DIAGNOSTIC PARTAGE. Rapport d enquête auprès des «personnes ressources» d Etouvie. Synthèse du rapport ATELIERS SANTE VILLE D AMIENS.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIAGNOSTIC PARTAGE. Rapport d enquête auprès des «personnes ressources» d Etouvie. Synthèse du rapport ATELIERS SANTE VILLE D AMIENS."

Transcription

1 ATELIERS SANTE VILLE D AMIENS DIAGNOSTIC PARTAGE Rapport d enquête auprès des «personnes ressources» d Etouvie Synthèse du rapport Juin 2010 Juin

2 La Ville d Amiens développe la démarche Ateliers Santé Ville sur l ensemble des territoires prioritaires du Contrat Urbain de Cohésion Sociale avec l appui de la Caisse Primaire d Assurance Maladie, du Conseil Général de la Somme et de l Etat, partenaires du Programme Local de Santé. Des diagnostics partagés ont été engagés afin d impulser cette démarche sur les quartiers visés. Après un premier diagnostic partagé réalisé sur Amiens Nord, des enquêtes ont été effectuées sur Etouvie. 1. OBJECTIFS ET METHODOLOGIE : Le diagnostic partagé a pour objet d identifier les besoins propres à chacun des territoires prioritaires. Ce diagnostic vise ainsi à recueillir et à croiser les opinions des acteurs locaux concernés sur : - les problématiques et besoins de santé perçus ; - les pistes d action préconisées. Le diagnostic comporte trois volets : 1. Une enquête «personnes ressources» réalisée auprès des professionnels et acteurs locaux des champs sociaux et sanitaires ; 2. Une enquête auprès des habitants ; 3. Des groupes de travail pluridisciplinaires permettant de poser un diagnostic partagé à partir des enquêtes effectuées, de définir des priorités et de proposer des pistes d action. Le présent document reprend de manière synthétique les principaux résultats obtenus lors de l enquête «personnes ressources» effectuée sur Amiens Nord de décembre 2008 à avril Les personnes concernées ont été interrogées lors d entretiens semi-directifs. Les points abordés lors de chaque entretien ont été : 1. Les problèmes de santé perçus : Les personnes ressources ont été invitées à exposer librement les principaux problèmes de santé perçus pour les différentes classes d âge (0-6 ans, 6-12 ans, ans, ans, ans, et plus de 75 ans). 2. Les déterminants de santé posant problème : Une liste de déterminants de santé (liés au cadre de vie ou aux comportements individuels) et susceptibles d agir sur la santé de la population leur a été proposée. Il leur a été demandé de sélectionner pour chacune des classes d âge les trois prioritaires en les hiérarchisant par ordre d importance. Possibilité leur était offerte de proposer des déterminants ne figurant pas dans la liste préétablie. 3. L accès aux soins : Les personnes ressources ont évoqué : - les types de population vulnérable vis-à-vis de l accès aux soins ; - les soins auxquels elles accèdent le plus difficilement ; Juin

3 4. L offre de soins : Cette partie permet : - d aborder les freins potentiels à l accès aux soins liés à l insuffisance de l offre ; - d appréhender les structures manquantes 5. Préconisations : Les personnes interrogées ont formulé leurs préconisations en matière : - d éducation à la santé ; - d accès aux soins ; - de développement de l offre de soin. 28 personnes ou groupes de personnes ont répondu à l enquête, soit : - 16 professionnels de santé : 5 médecins généralistes, 3 pharmaciens, 3 infirmiers libéraux, 1 kinésithérapeute, 3 professionnels de la santé scolaire (1 médecin et 2 infirmières), 1 médecin cadre PMI ; - 8 professionnels ou institutions du secteur social : 2 de la CAF (centre d activité social et halte garderie), 1 cadre social du Conseil Général, 1 de la Mission Locale, 2 médiateurs administratifs du service public de quartier, les conseillers sociaux de la Ville, 1 assistante sociale scolaire ; - 4 associations : le CSC Etouvie, l APAP - espace rencontre, l APAP - service prévention, et les Restaurants du Cœur. Juin

4 2. SANTE ET PREVENTION : 2.1. Constats : La prévention individuelle est le plus souvent citée comme prioritaire pour la tranche d âge 0-12 ans tandis que le cadre de vie tient une place plus importante pour les plus âgés. Répartition des déterminants prioritaires : Cités en priorité 1 : Prévention / cadre de vie plus de 75 ans ans ans ans prévention cadre de vie 6-12 ans 0-6 ans 0% 20% 40% 60% 80% Cités dans les trois prioritaires : Prévention / cadre de vie plus de 75 ans ans ans ans prévention cadre de vie 6-12 ans 0-6 ans 0% 20% 40% 60% 80% Les principaux problèmes cités (CF. tableau en annexe 1) sont : - Concernant les enfants (0-12 ans) : l alimentation, le tabagisme passif, et l hygiène ; - Concernant les adolescents (12-18 ans) : les addictions, les comportements à risque en matière de vie affective et sexuelle, l alimentation ; - Concernant les ans : les addictions, l hygiène et l alimentation ; - Concernant les personnes âgées : l alimentation et l exercice physique. Les addictions et l alimentation sont les problématiques les plus fréquemment citées pour l ensemble des classes d âge. Juin

5 L alimentation : D après les personnes interrogées, la mauvaise alimentation, à l origine de problèmes d anémie et surtout de surpoids, constitue l un des problèmes de santé les plus importants pour les enfants et adolescents. Elle se reflète par : - des rythmes alimentaires déstructurés (biberon sucré à longueur de journée, absence de petit déjeuner, grignotage de produits gras et sucrés en dehors des repas) - des consommations alimentaires déséquilibrées (consommations grasses et sucrées, peu de fruits et légumes). Ces rythmes et consommations alimentaires déséquilibrés sont dus, selon les personnes interrogées, à : - l éducation parfois «défaillante» donnée par les parents dans ce domaine (parents peu soucieux de l alimentation de leurs enfants ou qui ne savent pas leur fixer les limites) ; - les problèmes financiers des familles ; - les habitudes familiales, lorsque les parents ne cuisinent pas par manque d envie ou de savoir-faire. Concernant les adultes, l alimentation déséquilibrée est à l origine de problèmes de surpoids, et de pathologies cardiovasculaires et métaboliques (diabète, hypercholestérolémie). L insuffisance de la pratique de l exercice physique a également été citée comme facteur aggravant, surtout pour les femmes très sédentaires et les plus âgés Les addictions : Les personnes interrogées se sont montrées particulièrement inquiètes vis-à-vis des comportements addictifs des adolescents et des jeunes adultes. Sont ainsi concernés : - les consommations de drogue et notamment de cannabis - le tabac - l alcool Sont dénoncés l environnement social et familial qui banalisent ces pratiques et favorisent des consommations excessives précoces. Selon les professionnels, le tabac et surtout l alcool posent également un problème majeur pour une partie des adultes de plus de 40 ans. Ont également été cités des dépendances médicamenteuses. D après les personnes interrogées, ces comportements sont souvent liés au mal-être psychique (isolement social, familial, perte d emploi ) L hygiène : Ont été évoqués des problèmes de santé liés à l hygiène a) Des problèmes buccodentaires : Des pathologies dentaires sont fréquemment observées par les personnes ressource, à la fois pour les enfants et les adultes. Les causes avancées par les personnes interrogées pour expliquer ces problèmes dentaires sont : - des défauts d hygiène ; Juin

