I. LE SENTIMENT DES FRANÇAIS FACE AU RISQUE DE CAMBRIOLAGE À LA VEILLE DES DÉPARTS EN VACANCES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. LE SENTIMENT DES FRANÇAIS FACE AU RISQUE DE CAMBRIOLAGE À LA VEILLE DES DÉPARTS EN VACANCES"

Transcription

1 I. LE SENTIMENT DES FRANÇAIS FACE AU RISQUE DE CAMBRIOLAGE À LA VEILLE DES DÉPARTS EN VACANCES Les principaux enseignements de l étude SOFRES-ASSA ABLOY - MAi La perception et l expérience du cambriolage 1.2 Le niveau d équipement des Français et les freins qui empêchent une meilleure protection du domicile 1.3 À la perspective des grandes vacances I M P O RTANT : Si vou souhaitez exploiter les résultats de cette enquête, veuillez ne pas omettre la mention obligatoire : Grande enquête SOFRES-OBSERVATOIRE DE LA SÉCURITÉ ASSA ABLOY réalisée en février 2002 par téléphone auprès d un échantillon national de 1000 personnes représentatives de la population âgée de 18 ans et plus. Les résultats présentés ici constituent un extrait de l ensemble des résultats. Si vous souhaitez obtenir d autres chiff res, contactez le service de pre s s e.

2 1.1 La perception et l expérience du cambriolage Le cambriolage, un phénomène courant La troisième vague de l Observatoire de la Sécurité ASSA ABLOY confirme et amplifie la tendance observée les années précédentes : le cambriolage est de plus en plus perçu par les Français comme un phénomène courant. Ils sont en effet 92% à estimer que les cambriolages sont fréquents, dont 43% les perçoivent comme très fréquents. Or ces chiffres sont en nette hausse: ils étaient 82% à juger les cambriolages fréquents en mars 2000, dont 21% très fréquents, et 85% en février 2001, dont 28% très fréquents. Participant au climat d insécurité qui caractérise actuellement la société française, le cambriolage est désormais perçu comme un risque réel pour chacun, et non plus comme un accident réservé aux autre s. L évolution du sentiment des Français quant à la fréquence des cambriolages 82% 85% 92% fréquent 21% 28% 43% très fréquent Une perception différente du cambriolage selon l âge et les catégories sociales Conséquence de cette perception accrue du cambriolage : dans toutes les couches de la population, il est considéré comme fréquent à plus de 80%. Si cette opinion est donc généralisée, elle varie cependant en intensité selon la catégorie considérée. Ainsi, la proportion de ceux qui considèrent le cambriolage comme très fréquent augmente continuellement avec l âge, passant de 28% chez les ans à plus de 50% chez les 50 ans et plus. De même, elle apparaît plus marquée dans certaines catégories sociales : les commerçants, artisans et chefs de petites entreprises (43%), les ouvriers (43%) et les inactifs et retraités (51%). Enfin, deux facteurs semblent sensibiliser au risque de cambriolage : le fait de vivre en maison individuelle (44% de ceux qui sont dans ce cas estiment que les cambriolages sont très fréquents, contre 38% en logement collectif) et plus encore l expérience, à ses dépens, du cambriolage : 51% de ceux qui ont subi au moins une tentative perçoivent ce risque comme très élevé, contre 39% chez les autres.

3 Le vécu du cambriolage : une expérience courante Si le cambriolage est ainsi de plus en plus présent à l esprit des Français, c est avant tout parce qu il constitue une réalité à laquelle la plupart ont été confrontés, que ce soit directement ou par l intermédiaire de leurs proches, et là encore dans une proportion croissante. En effet, plus du quart des répondants (28%) déclarent avoir été victimes d une ou plusieurs tentatives de cambriolage, un résultat en hausse régulière puisqu ils étaient 24% en mars 2000 et 26% en février L évolution du nombre des Français ayant subi un cambriolage ou une tentative de cambriolage 24% 26% 28% victimes de cambriolage Le vécu du cambriolage s accroît significativement à partir de 35 ans (ce qui explique que la perception de l importance du phénomène s accroisse avec l âge), jusqu à concerner plus du tiers (34%) des ans. Surtout, le cambriolage est davantage subi par les habitants de logement collectif (32%, contre 27% en logement individuel), et plus encore par les habitants des grandes villes et en particulier de l agglomération parisienne : 16% des habitants de ville de moins de habitants ont déjà subi une tentative, contre 35% dans les villes de plus de habitants et 39% à Paris et dans sa banlieue. Il est ainsi à noter que le cambriolage est proportionnellement perçu comme plus fréquent par ceux qui en ont le moins fait l expérience, soit les habitants de petites villes ou de zone rurale et les personnes logeant en maison individuelle. Ce paradoxe illustre en partie la prégnance d une idée reçue, celle du cambriolage visant essentiellement les habitations isolées et auquel on serait moins exposé en milieu urbain. Idée dangereuse puisqu elle suscite chez les habitants des grandes agglomérations une tendance à moins équiper leur domicile contre ce risque.

4 1.2. Le niveau d équipement des Français et les freins qui empêchent une meilleure protection du domicile Les Français, insuffisamment équipés face aux risques de cambriolage Face à un phénomène perçu comme croissant, les Français apparaissent dénués de certitudes sur les comportements à adopter en termes de prévention et de protection du domicile. Ainsi ils ne sont que 15% à juger leur domicile très bien équipé contre les infractions, tandis que 39% le jugent assez ou très mal équipé, et cette confiance est plus élevée chez les urbains, pourtant davantage cambriolés. Le sentiment d être bien équipé - et donc la tranquillité par rapport au risque de cambriolage - semble être en recul, puisque 66% des Français se sentaient bien équipés contre le cambriolage en mars 2000 (et 33% mal équipés), contre 61% en février 2001 (et 38%demal équipés) et 60% en février 2002 (et 33% de mal équipés) L évolution du sentiment des Français en matière de sécurisation de leur domicile 66% 61% 60% bien équipés 33% 38% 39% mal équipés Les freins à la sécurisation du domicile De manière tout à fait surprenante, 1 personne sur 4 dont le domicile a été cambriolé n a apporté aucune amélioration à sa protection contre les infractions. Cette absence de réaction, plus fréquente chez les hommes que chez les femmes, n est pas sans conséquence sur la tranquillité d esprit par rapport au risque de subir à nouveau un cambriolage, puisqu elle concerne 38% de ceux qui s estiment mal équipés, contre 18% de ceux qui se pensent bien équipés. Quelles sont les raisons qui expliquent que l on ne s équipe pas mieux en serrurerie alors même que l on s estime mal équipé ou que l on a déjà subi un cambriolage? Une certaine forme d insouciance ou d inconscience paraît en être la première cause : 44% des personnes dans ce cas déclarent n y avoir simplement pas pensé, en particulier les moins de 50 ans et ceux qui n ont jamais subi de tentative de cambriolage (52%). Deuxième frein important : l anticipation d un coût élevé

