QUE SE PASSE T-IL LORSQUE MES ELEVES COURENT? Le plus vite possible entre 10 et 2. Ils sont en course de résistance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUE SE PASSE T-IL LORSQUE MES ELEVES COURENT? Le plus vite possible entre 10 et 2. Ils sont en course de résistance"

Transcription

1 Les incontournables

2 QUE SE PASSE T-IL LORSQUE MES ELEVES COURENT? Le plus vite possible pendant une durée maximale de 10? Ils sont en course de vitesse ( 30 m 40 m) - l énergie est fournie par les réserves du muscle en A.T.P puis en P-C phosphocréatine. -les réserves se reconstituent rapidement (après 3 à 4 de repos) et il est possible de recommencer. -Pas de production d acide lactique ni de besoin supplémentaire en O2 d où son nom : ANAEROBIE ALACTIQUE Le plus vite possible entre 10 et 2 Ils sont en course de résistance (100 m par ex au max de leur vitesse) - pendant 6 à 8 utilisation des réserves du muscle. -puis production d énergie par dégradation du glycogène. MAIS Comme l apport d O2 est insuffisant, la transformation du glycogène en énergie produit de l acide lactique (crampes.) d où son nom : ANAEROBIE LACTIQUE Le plus vite possible entre 2 et 30 voire 1h? Ils sont en course d endurance -c est l O2 inspiré qui servira à produire l énergie nécessaire à l effort demandé. Le glycogène en présence de l O2 se dégrade sans production d acide lactique. -en augmentant progressivement l intensité de l effort, on augmente les besoins en O2. La consommation d O2 croît jusqu à un seuil individuel qui correspond au volume maxi d O2 consommé (le VO 2 max) -la vitesse de course correspondante est appelée vitesse maximale aérobie (VMA) : c est la vitesse maximale à laquelle peut courir l enfant en restant en AEROBIE Ce type d effort est SANS RISQUE pour les élèves INTERDICTION De solliciter cette filière car la production d énergie sans O2 n est possible que grâce à l intervention hormonale : Or, les glandes endocrines ne se développent au maximum qu après la puberté Ce type d efforts est SANS RISQUE pour les élèves

3 Quelques notions importantes sur la course longue EPS 46 1/ La course longue définition : Activité qui consiste à prolonger un effort d intensité modéré en vue de réaliser une performance : Courir sans s arrêter pendant un temps donné Courir sans s arrêter sur une distance donnée. 2/ Une unité d apprentissage «Course longue» mais pourquoi? Cycle 1 : Parce que c est au programme d EPS! L enfant découvre les possibilités de son corps ; il apprend à agir en toute sécurité tout en acceptant de prendre des risques mesurés, et à fournir des efforts tout en modulant son énergie. Courir : - Courir vite en ligne droite pendant quelques secondes (5 sec. environ) sur une distance courte (une quinzaine de mètres), par exemple en franchissant le plus possible de zones de couleur. - Courir moins vite mais plus longtemps (quelques minutes), sans s essouffler, sur plusieurs tours (dont on peut choisir la longueur) Cycle 2 : Courir longtemps : - Développer le sens de l effort, en accepter les conséquences (essoufflement, temps de récupération ). - Gérer sa course en utilisant des arrêts définis en fonction de ses capacités. - Courir à allure régulière de plus en plus longtemps. - Commencer à construire les conditions d une récupération active (marche, allure réduite volontairement). Cycle 3 : Course en durée :

4 - Améliorer sa foulée (amplitude, action combinée bras/jambes) et contrôler sa respiration pour augmenter sa performance. - Ajuster sa foulée à ses partenaires (courir à plusieurs dans le cadre d un contrat collectif, prendre des relais ). - Courir de 8 à 15 minutes, selon ses possibilités, de façon régulière, en aisance respiratoire. Parce qu elle contribue à la santé de l enfant : Les effets de l amélioration de l endurance sont à rechercher dans la capacité des cellules musculaires et de leurs mitochondries, à utiliser plus efficacement l O2 (oxygène) qui leur arrive et à l employer pour libérer de l énergie. En clair, on contribue à améliorer les facteurs de santé : - Amélioration du système cardio-vasculaire. - Création d un minimum de condition physique nécessaire aux activités des enfants dans tous les domaines. Toutefois, pour réellement produire des effets physiologiques, il faudrait que l élève ait quatre séances de course longue par semaine, pendant 3 mois, ce qui n est pas un objectif de l école élémentaire. Parce que l activité peut être mise en place facilement Je sors et l activité peut débuter même sur une courte duré et n importe où. J adapte mes circuits et mes distances en fonction de l espace dont je dispose. Il n est pas nécessaire d avoir beaucoup de matériel : quelques plots, des objets divers 3/ La course longue des risques? Le temps de course est-il suffisant? La course est-elle régulière? L allure est-elle adaptée à l élève? Alors, NON, il n y a pas de risques. Les signes de fatigue doivent rester le critère permanent d observation : l élève peut-il parler?, peut-il répondre par des mots brefs? (Remarque :sauf contre indication médicale)

