SENAT - Samedi 14 février Cancers Pédiatriques & Règlements Européens

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SENAT - Samedi 14 février 2015. Cancers Pédiatriques & Règlements Européens"

Transcription

1 SENAT - Samedi 14 février 2015 Cancers Pédiatriques & Règlements Européens

2 En France, 1700 nouveaux cas de cancers sont diagnostiqués chaque année dans la population des enfants de moins de 15 ans et 800 nouveaux cas dans la population des adolescents âgés de 15 à 19 ans. On estime aujourd hui qu un enfant sur 500 sera atteint d un cancer avant l âge de 15 ans. Les leucémies représentent 30% de ces cancers. Aujourd hui et malgré les initiatives réglementaires introduites aux USA et en Europe ces quinze dernières années, les développements de nouveaux médicaments pour les enfants restent très insuffisants au regard des besoins. Ainsi parmi les nouveaux médicaments ayant eu une AMM européenne entre 2009 et 2013, 26 seulement avaient une indication pédiatrique associée à une indication adulte. Les obstacles limitant les recherches chez l enfant sont bien connus : petit nombre de patients crainte des industriels de prise de risque par rapport à l AMM adulte, faible retour sur investissement, crise affectant la R&D de l industrie pharmaceutique

3 Cancers de l enfant Distribution selon les 12 groupes de la classification internationale 3% 3% 2% 1% Leucémies Tumeurs du SN central 6% 6% 5% 30% Lymphomes Tumeurs du SN sympathique Tumeurs rénales 9% Tumeurs osseuses 12% 23% Sarcomes des tissus mous Tumeurs germinales et gonadiques Carcinomes Rétinoblastomes Tumeurs du foi

4 Les Leucémies Sont les premiers Cancer de l enfant(33%). CesCancers dusangpeuventêtre : Aigües ou chroniques, et Lymphoblastiques, myeloblastiques ou mixtes selon les lignées de globules blancs impactées. Leur incidence est inférieure à 6 pour , en faisant des Cancers rares. En 2012 en France 9065 cas ont été diagnostiqués dont 650 pour les enfants ou jeunes adolescents. Les traitements sont longs, lourds (chimiothérapies, rayons, greffes de moelle osseuse ) et nécessitent un confinement en environnement stérile. A ce jour de l ordre de 20% des enfants et 55% des adultes atteints ne peuvent être sauvés. Certaines guérisons s accompagnent parfois de séquelles plus ou moins lourdes. Photo de couverture : Joseph MALLORD Tempête de neige en mer

5 <1940 Leucémies : quelques repères 2014 : une fillette de 7 ans mise en rémission après 8 rechutes via un essai d immunothérapie génique (Pr Carl JUNE) 2012 : Activation massive du système immunitaire du patient atteint de LAL par un anticorps bispécifique (Blinatumomab ) 2011 : sortie du film «la Guerre est déclarée» 2002 : Premier ITK spécifique de la t 9-22 (Glivec de Novartis). Une centaine d autres molécules verront le jour Travaux sur les NK et les lymphocytes régulateurs 1995 : détection de la maladie résiduelle 1987 : Première greffe de Sang de Cordon au monde (Pr Eliane Gluckman) 1982 : Production par les laboratoires Pierre Fabre de la Vinoralbine synthétisée par Pierre POTIER 1980 : Découverte du Système HLA par l équipe du Pr Jean DAUSSET Classification et Physiopathologie des leucémies Sortie du film «Love Story» 1969 : Sortie du film «l Arbre de Noël avec Bourvil» 1965 : combinaison de Méthotréxate, de Vincristine de 6-MP et de Prédnisone induisent une rémission à long terme chez les enfants atteints de LA : Premières Chimiothérapies Combinatoires : Premières tentatives de greffe de CSH aux US (Donnall Thomas) et en France ( Pr MATHE ) 1955 : Création du National Cancer Institute 1950 : Eli LILY découvre l action des alcaloïdes de Vinca extrait de la pervenche de Madagascar [ la Vinblastine et la Vincristine ] 1948 : Sidney FARBER découvre un antagoniste de l acide folique [ le Méthotrexate ] 1ère rémission de LAL de l enfant : Alfred GILMAN et Louis GOODMAN traitent par des dérivés du gaz moutarde des souris atteinte de Lymphome et constatent une rémission. RIEN. Les tumeurs relèvent exclusivement de la chirurgie. Les Lymphomes et Leucémies sont incurables.

