Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008."

Transcription

1 Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre Dans le cadre des travaux de la Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socioprofessionnelle, qui rassemble les partenaires sociaux et les opérateurs d insertion et de formation du territoire de Mons Borinage, le Comité Subrégional de l Emploi et de la Formation organisait une rencontre avec des employeurs du secteur de la Santé et de l Action Sociale du territoire. Cette rencontre s inscrit dans une suite d événements visant à initier des contacts entre le monde du travail et celui de la formation/insertion, et ce, au bénéfice des personnes en recherche d emploi. Ce premier événement se déroulait dans les locaux du SETCA de Mons-Borinage, à Mons, le 18 septembre dernier. Une trentaine de membres d organismes de formation ou d insertion rencontraient alors un panel d employeurs issus d hôpitaux et de maisons de repos de la région ainsi que des représentants des travailleurs du secteur. Figuraient au programme de cette matinée : présentation de résultats d études 1 relatives à l emploi dans les différents métiers du secteur et échanges de point de vue entre les différentes parties en présence au sujet de thèmes divers liés à la politique de ressources humaines du secteur, au recrutement et à la formation. La santé et l action sociale : chiffres, réactions et compléments. La première partie de matinée était donc consacrée à une brève présentation de résultats d études 2 ; celle-ci avait pour principale ambition de chiffrer les volumes d emploi que représentent les différents métiers au sein d un des secteurs les plus importants de la sousrégion. Les personnes présentes lors de cette matinée ont, de la sorte, pu disposer d informations relativement objectives permettant d affiner leur vision du secteur, de confirmer ou d infirmer certaines perceptions de la réalité. Les principaux éléments qui sont ressortis de cette présentation sont les suivants. Le secteur représente un volume d emploi important et en croissance. - Le secteur compte plus de postes de travail salariés en 2006 soit 1/8 de l ensemble des emplois salariés du territoire - Au sein du secteur de la santé et de l action sociale, le sous secteur des hôpitaux compte plus de 4000 postes de travail - Les maisons de repos et les soins et services à domicile ont connu une croissance fulgurante de 1996 à Le personnel de soins est la profession la plus importante en termes d emplois. - Au sein de ce secteur, le personnel de soins (infirmiers et aides soignants) représente plus ou moins la moitié du personnel salarié des hôpitaux et des maisons de repos. Il existe toutefois une série de métiers accessibles pour des personnes avec un faible niveau de qualification. 1 LE FOREM, CSEF Mons, Les secteurs de la santé et l action sociale dans la sous-région montoise, Rapport complet et présentation faite le 18 septembre 2008 disponible sur

2 - Malgré la forte présence d emplois nécessitant des qualifications relativement élevées, 15% du personnel du secteur ne dispose pas du diplôme de l enseignement secondaire supérieur - Ce personnel est principalement actif dans le domaine du nettoyage, de l aide aux personnes, la cuisine de collectivité, la logistique, Enfin, les conditions de travail du secteur sont caractérisées par de nombreux emplois à temps partiel et des contrats relativement stables dans le temps. - La part que représente l emploi à temps partiel est plus élevée au sein du secteur de la santé et de l action sociale qu au sein de l ensemble de l emploi. Certains métiers, comme par exemple, celui d assistant logistique en milieu hospitalier, sont exercés presqu exclusivement à temps partiel. - Les emplois dans le secteur sont relativement stables dans le temps, avec à nouveau des divergences en fonction des métiers. En effet, certains métiers comme ceux du nettoyage ou du bâtiment s appuient, le plus souvent, sur des contrats limités dans le temps. Les résultats présentés avaient vocation à être essentiellement descriptifs, et se rapportaient à des données collectées en Suite à cette présentation, les différents membres du panel étaient invités à réagir : ils ont ainsi apporté des éléments additionnels concernant le recrutement et les difficultés qui y sont parfois liées, les particularités du secteur, apportant quelques nuances de terrain aux résultats de l enquête. Un employeur a complété les informations en exposant les différents canaux de recrutement utilisés par son établissement hospitalier. Les modes de recrutement sont relativement classiques et diversifiés : annonce dans la presse, auprès du Forem, réception de candidatures spontanées, utilisation de leur propre canal de communication (site internet), stages et utilisation de Plans Formation Insertion. Ces derniers étant utilisés principalement pour le personnel d entretien. D autres ont pointé certaines difficultés d embauches au sein du secteur hospitalier, pour les métiers d infirmiers, surtout concernant des spécialisations spécifiques (SIAMU, accoucheur, ), ainsi que pour des profils relativement pointus comme les technologues en imageries médicales ou encore le personnel de laboratoire. Les maisons de repos, selon un employeur présent, connaissent des difficultés lors de l embauche de personnel de nettoyage. Ces difficultés trouvent essentiellement leur origine dans la qualité de l emploi proposé. Il s agit en effet, le plus souvent d emplois à temps partiel faiblement rémunérés. Les hôpitaux connaissent, par ailleurs, des difficultés dans la gestion de leurs ressources humaines en raison de la flexibilité et de la mobilité du personnel de soins: crédit-temps, mitemps médical, écartement, Ces différentes formules d allègement ou d écartement impliquent d avoir régulièrement recours à des remplacements et donc de procéder à la recherche de nouveaux collaborateurs. Les représentants des travailleurs ont rappelé que les difficultés d embauche du personnel infirmier étaient liées aux conditions de travail, en particulier les horaires, la charge de travail ainsi que les conditions salariales désavantageuses par rapport à un niveau d étude équivalent dans un autre secteur. Enfin, à côté du personnel de soins, il existe une série de métiers, comme le montraient partiellement les résultats de l enquête, dont les conditions de travail sont précaires (contrats de courte durée, temps partiel, bas salaire) : ambulancier, métier de la logistique en milieu hospitalier, le personnel d aide à domicile, Enfin contrairement à ce que l étude montrait en 2006, le recours à l intérim semble devenir de plus en plus fréquent dans le secteur.