5 4/ «La course longue c est rébarbatif et peu motivant pour les enfants!» que faire? Solution n 1 : La notion de projet! Mettre les enfants en projet interdisciplinaire autour de la course longue : elle ne devient pas seulement prétexte à courir mais aussi à écrire, parler, compter La course longue prend du SENS pour l enfant. Elle devient support d apprentissages multiples. Solution n 2 : L enfant doit voir qu il progresse! L utilisation de moments d auto-évaluation par des fiches «repères» qui jalonnent leurs progrès, contribuent aussi à impliquer l enfant et à le motiver. On peut comptabiliser : - Le nombre d arrêts - Le temps maximal de course - La distance parcourue dans un temps donné -.. Il est important de garder la trace des performances (grilles, gommettes, codages). Il est donc impératif de proposer plusieurs fois la situation de référence (toujours la même) tout au long du module. Solution n 3 : Varier les situations (du contraignant mais aussi du ludique). Cf différentes situations proposées. 5/ «La course longue au cycle 1» en petite section? en moyenne section? en grande section? L unité d apprentissage «course longue» au cycle 1, présentée dans les fiches du document papier s adresse à des grandes sections. Toutefois, des petites et moyennes sections (incluses dans des classes enfantines par exemple) peuvent aussi rentrer dans l activité présentée. Des principes sont à respecter ABSOLUMENT pour que l enfant du cycle 1 prenne toute sa place dans cette unité d apprentissage : - Faire le choix d une unité d apprentissage en Course Longue en grande section, c est faire le choix d engager la classe dans un projet autour de la course longue, afin que l enfant y trouve du SENS (projet interdisciplinaire) et puisse «s engager dans l action», condition indispensable au cycle 1 pour qu il ait apprentissage. -Permettre à l enfant de verbaliser : un peu pendant l action beaucoup à posteriori (retour en classe pour donner «vie» au projet)

6 - Prendre appui le plus souvent possible sur l activité symbolique de l enfant (les maisons, faire le train, les wagons ) - Privilégier le «ludique» dans la présentation de la tâche. - Matérialiser la tâche au maximum pour la rendre concrète, perceptible (par exemple, par rapport au temps) - Jalonner les progrès de l enfant par une fiche individuelle : elle doit lui permettre de voir concrètement ses progrès. Le souci pédagogique permanent de l enseignant sera d aider l enfant, au cours de cette unité d apprentissage à - Passer d une course anarchique et désordonnée à une course «réfléchie» et mieux contrôlée. - Passer d un rythme irrégulier générant fatigue à un rythme plus régulier. - Passer d une compétition de vitesse à une course «longue». 6/ La course longue dans mon EPS quelle programmation? Sur l année : Il est intéressant de programmer des activités de «gestion d effort» (natation, ski, VTT, cyclo ) soit en amont de l unité d apprentissage «course longue» pour préparer celle-ci, soit en aval pour consolider les acquis. Sur la semaine : Séance soit spécifique Soit au début d une séance d une autre unité d apprentissage Mieux vaut 3 séances courtes (15 à 20 ) qu une seule longue (45 ). 7/Quelles formes de travail adopter? En règle générale, en plus de différents rôles sociaux (observateur, chronométreur, juge ), il y aura des temps de course et des temps de récupération quel que soit le cycle concerné : -des moments de course : en fonction du temps ou de la distance.

7 -des moments de récupération : ils peuvent être soit passifs (on a couru, on s arrête et on souffle, on prend son pouls, on s étire, on verbalise ) soit actifs (on a couru, on marche et on verbalise surtout avec les cycles 1 et 2, on souffle ) Il est intéressant d alterner les types de récupération. Pour le cycle 3 : Travailler la capacité aérobie : être capable de courir longtemps - Des moments de course continue : on veut développer la capacité aérobie sur des durées de 6 à 30. La récupération sera dans ce cas, complète et active c est à dire on va marcher jusqu à ce que l organisme soit revenu à un état de repos. Au début de la prochaine période, ce sera le système anaérobie qui sera sollicité. Travailler l allure de course : être capable de courir plus vite et régulièrement Des moments de course en intermittence : ce type de course peut permettre aux enfants ayant des difficultés d augmenter leur capacité à courir longtemps. Il s agit d alterner des temps de course et des temps de récupération (elle sera active mais inférieure à la minute pour rester en aérobie (l organisme n a pas le temps de revenir à l état de repos complet.) Ex : courir 4, marcher 1. 8/ Besoin d un échauffement? Faire «un tour» en trottinant avec comme consigne «inspire par les nez, souffle par la bouche.». Pratiquée par temps froid, cette respiration «naso-buccale» permet à l air d être r»chauffé avant de pénétrer dans les poumons (pour les plus jeunes, image du poêle qui réchauffe ) 9/Le pouls est-il un bon indicateur? Il faut savoir que le pouls s étage en classe entre 95 et 130. Il atteint son maximum pendant les récréations ou pendant une séance de jeux collectifs dans laquelle l adulte n intervient pas (200 pulsations par minute et même davantage!) En course longue, le pouls de l enfant de n importe quel cycle, peut être supérieur ou égal à 190 bien que l enfant coure avec facilité, rit, parle donc ne sous-estimons pas les capacités d endurance des enfants!.

8 10/ Y a-t-il une tenue spéciale à avoir? Mieux vaut se découvrir pendant et se couvrir après (des vêtements souples sont préférables aux jupes ou aux jeans ). Avoir, pendant tout le cycle, ses chaussures de sport à portée de main participe à mettre les enfants en projet et surtout, facilite la course. 11/ Comment faire prendre consciences aux élèves qu ils courent trop vite? Si l élève court trop vite, il ne pourra pas tenir la distance ou le temps sans s arrêter ou marcher. Ne pas hésiter à courir avec eux dans le but de découvrir l allure! On peut également leur dire de parler entre eux. Si l élève est essoufflé ou ne peut plus parler, c est qu il court trop vite.

