Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008."

Transcription

1 Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre Dans le cadre des travaux de la Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socioprofessionnelle, qui rassemble les partenaires sociaux et les opérateurs d insertion et de formation du territoire de Mons Borinage, le Comité Subrégional de l Emploi et de la Formation organisait une rencontre avec des employeurs du secteur de la Santé et de l Action Sociale du territoire. Cette rencontre s inscrit dans une suite d événements visant à initier des contacts entre le monde du travail et celui de la formation/insertion, et ce, au bénéfice des personnes en recherche d emploi. Ce premier événement se déroulait dans les locaux du SETCA de Mons-Borinage, à Mons, le 18 septembre dernier. Une trentaine de membres d organismes de formation ou d insertion rencontraient alors un panel d employeurs issus d hôpitaux et de maisons de repos de la région ainsi que des représentants des travailleurs du secteur. Figuraient au programme de cette matinée : présentation de résultats d études 1 relatives à l emploi dans les différents métiers du secteur et échanges de point de vue entre les différentes parties en présence au sujet de thèmes divers liés à la politique de ressources humaines du secteur, au recrutement et à la formation. La santé et l action sociale : chiffres, réactions et compléments. La première partie de matinée était donc consacrée à une brève présentation de résultats d études 2 ; celle-ci avait pour principale ambition de chiffrer les volumes d emploi que représentent les différents métiers au sein d un des secteurs les plus importants de la sousrégion. Les personnes présentes lors de cette matinée ont, de la sorte, pu disposer d informations relativement objectives permettant d affiner leur vision du secteur, de confirmer ou d infirmer certaines perceptions de la réalité. Les principaux éléments qui sont ressortis de cette présentation sont les suivants. Le secteur représente un volume d emploi important et en croissance. - Le secteur compte plus de postes de travail salariés en 2006 soit 1/8 de l ensemble des emplois salariés du territoire - Au sein du secteur de la santé et de l action sociale, le sous secteur des hôpitaux compte plus de 4000 postes de travail - Les maisons de repos et les soins et services à domicile ont connu une croissance fulgurante de 1996 à Le personnel de soins est la profession la plus importante en termes d emplois. - Au sein de ce secteur, le personnel de soins (infirmiers et aides soignants) représente plus ou moins la moitié du personnel salarié des hôpitaux et des maisons de repos. Il existe toutefois une série de métiers accessibles pour des personnes avec un faible niveau de qualification. 1 LE FOREM, CSEF Mons, Les secteurs de la santé et l action sociale dans la sous-région montoise, Rapport complet et présentation faite le 18 septembre 2008 disponible sur

2 - Malgré la forte présence d emplois nécessitant des qualifications relativement élevées, 15% du personnel du secteur ne dispose pas du diplôme de l enseignement secondaire supérieur - Ce personnel est principalement actif dans le domaine du nettoyage, de l aide aux personnes, la cuisine de collectivité, la logistique, Enfin, les conditions de travail du secteur sont caractérisées par de nombreux emplois à temps partiel et des contrats relativement stables dans le temps. - La part que représente l emploi à temps partiel est plus élevée au sein du secteur de la santé et de l action sociale qu au sein de l ensemble de l emploi. Certains métiers, comme par exemple, celui d assistant logistique en milieu hospitalier, sont exercés presqu exclusivement à temps partiel. - Les emplois dans le secteur sont relativement stables dans le temps, avec à nouveau des divergences en fonction des métiers. En effet, certains métiers comme ceux du nettoyage ou du bâtiment s appuient, le plus souvent, sur des contrats limités dans le temps. Les résultats présentés avaient vocation à être essentiellement descriptifs, et se rapportaient à des données collectées en Suite à cette présentation, les différents membres du panel étaient invités à réagir : ils ont ainsi apporté des éléments additionnels concernant le recrutement et les difficultés qui y sont parfois liées, les particularités du secteur, apportant quelques nuances de terrain aux résultats de l enquête. Un employeur a complété les informations en exposant les différents canaux de recrutement utilisés par son établissement hospitalier. Les modes de recrutement sont relativement classiques et diversifiés : annonce dans la presse, auprès du Forem, réception de candidatures spontanées, utilisation de leur propre canal de communication (site internet), stages et utilisation de Plans Formation Insertion. Ces derniers étant utilisés principalement pour le personnel d entretien. D autres ont pointé certaines difficultés d embauches au sein du secteur hospitalier, pour les métiers d infirmiers, surtout concernant des spécialisations spécifiques (SIAMU, accoucheur, ), ainsi que pour des profils relativement pointus comme les technologues en imageries médicales ou encore le personnel de laboratoire. Les maisons de repos, selon un employeur présent, connaissent des difficultés lors de l embauche de personnel de nettoyage. Ces difficultés trouvent essentiellement leur origine dans la qualité de l emploi proposé. Il s agit en effet, le plus souvent d emplois à temps partiel faiblement rémunérés. Les hôpitaux connaissent, par ailleurs, des difficultés dans la gestion de leurs ressources humaines en raison de la flexibilité et de la mobilité du personnel de soins: crédit-temps, mitemps médical, écartement, Ces différentes formules d allègement ou d écartement impliquent d avoir régulièrement recours à des remplacements et donc de procéder à la recherche de nouveaux collaborateurs. Les représentants des travailleurs ont rappelé que les difficultés d embauche du personnel infirmier étaient liées aux conditions de travail, en particulier les horaires, la charge de travail ainsi que les conditions salariales désavantageuses par rapport à un niveau d étude équivalent dans un autre secteur. Enfin, à côté du personnel de soins, il existe une série de métiers, comme le montraient partiellement les résultats de l enquête, dont les conditions de travail sont précaires (contrats de courte durée, temps partiel, bas salaire) : ambulancier, métier de la logistique en milieu hospitalier, le personnel d aide à domicile, Enfin contrairement à ce que l étude montrait en 2006, le recours à l intérim semble devenir de plus en plus fréquent dans le secteur.

