DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE"

Transcription

1 DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDES DES POLITIQUES ECONOMIQUES DE L UNIVERSITE D EVRY Comment développer les emplos favorables à la bodversté en Ile-de-France? Jean DE BEIR, Célne EMOND, Yannck L HORTY et Laetta TUFFERY Unversté d Evry Val d Essonne, 4 bd. F. Mtterrand, Evry CEDEX

2 Comment développer les emplos favorables à la bodversté en Ile-de-France? Jean DE BEIR Yannck L HORTY Célne EMOND Laetta TUFFERY Partant d une analyse monographque des secteurs d actvtés franclens ayant des effets favorables sur la bodversté, nous sommes en mesure de recenser les bo-emplos en Ile-de-France et les emplos nduts à l échelle natonale. Les «bo-emplos» sont ceux dont l actvté ou une part de l actvté contrbue à la connassance, la geston, la protecton, la valorsaton et la restauraton de la bodversté de façon ntentonnelle ou non, et ceux contrbuant à la prse en compte des enjeux de bodversté dans les autres actvtés économques. Ils comprennent auss les actvtés de communcaton et de fnancement de projets favorables à la bodversté. La bodversté est c défne comme l ensemble du tssu vvant, de ses fonctons écologques et de ses servces écosystémques. Selon nos estmatons, les bo-emplos ne représentent aujourd hu qu 1 emplo sur 1000 en Ile-de-France, soent 5090 bo-emplos en effectfs occupés (EO) et 6400 en équvalent temps plen (ETP). Ils se répartssent, à plus de 70%, entre les actvtés assocatves, les actvtés de recherche et développement et l admnstraton publque. A cela s ajoutent 2355 emplos natonaux en EO et 2900 ETP, nduts par les bo-emplos franclens, sot un total de presque 7450 bo-emplos et emplos nduts en EO et 9300 pour une comptablsaton en ETP. Ans, pour deux bo-emplos, en moyenne, un emplo ndut est créé. Pour effectuer ce dénombrement, nous avons construt un outl de smulaton, baptsé SPIDER, qu nous a perms de quantfer dfférents scenar d évoluton des bo-emplos ans que les effets de poltques régonales varées sur les bo-emplos. Ces smulatons montrent qu une poltque mxte combnant varaton de la producton et changement de pratques est préférable à une poltque s appuyant sur un seul de ces nstruments. Nos smulatons montrent également que le degré de cblage optmal de la poltque mxte dot couvrr tous les secteurs ntégrant des bo-emplos (secteurs dont le bo-coeffcent est postf), pour les actons du côté de l offre, et un pett nombre de secteurs à fort bo-coeffcent, pour les actons côté demande. La stratége régonale devrat donc consster à peu cbler l acton sur l offre, afn d ncter les pratques favorables à la bodversté dans le plus grand nombre de secteurs, tout en cblant les mesures de demande sur un pett nombre de secteurs, afn de soutenr la producton des secteurs les plus ntensfs en emplos favorables à la bodversté. Mots-clés : emplo, bodversté, enquête, monographe, smulaton, poltque régonale Code JEL : J21, Q57 Unversté d Evry Val d Essonne, EPEE et TEPP-CNRS Centre d Etudes de l Emplo et TEPP-CNRS Unversté Pars-Est Marne-la-Vallée, ERUDITE, CEE et TEPP-CNRS Centre d Etudes de l Emplo et TEPP-CNRS Ce document est ssu d un traval réalsé pour le compte de Natureparf, agence régonale pour la nature et la bodversté en Ile-de-France. Les auteurs, sans se dégager de leur responsablté, remercent pour leurs commentares et remarques Natureparf et tout partculèrement Stéphane Lux, Laura Maxm et Marc Barra ans que tous les membres du comté de plotage de l étude.

