54 Compétences en recherche 55 Notes à l intention du formateur 56 Production 57 Stocks... 57 Planification 59 Frais d administration. 59 Ressources humaines.. 60 Distribution

Plus en détail

Québec, le 5 juillet 2008. ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne

Québec, le 5 juillet 2008. ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne SECTION CANADIENNE Québec, le 5 juillet 2008 ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne En tant que présidente de la section canadienne

Plus en détail

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE AUTORITÉ La responsabilité principale de la communication de l information financière et des contrôles et procédures

Plus en détail

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE En vigueur en date du 1er avril 2014 1. Objet Le comité des ressources

Plus en détail

Activités internationales : comment le Canada tire-t-il son épingle du jeu

Activités internationales : comment le Canada tire-t-il son épingle du jeu Activités internationales : comment le Canada tire-t-il son épingle du jeu Communication de Jeremy Rudin, Surintendant des institutions financières au Cercle de la finance internationale de Montréal Montréal

Plus en détail

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière Mémoire La littératie financière en perspective avec la planification financière présenté par l Institut québécois de planification financière au Groupe de travail sur la littératie financière le 31 mai

Plus en détail

Cambridge (Ontario) Le 2 mai 2013. Pour obtenir de plus amples renseignements :

Cambridge (Ontario) Le 2 mai 2013. Pour obtenir de plus amples renseignements : Allocution de Julie Dickson, surintendante des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) à l occasion du Forum sur invitation concernant les services financiers

Plus en détail

exigences de Bâle II Pilier 3

exigences de Bâle II Pilier 3 Renseignements ents sur la rémunération de 23 et 24 conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3 La Banque Laurentienne a préparé la présente publication conformément aux exigences de Bâle II Pilier

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.7.2014 SWD(2014) 233 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Recommandation de la Commission

Plus en détail

Les conseils d administration et la gouvernance du risque

Les conseils d administration et la gouvernance du risque Les conseils d administration et la gouvernance du risque Allocution prononcée par Julie Dickson, surintendante des institutions financières, Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF),

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le jeudi 22 novembre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le jeudi 22 novembre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Insurance Issues Conference de KPMG Toronto (Ontario) Le jeudi

Plus en détail

Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC. allocutions de

Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC. allocutions de 1 Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC allocutions de Bryan P. Davies Président du conseil d administration Société d assurance-dépôts du Canada et Michèle Bourque Présidente

Plus en détail

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS Le 12 septembre 2013 Introduction ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS PRINCIPE DIRECTEUR N O 2 DE L ACFM NORMES MINIMALES DE SURVEILLANCE DES COMPTES Le présent Principe directeur fixe

Plus en détail

Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers

Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers par le Bureau d assurance du Canada Le 20 janvier 2012 Le Bureau

Plus en détail

PROJET PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L AGRÉGATION DES DONNÉES SUR LES RISQUES ET LA DIVULGATION DES RISQUES

PROJET PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L AGRÉGATION DES DONNÉES SUR LES RISQUES ET LA DIVULGATION DES RISQUES PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L AGRÉGATION DES DONNÉES SUR LES RISQUES ET LA DIVULGATION DES RISQUES Février 2016 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Champ d application... 4 Prise d effet et processus de

Plus en détail

Adapter la sécurité sociale aux changements démographiques de manière durable. Le Cap, Afrique du Sud Le mercredi 1 er décembre 2010 L ÉNONCÉ FAIT FOI

Adapter la sécurité sociale aux changements démographiques de manière durable. Le Cap, Afrique du Sud Le mercredi 1 er décembre 2010 L ÉNONCÉ FAIT FOI Allocution de monsieur Jean-Claude Ménard, actuaire en chef Bureau de l actuaire en Chef Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF), Canada à l occasion du Forum mondial de la sécurité

Plus en détail

L histoire du régime de retraite à ce jour

L histoire du régime de retraite à ce jour Le 9 novembre, 2015 L histoire du régime de retraite à ce jour Dans la foulée du «non» que le BSIF a opposé à la démarche conjointe de NAV Canada et de ses syndicats, prenons du recul et revoyons l historique

Plus en détail

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Le 6 décembre 2011 #dettes #hypothèque Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement Waterloo Les résultats du plus

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le 24 mai 2012 LE TEXTE PRONONCÉ FAIT FOI. Pour renseignements :