3 Toujours en ce qui concerne les conditions de travail, les représentants des travailleurs ont mis en exergue les conditions particulières au sein de maisons de repos de petite taille. En effet, ces PME sont confrontées à des questions de moyens financiers limités : souvent elles offrent des bas salaires, ont parfois recours à du personnel technique pour pallier aux manques de personnel de soins, certaines ne sont pas en capacité d encadrer des stagiaires en PFI, ou de leur offrir un contrat au terme du stage, Echanges de vues. La deuxième partie de matinée était, quant à elle, consacrée à une discussion entre les membres du panel et le public sur différents thèmes liés à l emploi et au recrutement dans le secteur. Les paragraphes suivants synthétisent les différentes problématiques discutées lors de ces échanges. Les difficultés de recrutement. Les employeurs présents ont pointé des difficultés de recrutement pour trois types de personnels distincts : les infirmiers, le personnel «peu qualifié» et des professionnels au profil pointu. Ces derniers sont notamment les technologues en imagerie médicale, le personnel de laboratoire ou encore les pharmaciens employés au sein des établissements hospitaliers. Ce sont des métiers qui nécessitent des diplômes obtenus au terme de longues études spécialisées. Les candidats pour ces emplois sont relativement rares étant donné la spécificité de la qualification. Par ailleurs, au regard du niveau d étude, les barèmes sont bas et rendent la profession peu attrayante. La relative rareté de ce type de professionnels amène les employeurs du secteur à être en concurrence les uns avec les autres lors de recrutements. Cette problématique de concurrence entre employeurs concerne également le personnel de soins de type infirmier. Il n est pas rare que certains candidats négocient leurs conditions d embauche avec les différents employeurs afin d obtenir les meilleures conditions. Ajoutons que la concurrence entre employeur dépasse ici les seuls hôpitaux. D autres secteurs, comme les maisons de repos sont aussi en concurrence lors de l embauche d infirmier. Certains petits établissements n ont pas la capacité d offrir des conditions équivalentes à des établissements plus importants. Les employeurs issus des hôpitaux précisent que les difficultés principales touchent surtout l embauche d infirmiers spécialisés comme les infirmiers SIAMU ou les accoucheurs, par exemple. Les problèmes rencontrés dans ces cas précis sont alors semblables à ceux observés pour les profils pointus cités ci-dessus : une certaine «rareté» de candidats conjuguée à des barèmes relativement bas au regard des qualifications requises. Le recrutement de personnel infirmier ne semble toutefois pas aussi critique dans notre région qu à Bruxelles. La troisième catégorie de personnel touchée par des difficultés en termes de recrutement sont les «profils peu qualifiés» ; il s agit essentiellement du personnel de nettoyage, de restauration, de logistique en milieu hospitalier, ou encore les brancardiers. Les principales difficultés qui touchent le recrutement de ces catégories professionnelles sont également liées aux barèmes salariaux peu attrayants. La rémunération de ces travailleurs se situe dans le bas de l échelle barémique. De plus, certains éléments liés aux conditions de travail viennent amplifier le peu d attractivité de certains métiers. C est le cas par exemple du métier de nettoyeur ou de technicien de surface qui s exerce le plus souvent à temps partiel, suivant des horaires «décalés». Par ailleurs, cette profession est essentiellement féminine, or de plus en

