L office juridique commente des décisions actuelles

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L office juridique commente des décisions actuelles"

Transcription

1 L office juridique commente des décisions actuelles Heidi Walther Zbinden, avocate, Office juridique, Direction des travaux publics, des transports et de l énergie Les changements dans la procédure d octroi du permis de construire intervenus au effets sur les petites communes L attention des grandes communes et des préfectures a été attirée, sous différentes formes, entre autres par des articles dans le bulletin GAC sur les modifications de la loi sur les constructions (ci-dessous: LC), du décret concernant la procédure d octroi du permis de construire (ci-dessous: DPC) et de la nouvelle loi de coordination (ci-dessous: LCoord), avant et après leur entrée en vigueur et elles ont été instruites en vue des nouveaux instruments et déroulements de procédure. Les petites communes n ont pas reçu d instructions par le canton parce que pour elles tout est plus au moins resté inchangé Mais il s est avéré que les indications et avertissements adressés aux grandes communes et aux préfectures ne sont pas passés inaperçus dans les petites communes. Dans le cadre de procédures de recours nous voyons de plus en plus souvent des dossiers de petites communes qui ont clos une procédure par une décision globale qui pourrait servir d exemple à beaucoup de grandes communes et préfectures. Mais, ce n était pas là l intention du législateur. Dans cet article je voudrais montrer ce que les innovations législatives de 1995 ont changé pour les petites communes, respectivement ce qu elles ont laissé inchangé. 1. Les procédures d octroi du permis de construire menées par les petites communes ne sont pas régies par la LCoord Lors de l élaboration de la LCoord, la majorité de la commission du Grand Conseil et la majorité du Grand Conseil sont parties de l idée que l application de la LCoord serait trop compliquée et exigerait trop de temps pour les petites communes qui le plus souvent ne disposent pas d une personne engagée à plein temps pour l administration en matière de construction. Pour cette raison il a été décidé de ne pas soumettre à la LCoord les procédures d octroi du permis de construire menées par les petites communes (art. 2a, 2 e al. LC)

2 2 Seuls deux principes de la LCoord sont aussi valables pour les petites communes: Principe de la coordination chronologique: En règle générale, le permis de construire n est délivré qu une fois octroyées les autres autorisations exigées par la législation pour le projet (art. 2a, 2 e al., lettre a LC) et toutes les autorisations doivent être notifiées en même temps (art.39, 2 e al. LC). Exceptionnellement on peut déroger à cette règle, si une autre chronologie de l octroi des autorisations paraît plus appropriée (art. 2a, 2 e al. lettre b LC). Principe de l accélération de la procédure: La petite commune est aussi tenue de traiter les demandes de permis de construire sans délai. Aussitôt qu elle dispose des documents requis, elle doit statuer dans les 30 jours. Ce délai d ordre signifie aussi pour la petite commune que le dossier ne doit jamais rester plus de 30 jours sans être traité et sans décision sur la procédure à suivre. Par contre, cette prescription ne signifie pas que plus de 30 jours ne doivent pas s écouler entre le dépôt de la demande complète de permis de construire et la clôture de la procédure. Ce délai total de 30 jours n est applicable qu au cas où aucune autre autorisation n est nécessaire et si l accord écrit des voisins concernés est joint à la demande (cf. art. 27, 3 e al. DPC). Pour le reste, la LCoord est sans importance pour les petites communes en tant qu autorités d octroi du permis de construire. a) La petite commune n est pas tenue de mettre sur pied un programme de procédure, ce qui ne signifie pas qu il lui est interdit d élaborer un plan chronologique du déroulement de la procédure. Cela peut aussi être utile dans une procédure menée par une petite commune. b) En tant qu autorité d octroi du permis de construire la petite commune demande aux offices cantonaux compétents des décisions et non des rapports officiels. Seule l appréciation des services spécialisés de certaines questions controversées selon l art. 22 DPC se fait sous une forme moins contraignante du rapport.

3 3 c) En tant qu autorité d octroi du permis de construire la petite commune ne mène pas de pourparlers de conciliation entre des autorités et des services spécialisés aux avis divergents. d) La petite commune n a pas la compétence de rendre des décisions globales. Comme avant l entrée en vigueur de la LCoord, elle statue uniquement sur la demande de permis de construire et en général par des décisions séparées sur des demandes d autorisations spéciales, pour lesquelles elle est compétente. Les autres décisions des Offices cantonaux ou d autres autorités sont notifiées avec la décision sur la demande de permis de construire, sans toutefois faire partie d une décision globale. Un extrait d une décision récente de la DTTE du (OJ-n o ) illustre ce qui vient d être dit: 1. a) Une décision intitulée décision globale de la commission des constructions de B. est attaquée. La commune de B. a moins de 10'000 habitants. Elle est de ce fait une petite commune au sens de l art. 33, 2 e alinéa de la loi sur les constructions du 9 juin 1985 (LC, RSB 721). La pleine compétence d octroi du permis de construire ne lui a pas été accordée. La commune de B. n applique donc pas la loi de coordination du 21 mars 1994 (LCoord, RSB 724.1) (cf. l art. 1, 1 er al. LCoord en relation avec l art. 2a, 2 e al. LC). Elle n a donc pas non plus le droit de rendre des décisions globales au sens de l art. 9 LCoord. Une autorisation qui, en vertu de la législation fédérale, doit être octroyée par une autorité cantonale c est le cas pour l autorisation dérogatoire pour construction hors de la zone à bâtir ne peut pas être intégrée dans une décision globale d une commune (cf. l art. 4, 3 e al. et l art. 9, 2 e al. lettre b LCoord). La commune de B. n aurait donc pas eu le droit de rendre une décision globale. Elle n aurait pas non plus dû intégrer l autorisation dérogatoire pour construction hors de la zone à bâtir (art. 24 de la loi fédérale sur l aménagement du territoire du 22 juin 1979; LAT, RS 700) dans la décision globale. Mais, comme elle a demandé la décision concernant l autorisation de dérogation selon l art. 24 LAT au préfet compétent, la désignation erronnée et la formulation malencontreuse du dispositif ne constituent pas une raison suffisante pour annuler d office la décision. La désignation erronnée n a pas fait subir de dommage aux parties. e) La procédure de recours étant régie par la LCoord même quand c est une petite commune qui a mené la procédure d octroi du permis de construire, il y a une

