3. Analyse exploratoire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "3. Analyse exploratoire"

Transcription

1 Bilan de l étude de faisabilité «prévention des traumatismes d origine accidentelle» Mouloud Haddak, INRETS-UMRESTTE 1 / Handicap International 1. Préambule Il faut d abord souligner que cette étude de faisabilité couvre un champ beaucoup plus large que celui de la traumatologie d origine accidentelle, en fait presque toute la traumatologie. Il faut cependant être prudent quant aux conclusions à tirer des résultats d une étude limitée dans le temps (un mois) et réalisée au cours d une période particulière : la fin d année scolaire. 2. Remarques générales Au vu de l analyse exploratoire des données, il apparaît qu il manque une étape de validation du mode de saisie des données et ensuite de validation des données saisies. En effet, le croisement des différentes variables montre quelques incohérences entre les différentes rubriques dues pour partie à la définition des items et pour partie à des erreurs de codage ou de saisie des données. Un retour aux dossiers des victimes serait nécessaire pour décider de quel item retenir. De plus, la comparaison entre les résultats de l analyse et les données fournies montrent quelques différences. Il serait utile de réexaminer en détail ces différentes incohérences et erreurs de codage si les dossiers sont encore disponibles. L analyse des causes de ces erreurs serait riche en enseignements pour la mise en place de la prochaine enquête (en particulier, pour la réalisation du masque de saisie, le contrôle de la qualité du recueil et de la saisie des données et la validation de la base de données). 1 HADDAK Mouloud, INRETS-UMRESTTE, 25 avenue François Mitterrand, case 24, Fr69675 Bron Cedex. Tel (+33) E_mail : Web :

2 3. Analyse exploratoire 3.1. Tués : Par exemple, dans les tableaux d analyse, il est question parfois de 22 décès et parfois de 19 décès. En examinant la variable devenir, nous notons 22 décès auxquels s ajoutent 2 décès dans un délai de plus de 10 jours. Nous avons donc 24 décès dans un délai d un mois. Tous les décès ont eu lieu dans la province d Antananarivo, ils ont été transportés en voiture pour la plupart vers l hôpital HJRA (21 sur 24). La majorité des décès s est produit en zone urbaine (22 sur 24), la moitié d entre eux (12) ont eu lieu sur la voie publique et le tiers (8) ont eu lieu au domicile. Un tiers des décès ont eu lieu la nuit (entre 22h et 6h du matin). La grande majorité des victimes est de sexe mâle (20), il s agit d adultes jeunes de 25 à 44 ans (14) Ensemble des victimes Les différents mécanismes, types et causes de traumatismes ne sont pas toujours clairement identifiés. En particulier, la notion d accident de la circulation ne peut être résumée par la notion restrictive d accident de transport. Ainsi, par exemple, la distinction entre AVP, chute et accident de la circulation ne semble pas avoir été clairement établie au préalable : - AVP : Accident sur la Voie Publique comprend normalement les accidents de transport y compris les accidents de piétons renversés par un véhicule, les chutes de piétons seuls, les défenestrations et les chutes d une hauteur sur la voie publique (chute d un échafaudage, ). - Chute : comprend toutes les chutes qu elles aient eu lieu sur la voie publique ou non. Pour simplifier nous distinguerons trois types de traumatismes : 1. les traumatismes dus à un accident de la circulation routière, soit 578 cas (31.90%), 2. les autres traumatismes d origine accidentelle ou traumatismes de la vie courante (accidents domestiques, accidents du travail, ), soit 826 cas (45.60%), 3. les traumatismes volontaires, à savoir les agressions, soit 399 cas (22%). En terme de gravité, nous définirons quatre niveaux de gravité : - décès - blessé avec séquelles - blessé hospitalisé - blessé sans autre précision Zone du lieu du traumatisme : A peine 13% des traumatismes ont lieu en zone rurale, essentiellement des traumas de la route (45%), puis des tramas de la vie courante (43%) et le reste soit 12% des agressions. Est-ce que réellement la majorité des traumatismes ont lieu en zone urbaine et dans ces proportions? Ou bien est-ce que les traumatismes sont mieux recensés en zone urbaine? Difficile de trancher en l état des informations. Cependant, peu de traumatismes sont recensés en relation avec une activité agricole ou ayant lieu dans les champs. Ce qui nous conduit à penser que ces traumatismes ne sont pas aussi bien recensés que les traumatismes ayant lieu en zone urbaine.

3 Lieu du traumatisme : Plus de la moitié des traumatismes a lieu sur la voie publique et un tiers a lieu au domicile. Les accidents sur la voie publique sont essentiellement des accidents de transport à 40%, des chutes à 33% et des agressions pour 17% des cas. Les accidents domestiques sont constitués de chutes à 43%, d agressions à 30% et le restant est causé essentiellement par des intoxications, le feu, les flammes ou d autres accidents respiratoires. 50% des chutes ont lieu sur la voie publique, 40% au domicile et le reste sur le lieu de travail ou d études. Les agressions ont lieu à 43% au domicile, à 40% sur la voie publique et à plus de 10.5% sur le lieu de travail ou d études. Les traumatismes sur le lieu du travail sont mal renseignés : on ignore le mécanisme de 43% des accidents de travail, les accidents renseignés se partagent entre chutes et agressions. Activité au moment du traumatisme : Près de 50% des traumatismes ont lieu lors d un déplacement, ce qui semble cohérent avec le fait que la majorité des accidents soient des AVP. Un quart des traumatismes a lieu au cours d une activité domestique, viennent ensuite à égalité les traumatismes subis dans le cadre du travail (11.20%) ou d activités sportives ou de loisirs (11%). Les agressions ont lieu à 37% lors d une activité domestique, à 35% lors d un déplacement, à 12% pendant le travail et à 10% lors d une activité sportive ou de loisir. Les traumas de la vie courante ont lieu à 36% lors d une activité domestique, à 25% pendant un déplacement, à 19% pendant les activités de sport et loisirs et à 16% lors d une activité professionnelle. Mécanisme d accident : Les chutes constituent le premier mécanisme à l origine des traumatismes (36%), viennent ensuite les agressions (22.2%) et les accidents de transport (21.8%) à égalité presque, puis les intoxications et autres accidents respiratoires. 50% des chutes ont lieu lors d un déplacement, le quart lors d une activité domestique, 18% lors d une activité sportive ou de loisir et le reste durant le travail. Les autres accidents de la vie courante ont lieu à majorité au domicile, un quart a lieu sur la voie publique.

4 Trauma Circulation Vie Agression autre Total courante Nuit/jour Nuit Jour Indéterminé Lieu AVP Domicile Travail Champ Lieu d études Autre Mécanisme Transport Chute Accident respiratoire Fumée Feu Flammes Intoxication Lésion auto infligée 9 9 Agression Autre Activité Déplacement Travail Activité agricole Activité Domestique Sports & loisirs Autre Tableau 1 : distribution des types de traumatismes selon le lieu, le mécanisme et l activité lors du traumatisme. Prise en charge : la famille prend en charge les soins dans près de 50% des cas, tout type de traumatisme confondu (tableau 2). Chez les victimes d accident de la circulation, c est essentiellement le responsable de l accident qui prend en charge les soins, puis la famille, puis la victime ; chez les victimes d accident de la vie courante, dans la majorité des cas, c est d abord la famille qui prend en charge, puis la victime. Dans le cas d agression, la prise en charge est assurée d abord par la famille ou la victime elle-même. Dans le cas des accidents de travail, les entreprises interviennent pour environ le quart des cas, pour un autre quart, c est la famille et pour un autre quart des cas, c est la victime ellemême qui assume ses soins. Les entreprises interviennent essentiellement dans le cas des accidents survenant sur le lieu de travail (60% des cas) ou lors des déplacements. Les associations interviennent dans les cas de traumatismes liés à une activité sportive. L intervention des sociétés d assurance est marginale y compris dans le cas des accidents de la circulation.

5 Mode de transport de la victime : dans plus de 82% des cas, les victimes sont transportées en voiture, et dans plus de 13% des cas, les victimes sont prises en charge à pied. Dans le cas des agressions, c est même le mode de transport des victimes dans près de 30% des cas, alors qu ils ne représentent que 13% dans le cas des accidents de la vie courante et 6% dans le cas des accidents de la circulation. Trauma Circulation Vie Agression autre Total courante Prise en charge Victime Famille Responsable accident Entreprise Assurance Association Employé Service Public Indigent Inconnu Mode de transport A pied Vélo Ambulance Voiture Avion Autres Mode NSP Tableau 2 : distribution des victimes de traumatismes selon l âge et le sexe. Sexe : Un tiers des victimes sont de sexe féminin, les femmes sont légèrement plus nombreuses dans les accidents de la vie courante. Age : L essentiel des victimes sont des adultes dans la force de l âge. Quelque soit le type de traumatisme, la fréquence augment avec l âge puis atteint un pic pour la classe d âge des adultes de 25 à 44 ans, ensuite, la fréquence décroît avec l âge, et ce pour tout type de traumatisme, y compris pour les accidents de la circulation. Est-ce une réalité épidémiologique ou l effet d un réalisme socio-économique (on soigne le chef de famille ou celui qui a un emploi)?

6 Trauma Circulation Vie Agression autre Total courante Age 0-5 ans ans ans ans ans ans & plus Donnée manquante Genre Homme Femme Donnée manquante Tableau 3 : distribution des victimes de traumatismes selon l âge et le sexe. Mécanisme d accident et caractéristiques des victimes : Quelque soit le mécanisme lésionnel, on observe un pic pour la classe d âge de ans. Les enfants en bas âge sont essentiellement victimes d accidents domestiques, c est également le cas pour les enfants de 6 à 14 ans. Pour l ensemble de ces deux classes d âge, 52% des accidents ont lieu au domicile, tout comme pour les personnes âgées. Plus précisément, les chutes représentent 60% de la traumatologie des moins de 15 ans et 67% de celle des 65 ans et plus. Pour les jeunes de 15 à 24 ans, la distribution est plus homogène. L examen des différents indicateurs de gravité montre que plus de 10% des victimes ont bénéficié de soins intensifs et plus de 6% ont conserveront des séquelles. L essentiel des soins intensifs (80%) sont dus aux accidents de la vie courante. De même, 50% des victimes sont des victimes d accidents de la vie courante, un tiers est constitué des victimes d accidents de la circulation et le reste, soit 15%, des victimes d agressions. Les victimes d accidents de la vie courante sont plus souvent hospitalisées, mais les victimes de traumatismes routiers sont plus longtemps hospitalisées. Les personnes âgées (65ans et plus) semblent bénéficier d hospitalisations plus longues.

7 Trauma Circulation Vie Agression autre Total courante Gravité Tué Blessé séquelles Blessé hospitalisé Blessé SAP Durée hospital Non hosp ou NSP Hospital <5jours Hospital 5-10 jours Hospital > 10 jours Pronostic séquelles Séquelles inconnues Sans séquelles Avec séquelles Hôpital/Service HJRA Réa HJRA - Urgences HOMI - Urgences Nature Soins Soins NSP Bilan sans soins Soins ambulatoires Réa Soins intensifs Tableau 4 : Distribution des traumatismes selon la nature des soins, la durée d hospitalisation et le pronostic séquellaire. Sévérité de l état des victimes : L examen de la nature des soins montre une forte proportion de victimes qui n ont bénéficié d aucun soin (27%) et un faible taux de victimes ayant subi des soins intensifs (un peu plus de 10%). L essentiel des victimes serait donc des blessés légers. Pronostic séquellaire : Seules 112 victimes présentent des risques de séquelles, soit à peu près 9% des victimes parmi celles pour lesquelles le pronostic séquellaire est connu. Ce taux est de 10% pour les victimes de traumatisme de la route. Ce qui tendrait à indiquer que les victimes sont essentiellement des blessés légers. Hospitalisation : Parmi l ensemble des victimes, plus d un tiers seront hospitalisés, plus de 6% seront hospitalisés de 5 à 10 jours et autant seront hospitalisés plus de 10 jours. Concernant les seuls accidentés de la route, environ 28% des victimes seront hospitalisées et 13% des victimes seront hospitalisées plus de 5 jours. Ces durées d hospitalisation semblent relativement longues. Elles ne peuvent s expliquer uniquement par la nature ou la gravité des lésions. Car, en effet nous notons par ailleurs peu de décès, peu de soins intensifs et peu de séquelles. L allongement de la durée d hospitalisation pourrait s expliquer par deux types de facteurs :