4 plus de femmes se retrouvent chef de famille monoparentale. Cette situation familiale rend pratiquement impossible l exercice du métier dans de telles conditions. Enfin, il faut ajouter que l exercice du métier de nettoyeur ou de technicien de surface en milieu hospitalier ou en maison de repos est spécifique et de plus en plus exigeant. En effet, les professionnels du nettoyage du secteur doivent maîtriser des techniques et du vocabulaire particulier et appliquer scrupuleusement des procédures. Il ressort des différents témoignages que les barèmes salariaux constituent une difficulté dans le cadre de recrutements pour des profils professionnels assez diversifiés : outre ceux précisés ci-dessus, il faut mentionner les métiers techniques tels que frigoristes. En effet, la question des barèmes se pose de manière encore plus criante pour les métiers pour lesquels il existe une forte demande également dans d autres secteurs d activités aux barèmes plus séduisants. La formation. Différents éléments relatifs aux formations ont été soulevés durant les débats. Aucun problème majeur n a été dénoncé par les employeurs, si ce n est le manque de formation en cuisine de collectivité. Les procédures et normes d hygiène strictes en font un métier nécessitant une formation ad hoc. Ce type de formation est développé sur notre territoire. Toutefois l offre de candidats qualifiés semble inférieure aux besoins des employeurs ou trop peu connue de ceux-ci. Les représentants des travailleurs ont quant à eux rappelé que des moyens financiers destinés à la formation étaient disponibles auprès des fonds sectoriels, et ont déploré le fait que ceux-ci soient sous-utilisés. Enfin, les opérateurs de formations ont, pour leur part, regretté la méconnaissance du secteur dont font souvent preuve les personnes désireuses de se former pour les métiers du secteur. En effet celles-ci ne se rendent souvent compte des réalités du secteur que très tardivement dans le processus de formation. Cela mène parfois à un certain désenchantement, puis à l abandon en cours de formation ou à la réorientation dans un autre secteur en fin de parcours. Une meilleure information et orientation au départ de la formation seraient fortement utiles. Les conditions de stage ou d encadrement des formations au lieu de travail constituent un élément clé de la réussite de la formation des candidats. Les différents établissements du secteur n offrent toutefois pas des conditions équivalentes, si de grandes structures hospitalières peuvent garantir l accompagnement du stagiaire par un «tuteur», les plus petits établissements n ont parfois pas la capacité d encadrer un stagiaire employé dans le cadre de PFI. Enfin, les employeurs se sont dits satisfaits de la qualité et de l efficacité des collaborations avec certains opérateurs de formation/insertion tels que les Missions Régionales ou le Forem. Globalement employeurs et formateurs ont insisté sur l importance du stage pour des profils professionnels «peu qualifiés» afin d intégrer au mieux les particularités du secteur. Un stage dès le début de la formation permettrait de plus d offrir une meilleure vision aux stagiaires des réalités du secteur. Aussi, le stage, en fin de formation, constitue souvent le principal canal de recrutement.

5 Les perspectives d avenir. S il est difficile de dégager des perspectives claires pour les années à venir, certains éléments marquent clairement les tendances futures. C est le cas de la dépendance du secteur aux décisions politiques et réglementaires en matière de normes et de financements. Le secteur est d ailleurs en attente des effets du plan de la Ministre en charge de la santé, qui prévoirait notamment l apport de moyens financiers additionnels et pourrait améliorer l attractivité du secteur. En termes de normes et de règlement, les différents intervenants s interrogent sur le futur du statut des infirmiers «brevetés» 3 et sur son rôle entre celui des infirmiers «gradués» 4 et celui des aides soignants 5. Cette dernière profession a connu une évolution constante ces dernières années. La difficulté générale que rencontrent les employeurs lors de recrutements de personnel infirmier fait dire à certains d entre eux, que les maisons de repos devront fonctionner à l avenir avec moins d infirmiers. Ceci pourrait impliquer le transfert d actes techniques des infirmiers vers les aides soignants. Autre tendance, le secteur tend à dépendre de plus en plus de la technologie. Cette tendance implique un besoin accru dans le futur de professionnels aux qualifications techniques relativement pointues (comme par exemple les technologues en imagerie médicale) ainsi que la maîtrise de la part des autres professions de nouvelles techniques et procédures. Enfin la problématique de la sécurité est un sujet de préoccupation de plus en plus important, en particulier pour les hôpitaux. La prise en compte de cette dimension pourrait à l avenir entraîner un besoin accru de professionnels de la sécurité, toutefois l impact en termes de nombre de postes de travail devrait être relativement limité. Conclusions Outre ces différents thèmes discutés, l objectif était également, rappelons-le, de faire se rencontrer simplement opérateurs de formation et employeurs, et ce au bénéfice des personnes désireuses de travailler dans le secteur. Certains opérateurs l avaient bien compris, n hésitant pas à proposer leurs stagiaires en fin de formation aux employeurs présents. Si cette matinée de rencontre a soulevé différents éléments problématiques, seuls certains d entre eux concernent des domaines sur lesquels la Commission Consultative Sous Régionale et ses partenaires ont prise plus ou moins directement. Ainsi certains éléments méritent que l on s y attarde dans les limites de notre action. L information et l orientation des stagiaires. Les différents témoignages d employeurs ou de représentants des travailleurs ont mis suffisamment en exergue les particularités du secteur notamment en termes de conditions de travail, d exigences ou encore spécificités de certaines tâches. Parallèlement, des opérateurs de formation constatent un certain désenchantement de la part des stagiaires en fin de formation lorsqu ils se rendent compte de la réalité du secteur. Les abandons de formations, ou les réorientations au terme de celles-ci, constituent en effet un échec pour le stagiaire, pour l opérateur de formation et pour l employeur. Il serait dès lors nécessaire de pouvoir améliorer l information ou l orientation des personnes désireuses de travailler dans ce secteur. 3 Accès à la profession d infirmier suite à l obtention d un brevet infirmier obtenu au terme d études secondaires supérieures de 4ème degré. 4 Accès à la profession d infirmier suite à l obtention d un diplôme d infirmier obtenu au terme d études supérieure de cycle court (anciennement graduat, actuellement baccalauréat). 5 Les conditions d exercice et d accès à la profession ont fait l objet d un arrêté royal en 2006 (A.R. 03/02/2006)