3 Toujours en ce qui concerne les conditions de travail, les représentants des travailleurs ont mis en exergue les conditions particulières au sein de maisons de repos de petite taille. En effet, ces PME sont confrontées à des questions de moyens financiers limités : souvent elles offrent des bas salaires, ont parfois recours à du personnel technique pour pallier aux manques de personnel de soins, certaines ne sont pas en capacité d encadrer des stagiaires en PFI, ou de leur offrir un contrat au terme du stage, Echanges de vues. La deuxième partie de matinée était, quant à elle, consacrée à une discussion entre les membres du panel et le public sur différents thèmes liés à l emploi et au recrutement dans le secteur. Les paragraphes suivants synthétisent les différentes problématiques discutées lors de ces échanges. Les difficultés de recrutement. Les employeurs présents ont pointé des difficultés de recrutement pour trois types de personnels distincts : les infirmiers, le personnel «peu qualifié» et des professionnels au profil pointu. Ces derniers sont notamment les technologues en imagerie médicale, le personnel de laboratoire ou encore les pharmaciens employés au sein des établissements hospitaliers. Ce sont des métiers qui nécessitent des diplômes obtenus au terme de longues études spécialisées. Les candidats pour ces emplois sont relativement rares étant donné la spécificité de la qualification. Par ailleurs, au regard du niveau d étude, les barèmes sont bas et rendent la profession peu attrayante. La relative rareté de ce type de professionnels amène les employeurs du secteur à être en concurrence les uns avec les autres lors de recrutements. Cette problématique de concurrence entre employeurs concerne également le personnel de soins de type infirmier. Il n est pas rare que certains candidats négocient leurs conditions d embauche avec les différents employeurs afin d obtenir les meilleures conditions. Ajoutons que la concurrence entre employeur dépasse ici les seuls hôpitaux. D autres secteurs, comme les maisons de repos sont aussi en concurrence lors de l embauche d infirmier. Certains petits établissements n ont pas la capacité d offrir des conditions équivalentes à des établissements plus importants. Les employeurs issus des hôpitaux précisent que les difficultés principales touchent surtout l embauche d infirmiers spécialisés comme les infirmiers SIAMU ou les accoucheurs, par exemple. Les problèmes rencontrés dans ces cas précis sont alors semblables à ceux observés pour les profils pointus cités ci-dessus : une certaine «rareté» de candidats conjuguée à des barèmes relativement bas au regard des qualifications requises. Le recrutement de personnel infirmier ne semble toutefois pas aussi critique dans notre région qu à Bruxelles. La troisième catégorie de personnel touchée par des difficultés en termes de recrutement sont les «profils peu qualifiés» ; il s agit essentiellement du personnel de nettoyage, de restauration, de logistique en milieu hospitalier, ou encore les brancardiers. Les principales difficultés qui touchent le recrutement de ces catégories professionnelles sont également liées aux barèmes salariaux peu attrayants. La rémunération de ces travailleurs se situe dans le bas de l échelle barémique. De plus, certains éléments liés aux conditions de travail viennent amplifier le peu d attractivité de certains métiers. C est le cas par exemple du métier de nettoyeur ou de technicien de surface qui s exerce le plus souvent à temps partiel, suivant des horaires «décalés». Par ailleurs, cette profession est essentiellement féminine, or de plus en

4 plus de femmes se retrouvent chef de famille monoparentale. Cette situation familiale rend pratiquement impossible l exercice du métier dans de telles conditions. Enfin, il faut ajouter que l exercice du métier de nettoyeur ou de technicien de surface en milieu hospitalier ou en maison de repos est spécifique et de plus en plus exigeant. En effet, les professionnels du nettoyage du secteur doivent maîtriser des techniques et du vocabulaire particulier et appliquer scrupuleusement des procédures. Il ressort des différents témoignages que les barèmes salariaux constituent une difficulté dans le cadre de recrutements pour des profils professionnels assez diversifiés : outre ceux précisés ci-dessus, il faut mentionner les métiers techniques tels que frigoristes. En effet, la question des barèmes se pose de manière encore plus criante pour les métiers pour lesquels il existe une forte demande également dans d autres secteurs d activités aux barèmes plus séduisants. La formation. Différents éléments relatifs aux formations ont été soulevés durant les débats. Aucun problème majeur n a été dénoncé par les employeurs, si ce n est le manque de formation en cuisine de collectivité. Les procédures et normes d hygiène strictes en font un métier nécessitant une formation ad hoc. Ce type de formation est développé sur notre territoire. Toutefois l offre de candidats qualifiés semble inférieure aux besoins des employeurs ou trop peu connue de ceux-ci. Les représentants des travailleurs ont quant à eux rappelé que des moyens financiers destinés à la formation étaient disponibles auprès des fonds sectoriels, et ont déploré le fait que ceux-ci soient sous-utilisés. Enfin, les opérateurs de formations ont, pour leur part, regretté la méconnaissance du secteur dont font souvent preuve les personnes désireuses de se former pour les métiers du secteur. En effet celles-ci ne se rendent souvent compte des réalités du secteur que très tardivement dans le processus de formation. Cela mène parfois à un certain désenchantement, puis à l abandon en cours de formation ou à la réorientation dans un autre secteur en fin de parcours. Une meilleure information et orientation au départ de la formation seraient fortement utiles. Les conditions de stage ou d encadrement des formations au lieu de travail constituent un élément clé de la réussite de la formation des candidats. Les différents établissements du secteur n offrent toutefois pas des conditions équivalentes, si de grandes structures hospitalières peuvent garantir l accompagnement du stagiaire par un «tuteur», les plus petits établissements n ont parfois pas la capacité d encadrer un stagiaire employé dans le cadre de PFI. Enfin, les employeurs se sont dits satisfaits de la qualité et de l efficacité des collaborations avec certains opérateurs de formation/insertion tels que les Missions Régionales ou le Forem. Globalement employeurs et formateurs ont insisté sur l importance du stage pour des profils professionnels «peu qualifiés» afin d intégrer au mieux les particularités du secteur. Un stage dès le début de la formation permettrait de plus d offrir une meilleure vision aux stagiaires des réalités du secteur. Aussi, le stage, en fin de formation, constitue souvent le principal canal de recrutement.