4 4 particularité dans l indication des voies de recours: S il a fallu demander en sus de l octroi du permis de construire d autres autorisations, l indication des voies de recours a la teneur suivante: «Dans les 30 jours à compter de sa notification, la décision rendue en matière de permis de construire peut être attaquée devant la Direction des travaux publics, des transports et de l énergie (DTTE), les autres décisions peuvent l être selon les voies de droit qui les régissent. Le recours comprendra les considérants et les motifs. Il sera adressé à la DTTE s il porte à la fois sur la décision rendue en matière de permis de construire et sur d autres décisions.» (cf. «La nouvelle procédure bernoise d octroi du permis de construire», édité en 1994 par la DTTE, la JCE et l Association suisse pour l aménagement national, page 33) Si d autres autorisations n ont pas été nécessaires, l insertion «les autres décisions peuvent l être selon les voies de droit qui les régissent.» est supprimée. Pour le reste, l indication des voies de recours reste inchangée. 2. Les modifications apportées par la loi sur les constructions et le décret concernant la procédure d octroi du permis de construire qui touchent les petites communes: a) Réglementation de la compétence Depuis 1995, la compétence ne dépend plus de l ampleur du projet de construction, mais en premier lieu de l ampleur de la coordination nécessaire. Ce n est pas le nombre d autorisations nécessaires mais leur nature qui détermine la compétence. Le prix de la construction à partir d un millions de francs la compétence passe de la petite commune à la préfecture n est plus qu un critère accessoire. L idée fondamentale était qu une demande de permis de construire pour une maison familiale pour une ou deux familles peut être traitée par la petite commune, s il n y a pas de questions juridiques particulières qui se posent. Cette idée est concrétisée à l art. 9, 1 er alinéa DPC, où sont énumérées les autorisations censées ne pas provoquer de coordination difficile. Si un projet ne nécessite pas d autres autorisations que celles énumérées à l art. 9, 1 er alinéa DPC, la petite commune est elle-même compétente pour octroyer le permis de construire. C est seulement au cas où un projet nécessite une autorisation qui n y est pas énumérée que la compétence passe à la préfecture. En outre, la préfecture est toujours compétente quand un projet porte sur l hôtellerie et la restauration, s il est propre à la commune (art. 8, 2 e al. DPC), s il requiert une étude d impact sur l environnement et si sa réalisation revient à plus d un million de francs (art. 9, 2 e a. DPC). Quant au dernier critère, il faut tenir compte du fait qu il n est pas permis

5 5 de diviser un projet de construction artificiellement en plusieurs projets dans le but d arriver à des montants inférieurs à un million de francs. A titre d illustration, voici un extrait d une décision de la DTTE du (OJ-n o ) ) Les faits: Un projet de construction de six maisons familiales et d une route d accès a été divisé en trois projet de deux maisons familiales et un autre projet pour la route d accès. Le prix pour la réalisation de 2 maisons familiales revenait ainsi à Fr. 970'000.-, ce qui a fait que la petite commune s est considérée compétente. Extrait des considérants: b) La commune de L. a pris les trois décisions, appelées par erreur décision globale, en se fondant sur l art. 33, 2 e alinéa LC. Selon l art. 33, 2 e alinéa LC les communes de moins de 10'000 habitants (dites petites communes) sont compétentes pour examiner les projets de construction qui, selon le décret concernant la procédure d octroi du permis de construire, ne nécessitent que peu de coordination. Or, elles ne prennent pas de décisions globales, mais notifient le permis de construire avec les autres autorisations nécessaires (art. 2a, 2 e alinéa LC). Selon l art. 9, 2 e alinéa DPC les petites communes ne sont plus compétentes lorsque les coûts d une construction dépassent un million de francs. Dans les demandes de permis de construire du les frais de construction pour deux des six maisons projetées sont chiffrés à moins d un million (Fr. 970'000.-). Comme il n y avait pas besoin de demander d autres autorisations que celles énumérées à l art. 9, 1 er alinéa DPC, la commune de L. aurait en principe été compétente pour statuer sur les trois demandes. c) Toutefois, dans le cas particulier, il y a lieu de tenir compte du fait que trois mêmes demandes de permis de construire pour deux maison familiales chacune ont été déposées en même temps, bien que formellement séparées. Or, il est prévu de construire les six maisons familiales sur la même parcelle. De plus, sur les plans (façades et coupes horizontales) soumis sont dessinées les six maisons. En outre, le certificat de conformité pour l isolation thermique des bâtiments du 24 janvier 1997 et la dispense de la construction d un abri antiaérien du 22 janvier 1997 ont été établis dans le cadre d une seule décision pour les trois demandes. L autorisation en matière de protection des eaux pour les six maisons a été établie à la même date (22 avril). De plus, la commune de L. a organisé un seul pourparlers de conciliation pour les trois demandes, le 11 février 1997, et a octroyé les trois permis de construire le même jour. Donc, la construction des six maisons familiales constitue une unité. Compte tenu des procédures parallèles et du fait que les six maisons familiales auraient dû être considérées comme unité, il aurait fallu statuer sur les trois demandes dans le cadre

6 6 d une seule procédure. Si on avait statué sur les trois demandes, les frais de construction auraient certainement dépassé la somme d un million de francs. Une coordination des procédures se serait imposé aussi pour des raisons matérielles:... La division artificielle de ce projet en trois demandes séparées de permis de construire et une demande pour la route d accès est donc inadmissible sur le plan formel et insensé sur le plan matériel. Ce procédé constitue un contournement des prescriptions concernant la compétence. La commune de L. qui est petite au sens de la législation en matière de constructions n était pas compétente de statuer en première instance dans la présente procédure d octroi du permis de construire. Pour ces raisons les permis de construire octroyés par la commune de L. ont été annulés par la DTTE et l affaire a été transmise à la préfecture compétente pour décision. b) Délais d ordre Non seulement le délai d ordre général de 30 jours pour tous les actes de procédure a été introduit au (art. 2a, 2 e alinéa, lettre c LC), mais on a aussi fixé des délais d ordre plus courts pour certains actes de procédure qui sont valables aussi pour les petites communes et qui priment la règle générale. Art. 17, 1 er alinéa DPC: Délai de sept jours ouvrables pour l examen formel provisoire des demandes de permis de construire par l administration communale et, le cas échéant, transmission à la préfecture si la commune n est pas elle-même autorité d octroi du permis de construire. Sont considérés comme jours ouvrables les jours du lundi au vendredi à l exception des jours fériés. Les heures d ouvertures de l administration communale sont sans pertinence, c est à dire que les jours ouvrables comptent, même si l administration communale n est pas ouverte au public certains jours. Art. 18, 3 e alinéa DPC: Délai de dix jours ouvrables pour l examen formel et matériel provisoire de la demande par l autorité d octroi du permis de construire et le renvoi pour correction. Si la commune est elle-même l autorité d octroi du permis de construire, les deux délais des articles 17 et 18 peuvent être additionnés. La commune doit donc soumettre - dans un délai de 17 jours ouvrables au total - la demande de permis de construire à un examen formel et matériel provisoire et, le cas échéant, la renvoyer pour correction, en avertissant qu elle n entrera pas en matière au cas où la demande serait

