La préparation physique. Jean-François COGNEZ Janvier 2015

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La préparation physique. Jean-François COGNEZ Janvier 2015"

Transcription

1 La préparation physique du plongeur Jean-François COGNEZ Janvier 2015

2 Objectifs Bases physiologiques Principes généraux de la préparation physique du plongeur L entraînement dans les différentes filières Les objectifs de préparation physique par niveau de plongeurs Planification Gestion des entraînements Conclusion 2/52

3 Objectifs: Développer et entretenir les qualités physiques chez les plongeurs Adaptation de l appareil cardio-vasculaire et de la respiration Meilleure récupération de l'organisme Limiter le risque d essoufflement et les accidents 3/52

4 Bases physiologiques : L ATP Les filières de resynthèse de l ATP : Filière anaérobie alactique Filière anaérobie lactique Filière aérobie VO2 max Le seuil anaérobie La dette d oxygène Les efforts en plongée 4/52

5 Bases physiologiques : L ATP : Adénosine Tri-Phospate combustible utilisé pour produire de l énergie Muscle : "usine" transformant de l'énergie chimique en énergie mécanique (comme un moteur à explosion) 5/52

6 Bases physiologiques : Carburant A.T.P. Adénosine Tri Phosphate Influx nerveux Resynthèse Dégradation A.D.P. + P. Adénosine Di Phosphate + Phosphate + Energie Mécanique Les réserves en A.T.P du muscle sont limitées. Problème : le réapprovisionnement 6/52

7 Bases physiologiques : L ATP Quantité d ATP disponible au niveau musculaire très faible Permet le maintien de la contraction pendant quelques secondes seulement. l'atp peut être régénérée(resynthétiser) 7/52

8 Bases physiologiques : Les filières Anaérobie Alactique Pas d oxygène utilisé Pas d acide lactique produit 3 filières Anaérobie Lactique Pas d oxygène utilisé Production d acide lactique Aérobie Utilisation d oxygène Pour éliminer l acide lactique produit 8/52

9 Bases physiologiques : Les filières Filière Anaérobie Alactique Utilise les ressources présentes à l intérieur du muscle Créatine Phosphate (CP) joue le rôle d une molécule «donneuse de phosphate» Quantité limitée ADP + CP Pas d oxygène utilisé Pas d acide lactique produit ATP + C Mise en œuvre instantanée : contraction musculaire immédiate, sans temps de latence. Puissance développée importante : elle permet d'obtenir une contraction musculaire à l intensité maximale. Endurance très faible : 7 secondes à l intensité maximale, 15 à 20 secondes pour des intensités inférieures. «Starter» du mouvement. Mise en oeuvreinstantanée. Puissance maximale. Endurance très brève. 9/52

10 Bases physiologiques : Les filières Filière Anaérobie Lactique Pas d oxygène utilisé Production d acide lactique Utilise le glycogène (forme de stockage du glucose au niveau du muscle et du foie). Se déroule sans oxygène, «glycolyse anaérobie» Produit un déchet : l acide lactique. Mise en œuvre différée : commence à produire de l énergie au bout de 15 à 20 secondes après le début de la contraction et atteint son intensité maximale au bout de 30 à 45 secondes. Puissance importante : intensité égale à la moitié de la puissance maximale développée par la filière anaérobie alactique. Endurance faible : permet l entretien de la contraction musculaire pendant 2 à 3 minutes. Production d acide lactique : s accumule dans les muscles et bloque progressivement la contraction musculaire Intensité importante. Endurance faible. Accumulation d acide lactique 10/52

11 Bases physiologiques : Les filières Filière Aérobie Utilisation d oxygène Pour éliminer l acide lactique produit Utilise le glucose, puis les lipides en présence d oxygène (aérobie). Déchets produits facilement éliminés En présence d O 2 Glucose (ou lipides) + ADP + P ATP+ CO2 + H2O Mise en œuvre différée : démarre dès le début de la contraction mais atteint son rendement maximale au bout de 2 à 4 minutes Puissance faible : intensité égale à 30% de la puissance maximale développée par la filière anaérobie alactique. Endurance très élevée : dépend de l intensité de l effort et du degré d entrainement. Intensité faible. Endurance très élevée. 11/52

12 Bases physiologiques : Les filières Chaque filière énergétique se caractérise par plusieurs paramètres : La capacité : c est la réserve d énergie disponible La puissance : quantité d énergie produite par unité de temps Le rendement : c est le rapport de l énergie réellement utilisée sur l énergie totale libérée. Le délai d intervention : c est le délai nécessaire pour que la filière se mette en place. 12/52

13 Capacité Anaérobie Alactique Capacité Anaérobie Lactique Capacité Aérobie Puissance Anaérobie Alactique Puissance Anaérobie Lactique Puissance Aérobie 13/52

14 Bases physiologiques : Notion de VO 2 max : C est la quantité maximale d oxygène que les muscles peuvent utiliser par minute. Dépend du débit cardiaque, de la ventilation et de l utilisation de l o 2 par le muscle avec l'âge, > chez femme/ homme, par l entraînement (avant 20ans) Permet la détermination de la Vitesse Maximale Aérobie (VMA). Notion de seuil anaérobie : A partir d un certaine intensité de travail dans la filière aérobie, des lactates apparaissent, ce qui signifie que la filière anaérobie lactique commence à être sollicitée. Cette intensité seuil est appelée «zone de transition aérobie-anaérobie ou «seuil anaérobie». Amélioré par l entraînement : o 65% de la puissance maxi aérobie chez le sédentaire o 90% pour le sujet entraîné!!! Permet des efforts plus importants et beaucoup plus prolongé 14/52

15 Bases physiologiques : Notion de dette d Oxygène : Déficit d O 2 Consommationd O 2 EFFORT RECUPERATION Remboursement de la dette d O 2 Durée Au début de l effort (démarrage différé de la filière aérobie) Effort d'intensité supérieure à la PMA filière anaérobie lactique sollicitée Sert à reconstituer les stocks de créatine phosphate et de glycogène dégradés «Dette d Oxygène» 15/52

16 Bases physiologiques : Les efforts en plongée Nage PMT : filière aérobie et seuil anaérobie (en fin de parcours) Remontée par tous moyens d un plongeur en difficulté: impulsion, décollage et palmageau départ du fond :(intensité maxi, durée brève) : filière anaérobie alactique tractage en surface :(intensité moindre, durée plus longue) filière anaérobie lactique Nage capelée : filière aérobie et seuil anaérobie (car efforts + importants) Epreuvedu mannequin: nage : filière aérobie et seuil anaérobie (en fin de parcours) apnée et tractage : filière anaérobie lactique Bonne technicité diminue de façon importante les efforts à fournir Plongée = association harmonieuse : entraînement + technique 16/52

17 Principes généraux de préparation physique du plongeur: Contrôle de l intensité Notion de charge d entraînement L échauffement La surcompensation La fin de l entraînement 17/52

18 Principes généraux de préparation physique du plongeur: Contrôle de l Intensité Mesure du pouls : Fréquence cardiaque maxi (Fc max) Fc max = 220 âge Fréquence cardiaque de repos (Fc repos) diminue avec l entrainement Fréquence cardiaque de réserve (Fc réserve) Fcréserve = Fcmax Fcrepos sert de référence pour calculer la Fréquence de travail 18/52

19 Principes généraux de préparation physique du plongeur: Contrôle de l Intensité Exemple : Plongeur 40 ans Fcde repos = 70 p/mn Fcmax= 220 âge = = 180 p/mn Fcde réserve = Fcmax Fcde repos = = 110 p/mn Effort à 60% de Fcde réserve Fctravail = Fcde repos + % Fcde réserve = 70 + (60% x 110) = 136 p/mn 19/52