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE І) INTRODUCTION II) BASES PHYSIOLOGIQUES III) PRINCIPES GENERAUX DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE IV) ENTRAINEMENT DANS LES DIFFERENTES FILIERES V) LA PLANIFICATION

Plus en détail

COMPETENCE DE NIVEAU N1

COMPETENCE DE NIVEAU N1 GROUPE DES ACTIVITES ATHLETIQUES DEMI FOND Réaliser une performance motrice maximale mesure à une échéance donnée COMPETENCE DE NIVEAU N1 Compétences attendues dans l APSA Réaliser la meilleure performance

Plus en détail

Courir plus vite en améliorant sa VMA

Courir plus vite en améliorant sa VMA Courir plus vite en améliorant sa VMA OBJECTIF DE CET ENTRANEMENT Pour courir plus vite, l'objectif sera d'améliorer votre VMA, ceci afin de gagner en confort dans les autres allures. En effet, en augmentant

Plus en détail

Préparer un semi-marathon en 2h00 environ

Préparer un semi-marathon en 2h00 environ Préparer un semi-marathon en 2h00 environ OBJECTIF DE CET ENTRANEMENT Cet entraînement vous permettra de terminer un semi-marathon en 2 heures. DESCRIPTION Vous aimez courir longtemps pour extérioriser

Plus en détail

Préparer un 10km en 50 minutes environ

Préparer un 10km en 50 minutes environ Préparer un 10km en 50 minutes environ OBJECTIF DE CET ENTRANEMENT Votre objectif est de finir un 10 km en 50 minutes. DESCRIPTION Vous courez généralement à un rythme continu, mais vous aimeriez vous

Plus en détail

Enseigner la course longue à l école primaire.

Enseigner la course longue à l école primaire. Enseigner la course longue à l école primaire. Préambule Les propositions de contenus d enseignement s inscrivent dans la continuité du travail engagé dans le département de l Isère sur l élaboration des

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

L éducation physique et sportive. Etude comparée des programmes d'eps à l'école primaire et au collège

L éducation physique et sportive. Etude comparée des programmes d'eps à l'école primaire et au collège L éducation physique et sportive Etude comparée des programmes d'eps à l'école primaire et au collège LES PROGRAMMES OFFICIELS Priorités, objectifs généraux, connaissances et compétences, Horaires et spécificités

Plus en détail

Le ski à l'école. Réalisé par les CPC E.P.S. de Moselle. Février 2008

Le ski à l'école. Réalisé par les CPC E.P.S. de Moselle. Février 2008 Le ski à l'école Réalisé par les CPC E.P.S. de Moselle 1 «Les Activités Physiques de Pleine Nature, par leur possibilité de réinvestissement, constituent un terrain privilégié pour la mise en œuvre de

Plus en détail

PLAN D ATHLETISATION PROTOCOLES D EVALUATION DES QUALITES PHYSIQUES DES JOUEURS INTERNATIONAUX

PLAN D ATHLETISATION PROTOCOLES D EVALUATION DES QUALITES PHYSIQUES DES JOUEURS INTERNATIONAUX PLAN D ATHLETISATION PROTOCOLES D EVALUATION DES QUALITES PHYSIQUES DES JOUEURS INTERNATIONAUX TEST NUMERO 1 (1/3) Nom : Test Luc LEGER Navette (20m) Objectifs : Mesure de la VMA (Vitesse maximal aérobie)

Plus en détail

PLAN ENTRAINEMENT TRAIL LONG (>60 KM) FORTE DÉNIVÉLATION (>2 KM D+)

PLAN ENTRAINEMENT TRAIL LONG (>60 KM) FORTE DÉNIVÉLATION (>2 KM D+) PLAN ENTRAINEMENT TRAIL LONG (>60 KM) FORTE DÉNIVÉLATION (>2 KM D+) 6 semaines de préparation générale + 5 semaines de préparation spécifique 4 séances par semaine Préambule: Toutes les données que vous

Plus en détail

eduscol Ressources pour faire la classe au collège Fiches d'activités physiques, sportives et artistiques (APSA) Éducation physique et sportive

eduscol Ressources pour faire la classe au collège Fiches d'activités physiques, sportives et artistiques (APSA) Éducation physique et sportive eduscol Ressources pour faire la classe au collège Éducation physique et sportive Fiches d'activités physiques, sportives et artistiques (APSA) Programme 2008 du collège Décembre 2009 MEN/DGESCO eduscol.education.fr/prog

Plus en détail

La préparation physique en basket- ball Gilles COMETTI (2002)

La préparation physique en basket- ball Gilles COMETTI (2002) La préparation physique en basket- ball Gilles COMETTI (2002) 1 Les conditions : 1) Respecter la santé de l athlète. 2) Mettre la condition physique à sa place. 1) LES PRINCIPES DE LA PREPARATION PHYSIQUE

Plus en détail

Etirements des chaînes musculaires postérieure et antérieure.