7 7 entachée de vices formels ou qu elle la rejettera au cas où elle serait entachée de vices matériels. Art. 33, 1 er alinéa DPC: Si des oppositions ou réserves de droit sont formées contre le projet, l autorité d octroi du permis de construire les envoie dans les sept jours ouvrables qui suivent l expiration du délai d opposition aux requérants et aux autorités concernées. Les délais mentionnés sont des délais d ordre, c est à dire que leur inobservation par les autorités n entraîne pas de conséquences directes. Toutefois, l autorité d octroi du permis de construire qui dépasse plusieurs fois ou de beaucoup ces délais risque un recours pour retard injustifié dans le traitement de l affaire. En outre, l autorité de surveillance peut intervenir. c) petite procédure ou procédure ordinaire? Les modifications apportées par la nouvelle législation en matière de construction touchent également la question de savoir s il y a lieu de mener une procédure ordinaire ou une procédure simplifiée. Désormais les petites communes ont aussi la possibilité de mener des procédures ordinaires car la compétence et le mode de procédure ne sont plus liés. L énumération à l art. 27, 1 er alinéa DPC des cas pour lesquels une publication n est pas nécessaire et où une communication écrite aux voisins suffit est limitative. Les projets qui n y sont pas mentionnés doivent toujours être publiés. A noter également les réserves formulées aux alinéas 4 et 5 de l art. 27 DPC. Si un projet énuméré au premier alinéa doit être publié parce que le cercle des voisins concernés ne peut être défini avec précision (réserve de l art. 4), il est tout de même possible d octroyer un petit permis de construire. Par contre, dans les cas énumérés à l alinéa 5, l octroi d un petit permis est exclu. Dans ces cas-là, il faut octroyer un permis de construire ordinaire. La différence entre les deux réserves est importante parce que les recours formulés contre l octroi d un petit permis de construire sont jugés en dernière instance par la DTTE, tandis que les décisions rendues sur recours formulés contre l octroi d un permis de construire ordinaire peuvent être attaquées par voie de recours au Tribunal administratif (cf. art. 40, 4 e alinéa LC). d) examen matériel et publication, chronologie Une innovation apportée surtout par la LCoord qui concerne aussi les petites communes: Il n est plus prescrit dans quel ordre il faut procéder à l examen matériel et à la publication d une demande de permis de construire. Par exemple, si l autorité d octroi du permis de

8 8 construire a des doutes concernant l octroi des autorisations spéciales nécessaires pour le projet, elle a la possibilité de demander toutes les décisions nécessaires des autorités compétentes pour ces autorisations avant de publier la demande d octroi du permis de construire et de passer à la publication seulement quand toutes les autorisations spéciales sont octroyées. Elle peut aussi procéder en sens inverse ou, ce qui constitue normalement le déroulement le plus rapide, examiner matériellement la demande et la publier en même temps. C est du seul ressort de l autorité d octroi du permis de construire de décider sur le procédé. Toutefois, elle doit toujours s orienter au but de la simplification et de l accélération de la procédure. Et les droits des parties ne doivent pas être restreints par le choix du procédé. Si l autorité commence par demander les décisions nécessaires et ne publie la demande qu après, une opposition contre une autorisation spéciale doit encore être transmise à l autorité compétente (voir art er al. DPC) et sa prise de position concernant cette opposition doit être demandée. Le cas échéant, cette autorité devra prendre une nouvelle décision. e) Refus sans publication Si, après l examen matériel, il s avère que le projet ne peut pas être autorisé, l autorité d octroi du permis de construire peut rejeter la demande après avoir entendu le requérant ou la requérante, même si la publication n a pas encore eu lieu (art. 24 DPC). Par cette innovation introduite au le législateur a légalisé une pratique courante des communes et des préfectures. f) Qualité pour faire opposition Seules ont qualité pour faire opposition les organisations privées, constituées sous forme de personne morale et qui existent au moins depuis cinq ans au moment de la publication du projet de construction (art e al. lettre b LC, art. 29, lettre b DPC). g) Motifs d opposition Depuis le il ne suffit plus aux voisins et voisines d être directement touchés par le projet de construction dans leurs intérêts personnels dignes de protection pour qu ils puissent soulever n importe quel grief. Au contraire, ils doivent justifier d un intérêt digne de protection qui leur est propre à l appui de chacun des griefs soulevés (art. 35a, 1 er al. LC, art. 30, 1 er al. DPC). Cela signifie que par exemple les voisins ne peuvent pas critiquer que la surface d une pièce ou d une fenêtre soit trop petite, puisque, en tant que voisins, il ne sont

9 9 pas lésés par des pièces trop petites ou une exposition insuffisante de la construction projetée. Ils n ont donc pas d intérêt digne de protection qui leur est propre à l appui de ce grief. Par contre, le Tribunal administratif a continué à déclarer recevable des oppositions pour cause de non-respect de prescriptions esthétiques, ce qui, d après la majorité de la commission du Grand Conseil ne devrait justement plus être le cas. Mais cette restriction des griefs à invoquer, relevant du droit cantonal, n est pas appliquée si le grief controversé peut être invoqué par un recours de droit administratif au Tribunal fédéral. C est toujours le cas, quand dans la procédure d octroi du permis de construire on applique du droit fédéral ou du droit d exécution cantonal y afférent (par exemple la loi fédérale sur l aménagement du territoire et les articles 81 à 83 LC ou la loi fédérale sur la protection de la nature et du paysage) h) Pourparlers de conciliation Depuis le , l autorité d octroi du permis de construire peut décider librement si elle veut organiser des pourparlers de conciliation ou non, sauf si les requérants ou les opposants y renoncent. Dans ce cas-là, il n y a pas lieu d organiser des pourparlers de conciliation qui ne pourraient que prolonger inutilement la procédure, puisque ni l une ni l autre des parties n est prête à négocier. Le fait de ne pas organiser des pourparlers de conciliation ne constitue donc pas une violation du droit d être entendu, contrairement à ce que croient la plupart des recourants. A titre d exemple voici un extrait d une décision de la DTTE du (OJ-n o ): Selon l art. 34, 1 er alinéa DPC l autorité d octroi du permis de construire peut organiser des pourparlers de conciliation si les participants n y renoncent pas. Cela signifie que l autorité d octroi du permis de construire ne doit pas inviter à des pourparlers de conciliation si elle ne le juge pas nécessaire. Les parties n ont pas un droit d exiger l organisation de pourparlers de conciliation, puisque le Décret concernant la procédure d octroi du permis de construire les laisse à la libre appréciation de l autorité d octroi du permis de construire. Une renonciation peut être raisonnable quand une conciliation paraît très peu probable. Si l autorité d octroi du permis de construire estime que des pourparlers de conciliation n ont aucune chance de succès, elle peut y renoncer même si les requérants et les opposants la souhaitent. i) Les demandes de dérogation déposées a posteriori Si, après la publication, on constate qu un projet de construction nécessite une demande de dérogation supplémentaire et que celle-ci est encore déposée, elle doit faire l objet d une

