FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT"

Transcription

1 Nom Prénom Promotion Date Buhl Damien Année 1 Groupe 2 21 Janvier 2007 CER Prosit n 22 Mots-Clés : - Requête/Langage SQL Le langage SQL (Structured Query Language) est un langage de requêtes, il permet de récupérer, modifier, supprimer ou ajouter des données à une table sur une base de donnée. La plupart des bases de données utilisent SQL comme interface entre la base et l utilisateur (ou les programmes utilisateurs). Le langage SQL existe en plusieurs versions, à vrai dire, même s il suit une certaine conformité, certaines versions de ce dernier permettent plus d intéraction que d autres et certaines fonctions s écrivent différemment dans l une ou l autre version. A vrai dire la syntaxe SQL reste la même mais des possibilités supplémentaires sont fonctions des SGBD sur lesquelles on exécute les requêtes. SQL a fait l objet de plusieurs normes, mais la plus répandue aujourd hui est la norme datant de 92, la SQL2. Il est utilisé si bien dans Access que sur des systèmes réellement importants tels qu Oracle ou Sybase. - Occurrence Une occurrence dans une base de donnée est, par exemple, la valeur d un champ dans une table. Ainsi dans la table HELLO, contenant le champ FRANÇAIS qui a pour valeur «Bonjour», on dit que Bonjour est une occurrence de la propriété FRANÇAIS dans la table HELLO. - Fonctionnalités de base de type (count, max, min) Les fonctionnalités de base de SQL, sont nombreuses, mais on peut faire un récapitulatif des diverses fonctions de traitement et d accès aux données. {LISTE des DIVERSES FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT : Permet de compter toutes les occurrences que la requête SQL renvoie, ainsi si on a 6 lignes qui sont destinées à s affichér, count renverra non pas 6 lignes, mais le chiffre 6. MAX : Permet de retourner la plus grande valeur des champs traités, ainsi la plus grande valeur du champ sur lequel on a appliqué Max sera affichée. MIN : Permet simplement de retourner la plus petite valeur des champs traités. GROUP BY : S utilise de la façon suivante : GROUP BY nomduchamp. Cette requête permet de retourner les résultats groupés selon les résultats du champs choisis, il est possible de demander de grouper les résultats par plusieurs champs, en séparant les champs par lesquelles groupés les résultats de

2 la requête par des virgules (,). ORDER BY : Fonctionne de la même façon que GROUP BY. Celle-ci permet seulement de trier par ordre croissant, ou décroissant si l on ajoute en fin de ligne après les noms des champs par lesquels trier, la mention : DESC. (ou DSC suivant la version SQL utilisée). Prenons pour exemple la requête suivante, cette dernière liste les salaires des employés en liste décroissante et groupe les résultats par elle-même. SELECT salaire FROM employés GROUP BY salaire ORDER BY salaire DESC; Hypothèses : - Un objet est une table. VRAI! Dans le sens où une table est un objet, mais un objet peut être une table, un index, une vue etc. - Count, max, min sont des fonctions de base de SQL. VRAI! - «ACCESS» est une représentation de SQL. VRAI! - «Select» permet de sélectionner un champ. VRAI! - «From» permet de sélectionner une table. VRAI! - On passe par ACCESS pour le SQL. Au Choix! - «mysql» et «SQL lite» sont des SGBD accessibles avec le SQL. VRAI! - Il existe différents versions (moteurs) de SQL. VRAI! La plus généralement utilisée est SQL2. Problématiques : Comment gérer les données via SQL? Quelles sont les fonctionnalités de bases de SQL? Quelles sont les règles spécifiques à respecter? (syntaxe, appel de tables, tri, ) On peut voir différent niveau dans le langage SQL, le premier, dans l ordre logique des choses serait le Langage de Définition des Données. LANGAGE DE DEFINITION DES DONNEES LES RELATIONS Le langage de définition des données permet de définir les différentes données que l on mettra dans notre base, ainsi cela permet de mettre en place tout ce qui est relations, attributs, clés (primaire et étrangères, voir autres), vues ainsi que certains éléments liés à l administration de la base de donnée : index et droits des utilisateurs. Les types de données disponibles dépendent du SGBD mais on retrouve généralement les types entier, réel, chaînes de caractères et date. Les principaux

3 types de données disponibles en SQL sont : SMALLINT, INTEGER, BIGINTEGER, DECIMAL, FLOAT, DOUBLE, DATE, TIME, TIMESTAMP, CHAR et VARCHAR. On retrouve aussi dans certaines des TEXT, des LONGTEXT etc. On a d une part, ALTER TABLE, qui permet de modifier le schéma d une relation, c est en fait le simple fait de modifier une table pour lui ajouter un champ par exemple, lui supprimer aussi. Ainsi ALTER TABLE <nom_de_relation> ADD (<nom_d'attribut> <type_de_données>) Cela ajoute un champ (un attribut) à la table nom_de_relation, champ qui prendra comme type de donnée : type_de_données. CREATE TABLE permet de créer une table, et ainsi créer de nouvelles relations. Ainsi l exemple suivant, permet de créer une table <nom_de_relation>, en lui donnant de nouveaux attributs, nom_d attribut, qui possèdent un certain type de donnée (VARCHAR par exemple), si la valeur peut être vide ou non. Créer une clé primaire, ou une étrangère issue d un nom_de_relation. Et additionellement il est possible d ajouter une condition à cela : CHECK, qui elle permet d éviter l insertion d attributs qui en respectent pas la condition spécifiée. CREATE TABLE <nom_de_relation> ( <nom_d attribut> <type_de_données> [NOT NULL] [,...] [, PRIMARY KEY (<nom_d attribut> [,...] ) ] [, FOREIGN KEY (<nom_d attribut>) REFERENCES <nom_de_relation> [,...] ] ) [CHECK (<condition>)] DROP TABLE lui permet de supprimer une relation (une table), et lui dire d exécuter les contraintes de cascades, c'est-à-dire supprimer toutes les tables dépendantes à travers les cardinalités de liaison à la table que l on désire supprimmer. DROP TABLE <nom_de_relation> [CASCADE CONSTRAINTS] Ici [CASCADE CONSTRAINTS] permet de supprimer toutes les contraintes d intégrité référentielle liées à la table supprimée. Cette clause concerne les relations où des contraintes de clés étrangères ont été spécifiées. LES INDEX La création d index permet de réduire le temps de recherche, les index ne font toutefois pas partie de la norme ANSI SQL, mais toutes les SGBD SQL sérieuses supportent la création d Index. L effet des commandes de création d Index, est la création d un index de type B- arbre sur les attributs spécifiés avec les clés triées soit par ordre ascendant (ASC) ou descendant (DESC). Si le mot clé UNIQUE est utilisé, le SGBD interdit les doublons. CREATE [UNIQUE] INDEX <nom_de_l index> ON <nom_de_relation> (<nom_d attribut> [{ASC DESC}] [,...]) Il est possible de supprimer un index en exécutant la commande suivante : DROP INDEX <nom_de_l index>

