COUT D OBTENTION DE LA QUALITE p. 6/7

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COUT D OBTENTION DE LA QUALITE p. 6/7"

Transcription

1 Journal mensuel des Junior-Entrepreneurs en Gestion Des Risques IRIAF N 19 / JANVIER 2007 ICARE - Identification Conseil Analyse des Risques en Entreprises- est la première Junior-Création labellisée par le CNJE spécialisée en : o Management de la Qualité, de la Sécurité et de l Environnement o Management de la Sécurité des Systèmes Industriels et des Systèmes d Information COUT D OBTENTION DE LA QUALITE p. 6/7 Un outil de pilotage trop souvent méconnu Sécurité & santé au travail p. 4 Le stress dans le milieu professionnel Systèmes d information p. 8 Spam : le point sur un fléau du net Sécurité industrielle p. 10 ATEX : le risque des silos de stockage Actualité p. 3 Anciens GdR, que deviennent-ils? Environnement p. 5 Maîtriser la démarche HQE à l échelle communale Systèmes d information p. 9 Commerce électronique et sécurité Sécurité p. 11 Intoxication au monoxyde de carbone JOURNAL ICARISK NUMÉRO 19 / JANVIER 2007 / INTERDIT A LA VENTE / NUMERO ISSN EN COURS

2 2 News L édito Bonne année! Et bonne santé aussi. L équipe d Icarisk vous présente tous ses vœux pour Une année qui, à n en pas douter, sera prolifique pour votre journal préféré. Le journal continue d évoluer tant en contenu qu en forme. Ce mois-ci nous rajoutons les news, une sélection d informations que la rédac a jugé intéressant de vous présenter. D ailleurs si vous souhaitez vous aussi nous faire parvenir des infos qu il serait intéressant de publier, n hésitez pas à nous envoyer un lien ou un texte par mail à l adresse : La rédac est heureuse de souhaiter la bienvenue à Antoine Durand qui intègre l équipe comme rédacteur SSI avec un article sur le Spam. Enfin, une petite annonce : nous recherchons une personne motivée pour prendre la relève de Grégory Le Gall à la tête de l équipe de relecture. Si vous êtes motivé, n hésitez pas à venir nous voir. La Rédac Ecolo-innovation Cette année lors de Pollutec, l ADEME a remis le 1 er prix du Trophée des Technologies Economes et Propres à la société Aprochim (53) pour son procédé d élimination du pyralène (PCB). La société spécialisée dans la décontamination d équipements a mis au point une technique propre et économique d élimination en portant en phase gazeuse les PCB, très dangereux pour la santé. Alternative rentable Les nouveaux tarifs sur le rachat de l électricité à partir d installations photovoltaïques (fixés par arrêté du 10 juillet 2006) relance le développement de la filière. Désormais, chaque kwh produit rapporte 30 c au propriétaire de l installation si celle-ci est située en France métropolitaine, ce qui améliore la rentabilité du solaire. L association européenne de l industrie photovoltaïque (EPIA) estime que le coût du kwh photovoltaïque sera inférieur au kwh réseau classique dès 2010 dans les zones très ensoleillées où l installation pourra fonctionner 1800 heures/an et dès 2020 dans les zones où l installation pourra fonctionner 900 heures/an. Erratum Lors du dernier numéro une erreur s est glissée dans l article «les gratte-ciel écolos». En effet, le conseil de Paris à interdit la construction d immeubles de plus de 37m lors de l adoption du PLU (Plan local d Urbanisme) en juin Cette mesure se restreint donc uniquement à la ville de Paris. Sources : magazine «ça m intéresse», octobre L Open Source, grand séducteur 8 villes hollandaises étudient la possibilité de migrer leurs postes de travail vers le système GNU/Linux. En Finlande, le ministère de la justice n utilise plus qu OpenOffice au dépens de Microsoft Office. Chez nous, ce sont les parlementaires du l assemblée qui s équiperont en logiciels libre à compter de juin 2007, sans compter les étudiants de la région Centre qui ont reçu des ordinateurs portables sous Linux depuis la rentrée Académie propre L académie de Poitiers s illustre en matière d Education à l Environnement pour un Développement Durable, notion introduite par la circulaire du 8 juillet En effet, elle vient de lancer récemment le «collectif carbone». Ce collectif s efforcera de trouver des solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre d établissements scolaires de l académie comme celui de Parthenay (lycée Pérochon). Le recteur, très satisfait, parle d une réelle démarche de développement durable. Neo Noé? Au beau milieu de l arctique sur une île proche du pôle nord, une chambre forte prête à accueillir des millions de semences est en construction. Cette arche de Noé servira à conserver dans la glace les échantillons génétiques des principales cultures vivrières de la planète qui pourront être ainsi conservées des centaines d années. A l initiative de cinq pays nordiques et de l ONG, cette mesure a pour but de protéger l approvisionnement agroalimentaire mondial en cas de catastrophe naturelle ou nucléaire.

3 ACTUALITE 3 Sur la trace des «anciens GDR» Entre deux verres lors de votre dernière rencontre, avez-vous réellement retenu ce qu ils sont devenus? LE GOASTER Alexandre Ingénieur Sécurité des Systèmes d information et Evaluateur Critères Communs au Centre d Evaluation de la Sécurité des Technologies de l Information (CESTI) chez SILICOMP-AQL à Cesson-Sévigné (35) Cadre et en CDI, je travaille sur l évaluation de produits de sécurité informatique selon la norme des Critères Communs (ISO 15408) Contact : et MESTAS Christelle Responsable SE au Groupement Local Employeur à La Rochelle Cadre et en CDI, je travaille pour une association qui regroupe différentes entreprises d une même région pour pouvoir partager des compétences communes. J interviens dans deux entreprises dans la zone industrielle de Périgny (17) : LEA NATURE (agroalimentaire et cosmétique) et MAISON SALBREUX (matériel de pesage, cuisine prof. et froid). L avantage de ce type de groupement c est la découverte de plusieurs secteurs d activités en même temps mais ceci impose une bonne organisation. Contact : et Et les autres Gournay Baptiste Poursuit sa vie d étudiant en M2 «droit interne de la défense et de la sécurité» à l université Lille 2, son objectif : faire la fête tous les jeudis sur Lille Contact : et JOUFFROY Julien Consultant Prévention des risques au Centre Européen de Prévention des Risques à Niort et au Ministère de l Intérieur Cadre et en CDD, j analyse de risques d évènements de sécurité civile. AUGUSTIN Nicolas Assistant à la Maîtrise d Ouvrage à Viamédis à Le Perreux sur Marne (94) en CDI Contact : BUTIN Arnaud Ingénieur Qualité Sécurité Environnement chez EMIX au Parc d'activités de la Croisière St Maurice la Souterraine Cadre et en CDI, je mets en place le SMI. Contact : et EMIX est une fonderie de silicium à application photovoltaïque qui possède une licence exclusive d'exploitation mondiale concernant son procédé de fabrication (coulée par tirage continu de silicium à partir d'un creuset froid électromagnétique). Je suis de retour dans ma région, le Limousin, avec en face de mon bureau les chevreuils qui se promènent... Je ne vous cache pas qu'ici la qualité de vie est vraiment appréciable! Bon courage à tous les GDR! RAMANANDRAY Tsirison Stagiaire ingénieur sécurité chez GIE SESAM-VITALE au Mans JAMAIN Stéphanie Ingénieur HSE chez Fichet Serrurerie Bâtiment à Oust- Marest (80) Cadre et en CDI, je gère la sécurité et l'environnement (ISO en mars 2007) Contact : et SAWADOGO Ahouseny Animateur QSE chez DLE Nantes, La Réunion à Oust- Marest (80) J anime le QSE sur les chantiers dans des zones sensibles du point de vue environnemental. Contact : JONDOT Mathieu Délégué Régional de la Prévention chez PREVENCEM en Ile de France Champagne Ardenne - Picardie Cadre et en CDI, je conseille les carriers en prévention des risques et des accidents. Contact : et LACU Christophe Ingénieur Sécurité chez DESCHIRON (terrassement) à Morangis dans l Essonne Cadre et en CDI, je gère le SMS, statistiques sécurité, vérifications périodiques, audits, formations, incendie, veille réglementaire, signalisation, affichage sécurité PARIS François Consultant QSE chez Hémisphères (groupe Altran) à Levallois-Perret (92) Cadre et en CDI, j analyse les risques industriels, études de dangers, POI, Modélisation de scénarios accidentels, systèmes de Management, audits Contact : et De nombreux anciens GDR ont trouvé le chemin de l emploi, d autres cherchent encore Cette liste d étudiants malheureusement très peu exhaustive sera complétée courant année 2007 par la mise à jour de l annuaire des anciens étudiants, enfin Une importante base de données de contacts qui pourrait certainement s avérer très utile Le soleil brille pour les anciens MSSISI avec plus de 70% des étudiants en CDI obtenu ou à venir. Pour les MSESI, les CDI sont plus durs à obtenir mais la demande est là!