20 Principes généraux de préparation physique du plongeur: Notion de charge d entrainement Volume horaire global: à augmenter progressivement Intensité de l exercice : dépend de la filière à développer et du secteur envisagé (puissance ou capacité) fréquence cardiaque de travail (individualisation) Durée : complément de l intensité, dépend de la filière à développer Nombre de répétitions : fixe les limites de l efficacité de l exercice Si insuffisante : pas de progrès ni d amélioration si trop : pas d efficacité, changement de filière 20/52

21 Principes généraux de préparation physique du plongeur: Notion de charge d entrainement La récupération : complète : retour à Fcrepos incomplète : conservation d une Fc élevée avant de reprendre passive : arrêt total active : faible intensité Cette période est raccourcie par l entraînement Diminution de la sensation de fatigue La progressivité : Augmentation de la charge de travail graduelle et adaptée On augmente d abord le volume (durée) Puis on augmente l intensité (puissance). 21/52

22 Principes généraux de préparation physique du plongeur: L échauffement Très important : (minimum 10 minutes) Evite douleurs et crampes Adaptation progressive du système cardio-vasculaire et de la ventilation Doit être allongé avec l âge Mise en route progressive de la filière aérobie : o nage à allure modérée puis augmentation progressive de la vitesse (brasse puis crawl lent puis nage PMT) 22/51

23 Principes généraux de préparation physique du plongeur: La surcompensation Niveau de performance + élevé Niveau de performance initial Surcompensation Fatigue Récupération Niveau de performance plus élevé que celui avant l entraînement mais cela est temporaire L intervalle entre 2 séances primordial : s il est trop long on sera revenu au niveau initial s il est correct la séance suivante permettra d élever encore le niveau de performance 23/52

24 Principes généraux de préparation physique du plongeur: La surcompensation Gestion optimale des temps de récupération entre les entraînements NP3 NP1 NP2 Augmentation progressive du niveau de performance NP1 Séance 3 programmée après retour au niveau de performance 2 NP2 NP2 Entrainement inefficace. Pas d amélioration NP1 Séances trop rapprochées. SURENTRAINEMENT NP2 NP3 Temps de récupération trop courts. Accumulation de fatigue. Diminution des performances 24/52

25 Principes généraux de préparation physique du plongeur: La surcompensation Intervalle optimal : Faible intensité (endurance aérobie) 10 h à 15 h Intensité élevée (puissance aérobie et anaérobie lactique) : 48 h à 72 h 2 séances /semaine = entretien 3 séances /semaines= progression Séances trop rapprochées = fatigue : niveau diminue 25/52

26 Principes généraux de préparation physique du plongeur: La fin de l entraînement : Durée: au moins 10 minutes Récupération active Nage ou palmagelents Elimination de l acide lactique du muscle Evite l apparition des crampes Etirements passifs : Evitent tendinopathies 26/52

27 L entraînement dans les différentes filières : Développement de l endurance aérobie Zone de transition aérobie anaérobie (seuil) Développement de la puissance aérobie Développement de la filière anaérobie lactique Développement de la filière anaérobie alactique 27/52

28 L entraînement dans les différentes filières : Développement de l endurance aérobie C est la plus sollicitée en plongée : activité modérée prolongée Moyens : Intensité : 60 à 70% de la fréquence cardiaque de réserve pouls entre 130 et 150 pulsations par minute Intensité maintenue au même niveau longtemps Le travail en continu : 15 à 30 minutes de travail continu En cours de progression, on augmente progressivement la durée Natation PMT Distance 400 m à 1000m 400 m à 2000m Durée 15 à 30 mn. 15 à 45 mn. 28/52

29 L entraînement dans les différentes filières : Développement de la filière aérobie Le Fartlek: Méthode de travail en continu mais en effectuant des variations de vitesse Par exemple, pour une série de nage en PMT: 25 m lent 50 m lent 100 m lent 25 m rapide 50 m rapide 100 m rapide Lorsque l on évolue en piscine, la prise des repères est facile : on utilise la distance. En milieu naturel : on se base plutôt sur la durée. Distance piscine 50m 100m 200m 400m Durée correspondante 30 s à 45 s 1 mn à 1 mn 30 s 2 mn 30 s à 3 mn 5 mn à 6 mn 29/52

30 L entraînement dans les différentes filières : Développement de l endurance aérobie Le fractionné : Fréquence cardiaque maintenue entre 130 et 150 pulsations par minute Alternance de travail et de récupération Récupération courte et incomplète Effort fractionné sous forme de séries, caractérisées par : une distance parcourue (50 m à 800 m) une durée de récupération (5 secondes à 30 secondes) un mode de récupération (passif ou actif) un nombre de répétitions (2 à 10) 30/52

31 L entraînement dans les différentes filières : Développement de la filière aérobie Le fractionné : (exemple pour une distance totale de 800 mètres ) 2 séries de 8 x 50 mètres, 10 s de récupération entre chaque 50 m et 20 s de récupération entre chaque série. ou 2 séries de 4 x 100 mètres, 15 s de récupération entre chaque 100 m et 20 s de récupération entre chaque série. ou 2 séries de 2 x 200 mètres, 20 s de récupération entre chaque 200 m et 30 s de récupération entre chaque série. Au cours de la progression, on augmente la difficulté de l exercice en augmentant la distance, le nombre de répétitions et en diminuant la durée de récupération entre les séries. 02/02/ /52

32 L entraînement dans les différentes filières : Zone de transition aérobie-anaérobie Plongée d exploration : Retour au bateau en capelé à une distance plus importante que prévu Conditions de mer difficiles Nage à contre-courant Tractage d un coéquipier Epreuves de nage du niveau 4 Possible que si l'endurance aérobie a été suffisamment développée 32/52

33 L entraînement dans les différentes filières : Zone de transition aérobie-anaérobie Moyens : Intensité 60%à 90% de la Fcde réserve Augmentation progressive de l intensité du travail et maintien le plus longtemps possible Travail continu ou fractionné. Si fractionné : diminuer la durée des séries augmenter les temps de récupération Eviter l acide lactique Distance en piscine 100 m à 800 m Temps en mer 1mn 30 s à 12 mn Récupération 30 s à 1 mn 30 s Répétitions 1 à 8 Intensité 60% à 90% de Fcderéserve 33/52

34 L entraînement dans les différentes filières : Zone de transition aérobie-anaérobie Exemples de progression : 800m à 70% Fcde réserve puis 2 à 3 X 400 m à 70% Fcde réserve, récupération 1 mn 30 s puis 4 à 6 X 200 m à 80% Fcde réserve, récupération 45 s puis 6 à 8 X 100 m à 90% Fcde réserve, récupération 30 s 34/52

35 L entraînement dans les différentes filières : Développement de la puissance aérobie Troisième étape du développement aérobie Développe la VO2 max Candidats N4 Séances peu nombreuses car éprouvantes Récupération 72 h entre deux séances Distance en piscine Temps en mer Récupération 50m à 100 m 45 s à 1mn 30 s 30 s à 1 mn Répétitions 4 à 8 Intensité Exercices 100% de Fc de réserve nage complète jambes seules tractage capelé 35/52

