Laboratoires de bases de données. Laboratoire n 3. Les Jointures. par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Laboratoires de bases de données. Laboratoire n 3. Les Jointures. par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN"

Transcription

1 Département Informatique Laboratoires de bases de données Laboratoire n 3 Les Jointures par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN Ce document est disponible sous licence Creative Commons indiquant qu il peut être reproduit, distribué et communiqué pour autant que le nom des auteurs reste présent, qu aucune utilisation commerciale ne soit faite à partir de celui-ci et que le document ne soit ni modifié, ni transformé, ni adapté. La Haute Ecole Libre Mosane (HELMo) attache une grande importance au respect des droits d auteur. C est la raison pour laquelle nous invitons les auteurs dont une oeuvre aurait été, malgré tous nos efforts, reproduite sans autorisation suffisante, à contacter immédiatement le service juridique de la Haute Ecole afin de pouvoir régulariser la situation au mieux. Décembre 2010

2 1. Objectif L objectif de ce laboratoire est d aborder le concept de jointure dans son ensemble en commençant par le produit cartésien, ensuite nous abordons les jointures naturelles et conditionnelles. Enfin nous terminons par les opérations de groupe, également très importante dans l exploitation des bases de données. 2. La base de données Dans les exemples, nous supposerons que nous disposons de la base de données suivante : Produit NumProduit Libelle Prix QteStock id: NumProduit LignesCommande NumCommande NumProduit Qte id: NumProduit NumCommande ref: NumProduit ref: NumCommande Commande NumCommande NumClient DateCommande id: NumCommande ref: NumClient Client NumClient Nom Adresse Localite Categorie Compte id: NumClient 3. La jointure La jointure permet l utilisation de plusieurs tables dans une requête SQL. Mathématiquement, la jointure se définit comme un sous-ensemble du produit cartésien des relations (i.e. tables) listées. La jointure peut être de type différent. On parle ainsi de produit cartésien, de jointure naturelle ou encore de jointure conditionnelle. 3.1 Le produit cartésien Le cross join peut se représenter comme le produit cartésien complet entre les différentes tables. Tous les éléments sont donc repris dans le résultat. Format : SELECT attr 1, attr 2,, attr n FROM table 1 CROSS JOIN table 2 L utilisation de CROSS JOIN est très limitée puisque le résultat obtenu n est pas nécessairement significatif. Le SGBD créant des relations n ayant pas nécessairement de sens. Exemple : SELECT * FROM client CROSS JOIN commande ORDER BY 1 2

3 Le résultat sera composé de l ensemble des paires client commande. Ainsi, dans ce résultat, chaque client sera associé à chaque commande. Le nombre de lignes dans le résultat sera donné par : #client x #commande 3.2 Les jointures naturelles La jointure naturelle est une forme un peu particulière de jointure. En effet, en fonction des noms des attributs, le SGBD va automatiquement réaliser les liens entre les tables. Ainsi, lorsque les attributs présents dans les tables sélectionnées portent un nom identique, le SGBD considère qu il s agit de tables liées et construit le résultat en fonction de ces liens ainsi découverts. On préfère toujours utiliser des jointures plus explicites. Les jointures naturelles peuvent, en cas d évolution de la structure de la base de données, occasionner des dysfonctionnements dans des applications déjà existantes. Format : SELECT attr 1, attr 2,, attr n FROM table 1 NATURAL JOIN table 2 Exemple : SELECT * FROM client NATURAL JOIN commande Sélectionne les clients ayant déjà passé au moins une commande. Le SGBD liera ici automatiquement les tables client et commande sur base du numclient présent dans chacune d entre-elle. 3.3 Les jointures conditionnelles Dans cette forme de jointure, nous allons exprimer une condition d égalité permettant d obtenir des enregistrements liés entre eux. En effet, en exploitant les clés étrangères liant les tables, nous obtenons des résultats exploitables. Exemple : obtenir le numéro et le libellé des produits ayant été commandés le 10/10/08. Pour ce faire, il faut partir de la table produit, par les clés étrangères, obtenir les lignes de commandes reprenant ces produits et enfin les commandes liées à ces lignes de commande. Il reste à limiter le résultat à la date demandée. Avec des requêtes ne portant que sur une seule table, il est impossible d obtenir ce genre de résultats. Il est, par contre, très simple, d écrire une seule requête donnant les produits demandés. Format de la jointure (SQL-89) : SELECT attribut 1, attribut 2,, attribut m FROM table 1, table 2,, table n WHERE condition 1 AND condition 2 AND AND condition n-1 Cette forme doit être abandonnée! Format de la jointure (SQL-92) : SELECT attribut 1, attribut 2,, attribut m FROM table 1 JOIN table 2 ON condition 1 3

4 JOIN table n ON condition n-1 La jointure permet d écrire des requêtes impliquant plusieurs tables. Il est nécessaire lorsqu on mentionne plusieurs tables dans une requête SQL d inclure les conditions de jointure. Ces conditions expriment les liens existants entre les tables (très souvent au travers des clés étrangères). Sur base de cette condition, le SGBD ne va garder que certains résultats jugés conformes par le programmeur. Ainsi, la requête qui correspond à la demande exprimée plus haut peut s écrire : SELECT numproduit, libelle FROM produit p JOIN LignesCommande lc ON p.numproduit = lc.numproduit JOIN Commande c ON c.numcommande = lc.numcommande WHERE c.datecommande = TO_DATE(' ', 'DDMMYYYY') ; À l exécution de cette requête, on peut imaginer que le SGBD va créer tous les triplets possibles entre les tables produit, LignesCommande et commande (le produit cartésien de ces 3 tables). Une fois l ensemble des résultats obtenus, le SGBD supprime les lignes qui ne satisfont pas aux conditions de jointure (égalité sur le numéro du produit entre la table produit et la table lignescommande, égalité sur le numéro de commande entre la table lignescommande et la table commande). Enfin, le SGBD supprime les enregistrements ne satisfaisant pas la condition WHERE. Autres exemples : Sélectionner les clients ayant commandés le produit numéro 123. Dans cette condition, on exprime plusieurs liens entre des tables. Il faut sélectionner des clients ayant passés des commandes. Il faut, dans les commandes passées, garder uniquement celles dont au moins une ligne fait référence au produit 123. SELECT c.numclient FROM Commande c JOIN LignesCommande lc ON c.numcommande = lc.numcommande WHERE lc.numproduit = 123 Si nous souhaitons afficher les informations de ce client particulier, il est nécessaire de faire une nouvelle jointure avec la table client. Ainsi, la requête s exprimerait comme suit : SELECT cli.nomclient, cli.adresse, cli.localite FROM client cli JOIN Commande c ON cli.numclient = c.numclient JOIN LignesCommande lc ON c.numcommande = lc.numcommande WHERE lc.numproduit = 123 Les jointures font parties des éléments très importants dans les bases de données. Grâce à elles, il est possible d exploiter de grands dépôts de données en obtenant uniquement les résultats souhaités. 3.4 Les auto-jointures Cette forme de jointure est parfois utilisée. Elle consiste à écrire une requête contenant une jointure désignant la même table (dans le JOIN) que celle de la requête elle-même (dans le FROM). 4