10 10 publication ultérieure dans le cadre d une procédure ordinaire (art. 44, 1 er al. DPC). Quand il s agit d une procédure d octroi d un petit permis de construire, une publication de la demande de dérogation n est pas nécessaire, sauf au cas où le projet nécessiterait une procédure ordinaire à cause de la dérogation demandée (p.ex. si on constatait alors qu une dérogation au sens de l art. 24 LAT est nécessaire). Dans ce cas-là, la demande de permis de construire, y compris la dérogation demandée, devrait être publiée. k) Décision Comme il a déjà été dit sous chiffre 1, les petites communes ne peuvent pas rendre de décisions globales. Il ressort de l art. 36 DPC ce qui peut faire l objet de la décision qui doit être intitulée permis de construire ou rejet de la demande de permis de construire (et non décision globale, ou autres). Quant à la formulation de l indication des voies de recours, voire sous chiffre 1 lettre e. l) Notification La décision accompagnée des autres autorisations est à notifier aux parties (art. 39, 2 e al. LC). En outre, depuis le les décisions doivent être notifiées non seulement aux parties, c est à dire aux requérants et aux opposants, mais également aux services cantonaux qui ont rendu une décision dans la procédure en question (art. 39, 2 e al. lettre c LC). Et elle doit également être portée à la connaissance des services spécialisés consultés selon l art. 22 DPC (art. 37, 2 e alinéa DPC). Comme précédemment, les personnes ayant fait une déclaration de réserve de droit reçoivent un exemplaire de la décision. En outre, l autorité d octroi du permis de construire envoie au géomètre conservateur ou à la géomètre conservatrice une copie du permis de construire et une copie du plan de situation, sauf si le permis de construire ne concerne que des travaux exécutés à l'intérieur de bâtiments ou d installations existants (art. 37, 3 e al. DPC).

Loi fédérale sur l acquisition et la perte de la nationalité suisse

Loi fédérale sur l acquisition et la perte de la nationalité suisse Loi fédérale sur l acquisition et la perte de la nationalité suisse (Loi sur la nationalité, LN) 1 141.0 du 29 septembre 1952 (Etat le 1 er janvier 2013) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse,

Plus en détail

REGLEMENT LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG

REGLEMENT LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG ASSOCIATION DES MEDECINS DU CANTON DE GENEVE REGLEMENT de LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG adopté par son Conseil le septembre 0 et entré en vigueur à cette date AMG Rue Micheli-du-Crest

Plus en détail

RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES

RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES Interprétation RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES 1. (1) Les définitions qui suivent s appliquent aux présentes règles : «Loi» La Loi sur l identification

Plus en détail

RECOURS CONTRE UNE DECISION DE REFUS D ADMISSION DANS UNE FILIERE APRES UN ECHEC DEFINITIF

RECOURS CONTRE UNE DECISION DE REFUS D ADMISSION DANS UNE FILIERE APRES UN ECHEC DEFINITIF Référence Titre Résumé Arrêt 2013.9 du 12 février 2014 en la cause X. contre la Direction générale de la Haute école de Genève et la Haute Ecole du paysage, d ingénierie et d architecture de Genève (HEPIA).

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : K. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 101 Appel n o : GE-14-945 ENTRE : K. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

Loi fédérale sur les professions relevant du domaine de la psychologie *

Loi fédérale sur les professions relevant du domaine de la psychologie * Loi fédérale sur les professions relevant du domaine de la psychologie * (Loi sur les professions de la psychologie, LPsy) 935.81 du 18 mars 2011 (Etat le 1 er septembre 2013) L Assemblée fédérale de la

Plus en détail

Règlement d attribution de logements communaux

Règlement d attribution de logements communaux Régie foncière de la Commune d Evere Page 1 de 7 Règlement d attribution de logements communaux Approuvé par le Conseil Communal d Evere en séance du 25. 04. 2013. Article 1 : Objet Le présent règlement

Plus en détail

Droit de la protection de l adulte

Droit de la protection de l adulte 26 CHAPITRE 3 Droit de la protection de l adulte A l issue de longs travaux préparatoires, le droit de la protection de l adulte (art. 360 à 456 CC 21 ) a été adopté par les Chambres fédérales le 19 décembre

Plus en détail

Cour de cassation Chambre sociale Arrêt 10 juillet 2013

Cour de cassation Chambre sociale Arrêt 10 juillet 2013 jeudi 5 septembre 2013 Cour de cassation Chambre sociale Arrêt 10 juillet 2013 Mme X. / Vacances Carrefour DISCUSSION Sur le moyen unique Attendu, selon l arrêt attaqué (Versailles, 8 septembre 2011),

Plus en détail

Retrait d enfants placés

Retrait d enfants placés Page 1 de 10 Retrait d enfants placés Cette section contient les normes et les principes directeurs provinciaux qui régissent le retrait d un enfant du foyer nourricier où il a été placé. Elle s applique

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

Note : le masculin inclut le féminin et est utilisé dans le seul but d alléger le texte.

Note : le masculin inclut le féminin et est utilisé dans le seul but d alléger le texte. VERSION OFFICIELLE RÈGLEMENT NO 8-2010 CONCERNANT LE TRAITEMENT DES PLAINTES D ÉLÈVES OU DE PARENTS D ÉLÈVES ET CONCERNANT LE PROTECTEUR DE L ÉLÈVE Adopté le 6 avril 2010 Service du secrétariat général

Plus en détail

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 mai 2014. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

13.046. du 29 mai 2013. Madame la Président, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

13.046. du 29 mai 2013. Madame la Président, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, 13.046 Message relatif à la loi fédérale sur des mesures visant à faciliter le règlement du différend fiscal entre les banques suisses et les Etats-Unis d Amérique du 29 mai 2013 Madame la Président, Monsieur

Plus en détail

RECOURS CONTRE UNE DECISION EN MATIERE D ECHEC DEFINITIF

RECOURS CONTRE UNE DECISION EN MATIERE D ECHEC DEFINITIF Référence Titre Résumé Arrêt 2015.9 du 25 novembre 2015 en la cause X. contre la Commission de recours de la Haute Ecole Arc. RECOURS CONTRE UNE DECISION EN MATIERE D ECHEC DEFINITIF Décision : rejet du

Plus en détail

Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine

Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine ANNEXE V Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine Définitions Article premier I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Aux fins du présent règlement, on

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2éme section) Décision du 20 janvier 2011