36 L entraînement dans les différentes filières : Développement de la puissance aérobie Exemples de progression: 2 séries de 4 fois 50 m récupération 30 s entre chaque 50 m récupération active entre les 2 séries : 100 m PMT lent puis 1 série 8 fois X 50 m récupération de 30 s entre chaque 50 m puis 1 série de 4 X 100 m récupération de 1 mn entre chaque 100m puis 1 série de 6 X 100m récupération de 1 mn entre chaque 100m La récupération est incomplète pour maintenir une fréquence cardiaque de travail élevée entre 2 séries, mais elle doit être suffisamment longue pour éviter la production d acide lactique 36/52

37 L entraînement dans les différentes filières : La filière anaérobie lactique 2 cas d utilisations : début de l effort efforts maximaux de 3 mn de durée Epreuves de mannequin : Tractage(Ininitiateur, N4) Remontée par tous les moyens.. Tractage en surface Pas chez les enfants Bonne préparation aérobie préalable Séances éprouvantes 37/52

38 L entraînement dans les différentes filières : La filière anaérobie lactique Distance en piscine Temps en mer Récupération 50m à 200 m 45 s à 3 mn 30 s à 1 mn 30 s Répétitions 2 à 4 Intensité Exercices Entre 2 séances 90% à 95 % de Fcderéserve nage complète jambes seules tractage capelé 72 heures 38/52

39 L entraînement dans les différentes filières : La filière anaérobie lactique Exemples : 1. première série de 4 X 50 m : 25 s de récupération entre chaque 50 m récupération active pendant 100m deuxième série de 4 X 50 m : 25 s de récupération entre chaque 50 m 2. première série de 4 X 100 m : 1 mn de récupération tous les 100 m récupération active pendant 100 m deuxième série de 4 X 50 m : 25 s de récupération entre chaque 50 m 39/52

40 L entraînement dans les différentes filières : La filière anaérobie alactique Filière rarement sollicitée en plongée : En surface : palmage de sustentation nécessaire pour remonter sur un zodiac Récupération d un plongeur ou d un objet partant à la dérive En immersion : assistance à l aide du système de sécurité gonflable Premiers mètres du décollage de la remontée par tous les moyens.n4,mf1 le développement de la puissance de cette filière concerne essentiellement les encadrants 40/52

41 L entraînement dans les différentes filières : La filière anaérobie alactique Distance en piscine Temps en mer Récupération 10m à 20 m 10 s maxi 1 mn 30 s (complète) Répétitions 2 à 4 Intensité Maximale, on n utilise pas la fréquence cardiaque (elle n a pas le temps d augmenter) En début d entraînement (après l échauffement) 41/52

42 L entraînement dans les différentes filières : La filière anaérobie alactique Exemples : 4 X 12,5 m en crawl rapide, récupération de 1mn à 1mn 30 s entre chaque 12,50 m PMT : 4 x 20 m, même récupération en tractant un équipier : 4 X 10 m, même récupération en poussant l ensemble gilet + bloc : 4 X 10 m, même récupération travail de décollage de la remontée par tous les moyens. à 10 m de profondeur : impulsion et remontée sur quelques mètres 4 fois maxi sustentation avec ceinture lestée : 4 fois 10 s avec 20 s de récupération 42/52

43 Les objectifs de préparation physique par niveaux de plongeurs: 43/52

44 Objectifs généraux Niveau 1 De pratique Assurer sa propre sécurité dans l espace de 0 à 20m De préparation physique Améliorer l endurance aérobie Niveau 2 Assurer sa propre sécurité et celle d autrui dans l espace de 0 à 20 m. Assurer sa propre sécurité dans l espace de 0 à 40 m Améliorer l endurance aérobie Travailler dans la zone de transition aérobie-anaérobie 44/52

45 Objectifs généraux Niveau 3 Niveau 4 De pratique Assurer sa propre sécurité dans l espace de 0 à 60m Assurer sa propre sécurité et celle d autrui dans l espace de 0 à 60 m. Guide de palanquée De préparation physique Maintenir le niveau d endurance aérobie Travailler prioritairement dans la zone de transition aérobieanaérobie Maintenir le niveau d endurance aérobie Travailler la puissance aérobie Travailler dans la zone de transition aérobie - anaérobie Travailler la filière anaérobie lactique 45/52

46 La planification: Respecter le principe de la progressivité: D abord augmenter le volume d entraînement Puis son intensité Prévoir 2 à 3 séances par semaine 46/52

47 La planification: LE PREMIER CYCLE Cycle de 2 à 3 mois environ : Entraînement en aérobie Intensité de travail modérée mais allure constante Augmentation progressive des distances parcourues avec surveillance de la technique de nage 47/52

48 La planification: LE SECOND CYCLE Cycle de 2 à 3 mois : Plus de travail fractionné Quelques exercices de courte durée et d intensité maximale Un peu de travail en anaérobie 48/52

49 La planification: LE TROISIEME CYCLE Spécialisation de l activité : 2 mois Travail spécifique des épreuves d examen Les distances diminuent L intensité augmente En fonction du niveau : travail dans la zone de transition anaérobie travail anaérobie Récupération plus longue 3 séances par semaine 49/52

50 Gestion des entraînements: Les crampes : Fatigue musculaire: entraînement trop intense matériel inadapté ( palmes trop longues) Déshydratation par sudation Solutions : allonger durée avant intensité constituer des groupes homogènes boire de l eau (sans soif) 50/52

51 Gestion des entraînements: Difficulté pour retrouver son souffle : Dû à un effort trop important Entraînement trop intensif Solutions : diminuer l intensité augmenter la récupération 51/52

52 Conclusion: Importance de l échauffement Importance du retour au calme Varier les exercices Augmenter la durée avant l intensité Planifier la saison Garder un niveau physique minimal 52/52

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE І) INTRODUCTION II) BASES PHYSIOLOGIQUES III) PRINCIPES GENERAUX DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE IV) ENTRAINEMENT DANS LES DIFFERENTES FILIERES V) LA PLANIFICATION

Plus en détail

Ainsi le travail par intervalles permet une augmentation des charges de travail sans risque de surentraînement.

Ainsi le travail par intervalles permet une augmentation des charges de travail sans risque de surentraînement. LA SURCOMPENSATION La surcompensation est le phénomène de base sans lequel s entraîner serait inefficace : je m entraîne, je suis fatigué, je me repose, je suis capable de reproduire ce que j ai fait avec

Plus en détail

L entraînement. Les différentes filières. Les tests d évaluation. La façon pratique de conduire un entraînement.

L entraînement. Les différentes filières. Les tests d évaluation. La façon pratique de conduire un entraînement. L entraînement. Les différentes filières. Les tests d évaluation. La façon pratique de conduire un entraînement. Quelques rappels Le muscle est l effecteur Son combustible est l ATP Les stocks d ATP sont

Plus en détail

PREPARATION PHYSIQUE DU PLONGEUR Notions de base. Stage Initial MF1. Décembre 2008

PREPARATION PHYSIQUE DU PLONGEUR Notions de base. Stage Initial MF1. Décembre 2008 PREPARATION PHYSIQUE DU PLONGEUR Notions de base Stage Initial MF1 Décembre 2008 POURQUOI SE PREPARER? Pour être capable de répondre r à un effort nécessitn cessité par le plein exercice de ses prérogatives,

Plus en détail

Courir longtemps Animation pédagogique du mercredi 5 décembre 2007 Fabrice Chapel, CPC EPS D'après G. Maitrot CPD EPS et "le guide de l'enseignant" 1

Courir longtemps Animation pédagogique du mercredi 5 décembre 2007 Fabrice Chapel, CPC EPS D'après G. Maitrot CPD EPS et le guide de l'enseignant 1 Courir longtemps Animation pédagogique du mercredi 5 décembre 2007 Fabrice Chapel, CPC EPS D'après G. Maitrot CPD EPS et "le guide de l'enseignant" 1 Courir pour l enfant c est : Dans le domaine moteur