5 (1 personne sur 3) en particulier chez les employés, les ouvriers et les retraités. Mais le manque d information ou l incertitude sur les démarches à effectuer constituent, au total, des facteurs déterminant de l absence de réaction de la part de gens qui se savent exposés au cambriolage : en effet, 51% de ceux qui jugent leur domicile mal équipé contre le cambriolage se disent mal informés sur les moyens techniques existant en la matière, contre seulement 24% de ceux qui estiment leur domicile bien équipé, ce qui établit une corrélation forte entre mauvaise information et mauvais équipement. De même, 20% des personnes interrogées ne s équipent pas mieux parce qu ils pensent qu il n existe pas de serrure plus sûre qu une autre, 10% parce qu ils s y connaissent mal et que cela leur paraît compliqué, et 8% parce qu ils ne savent pas où trouver du conseil. À l inverse, seuls 4% avancent pour motif leur défiance à l égard des serruriers, signe que, pour combler les lacunes de leurs connaissances en matière de serrure, ils sont ouverts à un dialogue avec les professionnels du secteur. Les principales raisons pour lesquelles les Français ne s équipent pas mieux en matière de sécurité 51% les Français ne sont pas assez informés 20% 10% 8% 4% il n existe pas de serrures plus sûres les Français s y connaissent mal les Français ne savent pas où trouver du conseil défiance à l égard des serruriers L équipement du domicile à la suite d un cambriolage Quant à ceux qui ont réagi suite à un cambriolage, c est pour la plupart d entre eux, en pausant une nouvelle serrure plus perfectionnée sur leur porte d entrée (38%), et plus secondairement en installant une alarme (23%), des fenêtres sécurisées (20%) ou une porte blindée (16%). Notons au passage que l on retrouve ici l importance de la sécurisation de la porte d entrée relevée dans la 1 ère vague du Baromètre Observatoire de la Sécurité (mars 2000), puisque 41% des Français ayant subi une tentative d effraction de leur domicile déclaraient que les cambrioleurs avaient tenté prioritairement de s introduire par la porte d entrée.

6 1.3. À la perspective des grandes vacances Un Français sur quatre est inquiet du risque d être cambriolé pendant les vacances Le départ pour les congés estivaux n est pas exclusivement synonyme de détente et d insouciance pour les Français. En effet, plus d un Français sur quatre (39%) se dit inquiet (dont 13% très inquiets) concernant les risques de cambriolage lorsqu ils laissent ainsi leur domicile inoccupé pendant plusieurs semaines. Si pratiquement un Français sur deux est soucieux du risque d être cambriolé pendant ses vacances, cette inquiétude est plus marquée encore dans certaines catégories de la population. Elle culmine tout d abord chez les ans (44% d inquiets), qui sont à la fois ceux qui ont le patrimoine le plus important et qui partent le plus en vacances. Les personnes vivant dans les régions de grande concentration urbaine, apparaissent d ailleurs plus touchées par cette préoccupation : l inquiétude culmine ainsi dans le Nord (45% d inquiets, dont 21% de très inquiets) et dans le Sud-Est (40% d inquiets, dont 16% de très inquiets), la région parisienne arrive ensuite avec 39 % d inquiets (dont 13 % très inquiets). Enfin, l inquiétude envers le risque de cambriolage durant les congés d été culmine parmi ceux qui ont déjà subi une ou plusieurs tentatives de cambriolages : 51% d entre eux sont inquiets, dont 19% très inquiets. Une donnée qui confirme que, comme observé dans la 2 ème vague de l Observatoire de la Sécurité ASSA ABLOY, le cambriolage constitue bien un traumatisme à effet durable, ce qui renforce l importance de sa prévention. Quelles sont les solutions préventives choisies par les Français? Les comportements de prévention des Français qui se disent inquiets du risque de cambriolage pendant les vacances illustrent le travail d information du public qu il reste à faire en matière de techniques de protection du domicile. Dans leur très grande majorité, ils optent en effet pour des solutions conjoncturelles, assurant la protection du domicile pour la seule durée des congés, par la présence d un tiers. Ainsi, leur choix prioritaire consisterait à demander à des proches de venir s installer à leur domicile ou d y passer régulièrement (3 personnes sur 4) ; et ils sont également 11% à envisager de laisser un chien de garde et 4% à signaler leur absence à la police et lui demander de passer régulièrement. La protection plus structurelle est moins fréquemment choisie. L alarme reste l équipement privilégié, 17% choisissant d en poser une et 6 % de s abonner à un système de télésurveillance avec alarme. Ils ne sont que 6% à envisager de changer de serrure, 4% à penser changer de porte pour une porte blindée, tandis que 4% sont même prêts à appréhender l enjeu dans sa globalité et à demander à un professionnel de faire un bilan de sécurité de leur domicile (9% chez les commerçants, artisans et cadres supérieurs). La tranquillité d esprit de ceux qui se disent peu ou pas inquiets envers le risque de cambriolage durant leurs congés ne s explique pas par l importance des

7 précautions prises à cet égard, mais avant tout par l idée reçue selon laquelle le cambriolage, n arrive qu aux autres. Ainsi, les premiers motifs de tranquillité avancés sont le faible nombre de cambriolages dans le voisinage (45%, et 53% dans les villes de moins de habitants) et le peu d intérêt du domicile pour des cambrioleurs au regard de la faible valeur des biens qu il renferme (44%). Il faut y ajouter les 20% qui n ont jamais pensé à la question et les 11% pour qui le cambriolage, n est pas un phénomène très fréquent, deux attitudes particulièrement présentes chez les ans, les diplômés de l enseignement supérieur et les habitants de l agglomération parisienne. En revanche, ils ne sont que 17% à ne pas ressentir d inquiétude du fait du bon niveau d équipement de leur domicile contre les tentatives de cambriolage - une proportion qui s élève à 22% chez les 65 ans et plus et 31% chez ceux qui en ont déjà été victimes, signe que l expérience - douloureuse - modifie les comportements. Mais au total, avant que l on soit confronté à celle-ci, c est bien un certain sentiment d invulnérabilité qui reste la règle en matière de prévention du cambriolage, par delà le niveau de sécurisation effective du domicile.