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2éme section) Décision du 20 janvier 2011 Recours 10/67 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2éme section) Décision du 20 janvier 2011 Dans l affaire enregistrée au greffe de la Chambre sous le no 10/67 ayant pour objet un recours introduit

Plus en détail

Loi sur le Tribunal fédéral des brevets

Loi sur le Tribunal fédéral des brevets Loi sur le Tribunal fédéral des brevets (LTFB) Avant-projet du... L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l'art.191a, al. 3, de la Constitution 1, vu le message du Conseil fédéral du... 2,

Plus en détail

Agrément des experts en prévoyance professionnelle

Agrément des experts en prévoyance professionnelle français Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle (CHS PP) D 01/2012 Agrément des experts

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FIXANT LES CLAUSES ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CONCESSION DE GRE A GRE DES TERRAINS NUS CONFIES EN GESTION A L ANIREF PREAMBULE

CAHIER DES CHARGES FIXANT LES CLAUSES ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CONCESSION DE GRE A GRE DES TERRAINS NUS CONFIES EN GESTION A L ANIREF PREAMBULE CAHIER DES CHARGES FIXANT LES CLAUSES ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CONCESSION DE GRE A GRE DES TERRAINS NUS CONFIES EN GESTION A L ANIREF PREAMBULE Le présent cahier des charges fixe, conformément aux

Plus en détail

Loi sur la nationalité suisse

Loi sur la nationalité suisse Délai référendaire: 9 octobre 2014 Loi sur la nationalité suisse (LN) du 20 juin 2014 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 38 de la Constitution 1, vu le message du Conseil fédéral

Plus en détail

Loi fédérale sur les garanties de procédure accordées en cas d indemnisation pour nuisances sonores

Loi fédérale sur les garanties de procédure accordées en cas d indemnisation pour nuisances sonores Loi fédérale sur les garanties de procédure accordées en cas d indemnisation pour nuisances sonores (Projet) du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le rapport de la Commission de l environnement,

Plus en détail

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION Article premier En l absence de traités, les conditions, la procédure et les effets

Plus en détail

510.411 Ordonnance concernant la protection des informations de la Confédération

510.411 Ordonnance concernant la protection des informations de la Confédération Ordonnance concernant la protection des informations de la Confédération (Ordonnance concernant la protection des informations, OPrI) du 4 juillet 2007 (Etat le 1 er janvier 2015) Le Conseil fédéral, vu

Plus en détail

Règlement du Bureau d expertises extrajudiciaires de la FMH. du 1 er février 2002 (Etat le 1 er juin 2015) 1

Règlement du Bureau d expertises extrajudiciaires de la FMH. du 1 er février 2002 (Etat le 1 er juin 2015) 1 Règlement du Bureau d expertises extrajudiciaires de la FMH du 1 er février 2002 (Etat le 1 er juin 2015) 1 I Généralités, conditions requises pour saisir le bureau d expertises Art. 1 Rôle du bureau d

Plus en détail

Messieurs les Préfets de région Mesdames et messieurs les Préfets de département Monsieur le Préfet de police

Messieurs les Préfets de région Mesdames et messieurs les Préfets de département Monsieur le Préfet de police Paris, le 19 mars 2007 Le ministre d Etat, ministre de l Intérieur et de l Aménagement du Territoire Le ministre des Affaires Etrangères à Messieurs les Préfets de région Mesdames et messieurs les Préfets

Plus en détail

POLITIQUE 5.6 OFFRES PUBLIQUES DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS

POLITIQUE 5.6 OFFRES PUBLIQUES DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS POLITIQUE 5.6 OFFRES PUBLIQUES DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS Champ d application de la politique La présente politique expose la procédure et les politiques de la Bourse applicables aux

Plus en détail

MODALITES D'OBTENTION D'UNE AUTORISATION DE STATIONNEMENT

MODALITES D'OBTENTION D'UNE AUTORISATION DE STATIONNEMENT FICHE N 1 MODALITES D'OBTENTION D'UNE AUTORISATION DE STATIONNEMENT - Code des transports. - Décret n 95-935 du 17 août 1995 modifié REPRISE D UNE ADS A TITRE ONEREUX REPRISE D UNE AUTORISATION NON CESSIBLE

Plus en détail

Projet de loi n o 156

Projet de loi n o 156 PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 156 Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection et à la réhabilitation

Plus en détail

Congés payés : comment gérer les imprévus?

Congés payés : comment gérer les imprévus? Congés payés : comment gérer les imprévus? La période des congés payés a d ores et déjà débuté. Les dates de chacun sont arrêtées depuis plusieurs semaines et certains sont déjà partis. Restent les imprévus

Plus en détail

07.11.12. Les problèmes juridiques dans la vie quotidienne. Autonomie et protection de personnes atteintes de démence

07.11.12. Les problèmes juridiques dans la vie quotidienne. Autonomie et protection de personnes atteintes de démence Formation continue de l Association Alzheimer Suisse Autonomie et protection de personnes atteintes de démence Marianne Wolfensberger Lausanne, 6 novembre 2012 Abandon Mandat pour cause d inaptitude Tutelle

Plus en détail

La réforme du CoBAT. Partie Urbanisme. Stéphanie Hanssens

La réforme du CoBAT. Partie Urbanisme. Stéphanie Hanssens La réforme du CoBAT Partie Urbanisme Stéphanie Hanssens Soumission expresse à PU de la modification du nombre de logements (article 98, 1 er, nouveau 12 ) La liste des actes et travaux soumis à permis

Plus en détail

Ordonnance sur l infrastructure aéronautique

Ordonnance sur l infrastructure aéronautique Ordonnance sur l infrastructure aéronautique (OSIA) Projet Modification du Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 23 novembre 1994 1 sur l infrastructure aéronautique est modifiée comme suit:

Plus en détail

Guide pour le traitement des données personnelles dans le secteur privé

Guide pour le traitement des données personnelles dans le secteur privé Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence PFPDT Guide pour le traitement des données personnelles dans le secteur privé Août 2009 Feldeggweg 1, 3003 Berne Tél. 058 463 74 84, Fax

Plus en détail

SARL RDLM ASSOCIES - AGENCE RACINE CONDITIONS GENERALES DE VENTE

SARL RDLM ASSOCIES - AGENCE RACINE CONDITIONS GENERALES DE VENTE SARL RDLM ASSOCIES - AGENCE RACINE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Article 1 Objet Les présentes conditions générales de vente régissent les relations contractuelles entre le client et la société à responsabilité

Plus en détail

Ordonnance sur les installations servant au tir hors du service

Ordonnance sur les installations servant au tir hors du service Ordonnance sur les installations servant au tir hors du service (Ordonnance sur les installations de tir) 510.512 du 15 novembre 2004 (Etat le 7 décembre 2004) Le Département fédéral de la défense, de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Versailles N 12VE00585 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre Mme COËNT-BOCHARD, président Mme Sylvie MEGRET, rapporteur Mme BESSON-LEDEY, rapporteur public SCP VAILLANT &

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

- - 39 TABLEAU COMPARATIF. Textes des propositions de loi. Proposition de loi n 391 (1996-1997) relative à l obligation de scolarité.

