Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies. Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies. Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies"

Transcription

1 Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies VI Le Risque Cardiovasculaire associé aux Dyslipidémies 1 ) Facteurs de Risque : Définitions 2 ) Facteurs Majeurs du Risque Cardiovasculaire 3 ) Cholestérol LDL : Indicateur du niveau de Risque Cardiovasculaire Individuel 4 ) Evaluer la Sévérité Artérielle d une Dyslipidémie Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies I Modes d Action des Mesures Hygiéno-Diététiques 1 ) Effets des principaux nutriments et de l exercice physique 2 ) Effets des compléments nutritionnels II Bases Moléculaires des Traitements Médicamenteux 1 ) Les inhibiteurs de l HMGCoA Réductase (statines) 2 ) Les agonistes des récepteurs PPARα (fibrates) 3 ) Les inhibiteurs de l absorption intestinale du cholestérol 1

2 VI Le Risque Cardiovasculaire associé aux Dyslipidémies Les dyslipidémies comportent pour la plupart un potentiel athérogène. Il existe un lien biologique causal entre dyslipidémies et athérosclérose L athérosclérose est une maladie longtemps silencieuse cliniquement. Les complications cardiovasculaires de l athérosclérose sont : - Primaires lorsqu elles surviennent chez un sujet apparemment sain - Secondaires, lorsqu elles surviennent chez un sujet qui présente une maladie cardiovasculaire avérée. L athérosclérose est une maladie multifactorielle. La combinaison d une dyslipidémie avec d autres facteurs de risque d athérosclérose peut accélérer la survenue, augmenter le nombre et la gravité des complications cardiovasculaires. La sévérité des dyslipidémies est évaluée en fonction du niveau de risque d un individu de développer une complication cardiovasculaire dans un délai relativement proche (<10 ans). 2

3 1 ) Facteurs de Risque : Définitions Tout élément physiologique ou pathologique, ou de mode de vie associé à une incidence accrue de maladie. Risque Relatif (RR): Rapport entre le risque des individus qui présentent le facteur, de développer la maladie, et le risque des individus qui ne le présentent pas. Ex: RR=5, risque de mort subite x5, chez les fumeurs / non fumeurs. Risque Absolu (RA) : Probabilité de développer une maladie dans une période donnée (souvent 10 ans). Ex: 3,1% des diabétiques seront décédés d une complication CV dans les 10 ans, en l absence de traitement. Facteurs de Risque Qualitatifs: Facteurs de risque représentés par une qualité ou un état, ou plusieurs classes de cet état. Ex: sexe F ou M. Facteurs de Risque Quantitatifs: Facteurs de risque représentés par une donnée quantifiable. Ex: Pression Artérielle mesurable en mm de Hg. 3

4 2 ) Les Facteurs Majeurs du Risque Cardiovasculaire (AFSSAPS 2005, Facteurs de Risque de Maladie Cardiovasculaire Primaire Non Modifiables Age : Homme >50 ans, Femme >60 ans ou ménopausée Antécédent Familial de Dyslipidémie ou de Maladie Cardiovasculaire Prématurée (apparentés au premier degré, H <55ans, F<65 ans) Modifiables Tabagisme actif ou arrêt <3 ans. Surpoids ou Obésité : IMC (poids/taille 2 ) 27 ou 30 ou tour de taille >100 cm chez l homme ou >90 cm chez la femme. Hypertension Artérielle permanente (PAS >140; PAD >90 mmhg) Diabète Sucré : Glycémie à jeun > 1,26 g/l (7 mmol/l) Hypercholestérolémie: LDL >1,60 g/l (4 mmol/l) Cholestérol HDL bas : HDL <0,40 g/l (1 mmol/l) Facteur de Risque de Maladie Cardiovasculaire Secondaire Antécédent Personnel de maladie cardiovasculaire. Maladie Coronaire, AVC, Artériopathie avérées. 4

5 L Hypercholestérolémie est un facteur de risque de maladie CV Mortalité CV RA /1000/ / 6 ans 16 RR ,00 1,50 2,00 2,50 3,00 Cholestérol (g/l) ,00 1,50 2,00 2,50 3,00 Cholestérol (g/l) Neaton JD et al., Arch Intern Med 1992; 152: Le Cumul des Facteurs de Risque a un effet Multiplicatif sur le risque de maladie cardiovasculaire Mortalité CV / personnes/an DB - DB + Facteurs de Risque Associés 5 STAMLER J. et al. Diabetes Care 1993; 16:

6 3 ) Le cholestérol LDL : indicateur du niveau de risque cardiovasculaire individuel Le Risque Cardiovasculaire est une Fonction Exponentielle du taux de Cholestérol LDL. Taux / à 8 ans Morbidité CV <1,35 1,35-1,54 1,55-1,95 >1,95 g/l Cholestérol LDL Assmann G et al. Eur Heart J 1998 ; 19: A2 - A11 Chaque du LDL-C de 0,30g/L augmente le risque cardiovasculaire d environ 30%, et réciproquement pour la. RR* MCV *échelle logarithmique 0,4 0,7 1,0 1,3 1,6 g/l 1,9 Cholestérol LDL Grundy SM et al. Am J Cardiol 2004; 44: Le taux de Cholestérol LDL est le paramètre lipidique le plus fortement prédictif du risque cardiovasculaire. 6