Toronto (Ontario) Le 24 mai 2012 LE TEXTE PRONONCÉ FAIT FOI. Pour renseignements : Allocution prononcée par la surintendante Julie Dickson, du Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF), devant L Association des compagnies de fiducie du Canada à l occasion de sa séance

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée

Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée Direction de l amélioration de la performance et de la conformité Ministère de la Santé et

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE INTRODUCTION Les Lignes directrices sur la gouvernance d entreprise encadrent les responsabilités du Conseil d administration et de la direction afin

Plus en détail

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Devenir un employeur de choix Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Les propriétaires de petites et moyennes entreprises ont tout intérêt à mettre

Plus en détail

Plan d action du gouvernement du Canada pour réformer l administration des programmes de subventions et de contributions

Plan d action du gouvernement du Canada pour réformer l administration des programmes de subventions et de contributions Plan d action du gouvernement du Canada pour réformer l administration des programmes de subventions et de contributions Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le président du Conseil

Plus en détail

Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires

Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires Besoin d une gestion plus serrée des heures supplémentaires Ottawa, le 2 mai 2006 La Ville d Ottawa devrait mettre en place une série de mesures dans

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT 1. Constitution Le comité d audit (le «comité») est constitué par le conseil d administration de la Banque afin d appuyer le conseil dans l exercice de ses fonctions en matière

Plus en détail

Gestion du risque opérationnel

Gestion du risque opérationnel Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Gestion du risque opérationnel Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a récemment entamé des travaux relatifs au risque opérationnel, dont la gestion tend à

Plus en détail

Troisième Forum parlementaire sur la société de l information

Troisième Forum parlementaire sur la société de l information Troisième Forum parlementaire sur la société de l information «Les TIC et la crise économique mondiale : situation actuelle et perspectives futures» 3-5 mai 2010 Salle B Tour de l UIT Union internationale

Plus en détail

Le CGFPN propose des modifications à la LGF

Le CGFPN propose des modifications à la LGF 31 mars 2015 Volume 1 Numéro 1 Un bulletin d information du Conseil de Le Bilan gestion financière des Premières nations ÉDITION SPÉCIALE - PROPOSITIONS LIÉES À LA LOI SUR LA GESTION FINANCIÈRE DES PREMIÈRES

Plus en détail

Table des matières. MODULE 1 Évaluation de vos talents d entrepreneur

Table des matières. MODULE 1 Évaluation de vos talents d entrepreneur Table des matières MODULE 1 Introduction. 2 Résultats visés 3 Notes à l intention du formateur. 3 Compétences en gestion. 4 Habiletés financières... 5 Compétences en marketing. 6 Compétences personnelles.

Plus en détail

Bâle II et les exigences de fonds propres applicables aux banques

Bâle II et les exigences de fonds propres applicables aux banques et les exigences de fonds propres applicables aux banques Mark Illing et Graydon Paulin* Au cours des prochaines années, un nouvel accord mondial sur les fonds propres () sera mis en œuvre dans un certain

Plus en détail

EXPLICATION SOMMAIRE AUX MEMBRES

EXPLICATION SOMMAIRE AUX MEMBRES EXPLICATION SOMMAIRE AUX MEMBRES PROPOSITIONS À EXAMINER À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE 2014 Le CRCIC a reçu trois propositions de membres ainsi que des déclarations à l appui des propositions des membres,

Plus en détail

Recommandations du Réseau canadien pour la reddition de comptes des entreprises (RCRCE)

Recommandations du Réseau canadien pour la reddition de comptes des entreprises (RCRCE) Octobre 2014 NOTE D INFORMATION DU RCRCE CRÉER UN OMBUDSMAN DES DROITS HUMAINS POUR LE SECTEUR EXTRACTIF INTERNATIONAL DU CANADA Recommandations du Réseau canadien pour la reddition de comptes des entreprises

Plus en détail

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés Rapport de vérification interne du Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément de la Division des régimes de retraite privés du Bureau du surintendant des institutions financières Novembre

Plus en détail

Colloque Le marché boursier canadien : évolution, concurrence et perspectives Présenté par l OCRCVM et la CVMO

Colloque Le marché boursier canadien : évolution, concurrence et perspectives Présenté par l OCRCVM et la CVMO Colloque Le marché boursier canadien : évolution, concurrence et perspectives Présenté par l OCRCVM et la CVMO Susan Wolburgh Jenah Présidente et chef de la direction Organisme canadien de réglementation