5 Cette forme particulière impose de nommer les tables afin de pouvoir exprimer les conditions sans ambiguïté. La forme de cette jointure devient alors : SELECT attr 1,, attr n FROM table t1 JOIN table t2 ON t1.attr x = t2.attr x WHERE t1.attr y [ORDER BY ] Dans cette requête, t1 désigne la table de la requête tandis que t2 désigne la table de la jointure. Exemple : SELECT c2.numcommande, c2.datecommande FROM commande c1 JOIN commande c2 ON c2.datecommande > c1.datecommande WHERE c1.numcommande = 'C001' Sélectionne les commandes dont la date de la commande est postérieure à celle de la commande C Les jointures externes Nous avons vu que les jointures permettaient, par la condition de jointure, de lier des tables entre-elles pour obtenir les enregistrements souhaités. Il est parfois important d obtenir aussi les enregistrements pour lesquels il n existe pas de correspondance dans l autre table. Dans ces cas, les jointures externes sont utilisées. Format : SELECT attr 1,, attr n FROM table 1 t1 [LEFT OUTER RIGHT OUTER] JOIN table 2 t2 ON t1.attr x = t2.attr y WHERE t1.attr y [ORDER BY ] Dans cette forme, la jointure est réalisée entre la table t1 et la table t2. En plus des résultats habituels suite à la jointure, nous obtenons les enregistrements n ayant pas de correspondance. Dans le cas d un LEFT OUTER, les enregistrements de la table t1 n ayant pas de correspondance (par la condition de jointure) dans la table t2 sont inclus également dans le résultat. Dans le cas d un RIGHT OUTER, les enregistrements de la table t2 n ayant pas de correspondance (par la condition de jointure) dans la table t1 sont inclus dans le résultat. Exemple (extrait de [1]) : SELECT DISTINCT cli.numclient, cli.nom, com.datecommande FROM Client cli LEFT OUTER JOIN Commande com ON cli.numclient = com.numclient Dans cet exemple, on affiche les clients et leur date de commande. Si un client n a pas commandé, il sera inclus dans le résultat mais sa date de commande vaudra NULL. 5

6 En plus de LEFT OUTER et RIGHT OUTER, SQL-2 définit FULL OUTER qui combine les deux options (LEFT OUTER et RIGHT OUTER) en même temps. 4. Requêtes sur les groupes Grâce aux requêtes sur les groupes, il est possible d obtenir des résultats groupés qui peuvent s avérer intéressants. Ces requêtes sur les groupes utilisent des fonctions de groupe. 4.1 Les fonctions de groupe Le langage SQL prévoit les fonctions de groupe suivantes applicables à un attribut : AVG calcule la moyenne MAX Retourne la plus grande valeur MIN Retourne la plus petite valeur COUNT Compte le nombre de résultat SUM Effectue une sommation Ces fonctions de groupe prennent en argument le nom de l attribut. Elles peuvent également intégrer le mot clé DISTINCT qui supprime les valeurs identiques. Exemples : SELECT AVG(prix) FROM produit Obtenir le prix moyen des produits Pour clarifier l utilisation de COUNT, voici quelques exemples en guise d illustration : SELECT * FROM client Retourne tous les enregistrements de la table client (n lignes) SELECT COUNT(*) FROM client Retourne le nombre d enregistrements présents dans la table client (i.e. le nombre de lignes du résultat précédent). SELECT COUNT(categorie) FROM client Retourne le nombre d enregistrements présents dans la table client pour lesquels la catégorie n est pas nulle. SELECT COUNT(DISTINCT categorie) FROM client Retourne le nombre de valeurs différentes pour la catégorie. 4.2 Les clauses GROUP BY et HAVING La clause GROUP BY permet de regrouper les résultats autour de valeurs d attribut déterminées. Cette clause utilise très souvent des fonctions de groupe. Forme : 6

7 SELECT attr 1,, attr i, fct_groupe 1 (attr j ),, fct_groupe n (attr p ) FROM table 1 [JOIN table n ON condition x ] [WHERE condition y ] GROUP BY attr 1,, attr i [HAVING condition z ] Dans la forme présentée ci-dessus, il faut remarquer ceci : L utilisation conjointe d attributs et de fonctions de groupe dans le SELECT impose l utilisation d une clause GROUP BY Le GROUP BY doit souvent reprendre les attributs n intégrant pas les fonctions de groupe La clause WHERE ne peut reprendre dans sa condition que des attributs La clause HAVING permet de filtrer les résultats d une fonction de groupe Dans fct_groupe, on retrouve les fonctions de groupe montrées plus haut : SUM, MAX, MIN, AVG et COUNT. Exemple : SELECT cli.localite, SUM(p.prix * lc.qte) CA FROM client cli JOIN commande c ON cli.numclient = c.numclient JOIN lignescommande lc ON lc.numcommande = c.numcommande JOIN produit p ON lc.numproduit = p.numproduit GROUP BY cli.localite Cette requête retourne comme résultat le chiffre d affaires par localité. Le résultat montrera les localités différentes et le chiffre d affaires calculé. La clause HAVING peut être définie comme suit : «il s agit d une clause WHERE sur un groupe définit par GROUP BY» (définition extraite de [1]). Tout comme la clause WHERE, la clause HAVING limite le résultat aux seuls enregistrements vérifiant la condition énoncée. Exemple : SELECT cli.categorie, SUM(p.prix * lc.qte) CA FROM client cli JOIN commande c ON cli.numclient = c.numclient JOIN lignescommande lc ON lc.numcommande = c.numcommande JOIN produit p ON lc.numproduit = p.numproduit WHERE cli.localite IN ('Liege', 'Bruxelles') GROUP BY cli.categorie HAVING SUM(p.prix * lc.qte) > 500 Dans cet exemple, on calcule le chiffre d affaires par catégorie de client, uniquement pour les clients de Liège et de Bruxelles. On filtre le résultat pour garder uniquement les catégories dont le chiffre d affaires est supérieur à 500. On remarque dans cet exemple l utilisation différente de WHERE et HAVING. WHERE est utilisé pour filtrer les catégories, attribut de la table client tandis que HAVING est utilisé pour filtrer le résultat d une fonction de groupe, ici SUM. 7