4 4 SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL Le stress au travail Un risque majeur pour les hommes et les organisations Le stress au travail est un véritable fléau qui révèle souvent un malaise dû à un management oppressant ou à une organisation du travail peut saine. Véritable risque majeur nous serons les premiers concernés demain pour prévenir ce phénomène aussi bien dévastateur pour l homme que pour les organisations. Quelles sont les sources de stress? Quelles en sont les conséquences? Comment créer un climat social sain et prévenir ce risque? Des questions clés auxquelles cet article donne un début de réponse. 28 % part de salariés souffrant de stress au travail. 78 % des cadres ont une pression (très) élevée. 20 Md coût du stress au niveau de l UE sur 1 an. Le stress est à l origine de 50 % à 60 % de l ensemble des journées de travail perdues. problèmes de stress grâce à des indicateurs basés sur les points abordés précédemment et aux remontées d informations du CHSCT, des délégués du personnel Quelles mesures mettre en place? Avant toute chose, il est nécessaire d agir en amont en définissant une organisation et des conditions psychosociales saines. Selon un scientifique suédois le travail doit être conçu pour : Que chacun puisse influencer sa vitesse de travail et ses méthodes. Que chacun a une vision et une compréhension globale du process. Que chacun puisse utiliser et développer toutes ses ressources. Permettre le contact humain et la coopération entre les acteurs. Permettre à chacun d avoir du temps personnel (famille, vie sociale ). Par ailleurs, la prévention doit aussi agir sur les situations déjà stressantes avant que des problèmes de santé n apparaissent. Ainsi, des actions doivent être menées pour repérer ces situations et les groupes de travailleurs y étant exposés. Ensuite il s agira d appliquer les 5 principes vus précédemment. La réglementation? Le stress est reconnu comme un risque professionnel et par conséquent est soumis au code du travail (article L obligation de l employeur d assurer la SST des travailleurs) et doit être intégré dans le document unique. -LC- Qu entendons nous par stress? Un constat : 1 salarié sur 3 déclare souffrir du stress au travail, ce phénomène n épargne aucun secteur et touche toutes les personnes, des opérateurs aux dirigeants. D'après l'agence Européenne pour la Sécurité et la Santé au travail, le stress «survient lorsqu'il y a déséquilibre entre la perception qu'une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu'elle a de ses propres ressources pour y faire face». Le stress en milieu professionnel peut être lié à plusieurs facteurs classés en cinq catégories : Facteurs liés à la tâche, c'est-à-dire au contenu même du travail à effectuer. Facteurs liés à l'organisation du travail. Facteurs psychosociaux (liés aux relations de travail). Facteurs liés à l'environnement physique et technique (chaleur, bruit ). Facteurs liés à l'environnement socioéconomique de l'entreprise. Les effets du stress sur la santé Si notre organisme est soumis à un stimulus stressant il va réagir suivant trois phases : c est le syndrome général d adaptation (SGA). L alarme, la résistance et l épuisement. Dans des situations de stress chroniques liées à des contraintes durables dans le travail, il apparaîtra au bout de quelques semaines 4 types de symptômes : Physiques Douleurs (coliques, maux de tête, etc.), troubles du sommeil, de l'appétit et de la digestion, sensations d'essoufflement ou d'oppression,etc. Emotionnels Sensibilité et nervosité accrues, crises de larmes ou de nerfs, angoisse, excitation, tristesse, sensation de mal-être, etc. Intellectuels Perturbation de la concentration nécessaire à la tâche entraînant des erreurs et des oublis, difficultés à prendre des initiatives ou des décisions, etc. Comportementaux Modification des conduites alimentaires, comportements violents et agressifs, isolement social (repli sur soi, difficultés à coopérer), etc. Si cette situation perdure la conséquence est le «burn out», c est le stade ultime du stress il est caractérisé par un état léthargique de la personne. Dans quelques cas plus rares, le burn out peut entraîner la mort, au Japon ce syndrome appelé Karoshi est le degré le plus absolu du burn out. La mort résulte de la destruction des glandes qui engendrent le stress, les glandes surrénales. Mais heureusement aucun cas n'a été identifié en France pour l'instant. Cela montre bien que gérer le personnel par le stress c est prendre le risque de l épuiser. Le coût du stress : l addition svp! Nous venons de voir les conséquences pour l homme, pour l entreprise, les conséquences peuvent être très lourdes concernant son fonctionnement. Voici ce qu il faut évaluer pour avoir une idée du coût engendré par le facteur stress : Gestion du turnover, de l absentéisme, des accidents du travail ; Remplacement du personnel, réorganisation du travail ; Difficultés de recrutement ; Baisse de la productivité ; Baisse de la créativité ; Baisse qualitative du travail. Comment détecter un problème de stress au sein de l entreprise? Le management doit détecter ces En savoir plus Dossier web INRS : stress au travail Ouvrage INRS : «ed 973 et ed 5021»

5 ENVIRONNEMENT 5 La démarche HQE Qu est ce que la démarche HQE? Dans quels projets s inscritelle à l échelle de la commune? La haute qualité environnementale des bâtiments ou HQE est un concept apparu au début des années 90 et qui s'est depuis largement développé. Elle est aujourd'hui au centre d une politique de développement durable qui concerne l'ensemble du monde du bâtiment. Elle vise à limiter à court et à long terme les impacts environnementaux d une opération de construction, de réhabilitation, ou de démolition tout en assurant aux occupants des conditions de vie saines et confortables. Il ne s'agit pas d'une réglementation ni d'un label, mais d'une démarche volontaire de management de la qualité environnementale (HQE :marque déposée par l association HQE). La Démarche HQE, s'appuie d'une part sur un système de management environnemental de l'opération, établi et conduit sous la responsabilité du maître d'ouvrage, d'autre part sur les exigences environnementales définies à l'origine du projet selon son contexte et les priorités du maître d'ouvrage. En savoir plus HQE, un article de Wikipédia, encyclopédie sur Internet ; Ouvrage sur la Définition des cibles de la HQE des bâtiments ". Association HQE. (1997). L'Association HQE basée à Paris, a défini deux domaines d'exigences de Qualité Environnementale comportant chacun deux sous-domaines : Les cibles de maîtrise des impacts sur l'environnement extérieur (éco-gestion et l ecoconstruction) ; Les cibles de création d'un environnement intérieur satisfaisant (les cibles de confort et de santé). Il existe 14 cibles au total ayant pour but d améliorer la qualité de vie des usagers (confort thermique, qualité de l air, éclairage, bruit), de limiter les nuisances locales, de réduire les impacts et les consommations énergétiques. Récupération des eaux de pluie A l échelle de la commune, comment peut- on réaliser des ouvrages en respectant l environnement? C est l objet du témoignage d un adjoint à l urbanisme sur la commune des Sorinières «Parmi les cibles de la démarche HQE, 5 points importants sont à souligner dans la gestion des chantiers», a-t-il répondu. «D abord, nous faisons en sorte de réaliser des chantiers propres, c est à dire intégrer la sécurité, la gestion des déchets (tri, pas de feu pour éviter les émanations néfastes), des zones de stationnement spécifiques aux véhicules (rétention du fuel par exemple). Ensuite, nous installons des systèmes d eau chaude solaire avec des capteurs individuels ou collectifs. On peut également utiliser des capteurs photovoltaïques, l intérêt est de chauffer l eau ou fournir de l électricité au réseau ; concrètement ils sont aussi utilisés sur les lampadaires dans les espaces verts. Troisièmement, nous intégrons des puits canadiens aux habitations. Le puit canadien est un réseau de tuyaux enterré sous la maison où l air chauffé par la terre circule en permanence (environ 14 C). Avec un système de pompe en aval qui va continuer à chauffer l air, on va pouvoir monter un chauffage au sol basse température (35 C). Les systèmes de récupération des eaux de pluies sont également très exploités, par l intégration notamment de citernes (3 à 5 m 3 ) dans la construction. Les eaux récupérées seront utilisées avec le réseau d eau de ville par le biais d un système alternatif pour les chasses d eaux par exemple. Enfin d énormes progrès sont fait au niveau de l isolation des locaux, on privilégiera des matériaux naturels comme le chanvre, la ouate de cellulose, le béton cellulaire, la brique multi épaisseurs, et on verra de plus en plus des maisons utilisant le bois, la glaise ou encore la paille». A noter que le chauffage collectif bois est en projet sur la commune, et que pour un chauffe eau écologique il faut compter 5000 à 6000 euros supplémentaire par rapport à une installation traditionnelle avec un temps de retour sur investissement inférieur à 10 ans. -JM- La démarche HQE s inscrit dans une politique de développement durable et vise à limiter l impact négatif des constructions sur l environnement. Autrement dit, elle définit la capacité d'un bâtiment à préserver les ressources naturelles et à répondre aux exigences de confort, de qualité de vie et de santé. Le bâtiment doit satisfaire ces critères lors de sa mise en œuvre et au cours de sa vie jusqu'à sa déconstruction. En France, fin 2002 : 278 opérations conduites selon la démarche HQE (dont 110 dans le domaine de l enseignement).