4 LES VUES Une vue est en un ensemble d enregistrements entre une ou plusieurs tables de la base de donnée. En réalité une vue est une table virtuelle, qui n a pour objectif qu une exploitation visuelle, l idée est de rassembler plusieurs champs, provenant de plusieurs tables pour pouvoir les afficher ensuite avec la clause SELECT. Une vue n est pas stockée dans la base de donnée telle une vrai table, c est simplement un groupement de référence vers des champs d une autre table. CREATE VIEW <nom_de_la_vue> AS <commande_select> [WITH CHECK OPTION] La clause WITH CHECK OPTION garantit que toute opération de mise à jour (INSERT, UPDATE, DELETE) exécutée sur la vue sera contrôlée pour voir si le changement est conforme à la définition de la vue. Un changement non conforme sera rejeté. Si cette clause n est pas indiquée, les changements pourront être acceptés par les relations sur lesquelles est définie la vue. DROP VIEW <nom_de_la_vue> Contrairement à DROP TABLE, cette commande ne supprime que la définition de la vue et non pas le contenu des champs. Logique étant donné que les vues sont des références aux champs des tables, supprimer une référence n a jamais supprimé la chose à laquelle elle correspond. LES MISES A JOURS Les commandes de mise à jour permettent de modifier, supprimer ou ajouter un champ dans une table. INSERT INTO <nom_de_relation>(<nomdechamp>,<nomdechamp>, ) VALUES(<valeurchamp1>, <valeurchamp2>, ) Celle-ci permet d ajouter des valeurs dans la table non de la relation. On définit les colonnes dans lesquelles on veut ajouter les données, et on met dans la clause VALUES, les valeurs correspondantes. DELETE FROM < nom_de_relation > [WHERE... ] Cette commande permet de supprimer les enregistrements, d une relation, selon une condition. Si une relation devient vide suite à l action de DELETE, la relation ne sera pas supprimée. Voici un exemple, dans une table contenant l id utilisateur, le pseudo et l . DELETE FROM table_users WHERE (id = 5) Cela a supprimé l enregistrement qui avait pour valeur du champ id égale à 5. UPDATE <nom_de_relation> SET <champ>=<valeurchamp>, WHERE (<condition>) ; La fonction UPDATE met à jour un ou plusieurs enregistrements, ainsi cela

5 permet d en modifier les valeurs. UPDATE table_users SET pseudo="bonnetc", WHERE (id=2) Cet exemple montre comment mettre à jour le pseudo et l dans la table table_users, pour l utilisateur avec l id 2. LES CONTRAINTES D INTEGRITE Pour déterminer le comportement à adopter en fonction des contraintes d'intégrité, il est possible d'ajouter une clause lors de la définition de la contrainte. RESTRICT Interdit la suppression. CASCADE SET NULL Permet de faire éventuellement des suppressions en cascade. Remet les références à NULL. LE LANGAGE DE MANIPULATION DES DONNEES LIEN ENTRE ALGEBRE RELATIONNEL ET SQL Pour le schéma relationnel suivant, voici quelques requête algébrique. R1 (A :D1, B :D2) R2 (C :D1, D :D2) R3 (A :D1, E :D3) R4 (B :D2) La requête d union: FROM Table1 UNION

6 FROM Table2; La requête d union de tout: INSERT INTO Table3 SELECT * FROM ( FROM Table1 UNION SELECT [last-name], [first-name] FROM Table2); La requête d intersection: FROM Table1 WHERE Table1.nom IN (SELECT nom FROM Table2) AND Table1.prénom IN (SELECT prénom FROM Table2); OU FROM Table1 INTERSECT FROM Table2; La requête de différence : FROM Table1 EXCEPT