8 5. Stratégie pour l écriture d une jointure Dans [1], l auteur décrit la stratégie suivante pour l écriture d une jointure : 1. «Déterminer les tables à mettre en jeu, les inclure dans la clause FROM. 2. Inclure les attributs à visualiser dans la clause SELECT 3. Si le groupe SELECT comporte des fonctions sur les groupes, il faut une clause GROUP BY reprenant tous les attributs cités dans la clause SELECT, sauf les arguments des fonctions en question 4. Déterminer les conditions limitant la recherche. Les conditions portant sur les groupes doivent figurer dans une clause HAVING, celles portant sur des valeurs individuelles dans une clause WHERE 5. Pour employer une fonction sur les groupes dans une clause WHERE, ou si on a besoin de la valeur d un attribut d une autre table, il est nécessaire d utiliser une requête imbriquée 6. Pour fusionner les résultats venant de deux clauses SELECT, il suffit de les joindre par un UNION 7. Préciser l ordre d apparition des tuples du résultat dans une clause ORDER BY.» Stratégie pour l écriture d une jointure (extrait de [1]) Exercices 1. Afficher le titre et l éditeur de chaque livre 2. Trouver le nom, prénom et l adresse des emprunteurs qui n ont pas rendu un exemplaire 3. Afficher les noms et prénoms des emprunteurs dont la cotisation est inférieure à la cotisation de base selon la catégorie de l emprunteur 4. Trouver les titres et les dates de publication des livres écrits par Cook ou Meyer. Ordonner les titres par date de publication 5. Afficher pour chaque emprunteur de Liège et de Spa, les titres des livres empruntés, l éditeur, la catégorie, la date d emprunt et l état de l exemplaire 6. Afficher le nombre de livres publiés par année (de publication) 7. Afficher le nombre de livres par nom de catégorie 8. Compter le nombre de livres écrit par chaque auteur. Afficher le résultat par ordre alphabétique inverse des noms d auteur 9. Quelle est la cote minimale et la cote maximale des livres? 10. Pour chaque livre, afficher le titre et le nombre d exemplaires de chaque livre 11. Pour chaque livre, donner le titre du livre et le nombre d exemplaires dans l état 10 8

9 12. Trouver la durée moyenne d un emprunt 13. Afficher le nombre de locations par mois 14. Trouver l âge du plus jeune auteur 15. Combien de fois chaque exemplaire d un livre a-t-il été emprunté (titre, num exemplaire, nbre)? Présenter les résultats par ordre d emprunt décroissant. 16. Idem mais uniquement pour les exemplaires empruntés plus d une fois. 17. Afficher pour chaque catégorie si elle a une catégorie parent et si oui le nom de celleci 18. Idem en ajoutant un niveau supplémentaire Exercices supplémentaires 1. Afficher pour chaque livre, le titre du livre, les numéros d exemplaires et l état de chaque exemplaire. Ordonner le résultat par ordre alphabétique des titres et par ordre inverse de l état de l exemplaire. 2. Afficher pour chaque location, le nom et le prénom de l emprunteur, le titre du livre emprunté et la date d emprunt. Trier le résultat par date d emprunt décroissante. 3. Afficher le titre, le nom des auteurs, le nom de l éditeur et le nom de la catégorie de chaque livre. 4. Afficher le nombre de livres publiés entre 1970 et Afficher le nombre de livres par numéro de catégorie 6. Compter le nombre d emprunteurs qui n ont pas rendu un exemplaire 7. Trouver la durée moyenne d un emprunt par emprunteur (afficher le nom de l emprunteur) 8. Trouver la durée moyenne d un emprunt pour les emprunteurs qui ne sont ni de Liège et ni de Bruxelles lorsque cette moyenne est comprise entre 25 et 35 (afficher la localité) 9. Quel est le plus grand retard parmi les livres rendus en retard? 10. Trouver les cotisations totales payées chaque mois (par les emprunteurs). Afficher le total par mois dans l ordre habituel des mois (janvier, février, ) 11. Idem pour les mois où la somme des cotisations est supérieure à Afficher (une seule fois) le nom et le prénom des emprunteurs ayant loués des livres loués par des emprunteurs de la catégorie Retraite. 9

10 13. Afficher le nom de chaque catégorie qui a une catégorie parent et le nom de cette catégorie parent Bibliographie [1] C. MAREE et G. LEDANT, SQL-2 : Initiation, Programmation, 2 ème édition, Armand Colin, 1994, Paris [2] P. DELMAL, SQL2 SQL3 : application à Oracle, 3 ème édition, De Boeck Université, 2001, Bruxelles [3] Microsoft, MSDN Microsoft Developper Network, consulté en février 2009, Microsoft Corp. [4] Diana Lorentz, et al., Oracle Database SQL Reference, 10g Release 2 (10.2), published by Oracle and available at [5] JL. HAINAUT, Bases de données: concepts, utilisation et développement, Dunod, 2009, Paris. Remerciements Un merci particulier à mes collègues Vincent REIP et Vincent WILMET pour leur relecture attentive et leurs propositions de correction et d amélioration. 10

11 Auteur NumAuteur Nom DateNaissance[0-1] id: NumAuteur Type NumType Description id: NumType Categorie NumCategorie Nom CategorieParent[0-1] id: NumCategorie ref: CategorieParent Redaction NumAuteur id: NumAuteur equ: ref: NumAuteur Langue CodeIso NomLangue id: CodeIso Livre Titre ISBN NbPages Cote Langue NumType NumCategorie NumEditeur id: id': ISBN ref: Langue ref: NumType ref: NumCategorie ref: NumEditeur Editeur NumEditeur Nom Adresse Localite id: NumEditeur Exemplaire NumExemplaire Etat DateAchat NumEtagere id: NumExemplaire ref: NumEtagere ref: Critique NumEmprunteur Cote Commentaire id: NumEmprunteur ref: ref: NumEmprunteur Location NumEmprunteur NumExemplaire DateLocation DateRetourPrevu DateRetour[0-1] id: NumEmprunteur NumExemplaire DateLocation ref: NumExemplaire ref: NumEmprunteur Emplacement NumEtagere Allee Etage id: NumEtagere CatEmprunteur NumCategorie Designation Cotisation id: NumCategorie Emprunteur NumEmprunteur Nom Prenom Adresse Localite Cotisation RegNat DatePaiementCotisation CatEmprunteur id: NumEmprunteur id': RegNat ref: CatEmprunteur 11

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL)

