Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies. Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies. Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies"

Transcription

1 Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies VI Le Risque Cardiovasculaire associé aux Dyslipidémies 1 ) Facteurs de Risque : Définitions 2 ) Facteurs Majeurs du Risque Cardiovasculaire 3 ) Cholestérol LDL : Indicateur du niveau de Risque Cardiovasculaire Individuel 4 ) Evaluer la Sévérité Artérielle d une Dyslipidémie Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies I Modes d Action des Mesures Hygiéno-Diététiques 1 ) Effets des principaux nutriments et de l exercice physique 2 ) Effets des compléments nutritionnels II Bases Moléculaires des Traitements Médicamenteux 1 ) Les inhibiteurs de l HMGCoA Réductase (statines) 2 ) Les agonistes des récepteurs PPARα (fibrates) 3 ) Les inhibiteurs de l absorption intestinale du cholestérol 1

2 VI Le Risque Cardiovasculaire associé aux Dyslipidémies Les dyslipidémies comportent pour la plupart un potentiel athérogène. Il existe un lien biologique causal entre dyslipidémies et athérosclérose L athérosclérose est une maladie longtemps silencieuse cliniquement. Les complications cardiovasculaires de l athérosclérose sont : - Primaires lorsqu elles surviennent chez un sujet apparemment sain - Secondaires, lorsqu elles surviennent chez un sujet qui présente une maladie cardiovasculaire avérée. L athérosclérose est une maladie multifactorielle. La combinaison d une dyslipidémie avec d autres facteurs de risque d athérosclérose peut accélérer la survenue, augmenter le nombre et la gravité des complications cardiovasculaires. La sévérité des dyslipidémies est évaluée en fonction du niveau de risque d un individu de développer une complication cardiovasculaire dans un délai relativement proche (<10 ans). 2

3 1 ) Facteurs de Risque : Définitions Tout élément physiologique ou pathologique, ou de mode de vie associé à une incidence accrue de maladie. Risque Relatif (RR): Rapport entre le risque des individus qui présentent le facteur, de développer la maladie, et le risque des individus qui ne le présentent pas. Ex: RR=5, risque de mort subite x5, chez les fumeurs / non fumeurs. Risque Absolu (RA) : Probabilité de développer une maladie dans une période donnée (souvent 10 ans). Ex: 3,1% des diabétiques seront décédés d une complication CV dans les 10 ans, en l absence de traitement. Facteurs de Risque Qualitatifs: Facteurs de risque représentés par une qualité ou un état, ou plusieurs classes de cet état. Ex: sexe F ou M. Facteurs de Risque Quantitatifs: Facteurs de risque représentés par une donnée quantifiable. Ex: Pression Artérielle mesurable en mm de Hg. 3

4 2 ) Les Facteurs Majeurs du Risque Cardiovasculaire (AFSSAPS 2005, Facteurs de Risque de Maladie Cardiovasculaire Primaire Non Modifiables Age : Homme >50 ans, Femme >60 ans ou ménopausée Antécédent Familial de Dyslipidémie ou de Maladie Cardiovasculaire Prématurée (apparentés au premier degré, H <55ans, F<65 ans) Modifiables Tabagisme actif ou arrêt <3 ans. Surpoids ou Obésité : IMC (poids/taille 2 ) 27 ou 30 ou tour de taille >100 cm chez l homme ou >90 cm chez la femme. Hypertension Artérielle permanente (PAS >140; PAD >90 mmhg) Diabète Sucré : Glycémie à jeun > 1,26 g/l (7 mmol/l) Hypercholestérolémie: LDL >1,60 g/l (4 mmol/l) Cholestérol HDL bas : HDL <0,40 g/l (1 mmol/l) Facteur de Risque de Maladie Cardiovasculaire Secondaire Antécédent Personnel de maladie cardiovasculaire. Maladie Coronaire, AVC, Artériopathie avérées. 4

5 L Hypercholestérolémie est un facteur de risque de maladie CV Mortalité CV RA /1000/ / 6 ans 16 RR ,00 1,50 2,00 2,50 3,00 Cholestérol (g/l) ,00 1,50 2,00 2,50 3,00 Cholestérol (g/l) Neaton JD et al., Arch Intern Med 1992; 152: Le Cumul des Facteurs de Risque a un effet Multiplicatif sur le risque de maladie cardiovasculaire Mortalité CV / personnes/an DB - DB + Facteurs de Risque Associés 5 STAMLER J. et al. Diabetes Care 1993; 16:

6 3 ) Le cholestérol LDL : indicateur du niveau de risque cardiovasculaire individuel Le Risque Cardiovasculaire est une Fonction Exponentielle du taux de Cholestérol LDL. Taux / à 8 ans Morbidité CV <1,35 1,35-1,54 1,55-1,95 >1,95 g/l Cholestérol LDL Assmann G et al. Eur Heart J 1998 ; 19: A2 - A11 Chaque du LDL-C de 0,30g/L augmente le risque cardiovasculaire d environ 30%, et réciproquement pour la. RR* MCV *échelle logarithmique 0,4 0,7 1,0 1,3 1,6 g/l 1,9 Cholestérol LDL Grundy SM et al. Am J Cardiol 2004; 44: Le taux de Cholestérol LDL est le paramètre lipidique le plus fortement prédictif du risque cardiovasculaire. 6