Etirements des chaînes musculaires postérieure et antérieure. Interprétation des tests sécuritaires Document réalisé par Jean Marc Blanc responsable de la préparation physique sur le pôle France d Antibes Mars 2002 Ratio abdominaux / psoas : Trois cas se présentent

Plus en détail

Objectifs et logique du Page 3

Objectifs et logique du Page 3 Document conçu par l équipe des conseillers pédagogiques EPS du Haut-Rhin avec l aide précieuse de Thierry Lichtlé CTS Athlétisme et Isabelle Logeart professeur à l UFRSTAPS de Strasbourg Année scolaire

Plus en détail

Objectifs et logique du Page 3

Objectifs et logique du Page 3 Document conçu par l équipe des conseillers pédagogiques EPS du Haut-Rhin avec l aide précieuse de Thierry Lichtlé CTS Athlétisme et Isabelle Logeart professeur à l UFRSTAPS de Strasbourg Année scolaire

Plus en détail

PROGRAMMES EN EPS A L ECOLE PRIMAIRE

PROGRAMMES EN EPS A L ECOLE PRIMAIRE PROGRAMMES EN EPS A L ECOLE PRIMAIRE B.O. n 3 du 19 juin 2008 HORS SERIE Maternelle : AGIR ET S EXPRIMER AVEC SON CORPS Compétences visées (Cv) Se repérer et se déplacer dans l espace. Adapter ses actions

Plus en détail

Programmer l E.P.S. Que proposer pour varier les activités sur l ensemble du cycle?

Programmer l E.P.S. Que proposer pour varier les activités sur l ensemble du cycle? Programmer l E.P.S. Comment assurer la continuité des apprentissages sur le cycle 3, sur l ensemble de la scolarité primaire? Que proposer pour varier les activités sur l ensemble du cycle? Le plan d action

Plus en détail

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance?

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Ajaccio 12 mai 2012 F. Carré Université Rennes 1 Hopital Pontchaillou Inserm UMR 1099 Les «tests» chez le sportif Exploration performance

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA SANTE RESPIRATOIRE ET ALLERGIQUE DES ECOLIERS ET LEUR ENVIRONNEMENT SCOLAIRE

QUESTIONNAIRE SUR LA SANTE RESPIRATOIRE ET ALLERGIQUE DES ECOLIERS ET LEUR ENVIRONNEMENT SCOLAIRE Santé et pollution intérieure dans les écoles : Réseau d observation en Europe QUESTIONNAIRE SUR LA SANTE RESPIRATOIRE ET ALLERGIQUE DES ECOLIERS ET LEUR ENVIRONNEMENT SCOLAIRE A compléter par les enfants

Plus en détail

Bouger, c est bon pour la santé!

Bouger, c est bon pour la santé! Bouger, c est bon pour la santé! Tous concernés! De quoi s agit-il? Il s agit de toute activité physique, dès lors que nous bougeons. Ainsi tous les pas comptent, comme ceux que nous faisons chez nous

Plus en détail

TITRE : LES JEUX OLYMPIQUES UN OBJECTIF UNE PREPARATION

TITRE : LES JEUX OLYMPIQUES UN OBJECTIF UNE PREPARATION TITRE : LES JEUX OLYMPIQUES UN OBJECTIF UNE PREPARATION CREDIT : Laurent CHOPIN Définition de la notion d objectif : Cette notion vous est, maintenant, on ne peut plus familière. Un tout petit rappel en

Plus en détail

OBESITE ET EPS. Cf www.sante.fr.(programme national, nutrition santé, courbe de corpulence)

OBESITE ET EPS. Cf www.sante.fr.(programme national, nutrition santé, courbe de corpulence) OBESITE ET EPS DEFINITION L obésité se définit comme un excès de poids pouvant retentir sur la santé. La mesure générale acceptée de l obésité est l Indice de Masse Corporelle (IMC : poids en kg / taille

Plus en détail

PROGRAMME RADAR DE RCA ROWING ATHLETE DEVELOPMENT AND RANKING (Développement et classement des athlètes d aviron) pour les athlètes de développement

PROGRAMME RADAR DE RCA ROWING ATHLETE DEVELOPMENT AND RANKING (Développement et classement des athlètes d aviron) pour les athlètes de développement PROGRAMME RADAR DE RCA ROWING ATHLETE DEVELOPMENT AND RANKING (Développement et classement des athlètes d aviron) pour les athlètes de développement olympiques et paralympiques Développé par Rowing Canada

Plus en détail

«Je skie Taïchi!» Mémoire en vue de l'obtention du Certificat de Moniteur en Arts Martiaux Internes, mention Taïchi Chuan.

«Je skie Taïchi!» Mémoire en vue de l'obtention du Certificat de Moniteur en Arts Martiaux Internes, mention Taïchi Chuan. «Je skie Taïchi!» Mémoire en vue de l'obtention du Certificat de Moniteur en Arts Martiaux Internes, mention Taïchi Chuan. De Thierry FOSSÉ «C est marrant, quand tu skies, tu as les bras Taïchi!». Nous

Plus en détail

LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L EXERCICE MUSCULAIRE

LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L EXERCICE MUSCULAIRE LES BASES PHYSIOLOGIQUES DE L EXERCICE MUSCULAIRE Introduction Le joueur de tennis ou le lutteur réalise une multitude d actions individuelles ou combinées que l on peut résumer comme suit : il court,

Plus en détail

IO 2002. La lecture des programmes permet de constater que :

IO 2002. La lecture des programmes permet de constater que : LE PROGRAMME en EDUCATION PHYSIQUE à L ECOLE PRIMAIRE IO 2002 Les instructions officielles de 2002 ne présentent pas de point de rupture avec celles de 1995 mais sont cependant plus détaillées et précises

Plus en détail

Le mouvement vitalité! Un pas vers la forme! Sport-Santé. Acti March

Le mouvement vitalité! Un pas vers la forme! Sport-Santé. Acti March Le mouvement vitalité! Un pas vers la forme! Sport-Santé Acti March Une Fédération pour votre forme Moyen de déplacement à la portée de tous, quel que soit son âge, la marche est une forme d activité physique

Plus en détail

Utilisation des tests de terrain dans l orientation du contenu d entraînement dans les sports individuels et collectifs.