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL) Introduction 1/39 2/39 Introduction Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD 2015-2016 A partir de l algèbre relationnelle s est construit un langage informatique permettant d interroger les données : SQL

Plus en détail

Introduction au langage SQL

Introduction au langage SQL Introduction au langage SQL Les bases de données relationnelles Le langage SQL est un langage universel destiné à travailler sur des bases de données relationnelles. Nous considérerons ici qu'une base

Plus en détail

Laboratoires de bases de données. Laboratoire n 2. Sélection simple. par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN

Laboratoires de bases de données. Laboratoire n 2. Sélection simple. par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN Département Informatique Laboratoires de bases de données Laboratoire n 2 Sélection simple par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN Ce document est disponible sous licence Creative Commons indiquant qu il peut

Plus en détail

SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN

SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes Encapsule complètement l'algèbre relationnel Une

Plus en détail

Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL

Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL S. B. Lycée des EK 30 mai 2016 Le SQL (Structured Query Language = langage de requêtes structuré) est un langage informatique de dialogue avec une base de

Plus en détail

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron Le langage SQL (deuxième partie) 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes Encapsule complètement l algèbre relationnel

Plus en détail

Bases de Données. SQL: Définition

Bases de Données. SQL: Définition Université Mohammed V- Agdal Ecole Mohammadia d'ingénieurs Rabat Bases de Données Mr N.EL FADDOULI 2014-2015 SQL: Définition Structured Query Langage(SQL): - Langage g de base dans les SGBD - Langage de

Plus en détail

Base de donnes Cinéma

Base de donnes Cinéma Le langage SQL 1 Base de donnes Cinéma Considérons les tables suivantes : Film(Titre, Réalisateur, Acteur) Programme(NomCiné, Titre, Horaire) Film contient des infos sur tous les films et Programme concerne

Plus en détail

Kit de survie sur les bases de données

Kit de survie sur les bases de données Kit de survie sur les bases de données Pour gérer un grand nombre de données un seul tableau peut s avérer insuffisant. On représente donc les informations sur différentes tables liées les unes aux autres

Plus en détail

Bases de données sous Access

Bases de données sous Access Bases de données sous Access Plan Initiation aux bases de données Application sous Access Structure d une base de données Langages de manipulation de données Algèbre relationnelle (théorique) QBE d Access

Plus en détail

UFR de Mathématiques et Informatique

UFR de Mathématiques et Informatique UFR de Mathématiques et Informatique Licence professionnelle "Les métiers de l'internet" Réf. Regles_MCD_MPD.doc Module BD1 (Partiel et examen) Date dernière version : Avril 2002 Diffusion : apprenants

Plus en détail

Les requêtes de consultation. Ex. bibliothèque état de la base. Ex. bibliothèque état de la base. Consultation simple d'une table

Les requêtes de consultation. Ex. bibliothèque état de la base. Ex. bibliothèque état de la base. Consultation simple d'une table Les requêtes de consultation Représente la ma jorité des requêtes SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Encapsule complètement l'algèbre relationnel Une

Plus en détail

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT Nom Prénom Promotion Date Buhl Damien Année 1 Groupe 2 21 Janvier 2007 CER Prosit n 22 Mots-Clés : - Requête/Langage SQL Le langage SQL (Structured Query Language) est un langage de requêtes, il permet

Plus en détail

Exploiter les données d'un PGI avec SQL

Exploiter les données d'un PGI avec SQL Exploiter les données d'un PGI avec SQL Propriétés Description Titre de la production Auteur Exploiter les données d'un PGI avec SQL Véronique Bennetot-Dereux GREID Académie de Créteil v.bennetot-dereux@ac-creteil.fr

Plus en détail

INITIATION AU LANGAGE SQL

INITIATION AU LANGAGE SQL ECOLE NATIONALE DES INGENIEURS DES TRAVAUX AGRICOLES DE BORDEAUX DEPARTEMENT ENTREPRISE ET SYSTEMES UNITE DE FORMATION INFORMATIQUE ET GENIE DES EQUIPEMENTS ~o~o~o~ INITIATION AU LANGAGE SQL Notes de cours

Plus en détail

BASES DE DONNÉES : COMPLÉMENTS

BASES DE DONNÉES : COMPLÉMENTS : personne pe eleve enseigne personne pp prof num_p num_p num_classe pe.prenom = pp.prenom num_pro f = pp.num_p pe.nom pe.prenom Objectifs A la fin de la séquence d enseignement l élève doit pouvoir :

Plus en détail

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire cterrier.com 1/14 04/03/2008 Informatique Initiation aux requêtes SQL Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des formateurs

Plus en détail

SQL : Origines et Evolutions

SQL : Origines et Evolutions SQL : Origines et Evolutions SQL est dérivé de l'algèbre relationnelle et de SEQUEL Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis ORACLE, INGRES, Il existe trois versions normalisées, du simple au complexe : SQL1

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données Introduction aux bases de données Cours 3. : Le langage SQL Vincent Martin email : vincent.martin@univ-tln.fr page personnelle : http://lsis.univ-tln.fr/~martin/ Master 1. LLC Université du Sud Toulon

Plus en détail

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Plan Généralités Langage de Définition des (LDD) Langage de Manipulation

Plus en détail

Compte rendu du T.P. base de données SQL

Compte rendu du T.P. base de données SQL Compte rendu du T.P. base de données SQL (R0) Liste de noms de tous les hotels, avec leur numéros de station. Vérif. : On doit obtenir 78 réponses. Solution 0 SELECT nomh, ns FROM hotels (R1) En faisant

Plus en détail

Laboratoires de bases de données. Laboratoire n 6. Programmation SQL. par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN

Laboratoires de bases de données. Laboratoire n 6. Programmation SQL. par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN Département Informatique Laboratoires de bases de données Laboratoire n 6 Programmation SQL par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN Ce document est disponible sous licence Creative Commons indiquant qu il

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL

Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Durée: 5 Jours Description Ce cours s'adresse aux utilisateurs d'oracle8i, Oracle9i

Plus en détail

CRÉATION DE REQUÊTES DANS ACCESS

CRÉATION DE REQUÊTES DANS ACCESS CRÉATION DE REQUÊTES DANS ACCESS La requête dans Access permet de ne travailler que sur une partie d une table ou d une autre requête en fonction de critères choisis. Une requête peut aussi remplacer les

Plus en détail

Bases de données cours 4 Construction de requêtes en SQL. Catalin Dima

Bases de données cours 4 Construction de requêtes en SQL. Catalin Dima Bases de données cours 4 Construction de requêtes en SQL Catalin Dima Requêtes SQL et langage naturel Énoncés en langage naturel. Traduction en SQL? Correspondance entre syntagmes/phrases et opérations

Plus en détail

Le langage SQL Rappels

Le langage SQL Rappels Le langage SQL Rappels Description du thème : Présentation des principales notions nécessaires pour réaliser des requêtes SQL Mots-clés : Niveau : Bases de données relationnelles, Open Office, champs,

Plus en détail

ReportBuilder. - Cliquez sur l icône trois points, saisissez le nom du nouveau modèle.