6 - l alimentation (consommation de boissons et produits sucrés à toutes heures de la journée) ; - les réticences de certains habitants à consulter un dentiste, par peur, manque d envie, ou parce qu ils ne perçoivent pas l importance des soins dentaires. b) Des problèmes liés à l hygiène corporelle et des logements : Ont été cités : - des maladies parasitaires ou de peau (poux, puces, gale, mycoses) - la transmission des maladies infectieuses (gastroentérites dues aux biberons non stérilisés, grippe ) - et les surinfections («rhino-pharyngites surinfectées» chez les enfants, «mal perforants et kystes» ), accentuée notamment par le coût des produits pharmaceutiques d hygiène Autres problématiques de prévention propres aux mineurs : Les autres problématiques fréquemment citées comme prioritaires sont : - le tabagisme passif pour les plus jeunes ; - les conduites à risque en matière de vie affective et sexuelle pour les adolescents ; Concernant la vie affective et sexuelle, ont été surtout mis en avant les grossesses précoces. Les raisons évoquées par les personnes interrogées pour expliquer cette situation sont : - le contexte familial, les parents n étant pas jugés suffisamment acteurs de la prévention auprès de leurs enfants ; - le contexte social, avoir un bébé étant un moyen pour certains jeunes filles d obtenir un statut social et une source de revenu ; - l éloignement géographique du planning familial. Par ailleurs, quelques professionnels ont parlé spontanément du rythme de vie et l ont identifié comme prioritaire alors qu il ne faisait pas partie de la liste de propositions du questionnaire. Ils ont notamment évoqué la déstructuration des rythmes alimentaires mais également des manques de sommeil dus à des couchers tardifs pour des raisons diverses (télévision, Internet ou jeux vidéo). Quelques uns ont également mentionné de manière spontanée le non port des lunettes par certains enfants et adolescents Préconisations des personnes interrogées : Les personnes enquêtées se sont souvent interrogées sur la manière de toucher d avantage les habitants qui en ont le plus besoin par les actions de prévention. Ils ont évoqué quelques pistes pour améliorer la situation : Adapter les moyens de communication en : - travaillant en collectif, par petits groupes ; - adaptant le langage utilisé ; - utilisant d autres outils de communication. Renforcer la proximité des actions : - par la mobilisation des structures et des professionnels locaux ; - par des bilans de santé et dépistages sur le quartier. Juin

7 Développer l accompagnement vers les structures préventives et de dépistage Cibler les plus jeunes afin de : - faire de la prévention à un stade précoce ; - faire des enfants des relais d information auprès des parents ; - et en intégrant les parents dans les actions et en travaillant sur la parentalité. Développer une épicerie sociale avec un projet éducatif pour améliorer la prévention en matière de nutrition auprès des personnes en situation de précarité. 3. SANTE ET ACCES AUX SOINS : 3.1 Constats : Trois types de freins à l accès aux soins ont été mis en avant par les personnes interrogées Des freins financiers : Cette difficulté touche tout particulièrement : - les personnes à faible revenu qui ne peuvent pas bénéficier de la CMU ni souscrire à une mutuelle - celles qui n ont pas fait valoir leurs droits par ignorance ou manque d envie de faire les démarches administratives. Ont également été mis en avant les difficultés d accès aux soins perçus comme insuffisamment remboursés y compris avec la CMU ou une mutuelle : - les consultations de spécialistes avec dépassements d honoraires et avances de frais ; - les prothèses dentaires, matériels d optique, produits dermatologiques, produits pharmaceutiques d hygiène non ou partiellement remboursés Des freins liés à l insuffisance de l offre de soins : L insuffisance de l offre peut être source de deux types d obstacles au soin : - l éloignement géographique des lieux de soin - les délais d attente pour la prise en charge Une insuffisance de l offre est ressentie par les personnes interrogées essentiellement pour : - les soins psychologiques et orthophoniques, - les consultations de spécialistes (notamment dentistes, ophtalmologistes, gynécologues, et radiologiques). L accent a été mis plus particulièrement sur les difficultés d accès aux soins psychologiques et orthophoniques qui sont : - récurrents sur une longue durée, rendant l éloignement géographique encore plus dissuasif ; - soumis à des délais de prise en charge de plusieurs mois. Concernant l éloignement géographique, l enclavement du quartier a été mis en évidence, le transport en bus vers les structures de soins spécialisés pouvant notamment s avérer long et Juin