Plus en détail

COMITE INTER-REGIONAL ATLANTIQUE SUD PRISE EN COMPTE DES DONNEES PSYCHOLOGIQUES ET PHYSIOLOGIQUES EN PEDAGOGIE

COMITE INTER-REGIONAL ATLANTIQUE SUD PRISE EN COMPTE DES DONNEES PSYCHOLOGIQUES ET PHYSIOLOGIQUES EN PEDAGOGIE FEDERATION FRANCAISE D'ETUDES ET DE SPORTS SOUS MARINS COMITE INTER-REGIONAL ATLANTIQUE SUD COMMISSION TECHNIQUE INTER-REGIONALE PRISE EN COMPTE DES DONNEES PSYCHOLOGIQUES ET PHYSIOLOGIQUES EN PEDAGOGIE

Plus en détail

1. L énergie de la contraction musculaire provient de l hydrolyse de l ATP 1.1. La contraction musculaire

1. L énergie de la contraction musculaire provient de l hydrolyse de l ATP 1.1. La contraction musculaire LA CHIMIE DE L EFFORT Les différentes sources d énergie du muscle lors de l effort Magnésium et effort musculaire A) Les différentes sources d énergie du muscle lors de l effort 1. L énergie de la contraction

Plus en détail

Les conseils et connaissances physio utiles pour le step

Les conseils et connaissances physio utiles pour le step Les conseils et connaissances physio utiles pour le step I. S entraîner pour quoi faire? II. Le carburant du muscle et sa production III. IV. La fréquence cardiaque comme repère en Step Les différentes

Plus en détail

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE Sommaire. INTRODUCTION Page 3-7 FILIERE ANAEROBIE ALACTIQUE FILIERE ANAEROBIE LACTIQUE Page 8-15

Plus en détail

1. LE FONCTIONNEMENT MUSCULAIRE. Pour fonctionner, un muscle a besoin d énergie

1. LE FONCTIONNEMENT MUSCULAIRE. Pour fonctionner, un muscle a besoin d énergie Cécile Pétré - 2011 1 2 1. LE FONCTIONNEMENT MUSCULAIRE Pour fonctionner, un muscle a besoin d énergie Cette énergie, c est : ( A T P = Adénosine Tri Phosphate ) 3 2. LA MOLECULE D ATP 4 5 La rupture des

Plus en détail

FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME

FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME 1- POURQUOI S ENTRAINER? Physiologie de l effort Intensités et filières énergétiques Biomécanique La surcompensation Les limites de l effort 2- COMMENT S ENTRAINER?

Plus en détail

QUE SE PASSE T-IL LORSQUE MES ELEVES COURENT? Le plus vite possible entre 10 et 2. Ils sont en course de résistance

QUE SE PASSE T-IL LORSQUE MES ELEVES COURENT? Le plus vite possible entre 10 et 2. Ils sont en course de résistance Les incontournables QUE SE PASSE T-IL LORSQUE MES ELEVES COURENT? Le plus vite possible pendant une durée maximale de 10? Ils sont en course de vitesse ( 30 m 40 m) - l énergie est fournie par les réserves

Plus en détail

BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT

BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT Sommaire Introduction A. La molécule d ATP 1. L ATP comme source d énergie 2. Les besoins en ATP lors de l effort B. Les filières de resynthèse de l ATP 1. La filière anaérobie

Plus en détail

S entraîner à VMA en ski de fond

S entraîner à VMA en ski de fond S entraîner à VMA en ski de fond Qu est ce que la VMA? La Vitesse Maximale Aérobie correspond à la vitesse associée à la consommation maximale d oxygène, c'est-à-dire à VO2max. On entend parler aussi de

Plus en détail

STEP. Connaissances scientifiques et théoriques : Pour aller plus loin

STEP. Connaissances scientifiques et théoriques : Pour aller plus loin STP Connaissances scientifiques et théoriques : Pour aller plus loin I. Principes de développement des processus énergétiques : 1 II. Approfondissement des notions : 2 1. Le processus aérobie : 2 2. Le

Plus en détail

La course en durée au Lycée Classe de seconde- Compétences de niveau 3 attendues

La course en durée au Lycée Classe de seconde- Compétences de niveau 3 attendues au Lycée Classe de seconde- Compétences de niveau 3 attendues 1. Introduction- Présentation. 2. une nouvelle démarche BO n 4 du 29 avril 2010 : programme d EPS pour les LEGT. BO spécial n 2 du 19 février

Plus en détail

Titre 1. Introduction. Titre 2. Physiologie de l effort

Titre 1. Introduction. Titre 2. Physiologie de l effort Titre 1 Introduction Introduction Chapitre 1 : Est-ce que je sais m entraîner? 1. Dix idées reçues sur l entraînement sportif 2. Tester sa manière de s entraîner Titre 2 Physiologie de l effort Chapitre

Plus en détail

1.3 Introduction aux différentes formes de résistance (filière anaérobie lactique)

1.3 Introduction aux différentes formes de résistance (filière anaérobie lactique) 1.3 Introduction aux différentes formes de résistance (filière anaérobie lactique) Dans le cadre de la planification de l entraînement, la résistance entre en jeu après un développement minimal de l endurance.

Plus en détail

Les activités d entretien au lycée: Quels contenus? Repères physiologiques

Les activités d entretien au lycée: Quels contenus? Repères physiologiques Les activités d entretien au lycée: Quels contenus? Stage Académique. Jeudi 6 janvier 2005 Repères physiologiques Sophie Herrera Cazenave Université Victor Segalen Bordeaux 2 Sophie Herrera Cazenave 1

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DU METABOLISME ANAEROBIE

DEVELOPPEMENT DU METABOLISME ANAEROBIE DEVELOPPEMENT DU METABOLISME ANAEROBIE 1) Introduction 2) Rappel 3) Exploration du métabolisme anaérobie 3.1) Méthode Directe 3.2) Méthodes Indirectes 4) Développement du Métabolisme Anaérobie 5) Adaptations

Plus en détail

LES ADAPTATIONS METABOLIQUES A L ENTRAINEMENT. Sandra Joffroy

LES ADAPTATIONS METABOLIQUES A L ENTRAINEMENT. Sandra Joffroy LES ADAPTATIONS METABOLIQUES A L ENTRAINEMENT Sandra Joffroy L'AEROBIE : Type de sports : Sports d endurance, Marathon, Cyclisme, Triathlon L ANAEROBIE ALACTIQUE : Type de sports : Sports de puissance,

Plus en détail

S entraåner Ç VMA en ski de fond

S entraåner Ç VMA en ski de fond S entraåner Ç VMA en ski de fond 1. Qu est ce que la VMA? La Vitesse Maximale AÉrobie correspond Ä la vitesse associåe Ä la consommation maximale d oxygéne, c'est-ä-dire Ä VO2max. On entend parler aussi

Plus en détail

L entraînement physique pour la pratique de la plongée

L entraînement physique pour la pratique de la plongée L entraînement physique pour la pratique de la plongée Stage initial des initiateurs Comité Départemental du Val de Marne L entraînement physique pour la pratique de la plongée 1. La production d énergie

Plus en détail

à l école primaire Roland LATOU Hélène LE PERFF Franck MOULHIAC Page 1 sur 26

à l école primaire Roland LATOU Hélène LE PERFF Franck MOULHIAC Page 1 sur 26 à l école primaire Roland LATOU Hélène LE PERFF Franck MOULHIAC Page 1 sur 26 PREAMBULE La course longue, trop souvent associée à l endurance dont elle prend parfois le nom, occupe une place parfois insuffisante

Plus en détail

Dans les deux cas, il s agit bien de réaliser une performance en repoussant ses limites.