ReportBuilder. - Cliquez sur l icône trois points, saisissez le nom du nouveau modèle. ReportBuilder Le nouveau moteur d impression «ReportBuilder» a été intégré dans Gestimum, il vous permettra de créer facilement vos propres modèles d impression. ReportBuilder est un produit, sophistiqué

Plus en détail

LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L.

LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L. LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L. Une base de données contient un nombre important d informations. Ces informations sont organisées, mais pour être effectivement exploitables, il faut pouvoir sélectionner,

Plus en détail

Modèle relationnel Langage de requêtes (3)

Modèle relationnel Langage de requêtes (3) Modèle relationnel Langage de requêtes (3) ENT ou SITE :http://www.univ-orleans.fr/lifo/members/mirian.halfeld/ BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Les opérations d aggrégation Besoin non seulement de récupérer

Plus en détail

Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS

Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS 08-11-2014 1 La base de données Gestion des commandes 08-11-2014 2 Les noms de colonnes sont volontairement simplifiés 3 Ajout de nouvelles colonnes dans des tables qui

Plus en détail

stephane@gonnord.org www.mp933.fr

stephane@gonnord.org www.mp933.fr Introduction stephane@gonnord.org www.mp933.fr Lycée du parc - Lyon Vendredi 11 et 18 avril 2014 Lycée du parc Plan Les villes, départements et régions Ville(Lyon, Rhône, 484344) ; Département(Rhône, 69,

Plus en détail

BdD Base de Données. Clément VERMOT-DESROCHES

BdD Base de Données. Clément VERMOT-DESROCHES BdD Base de Données Clément VERMOT-DESROCHES 17 novembre 2009 Table des matières 1 Présentation Générale 3 1.1 Présentation Générale............................. 3 1.1.1 Définition................................

Plus en détail

Requêtes S.Q.L. 1 Création des requêtes sous ACCESS

Requêtes S.Q.L. 1 Création des requêtes sous ACCESS Activité 15 Requêtes S.Q.L. Objectif Interroger une base de données avec des requêtes SQL. Fiche de savoir associée Ressource à utiliser Csi1Projets.pdf (Dossier 4) B.1.1.b. 1 En cliquant sur l'objet "Requêtes"

Plus en détail

Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL

Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Durée: 5 Jours Description Ce cours vous permettra d acquérir les principes fondamentaux

Plus en détail

Langages de manipulation relationnels: SQL

Langages de manipulation relationnels: SQL C HAPITRE 8 Langages de manipulation relationnels: SQL SQL (Structured Query Language) est le langage de manipulation des données relationnelles le plus utilisé aujourd hui. Il est devenu un standard de

Plus en détail

Bases de données. cours 5. www.liafa.univ-paris-diderot.fr/~zielonka

Bases de données. cours 5. www.liafa.univ-paris-diderot.fr/~zielonka Bases de données cours 5 www.liafa.univ-paris-diderot.fr/~zielonka R a b c 1 8 1 1 6 2 2 11 1 2 6-5 S c d 2 6 3 2 3 1 13 9 select sum(a*d) as X, C from R natural join S where C in (select a+1 from R) group

Plus en détail

Introduction aux bases de données et au langage SQL

Introduction aux bases de données et au langage SQL et au langage SQL Ce document ne prétend en aucun cas remplacer les ouvrages ou manuels de référence disponibles en librairie ou sur Internet. Il s'agit simplement d'un aide-mémoire permettant une prise

Plus en détail

Linux et Compilation

Linux et Compilation Département Informatique Laboratoires de système d exploitation Introduction Linux et Compilation par Louis SWINNEN Ce document est disponible sous licence Creative Commons indiquant qu il peut être reproduit,

Plus en détail

Exonet Decathlon. Découverte de l'écriture de requêtes grâce à l'assistant Access

Exonet Decathlon. Découverte de l'écriture de requêtes grâce à l'assistant Access Exonet Decathlon Découverte de l'écriture de requêtes grâce à l'assistant Access Description du thème Propriétés Intitulé court Intitulé long Présentation Formation concernée Matière Thème Question de

Plus en détail

I) Bases de données et tables :

I) Bases de données et tables : I) Bases de données et tables : Un S.G.B.D. est un outil pour organiser, stocker, modifier, calculer et extraire des infos. Une B.D.R. peut être considérée comme un ensemble de tables à 2 dimensions. Exemple

Plus en détail

DUT Génie Biologique Option Bioinformatique. Les bases de données relationnelles. Travaux Pratiques n 4

DUT Génie Biologique Option Bioinformatique. Les bases de données relationnelles. Travaux Pratiques n 4 DUT Génie Biologique Option Bioinformatique Les bases de données relationnelles avec MySQL Éric Pipard Travaux Pratiques n 4 Jointures externes Requêtes internes et externes Vues et transactions Objectifs

Plus en détail

Quelques exemples de requêtes SQL sur la base de données aviation

Quelques exemples de requêtes SQL sur la base de données aviation Quelques exemples de requêtes SQL sur la base de données aviation Note : divers exercices sont proposés. Leurs corrections se trouvent à la fin du document. Le mot-clé COUNT Combien de modèles d'avion

Plus en détail

Excel avancé. Frédéric Gava (MCF) gava@univ-paris12.fr

Excel avancé. Frédéric Gava (MCF) gava@univ-paris12.fr Excel avancé Frédéric Gava (MCF) gava@univ-paris12.fr LACL, bâtiment P2 du CMC, bureau 221 Université de Paris XII Val-de-Marne 61 avenue du Général de Gaulle 94010 Créteil cedex Rappels et compléments

Plus en détail

TD n 10 : Ma première Base de Données

TD n 10 : Ma première Base de Données TD n 10 : Ma première Base de Données 4 heures Rédigé par Pascal Delahaye 11 mars 2015 Le but de ce TD est de découvrirles principales fonctions d OpenOffice Base, le systèmede gestion de bases de données

Plus en détail

AURELIE Gestion Commerciale Mode d emploi pour états paramétrables

AURELIE Gestion Commerciale Mode d emploi pour états paramétrables Table des matières 1/ But :... 3 2/ Pré-requis :... 3 3/ Comment y aller?... 3 4/ Créer un état :... 3 4.1/ Décomposition de l état :... 3 4.2/ Variables à éditer :... 4 4.2.1/ Ligne :... 4 4.2.2/ Variable