8 compliqué. Néanmoins, l éloignement géographique est surtout perçu comme pénalisant en raison des angoisses des habitants à sortir de leur quartier. De ce fait, il devient problématique en raison de freins psychologiques et nécessite donc surtout un accompagnement des personnes. Enfin, les professionnels ont regretté le refus de certaines infirmières de pratiquer les soins à domicile sur les Coursives le soir, en raison du climat d insécurité présent dans ce bâtiment Des freins psychologiques et culturels : Pour beaucoup de personnes ressource d Etouvie, certains habitants en situation de précarité ne se font pas soigner car : - ils ne perçoivent pas la santé comme une priorité, compte tenu de leurs autres difficultés ; - les démarches leur semblent complexes ; - par ignorance ou en raison de difficultés de compréhension ; - par réticence ou peur d effectuer les soins. Cela concerne particulièrement les personnes isolées au niveau social (seules, sans emploi) et souffrant d une mauvaise image de soi ou de problèmes psychologiques. Les soins les plus touchés par ces freins sont les soins dentaires, psychologiques et les suivis gynécologiques Préconisations des personnes interrogées : Les principales suggestions émises ont été les suivantes : (a) Concernant les freins financiers à l accès aux soins : - des aides financières ; - la mise en place de bilans de santé et de dépistages gratuits sur le quartier, et le développement de l information sur les soins ou actes de prévention gratuits ; - la création d un cabinet dentaire mutualiste ; - le développement de l information sur les droits. (b) Concernant les freins liés à l insuffisance de l offre de soins : Si certains professionnels ont émis le souhait de voir s implanter des structures de proximité sur Etouvie (par exemple une maison de santé pluridisciplinaire, des permanences de gynécologie ou du Planning Familial, des structures de prise en charge psychologique ou en addictologie), ces propositions n ont pas fait l unanimité parmi les personnes interrogées. Beaucoup doutent en effet de l intérêt de mettre en place de tels services de proximité du fait de : - la nécessité à leurs yeux d inciter les habitants à plus sortir du quartier et de les désenclaver psychologiquement ; - de l effet dissuasif du regard du voisinage pour certains soins. Un consensus apparaît par contre pour reconnaître la nécessité de développer l accompagnement des personnes. (c) Concernant les freins culturels et psychologiques à l accès aux soins : - le renforcement de la médiation au soin par l écoute, l orientation, et l accompagnement des personnes vers les professionnels. Juin

9 4. SANTE ET CADRE DE VIE : 4.1. Constats : D après les personnes ressources interrogées, le cadre et les conditions de vie (logement, travail, famille, solitude et isolement) ont un impact très important sur la santé des habitants Cadre de vie et délaissement de la santé en général : Les conditions de vie difficiles font que la santé n est pas forcément la priorité des familles. Les personnes sont en effet confrontées à d autres problèmes (logement, travail, ) et la santé passe au second rang. Elles sont peu réceptives aux messages de santé et : - n adhèrent pas à une démarche de prévention ; - se soignent plus difficilement ; - et, parfois, ont du mal à faire valoir leurs droits Cadre de vie et santé psychique : Le cadre de vie agit directement sur la santé psychologique. Le mal-être est l un des problèmes de santé le plus fréquemment évoqué par les personnes interrogées, quelque soit la classe d âge concernée. Les éléments du cadre de vie à l origine du mal-être de la population sont divers et se cumulent souvent. Les facteurs explicatifs suivants dominent toutefois : - les problèmes familiaux chez les enfants et adolescents ; - la précarité économique (difficultés financières, problèmes d emploi), l isolement social, et les ruptures familiales chez les adultes. L environnement social intervient également pour l ensemble des tranches d âge en raison de l insécurité et des dégradations que subissent les personnes habitant certains bâtiments. A notamment été exposée la situation des habitants des Coursives Problèmes familiaux et santé des enfants : De nombreuses personnes interrogées ont souligné la présence de «lacunes éducatives». Dans certaines familles, sont décrits : - des environnements familiaux violents ; - des enfants délaissées, livrés à eux-mêmes, l attention des parents étant absorbée par les autres problèmes (travail, logement, ) ; - un manque d autorité parentale, certains parents ne sachant pas poser les limites à leurs enfants ; - ou un surinvestissement des enfants, notamment dans les familles monoparentales ou l enfant comble la solitude du parent isolé. Ces lacunes éducatives favorisent : - des troubles psychologiques et du comportement ; - des rythmes de vie déstructurés et des habitudes de vie néfastes pour la santé ; - des conduites à risque. Juin

10 4.2. Préconisations des personnes ressources : Concernant le cadre de vie, les personnes interrogées ont souhaité une amélioration de la sécurité sur Etouvie, notamment sur certains bâtiments. 5. CONCLUSION : Plusieurs problématiques majeures émergent de l enquête auprès des personnes ressources d Etouvie : (1) des déséquilibres alimentaires ; (2) des conduites à risque fréquentes (notamment en matière d addictions, de vie affective et sexuelle) ; (3) des difficultés à accéder aux soins et aux campagnes de dépistage ; (4) une souffrance psychique provoquée par les conditions de vie difficiles ; (5) des défaillances éducatives de la part des parents engendrant des conséquences négatives pour la santé des enfants. Ces problématiques feront l objet d un croisement avec l enquête population et permettront l identification des priorités ainsi que la mise en œuvre d un plan d action. Juin

11 ANNEXE 1 : hiérarchisation des déterminants de santé Déterminants de santé cités en priorité 1 : DETERMINANT DE SANTE Fréquence de citation de la thématique en priorité 1 0-6ans 6-12 ans ans ans ans + de 75 ans Alimentation 25% 31,8% 8,7% 8,3% 13,3% 14,3% Exercice physique 0% 0% 0% 4,2% 13,3% 7,1% Addictions 17,4% 20,8% 0% 0% Tabagisme passif 30% 9,1% PREVENTION CADRE DE VIE Hygiène 5% 18,2% 13% 8,3% 0% 0% buccodentaire et corporelle Vie affective et 8,7% 0% sexuelle Vaccination 0% 0% 0% 0% 0% 0% Dépistages 0% 0% 0% 4,2% 0% 0% Total prévention 60% 59,1% 47,8% 45,8% 26,6% 21,4% Conditions de 5% 4,55% 8,7% 0% 0% 7,1% logement Travail / non travail 8,7% 33,3% Problèmes 35% 31,8% 26,1% 12,5% 13,3% 14,3% familiaux Violence 0% 0% 4,3% 0% 0% Isolement et 0% 0% 46,7% 42,9% solitude Autres 0% 4,55% 4,3% 8,4% 13,4% 14,2% propositions spontanées Total cadre de vie 40% 40,9% 52,2% 54,2% 73,4% 78,6% TOTAL GLOBAL (Nb total de réponses) 100 % (20) 100 % (22) (23) (24) (15) (14) Juin

