DIAGNOSTIC PARTAGE. Rapport d enquête auprès des «personnes ressources» d Etouvie. Synthèse du rapport ATELIERS SANTE VILLE D AMIENS.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIAGNOSTIC PARTAGE. Rapport d enquête auprès des «personnes ressources» d Etouvie. Synthèse du rapport ATELIERS SANTE VILLE D AMIENS."

Transcription

1 ATELIERS SANTE VILLE D AMIENS DIAGNOSTIC PARTAGE Rapport d enquête auprès des «personnes ressources» d Etouvie Synthèse du rapport Juin 2010 Juin

2 La Ville d Amiens développe la démarche Ateliers Santé Ville sur l ensemble des territoires prioritaires du Contrat Urbain de Cohésion Sociale avec l appui de la Caisse Primaire d Assurance Maladie, du Conseil Général de la Somme et de l Etat, partenaires du Programme Local de Santé. Des diagnostics partagés ont été engagés afin d impulser cette démarche sur les quartiers visés. Après un premier diagnostic partagé réalisé sur Amiens Nord, des enquêtes ont été effectuées sur Etouvie. 1. OBJECTIFS ET METHODOLOGIE : Le diagnostic partagé a pour objet d identifier les besoins propres à chacun des territoires prioritaires. Ce diagnostic vise ainsi à recueillir et à croiser les opinions des acteurs locaux concernés sur : - les problématiques et besoins de santé perçus ; - les pistes d action préconisées. Le diagnostic comporte trois volets : 1. Une enquête «personnes ressources» réalisée auprès des professionnels et acteurs locaux des champs sociaux et sanitaires ; 2. Une enquête auprès des habitants ; 3. Des groupes de travail pluridisciplinaires permettant de poser un diagnostic partagé à partir des enquêtes effectuées, de définir des priorités et de proposer des pistes d action. Le présent document reprend de manière synthétique les principaux résultats obtenus lors de l enquête «personnes ressources» effectuée sur Amiens Nord de décembre 2008 à avril Les personnes concernées ont été interrogées lors d entretiens semi-directifs. Les points abordés lors de chaque entretien ont été : 1. Les problèmes de santé perçus : Les personnes ressources ont été invitées à exposer librement les principaux problèmes de santé perçus pour les différentes classes d âge (0-6 ans, 6-12 ans, ans, ans, ans, et plus de 75 ans). 2. Les déterminants de santé posant problème : Une liste de déterminants de santé (liés au cadre de vie ou aux comportements individuels) et susceptibles d agir sur la santé de la population leur a été proposée. Il leur a été demandé de sélectionner pour chacune des classes d âge les trois prioritaires en les hiérarchisant par ordre d importance. Possibilité leur était offerte de proposer des déterminants ne figurant pas dans la liste préétablie. 3. L accès aux soins : Les personnes ressources ont évoqué : - les types de population vulnérable vis-à-vis de l accès aux soins ; - les soins auxquels elles accèdent le plus difficilement ; Juin

3 4. L offre de soins : Cette partie permet : - d aborder les freins potentiels à l accès aux soins liés à l insuffisance de l offre ; - d appréhender les structures manquantes 5. Préconisations : Les personnes interrogées ont formulé leurs préconisations en matière : - d éducation à la santé ; - d accès aux soins ; - de développement de l offre de soin. 28 personnes ou groupes de personnes ont répondu à l enquête, soit : - 16 professionnels de santé : 5 médecins généralistes, 3 pharmaciens, 3 infirmiers libéraux, 1 kinésithérapeute, 3 professionnels de la santé scolaire (1 médecin et 2 infirmières), 1 médecin cadre PMI ; - 8 professionnels ou institutions du secteur social : 2 de la CAF (centre d activité social et halte garderie), 1 cadre social du Conseil Général, 1 de la Mission Locale, 2 médiateurs administratifs du service public de quartier, les conseillers sociaux de la Ville, 1 assistante sociale scolaire ; - 4 associations : le CSC Etouvie, l APAP - espace rencontre, l APAP - service prévention, et les Restaurants du Cœur. Juin

4 2. SANTE ET PREVENTION : 2.1. Constats : La prévention individuelle est le plus souvent citée comme prioritaire pour la tranche d âge 0-12 ans tandis que le cadre de vie tient une place plus importante pour les plus âgés. Répartition des déterminants prioritaires : Cités en priorité 1 : Prévention / cadre de vie plus de 75 ans ans ans ans prévention cadre de vie 6-12 ans 0-6 ans 0% 20% 40% 60% 80% Cités dans les trois prioritaires : Prévention / cadre de vie plus de 75 ans ans ans ans prévention cadre de vie 6-12 ans 0-6 ans 0% 20% 40% 60% 80% Les principaux problèmes cités (CF. tableau en annexe 1) sont : - Concernant les enfants (0-12 ans) : l alimentation, le tabagisme passif, et l hygiène ; - Concernant les adolescents (12-18 ans) : les addictions, les comportements à risque en matière de vie affective et sexuelle, l alimentation ; - Concernant les ans : les addictions, l hygiène et l alimentation ; - Concernant les personnes âgées : l alimentation et l exercice physique. Les addictions et l alimentation sont les problématiques les plus fréquemment citées pour l ensemble des classes d âge. Juin

5 L alimentation : D après les personnes interrogées, la mauvaise alimentation, à l origine de problèmes d anémie et surtout de surpoids, constitue l un des problèmes de santé les plus importants pour les enfants et adolescents. Elle se reflète par : - des rythmes alimentaires déstructurés (biberon sucré à longueur de journée, absence de petit déjeuner, grignotage de produits gras et sucrés en dehors des repas) - des consommations alimentaires déséquilibrées (consommations grasses et sucrées, peu de fruits et légumes). Ces rythmes et consommations alimentaires déséquilibrés sont dus, selon les personnes interrogées, à : - l éducation parfois «défaillante» donnée par les parents dans ce domaine (parents peu soucieux de l alimentation de leurs enfants ou qui ne savent pas leur fixer les limites) ; - les problèmes financiers des familles ; - les habitudes familiales, lorsque les parents ne cuisinent pas par manque d envie ou de savoir-faire. Concernant les adultes, l alimentation déséquilibrée est à l origine de problèmes de surpoids, et de pathologies cardiovasculaires et métaboliques (diabète, hypercholestérolémie). L insuffisance de la pratique de l exercice physique a également été citée comme facteur aggravant, surtout pour les femmes très sédentaires et les plus âgés Les addictions : Les personnes interrogées se sont montrées particulièrement inquiètes vis-à-vis des comportements addictifs des adolescents et des jeunes adultes. Sont ainsi concernés : - les consommations de drogue et notamment de cannabis - le tabac - l alcool Sont dénoncés l environnement social et familial qui banalisent ces pratiques et favorisent des consommations excessives précoces. Selon les professionnels, le tabac et surtout l alcool posent également un problème majeur pour une partie des adultes de plus de 40 ans. Ont également été cités des dépendances médicamenteuses. D après les personnes interrogées, ces comportements sont souvent liés au mal-être psychique (isolement social, familial, perte d emploi ) L hygiène : Ont été évoqués des problèmes de santé liés à l hygiène a) Des problèmes buccodentaires : Des pathologies dentaires sont fréquemment observées par les personnes ressource, à la fois pour les enfants et les adultes. Les causes avancées par les personnes interrogées pour expliquer ces problèmes dentaires sont : - des défauts d hygiène ; Juin

