VERS UN RENOUVELLEMENT DU TISSU ÉCONOMIQUE RÉGIONAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VERS UN RENOUVELLEMENT DU TISSU ÉCONOMIQUE RÉGIONAL"

Transcription

1 VERS UN RENOUVELLEMENT DU TISSU ÉCONOMIQUE RÉGIONAL > VERS UN RENOUVELLEMENT DU TISSU ÉCONOMIQUE RÉGIONAL 4.1 > LA CRÉATION D ENTREPRISES EN PICARDIE : UN BILAN MITIGÉ Une réalité délicate La création d entreprise est primordiale pour le dynamisme et le renouvellement du tissu économique picard. Comme les autres régions du bassin parisien, la Picardie n affiche pas de bons résultats dans ce domaine. Les situations d un bassin d emploi à l autre sont variées. Les zones autour des grandes agglomérations régionales présentent les meilleurs résultats. Les secteurs liés à la logistique et aux nouvelles technologies sont les plus prometteurs. Les acteurs publics se mobilisent pour susciter et accompagner les créations d entreprises. Notamment se développent des structures d accueil comme les pépinières qui aident les porteurs de projet à passer le cap des 3 ans d existence. La création d entreprise est un sujet qui mérite toute l attention des pouvoirs publics. En effet, il s agit d une manière ou d une autre de la richesse et donc des emplois des prochaines générations. Critères de valeur ajoutée Bien évidemment du point de vue du développement économique, les créations d entreprises les plus intéressantes sont celles qui sont susceptibles de générer emploi et richesse à l échelle régionale. Deux types d entreprises sont intéressantes de ce point de vue : les entreprises innovantes, qui créent leur marché ; les entreprises industrielles, qui opèrent sur des marchés plus vastes. La difficulté tient dans le fait que les créations d entreprise répondant à ces critères sont les moins nombreuses. Seuls 4% des créateurs estiment proposer un nouveau procédé de fabrication ou un nouveau produit. C est dans l industrie que le taux de création est le plus faible, notamment en Picardie. Quelques définitions La définition statistique des créations d entreprise est délicate. Une création ne signifie pas automatiquement la création d une activité économique. La création d entreprises recouvre 3 réalités économiques : la création pure, encore appelée création nouvelle ou création ex-nihilo ; la création par reprise : dans ce cas, les moyens de production mis en œuvre étaient déjà exploités par une autre entreprise ; la création par réactivation : entreprise initialement inscrite au répertoire et qui avait cessé temporairement son activité. L agriculture et les services financiers sont exclus du champ de définition. 50

2 LA CRÉATION D ENTREPRISES EN PICARDIE : UN BILAN MITIGÉ La création d entreprises en Picardie Depuis 1990, les créations d entreprises sont en baisse en Picardie, comme dans toute la France. A partir de 1999, reprise économique et mode des start-up aidant, la création d entreprise marque une légère reprise dans la région. Avec 10,2%, elle se situe avant trois des quatre régions précédentes (à l exception de la Haute Normandie la devançant mais reste en dessous de la moyenne nationale (11,6%. L année 1995 tire ce niveau vers le haut car le taux atteignait 11,1%. Données comparatives Des facteurs structurels d ordre géographique expliquent le retard de la Picardie en terme de créations d entreprises. La carte de France de la création d entreprise montre très clairement que les régions de la grande couronne parisienne - Haute Normandie, Centre, Bourgogne, Champagne-Ardenne et donc Picardie - connaissent les diminutions les plus marquées du nombre de créations d entreprises. Les régions les plus éloignées de Paris résistent toutes mieux à la baisse tendancielle de créations. Avec une diminution de 22% sur 9 ans (contre 13% au niveau national, la Picardie se situe à la 19 ème place sur 22 régions. Des cinq régions citées, seule la Champagne Ardenne présente une évolution légèrement plus favorable. Pour le taux de création d entreprise, la Picardie occupe le 16 ème rang hexagonal toujours entre 1995 et L Aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d entreprise (ACCRE a eu un effet un peu plus bénéfique en Picardie que dans le reste du territoire. Analyse par secteurs d activités L étude de la création sous l angle de son évolution sectorielle ne permet pas de nuancer les piètres résultats de la région. Entre 1990 et 1999, tous les secteurs d activités connaissent une évolution défavorable en terme de créations d entreprises. Comme pour le reste du territoire, c est dans l industrie et les transports que le recul picard est le plus fort. Inversement, le secteur des services aux particuliers ou aux ménages reste proche du taux national. Le taux de créations d entreprises montre bien que la région tend vers une spécialisation dans des activités liées à la logistique et aux filières des nouvelles technologies de l information. Taux moyen de créations d entreprise par activité sur la période ❶ ❶ INSEE Picardie Dossiers N AISNE OISE SOMME PICARDIE FRANCE Industrie 7,4% 8,4% 6,9% 7,7% 9,1% Construction 10,6% 11,6% 8,2% 10,4% 11,1% Commerce et réparation 10,9% 11,7% 9,5% 10,8% 12,6% Transports 7,9% 10,3% 8,8% 9,3% 10,8% Cafés, hôtels et restaurants 13% 13,4% 11,9% 12,8% 15,4% 51

3 VERS UN RENOUVELLEMENT DU TISSU ÉCONOMIQUE RÉGIONAL > Disparités régionales Au sein même de la région, le taux de créations d entreprises connaît de fortes disparités. Celles-ci sont encore plus flagrantes d une zone d emploi à l autre. Au niveau des départements, l Oise possède le taux le plus proche de la moyenne française sur la période Elle contribue pour un peu moins de la moitié des créations picardes. Deux secteurs, construction d une part et immobilier, location, services aux entreprises d autre part, dépassent la moyenne nationale. L Aisne et surtout la Somme sont nettement en retrait quel que soit le secteur. La Somme ne passe devant l Aisne que pour l immobilier, location, services aux entreprises, ainsi que pour les transports. Les performances sont extrêmement différentes d un bassin d emploi à l autre. L ensemble des zones connaît une baisse du nombre de créations d entreprises. Cinq bassins concentrent les deux tiers des créations (Sud Oise, Amiens, Beauvais, Compiègne et Saint-Quentin. Les taux les plus élevés se trouvent dans l Oise et les plus faibles dans la Somme. L Aisne est scindée en deux : l ouest est relativement plus dynamique que la partie est du département Survie et accompagnement des créateurs Devenir à moyen terme Le taux de survie à trois ans des entreprises picardes est plus faible que dans la plupart des autres régions françaises. La Picardie se classe au 18 ème rang avec la région Rhône-Alpes. Seules les régions Languedoc- Roussillon, Provence-Alpes-Côtes d Azur et Ile de France sont dans une situation plus défavorable. Trois ans après la création, le taux de survie global s élève à 60%. 18% des créations pures ont disparu au bout d un an, 33% au bout de deux ans et 45% au bout de trois ans. Les entreprises ayant fait l objet d une reprise offrent une meilleure résistance : 7% ont fermé leurs portes au bout d un an, 14% au bout de deux et 22% lors de la troisième année. Structures d accompagnement Pour améliorer ce niveau de réussite, les créateurs ou repreneurs d entreprises disposent d un ensemble de structures d accompagnement, du premier accueil au financement spécifique. Un effort particulier est porté sur la mise en réseau des différentes compétences aux niveaux régional, départemental et local. Parmi ces structures, citons : les «Points Chances» dédiés au premier accueil des créateurs. Présents dans les trois départements, ces cellules d écoute et d orientation permettent de clarifier le parcours du futur chef d entreprise et d identifier ses interlocuteurs selon le type de projet ; les Plate-formes d initiative locale, issues de la mise en réseau et du partage de compétences d institutions accompagnant les entreprises (agence de développement, chambres consulaires. Développement de pépinières d entreprises Chargées d accueillir et d accompagner les projets des créateurs d entreprises pendant 52