8 - par les délais d attente en raison du manque de place et de moyens de prise en charge ou par les complications chirurgicales ou encore par les infections nosocomiales ou encore par l absence de maisons de repos ou de lieu de prise en charge des soins de suite - par le fait que seules certaines catégories de victimes de traumatismes arrivent à l hôpital (essentiellement des traumatismes ayant eu lieu en zone urbaine ou des accidents de la route ). Les plaies sont légèrement plus fréquentes chez les victimes d agressions, les contusions sont beaucoup plus fréquentes chez les victimes d agressions et dans une moindre mesure chez les victimes d accident de la route que chez les victimes d accidents de la vie courante (AVC). Les fractures et, dans une moindre mesure, les luxations sont plus fréquentes chez les victimes d accidents de la vie courante que chez les autres. Les brûlures sont essentiellement des lésions de la vie courante. Trauma Circulation Vie courante Agression Total Nature lésion Plaie Contusion Fracture Luxation Brûlure Autre Segment corporel Tête Face & Cou Thorax Abdomen Rachis Membre Sup Membre Inf Bassin OrganeGenExt Tableau 5 : Distribution des lésions selon leur nature et leur localisation par type de traumatisme. Les lésions du visage et du cou, ainsi que celles de la tête ou encore du tronc (thorax, abdomen et rachis) sont plus fréquentes chez les victimes d agressions que chez les victimes d AVC. Les victimes d accidents de la circulation occupent une position médiane. Les lésions des membres supérieurs sont plus fréquentes chez les victimes d AVC alors que les lésions des membres inférieurs et du bassin sont plus courantes chez les victimes d accidents de la route.

9 3.3. Victimes d un traumatisme dû à un accident de la circulation Comme souligné plus haut, la confrontation des paramètres décrivant le mécanisme d accident et des variables dédiées aux accidents de la circulation montrent quelques incohérences. On note également quelques incohérences entre variables dédiées aux accidents de la route : catégorie d usagers, véhicule et type d antagoniste ou d obstacle. Trauma Piéton Cycliste Motocycliste Conducteur Passager Total Age 0-14 ans ans ans ans ans & plus Donnée manquante Genre Homme Femme Donnée manquante Total Tableau 6 : distribution des victimes de traumas de la route selon le type d usager, l âge et le sexe. Type d usager : Près de 60% des victimes sont des piétons, puis viennent les passagers (20%), puis les autres usagers : cyclistes (8.50%), motocyclistes (6.50%) et enfin conducteurs (5.30%). Un seul pousse-pousse est enregistré en tant que tel (il n en est pas fait mention ici). Piétons : Les enfants de moins de 6 ans sont accidentés en tant que piétons dans 60% des cas, ceux de 6 à 14 ans sont accidentés piétons dans plus de 83% des cas, cela représente encore 60% des jeunes de 15 à 24 ans, 52% des ans, 44% des ans et 67% des 65 ans et plus. Age : Avec plus de 37% des victimes, la classe d âge la plus fréquemment accidentée est celle des ans : elle représente 70% des conducteurs accidentés, 36% des passagers, 50% des motocyclistes, 42% des cyclistes et un bon tiers des piétons ou des usagers de voiture. Sexe : Les femmes représentent près d un tiers des victimes (31%). L écart homme/femme est faible aux deux extrémités des classes d âge (plus de 41% des victimes de moins de 6 ans ou de 65 ans et plus sont des femmes). Cet écart se creuse dans la classe d âge des ans où les femmes ne représentent que moins de 19% des victimes alors que dans les autres classes d âge, la proportion de femmes est entre 33% (5-14 ans) et 39.60% pour les ans et les 15-24ans. Les deux tiers des victimes femmes sont composés de piétonnes, puis de passagères de véhicule à 30%. Les hommes sont un peu moins piétons mais c est aussi la majorité des

10 victimes(54%), puis passagers(16%), cyclistes(11.65%), motocyclistes(8.35%) et enfin conducteurs(7.85%). Sévérité : On note une légère sur-gravité des accidents des usagers de sexe mâle (9 des 10 tués sont des hommes, 28% de blessés graves ou tués en moyenne chez les femmes contre 34% chez les hommes). On note également une sur-représentation de la classe d âge des 25-44ans parmi les blessés graves (5 des 10 tués, 35% de blessés graves ou tués dans cette classe d âge contre 32% en moyenne dans les autres classes d âges) Conclusions En résumé, l essentiel des traumatismes recensés ont eu lieu en zone urbaine (86%), de jour à plus de 80%. Plus de 51% des traumatismes sont des accidents de la voie publique (AVP) et un tiers a lieu dans le domicile. Près de 50% de ces traumatismes ont lieu dans le cadre d un déplacement. Les chutes constituent le premier mécanisme cause de traumatisme (36%), puis viennent les agressions (24%) et les accidents de transport (14%) au sens restreint du terme. C est essentiellement sur la victime et sa famille que repose le coût de la prise en charge sanitaire, sauf pour les victimes d accidents de la circulation où cette charge est partagée par le responsable de l accident. La nécessité de développer la mise en place d un système de protection sociale et d assurances efficient semble être une urgence vitale. Les victimes de sexe féminin représentent un tiers des victimes. L essentiel de la traumatologie des enfants de moins de 15 ans a lieu au domicile et est due à des chutes : 63% des traumatismes des enfants de moins de 6 ans et 58% des traumatismes d enfants de 6 à 14 ans. Les accidents de la circulation (y compris chutes de vélo ou de deux roues motorisé) ont lieu essentiellement en zone urbaine, ils représentent près de 32% des traumatismes. Les deux tiers des victimes recensées sont de sexe mâle, il s agit essentiellement d adultes dans la force de l âge : 37% des victimes ont entre 25 et 44 ans. 60% des victimes d accidents de la circulation sont des piétons et 26% des usagers (passagers ou conducteurs) de voiture ou taxi. Parmi les 1812 victimes recensées : 33.50% des victimes sont hospitalisées, 6.18 seront hospitalisés plus de 10 jours, 6.18% garderont des séquelles et 1.32% décèderont des suites de leurs blessures. Cette distribution donne une vision contrastée de la gravité des traumatismes et de leurs conséquences à Madagascar : même s il s agit essentiellement de blessés légers, les hospitalisations sont relativement nombreuses et longues. Ce qui souligne la charge de morbidité due aux traumatismes.