6 Législation Européenne La Législation Européenne en matière de thérapies pédiatriques innovantes repose sur 3 principaux règlements : Le Règlement pédiatrique n 1901/2006 qui a pour but de faciliter le développement et l accessibilité de médicaments à usage pédiatrique. Règlement du Parlement Européen et du Conseil relatif aux essais cliniques de médicaments à usage humain référence 2012/0192 Les directives tissus cellules (2004 & 2006) et le règlement n 13 94/2007 Thérapie génique Thérapie cellulaire Ingénierie cellulaire et tissulaire La population concernée est de plus de 100 millions d individus (20% de la population totale a moins de 18 ans).

7 Dispositions Européennes Le règlement Européen (CE) n 1901/2006 adopté le 12 décembre 2006 et entré en vigueur le 27 janvier 2007 rend obligatoire la soumission de données d efficacité et de sécurité chez les enfants en matière de médicaments destinés à la population pédiatrique. Contexte (*) : en effet selon un état des lieux de la CE entre 50 et 90 % des médicaments administrés aux enfants ne faisaient l objet d aucun test ni d aucune autorisation pour un usage dans cette population. Plusieurs années s écoulent généralement entre le développement d un nouveau anticancéreux chez l adulte et son utilisation dans la population pédiatrique. «Position Paper» de l EFPIA (juin 2010) pour l amélioration de la procédure de soumission de PIP. Sous groupes(ich E11): formalisation des segments d âge pédiatriques Les différents organes et système humains acquièrent leur maturité à des âges différents ayant une répercussion sur la pharmacocinétique et la pharmacodynamique d une molécule. 4 sous-groupes ont ainsi été définis: lesnouveau-nés [0à28jours] lesnourrissons [28joursà2ans] lesenfants [2à12ans] lesadolescents [12à18ans] (*) [Thèse Mme Aurélie TIREFORD 2010]

8 Cancers pédiatriques Recherche et molécules En matière de cancers pédiatriques, 1. Le financement de la Recherche en France est principalement assuré par des fonds privés(fondations, associations de famille, journées nationales ). 2. Il n existe pas de financement européen ni national consolidé et orienté spécifique de la recherche en oncologie pédiatrique. 3. La guérison à 100% des enfants et adolescents atteints de cancer (dont leucémiques), si elle est possible, passera nécessairement par la mise au point de nouvelles molécules et donc l adhésion renouvelée et massive de l industrie pharmaceutique au niveau Européen et US. Cela vaut pour tous les cancers pédiatriques.

9 Demandes soumises au PDCO pour les médicaments ayant reçu une désignation orpheline Demandes de dérogation 27% Soumission de PIP 73%

10 Dérogations recensées par aires thérapeutiques (*) (*) Etude du Pr Gilles VASSAL IGR portant sur 114 dérogations recensées dans l intervalle [juin 2012-Juin2014]

11 Nombre de Waiverspar Laboratoire

12 Conclusion Le nouveau règlement Européen de 2007 a voulu dynamiser la recherche pour de nouvelles molécules en faveur des enfants en rendant obligatoire l établissement d un PIP. Cependant en pratique : une analyse récente des statuts des médicaments prescrits à l hôpital Robert Debré a montré que sur lignes de prescription durant les six derniers mois de , 1/3 des prescriptions était située en dehors des recommandations des RCP pour l enfant. En Oncologie pédiatrique : très peu de molécules innovantes ont vu le jour : de janvier 2007 à juin 2010, 46% des PIP soumis au PDCO avaient trait à la pneumologie- allergologie, puis les maladies cardio-vasculaires, l endocrinologie-maladies du métabolisme et enfin l oncologie. L obtention de dérogation ou du report d un PIP pour des maladies classées comme inconnues chez l enfant limite considérablement le champ d utilisation de ces nouvelles molécules dont on soupçonne qu elles pourraient agir efficacement sur d autres cancers de l enfant. Pour les laboratoires, le passage obligé par un PIP reste un poste financier non négligeable mais la possibilité d utilisation de dérogations et/ou de reports n a pas dénaturé l objet du RP. Il existe de nombreuses disparités quant à la disponibilité et au remboursement d une molécule dans les états membres de la CEE.