Utilisation des tests de terrain dans l orientation du contenu d entraînement dans les sports individuels et collectifs. Utilisation des tests de terrain dans l orientation du contenu d entraînement dans les sports individuels et collectifs. (*) Université Victor Segalen Bordeaux 2 (**) Université de Montréal Georges CAZORLA

Plus en détail

LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport

LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport LES FEMMES ET LE SPORT LES FEMMES ONT LE CŒUR MOINS SENSIBLE Moins de maladie cardiovasculaire protection hormonale sauf tabac + pilule LES

Plus en détail

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro INNOVATION De la rééducation au sport santé LPG crée le Neuro Physical Training! Bouger pour sa santé, une évidence pour les français? Bien que Faire du sport soit, chaque année, une des résolutions prioritaires

Plus en détail

COURSE D ORIENTATION

COURSE D ORIENTATION JE SUIS JEUNE OFFICIEL EN COURSE D ORIENTATION Programme 2004-2008 PREAMBULE Ce petit mémento doit aider l élève du collège ou du lycée à arbitrer les rencontres sportives, en cours d éducation physique

Plus en détail

Document réalisé par :

Document réalisé par : Ce document permet de situer le niveau des élèves en fin de module d apprentissage. Il peut être aussi utilisé pendant les séances d apprentissage pour aider à mesurer les acquisitions. Il donne des indications

Plus en détail

Programme de calcul et résolution d équation

Programme de calcul et résolution d équation Programme de calcul et résolution d équation On appelle «programme de calcul» tout procédé mathématique qui permet de passer d un nombre à un autre suivant une suite d opérations déterminée. Un programme

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

PROGRAMMATION DES ACTIVITÉS D ATHLETISME DU CYCLE 1 AU CYCLE 3

PROGRAMMATION DES ACTIVITÉS D ATHLETISME DU CYCLE 1 AU CYCLE 3 HAUTE SAVOIE PROGRAMMATION DES ACTIVITÉS D ATHLETISME DU CYCLE 1 AU CYCLE 3 Production du stage de mars 2004. ont participé en particulier à son élaboration : Françoise Déage, Caroline Fontana, Magali

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

FICHE ACTIVITÉ: DANSE Programme EPS collège NIVEAU : 1

FICHE ACTIVITÉ: DANSE Programme EPS collège NIVEAU : 1 FICHE ACTIVITÉ: DANSE Programme EPS collège NIVEAU : 1 Compétence attendue : Composer et présenter une chorégraphie collective structurée en jouant sur les composantes du mouvement, l espace, le temps

Plus en détail

Activité physique et santé Document de base

Activité physique et santé Document de base Activité physique et santé Document de base Office fédéral du sport OFSPO Office fédéral de la santé publique OFSP Pour faciliter la lecture, nous renonçons à indiquer les sources dans ce document. Les

Plus en détail

L athlétisme à l école primaire

L athlétisme à l école primaire L athlétisme à l école primaire Guillaume Catois, conseiller pédagogique EPS de la circonscription d Argentan Sommaire 1. Références institutionnelles. 2. Définition de l APS athlétisme. 3. Objectifs de

Plus en détail

LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS DE L ENTRAÎNEMENT POUR UN DÉVELOPPEMENT À LONG TERME DE L ATHLÈTE

LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS DE L ENTRAÎNEMENT POUR UN DÉVELOPPEMENT À LONG TERME DE L ATHLÈTE LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS DE L ENTRAÎNEMENT POUR UN DÉVELOPPEMENT À LONG TERME DE L ATHLÈTE Février 2010 Avertissement de l auteur En couchant ces quelques lignes, je tente simplement de confronter ces

Plus en détail

Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org.

Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org. Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org. Les maladies invalidantes Repères sur l asthme généralités

Plus en détail

Intrusion. La gamme SPC La sécurité de vos biens, aujourd'hui et demain. Answers for infrastructure.

Intrusion. La gamme SPC La sécurité de vos biens, aujourd'hui et demain. Answers for infrastructure. Intrusion La gamme SPC La sécurité de vos biens, aujourd'hui et demain. Answers for infrastructure. Le monde change. Le besoin de sécurité demeure. Rien n est plus rassurant que le sentiment d avoir fait

Plus en détail

AU DELA DU TEST 3 vers les nages codifiées, le sauvetage, la natation synchronisée

AU DELA DU TEST 3 vers les nages codifiées, le sauvetage, la natation synchronisée AU DELA DU TEST 3 vers les nages codifiées, le sauvetage, la natation synchronisée Pour aborder ce travail, les élèves doivent avoir acquis au minimum le test N 3 départemental Possibilité de travailler

Plus en détail

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Conférence de Marie-Thérèse Zerbato-Poudou : Les apprentissages à l école maternelle 12 novembre 2008, St Etienne de St Geoirs