4 LA CRÉATION D ENTREPRISES EN PICARDIE : UN BILAN MITIGÉ leurs premières années, des pépinières d entreprises se développent également. Trois ont déjà vu le jour à Abbeville, à Amiens (pépinière Alexandre Dumas et à Saint-Quentin (Espace Créatis. Une dernière est en phase de lancement à Soissons autour du thème des logiciels libres (Soissons Technopôle. Les services et les modalités de participation sont propres à chaque structure. L essentiel réside dans la mutualisation d un espace de travail et de certains services liés au fonctionnement quotidien de la nouvelle entreprise : standard, photocopies, accès Internet L aspect conseil est également très présent et les connexions existant entre la pépinière et les organismes d accompagnement sont primordiales. Enfin l animation d un réseau de contacts entre les membres de la pépinière et avec d autres entreprises plus anciennes apporte des opportunités de développement aux nouvelles entreprises. Essentiellement orientées vers les activités NTIC et de services, les pépinières d entreprises sont relayées par l incubateur régional pour les projets de créations d entreprises de haute technologie, qui fonctionne en relation avec les laboratoires de recherches de la région. A l opposé, des projets de couveuses d entreprises sont en train de voir le jour dans la région. Elles permettent au porteur d un projet de tester grandeur nature sa viabilité avant de créer effectivement son entreprise. Picardie Avenir est une structure régionale. Elle intervient sur des projets d accompagnement à la création d entreprise financièrement ambitieux et vient compléter une panoplie d aides distribuées par l Etat et le Conseil régional de Picardie. 53

5 VERS UN RENOUVELLEMENT DU TISSU ÉCONOMIQUE RÉGIONAL > 4.2 > VERS DE NOUVELLES RELATIONS INTER-ENTREPRISES La notion de groupements inter-entreprises a le vent en poupe en Picardie. Les entreprises de la région ont bien compris les avantages du travail en réseaux : meilleure connaissance mutuelle, mutualisation des ressources, prospection de nouveaux marchés L obtention de 5 labels SPL pour des groupements de la région (associant donneurs d ordre et sous-traitants prouve le dynamisme des entreprises de Picardie. Ils viennent en complément de la cinquantaine de groupements formels ou informels : associations, GIE, clubs d échange sur des thèmes donnés, pépinières Le concept de «Système productif local» (SPL est relativement récent. En France, cette forme de groupements volontaires d entreprises est en passe de devenir la mesure incontournable de la politique d aménagement du territoire. Cette forme d organisation permet à un ensemble de PME/PMI d un même espace géographique d affronter la concurrence de leur secteur dans les meilleures conditions possibles. «Notre économie serait fragilisée, si elle reposait sur la seule figure de la grande entreprise. ( Ce modèle était adapté à la période où la question essentielle était Un exemple venu d Italie La création des SPL en France s inspire des réussites des districts italiens des années 70/80. A cette époque, ce pays est séparé entre un Nord intégré aux flux économiques et financiers internationaux, composé de grands groupes à vocation multinationale et à fort potentiel de croissance, et un Sud marqué par ses traditions paysannes et un retard de développement structurel. Entre ces deux pôles, les régions de la «troisième Italie» s engagent dans un processus d industrialisation diffuse caractérisé par une grande intégration sociale. Le tissu industriel de cette zone se compose alors de petites entreprises appartenant à des espaces et à des secteurs non aidés. La crise du Fordisme fait ressortir la capacité de croissance et d innovation de ces petites entreprises agglomérées en réseaux de production. celle de la production standardisée de masse, unifiée et homogène. ( Le contexte change. L emploi durable, comme l ont compris nombre de décideurs, renvoie désormais à des formes plurielles d organisation, dans lesquelles un tissu dense de PME/PMI équilibre, complète et parfois corrige la pression des grands groupes et des grandes entreprises. ( S il est un terrain sur lequel on peut parler de jeu à somme positive, c est bien celui des Systèmes Productifs Locaux» ❶ Le concept des districts industriels Dès 1919, suite à l observation de concentrations industrielles en Europe, Alfred MARSHALL crée le concept de «districts industriels». La proximité géographique des producteurs participants à une activité industrielle bien spécifique est à l origine de gains collectifs (économie externe. Dans ce contexte, les petites entreprises peuvent se spécialiser dans une étape particulière du processus productif. Cette spécialisation permet d obtenir une division poussée du travail inter-firmes. Ce savoir-faire spécialisé, concentré dans le district industriel et renforcé par un ensemble de valeurs socioculturelles (communément partagées, engendre ce que Marshall appelle l «atmosphère industrielle» locale (= professionnalité ambiante. 54

6 VERS DE NOUVELLES RELATIONS INTER-ENTREPRISES Le problème est de déterminer, pour un territoire donné, les facteurs étant à l origine de la création, de la persistance ou de la disparition de cette «atmosphère» favorable non seulement à la croissance mais aussi au développement économique. La performance de cette configuration du développement économique indique que de nouvelles trajectoires de développement local, imbriquant le social, l économique, le politique, le culturel. méritent d être étudiées, envisagées et adaptées. Dans le cas des groupements d entreprises, il n existe pas de modèle unique exportable sur n importe quel territoire. A chacun de trouver sa voie. En Italie par exemple, dans la plupart des cas, les organisations patronales locales s imposent comme institutions structurantes, en dehors de politiques structurées d aménagement du territoire Qu est-ce qu un système productif local? La définition d un SPL ne peut être que large. Il désigne un réseau d entreprises caractérisé par une organisation industrielle spécifique. Chaque SPL possède ses propres lignes de transformation et ses propres opportunités de soutien par les institutions locales. Dénominateurs communs L «atmosphère industrielle» nécessite que le SPL possède plusieurs qualités fondamentales : une concentration spatiale de la production Les TPE et PME forment un tissu d entreprises agglomérées sur un territoire singulier devenant le point de rencontre entre les acteurs du développement. une spécialisation autour d un produit, d un métier ou d une activité Le SPL doit pouvoir se prévaloir d une forte spécialisation économique sur le territoire considéré ainsi que d un savoir-faire reconnu dans le principal domaine d activité. La production du SPL doit être assez significative pour couvrir une part importante de la production nationale. une culture et une histoire commune à l origine de liens inter-entreprises denses Les relations de voisinage, les relations de confiance tissées dans la durée, des valeurs professionnelles partagées, sont autant de facteurs qui justifient la singularité de chaque SPL. Plus que dans tout autre type d organisation de la production, le sentiment d appartenance à une communauté d intérêts y est développé. une solidarité active entre les entreprises Au-delà des relations marchandes, les entreprises entretiennent, le plus souvent, des liens informels de solidarité et de réciprocité. L économique et le social ne sont plus deux sphères déconnectées l une de l autre. En étant complémentaires, elles contribuent, l une et l autre, à l efficacité économique du territoire. Les échanges hors-marché ont une grande importance et expliquent cette efficacité économique. des relations étroites avec les autres partenaires Les responsables du développement local (chambres consulaires, agences de développement sont associés à la vie du SPL en suscitant, facilitant et accompagnant les actions partenariales. ❶ Extrait du discours de Dominique VOYNET, Ministre de l Aménagement du Territoire et de l Environnement, Colloque Toulouse-Labège 21 juin DATAR 55

7 VERS UN RENOUVELLEMENT DU TISSU ÉCONOMIQUE RÉGIONAL > Les avantages de la mise en réseaux des acteurs Une concurrence «disciplinée» par la solidarité Les relations privilégiées qu entretiennent les entreprises n excluent pas une relation de concurrence poussée. Cependant, le collectif d entrepreneurs fait la différence entre l intérieur et l extérieur du système. Au sein du système, les entreprises coopèrent dans le cadre du processus de production et rivalisent au stade de la production. La compétition entre les producteurs se trouve tempérée et enrichie par la solidarité qui existe dans le SPL. Cette solidarité fournit à chaque membre du système un avantage vis-à-vis des concurrents extérieurs au système. Minimisation du coût social d accès au marché Pouvoir se présenter sur le marché coûte au producteur. Celui-ci doit être informé sur la demande, les concurrents, la technologie du produit et aussi les usages sociaux en vigueur sur le marché. Les informations nécessaires ne sont généralement pas vendues. Le producteur subit donc un coût social d accès au marché. Il peut le payer seul, mais les SPL sont des exemples d organisations collectives permettant à tous leurs membres d alléger ces coûts. Avec les SPL, c est un nouveau type de concurrence qui apparaît. Celle-ci s appuie essentiellement sur une meilleure connaissance de la demande et une capacité accrue d adaptation aux évolutions du marché. Multiplication des connexions Les relations entre les entreprises et les autres acteurs de l économie suivent essentiellement deux pistes : la recherche de formations adaptées à leur activité et la recherche de nouvelles formes de financement. Dans le premier cas, les entreprises réunies en SPL constituent un pôle d influence suffisamment fort pour influencer les politiques locales en matière de recherche et de formation. Sur ce dernier point, la grande préoccupation est de lutter contre les difficultés de recrutement sur des métiers de l industrie très spécifiques ou délaissés par les jeunes. Le financement des entreprises est la 2 ème direction dans laquelle se créent des relations de réseau entre PME et partenaires locaux. Les petites entreprises se heurtent souvent à l inadéquation du marché financier. Celui-ci s adapte beaucoup mieux au financement de grosses structures pour lesquelles le risque est inversement proportionnel à la capacité d endettement. Les PME, en revanche, manquent de fonds propres et leur petite taille limite leur capacité à s endetter. C est dans ce contexte que s est développée l idée d «épargne de proximité». Toutes les entreprises du SPL, en sortant de leur isolement, créent des structures de transfert de l information. Ceci induit une concurrence de meilleure qualité et, par conséquent, des externalités positives pour le système. 56