13 Merci pour votre Attention.

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

Le Premier ministre. Sur le rapport du ministre des solidarités, de la santé et de la famille,

Le Premier ministre. Sur le rapport du ministre des solidarités, de la santé et de la famille, MINISTERE DES SOLIDARITES, DE LA SANTE ET DE LA FAMILLE DECRET relatif au contrat de bon usage des médicaments et produits et prestations mentionné à l article L.162-22-7 du code de la sécurité sociale

Plus en détail

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein BENEFICES ET RISQUES Gilles PAGES CNRS UMR 6543 - Nice Néovascularisation des tumeurs / Stade 1 Ang 2 Déstabilisation des interactions cellules endothéliales

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

for Parce que le cancer est la 1ère cause de mortalité des enfants par maladie.

for Parce que le cancer est la 1ère cause de mortalité des enfants par maladie. Imagine for Children without CANCER Imaginons des enfants sans cancer Parce que le cancer est la 1ère cause de mortalité des enfants par maladie. Parce que 1 enfant sur 440 va développer un cancer avant

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Introduction Le cancer du sein est une maladie multifactorielle La susceptibilité génétique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 Juillet 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 4 octobre 2004 (JO du 28 octobre 2004) BONDRONAT 6 mg solution à diluer

Plus en détail

SSR et cancer : enquête qualitative auprès des médecins responsables des admissions en SSR en Rhône Alpes Juin 2014

SSR et cancer : enquête qualitative auprès des médecins responsables des admissions en SSR en Rhône Alpes Juin 2014 SSR et cancer : enquête qualitative auprès des médecins responsables des admissions en SSR en Rhône Alpes Juin 2014 Coordination SSR Rhône Alpes : Dr Adélaïde Marquer : amarquer@chu-grenoble.fr Dr Chloé

Plus en détail

Faculté des sciences de Tunis Laboratoire de génétique, immunologie et pathologie humaine Institut Salah Azaiez Le Cancer Du Sein Héréditaire En Tunisie Génétique & Éthique TROUDI Wafa C est Quoi Le Cancer?

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 septembre 2005 FOSAVANCE, comprimé (Boîte de 4 et 12) Laboratoires MERCK SHARP & DOHME-CHIBRET alendronate monosodique, cholécalciférol (vitamine D3) Liste I Date

Plus en détail

Avis 18 septembre 2013

Avis 18 septembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 18 septembre 2013 MEGACE 160 mg, comprimé B/30 (CIP : 336 047-2) Laboratoire SWEDISH ORPHAN BIOVITRUM DCI Code ATC (2011) Motif de l examen Liste concernée Indication

Plus en détail

Princeps, copies, génériques : quelles différences?

Princeps, copies, génériques : quelles différences? Princeps, copies, génériques : quelles différences? Pr Odile CHAMBIN UFR Pharmacie Dijon 1 Introduction 1 ère définition des génériques en 1996. Développement des génériques depuis 1998 avec le droit de

Plus en détail

FLASH SCLÉROSE EN PLAQUES SFN - NEUROSCIENCE 2015

FLASH SCLÉROSE EN PLAQUES SFN - NEUROSCIENCE 2015 FLASH SCLÉROSE EN PLAQUES SFN - NEUROSCIENCE 2015 CHICAGO, USA - 17 AU 21 OCTOBRE par Dr Richard Macrez, Université de Caen & Hôpital de Caen CONGRES NEUROSCIENCES 2015 - CHICAGO, USA Du 17 au 21 Octobre

Plus en détail

Les modèles précliniques in vivo sont ils à la. hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy. Mars 2009. P.

Les modèles précliniques in vivo sont ils à la. hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy. Mars 2009. P. Les modèles précliniques in vivo sont ils à la hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy Mars 2009 P. Chastagner - Oncologie pédiatrique, CHU Nancy - EA 4001, faculté de Médecine, Nancy

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Sarcomes Ubiquitaires: touche les tissus mous, les viscères,

Plus en détail

Les études cliniques:

Les études cliniques: Les études cliniques: Tout ce que vous devez savoir Une brochure pour les patients atteints de cancer The future of cancer therapy A V A N T - P R O P O S En tant que patient atteint de cancer, il vous

Plus en détail

ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP

ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP ROHLim - rapport d activité année 213 ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP 1 Il existe en Limousin 3 Centres de Coordination

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 14 janvier 2004 COSMEGEN 0,5 mg, poudre pour solution injectable Boîte de 1 flacon Laboratoires MERCK SCHARP & DOHME-CHIBRET dactinomycine

Plus en détail

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC?