Plus en détail

AMELIORER SES COMPETENCES LINGUISTIQUES les prépositions de lieu

AMELIORER SES COMPETENCES LINGUISTIQUES les prépositions de lieu AMELIORER SES COMPETENCES LINGUISTIQUES les prépositions de lieu JEUX : Jeu des paires Quelles différences? E.P.S. : - jeu Jacques a dit - Chasse au trésor - Mise en place d un parcours ÉCOUTER, MEMORISER

Plus en détail

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière Loin de mes yeux Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière expérience une dimension unique. Voici un guide tout simple, une carte routière pour vous montrer les chemins

Plus en détail

Programme de réhabilitation respiratoire

Programme de réhabilitation respiratoire Programme de réhabilitation respiratoire Dr Jean-Marc Perruchini Service de Réhabilitation R respiratoire, Clinique de Médecine Physique Les Rosiers 45, Bd Henri Bazin, 21002 DIJON Cedex Mle Carine Lopez

Plus en détail

Pourquoi je ne vois pas mes abdos?

Pourquoi je ne vois pas mes abdos? Un e dossier élaboré par Peter Blanken Introduction : La réponse courte est la suivante: parce que les muscles sont cachés par une couche de graisse La réponse détaillée à cette question se trouve dans

Plus en détail

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08 Diabète de type 2 et Sport Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008 Mise à jour 24-06-08 L activité physique est recommandée depuis longtemps aux patients diabétiques Dès la fin du 19 ème siècle,

Plus en détail

Collège St JO Votre avis nous intéresse

Collège St JO Votre avis nous intéresse Collège St JO Votre avis nous intéresse Généré par WysuForms - http://www.wysuforms.com 1 Questions et Variables Questions En quelle classe est votre enfant? Sans réponses 0 0 % 6e 69 34.2 % 5e 53 26.2

Plus en détail

PREAMBULE Pass Sports de l Eau Pass Sports de l Eau

PREAMBULE Pass Sports de l Eau Pass Sports de l Eau 1 PREAMBULE Après la validation du Sauv Nage, le Pass Sports de l Eau de l Ecole de Natation Française (ENF) mis en place par le Conseil Interfédéral des Activités Aquatiques (CIAA) permet de découvrir

Plus en détail

«Evaluation de l activité physique chez les enfants et adolescents à l aide d une méthode objective» SOPHYA

«Evaluation de l activité physique chez les enfants et adolescents à l aide d une méthode objective» SOPHYA ID: «Evaluation de l activité physique chez les enfants et adolescents à l aide d une méthode objective» SOPHYA Swiss children s objectively measured physical activity Questionnaire pour les parents sur

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS. 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte des objectifs de l eps

DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS. 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte des objectifs de l eps DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS 1. Définition 2. Spécificité des adolescents Nicolas DOMBROWSKI, Agrégé EPS, 2010 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte

Plus en détail

IDENTIFIER LES TEMPS DE JEU NE PAS PERDRE LE BALLON

IDENTIFIER LES TEMPS DE JEU NE PAS PERDRE LE BALLON BENJAMINS IDENTIFIER LES TEMPS DE JEU N TACHE SITUATION N 1 Objectif Avancer pour conserver-progresser ou pour déséquilibrer But Marquer Règles Interdit de défendre dans la zone défensive tant que le ballon

Plus en détail

PLAN RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION. Contrôle de la phase pendulaire. Par Jos DECKERS

PLAN RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION. Contrôle de la phase pendulaire. Par Jos DECKERS PLAN de RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION Contrôle de la phase pendulaire Par Jos DECKERS 02 Sommaire LA RÉÉDUCATION Objectifs : Pour que le patient puisse utiliser correctement l articulation,

Plus en détail

MUSCULATION (ASDEP) ENSEIGNEMENT ET EVALUATION

MUSCULATION (ASDEP) ENSEIGNEMENT ET EVALUATION MUSCULATION (ASDEP) ENSEIGNEMENT ET EVALUATION EN PREAMBULE Ce document de travail n'a pas la prétention de donner toutes les «ficelles» nécessaires à l'enseignement de la musculation. Il doit plutôt être

Plus en détail

DÉFINITIONS. Motricité. Robert Rigal ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS

DÉFINITIONS. Motricité. Robert Rigal ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS Robert Rigal DÉFINITIONS Motricité Ensemble des fonctions qui assurent les mouvements autogénérés d un organisme; Étude des mouvements humains et de leurs caractéristiques

Plus en détail

OUTIL D ÉDUCATION À LA SANTÉ DES ENFANTS

OUTIL D ÉDUCATION À LA SANTÉ DES ENFANTS PRATIQUE SPORTIVE ET ÉDUCATION À LA SANTÉ Usep Allier 15 LES RENCONTRES USEP, OUTIL D ÉDUCATION À LA SANTÉ DES ENFANTS Campagnes grand public et discours «prescriptifs» médiatisent auprès des enfants les

Plus en détail

Gamme de Logiciels «ProPulses» Matériels et Services dédiée à la préparation physique

Gamme de Logiciels «ProPulses» Matériels et Services dédiée à la préparation physique Gamme de Logiciels «ProPulses» Matériels et Services dédiée à la préparation physique Catalogue CardiSport - édition 2012-2013 www.cardisport.com 8E rue Jeanne Barret - Parc VALMY, 21000 DIJON - FRANCE