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Contexte Le présent avis constitue un complément aux diverses lignes directrices

Plus en détail

Les investissements des

Les investissements des Les investissements des fonds de sécurité sociale COMMENT LIRE UN RAPPORT ACTUARIEL Cours de formation CIF/CSI-Afrique Lomé,, Togo 5-9 juillet 2010 PRINCIPE LES FONDS DE SECURITE SOCIALE SONT DES FONDS

Plus en détail

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Dans l ensemble, le secteur financier dans les pays de la région MENA continue de jouer

Plus en détail

Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3)

Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3) Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3) La Banque Laurentienne a préparé la présente publication conformément aux exigences de Bâle II Pilier

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Centrale des caisses de crédit du Canada

Centrale des caisses de crédit du Canada Centrale des caisses de crédit du Canada Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Martha Durdin, présidente et chef de la direction Le mercredi 6 août 2014 Tout le contenu du

Plus en détail

Code de déontologie. des entraîneurs professionnels

Code de déontologie. des entraîneurs professionnels Code de déontologie des entraîneurs professionnels En vigueur : octobre 2007 CODE DE DÉONTOLOGIE DES 1 1.0 ÉNONCÉ DE MISSION DE PATINAGE CANADA Patinage Canada est une association qui a pour mandat de

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

Projet de critères et de normes de gestion des risques applicables aux systèmes de paiement importants

Projet de critères et de normes de gestion des risques applicables aux systèmes de paiement importants Projet de critères et de normes de gestion des risques applicables aux systèmes de paiement importants Mémoire de l Association canadienne des paiements en réponse à la Banque du Canada Le 21 août 2015

Plus en détail

Banque de développement du Canada Examen décennal

Banque de développement du Canada Examen décennal Banque de développement du Canada Examen décennal Allocution de Terry Campbell Vice-président, Politiques Association des banquiers canadiens Prononcée devant Le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

ECONOMICAL EN ROUTE VERS UNE NOUVELLE ÈRE : RAPPORT SUR L ÉVOLUTION DE LA DÉMUTUALISATION

ECONOMICAL EN ROUTE VERS UNE NOUVELLE ÈRE : RAPPORT SUR L ÉVOLUTION DE LA DÉMUTUALISATION 19 décembre 2012 ECONOMICAL EN ROUTE VERS UNE NOUVELLE ÈRE : RAPPORT SUR L ÉVOLUTION DE LA DÉMUTUALISATION Lorsque nous avons entamé le processus de démutualisation il y a deux ans, la position d Economical

Plus en détail

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE VIvRe ensemble BULLETIN DE LIAISON EN PASTORALE INTERCULTURELLE CENTRE JUSTICE ET FOI VOLUME 13, N 46 Hiver 2006 POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE par Jean-Claude

Plus en détail

STRATÉGIE DE LA RENTE ASSURÉE

STRATÉGIE DE LA RENTE ASSURÉE STRATÉGIE DE LA RENTE ASSURÉE Aidez vos clients à augmenter leur revenu après impôt, avec l assurance-vie universelle, tout en préservant le patrimoine à transmettre à leurs héritiers. La situation Denis

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

Examen de 2012 des lois régissant les institutions financières :

Examen de 2012 des lois régissant les institutions financières : Examen de 2012 des lois régissant les institutions financières : Veiller au maintien d un système de réglementation des services financiers solide et efficace Le 19 novembre 2010 EXPERTISE CANADA BANKS

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

Olivier Huart Directeur Général

Olivier Huart Directeur Général J ai souhaité, dès mon arrivée à la tête du Groupe TDF, doter l entreprise de valeurs fortes pour rassembler les collaborateurs et créer la confiance de nos partenaires. Ces valeurs, au nombre de cinq

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC.

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. GÉNÉRALITÉS 1. OBJET ET RESPONSABILITÉ DU CONSEIL En approuvant le présent

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT DU FONDS D INVESTISSEMENT DE LA FONDATION DU GRAND MONTRÉAL

POLITIQUE DE PLACEMENT DU FONDS D INVESTISSEMENT DE LA FONDATION DU GRAND MONTRÉAL POLITIQUE DE PLACEMENT DU FONDS D INVESTISSEMENT DE LA FONDATION DU GRAND MONTRÉAL Dernières modifications adoptées par le conseil d administration à sa réunion du 26 novembre 2014 SOMMAIRE Chapitre 1

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail