Contribution de la Banq Contribution de la Ban ue ue à la à la promotion du secteur privé en Afrique du Nord Alger 12 mars 2009

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contribution de la Banq Contribution de la Ban ue ue à la à la promotion du secteur privé en Afrique du Nord Alger 12 mars 2009"

Transcription

1 Contribution de la Banque à la promotion du secteur privé en Afrique du Nord Alger 12 mars 2009

2 Ma présentation porte sur: Bref aperçu du Groupe de la Banque africaine de développement; Programmes d appui aux reformes économiques et financières visant l amélioration de l environnent des affaires et la promotion du secteur privé; Guichet secteur prive de la Banque; et Les activités d assistance technique Les axes clés de la stratégie de la Banque pour le développement du secteur privé.

3 Groupe de la Banque BAD FSN FAD BAD création en 1964 FAD création en 1972 FSN création en 1976

4 Pays a revenu intermédiaire (PRI) Afrique du Sud Algérie Botswana Egypte Gabon Guinée Equatoriale Libye Maroc Maurice Namibie Seychelles Swaziland Tunisie

5 Stratégie de développement du secteur privé Les interventions de la Banque pour le développement du secteur privé se font sous la forme : d assistance financière iè au secteur public à travers des prêts d appuis aux réformes, d activités de promotion du secteur privé sous forme de prêts non souverains et par le biais d activités d assistance technique fournie par les différents fonds disponibles. ibl Le prêts souverains d appuis aux réformes : La Banque offre des instruments financiers souverains pour soutenir la gouvernance et les réformes macro-économiques et réglementaires. Elle contribue également au renforcement des systèmes financiers, à la mise en place de réformes de politique et de libéralisation commerciale. Les prêts non souverains au secteur privé : La Banque utilise des instruments financiers non souverains pour renforcer l intermédiation financière locale, soutenir directement les entreprises privées dans un grand nombre de secteurs productifs, catalyser le développement des infrastructures, apporter un appui spécifique aux PME. L assistance Technique :

6 Programmes d appui aux réformes 1- Présentation Les programmes d appui aux réformes sont conçus avec les états et les partenaires au développement soit (i) pour accompagner les pays à rétablir les équilibres internes ou externes (reforme de première génération ), soit (ii) pour entreprendre des reformes structurelles (reformes de deuxième génération) ou sectorielles --- telles que la modernisation des systèmes de gouvernance, du cadre juridique et réglementaire, la modernisation de l administration, etc.

7 Programmes d appui aux réformes 2 - Dans la Région Afrique du Nord Les pays de la région Afrique du Nord comptent parmi les principaux bénéficiaires prêts pour les programmes d appui aux réformes cofinancés par la Banque et les partenaires au développement. Algérie Au cours de la période : la Banque a accordé trois prêts d un dun montant total cumulé de 450 millions d UC. Il s agit des prêts pour soutenir le programme de soutien aux réformes économiques (PRE), le programme d ajustement du commerce extérieur et de la fiscalité (PACEF) et le programme d ajustement structurel. Egypte: un prêt pour soutenir le programme de réformes du secteur financier d un montant de $500 millions des EU a été approuvé par la Banque en Maroc: Depuis 1993 la Banque a financé prés de 10 prêts pour appuyer les programmes de réformes économiques et financières pour un montant total de plus de 1,3 milliard. Tunisie : De 1999 a 2007 la Tunisie a bénéficié de trois prêts pour : -PAC I ( ) : 116 millions -PAC II ( ) : 216 millions -PAC III ( ) : 117 millions

8 Programmes d appui aux réformes 3 - Quels sont les résultats attendus? (i) Amélioration de l environnement des affaires par : Rationalisation et allégement de la fiscalité; Allégement des procédures douanières et administratives; Libéralisation de certaines activités réglementées; Elaboration de cadres incitatifs pour l investissement et la création d entreprises; Facilitation de l accès au crédit; et Renforcement des institutions de la concurrence.

9 Programmes d appui aux réformes 3 - Quels sont les résultats attendus (suite)? (ii) Accélération du désengagement de l Etat des secteurs productifs à travers : Elimination de certains monopoles publics Restructuration et la privatisation d entreprises publiques Participation accrue du secteur privé au financement des infrastructures publiques Mise en place du cadre juridique et institutionnel relatif aux concessions et au PPP

10 Programmes d appui aux réformes 3 - Quels sont les résultats attendus (suite)? (iii) Développement du secteur financier non bancaire: Renforcement de l autonomie des organes de contrôle et de surveillance des marchés et élargissement de leurs compétences; Dynamisation des marchés de capitaux et mise en place du cadre législatif et réglementaire adéquat; Promotion de la transparence des informations financières pour les sociétés cotées et amélioration des systèmes de gouvernance des entreprises; Amélioration de la qualité de la communication de l information financière et l observation des normes; Amélioration de la capacité des intermédiaires financiers en matière de financements à long terme; et Accroissement de la participation du secteur privé au marché financier.

11 Programmes d appui aux réformes 3 - Quels sont les résultats attendus (suite)? (iv) Assainissement i et restructuration t ti du secteur bancaire: Restructuration du secteur des banques et réduction de la présence de l Etat notamment à travers la privatisation; Assainissement du bilan des banques; renforcement des fonds propres p ; et diminution des taux de PNP ; Rénovation du cadre légal et réglementaire régissant les activités bancaires; Renforcement des exigences en matière de réglementation et des dispositifs de contrôle interne et externes des banques; et Consolidation des capacités et des compétences des autorités de surveillance et de régulation du système bancaire.

12 Guichet du Secteur Privé de la BAD 1 - Opérations du secteur privé Démarrées au début des années 1990, les opérations de la BAD dans le secteur privé ont récemment connu une croissance accélérée pour avoisiner en 2009 un montant de 1,3 milliard. Graphique 1 Opérations du Secteur Privé lions US$ Mil '00 '01 '02 '03 '04 '05 '06 '07 '08 '09 Réalisées é Projetées

13 Guichet du Secteur Privé de la BAD 1 - Quels sont les instruments d intervention? Graphique 2: Distribution par instrument Les instruments permettant de répondre aux besoins et aux spécificités des entreprises du secteur privé sont : Prêts 49,7% Prises de participation Lignes de crédit Fonds d'investissement Prêt projet 7,5% Garanties Prises de Assistance technique (don) participation Garanties 7,6% 0,9% Projects enclaves 3,0% Lignes de Crédit 31,3%

14 Guichet du Secteur Privé de la BAD 1 - Quels sont les domaines d intervention? Banques Fonds d investissement INTERMEDIATION FINANCIERE INFRASTRUCTURE Energie Transports Télécommunications Eau & Assainissement Mines Agro-industrie Tourisme Santé Education INDUSTRIE & SERVICES PME & MICROFINANCE Assistance aux PME (Franchise, Leasing) Services d appui

15 Guichet du Secteur Privé de la BAD 2 - Prêts projets La Banque accorde des prêts libellés llé en devises aux entreprises opérant dans le secteur de l industrie et des services. Le montant du niveau minimum d intervention de la Banque: $10 millions des EU l apport maximum de la Banque représente 1/3 du coût total du projet. La durée des prêts est de 15 ans maximum, y compris une période de grâce de 5 ans au maximum. La Banque n assume pas les risques de change sur ses crédits dont le service doit être assuré dans la même monnaie que celle de décaissement. Les taux d intérêt et les autres frais sont fixés selon les pratiques en vigueur sur les marchés et ce afin de refléter les risques et d autres caractéristiques des projets financés.

16 Guichet du Secteur Privé de la BAD 2 - Lignes de crédit aux Banques La Banque octroie des lignes de crédit au institutions financières iè publiques ou privées afin de rétrocession aux PME. Les lignes de crédit apportent de la liquidité aux institutions emprunteuses et leurs permettent de mobiliser des ressources longues et donc de prolonger l échéance des concours qu elles consentent aux sous projets qu elles financent. Les risques de crédit liés aux prêts subsidiaires sont supportables par les institutions financières emprunteuses. Ces lignes sont octroyées pour une durée comprise entre 5 et 12 ans, y compris une période de grâce de 1 à 2 ans. Les Banques emprunteuses jouissent d une liberté dans l utilisation des ressources des lignes de crédit mais doivent toutefois s engager à les utiliser conformément aux politiques de la Banque et aux différentes dispositions de l accord de prêt. Conditions d octroi: la solidité financière, la solvabilité de l institution et ses capacités de gestion, la demande de prêts des PME

17 Guichet du Secteur Privé de la BAD 2 - Garanties En 1998, les garanties ont été introduites comme instrument de financement. Elles facilitent l accès des entreprises aux ressources en monnaie locale ou en devises, assortis de conditions et d échéances auxquelles elles ne pourraient normalement obtenir. Les projets pour lesquels l des garanties sont accordées par la Banque sont évalués, instruits et supervisés comme les prêts-projets et sont assujettis à des limites d engagement. La Banque offre deux types de garanties : la Garantie partielle de Crédit (GPC) et la Garantie partielle de risques (GPR).

18 Guichet du Secteur Privé de la BAD 2 - Garanties (suite) Garanties partielles de crédit (GPC): Elles couvrent une partie des remboursements prévus sur les prêts privés ou émissions obligataires contre tous les risques. Les GPC pourraient servir à appuyer la mobilisation de fonds privés pour le financement de projets, l intermédiation financière ou les interventions à l appui de réformes. Ces garanties peuvent faciliter l accès aux marchés des capitaux pour mobiliser des ressources financières long terme sur les marchés financiers nationaux et internationaux. Garanties partielles de risques : Les garanties partielles de risques (GPR) couvrent les bailleurs de fonds privés contre le risque qu un gouvernement ou qu un organisme public manque à ses obligations dans le cadre d un projet privé. Ces garanties peuvent couvrir divers risques souverains, notamment les obligations contractuelles de paiement par l État létat, la disponibilité et la convertibilité des devises, les changements de réglementation, l expropriation et la nationalisation. Elles peuvent attirer des financements commerciaux dans les structures de financement de projets, notamment dans des secteurs tels que l énergie, l eau, les transports, t les télécommunications, ti le gaz, le pétrole et les mines,

19 Guichet du Secteur Privé de la BAD 2 - Prises de participation Les prises de participation de la Banque peuvent revêtir plusieurs formes dont les actions ordinaires et les actions privilégiées à caractère participatif ou non. La participation de la Banque ne peut pas excéder 25% du capital total de l entreprise. La Banque n exerce aucune responsabilité dans la gestion d une entreprise dans laquelle elle investit mais se réserve le droit de désigner un représentant dans le Conseil d administration et exerce son droit de vote en qualité d actionnaire. La Banque entretient des contacts réguliers avec la direction de l entreprise, suit de prés ses activités et exige que des rapports périodiques lui soient soumis afin de se tenir informée son évolution. La Banque se désengage dés que le projet atteint la performance escomptée et que ses opérations sont stables et qu un niveau de rentabilité raisonnable est réalisé. La Banque définit au préalable sa stratégie de désengagement g à terme.

20 Guichet du Secteur Privé de la BAD 3 - Opérations du secteur privé en Afrique du Nord Les lignes de crédit apportent de la liquidité aux banques locales et contribuent à leur développement institutionnel et au renforcement de leurs capacités. Elles permettent également aux banques emprunteuses de prolonger l échéance de leurs concours. Le processus de diligence lié aux lignes de crédit et les conditionnalités d octroi des prêts appliqués par la Banque contribuent également à améliorer la gouvernance interne des banques emprunteuses. La Banque a accordé un nombre important de lignes Algérie : Le montant total des lignes de crédit approuvées pour les banques algériennes dépasse les 400 millions. Au cours des années 90, des banques publiques telles que la BADR et le CPA ont bénéficie de ces lignes; Egypte : Près de 600 millions ont été alloués aux banques égyptiennes. Au cours des dix dernières années la Banque a accordé des lignes de crédit a d importantes Banques locales telles que la National Bank of Egypt. ($200 millions des EU), Banque Canal de suez ($70 millions des EU), Export Development Bank of Egypt ($80 millions des EU), Egyptian British Bank ($50 millions des EU); Maroc: Depuis 1974, 16 lignes de crédit ont été accordées aux banques locales pour un montant de près de 550 millions; Mauritanie : la Banque pour le Commerce et l Industrie ($8 millions des EU) et la GBM ($10 millions des EU); et une ligne de crédit a été approuvée, une ligne de crédit au profit d une société de Leasing pour un montant de 4 millions. Tunisie: Depuis 1976 prés de 35 lignes de crédit ont été octroyées aux Banques publiques et privées tunisiennes pour un montant supérieur à 1,4 milliard.

21 Guichet du Secteur Privé de la BAD 3 - Opérations du secteur privé en Afrique du Nord (suite) Investissements dans le secteur des infrastructures: Tunisie: Un prêt de 70 millions a été approuvé en 2009 au profit de la société TAV en charge de la construction, l exploitation et l entretien de l Aéroport d Enfidha dans le cadre d un contrat de concession de type CTE (construction, transfert, exploitation) conclue avec les autorités tunisiennes pour une durée de 40 ans. Egypte: A été approuvé en 2007 un prêt de $150 millions des EU au profit de la société DIPCO (Damietta International Ports Company) en charge de la construction, du développement et de l exploitation du nouveau terminal de conteneurs du port de Damiette et ce dans le cadre d une concession de BOOT(construction, propriété, exploitation, transfert) conclue avec les autorités égyptiennes pour une durée de 40 ans.

22 Guichet du Secteur Privé de la BAD 3 - Opérations du secteur privé en Afrique du Nord (suite) Prises i de participation: i Maghreb : La Banque a approuvé en 2008 une prise de participation d un montant de $20 millions des EU dans un fonds d investissement régional MPEF 2. Ce fonds d une durée de vie de 10 ans prévoit des investissements au Maroc, en Algérie, et en Tunisie. Il cible des entreprises susceptibles de devenir des champions régionaux dans les domaines de l industrie et des services. Prêts projets : OLEA Capital (Maroc): la Banque a approuvé en 2008 un prêt d un montant de 34 millions au bénéfice de la société OLEA Capital en charge de la création, l exploitation et la revente de dix complexes agro-industriels de production d huile d olive. SNIM (M it i ) l B t é d i 78 5 êt j t bé éfi i SNIM (Mauritanie) : la Banque a octroyé depuis 78, 5 prêts projet au bénéficie de la SNIM, pour un montant cumulé de prés de 100 millions, accompagnant ainsi la société dans les différentes phases de son développement.

23 Programmes d Assistance Technique La Banque peut fournir un large éventail de prestations en matière d Assistance technique et de services consultatifs, notamment : Services de conseils aux opérateurs privés sur la formulation, la structuration et le montage de nouveaux projets ou la restructuration d entreprises existantes; Conseils aux gouvernements sur les politiques à adopter pour créer un environnement favorable, promouvoir des programmes de privatisations, réviser et rationaliser les codes d investissement, favoriser les IDE et développer le secteur financier et les marchés de capitaux; Services de conseil financiers pour les projets de privatisation ou aux entreprises du secteur privé; et Assistance technique aux organismes et institutions jouant un rôle dans la promotion du secteur privé.

24 Programmes d Assistance Technique Les activités d Assistance Technique de la Banque sont fournies essentiellement à travers le truchement de deux outils : Le Fonds PRI : Activités qui favorisent l essor du secteur prive Le plafond par projet/étude a été relevé de UC ($ des EU) à UC ($ des EU); soit un minimum à demander de UC et un maximum de UC Le Fonds FAPA : Le Fonds FAPA a été crée dans le cadre d un initiative conjointe entre le Japon et la Banque pour le développement du secteur privé. Les ressources du FAPA sont utilisées pour l octroi de dons non liés pour la réalisation d études études, l assistance technique et le renforcement des capacités des organismes et institutions impliqués dans le développement du secteur privé dans les PMR (pouvoirs publics, communautés économiques régionales, organisations intergouvernementales, associations d affaires affaires, institutions de réglementation des marchés, prestataires de services d appui au développement des entreprises, institutions de recherche et de formation professionnelle et entreprises publiques/privées...).

25 Conclusion En résumé, la contribution de la Banque africaine de développement pour la promotion du secteur prive prend la forme : Mise en place d un environnement favorable au développement du secteur privé; Renforcement des systèmes de financement; Participation i àl la construction ti d infrastructures t compétitives; Promotion du développement des micro - petites et moyennes entreprises; et Promotion du commerce; Fourniture d assistance technique.

26 Je vous remercie pour votre aimable attention

assurer les investissements garantir les opportunités

assurer les investissements garantir les opportunités assurer les investissements garantir les opportunités LA MISSION DE LA MIGA Promouvoir l investissement étranger direct dans les pays en développement pour favoriser la croissance économique, faire reculer

Plus en détail

RENFORCER LES CAPACITÉS DES SOCIÉTÉS CLIENTES

RENFORCER LES CAPACITÉS DES SOCIÉTÉS CLIENTES RENFORCER LES CAPACITÉS DES SOCIÉTÉS CLIENTES UNE OFFRE D ACCOMPAGNEMENT TECHNIQUE À TOUTES LES ÉTAPES ET DANS LA DURÉE En Afrique et au Moyen-Orient, comme en Asie et en Amérique latine, les entreprises

Plus en détail

Discours de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er Forum Maroc- Guinée

Discours de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er Forum Maroc- Guinée Discours de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er Forum Maroc- Guinée Casablanca, le 9 septembre 2014 1 Excellences, Mesdames et Messieurs, C est pour moi un grand honneur et un réel plaisir d être

Plus en détail

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT ET LA MÉDITERRANÉE. Promouvoir un développement durable et partagé

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT ET LA MÉDITERRANÉE. Promouvoir un développement durable et partagé L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT ET LA MÉDITERRANÉE Promouvoir un développement durable et partagé L AFD ET LA MÉDITERRANÉE Le groupe Agence Française de Développement (AFD) est autorisé à intervenir

Plus en détail

finance en MéditerranM diterranée e Quel impact? Tunis 5 mai 2008 Vers une adaptation du cadre juridique et réglementaire

finance en MéditerranM diterranée e Quel impact? Tunis 5 mai 2008 Vers une adaptation du cadre juridique et réglementaire 4ème Conférence FEMIP : Micro finance en MéditerranM diterranée e Quel impact? Tunis 5 mai 2008 Vers une adaptation du cadre juridique et réglementaire 1 Le cadre juridique De la micro finance en TUNISIE

Plus en détail

ATELIER DE VALIDATION DE L ETUDE SUR L HARMONISATION DU CADRE INSTITUTIONNEL ET REGLEMENTAIRE DU FINNACEENT PRIVÉ DES INFRASTRUCTURES

ATELIER DE VALIDATION DE L ETUDE SUR L HARMONISATION DU CADRE INSTITUTIONNEL ET REGLEMENTAIRE DU FINNACEENT PRIVÉ DES INFRASTRUCTURES ATELIER DE VALIDATION DE L ETUDE SUR L HARMONISATION DU CADRE INSTITUTIONNEL ET REGLEMENTAIRE DU FINNACEENT PRIVÉ DES INFRASTRUCTURES Contribution des institutions de l Union au financement privé des infrastructures

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UNE AGENCE FIDUCIAIRE POUR LE PROJET PIC

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UNE AGENCE FIDUCIAIRE POUR LE PROJET PIC TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UNE AGENCE FIDUCIAIRE POUR LE PROJET PIC 1. Contexte et objet de la mission 1.1. Objectif et activités du Projet «Pôles Intégrés de Croissance» (PIC) Le Projet PIC, ci-après

Plus en détail

Accélérer l accès à l eau et à l assainissement : intensifier la participation du secteur privé en AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

Accélérer l accès à l eau et à l assainissement : intensifier la participation du secteur privé en AFRIQUE SUB-SAHARIENNE Accélérer l accès à l eau et à l assainissement : intensifier la participation du secteur privé en AFRIQUE SUB-SAHARIENNE FORMATION I. FONDAMENTAUX SUR LES PPP Dakar, 5 juin 2012 Agenda Présentation de

Plus en détail

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- LA COMMISSION ------------ PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA Page 1 sur 15 SOMMAIRE

Plus en détail

RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Royaume du Maroc Ministère de l Economie et des Finances RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DANS LE DÉVELOPPEMENT DE LA MICROFINANCE AU MAROC CASABLANCA, LE 20 MARS 2015 AZIZ ALOUANE CHEF

Plus en détail

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE DEVELOPPEMENT 11 mai 2011 - Paris Constats Les besoins en investissements des pays du bassin méditerranéen sont considérables tant en matière d infrastructures que de

Plus en détail

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso UNE EXPERIENCE D APPUI AUX PME/PMI AU BURKINA FASO M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso 1 Le Burkina Faso PME/PMI - Burkina Faso 3 Le Burkina

Plus en détail

RAPPORT ATELIER N 5. Nos travaux très synthétiques ont été consignés dans deux tableaux tels que proposés par l organisation des ateliers.

RAPPORT ATELIER N 5. Nos travaux très synthétiques ont été consignés dans deux tableaux tels que proposés par l organisation des ateliers. Mesdames et messieurs les participants RAPPORT ATELIER N 5 Malgré d incessants efforts, le secteur privé béninois connaît encore d énormes difficultés à se développer. Au nombre de celles-ci, figure en

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

LE DISPOSITIF INSTITUTIONNEL DE MISE EN ŒUVRE DE L ECOWAP/PDDAA

LE DISPOSITIF INSTITUTIONNEL DE MISE EN ŒUVRE DE L ECOWAP/PDDAA LE DISPOSITIF INSTITUTIONNEL DE MISE EN ŒUVRE DE L ECOWAP/PDDAA Niamey les 27, 28 et 29 Avril 2011 Plan de la présentation 1. Le contexte 2. Le dispositif institutionnel global 3. L Agence régionale pour

Plus en détail

L APPUI AUX ENTREPRISES TOURISTIQUES

L APPUI AUX ENTREPRISES TOURISTIQUES Royaume du Maroc Ministère du Tourisme Direction de la Réglementation du Développement et de la Qualité L APPUI AUX ENTREPRISES TOURISTIQUES au cœur de la stratégie de développement touristique «Vision

Plus en détail

PRESENTATION DU SENEGAL

PRESENTATION DU SENEGAL PRESENTATION DU SENEGAL «CONTRIBUTION DU SECTEUR MINIER AU PLAN SENEGAL EMERGENT (PSE) ET GOUVERNANCE MINIERE» Présentée par Mamadou DIOP Secrétaire Général du Ministère et Diombass DIAW Conseiller Technique

Plus en détail

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement,

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement, Projet Allocution de Monsieur le Ministre de l Economie et des Finances, Monsieur Charles KOFFI DIBY Cérémonie de Présentation Officielle de BNI GESTION Juillet 2009 Monsieur le Président de la Banque