7 4 ) Evaluer la sévérité artérielle d une dyslipidémie Il n existe pas de taux «normal» de cholestérol LDL Le seuil individuel acceptable du cholestérol LDL dépend du nombre de facteurs de risque associés. LDL-C 2,2 2,2 g/l 1,9 g/l 2,0 1,6 g/l 1,5 1,6 g/l 1,3 g/l 1,0 g/l 1, Facteurs de Risque Cardiovasculaire 3 1,3 g/l 1,0 g/l Coronarien AFSSAPS 2005 Instauration du traitement hygiéno-diététique Instauration du traitement médicamenteux 7

8 Si cholestérol LDL >1,60 g/l et/ou risque élevé Le seuil de cholestérol LDL requis pour débuter un traitement correcteur d une dyslipidémie, dépend du niveau de risque cardiovasculaire du patient. Valeurs de LDL-C en g/l (mmol/l) Catégories de patients Prévention primaire Hommes de moins de 50 ans ou Femmes de moins de 60 ans ou non ménopausées n ayant aucun autre facteur de risque Valeur d instauration du traitement diététique 1,60 (4,1) Objectif du traitement médicamenteux < 2,20 (5,7) Sujets ayant 1 facteur de risque 1,60 (4,1) < 1,90 (4,9) Sujets ayant 2 facteurs de risque 1,60 (4,1) < 1,60 (4,1) Sujets ayant 3 facteurs de risque ou plus 1,30 (3,4) < 1,30 (3,4) Prévention secondaire Diabéte compliqué, ou risque très élevé 1,00 (2,6) < 1,00 (2,6) AFSSAPS

9 Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies I Modes d Action des Mesures Hygiéno-Diététiques 1 ) Effets des aliments et de l exercice physique Lipides alimentaires - Acides Gras Saturés : - VLDL, chylos, TG (assemblage, sécrétion, LPL); - LDL, CT (inhibition de l expression du LDLR) - Chaque 1% des AEJ = 1,34% LDL-C Crème, Beurre et dérivés Oeufs et dérivés Fritures Viennoiseries, Pâtisseries Charcuteries Fromages Viandes Mammifères - Acides Gras Monoinsaturés : - effet globalement neutre - HDL, LDL, TG Olives, et autres graines oléagineuses Volailles - Acides Gras Poly-Insaturés : - VLDL, chylos, TG (assemblage, sécrétion, LPL); - LDL, CT - Chaque 1% des AEJ = 0,59% LDL-C Oléagineux (AGPI n-3) Oléagineux (AGPI n-6) Poissons - Cholestérol - LDL (inhibition de l expression du LDLR) - Chaque 100mg des AEJ = 3,3% LDL-C Oeufs et dérivés Fruits de Mer 9

10 Hydrates de Carbone - Surtout sucres rapides - VLDL, TG (assemblage, sécrétion); - HDL Alcool - VLDL, TG (assemblage, sécrétion); - HDL ( lipase hépatique, transport inverse); Céréales Féculents Pain Biscuits Confiseries Alcools Le degré Boissons Sucrées Végétaux - VLDL, TG (assemblage, sécrétion); - LDL, CT (absorption); - HDL, source d anti-oxydants Fruits et Légumes Exercice Physique - VLDL, TG ( LPL); - HDL ( LPL, transport inverse); 10

11 2 ) Effets des compléments nutritionnels Acides Gras Oméga-3 (n- 3) à longues chaînes EPA COOH DHA COOH - EPA (20:5, n-3) ou DHA (22:6, n-3): purifié, protégé, concentré, 1 g/j. - VLDL, TG (assemblage, sécrétion); - chylomicrons (assemblage, sécrétion); - HDL ( transport inverse); - Anti-inflammatoires, anti-thrombotiques, anti-arythmiques chez les sujets coronariens. Stérols et Stanols végétaux CH 3 CH 2 CH 3 campestérol stigmastérol CH 2 CH 3 CH 2 CH 3 β-sitostérol stigmastanol - LDL, CT (absorption, compétition pour NPC1L1); % de réduction du cholestérol LDL pour 2 g/j. - Effets anti-athérogènes non validés 11

12 3 ) Importance des équilibres entre nutriments Parts en % des Différents Nutriments dans l Energie Ingérée Chasseurs Cueilleurs Agriculteurs Sociétés Urbanisées >40 Lipides Sucres Rapides Sucres Lents Protéines Sel (g/j) Fibres (g/j) Bases d un régime hypolipémiant Lipides < 30% des Apport Energétiques Journaliers (AEJ) AGS < 10% des Apport Energétiques Journaliers (AEJ) Sucres rapides et alcool AGPI 10% des Apport Energétiques Journaliers (AEJ) Fibres et végétaux 12

13 II Bases Moléculaires des Traitements hypolipémiants 1 ) Les inhibiteurs de l HMGCoA réductase (statines) Inhibiteurs de la biosynthèse du cholestérol. - Les statines induisent une baisse partielle et transitoire de la biosynthèse intracellulaire de cholestérol. - Activation de facteurs transcription sensibles aux stérols, les SREBP (Sterol Responsive Element Binding Proteins), consécutive à la du CT intracellulaire. - Les SREBPs modulent l expression de multiples protéines impliquées dans l homéostasie des stérols et des lipides, dont le récepteur des LDL. - L augmentation des capacités cellulaires d endocytose des LDL (par du nombre de récepteurs), résulte en une baisse des taux de LDL circulantes. Récepteurs des LDL Biosynthèse du cholestérol HMGCoA Réductase Statines Inhibition Endocytose des LDL Cholestérol Activation SREBP Biosynthèse des récepteurs 13

14 Les statines ont un effet anti-athérogène global N HMG-CoA Reductase C HMGCoA Effets Cellulaires Mévalonate Inflammation Activation Voie du Mévalonate Dérivés Prénylés Energétique cellulaire Squalène Cycle Cellulaire Cholestérol Matrice Extracellulaire Assemblage des VLDL Membranes cellules spumeuses Transport Inverse Endocytose des LDL Les statines ont un effet majeur sur les LDL - Elles agissent principalement au niveau du foie. - Leur action est marginale sur les VLDL et le transport inverse. - Elles n ont pas d action sur la voie exogène. - CT, LDL, effet modeste sur les HDL et les TG. 14

15 2 ) Les agonistes des récepteurs PPARα (fibrates) Les récepteurs nucléaires PPARs - PPAR: Peroxisome Proliferator Activated Receptors - Récepteurs nucléaires hormonaux dont les ligands sont des dérivés de lipides. - Interagissent avec l ADN (éléments PPRE) sous forme d hétérodimères avec les récepteurs à l acide rétinoïque (RXR). - Cette classe de récepteurs compte 3 protéines : PPARα, PPARβ/δ, PPARγ Dérivé d acide gras (AG) AG AR Dérivé de l acide rétinoïque (AR) PPAR RXR Peroxydation Inflammation Métabolisme Energétique (Lipides, Glucides) Prolifération Différentiation 15

16 Les fibrates sont des agonistes des récepteurs PPARα - Les récepteurs PPARα sont exprimés dans le foie où agissent les fibrates. - Ils stimulent la dégradation intrahépatique des AG (béta-oxidation). - Ils stimulent la lipolyse des VLDL et des résidus ( LPL). - Ils stimulent le transport inverse du cholestérol ( A1 et A2 des HDL, transporteurs ABC1 et SRB1) Apo A-1 FIBRATE SR-B1 HDL PPARα ABC 1 Apo A-2 LPL J.C. Fruchart, Handbook of Dyslipidemia and Atherosclerosis Elsevier Science Limited. Ils sont ciblés sur le métabolisme des TG et des HDL - TG, CT, HDL, effet modeste sur les LDL. 16

17 3 ) L inhibition de l absorption intestinale du cholestérol Les résines - Résines échangeuses d ions (colestyramine). - Chélatent le cholestérol et les acides biliaires dans la lumière intestinale. - Ne passent pas la barrière intestinale. Les inhibiteurs de NPC1-L1 - Inhibiteurs spécifiques de l absorption intestinale du cholestérol. - Inhibition partielle de l absorption des stérols végétaux. Action sur le recyclage intestinal du cholestérol - CT, LDL, effet modeste sur le transport inverse. - Pas d effet sur l absorption des TG, ou la voie exogène. Synergie avec l inhibition de la biosynthèse du CT. - CT, LDL. 17

18 Résines AB HMGCoA Aliments Bile Plasma NPC1L1 Inhibition de l Absorption Absorption : l HMGCoAR hépatique compense pour le défaut de recyclage du cholestérol Résines Aliments AB HMGCoA Statines Bile Plasma NPC1L1 Inhibition de l absorption Absorption + HMGCoAR : synergie sur la voie endogène du transport du cholestérol 18

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE E.I.A CARDIO : BIOLOGIE A SAVOIR ABSOLUMENT( ou pas ) - La formule de Friedewald et ses conditions d application - Les différentes classes de dyslipidémie - Les différents facteurs de risques cardiovasculaires

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

Diététique de la dyslipidémie

Diététique de la dyslipidémie Diététique de la dyslipidémie 1) Définition Anomalie du métabolisme des lipides à l origine de perturbations biologiques. On peut observer : - Une hypercholestérolémie : augmentation isolée du cholestérol

Plus en détail

Le Cholestérol. Jacques MANSOURATI CHU BREST

Le Cholestérol. Jacques MANSOURATI CHU BREST Vrai ou Faux Le cholestérol est inutile à l organisme humain L alimentation est la principale source de cholestérol Seul le taux de cholestérol total est important dans la prévention des maladies cardiovasculaires

Plus en détail

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine)

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine) Les Dyslipidémies La particule lipidique N 129. Facteurs de risque cardio-vasculaire et prévention. Expliquer les facteurs de risques cardio-vasculaire et leur impact pathologique Expliquer les modalités

Plus en détail

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention E01-1 E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention Un facteur de risque est défini comme une condition associée à une augmentation de l incidence de la maladie avec un lien supposé

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

Bon Usage et Place des Statines

Bon Usage et Place des Statines Bon Usage et Place des Statines Pascale BENLIAN Endocrinologie - Métabolisme Hôpital Saint-Antoine pascale.benlian@sat.ap-hop-paris.fr 1990 Premières Statines Inhibiteurs de la Biosynthèse du Cholestérol

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail

Les lipides. Thérapeutique?

Les lipides. Thérapeutique? Thérapeutique? Exercice physique +++ Metformine: pas de risque d hypoglycémie, attention si insuffisance rénale, Sulfonylurées: risque d hypoglycémie, débuter à faible dose Les lipides réserves 97 % =

Plus en détail

Objectifs du cours. Diabète, HTA, dyslipidémies. Hôpitaux Universitaires de Genève. Déroulement. Cas de patient : Mr G.

Objectifs du cours. Diabète, HTA, dyslipidémies. Hôpitaux Universitaires de Genève. Déroulement. Cas de patient : Mr G. Hôpitaux Universitaires de Genève Diabète, HTA, dyslipidémies Quelles recommandations nutritionnelles? Quels premiers messages donner en tant que médecin traitant? Objectifs du cours Connaître les recommandations

Plus en détail

Lipoprotéines. TG et CE. Cholestérol. Différence en densité, taille, composition lipidique et protéique, mobilité électrophorétique

Lipoprotéines. TG et CE. Cholestérol. Différence en densité, taille, composition lipidique et protéique, mobilité électrophorétique Lipoprotéine ine TG et CE Apolipoprotéines Cholestérol Assemblage non covalent de lipides et d apolipoprotéines Phospholipides Complexe sphérique Surface : Phospholipide, Apolipoprotéine, Cholestérol libre

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

Les lipides et dérivés

Les lipides et dérivés UE1 : Biochimie Les lipides et dérivés Partie 5 : Digestion, absorption et transport des lipides Partie 6 : Méthodes d analyse Isabelle Hininger-Favier Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier

Plus en détail

Normolipémiants. Les raisons de leur prescription - Risque lipidique (épidémiologie) - Baisse du cholestérol (LDL) - Efficacité du traitement

Normolipémiants. Les raisons de leur prescription - Risque lipidique (épidémiologie) - Baisse du cholestérol (LDL) - Efficacité du traitement Normolipémiants Les raisons de leur prescription - Risque lipidique (épidémiologie) - Baisse du cholestérol (LDL) - Efficacité du traitement Avant le traitement : que faire? - Détermination des facteurs

Plus en détail

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs.

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs. L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch SOMMAIRE LES FACTEURS DE RISQUE CARDIOVASCULAIRES 4 1. Le diabète

Plus en détail

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Nabiha KAMAL Laboratoire de Biochimie Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca CHU Ibn Rochd de Casablanca

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Les lipides et dérivés

Les lipides et dérivés UE1 : Biochimie Les lipides et dérivés Partie 5 : Digestion, absorption et transport des lipides Partie 6 : Méthodes d analyse Isabelle Hininger-Favier Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier

Plus en détail

Exploration du métabolisme lipidique

Exploration du métabolisme lipidique Exploration du métabolisme lipidique Les principaux lipides le cholestérol (utilisé par les cellules pour la synthèse de leurs membranes) les triglycérides (substrat énergétique) les phospholipides (constituants

Plus en détail

Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature

Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature PROBIOQUAL E.P.U. de BIOLOGIE Séance du 13/03/06 Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature Agnès SASSOLAS, biologiste P.H. UF Lipides- Dyslipidémies - Biochimie Groupe Hospitalier

Plus en détail

Athérosclérose (3) Les hyperlipoprotéinémies

Athérosclérose (3) Les hyperlipoprotéinémies Athérosclérose (3) Les hyperlipoprotéinémies Points à comprendre Les anomalies du métabolisme lipidique sont à l origine de perturbations biologiques avec des conséquences importantes en termes de santé

Plus en détail

Les dyslipidémies. Dr Irène Boronczyk Crépy en Valois

Les dyslipidémies. Dr Irène Boronczyk Crépy en Valois Les dyslipidémies Il existe un équilibre entre les différents types d acides gras : - saturés : AGS - mono-insaturés : AGMI - poly-insaturés : AGPI Dr Irène Boronczyk Crépy en Valois Incidence des déséquilibres

Plus en détail

Impact de la consommation de l huile d argan dans le Syndrome Coronarien Aigu : Etude interventionnelle

Impact de la consommation de l huile d argan dans le Syndrome Coronarien Aigu : Etude interventionnelle Impact de la consommation de l huile d argan dans le Syndrome Coronarien Aigu : Etude interventionnelle A. Adlouni, K. Zouirech, R. Safa, A. El Fhal, H. Najih, M. Messal, R.Habbal Congrès International

Plus en détail

Impact métabolique des acides gras _. Importance du degré d insaturation

Impact métabolique des acides gras _. Importance du degré d insaturation Impact métabolique des acides gras _ Importance du degré d insaturation Dominique Hermier Unité 914, Paris Physiologie de la nutrition et du comportement alimentaire Plan Les familles d acides gras Acides

Plus en détail

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Traiter pourquoi? Dyslipidémie et pathologies rénales? Pathologie rénale Cholestérol total LDL-c

Plus en détail

Bêta-oxydation des acides gras

Bêta-oxydation des acides gras O C N C 2 O C 2 SO 3 O O acide taurocholique O C N C 2 COO O O O acide glycocholique Figure.2 Structure d un sel biliaire formé par conjugaison entre un acide biliaire (ici l acide cholique) soit avec

Plus en détail

Dr N. MATOUGUI Journées de Formation Médicale Continue de Kouba 2010

Dr N. MATOUGUI Journées de Formation Médicale Continue de Kouba 2010 Dr N. MATOUGUI Journées de Formation Médicale Continue de Kouba 2010 Introduction Hypercholestérolémie (HC) est: - Fréquente - Pure ou mixte - Essentielle ou secondaire Facteur de risque cardiovasculaire

Plus en détail

Un adulte sur deux en France présente une anomalie lipidique. L hypercholestérolémie est la plus fréquente de ces anomalies. Considéré comme un des

Un adulte sur deux en France présente une anomalie lipidique. L hypercholestérolémie est la plus fréquente de ces anomalies. Considéré comme un des Un adulte sur deux en France présente une anomalie lipidique. L hypercholestérolémie est la plus fréquente de ces anomalies. Considéré comme un des principaux ennemis de nos artères, le «mauvais» cholestérol

Plus en détail

Traitements Hypolipémiants

Traitements Hypolipémiants Chapitre 14 Traitements Hypolipémiants Item 132 : Angine de poitrine et infarctus du myocarde Plan Introduction 1. les statines 2. les fibrates Introduction Traiter une dyslipidémie revient le plus souvent

Plus en détail

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels :

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels : Le PNNS : «Manger Bouger», les facteurs de risque nutritionnel à tous les âges de la vie. Les repères de consommation du PNNS JL BORNET L alimentation joue un rôle très important sur la santé. A chaque

Plus en détail

Valorisation de l huile d argan : impact sur la prévention des maladies cardiovasculaires

Valorisation de l huile d argan : impact sur la prévention des maladies cardiovasculaires 167 Valorisation de l huile d argan : impact sur la prévention des maladies cardiovasculaires Ahmed Adlouni Laboratoire de Recherche sur les Lipoprotéines et l Athérosclérose. Unité de Physiopathologie

Plus en détail

PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an

PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an DEFINITION APPAREIL CARDIO-VASCULAIRE Buts : apporter aux organes ce dont ils ont besoin(o2 ) eliminer les déchets(co2.) APPAREIL : Pompe=cœur Tuyaux=artéres/veines PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

METABOLISME DES LIPOPROTEINES

METABOLISME DES LIPOPROTEINES 1 Chapitre 19 Pr Claude ZINSOU METABOLISME DES LIPOPROTEINES OBJECTIFS De l enseignant Compléter les connaissances relatives au métabolisme des lipides, dans lequel nous avons insisté sur leur dégradation

Plus en détail

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé MEH CHERIFI,M ARAB ; A RAMDANI, F ALIBDESSAMED, Z GUECHI 21ème Congrès National de Médecine Interne. Tlemcen 15, 16 et 17 mai Introduction I PM : 168

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI?"

COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI? COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI?" 106 Témoignage du Dr Benjamin Rimaud 107 La dénutrition protéino-énergétique de la personne âgée Quelques chiffres 1 A domicile " 4 à 10% des personnes âgées En

Plus en détail

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie? CLSC Ahuntsic Mini-quiz Questionnaire sur l hypercholestérolémie Statistiques 1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

Plus en détail

Vivre avec le cholestérol Cholestérol et vie saine

Vivre avec le cholestérol Cholestérol et vie saine Vivre avec le cholestérol Cholestérol et vie saine fmcoeur.ca Fondation des maladies du cœur Cholestérol et vie saine Qu est-ce que le cholestérol? Le mot «cholestérol» peut décrire à la fois le cholestérol

Plus en détail

KOPIE. Alimentation et diabète. «A quoi devez-vous faire attention?»

KOPIE. Alimentation et diabète. «A quoi devez-vous faire attention?» Alimentation et diabète «A quoi devez-vous faire attention?» Association Suisse du Diabète Schweizerische Diabetes-Gesellschaft Associazione Svizzera per il Diabete www.associationdudiabete.ch Compte de

Plus en détail

Physiologie du Pancréas endocrine

Physiologie du Pancréas endocrine Physiologie du Pancréas endocrine 1 I. Introduction II. Insuline Plan 1. Sécrétion 2. Régulation 3. Actions physiologiques 4. Mode d action III. Glucagon 2 2eme Année de médecine 1 Cellules β I. Introduction

Plus en détail

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine?

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Les patients nouvellement traités par statine : Dans 40 % des cas ce sont des patients à Source : Enquête IMS pour la Cnamts, 2007. Que

Plus en détail

Congrès de la SAMEV Institut Pasteur Delly Brahim 20, 21, 22 Mai 2011.

Congrès de la SAMEV Institut Pasteur Delly Brahim 20, 21, 22 Mai 2011. 4ème Congrès de la SAMEV Institut Pasteur Delly Brahim 20, 21, 22 Mai 2011. Cas clinique FMC sur les Statines Les Statines : une des armes multi-cibles précoce du Syndrome Métabolique Pr Fifi OTMANI, Service

Plus en détail

Bien manger pour mieux vieillir. Aline Pageau Lauzière Dt.P., M.A. diététiste-nutritionniste

Bien manger pour mieux vieillir. Aline Pageau Lauzière Dt.P., M.A. diététiste-nutritionniste Bien manger pour mieux vieillir Dt.P., M.A. diététiste-nutritionniste Manger «Manger c est l acte social par excellence» «Non seulement nous sommes ce que nous mangeons, mais ce que nous avons mangé» (Richard

Plus en détail

PATHOLOGIES DU METABOLISME LIPIDIQUE ET EXPLORATION BIOLOGIQUE DES DYSLIPIDEMIES

PATHOLOGIES DU METABOLISME LIPIDIQUE ET EXPLORATION BIOLOGIQUE DES DYSLIPIDEMIES PATHOLOGIES DU METABOLISME LIPIDIQUE ET EXPLORATION BIOLOGIQUE DES DYSLIPIDEMIES RAPPEL Les lipides sont un groupe hétérogène de substances qui ont des acides gras dans leur structure ou une molécule qui

Plus en détail

L équilibre alimentaire.

L équilibre alimentaire. L équilibre alimentaire. Une bonne nutrition est un incontestable facteur de bonne santé. Dans la médecine traditionnelle chinoise, certains aliments bien utilisés servent de remèdes pour prévenir et traiter

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

MÉTABOLISME des LIPOPROTÉINES

MÉTABOLISME des LIPOPROTÉINES MÉTABOLISME des LIPOPROTÉINES STRUCTURE des LIPOPROTÉINES Exemple d une d VLDL Apoprotéine C Apoprotéine B100 Surface Phospholipides Cholestérol libre Apoprotéine E Noyau Triglycérides Chol estérifié CARACTÉRISTIQUES

Plus en détail

HYPERCHOLESTEROLEMIE PREVENTION ET PRISE EN CHARGE EN MEDECINE NATURELLE

HYPERCHOLESTEROLEMIE PREVENTION ET PRISE EN CHARGE EN MEDECINE NATURELLE HYPERCHOLESTEROLEMIE PREVENTION ET PRISE EN CHARGE EN MEDECINE NATURELLE Quelles différences entre «bon» et «mauvais» cholestérol? Quelle est la bonne proportion? D où provient-il? Le rôle de l alimentation

Plus en détail

Allégations relatives à la teneur nutritive

Allégations relatives à la teneur nutritive Allégations relatives à la teneur nutritive Mots utilisés dans les allégations relatives à la teneur nutritive Ce que le mot signifie Exemples Sans Faible Réduit Source de Léger Une quantité insignifiante

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 02 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 02 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 02 novembre 2005 CRESTOR 5 mg, comprimé pelliculé B/28 ; B/50 ; B/84 Laboratoires ASTRAZENECA rosuvastatine Liste I Date de l'amm : 06 octobre 2005 Motif de la demande

Plus en détail

Thème N 129. Expliquer les facteurs de risque cardio-vasculaire et leur impact pathologique

Thème N 129. Expliquer les facteurs de risque cardio-vasculaire et leur impact pathologique 1 Thème N 129 Expliquer les facteurs de risque cardio-vasculaire et leur impact pathologique 1-Facteurs de risque d athérosclérose : évaluation et prévention Un facteur de risque est défini comme une condition

Plus en détail

HYPOCHOLESTEROLEMIANTS

HYPOCHOLESTEROLEMIANTS HYPOCHOLESTEROLEMIANTS Aux USA, chaque année: > 500 000 décès suite à des maladies cardiovasculaires > 1 000 000 infarctus! > 100 000 000: total cholestérol > 200 mg/dl > 12 000 000 candidats à des médicaments

Plus en détail

Université de Monastir MEDICAMENTS DES AFFECTIONS ENDOCRINIENNES ET METABOLIQUES

Université de Monastir MEDICAMENTS DES AFFECTIONS ENDOCRINIENNES ET METABOLIQUES Université de Monastir MEDICAMENTS DES AFFECTIONS ENDOCRINIENNES ET METABOLIQUES Certificat Coordonné 4 4 ème année pharmacie Année Universitaire 2014/ 2015 Normolipémiants Cours de Chimie Thérapeutique

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

Les groupes d aliments

Les groupes d aliments PARTIE SOURCES NUTRITIONNELLES CHAPITRE 1 Les groupes d aliments Objectif Identifier les groupes d aliments et leurs constituants caractéristiques E En PFMP au multi-accueil «Les Petits Loups», Lisa est

Plus en détail

Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question

Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question Eugène Sobngwi, MD, PhD Service d Endocrinologie d Diabétologie Hôpital Saint-Louis, Paris 10 / INSERM U 671 Le diabète sucré en

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

SANTÉ. E-BOOK équilibre. stop. cholesterol diabete hypertension. Réduire le cholestérol, l hypertension et le diabète SANS MEDICAMENT!

SANTÉ. E-BOOK équilibre. stop. cholesterol diabete hypertension. Réduire le cholestérol, l hypertension et le diabète SANS MEDICAMENT! SANTÉ stop cholesterol diabete hypertension E-BOOK équilibre Réduire le cholestérol, l hypertension et le diabète SANS MEDICAMENT! un peu d histoire... Il y a 200 ans, un Français faisait en moyenne entre

Plus en détail

Alimentation et hypercholestérolémie

Alimentation et hypercholestérolémie P. 1 / 6 Alimentation et hypercholestérolémie Contenu Feuille d info Alimentation et hypercholestérolémie / Novembre 2011 2 Qu est-ce que le cholestérol? 2 L hypercholestérolémie: origine et conséquences

Plus en détail

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER... POURQUOI? POUR QUI? À Après huit à douze heures de sommeil, les réserves d'énergie de l'organisme sont épuisées : le petit déjeuner

Plus en détail

Santé et activité physique

Santé et activité physique Santé et activité physique J.P. Brackman médecin du sport P. Bruzac-Escanes diététicienne F. Saint Pierre biostatisticien Support d une conférence donnée à l auditorium de Balma le 16 juin 2006 Objectifs

Plus en détail

Lipides, lipoprotéines, apolipoprotéines et bilan cardiovasculaire?

Lipides, lipoprotéines, apolipoprotéines et bilan cardiovasculaire? Lipides, lipoprotéines, apolipoprotéines et bilan cardiovasculaire? Richard W. James, Labo des Lipides, Dépt. de Médecine Interne, Faculté de Médecine, Université de Genève, Genève Lipides, lipoprotéines

Plus en détail

L alimentation des sportifs amateurs

L alimentation des sportifs amateurs P. 1 / 6 L alimentation des sportifs amateurs Contenu Feuille d info L alimentation des sportifs amateurs / Novembre 2011, actualisation août 2015 2 Activité physique et santé 2 Sport et alimentation 3

Plus en détail

Lipoprotéines et bilan lipidique Risque cardiovasculaire et athérome

Lipoprotéines et bilan lipidique Risque cardiovasculaire et athérome Lipoprotéines et bilan lipidique Risque cardiovasculaire et athérome Dr Claude Bendavid MCU-PH Biochimie Hôpital Sud claude.bendavid@univ-rennes1.fr PCEM2 «Cœur et vaisseaux» Biochimie Rennes 2009-2010

Plus en détail

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France 3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France Etude conduite chez des étudiants dans 3 villes (Montpellier, Bordeaux, Grenoble) Age : 19 à 26 ans Année

Plus en détail

Normolipémiants I. Dyslipidémies II. Classification des normolipémiants III. Propriétés des normolipémiants

Normolipémiants I. Dyslipidémies II. Classification des normolipémiants III. Propriétés des normolipémiants 4287_ Page 887 Mardi, 13. août 2013 12:34 12 > Apogee FrameMaker Noir Normolipémiants C. FERNANDEZ Laboratoire de pharmacie clinique, EA 4123 «Barrières et passage des médicaments», UFR de pharmacie, université

Plus en détail

10 principes. pour une alimentation équilibrée et adaptée aux besoins du cycliste

10 principes. pour une alimentation équilibrée et adaptée aux besoins du cycliste Centre de formation CR4C Roanne Flash performance n 7 (entraînement, biomécanique, nutrition, récupération ) Réalisé par Raphaël LECA www.culturestaps.com 10 principes pour une alimentation équilibrée

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

La digestion chimique

La digestion chimique SBI3U La digestion chimique Les aliments sont réduits mécaniquement en particules plus petites ils sont soumise à l action de substances chimiques et des enzymes les molécules complexes deviennent des

Plus en détail

Prise en charge du diabète de type 2 non compliqué

Prise en charge du diabète de type 2 non compliqué Prise en charge du diabète de type 2 non compliqué Dr Mesmin DEHAYEM Service d Endocrinologie d Diabétologie Centre National de l Obl Obésité Hôpital Central Yaoundé Objectifs 1. Amélioration de la qualité

Plus en détail

129 - II DYSLIPIDEMIES ATHEROGENES JM Fauvel 2009

129 - II DYSLIPIDEMIES ATHEROGENES JM Fauvel 2009 ( Plan ) 129 - II DYSLIPIDEMIES ATHEROGENES JM Fauvel 2009 Classification Traitement Moyens diététique résine : colestyramine QUESTRAN fibrates de 2e génération inhibiteurs de la HMG CoA réductase : statines

Plus en détail

Biochimie clinique DCEM1-2010

Biochimie clinique DCEM1-2010 Françoise Maupas-Schwalm Biochimie clinique DCEM1-2010 Généralités Structure des lipoprotéines Métabolisme des lipoprotéines Le bilan lipidique Principales dyslipoprotéinémies Conclusion 2 Généralités

Plus en détail

Estimation du risque Cardiovasculaire

Estimation du risque Cardiovasculaire Estimation du risque Cardiovasculaire Estimation du risque Cardiovasculaire Vignette 1: Cadre masculin de 51 ans AF CV négative Tabac + 1 pqt/j TAH systol 130 mmhg Cholestérol tot 7,34 mmol/l HDL

Plus en détail

Quel est cholestérol?

Quel est cholestérol? Quel est cholestérol? Le cholestérol est une substance trouvée dans les graisses présentes dans votre corps. Vous avez besoin de cholestérol pour construire et conserver des cellules saines. Cependant,

Plus en détail

obtenez instantanément vos résultats sur www.monportailpharmacie.ca Février/mars 2010 Combattre la dyslipidémie Objectifs d apprentissage

obtenez instantanément vos résultats sur www.monportailpharmacie.ca Février/mars 2010 Combattre la dyslipidémie Objectifs d apprentissage F o r m a t i o n c o n t i n u e cointechnipharm fc u n p r o g r a m m e n at i o n a l d e fo r m a t i o n c o n t i n u e destiné a u x assistants techniques en phar macie 1,0 u fc obtenez instantanément

Plus en détail

LES INFOS DE L A.F.M.O.

LES INFOS DE L A.F.M.O. Mise à jour Septembre 2004 LES INFOS DE L A.F.M.O. A ssociation F rançaise de M édecine O rthomoléculaire Cholestérol et Athérosclérose Prise en charge bionutritionnelle 1. Structure, métabolisme et fonction

Plus en détail

Réhydratation du sportif Les boissons pour sportif. G Pérès Physiologie du sport CHU Pitié-Salpétrière

Réhydratation du sportif Les boissons pour sportif. G Pérès Physiologie du sport CHU Pitié-Salpétrière Réhydratation du sportif Les boissons pour sportif G Pérès Physiologie du sport CHU Pitié-Salpétrière Débit de sueur = pertes d eau irréversible (déshydratation) Composition de la sueur Attention au risque

Plus en détail

Équilibre alimentaire : on a tous à y gagner!