5 Les perspectives d avenir. S il est difficile de dégager des perspectives claires pour les années à venir, certains éléments marquent clairement les tendances futures. C est le cas de la dépendance du secteur aux décisions politiques et réglementaires en matière de normes et de financements. Le secteur est d ailleurs en attente des effets du plan de la Ministre en charge de la santé, qui prévoirait notamment l apport de moyens financiers additionnels et pourrait améliorer l attractivité du secteur. En termes de normes et de règlement, les différents intervenants s interrogent sur le futur du statut des infirmiers «brevetés» 3 et sur son rôle entre celui des infirmiers «gradués» 4 et celui des aides soignants 5. Cette dernière profession a connu une évolution constante ces dernières années. La difficulté générale que rencontrent les employeurs lors de recrutements de personnel infirmier fait dire à certains d entre eux, que les maisons de repos devront fonctionner à l avenir avec moins d infirmiers. Ceci pourrait impliquer le transfert d actes techniques des infirmiers vers les aides soignants. Autre tendance, le secteur tend à dépendre de plus en plus de la technologie. Cette tendance implique un besoin accru dans le futur de professionnels aux qualifications techniques relativement pointues (comme par exemple les technologues en imagerie médicale) ainsi que la maîtrise de la part des autres professions de nouvelles techniques et procédures. Enfin la problématique de la sécurité est un sujet de préoccupation de plus en plus important, en particulier pour les hôpitaux. La prise en compte de cette dimension pourrait à l avenir entraîner un besoin accru de professionnels de la sécurité, toutefois l impact en termes de nombre de postes de travail devrait être relativement limité. Conclusions Outre ces différents thèmes discutés, l objectif était également, rappelons-le, de faire se rencontrer simplement opérateurs de formation et employeurs, et ce au bénéfice des personnes désireuses de travailler dans le secteur. Certains opérateurs l avaient bien compris, n hésitant pas à proposer leurs stagiaires en fin de formation aux employeurs présents. Si cette matinée de rencontre a soulevé différents éléments problématiques, seuls certains d entre eux concernent des domaines sur lesquels la Commission Consultative Sous Régionale et ses partenaires ont prise plus ou moins directement. Ainsi certains éléments méritent que l on s y attarde dans les limites de notre action. L information et l orientation des stagiaires. Les différents témoignages d employeurs ou de représentants des travailleurs ont mis suffisamment en exergue les particularités du secteur notamment en termes de conditions de travail, d exigences ou encore spécificités de certaines tâches. Parallèlement, des opérateurs de formation constatent un certain désenchantement de la part des stagiaires en fin de formation lorsqu ils se rendent compte de la réalité du secteur. Les abandons de formations, ou les réorientations au terme de celles-ci, constituent en effet un échec pour le stagiaire, pour l opérateur de formation et pour l employeur. Il serait dès lors nécessaire de pouvoir améliorer l information ou l orientation des personnes désireuses de travailler dans ce secteur. 3 Accès à la profession d infirmier suite à l obtention d un brevet infirmier obtenu au terme d études secondaires supérieures de 4ème degré. 4 Accès à la profession d infirmier suite à l obtention d un diplôme d infirmier obtenu au terme d études supérieure de cycle court (anciennement graduat, actuellement baccalauréat). 5 Les conditions d exercice et d accès à la profession ont fait l objet d un arrêté royal en 2006 (A.R. 03/02/2006)

6 Transparence de l offre et de la demande de formation. Sans constituer un problème récurrent, il semble que les employeurs soient mal renseignés sur les formations existantes dans la région et donc de la source de candidats potentiels. La formation en cuisine de collectivité en est un exemple. La qualité de la collaboration entre l opérateur de formation/insertion et l employeur. Les employeurs ont dit apprécier les collaborations qu ils ont avec des opérateurs d insertion/formation lors de l embauche ou la formation de «profils peu qualifiés». Toutefois il semble que le succès de la collaboration varie, et ce, en fonction du public pris en charge par l opérateur. Enfin cette première expérience de rencontre entre employeurs et opérateurs de formation dans le cadre des travaux de la Commission semble avoir fait naître un réel intérêt pour une meilleure connaissance mutuelle entre employeurs et opérateurs de formation/insertion. De qualité de ce lien concret dépend fortement l insertion des personnes en recherche d emploi.

Annexe 4 : Déclaration sur l honneur relative à l exécution de la clause sociale flexible en cas de recours à un dispositif de formation

Annexe 4 : Déclaration sur l honneur relative à l exécution de la clause sociale flexible en cas de recours à un dispositif de formation Annexe 4 : Déclaration sur l honneur relative à l exécution de la clause sociale flexible en cas de recours à un dispositif de formation Août 2014 Table des matières 1. Le régime d apprentissage jeune

Plus en détail

Annexe clause sociale de formation

Annexe clause sociale de formation Annexe clause sociale de formation Août 2014 Table des matières 1. Le régime d apprentissage jeune (RAJ)... 2 2. Le régime d apprentissage construction (RAC)... 5 3. La convention d insertion socioprofessionnelle

Plus en détail

Le Contrat premier emploi

Le Contrat premier emploi www.far.be Le Contrat premier emploi Marie Greffe Septembre 06 Historique En 1999, afin de stimuler le travail des jeunes, Laurette Onkelinx (PS), alors ministre de l Emploi, lance l idée d un «Plan Rosetta»,