Plus en détail

La Première Conférence Panafricaine sur la Transformation et l Emergence du Continent

La Première Conférence Panafricaine sur la Transformation et l Emergence du Continent La Première Conférence Panafricaine sur la Transformation et l Emergence du Continent QUEL ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES, QUEL ENCADREMENT REGLEMENTAIRE ET QUEL ENTREPRENARIAT NATIONAL A DEVELOPPER POUR ATTIRER

Plus en détail

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

innovation oseo.fr et accompagner Pour financer les PME

innovation oseo.fr et accompagner Pour financer les PME innovation oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6511-03 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME innovation oser pour gagner! Pour vous qui créez ou développez votre entreprise, faire

Plus en détail

RAPPORT SUR LE FONDS D ASSISTANCE TECHNIQUE DE LA FEMIP : OBJECTIFS, STRATÉGIE ET CHAMP D ACTIVITÉ

RAPPORT SUR LE FONDS D ASSISTANCE TECHNIQUE DE LA FEMIP : OBJECTIFS, STRATÉGIE ET CHAMP D ACTIVITÉ FEMIP - Facilité euro-méditerranéenne d investissement et de partenariat Réunion du Comité ministériel Alexandrie, 7 juin 2004 RAPPORT SUR LE FONDS D ASSISTANCE TECHNIQUE DE LA FEMIP : OBJECTIFS, STRATÉGIE

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE Cabinet du Premier Ministre, Ministre de l'economie, des Finances Et du Budget ------------ -------- République de Côte d Ivoire Union-Discipline-Travail LANCEMENT DE L OPERATION D EMISSION SUKUK ETAT

Plus en détail

Annuaire et Conseil pour réussir en Franchise

Annuaire et Conseil pour réussir en Franchise 1 sur 9 28/09/2010 10:36 Pays : Annuaire et Conseil pour réussir en Franchise Rechercher TUNISIE FRANCE BELGIQUE MAROC ALGERIE Mon compte Créer un compte Créateur d'entreprise Créer un compte Enseigne

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP)

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Etude d évaluation des besoins en renforcement des capacités en matière de promotion de l emploi des jeunes au Maghreb (cas du Maroc) I) Contexte et justification

Plus en détail

MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC

MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC République Démocratique du Congo Ministère du Plan et Révolution de la Modernité Agence Nationale pour la Promotion des Investissements MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC Kinshasa,

Plus en détail

Les modes d intervention en appui microfinance/financement de l agriculture Le regard des bailleurs : La GTZ

Les modes d intervention en appui microfinance/financement de l agriculture Le regard des bailleurs : La GTZ Les modes d intervention en appui microfinance/financement de l agriculture Le regard des bailleurs : La GTZ Le financement de l agriculture familiale dans un contexte de libéralisation : quelle contribution

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

Guide des marchés publics

Guide des marchés publics En 2013, 72 marchés publics émis et exécutés pour un montant total de 10 396 629 501 FDJ Guide des marchés publics Autant d opportunités à la portée des PME djiboutiennes peu importe leur taille et leur

Plus en détail

«Réglementation des Investissements Directs Étrangers au Maroc : progrès et réformes»

«Réglementation des Investissements Directs Étrangers au Maroc : progrès et réformes» «Réglementation des Investissements Directs Étrangers au Maroc : progrès et réformes» M. Marwane MANSOURI Chef de la Division des Etudes et de l Information Direction des Investissements Paris, le 29 octobre

Plus en détail

PLATEFORME GLOBALE POUR L INFRASTRUCTURE

PLATEFORME GLOBALE POUR L INFRASTRUCTURE PLATEFORME GLOBALE POUR L INFRASTRUCTURE Une plateforme de partenariat pour des investissements accrus dans les infrastructures des marchés émergents et des économies en développement COLLABORATION FINANCEMENT

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Secrétariat Général Boîte Postale 1917 - Yaoundé République du Cameroun TELEX BANETAC 8343 KN Tél. (237) 223.40.30 (237) 223.40.60 Fax. (237) 223.82.16 12ème ASSEMBLEE

Plus en détail

FORUM REGIONAL ECONOMIQUE ET FINANCIER DES TELECOMMUNICATIONS/TIC DU BDT/UIT

FORUM REGIONAL ECONOMIQUE ET FINANCIER DES TELECOMMUNICATIONS/TIC DU BDT/UIT FORUM REGIONAL ECONOMIQUE ET FINANCIER DES TELECOMMUNICATIONS/TIC DU BDT/UIT Abidjan - Côte d Ivoire, 18 au 19 Janvier 2016-1- SERVICES FINANCIERS MOBILES EN AFRIQUE Présentation: Dr Ettiboua ANGUI, Docteur

Plus en détail

Atelier sur la Poste et l économie numérique

Atelier sur la Poste et l économie numérique REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple- Un But- Une Foi MINISTERE DES POSTES ET DES TELECOMMUNICATIONS Projet de discours de Monsieur Malick NDIAYE Directeur de Cabinet du Ministre des Postes et des Télécommunications

Plus en détail

Le financement du développement du Mali Prévisibilité de l aide

Le financement du développement du Mali Prévisibilité de l aide Le financement du développement du Mali Prévisibilité de l aide 28ème Commission Mixte Mali Partenaires au développement Bamako, 25 Février 2010 Le pays bénéficie d une aide conséquente Niveau d aide élevé

Plus en détail

L expérience marocaine en matière de financement des PME

L expérience marocaine en matière de financement des PME L expérience marocaine en matière de financement des PME Par Monsieur Monsieur Ahmed LAHRACHE Adjoint au Directeur de la Supervision Bancaire i d l d l d h b Financement de la PME dans les pays du Maghreb

Plus en détail

Consulting Offre de services

Consulting Offre de services Consulting Offre de services 2016 Sommaire 1 Présentation du cabinet 2 Offre de services Consulting 3 Référence clés 2 1 Présentation du cabinet BROME est un cabinet de conseil en management et systèmes

Plus en détail

Quels échanges promouvoir en lien avec le développement de l économie malgache? Point de vue de l AFD

Quels échanges promouvoir en lien avec le développement de l économie malgache? Point de vue de l AFD Quels échanges promouvoir en lien avec le développement de l économie malgache? Point de vue de l AFD Conférence de Coopération Régionale, décembre 2014 1. Situation : l héritage de plus de 40 ans de déclin

Plus en détail

POLITIQUE DE PROMOTION DES INVESTISSEMENTS EN ALGERIE.