6 - l alimentation (consommation de boissons et produits sucrés à toutes heures de la journée) ; - les réticences de certains habitants à consulter un dentiste, par peur, manque d envie, ou parce qu ils ne perçoivent pas l importance des soins dentaires. b) Des problèmes liés à l hygiène corporelle et des logements : Ont été cités : - des maladies parasitaires ou de peau (poux, puces, gale, mycoses) - la transmission des maladies infectieuses (gastroentérites dues aux biberons non stérilisés, grippe ) - et les surinfections («rhino-pharyngites surinfectées» chez les enfants, «mal perforants et kystes» ), accentuée notamment par le coût des produits pharmaceutiques d hygiène Autres problématiques de prévention propres aux mineurs : Les autres problématiques fréquemment citées comme prioritaires sont : - le tabagisme passif pour les plus jeunes ; - les conduites à risque en matière de vie affective et sexuelle pour les adolescents ; Concernant la vie affective et sexuelle, ont été surtout mis en avant les grossesses précoces. Les raisons évoquées par les personnes interrogées pour expliquer cette situation sont : - le contexte familial, les parents n étant pas jugés suffisamment acteurs de la prévention auprès de leurs enfants ; - le contexte social, avoir un bébé étant un moyen pour certains jeunes filles d obtenir un statut social et une source de revenu ; - l éloignement géographique du planning familial. Par ailleurs, quelques professionnels ont parlé spontanément du rythme de vie et l ont identifié comme prioritaire alors qu il ne faisait pas partie de la liste de propositions du questionnaire. Ils ont notamment évoqué la déstructuration des rythmes alimentaires mais également des manques de sommeil dus à des couchers tardifs pour des raisons diverses (télévision, Internet ou jeux vidéo). Quelques uns ont également mentionné de manière spontanée le non port des lunettes par certains enfants et adolescents Préconisations des personnes interrogées : Les personnes enquêtées se sont souvent interrogées sur la manière de toucher d avantage les habitants qui en ont le plus besoin par les actions de prévention. Ils ont évoqué quelques pistes pour améliorer la situation : Adapter les moyens de communication en : - travaillant en collectif, par petits groupes ; - adaptant le langage utilisé ; - utilisant d autres outils de communication. Renforcer la proximité des actions : - par la mobilisation des structures et des professionnels locaux ; - par des bilans de santé et dépistages sur le quartier. Juin

7 Développer l accompagnement vers les structures préventives et de dépistage Cibler les plus jeunes afin de : - faire de la prévention à un stade précoce ; - faire des enfants des relais d information auprès des parents ; - et en intégrant les parents dans les actions et en travaillant sur la parentalité. Développer une épicerie sociale avec un projet éducatif pour améliorer la prévention en matière de nutrition auprès des personnes en situation de précarité. 3. SANTE ET ACCES AUX SOINS : 3.1 Constats : Trois types de freins à l accès aux soins ont été mis en avant par les personnes interrogées Des freins financiers : Cette difficulté touche tout particulièrement : - les personnes à faible revenu qui ne peuvent pas bénéficier de la CMU ni souscrire à une mutuelle - celles qui n ont pas fait valoir leurs droits par ignorance ou manque d envie de faire les démarches administratives. Ont également été mis en avant les difficultés d accès aux soins perçus comme insuffisamment remboursés y compris avec la CMU ou une mutuelle : - les consultations de spécialistes avec dépassements d honoraires et avances de frais ; - les prothèses dentaires, matériels d optique, produits dermatologiques, produits pharmaceutiques d hygiène non ou partiellement remboursés Des freins liés à l insuffisance de l offre de soins : L insuffisance de l offre peut être source de deux types d obstacles au soin : - l éloignement géographique des lieux de soin - les délais d attente pour la prise en charge Une insuffisance de l offre est ressentie par les personnes interrogées essentiellement pour : - les soins psychologiques et orthophoniques, - les consultations de spécialistes (notamment dentistes, ophtalmologistes, gynécologues, et radiologiques). L accent a été mis plus particulièrement sur les difficultés d accès aux soins psychologiques et orthophoniques qui sont : - récurrents sur une longue durée, rendant l éloignement géographique encore plus dissuasif ; - soumis à des délais de prise en charge de plusieurs mois. Concernant l éloignement géographique, l enclavement du quartier a été mis en évidence, le transport en bus vers les structures de soins spécialisés pouvant notamment s avérer long et Juin