3 Introducton Avec 18.5% de la populaton françase métropoltane et seulement 2% du terrtore métropoltan, l Ilede-France se caractérse par une forte densté de populaton, un bassn d emplos mportant ans qu un terrtore qu reste majortarement rural lorsque l on s élogne du centre. Néanmons, la presson de l urbansaton sur les espaces naturels condut à une dmnuton de ces espaces et une fragmentaton des mleux qu a été accrue durant les dernères décennes. Il s agt donc aujourd hu d ntégrer les problématques relatves à la protecton de la bodversté dans l ensemble des secteurs d actvtés pour une melleure connassance et une melleure prse en compte de celle-c de la part des professonnels. Dès les années 1970, des travaux emprques ont tenté d évaluer l effet des poltques de protecton de l envronnement sur l emplo. Plus récemment, des études analysent l mpact en termes d emplo des poltques de lutte contre l effet de serre dans des secteurs spécfques ou dans l ensemble de l économe. La mesure de l emplo favorable à la bodversté relève quant à elle d une démarche analytque novatrce. C est dans ce champ que s nscrt notre traval dont l objet est de dénombrer les emplos favorables à la bodversté («les bo-emplos») en Ile-de-France et d étuder les dfférents moyens offerts aux poltques publques pour augmenter ces emplos et soutenr ans la bodversté. Il apparat pertnent de placer les problématques lées à la bodversté au cœur des poltques publques dans une régon où cohabtent une rchesse en bodversté remarquable et une actvté économque dynamque. L un des enjeux consste à comprendre sur quels levers l est possble de jouer pour élever la conscence qu ont les ndvdus de l mportance de la protecton de la bodversté pour l emplo et le développement économque et d augmenter les actons effectves qu lu sont favorables. Pour cela, l est mportant de repérer qu sont les acteurs de la bodversté. L objectf de ce traval est de recenser les emplos favorables à la bodversté en Ile-de-France et les emplos qu sont nduts par les actvtés favorables à la bodversté. Pour y parvenr, nous construsons un ndcateur : le bo-coeffcent. Cet ndcateur nous permet de recenser dans chaque secteur d actvté les emplos favorables à la bodversté. Ensute, nous dentfons, grâce à des smulatons de poltques publques, les levers permettant de développer ces emplos. L apport de ce traval est de comprendre quelles seraent les actons poltques à mener, et de conseller les décdeurs poltques en leur ndquant sur quels secteurs et pour quels emplos ls dovent agr prortarement pour augmenter et transformer les emplos actuels en emplos favorables à la bodversté. La premère secton présente une brève revue de la lttérature. La seconde secton expose le pérmètre, la méthodologe ans que les résultats du recensement des bo-emplos, des emplos nduts et des boemplos nduts. La trosème et dernère secton présente l outl de smulaton, baptsé SPIDER, et expose les dfférentes poltques publques qu ont été smulées afn d évaluer les effets de poltques régonales de souten à l emplo favorable à la bodversté. 2

4 Emplos et bodversté : une lttérature encore émergente Enjeux et méthodes : la protecton de l envronnement La mesure de l emplo favorable à la bodversté relève d une démarche analytque novatrce. Jusqu c, les travaux applqués se sont concentrés sur les effets sur l emplo des poltques de protecton de l envronnement. Dès le mleu des années 1970, un grand nombre d études consacrées aux conséquences sur l emplo des poltques de l envronnement sont réalsées, ndépendamment de leurs dmensons en termes de coûts externes et de ben-être socal. Seuls quelques artcles utlsant un modèle d équlbre général (Bovenberg, Goulder) tratent smultanément la queston du nveau optmal de la taxe sur la polluton et de son mpact sur l emplo. Nous pensons c à la lttérature consacrée à la noton de double dvdende, lorsque l nstauraton d une taxe envronnementale, à recettes budgétares constantes, génère smultanément un bénéfce en termes d emplo et d envronnement (Chroleu- Assoulne, 2001) 1. Des études récentes portent sur l mpact spécfque en termes d emplo des poltques contre l effet de serre. Par exemple, le développement des actvtés vertes en France (secteur résdentel, transports, énerges renouvelables) permettrat de doubler leur nveau d emplo entre 2007 et 2012, dans le cadre de la mse en place de certans objectfs du Grenelle de l Envronnement (ADEME, ). Plus large que cette approche sectorelle, Quron et Demally 3 prévoent, pour un prx donné du barl de pétrole, la créaton de emplos en France dans la perspectve d une réducton de 30% des émssons de CO2 d c à 2020, en tenant compte des destructons et créatons d emplos (drects et ndrects) mas auss des emplos nduts (WWF et CIRED, 2008). Il exste pluseurs méthodes pour évaluer l mpact des mesures de la poltque envronnementale sur l emplo. Quron (1999) 4 utlse la méthode dte de contenu en emplo en calculant, pour chaque opton organsatonnelle, technque ou fscale, le nombre d emplos (drects, ndrects et nduts) créés par euro dépensé. Il s nspre de la démarche mse en œuvre par Husson (1994) 5 qu cherche à calculer un contenu global en emplo dans l économe françase en prenant en compte les dépenses drectes de traval au sen de chaque branche et les flux de traval transtant par les échanges nter-ndustrels. Les enjeux lés à l emplo favorable à la bodversté Analyser les effets sur l emplo de la bodversté peut éclarer à la fos le débat sur l éroson de la bodversté et sur les moyens d y fare face, et celu de la lutte contre le chômage et des poltques publques pour l emplo. La prse en compte des effets sur l emplo de la bodversté reste cependant mal connue et peu comptablsée. Peu d études s ntéressent à l emplo dans le domane de la bodversté. Nous en retenons deux, réalsées par le Servce de l Observaton et des Statstques 6, d une part, et le réseau TEE 7, d autre part. Leur apport peut être éclaré et complété par les travaux du Comté de flères, sur lesquels notre démarche a pu s appuyer. 1 M. Chroleu-Assoulne, Le double dvdende : les approches théorques. Revue françase d Econome, 2001, 16, 2, Ademe, Marchés, emplos et enjeu énergétques des actvtés lées à l effcacté énergétque et aux énerges renouvelables : stuaton perspectves 2012, étude réalsée par la socété In Numer, jullet P. Quron et D. Demally, -30% de CO2= emplos, étude pour le WWF, CIRED, P.Quron, Les conséquences sur l emplo de la protecton de l envronnement : l apport des études de contenu en emplo, Thèse de Doctorat, Ecole des Mnes de Pars, M. Husson, Le contenu en emplo de la demande fnale, La Revue de l IRES n 14, hver Les éco-actvtés et l emplo envronnemental Pérmètre de référence Résultats (Etudes et documents n 10) jullet Terrtores Emplo Envronnement, Objectf Bodversté. Emplos, méters, formaton, ma