6 Transparence de l offre et de la demande de formation. Sans constituer un problème récurrent, il semble que les employeurs soient mal renseignés sur les formations existantes dans la région et donc de la source de candidats potentiels. La formation en cuisine de collectivité en est un exemple. La qualité de la collaboration entre l opérateur de formation/insertion et l employeur. Les employeurs ont dit apprécier les collaborations qu ils ont avec des opérateurs d insertion/formation lors de l embauche ou la formation de «profils peu qualifiés». Toutefois il semble que le succès de la collaboration varie, et ce, en fonction du public pris en charge par l opérateur. Enfin cette première expérience de rencontre entre employeurs et opérateurs de formation dans le cadre des travaux de la Commission semble avoir fait naître un réel intérêt pour une meilleure connaissance mutuelle entre employeurs et opérateurs de formation/insertion. De qualité de ce lien concret dépend fortement l insertion des personnes en recherche d emploi.

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management et conduite de projet en PME-PMI de l Université Lille 2 - Droit et Santé Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

ATELIER 3 : Adéquation des formations aux besoins du marché Implication des Employeurs dans le DIISP

ATELIER 3 : Adéquation des formations aux besoins du marché Implication des Employeurs dans le DIISP ATELIER 3 : Adéquation des formations aux besoins du marché Implication des Employeurs dans le DIISP PRESIDENCE : Isabelle BAREZ, Représentante de la CSC à la C.C.S.R. RAPPORTEURS : José LECOCQ, (FOREM

Plus en détail

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 15 avril 2009 Objet: Projet de loi n 5975 portant création d une Ecole de la 2 e Chance. (3438JJE) Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008)

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Signature de deux emplois d avenir Entre l Etat (Sous préfet de Mamers) et la Communauté de communes des Alpes Mancelles.

DOSSIER DE PRESSE. Signature de deux emplois d avenir Entre l Etat (Sous préfet de Mamers) et la Communauté de communes des Alpes Mancelles. DOSSIER DE PRESSE Signature de deux emplois d avenir Entre l Etat (Sous préfet de Mamers) et la Communauté de communes des Alpes Mancelles. Mise en œuvre d une action de Parrainage par le Sous préfet de

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

Cahier des charges des Missions locales Coordination de filière de formation innovante 1 er semestre 2004

Cahier des charges des Missions locales Coordination de filière de formation innovante 1 er semestre 2004 Cahier des charges des Missions locales Coordination de filière de formation innovante 1 er semestre 2004 I. Contexte général du dispositif d insertion socioprofessionnelle I.1 Le cadre législatif Le présent

Plus en détail

Proposition de Résolution relative à une clarification des filières menant au diplôme en soins infirmiers

Proposition de Résolution relative à une clarification des filières menant au diplôme en soins infirmiers Proposition de Résolution relative à une clarification des filières menant au diplôme en soins infirmiers déposée par M. Jacques BROTCHI, Mme Françoise BERTIEAUX, M. Olivier MAROY, M. Jean-Luc CRUCKE et

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé de communication des petites et moyennes organisations de l Université Lille 3 Sciences humaines et sociales

Plus en détail

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI)

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) sommaire 1 Préambule P. 4 2 Champ d application P. 6 3 Système

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF-Accueillant(e) auto. d'enfant A08 Bruxelles, le 25.06.2009 MH/BL/JP A V I S sur UN ARRETE ROYAL RELATIF A L'EXCLUSION DE L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

Plus en détail

ENQUÊTE RH MILLÉSIME 2014 200 PME INTERVIEWÉES

ENQUÊTE RH MILLÉSIME 2014 200 PME INTERVIEWÉES 9 octobre 2014 ENQUÊTE RH MILLÉSIME 2014 200 PME INTERVIEWÉES Présentation des résultats Préambule Depuis 2010, le pôle de compétitivité Systematic-Paris-Region commandite chaque année une enquête téléphonique

Plus en détail

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Le Projet des Étoiles est l un des projets à moyen terme du CELV axé sur les nouvelles

Plus en détail

Plan d actions 2015 de la CSEF de Mons

Plan d actions 2015 de la CSEF de Mons Plan d actions 2015 de la CSEF de Mons Le plan d action 2015 a été réalisé dans un contexte particulier marqué par le basculement des C.S.E.F. vers les Instances Bassin Enseignement Qualifiant Formation

Plus en détail

EVOLUTION DE LA FORMATION A LA FEDERATION NATIONALE HANDI-CHEVAL. Jacques GARCIAZ (FRANCE)

EVOLUTION DE LA FORMATION A LA FEDERATION NATIONALE HANDI-CHEVAL. Jacques GARCIAZ (FRANCE) EVOLUTION DE LA FORMATION A LA FEDERATION NATIONALE HANDI-CHEVAL Jacques GARCIAZ (FRANCE) La formation continue en France Ces trente dernières années ont vu se multiplier, tant en France qu à l étranger