7 4 ) Evaluer la sévérité artérielle d une dyslipidémie Il n existe pas de taux «normal» de cholestérol LDL Le seuil individuel acceptable du cholestérol LDL dépend du nombre de facteurs de risque associés. LDL-C 2,2 2,2 g/l 1,9 g/l 2,0 1,6 g/l 1,5 1,6 g/l 1,3 g/l 1,0 g/l 1, Facteurs de Risque Cardiovasculaire 3 1,3 g/l 1,0 g/l Coronarien AFSSAPS 2005 Instauration du traitement hygiéno-diététique Instauration du traitement médicamenteux 7

8 Si cholestérol LDL >1,60 g/l et/ou risque élevé Le seuil de cholestérol LDL requis pour débuter un traitement correcteur d une dyslipidémie, dépend du niveau de risque cardiovasculaire du patient. Valeurs de LDL-C en g/l (mmol/l) Catégories de patients Prévention primaire Hommes de moins de 50 ans ou Femmes de moins de 60 ans ou non ménopausées n ayant aucun autre facteur de risque Valeur d instauration du traitement diététique 1,60 (4,1) Objectif du traitement médicamenteux < 2,20 (5,7) Sujets ayant 1 facteur de risque 1,60 (4,1) < 1,90 (4,9) Sujets ayant 2 facteurs de risque 1,60 (4,1) < 1,60 (4,1) Sujets ayant 3 facteurs de risque ou plus 1,30 (3,4) < 1,30 (3,4) Prévention secondaire Diabéte compliqué, ou risque très élevé 1,00 (2,6) < 1,00 (2,6) AFSSAPS

9 Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies I Modes d Action des Mesures Hygiéno-Diététiques 1 ) Effets des aliments et de l exercice physique Lipides alimentaires - Acides Gras Saturés : - VLDL, chylos, TG (assemblage, sécrétion, LPL); - LDL, CT (inhibition de l expression du LDLR) - Chaque 1% des AEJ = 1,34% LDL-C Crème, Beurre et dérivés Oeufs et dérivés Fritures Viennoiseries, Pâtisseries Charcuteries Fromages Viandes Mammifères - Acides Gras Monoinsaturés : - effet globalement neutre - HDL, LDL, TG Olives, et autres graines oléagineuses Volailles - Acides Gras Poly-Insaturés : - VLDL, chylos, TG (assemblage, sécrétion, LPL); - LDL, CT - Chaque 1% des AEJ = 0,59% LDL-C Oléagineux (AGPI n-3) Oléagineux (AGPI n-6) Poissons - Cholestérol - LDL (inhibition de l expression du LDLR) - Chaque 100mg des AEJ = 3,3% LDL-C Oeufs et dérivés Fruits de Mer 9

10 Hydrates de Carbone - Surtout sucres rapides - VLDL, TG (assemblage, sécrétion); - HDL Alcool - VLDL, TG (assemblage, sécrétion); - HDL ( lipase hépatique, transport inverse); Céréales Féculents Pain Biscuits Confiseries Alcools Le degré Boissons Sucrées Végétaux - VLDL, TG (assemblage, sécrétion); - LDL, CT (absorption); - HDL, source d anti-oxydants Fruits et Légumes Exercice Physique - VLDL, TG ( LPL); - HDL ( LPL, transport inverse); 10

11 2 ) Effets des compléments nutritionnels Acides Gras Oméga-3 (n- 3) à longues chaînes EPA COOH DHA COOH - EPA (20:5, n-3) ou DHA (22:6, n-3): purifié, protégé, concentré, 1 g/j. - VLDL, TG (assemblage, sécrétion); - chylomicrons (assemblage, sécrétion); - HDL ( transport inverse); - Anti-inflammatoires, anti-thrombotiques, anti-arythmiques chez les sujets coronariens. Stérols et Stanols végétaux CH 3 CH 2 CH 3 campestérol stigmastérol CH 2 CH 3 CH 2 CH 3 β-sitostérol stigmastanol - LDL, CT (absorption, compétition pour NPC1L1); % de réduction du cholestérol LDL pour 2 g/j. - Effets anti-athérogènes non validés 11

12 3 ) Importance des équilibres entre nutriments Parts en % des Différents Nutriments dans l Energie Ingérée Chasseurs Cueilleurs Agriculteurs Sociétés Urbanisées >40 Lipides Sucres Rapides Sucres Lents Protéines Sel (g/j) Fibres (g/j) Bases d un régime hypolipémiant Lipides < 30% des Apport Energétiques Journaliers (AEJ) AGS < 10% des Apport Energétiques Journaliers (AEJ) Sucres rapides et alcool AGPI 10% des Apport Energétiques Journaliers (AEJ) Fibres et végétaux 12

13 II Bases Moléculaires des Traitements hypolipémiants 1 ) Les inhibiteurs de l HMGCoA réductase (statines) Inhibiteurs de la biosynthèse du cholestérol. - Les statines induisent une baisse partielle et transitoire de la biosynthèse intracellulaire de cholestérol. - Activation de facteurs transcription sensibles aux stérols, les SREBP (Sterol Responsive Element Binding Proteins), consécutive à la du CT intracellulaire. - Les SREBPs modulent l expression de multiples protéines impliquées dans l homéostasie des stérols et des lipides, dont le récepteur des LDL. - L augmentation des capacités cellulaires d endocytose des LDL (par du nombre de récepteurs), résulte en une baisse des taux de LDL circulantes. Récepteurs des LDL Biosynthèse du cholestérol HMGCoA Réductase Statines Inhibition Endocytose des LDL Cholestérol Activation SREBP Biosynthèse des récepteurs 13