8 compliqué. Néanmoins, l éloignement géographique est surtout perçu comme pénalisant en raison des angoisses des habitants à sortir de leur quartier. De ce fait, il devient problématique en raison de freins psychologiques et nécessite donc surtout un accompagnement des personnes. Enfin, les professionnels ont regretté le refus de certaines infirmières de pratiquer les soins à domicile sur les Coursives le soir, en raison du climat d insécurité présent dans ce bâtiment Des freins psychologiques et culturels : Pour beaucoup de personnes ressource d Etouvie, certains habitants en situation de précarité ne se font pas soigner car : - ils ne perçoivent pas la santé comme une priorité, compte tenu de leurs autres difficultés ; - les démarches leur semblent complexes ; - par ignorance ou en raison de difficultés de compréhension ; - par réticence ou peur d effectuer les soins. Cela concerne particulièrement les personnes isolées au niveau social (seules, sans emploi) et souffrant d une mauvaise image de soi ou de problèmes psychologiques. Les soins les plus touchés par ces freins sont les soins dentaires, psychologiques et les suivis gynécologiques Préconisations des personnes interrogées : Les principales suggestions émises ont été les suivantes : (a) Concernant les freins financiers à l accès aux soins : - des aides financières ; - la mise en place de bilans de santé et de dépistages gratuits sur le quartier, et le développement de l information sur les soins ou actes de prévention gratuits ; - la création d un cabinet dentaire mutualiste ; - le développement de l information sur les droits. (b) Concernant les freins liés à l insuffisance de l offre de soins : Si certains professionnels ont émis le souhait de voir s implanter des structures de proximité sur Etouvie (par exemple une maison de santé pluridisciplinaire, des permanences de gynécologie ou du Planning Familial, des structures de prise en charge psychologique ou en addictologie), ces propositions n ont pas fait l unanimité parmi les personnes interrogées. Beaucoup doutent en effet de l intérêt de mettre en place de tels services de proximité du fait de : - la nécessité à leurs yeux d inciter les habitants à plus sortir du quartier et de les désenclaver psychologiquement ; - de l effet dissuasif du regard du voisinage pour certains soins. Un consensus apparaît par contre pour reconnaître la nécessité de développer l accompagnement des personnes. (c) Concernant les freins culturels et psychologiques à l accès aux soins : - le renforcement de la médiation au soin par l écoute, l orientation, et l accompagnement des personnes vers les professionnels. Juin

9 4. SANTE ET CADRE DE VIE : 4.1. Constats : D après les personnes ressources interrogées, le cadre et les conditions de vie (logement, travail, famille, solitude et isolement) ont un impact très important sur la santé des habitants Cadre de vie et délaissement de la santé en général : Les conditions de vie difficiles font que la santé n est pas forcément la priorité des familles. Les personnes sont en effet confrontées à d autres problèmes (logement, travail, ) et la santé passe au second rang. Elles sont peu réceptives aux messages de santé et : - n adhèrent pas à une démarche de prévention ; - se soignent plus difficilement ; - et, parfois, ont du mal à faire valoir leurs droits Cadre de vie et santé psychique : Le cadre de vie agit directement sur la santé psychologique. Le mal-être est l un des problèmes de santé le plus fréquemment évoqué par les personnes interrogées, quelque soit la classe d âge concernée. Les éléments du cadre de vie à l origine du mal-être de la population sont divers et se cumulent souvent. Les facteurs explicatifs suivants dominent toutefois : - les problèmes familiaux chez les enfants et adolescents ; - la précarité économique (difficultés financières, problèmes d emploi), l isolement social, et les ruptures familiales chez les adultes. L environnement social intervient également pour l ensemble des tranches d âge en raison de l insécurité et des dégradations que subissent les personnes habitant certains bâtiments. A notamment été exposée la situation des habitants des Coursives Problèmes familiaux et santé des enfants : De nombreuses personnes interrogées ont souligné la présence de «lacunes éducatives». Dans certaines familles, sont décrits : - des environnements familiaux violents ; - des enfants délaissées, livrés à eux-mêmes, l attention des parents étant absorbée par les autres problèmes (travail, logement, ) ; - un manque d autorité parentale, certains parents ne sachant pas poser les limites à leurs enfants ; - ou un surinvestissement des enfants, notamment dans les familles monoparentales ou l enfant comble la solitude du parent isolé. Ces lacunes éducatives favorisent : - des troubles psychologiques et du comportement ; - des rythmes de vie déstructurés et des habitudes de vie néfastes pour la santé ; - des conduites à risque. Juin

10 4.2. Préconisations des personnes ressources : Concernant le cadre de vie, les personnes interrogées ont souhaité une amélioration de la sécurité sur Etouvie, notamment sur certains bâtiments. 5. CONCLUSION : Plusieurs problématiques majeures émergent de l enquête auprès des personnes ressources d Etouvie : (1) des déséquilibres alimentaires ; (2) des conduites à risque fréquentes (notamment en matière d addictions, de vie affective et sexuelle) ; (3) des difficultés à accéder aux soins et aux campagnes de dépistage ; (4) une souffrance psychique provoquée par les conditions de vie difficiles ; (5) des défaillances éducatives de la part des parents engendrant des conséquences négatives pour la santé des enfants. Ces problématiques feront l objet d un croisement avec l enquête population et permettront l identification des priorités ainsi que la mise en œuvre d un plan d action. Juin

11 ANNEXE 1 : hiérarchisation des déterminants de santé Déterminants de santé cités en priorité 1 : DETERMINANT DE SANTE Fréquence de citation de la thématique en priorité 1 0-6ans 6-12 ans ans ans ans + de 75 ans Alimentation 25% 31,8% 8,7% 8,3% 13,3% 14,3% Exercice physique 0% 0% 0% 4,2% 13,3% 7,1% Addictions 17,4% 20,8% 0% 0% Tabagisme passif 30% 9,1% PREVENTION CADRE DE VIE Hygiène 5% 18,2% 13% 8,3% 0% 0% buccodentaire et corporelle Vie affective et 8,7% 0% sexuelle Vaccination 0% 0% 0% 0% 0% 0% Dépistages 0% 0% 0% 4,2% 0% 0% Total prévention 60% 59,1% 47,8% 45,8% 26,6% 21,4% Conditions de 5% 4,55% 8,7% 0% 0% 7,1% logement Travail / non travail 8,7% 33,3% Problèmes 35% 31,8% 26,1% 12,5% 13,3% 14,3% familiaux Violence 0% 0% 4,3% 0% 0% Isolement et 0% 0% 46,7% 42,9% solitude Autres 0% 4,55% 4,3% 8,4% 13,4% 14,2% propositions spontanées Total cadre de vie 40% 40,9% 52,2% 54,2% 73,4% 78,6% TOTAL GLOBAL (Nb total de réponses) 100 % (20) 100 % (22) (23) (24) (15) (14) Juin