8 II. LA RÉPONSE D ASSA ABLOY, LEADER SUR LE MARCHÉ DE LA SÉCURITÉ 2.1. LA CRÉATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SÉCURITÉ EN FRANCE 2.2. LES OUTILS MIS À LA DISPOSITION DES PROFESSIONNELS COMME DU GRAND PUBLIC Contact Presse : Florence DONNÉ THOMAS MARKO & ASSOCIÉS - 23, rue de Liège Paris - Tél. : m a r k o a g e n c y. c o m

9 2.1. La création de l Observatoire de la Sécurité en France Actualités, statistiques, enquêtes d opinion, études sociologiques, sondages... témoignent d une même constatation : les Français sont préoccupés par leur sécurité à domicile et celle de leurs biens. Cependant, ils n ont qu une faible connaissance des solutions de sécurité que proposent les professionnels. Ces raisons et plus particulièrement la lecture des conclusions d un 1 er sondage commandé par ASSA ABLOY France en mai 2000 à la SOFRES, où il ressortait clairement que les Français manifestaient une crainte réelle pour la sécurité de leur domicile tout en montrant une certaine réticence à s équiper, ont amené les sociétés du Groupe en France à créer l Observatoire de la Sécurité. Date de création : juin 2000 Statut : association de loi 1901 Président : Alain VARENNE Secrétaire Général : Lionel LIGNEAU Trésorier : Patrick JACOB Alain VARENNE, Président de l Observatoire de la Sécurité explique : Nous avons en priorité un souci pédagogique : les professionnels et le public ne connaissent pas assez la façon dont il convient de protéger leur domicile ou un bâtiment.

10 2.2. Les outils mis à la disposition des professionnels comme du grand public La démarche de l Observatoire de la Sécurité est résolument novatrice Elle cible aussi bien les professionnels du secteur de la sécurité que le grand public. Chacun y trouve ainsi les réponses pertinentes à ses besoins. L offre d informations et de services proposés est vaste et riche. Elle englobe l ensemble de la problématique protection des biens et sécurité des personnes. Les services proposés sont inédits dans le domaine de la sécurité. L Observatoire de la Sécurité répond aux besoins de proximité exprimés par des professionnels qui, du fait de leur dispersion géographique, n ont pas accès aux informations qui leur sont pourtant nécessaires régulièrement.. Cette association a donc souhaité initier une démarche originale en vue d inciter la prise de conscience du grand public et son information, tout en impliquant les professionnels du secteur. Véritable plate-forme de services, elle s adresse aussi bien aux artisans, distributeurs, prescripteurs qu au consommateur final. Ce que l Observatoire propose à l attention des professionnels Un site Internet avec une rubrique sécurisée, spécialement conçue à l attention des professionnels : w w w. o b s - d e l a s e c u r i t e. o rg. Un panel d experts et de consultants - promoteurs, constructeurs, architectes - qui se réunissent afin de dialoguer sur des questions de sécurité. Les synthèses de ces travaux sont sur le site Internet : Des brochures régulièrement éditées qui reprennent les résultats des enquêtes SOFRES afin d aider les professionnels à mieux connaître les tendances, les évolutions, mais aussi à décrypter les attentes des Français en matière de sécurité. Une lettre semestrielle, véritable rendez-vous avec l actualité de l Observatoire et les questions du secteur.

11 Ce que l Observatoire propose à l attention du grand public Un site Internet qui grâce à une offre de services exclusifs permet de : Tester son niveau de sécurité grâce à la carte de France des effractions région par région Bénéficier de conseils pratiques dispensés par les professionnels pour équiper correctement son logement ou le quitter en toute sécurité au moment des vacances S informer sur l actualité dans le domaine de la sécurité grâce à des articles de fond rédigés par des spécialistes et mis à jour régulièrement

12 III. LES SOLUTIONS ASSA ABLOY ET QUELQUES CONSEILS PRATIQUES 3.1. LES FRANÇAIS NE FONT PAS TOUJOURS LE BON CHOIX EN TERMES DE SOLUTIONS PAR SÉBASTIEN ROCHÉ - SOCIOLOGUE - CHERCHEUR AU CNRS 3.2. BIEN CHOISIR SON SYSTÈME DE FERMETURE 3.3. À LA VEILLE DES VACANCES, LES CONSEILS PRATIQUES DE L OBSERVATOIRE DE LA S É C U R I T É Contact Presse : Florence DONNÉ THOMAS MARKO & ASSOCIÉS - 23, rue de Liège Paris - Tél. : m a r k o a g e n c y. c o m

13 3.1. Les Français ne font pas toujours le bon choix en termes de solutions Par Sébastien ROCHÉ - Sociologue - Chercheur au CNRS La pre m i è re des préférences des particuliers va vers le système de surveillance et l alarme. Pourquoi? P a rce qu ils anticipent qu ils ont besoin d une présence. C est quelque chose qui transparaît dans les résultats de cette année : lorsqu on s absente, la principale protection mise en œuvre est de faire venir de la famille ou de demander aux voisins de surveiller. Tout de suite après vient la pose d une alarme, choix qui repose sur l idée d entraide. Mais ce choix des particuliers part aussi d une défaite anticipée des défenses du domicile, qui n est pas fondée, nous allons y re v e n i r. Les résidents de logements individuels sont près de trois fois plus nombreux que ceux des logements collectifs (29 % contre 11 %)* à préférer l alarme. Sachant que l on pénétrera sans doute chez eux, ils cherchent à ce moment à limiter la casse. A contrario, les résidents de logements collectifs sont 24 % à citer en premier les portes blindées (contre 12 % des répondants en logement individuels). L accès au logement se réalisant le plus simplement par la porte (tout comme la fuite avec des objets dans les bras), ils se disent simplement qu en rendant impraticable le seul accès disponible, ils limitent leurs risques. Finalement, les analyses des particuliers, des cambrioleurs et des criminologues convergent pour dire que l accessibilité du logement est cruciale. La réalisation suppose l accès. La prévention suppose d entraver l accès. C est aussi simple que cela. Malheureusement pour les victimes, et heureusement pour les cambrioleurs, d une part, les moyens préférés des Français - comme demander au voisin de surveiller son domicile - ne sont pas très efficaces et d autre part, la tendance à se protéger tend à faire suite au cambriolage. Au lieu d anticiper le cambriolage, les personnes attendent qu il se produise pour se protéger. Ils demandent des indices concrets avant de se lancer dans des dépenses. Les gens savent qu ils ne sont pas très bien protégés. Seuls 15% des personnes interrogées jugent leur domicile suffisamment protégé contre le cambriolage. Et même si la majorité se dit assez bien équipée (45 %), une très forte minorité reconnaît simplement n être pas très bien (19 %) ou pas du tout équipée (20 %). * Chiffres extraits du baromètre OBSERVATOIRE DE LA SÉCURITÉ - SOFRES 2002