14 Les statines ont un effet anti-athérogène global N HMG-CoA Reductase C HMGCoA Effets Cellulaires Mévalonate Inflammation Activation Voie du Mévalonate Dérivés Prénylés Energétique cellulaire Squalène Cycle Cellulaire Cholestérol Matrice Extracellulaire Assemblage des VLDL Membranes cellules spumeuses Transport Inverse Endocytose des LDL Les statines ont un effet majeur sur les LDL - Elles agissent principalement au niveau du foie. - Leur action est marginale sur les VLDL et le transport inverse. - Elles n ont pas d action sur la voie exogène. - CT, LDL, effet modeste sur les HDL et les TG. 14

15 2 ) Les agonistes des récepteurs PPARα (fibrates) Les récepteurs nucléaires PPARs - PPAR: Peroxisome Proliferator Activated Receptors - Récepteurs nucléaires hormonaux dont les ligands sont des dérivés de lipides. - Interagissent avec l ADN (éléments PPRE) sous forme d hétérodimères avec les récepteurs à l acide rétinoïque (RXR). - Cette classe de récepteurs compte 3 protéines : PPARα, PPARβ/δ, PPARγ Dérivé d acide gras (AG) AG AR Dérivé de l acide rétinoïque (AR) PPAR RXR Peroxydation Inflammation Métabolisme Energétique (Lipides, Glucides) Prolifération Différentiation 15

16 Les fibrates sont des agonistes des récepteurs PPARα - Les récepteurs PPARα sont exprimés dans le foie où agissent les fibrates. - Ils stimulent la dégradation intrahépatique des AG (béta-oxidation). - Ils stimulent la lipolyse des VLDL et des résidus ( LPL). - Ils stimulent le transport inverse du cholestérol ( A1 et A2 des HDL, transporteurs ABC1 et SRB1) Apo A-1 FIBRATE SR-B1 HDL PPARα ABC 1 Apo A-2 LPL J.C. Fruchart, Handbook of Dyslipidemia and Atherosclerosis Elsevier Science Limited. Ils sont ciblés sur le métabolisme des TG et des HDL - TG, CT, HDL, effet modeste sur les LDL. 16

17 3 ) L inhibition de l absorption intestinale du cholestérol Les résines - Résines échangeuses d ions (colestyramine). - Chélatent le cholestérol et les acides biliaires dans la lumière intestinale. - Ne passent pas la barrière intestinale. Les inhibiteurs de NPC1-L1 - Inhibiteurs spécifiques de l absorption intestinale du cholestérol. - Inhibition partielle de l absorption des stérols végétaux. Action sur le recyclage intestinal du cholestérol - CT, LDL, effet modeste sur le transport inverse. - Pas d effet sur l absorption des TG, ou la voie exogène. Synergie avec l inhibition de la biosynthèse du CT. - CT, LDL. 17

18 Résines AB HMGCoA Aliments Bile Plasma NPC1L1 Inhibition de l Absorption Absorption : l HMGCoAR hépatique compense pour le défaut de recyclage du cholestérol Résines Aliments AB HMGCoA Statines Bile Plasma NPC1L1 Inhibition de l absorption Absorption + HMGCoAR : synergie sur la voie endogène du transport du cholestérol 18

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE E.I.A CARDIO : BIOLOGIE A SAVOIR ABSOLUMENT( ou pas ) - La formule de Friedewald et ses conditions d application - Les différentes classes de dyslipidémie - Les différents facteurs de risques cardiovasculaires

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PLAN : 34 diapositives ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES DEFINITION OBJECTIFS LA PREVENTION PRIMAIRE: 2 diapositives(6 étapes essentielles) LE

Plus en détail

10 Structure et catabolisme des Lipoprotéines

10 Structure et catabolisme des Lipoprotéines 10 Structure et catabolisme des Lipoprotéines Deux sources principales de lipides pour l organisme : Exogènes : via l intestin Endogènes : via le foie Les lipides circulent dans le sang en association

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Diététique de la dyslipidémie

Diététique de la dyslipidémie Diététique de la dyslipidémie 1) Définition Anomalie du métabolisme des lipides à l origine de perturbations biologiques. On peut observer : - Une hypercholestérolémie : augmentation isolée du cholestérol

Plus en détail

PRINCIPES DE NUTRITION

PRINCIPES DE NUTRITION Module MI 1: «Métabolisme et nutrition» PRINCIPES DE NUTRITION «Mal alimentation» But alimentation Apports : Sous-nutrition +++ Insuffisance Mauvaise proportion Carences Sur-nutrition Obésité, Cancers

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE. Comité scientifique

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE. Comité scientifique PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE Comité scientifique ASPECTS ÉPIDÉMIOLOGIQUES Première cause de mortalité et de handicap dans les pays développés, les maladies cardio-vasculaires

Plus en détail

n 18 de la micronutrition Dossier : Les quatre secrets pour mieux protéger ses artères

n 18 de la micronutrition Dossier : Les quatre secrets pour mieux protéger ses artères n 18 Dossier : Les quatre secrets pour mieux protéger ses artères Édito Protéger ses artères : trop d information tue l information Stopper les graisses, faire baisser le cholestérol, perdre du poids,

Plus en détail

Sources énergétiques disponibles chez l homme (70 kg) en début de jeûne: Sources d énergie: Poids (kg) kj

Sources énergétiques disponibles chez l homme (70 kg) en début de jeûne: Sources d énergie: Poids (kg) kj Sources énergétiques disponibles chez l homme (70 kg) en début de jeûne: Sources d énergie: Poids (kg) kj Triacylglycérols (tissu adipeux) 15 589.000 (39/g) Protéines (muscles) 6 100.000 (16/g) Glycogène

Plus en détail

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS Pour mieux comprendre le rôle des différents composants de notre alimentation, Oh!Céréales vous livre l essentiel sur les nutriments. Les calories Calories : c est l unité de mesure

Plus en détail

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé?