6 6 LE DOSSIER DU MOIS LE COUT D OBTENTION DE LA QUALITE Le «C.O.Q» dont il va être question par la suite n est pas celui qui chante dans nos basses-cours, ni celui qui indique le sens du vent au sommet d un clocher. Indicateur de pilotage performant, le calcul du C.O.Q est méconnu jusque là dans les démarches qualité, prônant le concept d amélioration continue. Clarifions le concept du C.O.Q, pour ensuite comprendre quel doit être le poids relatif des différentes rubriques le composant, et enfin aborder comment peut-on simplement le calculer. UN PEU D HISTOIRE Dans les années 70, diverses publications des «maîtres qualité» (JURAN, DEMING, CROSBY, ISHIKAWA...etc.) évoquent directement ou indirectement la notion de «coûts de la qualité». FEIGENBAUM développe quant à lui le concept de l usine fantôme, qui est une usine parallèle, dans lequelle il y a un détournement de 40% de la production de l usine «officielle». En 1981, l AFCIQ*, ancêtre du MFQ**a publié les résultats d un groupe de travail interprofessionnel sous la forme d un «Guide d évaluation des Coûts relatifs à la Qualité». En 1995, l Union Européenne, dans le cadre du programme PHARE, lance la notion de C.O.Q pour développer des mouvements Qualité nationaux des pays de l Europe de l Est. Avant les années 2000, seuls les référentiels propres à l automobile exigent de manière explicite la mise en œuvre de la gestion des C.O.Q. Sigles *AFCIQ : Association Française de Contrôle Industriel et la Qualité, ** MFQ : Mouvement Français pour la Qualité TAXONOMIE DES COUTS : Par définition, le terme C.O.Q sera l addition de deux termes conjugués : D autre part, le terme «Coûts de la Non-Qualité» qui désigne les dépenses imputables à une mauvaise qualité. D une part, le terme «Coûts d Investissement Qualité» qui désigne les dépenses investies pour obtenir la qualité ; Les Coûts de Non-Qualité CNQ : Ils sont liés aux défaillances d un produit (ou service) et se classent en quatre catégories : Coût de Non Qualité Exemples de CNQ Direct Frais dont les conséquences sont directement chiffrables Indirect Frais dont les conséquences sont indirectement chiffrables Coût d Investissement Qualité Exemples de CIQ Externe Frais encourus lorsque le produit ne satisfait pas aux exigences de qualité avant d avoir quitté l entreprise. Remboursement des frais transport Frais de retour de marchandises Avoir ou remises client.. Perte de clientèle Plaintes, procès Baisse de l image de marque.. RETOUR CLIENT PERTE DE CLIENTELE REBUTS STOCK EXCESSIF L iceberg des Coûts de Non-Qualité Coûts de Prévention Frais utilisés pour éviter l apparition d une défaillance. Coût du fonctionnement du système qualité Coûts formation du personnel Investissement dans des procédés industriels Interne Frais encourus lorsque le produit ne satisfait pas aux exigences de qualité après avoir quitté l entreprise. Rebuts, déchets matière Frais d élimination Réparations, retouches.. Désorganisation production Sur-stockage marchandises Changement du procédé de fabrication.. Les Coûts d Investissement Qualité CIQ : Ce sont les coûts investis dans la qualité ; et ils sont décomposés en deux catégories : CNQ externes CNQ internes Coûts d Evaluation Frais utilisés liés aux activités de contrôle, vérification. Coût métrologie, appareils de mesure et de vérification Activités de contrôle des organismes extérieurs

7 LE DOSSIER DU MOIS 7 LE COUT D OBTENTION DE LA QUALITE mais bien le sigle C.O.Q signifiant «Coût d Obtention de la Qualité». LE JUSTE EQUILIBRE La répartition des rubriques du COQ au sein des entreprises françaises est révélatrice d une «culture» fondée sur les activités de contrôle : Coûts de Prévention Coûts d Evaluation L analyse de la répartition mentionnée par les entreprises japonaises les plus performantes montre le lien de corrélation entre l augmentation des coûts de prévention et la réduction des coûts de contrôle et de non-qualité. Vous privilégierez un consensus qui recueille l assentiment général plutôt qu une méthode «à la virgule près», qui est comprise que par le service comptabilité! Pour établir un chiffrage du COQ, il sera nécessaire de chiffrer les rubriques en terme simple et sur une période représentative (sur plusieurs semaines ou plusieurs mois). Par exemple, l approximation du coût des rebuts (chiffrés à pour 3 semaines) peut être calculée annuellement par une simple «règle de trois» : (9 000 / 3) x 45 semaines = /an. Récolter les informations : Il faut récolter le maximum d informations chiffrées, notamment en allant cherchant les informations dans les différents services de l entreprise : Par définition COQ = CIQ + CNQ Selon une étude d IBM en 1980, la répartition du COQ dans leur firme était de 60% de CNQ et 40% de CIQ (dont 15% de Prévention et 25% d Evaluation). CIQ Optimiser le COQ CNQ Le développement d une démarche qualité passe par trouver «le juste équilibre» entre le poids relatif de COQ (% chiffres d affaires) et l objectif de la politique qualité que l on s est fixé. A court terme, l investissement associée à la fonction qualité >> réduction des coûts des anomalies. A long terme, l investissement associée à la fonction qualité << réduction des coûts des anomalies. % Chiffres d Affaire CNQ COQ optimal CIQ Données pour évaluer le COQ Comptabilité / Contrôle de Gestion Contrôle de Production Service du Personnel Service client Comment présenter les résultats? Exemple de données recueillies Factures de la fonction qualité, calcul des coûts de revient, imputation des coûts par catégorie.. Gestion des stocks, rendements matière, temps d arrêt production.. Coût du plan de formation, coûts des accidents du travail Nature et montant des avoirs client, montant imputé au suivi des clients Généralement présenté sous la forme d un tableau de synthèse, je vous propose de présenter les résultats sous la forme suivante, à travers un exemple : Rubriques du COQ Nature des coûts Sources d information Défaillance externe Avoirs clients Réclamations Client enregistrées Méthode de calcul (total des avoirs en par mois /nombre de réclamations) Coût en k /an /an En pratique, il est vraisemblable que vous serez confronté à des incohérences entre des données de provenances différentes. Dans ce cas, deux solutions s offrent à vous : o Soit ne retenir que l évaluation la plus faible (si cet écart n est pas trop important!) ; o Soit de trouver une personne compétente dans l entreprise qui prendra la responsabilité de fixer des bases de calcul indiscutables. «Juste qualité» Qualité + Traitement des données : COMMENT EVALUE LE COQ : En milieu industriel, comme pour les activités tertiaires, la collecte des informations n est jamais immédiate. Dans le cadre de votre fonction de responsable qualité, vous êtes obligés de croiser les informations entre celles données par la gestion comptable de l entreprise et celles recueillies sur le terrain. Il faut veuillez à ce que les calculs soient fiabilisés et donc qu ils ne soient pas contestés par la suite. La restitution des résultats de votre analyse sur le calcul C.O.Q doit être effectuée au niveau des différentes strates de l entreprise. L effort principal de communication est de faire comprendre que le COQ est un indicateur permettant le pilotage quotidien d une démarche Qualité. CONCLUSION : Depuis la parution de la norme ISO 9001 dans sa version 2000, la partie «Analyse de données», a introduit cette notion de mesure des résultats en matière de qualité. Très utilisé par ailleurs dans les référentiels d autoévaluation (EFQM, Malcolm Baldridge Award...) le calcul du C.O.Q est un moyen pour l entreprise de se doter d indicateurs économiques précis. -FA-