8 VERS DE NOUVELLES RELATIONS INTER-ENTREPRISES Métiers de la mécanique : une formation maison «sur-mesure» Avec 760 entreprises et plus de salariés, la mécanique est un secteur particulièrement actif dans la région. Ce dynamisme se traduit par un développement continu exigeant en main-d œuvre. Certaines entreprises rencontrent des difficultés à recruter des employés ayant les qualifications nécessaires. C est pour faire face à cette pénurie de tourneurs, fraiseurs, ajusteurs, décolleteurs et opérateurs sur commande numérique que les 24 sociétés du Pôle hydraulique et mécanique d Albert (PHMA ont suscité la création d une unité de formation au BEP PMU (Productique, Mécanique, Usinage. Installée dans l enceinte du Lycée privé Henry POTEZ, la nouvelle section a bénéficié du soutien matériel et financier de plusieurs entreprises : EADS Airbus a fourni les locaux, d autres comme EDF ont mis à disposition des machines et du matériel Source : L envol en Pays de Somme - n 45 - Décembre Identification des projets régionaux L appel à projets Le Comité interministériel d aménagement et de développement du territoire du 15 décembre 1997 entérine la démarche SPL. Une enveloppe budgétaire de 2,13 millions d euros a été allouée pour renforcer la coopération interentreprises au sein d une aire géographique délimitée. En mars 1998, la DATAR adresse aux 82 bassins d emploi français un appel à projets en vue de définir les «districts industriels» en émergence. L objectif : amener les entreprises à conduire des actions communes dans les domaines de la technologie, de la qualité, de la productivité, de l exportation etc. Conditions à réunir pour devenir un SPL : un territoire restreint, des métiers homogènes et/ou complémentaires (concernant au moins 10 établissements et représentant au minimum 5% de l emploi du bassin et 5% de l emploi de la branche au plan national, une culture forte, des relations inter-entreprises, un pôle de services. Sur 192 projets nationaux, 96 ont été retenus pour l ensemble de la France, 5 se situent totalement ou en partie sur le territoire régional. Le pôle de la métallurgie légère du Vimeu Situation géographique : territoire du Vimeu (nord ouest de la Somme. Domaines de spécialisation : métallurgie légère (fonderie, matriçage, découpe-emboutissage, usinage, décolletage, plasturgie (injection, formage et finition de pièces (polissage, peinture, traitement de surface. 57

9 VERS UN RENOUVELLEMENT DU TISSU ÉCONOMIQUE RÉGIONAL > Caractéristiques : le territoire du Vimeu est fort de trois secteurs majeurs d application que sont la serrurerie, la robinetterie et la quincaillerie/bricolage. Il possède à la fois une organisation «donneurs d ordres/ sous-traitants» et une palette historique de savoir-faire, permettant la réalisation de pièces et de sous-ensembles soit en soustraitance, soit en produits finis, allant de la matière brute à la pièce totalement finie.. Les coopérations inter-entreprises existent depuis toujours aux limites des affinités et intérêts mutuels des entreprises. Néanmoins la dimension collective d actions s est incontestablement accélérée au cours des cinq dernières années. La dynamique du SPL se formalise autour de 7 points : études et conduite stratégique d actions à l échelle du territoire, amélioration des processus productifs, accompagnement au développement commercial des filières, développement des compétences, intégration de la dimension environnement dans le développement, valorisation des savoir-faire et mise en place d une cellule de suivi et d ingénierie. 27 entreprises : AUER, BOUTTE, BRICARD, CHUCHU DECAYEUX, DAVERGNE, DEBFLEX, DECAYEUX DAD, DECAYEUX STI, DELABIE, DENY, FAUQUET, FICHET, GUARESKI, LAPERCHE, MOREL, NOYON THIEBAULT, PICARD, PORQUET, PROSPECTIVE ET OUTILLAGE, RIQUIER, TERNOIS, THG, THIRARD, VACHETTE, VALENTIN, VKR, WATTS EUROTHERM. Le Pôle hydraulique et mécanique d Albert (PHMA Situation géographique : région d Albert (Somme. Domaines de spécialisation : mécanique et hydraulique, sous-traitance aérospatiale. Caractéristiques : dans le cas du PHMA, la labellisation SPL est venue conforter un groupement d entreprises, majoritairement sous-traitantes pour le secteur aérospatial, créé en L objectif initial est la connaissance des différentes entreprises de la zone et la recherche de synergies entre elles. Une étude sur les métiers du pôle est en cours pour définir une niche par entreprises mais également les complémentarités pouvant exister dans l offre afin de répondre à des demandes importantes. Deux autres volets sont également extrêmement importants pour l avenir du pôle : d une part la mise en place d un vaste programme de formation dans les métiers pour lesquels les entreprises du PHMA rencontrent des difficultés de recrutement, d autre part un accompagnement pour le développement à l international. 24 entreprises : AIRBUS FRANCE, ATMC, BETRANCOURT, BLONDEL, CHOQUET, CHS, DMG, DOUCE HYDRO, FOREST LINE, HYDRO TECHMA, HYDRONORD, MECANIQUE USINAGE DE PICARDIE, OMER CROEN, OMNIPLAST, PICARDIE HYDRAULIQUE, PRESSHYDRO, REPMO NORD PICARDIE, SEFCA, SOMEPIC TECHNOLOGIE, STIM, SUMA, SUPAG, SUPEC. ❶ Le pôle européen du flaconnage verrier de la Vallée de la Bresle Situation géographique : Vallée de la Bresle, (située entre la Somme et la Seine Maritime. Domaine de spécialisation : filière du verre (moulistes, verreries, parachèvement du verre Caractéristiques : la Vallée de la Bresle est spécialisée dans le verre creux soufflé et rassemble un grand nombre d entreprises spécialisées dans la parfumerie. C est ici que sont produits près de 80% des flacons de parfums du monde. Ces entreprises étaient arrivées à un stade où leur développement était entravé par leur dépendance vis à vis 58