Plus en détail

Infodoc. n 95. Février 2015. Législation/Réglementation. Réforme de la Formation Professionnelle

Infodoc. n 95. Février 2015. Législation/Réglementation. Réforme de la Formation Professionnelle Infodoc Législation/Réglementation Réforme de la Formation Professionnelle Février 2015 n 95 michele.wendling@univ-paris-diderot.fr Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP)

Plus en détail

Fondation Roi Baudouin

Fondation Roi Baudouin RAPPORT D EVALUATION SUR LES SERVICES DE PROXIMITE ATTEINDRE CEUX QUI PARAISSENT INACCESSIBLES SYNTHESE Fondation Roi Baudouin Le présent rapport consiste en une analyse des projets qui ont été soutenus

Plus en détail

Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB)

Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB) Section des Formations et des diplômes Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB) Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre

Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre Avis sur le Projet de politique de l éducation des adultes dans une perspective de formation continue présenté au ministre d État à l Éducation

Plus en détail

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH)

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) Délégation Midi-Pyrénées Handicap et vie professionnelle La loi du 11 février 2005 1 a renforcé les exigences vis-à-vis de l emploi des personnes en situation de handicap. Ainsi, les personnes reconnues

Plus en détail

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques *

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * S. Michael Chapman, Directeur Aide à l emploi Division TEACCH Philosophie générale du programme Lorsque les personnes

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE

FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE ENQUÊTE DE SATISFACTION DES STAGIAIRES DU SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL SORTIS EN 2014 DANS L AUDE, LE GARD, L HÉRAULT, LA LOZÈRE ET LES PYRÉNÉES-ORIENTALES Selon

Plus en détail

En l espace de 30 ans, les banques françaises ont vécu de très profondes

En l espace de 30 ans, les banques françaises ont vécu de très profondes Avant-propos De la formation initiale à la formation continue, le secteur bancaire et financier dispose d une large palette de filières d enseignement et de perfectionnement. En dépit des différences entre

Plus en détail

soignants En région Centre

soignants En région Centre Les aides-soignants soignants En région Centre La profession en quelques mots «L aide-soignant exerce son activité sous la responsabilité de l infirmier, dans le cadre du rôle qui relève de l initiative

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Technico-commercial en milieu industriel de l Université de Cergy- Pontoise - UCP Vague E 2015-2019 Campagne d

Plus en détail

L initiative PME à l Agence spatiale européenne

L initiative PME à l Agence spatiale européenne l iniative pme L initiative PME à l Agence spatiale européenne F. Doblas & N. Bougharouat Bureau de la Politique industrielle, Section des Relations industrielles, ESA, Paris L initiative PME de l ESA

Plus en détail

Baromètre financier des asbl en Wallonie affiliées à la CODEF

Baromètre financier des asbl en Wallonie affiliées à la CODEF Baromètre financier des asbl en Wallonie affiliées à la CODEF La CODEF a créé un outil lui permettant d évaluer par des indicateurs financiers la conjoncture dans laquelle se trouvent les diverses activités

Plus en détail

Licence professionnelle Technicien coordinateur de l aide psycho-sociale à l aidant

Licence professionnelle Technicien coordinateur de l aide psycho-sociale à l aidant Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Technicien coordinateur de l aide psycho-sociale à l aidant Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

Table ronde «Insertion socioprofessionnelle, le remède miracle pour sortir de la pauvreté? Et quid des travailleurs pauvres?»

Table ronde «Insertion socioprofessionnelle, le remède miracle pour sortir de la pauvreté? Et quid des travailleurs pauvres?» Colloque «Pauvreté : mieux la comprendre pour mieux agir» - 9 mars 2010 Table ronde «Insertion socioprofessionnelle, le remède miracle pour sortir de la pauvreté? Et quid des travailleurs pauvres?» Table

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Automatique et informatique industrielle de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail

ATELIER 4 Qualité de l éducation et rôle clé des enseignants

ATELIER 4 Qualité de l éducation et rôle clé des enseignants Page 20 ATELIER 4 Qualité de l éducation et rôle clé des enseignants Co-organisation et co-financement : Internationale de l éducation (IE) Participants au panel, modérateur et rapporteur : la liste sera

Plus en détail

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 _ DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 1. Le Programme 1.1. Description du Programme Le programme IntégraTIon Montréal est une mesure financière incitative auprès des employeurs

Plus en détail

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88 Psychologie Un an après la fin des études, 30 % des psychologues travaillent dans le domaine de la santé, notamment dans les hôpitaux et les cliniques. Par ailleurs, ils se répartissent sur un vaste spectre

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE Titre : soutien/mise en œuvre du projet de télémédecine Département : unité des Programmes DESCRIPTION DE POSTE Responsable hiérarchique : Responsable de l'unité des Programmes Relations fonctionnelles

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Un pôle social au côté des pôles de compétitivité

Un pôle social au côté des pôles de compétitivité Bruxelles, le 13 novembre 2015. POSITION DU BUREAU DE L IW Un pôle social au côté des pôles de compétitivité L exemple de la politique wallonne en réponse au défi du vieillissement de la population 1.