- - 39 TABLEAU COMPARATIF. Textes des propositions de loi. Proposition de loi n 391 (1996-1997) relative à l obligation de scolarité. - - 39 TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi n 391 (1996-1997) relative à l obligation de scolarité Proposition de loi tendant à renforcer le contrôle de l obligation scolaire Ordonnance n 59-45 du 6 janvier

Plus en détail

Guide. Spécialiste en assurance-maladie. Version 2015. concernant l examen professionnel de

Guide. Spécialiste en assurance-maladie. Version 2015. concernant l examen professionnel de Guide Version 2015 concernant l examen professionnel de Spécialiste en assurance-maladie Éditorial Le présent guide fait partie intégrante du règlement du 23 mai 2008 concernant l examen ci-dessous. Toutes

Plus en détail

DEMANDE DE RÉVISION DU RÔLE D ÉVALUATION FONCIÈRE

DEMANDE DE RÉVISION DU RÔLE D ÉVALUATION FONCIÈRE Gouvernement du Québec CODE GÉOGRAPHIQUE Ministère des Affaires municipales et de la Métropole DEMANDE DE RÉVISION DU RÔLE D ÉVALUATION FONCIÈRE RÔLE MUNICIPALITÉ : VISÉ : (Ville, village, paroisse, etc.,

Plus en détail

Loi sur les dessins et modèles

Loi sur les dessins et modèles Loi sur les dessins et modèles (no 125 du 13 avril 1959, modifiée en dernier lieu par la loi no 116 de 1994)* TABLE DES MATIÈRES** Chapitre I er : Chapitre III : Chapitre III : Chapitre IV : Section 1

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : V. L. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 22 Appel n o : GE-14-30 ENTRE : V. L. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE

Plus en détail

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne.

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne. Que faire après une OQTF? (OQTF = Obligation de quitter le territoire français) Liste des abréviations ANAEM = Agence nationale pour l accueil des étrangers et des migrations APRF= Arrêté préfectoral de

Plus en détail

LOI N 21/95/ADP PORTANT CREATION, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS

LOI N 21/95/ADP PORTANT CREATION, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS La loi du 2195 ADP du 16 MAI 1995 LOI N 21/95/ADP PORTANT CREATION, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS L ASSEMBLEE DES DEPUTES DU PEUPLE Vu la Constitution Vu la résolution n 01/ADP

Plus en détail

Politique de gestion contractuelle

Politique de gestion contractuelle Politique de gestion contractuelle Décembre 2010 (modifiée juin 2011) Table des matières SECTION 1 : Objectifs, définitions et champs d application...3 1.1 Objectifs...3 1.2 Éthique...3 1.3 Portée...4

Plus en détail

asa Directives relatives aux cours de perfectionnement OMCo Ordonnance sur les moniteurs de conduite

asa Directives relatives aux cours de perfectionnement OMCo Ordonnance sur les moniteurs de conduite Formation continue des moniteurs de conduite Weiterbildung Fahrlehrer Formazione continua dei maestri conducenti asa ASSOCIATION DES SERVICES DES AUTOMOBILES VEREINIGUNG DER STRASSENVERKEHRSÄMTER ASSOCIAZIONE

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes Retour au sommaire N 8 du 26 septembre 2006 Arrêt de la cour d appel de Paris (1 re chambre, section H) en date du

Plus en détail

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs S O M M A I R E Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs Page 1 CHAPITRE I Dispositions générales page 1 CHAPITRE II Organisation et compétence page 1 CHAPITRE III Procédures page 2

Plus en détail

Guide pratique 1 destiné aux notaires concernant le droit successoral et les inventaires

Guide pratique 1 destiné aux notaires concernant le droit successoral et les inventaires Préfectures du canton de Berne www.be.ch/prefectures Guide pratique 1 destiné aux notaires concernant le droit successoral et les inventaires 1. Mandat d établir un inventaire Inventaire fiscal Un inventaire

Plus en détail

Ein Kommentar Un commentaire

Ein Kommentar Un commentaire 1 SZS/RSAS 51/2007 Ein Kommentar Un commentaire Quelques réflexions sur le devoir de renseignement des assurances sociales suite à l ATFA du 14 juillet 2006 C 335/05 Par Jean-Michael Duc, Sion 1. Bref

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-224 QPC du 24 février 2012. Coordination pour la sauvegarde du bois de Boulogne

Commentaire. Décision n 2011-224 QPC du 24 février 2012. Coordination pour la sauvegarde du bois de Boulogne Commentaire Décision n 2011-224 QPC du 24 février 2012 Coordination pour la sauvegarde du bois de Boulogne (Validation législative de permis de construire) La Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel

Plus en détail

TRIBUNAL DU CONTENTIEUX

TRIBUNAL DU CONTENTIEUX TRIBUNAL DU CONTENTIEUX ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES Cas n : UNDT/GVA/2010/076 Jugement n : UNDT/2011/166 Date : 21 septembre 2011 Original : français Devant : Greffe : Greffier : Juge Jean-François

Plus en détail

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes.

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Ziad LATTOUF 1 LZ Pour entrer en Algérie, l étranger doit accomplir quelques formalités. Etre détenteur d'un

Plus en détail

Citation : P. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 987 P. G.

Citation : P. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 987 P. G. [TRADUCTION] Citation : P. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 987 Date : Le 17 août 2015 Numéro de dossier : AD-15-260 DIVISION D APPEL Entre: P. G. Appelant et Ministre

Plus en détail

DOCUMENT. Conditions de vente

DOCUMENT. Conditions de vente IDEST Communication SA DOCUMENT DOC-F-7.5.1.2-Conditions de vente- FR.docx Date d application : 11/04/2016 Conditions de vente TABLE DES MATIÈRES 1.1. GÉNÉRALITÉS... 2 1.2. OFFRES... 2 1.3. COMMANDE...