POLITIQUE DE PROMOTION DES INVESTISSEMENTS EN ALGERIE. République Algérienne Démocratique D et Populaire Ministère de l Industrie l et de la Promotion des Investissements 89 ème Edition du Comptoir Suisse de Lausanne, Forum Economique. -------------------------

Plus en détail

Éléments pour la mise en place d un secteur de services compétitif Gogué Aimé Tchabouré gogueaime@gmail.com

Éléments pour la mise en place d un secteur de services compétitif Gogué Aimé Tchabouré gogueaime@gmail.com Éléments pour la mise en place d un secteur de services compétitif Gogué Aimé Tchabouré gogueaime@gmail.com 1 Atelier d Appui pour le Développement et les négociations sur le secteur des services ILEAP/

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA)

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INTRODUCTION Lors de sa 23 ème réunion ordinaire tenue à Abuja le 18 janvier 2000, le Conseil des

Plus en détail

Discours de M. Mohammed ABBOU à l occasion du Symposium sur les Relations Économiques Maroc- Gabonaise

Discours de M. Mohammed ABBOU à l occasion du Symposium sur les Relations Économiques Maroc- Gabonaise Discours de M. Mohammed ABBOU à l occasion du Symposium sur les Relations Économiques Maroc- Gabonaise Libreville, Mercredi 24 septembre 2014 L honneur m échoit d être parmi vous aujourd hui à la tête

Plus en détail

La Banque mondiale au Maroc. Activités en bref. Oct. 08

La Banque mondiale au Maroc. Activités en bref. Oct. 08 La Banque mondiale au Maroc Activités en bref Oct. 08 1 La Stratégie de coopération Maroc/Banque mondiale La nouvelle Stratégie de Coopération approuvée le 19 mai 2005 par les membres du Conseil d administration

Plus en détail

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives»

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» De 14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» Mot liminaire de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session Objectifs pédagogiques GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum par Analyser les procédures de préparation et de montage des projets.

Plus en détail

Financement sur le marché des capitaux

Financement sur le marché des capitaux SIX Group SA Selnaustrasse 30 Case postale 1758 CH-8021 Zurich www.six-group.com Contact: Media Relations pressoffice@six-group.com Financement sur le marché des capitaux Principes Processus Avantages

Plus en détail

ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE

ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE M. EL AZIZI ABDOU Chef du Service Amériques Direction du Trésor et des Finances Extérieures MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

Plus en détail

Fonds de développement et services à l'entreprise. Soutien financier Soutien technique. Centre local de développement Mékinac. touristique.

Fonds de développement et services à l'entreprise. Soutien financier Soutien technique. Centre local de développement Mékinac. touristique. touristique Centre local de développement Mékinac Fonds de développement et services à l'entreprise agricole forestier Soutien financier Soutien technique commercial industriel LÉGENDE Démarrage Expansion

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Séminaire sur la gestion de la trésorerie de l Etat (Lomé, du 07 au 11 février 2011)

Séminaire sur la gestion de la trésorerie de l Etat (Lomé, du 07 au 11 février 2011) AFRITAC de l Ouest Bamako - Mali Séminaire sur la gestion de la trésorerie de l Etat (Lomé, du 07 au 11 février 2011) Gestion de la trésorerie de l Etat et endettement publique Coumba FALL GUEYE, Conseillère

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

PAPER SUBMITTED TO THE EXPERT MEETING* Voahangy Saholy RAZOELINIRINA

PAPER SUBMITTED TO THE EXPERT MEETING* Voahangy Saholy RAZOELINIRINA Trade and Development Board Investment, Enterprise and Development Commission Multi-year expert meeting on enterprise development policies and capacity-building in science, technology and innovation Geneva,

Plus en détail

I ACTIONS A CARACTERE ECONOMIQUE

I ACTIONS A CARACTERE ECONOMIQUE LES GRANDES LIGNES DU PROGRAMME D ACTIVITES 2014 1 I ACTIONS A CARACTERE ECONOMIQUE 1. Dialogue National sur l Economie Lancer un dialogue national sur l économie, au cours du mois de février prochain,

Plus en détail

L EXPÉRIENCE TUNISIENNE EN MATIÈRE DE MARCHÉ FINANCIER. Intervention de Monsieur Salah ESSAYEL. Président du Conseil du Marché Financier de Tunisie

L EXPÉRIENCE TUNISIENNE EN MATIÈRE DE MARCHÉ FINANCIER. Intervention de Monsieur Salah ESSAYEL. Président du Conseil du Marché Financier de Tunisie L EXPÉRIENCE TUNISIENNE EN MATIÈRE DE MARCHÉ FINANCIER Intervention de Monsieur Salah ESSAYEL Président du Conseil du Marché Financier de Tunisie -Alger 25 avril 2013- PLAN Les étapes d évolution du marché

Plus en détail

Termes de Référence pour une Assistance Technique Internationale

Termes de Référence pour une Assistance Technique Internationale APPUI A L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN «CORPORATE PLAN» ET D UNE STRATEGIE DE PROMOTION DES INVESTISSEMENTS POUR L ECONOMIC DEVELOPMENT BOARD OF MADAGASCAR (EDBM) Termes de Référence pour une

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET SES MODALITES Ou comment réduire le déficit de financement de la FP?

LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET SES MODALITES Ou comment réduire le déficit de financement de la FP? 24 octobre 2012 LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET SES MODALITES Ou comment réduire le déficit de financement de la FP? Présentation Marc Ziegler / Institutions et Développement LES CONSTATS

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE SITUATION ACTUELLE ET PERSPECTIVES. OTHMAN BEN ARFA Président-Directeur Général de la STEG

REPUBLIQUE TUNISIENNE SITUATION ACTUELLE ET PERSPECTIVES. OTHMAN BEN ARFA Président-Directeur Général de la STEG REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L INDUSTRIE, DE L ENERGIE ET DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES ORGANISATION DU SECTEUR DE L ELECTRICITE EN TUNISIE SITUATION ACTUELLE ET PERSPECTIVES OTHMAN BEN ARFA

Plus en détail

Congo Charte des investissements

Congo Charte des investissements Charte des investissements Loi n 6-2003 du 18 janvier 2003 Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- Toute personne physique ou morale, quelle que soit sa nationalité, est libre d entreprendre, sur le territoire

Plus en détail

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Exposé présenté à la Table ronde sur l infrastructure de la technologie de l information Mai 2015 Yves Genest, dirigeant

Plus en détail

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes.

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes. Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne, toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Rapport sur les SEGMA accompagnant le PLF 2014

Rapport sur les SEGMA accompagnant le PLF 2014 ROYAUME DU MAROC Direction du Budget DB3/DRB/SSEB مديرية الميزانية Rapport sur les SEGMA accompagnant le PLF 2014 Les Services de l État Gérés de Manière Autonome (SEGMA), sont au nombre de 205 en 2013.

Plus en détail

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal Réunion intermédiaire du Sous-comité du SREP Nairobi, Kenya 8 et 9 mars 2012 SREP/SC.IS.2/Inf.3 17 février 2012 Point 7 de l ordre du jour Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET I CADRE GENERAL II DEFINITION, OBJECTIFS ET PRINCIPES DU CDMT III DEMARCHE METHODOLOGIQUE D ELABORATION DU CDMT IV PERSPECTIVES 2 Le gouvernement a entrepris ces dernières

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Le Canada est heureux de répondre à l invitation, contenue au paragraphe 10 de la décision 3/CP.19, de préparer des rapports bisannuels

Plus en détail

Chapitre 11: Créer les Structures commerciales des Chemins de Fer

Chapitre 11: Créer les Structures commerciales des Chemins de Fer 11 1 La Réforme : Manuel pour l Amélioration de la Performance du Secteur Ferroviaire Chapitre 11: Créer les Structures commerciales La Réforme : Manuel pour l Amélioration 11 Créer les Structures commerciales

Plus en détail

BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT

BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT POLITIQUE DE LA BANQUE EN MATIERE DE GARANTIES SCCD: G.G. Politique de la Banque en matière de garanties Page 1 sur 54 Table des matières Page I. INTRODUCTION... 2 1.1

Plus en détail

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original: Anglais Séminaire sur le partage des

Plus en détail

Commission de l Union Africaine, Addis-Ababa. 12 juillet 2012

Commission de l Union Africaine, Addis-Ababa. 12 juillet 2012 SIGNATURE D UN ACCORD DE SUBVENTION ENTRE LA CEDEAO ET LE NEPAD, RELATIF A UN INCUBATEUR COMMERCIAL POUR LES FEMMES AFRICAINES CHEFS D ENTREPRISE (BIAWE). Commission de l Union Africaine, Addis-Ababa 12

Plus en détail

Tunisie TUNISIE. (article 13). 3 Cette restructuration est venue concrétiser une série de recommandations adoptées

Tunisie TUNISIE. (article 13). 3 Cette restructuration est venue concrétiser une série de recommandations adoptées TUNISIE La promotion de l emploi est annoncée, depuis plusieurs années, comme étant une priorité absolue de la stratégie de développement de la Tunisie, notamment dans un contexte qui demeure marqué par

Plus en détail

Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers

Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers Circulaire _2009_34 du 26 novembre 2009 Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers Champ d'application: Les principes énoncés dans la

Plus en détail

LE MÉCANISME FINANCIER ELENA

LE MÉCANISME FINANCIER ELENA LE MÉCANISME FINANCIER ELENA Reinhard Six Division Efficacité Energétique et Renouvelables Banque européenne d investissement (BEI) Journée d information et d échanges, Besançon 8 novembre 2012 1 Banque

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

DISCOURS DU PRÉSIDENT

DISCOURS DU PRÉSIDENT République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi DISCOURS DU PRÉSIDENT ALLOCUTION DU PRESIDENT DE LA RÉPUBLIQUE À L OCCASION DU 34 ÈME SOMMET DU COMITE D'ORIENTATION DES CHEFS D'ETAT ET DE GOUVERNEMENT DU

Plus en détail

SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS

SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE PERFECTIONNEMENT DES PROCEDURES DE GESTION DES RH ET ELABORATION DES OUTILS NECESSAIRES RMCR MALI FEVRIER 2016 Avec

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

L intermédiation financière. Agence Française de Développement

L intermédiation financière. Agence Française de Développement L intermédiation financière Agence Française de Développement 1 L AFD en quelques mots Institution financière spécialisée, l Agence Française de Développement est l opérateur pivot du dispositif français

Plus en détail

Nordea économise 3,5 millions d euros grâce à une gestion optimisée de son portefeuille d applications

Nordea économise 3,5 millions d euros grâce à une gestion optimisée de son portefeuille d applications TEMOIGNAGE CLIENT Nordea économise 3,5 millions d euros grâce à une gestion optimisée de son portefeuille d applications EXEMPLE DE RÉUSSITE Secteur : Services financiers Société : Nordea Bank Effectifs