Plus en détail

AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales

AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales Groupe de travail 2 : Naissance, petite enfance et aide sociale Dijon, le vendredi 5 avril 2013 Personnes présentes Cf. annexe.

Plus en détail

Enquête insertion professionnelle 2008 Devenir des diplômés de master 2006

Enquête insertion professionnelle 2008 Devenir des diplômés de master 2006 Enquête insertion professionnelle 2008 Devenir des diplômés de master 2006 Les 718 diplômés ayant quitté l'université de Franche-Comté, ont reçu une lettre les invitant à répondre à un questionnaire sur

Plus en détail

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations:

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations: PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE ET LA REGION CENTRE POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN DES METIERS DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL I : Contexte: Le schéma régional des

Plus en détail

Les certifications professionnelles enregistrées au RNCP dans les métiers de l accompagnement vers l emploi et dans l emploi : une offre plurielle

Les certifications professionnelles enregistrées au RNCP dans les métiers de l accompagnement vers l emploi et dans l emploi : une offre plurielle Les certifications professionnelles enregistrées au RNCP dans les métiers de l accompagnement vers l emploi et dans l emploi : une offre plurielle Depuis le Loi du 17 janvier 2002, le Répertoire national

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Journalisme et medias régionaux de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT

GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT Au service de la réussite de chacun 200, boulevard Maloney Est, Gatineau, Québec J8P 1K3 Téléphone 819

Plus en détail

ATELIER «LES NON TITULAIRES» La procédure de recrutement dans la fonction publique territoriale Le 12 septembre 2011

ATELIER «LES NON TITULAIRES» La procédure de recrutement dans la fonction publique territoriale Le 12 septembre 2011 ATELIER «LES NON TITULAIRES» La procédure de recrutement dans la fonction publique territoriale Le 12 septembre 2011 La définition du besoin de recrutement La gestion du besoin de recrutement se réalise,

Plus en détail

ATTENTES ET DEMANDES DU GRAND PUBLIC VIS A VIS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN REGION CENTRE

ATTENTES ET DEMANDES DU GRAND PUBLIC VIS A VIS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN REGION CENTRE ATTENTES ET DEMANDES DU GRAND PUBLIC VIS A VIS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN REGION CENTRE Synthèse des principaux résultats Conseil Régional du Centre Septembre 2003 BVA OPINION 191 avenue du Général

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Analyse des contrats aidés sur le territoire du bassin d emploi de Louviers

Analyse des contrats aidés sur le territoire du bassin d emploi de Louviers Analyse des contrats aidés sur le territoire du bassin d emploi de Louviers Février 2008 Maison de l emploi et de la formation de Louviers Place de la République 27400 Louviers Observation du territoire

Plus en détail

F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S. concernant

F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S. concernant F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S concernant UN PROJET DE LOI PORTANT CREATION D UNE BANQUE-CARREFOUR DES ENTREPRISES, MODERNISATION DU REGISTRE DE COMMERCE ET CREATION

Plus en détail

ALERTE JURIDIQUE N 34 DU 17 juin 2014

ALERTE JURIDIQUE N 34 DU 17 juin 2014 ALERTE JURIDIQUE N 34 DU 17 juin 2014 Objet : travail à temps partiel dans la branche du sport Les partenaires sociaux de la branche du sport se sont mis d accord sur un aménagement conventionnel du droit

Plus en détail

Diplôme du supérieur : une garantie pour l'insertion?

Diplôme du supérieur : une garantie pour l'insertion? EMPLOI - FORMATION EN PROVENCE - ALPES - CÔTE D AZUR MÉMO N 46 - DÉCEMBRE 2009 Diplôme du supérieur : une garantie pour l'insertion? SÉVERINE LANDRIER CÉCILE REVEILLE-DONGRADI CHARGÉES D ÉTUDES L enquête

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

Objectif 2014. Introduction

Objectif 2014. Introduction Objectif 2014 Introduction Le nouveau gouvernement luxembourgeois, issu des élections du 7 juin 2009, se voit confronté à de nombreux défis, en partie aggravés par la crise économique actuelle. L Association

Plus en détail

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL PRÉAMBULE En concluant le Protocole du 17 juillet 1981 relatif au temps de travail,

Plus en détail

Rapport pour le conseil régional MAI 2016

Rapport pour le conseil régional MAI 2016 Rapport pour le conseil régional MAI 2016 Présenté par Valérie Pécresse Présidente du conseil régional d'ile-de-france OUVRIR LES LYCÉES SUR LE MONDE DE L ENTREPRISE CR 94-16 CONSEIL REGIONAL D ILE DE

Plus en détail

Le devenir des diplômés de maîtrise des universités du Languedoc-Roussillon

Le devenir des diplômés de maîtrise des universités du Languedoc-Roussillon Le devenir des diplômés de maîtrise des universités du Languedoc-Roussillon Pôle Universitaire Européen 163 rue Auguste Broussonnet 34090 Montpellier Tél : 04 67 41 93 33 poluniv@univ-montp2.fr http://www.poluniv-mpl.fr