Plus en détail

Attention vague. de très grand froid

Attention vague. de très grand froid Attention vague VAGUE DE TRÈS GRAND FROID COMPRENDRE & AGIR de très grand froid Les conseils du Ministère de la Santé et de l Inpes Comprendre ce qui se passe dans mon corps en cas de vague de très grand

Plus en détail

Le cœur est compliqué et il est aussi un organe que travaille très fort (Heart Attack,

Le cœur est compliqué et il est aussi un organe que travaille très fort (Heart Attack, Le cœur est compliqué et il est aussi un organe que travaille très fort (Heart Attack, 2003), et c est la seule sorte de muscle qui peut se contracter régulièrement sans fatigue; tandis que les autres

Plus en détail

GENERALITES CARACTERISTIQUES DES ENFANTS ET DEMARCHES D APPRENTISSAGE

GENERALITES CARACTERISTIQUES DES ENFANTS ET DEMARCHES D APPRENTISSAGE GENERALITES CARACTERISTIQUES DES ENFANTS ET DEMARCHES D APPRENTISSAGE Cycle 1 Au plan du développement psychomoteur, l enfant de cette tranche d âge se caractérise par une motricité globale, souvent bilatérale.

Plus en détail

Les 30 questions les plus souvent posées

Les 30 questions les plus souvent posées Les guides Vestiaires PRÉPARATION PHYSIQUE : Les 30 questions les plus souvent posées Physique : avec ou sans ballon? Le gainage, à quoi ça sert? Quelle planification hebdomadaire? Musculation, à partir

Plus en détail

BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire»

BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire» Horaires et Programmes EPS à l école primaire BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire» Les programmes 2008 s appuient sur le Socle commun de connaissances

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire La construction du temps et de l espace au cycle 2 Rappel de la conférence de Pierre Hess -Démarche de recherche: importance de se poser des questions, de chercher, -Envisager la démarche mentale qui permet

Plus en détail

Jeux mathématiques en maternelle. Activités clés. Jeu des maisons et des jardins (Yvette Denny PEMF)

Jeux mathématiques en maternelle. Activités clés. Jeu des maisons et des jardins (Yvette Denny PEMF) Activités clés NIVEAU : PS/MS Jeu des maisons et des jardins (Yvette Denny PEMF) Compétences Construire les premiers nombres dans leur aspect cardinal Construire des collections équipotentes Situation

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

La danse contemporaine à la maternelle

La danse contemporaine à la maternelle La danse contemporaine à la maternelle «Quand une image présente ne nous fait pas penser à des milliers d images absentes, il n y a pas d imagination» G.Bachelard Danse et Arts visuels-a partir de Matisse-Ecole

Plus en détail

BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS DU VALAIS ROMAND (CPI)

BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS DU VALAIS ROMAND (CPI) Département de l'éducation, de la culture et du sport Service de l enseignement Inspectorat de la scolarité obligatoire BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS

Plus en détail

La gestion des hypoglycémies au cours du sport : insuline ou diététique?

La gestion des hypoglycémies au cours du sport : insuline ou diététique? La gestion des hypoglycémies au cours du sport : insuline ou diététique? Confrontations d Endocrinologie-Diabétologie Les Vaux de Cernay L Fouquet, S. Franc 25 Mars 2010 1 Observation n 2, Mme. S 42 ans,

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Master recherche. Spécialité «Savoirs et Expertises de l Activité Physique» Master

Master recherche. Spécialité «Savoirs et Expertises de l Activité Physique» Master Master recherche Spécialité «Savoirs et Expertises de l Activité Physique» 3 parcours de spécialisation : Physiologie et biomécanique de l exercice, Sciences humaines et sociales appliquées aux APS Didactique

Plus en détail

Questions - Réponses Plénière éditeurs 27/09/2011

Questions - Réponses Plénière éditeurs 27/09/2011 Questions - Réponses Plénière éditeurs 27/09/2011 En préambule Au 1 er janvier 2012, les employeurs de 10 salariés et plus seront dans l obligation d établir l attestation employeur d assurance chômage

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Le retour des maîtres d EPS, provocation ou réalité?

Le retour des maîtres d EPS, provocation ou réalité? L éducation physique à l école : Le retour des maîtres d EPS, provocation ou réalité? Avril 2009 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Nicolas Pinel CPC EPS Lillebonne 1

Nicolas Pinel CPC EPS Lillebonne 1 MISE EN ŒUVRE DU TCHOUKBALL AU CYCLE 3 Nicolas Pinel CPC EPS Lillebonne 1 Généralités Le tchoukball est un sport collectif différent des autres (football, basket-ball, handball, ). La logique non violente

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

Évolution et révolution en gestion des identités et des accès (GIA)

Évolution et révolution en gestion des identités et des accès (GIA) Évolution et révolution en gestion des identités et des accès (GIA) Présentée à ISACA Québec Septembre 2013 2 Revenu Québec LES GRANDS ENJEUX 3 Favoriser le respect volontaire des obligations fiscales

Plus en détail

L indépendance à chaque pas de la vie. Groupe. Votre meilleur allié. Visitez notre site : www.groupe-g2m.com

L indépendance à chaque pas de la vie. Groupe. Votre meilleur allié. Visitez notre site : www.groupe-g2m.com L indépendance à chaque pas de la vie. Votre meilleur allié. Groupe Visitez notre site : www.groupe-g2m.com : Votre meilleur allié. Dispositif médical unique Le système WalkAide est une neuro-orthèse de