7 La requête du produit cartésien: FROM Table2; LE LANGAGE SQL Une requête en langage SQL, se présente généralement sous la forme SELECT FROM WHERE. Ou SELECT indique les champs à afficher, FROM dans quelle table prendre ces champs et enfin WHERE qui est facultatif, qui permet de donner une condition à l affichage de ces valeurs. L idée est d afficher les seules valeurs respectant cette condition. Une requête, ressemble à celle qui suit, syntaxiquement parlant. SELECT [DISTINCT] { * <nom_de_relation>,<nom_d attribut> [alias] <nom_d attribut>[alias] [,...] FROM [<nom_d utilisateur>]<nom_de_relation> [alias] [,...] [WHERE <condition>] [GROUP BY <nom_d attribut> [,...] [HAVING <condition>] ] [ {UNION INTERSECT MINUS [ALL]} <commande_select> [ ORDER BY {<nom_d attribut> <numéro_de_colonne>} [{ASC DESC}] [,... ] Il existe ce qu on appelle des requêtes imbriquées, ces dernières ont diverses utilités, mais leur rôle principal est de réaliser des vérification dans l ensemble des données. IN Teste la présence d une valeur particulière dans un ensemble. NOT IN ALL ANY Teste l absence d une valeur particulière dans un ensemble. Compare chacune des valeurs de l'ensemble à une valeur particulière et retourne "VRAI" si la comparaison est évaluée pour chacun des éléments. Les comparateurs sont: <, <=, >, >=, =,!=. Compare chacune des valeurs de l'ensemble à une valeur particulière et retourne "VRAI" si la comparaison est

8 évaluée à "VRAI" pour au moins un des éléments. Les comparateurs sont: <, <=, >, >=, =,!=. EXISTS Retourne "VRAI" si une requête imbriquée retourne au moins une ligne. On parle également de prédicats qui sont BETWEEN, LIKE et IS NULL. BETWEEN sert à vérifier l appartenance d une valeur à une intervalle. LIKE permet de faire une recherche approximative (à l aide % également pour tester si des valeurs semblables existent). IS NULL qui test si un champ a été affecté ou s il est toujours vide. En Structured Query Language, on retrouve également des clauses, qui permettent principalement de trier, mettre en forme l affichage des valeurs. GROUP BY Fonction d agrégat (regroupement). HAVING Cette clause ne s emploie qu avec un GROUP BY et permet d exprimer une condition sur les valeurs à agréger. ORDER BY Permet de trier (modifier l ordonnancement) les valeurs à afficher. DISTINCT Supprime les doublons. Il existe d autres fonctions d agrégats, que GROUP BY, qui peuvent d ailleurs s utiliser en même temps, ces fonctions sont : COUNT Compte le nombre d enregistrements d une colonne. SUM Fait la somme des enregistrements presents dans un champs. MIN Retourne le minimum d une colonne de type caractère ou numérique. MAX Retourne le maximum d une colonne de type caractère ou numérique. AVG Fais la moyenne numérique d une colonne de type numérique. SELECT * Afficher tout. Existe t-il des outils autres que ACCESS pour éditer du langage SQL. Les autres outils de SGBD fonctionnant avec le langage SQL sont très nombreux, on peut retouver : MySQL, SQLite, Oracle, PostGreSQL, SQL Server, Interbase Sujet du Prosit -- Création de la table de la dvd thèque.

9 CREATE TABLE `dvdtheque` ( `Nom_Film` VARCHAR(255) NOT NULL, `Nom_Realisateur` VARCHAR(255), `Annee_Sortie` YEAR(4) NOT NULL, `Genre` VARCHAR(255), `Editeur` VARCHAR(255), `Duree` INT(3), `Nom_emprunt` VARCHAR(255), `Note` INT(1), PRIMARY KEY (`Nom_Film`) ); -- Ajout des valeurs de base INSERT INTO dvdtheque( Nom_Film, Nom_Realisateur, Annee_Sortie, Genre, Editeur, Duree, Nom_emprunt, Note) VALUES ("Matrix", "Wachowsky","1999", "Science Fiction","Warner","131","Mon pote Michel","5"), ("La Beuze", "Desagnat", "2003","Comédie","Pathé","89","Personne","3"), ("Les Autres", "Amenãbar", "2001","Fantastique","Universal","100","Personne","5"), ("Harry Potter et le prisonnier d'azkaban", "Cuaròn", "2004","Fantastique","WarnerBros","130","Personne","4"), ("Pirates des Caraïbes", "Verbinski","2004","Aventure","Walt Disney","143","Eric","4"); -- Afficher l'ensemble des films triés par ordre alphabétique SELECT Nom_Film,Nom_Realisateur,Annee_Sortie,Genre,Editeur,Duree,Nom_emprunt,No te FROM dvdtheque ORDER BY Nom_Film ASC; -- Rechercher les films de plus de 100 mins SELECT Nom_Film,Nom_Realisateur,Annee_Sortie,Genre,Editeur,Duree,Nom_emprunt,No te FROM dvdtheque WHERE (Duree >= 100) ORDER BY Nom_Film;

10 -- Enregistrer des nouveaux films INSERT INTO dvdtheque( Nom_Film, Nom_Realisateur, Annee_Sortie, Genre, Editeur, Duree, Nom_emprunt, Note) VALUES ("Nom_Film","Nom_Realisateur","Annee_Sortie","Genre","Editeur","Duree","Nom _emprunt","note") -- Supprimer des films DELETE FROM `dvdtheque` WHERE (Nom_Film = "Nomdufilmàsupprimer"); -- Modifier une occurence UPDATE dvdtheque SET Nom_Film="Mogogo", Nom_Realisateur="Magali", Annee_Sortie="2019", Genre="XXX", Editeur="Le CBNA", Duree="120", Nom_emprunt="Damien", Note="5" WHERE (Nom_Film = "Pirates des Caraïbes"); Sources

Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL

Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL S. B. Lycée des EK 30 mai 2016 Le SQL (Structured Query Language = langage de requêtes structuré) est un langage informatique de dialogue avec une base de

Plus en détail

UFR de Mathématiques et Informatique

UFR de Mathématiques et Informatique UFR de Mathématiques et Informatique Licence professionnelle "Les métiers de l'internet" Réf. Regles_MCD_MPD.doc Module BD1 (Partiel et examen) Date dernière version : Avril 2002 Diffusion : apprenants