14 3.2. Bien choisir son système de fermeture La sécurité est une chaîne La sécurité est une longue chaîne qui ne doit comporter aucun maillon faible. La télésurveillance, le gardiennage et l éclairage contribuent bien sûr à une bonne sécurité. Mais tout cela ne suffit pas si l on n a pas au préalable équipé son habitation d un minimum de systèmes de fermeture fiables, empêchant ou retardant l effraction. Les systèmes de fermeture passent avant tout par l équipement de la porte d entrée du domicile, cible principale des cambrioleurs, même s il ne faut pas pour autant négliger les autres accès qui devront également faire l objet d une évaluation des risques et être sécurisés en fonction de ceux-ci. La serrure est le maillon clé de la sécurité. Leur nombre n est pas synonyme de sécurité. En revanche, la qualité est essentielle. Une serrure multipoint - à trois ou cinq fermetures - est bien sûr préférable à un simple verrou. Il existe des types de serrures adaptés à tous les besoins et toutes les bourses. Serrure anti-effraction Bloc-porte blindé Détection - Alarme Télésurveillance Contrôle d accès Éclairage Gardiennage

15 Bien choisir son système de fermeture Des solutions concrètes Solution Produits Prix de vente indicatif TTC Solution économique Conserver la serrure existante, en la complétant par : un cylindre à clé incopiable Cylindre KESO OMEGA JPM un protecteur de cylindre Protecteur de cylindre Laperche et/ou un verrou s u p p l é m e n t a e i r A 2 P Verrou 7840 NT + Vachette 30 à 230 Euros Solution raisonnable Changer la serrure en place par une multipoints A2P : niveau A2P 1* VEGA 510 K JPM niveau A2P 2** 2080 Laperche niveau A2P 3*** 2000 NT + Vachette 140 à 800 Euros (pose non comprise) 230 à 1100 Euro s (pose comprise) Solution radicale Remplacer un bloc-porte blindé A2P 1800 à 4500 Euro s la porte actuelle par : (pose comprise) Bloc-porte Forges G371-G372-G375 Fichet Ces différentes possibilités offrent une solution variable, selon l importance des biens à protéger et le budget disponible.

16 Opter pour une serrure labellisée A2P Quelque soit son choix, il est primordial d opter pour un système de fermeture portant le label A2P. Cette marque est un label de qualité délivré par un organisme de certification officiel, le Centre National de Prévention et de Protection (CNPP), reconnu par les grandes compagnies d assurances françaises (APSAD). Elle classe le degré de résistance des serrures à des tentatives d ouverture par effraction en trois niveaux : 1, 2 ou 3 étoiles selon plus de 40 critères, dont leur temps de résistance à l effraction. Elle est accessible à tous les fabricants. Elle est basée sur le résultat d essais effectués en laboratoire selon un cahier des charges technique défini par un comité composé de fabricants, d assureurs et de représentants des utilisateurs et administrations. Le cahier des charges couvre deux types d attaques : 1. Les attaques destructives 2. Les attaques non destructives ou difficiles à mettre en évidence. Exemple : ouverture fine par crochetage. Les principaux critères d évaluation de la marque A2P Serrures sont basés sur : 1. La connaissance des serrures (études et essais préalables ou non) 2. Le temps de résistance à l attaque : 5, 10 ou 15 minutes (NB : il s agit là de temps de laboratoire, hors études, préparation, changement d outils et pauses) 3. L outillage disponible pour l attaque (outils simples, techniques ou spécialisés) Du côté des installateurs, le CNPP délivre des certificats Apsad aux serruriers et installateurs de systèmes de fermeture qui répondent à certaines exigences de qualité. Ainsi, choisir une serrure A2P et la faire poser par un installateur Apsad, c est opter pour le bon choix en matière de protection de son habitat.

17 3.3. À la veille des vacances, les conseils pratiques de l Observatoire de la Sécurité À savoir

18 10 conseils à mettre en pratique pour prévenir les cambriolages 1. Le cambriolage n arrive pas qu aux autres... et avoir été cambriolé une fois ne protège pas de la suite : équipez-vous sans attendre le gros pépin. 2. Un bon contrat d assurance ne remplace pas la valeur sentimentale des objets volés ou détériorés et ne vous protège pas de l agression traumatisante d un cambriolage : re n f o rcez la protection c o n t re l effraction de votre domicile. 3. La sécurité est une chaîne de nombreux maillons forts complémentaires : donnez la priorité à la protection physique contre la malveillance (serrures, portes, volets, contrôle d accès, etc.). 4. Complétez éventuellement par un système de surveillance (détection, alarme, télésurveillance, g a rdiennage, etc.) vous garantissant une intervention immédiate de personnels de sécurité qualifiés. 5. La porte d entrée est la cible privilégiée du cambrioleur : équipez-la en priorité. 6. Il existe des solutions graduées adaptées à tous les risques et budgets. Complétez la serrure existante avec une protection additionnelle : cylindre à clé incopiable, protecteur ou verrou. Changez la serrure existante par une serrure anti-effraction multipoints A2P. Si votre porte montre des faiblesses, changez-la pour un bloc-porte blindé équipé d une serrure multipoints A2P. 7. Les premières minutes sont cruciales pour décourager un cambrioleur : faites confiance à la marque de qualité A2P délivrée par le CNPP, organisme certificateur indépendant accrédité par le COFRAC. Reconnue par les assurances, elle classe les serrures en 3 degrés de résistance aux tentatives d ouverture par effraction en force ou par crochetage. 8. Faites appel pour l installation à un professionnel ou à un serrurier ayant pignon sur rue et reconnu depuis longtemps : la sécurité est une question de compétence et de confiance! 9. Signalez vos absences prolongées à vos voisins ou aux services de police et ne manifestez pas de signes extérieurs évidents d absence prolongée (boîte à lettre débordant de courrier, durée de votre absence sur votre répondeur téléphonique, etc.). 10. Appliquez les règles de bon sens (pas de fenêtre entrebaîllée pour le chat, etc.) et ne facilitez pas la tâche du cambrioleur (clé sous le paillasson ou dans la boîte aux lettres, échelle et outils à proximité, etc.).