8 8 SECURITE DES SYSTEMES D INFORMATION Le spam : pourriel de la toile mondiale Un point sur la lutte anti-spam pour les entreprises Le spam est un fléau qui coûte aujourd hui très cher aux entreprises en terme de temps donc de productivité. Pour contrer le pollupostage, les autorités gouvernementale s lancent quelques projets qui aboutissent rarement tellement l ampleur est importante. Pour répondre, quelques solutions simples pour limiter leurs effets et quelques techniques de filtrage sont indiquées. Le spam représente 72% de l ensemble du trafic de courrier électronique sur tout l'internet. Coût du spam : 150 milliards de dollars au niveau mondial pour les entreprises en 2005 La définition la plus courante du spam est «l envoi en nombre de courriers électroniques non sollicités». La démocratisation d'internet a été suivie par une vague de «spammeurs» qui a pris de l'ampleur avec le temps. Ainsi, aujourd'hui, il n'est pas rare qu'un internaute reçoive plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines de spams (publicités la plupart du temps) dans sa boîte électronique chaque jour! Ce qui provoque rapidement un ras-le-bol quand il s'agit de classer / trier son courrier électronique. C est pourquoi il est essentiel pour une entreprise de différencier les courriers légitimes des spams. Conscientes des problèmes divers et variés que peut provoquer le spam, plusieurs grandes entreprises et plusieurs gouvernements se sont penchés sur cette pollution numérique. Cela a donné naissance à quelques projets, comme la CAN-SPAM aux États-Unis qui visent à s'attaquer directement aux responsables d'envois de SPAM. Malheureusement, ces actions n'ont pas été totalement couronnées de succès. Certes, certains spammeurs ont arrêté leurs activités, mais pour le moment le phénomène du spam En savoir plus Comment choisir son logiciel anti-spam? Conseils pratiques de lutte contre le spam a pris une ampleur phénoménale : supprimer une source de spam, c est en faire renaître 5 autres à la place Pour éviter la réception des spams, voici quelques conseils pratiques : premièrement, ne JAMAIS répondre à un spam. En effet, c est grâce aux accusés de réception, fournis par vos réponses, que les spammeurs découvrent si l adresse en question est valide ou non. Alors plus vous répondrez et plus vous aurez de spams. De même, ne cliquez jamais sur un lien fourni par mail pour se désinscrire, il s agit le plus souvent d un système permettant de valider votre adresse. Si jamais votre adresse est détectée comme valide par les spammeurs, cela ne fera qu augmenter le nombre de spams que vous recevrez. Ensuite, pensez à détenir au minimum 2 adresses s. De cette façon, il est possible d utiliser une adresse à des fins privées comme par exemple pour les correspondances personnelles. L autre adresse servira uniquement pour les inscriptions aux forums, salles de discussion, listes de mailing, etc. Cette seconde adresse sera de préférence une adresse d un fournisseur d s gratuits type Yahoo, Gmail, Caramail, et autres. Enfin, assurez-vous que votre adresse électronique «privée» est filtrée par une solution anti-spam. Si ce n est pas le cas, pensez à installer une solution anti-spam (Spamihilator, Altospam, ) Il existe également certaines solutions techniques de filtrage du spam qui permettent d en limiter sensiblement les effets : Analyse heuristique : elle permet d étudier tous les mails, et trouver ceux dont les entêtes et le corps seraient susceptibles de correspondre à certaines caractéristiques ; Listes noires : ce sont des listes de serveurs connus pour aider, accueillir, produire ou retransmettre des spams ou fournir un service pouvant être utilisé comme support pour l expédition de spam ; Filtres Bayésiens : C est une méthode probabiliste de filtrage des courriers électroniques. Elle se base sur une distribution statistique de mots-clé présents dans les mails. Ces solutions se mettent en place à différents échelles : filtrage au niveau du PC, au niveau du serveur de messagerie, au niveau de la passerelle internet ou encore l utilisation de logiciels anti-spam (services de filtrage externalisés). En conclusion, le spam a encore de très beaux jours devant lui. Actuellement, la solution idéale n existe pas, il est urgent qu une législation «globale» soit mise en place, forçant les entreprises à ne faire que du «opt in» avec le consentement du récepteur. Dans un monde idéal, la seule façon d enrayer ce fléau serait de taxer les s comme le courrier traditionnel, quelques projets émergents, mais rien n est prévu à court terme. - A. D. -

9 SYSTEMES D INFORMATION 9 Le commerce électronique est-il en péril? Tornade dans un verre d eau? Le 18 novembre dernier, le très respecté journal «Le Monde» titrait «Les puces ne garantissent plus la sécurité des échanges en ligne». Quelques semaines avant noël, cet article a fait l effet d une bombe dans la petite bulle des spécialistes en sécurité informatique. Sur quels faits se base un journal aussi prestigieux que «Le Monde» pour démonter le peu de confiance que les vendeurs en ligne ont mis des années à acquérir? Revenons tout d abord sur le modèle de sécurité du commerce électronique. Ce dernier est basé sur la cryptographie asymétrique et, plus précisément, sur l algorithme RSA (du nom de ses concepteurs : Rivest, Shamir et Adleman). Cet algorithme permet de crypter les messages entre deux points, typiquement un ordinateur client et un serveur, pour garantir que tout le trafic est confidentiel. Tout repose sur les clés qui permettent de crypter et décrypter les messages. Ces clés sont des suites de 1 et de 0 (des bits) dans une quantité précise (512, 1024, 2048, ). Si vous connaissez la clé (les 512 bits), vous pouvez lire le message, un numéro de carte bleue par exemple. En savoir plus Le Monde, «Les puces ne garantissent pas la sécurité des échanges en ligne», 18/11/2006 «On the Power of Simple Branch Prediction Analysis», Onur Acıicmez, Cetin Kaya Koc and Jean- Pierre Seifert Et là, on parle du commerce électronique mais c est le même algorithme qui est utilisé dans les cartes à puces, les échanges financiers inter-banques, les systèmes de video-conférences sécurisés, etc Bref, casser l algorithme RSA, c est le Graal du pirate informatique. Les concepteurs de RSA Si «Le Monde» s est permi un article aussi alarmiste, c est suite à la publication des travaux du Professeur Jean-Pierre Seifert (universités d'haïfa et d'innsbruck). Lui et son équipe ont approché de très près ce Graal. Ils ont réussi à récupérer la quasi-totalité d une clé RSA. Disposant de cette clé (508 des 512 bits en fait, mais trouver les bits manquants est trivial), ils ont pu décrypter le message. Alors la sécurité des échanges informatique est-elle mise en péril? En fait, oui et non Oui parce que cette faille est une avancée majeure en matière de sécurité. RSA et les algorithmes à clés ne sont plus aussi inviolables qu on le pensait il y a encore deux mois. Même si la faille n est pas directement imputable à RSA, mais plutôt au processeur qui ne protège pas assez la clé lors de son utilisation, le modèle classique de cryptographie prend un sacré coup dans l aile, et ça, c est une révolution. D un autre coté, et c est ce qui me fait penser que le commerce électronique a encore de beau jours devant lui, l article du journal «Le Monde» était faussement alarmiste. La lecture des travaux du Pr Seifert apporte des lumières que l auteur Hervé Morin a choisi, volontairement ou non, de laisser de coté. En effet, la clé RSA a été récupérée dans des conditions extrêmement favorables aux «pirates». La vitesse de traitement de la machine attaquée a été ralentie, il a fallut plus de 10 essais pour trouver la clé dans le fouillis des informations récupérées et, surtout, ce travail a été grandement facilité car les chercheurs connaissaient la clé et savait donc quoi chercher dans le micmac d expression hexadécimales. Donc, c est une grande découverte mais ce n est pas la bombe annoncée. On sais depuis pas mal de temps que, pour assurer un bon niveau de sécurité, il faut utiliser des clés plus grandes que 512 bits (au moins 2048 bits) dans les protocoles sécurisés. On sait également que pour les échanges vraiment sensibles, il faut utiliser des puces cryptographiques spécialisées à la place des processeurs classiques comme ceux d Intel ou d AMD. Pour le moment, ces puces restent l apanage des systèmes ultra spécialisés mais peut être les verra t on un jour arriver dans nos ordinateurs portables. Toutefois, et pour conclure, force est de constater que cette attaque est impressionnante! Suffisamment pour que Intel et AMD aient déjà pris des mesures correctives. Car si une attaque basée sur ces travaux venait à ce répandre, cela pourrait faire très mal. - J. V. - Le journal «Le Monde» se base sur les travaux du Pr Seifert pour remettre en cause la sécurité du commerce électronique peu de temps avant Noël. Sous cet article alarmiste se cache la découverte d une faille très puissante qui pourrait remettre en cause l utilisation de la cryptographie, pierre angulaire de la sécurité sur Internet, dans les ordinateurs personnels. 5 mois : c est le temps qu il a fallut à des chercheurs internationaux pour casser une clé RSA de taille 640 bits. Il faut préciser que ces derniers été largement aidés par les 30 machines équipées de processeurs Opteron 2,2 Ghz qui ont passés ces 5 mois à calculer sans interruption.