Dans les deux cas, il s agit bien de réaliser une performance en repoussant ses limites. 1 1) Introduction Ce document est avant tout un guide synthétique et opérationnel. Il a pour vocation d aider l enseignant et de lui donner les repères essentiels pour la mise en place d un cycle d endurance.

Plus en détail

Le cardio-training. Définitions:

Le cardio-training. Définitions: Le cardio-training L'entraînement cardio est très vaste! Je vais ici faire une synthèse des connaissances et répondre aux différentes questions que je peux lire sur divers forums. Vous y trouverez des

Plus en détail

ENERGIE ET PERFORMANCE

ENERGIE ET PERFORMANCE ENERGIE ET PERFORMANCE A. Introduction Les paramètres influençant la performance sont la Génétique, l entraînement, le mental, puis une série de paramètres tels la nutrition, le sommeil, l environnement,

Plus en détail

Les Qualités Physiques

Les Qualités Physiques Les Qualités Physiques Introduction : Tantôt qualifiées de capacités motrices ou physiques, d aptitudes ou de potentialités, les qualités physiques, de par leurs interrelations internes mais aussi de par

Plus en détail

LA COURSE LONGUE DUREE

LA COURSE LONGUE DUREE LA COURSE LONGUE DUREE LES TEXTES (2002): Les compétences de fin de cycle sont les suivantes : Cycle 2 : courir longtemps (entre 6 et 12mn), selon les capacités de chacun, de façon régulière? sur une longue

Plus en détail

DEMI-FOND. Education à la prise de responsabilités : travail sur les rôles sociaux pour la réussite individuelle et du groupe

DEMI-FOND. Education à la prise de responsabilités : travail sur les rôles sociaux pour la réussite individuelle et du groupe DEMI-FOND ANALYSE ET LOGIQUE DE L ACTIVITE Activité de production et de conservation d énergie pouvant se définir comme un effort mi-long et continu d'intensité modérée à intense (80 à 95% de VMA) Il s

Plus en détail

Méthodes d éd. évaluation. Evaluation de la capacité aérobie. Les tests de terrain

Méthodes d éd. évaluation. Evaluation de la capacité aérobie. Les tests de terrain Méthodes d éd évaluation de l aptitude l physique Evaluation de la capacité aérobie Les tests de terrain 1 Introduction Aptitude physique d un sujet dépend de nombreux facteurs Exploration fonctionnelle

Plus en détail

Les Exercices Types. L Amélioration de la Coordination / Souplesse : HT1 : Home Traîner 1 HT2 : Home Traîner 2

Les Exercices Types. L Amélioration de la Coordination / Souplesse : HT1 : Home Traîner 1 HT2 : Home Traîner 2 Les Exercices Types Je vous propose de trouver ci-dessous, des informations concrêtes pour exécuter des Exercices Types correspondant à des Zones d entraînement spécifiques. La Préparation Energétique

Plus en détail

REGLES. Laurence CECCHINI.Stage CP5 Natation en durée.2012 2

REGLES. Laurence CECCHINI.Stage CP5 Natation en durée.2012 2 Laurence CECCHINI.Stage CP5 Natation en durée.2012 1 REGLES Privilégier les entrées par l intensité. Définir des objectifs clairs et fixes. Varier les formes de travail. Travailler toutes les nages. Former

Plus en détail

3000m 1500m. 2 Les caractéristiques de l endurance générale et spécifique

3000m 1500m. 2 Les caractéristiques de l endurance générale et spécifique L endurance et le demi- fond 1 Généralités : 3000m 1500m! L endurance générale c est l endurance aérobie, ce qui signifie que le système cardiorespiratoire peut fournir tout l oxygène requis par l exercice.

Plus en détail

66 heures de marche!!!!

66 heures de marche!!!! 1 kg de MASSE GRASSE» 7000 kcal ou 30000 kj 1 HEURE de MARCHE à 4 km/h» 180 kcal (750 kj) Les GRAISSES fournissent environ 60 % de l'énergie nécessairen Pour "perdre" 1 kg de GRAISSE, nécessité de. 66

Plus en détail

Entrainements derrière engins motorisés

Entrainements derrière engins motorisés Entrainements derrière engins motorisés L entrainement derrière Derny, scooter ou autre engin motorisé permet au coureur de développer son physique par des entraînements plus engagés. Le coureur est stimulé

Plus en détail

SYNOPSIS CYCLE COURSE EN DUREE N 4 Bac pro

SYNOPSIS CYCLE COURSE EN DUREE N 4 Bac pro SYNOPSIS CYCLE COURSE EN DUREE N 4 Bac pro Leçons Thèmes de travail pour la leçon Mises en œuvre particulières L1 Estimer VMA. Consignes de sécurité échauf/ /hydr/ étirements. Echauffement ou non en fonction

Plus en détail

Epreuve N 1 : 50mètres sauvetage du mannequin sans palmes. Critères d évaluation et barème cf fiche spécifique de l épreuve. Performance chronométrée

Epreuve N 1 : 50mètres sauvetage du mannequin sans palmes. Critères d évaluation et barème cf fiche spécifique de l épreuve. Performance chronométrée Récapitulatif de l option facultative en contrôle ponctuel de l épreuve de sauvetage. Deux épreuves spécifiques de sauvetage notées chacune sur 7.5 points Les deux épreuves sont suivie d un entretien de

Plus en détail

Entraînement en cyclisme

Entraînement en cyclisme INTENSITE 1 DEFINITION : Zone d intensité très faible, utilisée pour récupérer ou préparer des efforts de haute intensité. EFFETS PHYSIOLOGIQUES: L oxygénation cellulaire devient maximale, la production

Plus en détail

Programme d entraînement

Programme d entraînement Programme d entraînement 1000 km Édition 2012 1. Introduction Vous trouverez ci-dessous, l information nécessaire afin de comprendre et de suivre le programme d entraînement ( voir Annexe 1) préparatoire

Plus en détail

De la CP5 à l élaboration d un cycle dans une ASDEP

De la CP5 à l élaboration d un cycle dans une ASDEP De la CP5 à l élaboration d un cycle dans une ASDEP Stages FC EPS - Académie de Corse Bastia 22 novembre 2010 Ajaccio 25 novembre 2010 Formateur M. D. Lucchetti - Lycée G.de Casabianca Bastia 1 2 3 Au

Plus en détail

ENTRAÎNEMENT, COURSE ET V.M.A. Connaissances pour la classe de. Première

ENTRAÎNEMENT, COURSE ET V.M.A. Connaissances pour la classe de. Première ENTRAÎNEMENT, COURSE ET V.M.A. Connaissances pour la classe de Première «S entraîner c est se fatiguer pour se reconstruire en plus fort» PLATONOV Un entraînement efficace : - Est réfléchi, calibré, ciblé

Plus en détail

MF1 préparation Physique Formation des plongeurs

MF1 préparation Physique Formation des plongeurs MF1 préparation Physique Formation des plongeurs Dominique ROMAND IR 07/81 1 MF1 préparation Physique Compétence 3 du MFT«Réalisation d une séance pratique» - Explique les techniques, donne des conseils

Plus en détail

Les différents cycles de la périodisation

Les différents cycles de la périodisation PLANIFICATION CULTURISTE EQUIPE DE France Cette planification pyramidale permet d améliorer les facteurs de la performance culturisme grâce à une variation régulière des paramètres d entrainement suivants

Plus en détail

LE P TIT MEMO DE DE LA NAGE AVEC PALMES

LE P TIT MEMO DE DE LA NAGE AVEC PALMES LE P TIT MEMO DE DE LA NAGE AVEC PALMES Manu Duchesne Table des matières 1.BUT DU DOCUMENT...4 2.RAPPEL DES ÉPREUVES DU 1ER GROUPE DU N4 AVEC QUELQUES CONSEILS... 4 MANNEQUIN... 4 PRINCIPE... 4 NOTATION...