Plus en détail

L INRA, la formation et moi. Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA

L INRA, la formation et moi. Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA L INRA, la formation et moi Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA Pourquoi se former? 4 axes stratégiques pour piloter vos formations Promouvoir les

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

Liège, le 29 juillet 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015/114

Liège, le 29 juillet 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015/114 Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Département de Gestion des Ressources Humaines Service Recrutement Liège, le 29 juillet 2015

Plus en détail

Licence professionnelle Assistant de gestion administrative

Licence professionnelle Assistant de gestion administrative Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Assistant de gestion administrative Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour

Plus en détail

MARCHÉ DE L EMPLOI. ANALYSE Novembre 2014. Un ZOOM sur les métiers «MONTEUR ET TECHNICIEN FRIGORISTE» AU SOMMAIRE

MARCHÉ DE L EMPLOI. ANALYSE Novembre 2014. Un ZOOM sur les métiers «MONTEUR ET TECHNICIEN FRIGORISTE» AU SOMMAIRE MARCHÉ DE L EMPLOI ANALYSE Novembre 2014 Un ZOOM sur les métiers AU SOMMAIRE Description et conditions de travail... 2 La réserve de main-d œuvre... 2 Les opportunités d emploi... 3 L appariement entre

Plus en détail

POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES ADOPTÉE LE : 1998-06-07 AMENDÉE LE : 2003-03-29 RÉSOLUTION : CP166-98 RÉSOLUTION : CC900-03 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 1 Objectifs généraux... 1 Principes...

Plus en détail

Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois

Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois Observatoire bruxellois de l Emploi 2011 De par sa position de capitale de la

Plus en détail

Guide d utilisation et support de l entretien professionnel - Volet salarié

Guide d utilisation et support de l entretien professionnel - Volet salarié Guide d utilisation et support de l entretien professionnel - Volet salarié Janvier 2016 Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.com

Plus en détail

communication Construction

communication Construction Les compétences de base et la communication dans le secteur de la Construction Document de présentation Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Formation aux savoirs de base et

Plus en détail

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles :

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles : Autres intitulés possibles : Chargé-e d accompagnement environnement et développement durable Accompagnateur-trice des démarches de développement durable Chargé-e de médiation environnement et développement

Plus en détail

Certification des compétences

Certification des compétences TRAVAIL TEMPORAIRE Certification des compétences par Denis Lullier et Marc-Olivier Jouan En 1999, le FAF-TT a conduit un projet de validation des compétences professionnelles qui s inscrit dans l expérimentation

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Information, communication, culture de l Université Lille 3 - Sciences humaines et sociales - Charles de Gaulle Vague E 2015-2019

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Master Economie (Economics)

Master Economie (Economics) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Economie (Economics) Université Toulouse 1 Capitole - UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

Evaluation des bacheliers «informatique de gestion» et «informatique et systèmes» (finalité technologie de l informatique) 2011-2012

Evaluation des bacheliers «informatique de gestion» et «informatique et systèmes» (finalité technologie de l informatique) 2011-2012 Evaluation des bacheliers «informatique de gestion» et «informatique et systèmes» (finalité technologie de l informatique) 2011-2012 RAPPORT FINAL DE SYNTHESE Institut d Enseignement de Promotion Sociale

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP

PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP RAPPEL HISTORIQUE C est au travers de l histoire de l ADAP et notamment les raisons qui ont motivé sa création, les transformations de son activité et de son fonctionnement

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion de projet et conduite de travaux de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

Toutefois, certains articles du projet de règlement méritent d être clarifiés ou précisés. G.O. II, 13 novembre 2002, 134 e année, n o 4 6, page 7739.

Toutefois, certains articles du projet de règlement méritent d être clarifiés ou précisés. G.O. II, 13 novembre 2002, 134 e année, n o 4 6, page 7739. Commentaires de l OTPQ concernant le projet de Règlement modifiant le Règlement d application de la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d œuvre Le 13

Plus en détail

«Rien n est permanent

«Rien n est permanent «Rien n est permanent sauf le changement» Pour nous contacter en France et à l étranger: Téléphone: +33 1 45 46 50 64 Télécopie: +33 1 71 33 10 32 Par courriel: contact@dfacto.fr Sur notre site rubrique

Plus en détail

CHARTE DU BÉNÉVOLAT. «Les exclus» de René LENOIR

CHARTE DU BÉNÉVOLAT. «Les exclus» de René LENOIR CHARTE DU BÉNÉVOLAT «Que chacun, dans son lieu de vie et de travail, participe à cette lutte pour l intégration de tous dans une société de solidarité et de fraternité». «Les exclus» de René LENOIR Les

Plus en détail

Présentation des formations de l Espace Associatif Parisien destinées aux associations et aux porteurs de projet associatif parisiens

Présentation des formations de l Espace Associatif Parisien destinées aux associations et aux porteurs de projet associatif parisiens Présentation des formations de l Espace Associatif Parisien destinées aux associations et aux porteurs de projet associatif parisiens Pour vous procurer le programme des formations l Accueil-Information