19 Réagir après un vol Voici les démarches que les préfectures de police et les assureurs conseillent d effectuer après un vol : Conserver les lieux en l état et alerter immédiatement un commissariat central ou une unité de police de quartier. Faire l inventaire de ce qui a été dérobé. Déposer plainte par procès-verbal au commissariat. Parallèlement, faire opposition par lettre recommandée avec accusé de réception pour les vols de titres ou de valeurs mobilières. Faire opposition auprès de la banque pour les chèques et les cartes de crédit dérobés dans les deux jours ouvrés. Envoyer à l assureur par écrit et en recommandé la déclaration des sinistres, l attestation du dépôt de plainte au commissariat et dans les cinq jours, une estimation des objets volés. Envoyer une copie de cette estimation aux autorités locales de police et de gendarmerie. Changer les serrures et les verrous.

20 ANNEXES Présentation du leader de la serrurerie en France L implantation en France du Groupe d origine suédoise, remonte à mai 1997 au moment de l acquisition du pôle serrurerie de Poliet (Laperche, Bezault, JPM et Vachette), filiale de Saint- Gobain. ASSA ABLOY a depuis renforcé sa position sur le territoire national en devenant pro p r i é t a i re de Stre m l e r, fabricant de serrures pour portes de verre et menuiseries métalliques, en mai L activité serrurerie de Fichet Bauche a aussi fait partie de cette vague de rachats six mois plus tard. Stockholm France AB Aujourd hui, ASSA ABLOY France compte six sociétés, une dizaine de marques et un effectif d environ salariés ; ce qui place ASSA ABLOY France, dirigé par le suédois Bo DANKIS, en tête de la profession de la serrurerie dans notre pays. Chacune des sociétés dispose de sa propre autonomie et propose une offre de produits la plus large possible, permettant au Groupe de couvrir tous les canaux de distribution. ASSA ABLOY France est désormais présent sur tous les créneaux du marché : serrures et cylindres de sûreté et de haute sûreté, serrures mécaniques et électroniques, fermetures anti-panique et d urgence pour issues de secours, quincaillerie architecturale, cadenas, s e r r u res pour portes en verre et aluminium, blocs - portes blindées, etc. FICHET Serrurerie Bâtiment Robert Fidanza pers 25 M BEZAULT Frédéric Colin pers 38 M Friville - Escarbotin Longué Oust Marest Nouvion Paris LAPERCHE Robert Fidanza pers 20 M Moulins STREMLER Robert Fidanza pers 14 M Troyes - Ste Savine VACHETTE Frédéric Chanel pers 73 M JPM Éric Beaudru pers 44 M

21 ANNEXES Cette année, le développement de produits a concerné en priorité les bâtiments publics. JPM a lancé un nouveau dispositif innovant d'issues de secours anti-panique. Vachette a commercialisé les premiers produits d une famille entièrement nouvelle de serrures multipoints qui représentent un bon potentiel pour l exportation. La société a également lancé deux nouvelles gammes de cylindres, offrant une sécurité accrue par rapport à ses prédécesseurs. Laperche a été couronnée par le prix de l innovation lors de BATIMAT 2001 à Paris, pour une serrure dite fermeture d'urgence, intégrant un dispositif de sécurité. Enfin, Fichet a attiré largement l attention grâce à sa nouvelle gamme de bloc-portes blindées de haute sécurité Une croissance ininterrompue dans l hexagone 1997/ Évolution du Groupe en France 1997 (1) 1998 (2) Salariés Ventes 167,9 172,7 196,4 200,9 205,3 (En millions d' ) (1) sans FSB sans STREMLER (2) sans FSB L année 2001 a été marquée pour la France par une forte pro g ression des résultats et de la rentabilité : le chiffre d affaires est de 205,3 ME (+ 2,2 % versus 2000), ce qui représente 8,5 % du chiffre d affaires du Groupe à l échelle mondiale. La société FICHET Serrurerie Bâtiment (acquise en 1999) constitue une véritable valeur ajoutée pour ASSA ABLOY France, contribuant ainsi à une excellente croissance sur le segment des portes et cylindres et serrures de haute sécurité.

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien»

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» Contacts Ipsos : Patrick KLEIN Tél : 01 41 98 97 20 e-mail : patrick.klein@ipsos.com Sonia BENCHIKER Tél : 01 41 98 95 08 e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» sonia.benchiker@ipsos.com Rapport

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

PREFET DE LA MAYENNE. La délinquance en Mayenne Point d étape au 30 juin 2014

PREFET DE LA MAYENNE. La délinquance en Mayenne Point d étape au 30 juin 2014 PREFET DE LA MAYENNE La délinquance en Mayenne Point d étape au 30 juin 2014 Dossier de presse 11 juillet 2014 LES ATTEINTES AUX BIENS (AAB) En zone police En zone gendarmerie Dans le département Atteintes

Plus en détail

Comment se protéger contre les cambriolages

Comment se protéger contre les cambriolages Le vol dans les habitations Comment se protéger contre les cambriolages Commune d Anderlues 1 En Belgique, le cambriolage fait partie d une des cinq formes de criminalité les plus importantes, ce qui amplifie

Plus en détail

Conférence de presse Actions de sécurisation des fêtes de fin d'année

Conférence de presse Actions de sécurisation des fêtes de fin d'année Conférence de presse Actions de sécurisation des fêtes de fin d'année Jeudi 12 décembre 2013 Préfecture de la Haute-Vienne DOSSIER DE PRESSE Limoges, le 12 décembre 2013 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Conférence