Plus en détail

Procédure relative aux conseils de disciplines

Procédure relative aux conseils de disciplines Annexe 5 Procédure relative aux conseils de disciplines I - LES REGLES RELATIVES A LA MISE EN PLACE DU CONSEIL DE DISCIPLINE. C est au chef d établissement qu il revient d apprécier, s il y a lieu, d engager

Plus en détail

M. Béraud (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Béraud (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 30/10/2012 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 septembre 2012 N de pourvoi: 11-15384 11-21994 Non publié au bulletin Rejet M. Béraud (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

Aéroport International de Genève (AIG)

Aéroport International de Genève (AIG) Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC 3003 Berne, le 15 septembre 2011 Aéroport International de Genève (AIG) Approbation des plans Remplacement

Plus en détail

954.193 Ordonnance de la Commission fédérale des banques sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières

954.193 Ordonnance de la Commission fédérale des banques sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières Ordonnance de la Commission fédérale des banques sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières (Ordonnance de la CFB sur les bourses, OBVM-CFB) du 25 juin 1997 (Etat le 20 décembre 2005) La Commission

Plus en détail

LOI SUR L ADOPTION RENFORÇANT LES DROITS DE L ADOPTÉ DANS SA NOUVELLE FAMILLE

LOI SUR L ADOPTION RENFORÇANT LES DROITS DE L ADOPTÉ DANS SA NOUVELLE FAMILLE LOI SUR L ADOPTION RENFORÇANT LES DROITS DE L ADOPTÉ DANS SA NOUVELLE FAMILLE Moniteur No Avril.. DÉCRET DU 4 AVRIL 1974 SUR L ADOPTION RENFORÇANT LES DROITS DE L ADOPTÉ DANS SA NOUVELLE FAMILLE DÉCRET

Plus en détail

LC 08 313. Toute désignation de personne, de statut ou de fonction dans le présent règlement vise indifféremment l homme ou la femme.

LC 08 313. Toute désignation de personne, de statut ou de fonction dans le présent règlement vise indifféremment l homme ou la femme. Règlement relatif à l utilisation du domaine public de la Ville de Carouge LC 08 33 du 9 mai 03 Entrée en vigueur : er juillet 03 Vu la loi sur le domaine public (L 05), vu la loi sur les routes (L 0)

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I CHAMPS D APPLICATION ET INTERPRÉTATION...2

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I CHAMPS D APPLICATION ET INTERPRÉTATION...2 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I CHAMPS D APPLICATION ET INTERPRÉTATION...2 1. Objet...2 2. Interprétation...3 3. Champ d application...3 4. Définition...3 CHAPITRE II MESURES...3 Section I : Comité de sélection...3

Plus en détail

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE SOCIAL N 31 SOCIAL N 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 7 février 2006 ISSN 1769-4000 LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE

Plus en détail

La Loi sur la protection du consommateur et la location à long terme d une automobile

La Loi sur la protection du consommateur et la location à long terme d une automobile La Loi sur la protection du consommateur et la location à long terme d une automobile Les contrats de location d une automobile d une durée de quatre mois ou plus qui interviennent entre un commerçant

Plus en détail

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l audience ; Après avoir entendu au cours de l audience publique du 24 novembre 2009 :

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l audience ; Après avoir entendu au cours de l audience publique du 24 novembre 2009 : Cour Administrative d Appel de Bordeaux 6 ème chambre (formation à 3) 22 décembre 2009 Rejet Sources : - http://www.legifrance.gouv.fr Références au greffe : - Pourvoi n 08BX02277 Références de publication

Plus en détail

Les notions suivantes sont utilisées pour l'application du Règlement des services de paiement:

Les notions suivantes sont utilisées pour l'application du Règlement des services de paiement: Société anonyme Prêteur Numéro d agrément: 937 Courtier en assurances n Fsma: 011671A Burgstraat 170-9000 Gent Tél.:09 224 73 11 Fax: 09 223 34 72 TVA BE 0400.028.394 RPM Gent www.europabank.be Règlement

Plus en détail

Règlement commun des Commissions de recherche du Fonds national suisse

Règlement commun des Commissions de recherche du Fonds national suisse www.snf.ch Wildhainweg, case postale 8, CH-00 Berne Conseil national de la recherche Règlement commun des Commissions de recherche du Fonds national suisse (Règlement faîtier) du 0 mars 0 approuvé par

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes

Conditions Générales de Ventes Conditions Générales de Ventes Les présentes conditions générales sont relatives à l utilisation du Site web www.izzyworld.eu et à la vente des produits de la société à responsabilité limitée CTC Craft,

Plus en détail

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES LA COUR C ON S T I T U T I O N N E L LE D E B E LG I QU E P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES 2014 3 TABLE DES MATIERES 1 1. DE LA COUR D ARBITRAGE À LA COUR CONSTITUTIONNELLE 5 a) Création de la Cour

Plus en détail

DÉCLARATION. du Président de la Cour européenne des droits de l homme concernant les

DÉCLARATION. du Président de la Cour européenne des droits de l homme concernant les DÉCLARATION du Président de la Cour européenne des droits de l homme concernant les DEMANDES DE MESURES PROVISOIRES (Article 39 du règlement de la Cour) Face à une augmentation alarmante du nombre des

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Nos coordonnées Dénomination : SILURES.BE Adresse : Rue Fabricienne, 21-4130 Esneux (Belgique) N entreprise : 0880 007 655 Adresse e-mail : Info@silures.be Téléphone : 0032(0)487

Plus en détail

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 janvier 2011. LETTRE RECTIFICATIVE au projet de loi (n 2494) relatif

Plus en détail

Tribunal administratif

Tribunal administratif Nations Unies AT/DEC/1195 Tribunal administratif Distr. limitée 30 septembre 2004 Français Original : anglais TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 1195 Affaire No 1290 : NEWTON Contre : Le Secrétaire général

Plus en détail

Naturalisation. 18 juillet 2011

Naturalisation. 18 juillet 2011 FICHE AVSM NOM DE LA FICHE NO PLAN DE CLASSEMENT 1.11.0160 DATE D'EMISSION 11 juillet 2011 DATE DE VERIFICATION PAR LE SECRI 18 juillet 2011 1.- Bases légales Loi fédérale sur l acquisition et la perte

Plus en détail

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit :

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit : CINQUIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 45827/07 présentée par Mathieu JACQUIER contre la France La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 1 er

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE SUR LE SERVICE DE PIQUET

AIDE-MÉMOIRE SUR LE SERVICE DE PIQUET Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à l économie SECO Conditions de travail Protection des travailleurs AIDE-MÉMOIRE SUR LE SERVICE DE PIQUET LTr:

Plus en détail

Statuts de Givaudan SA

Statuts de Givaudan SA Statuts de Givaudan SA Avril 2013 TABLE DES MATIÈRES Section 1 Raison Sociale, Siege et But... 3 Section 2 Capital... 4 Section 3 Organisation... 7 Section 4 Etablissement des Comptes et Emploi du Bénéfice...