12 Déterminants de santé cités dans les trois prioritaires : DETERMINANT DE SANTE Fréquence de citation de la thématique dans les trois prioritaires 0-6ans 6-12 ans ans ans ans + de 75 ans Alimentation 24,6% 27,7% 13,6% 8,3% 14,3% 14,3% Exercice physique 1,75% 6,15% 1,5% 2,8% 11,9% 14,3% Addictions 18,2% 20,8% 7,1% 2,9% Tabagisme passif 15,8% 6,15% CADRE DE VIE PREVENTION Hygiène 19,3% 18,5% 7,6% 9,7% 7,1% 8,6% buccodentaire et corporelle Vie affective et 13,6% 4,2% sexuelle Vaccination 0% 1,5% 0% 0% 2,4% 0% Dépistages 1,75% 0% 1,5% 2,8% 4,8% 2,9% Rythme de vie 1,75% 1,5% 0% 0% 0% 0% (proposition spontanée) Total prévention 64,9% 61,5% 56% 48,6% 47,6% 42,9% Conditions de 5,3% 7,7% 4,6% 4,2% 11,9% 11,4% logement Travail / non travail 9% 19,4% Problèmes 22,8% 18,5% 15,2% 9,7% 4,8% 5,7% familiaux Violence 5,3% 9,2% 7,6% 8,3% 0% Isolement et 1,5% 2,8% 28,6% 34,3% solitude Autres 1,7% 3% 6% 7% 7,2% 5,7% propositions spontanées Total cadre de vie 35,1% 38,5% 44% 51,4% 52,4% 57,1% TOTAL GLOBAL (Nb total de réponses) 100 % (57) 100 % (65) (66) (72) (42) (35) Juin

Diagnostic local de santé. de Villeneuve-les-Salines et la Cité des Géraniums (Saint-Eloi)

Diagnostic local de santé. de Villeneuve-les-Salines et la Cité des Géraniums (Saint-Eloi) Diagnostic local de santé de Villeneuve-les-Salines et la Cité des Géraniums (Saint-Eloi) Contexte et méthode Les inégalités, y compris de santé, entre les quartiers prioritaires et les autres quartiers

Plus en détail

Plan Local de Santé Publique 2011-2014. Ville de Valbonne Sophia Antipolis. Atelier Santé Ville. Octobre 2011

Plan Local de Santé Publique 2011-2014. Ville de Valbonne Sophia Antipolis. Atelier Santé Ville. Octobre 2011 Plan Local de Santé Publique 2011-2014 Ville de Valbonne Sophia Antipolis Atelier Santé Ville Octobre 2011 Groupe de Recherche sur la Vulnérabilité Sociale Association inscrite au J0 le 22.12.1994 Siège

Plus en détail

COMMISSION SANTE DU PAYS DES TROIS VALLEES. Mise en place en février 2007, en même temps que les autres commissions.

COMMISSION SANTE DU PAYS DES TROIS VALLEES. Mise en place en février 2007, en même temps que les autres commissions. COMMISSION SANTE DU PAYS DES TROIS VALLEES Mise en place en février 2007, en même temps que les autres commissions. Un objectif général : Répondre aux besoins en matière de santé pour les personnes âgées

Plus en détail

Plan Local de Santé Publique

Plan Local de Santé Publique Plan Local de Santé Publique Martigues/Port-de-Bouc n 2 2010-2013 Axes et Objectifs prioritaires Atelier Santé Ville Martigues/Port-de-Bouc PLSP2 - Juin 2010 Axes prioritaires (Sont mentionnés en vert

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2015"

L accès aux soins des étudiants en 2015 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité Congrès de l AEEP Bordeaux 2013- vendredi 29 novembre 2013 Promotion de la santé des élèves : axes de travail actuels dans l académie de Bordeaux Dr Colette Delmas, médecin de santé publique, médecin conseiller

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé MGEL Depuis plus de 60 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes de

Plus en détail

Colloque CNFPT «La santé pour tous : plus que jamais un enjeu territorial» 25 et 26 juin 2007 à Nancy

Colloque CNFPT «La santé pour tous : plus que jamais un enjeu territorial» 25 et 26 juin 2007 à Nancy Colloque CNFPT «La santé pour tous : plus que jamais un enjeu territorial» 25 et 26 juin 2007 à Nancy ATELIER 5 Du dépistage en milieu scolaire à l accès aux soins SYNTHÈSE Du dépistage en milieu scolaire

Plus en détail

Action CCMSA/Solidel. «Santé en ESAT»

Action CCMSA/Solidel. «Santé en ESAT» Action CCMSA/Solidel «Santé en ESAT» Contexte La santé des personnes en situation de handicap psychique et mental Bien qu il soit constaté une augmentation de l espérance de vie de la population handicapée,

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE Paris,le 13 avril 2010 DE LA COHÉSION SOCIALE

DIRECTION GÉNÉRALE Paris,le 13 avril 2010 DE LA COHÉSION SOCIALE Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer, en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat Ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille,

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2015"

La santé des étudiants en 2015 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Guide d aide à la recherche documentaire dans la pédagothèque de l Ireps Aquitaine

Guide d aide à la recherche documentaire dans la pédagothèque de l Ireps Aquitaine Guide d aide à la recherche documentaire dans la pédagothèque de l Ireps Aquitaine Ce guide a pour objectif de vous aider dans la recherche documentaire de supports pédagogiques (outils et guides) dans

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire

Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire Synthèse des échanges du CCRPA du 17 mai 2013, à NANTES Thème de la journée : la santé et l accès aux soins 31 participants

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2015"

L accès aux soins des étudiants en 2015 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2013"

L accès aux soins des étudiants en 2013 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé MGEL Depuis plus de 14 ans, à l écoute des étudiants LA SÉCURITÉ LA SÉCURITÉ SOCIALE SOCIALE

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 14 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Consultation Santé Jeunes. Une consultation multidisciplinaire à l écoute des adolescents et jeunes adultes

Consultation Santé Jeunes. Une consultation multidisciplinaire à l écoute des adolescents et jeunes adultes Consultation Santé Jeunes Une consultation multidisciplinaire à l écoute des adolescents et jeunes adultes Pour qui? La consultation ambulatoire s adresse à un large public : Elle reçoit des adolescents

Plus en détail

Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre. Salon des formations en promotion de la santé

Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre. Salon des formations en promotion de la santé Fédération Régionale des Acteurs FRAPS Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre Salon des formations en promotion de la santé Mardi 20 janvier

Plus en détail

LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL

LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL Définition du travail de l assistant de service social Dans une démarche éthique et déontologique, l assistant de service social agit avec les personnes, les familles,

Plus en détail

Les Grands enjeux de santé publique : 1. Enjeux de la Politique de Santé a. Les droits des personnes malades

Les Grands enjeux de santé publique : 1. Enjeux de la Politique de Santé a. Les droits des personnes malades Définitions : 1. OMS en 1988 définit la Santé Publique : Un concept social et politique qui vise une amélioration de la santé, une plus grande longévité et un accroissement de la qualité de la vie de toutes