Plus en détail

Synthèse des grandes tendances 2013

Synthèse des grandes tendances 2013 Synthèse des grandes tendances 2013 Le diplôme de Sciences Po préserve les jeunes de la dégradation du marché du travail Les résultats de l enquête annuelle d insertion professionnelle Jeunes Diplômés,

Plus en détail

Documents nécessaires pour l inscription

Documents nécessaires pour l inscription Documents nécessaires pour l inscription Annexe 2 Le dossier administratif et le dossier médical complets doivent être obligatoirement déposés au secrétariat de l école avant le 15 septembre 2013 (prendre

Plus en détail

L ARS du Centre invite l ensemble des directeurs des centres hospitaliers de la région Centre

L ARS du Centre invite l ensemble des directeurs des centres hospitaliers de la région Centre DOSSIER DE PRESSE Mardi 11 décembre 2012 L ARS du Centre invite l ensemble des directeurs des centres hospitaliers de la région Centre - 12 décembre 2012 de 10h à 12h Point presse à 12h Médiathèque d Orléans

Plus en détail

La reconnaissance mutuelle

La reconnaissance mutuelle La reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles Entente Québec-France Une nouvelle passerelle entre le Québec et la France L Entente Québec-France Introduction Lever les obstacles à l attraction

Plus en détail

AIDES FINANCIÈRES CEFA. Parcours de formation qualifiante possibles. La CCW à votre service. Les fonds sectoriels

AIDES FINANCIÈRES CEFA. Parcours de formation qualifiante possibles. La CCW à votre service. Les fonds sectoriels Parcours de formation qualifiante possibles La CCW à votre service Les fonds sectoriels La cellule emploi-formation de la CCW AIDES Automne 2012 Jeunes de 15 à 18 ans Des questions sur l emploi et la formation?

Plus en détail

«QUELLES PRIORITES POUR L INSERTION SOCIOPROFESSIONNELLE SUR NOTRE TERRITOIRE?» SEMINAIRE 20 ET 21 OCTOBRE 2009 MOULIN DE LA HUNELLE

«QUELLES PRIORITES POUR L INSERTION SOCIOPROFESSIONNELLE SUR NOTRE TERRITOIRE?» SEMINAIRE 20 ET 21 OCTOBRE 2009 MOULIN DE LA HUNELLE «QUELLES PRIORITES POUR L INSERTION SOCIOPROFESSIONNELLE SUR NOTRE TERRITOIRE?» SEMINAIRE 20 ET 21 OCTOBRE 2009 MOULIN DE LA HUNELLE Matinée de travail du 21 octobre - Recueil de l expression des acteurs

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES SEPTEMBRE 2015 N 17 SOMMAIRE P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP P.3 6 PERSONNES

Plus en détail

Les fonctions critiques en RW en 2003 Les fonctions communes avec la Région de Bruxelles-Capitale

Les fonctions critiques en RW en 2003 Les fonctions communes avec la Région de Bruxelles-Capitale 1 Les fonctions critiques en RW en 2003 Les fonctions communes avec la Région de Bruxelles-Capitale FOREM Conseil Présentation au CSEF - 14 décembre 2004 2 Méthodologie retenue Source : postes vacants

Plus en détail

Demande d inscription 2013-2014

Demande d inscription 2013-2014 Catégorie Paramédicale - Département Gilly Demande d inscription 2013-2014 Cette demande d inscription ne devient définitive qu après analyse par nos soins de votre dossier complet et paiement des frais

Plus en détail

Observatoire de la Vie Étudiante de l Université de Provence (Aix-Marseille I) www.up.univ-mrs.fr/ove Numéro 13 Mai 2007

Observatoire de la Vie Étudiante de l Université de Provence (Aix-Marseille I) www.up.univ-mrs.fr/ove Numéro 13 Mai 2007 OVE résultats Observatoire de la Vie Étudiante de l Université de Provence (Aix-Marseille I) www.up.univ-mrs.fr/ove Numéro 13 Mai 27 Devenir des diplômés de DUT 24, 24 mois après l obtention du diplôme

Plus en détail

Liège, le 31 juillet 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015/106

Liège, le 31 juillet 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015/106 Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Département de Gestion des Ressources Humaines Service Recrutement Liège, le 31 juillet 2015

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Mission Nationale de la Relation Client / AGEFOS PME Avril 2011 Nobody s Unpredictable Fiche technique Etude et sondage effectués pour Observatoire

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA DOTATION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE RELATIVE À LA DOTATION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA DOTATION DES RESSOURCES HUMAINES 1. ÉNONCÉ DE LA POLITIQUE La présente politique a pour but de définir le cadre général relatif au processus de recrutement et d embauche du personnel

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé de clientèle en assurance de l Université de Nîmes Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

LE TITRE PROFESSIONNEL ASSISTANT(E) RESSOURCES HUMAINES : PARCOURS DE FORMATION

LE TITRE PROFESSIONNEL ASSISTANT(E) RESSOURCES HUMAINES : PARCOURS DE FORMATION LE TITRE PROFESSIONNEL ASSISTANT(E) RESSOURCES HUMAINES : PARCOURS DE FORMATION Le titre professionnel Assistant(e) Ressources Humaines est composé de deux Certificats de Compétences Professionnelles (CCP)

Plus en détail

Annexes Convention Collective Nationale du 31 octobre 1951 Edition de juin 2014

Annexes Convention Collective Nationale du 31 octobre 1951 Edition de juin 2014 II Annexes 132 133 1 Filière : Logistique Cadres - Regroupement 4.6 2 Filière : Logistique Cadres - Regroupement 4.6 3 Filière : Logistique Cadres - Regroupement 4.6 4 Filière : Logistique Cadres - Regroupement