Moins d accidents et moins de victimes en 2009

Moins d accidents et moins de victimes en 2009 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 12 avril 2011 Moins d accidents et moins de victimes en 2009 Les chiffres des accidents de la route portant sur 2009 viennent

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER 2013 SOMMAIRE Depuis 1978,... le nombre de décès a chuté de 77,4 %. Il y a eu 399 décès sur les routes en 2013, soit 22 de moins qu en 2012, ce

Plus en détail

Accidents à un seul véhicule sans piéton

Accidents à un seul véhicule sans piéton Accidents à un seul véhicule sans piéton Synthèse Les données utilisées pour cette fiche sont plus particulièrement issues de l Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR) dont

Plus en détail

Savoirs de base en sécurité routière. Vitesse et mortalité

Savoirs de base en sécurité routière. Vitesse et mortalité Sétra Savoirs de base en sécurité routière mars 2006 Vitesse et mortalité Avertissement : cette série de fiches est destinée à fournir une information rapide. La contrepartie est le risque d erreur et

Plus en détail

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE - 30 - ANNEXE N 3 ASSISTANCE MÉDICALE (Mutuelle Assistance International, Mutuelle Assistance France) I. CONDITIONS GÉNÉRALES En cas de besoin, chaque bénéficiaire peut, 24

Plus en détail

BILAN ROUTIER 2014. Société de l assurance automobile du Québec

BILAN ROUTIER 2014. Société de l assurance automobile du Québec BILAN ROUTIER 2014 Société de l assurance automobile du Québec SAAQ BILAN ROUTIER 2014 1 SOMMAIRE IL Y A EU 336 DÉCÈS SUR LES ROUTES EN 2014, SOIT 55 DE MOINS QU EN 2013, CE QUI REPRÉSENTE UNE DIMINUTION

Plus en détail

Mémoire de fin d études

Mémoire de fin d études Faculté de Médecine Deuxième Master en Santé Publique à l Université de Nouakchott, en collaboration avec l Université International de l Andalousie (UNIA) et financé par l Agence Espagnole de Coopération

Plus en détail

2004 2014 : un risque a chassé l autre

2004 2014 : un risque a chassé l autre 2004 2014 : un risque a chassé l autre En 10 ans, le profil des conducteurs français a évolué, leur rapport à la conduite aussi. Pour autant le poids des bons et mauvais conducteurs est resté stable, de

Plus en détail

Informations complémentaires au communiqué de presse conducteur-d-elit.ch

Informations complémentaires au communiqué de presse conducteur-d-elit.ch Le 29 janvier 2015 Informations complémentaires au communiqué de presse conducteur-d-elit.ch Campagne conducteur-d-elite.ch: suivre des cours, c est avoir une conduite plus sûre. L objectif de la campagne

Plus en détail

Mon véhicule. «En auto ou à moto, chaque jour, je veux pouvoir me déplacer facilement.»

Mon véhicule. «En auto ou à moto, chaque jour, je veux pouvoir me déplacer facilement.» Mon véhicule «En auto ou à moto, chaque jour, je veux pouvoir me déplacer facilement.» Pour la Macif, être à vos côtés au quotidien, dans chacun de vos déplacements, est essentiel. «POUR VOUS, LA MACIF

Plus en détail

Portrait des lésions professionnelles chez les travailleurs de 55 ans et plus

Portrait des lésions professionnelles chez les travailleurs de 55 ans et plus Portrait des lésions professionnelles chez les travailleurs de 55 ans et plus 2002-2011 Le document Portrait des lésions professionnelles chez les travailleurs de 55 ans et plus 2002-2011 a été préparé

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE Montpellier - 13 novembre 2012 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques La nature de l activité L âge des participants à l activité Le lieu de l activité

Plus en détail

Garantie des Accidents de la Vie. Plus que jamais, il est important d agir pour vous protéger!

Garantie des Accidents de la Vie. Plus que jamais, il est important d agir pour vous protéger! Garantie des Accidents de la Vie Plus que jamais, il est important d agir pour vous protéger! Coupure, chute, accident en accompagnant vos enfants à l école, brûlure Parce que le danger n est pas toujours

Plus en détail

Fiche de produit Police Voiture. Cette police assure les risques spécifiques qui découlent de l utilisation d une voiture.

Fiche de produit Police Voiture. Cette police assure les risques spécifiques qui découlent de l utilisation d une voiture. POLICE VOITURE juin 2014 Fiche de produit Cette police assure les risques spécifiques qui découlent de l utilisation d une voiture. Tout propriétaire ou preneur de leasing (financier) d une voiture. Assurances

Plus en détail

DECLARATION D ACCIDENT DU TRAVAIL DOCUMENT DESTINE A LA VICITME

DECLARATION D ACCIDENT DU TRAVAIL DOCUMENT DESTINE A LA VICITME DEPARTEMENT DE L ADMINISTRATION FINANCIERE (D.A.F.) SERVICE DES ASSURANCES - CP 150 Email : assurulb@admin.ulb.ac.be DECLARATION D ACCIDENT DU TRAVAIL DOCUMENT DESTINE A LA VICITME Madame, Monsieur, Vous

Plus en détail

RESPONSABILITÉ, SANCTION Introduction: Être responsable de ses actes ET ASSURANCE. Il existe deux types de responsabilité

RESPONSABILITÉ, SANCTION Introduction: Être responsable de ses actes ET ASSURANCE. Il existe deux types de responsabilité Introduction: Être responsable de ses actes Vivre en société exige l existence et le respect de règles visant à garantir la liberté des individus qui la composent, 2 mais aussi à les protéger sur les plans

Plus en détail

RC Auto. comment s y prendre?