10 VERS DE NOUVELLES RELATIONS INTER-ENTREPRISES d un matériau unique et une position de sous-traitants façonniers pour un nombre réduit de donneurs d ordre. La constitution du SPL doit permettre de préparer des actions collectives de diversification commerciale et de captation de marchés à l export. Le SPL regroupe 4 types de métiers : des moulistes, des verriers, des paracheveurs et des services aux entreprises. 50 entreprises dont 11 picardes : ABMG, BMV, DYKA, LES MOULERIES DE LA BRESLE, MEGA VERRE, MOREL, PARICHE SA, SAINT-GOBAIN DESJONQUERES, SEDECO, VERRERIE DE LA SOMME,VION. ➋ Le Pôle chaudronnerie et maintenance de Ham (PCMH Situation géographique : territoire autour de la ville de Ham (Somme. Domaine de spécialisation : maintenance axée sur la chaudronnerie et la mécanique. Caractéristiques : autour de Ham coexistaient un grand nombre d entreprises en concurrence sur le marché local (et donc limité de la maintenance et de la chaudronnerie. La constitution du SPL a eu pour premiers buts de permettre aux entreprises d apprendre à se connaître et de partager des compétences. 18 entreprises : COMPES FRANCE, COMPTOIR DU PLASTIC, SARL DESAVISSE, E.M.I.P., EREA, GERI, HYDRO 80, Ets JONVILLE, MAGNIER INDUSTRIE, M.G.M MOROZOF, MECA 80, MIL, S.A MORET, NV2G, REXIM, SUDZUCKER, SOFTAL, ORSAN AMYLUM. ❶ La coopération interentreprises : un enjeu pour l avenir de la Thiérache Situation géographique : Thiérache de Picardie (Nord de l Aisne. Domaines de spécialisation : métallurgie, travail des métaux, équipementiers automobiles. Caractéristiques : le projet de SPL mis en œuvre par la Maison des entreprises de Thiérache et de la Serre est clairement intégré dans une démarche de développement local. Le but est de réussir à densifier le tissu local de PME-PMI en améliorant l environnement productif du territoire local. Trois axes sont prioritaires : la communication, la maintenance et la formation. Le premier doit permettre aux entreprises de se découvrir en vue d établir des collaborations futures. Le second point permet de faire l état des lieux des besoins en maintenance de chaque participant et de trouver les réponses collectives les plus appropriées. Enfin des formations en soudure et lecture de plans vont se mettre en place afin de répondre à un cahier des charges précis établi par les membres du SPL. 21 entreprises : ANODEL, ATLANCIM, AU CREUSET DE LA THIERACHE, CIA, DEBITAGE DE L AISNE, DETAILLE, FONDERIE DU LION, FONDERIES DE SOUGLAND, LEO FRANÇOIS, MATT, MEMA, MODELAGE MECANIQUE, MTP, POSSO SYSTEMS, ROTH, SANSEN, SYLVEA-VALEO, TECNITOL, TRANSTEX, VALEO, VBF. ➌ Les autres groupements d entreprises La description des SPL montre que le point de départ de tout groupement d entreprises est la volonté de connaître son voisin. De nombreuses personnes constatent que les entreprises de Picardie connaissent mal leur environnement et notamment la palette très large de savoir-faire disponibles à quelques kilomètres de leur implantation. Prendre conscience de la richesse du tissu économique local, se renforcer par l union et les échanges sont également au cœur de nombreux groupements d entreprises, formels et informels en Picardie. ❶ CCI Péronne ➋ Seine Maritime Expansion ➌ Maison des entreprises de Thiérache et de la Meuse 59

11 VERS UN RENOUVELLEMENT DU TISSU ÉCONOMIQUE RÉGIONAL > Sans pouvoirs les citer tous, voici néanmoins quelques exemples : industrie et transfert de technologie, clinique, physique et ingénierie hospitalière. Forte de la multiplicité des savoir-faire maîtrisés par les PME régionales et de la présence de grands groupes centrés sur leur cœur de métier, la Picardie est une terre privilégiée pour la sous-traitance industrielle. Son originalité vient de la multiplicité des secteurs clients : automobile, aéronautique, ferroviaire, équipement ménager, maintenance Les principaux piliers de l économie et toutes les zones géographiques sont concernés. Innovation, renforcement de la dynamique commerciale et des relations interentreprises, les acteurs de la sous-traitance s organisent en réseaux (SPL, contrats de filières dans le souci permanent d évoluer pour satisfaire les attentes toujours plus précises des donneurs d ordre. l association Textil Aisne ➊ s occupe de promouvoir l activité des entreprises du secteur textile de l Aisne et depuis peu des autres départements de la région (participation à des salons, annuaires des savoir-faire, veille d information ; l alliance pour le génie biologique et médical se donne pour but de fédérer les acteurs des technologies de santé autour de 3 collèges (enseignement et recherche, D autres associations ou clubs constituent un espace de rencontre et de dialogue entre chefs d entreprises ou professions particulières : le Groupement des entreprises de la région de Péronne et de ses environs (GEPE, le Groupement des industriels de Montdidier et des environs (GIME, le Groupement des entreprises du Valois (GEV, le club des communicants, le club des créateurs d entreprises, différents clubs exportation 4.3 > RENFORCEMENT DU MAILLAGE INDUSTRIEL PICARD : LA SOUS-TRAITANCE EN LUMIÈRE Champ d étude de la sous-traitance Malgré une définition publiée par l AFNOR, la notion de sous-traitance industrielle reste difficile à appréhender. D une part en raison d une interprétation des donneurs d ordre qui ne distinguent pas de la même manière les sous-traitants et les fournisseurs, d autre part à cause d un outil statistique qui, s il s est amélioré, ne permet toujours pas de quantifier et qualifier de façon précise et suivie la sous-traitance reçue (alors que le plan comptable intègre la sous-traitance confiée. Au-delà de la comptabilisation de la soustraitance confiée et de la sous-traitance reçue, il semble plus intéressant d analyser les relations entre le sous-traitant et le donneur d ordres : quels types de travaux sont confiés, où sont localisées les parties prenantes, quels facteurs ont débouché sur leur collaboration, quelle est la fréquence de leurs relations, quelle part de marché le donneur d ordres représente-t-il chez le sous-traitant,? La sous-traitance que nous traitons ici concerne les activités des secteurs de la métallurgie, du plastique-caoutchouc, de l électricité-électronique, de la maintenance et exclut les travaux d imprimerie et le travail à façon du secteur textile. 60

12 VERS DE NOUVELLES RELATIONS INTER-ENTREPRISES > RENFORCEMENT DU MAILLAGE INDUSTRIEL PICARD : LA SOUS-TRAITANCE EN LUMIÈRE Les enjeux de la sous-traitance industrielle Dans le contexte de système productif actuel, la sous-traitance industrielle est directement concernée par les enjeux suivants : la spécialisation de grandes firmes sur leur cœur de métier, d où un recours accru à la sous-traitance, organisée non pas en «râteau», mais en une arborescenc complexe (sous-traitants de 1 er,2 nd,3 ème rang ; l internationalisation des marchés ; le développement économique de pays à faibles coûts de main-d œuvre, l internationalisation des échanges et des stratégies de grandes firmes ont permis aux entreprises des «nouveaux pays industriels» de se positionner sur les marchés de sous-traitance établis jusque-là à l échelle d une région, voire d un pays. Il en résulte une concurrence acharnée à laquelle sont brutalement soumises les PME de nos régions ; l innovation ; au-delà des traditionnels critères prix/qualité/délais qui participent au choix d un sous-traitant, la capacité d innovation de ce dernier, son potentiel à apporter une amélioration au produit du donneur d ordre, devient un facteur essentiel auprès des acheteurs. Définition de l AFNOR Opérations de conception, d élaboration, de fabrication, de mise en œuvre ou de maintenance du produit en cause, dont une entreprise dite donneur d ordres, confie la réalisation à une entreprise dite preneur d ordres (ou sous-traitant, tenue à se conformer (... aux spécifications techniques arrêtées en dernier ressort par le donneur d ordres» La sous-traitance industrielle en Picardie : une composante forte de l économie régionale Dans une région où le système productif est marqué par la juxtaposition d un riche tissu de PME d origine familiale maîtrisant des savoir-faire variés d une part, et de nombreux établissements de production dépendant de grandes entreprises nationales et étrangères d autre part, la sous-traitance industrielle constitue une dimension importante pour le développement économique régional. Elle représente en Picardie, pour les entreprises ayant ce type d activité, 52,1% du chiffre d affaires des entreprises concernées, contre seulement 46,5% en France. Elle représente également 8% du chiffre d affaires de l ensemble des petites entreprises de la région contre 6% en France. Clients et sous-traitants : qui sont-ils? Du point de vue des activités, la mécanique constitue l essentiel de la population des sous-traitants, suivie par la plasturgie (plastique, caoutchouc, composites puis par l électricitéélectronique. On retrouve donc les principaux piliers de l industrie manufacturière. L une des originalités de cette sous-traitance est la variété des secteurs clients, et l absence de rattachement à un secteur particulièrement important à l échelle régionale, comme l automobile en Franche-Comté ou en Auvergne. Ainsi, les secteurs clients des sous-traitants picards sont certes l automobile (il est d ailleurs d usage de rappeler que l ensemble des composants d une voiture sont fabriqués en Picardie ; seul manque le constructeur!, mais aussi l aéronautique, le ferroviaire, l armement, les équipements ménagers, l équipement de la maison, les industries consommatrices de maintenance, ❶ 61