Plus en détail

Dans ce chapitre : Production d énergie pour la contraction musculaire 96

Dans ce chapitre : Production d énergie pour la contraction musculaire 96 Dans ce chapitre : Production d énergie pour la contraction musculaire 96 Les trois systèmes énergétiques 97 Énergie immédiate : le système du phosphate à haute énergie 99 Énergie à court terme : le système

Plus en détail

PROTOCOLE D ÉVALUATION POUR PRODUIRE UNE SÉQUENCE EFFECTIVE : IL S AGIT DE MAÎTRISER LES CONNAISSANCES SUIVANTES.

PROTOCOLE D ÉVALUATION POUR PRODUIRE UNE SÉQUENCE EFFECTIVE : IL S AGIT DE MAÎTRISER LES CONNAISSANCES SUIVANTES. PROTOCOLE D ÉVALUATION Produire une séquence Concevoir un entraînement Analyser sa prestation 10 points 7points 3 points POUR PRODUIRE UNE SÉQUENCE EFFECTIVE : IL S AGIT DE MAÎTRISER LES CONNAISSANCES

Plus en détail

Fédération Tunisienne de judo. Cours physiologie: Entraîneurs 1 er degré. Les filières. énergétiques. Hamdi Chtourou. h_chtourou@yahoo.

Fédération Tunisienne de judo. Cours physiologie: Entraîneurs 1 er degré. Les filières. énergétiques. Hamdi Chtourou. h_chtourou@yahoo. Fédération Tunisienne de judo Cours physiologie: Entraîneurs 1 er degré Les filières énergétiques Hamdi Chtourou h_chtourou@yahoo.fr 21/12/2012 La contraction musculaire La contraction musculaire L unité

Plus en détail

Présentation de l'activité

Présentation de l'activité Présentation de l'activité 1) Vous avez dit Endurance? L'activité de course d'endurance est souvent appelée "endurance" Définitions de l'endurance: (On trouve différentes définitions suivant les sources

Plus en détail

Épreuves d exercice musculaire et aptitude aérobie

Épreuves d exercice musculaire et aptitude aérobie Master 1ère année EOPS UES EOPS 1. Évaluation de la performance ECUF EOPS 1.3. Fonctions cardio-respiratoires et musculaires P. Mucci Épreuves d exercice musculaire et aptitude aérobie I Définition Epreuve

Plus en détail

Entraînement sur home-trainer

Entraînement sur home-trainer Entraînement sur home-trainer Séance n 1 Durée : 30mn Thème/qualité : décontraction Objectif : pédalage sans intensité avec une petite activité cardio-vasculaire et corporelle. CONTENU : Sur un braquet

Plus en détail

Bioénergétique de l exercice musculaire

Bioénergétique de l exercice musculaire Bioénergétique de l exercice musculaire 1 Afin de se maintenir en vie, une cellule doit continuellement "travailler". Donc, elle a besoin d'énergie (énergie = capacité à produire du travail). Travail mécanique

Plus en détail

Frédéric GAZEAU Docteur en Sciences de la Santé et du sport Personal Trainer SARL 13, rue Sautter 1205 Genève

Frédéric GAZEAU Docteur en Sciences de la Santé et du sport Personal Trainer SARL 13, rue Sautter 1205 Genève LES TECHNIQUES DE RECUPERATION Frédéric GAZEAU Docteur en Sciences de la Santé et du sport Personal Trainer SARL 13, rue Sautter 1205 Genève Définition de la récupération : Période nécessaire après une

Plus en détail

LES METHODES EN MUSCULATION.

LES METHODES EN MUSCULATION. LES METHODES EN MUSCULATION. la méthodes concentriques la méthodes isométriques Les méthodes combinées Pour une musculation complète et performante : * Alterner les régimes de contractions musculaires.

Plus en détail

D'une manière générale, les élèves n aiment pas s'échauffer.

D'une manière générale, les élèves n aiment pas s'échauffer. en 18 diapos! 1 D'une manière générale, les élèves n aiment pas s'échauffer. C'est assez désagréable de commencer à bouger après 1 heure d'immobilité en salle de classe. C est une activité où on se sent

Plus en détail

Comment optimiser sa préparation au MF2? Glenn Vitry MF2 & MEF2

Comment optimiser sa préparation au MF2? Glenn Vitry MF2 & MEF2 Comment optimiser sa préparation au MF2? Glenn Vitry MF2 & MEF2 Programme Qu est ce que l apnée Le matériel La technique et la stratégie de l apnée Le remplissage des poumons La soif d air L entrainement

Plus en détail

LES FILIERES ENERGETIQUES

LES FILIERES ENERGETIQUES LES FILIERES ENERGETIQUES Institut Régional de Biologie et Médecine du Sport Dr Frédéric MATON www.irbms.com Médecine du Sport Acteur Biologie par de Passion l entraînement dans le Sport et la Santé 3

Plus en détail

PLAN D ENTRAINEMENT OBJECTIF PERFORMANCE 8 SEMAINES / 5 SEANCES HEBDOMADAIRES

PLAN D ENTRAINEMENT OBJECTIF PERFORMANCE 8 SEMAINES / 5 SEANCES HEBDOMADAIRES PLAN D ENTRAINEMENT OBJECTIF PERFORMANCE 8 SEMAINES / 5 SEANCES HEBDOMADAIRES Ce plan s adresse au coureur confirmé qui souhaite réaliser un temps compris entre 1H25 et 1H45. Avant d entamer votre programme

Plus en détail

REENTRAINEMENT. I) Définition. II) Filières énergétiques

REENTRAINEMENT. I) Définition. II) Filières énergétiques REENTRAINEMENT I) Définition.. II) Filières énergétiques ATP créatine phosphate Oxygène La conso d nrj => l une successive/l autre En 1er intention : ATP sur 10 première sec puis les autres filières en

Plus en détail

Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012

Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012 Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012 1 Quelques idées reçues concernant l entraînement chez les jeunes -Trop s entraîner en cadet va user le jeune coureur - Les bons cadets d aujourd hui ne seront

Plus en détail

Le certificat médical de non contre-indication à la pratique de la course à pied

Le certificat médical de non contre-indication à la pratique de la course à pied Course à pied CONSEIL IMPORTANT ATTENTION Pierre Levisse, Champion du Monde de cross, vous donne tous les conseils (diététique, étirements, entraînement) pour améliorer vos performances quelque soit votre

Plus en détail

Coaching/Entraînement Juniors 1 er Partie. Pascal LELANDAIS BF3 Spécialisation Route

Coaching/Entraînement Juniors 1 er Partie. Pascal LELANDAIS BF3 Spécialisation Route Coaching/Entraînement Juniors 1 er Partie Pascal LELANDAIS BF3 Spécialisation Route Quelle est la qualité principale du coureur cycliste? Quelle est la qualité principale LE MENTAL ziegelmeyer du coureur