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. Admission. Baccalauréat DAEU ou équivalent. Candidature. Organisation des études en DUT

Objectifs pédagogiques. Admission. Baccalauréat DAEU ou équivalent. Candidature. Organisation des études en DUT 2014-2017 Institut Universitaire de Technologie Carrières Sociales Place Robert Schuman - BP 4006 76610 - Le Havre 02.32.74.46.00 - Fax 02.32.74.46.71 Secrétariat administratif iut-sec-cs@univ-lehavre.fr

Plus en détail

La logistique à la Réunion

La logistique à la Réunion La logistique à la Réunion Le développement de la logistique amorcé il y a une vingtaine d années à la Réunion s est inscrit dans le prolongement des services portuaires (stockage, entreposage) et en complément

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Davantage de risques d accidents chez les intérimaires

Davantage de risques d accidents chez les intérimaires Davantage de risques d accidents chez les intérimaires Une meilleure prévention s impose grâce à une analyse des risques Bruxelles, le - Securex, acteur international dans le domaine des services RH, attire

Plus en détail

Un partenariat inédit pour une formation d agent administratif dans le secteur de la santé / secrétariat médical

Un partenariat inédit pour une formation d agent administratif dans le secteur de la santé / secrétariat médical Conférence de presse Bruxelles, le 27 octobre 2015 Dossier de presse : Un partenariat inédit pour une formation d agent administratif dans le secteur de la santé / secrétariat médical Didier Gosuin Ministre

Plus en détail

RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR

RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR Par Alan Davis Solutions de dotation en personnel pour le nouveau millénaire QU EST-CE QUE LE RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR? Le recrutement fondé sur le savoir donne lieu

Plus en détail

UNITE DE GESTION FSE - BORDEAUX PERIGUEUX AGEN CAHIER DES CHARGES POSTE DE CHARGE(E) DE MISSION RELATIONS ENTREPRISES

UNITE DE GESTION FSE - BORDEAUX PERIGUEUX AGEN CAHIER DES CHARGES POSTE DE CHARGE(E) DE MISSION RELATIONS ENTREPRISES UNITE DE GESTION FSE - BORDEAUX PERIGUEUX AGEN CAHIER DES CHARGES POSTE DE CHARGE(E) DE MISSION RELATIONS ENTREPRISES 2014 A-Contexte général B-Renforcement de la mission Relations Entreprises du C-Evaluation

Plus en détail

Énoncé conjoint des avantages obtenus lorsque des écoles étrangères affiliées offrent le programme d études du Manitoba

Énoncé conjoint des avantages obtenus lorsque des écoles étrangères affiliées offrent le programme d études du Manitoba Enseignement postsecondaire et Alphabétisation Éducation Entreprenariat, Formation professionnelle et Commerce Énoncé conjoint des avantages obtenus lorsque des écoles étrangères affiliées offrent le programme

Plus en détail

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie.

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Eléments de réflexion pour répondre à la consultation de la Commission européenne 1. Remarque préliminaire

Plus en détail

Titre I : Principes généraux. Titre II : Procédure de recrutement

Titre I : Principes généraux. Titre II : Procédure de recrutement UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE COMPIÈGNE Ecole doctorale Charte de thèse Centre de Recherche Royallieu - CS 60319-60203 Compiègne cedex tél. 03 44 23 44 23 - www.utc.fr Préambule La charte de thèse de l Université

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

Faits marquants sur les premiers mois d expérimentation du revenu de Solidarité active

Faits marquants sur les premiers mois d expérimentation du revenu de Solidarité active Paris, le 2 juillet 2008 Dossier de presse Faits marquants sur les premiers mois d expérimentation du revenu de Solidarité active Le revenu de Solidarité active vise à encourager le travail, à faciliter

Plus en détail

Licence professionnelle Activités juridiques, métiers du notariat

Licence professionnelle Activités juridiques, métiers du notariat Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Activités juridiques, métiers du notariat Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et

Plus en détail

Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec (RAIQ)

Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec (RAIQ) Consultation du milieu des arts interdisciplinaires sur les besoins en création, diffusion, résidences, documentation et formation ainsi que sur la vision d un lieu identitaire destiné aux pratiques interdisciplinaires

Plus en détail

Les conditions de travail dans l économie sociale

Les conditions de travail dans l économie sociale Participation aux processus de gestion Gestion démocratique de l entreprise: «une personne = une voix». Certaines ASBL ont développé cette pratique, avec plus ou moins de succès. Les sociétés à finalité

Plus en détail

Licence professionnelle Libraire

Licence professionnelle Libraire Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Libraire Université Bordeaux Montaigne Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille 1 Synthèse Réunion de travail sur le prochain schéma départemental Enfance Famille des Bouches du Rhône Lundi 17 décembre 2013 Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille Présents

Plus en détail

Association régionale pour la formation, l orientation et l emploi

Association régionale pour la formation, l orientation et l emploi Association régionale pour la formation, l orientation et l emploi PRINCIPAUX RESULTATS Les EHPAD ont un taux de recrutement important : en 2009, 89% des structures enquêtées ont recruté du personnel et

Plus en détail