RC Auto. comment s y prendre? RC Auto comment s y prendre? RC Auto Une assurance, pour quels conducteurs et pour quels véhicules? «Pas de voiture» sans assurance Parler de l assurance automobile, c est songer aussitôt à l assurance

Plus en détail

Proposition d assurance santé. Garantie des Accidents de la Vie

Proposition d assurance santé. Garantie des Accidents de la Vie Proposition d assurance santé Pour de plus amples renseignements, votre interlocuteur Allianz est à votre disposition. Allianz I.A.R.D. Entreprise régie par le Code des assurances. Société anonyme au capital

Plus en détail

PROTECTION «VIE ENTIÈRE» M.A.A.

PROTECTION «VIE ENTIÈRE» M.A.A. Société d assurance mutuelle à cotisations fixes Entreprise régie par le code des assurances. Créée en 1931 PROTECTION «VIE ENTIÈRE» M.A.A. CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Article 1 OBJET DU CONTRAT... 2

Plus en détail

Extrait du Guide d aide à la codification du BAAC. Document réalisé par l ONISR et le SETRA Avec la collaboration du CETE du Sud-Ouest

Extrait du Guide d aide à la codification du BAAC. Document réalisé par l ONISR et le SETRA Avec la collaboration du CETE du Sud-Ouest Extrait du Guide d aide à la codification du BAAC Document réalisé par l ONISR et le SETRA Avec la collaboration du CETE du Sud-Ouest Décembre 2012 Définition de l accident corporel de la circulation routière

Plus en détail

Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière de la Vice-présidence à la sécurité routière.

Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière de la Vice-présidence à la sécurité routière. J u i n2 0 1 2 Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière de la Vice-présidence à la sécurité routière. Vice-présidente : Directrice : Coordonnatrice

Plus en détail

CIRCULATION DES PIETONS ET DES DEUX ROUES: cas du Cameroun

CIRCULATION DES PIETONS ET DES DEUX ROUES: cas du Cameroun CIRCULATION DES PIETONS ET DES DEUX ROUES: cas du Cameroun Présenté par : M. BEKOLO MINKOUMOU Sous-directeur en charge de l Entretien Routier au Ministère des Travaux Publics Yaoundé Cameroun INTRODUCTION

Plus en détail

Livret d information pour les associations départementales OCCE, leurs coopératives et foyers affiliés.

Livret d information pour les associations départementales OCCE, leurs coopératives et foyers affiliés. Les prestations d assistance sont servies par IMA GIE, dans le cadre des contrats Vam et/ou Auto-mission de la MAIF ou du contrat multirisque coassuré par la MAIF et la MAE. MAIF - société d assurance

Plus en détail

Assurance Assistance et Prévention

Assurance Assistance et Prévention Assurance Assistance et Prévention Solutions Partenaire Services Protéger votre Activité Animer vos Hommes Optimiser vos Finances Atouts Parc : la solution adaptée aux besoins d assurance, d assistance

Plus en détail

Assurance vie permanente. Avantage simplifié Pour les personnes de 40 à 80 ans, sans examen médical

Assurance vie permanente. Avantage simplifié Pour les personnes de 40 à 80 ans, sans examen médical Assurance vie permanente Avantage simplifié Pour les personnes de 40 à 80 ans, sans examen médical Avantage simplifié Jusqu à 100 000 $ 1 d assurance vie par assuré, sans examen médical Avantage simplifié

Plus en détail

Sommaire. L attitude des Français face aux conséquences des accidents de la vie quotidienne. Les accidents de la vie privée en quelques chiffres

Sommaire. L attitude des Français face aux conséquences des accidents de la vie quotidienne. Les accidents de la vie privée en quelques chiffres Sommaire L attitude des Français face aux conséquences des accidents de la vie quotidienne Les accidents de la vie privée en quelques chiffres Pourquoi un nouveau contrat? Ce que couvre la garantie des

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

La politique de segmentation de KBC Assurances

La politique de segmentation de KBC Assurances Plusieurs critères interviennent dans notre décision d assurer ou non un risque, et le cas échéant, pour quel tarif. Nous utilisons ces critères de segmentation pour parvenir à un équilibre entre la prime

Plus en détail

Risque AT 2012 : Statistiques de sinistralité par regroupements de codes risque du CTN D. Services, commerces et industries de l alimentation

Risque AT 2012 : Statistiques de sinistralité par regroupements de codes risque du CTN D. Services, commerces et industries de l alimentation DIRECTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Risque AT 2012 : Statistiques de sinistralité par regroupements de codes risque du CTN D Services, commerces et industries de l alimentation [En cours de rédaction]

Plus en détail

BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 16 mai 2012

BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 16 mai 2012 J. 121300 MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 16 mai 2012 Question 1 Le fait pour un conducteur

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

Du sur-mesure pour vos déplacements/

Du sur-mesure pour vos déplacements/ Assurance des véhicules automobiles STRADA OPTIMA Du sur-mesure pour vos déplacements/ STRADA OPTIMA satisfait le moindre désir en matière de sécurité et de flexibilité des prestations. Si vous recherchez

Plus en détail

ABS 2RM : quels effets observés sur la fréquence accident?

ABS 2RM : quels effets observés sur la fréquence accident? ABS 2RM : quels effets observés sur la fréquence accident? Bertrand Nelva-Pasqual, Mutuelle des Motards Journées Scientifiques "Deux-roues motorisés" 15 et 16 octobre 2013, Lyon-Bron Groupe d Échanges

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

> Un cadre législatif spécifique

> Un cadre législatif spécifique R 111 Centre de documentation et d information de l assurance Mars 2007 Accidents de la circulation : l indemnisation des dommages corporels Piéton, cycliste, motard, passager d un véhicule ou conducteur

Plus en détail

Les français et les jeunes conducteurs

Les français et les jeunes conducteurs DOSSIER DE PRESSE Paris, 4 mai 2015 www.jeune-conducteur-assur.com Les français et les jeunes conducteurs Révélation de l étude Jeune Conducteur Assur / Ifop Enquête menée auprès d un échantillon de 1000

Plus en détail

La responsabilitié civile... vous connaissez?