Plus en détail

Apprendre às entraîner en ½fond

Apprendre às entraîner en ½fond Préparer le futur cadet -junior Apprendre às entraîner en ½fond Bernard Mossant CTS Aquitaine Equipe Technique Nationale ½ fond Constats sur la catégorie Minime pas d apprentissage à l entraînement contenus

Plus en détail

CP5 et entrainement en natation

CP5 et entrainement en natation CP5 et entrainement en natation 1 Niveau 3: Pour produire et identifier des effets immédiats sur l organisme en fonction d un mobile d agir, moduler l intensité, la durée et la nature de ses déplacements,

Plus en détail

L entraînement en pratique. I - Pourquoi différentes allures? PLAN. Allures activités d endurance

L entraînement en pratique. I - Pourquoi différentes allures? PLAN. Allures activités d endurance Licence ES - UE 45. 3. C - CM Le processus d entraînement L entraînement en pratique Bases du processus d entraînement Analyse de l activité et principe d entraînement Structure de l entraînement Individualisation

Plus en détail

LA PERIODE DE PREPARATION SPECIFIQUE IRONMAN

LA PERIODE DE PREPARATION SPECIFIQUE IRONMAN Voici la prépation (de Guy Hemmerlin) que j effectue pour préparer les ironmans et qui m a réussit à l Ironman de Zurich avec un temps de 9h41. J essayais d avoir une sortie longue en vélo entre 100 et

Plus en détail

TABLEAU 1, compétences et connaissances

TABLEAU 1, compétences et connaissances Noms des experts : TABLEAU 1, compétences et connaissances Anne LEVARD Bertrand SAVARY Niveau 1 (collège). COMPETENCE(s) (texte de référence) CONNAISSANCES que l élève doit s approprier PROBLEMES principaux

Plus en détail

S entraîner efficacement. Fred Grappe

S entraîner efficacement. Fred Grappe S entraîner efficacement Fred Grappe Programme d entraînement Gestion optimale des charges d entraînement Entraînement Compétitions Performance Caractéristiques de la charge d entraînement Elle est constituée

Plus en détail

LES 3 TYPES D'OBECTIFS EN COURSE EN DUREE

LES 3 TYPES D'OBECTIFS EN COURSE EN DUREE Indicateurs d'efficacité de l'entraînement Les repères internes à connaître Qualités à améliorer Principes à respecter Les questions à se poser Exemples de motivations LES 3 TYPES D'OBECTIFS EN COURSE

Plus en détail

Man Vs Woman. Tout d abord il existe des facteurs physiologiques qui semblent Ñtre Ö l origine de cet Äcart de performance :

Man Vs Woman. Tout d abord il existe des facteurs physiologiques qui semblent Ñtre Ö l origine de cet Äcart de performance : Man Vs Woman Les femmes sont souvent considäräes comme Å le sexe faible Ç et on peut remarquer que dans certains sports, les femmes sont souvent en minoritä par rapport aux hommes. Vient s ajouter la diffärence

Plus en détail

STAGE FPC : course de demi-fond

STAGE FPC : course de demi-fond STAGE FPC : course de demi-fond Les nouveaux programmes ne parlent plus de course de durée mais de course de demi-fond DECOUPAGE RAPIDE DU CURSUS SCOLAIRE ETAPE 1: Objectif: L élève doit comprendre la

Plus en détail

les classifications intermédiaires comptent 340 types d'humains alors pour simplifier

les classifications intermédiaires comptent 340 types d'humains alors pour simplifier Les humains tous constitués de la même façon et tous les mêmes muscles mais pas tous le même métabolisme et la même ossature. les classifications intermédiaires comptent 340 types d'humains alors pour

Plus en détail

G' 0 = - 30,9 kj.mol -1. ATP + H 2 O ADP + Pi

G' 0 = - 30,9 kj.mol -1. ATP + H 2 O ADP + Pi Énergie et métabolisme Les animaux trouvent la plupart de leur énergie dans l'oxydation des nutriments. La quantité d'oxygène absorbée peut permettre des mesures du métabolisme. Certains organismes peuvent

Plus en détail

Journée scientifique organisée par les HUG 19.3.11 Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé. Conférence

Journée scientifique organisée par les HUG 19.3.11 Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé. Conférence Journée scientifique organisée par les HUG 19.3.11 Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé Conférence Aspects physiologiques et biomécaniques de la course à pied Jean-Luc Ziltener Médecin

Plus en détail

Les cinq zones cibles

Les cinq zones cibles Les cinq zones cibles Si nous considérons l'aspect mécanique des choses, notre cœur est une sorte de moteur. Il faut regarder sous le capot de temps en temps, vérifier le niveau d'eau, mettre le bon carburant

Plus en détail

Etirement musculaire Renforcement musculaire

Etirement musculaire Renforcement musculaire Etirement musculaire Renforcement musculaire Pourquoi? Quand un muscle est fortement sollicité, il a tendance à se raccourcir et à rester dans sa position courte. Cette rétraction entraîne un déséquilibre

Plus en détail

Programme d entraînement au RAID en partenariat avec le Centre des Sports

Programme d entraînement au RAID en partenariat avec le Centre des Sports Programme d entraînement au RAID en partenariat avec le Centre des Sports Jean-Paul ANCIAN - Caroline BESSAC - Pascal BAHUAUD PROGRAMME D ENTRAINEMENT AU RAID (Par Jean-Paul Ancian) Pour ceux qui ne savent

Plus en détail

Marathon 3/04/2016 4:01:32. Séances d entraînement. Phases. 15 semaines Planifier temps de course 47 courses Nombre total de courses

Marathon 3/04/2016 4:01:32. Séances d entraînement. Phases. 15 semaines Planifier temps de course 47 courses Nombre total de courses Marathon 3/04/2016 Date de la course 4:01:32 Temps prévu 15 semaines Planifier temps de course 47 courses Nombre total de courses 496 kilomètres Distance totale Moyen Intensité Phases Préparation Générale

Plus en détail

Formation INITIATEURS

Formation INITIATEURS Formation INITIATEURS PLAN Avant la sortie Pendant la sortie- Gestion de l effort (Théorie-Pratique) Hypoglycémie (Animateurs) Après la sortie Récupération (Animateurs) Cas particuliers: Enfant, adolescent,

Plus en détail

LE GROUPE DE COMPETENCE 4

LE GROUPE DE COMPETENCE 4 LE GROUPE DE COMPETENCE 4 LE GC4 A QUOI SERT IL? A transférer les savoir-faire acquis en milieu artificiel et dans la zone 0 6 m vers la zone 0 20 m en milieu naturel. Transmission des connaissances théoriques

Plus en détail

[Biol313b] Physiologie Cellulaire et Intégrative 1 Compte-rendu de TP

[Biol313b] Physiologie Cellulaire et Intégrative 1 Compte-rendu de TP [Biol313b] Physiologie Cellulaire et Intégrative 1 Compte-rendu de TP Approche quantitative de l énergétique biologique : adaptation des fonctions respiratoire et cardiaque au cours d un exercice physique

Plus en détail

Epreuves sportives de sélection Pour l affectation en. BAC PRO Métiers de la Sécurité. RENTREE 2016 5 épreuves de sélection

Epreuves sportives de sélection Pour l affectation en. BAC PRO Métiers de la Sécurité. RENTREE 2016 5 épreuves de sélection Epreuves sportives de sélection Pour l affectation en BAC PRO Métiers de la Sécurité RENTREE 2016 5 épreuves de sélection 1. Natation : 50m nage libre. Moins d 1 minute pour les garçons et une minute quinze

Plus en détail

PHYSIOLOGIE APPLIQUEE A L EFFORT PHYSIQUE : INTRODUCTION

PHYSIOLOGIE APPLIQUEE A L EFFORT PHYSIQUE : INTRODUCTION PHYSIOLOGIE APPLIQUEE A L EFFORT PHYSIQUE : INTRODUCTION Un effort, quelque soit sa nature, a besoin d ENERGIE Flux biologique de l ÉNERGIE Schématisons ce flux Plantes vertes CO 2 H 2 O Aliments O 2 Humains+

Plus en détail

PLONGEE ET ENTRAINEMENT. Notions de base pour mieux comprendre ce qu entraîner signifie.