Plus en détail

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Plan Généralités Langage de Définition des (LDD) Langage de Manipulation

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données Introduction aux bases de données Cours 3. : Le langage SQL Vincent Martin email : vincent.martin@univ-tln.fr page personnelle : http://lsis.univ-tln.fr/~martin/ Master 1. LLC Université du Sud Toulon

Plus en détail

Modification des données stockées dans une base. LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3. Exemple. Insertion. Insertion utilisant une requête

Modification des données stockées dans une base. LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3. Exemple. Insertion. Insertion utilisant une requête Modification des données stockées dans une base LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3 E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr http ://liris.cnrs.fr/ ecoquery La modification s effectue par

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

SQL : Origines et Evolutions

SQL : Origines et Evolutions SQL : Origines et Evolutions SQL est dérivé de l'algèbre relationnelle et de SEQUEL Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis ORACLE, INGRES, Il existe trois versions normalisées, du simple au complexe : SQL1

Plus en détail

LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L.

LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L. LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L. Une base de données contient un nombre important d informations. Ces informations sont organisées, mais pour être effectivement exploitables, il faut pouvoir sélectionner,

Plus en détail

Bases de Données. SQL: Définition

Bases de Données. SQL: Définition Université Mohammed V- Agdal Ecole Mohammadia d'ingénieurs Rabat Bases de Données Mr N.EL FADDOULI 2014-2015 SQL: Définition Structured Query Langage(SQL): - Langage g de base dans les SGBD - Langage de

Plus en détail

Bases de données (SQL)

Bases de données (SQL) Bases de données (SQL) Skander Zannad et Judicaël Courant 2014-03-26 1 Le modèle logique (MLD) On a représenté des données par des tables. Par exemple, pour les films : The good, the Bad and the Ugly 1966

Plus en détail

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie Cours Web Lionel Seinturier Université Pierre & Marie Curie Lionel.Seinturier@lip6.fr Structured Query Language Langage de manipulation des données stockées dans une base de données interrogation/insertion/modification/suppression

Plus en détail

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron Le langage SQL (deuxième partie) 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes Encapsule complètement l algèbre relationnel

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 1 : Vues et Index Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les Vues Généralités Syntaxe Avantages Conditions de mise à jour 2 Index Généralités

Plus en détail

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL 2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL PLAN : I. Le langage de manipulation des données II. Le langage de définition des données III. Administration de la base de données IV. Divers (HORS PROGRAMME) Introduction:

Plus en détail

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD)

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Chantal Reynaud Université Paris X - Nanterre UFR SEGMI - IUP MIAGE Cours de Systèmes de Gestion de Données Licence MIAGE 2003/2004 1 Plan I. Langage

Plus en détail

Bases de données (SQL)

Bases de données (SQL) Skander Zannad et Judicaël Courant Lycée La Martinière-Monplaisir 2014-03-26 1 Le modèle logique (MLD) On a représenté des données par des tables. Par exemple, pour les films : titre date Gran Torino 2008

Plus en détail

Bases de Données Relationnelles. SQL Le langage de définition des données de SQL

Bases de Données Relationnelles. SQL Le langage de définition des données de SQL Bases de Données Relationnelles SQL Le langage de définition des données de SQL Introduction SQL : Structured Query Language SQL est normalisé SQL 2: adopté (SQL 92) SQL 3: adopté (SQL 99) Standard d'accès

Plus en détail

Introduction au langage SQL

Introduction au langage SQL Introduction au langage SQL SQL (sigle de Structured Query Language, en français langage de requête structurée) est un langage informatique normalisé servant à effectuer des opérations sur des bases de

Plus en détail

ORACLE SQL LDD. Langage de définition de données

ORACLE SQL LDD. Langage de définition de données ORACLE SQL LDD Langage de définition de données Le langage SQL (Structured Query Language) SQL a été normalisé par l ANSI puis par l ISO depuis 1986 sous ses différents aspects : LDD : définition des données

Plus en détail

BASES DE DONNÉES : COMPLÉMENTS

BASES DE DONNÉES : COMPLÉMENTS : personne pe eleve enseigne personne pp prof num_p num_p num_classe pe.prenom = pp.prenom num_pro f = pp.num_p pe.nom pe.prenom Objectifs A la fin de la séquence d enseignement l élève doit pouvoir :

Plus en détail

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013 November 26, 2013 SQL : En tant que langage d interrogation En tant que langage de mise à jour En tant que langage de définition de données Langages de requête Langages qui permettent d interroger la BD

Plus en détail

I) Bases de données et tables :

I) Bases de données et tables : I) Bases de données et tables : Un S.G.B.D. est un outil pour organiser, stocker, modifier, calculer et extraire des infos. Une B.D.R. peut être considérée comme un ensemble de tables à 2 dimensions. Exemple

Plus en détail

Introduction aux bases de données Cours 4 : Le langage MySQL

Introduction aux bases de données Cours 4 : Le langage MySQL Cours 4 : Le langage MySQL ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univmed.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bdmat.html Plan du cours 1 Introduction 2 Identificateurs Types

Plus en détail

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année Plan Bases de données Polytech Paris-Sud Apprentis 4 ème année Cours 1 : Généralités & rappels 1.1 Avant-propos 1.2 Algèbre relationnelle kn@lri.fr http://www.lri.fr/~kn 2/18 But du cours Organisation

Plus en détail

INTRODUCTION A SQL. http://www.lri.fr/~rigaux/bd/sql.html

INTRODUCTION A SQL. http://www.lri.fr/~rigaux/bd/sql.html 012345678901234567890123 INTRODUCTION A SQL SQL = Structured Query Language SEQUEL = Structured English as a QUEry Language standard ISO depuis 87. Avantages : implanté + ou - complètement sur principaux