13 VERS UN RENOUVELLEMENT DU TISSU ÉCONOMIQUE RÉGIONAL > La logique des spécialisations géographiques Géographiquement, les spécialisations de la sous-traitance industrielle reflètent à la fois les traditions industrielles locales et l effet des grandes implantations d activités de la période des Trente Glorieuses : métiers de décolletage, de la fonderie, du traitement de surface, de la découpe, de l emboutissage dans le Vimeu ; mécanique et hydraulique sur le pôle albertin ; chaudronnerie et maintenance dans la région de Ham ; chaudronnerie, soudage à Soissons ; grosse chaudronnerie autour de Creil ; plasturgie dans le sud de l Oise ; fonderie en Thiérache Les dynamiques engagées en Picardie En Picardie, les différentes sources disponibles (enquêtes SESSI, enquête sur les TPE, fichiers CRCI permettent d estimer à un millier l ensemble des établissements exerçant totalement ou partiellement une activité de sous-traitance. Cela représente 17% des petites entreprises industrielles picardes. A l échelon national, cette proportion n atteint que 14%. Le statut de sous-traitant est extrêmement exigeant pour les entreprises, particulièrement sur des secteurs hyper-compétitifs. En région, quatre points sont au cœur des préoccupations : les ressources humaines, l innovation, la dynamique commerciale et le développement de relations inter-entreprises. Le premier point découle d un constat simple. Il est absolument nécessaire pour les entreprises sous-traitantes de renouveler les hommes et de les adapter aux exigences du marché. Il existe des problèmes de pénurie de main-d œuvre, notamment pour les secteurs industriels et sur des métiers très précis. De plus en plus de formations sont mises en place en concertation ou à l initiative des entreprises ou des groupements d entreprises (notamment les SPL de la région. Le souci de l innovation Du point de vue de la concurrence et des exigences des donneurs d ordre, l intégration des technologies et l innovation sont les meilleurs moyens pour se démarquer et se placer sur des niches de savoir-faire spécifiques. Ceci est extrêmement important pour la majorité des sous-traitants industriels picards dont l activité est souvent fondée sur d anciennes activités. Soutenues par des institutions régionales dédiées à l innovation et fédérées dans le réseau régional de diffusion technologique, ces entreprises sont au fait des avancées technologiques tant sur le plan des processus de fabrication que sur celui des produits finis. Ainsi, le secteur de la serrurerie a su intégrer les avancées en matière d électronique et propose désormais des serrures d un tout nouveau type. Renforcement de la dynamique commerciale Il est également important pour les entreprises sous-traitantes de savoir se montrer et se vendre sur des marchés fortement concurrentiels mais également de se positionner comme un acteur international. Pour renforcer leur dynamique commerciale, les entreprises de la région sont fortement incitées à participer à des salons professionnels internationaux liés à la sous-traitance. Le salon «Midest» est un des temps forts pour la vie économique de la région. Un stand collectif y est organisé chaque année sur les thématiques mécanique et plasturgie. Les participants à titre individuel sont également accompagnés. De plus en plus d entreprises participent également à la Foire de Hanovre. Un support logistique y est mis en place par les institutions de la région au travers de l Agence régionale d exportation (AREX. Cette dernière accompagne également des entreprises sur d autres salons à travers le monde. Renforcement des relations interentreprises Enfin, la Picardie commence à se rendre compte de son extrême diversité en matière 62

14 RENFORCEMENT DU MAILLAGE INDUSTRIEL PICARD : LA SOUS-TRAITANCE EN LUMIÈRE de compétences industrielles. La densité du tissu économique permet le plus souvent de trouver à quelques dizaines de kilomètres de son établissement le savoir-faire indispensable à son activité. Pour renforcer les synergies qui pourraient exister sur des aires géographiques plus ou moins étendues, de nombreuses relations inter-entreprises sont promues. Au travers d associations d entreprises ou des GIE, des structures de coopérations informelles ou formelles se développent. Les SPL représentent alors l organisation la plus structurée. Les 2 premiers contrats de filière signés en Picardie - Mécanique en juin 2000 et Plasturgie en janvier représentent une opportunité de taille pour les entreprises de sous-traitance industrielle. Ils leur offrent un potentiel d accompagnement de projets collectifs à même de répondre à leurs préoccupations. La région a un intérêt naturel dans la promotion de ces activités, domaine essentiel à la dynamique de son économie. 63

15 VERS UN RENOUVELLEMENT DU TISSU ÉCONOMIQUE RÉGIONAL > 4.4 > CONFIRMATION DE L OUVERTURE INTERNATIONALE DE LA PICARDIE Les performances picardes La Picardie affiche une ouverture certaine aux échanges internationaux. C est vers les pays de l Union Européenne qu elle commerce en priorité. Reflet des spécialisations des entreprises, l Allemagne est de loin le premier partenaire de la région, suivi du Benelux, du Royaume-Uni et de l Italie. Les produits chimiques représentent plus du quart des exportations suivi des machines et équipements et des produits agroalimentaires. Pour dynamiser et diversifier ses activités internationales, la Picardie offre à ses PME un dispositif d accompagnement à l export particulièrement performant. L analyse des chiffres des échanges internationaux confirme que les entreprises de la région font preuve de dynamisme et de capacité d adaptation face à la mondialisation de la concurrence. La Picardie est bien ancrée dans les flux d échanges internationaux. Une région ouverte aux échanges internationaux Globalement, la Picardie est la 4 ème région la plus ouverte aux échanges internationaux, derrière l Alsace, la Haute-Normandie et le Nord-Pas-de-Calais, avec un degré d ouverture (moyenne des importations et des exportations rapportée au PIB régional de 30%.Vis à vis des autres régions de la grande périphérie parisienne, la Picardie occupe une place honorable. La région se trouve au 12 ème rang des régions françaises pour la valeur de ses exportations (9 ème en quantité, et au 10 ème rang pour les importations (valeur et quantité. Par rapport au total français, la région représente 3,4% des exportations et 3,6% des importations en Exportations de la Picardie et des autres régions périphériques de l Ile-de-France en 2000 ❶ Picardie TONNES QUANTITÉ CLASSEMENT RÉGIONAL 9 EN MILLIERS D EUROS VALEUR CLASSEMENT RÉGIONAL 12 Centre Haute-Normandie Champagne-Ardenne Bourgogne Importations de la Picardie et des autres régions périphériques de l Ile-de-France en 2000 ❶ QUANTITÉ VALEUR TONNES CLASSEMENT RÉGIONAL EN MILLIERS D EUROS CLASSEMENT RÉGIONAL Picardie Centre Haute-Normandie Champagne-Ardenne Bourgogne