12 Déterminants de santé cités dans les trois prioritaires : DETERMINANT DE SANTE Fréquence de citation de la thématique dans les trois prioritaires 0-6ans 6-12 ans ans ans ans + de 75 ans Alimentation 24,6% 27,7% 13,6% 8,3% 14,3% 14,3% Exercice physique 1,75% 6,15% 1,5% 2,8% 11,9% 14,3% Addictions 18,2% 20,8% 7,1% 2,9% Tabagisme passif 15,8% 6,15% CADRE DE VIE PREVENTION Hygiène 19,3% 18,5% 7,6% 9,7% 7,1% 8,6% buccodentaire et corporelle Vie affective et 13,6% 4,2% sexuelle Vaccination 0% 1,5% 0% 0% 2,4% 0% Dépistages 1,75% 0% 1,5% 2,8% 4,8% 2,9% Rythme de vie 1,75% 1,5% 0% 0% 0% 0% (proposition spontanée) Total prévention 64,9% 61,5% 56% 48,6% 47,6% 42,9% Conditions de 5,3% 7,7% 4,6% 4,2% 11,9% 11,4% logement Travail / non travail 9% 19,4% Problèmes 22,8% 18,5% 15,2% 9,7% 4,8% 5,7% familiaux Violence 5,3% 9,2% 7,6% 8,3% 0% Isolement et 1,5% 2,8% 28,6% 34,3% solitude Autres 1,7% 3% 6% 7% 7,2% 5,7% propositions spontanées Total cadre de vie 35,1% 38,5% 44% 51,4% 52,4% 57,1% TOTAL GLOBAL (Nb total de réponses) 100 % (57) 100 % (65) (66) (72) (42) (35) Juin

Partenariat ADECA75/ASV13

Partenariat ADECA75/ASV13 Journée d'information et d'échanges organisée dans le cadre du partenariat Acsé/INCa : Accompagner la lutte contre les cancers dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville Partenariat ADECA75/ASV13

Plus en détail

ANNEXE III REFERENTIEL DE FORMATION CONTENU INDICATIF

ANNEXE III REFERENTIEL DE FORMATION CONTENU INDICATIF ANNEXE III DOMAINES DE COMPETENCES VISES compétences 1 - Connaissance de la personne 1.1. Situer la personne aux différents stades de son développement 1.2. Situer la personne aidée dans son contexte social

Plus en détail

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Si globalement l épidémiologie des cancers (cf. points négatifs) n est pas bonne sur le

Plus en détail

Quartier inclusion. Mardi 2 décembre / 9 h 30 12 h 30

Quartier inclusion. Mardi 2 décembre / 9 h 30 12 h 30 Quartier inclusion Mardi 2 décembre / 9 h 30 12 h 30 Projet : «Offrir aux parents la possibilité d engager un parcours d insertion professionnelle sans négliger leurs responsabilités parentales : l exemple

Plus en détail

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique 1 ére Observation de la santé des nantais GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique Déterminants de santé La santé des habitants n est pas l apanage des soignants elle est influencée

Plus en détail

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)?

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Document à l attention des collectivités territoriales LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL PARTAGE une étape incontournable,

Plus en détail

Introduction à la 2 e édition

Introduction à la 2 e édition Introduction à la 2 e édition Parue en 2003, l expertise opérationnelle «Santé des enfants et des adolescents, propositions pour la préserver» présente un état des lieux des connaissances sur plusieurs

Plus en détail

Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009

Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009 Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Le Sud de l Aisne a un indice conjoncturel de fécondité (ICF) plus élevé qu en Picardie et

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SANTÉ JEUNES

QUESTIONNAIRE SANTÉ JEUNES QUESTIONNAIRE SANTÉ JEUNES Objectifs : Ce questionnaire s adresse aux jeunes résidant sur Bonneuil. Il se propose d interroger leurs besoins et leurs demandes sur le plan de la santé ; la santé est ici

Plus en détail

LIGNE MÉTIER RESTAURATION RAPIDE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER

LIGNE MÉTIER RESTAURATION RAPIDE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER LIGNE MÉTIER RESTAURATION RAPIDE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER Les salariés de la restauration rapide sont exposés à des risques spécifiques : les chutes de plain pied, les mauvaises postures,

Plus en détail

COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE

COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTETE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE Type de projet : Type de projet secondaire : Couverture géographique : Organisme d exécution :

Plus en détail

L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne

L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne 1 Stratégie régionale de l Agence Pourquoi un référentiel? Consolider l offre de santé coordonnée déjà en place Impulser et développer l exercice

Plus en détail

CONTEXTE. 17500 habitants 17% de > 60 ans 14,8% de population étrangère

CONTEXTE. 17500 habitants 17% de > 60 ans 14,8% de population étrangère CONTEXTE 17500 habitants 17% de > 60 ans 14,8% de population étrangère Une population captive très démunie vieillissante et qui se paupérise régulièrement Une population nouvelle très minoritaire mais

Plus en détail

Les enseignants spécialisés et les psychologues de l éducation nationale des réseaux d aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED)

Les enseignants spécialisés et les psychologues de l éducation nationale des réseaux d aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED) Fiche 1 Les enseignants spécialisés et les psychologues de l éducation nationale des réseaux d aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED) I. Des missions confortées Les enseignants spécialisés

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30. www.perrayvaucluse.fr

DOSSIER DE PRESSE. Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30. www.perrayvaucluse.fr DOSSIER DE PRESSE Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30 www.perrayvaucluse.fr Foyer Le Foyer > Qu est qu un Foyer en psychiatrie? Un Foyer en psychiatrie est une structure de soins entre

Plus en détail

Besoins d études en santé mentale pour conduire les politiques

Besoins d études en santé mentale pour conduire les politiques Besoins d études en santé mentale pour conduire les politiques sanitaires dans les régions P. Verger, H. Dumesnil Séminaire IRESP : Indicateurs en santé mentale, 16 septembre 2010 Plan de la présentation

Plus en détail

La souffrance au travail, comment la

La souffrance au travail, comment la SIMUP Service de Santé au Travail de la Vallée de la Lys La souffrance au travail, comment la déceler pour mieux la gérer? 1 QUELQUES CONSTATS D après l Institut Français de Veille Sanitaire, un homme

Plus en détail

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet.