Plus en détail

ALTERNATIVES ENSEIGNEMENT

ALTERNATIVES ENSEIGNEMENT Juillet - Août - Septembre 2013 N 50 ALTERNATIVES ENSEIGNEMENT Edito La formation en alternance et l apprentissage des classes moyennes permettent de combiner les cours généraux et techniques avec la pratique

Plus en détail

Après une Licence Professionnelle. Après une Licence Professionnelle

Après une Licence Professionnelle. Après une Licence Professionnelle Observatoire des Étudiants Cellule d aide au pilotage http://www.u-bordeaux3.fr/fr/ode.html Esplanade des Antilles - 33 607 PESSAC Cedex ode@u-bordeaux3.fr - www.u-bordeaux3.fr/fr/ode.html Après une Licence

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE LICENCE PROFESSIONNELLE 2010 DE L ub Situation au 1 er décembre 2012

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE LICENCE PROFESSIONNELLE 2010 DE L ub Situation au 1 er décembre 2012 LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE LICENCE PROFESSIONNELLE 2010 DE L ub Situation au 1 er décembre 2012 Les résultats présentés dans ce document concernent le devenir professionnel des diplômés 2010 de licence

Plus en détail

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA OBSERVATOIRE Progression d activité PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA 1 Compte tenu de la forte croissance actuelle au niveau de l ensemble de l économie

Plus en détail

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE Un certain regard sur les résultats 2011 Ce guide est cofinancé par l Union Européenne Ce guide est cofinancé par l Union Européenne PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

Plus en détail

GT 14 personnels d orientation

GT 14 personnels d orientation GT 14 personnels d orientation Fiche 4 Recrutement et formation des psychologues de l éducation nationale Les deux catégories de professionnels chargés, chacun en ce qui les concerne, de mobiliser leur

Plus en détail

en Mauricie Transport et entreposage Répartition des établissements du secteur du transport et de l entreposage (LIC 2005)

en Mauricie Transport et entreposage Répartition des établissements du secteur du transport et de l entreposage (LIC 2005) Ce secteur comprend les établissements dont l activité principale consiste à fournir des services de transport de personnes et de marchandises, des services d entreposage des marchandises et des services

Plus en détail

la grande enquête EPISODE.4 ÉTAT DES LIEUX DU RECRUTEMENT SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

la grande enquête EPISODE.4 ÉTAT DES LIEUX DU RECRUTEMENT SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX la grande enquête EPISODE.4 ÉTAT DES LIEUX DU RECRUTEMENT SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX la grande enquête Avant-Propos Acteur majeur de l emploi en France, RegionsJob accompagne au quotidien ses utilisateurs,

Plus en détail

Évaluation du dispositif des titres-services en Région wallonne

Évaluation du dispositif des titres-services en Région wallonne Le 28 novembre 2006. Évaluation du dispositif des titres-services en Région wallonne Michel Mathy I NTRODUCTION L article 10 de la loi du 20 juillet 2001, visant à favoriser le développement de services

Plus en détail

Décembre 2011. Nord-du-Québec

Décembre 2011. Nord-du-Québec Enquête sur les besoins de main-d œuvre et de formation des entreprises du secteur de l industrie de l information, de l industrie culturelle, des finances, des assurances, des services immobiliers et

Plus en détail

90 % insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2010. n o 10 2013 OBSERVATOIRE TAUX D INSERTION PART DES EMPLOIS STABLES 83,2%

90 % insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2010. n o 10 2013 OBSERVATOIRE TAUX D INSERTION PART DES EMPLOIS STABLES 83,2% n o 10 2013 insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2010 TAUX D INSERTION 90 % PART DES EMPLOIS STABLES 83,2% SALAIRE NET MENSUEL MOYEN 1 437 OBSERVATOIRE Etude réalisée avec le soutien financier

Plus en détail

Le secteur informatique

Le secteur informatique Mai 2014 Le secteur informatique Service Etudes CCI Indre Le secteur informatique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR INFORMATIQUE EN FRANCE Etablissements

Plus en détail

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

INDEXATION DES BAREMES AU 01 DÉCEMBRE 2012

INDEXATION DES BAREMES AU 01 DÉCEMBRE 2012 SERVICES EXTERNES POUR LA PRÉVENTION ET LA PROTECTION AU TRAVAIL (CP 330) INDEXATION DES BAREMES AU 01 DÉCEMBRE 2012 Vous souhaitez d autres informations sur le secteur? Vous désirez devenir un relais

Plus en détail

PROFESSEUR FULL PROFESSOR (F/H) DE L ECOLE SUPERIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES DE LA VILLE DE PARIS (E.S.P.C.I.) DISCIPLINE PHYSIOLOGIE

PROFESSEUR FULL PROFESSOR (F/H) DE L ECOLE SUPERIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES DE LA VILLE DE PARIS (E.S.P.C.I.) DISCIPLINE PHYSIOLOGIE Bureau du recrutement et des concours 2, rue de Lobau 75196 PARIS Cedex 04 Direction des Ressources Humaines Sous direction du développement des ressources humaines www.paris.fr PROFESSEUR FULL PROFESSOR

Plus en détail

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 LA PROFESSION D AMBULANCIER EN CHAMPAGNE-ARDENNE Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007 OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 51011 Châlons en Champagne

Plus en détail

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Introduction Dans l Union européenne, le secteur de la sécurité

Plus en détail

PRESENTATION DE LA BRANCHE PROFESSIONNELLE

PRESENTATION DE LA BRANCHE PROFESSIONNELLE PRESENTATION DE LA BRANCHE PROFESSIONNELLE RESTAURATIION RAPIIDE CCN n 3245 AGEFOS PME est partenaire de la Branche de la Restauration Rapide depuis la signature de l accord du 14 décembre 1995, étendu

Plus en détail

LES FORMATIONS. Métiers. A l'issue de cette activité, tu devras être capable de te : Repérer les types de formations.