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? On vous a diagnostiqué une leucémie myéloïde chronique (LMC) et il se peut que vous ayez déjà débuté un traitement. Le traitement de la LMC dépend largement

Plus en détail

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Communiqué de presse Bâle, le 24 janvier 2013 La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Roche (SIX: RO, ROG; OTCQX: RHHBY)

Plus en détail

I/ PRESENTATION. Titre du projet En 2 lignes. Objectifs du projet En 20 lignes maximum

I/ PRESENTATION. Titre du projet En 2 lignes. Objectifs du projet En 20 lignes maximum DOSSIER DE CANDIDATURE POUR L APPEL A PROJETS SANTE 2016 «SOUTIEN AUX EQUIPES MEDICALES ET SCIENTIFIQUES DU DEPARTEMENT POUR DES INNOVATIONS TECHNIQUES DANS LE DOMAINE DE LA SANTE» I/ PRESENTATION Titre

Plus en détail

Vécu de la douleur et relation thérapeutique après traitement initial d un cancer du sein

Vécu de la douleur et relation thérapeutique après traitement initial d un cancer du sein Vécu de la douleur et relation thérapeutique après traitement initial d un cancer du sein Marc-Karim BENDIANE 1,2 & Laura SPICA 1, Patrick PERETTI-WATEL 1,2. (1) INSERM UMR 912 Sciences Economiques & Sociales,

Plus en détail

Les différentes étapes de la preuve de concept à la mise sur le marché. Jean- Pierre Saintouil Directeur Pôle Santé - Toulouse Tech Transfer

Les différentes étapes de la preuve de concept à la mise sur le marché. Jean- Pierre Saintouil Directeur Pôle Santé - Toulouse Tech Transfer Les différentes étapes de la preuve de concept à la mise sur le marché Jean- Pierre Saintouil Directeur Pôle Santé - Toulouse Tech Transfer Résumé Ø Le développement des médicaments Ø Le marché des médicaments

Plus en détail

Banque Nationale de Données Maladies Rares (BNDMR), APHP Hôpital Necker Enfants Malades, Paris, France c

Banque Nationale de Données Maladies Rares (BNDMR), APHP Hôpital Necker Enfants Malades, Paris, France c Prévalence de la cystinose en France, observance du traitement et coûts directs pour l assurance maladie : base de données de l assurance maladie (SNIIRAM) et BNDMR S. Kelley-Causeret a, A. Weill a, R.

Plus en détail

Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques.

Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques. Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques. Rapport synthétique de la recherche PS/17 ( 1 ) K. Van Damme (coordinateur),

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer I) Introduction Traitement actuel du cancer : compétences multiples oncologie médicale radiothérapie réanimation biologie anatomopathologie des tumeurs

Plus en détail

Examen de Mi-d'année. Exercice I: L albinisme et ses causes.

Examen de Mi-d'année. Exercice I: L albinisme et ses causes. Class: 3 ème. Secondaire (S.V.) Matière: Biologie Exercice I: L albinisme et ses causes. Examen de Mi-d'année Points: 20 pts. Durée: 180 min. (4.5 pts.) L albinisme résulte d un manque général de la pigmentation

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

PROJET DE FUSION ENTRE OSE PHARMA ET EFFIMUNE CRÉATION D OSE IMMUNOTHERAPEUTICS

PROJET DE FUSION ENTRE OSE PHARMA ET EFFIMUNE CRÉATION D OSE IMMUNOTHERAPEUTICS PROJET DE FUSION ENTRE OSE PHARMA ET EFFIMUNE CRÉATION D OSE IMMUNOTHERAPEUTICS UN ACTEUR DE RÉFÉRENCE EN IMMUNOTHÉRAPIE D ACTIVATION ET DE RÉGULATION Février 2016 2 AVERTISSEMENT Informations importantes

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte

Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte Les indications actuelles de la radiothérapie rapie 27 novembre 2009 / DIJON Gilles Truc Rationnel de la radiothérapie dans les sarcomes

Plus en détail

THERAPIE CELLULAIRE & GENIQUE AU CHU DE NICE

THERAPIE CELLULAIRE & GENIQUE AU CHU DE NICE THERAPIE CELLULAIRE & GENIQUE AU CHU DE NICE La Thérapie cellulaire et génique comme concept de Cellules Médicaments La thérapie cellulaire se définit comme l administration à l homme, de cellules autologues,

Plus en détail

Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il?

Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il? Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il? Service Interprofessionnel de Santé au Travail de la Manche www.sistm50.com SOMMAIRE Principales utilisations...p.2 Modes d exposition...p.2-3 Effets biologiques...p.3

Plus en détail

Activité du registre France Greffe de Moelle

Activité du registre France Greffe de Moelle Activité du registre France Greffe de Moelle Résumé de l activité Au 31 décembre 21, on comptait : 187 519 donneurs volontaires inscrits sur le registre national France Greffe de Moelle 1 15,1 millions

Plus en détail

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie.