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet. Service AID Le Droit Au Logement Opposable (DALO) est un moyen pour des personnes qui n arrivent pas à accéder au logement social de faire valoir leur droit au logement. La Loi DALO de 2007 prévoit pour

Plus en détail

Actions et formations

Actions et formations Catalogue 2013 Actions et formations en éducation pour la santé 1 l adessa, spécialiste de l éducation pour la santé dans l Ain depuis plus de 30 ans Association loi 1901 elle favorise l éducation pour

Plus en détail

Retrouvez toute l actualité sur notre site internet : http://acepp-rhone.fr

Retrouvez toute l actualité sur notre site internet : http://acepp-rhone.fr Année 2015 L I V R E T D E F O R M A T I O N Assistantes Maternelles & Animatrices R.A.M. Retrouvez toute l actualité sur notre site internet : http://acepp-rhone.fr www.acepp.asso.fr (ACEPP National)

Plus en détail

PROGRAMME DE SANTE ET SOCIAL EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE SANTE ET SOCIAL EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE SANTE ET SOCIAL EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule L enseignement d exploration «Santé et social» a pour finalité de permettre aux élèves de

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Département 64. «Clair matin» PRESENTATION DE L ACTION

Département 64. «Clair matin» PRESENTATION DE L ACTION Département 64 «Clair matin» Intitulé, ancienneté et lieu d implantation PRESENTATION DE L ACTION La maison d enfants à caractère social «Clair matin» a été créé en 1964 et s est implantée à Borce, dans

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 3 novembre 2014 relatif au cahier des charges national du programme de dépistage

Plus en détail

Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie

Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie Etude du CRP-Santé Conférence de presse 26 Septembre 2013 SOMMAIRE Contexte Méthodologie Résultats Quelques chiffres clés Le cadre politique

Plus en détail

VIOLENCE A L HÔPITAL FORMATION DU PERSONNEL

VIOLENCE A L HÔPITAL FORMATION DU PERSONNEL VIOLENCE A L HÔPITAL FORMATION DU PERSONNEL Docteur Caquelard François Praticien Hospitalier Urgentiste Formateur en Gestion de la Violence Mulhouse le 8 octobre 2015 Groupe Régional VIOLENCE A L HÔPITAL

Plus en détail

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société Propositions des Assises Nationales pour l éducation 0-6 ans : un enjeu de société Un âge décisif pour l enfant : - Cette tranche d âge est décisive dans le développement et l épanouissement des enfants.

Plus en détail

Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE :

Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE : Le 31 janvier 2006 Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE : 1 - Les étapes de la construction du programme à Aubervilliers. 2 - Les orientations générales du dispositif de Réussite Éducative. 3 - Les

Plus en détail

Tout savoir sur le Tiers Payant : De quoi s agit-il,

Tout savoir sur le Tiers Payant : De quoi s agit-il, Tout savoir sur le Tiers Payant : De quoi s agit-il, En général, lorsque vous consultez un professionnel de santé, vous le réglez immédiatement ; L Assurance Maladie (et votre complémentaire santé si vous

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

Fiche action 52. Accompagnement à la parentalité. 7 Education 8 Habitat 9 Culture, loisirs 10 Emploi 11 Justice 12 Autre, précisez : SECTEUR SANITAIRE

Fiche action 52. Accompagnement à la parentalité. 7 Education 8 Habitat 9 Culture, loisirs 10 Emploi 11 Justice 12 Autre, précisez : SECTEUR SANITAIRE Intitulé de l action : Fiche action 52 Accompagnement à la parentalité Formation Petite Enfance "Maladies hivernales et Prévention" (Réseau bronchiolite du Nord) 1) Quel est votre secteur d intervention?

Plus en détail

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles Centre Claude Bernard Livret d accueil à l usage des familles Vous avez bien voulu nous faire confiance pour vous aider à traiter les problèmes que vous rencontrez actuellement avec votre enfant. Afin

Plus en détail

Les domaines de compétences

Les domaines de compétences ACCOMPAGNEMENT ET AIDE individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Associer aux actes essentiels de la vie quotidienne des moments d échange privilégiés. Veiller au respect du rythme

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme :

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme : Mesdames et Messieurs, Au regard d une analyse de la situation des aidants sur le plan national, au regard des rencontres avec les principaux acteurs de l accompagnement des aidants familiaux en Maine

Plus en détail

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Référentiel Fonction / Activités fonctions Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Accompagnement dans la relation à l environnement / Maintien de la vie

Plus en détail

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES I. LES CENTRES MEDICO- PSYCHOLOGIQUES (CMP) CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES Ces centres ont été créés avec trois objectifs fondamentaux pour la psychiatrie communautaire : Promotion

Plus en détail

La complémentaire santé des salariés de FAMILLES RURALES

La complémentaire santé des salariés de FAMILLES RURALES La complémentaire santé des salariés de FAMILLES RURALES Une complémentaire santé obligatoire pour les salariés de la CCN FAMILLES RURALES L accord de branche du 1 er avril 2015 instaure un régime frais

Plus en détail

Votre lien direct à la santé et au mieux-être

Votre lien direct à la santé et au mieux-être Votre lien direct à la santé et au mieux-être Une aide immédiate et confidentielle, quelle que soit la difficulté PROGRAMME D AIDE AUX EMPLOYÉS Vous ou un membre de la famille êtes aux prises avec un problème

Plus en détail

Diagnostic santé du Pays Charolais-Brionnais. : première étape vers une démarche territoriale de santé. Mai 2010

Diagnostic santé du Pays Charolais-Brionnais. : première étape vers une démarche territoriale de santé. Mai 2010 Diagnostic santé du Pays Charolais-Brionnais : première étape vers une démarche territoriale de santé Mai 2010 Sommaire La méthodologie Les caractéristiques des acteurs interrogés Les problématiques pointées

Plus en détail

La 2 ème Rencontre Nationale sur la Santé Scolaire et Universitaire et la Promotion de la Santé des Jeunes

La 2 ème Rencontre Nationale sur la Santé Scolaire et Universitaire et la Promotion de la Santé des Jeunes Discours du Professeur El Houssine LOUARDI Ministre de la Santé A l occasion de : La 2 ème Rencontre Nationale sur la Santé Scolaire et Universitaire et la Promotion de la Santé des Jeunes Rabat, le 26

Plus en détail

L évaluation des programmes de prévention du tabagisme en entreprise. Dépasser la simple mesure du nombre d arrêts du tabac

L évaluation des programmes de prévention du tabagisme en entreprise. Dépasser la simple mesure du nombre d arrêts du tabac L évaluation des programmes de prévention du tabagisme en entreprise Dépasser la simple mesure du nombre d arrêts du tabac Tony Foglia Chargé d études, ORS Bourgogne Objectifs L'évaluation de processus