16 CONFIRMATION DE L OUVERTURE INTERNATIONALE DE LA PICARDIE De la difficulté d interpréter les statistiques Les statistiques liées au commerce extérieur sont parfois difficiles à interpréter. La première difficulté est dûe aux différents modes d enregistrement des flux d importations et d exportations (prix Caf contre prix Fab. Surtout, deux sources de biais ont leur importance pour la région. D une part, les données peuvent être fortement influencées par la présence d entreprises dont l activité se fonde essentiellement sur l import ou l export, ce qui est le cas pour les sociétés de négoces ou les plates-formes logistiques par exemple. D autre part, certaines entreprises domicilient la comptabilité de leurs importations et exportations à l adresse de leur siège social. En Picardie, où le tissu industriel est composé d un grand nombre d établissements dépendants d un groupe situé hors région, cette remarque est particulièrement pertinente, parfois compliquée par des opérations de groupage/ dégroupage. L Europe, cœur de cible des exportations Les chiffres du commerce extérieur témoignent toutefois de la dimension européenne des marchés sur lesquels sont positionnés les établissements industriels picards. L ensemble des pays de l Union Européenne représente 76,39% de la valeur des exportations et 77,40% de celle des importations picardes en 2000 soit un taux supérieur à la moyenne nationale (autour de 60% dans les deux cas. Au sein de la zone communautaire, la région est nettement orientée vers le nord et l est : cinq pays de cette zone (Allemagne, Belgique, Luxembourg, Royaume-Uni, Italie représentent plus de la moitié des échanges. Une tendance à la mondialisation En dehors de l Union Européenne, les exportations se dirigent principalement vers les Etats Unis (seul pays non-européen parmi les 10 premiers clients et le Japon avec de belles progressions pour l année 2000 (+20% pour les premiers, +32% pour le second. Le Chili fait une entrée remarquée en 2000 dans les chiffres des importations de la région et vient prendre la 8 ème place des pays fournisseurs. Ce résultat est dû à l augmentation des importations de cuivre chilien par l usine ALCATEL CUIVRE de Chauny dans l Aisne. Les exportations vers la Corée du Sud ont également connu une belle progression avec +87% en Des relations privilégiées avec certains pays L Allemagne est de loin le premier partenaire de la région. Avec près d un cinquième des exportations vers ce pays et plus d un tiers des importations, elle devance largement les autres principaux partenaires européens. La structure sectorielle des échanges permet de mieux saisir la raison de cette prédominance : d une part le poids de l industrie automobile, d autre part l implantation, à Villers-Cotterêts (Aisne est la principale plate-forme d importation de véhicules du groupe VAG (Volkswagen Aktion Geselschaft. Parmi les autres pays de l Union Européenne, la Belgique, le Royaume Uni et l Italie figurent en bonne place en Contrairement à l Allemagne, le taux de couverture des exportations par les importations entre la Picardie et ces trois pays est supérieur à 100, atteignant même 124,69 avec le Royaume Uni. Cela signifie que la Picardie exporte plus de marchandises vers ces pays qu elle n en importe. Bien que portant sur de petits montants, ce taux atteint 191,35 avec le Portugal, 645,98 avec la Grèce et, à l inverse, seulement 23,41 avec le Luxembourg. En valeur, le trio des pays excédentaires est composé de l Espagne (+423 millions d euros, du Royaume Uni (+250 millions d euros et des Etats Unis (+104 millions d euros. ❶ Direction Régionale des Douanes et des Droits Indirects de Picardie

17 VERS UN RENOUVELLEMENT DU TISSU ÉCONOMIQUE RÉGIONAL > Part import / export par pays de l'union Européenne SUÈDE FINLANDE IRLANDE DANEMARK ROYAUME UNI PAYS BAS AMIENS BELGIQUE ALLEMAGNE LUXEMBOURG AUTRICHE PORTUGAL ESPAGNE ITALIE GRÈCE Importation Exportation Allemagne Belgique Royaume-Uni Italie Espagne Pays Bas Suède Portugal Danemark Autriche Grèce Finlande Irlande Luxembourg Total Union Européenne En millions d euros ❶ IMPORTATION , , , , , , , , , , , , , , ,78 EXPORTATION , , , , , , , , , , , , , , ,09 66

18 CONFIRMATION DE L OUVERTURE INTERNATIONALE DE LA PICARDIE La structure sectorielle des échanges de la région reflète les spécialisations de l économie picarde. Les produits chimiques, en tête des échanges internationaux Les produits chimiques représentent plus du quart des exportations régionales et constituent le premier pôle d exportation picard (27,3% en valeur en 2000.Viennent ensuite les machines et équipements avec 12,7% du total régional (contre 13,6% en 1999 puis les produits des industries agroalimentaires (11,3% en 2000 Les exportations de produits métallurgiques connaissent une croissance de 27,5% et sont à l origine de 9,8% des exportations régionales. La part des produits de la culture et de l élevage de la région (3,4% reste faible et est affectée par la réforme de la PAC et la crise de la filière bovine. Du point de vue des importations, les secteurs phares ne sont pas radicalement différents. Les produits chimiques arrivent également en tête avec 22,9% des échanges. Les quatre autres principaux domaines d importations sont les produits de l industrie automobile (18%, les produits métallurgiques (11,6%, les machines et équipements (11,0% et les produits des industries alimentaires (8,1% Les secteurs les plus dynamiques à l international ➋ Exportation Importation ❶ Direction Régionale des Douanes et des Droits Indirects de Picardie ➋ Direction Régionale des Douanes et des Droits Indirects de Picardie En milliers d'euros Produits chimiques 10 Articles d'habillement 2 Produits de l'industrie automobile 11 Machines et appareils électriques 3 Produits métallurgiques 4 Machines et équipements 5 Produits des industries alimentaires 6 Produits en caoutchouc ou en plastique 7 Papiers et cartons 8 Produits de l'industrie textile 9 Produits du travail des métaux 12 Autres produits minéraux non métalliques 13 Meubles et produits des industries divers 14 Produits de la culture et de l'élevage 15 Équipement de radio, télévision et communication 16 Autres matériels de transport 17 Instruments médicaux, de précision, d'optique et d'horlogerie 67

19 VERS UN RENOUVELLEMENT DU TISSU ÉCONOMIQUE RÉGIONAL > Subtilité des flux de marchandises Il faut noter que ces chiffres ne reflètent pas toute la réalité de l activité picarde tournée vers l international. En effet, certains échanges inter-régionaux masquent certains flux internationaux. Du côté des exportations, les productions picardes du domaine de l aéronautique (flux de l usine EADS de Méaulte vers les usines d assemblage AIRBUS de Saint-Nazaire et Toulouse et du domaine de l agroalimentaire (flux de céréales vers Le Havre, Rouen et Dunkerque en sont des exemples flagrants. Du côté des importations, rappelons la sur-représentation des véhicules du groupe VAG pour le secteur automobile. Les performances des départements L Oise est le département qui contribue le plus aux volumes d échanges de la région. Avec 43,5% du total des exportations, ce département se place devant l Aisne (28,5% et la Somme (28%. L ordre est le même concernant les importations. Cependant l Aisne contribue pour 37,2% au total, à quelques encablures de l Oise (41,5% et loin devant la Somme (21,3%. La répartition par groupe de pays des importations ou des exportations est assez proche pour chaque département. L Union Européenne prédomine très largement quelle que soit la configuration. De même la part des pays dans chaque type de flux est proche d un département à l autre et s apparente à la situation régionale. Il est à noter toutefois le poids considérable de l Allemagne dans les importations de l Aisne (61% dû à l exception VAG déjà soulignée. Pour conclure sur les performances picardes en matière de commerce extérieur, signalons que les principaux exportateurs de la région sont les grands groupes des principales industries : construction mécanique (AGCO, MBK, HEIDELBERG, fonderie (CISATOL, électroménager (ELECTROLUX, chimie (BASF, DSM, agroalimentaire (COMMERCIALE ORIGNY Des entreprises d origine picarde tournées vers l international (les Entreprises régionales d envergure mondiale, EREM occupent une place honorable dans ce classement : LAINIERE DE PICARDIE, POCLAIN, HYDRAULICS, FRANCOLOR, NORFOND, LE CREUSET, URANIE Le réseau d appui à l exportation La Picardie a su créer sur le sujet de l international et de l export un réseau de partenaires dynamiques et efficaces dans le but de sensibiliser et d accompagner les entreprises de la région dans leur approche des marchés étrangers. Les structures d accompagnement La DRCE Picardie (Direction régionale du commerce extérieur apporte conseils et appui aux entreprises picardes dans leur démarche d internationalisation. Elle identifie les entreprises à vocation exportatrice afin de les sensibiliser à de nouveaux marchés, les informe sur les opportunités commerciales de ces nouveaux marchés et sur le dispositif d appui logistique et financier dont elles peuvent bénéficier. L Agence régionale d exportation (AREX Picardie, est une association financée par la CRCI Picardie et le Conseil régional de Picardie. Sa mission principale est l appui au développement international des entreprises. Elle se charge de les sensibiliser et de les accompagner dans leurs démarches d approche de marchés étrangers. 68