Plus en détail

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1 SANTE DES ETUDIANTS 2015 emevia - La santé des étudiants en 2013 1 emevia - La santé des étudiants en 2013 2 1. Contexte et objectifs emevia est le premier réseau de mutuelles étudiantes de proximité EmeVia

Plus en détail

GUIDE A L USAGE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES SUR LE RISQUE ALCOOL AU TRAVAIL

GUIDE A L USAGE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES SUR LE RISQUE ALCOOL AU TRAVAIL GUIDE A L USAGE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES SUR LE RISQUE ALCOOL AU TRAVAIL PREAMBULE Dans le monde du travail, l alcoolisation de certains agents reste une préoccupation pour l Autorité Territoriale

Plus en détail

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280 Document du 11 février 2014. Contribution de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire à la réflexion préparatoire au projet de loi d adaptation de la société au vieillissement Contacts : Dr. Sophie

Plus en détail

Famille et prévention santé dans la région Bretagne. Une enquête de l Union Régionale des Associations Familiales de Bretagne

Famille et prévention santé dans la région Bretagne. Une enquête de l Union Régionale des Associations Familiales de Bretagne Famille et prévention santé dans la région Bretagne Une enquête de l Union Régionale des Associations Familiales de Bretagne URAF Bretagne Rue Maurice Le Lannou CS 14226 35042 RENNES Cedex Tél. 02 Courriel

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

SANTE ECOLE ENSEIGNANTS

SANTE ECOLE ENSEIGNANTS SANTE ECOLE ENSEIGNANTS Formation des directeurs 13 mai 2014 Nadine Colin, déléguée MGEN SANTE ECOLE ENSEIGNANTS 1. La MGEN, acteur de santé? 2. Eléments de réflexion et de débats 3. Dispositifs et outils

Plus en détail

Bilan d une action de prévention et de suivi des caries dentaires dans les écoles en Zone Urbaine Sensible (ZUS) de Grenoble FRANCE

Bilan d une action de prévention et de suivi des caries dentaires dans les écoles en Zone Urbaine Sensible (ZUS) de Grenoble FRANCE Bilan d une action de prévention et de suivi des caries dentaires dans les écoles en Zone Urbaine Sensible (ZUS) de Grenoble FRANCE Dr Simone BOUSSUGES médecin conseiller technique Christiane BRUN assistante

Plus en détail

prévention et de sensibilisation sur le thème des addictions Prev e -addi d ct t t e t en

prévention et de sensibilisation sur le thème des addictions Prev e -addi d ct t t e t en Introduction Programme d éducation pour la santé, de prévention et de sensibilisation sur le thème des addictions Programme destiné à développer la prévention auprès des jeunes scolarisées, réduire les

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2015"

L accès aux soins des étudiants en 2015 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

M T dents : 1 million d examens bucco-dentaires réalisés dans l année, une participation en hausse

M T dents : 1 million d examens bucco-dentaires réalisés dans l année, une participation en hausse Point d information 1 er décembre 2011 M T dents : 1 million d examens bucco-dentaires réalisés dans l année, une participation en hausse Depuis son lancement en 2007, la participation au programme de

Plus en détail

Fiche presse. Signature des Contrats Locaux de Santé II de la Ville et de l Eurométropole de Strasbourg. Présentation des CLS II

Fiche presse. Signature des Contrats Locaux de Santé II de la Ville et de l Eurométropole de Strasbourg. Présentation des CLS II Fiche presse Signature des Contrats Locaux de Santé II de la Ville et de l Eurométropole de Strasbourg. Présentation des CLS II Les Contrats Locaux de Santé sont des outils territoriaux qui permettent

Plus en détail

INSTITUT DE PROMOTION DE LA SANTÉ

INSTITUT DE PROMOTION DE LA SANTÉ INSTITUT DE PROMOTION DE LA SANTÉ Saint-Quentin-en-Yvelines Un réseau de compétences Service de la Communauté d agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines, l Institut de Promotion de la Santé a pour objectifs

Plus en détail

EOVI ENTREPRISES UNE GAMME TOUT EN NUANCES POUR VOUS ACCOMPAGNER

EOVI ENTREPRISES UNE GAMME TOUT EN NUANCES POUR VOUS ACCOMPAGNER EOVI ENTREPRISES UNE GAMME TOUT EN NUANCES POUR VOUS ACCOMPAGNER SANTé la qui renouvelle la mutuelle des formules SANTÉ ajustées À VOS attentes Eovi mutuelle réalise avec vous le diagnostic social de votre

Plus en détail

Les Sources. Dossier d inscription. Maison d Accueil Rurale pour Personnes Agées. Pargny-lès-Reims. Tel : 03.26.84.21.55

Les Sources. Dossier d inscription. Maison d Accueil Rurale pour Personnes Agées. Pargny-lès-Reims. Tel : 03.26.84.21.55 Dossier d inscription Maison d Accueil Rurale pour Personnes Agées Les Sources Pargny-lès-Reims Tel : 03.26.84.21.55 E mail : marpa.les.sources@orange.fr Dossier d inscription Les personnes âgées du milieu

Plus en détail

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires ANNUAIRE SANTE Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires IREPS : Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Poitou-Charentes (4 antennes

Plus en détail

PROGRAMMEDEFORMATIONAIDEMENAGERE

PROGRAMMEDEFORMATIONAIDEMENAGERE AIDE MENAGER 1 PROGRAMMEDEFORMATIONAIDEMENAGERE Objectifdelaformation Formerl aideàdomicilecapabled apporteruneaideprofessionnaliséeàdomicile,dans lecadredelavieprivéedespersonnes(enfants,adultesetpersonnesâgées)

Plus en détail

Diagnostic santé du Pays Charolais-Brionnais. : première étape vers une démarche territoriale de santé. Mai 2010

Diagnostic santé du Pays Charolais-Brionnais. : première étape vers une démarche territoriale de santé. Mai 2010 Diagnostic santé du Pays Charolais-Brionnais : première étape vers une démarche territoriale de santé Mai 2010 Sommaire La méthodologie Les caractéristiques des acteurs interrogés Les problématiques pointées