Plus en détail

Évaluation de l expérimentation «Mutuelle Réseau» Synthèse

Évaluation de l expérimentation «Mutuelle Réseau» Synthèse Évaluation de l expérimentation «Mutuelle Réseau» Synthèse Décembre 2013 ORSAS-Lorraine Page 1 Constats et objectifs visés par l'expérimentation de la "Mutuelle Réseau" En France, la sécurité sociale rembourse

Plus en détail

La prévention des RPS

La prévention des RPS La prévention des RPS Le stress La souffrance au travail : La souffrance revêt des aspects psychiques, sociaux, voir physiques. On parle de souffrance au travail lorsqu il y a atteinte à la santé psychologique

Plus en détail

La complémentaire santé des salariés de l Animation

La complémentaire santé des salariés de l Animation La complémentaire santé des salariés de l Animation Une complémentaire santé obligatoire pour les salariés de la CCN de l animation L avenant 154 du 19 mai 2015 instaure un régime frais de santé. Ainsi,

Plus en détail

FORMATION CONTINUE 2014

FORMATION CONTINUE 2014 ASSISTANTS MATERNELS FORMATION CONTINUE 2014 Financée par l AGEFOS PME ARIFTS Contact : 02 41 48 96 35 6 rue Georges Morel - 49045 Angers Cedex 01 Courriel : c.lamant@arifts.fr ACCOMPAGNEMENT A LA SEPARATION

Plus en détail

1 - le bilan de la 6ème année : de préférence en grande section, voire en CP.

1 - le bilan de la 6ème année : de préférence en grande section, voire en CP. Troubles spécifiques des apprentissages Troubles spécifiques des apprentissages Le dépistage et le suivi des troubles spécifiques des apprentissages tout au long de la scolarité sont une priorité rectorale

Plus en détail

Appel à projets de l AFPSSU pour 2011

Appel à projets de l AFPSSU pour 2011 Appel à projets de l AFPSSU pour 2011 Titre Auteurs Prévention précoce des addictions en classes de CM1/CM2 et préparation à l entrée en collège 1. Référent contact Responsable du projet: M..Jean-François

Plus en détail

Appel à projets d économie sociale et solidaire «Structurer et augmenter les temps de travail des intervenants du secteur des services à la personne».

Appel à projets d économie sociale et solidaire «Structurer et augmenter les temps de travail des intervenants du secteur des services à la personne». Appel à projets d économie sociale et solidaire «Structurer et augmenter les temps de travail des intervenants du secteur des services à la personne». Contexte de l appel à projets Quelques caractéristiques

Plus en détail

GROSSESSE 1)TRAVAIL EN RESEAU 2)ENTRETIEN PRENATAL PRECOCE 3)ALLAITEMENT 4) TROUBLES PSYCHIQUES DU POST PARTUM 5)REEDUCATION DU PERINE

GROSSESSE 1)TRAVAIL EN RESEAU 2)ENTRETIEN PRENATAL PRECOCE 3)ALLAITEMENT 4) TROUBLES PSYCHIQUES DU POST PARTUM 5)REEDUCATION DU PERINE ACCOMPAGNEMENT GLOBAL DE LA GROSSESSE 1)TRAVAIL EN RESEAU 2)ENTRETIEN PRENATAL PRECOCE 3)ALLAITEMENT 4) TROUBLES PSYCHIQUES DU POST PARTUM 5)REEDUCATION DU PERINE 2 Cas clinique 1 Mme Fatima D,2 ième pare,consulte

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET. Créé le 28/10/08 par : C.R./L.R.

A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET. Créé le 28/10/08 par : C.R./L.R. A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET 1 Diagnostic : Le projet de création d une micro halte-garderie au Centre Social repose sur des données statistiques concernant

Plus en détail

Le Centre Emergence - Espace Tolbiac

Le Centre Emergence - Espace Tolbiac Le Centre Emergence - Espace Tolbiac 6 rue Richemont 75013 Paris Espace Tolbiac est un service spécialisé destiné aux patients souffrant de troubles liés aux drogues. Activités principales : Consultations

Plus en détail

D où la nécessité de prendre un contrat complémentaire qui complètera la différence.

D où la nécessité de prendre un contrat complémentaire qui complètera la différence. SOMMAIRE Nécessité d une complémentaire santé... 2 Différence entre complémentaire santé obligatoire et facultative... 2 Acteurs et marché... 2 Les acteurs... 2 Stratégies commerciales... 2 Les contrats

Plus en détail

Résidence Le Pivert Sàrl. Concept d accompagnement

Résidence Le Pivert Sàrl. Concept d accompagnement Résidence Le Pivert Sàrl Concept d accompagnement Elaboré en interdisciplinarité avec un représentant des secteurs soins, animation et restauration. Est décliné dans ce document, notre vision globale dans

Plus en détail

Vivez bien protégés avec la MMJ GARANTIES SANTÉ ET PRÉVOYANCE MMJ-OUVERTURE. Particuliers. Notre métier, vous protéger depuis plus de 70 ans

Vivez bien protégés avec la MMJ GARANTIES SANTÉ ET PRÉVOYANCE MMJ-OUVERTURE. Particuliers. Notre métier, vous protéger depuis plus de 70 ans Vivez bien protégés avec la MMJ GARANTIES ET PRÉVOYANCE MMJ-OUVERTURE Particuliers Notre métier, vous protéger depuis plus de 70 ans 1 AUJOURD HUI, 150 000 PERSONNES PROTÉGÉES NOUS FONT CONFIANCE CHOISIR

Plus en détail

BIENVENUE A L EHPAD SAINT FRANCOIS MAISON DE RETRAITE PUBLIQUE DE LORGUES

BIENVENUE A L EHPAD SAINT FRANCOIS MAISON DE RETRAITE PUBLIQUE DE LORGUES BIENVENUE A L EHPAD SAINT FRANCOIS MAISON DE RETRAITE PUBLIQUE DE LORGUES 28, rue St Honorat 83510 LORGUES www.ehpad-saint-francois.fr Tèl : 04.94.60.33.50 Fax : 04.94.60.33.59 LES FORMALITES ADMINISTRATIVES

Plus en détail

Lancement de la campagne de sensibilisation et d éducation à la santé bucco-dentaire de l UFSBD

Lancement de la campagne de sensibilisation et d éducation à la santé bucco-dentaire de l UFSBD Dossier de presse Lancement de la campagne de sensibilisation et d éducation à la santé bucco-dentaire de l UFSBD L école : un terrain de prévention incontournable Sommaire : Les progrès des politiques