LES FORMATIONS. Métiers. A l'issue de cette activité, tu devras être capable de te : Repérer les types de formations. 1/7 Observe attentivement les schémas suivants et recopie-les sur une feuille de cours : Les principales voies de formation après la 3 eme CAP : certificat d aptitude professionnelle BEP : brevet d études

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Ressources humaines et communication Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir des diplômés

Plus en détail

Résumé de l ARE Le personnel de santé en Europe Livre vert de la Commission Européenne COM(2008) 725/3 ET & OG, version modifiée le 11/02/09

Résumé de l ARE Le personnel de santé en Europe Livre vert de la Commission Européenne COM(2008) 725/3 ET & OG, version modifiée le 11/02/09 Résumé de l ARE Le personnel de santé en Europe Livre vert de la Commission Européenne COM(2008) 725/3 ET & OG, version modifiée le 11/02/09 Introduction Pourquoi cette consultation? Les systèmes de santé

Plus en détail

Stage en informatique de gestion 8STA420 (3cr) Guide

Stage en informatique de gestion 8STA420 (3cr) Guide Module d informatique et de mathématique Stage en informatique de gestion 8STA420 (3cr) Guide Version avril 2012 Université du Québec à Chicoutimi Département d'informatique et de mathématique TABLE DES

Plus en détail

Qualification. Niveau technique requis par le poste de travail

Qualification. Niveau technique requis par le poste de travail 22 L'EMPLOI EST-IL DE PLUS EN PLUS QUALIFIE? A Qu'est-ce que la qualification de l'emploi? a) Définitions 1. La qualification peut se définir comme l'ensemble des aptitudes acquises par l'individu ou requises

Plus en détail

DEBAT SUR L IMMIGRATION ÉTUDIANTE ET PROFESSIONNELLE

DEBAT SUR L IMMIGRATION ÉTUDIANTE ET PROFESSIONNELLE 1 19avril2013 DEBAT SUR L IMMIGRATION ÉTUDIANTE ET PROFESSIONNELLE (24 avril 2013, débat à la demande du Groupe socialiste) I L IMMIGRATIONPROFESSIONNELLEETÉTUDIANTE Le débat ne concerne pas l immigration

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

Admission de stagiaires internationaux

Admission de stagiaires internationaux Admission de stagiaires internationaux Dossier de candidature à l Institut national du patrimoine Département des restaurateurs Nom Prénom Spécialité demandée Dates souhaitées du stage Université d origine

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

CSSS/04/105. Vu la demande du FOREM du 31 août 2004; Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour du 6 septembre 2004;

CSSS/04/105. Vu la demande du FOREM du 31 août 2004; Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour du 6 septembre 2004; CSSS/04/105 DELIBERATION N 04/034 DU 5 OCTOBRE 2004 CONCERNANT LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LA BANQUE CARREFOUR DE LA SÉCURITÉ SOCIALE AU FOREM EN VUE DE L ÉVALUATION DU «PLAN

Plus en détail

Licence professionnelle Animateur qualité

Licence professionnelle Animateur qualité Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Animateur qualité Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

L emploi des jeunes dans l Economie Sociale et Solidaire

L emploi des jeunes dans l Economie Sociale et Solidaire L emploi des jeunes dans l Economie Sociale et Solidaire Synthèse Observatoire National de l ESS CNCRES Elisa Braley, responsable de l Observatoire Arnaud Matarin, chargé d études observatoire@cncres.org

Plus en détail

Sommaire I. Le contexte et la méthodologie de l étude II. Conclusions de l enquête III. L emploi salarié du secteur IV.

Sommaire I. Le contexte et la méthodologie de l étude II. Conclusions de l enquête III. L emploi salarié du secteur IV. Les besoins en qualifications professionnelles dans le secteur de la logistique en Wallonie picarde Sommaire I. Le contexte et la méthodologie de l étude II. Conclusions de l enquête III. L emploi salarié

Plus en détail

Agrément des professions paramédicales

Agrément des professions paramédicales Agrément des professions paramédicales LEs diététiciens Table des matières Pourquoi agréer les diététiciens?...3 Un diététicien au sens de la loi : de qui s'agit-il?...4 L' agrément est obligatoire...5

Plus en détail

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 15 - juillet 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié En 2009, en Guyane, 3

Plus en détail

Introduction... 2. 1. Objectifs du projet... 4. 2. Description des métiers d aide-ménager, d aide-familial et d aide-soignant... 4

Introduction... 2. 1. Objectifs du projet... 4. 2. Description des métiers d aide-ménager, d aide-familial et d aide-soignant... 4 Table des matières Introduction... 2 1. Objectifs du projet... 4 2. Description des métiers d aide-ménager, d aide-familial et d aide-soignant... 4 3. L accès à la profession... 6 4. L accès à la formation...

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Aménagement urbanisme développement et prospective Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLÔMÉS

LE DEVENIR DES DIPLÔMÉS LE DEVENIR DES DIPLÔMÉS Master Langue Française Appliquée Finalité : Professionnelle et Recherche Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir des diplômés

Plus en détail

Cahier de l OPEQ n 191 Mai 2011

Cahier de l OPEQ n 191 Mai 2011 LA PROFESSION D AIDE-SOIGNANT EN CHAMPAGNE-ARDENNE Cahier de l OPEQ n 191 Mai 2011 OPEQ Chambre de Commerce et d'industrie de région Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 51011 Châlons en Champagne

Plus en détail

OPEN a très vite intégré les réseaux sociaux dans son dispositif de recrutement afin d être en phase avec la génération de candidats recherchés.