Plus en détail

Pierre Parrend, Régis Martinez, Soumaya El Kadiri Introduction à SQL, QLIO, 2006-2007. SQL: Introduction

Pierre Parrend, Régis Martinez, Soumaya El Kadiri Introduction à SQL, QLIO, 2006-2007. SQL: Introduction Introduction à SQL IUT Lumière, DUT QLIO 2006-2007 Pierre Parrend, Régis Martinez, Soumaya El-Kadiri SQL: Introduction I. Le Language SQL Pour interroger une Base de Données (BD), il faut dialoguer avec

Plus en détail

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire cterrier.com 1/14 04/03/2008 Informatique Initiation aux requêtes SQL Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des formateurs

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL)

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL) Introduction 1/39 2/39 Introduction Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD 2015-2016 A partir de l algèbre relationnelle s est construit un langage informatique permettant d interroger les données : SQL

Plus en détail

Mapinfo et les requêtes SQL

Mapinfo et les requêtes SQL 31 janvier 2007 Master I Géo-Environnement INTRODUCTION Introduction - Généralités SQL (Structured Query Language) est un LDD (Language de Définition de Données) Créer / modifier / supprimer tables LMD

Plus en détail

L2 sciences et technologies, mention informatique SQL

L2 sciences et technologies, mention informatique SQL Bases de données L2 sciences et technologies, mention informatique SQL ou : le côté obscure de la jolie théorie films titre réalisateur année starwars lucas 1977 nikita besson 1990 locataires ki-duk 2005

Plus en détail

SQL : le Langage de Définition de Données

SQL : le Langage de Définition de Données Nadi Tomeh Slides par Amélie Gheerbrant SQL SQL permet d interroger et de créer, de modifier et de supprimer des bases de données et des données. SQL query : interrogation de données pas de modification

Plus en détail

Base de donnes Cinéma

Base de donnes Cinéma Le langage SQL 1 Base de donnes Cinéma Considérons les tables suivantes : Film(Titre, Réalisateur, Acteur) Programme(NomCiné, Titre, Horaire) Film contient des infos sur tous les films et Programme concerne

Plus en détail

Chapitre 7 Le Langage SQL

Chapitre 7 Le Langage SQL 7-1- Introduction Chapitre 7 Le Langage SQL SQL (Structured Query Language, traduit Langage de requêtes structuré ou langage d interrogation structuré) est un langage de quatrième génération (L4G), non

Plus en détail

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique Bases de données Jean-Yves Antoine VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr L3 S&T mention Informatique Bases de Données IUP Vannes, UBS J.Y. Antoine 1 Bases de données SGBD

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Bases de données relationnelles Système de Gestion de Bases de Données Une base de données est un ensemble de données mémorisé par un ordinateur, organisé selon un modèle et accessible à de nombreuses

Plus en détail

Les Bases de Données

Les Bases de Données Les Bases de Données 1. Introduction 1.1 Définition On peut parler de bases de données partout où des informations sont plus ou moins structurées et rassemblées dans des systèmes organisés. La gestion

Plus en détail

Introduction au langage SQL

Introduction au langage SQL Introduction au langage SQL Les bases de données relationnelles Le langage SQL est un langage universel destiné à travailler sur des bases de données relationnelles. Nous considérerons ici qu'une base

Plus en détail

Langage SQL : créer et interroger une base

Langage SQL : créer et interroger une base Langage SQL : créer et interroger une base Dans ce chapitre, nous revenons sur les principales requêtes de création de table et d accès aux données. Nous verrons aussi quelques fonctions d agrégation (MAX,

Plus en détail

SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN

SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes Encapsule complètement l'algèbre relationnel Une

Plus en détail

DUT Génie Biologique Option Bioinformatique. Les bases de données relationnelles. Travaux Pratiques n 4

DUT Génie Biologique Option Bioinformatique. Les bases de données relationnelles. Travaux Pratiques n 4 DUT Génie Biologique Option Bioinformatique Les bases de données relationnelles avec MySQL Éric Pipard Travaux Pratiques n 4 Jointures externes Requêtes internes et externes Vues et transactions Objectifs

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données Instructions SQL Première partie : Langage de description et de gestion des données Quelques instructions et leur syntaxe 1. Introduction Trois principales catégories d instructions. Instructions de création

Plus en détail

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD 1 SQL : Introduction SQL : Structured Query Langage langage de gestion de bases de donn ees relationnelles pour Définir les données (LDD) interroger

Plus en détail

Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données

Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données Jusque là, nous avons réalisé toutes les interrogations possibles sur les données, sans pour autant savoir comment gérer leurs structures. Dans ce chapitre,

Plus en détail

Bases de données sous Access

Bases de données sous Access Bases de données sous Access Plan Initiation aux bases de données Application sous Access Structure d une base de données Langages de manipulation de données Algèbre relationnelle (théorique) QBE d Access

Plus en détail

TP n o 14 : Bases de données, première partie

TP n o 14 : Bases de données, première partie TP n o 14 : Bases de données, première partie I Introduction Dans ce TP nous allons effectuer des opérations élementaires sur une base de données ne comportant qu une seule table. Lors de la prochaine

Plus en détail

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes Langage SQL (1) Sébastien Limet Denys Duchier IUT Orléans 4 septembre 2007 Notions de base qu est-ce qu une base de données? SGBD différents type de bases de données quelques systèmes existants Définition