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

C est l affaire de tous

C est l affaire de tous C est l affaire de tous Il appartient aux élus de la mettre en œuvre avec toutes les difficultés que cela comporte. Attentifs aux préoccupations des citoyens en matière de sécurité des personnes et des

Plus en détail

Les jeunes et l accès au logement

Les jeunes et l accès au logement Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jérôme SAINTE-MARIE Directeur du Pôle / jerome.sainte-marie@csa.eu / 01 44 94 59 10-11 Yves-Marie CANN Directeur d études / yves-marie.cann@csa.eu / 01 44 94 34 14

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE ASSA ABLOY

COMMUNIQUÉ DE PRESSE ASSA ABLOY DOSSIER DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE ASSA ABLOY POUR LA PREMIÈRE FOIS SUR LE MARCHÉ DE LA SÉCURITÉ, ASSA ABLOY, LEADER MONDIAL DES SYSTÈMES DE FERMETURE, DÉVELOPPE DES SOLUTIONS GLOBALES DE SÉCURITÉ

Plus en détail

Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital?

Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital? Observatoire Orange Terrafemina vague 15 Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital? Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA Observatoire Orange Terrafemina vague 14 La ville connectée Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour Orange et Terrafemina la 14 ème vague d un baromètre portant

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 Baromètre annuel vague 4-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

C est sûr, vous avez fait le bon choix!

C est sûr, vous avez fait le bon choix! C est sûr, vous avez fait le bon choix! 4 Des clés protégées, avec label? Le choix de la sérénité! 6 Une question, un conseil? Ayez le réflexe L Expert! 9 Des solutions sécurité qui vous facilitent le

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

blindés Blocs-Portes parlons-en Mini Guide Conseil une bonne fois pour toutes!

blindés Blocs-Portes parlons-en Mini Guide Conseil une bonne fois pour toutes! Mini Guide Conseil Document non contractuel - Propriété de ichet Serrurerie Bâtiment - Ne peut être repdoduit ou modifié nformations non exhaustives susceptibles d être modifiées - Réf. 79 011 100 - RANCE

Plus en détail

lutte contre les cambriolages, les conseils de la gendarmerie

lutte contre les cambriolages, les conseils de la gendarmerie lutte contre les cambriolages, les conseils de la gendarmerie POURQUOI SE PROTEGER Près de 14000 cambriolages sont constatés annuellement en Région Rhône - Alpes par la gendarmerie 80% des cambrioleurs

Plus en détail

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 pour Les Français

Plus en détail

Emploi et territoires

Emploi et territoires Emploi et territoires Emploi et territoires Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi Octobre 2015 page 1 Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 décembre 2011 N de pourvoi: 10-26677 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Odent et Poulet, avocat(s)

Plus en détail

ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT

ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT ASSOCIATION CRESUS ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT - Synthèse de l'institut CSA - N 1101469 Octobre 2011 2, rue de Choiseul BP 6571 75065 Paris cedex 02 CSA Politique-Opinion Tél.

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures Sondage Ifop pour la Fédération nationale de la presse spécialisée Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume

Plus en détail

Perception des discriminations au travail : regard croisé salariés du privé et agents de la fonction publique

Perception des discriminations au travail : regard croisé salariés du privé et agents de la fonction publique Perception des discriminations au travail : regard croisé salariés du privé et agents de la fonction publique - Synthèse de l'institut CSA Baromètre 5 ème édition N 1101846 Janvier 2012 2, rue de Choiseul

Plus en détail

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES Avec le soutien de : 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu SA au capital de 1 571 600 Siren

Plus en détail

Sondage de sa*sfac*on auprès des habitants des quar*ers en cours de rénova*on

Sondage de sa*sfac*on auprès des habitants des quar*ers en cours de rénova*on Sondage de sa*sfac*on auprès des habitants des quar*ers en cours de rénova*on Etude de l Ins,tut CSA pour l ANRU Janvier 2013 Sommaire Fiche technique de l étude p 3 1 La sa*sfac*on à l égard de la vie

Plus en détail

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF)

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Réalisé par le Service Etudes et Diagnostics de Sodie

Plus en détail

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Synthèse des principaux enseignements Octobre 2012 sfrbusinessteam.fr FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 300 entreprises de 20 à

Plus en détail

Baromètre BVA Santé. Vieillissement & Silver économie - Vague 1 - pour Orange Healthcare et MNH

Baromètre BVA Santé. Vieillissement & Silver économie - Vague 1 - pour Orange Healthcare et MNH Baromètre BVA Vieillissement & Silver économie - Vague 1 - pour Orange Healthcare et MNH en partenariat avec le Figaro avec le concours scientifique de la Chaire de Sciences Po Fiche technique Recueil

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Baromètre Orange Terrafemina Vague 4 - L amour sur Internet

Baromètre Orange Terrafemina Vague 4 - L amour sur Internet Baromètre Orange Terrafemina Vague 4 - L amour sur Internet n 1001575 Novembre 2010 Etude réalisée conformément à la norme internationale ISO 20252 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél.

Plus en détail

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé Communiqué de Presse E Information sous embargo jusqu au 4/09 à 9h A trois mois de la généralisation de la complémentaire santé collective Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

Les Français, l héritage et l assistance financière

Les Français, l héritage et l assistance financière Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jérôme SAINTE-MARIE Co-directeur du Pôle / jerome.sainte-marie@csa.eu / 01 44 94 59 10-11 Claire PIAU Directrice d études / claire.piau@csa.eu / 01 44 94 59 08 Nicolas

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Version n 1 Date : 27 Juillet 2011 De: Nadia AUZANNEAU A: Florent CHAPEL et Guillaume ALBERT OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE Enquête Mut Santé/TNS Healthcare auprès de 150 pharmaciens

LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE Enquête Mut Santé/TNS Healthcare auprès de 150 pharmaciens LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE Enquête Mut Santé/TNS Healthcare auprès de 150 pharmaciens Nouvel opérateur de la gestion du Tiers Payant Complémentaire, Mut Santé a souhaité

Plus en détail

Les Français et le transport partagé

Les Français et le transport partagé Les Français et le transport partagé Institut CSA pour Uber Novembre 2014 Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de 1000 personnes âgées de 18 ans et plus Constitution de l échantillon