Plus en détail

Ch 5 SELECT Sous-requêtes

Ch 5 SELECT Sous-requêtes SQL Ch 5 SELECT Sous-requêtes I. INTRODUCTION... 1 A. SYNTAXE GENERALE... 1 B. RESULTAT RENVOYE PAR UNE SOUS-REQUETE... 2 C. SOUS REQUETE INDEPENDANTES ET SOUS REQUETE DEPENDANTES... 2 II. SOUS-REQUETES

Plus en détail

Mapinfo et les requêtes SQL

Mapinfo et les requêtes SQL 31 janvier 2007 Master I Géo-Environnement INTRODUCTION Introduction - Généralités SQL (Structured Query Language) est un LDD (Language de Définition de Données) Créer / modifier / supprimer tables LMD

Plus en détail

ESTINATION FORMATION Un aller simple vers le savoir-faire INITIATION A L ANALYSE ET A LA CONCEPTION DE BASE DE DONNEES

ESTINATION FORMATION Un aller simple vers le savoir-faire INITIATION A L ANALYSE ET A LA CONCEPTION DE BASE DE DONNEES ESTINATION FORMATION INITIATION A L ANALYSE ET A LA CONCEPTION DE BASE DE DONNEES AVANT PROPOS Ce support de cours est un outil personnel, il ne constitue pas un guide de référence. C'est un outil pédagogique

Plus en détail

SQL DML SELECT. SELECT DISTINCT ROUND(largeur * hauteur, 1) AS surfarr FROM t_peinture;

SQL DML SELECT. SELECT DISTINCT ROUND(largeur * hauteur, 1) AS surfarr FROM t_peinture; SELECT pour des requêtes d extraction sur une table Syntaxe générale : Entre [ ] : des valeurs optionnelles Entre { } : une liste de valeur obligatoires possibles De part et d autre de : une valeur parmi

Plus en détail

Utiliser un modèle d état prédéfini

Utiliser un modèle d état prédéfini Chapitre 8 Etats rapides Certains boutons sont désactivés, en fonction du type de cellule sélectionné. 4 Répétez les étapes 2 et 3 pour chaque bordure à paramétrer. 5 Cliquez sur le bouton OK pour valider

Plus en détail

Chapitre 4 : Le langage SQL

Chapitre 4 : Le langage SQL Chapitre 4 : Le langage SQL Table des matières I) Introduction...2 II) Rappel...2 III) Gestion de la base de données...2 1) Création de la base de données...2 2) Modification de la base de données...2

Plus en détail

OI40: bases de données, TP 2

OI40: bases de données, TP 2 OI40: bases de données, TP 2 Frédéric Lassabe October 26, 2010 Ce TP requiert d avoir bien compris le TP précédent. 1 Sujet Lors de ce TP, il sera question d améliorer la base de données du TP précédent.

Plus en détail

Chap. 15 : Algèbre relationnelle et SQL

Chap. 15 : Algèbre relationnelle et SQL Chap. 15 : Algèbre relationnelle et SQL 1 Le modèle relationnel : son intérêt 1.1 La limite des structures de données plates pour la recherche d information : un exemple Ce qu on veut faire : On veut stocker

Plus en détail

Commission Réseau Sémantique Universel Étude de cas n 1 : routage postal

Commission Réseau Sémantique Universel Étude de cas n 1 : routage postal Commission Réseau Sémantique Universel Étude de cas n 1 : routage postal La meilleure méthode pour mettre au point une méthode étant de la tester sur le plus grand nombre possible de cas concrets, voici

Plus en détail

Schéma relationnel et requêtes SQL : le cas VETI

Schéma relationnel et requêtes SQL : le cas VETI Schéma relationnel et requêtes SQL : le cas VETI Propriétés Intitulé long Formation concernée Description Utilisation d une base de données pour une gestion de stocks. Classes de première Sciences et technologies

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Durée: 3 Jours Description Ce cours offre aux étudiants une introduction à la technologie de

Plus en détail

Interrogation d une BD

Interrogation d une BD Interrogation d une BD PRINCIPES D INTERROGATION Le résultat d une requête a toujours la forme d une table Résultat d une requête sous forme de table BD=ensemble de tables Algèbre relationnelle n OPERATIONS

Plus en détail

1/28 XML. I XML = extensible markup language. I Langage de description de documents (semi)-structurés, utilisant des.

1/28 XML. I XML = extensible markup language. I Langage de description de documents (semi)-structurés, utilisant des. 1/28 2/28 Anne-Cécile Caron Master MIAGE - BDA 1er trimestre 2013-2014 XML I XML = extensible markup language I Langage de description de documents (semi-structurés, utilisant des balises

Plus en détail

Requêtes SQL avec la date et le groupement Chapitre 7 série 3 Base de données AcciRoute SOLUTIONS

Requêtes SQL avec la date et le groupement Chapitre 7 série 3 Base de données AcciRoute SOLUTIONS 2003-07-01 1 Requêtes SQL avec la date et le groupement Chapitre 7 série 3 Base de données AcciRoute SOLUTIONS Voici MRD de la BD AcciRoute pour représenter les rapports d accidents de la route. Le MRD

Plus en détail

BDD : 2,3 Algèbre (langage algébrique)

BDD : 2,3 Algèbre (langage algébrique) 2,3 Algèbre (langage algébrique) BDD : Notations : R(X), S(Y) deux relations X et Y deux listes d'attributs t et s deux tuples de R et de S. RS relation résultat projection : -Syntaxe :

Plus en détail

Présentation du programme d informatique

Présentation du programme d informatique Présentation du programme d informatique UPS 31 mai 2015 Table des matières 1 Introduction 2 1.1 Présentation.................................. 2 1.2 Représentation des nombres.........................