Plus en détail

4. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL

4. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL 4. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL 4.1. OPERATEURS DE L ALGEBRE RELATIONNEL ALGEBRE RELATIONNELLE = { opérateurs sur les relations donnant en résultat des relations } Opérateurs

Plus en détail

Plan de la scéance. Modélisation et conception de bases de données. Que doit-on concevoir? L3Pro SCT Bases de données et programmation

Plan de la scéance. Modélisation et conception de bases de données. Que doit-on concevoir? L3Pro SCT Bases de données et programmation Modélisation et conception de bases de données L3Pro SCT Bases de données et programmation Mathieu Sassolas IUT de Sénart Fontainebleau Département Informatique Année 2015-2016 Plan de la séance 3 2 /

Plus en détail

Création de base de données en SQL - exercices dans le cadre du cours à l'ibis. Sébastien Clément, avril 2011

Création de base de données en SQL - exercices dans le cadre du cours à l'ibis. Sébastien Clément, avril 2011 Création de base de données en SQL - exercices dans le cadre du cours à l'ibis. Sébastien Clément, avril 2011 Interface Web PhpPgAdmin: permet de faire des requêtes SQL ( 1 commandes) permet de visualiser

Plus en détail

Formation à l utilisation des Systèmes de Gestion de Bases de Données Relationnelles. organisée avec la collaboration du

Formation à l utilisation des Systèmes de Gestion de Bases de Données Relationnelles. organisée avec la collaboration du Proyecto FAO COPEMED Universidad de Alicante Ramón y Cajal, 4 03001 - Alicante, España GCP/REM/057/SPA Web : www.fao.org/fi/copemed Tel : +34 96 514 59 79 Fax : +34 96 514 59 78 Email : copemed@ua.es Formation

Plus en détail

Les requêtes de consultation. Ex. bibliothèque état de la base. Ex. bibliothèque état de la base. Consultation simple d'une table

Les requêtes de consultation. Ex. bibliothèque état de la base. Ex. bibliothèque état de la base. Consultation simple d'une table Les requêtes de consultation Représente la ma jorité des requêtes SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Encapsule complètement l'algèbre relationnel Une

Plus en détail

SQL Historique 1982 1986 1992

SQL Historique 1982 1986 1992 SQL Historique 1950-1960: gestion par simple fichier texte 1960: COBOL (début de notion de base de données) 1968: premier produit de sgbdr structuré (IBM -> IDMS) 1970-74: élaboration de l'outil d'analyse

Plus en détail

TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage

TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage SQL. Durée : 1 h 50 TD 3 Requêtes SQL Description du système

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL

Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Durée: 5 Jours Description Ce cours s'adresse aux utilisateurs d'oracle8i, Oracle9i

Plus en détail

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL ENT - Clé sql2009 BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Insertion dans une relation Pour insérer un tuple dans une relation: insert into Sailors

Plus en détail

1.1 Création d'une table : CREATE TABLE

1.1 Création d'une table : CREATE TABLE SQL : LDD et LMD SQL ne se résume pas aux requêtes d'interrogation d'une base. Ce langage permet aussi de : - créer des tables - de modifier la structure de tables existantes - de modifier le contenu des

Plus en détail

Base de donnée relationnelle. Exemple de table: Film. Exemple de table: Acteur. Exemple de table: Role. Contenu de la table Role

Base de donnée relationnelle. Exemple de table: Film. Exemple de table: Acteur. Exemple de table: Role. Contenu de la table Role IFT7 Programmation Serveur Web avec PHP Introduction à MySQL Base de donnée relationnelle Une base de données relationnelle est composée de plusieurs tables possédant des relations logiques (théorie des

Plus en détail

BdD Base de Données. Clément VERMOT-DESROCHES

BdD Base de Données. Clément VERMOT-DESROCHES BdD Base de Données Clément VERMOT-DESROCHES 17 novembre 2009 Table des matières 1 Présentation Générale 3 1.1 Présentation Générale............................. 3 1.1.1 Définition................................

Plus en détail

Bases de données Cours 7 : Modèle relationnel-objet

Bases de données Cours 7 : Modèle relationnel-objet -relationnel Cours 7 : Modèle relationnel-objet ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univ-mrs.fr http://pages-perso.esil.univmed.fr/ papini/ -relationnel Plan du cours 1 Introduction 2

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours IFT3030 Base de données Chapitre 6 SQL Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées Concepts avancés Modèle des

Plus en détail

SQL Description des données : création, insertion, mise à jour. Définition des données. BD4 A.D., S.B., F.C., N. G. de R.

SQL Description des données : création, insertion, mise à jour. Définition des données. BD4 A.D., S.B., F.C., N. G. de R. SQL Description des données : création, insertion, mise à jour BD4 AD, SB, FC, N G de R Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot Mars 2015 BD4 (Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot) SQL 1/21

Plus en détail

Comment stocke-t-on des données sur un site web?

Comment stocke-t-on des données sur un site web? Comment stocke-t-on des données sur un site web? Sommaire I. Introduction aux bases de données II. III. Structure d une base de données Administrer la base avec PHPMyadmin IV. Le langage SQL Pourquoi stocker

Plus en détail

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition)

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition) Introduction 1. Un peu d'histoire 11 2. Les normes SQL 12 3. Description rapide du modèle relationnel 14 3.1 Principaux concepts du modèle relationnel 15 3.2 Principales règles 16 4. Les opérateurs en

Plus en détail

Chapitre 4 : Le langage SQL

Chapitre 4 : Le langage SQL Chapitre 4 : Le langage SQL Table des matières I) Introduction...2 II) Rappel...2 III) Gestion de la base de données...2 1) Création de la base de données...2 2) Modification de la base de données...2

Plus en détail

Cours Web n o 7 MySQL et PHP

Cours Web n o 7 MySQL et PHP Introduction aux bases de données Cours Web n o 7 MySQL et PHP Sandrine-Dominique Gouraud (gouraud@lri.fr) Pierre Senellart (pierre@senellart.com) Semaine du 7 novembre 2005 S.-D. Gouraud, P. Senellart

Plus en détail

Stockage et utilisation d un multi direct acyclique graphe pour PostgreSQL 8.2. Jonathan Winandy Juillet 2008

Stockage et utilisation d un multi direct acyclique graphe pour PostgreSQL 8.2. Jonathan Winandy Juillet 2008 Stockage et utilisation d un multi direct acyclique graphe pour PostgreSQL 8.2 Jonathan Winandy Juillet 2008 1 Table des matières 1 Introduction 3 2 Le modèle Nested set 3 2.1 Présentation du modèle..........................................