Plus en détail

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Juillet 2015 - Occurrence pour CCMO mutuelle Sommaire Contexte et méthodologie 3 1. Préparation

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Sécurité : La Cellule Anti-Cambriolage réunie par le préfet de l Aisne

Sécurité : La Cellule Anti-Cambriolage réunie par le préfet de l Aisne Dossier de presse Sécurité : La Cellule Anti-Cambriolage réunie par le préfet de l Aisne Face à l augmentation sensible du nombre de cambriolages, Pierre Bayle, préfet de l Aisne, a décidé de réunir la

Plus en détail

2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 59 10 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu

2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 59 10 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu Le baromètre de l opinion des Français sur la mobilité durable Prospective à 2030 - Vague 3 du baromètre de l'institut CSA dans le cadre des 5 ème Ateliers de la Terre, Forum International pour le Développement

Plus en détail

VOL HABITATION CONSEILS PRATIQUES PRÉVENTION HABITATION. N hésitez pas à demander à votre Conseiller Groupama d autres Conseils Pratiques

VOL HABITATION CONSEILS PRATIQUES PRÉVENTION HABITATION. N hésitez pas à demander à votre Conseiller Groupama d autres Conseils Pratiques CONSEILS PRATIQUES PRÉVENTION HABITATION N hésitez pas à demander à votre Conseiller Groupama d autres Conseils Pratiques Document non contractuel - Caisse Régionale d Assurances Mutuelles Agricoles -

Plus en détail

CONCOURS DE L'AGREGATION INTERNE «ECONOMIE ET GESTION»

CONCOURS DE L'AGREGATION INTERNE «ECONOMIE ET GESTION» CONCOURS DE L'AGREGATION INTERNE «ECONOMIE ET GESTION» SESSION 2002 EPREUVE PORTANT SUR LES TECHNIQUES DE GESTION ET COMPORTANT DES ASPECTS PEDAGOGIQUES DOMAINE : économie et gestion commerciale Durée

Plus en détail

À votre service...? Let s drive business

À votre service...? Let s drive business À votre service...? Analyse du marché : L entreprise satisfaitelle les attentes des consommateurs européens en ce qui concerne la prise de rendez-vous et les délais de livraison? Étude de marché : Prestation

Plus en détail

TRANQUILLITE PUBLIQUE

TRANQUILLITE PUBLIQUE TRANQUILLITE PUBLIQUE PROTEGEZ-VOUS CONTRE LES CAMBRIOLAGES Groupement de gendarmerie de l'yonne 1 PLAN DE SEANCE - Constat - Mesures mises en place par l'etat - Mesures à adopter par la population au

Plus en détail

Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé

Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé Sondage Viavoice pour le Groupe Pasteur Mutualité VIAVOICE «Mieux comprendre l opinion pour agir» Études et conseil en opinions 9 rue Huysmans

Plus en détail

Les Français et la chute de cheveux

Les Français et la chute de cheveux Les Français et la chute de cheveux Sondage Ifop pour Oxygen et Norgil Contacts Ifop : Romain Bendavid - Directeur de Clientèle Thomas Simon Chargé d Etudes Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Note d analyse Les Français et la protection sociale Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive du 1 er au 6 février 2012. Echantillon

Plus en détail

OPERATION TRANQUILITE VACANCES. POINT PRESSE le 20 JUILLET 2012. En milieu urbain

OPERATION TRANQUILITE VACANCES. POINT PRESSE le 20 JUILLET 2012. En milieu urbain OPERATION TRANQUILITE VACANCES POINT PRESSE le 20 JUILLET 2012 En milieu urbain DOSSIER DE PRESSE Prévenir les risques de cambriolages Durant votre absence en juillet et/ou en août, les services de police

Plus en détail

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants Okavango energy 18 rue Gounod 92210 Saint-Cloud contact@okavango-energy.com tel : 09 81 02 95

Plus en détail

Enquête de satisfaction Épargnants 2013 BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Enquête de satisfaction Épargnants 2013 BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS Enquête de satisfaction Épargnants 2013 BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS Enquête de satisfaction épargnants 2013 Renforcer la qualité des relations entretenues avec

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

Observatoire des entreprises. Regards croisés de dirigeants et de salariés Sur le thème : le pacte social de l entreprise à l épreuve de la crise

Observatoire des entreprises. Regards croisés de dirigeants et de salariés Sur le thème : le pacte social de l entreprise à l épreuve de la crise Observatoire des entreprises Regards croisés de dirigeants et de salariés Sur le thème : le pacte social de l entreprise à l épreuve de la crise 2009 1 i Observatoire des entreprises Santé de l entreprise

Plus en détail

BAROMÈTRE «CE QUE PENSENT LES FRANCILIENS» POUR LE JOURNAL ÎLE DE FRANCE

BAROMÈTRE «CE QUE PENSENT LES FRANCILIENS» POUR LE JOURNAL ÎLE DE FRANCE BAROMÈTRE «CE QUE PENSENT LES FRANCILIENS» POUR LE JOURNAL ÎLE DE FRANCE OCTOBRE 2011 Institut Viavoice 9 rue Huysmans 75006 Paris Tél : 01 40 54 13 90 www.institut-viavoice.com Synthèse des enseignements

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

Les Français et la protection de la vie privée

Les Français et la protection de la vie privée Les Français et la protection de la vie privée Institut CSA pour Ordre des Avocats de Paris Juillet 2015 Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de 1003 personnes âgées de 18 ans

Plus en détail

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques - Juillet 2010 Méthodologie Méthodologie : Cette étude a été menée dans le cadre de l'omcapi, l'enquête périodique multi-clients de l'ifop, réalisée

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite

Les Français, l épargne et la retraite Les Français, l épargne et la retraite 2015 Rapport d étude de l institut CSA Vos contacts chez CSA : Estelle Thomas -Directrice du département Banque Assurance Finance -01 57 00 58 83 Matthieu Guimbert

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

Analyse factuelle de BVA

Analyse factuelle de BVA Analyse factuelle de BVA I. Evolution des déplacements 48% des habitants ont diminué au moins un type de déplacements Parmi les types de déplacements testés, ce sont les déplacements en ville et en voiture

Plus en détail

Cliquez sur l image pour l agrandir

Cliquez sur l image pour l agrandir Dans le détail, le principal contributeur à l évaluation globale est la qualité de réponse aux besoins. Si les Français sont particulièrement satisfaits par l accueil en mairie (57% en ont une évaluation

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE

SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA

Plus en détail

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS DE PAIEMENT DES ENTREPRISES RESULTATS DE LA 12 EME EDITION L Association Française des Credit Managers et Conseils présente la 12 ème édition de son enquête annuelle.