OPEN a très vite intégré les réseaux sociaux dans son dispositif de recrutement afin d être en phase avec la génération de candidats recherchés. Avec plus de 3 000 collaborateurs, OPEN se positionne comme un acteur de la Transformation et de la Performance des Directions Informatiques des grandes entreprises. Elle figure parmi les premières Entreprises

Plus en détail

iroise Insertion professionnelle Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Bretagne

iroise Insertion professionnelle Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Bretagne G R E F Bretagne des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) iroise PRÉFET DE LA RÉGION BRETAGNE Contrat de projets Etat-Région A l issue du CUI-CAE,

Plus en détail

Pacte territorial Bruxelles Brussels Territoriaal Pact Programme-cadre - kaderprogramma.

Pacte territorial Bruxelles Brussels Territoriaal Pact Programme-cadre - kaderprogramma. Cadre pour un programme d action Pacte territorial Territoriaal Pact(e) territorial Synergie Le partenariat bruxellois entre partenaires sociaux, représentants du gouvernement, institutions d intérêts

Plus en détail

CONSEIL DEPARTEMENTAL DE LA VIENNE

CONSEIL DEPARTEMENTAL DE LA VIENNE CONSEIL DEPARTEMENTAL DE LA VIENNE REUNION DU CONSEIL DEPARTEMENTAL DU 25 SEPTEMBRE 2015 DM 2 COMMISSION DE L'EMPLOI, DE L'INSERTION ET DES POLES ECONOMIQUES Direction Générale Adjointe des Solidarités

Plus en détail

agrément DES professions paramédicales

agrément DES professions paramédicales agrément DES professions paramédicales LES ERGOTHÉRAPEUTES Table des matières Pourquoi agréer les ergothérapeutes?...3 Un ergothérapeute au sens de la loi : de qui s'agit-il?...4 L'agrément est obligatoire...5

Plus en détail

FAQ Mesures de fin de carrière

FAQ Mesures de fin de carrière FAQ Mesures de fin de carrière Accord relatif aux secteurs fédéraux de la santé du 26 avril 2005 conclu entre le gouvernement fédéral et les organisations représentatives du secteur privé non marchand

Plus en détail

DANS LES ENTREPRISES DE SERVICES

DANS LES ENTREPRISES DE SERVICES VALORISER ET POURVOIR LES EMPLOIS DANS LES ENTREPRISES DE SERVICES À LA PERSONNE Découvrez les services de l ANPE pour fiabiliser vos recrutements Les Services Entreprises de l ANPE Il y a ceux qui pensent

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION La rémunération est une activité ayant un impact important sur la performance de l entreprise. Une gestion efficace de la rémunération permet de contrôler les coûts liés à la main-d œuvre,

Plus en détail

Equivalences et dispenses de diplômes pour l accès à un concours

Equivalences et dispenses de diplômes pour l accès à un concours LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Mise à jour le : 20/01/2015 Equivalences et dispenses de diplômes pour l accès à un concours Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale du Cher B.P 2001 18026

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ÉQUIVALENCE DIRECTEUR DES CONSERVATOIRES DE PARIS

DOSSIER DE DEMANDE D ÉQUIVALENCE DIRECTEUR DES CONSERVATOIRES DE PARIS COMMISSION D ÉQUIVALENCE POUR L ACCÈS AUX CONCOURS DES ADMINISTRATIONS PARISIENNES 2, rue de Lobau 75196 PARIS Cedex 04 www.paris.fr drh.ceacap@paris.fr Nom : Prénom : Catégorie envisagée (1 ère et/ou

Plus en détail

Technologue en imagerie médicale

Technologue en imagerie médicale Technologue en imagerie médicale Tout ce que vous devez savoir sur votre agrément Table des matières L'agrément ou l'autorisation d'exercer... 3 Le technologue en imagerie médicale au sens de la loi...

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/044 DÉLIBÉRATION N 15/020 DU 7 AVRIL 2015 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CODÉES AU

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

LES CAHIERS DU CEPS/INSTEAD Population & Emploi. Spécificités et performances des canaux de recrutement. Anne-Sophie GENEVOIS

LES CAHIERS DU CEPS/INSTEAD Population & Emploi. Spécificités et performances des canaux de recrutement. Anne-Sophie GENEVOIS LES CAHIERS DU CEPS/INSTEAD Population & Emploi Spécificités et performances des canaux de recrutement Anne-Sophie GENEVOIS Cahier n 2011-01 Janvier 2011 Spécificités et performances des canaux de recrutement

Plus en détail

La fonction publique en France

La fonction publique en France MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2013 La fonction en France Des métiers au service des citoyens les essentiels Dans la fonction, tous les agents

Plus en détail

Flash-Info O.P.E.I.P. Sortis de l université en 2005... Que deviennent les étudiants de Licence 3? 4641 étudiants inscrits en L3

Flash-Info O.P.E.I.P. Sortis de l université en 2005... Que deviennent les étudiants de Licence 3? 4641 étudiants inscrits en L3 N 13 : Sept. 2008 Flash-Info O.P.E.I.P. Observatoire des Parcours Etudiants et de l Insertion Professionnelle (OPEIP) Sortis de l université en 2005... Que deviennent les étudiants de Licence 3? (Promotion

Plus en détail

Liège, le 3 août 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015-115

Liège, le 3 août 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015-115 Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Département de Gestion des Ressources Humaines Service Recrutement Liège, le 3 août 2015

Plus en détail

»»»»»»»» » ACTES DU RENDEZ-VOUS. le 4 mai 2010. Alma, Rendez-vous des leaders économiques du Lac-Saint-Jean sur les besoins de main-d œuvre

»»»»»»»» » ACTES DU RENDEZ-VOUS. le 4 mai 2010. Alma, Rendez-vous des leaders économiques du Lac-Saint-Jean sur les besoins de main-d œuvre des leaders économiques du Lac-Saint-Jean sur les besoins de main-d œuvre Organisé par la Chambre de commerce et d industrie Lac-Saint-Jean-Est en partenariat avec la Fédération des chambres de commerce