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Dire oui au don d organes, c est donner l accord de son vivant, à un éventuel prélèvement après son décès. Ce livret est destiné à fournir les informations

Plus en détail

session d information LA TARIFICATION A L ACTIVITE ET LE MEDICAMENT

session d information LA TARIFICATION A L ACTIVITE ET LE MEDICAMENT LA TARIFICATION A L ACTIVITE ET LE MEDICAMENT Les modalités de la réforme 5 GRANDES MODALITES DE FINANCEMENT Financements directement liés à l activité FORFAIT PAR SEJOUR (GHS et suppléments) TARIFS PAR

Plus en détail

CANCER DU FOIE ET TUMEURS

CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS Foie en santé Foie cirrhotique Tumeur Quelle est la cause du cancer du foie? Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme

Plus en détail

La formation des professionnels de santé & les nouveaux métiers en génétique. Dr Agnès LORDIER-BRAULT Direction Générale de l Offre de Soins

La formation des professionnels de santé & les nouveaux métiers en génétique. Dr Agnès LORDIER-BRAULT Direction Générale de l Offre de Soins La formation des professionnels de santé & les nouveaux métiers en génétique Dr Agnès LORDIER-BRAULT Direction Générale de l Offre de Soins Un des thèmes du PNMR 2 est de renforcer les connaissances sur

Plus en détail

Laboratoires ZAMBON FRANCE

Laboratoires ZAMBON FRANCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 janvier 2012 L avis adopté par la Commission de la transparence le 5 octobre 2010 a fait l objet d une audition le 4 janvier 2012 Examen du dossier de la spécialité

Plus en détail

Plateforme régionale de préservation de la fertilité

Plateforme régionale de préservation de la fertilité Plateforme régionale de préservation de la fertilité Christine Denoual-Ziad Annie Benhaim denoualziad-c@chu-caen.fr benhaim-a@chu-caen.fr En 2008, 7641 nouveaux cas annuels sont diagnostiqués chez l homme

Plus en détail

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F.

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F. Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique Dr GIGNOUX-FROMENT F. 10 juin 2010 1 Sommaire Introduction Méthodes Résultats Discussion Conclusion

Plus en détail

Rituxan/MabThera a réduit de 80% le risque de devoir recourir ultérieurement à un traitement supplémentaire par chimiothérapie ou radiothérapie

Rituxan/MabThera a réduit de 80% le risque de devoir recourir ultérieurement à un traitement supplémentaire par chimiothérapie ou radiothérapie Communiqué de presse Bâle, le 5 décembre 2010 Une étude de phase III montre que Rituxan/MabThera utilisé en continu après son administration en traitement d induction a permis de différer la nécessité

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 septembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 septembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 23 septembre 2009 FIRMAGON 80 mg, poudre et solvant pour solution injectable B/1, (CIP : 3943268) FIRMAGON 120 mg, poudre et solvant pour solution injectable B/2, (CIP

Plus en détail

Le recours interrégional en Oncopédiatrie : retour d expérience après 1 an de fonctionnement d ISOCELE

Le recours interrégional en Oncopédiatrie : retour d expérience après 1 an de fonctionnement d ISOCELE Le recours interrégional en Oncopédiatrie : retour d expérience après 1 an de fonctionnement d ISOCELE (Interrégion Sud-Ouest contre les Cancers Et Leucémies de l Enfant et de l adolescent) Dr Anne NOTZ*

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1er février 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1er février 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1er février 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 4 novembre 2005 (JO du 3 octobre 2007) GABITRIL 5 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

Éléments d information à intégrer dans les outils de communication sur le dépistage du cancer du sein. pour les femmes de 50 à 59 ans

Éléments d information à intégrer dans les outils de communication sur le dépistage du cancer du sein. pour les femmes de 50 à 59 ans Éléments d information à intégrer dans les outils de communication sur le dépistage du cancer du sein pour les femmes de 50 à 59 ans Informations générales sur le dépistage du cancer du sein Qu est-ce

Plus en détail

REACH. Entré en vigueur le 1er juin 2007

REACH. Entré en vigueur le 1er juin 2007 Le règlement (CE) n 1907/2006 du 18/12/2006 concernant l enregistrement, l évaluation et l autorisation des substances chimiques, ainsi que les restrictions applicables à ces substances REACH Entré en

Plus en détail

Séance commune Académie des sciences et Académie nationale de médecine. La médecine personnalisée en cancérologie