Plus en détail

Le Défenseur des droits

Le Défenseur des droits Le Défenseur des droits SONDAGE SUR LA SCOLARISATION EN MILIEU ORDINAIRE DES ENFANTS EN SITUATION DE HANDICAP AU COLLEGE - Sondage de l'institut CSA - - Note des principaux enseignements En partenariat

Plus en détail

Réponse à l'interpellation de Mme Nathalie Jaquerod

Réponse à l'interpellation de Mme Nathalie Jaquerod Municipalité Réponse à l'interpellation de Mme Nathalie Jaquerod Sécurité à l'école Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillères et Conseillers, La Municipalité répond à l interpellation

Plus en détail

Ordre du jour. 1 ère. 2ème étape. Bilan intermédiaire 17 septembre 2009. Implication des. Synthèse des réunions multiprofessionnelles

Ordre du jour. 1 ère. 2ème étape. Bilan intermédiaire 17 septembre 2009. Implication des. Synthèse des réunions multiprofessionnelles Ordre du jour Bilan intermédiaire 17 septembre 2009 - Participation des habitants - Présentation des résultats (réunions + enquête habitants) - Tour de table, échange sur les priorités de santé - Groupes

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT FOYER OCCUPATIONNEL. Synthèse

PROJET D ETABLISSEMENT FOYER OCCUPATIONNEL. Synthèse PROJET D ETABLISSEMENT FOYER OCCUPATIONNEL Synthèse Fort de l histoire et des valeurs de l association gestionnaire du Centre Médico-social Basile Moreau, le projet d établissement affirme les principes

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL Anne Marie LANUSSE Éducatrice Spécialisée à l ADAPEI des Pyrénées Atlantiques INTERVENTION A LA 3ème JOURNEE SCIENTIFIQUE DE REZOPAU LES OBJECTIFS Mener

Plus en détail

Centre d'assistance aux Toxicomanes

Centre d'assistance aux Toxicomanes ::::: ::::: Centre d'assistance aux Toxicomanes Dans l Arrondissement de Villaverde a lieu depuis 2008 un projet multidisciplinaire sous une approche intégrée dans le cadre de l Initiative URBANA et cofinancé

Plus en détail

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées QUESTIONS - REPONSES Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées CONTEXTE ET OBJECTIFS Quelle est la finalité de ce travail? Il s agit d améliorer les pratiques de prescription

Plus en détail

Bilan de la campagne INPES / MILDT «Contre les drogues chacun peut agir» Décembre 2010 Appels reçus, appels traités, profil des appelants

Bilan de la campagne INPES / MILDT «Contre les drogues chacun peut agir» Décembre 2010 Appels reçus, appels traités, profil des appelants Bilan de la campagne INPES / MILDT «Contre les drogues chacun peut agir» Décembre 2010 Appels reçus, appels traités, profil des appelants DESCRIPTIF DE LA CAMPAGNE renvoient tous vers le site drogues-info-service.fr

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

ACCES AUX SOINS ET A LA SANTE POUR TOUS

ACCES AUX SOINS ET A LA SANTE POUR TOUS ACCES AUX SOINS ET A LA SANTE POUR TOUS 1 Objectifs Déterminer 5 objectifs généraux (voire spécifiques) prioritaires sur la thématique : «Accès aux soins et à la santé pour tous» Base de la construction

Plus en détail

BAYONNE jeudi 25 octobre 2012. Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre

BAYONNE jeudi 25 octobre 2012. Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre BAYONNE jeudi 25 octobre 2012 Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre De quoi parle-t-on? Conduites Addictives Les modes d

Plus en détail

Fonctions des infirmiers scolaires dans les écoles et établissements

Fonctions des infirmiers scolaires dans les écoles et établissements Mission des infirmières de l Éducation Nationale Cadre général «S inscrit dans la politique générale de l Education nationale qui est de promouvoir la réussite des élèves et des étudiants, elle concourt

Plus en détail

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX ANALYSE des BESOINS SOCIAUX d.soufflard-antony@laposte.net Commune de ROUSSET (13) Présentation aux Elus 29 septembre 2011 Préalable la commune de ROUSSET (13) 2 Diplômes Master² en Consultation des Organisations

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

«Démarche participative & Méthodes de concertation» Annexe au guide d Accompagnement à l élaboration du PEDT. Préambule

«Démarche participative & Méthodes de concertation» Annexe au guide d Accompagnement à l élaboration du PEDT. Préambule «Démarche participative & Méthodes de concertation» Annexe au guide d Accompagnement à l élaboration du PEDT Préambule Ce document a été construit en complément du «Guide d accompagnement à l élaboration

Plus en détail

Dispositif Addictions. Valbonne Sophia Antipolis est un

Dispositif Addictions. Valbonne Sophia Antipolis est un Innovation dans le champ de la Santé Dispositif Addictions de Valbonne Sophia Antipolis L ambition du Dispositif Addictions de Valbonne Sophia Antipolis est de prévenir les usages nocifs des produits psychoactifs,

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

La MSA de MAINE-et-LOIRE

La MSA de MAINE-et-LOIRE La MSA de MAINE-et-LOIRE attentive à chacun, essentielle pour tous www.msa49.fr Une institution démocratique et dynamique Anne GAUTIER Présidente Un réseau de 257 représentants cantonaux élus en janvier

Plus en détail

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent PLAN NATIONAL 2015-2018 pour le développement des soins palliatifs et l accompagnement en fin de vie SYNTHESE RAPPEL DES 4 AXES AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui

Plus en détail

Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire

Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire Synthèse des échanges du CCRPA du 17 mai 2013, à NANTES Thème de la journée : la santé et l accès aux soins 31 participants

Plus en détail

Vivez bien protégés avec la MMJ GARANTIES SANTÉ ET PRÉVOYANCE MMJ-LABELLISÉE. Agents territoriaux. Notre métier, vous protéger depuis plus de 70 ans

Vivez bien protégés avec la MMJ GARANTIES SANTÉ ET PRÉVOYANCE MMJ-LABELLISÉE. Agents territoriaux. Notre métier, vous protéger depuis plus de 70 ans Vivez bien protégés avec la MMJ GARANTIES ET PRÉVOYANCE MMJ-LABELLISÉE Agents territoriaux Notre métier, vous protéger depuis plus de 70 ans 3 DES GARANTIES QUI TIENNENT COMPTE DU STATUT SPÉCIFIQUE DES

Plus en détail

Le conseil conjugal et familial. Un travail sur les liens au cœur des relations : adulte, couple, parent, enfant, adolescent.