PLONGEE ET ENTRAINEMENT. Notions de base pour mieux comprendre ce qu entraîner signifie. PLONGEE ET ENTRAINEMENT. Notions de base pour mieux comprendre ce qu entraîner signifie. 1) Définition. S entraîner, c est quoi? C est à partir d un état de forme physique (mais ce peut être mental) initial,

Plus en détail

Conférence de Michel PRADET sur le thème : COMMENT DÉVELOPPER LES PROCESSUS AÉROBIES CHEZ LE COLLÉGIEN ET LE LYCÉEN?

Conférence de Michel PRADET sur le thème : COMMENT DÉVELOPPER LES PROCESSUS AÉROBIES CHEZ LE COLLÉGIEN ET LE LYCÉEN? Dans le cadre de l AEEPS de l académie de Bordeaux Vendredi 19 janvier 2007 Conférence de Michel PRADET sur le thème : COMMENT DÉVELOPPER LES PROCESSUS AÉROBIES CHEZ LE COLLÉGIEN ET LE LYCÉEN? Préambule

Plus en détail

La course longue à l école :

La course longue à l école : aspect bio énergétique, biomécanique, motivationnel gérard: IUFM de la Réunion 2012 13 La course longue à l école : 1 Les instructions officielles 2 Historique du 1500 m 3 S entraîner : améliorer ses performances

Plus en détail

Dossier de l élève : en classe

Dossier de l élève : en classe Dossier de l élève : en classe Le cycle course en durée a pour objectif de vous faire prendre conscience à travers la pratique, des critères de réalisation afin d «Orienter et développer les effets de

Plus en détail

Jean-François BERNARD

Jean-François BERNARD LeS 7 secrets DE LA COURSE A PIED Jean-François BERNARD Sommaire 3 Débuter la course à pied (de 0 à 30 mn) 5 Réussir à courir une heure sans s arrêter 7 L hydrataion en course à pied 9 La récupération

Plus en détail

OBJECTIF : Réaliser 3 courses de 500 m avec 10 maxi de récupération entre chaque course. Faire un projet de temps avant les courses n 1 et n 2.

OBJECTIF : Réaliser 3 courses de 500 m avec 10 maxi de récupération entre chaque course. Faire un projet de temps avant les courses n 1 et n 2. Niveau 1 non acquis Niveau 1 Niveau 2 OBJECTIF : Réaliser 3 courses de 500 m avec 10 maxi de récupération entre chaque course. Faire un projet de avant les courses n 1 et n 2. Il est interdit de : Courir

Plus en détail

La durée de votre entrainement :

La durée de votre entrainement : 1 Ex-international et champion de France du marathon. Entraîneur de nombreux athlètes internationaux et depuis près 20 ans, consultant commentateur télévision pour les grands rendez-vous mondiaux dʼathlétisme

Plus en détail

STAGE INITIAL INITIATEUR 19 OCTOBRE 2013 PREPARATION PHYSIQUE DU PLONGEUR

STAGE INITIAL INITIATEUR 19 OCTOBRE 2013 PREPARATION PHYSIQUE DU PLONGEUR Fabien GIMONET MF2 STAGE INITIAL INITIATEUR 19 OCTOBRE 2013 PREPARATION PHYSIQUE DU PLONGEUR PLAN -Objectifs de la préparation physique -Eléments de physiologie -Filières énergétiques -Principes généraux

Plus en détail

repscanada Normes professionnelles et objectifs d apprentissage pour entraîneurs personnels

repscanada Normes professionnelles et objectifs d apprentissage pour entraîneurs personnels Connaissances principales (Ce qu on enseigne à une personne) A. Les principes du conditionnement physique et les concepts de santé et bien-être Normes professionnelles et objectifs d apprentissage pour

Plus en détail

PLAN ENTRAINEMENT TRAIL LONG (>60 KM) FORTE DÉNIVÉLATION (>2 KM D+)

PLAN ENTRAINEMENT TRAIL LONG (>60 KM) FORTE DÉNIVÉLATION (>2 KM D+) PLAN ENTRAINEMENT TRAIL LONG (>60 KM) FORTE DÉNIVÉLATION (>2 KM D+) 6 semaines de préparation générale + 5 semaines de préparation spécifique 4 séances par semaine Préambule: Toutes les données que vous

Plus en détail

L entrainement du plongeur

L entrainement du plongeur L entrainement du plongeur Murielle BROSSART Stage Initial MF1 Novembre 2015 PLAN DU COURS Objectif de l entrainement Fabriquer de l énergie comment ça marche Les différentes filières Utiliser ces connaissances

Plus en détail

L approche bioénergétique

L approche bioénergétique L approche bioénergétique Appréhender l homme par la bioénergétique est une manière de comprendre et d analyser ses performances motrices. Ce champs d étude resté l apanage des scientifiques entre les

Plus en détail

session 2013 option facultative en contrôle ponctuel : NATATION 800 m crawl LIVRET CANDIDAT

session 2013 option facultative en contrôle ponctuel : NATATION 800 m crawl LIVRET CANDIDAT Académie de Toulouse session 2013 option facultative en contrôle ponctuel : NATATION 800 m crawl LIVRET CANDIDAT EPREUVE : 800 m crawl 1 PRESENTATION Elle comporte une prestation physique notée sur 16

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE SAISON 2015-2016

PROJET PEDAGOGIQUE SAISON 2015-2016 PROJET PEDAGOGIQUE SAISON 2015-2016 PRESENTATION DES TROIS GROUPES DE L ECOLE DE TRIATHLON Groupe DÉCOUVERTE Répartition du groupe et horaires d entrainements hebdomadaires Objectifs du groupe Organisation

Plus en détail

Séance 1 (45') Séance 2 (40')

Séance 1 (45') Séance 2 (40') Adaptation au travail sur Home Trainer, reprise, réglage et mise au point t Séance 1 (45') 40 à 120/130pls max en variant les cadences et positions toutes les 5 (5 à 80 rpm; 5 à 90rpm position aéro ; 5

Plus en détail

Quelques notions de physiologie liées à l'oral du CRPE en EPS (à partir du"guide de l'enseignant" tome 1)

Quelques notions de physiologie liées à l'oral du CRPE en EPS (à partir duguide de l'enseignant tome 1) Quelques notions de physiologie liées à l'oral du CRPE en EPS (à partir du"guide de l'enseignant" tome 1) L'organisme humain possède une qualité essentielle celle de pouvoir s'adapter aux sollicitations

Plus en détail

Force explosive, Elasticité musculaire, Endurance Evaluation des effets du Bol d Air Jacquier

Force explosive, Elasticité musculaire, Endurance Evaluation des effets du Bol d Air Jacquier Force explosive, Elasticité musculaire, Endurance Evaluation des effets du Bol d Air Jacquier Professeur Andrea Lino, Médecin et chirurgien, Professeur associé de Physiologie humaine, Spécialiste de médecine

Plus en détail