La responsabilitié civile... vous connaissez? Fiche d activité FA La responsabilitié civile... vous connaissez? Lorsqu on parle d assurance habitation, le feu et le vol sont les deux sortes de sinistres qui viennent d abord à l esprit. Mais il y en

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE

MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE Votre assistance santé à domicile MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE Avec Malakoff Médéric Prévoyance et MUT2M, bénéficiez de nouveaux services gratuits 24h/24 et 7j/7 grâce à votre n d identification 753734

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

LES ACCIDENTS DE TRAJET

LES ACCIDENTS DE TRAJET QUATRIEME SEMAINE NATIONALE DES ACCIDENTES DE LA VIE «STOP AUX ACCIDENTS DE TRAJET» Du 13 au 19 octobre 2008 LES ACCIDENTS DE TRAJET FNATH, association des accidentés de la vie - Siège national 47, rue

Plus en détail

GEMA Prévention - Portrait des conducteurs de 2 roues d'aujourd'hui

GEMA Prévention - Portrait des conducteurs de 2 roues d'aujourd'hui GEMA Prévention - Portrait des conducteurs de 2 roues d'aujourd'hui Présentation de l'étude GEMA Prévention - Portrait des conducteurs de 2 roues d'aujourd'hui Présentation de l étude L association GEMA

Plus en détail

Traumatologie en odontostomatologie du sport

Traumatologie en odontostomatologie du sport Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2002, 45-4 95 Traumatologie en odontostomatologie du sport Alain GARUET * Au XX e siècle le sport a été àla fois un facteur de paix, de distraction et de divertissement.

Plus en détail

Quelle qualité de l air au volant? Premiers éléments de réponse en Ile-de-France

Quelle qualité de l air au volant? Premiers éléments de réponse en Ile-de-France Quelle qualité de l air au volant? ---------------------------- Les automobilistes sont nettement plus exposés à la pollution atmosphérique que les piétons, même à proximité des grands axes. Tel est le

Plus en détail

Foire aux questions Régime médicaments du Nouveau-Brunswick Le 10 décembre 2013

Foire aux questions Régime médicaments du Nouveau-Brunswick Le 10 décembre 2013 Foire aux questions Régime médicaments du Nouveau-Brunswick Le 10 décembre 2013 1. Qu'est-ce que le Régime médicaments du Nouveau-Brunswick? Le Régime médicaments du Nouveau-Brunswick est une assurance

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE Protection ACCIDENT Protection HOSPI Capital ÉQUIPEMENT HANDICAP / DÉPENDANCE Contact presse : Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64

Plus en détail

N i1007 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N i1007 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N i1007 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le. PROPOSITION DE LOI visant à renforcer la protection et la sécurité

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

DONNÉES DÉTAILLÉES DE L ACCIDENTALITÉ

DONNÉES DÉTAILLÉES DE L ACCIDENTALITÉ PARTIE 6 # DONNÉES DÉTAILLÉES DE L ACCIDENTALITÉ DONNÉES DÉTAILLÉES DE L ACCIDENTALITÉ / LES ACCIDENTS ET LES USAGERS Les accidents et les usagers Selon les modes de déplacement 161 DONNÉES GÉNÉRALES D

Plus en détail

Synthèse Assurance, responsabilité civile

Synthèse Assurance, responsabilité civile Synthèse Assurance, responsabilité civile SJE/mai 2013 REMARQUES PRELIMINAIRES : 1) Dans le cadre de sa mission d aide sociale à l enfance le Conseil général se voit confier des enfants. Le Département

Plus en détail

Convention d assistance 921.147. FORMULE 2 Véhicule de collection Sans franchise kilométrique

Convention d assistance 921.147. FORMULE 2 Véhicule de collection Sans franchise kilométrique Convention d assistance 921.147 FORMULE 2 Véhicule de collection Sans franchise kilométrique Les prestations de la convention d'assistance souscrite par TEA CEREDE auprès de Fragonard Assurances (Société

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

LES CARNETS DE BORD DE L ACDA L ASSURANCE CIRCUIT

LES CARNETS DE BORD DE L ACDA L ASSURANCE CIRCUIT LES CARNETS DE BORD DE L ACDA L ASSURANCE CIRCUIT Me TEISSEDRE - Administrateur ACDA La pratique d un sport automobile n est pas sans risque, tant au niveau physique que pécuniaire, et ses conséquences

Plus en détail

Assurance combinée ménage

Assurance combinée ménage Clients privés Assurance combinée ménage Plus de choix, de simplicité et d adaptabilité. Les modules assurance ménage, RC privée, bâtiment et objets de valeur, très appréciés, peuvent désormais être assortis

Plus en détail

LE MINI GUIDE DE L ASSURANCE RC AUTO EN BELGIQUE. Agréé par la CBFA sous le numéro 14313A-cB.

LE MINI GUIDE DE L ASSURANCE RC AUTO EN BELGIQUE. Agréé par la CBFA sous le numéro 14313A-cB. LE MINI GUIDE DE L ASSURANCE RC AUTO EN BELGIQUE Avant propos Cet ouvrage est la propriété intellectuelle du Bureau Financier Pietquin Bureau de courtage indépendant Agréé par la CBFA sous le numéro 14313A-cB.

Plus en détail

N 2564 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2564 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2564 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 11 février 2015. PROPOSITION DE LOI tendant à développer l usage

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales.

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. 1 Les outils de mesure existants et description du handicap épileptique Il ne s agit pas ici de mesurer

Plus en détail

Présenté par Constable Perry Madelon Road Safety Unit Traffic Branch

Présenté par Constable Perry Madelon Road Safety Unit Traffic Branch Présenté par Constable Perry Madelon Road Safety Unit Traffic Branch Qu est-ce que la distraction au volant? La distraction au volant s entend de tout ce qui détourne l attention accordée à la conduite.