Plus en détail

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française La Financial Supervisory Commission de La République de Corée et la Commission Bancaire de la République française Considérant le fait que certaines banques et autres établissements financiers constitués

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS

CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS DOCUMENTATION DISCIPLINE 05 49 44 57 96 http://www.cgtlaborit.fr CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS DOCUMENT EDITE PAR LE SYNDICAT CGT DU C.H Henri LABORIT Année 2006

Plus en détail

Préavis pour l'octroi d'un crédit d'étude en vue de la révision du plan général d'affectation (PGA) Commune de LAVEY-MORCLES

Préavis pour l'octroi d'un crédit d'étude en vue de la révision du plan général d'affectation (PGA) Commune de LAVEY-MORCLES Commune de LAVEY-MORCLES Préavis de la Municipalité au Conseil communal N 09/2015 Préavis pour l'octroi d'un crédit d'étude en vue de la révision du plan général d'affectation (PGA) Lavey, le 30 juillet

Plus en détail

Composition Président: Adrian Urwyler Jérôme Delabays, Michel Favre

Composition Président: Adrian Urwyler Jérôme Delabays, Michel Favre Kantonsgericht KG Rue des Augustins 3, case postale 1654, 1701 Fribourg T +41 26 304 15 00, F +41 26 304 15 01 www.fr.ch/tc 102 2015 188 Arrêt du 14 septembre 2015 II e Cour d appel civil Composition Président:

Plus en détail

DIRECTIVE du Conseil d Etat sur l intégration des panneaux solaires thermiques et photovoltaïques dans le patrimoine bâti et paysager

DIRECTIVE du Conseil d Etat sur l intégration des panneaux solaires thermiques et photovoltaïques dans le patrimoine bâti et paysager DIRECTIVE du Conseil d Etat sur l intégration des panneaux solaires thermiques et photovoltaïques dans le patrimoine bâti et paysager Table des matières page 1. Préambule 2 2. Bases légales de la directive

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 364551 ECLI:FR:CESSR:2013:364551.20130311 Mentionné dans les tables du recueil Lebon Mme Laurence Marion, rapporteur M. Bertrand Dacosta, rapporteur public FOUSSARD ; SCP BOULLOCHE, avocat(s)

Plus en détail

Requête présentée par le locataire pour obtenir un remboursement dû par le locateur

Requête présentée par le locataire pour obtenir un remboursement dû par le locateur Formule T1 Requête présentée par le locataire pour obtenir un remboursement dû par le locateur Directives Section A : Quand utiliser cette formule.. p. 1 Section B : Comment remplir cette formule p. 2

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL

REPUBLIQUE DU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE UN BUT UNE FOI LOI N 2006-04 DU 4 JANVIER 2006, PORTANT CREATION DU CONSEIL NATIONAL DE REGULATION DE L AUDIOVISUEL (CNRA) Exposé des motifs Le présent projet de loi a pour

Plus en détail

Révocation de procurations et héritiers avides non coopératifs dans le cadre d une gestion de mandat

Révocation de procurations et héritiers avides non coopératifs dans le cadre d une gestion de mandat Révocation de procurations et héritiers avides non coopératifs dans le cadre d une gestion de mandat Considérants Curatelle de vieillesse combinée pour la gestion du patrimoine et de soins prodigués. Le

Plus en détail

Elles sont issues du Code de déontologie et du Code de procédure civile.

Elles sont issues du Code de déontologie et du Code de procédure civile. I. REGLES PREALABLES A L'EXPERTISE.- Elles sont issues du Code de déontologie et du Code de procédure civile. 1. Le secret professionnel, institué dans l'intérêt des malades, s'impose à tout médecin dans

Plus en détail

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE :

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE : CHARTE DE LA MEDIATION auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE CLIENTELE DES PARTICULIERS Mai 2016 La charte de la médiation du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE est rédigée conformément à la législation

Plus en détail

R E G L E M E N T D E C O N S U L T A T I O N (R.C.) N 201 5 / 0 1

R E G L E M E N T D E C O N S U L T A T I O N (R.C.) N 201 5 / 0 1 R E G L E M E N T D E C O N S U L T A T I O N (R.C.) N 201 5 / 0 1 OBJET DU MARCHE MAPA 2015/01 - Mission de conseil et de programmation pour des travaux d humanisation d un bâtiment du Centre Hospitalier

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/418 Présidente : Mme FONTAINE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 20 Août 2008 PARTIES DEVANT

Plus en détail

- 17 - TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par le Sénat en deuxième lecture

- 17 - TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par le Sénat en deuxième lecture - 17 - TABLEAU COMPARATIF Art 2 Art 2 Art 2 Art 2 Art 2 L article 7 de la loi 1992 précitée est ainsi modifié : Sans modification 1 A (nouveau) Le premier alinéa est complété par une phrase ainsi rédigée

Plus en détail

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5414 Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 7bis, combiné avec l article 12bis, 1er, 2, du Code de la nationalité belge,

Plus en détail

Cas n UNDT/GVA/2009/60 Jugement n UNDT/2009/031

Cas n UNDT/GVA/2009/60 Jugement n UNDT/2009/031 TRIBUNAL DU CONTENTIEUX ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES Cas n : UNDT/GVA/2009/31 Jugement n : UNDT/2009/031 Date : 07 octobre 2009 Original : français Devant : Greffe : Greffier : Juge Jean-François Cousin

Plus en détail

sia Contrat de sous-mandat N o 1012/4 (Règlement SIA 112 Modèle de prestations) 2001 Concernant le projet: le mandant nom/adresse:

sia Contrat de sous-mandat N o 1012/4 (Règlement SIA 112 Modèle de prestations) 2001 Concernant le projet: le mandant nom/adresse: sia Contrat de sous-mandat N o 1012/4 (Règlement SIA 112 Modèle de prestations) 2001 Concernant le projet: le mandant nom/adresse: confie au mandataire 1 nom/adresse: le mandat décrit dans le présent contrat:

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi TABLEAU COMPARATIF Textes en vigueur Loi n 92-1477 du 31 décembre 1992 relative aux produits soumis à certaines restrictions de circulation et à la complémentarité entre les services de police, de gendarmerie

Plus en détail

Citation : C. N. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 737 C. N. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : C. N. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 737 C. N. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : C. N. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 737 Date : Le 15 juin 2015 Numéro de dossier : AD-13-698 DIVISION D APPEL Entre: C. N. Demanderesse et Commission

Plus en détail

Critères de détermination de l Etat responsable

Critères de détermination de l Etat responsable Les grandes lignes du Règlement «Dublin III» Le règlement (UE) n 604/2013 du Parlement européen et du Conseil du 26 juin établit les critères et mécanismes de détermination de l Etat membre responsable

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : J. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 248 No d appel : 2013-0091 ENTRE : J. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES,

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES, DECISION N 349/13/ARMP/CRD DU 13 NOVEMBRE 2013 DU COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES PRONONCANT LA SUSPENSION DE LA PROCEDURE DE PASSATION DU MARCHE RELATIF A LA SELECTION

Plus en détail