10 10 SECURITE INDUSTRIELLE Explosions de silos : un risque peu connu 13 % des accidents de silos sont dus aux explosions. C est la typologie d'accidents la plus redoutable en raison de sa cinétique et de la gravité des ces conséquences. Parfois sousestimés, les risques d'explosion de poussières dans les silos ont fait la une de l'actualité lors du dramatique accident d'une malterie à Metz en octobre 1982 qui provoqua le décès de 12 personnes. Aujourd'hui les acteurs de la prévention ne doivent plus ignorer ces risques. 302 accidents survenus en France ou à l'étranger avant le 31 décembre 2005 et concernant directement ou indirectement des silos de matières végétales. En savoir plus Préventique Sécurité n 35 sept-oct 97 INERIS BARPI ouv.fr/index2.html A première vue, le stockage des produits dans un silo à grains pourrait ne pas poser de risque industriel apparent. De même, le fait de manipuler chez soi des produits du même type que ceux stockés dans les silos (farine, sucre glace ) laisse à supposer qu il n existe pas de risque d explosion. Mais que penser alors des récents événements dont la dernière explosion mémorable remonte en 1997 à Blaye? Cette année là, l explosion d un silo vertical de grains a fait 12 victimes (11 morts et 1 blessé). La moitié de l installation s est effondrée. Qu est-ce qu un silo? Le terme "silo" recouvre les cellules, les boisseaux, mais aussi les tours de manutention, les dispositifs de transport (élévateurs, transporteurs à chaîne, bandes transporteuses...), les équipements auxiliaires (épierreurs, trémies, dépoussiéreurs, tamiseurs...) et les équipements connexes comme les séchoirs. Schéma d une explosion de silos Dans le cadre de ces accidents, nous sommes confrontés à une atmosphère explosive ou ATEX. Six facteurs entre en jeu dans la constitution d une explosion de poussières: Combustible (poussières), Comburant (oxygène de l air), Source d énergie (étincelles, fermentation) Confinement (silo) Mise en suspension (nuage de poussières) Concentration suffisante du combustible en suspension Par exemple, plusieurs appareils électriques sont installés dans les silos. La poussière de maïs mise en suspension lors du remplissage des sacs de farine constitue notre combustible. De l air circule : on a notre comburant. Nous sommes en milieu confiné. Si un appareil est défectueux, il produit une étincelle (source d énergie) : on a alors notre explosion!! Et à la maison? Le même phénomène peut se reproduire chez soi. Soyez donc vigilant lors de la célébration de votre anniversaire! Un gâteau saupoudré de sucre glace peut se révéler dangereux lorsque l on souffle les bougies. Le sucre forme des poussières mises en suspension lors de cette opération. Tous les éléments sont réunis pour faire de votre anniversaire une «journée mémorable»!! Cet exemple n est pas assimilable à ce qui se produit dans un silo (pas de confinement) mais c est assez cocasse tout de même. Qu en est-il de la réglementation? La directive européenne 1999/92/CE réglemente l amélioration de la santé et de la sécurité des travailleurs exposés aux risques des ATEX. En droit français, les décrets et 1554 modifient l article R du Code du travail sur la prévention des explosions dans les lieux de travail. Ces textes sont applicables pour le travail dans les silos. Un REX est aussi possible grâce aux bases de données des différents accidents de travail. On notera notamment la base ARIA du BARPI soit le Bureau d Analyse des Risques et Pollutions Industriels (voir «en savoir plus»). Celle-ci analyse, recherche et collecte les informations disponibles sur les accidents industriels. Causes principales des accidents Si les sources d'ignition peuvent être d'origines multiples, l'empoussièrement est la cause initiale de ces accidents. Cependant, l état de vétusté de l installation et les travaux de maintenance associés (travaux par point chaud) prennent part aussi aux causes de ces explosions. De même, un produit à forte teneur en lipides (céréales oléagineux), la fermentation et la pulvérisation d additifs sont autant de facteurs susceptibles de conditionner une ATEX. Quelques conseils de prévention Tous les points cités précédemment sont des éléments à prendre en compte lors de l analyse des risques. Cependant, cette liste n est pas exhaustive car on doit aussi tenir compte de la température de séchage et des opérations de vidange et remplissage. Vous l aurez compris, la gestion des ATEX n est pas une mince affaire. C est un système complexe qui nous est difficile de traiter dans sa globalité. Cependant, la réglementation évolue et seule une prise de conscience réelle dans les entreprises peut éviter bien des accidents. -M.C- -J.L.B-

11 SECURITE 11 Attention au monoxyde de carbone! Un gaz inodore, invisible mais mortel Le CO, ou monoxyde de carbone, est un gaz asphyxiant que l on ne peut détecter sans appareil spécifique. On le retrouve lors de la combustion incomplète d une substance contenant du carbone. De densité similaire à celle de l air, il se diffuse très vite dans un bâtiment. Son caractère sournois (pas d odeur ni de couleur) et ses propriétés toxicologiques en font un gaz dangereux. En effet, il agit en prenant la place de l oxygène dans le sang et empêche ainsi les échanges gazeux de se faire normalement. On distingue deux types d intoxication oxycarbonée : L intoxication subaiguë ou chronique : qui provoque des maux de tête, des nausées et un état de fatigue ; L intoxication aiguë : rapide, elle entraîne des vertiges, une perte de connaissance, voire un coma et la mort. Ces intoxications provoquent, selon la gravité de l intoxication, des séquelles invalidantes (troubles de la motricité, migraines chroniques, paralysies, etc.) Accidentologie Les statistiques montrent que les principales causes sont un défaut de fonctionnement des appareils de chauffage et leur installation (50% au gaz, 12% au charbon, 7% au pétrole et 5% au fioul). En savoir plus Il faut noter que l amélioration de l isolation des logements et l utilisation des chauffages d appoint (type poêle à pétrole) accroît le risque d intoxication accidentelle au CO dans les foyers. Que dit la réglementation? Pour lutter contre l insalubrité, le décret n du 14 septembre 2006 impose en cas de vente d un bien immobilier d effectuer un état de l installation intérieure de gaz. Une circulaire en date du 4 septembre 2006 préconise l installation dans certains lieux publics de détecteurs fixes ainsi qu un entretien régulier des appareils de chauffage. Elle indique aussi la conduite à tenir en cas de détection de signes d intoxication ou de déclenchement d un détecteur de CO (évacuation, appel des secours, etc.) Conseils de prévention Il paraît évident que pour éviter tout dysfonctionnement sur les appareils et installations de chauffage, un entretien régulier par un professionnel est nécessaire. Mais il faut également observer certaines règles de prévention : N utilisez que par intermittence les appareils de chauffage d appoint ; Faîtes ramoner vos conduits de cheminées de chaudière ; N utilisez jamais de groupe électrogène en intérieur ; Faîtes régler par un professionnel vos brûleurs de gazinière ; Enfin, n obstruez jamais les aérations des portes et fenêtres. Les bons réflexes Si toutefois, vous êtes un jour pris en plein hiver d un mal de tête et que vous vous rendez compte que votre poêle chauffe depuis le début de la journée, c est peut-être parce que les rejets de CO sont importants. Dans ce cas, il vous faut immédiatement : Aérer les locaux en ouvrant toutes vos portes et fenêtres ; Arrêter vos appareils à combustion ; Evacuer les lieux avec les autres occupants ; Appeler les secours ; Ne réutiliser pas l appareil suspecté avant de l avoir fait contrôler par un professionnel. Campagne de sensibilisation Une vaste campagne a été menée par l INPES (Institut National de Prévention et d Education pour la Santé) comme tous les ans, courant octobre. Spots radio, dépliants, la campagne, à destination du grand public, portait sur une sensibilisation conjointe au risque d intoxication CO et au risque d incendie domestique. Judicieux quand on sait que de nombreuses personnes meurent chaque année chez elles, non pas brûlées par les flammes mais bien intoxiquées par les fumées et les gaz de combustion. -MB-RB- Le monoxyde de carbone est l une des premières causes de mort toxique accidentelle en France. Elles sont souvent liées aux mauvais réglables ou au défaut d entretien des appareils de chauffage et de production d eau chaude (à gaz) ou lors d incendies domestiques. Chaque année : 6000 intoxications 300 décès 1000 ppm (soit 0,01%) : risque d intoxication grave 5000 ppm (0,5%) : mortel en 20 minutes

12 ICARE Congrès national des Juniors Entreprises Les novembre 2006, quatre membres du bureau d ICARE sont allés au congrès national des Junior-Entreprises à Talmont St Hilaire en Vendée (85). Deux fois par an, toutes les Juniors-Entreprises de France se rassemblent en un lieu unique dans le but de participer et d échanger sur des thèmes particuliers : organisation, motivation, partage de connaissances et retour d expériences. Les appartements Pour ce congrès, la journée du samedi était entièrement consacrée à des formations délivrées par les partenaires de la C.N.J.E. ainsi que l association ICARE. Oui, vous avez bien lu! Pour cette première participation, notre belle asso s est fendue de deux modules distincts de formation à la qualité (F.Tranchant et P-A Charles Aristide ont sensibilisé 90 personnes au référentiel ASC et à la mise en place d un SMQ). Espaces partenaires Le bâtiment principal du congrès Le congrès était également l occasion de faire différentes rencontres. Notamment, la rencontre des partenaires institutionnels représentés par leurs responsables des ressources humaines. Autour d entretiens formel ou au détour d un couloir les DRH ont discuté avec les étudiants du CV et des lettres de motivation et d éventuelles propositions de stage. Enfin, c était aussi l occasion de rencontrer les Juniors Entrepreneurs de toute la France et de partager des informations (PIER, une junior spécialisée en ingéniérie informatique, nous a contacté pour travailler sur plusieurs supports de management). Rencontre qui s est immortalisée dans les règles de l art, par une grande soirée de gala et un dimanche dans la piscine! Partenaires institutionnels CNJE ICARE Centre du Guesclin Place Chanzy NIORT Bâtiment A Salle 320 Tél / Fax : Vous voulez participer à Icarisk? N hésitez pas à prendre contact avec Julien VEHENT (M2 MSSISI) ou Romain BERTHE (M1 MSESI). Nous avons toujours besoin d un coup de main. EQUIPE ICARISK Président ICARE Marlène DESGRAND Directeur Communication Pierre-Arnaud CHARLES-ARISTIDE Rédacteurs en Chef Julien VEHENT, Romain BERTHE. Rédacteurs François ASTRUC -FA-, Maxime BALTENNECK -MB-, Romain BERTHE -RB-, Loïc CAPOULUN -LC-, Pierre-Arnaud CHARLES-ARISTIDE -PACA-, Antoine DURAND AD-, Estelle JEMY -EJ-, Mathieu JONDOT MJ-, Julian LE BRAS -JLB-, Maëva CHEVALIER-MC-, Julien MOREL -JM-, et Julien VEHENT -JV-, Relecteurs Aurore BOUCHET, Guillaume GUERIN, Grégory LE GALL, Frédéric TRANCHANT.