Séance commune Académie des sciences et Académie nationale de médecine. La médecine personnalisée en cancérologie Séance commune Académie des sciences et Académie nationale de médecine Organisée par Hugues de Thé, Membre de l Académie des sciences & Guy Leverger, Membre de l Académie nationale de médecine La médecine

Plus en détail

Charte de Paris contre le cancer

Charte de Paris contre le cancer Charte de Paris contre le cancer français french 7 8 Profondément troublés par les répercussions importantes et universelles du cancer sur la vie humaine, la souffrance humaine, et sur la productivité

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE»

PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE» Avril 2013 PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE» Face au développement des nouveau médicaments et du diagnostic moléculaire, l INCa lance un programme pour faciliter l accès à l innovation dans

Plus en détail

Les diarrhées du jeune veau

Les diarrhées du jeune veau Les diarrhées du jeune veau Chaque année naissent en France environ 10 millions de veaux. 20% d entre eux seront atteints de diarrhées. Environ 500 000 vont en mourir. Il s agit donc d une pathologie importante

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014

SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014 SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014 RÉ-ACCRÉDITATION INTERNATIONALE DU REGISTRE FRANCE GREFFE DE MOELLE Le 13 octobre 2014, le registre France Greffe de Moelle a été accrédité par la World Marrow Donor Association

Plus en détail

Les guides et dépliants mis à votre disposition

Les guides et dépliants mis à votre disposition Les guides et dépliants mis à votre disposition A - Flyers et dépliants AF3M Flyer de présentation AF3M et annonçant la JNM (Recto/verso) Cible : les médecins, les malades et leurs proches Objectif : faire

Plus en détail

Intégration à la profession de technologiste médical

Intégration à la profession de technologiste médical Intégration à la profession de technologiste médical CLA.05 Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 53,33

Plus en détail

LE CISS NORD-PAS-DE-CALAIS PREND A

LE CISS NORD-PAS-DE-CALAIS PREND A LE CISS NORD-PAS-DE-CALAIS PREND A NOUVEAU POSITION SUR LA PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES EN REGION (SYSTEME DES GARDES LIBERALES-PDSA) MARS 2013 HISTORIQUE Depuis quelques années les associations du

Plus en détail

THÈME 1 PROGRAMME 2015. Assistez en direct ou en podcast à une visioconférence sur la pathologie mammaire sur www.senologie.tv

THÈME 1 PROGRAMME 2015. Assistez en direct ou en podcast à une visioconférence sur la pathologie mammaire sur www.senologie.tv THÈME 1 PROGRAMME 2015 Assistez en direct ou en podcast à une visioconférence sur la pathologie mammaire sur www.senologie.tv MERCREDI 09 Septembre 2015 À partir de 13h00 Bilan d imagerie pré opératoire

Plus en détail

Arrêt du tabac: comment aider les fumeurs? Jean-Pierre Zellweger Villars-sur-Glâne

Arrêt du tabac: comment aider les fumeurs? Jean-Pierre Zellweger Villars-sur-Glâne Arrêt du tabac: comment aider les fumeurs? Jean-Pierre Zellweger Villars-sur-Glâne Arrêt du tabac: les faits TOUS les fumeurs savent que le tabac est nocif LA PLUPART des fumeurs savent que l arrêt du

Plus en détail

Les stratégies thérapeutiques pour vaincre le cancer

Les stratégies thérapeutiques pour vaincre le cancer Les stratégies thérapeutiques pour vaincre le cancer Valérie Kokoszka En 2016, pharma.be, l Association générale de l industrie du médicament, fête ses 50 ans. A cette occasion, nous revenons dans cette

Plus en détail

Les médecins généralistes recherchent-ils l'hypovitaminose D chez l'adulte et le sujet âgé, la préviennent-ils, la corrigent-ils?

Les médecins généralistes recherchent-ils l'hypovitaminose D chez l'adulte et le sujet âgé, la préviennent-ils, la corrigent-ils? Les médecins généralistes recherchent-ils l'hypovitaminose D chez l'adulte et le sujet âgé, la préviennent-ils, la corrigent-ils? Enquête un jour donné. Marie Benque Faculté de Médecine PARIS DESCARTES

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 juillet 2009 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 novembre 2004 (JO du 7 février 2007) DEXERYL, crème tube de 250 g (CIP

Plus en détail

Enjeux actuels et anticipés pour l intégration des médicaments

Enjeux actuels et anticipés pour l intégration des médicaments Enjeux actuels et anticipés pour l intégration des médicaments Nadine Chouinard, PhD Liaison, Sciences Médicales et Éducation Affaires Médicales Hoffmann La Roche Lté Traitement du cancer: changement de

Plus en détail

L équipe multidisciplinaire du service d orthopédie-oncologie

L équipe multidisciplinaire du service d orthopédie-oncologie L équipe multidisciplinaire du service d orthopédie-oncologie Le service d orthopédie-oncologie de l Hôpital Maisonneuve-Rosemont prodigue des soins aux patients provenant des différentes régions du Québec

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2016 «Comment améliorer la prise en charge des patients atteints d un cancer colorectal grâce aux nouveaux outils numériques?