Plus en détail

Projection sur la table OUVRAGE (1) Création d une requête sous Access. Projection et restriction sur la table. Projection sur la table OUVRAGE (2)

Projection sur la table OUVRAGE (1) Création d une requête sous Access. Projection et restriction sur la table. Projection sur la table OUVRAGE (2) Création d une requête sous Access Projection sur la table (1) Sélection de la table à partir de laquelle on désire effectuer une requête Quels sont le titre, le numéro d éditeur et le numéro de l ouvrage

Plus en détail

Université Paris 13 TP Base de données Année 2008-2009 Institut Galilée feuille 2 : requêtes SQL INFO1

Université Paris 13 TP Base de données Année 2008-2009 Institut Galilée feuille 2 : requêtes SQL INFO1 Université Paris 13 TP Base de données Année 2008-2009 Institut Galilée feuille 2 : requêtes SQL INFO1 Exercice 1 : requêtes simples Pour traiter de la vente par correspondance on considère la modélisation

Plus en détail

Utiliser le Ruban pour effectuer un publipostage

Utiliser le Ruban pour effectuer un publipostage Initiation au Publipostage avec Word 2007 1/8 Utiliser le Ruban pour effectuer un publipostage Utilisation de l onglet Publipostage sur le Ruban pour effectuer des fusions et publipostages. Pour effectuer

Plus en détail

Optimisation. Bases de Données. Année 2007-08

Optimisation. Bases de Données. Année 2007-08 Optimisation Bases de Données Année 2007-08 Les index Les index sont utilisés pour accélérer l accès aux données. fonction de hachage qui permet de retrouver rapidement un ou des enregistrements les clés

Plus en détail

Critères de sélection pour remplir un panier de lecteurs Explications

Critères de sélection pour remplir un panier de lecteurs Explications A.-M. Cubat Onglet Circulation Paniers de lecteurs Page 1 Critères de sélection pour remplir un panier de lecteurs Explications 1. au moins un emprunt depuis jusqu à aujourd hui 2. au moins un emprunt

Plus en détail

Laboratoires de système d exploitation. Introduction à PERL. par Louis SWINNEN

Laboratoires de système d exploitation. Introduction à PERL. par Louis SWINNEN Département Informatique Laboratoires de système d exploitation Introduction à PERL par Louis SWINNEN Ce document est disponible sous licence Creative Commons indiquant qu il peut être reproduit, distribué

Plus en détail

4. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL

4. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL 4. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL 4.1. OPERATEURS DE L ALGEBRE RELATIONNEL ALGEBRE RELATIONNELLE = { opérateurs sur les relations donnant en résultat des relations } Opérateurs

Plus en détail

Chapitre 4 LE LANGAGE D INTERROGATION DE DONNÉES SQL

Chapitre 4 LE LANGAGE D INTERROGATION DE DONNÉES SQL Chapitre 4 LE LANGAGE D INTERROGATION DE DONNÉES SQL 1. Définitions Clause : mot-clé Requête : interrogation ou action structurée sur la BD Requête d interrogation composée de l ensemble des clauses :

Plus en détail

Séance 6: Langage SQL

Séance 6: Langage SQL Séance 6: Langage SQL INFO 0009 - Bases de données ULg March 16, 2015 1. Création de tables Format général: CREATE TABLE IF NOT EXISTS ( ,...

Plus en détail

Fiches Outil Acces Sommaire

Fiches Outil Acces Sommaire Fiches Outil Acces Sommaire Fiche Outil Access n 1 :... 2 Le vocabulaire d Access... 2 Fiche Outil Access n 2 :... 4 Créer une table dans la base... 4 Fiche Outil Access n 3 :... 6 Saisir et modifier des

Plus en détail

1. Qu'est-ce que SQL?... 2. 2. La maintenance des bases de données... 2. 3. Les manipulations des bases de données... 5

1. Qu'est-ce que SQL?... 2. 2. La maintenance des bases de données... 2. 3. Les manipulations des bases de données... 5 1. Qu'est-ce que SQL?... 2 2. La maintenance des bases de données... 2 2.1 La commande CREATE TABLE... 3 2.2 La commande ALTER TABLE... 4 2.3 La commande CREATE INDEX... 4 3. Les manipulations des bases

Plus en détail

ARC = Aleph Reporting Center support de cours

ARC = Aleph Reporting Center support de cours ARC = Aleph Reporting Center support de cours 1 - Présentation C est l outil de la société Cognos, qui intègre les données provenant d Aleph et est accessible depuis un navigateur Internet. Il permet d

Plus en détail

PC* Bases de données relationnelles

PC* Bases de données relationnelles I. Concepts généraux...................................... 2 I.1 Base de données................................... 2 I.2 Différents modèles.................................. 2 I.3 Système de gestion de

Plus en détail

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Sommaire Définition et objectifs de l épreuve.. p1 Compétences à évaluer.. p2 Conception du sujet..

Plus en détail

ECR_DESCRIPTION CHAR(80), ECR_MONTANT NUMBER(10,2) NOT NULL, ECR_SENS CHAR(1) NOT NULL) ;

ECR_DESCRIPTION CHAR(80), ECR_MONTANT NUMBER(10,2) NOT NULL, ECR_SENS CHAR(1) NOT NULL) ; RÈGLES A SUIVRE POUR OPTIMISER LES REQUÊTES SQL Le but de ce rapport est d énumérer quelques règles pratiques à appliquer dans l élaboration des requêtes. Il permettra de comprendre pourquoi certaines

Plus en détail

Introduction. 1. Une base de données : 2. Un SGBD :

Introduction. 1. Une base de données : 2. Un SGBD : Le modèle Entité-Association Introduction Les bases de données ont pris une place importante en informatique, et particulièrement dans le domaine de la gestion. L étude des bases de données a conduit au

Plus en détail

1 ) Requêtes de sélection (SELECT)... 2

1 ) Requêtes de sélection (SELECT)... 2 Le langage SQL 1 ) Requêtes de sélection ()... 2 1.1 ) Exemples simples... 2 1.1.1 ) Choix des champs à afficher (projection)... 3 1.1.2 ) Afficher seulement les enregistrements qui correspondent à un

Plus en détail

SelectLine Entreprise. Version 15. Description exhaustive. des. modifications et nouveautés

SelectLine Entreprise. Version 15. Description exhaustive. des. modifications et nouveautés SelectLine Entreprise Version 15 Description exhaustive des modifications et nouveautés Copyright 2015 by SelectLine Software AG, CH-9016 St. Gallen 28.10.2015 / Gea 1 Table des matières 1 Nouvelle version

Plus en détail

LIF4 - TD5 : Schémas entités associations Correction

LIF4 - TD5 : Schémas entités associations Correction LIF4 - TD5 : Schémas entités associations Correction Exercice 1: On souhaite gérer des réservations dans une compagnie d hôtels. À cette fin, on considère le diagramme entité-association suivant (les attributs

Plus en détail

Cours 4 : Agrégats et GROUP BY

Cours 4 : Agrégats et GROUP BY Cours 4 : Agrégats et GROUP BY Agrégat Fonction qui effectue un calcul sur l ensemble des valeurs d un attribut pour un groupe de lignes Utilisation dans une clause SELECT ou dans une clause HAVING 3 types

Plus en détail

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire La Clé informatique Formation Access XP Aide-mémoire Septembre 2003 Définitions de termes Base de données : Se compare à un énorme classeur ayant plusieurs tiroirs où chacun d eux contient des informations