Intoxications au monoxyde de carbone : prudence

Intoxications au monoxyde de carbone : prudence Communiqué de presse Intoxications au monoxyde de carbone : prudence Le monoxyde de carbone est un gaz asphyxiant indétectable : il est invisible, inodore et non irritant. Il résulte d une mauvaise combustion

Plus en détail

TP N 1 : Réalisation de la combustion du charbon

TP N 1 : Réalisation de la combustion du charbon Chapitre 5 : Qu est ce que «brûler»? Plan : 1. Réalisation de la combustion du charbon a. Dans l air b. Dans le dioxygène 2. Quelques caractéristiques de la combustion du charbon. 3. Réalisation de la

Plus en détail

le gaz naturel... en toute sécurité

le gaz naturel... en toute sécurité le gaz naturel... en toute sécurité 1 CONTENU Une énergie présente 3 Une source d énergie sécuritaire 4 Gaz Métro : une équipe à votre service 5 Une énergie propre 6-7 Les bases de la prévention 8-9 Vous

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET STRESS AU TRAVAIL CORA FRANCE LE STRESS AU TRAVAIL FAIT PARTIE DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET STRESS AU TRAVAIL CORA FRANCE LE STRESS AU TRAVAIL FAIT PARTIE DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET STRESS AU TRAVAIL CORA FRANCE DEMOTIVATION, FATIGUES DES EQUIPES, TURN-OVER IMPORTANT, TAUX D ABSENTEISME EN CONSTANTE AUGMENTATION LE STRESS AU TRAVAIL FAIT PARTIE DES RISQUES

Plus en détail

Service communication ARS Aquitaine Véronique Séguy / Séverine Huguet 05 57 01 44 13/14 veronique.seguy@ars.sante.fr / severine.huguet@ars.sante.

Service communication ARS Aquitaine Véronique Séguy / Séverine Huguet 05 57 01 44 13/14 veronique.seguy@ars.sante.fr / severine.huguet@ars.sante. «Les intoxications au monoxyde de carbone concernent tout le monde. Les bons gestes de prévention aussi.» Dossier de presse Novembre 2012 CONTACT PRESSE Service communication ARS Aquitaine Véronique Séguy

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Le monoxyde de carbone : un risque connu mais pas toujours pris en compte... p. 8

Le monoxyde de carbone : un risque connu mais pas toujours pris en compte... p. 8 «Les intoxications au monoxyde de carbone concernent tout le monde. Les bons gestes de prévention aussi.» Dossier de presse septembre 2009 Sommaire Introduction... p. 3 Un gaz invisible, inodore et mortel...

Plus en détail

N 267.3.a.: Peinture (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres produits de protection)

N 267.3.a.: Peinture (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres produits de protection) LOI DU 10 JUIN 1999 RELATIVE AUX ETABLISSEMENTS CLASSES FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2 (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres

Plus en détail

HETS Genève 16 octobre 2009 2. 2009 Luisier Aigroz Associés. HETS Genève 16 octobre 2009 4. 2009 Luisier Aigroz Associés

HETS Genève 16 octobre 2009 2. 2009 Luisier Aigroz Associés. HETS Genève 16 octobre 2009 4. 2009 Luisier Aigroz Associés STRESS & BURN OUT LE STRESS Complément à «La santé en entreprise» Philippe Aigroz 1 2 «Ensemble de perturbations biologiques et psychiques provoquées par une agression quelconque sur un organisme» (Petit

Plus en détail

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève Ressources à disposition : http://www.explorateurs energie.com/explo_ens/anim.php# http://www.edf.com/html/ecole_energie/ L

Plus en détail

«Les risques psychosociaux, d une démarche légale à un enjeu stratégique»

«Les risques psychosociaux, d une démarche légale à un enjeu stratégique» Compte Rendu Café RH Dauphine du 27 janvier 2015 «Les risques psychosociaux, d une démarche légale à un enjeu stratégique» L objectif de ce compte-rendu est de fournir une synthèse des différents points

Plus en détail

DETECTEUR CO (monoxyde de carbone) NB 930 MANUEL UTILISATEUR

DETECTEUR CO (monoxyde de carbone) NB 930 MANUEL UTILISATEUR DETECTEUR CO (monoxyde de carbone) NB 930 MANUEL UTILISATEUR wizmart Detecteur CO TECHNOLOGIE ELECTRO CHIMIQUE Garantie 5 ANS Le détecteur CO peut vous sauver la vie Le danger : la présence de monoxyde

Plus en détail

L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude

L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude Les énergies Comment ça fonctionne Avantages Inconvénients Chauffage central - la chaleur est produite en un seul endroit : par une chaudière, des capteurs

Plus en détail

L'empoisennement par le Monoxyde de Carbone

L'empoisennement par le Monoxyde de Carbone L'empoisennement par le Monoxyde de Carbone Qu' est que le Monoxyde de Carbone (CO): Le monoxyde de carbone est un des oxydes du carbone. C'est une molécule composée d'un atome de carbone et d'un atome

Plus en détail

RISQUE INCENDIE DANS LES PETITES ENTREPRISES. Comment repérer les risques Comment éviter l incendie Quelle prévention faut-il mettre en place

RISQUE INCENDIE DANS LES PETITES ENTREPRISES. Comment repérer les risques Comment éviter l incendie Quelle prévention faut-il mettre en place RISQUE INCENDIE DANS LES PETITES ENTREPRISES 5 800 incendies par an dans les locaux industriels 1 incendie sur 4 est dû à une installation électrique défectueuse La plupart des incendies se déclarent la

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Présentation par : Mario St-Onge 14 novembre 2013

Présentation par : Mario St-Onge 14 novembre 2013 Présentation par : Mario St-Onge 14 novembre 2013 Qu'est-ce que le monoxyde de carbone? C est le produit de la combustion incomplète des combustibles. Combustibles fossiles -Gaz naturel ou en bouteille

Plus en détail

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Introduction La présente fiche traite du risque d explosion susceptible d

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Une maison BBC, Eco-construction... PAGE. Par Séverine Littière

Une maison BBC, Eco-construction... PAGE. Par Séverine Littière PAGE 20 Eco-construction... Par Séverine Littière La maison BBC relève le niveau A l heure des préoccupations environnementales, de nombreux efforts sont faits pour préserver notre planète. Nos chères

Plus en détail

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Les chocs pétroliers des années 70 nous ont fait réaliser que si nos logements étaient confortables, c était au prix d une utilisation

Plus en détail

Prévention de l intoxication au CO. un tueur silencieux chez vous

Prévention de l intoxication au CO. un tueur silencieux chez vous Prévention de l intoxication au CO un tueur silencieux chez vous Prévention de l intoxication au CO CO un tueur silencieux chez vous 3 1. Qu est-ce que le CO? CO? Le CO est un gaz très dangereux pouvant

Plus en détail

Chapitre 5 : Les risques professionnels dans l activité de travail

Chapitre 5 : Les risques professionnels dans l activité de travail Contenus : Module 8 : Prévention des risques professionnels Chapitre 5 : Les risques professionnels dans l activité de travail Objectif général: Appliquer l approche par les risques dans l activité de

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

Les DAAF, c est obligatoire et ça peut sauver des vies!

Les DAAF, c est obligatoire et ça peut sauver des vies! Les DAAF, c est obligatoire et ça peut sauver des vies! Les détecteurs de fumée : Questions / Réponses Le SDIS 70, en partenariat avec le Conseil général, la Préfecture et l Union Départementale des Sapeurs-Pompiers

Plus en détail

ES & ST Education pour la Santé et la SécuritS

ES & ST Education pour la Santé et la SécuritS ES & ST Education pour la Santé et la SécuritS curité au Travail LP Etienne LENOIR J. MUZARD Bac Professionnel Restauration 1 sommaire 1. ES & ST titre 2. Sommaire 3. Pourquoi la prévention des risques?

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

T h i m o n v i l l e. P l a n L o c a l d U r b a n i s m e. A n n e x e s a u r è g l e m e n t

T h i m o n v i l l e. P l a n L o c a l d U r b a n i s m e. A n n e x e s a u r è g l e m e n t T h i m o n v i l l e P l a n L o c a l d U r b a n i s m e A n n e x e s a u r è g l e m e n t Vu pour être annexé à la délibération du 20 décembre 2013 P L U Cachet de la Mairie et signature du Maire

Plus en détail

Performance Énergétique et Bâtiments Existants

Performance Énergétique et Bâtiments Existants Performance Énergétique et Bâtiments Existants LE CONSTAT??? IL EST FAIT!!! Enjeux Outils Concepts Méthodes Exemples LES SOLUTIONS??? ELLES EXISTENT!!! ALTERÉCO 1 Performance énergétique et patrimoine

Plus en détail

Livre blanc. Meilleures pratiques en matière de surveillance des gaz dans des cuisines professionnelles

Livre blanc. Meilleures pratiques en matière de surveillance des gaz dans des cuisines professionnelles Livre blanc Meilleures pratiques en matière de surveillance des gaz dans des cuisines professionnelles Renforcement de la sécurité des cuisines par le biais de la surveillance stratégique des gaz Les cuisines

Plus en détail

PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures

PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures Journée PPRT - CNFPT Marseille - 19 juin 2014 INERIS Benjamin Le Roux Effets d un phénomène dangereux

Plus en détail

Section 3 : Contrôle de gestion, Organisation et Performance. 1. Analyser les dysfonctionnements organisationnels

Section 3 : Contrôle de gestion, Organisation et Performance. 1. Analyser les dysfonctionnements organisationnels Section 3 : 1. Analyser les dysfonctionnements organisationnels Les dysfonctionnements sont des anomalies des processus et des activités de l organisation, générateurs de coûts inutiles. Ils créent une

Plus en détail

LE GAZ NATUREL EN TOUTE SÉCURITÉ

LE GAZ NATUREL EN TOUTE SÉCURITÉ LE GAZ NATUREL EN TOUTE SÉCURITÉ Pour vivre et profiter pleinement du confort offert par le gaz naturel, quelques règles simples de sécurité sont à respecter. Il est important de connaître son installation,

Plus en détail

Un entrepreneur détenant la licence appropriée. L entretien du système de chauffage*

Un entrepreneur détenant la licence appropriée. L entretien du système de chauffage* Soyez prévoyant Un entrepreneur détenant la licence appropriée Un système de chauffage installé selon les différents codes en vigueur et bien entretenu par du personnel qualifié est votre meilleur gage

Plus en détail

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1 Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 2 6/4/08 11:53 AM Page 2 LOG 8869 Residential

Plus en détail

Entretien de la chaudière : Kesako?