Plus en détail

Présentation du cours de Droit & Réglementation bancaire

Présentation du cours de Droit & Réglementation bancaire Présentation du cours de Droit & Réglementation bancaire (Janvier 2012) 1 Avant propos Cette présentation du cours de droit et réglementation bancaire proposée dans le cadre du programme du Mastère Professionnel

Plus en détail

études de cas sur le financement chinois en Afrique ~dzifa kpetigo~

études de cas sur le financement chinois en Afrique ~dzifa kpetigo~ études de cas sur le financement chinois en Afrique ~dzifa kpetigo~ 1 QUELQUES préoccupations du consortium pour les infrastructures en Afrique (ICA) www.icafrica.org ; www.afdb.org La mission de l ICA:

Plus en détail

DE LA STRATEGIE D IMPLEMENTATION D BALE II EN TUNISIE

DE LA STRATEGIE D IMPLEMENTATION D BALE II EN TUNISIE L implémentation mentation de Bâle II dans les banques maghrébines DE LA STRATEGIE D IMPLEMENTATION D DE BALE II EN TUNISIE Badreddine BARKIA Directeur Général G de la Supervision Bancaire Banque Centrale

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

PROPARCO DANS LA RÉGION DU MÉKONG Entreprendre pour un avenir durable

PROPARCO DANS LA RÉGION DU MÉKONG Entreprendre pour un avenir durable PROPARCO DANS LA RÉGION DU MÉKONG Entreprendre pour un avenir durable CAMBODGE LAOS VIETNAM Christian Berger ACCOMPAGNER LE DYNAMISME DU SECTEUR PRIVÉ DANS LA RÉGION DU MÉKONG PROPARCO conduit ses activités

Plus en détail

Association des Producteurs de Pétrole Africains African Petroleum Producers Association 13/09/2013 1

Association des Producteurs de Pétrole Africains African Petroleum Producers Association 13/09/2013 1 Association des Producteurs de Pétrole Africains African Petroleum Producers Association 13/09/2013 1 Sommaire 1. Introduction 2. Brève présentation de l APPA 3. Place de l Afrique dans le contexte pétrolier

Plus en détail

Industrie & Services. Soutien aux Projets Multi-Pays. Juin 2015 PUBLIC

Industrie & Services. Soutien aux Projets Multi-Pays. Juin 2015 PUBLIC Industrie & Services Soutien aux Projets Multi-Pays Juin 2015 PUBLIC Industrie & Services représente environ 11% des engagements de la BERD Répartition de notre portefeuille par secteur fin 2014 Transport

Plus en détail

Loi fédérale sur le centre pour la qualité dans l assurance obligatoire des soins

Loi fédérale sur le centre pour la qualité dans l assurance obligatoire des soins Avant-Projet Loi fédérale sur le centre pour la qualité dans l assurance obligatoire des soins du L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l'art. 117, al. 1, de la Constitution 1, vu le message

Plus en détail

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011 La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise 14 avril 2011 La connaissance des entreprises par la Banque de France La cotation pour les entreprises et les banques GEODE pour les

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée

L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée Pour que le secteur minier améliore sa contribution au développement généralisé, il doit être mieux intégré dans l

Plus en détail

- 1 - Association COMPRENDRE. Compte rendu de la rencontre-débat du 8 avril 2008 à Orsay

- 1 - Association COMPRENDRE. Compte rendu de la rencontre-débat du 8 avril 2008 à Orsay - 1 - Association COMPRENDRE 15 E Avenue Saint Jean de Beauregard 91400 Orsay Tél. : 06 88 18 09 05 courriel: michel.mosse@wanadoo.fr Compte rendu de la rencontre-débat du 8 avril 2008 à Orsay " Les Sociétés

Plus en détail

Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique

Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique La sous-catégorie Gestion Publique évalue la transparence dans la passation des marchés publics, dans la gestion des entreprises publiques

Plus en détail

Le guide de la microfinance

Le guide de la microfinance Sébastien Boyé, Jérémy Hajdenberg, Christine Poursat Le guide de la microfinance Microcrédit et épargne pour le développement Préface de Maria Nowak, 2006 ISBN : 2-7081-3664-X Sommaire Préface... 11 Quelques

Plus en détail

Fonds monétaire international

Fonds monétaire international Fonds monétaire international Le Fonds monétaire international (FMI) a été créé en juillet 1944 lors d une conférence internationale organisée à Bretton Woods dans l Etat du New Hampshire aux Etats-Unis.

Plus en détail

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة Royaume du Maroc --- Chef du Gouvernement --- Ministère Délégué auprès du Chef du Gouvernement Chargé des Affaires Générales et de la Gouvernance المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس

Plus en détail

Les incitations fiscales en matière d introduction en bourse

Les incitations fiscales en matière d introduction en bourse Les incitations fiscales en matière d introduction en bourse Plan : Introduction Les incitations fiscales : Aperçu général 1. Définition 2. Les objectifs 3. Les typologies Mesures en faveur des sociétés

Plus en détail

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique.

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique. Mesdames, Messieurs, C est pour moi un grand plaisir de pouvoir présenter aujourd hui la coopération japonaise en Afrique aux différents partenaires qui ont répondu à mon invitation à cette soirée de rencontre.

Plus en détail

Gruppo Banque Populaire Gli strumenti finanziari e di sosteno della banca a supporto degli operatori economici

Gruppo Banque Populaire Gli strumenti finanziari e di sosteno della banca a supporto degli operatori economici Soumia ALAMI OUALI Direttrice Generale Aggiunta Banca dell Impresa Gruppo Banque Centrale Populaire Gruppo Banque Populaire Gli strumenti finanziari e di sosteno della banca a supporto degli operatori

Plus en détail