20 CONFIRMATION DE L OUVERTURE INTERNATIONALE DE LA PICARDIE Cela se traduit par des journées de rendez-vous individuels d information sur des zones géographiques, des missions de prospections sectorielles ou multisectorielles, l organisation de stands internationaux collectifs sur des salons internationaux ou encore par des formations aux formalités douanières. Elle s appuie sur un réseau d experts internationaux issus des postes d expansion économique des ambassades ou des Chambres françaises de commerce et d industrie à l étranger. Par l intermédiaire de sa cellule «conseil aux entreprises», la Direction régionale des douanes et des droits indirects apporte aux entreprises une aide personnalisée et gratuite afin d améliorer et de sécuriser leurs opérations douanières et de faire face aux démarches administratives dans les meilleures conditions. EIC Les pays de l Union Européenne étant les premiers partenaires de la Picardie, l Euro Info Centre de Picardie, cofinancé par le Conseil régional et la CRCI, a un rôle essentiel à jouer dans l information et la sensibilisation des entreprises à propos notamment des réglementations européennes, des opportunités de marché et de coopération... CRDI Le Centre régional de documentation internationale (CRDI tient également une place importante dans ce dispositif en offrant une information qualifiée sur les marchés étrangers, les secteurs... Le Groupe Coface facilite, accompagne et sécurise les échanges commerciaux partout dans le monde. L équipe de la direction régionale Picardie conseille les entreprises sur les solutions les plus adaptées pour démarrer à l exportation, se garantir contre les risques d impayés, sélectionner des partenaires de confiance, protéger ses transactions commerciales Dans ce groupement d institutions, le rôle des CCI est d apporter aux entreprises informations et conseils sur les pratiques du commerce international et sur les procédures douanières. Elles sont également compétentes pour les formalités administratives (procédures ATA, certificat d origine, visa de factures commerciales, vente d imprimés... Certaines CCI de la région sont spécialisées sur des régions précises du monde (l Asie pour la CCi de l Oise, le bassin méditerranéen pour la CCI d Abbeville Picardie Maritime et apportent leur expertise à l AREX Picardie. 69

Vimeu : une zone agricole devenue industrielle

Vimeu : une zone agricole devenue industrielle Vimeu : une zone agricole devenue industrielle Haute- Normandie Nord - Pas-de-Calais Chauny- Santerre- Tergnier- Laonnois Beauvais Oise La Fère Compiègne Soissons Champagne- Sud-Oise Ardenne Santerre-

Plus en détail

VIMEU. Vimeu industriel, Vimeu littoral et Vimeu vert

VIMEU. Vimeu industriel, Vimeu littoral et Vimeu vert VIMEU Abbeville Saint-Quentin Péronne Limite de zone d emploi Limite de canton Vervins Population au RP 1999 : 61 360 Supeficie : 680 km 2 Densité : 90 habitants au km 2 en 1999 Nombre de communes : 96

Plus en détail

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

Plus en détail

Différents types d organisation et de centres de décision

Différents types d organisation et de centres de décision Les groupes régionaux occupent une place importante dans l emploi du Nord-Pas-de-Calais et contrôlent de nombreux salariés dans les autres régions françaises. Ce fort rayonnement se concentre essentiellement

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé D après les données du Contrat d étude prospective des Industries de Santé 2012 les chiffres clés u Près de 200 000 salariés,

Plus en détail

Un rayonnement transfrontalier Des rencontres d affaires utiles entre décideurs et donneurs d ordres JTELEC, le rendez-vous de toutes les énergies

Un rayonnement transfrontalier Des rencontres d affaires utiles entre décideurs et donneurs d ordres JTELEC, le rendez-vous de toutes les énergies www.fistexpo.com Un rayonnement transfrontalier Plus de 14 % des exposants et 15 % des visiteurs sont internationaux. Près de 40 entreprises et délégations commerciales originaires de différents pays européens

Plus en détail

LES MUTATIONS INDUSTRIELLES EN PICARDIE

LES MUTATIONS INDUSTRIELLES EN PICARDIE LES MUTATIONS INUSTRIELLES EN PICARIE Niveau concerné : troisième Place dans la programmation : quatrième partie du programme : la France Ce que disent les instructions officielles : Histoire La France

Plus en détail

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation DOSSIER DE PRESSE 30 janvier 2013 Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation Dossier de presse 30 janvier 2013 Une refondation accomplie. Depuis 2010, le Conseil

Plus en détail

Observatoire de l Eolien

Observatoire de l Eolien Observatoire de l Eolien Analyse du marché et des emplois éoliens en France Colloque France Energie Eolienne 2 octobre 2014 Editorial France Energie Eolienne, porte-parole de l éolien, regroupe les professionnels

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006 Eléments de diagnostic territorial en Zone d emploi Décembre 2006 Contrat de plan Etat-Région 2000-2006 Eléments de diagnostic territorial : zone d emploi de La zone d emploi de TOULOUSE La zone d emploi

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export ACTION : - Nature (nationale/régionale) ; - Descriptif du contenu (éventuelles sous-actions ou phases

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

information note d Un déficit d effort de recherche des entreprises françaises? Comparaison France - Allemagne 12.09

information note d Un déficit d effort de recherche des entreprises françaises? Comparaison France - Allemagne 12.09 note d information Enseignement supérieur & Recherche 12.9 JUILLET L réalise davantage de recherche et développement que ne le fait la. Cet écart relève d une différence d échelle entre les deux pays.

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

AG ECONOMIE, EMPLOI, INDUSTRIE Section Paris 2 ème 28/02/2013

AG ECONOMIE, EMPLOI, INDUSTRIE Section Paris 2 ème 28/02/2013 AG ECONOMIE, EMPLOI, INDUSTRIE Section Paris 2 ème 28/02/2013 Compte rendu Exposé sur les outils économiques de la région île de France Guillaume Balas (Président du groupe socialiste au Conseil régional

Plus en détail

La création d entreprise en milieu rural

La création d entreprise en milieu rural La création d entreprise en milieu rural Une définition du milieu rural Définir le monde rural à partir de la taille des communes nous paraît insuffisant. En effet, il est important de prendre en compte

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

INVESTIR EN FRANCE s 2015 mar Réalisation :

INVESTIR EN FRANCE s 2015 mar Réalisation : INVESTIR EN FRANCE LA FRANCE RÉUNIT TOUTES LES CONDITIONS DE SUCCÈS POUR VOTRE INVESTISSEMENT Une grande économie au cœur de l Europe, une porte d accès vers la Méditerranée et l Afrique : 5 e économie

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise Bilan 2008 & perspectives 2009 Surmonter la crise, préparer la reprise Dossier de presse 3 0 j u i n 2 0 0 9 Contacts presse - Agence Hopscotch Marion Paisant T : 01 58 65 00 45 mpaisant@hopscotch.fr Pauline

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Délais de paiement : Le grand écart

Délais de paiement : Le grand écart Délais de paiement : Le grand écart Conférence de Presse, Paris, le 28 juin 2012 Ludovic Subran, Chef Economiste Arnaud Roger, Directeur des Indemnisations Maxime Lemerle, Responsable des Etudes Macroéconomiques

Plus en détail

Région Haute-Normandie. Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie

Région Haute-Normandie. Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie Région Haute-Normandie Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie Novembre 2013 ! "# $"% &%'' $ (')#!*+,*'-#&+,./ 0 $1&/2+,(.'1&/2+,(.'' 3,/,// 4 (553 5#+' 2 '+ 0 6 #

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Pôle de compétitivité Aerospace Valley Prestation de consultant Action Collective CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Cahier des charges Accompagnement de PME à l international Réf. AV-2014-271 AEROSPACE VALLEY

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Extrait de la revue Pour, décembre 2013 (http://www.grep.fr/pour/) Un essai de synthèse statistique sur le foncier agricole en France Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Maurice

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Présentation du média salon

Présentation du média salon Présentation du média salon ll existe plusieurs type de salons : les salons professionnels, les salons grand public, les salons mixtes et les foires commerciales. Les salons professionnels sont des événements

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie : propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie Les ateliers régionaux de l orientation tout au long de la vie Amiens, le 23 novembre 2010 Sommaire Le diagnostic territorial, de quoi parle-t-on?