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? René Valéro Service Nutrition-Maladies Métaboliques-Endocrinologie Hôpital de la Timone Marseille Incidence maladies cardiovasculaires du sujet âgé

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique des cofacteurs de risque dans le diabète de type 2. Dr Stéphanie Malvaux Octobre 2007

Prise en charge thérapeutique des cofacteurs de risque dans le diabète de type 2. Dr Stéphanie Malvaux Octobre 2007 Prise en charge thérapeutique des cofacteurs de risque dans le diabète de type 2 Dr Stéphanie Malvaux Octobre 2007 Introduction RCV plus important chez le DT2 DT2 par 2 à 4 le risque de maladie coronaire

Plus en détail

Microbiote intestinal et obésité: sur la piste des endotoxines bactériennes. Marie-Caroline MICHALSKI, DR INRA Laboratoire CarMeN, Lyon

Microbiote intestinal et obésité: sur la piste des endotoxines bactériennes. Marie-Caroline MICHALSKI, DR INRA Laboratoire CarMeN, Lyon Microbiote intestinal et obésité: sur la piste des endotoxines bactériennes Marie-Caroline MICHALSKI, DR INRA Laboratoire CarMeN, Lyon Problématique Sédentarité, régime déséquilibré Obésité Diabète de

Plus en détail

Alimentation Les groupes d aliments

Alimentation Les groupes d aliments Alimentation Les groupes d aliments Au nombre de sept, les groupes d aliments permettent une classification simplifiée des aliments. Ce classement se fait par leurs teneurs en nutriments (protéines, lipides,

Plus en détail

Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors?

Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors? Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors? Magali Jacobs Cellule de Recherche et d Expertise Diététique de l Intitut Paul Lambin (CeRED-IPL) Plan de l exposé «Senior»? Prévention

Plus en détail

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL. GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL. GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES Risque Cardiovasculaire global Certains comportements de notre vie de tous les jours augmentent notre probabilité de faire

Plus en détail

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez Énergie et nutrition Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez L alimentation dans le monde Bcp de maladies liées à notre type d alimentation Malnutrition Excès ou carence de nutriments

Plus en détail

Item 129 : Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention

Item 129 : Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention Item 129 : Facteurs de risque cardiovasculaire et prévention Auteur(s) BONGARD Vanina FERRIERES Jean Date de création du document 10/01/09 Table des matières * Introduction... 1 1 Item 129-1 : Expliquer

Plus en détail

Le Cholestérol. Jacques MANSOURATI CHU BREST

Le Cholestérol. Jacques MANSOURATI CHU BREST Vrai ou Faux Le cholestérol est inutile à l organisme humain L alimentation est la principale source de cholestérol Seul le taux de cholestérol total est important dans la prévention des maladies cardiovasculaires

Plus en détail

Dossier Enseignant «A Table» Cap Sciences 2004.

Dossier Enseignant «A Table» Cap Sciences 2004. Une bonne nutrition est un incontestable facteur de bonne santé. Dans la médecine traditionnelle chinoise, certains aliments bien utilisés servent de remèdes pour prévenir et traiter des maladies. Si la

Plus en détail

PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins

PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins Rappel 5 e : la digestion Les nutriments utilisés par les organes proviennent de la digestion

Plus en détail

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine)

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine) Les Dyslipidémies La particule lipidique N 129. Facteurs de risque cardio-vasculaire et prévention. Expliquer les facteurs de risques cardio-vasculaire et leur impact pathologique Expliquer les modalités

Plus en détail

Cas de Monsieur E. : diabète de type 2

Cas de Monsieur E. : diabète de type 2 Cas de Monsieur E. : diabète de type 2 J ai choisi le cas de Monsieur E. car la diététique a un rôle essentiel dans l amélioration du diabète de type 2 en équilibrant l alimentation et en luttant contre

Plus en détail

Risque cardiovasculaire et intervention nutritionnelle

Risque cardiovasculaire et intervention nutritionnelle Risque cardiovasculaire et intervention nutritionnelle Valérie Miserez Diététicienne diplômée ES Département de médecine communautaire et de premier recours Valerie.miserez@hcuge.ch Abréviations MCV: maladies

Plus en détail

Les alicaments. } L alicament ou aliment fonctionnel est une invention de l industrie agro-alimentaire combinant la notion d aliment et de médicament.

Les alicaments. } L alicament ou aliment fonctionnel est une invention de l industrie agro-alimentaire combinant la notion d aliment et de médicament. Qu est-ce qu un alicament? (également appelé aliment fonctionnel ou nutraceutique) } L alicament ou aliment fonctionnel est une invention de l industrie agro-alimentaire combinant la notion d aliment et

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

Matières grasses, aliments à base de soja et santé cardiaque Faire le point sur les données scientifiques

Matières grasses, aliments à base de soja et santé cardiaque Faire le point sur les données scientifiques Matières grasses, aliments à base de soja et santé cardiaque Faire le point sur les données scientifiques Position officielle du comité consultatif scientifique d ENSA Introduction Depuis de nombreuses

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone

Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone, d abord à une dose de charge, puis à une dose d entretien de 5 comprimés

Plus en détail

Les lipides. Thérapeutique?

Les lipides. Thérapeutique? Thérapeutique? Exercice physique +++ Metformine: pas de risque d hypoglycémie, attention si insuffisance rénale, Sulfonylurées: risque d hypoglycémie, débuter à faible dose Les lipides réserves 97 % =

Plus en détail

Nutrition et viande bovine Française

Nutrition et viande bovine Française Nutrition et viande bovine Française Rôle et missions du CIV Contribuer à la connaissance et la compréhension des éléments scientifiques relatifs aux questions sociétales des filières élevage et viandes

Plus en détail

Exploration du métabolisme lipidique

Exploration du métabolisme lipidique Exploration du métabolisme lipidique Les principaux lipides le cholestérol (utilisé par les cellules pour la synthèse de leurs membranes) les triglycérides (substrat énergétique) les phospholipides (constituants

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 49 SOMMAIRE Les seniors Les chiffres clés Les habitudes alimentaires des seniors Les recommandations Les alternatives Herbalife Les compléments alimentaires

Plus en détail

Impact métabolique des acides gras _. Importance du degré d insaturation

Impact métabolique des acides gras _. Importance du degré d insaturation Impact métabolique des acides gras _ Importance du degré d insaturation Dominique Hermier Unité 914, Paris Physiologie de la nutrition et du comportement alimentaire Plan Les familles d acides gras Acides

Plus en détail

NEPALM ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT. Fénofibrate... 140,00 mg Pour une gélule

NEPALM ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT. Fénofibrate... 140,00 mg Pour une gélule NEPALM 1. NOM DU MEDICAMENT FEGENOR 140 mg, gélule ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Fénofibrate... 140,00 mg Pour une gélule Pour la liste complète

Plus en détail

Validation d un questionnaire de fréquence alimentaire court et qualitatif

Validation d un questionnaire de fréquence alimentaire court et qualitatif Validation d un questionnaire de fréquence alimentaire court et qualitatif J. Giovannelli, UMR 744, Institut Pasteur de Lille C. Simon, CARMEN, INSERM U1060, Université de Lyon / INRA U1235 J. Ferrieres,

Plus en détail

Quelles informations les étiquettes doivent-elles obligatoirement reprendre?

Quelles informations les étiquettes doivent-elles obligatoirement reprendre? Étiquette alimentaire Une partie des informations reprises sur les étiquettes alimentaires est imposée par la loi et est donc obligatoire. La législation belge se base sur des directives européennes. Quelles

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL?

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PLAN DE L EXPOSÉ 1. INTRODUCTION 1.1 ÉPIDÉMIOLOGIE 1.2 FACTEURS ENTRAÎNANT UNE PRISE DE POIDS 2. RISQUES LIÉS AU SURPOIDS ET À

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires. mercredi 17 avril 2013

Maladies cardiovasculaires. mercredi 17 avril 2013 Maladies cardiovasculaires? Maladies cardiovasculaires et équilibre alimentaire Plan : Facteurs de risque Objectifs nutritionnels du PNNS en lien avec les MCV Contenu de la prévention nutritionnelle Hypertension

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Facteurs de risque cardio-vasculaire DR PASCAL MOTREFF, SERVICE DE CARDIOLOGIE ET MALADIES VASCULAIRES, CHU CLERMONT-FERRAND

Facteurs de risque cardio-vasculaire DR PASCAL MOTREFF, SERVICE DE CARDIOLOGIE ET MALADIES VASCULAIRES, CHU CLERMONT-FERRAND DR PASCAL MOTREFF, SERVICE DE CARDIOLOGIE ET MALADIES VASCULAIRES, CHU CLERMONT-FERRAND Les maladies cardiovasculaires représentent la première cause de mortalité dans les pays industrialisés et sont en

Plus en détail

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention E01-1 E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention Un facteur de risque est défini comme une condition associée à une augmentation de l incidence de la maladie avec un lien supposé

Plus en détail

EQUILIBRE ALIMENTAIRE

EQUILIBRE ALIMENTAIRE EQUILIBRE ALIMENTAIRE Sommaire Pourquoi mange t'on? Qu'est ce qui influence notre alimentation? Pourquoi manger équilibré? Comment manger équilibré? Les différents groupes d'aliments. La composition des

Plus en détail

المجلةالصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Les maladies cardio-vasculaires sont la cause principale de morbidité et de mortalité dans les pays industrialisés. Elles sont

Plus en détail

L olivier et les sciences L alimentation méditerranéenne

L olivier et les sciences L alimentation méditerranéenne Enseignant 7.1 Les fiches pédagogiques Enseignant vous offrent un diaporama des principales données sur l oivier et les sciences. Notes La fiche Les outils Enseignant vous propose des exercices sous forme

Plus en détail

L alimentation : Comment bien se nourrir?

L alimentation : Comment bien se nourrir? Sciences Andrée Otte L alimentation : Comment bien se nourrir? Chaque jour, on a besoin de manger et de boire : l alimentation est indispensable à la vie. Une bonne alimentation est l une des clés essentielles

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE L ÉTIQUETAGE NUTRITIONNEL

MIEUX COMPRENDRE L ÉTIQUETAGE NUTRITIONNEL MIEUX COMPRENDRE L ÉTIQUETAGE NUTRITIONNEL La valeur énerétique, késako? La valeur énerétique correspond à l apport calorique de l aliment, affichée en kcal (kilocalories) ou kj (kilojoules). Elle peut

Plus en détail

Apport quotidien moyen recommandé 2200 à 2800 kcal. Ces besoins sont variables selon l'âge, le sexe, le poids et l'activité physique.

Apport quotidien moyen recommandé 2200 à 2800 kcal. Ces besoins sont variables selon l'âge, le sexe, le poids et l'activité physique. POUR UNE ALIMENTATION EQUILIBREE, BESOINS ET RYTHMES ALIMENTAIRES I- BESOINS NUTRITIONNELS L'alimentation de l'adolescent doit : - Respecter la répartition et l équilibre entre les principaux nutriments

Plus en détail

Bon Usage et Place des Statines

Bon Usage et Place des Statines Bon Usage et Place des Statines Pascale BENLIAN Endocrinologie - Métabolisme Hôpital Saint-Antoine pascale.benlian@sat.ap-hop-paris.fr 1990 Premières Statines Inhibiteurs de la Biosynthèse du Cholestérol

Plus en détail

UE NUTRITION. L2 Maïeutique. Ce sujet comporte 5 pages (page de garde comprise) et 15 QCM :

UE NUTRITION. L2 Maïeutique. Ce sujet comporte 5 pages (page de garde comprise) et 15 QCM : UE NUTRITION L2 Maïeutique Session Janvier 2014 - Durée de l épreuve : 30 minutes Ce sujet comporte 5 pages (page de garde comprise) et 15 QCM : Pensez à vous identifier (numéro de table, numéro étudiant,

Plus en détail

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Les maladies cardiovasculaires chez la femme Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Aucun conflit d intérêt à déclarer Objectifs 1. Particularité des différents facteurs de risque CV 2. Présentations

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Comment manger mieux au quotidien?

Comment manger mieux au quotidien? Comment manger mieux au quotidien? Alimentation : généralités Une alimentation équilibrée comporte : - Eau : au moins 1,5 l/jour - Fruits et légumes : crus et cuits 5 portions/jour - Féculents : pain,

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves?

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Rémy Boussageon Département de Médecine Générale de Poitiers Conseil scientifique du CNGE Un Exemple Un homme de 50

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE - SUIVI INFIRMIER

AIDE-MÉMOIRE - SUIVI INFIRMIER AIDE-MÉMOIRE - SUIVI INFIRMIER Programme de TRANSformation des pratiques cliniques InTerprofessionnelles pour améliorer la qualité des soins préventifs en première ligne AIDE-MÉMOIRE POUR LE SUIVI INFIRMIER

Plus en détail

Les insectes dans notre alimentation, rêve ou réalité?

Les insectes dans notre alimentation, rêve ou réalité? Parole d expert Les insectes dans notre alimentation, rêve ou réalité? Panel d experts autour de Eric HAUBRUGE, Vice-Recteur de Gembloux Agro Bio Tech et Frédéric FRANCIS, ULg - Unité d entomologie Avec

Plus en détail

L acide myristique du lait : ami ou ennemi?

L acide myristique du lait : ami ou ennemi? LA PAROLE EST À LA DÉFENSE! L acide myristique du lait : ami ou ennemi? Dr Henry Dabadie Service de nutrition, hôpital Haut-Lévêque, CHU de Bordeaux Médecin chercheur, le docteur Dabadie vient d'animer

Plus en détail

aliment? Quelle conclusion en tirer?

aliment? Quelle conclusion en tirer? Comment lire l étiquetage d un Zeynep YAGMUR aliment? Quelle conclusion en tirer? Diététicienne au Réseau Santé diabète De quoi est composé l étiquetage? = mention sur un aliment pour indiquer des informations

Plus en détail

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé Qu est ce qu un accident cardio-vasculaire? Et quelle en est la cause? L athérosclérose

Plus en détail

Les diabètes et Les gens de mer

Les diabètes et Les gens de mer Les diabètes et Les gens de mer La vie à bord Confinement Eloignement Majoration des risques Les complications Accidents aigus hypoglycémie acido-cétose Complications dégénératives cardiovasculaire infections,

Plus en détail

LES INHIBITEURS DE L HMG-CoA RÉDUCTASE

LES INHIBITEURS DE L HMG-CoA RÉDUCTASE Office canadien de coordination de l évaluation des technologies de la santé LES INHIBITEURS DE L HMG-CoA RÉDUCTASE Analyse des études cliniques et des évaluations pharmacoéconomiques publiées Rapport

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante : MEDIATOR 150 mg, comprimé enrobé

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail

Pour mieux comprendre...

Pour mieux comprendre... Pour mieux comprendre... Vous trouverez dans ce document quelques définitions de termes scientifiques utilisés dans la rubrique pour vous permettre de mieux comprendre le contenu des articles et la base

Plus en détail

I/ Importance du problème

I/ Importance du problème 129 IV FACTEURS DE RISQUE CARDIOVASCULAIRE - PREVENTION SECONDAIRE Pr Jean Ferrières Jan 2002 La prévention secondaire se définit comme la mise en œuvre de modalités pharmacologiques et non pharmacologiques

Plus en détail

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Traiter pourquoi? Dyslipidémie et pathologies rénales? Pathologie rénale Cholestérol total LDL-c

Plus en détail

RELATION ENTRE LE NON HDL CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE

RELATION ENTRE LE NON HDL CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE CONGRES FRANCO-MAGHREBIN DE MEDECINE INTERNE 17 Mars Gammarth 2011 RELATION ENTRE LE NON HDL CHOLESTEROL ET ATHEROSCLEROSE CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE TYPE 2 Ben Ahmed I, Ben Dahmen F, Bouzaidi

Plus en détail

Les lipides et dérivés

Les lipides et dérivés UE1 : Biochimie Les lipides et dérivés Partie 5 : Digestion, absorption et transport des lipides Partie 6 : Méthodes d analyse Isabelle Hininger-Favier Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier

Plus en détail

Dyslipidémies Comment respecter les objectifs en prévention secondaire

Dyslipidémies Comment respecter les objectifs en prévention secondaire Dyslipidémies Comment respecter les objectifs en prévention secondaire Dr Michel Issa-Sayegh Unité d Endocrinologie-Diabétologie et Maladies Métaboliques Clinique Médicale Plein Ciel Groupe Tzanck-Mougins

Plus en détail

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Endocrino.net Polycopié national Page 1 sur 10 Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Les messages clés 1) Tous les patients qui ont soit une augmentation des triglycérides (>1,50

Plus en détail

Aliments : Matières solides ou liquides d origines animales et végétales que l on ingère.

Aliments : Matières solides ou liquides d origines animales et végétales que l on ingère. 2. Les Aliments Lire p.71 2 définitions: Aliments : Matières solides ou liquides d origines animales et végétales que l on ingère. Nutriments (aliments simples): Substances nutritives contenues dans les

Plus en détail

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES Session 2011 BACCALAUREAT TECHNLGIQUE SERIE : ST2S SCIENCES ET TECHNLGIES DE LA SANTE ET DU SCIAL EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES Durée de l épreuve : 2 heures Coefficient : 3 L usage de la

Plus en détail

Les grandes familles d aliments - Recommandations nutritionnelles

Les grandes familles d aliments - Recommandations nutritionnelles Les grandes familles d aliments - Recommandations nutritionnelles 1 1- Les grandes familles d aliments 7 familles (avec boissons). Aliments d une même famille : interchangeables Ä Bol de lait = morceau

Plus en détail

Comportements alimentaires et satisfaction des besoins.

Comportements alimentaires et satisfaction des besoins. PARTIE II : ALIMENTATION, PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 Comportements alimentaires et satisfaction des besoins. Introduction : L organisme prélève dans son milieu les aliments qu

Plus en détail

: Médicament d alerte élevée

: Médicament d alerte élevée Adultes Enfants Ambulatoire SÉCURITÉ: Courte durée Longue durée TENEURS ET FORMES DISPONIBLES AU CSSSL: Atorvastatine: comprimés de 10 mg, 20 mg, 40 mg et 80 mg Fluvastatine: capsules de 20 mg, 40 mg Fluvastatin

Plus en détail

DU BILAN LIPIDIQUE À LA RÉTINE. Dr Isabelle Aknin Golfe Juan - Clinique Oxford à Cannes luteine@gmail.com

DU BILAN LIPIDIQUE À LA RÉTINE. Dr Isabelle Aknin Golfe Juan - Clinique Oxford à Cannes luteine@gmail.com DU BILAN LIPIDIQUE À LA RÉTINE Dr Isabelle Aknin Golfe Juan - Clinique Oxford à Cannes luteine@gmail.com Il y a du cholestérol dans les drusen Il y a un terrain commun aux pathologies cardiovasculaires

Plus en détail

Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon. Amélie BARRE DES hépato-gastro

Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon. Amélie BARRE DES hépato-gastro Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon Amélie BARRE DES hépato-gastro ANATOMIE PHYSIOLOGIE : absorption Duodéno-jéjunale : eau (44%) électrolytes (Na 13%, K, Ca, Mg) glucides,

Plus en détail

Glucides Protéines - Lipides

Glucides Protéines - Lipides Glucides Protéines Lipides Le GPL dont notre corps a besoin Les Glucides ou s, moitié de nos calories. Ils sont notre carburant. doivent apporter un peu plus de la Mais où se cachentils? Dans tous les

Plus en détail

Foire aux questions. www.nutreine.fr

Foire aux questions. www.nutreine.fr Foire aux questions PHILOBIO est un programme de complémentation alimentaire biologique à base de farine de lin, de sarrasin et de fenouil, de fibres solubles d agave et de polyphénols de raisin et de

Plus en détail

Graisses & Huiles Graisses & Huiles

Graisses & Huiles Graisses & Huiles Graisses & Huiles Graisses & Huiles Les dix questions les plus fréquentes Les graisses assurent plusieurs fonctions importantes dans l organisme. Outre leur rôle de fournisseur d énergie, les graisses