Plus en détail

Oracle Database: Introduction to SQL NOUVEAU

Oracle Database: Introduction to SQL NOUVEAU Oracle University Appelez-nous: 1.800.529.0165 Oracle Database: Introduction to SQL NOUVEAU Durée: 5 Jours Description Le cours "Oracle Database: Introduction to SQL" explique comment écrire des sous-requêtes,

Plus en détail

Créer des documents XML

Créer des documents XML 1 Créer des documents XML La spécification XML définit comment écrire un document au format XML. XML n est pas un langage en lui-même mais, en revanche, un document XML est écrit dans un langage à balises

Plus en détail

Interrogation de bases de données avec le langage SQL

Interrogation de bases de données avec le langage SQL Web dynamique avec PHP et MySQL Interrogation de bases de données avec le langage SQL C. Sirangelo & F. Tort Interroger une base avec SQL Interroger une base de données: extraire des données de la base

Plus en détail

PAIEMENTS AUTOMATIQUES

PAIEMENTS AUTOMATIQUES PAIEMENTS AUTOMATIQUES Principe de fonctionnement Ce programme vous permet de gérer des échéanciers fournisseurs et d effectuer des paiements automatiques en utilisant les virements à la norme SEPA. IDSOFT

Plus en détail

Opération DIVISION. Huit opérations de base de l algèbre relationnelle. SELECT [ALL] [DISTINCT] liste d'attributs FROM table

Opération DIVISION. Huit opérations de base de l algèbre relationnelle. SELECT [ALL] [DISTINCT] liste d'attributs FROM table Opération DIVISION Huit opérations de base de l algèbre relationnelle PROJECTION SELECTION JOINTURE SELECT [ALL] [DISTINCT] liste d'attributs FROM table SELECT liste d'attributs FROM table WHERE condition

Plus en détail

1 TD 8 : SQL. (correction page??) Abordé lors de cette séance programmation algorithme. SQL index

1 TD 8 : SQL. (correction page??) Abordé lors de cette séance programmation algorithme. SQL index 1 TD 8 : SQL (correction page??) Abordé lors de cette séance programmation algorithme SQL index Le langage SQL est utilisé pour manipuler des bases de données 1. Pour faire simple, on utilise les bases

Plus en détail

La centralisation comptable

La centralisation comptable Pégase 3 La centralisation comptable Dernière révision le 12/06/2007 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Première étape...4 Deuxième étape :...4 Paramètres généraux...4 Page Général...

Plus en détail

Étiquettes, enveloppes et publipostage

Étiquettes, enveloppes et publipostage Chapitre 10 Étiquettes, enveloppes et publipostage Vous vous mariez ou vous organisez un baptême? Récupérez votre liste d adresses à partir de votre téléphone portable ou des contacts de votre messagerie

Plus en détail

Implémentation des opérateurs relationnels et optimisation

Implémentation des opérateurs relationnels et optimisation Implémentation des opérateurs relationnels et optimisation Les opérateurs étudiés On regarde d abord les opérateurs pris un à un La sélection : σ La projection : π La jointure : ensuite, on s intéressera

Plus en détail

IFT2251 : Génie logiciel

IFT2251 : Génie logiciel Cas IFT2251 : Génie logiciel Chapitre 4. Analyse orientée objets Section 3. Cas 1. Le diagramme de cas 2. Les acteurs 3. Les scénarios d un cas 4. Relations entre cas 5. Construction d un diagramme de

Plus en détail

1 Modélisation d une base de données pour une société de bourse

1 Modélisation d une base de données pour une société de bourse IN306 : Corrigé SID Christophe Garion 18 octobre 2010 Ce document est un corrigé succinct de l examen du module IN306. 1 Modélisation d une base de données pour une société de bourse Une

Plus en détail

ASSOCIATION DES GOURMANDS DE PARIS

ASSOCIATION DES GOURMANDS DE PARIS ASSOCIATION DES GOURMANDS DE PARIS (, nomplat, origine, pays) (, nomchef, prenomchef, nbreetoiles) (,,, qté) Ingredients (, noming, origineing, description) Les chefs, les plats et les ingrédients peuvent

Plus en détail

Règles et procédures de modifications de projet et de révision des décisions de financement

Règles et procédures de modifications de projet et de révision des décisions de financement Règles et procédures de modifications de projet et de révision des décisions de financement Guide Utilisateur pour compléter le Formulaire de Modification Investir dans notre futur commun Guide Utilisateur

Plus en détail

Examen Durée de l épreuve : 2 heures Aucun document autorisé. PARTIE Initiation à la Recherche Opérationnelle avec Excel Durée indicative : 20 minutes

Examen Durée de l épreuve : 2 heures Aucun document autorisé. PARTIE Initiation à la Recherche Opérationnelle avec Excel Durée indicative : 20 minutes Examen Durée de l épreuve : 2 heures Aucun document autorisé PARTIE Initiation à la Recherche Opérationnelle avec Excel Durée indicative : 20 minutes Dans les questions 1 à 4, nous considérons la feuille

Plus en détail

Initiation Access 2003

Initiation Access 2003 Initiation Access 2003 Sommaire Introduction...3 1. Création d une base...3 1.1. Modélisation...3 1.2. Création de la base...4 2. Les tables...5 2.1. Création d'une table en mode Création...5 2.2. Les

Plus en détail

C'est : C'est : un fichier, analogue à une feuille de calcul Excel, contenant les informations.

C'est : C'est : un fichier, analogue à une feuille de calcul Excel, contenant les informations. C'est : un ensemble de fichiers contenant toutes les informations nécessaires à une application + un logiciel de Gestion de ces informations appelé SGBD (Système de Gestion de Base de Données). C'est :

Plus en détail

Nom : Prénom : Signature : Matricule : A. Le poids d'une personne en kilogramme, arrondi au gramme près.

Nom : Prénom : Signature : Matricule : A. Le poids d'une personne en kilogramme, arrondi au gramme près. Université de Sherbrooke, Département d informatique IFT187 : Éléments de bases de données, Examen périodique Professeur : Marc Frappier, Samedi 4 octobre 2014, 9h00 à 11h50, locaux D7-3021 et D7-2022

Plus en détail

INTRODUCTION A SQL. http://www.lri.fr/~rigaux/bd/sql.html

INTRODUCTION A SQL. http://www.lri.fr/~rigaux/bd/sql.html 012345678901234567890123 INTRODUCTION A SQL SQL = Structured Query Language SEQUEL = Structured English as a QUEry Language standard ISO depuis 87. Avantages : implanté + ou - complètement sur principaux

Plus en détail