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX

APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX Hôpital Privé d Antony APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX Livret d information Hôpital Privé d Antony OPC/KINE/297 Page 1 sur 6 Intervenants Rédigé par : Nom Profession Le Visa C.DUPUY

Plus en détail

Le test 45-15 FIT Évaluation de la VMA int 45-15, vitesse de référence pour l'entraînement de la PMA sous forme intermittente

Le test 45-15 FIT Évaluation de la VMA int 45-15, vitesse de référence pour l'entraînement de la PMA sous forme intermittente Le test 45-15 FIT Évaluation de la VMA int 45-15, vitesse de référence pour l'entraînement de la PMA sous forme intermittente Georges GACON Hervé ASSADI 1994-2004 1. Le test et son protocole C'est un test

Plus en détail

ENFANT ASTHMATIQUE? PAS DE PANIQUE Contrôlez et équilibrez l asthme de votre enfant

ENFANT ASTHMATIQUE? PAS DE PANIQUE Contrôlez et équilibrez l asthme de votre enfant ENFANT ASTHMATIQUE? PAS DE PANIQUE Contrôlez et équilibrez l astme de votre enfant Membre de la Fédération Française de Pneumologie Avec le soutien de la Direction Générale de la Santé et le parrainage

Plus en détail

DIABETE ET SPORT. Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS

DIABETE ET SPORT. Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS DIABETE ET SPORT Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS DIABETE TYPE 1#TYPE 2 Jeunes sportifs Risque hypoglycémie Adaptation schémas Autosurveillance +++ Sports souvent sources de difficultés Contre

Plus en détail

CYCLOTOURISME ET VTT EN MILIEU SCOLAIRE DOSSIER D'INFORMATION ------- POUR LES INTERVENANTS EXTÉRIEURS BÉNÉVOLES

CYCLOTOURISME ET VTT EN MILIEU SCOLAIRE DOSSIER D'INFORMATION ------- POUR LES INTERVENANTS EXTÉRIEURS BÉNÉVOLES CYCLOTOURISME ET VTT EN MILIEU SCOLAIRE DOSSIER D'INFORMATION ------- POUR LES INTERVENANTS EXTÉRIEURS BÉNÉVOLES Équipe départementale EPS 1 degré du Puy de Dôme Généralités Préambule Ce document a pour

Plus en détail

Badminton Niveau 3. Public concerné : CAP 1 ère année et terminale Bac pro 3 ans 1 ère année

Badminton Niveau 3. Public concerné : CAP 1 ère année et terminale Bac pro 3 ans 1 ère année Badminton Niveau 3 Public concerné : CAP 1 ère année et terminale Bac pro 3 ans 1 ère année Groupement : 8, «activité d opposition duelle : sport de raquette» CP : 4, «Conduire et maîtriser un affrontement

Plus en détail

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt en lien avec cette présentation

Plus en détail

Hier, Mathilde rencontrer son professeur. A pu A pue. Les animaux.malades pendant une courte période. Sont été Ont été Sont étés

Hier, Mathilde rencontrer son professeur. A pu A pue. Les animaux.malades pendant une courte période. Sont été Ont été Sont étés Hier, Mathilde rencontrer son professeur. A pu A pue Les animaux.malades pendant une courte période. Sont été Ont été Sont étés Le facteur.le paquet à la vieille dame. Est monté A monté Marie 7 ans la

Plus en détail

Fiches accompagnement

Fiches accompagnement Éducation physique et sportive École maternelle Cycle des apprentissages fondamentaux Cycle des approfondissements Projet proposé par le groupe d experts Fiches accompagnement Athlétisme - École maternelle,

Plus en détail

Activité physique et diabète non insulinodépendant

Activité physique et diabète non insulinodépendant 8 Activité physique et diabète non insulinodépendant L activité physique est aussi importante pour le traitement du diabète de type 2 que l équilibre alimentaire. L activité physique, ce n est pas seulement

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

présentation générale

présentation générale présentation générale des installations médicales et sportives de pointe Conçu pour les meilleurs footballeurs, ouvert à tous les sportifs de haut niveau L arsenal thérapeutique du centre médical comprend

Plus en détail

Sujet : Quelle place doit occuper l effort en EPS?

Sujet : Quelle place doit occuper l effort en EPS? Sujet : Quelle place doit occuper l effort en EPS? Contextualisation du sujet La notion d effort est une notion très souvent évoquée à l Ecole, au point qu elle y incarne une forme de morale. Ainsi se

Plus en détail

INFLUENCE DU TERRAIN LORS D UN EFFORT RÉALISÉ À PUISSANCE MAXIMALE AÉROBIE EN CYCLISME

INFLUENCE DU TERRAIN LORS D UN EFFORT RÉALISÉ À PUISSANCE MAXIMALE AÉROBIE EN CYCLISME Séminaire des entraineurs et cadres techniques du cyclisme, Bourges, 09 Novembre 2013 INFLUENCE DU TERRAIN LORS D UN EFFORT RÉALISÉ À PUISSANCE MAXIMALE AÉROBIE EN CYCLISME Anthony BOUILLOD1,2, Julien

Plus en détail

Mesure de la dépense énergétique

Mesure de la dépense énergétique Mesure de la dépense énergétique Bioénergétique L énergie existe sous différentes formes : calorifique, mécanique, électrique, chimique, rayonnante, nucléaire. La bioénergétique est la branche de la biologie

Plus en détail