APPEL A PROJETS 2016 «Comment améliorer la prise en charge des patients atteints d un cancer colorectal grâce aux nouveaux outils numériques? APPEL A PROJETS 2016 «Comment améliorer la prise en charge des patients atteints d un cancer colorectal grâce aux nouveaux outils numériques?» Le présent appel à projets comporte les documents suivants

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 12 juin 2012. CONTACT PRESSE Séverine VOISIN Tél. : 01 45 59 59 45 presse@arc-cancer.net

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 12 juin 2012. CONTACT PRESSE Séverine VOISIN Tél. : 01 45 59 59 45 presse@arc-cancer.net DOSSIER DE PRESSE Mardi 12 juin 2012 NOUVEAU TRAITEMENT POUR LE CANCER DU POUMON ET LE MELANOME : LA FONDATION ARC POUR LA RECHERCHE SUR LE CANCER SOUTIENT LES TRAVAUX D UNE ÉQUIPE DE CHERCHEURS À MONTPELLIER

Plus en détail

I. Demander réparation

I. Demander réparation Éléments-clés du cadre juridique en Europe : un droit très défavorable aux victimes Intervention de Sophie Le Pallec, Présidente de l association Amalyste, membre du Collectif de Lutte contre les Accidents

Plus en détail

CHARTE DES RELATIONS ENTRE GROUPES COOPÉRATEURS EN ONCOLOGIE ET INDUSTRIE

CHARTE DES RELATIONS ENTRE GROUPES COOPÉRATEURS EN ONCOLOGIE ET INDUSTRIE CHARTE DES RELATIONS ENTRE GROUPES COOPÉRATEURS EN ONCOLOGIE ET INDUSTRIE PREAMBULE : Dans la recherche biomédicale, la collaboration entre les groupes de recherche académiques (groupes coopérateurs) et

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 690 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 21 juin 2011 PROJET DE LOI relatif à la bioéthique. L Assemblée nationale

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail

Professeur Joël LUNARDI

Professeur Joël LUNARDI Biochimie - Biologie moléculaire Chapitre 9 : Applications médicales Professeur Joël LUNARDI MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 9. APPLICATIONS

Plus en détail

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire Thérapie anti-âge Revitalisation cellulaire La qualité du fonctionnement de notre organisme diminue avec l âge, en particulier les systèmes physiologiques importants tels que : Le système immunitaire,

Plus en détail

S informer, se proteger, prevenir

S informer, se proteger, prevenir Liens www.wacc-network.org www.eurogin.com www.invs.sante.fr www.has-sante.fr/portail/jcms/j_5/accueil www.sante.gouv.fr www.afssaps.sante.fr www.inpes.sante.fr www.e-cancer.fr S informer, se proteger,

Plus en détail

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques 7 BEH -5 / 0 avril 0. Calendrier vaccinal 0. Tableaux synoptiques. Tableau des vaccinations recommandées chez les enfants et les adolescents en 0 Recommandations générales Rattrapage Populations particulières

Plus en détail

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans Introduction En 1992, l introduction d'un anticorps monoclonal, l herceptine, pour le traitement du cancer du sein a donné

Plus en détail

Science qui étudie les propriétés des médicaments.

Science qui étudie les propriétés des médicaments. Bloc 3 Pharmacologie Science qui étudie les propriétés des médicaments. Pharmacothérapie: Partie de la médecine qui a pour objet le traitement des maladies avec les médicaments. Se base sur la pharmacodynamie:

Plus en détail

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice ANNEXE III Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice 20 RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT Ce médicament fait l objet

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS Introduction : Qui parmi vous connaît l existence de ce document unique? Généralement, hormis les chefs

Plus en détail

Nécessité d agir après jugement sur le rationnement

Nécessité d agir après jugement sur le rationnement Dossier thématique 2 /11 Politique de santé Faits relatifs à des questions de politique de santé et position de l industrie pharmaceutique Nécessité d agir après jugement sur le rationnement Pour les patientes