Plus en détail

BIEN MANGER ET BOUGER DES L ECOLE MATERNELLE

BIEN MANGER ET BOUGER DES L ECOLE MATERNELLE Projet d éducation pour la santé auprès des jeunes enfants dans les établissements scolaires BIEN MANGER ET BOUGER DES L ECOLE MATERNELLE Contacts : Service Prévention/Education pour la santé CPAM de la

Plus en détail

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne Année scolaire 2009-2010 Service de Protection Maternelle et Infantile Exploitation des données statistiques : Observatoire de la santé

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

La santé des étudiants

La santé des étudiants La santé des étudiants Organisation et problématiques Centre de Formation SOMMAIRE Introduction Les origines de la santé étudiante La santé étudiante aujourd hui Les acteurs de la santé étudiante Conclusion

Plus en détail

Drogues, toxicomanies, conduites addictives

Drogues, toxicomanies, conduites addictives Drogues, toxicomanies, conduites addictives Jean-Etienne PODIK Mots clefs Addictions, dépendance Toxicomanies Politique de réduction des risques Comportements à risques Coûts Tabac Alcool Drogues licites,

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants

La Mutuelle Des Etudiants 4ème Enquete sur la ^ Nationale Santé des Etudiants Etat de santé des étudiants en France Premiers résultats de l Enquete Nationale sur la Santé des Etudiants 2014 (ENSE4) La Mutuelle Des Etudiants www.lmde.com

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2015"

L accès aux soins des étudiants en 2015 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Jeudi 11 avril 2013. Forum. SANTÉ et BIEN-ÊTRE Votre nouveau rendez-vous santé et bien-être. salle Léo Lagrange Le Trait de 9h à 18h.

Jeudi 11 avril 2013. Forum. SANTÉ et BIEN-ÊTRE Votre nouveau rendez-vous santé et bien-être. salle Léo Lagrange Le Trait de 9h à 18h. Jeudi 11 avril 2013 Forum SANTÉ et BIEN-ÊTRE Votre nouveau rendez-vous santé et bien-être salle Léo Lagrange Le Trait de 9h à 18h entrée gratuite Jeudi 11 avril 2013 salle Léo Lagrange Le Trait de 9h à

Plus en détail

Harmonie Mutuelles lance SON programme. un programme national d aide à la parentalité. «La santé de votre enfant», Dossier de presse Septembre 2011

Harmonie Mutuelles lance SON programme. un programme national d aide à la parentalité. «La santé de votre enfant», Dossier de presse Septembre 2011 Dossier de presse Septembre 2011 Harmonie Mutuelles lance SON programme «La santé de votre enfant», un programme national d aide à la parentalité HarmonieMut_DP_enfant15.indd 1 23/09/11 17:32 DVD vidéos

Plus en détail

Guide santé jeunes. Ma santé 2013-2014

Guide santé jeunes. Ma santé 2013-2014 Guide santé jeunes Ma santé et moi 2013-2014 Sommaire Page 4 Ma santé : comment choisir un médecin traitant, me faire rembourser mes soins? Page 5 Ma santé : comment me faire soigner? Page 6 En cas d urgences

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Elaboration de la stratégie de développement en matière de santé Pays Interrégional Bresle Yères

Elaboration de la stratégie de développement en matière de santé Pays Interrégional Bresle Yères Elaboration de la stratégie de développement en matière de santé Pays Interrégional Bresle Yères Synthèse d avancement Approfondissement du diagnostic territorial de santé 17 mai 2013 Sommaire 1-Rappel

Plus en détail

L éducation thérapeutique en addictologie

L éducation thérapeutique en addictologie L éducation thérapeutique en addictologie Dr Philippe DUMAS Dr Bernard STEFANI Praticiens hospitaliers Addictologues CSAPA La caravelle Hôpital de Grasse Qu est ce que l ETP? Un processus continu dont

Plus en détail

Enquête d opinion en matière de santé auprès des professionnels de santé des Pays de Loire. Avril 2011

Enquête d opinion en matière de santé auprès des professionnels de santé des Pays de Loire. Avril 2011 Enquête d opinion en matière de santé auprès des professionnels de santé des Pays de Loire Avril 2011 Méthodologie L'étude s est déroulée par Internet du 24 février au 25 mars 2011. 1 691 professionnels

Plus en détail

Forum territorial de santé Grand Creillois 17 novembre 2009

Forum territorial de santé Grand Creillois 17 novembre 2009 Forum territorial de santé Grand Creillois 17 novembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Élément de dynamisme, la population du Grand Creillois est jeune : 36,7 % des habitants ont

Plus en détail

EN COLLABORATION AVEC LE SERVICE INFIRMIER DE LA SANTE SCOLAIRE DE L INSPECTION ACADEMIQUE DU DOUBS

EN COLLABORATION AVEC LE SERVICE INFIRMIER DE LA SANTE SCOLAIRE DE L INSPECTION ACADEMIQUE DU DOUBS EN COLLABORATION AVEC LE SERVICE INFIRMIER DE LA SANTE SCOLAIRE DE L INSPECTION ACADEMIQUE DU DOUBS UN DISPOSITIF : 3 OBJECTIFS COMPLEMENTAIRES Apprendre... et habituer les enfants aux Apprendre... bonnes

Plus en détail

Réseau Addictions des Alpes Maritimes i GT.06 Président : Dr Pierre AIRAUDI Médecin-Coordinateur : Dr Jean-Marc COHEN Soirée Scientifique RSN & GT.06 Jeudi 02/12/2010 1 PLAN petit historique R.S.N. + GT.06

Plus en détail

Manger bien et bouger mieux

Manger bien et bouger mieux Être actif, Manger bien et bouger mieux Être actif, c est la santé! MANGER BIEN ET BOUGER MIEUX Les données et statistiques qui suivent sont tirées du document de l Assembléedes Premières Nations, Les

Plus en détail

Comment bien soigner votre budget santé? 14 astuces pour soigner vos dépenses santé

Comment bien soigner votre budget santé? 14 astuces pour soigner vos dépenses santé Comment bien soigner votre budget santé? 14 astuces pour soigner vos dépenses santé 89% des Français pensent que se soigner devient trop cher.* Alors qu est-ce que l on fait? Sogarep a décidé de réagir

Plus en détail

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ,

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015 entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, LA MINISTRE DÉLÉGUÉE AUX PERSONNES AGÉES ET A L AUTONOMIE, LA MINISTRE

Plus en détail

SOMMAIRE. Préambule... 5. Les objectifs de l'enquête santé USEM/FNORS... 6 METHODOLOGIE DE L ETUDE... 8