Plus en détail

Introduction aux bases de données relationnelles

Introduction aux bases de données relationnelles Formation «Gestion des données scientifiques : stockage et consultation en utilisant des ases de données» 24 au 27 /06/08 Introduction aux ases de données relationnelles Christine Tranchant-Dureuil UMR

Plus en détail

DQL Doctrine Query Language UP Web Framework PHP

DQL Doctrine Query Language UP Web Framework PHP DQL Doctrine Query Language UP Web Framework PHP Année universitaire 2014-2015 Repository Les Repository servent à récupérer et à manipuler les entités. Ces services utilisent un Entity Manager: 2 techniques

Plus en détail

SQL DML SELECT. SELECT DISTINCT ROUND(largeur * hauteur, 1) AS surfarr FROM t_peinture;

SQL DML SELECT. SELECT DISTINCT ROUND(largeur * hauteur, 1) AS surfarr FROM t_peinture; SELECT pour des requêtes d extraction sur une table Syntaxe générale : Entre [ ] : des valeurs optionnelles Entre { } : une liste de valeur obligatoires possibles De part et d autre de : une valeur parmi

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

Références et héritage

Références et héritage Références et héritage Contraintes référentielles pour assurer la consistance d un schéma de données Utilisation (pervertie) de l héritage objets pour faire du polymorphisme et assurer la cohérence d un

Plus en détail

PRESENTATION. Document1 Serge GUERINET Page 1

PRESENTATION. Document1 Serge GUERINET Page 1 PRESENTATION Les domaines couverts par la série STG sont tous des pourvoyeurs ou exploitants des bases de données. Que l'on gère la relation aux clients, le suivi de l'activité financière, la comptabilité

Plus en détail

Bases de Données Avancées

Bases de Données Avancées 1/93 Bases de Données Avancées Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de Vinci 74, rue Marcel Cachin, F-93017

Plus en détail

Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL

Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Durée: 5 Jours Description Ce cours vous permettra d acquérir les principes fondamentaux

Plus en détail

Python: Manipulation d Informations 02/05/2013

Python: Manipulation d Informations 02/05/2013 Python: Manipulation d Informations 02/05/2013 Sommaire 1. Introduction 2. Bases de données 3. Systèmes de gestion de bases de données 4. Grammaire SQL 5. Python et les bases de données : le module «SQLite»

Plus en détail

Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données

Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données L2 Informatique Serenella Cerrito Département d Informatique Évry 2014-2015 Quels valeurs peut prendre un attribut? Ici, les types les plus

Plus en détail

Intro BD. M. Sassolas. L3Pro SCT M7. Cours 1. Introduction. relationnel. Lecture et écriture des TD/TP 2 / 29. Intro BD. M. Sassolas.

Intro BD. M. Sassolas. L3Pro SCT M7. Cours 1. Introduction. relationnel. Lecture et écriture des TD/TP 2 / 29. Intro BD. M. Sassolas. aux bases de les L3Pro SCT Bases de et programmation L ubiquité des Mathieu Sassolas L informatique est la science du calcul. IUT de Sénart Fontainebleau Département Informatique Année 2015-2016 Le calcul

Plus en détail

TD2 SQL. 1. À partir des données présentées dans le tableau suivant, proposez les définitions de la table MAINTENANCE

TD2 SQL. 1. À partir des données présentées dans le tableau suivant, proposez les définitions de la table MAINTENANCE Exercice 1 Syntaxe des noms Les noms d objets SQL suivants sont-ils corrects? a. DEPART b. ARRIVÉE c. DATE d. _WIDE_ e. "CREATE" f. #CLIENT g. IBM_db2 h. 5e_avenue TD2 SQL Sont incorrects : b. Le caractère

Plus en détail

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données Commandes de définition de données (DDL) Commandes de mise-à-jour de données (DML) Vues SQL-MAJ, vues-1 / 33 Exemple Définition de la relation

Plus en détail

Les triggers. Introduction 1/18. Objectifs. I Utiliser à bon escient le paramétrage des triggers :

Les triggers. Introduction 1/18. Objectifs. I Utiliser à bon escient le paramétrage des triggers : 1/18 2/18 Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - Bases de Données 2015-2016 Objectifs Après ce cours, les TD et TP correspondants, vous devez être capables de I Ecrire en PL/SQL des triggers liés aux tables.

Plus en détail

Révisions sur les Bases de données. Lycée Thiers - PC/PC*

Révisions sur les Bases de données. Lycée Thiers - PC/PC* Bases de données Architecture clients-serveur Architecture trois tiers Vocabulaire des BDD Algèbre relationnelle Création/modification d une table Commandes SQL de manipulation de tables Définition formelle

Plus en détail

Jusqu à 14 h : Open Questions! On vous explique ce que vous n avez pas compris lors de la première formation.