Équilibre alimentaire : on a tous à y gagner! Équilibre alimentaire : on a tous à y gagner! Tous concernés! De quoi s agit-il? Notre assiette est la première des médecines. En effet, manger sainement et équilibré contribue à prévenir les principales

Plus en détail

Utilisation des substrats énergétiques

Utilisation des substrats énergétiques Utilisation des substrats énergétiques Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Les organes et les substrats... 3 I.1 Les substrats énergétiques...

Plus en détail

INTRODUCTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE

INTRODUCTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE INTRODUCTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE Brigitte MERCIER FICHAUX Diététicienne DE Intervenante pour les formations «manger bio en restauration collective» organisées par IBB, Civam35,

Plus en détail

NUTRITION & CANCERS. Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention

NUTRITION & CANCERS. Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention NUTRITION & CANCERS Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention 2 NUTRITION ET PRÉVENTION DES CANCERS FACTEURS AUGMENTANT LE RISQUE DE

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir pour comprendre le cholestérol et l alimentation lipidique Les questions que l on se pose

Tout ce qu il faut savoir pour comprendre le cholestérol et l alimentation lipidique Les questions que l on se pose Tout ce qu il faut savoir pour comprendre le cholestérol et l alimentation lipidique Les questions que l on se pose Questions : cherchez la réponse Comment se présente le cholestérol dans le sang? Quels

Plus en détail

Peroxisome Proliferator-Activated Receptors (PPARs) et traitements normolipidémiants

Peroxisome Proliferator-Activated Receptors (PPARs) et traitements normolipidémiants CORATA Paris, 8 juin 2007 Peroxisome Proliferator-Activated Receptors (PPARs) et traitements normolipidémiants Patrick Duriez -Université de Lille 2, Faculté de Pharmacie, Faculté de Médecine, Lille -INSERM

Plus en détail

La Santé en mangeant et en bougeant. Muriel Bégueria Diététicienne 14 rue Puech Bérenguier 81000 Albi Tel 0687554444 murieldiet.jimdo.

La Santé en mangeant et en bougeant. Muriel Bégueria Diététicienne 14 rue Puech Bérenguier 81000 Albi Tel 0687554444 murieldiet.jimdo. La Santé en mangeant et en bougeant Muriel Bégueria Diététicienne 14 rue Puech Bérenguier 81000 Albi Tel 0687554444 murieldiet.jimdo.com MANGER POUR RESTER EN BONNE SANTE ET POUR SE FAIRE PLAISIR Construisons

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION

ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION Mardi 24 janvier 2012 au Centre de Formation Multimétiers de REIGNAC L objectif de cet atelier sur la santé est de guider chacun vers une alimentation plus

Plus en détail

Item 179 : Prescription d'un régime diététique

Item 179 : Prescription d'un régime diététique Item 179 : Prescription d'un régime diététique Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Règles de base de la prescription d'un régime alimentaire... 1 2 Principaux régimes...2 ENC :

Plus en détail

ITEM 129 : FACTEURS DE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE ET PREVENTION

ITEM 129 : FACTEURS DE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE ET PREVENTION ITEM 129 : FACTEURS DE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE ET PREVENTION Objectifs pédagogiques terminaux : «expliquer les facteurs de risque cardio-vasculaire et leur impact pathologique», «expliquer les modalités

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2005 CADUET 5 mg/10 mg, comprimé pelliculé Boîte de 28 comprimés pelliculés sous plaquettes thermoformées CIP : 369 304-4 Boîte de 30 comprimés pelliculés

Plus en détail

6 novembre 2014. Modifier son style de vie pour améliorer la dyslipidémie? et pour diminuer le risque cardiovasculaire

6 novembre 2014. Modifier son style de vie pour améliorer la dyslipidémie? et pour diminuer le risque cardiovasculaire 6 novembre 2014 Modifier son style de vie pour améliorer la dyslipidémie? et pour diminuer le risque cardiovasculaire Ulrich Keller, Prof. Dr. med. FMH Endocrinologie-Diabétologie Consultant, Clinique

Plus en détail

Activité physique et alimentation pour le patient diabétique de type 2

Activité physique et alimentation pour le patient diabétique de type 2 Activité physique et alimentation pour le patient diabétique de type 2 Séverine VINCENT http://www.fmc-tourcoing.org http://www.formunof.org http://www.rdo-lille.org L ACTIVITE PHYSIQUE L ACTIVITE PHYSIQUE

Plus en détail

EXPLORATION DES LIPIDES ET LIPOPROTEINES

EXPLORATION DES LIPIDES ET LIPOPROTEINES Faculté de médecine Laboratoire de biochimie EXPLORATION DES LIPIDES ET LIPOPROTEINES S.A HAMMA PLAN DU COURS I- INTRODUCTION II- BILAN LIPIDIQUE 1- Bilan lipidique systématique 2- Bilan lipidique orienté

Plus en détail

Modélisation de rations par programmation linéaire : principe et exemples d application en Nutrition Humaine

Modélisation de rations par programmation linéaire : principe et exemples d application en Nutrition Humaine Modélisation de rations par programmation linéaire : principe et exemples d application en Nutrition Humaine Nicole Darmon Unité Mixte de Recherches en Nutrition Humaine Inserm/Inra Faculté de Médecine

Plus en détail

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LA RESTAURATION SCOLAIRE GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014 Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LES OBJECTIFS Apporter aux enfants une alimentation de Qualité pour répondre à leurs

Plus en détail