SOMMAIRE. Préambule... 5. Les objectifs de l'enquête santé USEM/FNORS... 6 METHODOLOGIE DE L ETUDE... 8 La santé des étudiants en 2009 MGEL N 801187- Juin 2009 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu SA au capital de 1 571 600 Siren 308

Plus en détail

Newsletter du Pôle. Les activités du dernier trimestre. Septembre 2014 N 2. Le Pôle, petit rappel page 2. Les formations du dernier trimestre page 4

Newsletter du Pôle. Les activités du dernier trimestre. Septembre 2014 N 2. Le Pôle, petit rappel page 2. Les formations du dernier trimestre page 4 Newsletter du Pôle Le Pôle, petit rappel page 2 Les formations du dernier trimestre page 4 Un accompagnement méthodologique page 6 Les activités du dernier trimestre Les activités documentaires page 7

Plus en détail

JOURNÉE DE LA SANTÉ ET DE L ACCÈS AUX DROITS

JOURNÉE DE LA SANTÉ ET DE L ACCÈS AUX DROITS Pour vous informer sur les droits à l Assurance Maladie, le diabète, les offres de prévention, les mesures d accompagnement des patients et le dépistage des cancers, la CPAM du Tarn-et-Garonne et ses partenaires

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

EOVI MANAGER. des solutions au tempo de votre équipe. qui renouvelle la mutuelle

EOVI MANAGER. des solutions au tempo de votre équipe. qui renouvelle la mutuelle EOVI MANAGER des solutions au tempo de votre équipe SANTé Intégral la qui renouvelle la mutuelle GARANTIE SANTÉ : VOUS la CHOISISSEZ, VOS SALARIÉS la RENFORCENT 1 Vous choisissez la garantie collective

Plus en détail

Programme d'éducation nutritionnelle à l'école maternelle

Programme d'éducation nutritionnelle à l'école maternelle Programme d'éducation nutritionnelle 1 La lutte contre l'obésité infantile : une priorité nationale La prévalence de l obésité infantile ne cesse d augmenter en France et représente une véritable préoccupation

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Appropriation et mise en œuvre du plan cancer par les villes-santé de l OMS.

Appropriation et mise en œuvre du plan cancer par les villes-santé de l OMS. Appropriation et mise en œuvre du plan cancer par les villes-santé de l OMS. Francine MORAT-VUONG Boulogne-Billancourt Vice-présidente du réseau français des villes santé de l OMS. LES VILLES S IMPLIQUENT

Plus en détail

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..)

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..) 1 Enjeu : Dans le contexte socio-économique et sanitaire du Département des Ardennes, les Centres Sociaux structures de proximité peuvent jouer un véritable rôle dans l amélioration de la santé des habitants,

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes. 4 juin 2015 Lille

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes. 4 juin 2015 Lille Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes 5 èmes journées nationales de la Fédération Addictions 4 juin 2015 Lille Monsieur le député, Bernard

Plus en détail

Cahier des acteurs. Décembre 2013 LES JEUNES ET LA SANTE, COMMENT ETRE PLUS SOLIDAIRES?

Cahier des acteurs. Décembre 2013 LES JEUNES ET LA SANTE, COMMENT ETRE PLUS SOLIDAIRES? Les jeunes et la santé : comment être plus solidaires? Synthèse du débat public réalisé sur la base d un travail collectif de 22 jeunes Cahier des acteurs Décembre 2013 Agence Nouvelle des Solidarités

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

de bonnes dents pour bébé

de bonnes dents pour bébé l atelier santé ville présente avec le soutien de de bonnes dents pour bébé Conseils bucco-dentaires aux parents de jeunes enfants www.la-crea.fr l apparition des premières dents Les dents permettent la

Plus en détail

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE Dossier de Presse Contacts presse OFDT : Julie-Emilie Adès/ 01 53 20 95 16 / juade@ofdt.fr MILDT: Patrick Chanson / 01 44 63 20

Plus en détail

SANTE DES ETUDIANTS 2013. emevia - La santé des étudiants en 2013 1

SANTE DES ETUDIANTS 2013. emevia - La santé des étudiants en 2013 1 SANTE DES ETUDIANTS 2013 1 2 1. Contexte et objectifs Présentation d emevia et de ses missions Le premier réseau français de mutuelles étudiantes de proximité qui regroupe 10 mutuelles régionales Les mutuelles

Plus en détail

Pour certains, la maladie est assimilée à une faiblesse (consulter constitue un aveu de défaillance physique).

Pour certains, la maladie est assimilée à une faiblesse (consulter constitue un aveu de défaillance physique). P.R ALPS. Re tour sommaire P ages précédentes Les professionnels de santé ne sont pas toujours bien perçus par les bénéficiaires du RMI, ils éprouvent souvent une certaine méfiance (peur du diagnostic?

Plus en détail

Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013

Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013 Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013 Dr Patricia Saraux-Salaün Xavier Samson Mission santé publique, Ville de Nantes Dr Anne

Plus en détail

POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION ET UN MODE DE VIE PHYSIQUEMENT ACTIF (Adoptée le 12 décembre, 2008)

POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION ET UN MODE DE VIE PHYSIQUEMENT ACTIF (Adoptée le 12 décembre, 2008) POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION ET UN MODE DE VIE PHYSIQUEMENT ACTIF (Adoptée le 12 décembre, 2008) 1. INTRODUCTION En octobre 2006, le gouvernement du Québec lançait son Plan d action gouvernemental

Plus en détail

Baromètre de la protection sociale Vague 3

Baromètre de la protection sociale Vague 3 pour Baromètre de la protection sociale Vague 3-2 ème conférence nationale de la protection sociale - Contacts : Frédéric Dabi Directeur Général Adjoint de l Ifop 10 avril 2013 Note méthodologique Etude

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES FAMILLES DE LA CHARENTE

OBSERVATOIRE DES FAMILLES DE LA CHARENTE OBSERVATOIRE DES FAMILLES DE LA CHARENTE FAMILLES ET PRÉVENTION SANTÉ SYNTHÈSE ENQUÊTE 2013-2014 Les UDAF et URAF ont mis en place des Observatoires des Familles afin de se donner les moyens de produire

Plus en détail

Etude sur la santé mentale des étudiants

Etude sur la santé mentale des étudiants Observatoire Expertise et Prévention pour la Santé des Etudiants Etude sur la santé mentale des étudiants Premiers résultats Novembre 2007 Objectifs et méthode A la demande de La Mutuelle des Etudiants,