Plus en détail

Emplois d avenir GUidE de l EmploYEUr

Emplois d avenir GUidE de l EmploYEUr Emplois d avenir GUIDE DE L EMPLOYEUR GUIDE DE L EMPLOYEUR La jeunesse est la priorité du quinquennat qui s ouvre. Son avenir mobilisera le Gouvernement dans de nombreux domaines et notamment ceux de l

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

OBSERVATOIRE RÉGIONAL

OBSERVATOIRE RÉGIONAL OBSERVATOIRE RÉGIONAL du Commerce de proximité : l emploi et la formation en Midi-Pyrénées Document de synthèse octobre 2015 Réalisé avec le soutien de La DIRECCTE Midi-Pyrénées et la contribution de :

Plus en détail

YOOPALA DOSSIER DE PRESSE

YOOPALA DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE Yoopala, n 1 de la garde d enfants à domicile I. La garde d enfants : un marché en pleine croissance 5 Le boom du secteur des services à la personne Des aides gouvernementales pour soutenir

Plus en détail

DECRETS. 29 safar 1430 25 février 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 13

DECRETS. 29 safar 1430 25 février 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 13 29 safar 1430 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 13 3 DECRETS Décret exécutif n 09-93 du 26 Safar 1430 correspondant au 22 février 2009 portant statut particulier des fonctionnaires appartenant

Plus en détail

Convention collective de travail relative à la sécurité d emploi, coordonnée le 6 décembre 2010 1

Convention collective de travail relative à la sécurité d emploi, coordonnée le 6 décembre 2010 1 Sécurité d emploi 6.12.2010 COMMISSION PARITAIRE DES ENTREPRISES D ASSURANCES Convention collective de travail relative à la sécurité d emploi, coordonnée le 6 décembre 2010 1 Commentaire préalable La

Plus en détail

ENQUETE SUR L EMPLOI DES TRAVAILLEURS HANDICAPES

ENQUETE SUR L EMPLOI DES TRAVAILLEURS HANDICAPES ENQUETE SUR L EMPLOI DES TRAVAILLEURS HANDICAPES 2009 Une étude sur l emploi des travailleurs handicapés au sein des établissements de la Branche de l hospitalisation privée sanitaire et médico-sociale

Plus en détail

Recrutement sur emploi permanent 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.

Recrutement sur emploi permanent 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17. Recrutement sur emploi permanent 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 19 juillet 2011 L acte de recruter

Plus en détail

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la gestion interculturelle. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi

Plus en détail

AMÉLIORER LA COLLABORATION, OPTIMISER LA QUALITÉ

AMÉLIORER LA COLLABORATION, OPTIMISER LA QUALITÉ AMÉLIORER LA COLLABORATION, OPTIMISER LA QUALITÉ PROPOSITIONS DES ORDRES PROFESSIONNELS POUR L AMÉLIORATION DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR SOMMET SUR L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Montréal, 25-26 février 2013

Plus en détail

Les étapes de recherche d emploi Mai 2013

Les étapes de recherche d emploi Mai 2013 Service Alternance Travail-Études et Placement Les étapes de la recherche d emploi La démarche 1. Établir un projet de carrière réaliste. Avant de vous fixer des objectifs de carrière, il faut d abord

Plus en détail

Les autres obligations :

Les autres obligations : COMITE D ENTREPRISE OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE 2012 Les autres obligations : E g a l i t é p r o f e s s i o n n e l l e H a n d i c a p S é n i o r P é n i b i l i t é

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Bourse «Avenir Recherche & Soins»

CAHIER DES CHARGES Bourse «Avenir Recherche & Soins» CAHIER DES CHARGES Bourse «Avenir Recherche & Soins» La Bourse Mutualiste pour la Recherche Infirmière et Paramédicale LE CONTEXTE GÉNÉRAL La recherche infirmière et paramédicale - c est-à-dire l étude

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES _ Direction générale de l offre de soins _ Sous-direction des ressources humaines du système de santé _ Bureau démographie et formations

Plus en détail

CEFORA. Accueillir un stagiaire : un atout pour votre entreprise! www.cefora.be. Christophe, expert en commerce international

CEFORA. Accueillir un stagiaire : un atout pour votre entreprise! www.cefora.be. Christophe, expert en commerce international CEFORA Accueillir un stagiaire : un atout pour votre entreprise! www.cefora.be Christophe, expert en commerce international Kathleen, responsable de projet pour l industrie graphique Accueillir un stagiaire

Plus en détail

POLITIQUE DE RECRUTEMENT, DE SÉLECTION ET D ENGAGEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE RECRUTEMENT, DE SÉLECTION ET D ENGAGEMENT DES RESSOURCES HUMAINES RÈGLEMENT POLITIQUE PROCÉDURE POLITIQUE DE RECRUTEMENT, DE SÉLECTION ET D ENGAGEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Adoptée par le conseil d'administration du Collège Le 24 novembre 2004 La direction des services

Plus en détail

Arts visuels et design

Arts visuels et design Arts visuels et design Après les études, les nouveaux diplômés HES en arts visuels et en design travaillent avant tout dans le secteur des services privés, principalement au sein d ateliers de graphisme

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Management. Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Management. Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 ZOOM ETUDES Les études paramédicales Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 L enseignement supérieur français - santé Études de médecine, pharmacie et odontologie : Universités en partenariat

Plus en détail

Comment optimiser votre processus de recrutement?

Comment optimiser votre processus de recrutement? 4 juin 2014 Salon bitoubi Comment optimiser votre processus de recrutement? Votre PME recrute et c est urgent! Survol des outils, solutions, techniques et coûts pour un recrutement professionnel et efficace.

Plus en détail