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants Emploi... La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants La Basse-Normandie, première Silver région inaugurée en France, en janvier 2014, figure parmi les 7 régions françaises les plus attractives

Plus en détail

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois Objectifs à atteindre à long terme (jusqu à 2017) - Assurer une couverture haut débit pour l ensemble des zones d activités retenues dans le cadre du schéma des ZAE - Augmenter le nombre de bénéficiaires

Plus en détail

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE Introduction L investissement direct étranger a des effets bénéfiques sur l économie L investissement direct étranger (encadré

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Cité des sciences et de l industrie,

Cité des sciences et de l industrie, 100 50 0 1er trim. 4e trim. Est Ouest Nord Cité des sciences et de l industrie, Une volonté de répondre aux préoccupations concrètes induites par les évolutions scientifiques et techniques concrétisée

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

www.hubstart-paris.com

www.hubstart-paris.com www.hubstart-paris.com HUBSTART PARIS ACCÉLÉRATEUR DE RÉUSSITE Avec la démarche collective de promotion internationale sous la marque Hubstart Paris, le territoire du Grand Roissy renforce son ouverture

Plus en détail

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Opportunités de croissance ou créations d entreprise, plus de 44 000 commerces ou industries

Plus en détail

Secteur d activité. Industrie

Secteur d activité. Industrie Industrie 2012 QU EST-CE QUE L INDUSTRIE? Une entreprise industrielle est une société de taille plus ou moins importante qui produit des biens. L objectif de l entreprise industrielle, c est de transformer

Plus en détail

Plan régional d internationalisation des entreprises en Pays de la Loire 2013 / 2015

Plan régional d internationalisation des entreprises en Pays de la Loire 2013 / 2015 Plan régional d internationalisation des entreprises en Pays de la Loire 2013 / 2015 Dans le cadre du Schéma Régional de l Economie et de l Emploi Durables et de la Stratégie régionale à l international

Plus en détail

La fréquentation touristique en Gironde

La fréquentation touristique en Gironde La fréquentation touristique en Gironde Données de cadrage actualisées DONNÉES SOURCES : BASE DE DONNÉES RÉGIONALE CRT AQUITAINE - 2010 Avril 2012 SOMMAIRE Méthodologie Les caractéristiques des séjours

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Crédit photo : Hlp - DISSAUX La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Mars 2014 (à partir de l étude validée en juin 2013) CONTEXTE Dans un marché mondial

Plus en détail

Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC

Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC L industrie française des biens de consommation prend-elle bien

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie Les défauts de paiement sur les dettes fournisseurs en 2004 dans les sociétés de l industrie Les incidents de paiement sur effets de commerce Les dettes commerciales non payées à l échéance par les sociétés

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION S.M.A.R.T. Production 2004-2005 - Tous droits de reproduction réservés. Par les mêmes organisateurs : 40 ateliers gratuits sur

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES.

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES. DOSSIER DE PRESSE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ ET LA CAISSE DES DÉPÔTS S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES 22 janvier 2015 Région Franche-Comté

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

» Mars 2015. Par normande au travers du territoire de la vallée de la Bresle (76) et la

» Mars 2015. Par normande au travers du territoire de la vallée de la Bresle (76) et la Connaitre la dynamique économique du littoral Normand-Picard, «Une dynamique économique qui ne s arrête pas aux frontières administratives» Mars 2015 Par littoral normand picard nous comprenons la partie

Plus en détail

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP «TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP I. Présentation de l action La Région Rhône-Alpes a lancé en 2007, en partenariat avec l Union régionale des Scop (Urscop),

Plus en détail

La filière éolienne : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation

La filière éolienne : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation La filière éolienne : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Mars 2014 (à partir de l étude validée en décembre 2012) Crédit photo : Pascal Terjan CONTEXTE Au 1 er janvier 2013, la puissance

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Septembre 2014 Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Quelles sont les attentes des entreprises en Loire-Atlantique? Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de

Plus en détail

Etude prospective sur le recours à la logistique et au transport des marchandises en Picardie Point d étape final

Etude prospective sur le recours à la logistique et au transport des marchandises en Picardie Point d étape final Etude prospective sur le recours à la logistique et au transport des marchandises en Picardie Point d étape final Centre d analyse régional des mutations de l économie et de l emploi Mission d assistance

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger SOMMAIRE Cap Export : Pour Mieux Exporter 1. Favoriser l emploi des jeunes à l export Un crédit d impôt export étendu 2. Partir gagner des marchés à l étranger 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

H1203 - Conception et dessin produits mécaniques

H1203 - Conception et dessin produits mécaniques Appellations (Métiers courants) Dessinateur / Dessinatrice en construction mécanique Dessinateur / Dessinatrice en construction métallique Dessinateur / Dessinatrice en installations industrielles Définition

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Sonia Besnard, Pascale Chevalier, Patrice Victor, Insee Pays de la Loire Danièle Guillemot, Yusuf Kocoglu, Centre d études de l emploi En France,

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

MWQ/Mesurer/ Baromètre Qualité/ Rapport : Les certifications ISO 9001 et ISO 14001 en Union Européenne/ Octobre 2009 1

MWQ/Mesurer/ Baromètre Qualité/ Rapport : Les certifications ISO 9001 et ISO 14001 en Union Européenne/ Octobre 2009 1 LES CERTIFICATIONS ISO 9001 ET 14001 EN UNION EUROPEENNE Via son «Baromètre Qualité», le MWQ s est donné pour mission d entre autres répertorier l ensemble privé, public et associatif des organismes wallons,

Plus en détail

En 2011, l investissement corporel brut

En 2011, l investissement corporel brut 4.1 Investissement En 211, l investissement corporel brut hors apport des entreprises des secteurs principalement marchands non financiers et non agricoles s élève à 196 milliards d euros. Il s est redressé

Plus en détail

INVESTIR EN FRANCE : Réalisation

INVESTIR EN FRANCE : Réalisation INVESTIR EN FRANCE LA FRANCE RÉUNIT TOUTES LES CONDITIONS DE SUCCÈS POUR VOTRE INVESTISSEMENT En 2014, 1 014 décisions d investissement en France ont créé ou maintenu 26 535 emplois. 1 er pays en Europe

Plus en détail

D o s s i e r d e p r e s s e

D o s s i e r d e p r e s s e 9/04/2015 NORMANDY FRENCH TECH DIGITAL Day#2 : du concept à la réalité D o s s i e r d e p r e s s e Le 11 mars dernier, Caen la mer, la CODAH et la Métropole Rouen Normandie dévoilaient à Caen leur candidature

Plus en détail

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc Activité Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc PNR Monts d Ardèche 1-Dynamique du marché Caractéristiques du secteur d activité et perspectives (au niveau national)

Plus en détail

Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises

Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Plus en détail

Conférence d ouverture «Oséades de la création d entreprise»

Conférence d ouverture «Oséades de la création d entreprise» DOSSIER DE PRESSE Conférence d ouverture «Oséades de la création d entreprise» Vendredi 8 novembre 2013 CONTACTS PRESSE : CG74 LESLIE GROS 04 50 33 49 89 CCI MAGALI SERRANO 04 50 33 71 30 CMA SYLVAIN POULLET

Plus en détail

Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie

Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie Année 2014 SOMMAIRE Représentation géographique des projets de recrutement par métier en 2014... 3 Pilotes d'installations lourdes des industries de transformation...3

Plus en détail

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 27 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» Lundi 27 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Seul le prononcé fait foi

Plus en détail

Exporter où et comment? : Vous accompagner à l international jeudi 24 septembre 2015 Les activités de Business France Export : Le développement international des entreprises Invest : La prospection et

Plus en détail

Un impact fort, mais contrasté

Un impact fort, mais contrasté 6 TOURISME Le tourisme en chiffres Un impact fort, mais contrasté 13,6 milliards de chiffre d affaires, 2,7 milliards de valeur ajoutée. Il est toujours difficile de mesurer le poids économique de l activité

Plus en détail

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA Session 2012 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé SOCONA Première partie Élaboration d un diagnostic

Plus en détail

Bien plus qu un financement

Bien plus qu un financement Bien plus qu un financement Vous souhaitez étendre votre activité, accroître vos ventes? Vous avez des projets d investissement? Ensemble, on peut accélérer votre développement Vous êtes constructeur ou

Plus en détail

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL ÉDUCATION FORMATION UDGET INSERTION ORMATION MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 EDUCATION INSERTION SOCIAL MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE Florence RAINEIX Directrice générale de la Fédération

Plus en détail

Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie

Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie Année 2013 SOMMAIRE Représentation géographique des projets de recrutement par métier en 2013... 3 Agents qualifiés de laboratoire (techniciens, ouvriers

Plus en détail