Plus en détail

Aides publiques à la RDI ATEL / LSC. 10 juin 2013

Aides publiques à la RDI ATEL / LSC. 10 juin 2013 Aides publiques à la RDI ATEL / LSC 10 juin 2013 Structure 1. Présentation de Luxinnovation 2. Présentation des aides publiques à la recherchedéveloppement-innovation (RDI) -2- Luxinnovation en bref 1984

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Déclaration de liens d intérêts

Déclaration de liens d intérêts Déclaration de liens d intérêts 2 Aucun lien d intérêt avec l industrie pharmaceutique à déclarer Problématique 3 Constat CHRUB : Plusieurs types d incidents signalés : Incompatibilités médicamenteuses

Plus en détail

Priorisation et promotion d essais par l EMRC

Priorisation et promotion d essais par l EMRC par l EMRC Pr Claude Linassier Journée du Réseau Matinée de l EMRC : la recherche clinique en réseau Château royal de Blois 5 décembre 2013 Les missions de l EMRC Répondre aux besoins des investigateurs

Plus en détail

THERAPEUTIQUE GENERALE

THERAPEUTIQUE GENERALE THERAPEUTIQUE GENERALE I- Définitions : - Pharmacologie : Etude des médicaments dans l organisme. La pharmacocinétique correspond au devenir du médicament au sein de l organisme et la pharmacodynamie étudie

Plus en détail

2. Comment peuvent-elles expliquer la gravité accrue des affections cardiovasculaires chez le sujet âgé?

2. Comment peuvent-elles expliquer la gravité accrue des affections cardiovasculaires chez le sujet âgé? Fondamentale juin 2011 Traiter TROIS questions parmi les SIX suivantes. Une question par copie 1. Quelles sont les conséquences de la restriction calorique chez l'animal et chez l'homme? Quelles sont les

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre

Plus en détail

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire GENERALISTE Oncologue Radiologue Radiothérapeute Chirurgien Vincent Pointillart Unité de Pathologie Rachidienne CHU Bordeaux Clairement

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION I- PERSONNEL 41 I-1 Le responsable de la distribution 41 I-2 Les autres personnels 42 II- LOCAUX 42 III- DISTRIBUTION 42 III-1 Attribution nominative 43 III-1-1

Plus en détail

Charte du Réseau des Tumorothèques du Centre

Charte du Réseau des Tumorothèques du Centre Charte du Réseau des Tumorothèques du Centre Les tumorothèques sont des structures d Etablissements de Santé ayant pour missions la collecte et la conservation d échantillons provenant de tissus tumoraux

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 16 avril 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 16 avril 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 16 avril 2008 WYSTAMM 10 mg, comprimé Boîte de 15 comprimés (CIP : 382 884-0) Boîte de 30 comprimés (CIP : 384 162-2) Laboratoires BOUCHARA RECORDATI rupatadine Date

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse La FDA approuve XYZAL pour le traitement des allergies saisonnières et perannuelles et de l urticaire chronique Nouvel antihistaminique prescrit sur ordonnance, à une prise par jour,

Plus en détail

Congrès National des Réseaux de Cancérologie 2 et 3 Octobre 2014 à Poitiers. Alexandre QUILLET 1, Gautier DEFOSSEZ 1, Pierre INGRAND 1 1

Congrès National des Réseaux de Cancérologie 2 et 3 Octobre 2014 à Poitiers. Alexandre QUILLET 1, Gautier DEFOSSEZ 1, Pierre INGRAND 1 1 Étude TRAJAN : Facteurs associés aux délais d accès aux traitements du cancer du sein à partir d une représentation temporelle automatisée du parcours de soins Alexandre QUILLET 1, Gautier DEFOSSEZ 1,

Plus en détail

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Docteur Fabienne MESSAOUDI Gynécologue-Obstétricienne Hôpital de Versailles Généralités Les lésions précancéreuses et cancéreuses

Plus en détail

Les maladies de déficits immunitaires. Des milliers d enfants et d adultes sont victimes de ces maladies rares au Maroc

Les maladies de déficits immunitaires. Des milliers d enfants et d adultes sont victimes de ces maladies rares au Maroc Les maladies de déficits immunitaires Des milliers d enfants et d adultes sont victimes de ces maladies rares au Maroc Les enjeux des maladies de déficits immunitaires (En débats le 26 octobre 2013 à Casablanca)

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu Dépistage du cancer du sein Pr N Tubiana Mathieu Cancer du sein en France incidence mortalité Cancer du sein en France L incidence a augmenté La durée de vie après cancer a augmenté Pourquoi? Impact du

Plus en détail