Plus en détail

Enquête sur la santé des résidents des foyers Adoma de Saint-Quentin-en-Yvelines

Enquête sur la santé des résidents des foyers Adoma de Saint-Quentin-en-Yvelines Direction de l action sociale, de l habitat et de la santé publique 12 ème congrès national des ORS Territoires et Santé des populations 9 et 10 novembre 2010 Enquête sur la santé des résidents des foyers

Plus en détail

Plan détaillé du règlement intérieur

Plan détaillé du règlement intérieur Plan détaillé du règlement intérieur Présentation 1. Les fonctions de la directrice. A) Son rôle auprès des enfants B) Son rôle auprès des familles C) Son rôle auprès du personnel D) Son rôle administratif

Plus en détail

Info Parcours psy EDITO. N 5 22 janvier 2014. Le point de vue des personnes souffrant de troubles psychiques

Info Parcours psy EDITO. N 5 22 janvier 2014. Le point de vue des personnes souffrant de troubles psychiques EDITO Grâce à votre mobilisation positive, 367 personnes concernées ont répondu au questionnaire sur leur parcours de vie et de soins. C est une belle réussite collective qui nous permettra d être à leur

Plus en détail

"L ACCES AUX SOINS DENTAIRES DES PERSONNES DEMUNIES"

L ACCES AUX SOINS DENTAIRES DES PERSONNES DEMUNIES "L ACCES AUX SOINS DENTAIRES DES PERSONNES DEMUNIES" LE RAPPORTEUR : LE PRESIDENT : LES VICE-PRESIDENTS : M. BRUNO HUSS M. ANDRE DESCAMPS M. BERNARD HOLASSIAN M. GILBERT CHAUVET LE JEUDI 19 JANVIER 2012

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

«Transversalité et nutrition dans les politiques territoriales» Paris 17 mars 2009. Le développement de l activité périscolaire

«Transversalité et nutrition dans les politiques territoriales» Paris 17 mars 2009. Le développement de l activité périscolaire «Transversalité et nutrition dans les politiques territoriales» Paris 17 mars 2009 Le développement de l activité périscolaire Bordeaux Ville santé de l OMS Ville active du PNNS Le conseil local de santé

Plus en détail

La Maison de la Prévention Santé,

La Maison de la Prévention Santé, La Maison de la Prévention Santé, C est Un lieu ressources avec de nombreux documents 3 postes informatiques avec un accès internet et des agents à votre disposition pour effectuer des recherches et autres

Plus en détail

La souffrance psychique des jeunes: le mal-être des étudiants

La souffrance psychique des jeunes: le mal-être des étudiants La souffrance psychique des jeunes: le mal-être des étudiants Laurent Michel Délégué Général de l USEM Marie Portal Etudiante en Master 2 Promotion de la santé, ISPED Stagiaire à l USEM L USEM et les SMERS

Plus en détail

Schéma de Prévention (SP) Prévention et Promotion de la Santé (PPS)

Schéma de Prévention (SP) Prévention et Promotion de la Santé (PPS) LES SCHéMAS Schéma de Prévention (SP) Prévention et Promotion de la Santé (PPS) SOMMAIRE P 5 P 7 PREAMBULE LA REUNION P 63 mayotte Le décret du 18 mai 2010, pris en application de la loi Hôpital, Patients,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Enquête SMEREP «Santé des Etudiants & des Lycéens» - juin 2015

DOSSIER DE PRESSE Enquête SMEREP «Santé des Etudiants & des Lycéens» - juin 2015 è DOSSIER DE PRESSE Enquête SMEREP «Santé des Etudiants & des Lycéens» - juin 2015 CONTACT PRESSE - WE AGENCY - Marine BERGER - Tél. 01 44 37 22 29 07 86 82 78 58 & Emilie Loubié - Tél. 06 62 20 91 97

Plus en détail

FORMATIONS 2015-2016 «PARCOURS DE SOINS DES JEUNES EN ITEP»

FORMATIONS 2015-2016 «PARCOURS DE SOINS DES JEUNES EN ITEP» N activité : 23 76 04 966 76 Coordonnateur : D. BERTHELOT Secrétaire : M. DELHAIE FORMATIONS 2015-2016 «PARCOURS DE SOINS DES JEUNES EN ITEP» «Sensibilisation aux difficultés psychologiques des enfants,

Plus en détail

FICHE REDACTIONNELLE Fichier de préparation de candidature de l équipe à la Journée nationale de l innovation 2015

FICHE REDACTIONNELLE Fichier de préparation de candidature de l équipe à la Journée nationale de l innovation 2015 FICHE REDACTIONNELLE Fichier de préparation de candidature de l équipe à la Journée nationale de l innovation 2015 TITRE Créer un café des parents et un blog pour une co-construction d une communauté éducative

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2013"

L accès aux soins des étudiants en 2013 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 14 ans, à l écoute des étudiants Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Après les années MEP, les années mis. Pour ma mutuelle, je sais où je vais

Après les années MEP, les années mis. Pour ma mutuelle, je sais où je vais Après les années MEP, les années mis Pour ma mutuelle, je sais où je vais Bienvenue dans vos années mis Vos études sont terminées, il vous faut donc passer de votre mutuelle étudiante à une mutuelle spécialisée

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Consultation de prévention en milieu étudiant

Consultation de prévention en milieu étudiant Consultation de prévention en milieu étudiant Pierre Faivre administrateur à l USEM, élu de la SMEREP Maison de la Mutualité Sommaire 1. Vie étudiante en Ile de France : Des mutuelles étudiantes régionales

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA 2 EME REUNION DU SOUS-GROUPE DE 7 SEPTEMBRE 2011. Etaient présents :

COMPTE-RENDU DE LA 2 EME REUNION DU SOUS-GROUPE DE 7 SEPTEMBRE 2011. Etaient présents : COMPTE-RENDU DE LA 2 EME REUNION DU SOUS-GROUPE DE TRAVAIL «MAILLAGE TERRITORIAL / SANTE PSYCHOSOCIALE» 7 SEPTEMBRE 2011 Etaient présents : Marianne Sauzay, Espace 19 Anne-Marie Verdy, La Clepsydre Sylvie

Plus en détail

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX Avril 2009 SOMMAIRE 1. La méthodologie 3 A. L évolution du système de protection sociale 5 B. Les pratiques en matière de protection sociale 9

Plus en détail