Plus en détail

entraide, bénévolat, coup de main sur l exploitation

entraide, bénévolat, coup de main sur l exploitation agriculteurs, viticulteurs entraide, bénévolat, coup de main sur l exploitation assurances et responsabilités Philippe Ravillon SITMAFGR (Société des Ingénieurs et Techniciens du Machinisme Agricole) Raymond

Plus en détail

Objectifs et Modalités. Présentation : Dr M. Hours, INRETS

Objectifs et Modalités. Présentation : Dr M. Hours, INRETS Objectifs et Modalités Présentation : Dr M. Hours, INRETS Objectifs du projet Identifier les facteurs pronostiques de handicap et/ou de mauvaise réinsertion des victimes d accidents de la circulation Sous-

Plus en détail

Les Franciliens utilisent autant les transports en commun que la voiture pour se rendre au travail

Les Franciliens utilisent autant les transports en commun que la voiture pour se rendre au travail ILE-DE-FRANCE à la page à la page N 353 - Avril 11 Population Les Franciliens utilisent autant les transports en commun que la voiture pour se rendre au travail Les Franciliens utilisent autant la voiture

Plus en détail

Quotidom maison & cie NOUVEAU. Vivez!

Quotidom maison & cie NOUVEAU. Vivez! Quotidom maison & cie NOUVEAU Vivez! UNE ASSISTANCE VIE QUOTIDIENNE, POURQUOI? Vous jonglez tous les jours entre travail et vie personnelle Mais un grain de sable peut vite tout compliquer : votre machine

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

1- LES CHUTES DE PERSONNES...

1- LES CHUTES DE PERSONNES... 7 1-1- LES CHUTES DE PERSONNES... sont la cause de plusieurs accidents de travail Les chutes n ont pas de cible. Qui n est pas tombé dans un stationnement, en sortant de sa voiture, en se rendant à sa

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Portrait des jeunes travailleurs de 24 ans ou moins. Année 2012

Portrait des jeunes travailleurs de 24 ans ou moins. Année 2012 Portrait des jeunes travailleurs de 24 ans ou moins Année 2012 Portrait des jeunes travailleurs de 24 ans ou moins Année 2012 Le document Portrait des jeunes travailleurs de 24 ans ou moins Année 2012

Plus en détail

LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE AU QUÉBEC :

LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE AU QUÉBEC : DOCUMENT DE CONSULTATION L IVRE VERT LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE AU QUÉBEC : un défi collectif 1 2 3 4 Le port du casque protecteur pour les cyclistes Le patin à roues alignées Le cinémomètre photographique (photo-radar)

Plus en détail

La parole aux assurés

La parole aux assurés 30 Budget&Droits 229 - juillet/août 2013 La parole aux assurés Nous étudions régulièrement la qualité des contrats d assurance. Cette fois, nous laissons la parole aux assurés, en particulier à ceux qui

Plus en détail

LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE. Comité pédagogique SAP SDIS 43

LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE. Comité pédagogique SAP SDIS 43 LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE Comité pédagogique SAP SDIS 43 DEFINITIONS Electrisation: manifestations physiopathologiques liées au passage du courant dans l organisme Electrocution: décès par électrisation

Plus en détail

- Les équipements. Route à accès réglementé. Autoroute

- Les équipements. Route à accès réglementé. Autoroute SECURITE ROUTIERE : QUELQUES ELEMENTS A RETENIR Pour réviser, vous pouvez vous entrainez sur le site : http://eduscol.education.fr/cid46889/preparation-auxepreuves-securite-routiere.html L ASSR est l attestation

Plus en détail

«Evaluation de l activité physique chez les enfants et adolescents à l aide d une méthode objective» SOPHYA

«Evaluation de l activité physique chez les enfants et adolescents à l aide d une méthode objective» SOPHYA ID: «Evaluation de l activité physique chez les enfants et adolescents à l aide d une méthode objective» SOPHYA Swiss children s objectively measured physical activity Questionnaire pour les parents sur

Plus en détail

Mon véhicule. Bien assuré. avec. le Crédit Mutuel

Mon véhicule. Bien assuré. avec. le Crédit Mutuel Bien assuré avec le Crédit Mutuel Mon véhicule Bien assuré, avec le Crédit Mutuel Lors de l achat d un véhicule, tout commence par le financement et l assurance. 7jours 7 La meilleure assurance auto, c

Plus en détail

Régime d assurance collective conçu exclusivement à l intention des membres. En vigueur au 1 er mai 2015

Régime d assurance collective conçu exclusivement à l intention des membres. En vigueur au 1 er mai 2015 Régime d assurance collective conçu exclusivement à l intention des membres En vigueur au 1 er mai 2015 Assurance médicaments, soins de santé et voyage FKQ ASSURANCE Une gamme de protections complètes

Plus en détail

Focus Assistance 2014

Focus Assistance 2014 Focus Assistance 2014 SOCIETE D ASSURANCE MUTUELLE LES SERVICES D ASSISTANCE INTÉGRÉS À VOS CONTRATS D ASSURANCES SOMMAIRE Assistance Route Tranquille... 3 Assistance Automobile... 4-5 Assistance Vie Tranquille...

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

ÉDITO SOMMAIRE DES ACCIDENTS TOUJOURS EN AUGMENTATION

ÉDITO SOMMAIRE DES ACCIDENTS TOUJOURS EN AUGMENTATION Septembre 2013 ÉDITO Accident du travail : les indicateurs d absence s aggravent dans les conseils généraux et régionaux Depuis 2006, près de 130 00 agents (1) TOS* et personnels DDE** ont intégré les

Plus en détail

ACTIVITES REGLEMENTEES

ACTIVITES REGLEMENTEES ACTIVITES REGLEMENTEES Par le décret N 98-246 du 02 Avril 1998, quels que soient le statut juridique et les caractéristiques de l entreprise, un certain nombre d activités, dites réglementées ne peuvent

Plus en détail

Le dossier d inscription est à retourner à l adresse suivante avant le 13 Juin 2015 :

Le dossier d inscription est à retourner à l adresse suivante avant le 13 Juin 2015 : Dossier d inscription Le dossier d inscription est à retourner à l adresse suivante avant le 13 Juin 2015 : Le Masque de Fer de Lyon 41 rue Crillon 69006 LYON Tel : 04 78 93 08 98 Fax : 04 72 44 24 78