Le conseil conjugal et familial. Un travail sur les liens au cœur des relations : adulte, couple, parent, enfant, adolescent. Le conseil conjugal et familial Un travail sur les liens au cœur des relations : adulte, couple, parent, enfant, adolescent. 01 Le CCF Le Conseil Conjugal et Familial (CCF) accueille, informe et écoute

Plus en détail

Appel à projets 2016 Prévention et soutien en milieu carcéral

Appel à projets 2016 Prévention et soutien en milieu carcéral Appel à projets 2016 Prévention et soutien en milieu carcéral Destiné aux associations de France métropolitaine, Drom et Com Date de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Il y

Plus en détail

Convention de partenariat Annexe 2. (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES

Convention de partenariat Annexe 2. (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES Convention de partenariat Annexe 2 (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES I - Description du projet Depuis quelques années, les mutations des entreprises font ressentir

Plus en détail

Observatoire de la famille

Observatoire de la famille Observatoire de la famille La vulnérabilité dans la famille ou les événements qui peuvent affecter la vie d une famille Soucieuse de représenter l ensemble des familles et de défendre leurs intérêts auprès

Plus en détail

La cartographie des acteurs de la prévention les compétences du CHSCT

La cartographie des acteurs de la prévention les compétences du CHSCT Formation des personnes ressources chargées d accompagner les membres des comités d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Secrétariat général DGRH C1 La cartographie des acteurs de

Plus en détail

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Si le projet de loi «hôpital, patients, santé, territoires» a pour ambition

Plus en détail

Certificat de compétences Projet CAPE

Certificat de compétences Projet CAPE Certificat de compétences Projet CAPE Introduction L objectif principal du projet CAPE est de «contribuer à la mise en place de critères et de compétences de référence dans le cadre de la Certification

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 14 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire Sommaire EmeVia et les mutuelles

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DE TECHNICIEN DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

DOCUMENT GÉNÉRAL D ORIENTATION 2013/2017 CORSE-DU

DOCUMENT GÉNÉRAL D ORIENTATION 2013/2017 CORSE-DU DOCUMENT GÉNÉRAL D ORIENTATION 2013/2017 CORSE-DU DU-SUD Sommaire Le DGO... 4 Analyse de l accidentalité... 5 Localisation des accidents en Corse du Sud... 7 Enjeux de la sécurité routière pour 2013/2017...

Plus en détail

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles 1 Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles En inter établissements à Montpellier plusieurs modules de formation à destination des travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues,

Plus en détail

GUIDE DU CHEF DE PROJET

GUIDE DU CHEF DE PROJET 1 GUIDE DU CHEF DE PROJET Le programme ontarien Action communautaire Enfants en santé («Enfants en santé») est un programme communautaire dans le cadre duquel des partenaires de différents secteurs (p.

Plus en détail

Quelle sensibilisation des apprentis à la Santé et Sécurité au Travail

Quelle sensibilisation des apprentis à la Santé et Sécurité au Travail Quelle sensibilisation des apprentis à la Santé et Sécurité au Travail durant leur formation initiale? Clotilde TUAILLON Enseignante en Prévention Santé Environnement (PSE) IMT, CFA Grenoble Secteur Auto

Plus en détail

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT «Une place pour chacun, une place pour tous»

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT «Une place pour chacun, une place pour tous» ACCUEIL DU JEUNE ENFANT EN SITUATION DE HANDICAP AU SEIN DES MODES D ACCUEIL PETITE ENFANCE LIVRET D ACCOMPAGNEMENT «Une place pour chacun, une place pour tous» Introduction... P 3 1 Une place pour chacun,

Plus en détail

Pour une politique de prévention des risques psychosociaux

Pour une politique de prévention des risques psychosociaux Note de la CSL Pour une politique de prévention des risques psychosociaux Luxembourg, le 25.05.2016 1/6 Situation actuelle et constats : Les pays européens assistent depuis une quinzaine d années à une

Plus en détail

Soigner et préserver la santé mentale des enfants et adolescents

Soigner et préserver la santé mentale des enfants et adolescents Soigner et préserver la santé mentale des enfants et adolescents Pour chaque enfant et chaque adolescent, la santé mentale est un bien précieux et fragile. La préserver réclame une attention particulière,

Plus en détail

Flash Info N 1. Les Risques psychosociaux (RPS)

Flash Info N 1. Les Risques psychosociaux (RPS) Page1 Flash Info N 1 Mars 2016 Service Hygiène & Sécurité Pôle Santé et Sécurité au Travail Les Risques psychosociaux (RPS) Introduction Prévenir les RPS, c'est conjuguer au bénéfice commun des agents

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES CYCLE DE FORMATIONS 2012

LUTTE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES CYCLE DE FORMATIONS 2012 VAR LUTTE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES CYCLE DE FORMATIONS 2012 MODULE 1 Violences faîtes aux femmes, violences au sein du couple Intitulé de la formation : Violences faîtes aux femmes, violences

Plus en détail

Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville

Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville CONVENTION D OBJECTIF ET DE PARTENARIAT CENTRE DE LOISIRS ASSOCIATIF ELEMENTAIRE ENTRE LES SOUSSIGNES Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville ET Madame Sous le n l organisateur)

Plus en détail

Cahier des charges définissant : 1. Les Pôles d Activités et de Soins Adaptés 2. Les Unités d Hébergement Renforcées

Cahier des charges définissant : 1. Les Pôles d Activités et de Soins Adaptés 2. Les Unités d Hébergement Renforcées DIRECTION GENERALE DE L ACTION SOCIALE CAHIER DES CHARGES RELATIF AUX PASA ET UHR POUR UNE PRISE EN CHARGE ADAPTEE EN EHPAD ET EN USLD DES PERSONNES ATTEINTES DE LA MALADIE D ALZHEIMER OU D UNE MALADIE

Plus en détail

Rapport final. Diagnostic territorial de santé. Ville de Courcouronnes. Juin 2012

Rapport final. Diagnostic territorial de santé. Ville de Courcouronnes. Juin 2012 Rapport final Juin 2012 Diagnostic territorial de santé Ville de Courcouronnes Sommaire 1. Présentation du cadre de la mission... 4 1.1 Contexte de mise en œuvre du travail de diagnostic santé et objectifs

Plus en détail