Plus en détail

Analyse du sondage. Vandalisme Environnement Vol habitation

Analyse du sondage. Vandalisme Environnement Vol habitation Analyse du sondage A. Les problématiques Les personnes sondées ont été questionnées sur divers problèmes et un classement a été établi sur base de ce qu elles considèrent être la problématique la plus

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 3 Septembre 2009

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 3 Septembre 2009 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 3 Septembre 2009 Baromètre annuel vague 3-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Les relations parents-enfants au quotidien

Les relations parents-enfants au quotidien Délégation interministérielle à la Famille Les relations parents-enfants au quotidien 7 janvier 2007 Ipsos / DIF Contacts : Etienne MERCIER : 01 41 98 92 79 Christelle CRAPLET : 01 41 98 94 32 etienne.mercier@ipsos.com

Plus en détail

Baromètre Eco Conso Métro/Codice Janvier 2010 - Vague n 3. réalisé par TNS Sofres / Logica

Baromètre Eco Conso Métro/Codice Janvier 2010 - Vague n 3. réalisé par TNS Sofres / Logica Baromètre Eco Conso Métro/Codice Janvier 10 - Vague n 3 réalisé par TNS Sofres / Logica Un sondage réalisé pour Échantillon Échantillon national de 1000 personnes représentatif de l ensemble de la population

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE

SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA SOCIÉTÉ DE GARDIENNAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA

Plus en détail

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 Enquête réalisée par mail sur la période du 6 au 13 juin 2013 Préambule : Depuis fin 2011, la Chambre de métiers et de l artisanat réalise une enquête de conjoncture

Plus en détail

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine Generali Espace Lux Au service de la structuration de votre patrimoine Vous recherchez des solutions pour optimiser la structuration de votre patrimoine ou vous accompagner dans votre mobilité? Generali

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Les Français et l accession à la propriété

Les Français et l accession à la propriété Les Français et l accession à la propriété Sondage Ifop pour CAFPI Le 30 juin 2015 La méthodologie Etude réalisée par l'ifop pour CAFPI Echantillon Méthodologie Mode de recueil L enquête a été menée auprès

Plus en détail

Parole d électricien. La vidéosurveillance Ura, c est la sécurité pour tous. Et un nouveau marché. Cédric Donneaud Installateur Électricien à Bordeaux

Parole d électricien. La vidéosurveillance Ura, c est la sécurité pour tous. Et un nouveau marché. Cédric Donneaud Installateur Électricien à Bordeaux Parole d électricien La vidéosurveillance Ura, c est la sécurité pour tous. Et un nouveau marché pour moi. Cédric Donneaud Installateur Électricien à Bordeaux La sécurité? J ai commencé par l éclairage

Plus en détail

Etude sur la mobilité locative

Etude sur la mobilité locative pour Etude sur la mobilité locative Septembre 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : PERL Echantillons : Echantillon de 502 actifs, locataires et éligibles au logement social,

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-22 du 17 février 2011 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés Eryma Security Systems et Eryma Télésurveillance par la Société Financière de Participation

Plus en détail

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants :

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants : 7 ème baromètre annuel Energie-Info sur l ouverture des marchés, réalisé par le médiateur national de l énergie et la Commission de régulation de l énergie. Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au

Plus en détail

donateurs actualité et enquêtes de L engagement bénévole des seniors Innovation Bénévolat Engagement seniors Fundraising tendance Image société pour

donateurs actualité et enquêtes de L engagement bénévole des seniors Innovation Bénévolat Engagement seniors Fundraising tendance Image société pour donateurs enquêtes de société pour des expertises Innovation Bénévolat Engagement seniors études et opi Comportement associations Fundraising méthodologie L engagement bénévole des seniors -de 50 à 65

Plus en détail

Observatoire Orange Terrafemina

Observatoire Orange Terrafemina Observatoire Orange Terrafemina Vague 7 M-Commerce : Quand le mobile réinvente le shopping n 1100905 Juillet 2011 Etude réalisée conformément à la norme internationale ISO 20252 2, rue de Choiseul CS 70215

Plus en détail

Baromètre Ciel de la Création et de l Informatisation des Petites Entreprises

Baromètre Ciel de la Création et de l Informatisation des Petites Entreprises dxhnfjkmdqsjkfgvw Baromètre Ciel de la Création et de l Informatisation des Petites Entreprises Paris, le 05 mai 2010 Pour la 3ème année consécutive, Ciel, N 1 français des logiciels de gestion pour petites

Plus en détail

Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne

Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne Observatoire Orange - Terrafemina Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne Sondage de l institut CSA avec Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour

Plus en détail

La colocation vue par les propriétaires

La colocation vue par les propriétaires La colocation vue par les propriétaires Institut CSA pour Weroom Mars 2015 Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de propriétaires, composé de 1000 personnes âgées de 18 ans et

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP

Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP Etude de marché SCPI Exclusive Partners, société indépendante de conseil en investissement a réalisé en août-septembre 2012 une étude auprès

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

curité publique pour les établissements recevant du public

curité publique pour les établissements recevant du public Les études de sûrets reté et de sécurits curité publique pour les établissements recevant du public 1 De quelle sûreté parle t on? Le terme «sûreté» concerne ici la prévention des actes de malveillance

Plus en détail

Les Français et les vacances

Les Français et les vacances Les Français et les vacances Institut CSA pour Oney Avril 2015 Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de 995 personnes âgées de 18 ans et plus Constitution de l échantillon Méthode

Plus en détail

Tablette tactile : la nouvelle nounou?

Tablette tactile : la nouvelle nounou? Observatoire Orange - Terrafemina Tablette tactile : la nouvelle nounou? Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour Orange et Terrafemina la 13 ème vague d un baromètre

Plus en détail

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015)

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) Préparée pour les Comptables professionnels agréés du Canada Le 1 er mai 2015 Renseignements sur le sondage Le rapport trimestriel CPA Canada Tendances conjoncturelles

Plus en détail