Plus en détail

Notice d Information Assurance de Groupe - Frais de Santé Contrat n 2431318401020

Notice d Information Assurance de Groupe - Frais de Santé Contrat n 2431318401020 Notice d Information Assurance de Groupe - Frais de Santé Contrat n 2431318401020 A effet du 1 er janvier 2007 Le Syndicat REUSSIR. 21 BOULEVARD POISSONNIERE 75002 PARIS souscrit auprès d AXA France Vie,

Plus en détail

CONDITION GENERALES EUROPEENNE D ASSURANCE

CONDITION GENERALES EUROPEENNE D ASSURANCE CONDITION GENERALES EUROPEENNE D ASSURANCE SERVINCO / CAP-VIETNAM ont souscrit pour vous auprès de L Européenne d Assurances Voyages un contrat avantageux et spécifique vous permettant de bénéficier sur

Plus en détail

Assurances à l école

Assurances à l école Assurances à l école Les différentes assurances qui entrent en jeu lors d un incident à l école Chaque jour d école, on dénombre une dizaine d accidents graves. Le nombre annuel d accidents de toute nature

Plus en détail

ceinture bouclée, casque attaché, je prends la route en toute sérénité

ceinture bouclée, casque attaché, je prends la route en toute sérénité assurance auto & moto ceinture bouclée, casque attaché, je prends la route en toute sérénité sécurité du conducteur Pourquoi mettez-vous votre ceinture de sécurité ou votre casque de moto? Parce que vous

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA

CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA QUELLES SONT LES CONDITIONS POUR POUVOIR CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA? Vous devez être âgé d au moins 16 ans et être détenteur d un permis de conduire valide. Il y a

Plus en détail

en Bref Pédibus : Aller Pédibus c est : Pédibus en toute assurance :

en Bref Pédibus : Aller Pédibus c est : Pédibus en toute assurance : en Bref Une nouvelle façon d aller à l école : un ramassage organisé, à pied, d une caravane d enfants : C'est un groupe d'écoliers conduit à pied par des adultes (souvent des parents) bénévoles, qui suit

Plus en détail

LES CARTES VISA AFFAIRES ET VISA GOLD AFFAIRES

LES CARTES VISA AFFAIRES ET VISA GOLD AFFAIRES GESTION DES FLUx Cartes Affaires Mission Plus ENTREPRISES ENTRÉE EN RELATION GESTION DES FLUX CRÉDIT BAIL AFFACTURAGE PRODUITS DE MARCHÉ CORPORATE FINANCE ASSURANCE INTERNATIONAL ADMINISTRATEUR DE BIENS

Plus en détail

Réduire le risque routier Une stratégie pour un utilitaire plus sûr

Réduire le risque routier Une stratégie pour un utilitaire plus sûr DOSSIER DE PRESSE 28 avril 2011 * Réduire le risque routier Une stratégie pour un utilitaire plus sûr Contact presse : L Assurance Maladie Risques Professionnels Marie-Eva PLANCHARD 01 72 60 22 88 marie-eva.planchard@cnamts.fr

Plus en détail

Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière à la Vice-présidence à la sécurité routière.

Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière à la Vice-présidence à la sécurité routière. Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière à la Vice-présidence à la sécurité routière. Vice-présidente : Directrice : Coordonnateur et rédacteur

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PROGRAMME. Mars 2014 - Police n o 31943

RÉSUMÉ DU PROGRAMME. Mars 2014 - Police n o 31943 Prix compétitifs Couverture à valeur ajoutée Service personnalisé RÉSUMÉ DU PROGRAMME Mars 2014 - Police n o 31943 Programme d assurance de l Association québécoise des informaticiennes et informaticiens

Plus en détail

En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr

En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr twitter.com/routeplussure Délégation à la sécurité et à la circulation routières Place des Degrés Tour Pascal B 92055 LA Défense Cedex DSCR - AVRIL 2013 -

Plus en détail

Sécurité Routière. réalisation programme

Sécurité Routière. réalisation programme Sécurité Routière réalisation programme 2014 2015 SÉCURITÉ ROUTIÈRE ÉDITO LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE, UN OUTIL DE RECONQUÊTE DE NOS RUES. La sécurité routière participe à notre volonté de reconquérir les rues.

Plus en détail

1 mois de cotisation d assurance offert. pour toute nouvelle souscription d un contrat Auto*

1 mois de cotisation d assurance offert. pour toute nouvelle souscription d un contrat Auto* OFFRES DE BIENVENUE RÉSERVÉES AUX SALARIÉS GRÂCE À VOUS, LES SALARIÉS DE VOTRE ENTREPRISE PEUVENT BÉNÉFICIER D UN MOIS DE COTISATION D ASSURANCE OFFERT POUR TOUTE NOUVELLE SOUSCRIPTION À TITRE INDIVIDUEL

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

L ASSURANCE ET LE SERVICE BMW PROTECTION. LA PROTECTION TOUT-EN-UN POUR VOTRE NOUVELLE BMW.

L ASSURANCE ET LE SERVICE BMW PROTECTION. LA PROTECTION TOUT-EN-UN POUR VOTRE NOUVELLE BMW. BMW Financial Services www.bmw.be Le plaisir de conduire L ASSURANCE ET LE SERVICE BMW PROTECTION. LA PROTECTION TOUT-EN-UN POUR VOTRE NOUVELLE BMW. UNE SEULE ÉTAPE POUR VOTRE NOUVELLE BMW. Avec BMW Financial

Plus en détail

L assurance qui protège votre famille, vos biens et vos droits chez vous et partout ailleurs!

L assurance qui protège votre famille, vos biens et vos droits chez vous et partout ailleurs! L assurance qui protège votre famille, vos biens et vos droits chez vous et partout ailleurs! reebou family, un produit unique pour une couverture complète Foyer vous propose une assurance multirisque

Plus en détail

COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE

COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE DESCRIPTION DU MÉTIER Le masseur-kinésithérapeute ou «kiné» dans le langage courant, effectue sur prescription médicale des actes de gymnastique médicale, de massage, de

Plus en détail