Plus en détail

NUTRITION & CANCERS. Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention

NUTRITION & CANCERS. Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention NUTRITION & CANCERS Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention 2 3 NUTRITION ET PRÉVENTION DES CANCERS FAITS SCIENTIFIQUES ET DE PRÉVENTION

Plus en détail

BASES D UNE ALIMENTATION. Régine GAUL AOUIZERATE

BASES D UNE ALIMENTATION. Régine GAUL AOUIZERATE BASES D UNE ALIMENTATION EQUILIBREE Régine GAUL AOUIZERATE LA SANTE DEFINITION «La santé est un état de complet bien- être physique, mental et social et pas seulement l absence de maladie ou d infirmité»

Plus en détail

Lipoprotéines. TG et CE. Cholestérol. Différence en densité, taille, composition lipidique et protéique, mobilité électrophorétique

Lipoprotéines. TG et CE. Cholestérol. Différence en densité, taille, composition lipidique et protéique, mobilité électrophorétique Lipoprotéine ine TG et CE Apolipoprotéines Cholestérol Assemblage non covalent de lipides et d apolipoprotéines Phospholipides Complexe sphérique Surface : Phospholipide, Apolipoprotéine, Cholestérol libre

Plus en détail

UE 4.1 S1 Soins de confort et de bien être Compétence 3 GROUPE 2

UE 4.1 S1 Soins de confort et de bien être Compétence 3 GROUPE 2 UE 4.1 S1 Soins de confort et de bien être Compétence 3 GROUPE 2 1 Pour aborder la prise en charge d un patient, il est essentiel de connaître et d acquérir certaines connaissances relatives à son alimentation.

Plus en détail

Un adulte sur deux en France présente une anomalie lipidique. L hypercholestérolémie est la plus fréquente de ces anomalies. Considéré comme un des

Un adulte sur deux en France présente une anomalie lipidique. L hypercholestérolémie est la plus fréquente de ces anomalies. Considéré comme un des Un adulte sur deux en France présente une anomalie lipidique. L hypercholestérolémie est la plus fréquente de ces anomalies. Considéré comme un des principaux ennemis de nos artères, le «mauvais» cholestérol

Plus en détail

Abdel Khalil, Ph.D. Département de médecine. Service de gériatrie Université de Sherbrooke

Abdel Khalil, Ph.D. Département de médecine. Service de gériatrie Université de Sherbrooke Abdel Khalil, Ph.D. Département de médecine. Service de gériatrie Université de Sherbrooke L athérosclérose Une maladie inflammatoire chronique des grosses artères, à localisation intimale, dont l agent

Plus en détail

LES DYSFONCTIONS THYROÏDIENNES SUBCLINIQUES. Dre Andrée Boisselle endocrinologue CRSSS-RN Octobre 2008

LES DYSFONCTIONS THYROÏDIENNES SUBCLINIQUES. Dre Andrée Boisselle endocrinologue CRSSS-RN Octobre 2008 LES DYSFONCTIONS THYROÏDIENNES SUBCLINIQUES Dre Andrée Boisselle endocrinologue CRSSS-RN Octobre 2008 Objectifs Au terme de cet exposé, les participants pourront 1- identifier les états cliniques correspondants

Plus en détail

Une édition de la Mutualité libérale. Cholestérol. ENTRETENEZ VOTRE CAPITAL SANTé!

Une édition de la Mutualité libérale. Cholestérol. ENTRETENEZ VOTRE CAPITAL SANTé! Une édition de la Mutualité libérale Cholestérol ENTRETENEZ VOTRE CAPITAL SANTé! 2 Introduction Les maladies cardiovasculaires sont une importante cause de décès chez les hommes et chez les femmes. Un

Plus en détail

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie Dr Laurence PLUMEY LE GR AND LIVRE DE L ALIMENTATION Connaître les aliments Bien se nourrir à tout âge de la vie, 2014 ISBN : 978-2-212-55740-4 Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation Table des

Plus en détail

Alimentation, Anti-Oxydants et Cancer:

Alimentation, Anti-Oxydants et Cancer: Alimentation, Anti-Oxydants et Cancer: Dr François PEIN Département de Recherche Thérapeutique, CLCC Nantes-Atlantique, centre René Gauducheau 1 er février 2010 L incidence du Cancer n a cessé d augmenter

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

Conférence Sport Santé. 27 Mai 2016

Conférence Sport Santé. 27 Mai 2016 Conférence Sport Santé 27 Mai 2016 Conférencier : Bernard BAUDET 1 / SOMMAIRE 1. Introduction 2. Le Cœur : description anatomique et fonctionnement du système CV ( Cardio Vasculaire ) 3. Les effets de

Plus en détail

Le sucre et les graisses cachées. La lecture des étiquettes alimentaires 26/09/2013

Le sucre et les graisses cachées. La lecture des étiquettes alimentaires 26/09/2013 Programme facteur de risques cardiovasculaires Déroulement de l atelier Atelier alimentation présenté par, diététicienne et ingénieur en nutrition Comment se nourrir quand on a des facteurs de risque cardiovasculaire?

Plus en détail

Les dyslipidémies. Dr Irène Boronczyk Crépy en Valois

Les dyslipidémies. Dr Irène Boronczyk Crépy en Valois Les dyslipidémies Il existe un équilibre entre les différents types d acides gras : - saturés : AGS - mono-insaturés : AGMI - poly-insaturés : AGPI Dr Irène Boronczyk Crépy en Valois Incidence des déséquilibres

Plus en détail