Jusqu à 14 h : Open Questions! On vous explique ce que vous n avez pas compris lors de la première formation. Bienvenue! Jusqu à 14 h : Open Questions! On vous explique ce que vous n avez pas compris lors de la première formation. Téléchargez les logiciels nécessaires pour cette formation : http ://formation-web.via.ecp.fr

Plus en détail

Bases de données. Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur. Yousra Lembachar

Bases de données. Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur. Yousra Lembachar Bases de données Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur Yousra Lembachar Questions sur les premières parties? Chapitre 4 SQL PLAN Création de tables Insertion de données Mise à jour de données Suppression

Plus en détail

Cours 3 Le langage SQL

Cours 3 Le langage SQL DUT SRC IUT de Marne-la-Vallée 05/02/2014 M2203 Bases de données Cours 3 Le langage SQL Philippe Gambette Sources Cours de Tony Grandame à l'iut de Marne-la-Vallée en 2010-2011 Cours de Mathieu Mangeot,

Plus en détail

Langages de manipulation relationnels: SQL

Langages de manipulation relationnels: SQL C HAPITRE 8 Langages de manipulation relationnels: SQL SQL (Structured Query Language) est le langage de manipulation des données relationnelles le plus utilisé aujourd hui. Il est devenu un standard de

Plus en détail

Informations diverses

Informations diverses Fiche récapitulative : langage SQL Documentation Postgresql http://www.postgresql.org/docs/8.1 Informations diverses Sources : http://sqlpro.developpez.com/cours/sqlaz/dml/ http://sqlpro.developpez.com/cours/sqlaz/select/

Plus en détail

Projet MVC-CD. Des modèles intelligents pour accroître la productivité du développement des logiciels de gestion

Projet MVC-CD. Des modèles intelligents pour accroître la productivité du développement des logiciels de gestion Projet MVC-CD Des modèles intelligents pour accroître la productivité du développement des logiciels de gestion Les APIs de tables (TAPIs) du modèle physique relationnel Sommaire. Préambule... 2 2. Que

Plus en détail

Requêtes S.Q.L. 1 Création des requêtes sous ACCESS

Requêtes S.Q.L. 1 Création des requêtes sous ACCESS Activité 15 Requêtes S.Q.L. Objectif Interroger une base de données avec des requêtes SQL. Fiche de savoir associée Ressource à utiliser Csi1Projets.pdf (Dossier 4) B.1.1.b. 1 En cliquant sur l'objet "Requêtes"

Plus en détail

MySQL 5. Guide de l'administrateur et du développeur. Michael Kofler. Groupe Eyrolles, 2005 pour l édition française, ISBN : 2-212-11633-0

MySQL 5. Guide de l'administrateur et du développeur. Michael Kofler. Groupe Eyrolles, 2005 pour l édition française, ISBN : 2-212-11633-0 MySQL 5 Guide de l'administrateur et du développeur Michael Kofler Groupe Eyrolles, 2005 pour l édition française, ISBN : 2-212-11633-0 Table des matières Avant-propos..............................................

Plus en détail

Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS

Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS 08-11-2014 1 La base de données Gestion des commandes 08-11-2014 2 Les noms de colonnes sont volontairement simplifiés 3 Ajout de nouvelles colonnes dans des tables qui

Plus en détail

Kit de survie sur les bases de données

Kit de survie sur les bases de données Kit de survie sur les bases de données Pour gérer un grand nombre de données un seul tableau peut s avérer insuffisant. On représente donc les informations sur différentes tables liées les unes aux autres

Plus en détail

SELECT FROM WHERE DISTINCT TOP n INSERT INTO VALUES UPDATE

SELECT FROM WHERE DISTINCT TOP n INSERT INTO VALUES UPDATE LES REQUETES SQL Sélectionner des enregistrements La requête SELECT est utilisée pour rechercher des enregistrements d'une table, elle s'emploie avec FROM qui est utilisé pour spécifier le nom de la table.

Plus en détail

CREATION WEB DYNAMIQUE

CREATION WEB DYNAMIQUE CREATION WEB DYNAMIQUE IV ) MySQL IV-1 ) Introduction MYSQL dérive directement de SQL (Structured Query Language) qui est un langage de requêtes vers les bases de données relationnelles. Le serveur de

Plus en détail

Le Langage De Description De Données(LDD)

Le Langage De Description De Données(LDD) Base de données Le Langage De Description De Données(LDD) Créer des tables Décrire les différents types de données utilisables pour les définitions de colonne Modifier la définition des tables Supprimer,

Plus en détail

1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28

1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28 Introduction 1/28 2/28 Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD 2015-2016 Objectifs Après ce cours, les TD et TP correspondants, vous devez être capables de I Créer des tables à partir d un modèle I Utiliser

Plus en détail

PHP 6. www.fenetresurtoile.com PHP 6. Jean-François Ramiara. FAD Réseau Pyramide 14/01/2013 Toulouse. Copyright J.F. Ramiara Tous droits réservés

PHP 6. www.fenetresurtoile.com PHP 6. Jean-François Ramiara. FAD Réseau Pyramide 14/01/2013 Toulouse. Copyright J.F. Ramiara Tous droits réservés www.fenetresurtoile.com Jean-François Ramiara FAD Réseau Pyramide 14/01/2013 Toulouse 1 www.fenetresurtoile.com Sommaire Introduction Ajout avec SQL Modification avec SQL Suppression avec SQL Mises à jour

Plus en détail

Cours 2 : SQL Structured Query Language

Cours 2 : SQL Structured Query Language Cours 2 : SQL Structured Query Language SQL Langage permettant de définir, manipuler et contrôler les données d une BD relationnelle Objet d une norme de l Institut National Américain de Normalisation

Plus en détail