Entretien de la chaudière : Kesako? L'entretien : une affaire de spécialiste Entretien de la chaudière : Kesako? Les chauffagistes sont des techniciens professionnels formés et agréés par les régions, seuls ceux-ci sont habilités à réaliser

Plus en détail

Production d énergie solaire en région alpine

Production d énergie solaire en région alpine Village de vacances Reka Blatten- Belalp Production d énergie solaire en région alpine Après dix-huit mois de travaux, la Caisse suisse de voyage (Reka) inaugurera en décembre 2014 le village de vacances

Plus en détail

Chauffage à granulés de bois

Chauffage à granulés de bois 0 Chauffage à granulés de bois Alliance pour le Climat Luxembourg Protection du climat à la base En partenariat avec plus de 00 villes et communes européennes, plusieurs communes de l Alliance pour le

Plus en détail

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique?

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? LES PLASTIQUES EN DEBAT 3 ODP3 LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? 1 Les premières matières plastiques ont fait leur apparition autour de 1860. A l époque les premières

Plus en détail

La technique de climatisation. La technique de climatisation

La technique de climatisation. La technique de climatisation La technique de climatisation La technique de climatisation A chaque bâtiment son propre climat Chaque bâtiment a son propre climat, avec sa température, ses rayonnements, ses vitesses de courants d air

Plus en détail

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

lu ~~ FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE Référence: DB

lu ~~ FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE Référence: DB FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE lu ~~ Référence: DB Objet: Nouvelles fiches de saisine du Comité Technique Paritaire Circulaire sur le stress

Plus en détail

MAISON DE L HABITAT DE L ARIEGE

MAISON DE L HABITAT DE L ARIEGE A MAISON DE L HABITAT DE L ARIEGE 7 Boulevard Alsace Lorraine 09000 FOIX Tél : 05 34 09 24 82 Mail : contact@maisonhabitat09.fr A Des Gestes Simples pour de Grandes Economies d Energie Des gestes rusés

Plus en détail

[LES JARDINS DE PARACELSE] le OFF du DD 2015. Les Jardins de Paracelse Rousset. programmes immobiliers à taille humaine pour le développement durable

[LES JARDINS DE PARACELSE] le OFF du DD 2015. Les Jardins de Paracelse Rousset. programmes immobiliers à taille humaine pour le développement durable Les Jardins de Paracelse Rousset réalisation d une éco-résidence de 7 maisons bioclimatiques à énergie positive Promeco h promotion pour l éco-habitat AI Project Greenlogic programmes immobiliers à taille

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

R E D A N G E / A T T E R T

R E D A N G E / A T T E R T FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION COMMODO/INCOMMODO CLASSE 2 N 0403010201: ATELIERS DE TRAVAIL DU BOIS, à l exception de ceux exploités à des fins purement éducatives dans les écoles Etablissements

Plus en détail

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir éco agent Guide pratique de l des gestes simples et quotidiens pour agir 1 Edito Sommaire L électricité...3 Les équipements bureautiques...4 Le confort thermique...5 Le papier...6 Les déchets...7 Les déplacements...8

Plus en détail

Alarme incendie et Détecteur de fumée

Alarme incendie et Détecteur de fumée Alarme incendie et Détecteur de fumée Je veux être averti si un incendie se déclenche dans mon logement (maison, appartement, mobil-home...) Quelques chiffres 100 000 interventions de pompiers par an pour

Plus en détail

BBC*, suivez le guide!

BBC*, suivez le guide! BBC*, suivez le guide! Les bons réflexes à avoir dans un logement performant *Bâtiment Basse Consommation Le BBC, c est quoi? Votre logement se situe dans un Bâtiment Basse Consommation qui consomme peu

Plus en détail

02 Vénizel Papeterie La Rochette Le 18 juin 2001 un incendie frappe la salle des équipements électriques de la cartonnerie La Rochette et endommage 5

02 Vénizel Papeterie La Rochette Le 18 juin 2001 un incendie frappe la salle des équipements électriques de la cartonnerie La Rochette et endommage 5 02 Vénizel Papeterie La Rochette Le 18 juin 2001 un incendie frappe la salle des équipements électriques de la cartonnerie La Rochette et endommage 5 transformateurs au pyralène. «Des traces de PCB sont

Plus en détail

Océane : Fruit et Légume nantais

Océane : Fruit et Légume nantais Page1 Océane : Fruit et Légume nantais Date de création : 16/01/2010 Date de mise à jour : 02/03/2010 Rédacteur : Inès Dassonville Alice Lemasson Contact :Chantemerle 44118LA CHEVROLIERE : 02 51 72 93

Plus en détail

Chapitre C04 : Les combustions : qu'est-ce que «brûler»?

Chapitre C04 : Les combustions : qu'est-ce que «brûler»? Chapitre C04 : Les combustions : qu'est-ce que «brûler»? I. Combustion : définitions. L expérience dans laquelle une substance brûle est appelée combustion. Pour avoir une combustion, il faut 3 éléments

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction générale de la sécurité

Plus en détail

Cause de l incendie: Défauts de construction au mur derrière l appareil de chauffage et au niveau de la protection du plafond combustible.

Cause de l incendie: Défauts de construction au mur derrière l appareil de chauffage et au niveau de la protection du plafond combustible. Cause de l incendie: Défauts de construction au mur derrière l appareil de chauffage et au niveau de la protection du plafond combustible. 1 Oui à la protection incendie au bâtiment, mais pas uniquement!

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

FICHES ÉLÈVES À PHOTOCOPIER

FICHES ÉLÈVES À PHOTOCOPIER FICHES ÉLÈVES À PHOTOCOPIER TOTAL SA au capital de 5 909 418 282,50. RCS Nanterre 542 051 180. Imprimé en France. Juillet 2012. Crédits photos : Fotolia Corbis GettyImages Total Tenesol SunPower L, ENERGIE

Plus en détail

Énergies renouvelables

Énergies renouvelables REFERENCES : 7 QUALEADER 92, Rue René Coty 85000 La Roche sur Yon Tél. : 02 51 47 96 98 Fax : 02 51 47 71 26 Email : jean-philippe.leger@qualeader.com Effectif : 7 salariés Activité : Audit, Conseil, Formation,

Plus en détail

savoir choisir, acheter, utiliser

savoir choisir, acheter, utiliser Le bois de chauffage savoir choisir, acheter, utiliser «La Région Poitou-Charentes s est fixée comme ambition de respecter le Protocole de Kyoto à l échelle du territoire. Pour atteindre cet objectif,

Plus en détail

Les Maisons passives :

Les Maisons passives : Les Maisons passives : l avenir de la réalité Stéphane Perraud LIMOUSIN NATURE ENVIRONNEMENT en LIMOUSIN Sommaire Introduction... P.3 Une Maison passive c est quoi?... P.4 Comment concevoir une Maison

Plus en détail

ET RISQUES PSYCHOSOCIAUX. Alain VANDENBERGHE Service ARP

ET RISQUES PSYCHOSOCIAUX. Alain VANDENBERGHE Service ARP SANTE AU TRAVAIL ET RISQUES PSYCHOSOCIAUX Alain VANDENBERGHE Service ARP Santé au travail Changements importants constatés dans le monde du travail depuis les années 80 : Intensification du travail, Changements

Plus en détail

Préserver les ressources naturelles : la valorisation des déchets en cimenterie

Préserver les ressources naturelles : la valorisation des déchets en cimenterie L industrie cimentière belge L industrie cimentière est constituée de trois sociétés: CBR, CCB et Holcim. Son chiffre d affaires s élève à environ 480 millions d euros et elle dispose d un effectif de

Plus en détail

Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr. Animation du. Animation, Information. Conseils et accompagnement des projets.

Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr. Animation du. Animation, Information. Conseils et accompagnement des projets. Le Bois Énergie Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr Animation du sur les Pyrénées Orientales Animation, Information Conseils et accompagnement des projets Réalisation de pré-diagnostics tecnico-économiques

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale :

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale : PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale : 1 -la politique sectorielle 2 - les applications au sein

Plus en détail

Le document unique d évaluation des risques dans le premier degré (D.U.E.R.)

Le document unique d évaluation des risques dans le premier degré (D.U.E.R.) ANNEE 20.../20... Le document unique d évaluation des risques dans le premier degré (D.U.E.R.) Nom de l école :... Circonscription :... N RNE :... Tél :...Mail :... D.U.E.R. à envoyer à : - l'ien - M.

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

CAHIER DE RECOMMANDATIONS ENVIRONNEMENTALES

CAHIER DE RECOMMANDATIONS ENVIRONNEMENTALES Annexe 2 CAHIER DE RECOMMANDATIONS ENVIRONNEMENTALES Ce cahier de recommandations environnementales est destiné aux demandeurs d autorisation d urbanisme. Il est uniquement informatif et se réfère à la

Plus en détail

La prévention des RPS

La prévention des RPS La prévention des RPS Le stress La souffrance au travail : La souffrance revêt des aspects psychiques, sociaux, voir physiques. On parle de souffrance au travail lorsqu il y a atteinte à la santé psychologique

Plus en détail

Confort dans l habitation L isolation Le chauffage et l eau chaude sanitaire La ventilation

Confort dans l habitation L isolation Le chauffage et l eau chaude sanitaire La ventilation Sommaire Introduction Confort dans L isolation thermique Pourquoi bien isoler son habitation?? s?? financières Confort Thermique Protection environnement «Plus de confort et d'espace» Les parois non isolées,

Plus en détail

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Le contexte règlementaire L évaluation des risques professionnels

Plus en détail

INTRODUCTION INSTALLATION & OPERATION

INTRODUCTION INSTALLATION & OPERATION INTRODUCTION Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz inodore, insipide, invisible et mortel. Ce gaz est produit par la combustion incomplète de combustibles comme du gaz naturel, du mazout, du charbon ou

Plus en détail

La démarche qualité dans le bâtiment

La démarche qualité dans le bâtiment La démarche qualité dans le bâtiment La qualité : de nouveaux enjeux pour la filière bâtiment Au même titre que bon nombre d'autres grandes filières économiques et industrielles, le monde du bâtiment,

Plus en détail

Définition d une transformation chimique : Au cours d une transformation chimique, des réactifs sont consommés et des produits nouveaux se forment.

Définition d une transformation chimique : Au cours d une transformation chimique, des réactifs sont consommés et des produits nouveaux se forment. Chapitre 4 : LES COMBUSTIONS I- Une transformation chimique : la combustion 1-Transformation chimique Définition d une transformation chimique : Au cours d une transformation chimique, des réactifs sont

Plus en détail

Expertise technique du bâtiment

Expertise technique du bâtiment Expertise technique du bâtiment Désordres - Malfaçons - Dysfonctionnements Vos locaux font l'objet de : - problème structurel : micro-fissures, fissures, flambage... - affaissement de terrain, de murs

Plus en détail

MODE D EMPLOI DÉTECTEURS DE FUMÉE. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. MARS 2015. Obligatoire à compter du

MODE D EMPLOI DÉTECTEURS DE FUMÉE. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. MARS 2015. Obligatoire à compter du DÉTECTEURS DE FUMÉE MODE D EMPLOI FNSPF 2014. Firethinktank.org / Photo : Sébastien Mousnier. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. Obligatoire à compter du 8 MARS 2015 LES DÉTECTEURS AUTONOMES

Plus en détail

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel I n t r o d u c t i o n Quelques données générales La Terre est née il y a 4,5 milliards d années. L eau a alors permis la naissance de la vie. Il

Plus en détail

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Ingénieur méthodeordonnancement Qualité

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Les déchets de Ste-Sévère produisent de l énergie. Dossier de presse

Les déchets de Ste-Sévère produisent de l énergie. Dossier de presse Dossier de presse Contact : Alexa BADIN - Responsable communication - Tél : 05 45 05 22 52 - abadin@calitom.com ZE La Braconne - 16600 MORNAC / Tel 05 45 65 82 50 / Fax 05 45 65 82 55 / Numéro vert : 0

Plus en détail

COMMENT ECONOMISER DE

COMMENT ECONOMISER DE COMMENT ECONOMISER DE L ENERGIE EN CUISINE CE QUE LES RESTAURATEURS DOIVENT SAVOIR RESTAURATEURS : Les astuces pour consommer moins d énergie Depuis plusieurs dizaines d années, le monde a pris conscience

Plus en détail

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT Réhabilitation du bâtiment «Mendès France» à Auch 12 logements au standard «BBC Effinergie Rénovation» pour l OPH 32 Octobre 2011

Plus en détail

MODE D EMPLOI DÉTECTEURS DE FUMÉE. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. MARS 2015. Obligatoire à compter du

MODE D EMPLOI DÉTECTEURS DE FUMÉE. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. MARS 2015. Obligatoire à compter du DÉTECTEURS DE FUMÉE MODE D EMPLOI FNSPF 2014. Firethinktank.org / Photo : Sébastien Mousnier. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. Obligatoire à compter du 8 MARS 2015 LES DÉTECTEURS AUTONOMES

Plus en détail

Bienvenue dans votre logement BBC

Bienvenue dans votre logement BBC Bienvenue dans votre logement Ce guide est là pour vous aider à bien utiliser votre appartement. Conservez le précieusement, afin de pouvoir le consulter en cas de doute. SOMMAIRE les points clés L isolation

Plus en détail

La rentabilité de l énergie solaire n est plus à prouver dans de nombreux

La rentabilité de l énergie solaire n est plus à prouver dans de nombreux Les architectes ont un rôle clé à jouer dans le développement des énergies renouvelables pour pouvoir utilement conseiller un maître d ouvrage vers la solution la plus adaptée. OBJECTIF Ce guide propose

Plus en détail

Eco campus Pasteur-lille

Eco campus Pasteur-lille Eco campus Pasteur-lille Mobilisons ensemble nos énergies pour un environnement amélioré et durable Choisissons les éco-gestes : 4 au travail 4 à la maison INSTITUT PASTEUR DE LILLE Fondation reconnue

Plus en détail

Qualité environnementale des bâtiments BBC. Apports des systèmes constructifs en béton

Qualité environnementale des bâtiments BBC. Apports des systèmes constructifs en béton Qualité environnementale des bâtiments BBC Apports des systèmes constructifs en béton www.infociments.fr OCTOBRE 2009 1 Typologie de l étude A. Contexte B. Objectifs C. Méthodologie D. Revue critique SOMMAIRE

Plus en détail

Gestion du risque industriel en 2013, dont bilan du sgs

Gestion du risque industriel en 2013, dont bilan du sgs Gestion du risque industriel en 2013, dont bilan du sgs Commission de Suivi de Site S3PI Béthune 2014 Xavier Mouterde Site Manager SI Group-Béthune SAS 2 Sommaire Incidents et accidents Actualités administratives

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, EN CHARGE DES TECHNOLOGIES VERTES ET DES NÉGOCIATIONS SUR LE CLIMAT Arrêté du

Plus en détail

Le chauffage au bois

Le chauffage au bois Le chauffage au bois au quotidien Pourquoi choisir Flamme Verte? Les émissions de particules fines issues du chauffage au bois domestique sont identifiées comme facteur de pollution atmosphérique. En effet,

Plus en détail

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 - SUPERVISEUR HSE - 1- OBJECTIFS Donner une formation HSE d un niveau de supervision et notamment : Aider à la définition de la politique et des objectifs HSE. Comprendre

Plus en détail

BILAN STAGE INGENIEUR MRIE 2006.

BILAN STAGE INGENIEUR MRIE 2006. BILAN STAGE INGENIEUR MRIE 2006. Ce bilan succinct tient compte des évaluations faites par les maîtres de stage sur les étudiants et leurs formations. Ce bilan a été dressé sur 12 élèves ingénieurs (les

Plus en détail

. LE CATALOGUE. PHENIX CONSEILS

. LE CATALOGUE. PHENIX CONSEILS A u d i t s, C o n s e i l s E t u d e s d e R i s q u e s. LE CATALOGUE. PHENIX CONSEILS I n g é n i e r i e F o r m a t i o n s & A s s i s t a n c e t e c h n i q u e Créée en janvier 2005, la société

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE. Les atmosphères explosives (ATEX)

DOSSIER THÉMATIQUE. Les atmosphères explosives (ATEX) THÉMATIQUE (ATEX) Sommaire 1. L essentiel à retenir...... 3 2. Guide pratique... 4 2.1. Une problématique à l échelle européenne... 4 2.2. Qu est-ce qu une atmosphère explosive?... 6 2.3. Qui est concerné?...

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

Guide pour l élaboration du document unique d évaluation des risques pour les établissements scolaires du premier degré

Guide pour l élaboration du document unique d évaluation des risques pour les établissements scolaires du premier degré Guide pour l élaboration du document unique d évaluation des risques pour les établissements scolaires du premier degré Nombre d AVS/EVS Nombre d agents territoriaux Nom de l IEN de circonscription : Nom

Plus en détail