5 Mesurer les éco-actvté et l emplo envronnemental La premère étude, menée par le Servce de l Observaton et des Statstques, s appue sur une démarche ntée au nveau européen par Eurostat. L dée est de défnr le pérmètre du «domane envronnemental», de chffrer les éco-actvtés et la «somme des éco-actvtés» consttuant le domane envronnemental. L approche adoptée retent les actvtés qu partcpent à la producton d écoproduts. Au total, l emplo envronnemental dans les éco-actvtés 8 * représenterat envron emplos, et serat en hausse depus Au sen de l emplo envronnemental, la catégore «Nature, bodversté et paysages» représenterat emplos et 3% des dépenses des entreprses pour la protecton de l envronnement. Cette étude recèle certanes lmtes, au regard de notre démarche. Elle met avant tout l accent sur l emplo envronnemental et non unquement l emplo favorable à la bodversté, qu consttue une parte des emplos envronnementaux 9. En outre, la défnton d une catégore bodversté comme la geston des espaces et des espèces, la connassance et la réducton des pressons, ne prend pas en compte toutes les caractérstques de la bodversté, telle que nous l entendons : l ensemble du tssu vvant, de ses fonctons écologques et de ses servces éco-systémques. Comme le sgnale, à juste ttre, le rapport du comté de flère bodversté rendu en janver , l étude du Servce de l Observaton et des Statstques (SOeS) n ntègre pas les méters de la recherche ou de l éducaton, les professonnels du zoo, les agents des douanes, jurstes spécalsés, professonnels d entreprses pour la geston des espaces, techncens cynégétques Selon le Comté de flère, «l n est donc pas absurde de consdérer que le secteur de la bodversté et des servces écologques moblse de l ordre de professonnels». Pour parvenr à cette estmaton, le comté a utlsé la défnton suvante : les méters dont «l actvté prncpale est de contrbuer à la connassance, la geston, la valorsaton, et la restauraton de la bodversté, ou de contrbuer à la prse en compte des enjeux de bodversté dans les autres actvtés économques». C est la défnton que nous adoptons. Le rapport du comté de flère fat également le constat que dans la plupart des entreprses et flères, les emplos ne seront pas créés de toutes pèces mas provennent de la reconverson et de l adaptaton des compétences assocées à des emplos exstants. Il s agt d un aspect essentel du «verdssement» des emplos, que notre traval prend en compte. L dée est de ne pas se lmter au cœur des emplos verts. Les méters et emplos de la bodversté La trosème étude est réalsée par le réseau TEE 11 (Terrtores, Emplo, Envronnement). La défnton retenue est celle du Comté natonal de flère. L accent est une nouvelle fos ms sur le fat que la bodversté concerne potentellement tous les secteurs d actvtés. A l ssue de l envo de questonnares quanttatfs et de 22 entretens avec les drectons ou les responsables des ressources humanes, et des professonnels dont l actvté contrbue à la protecton de la bodversté, TEE a recensé près de personnes travallant dans des structures, plutôt de pette talle. Les réponses provenaent à plus de 50% d assocatons et pour plus d un quart de collectvtés terrtorales, qu travallaent prncpalement dans les domanes d éducaton à l envronnement et de la geston des espaces verts. 8 «Les éco-actvtés comprennent la producton de bens ou de servces concourant à la protecton de l envronnement et à la geston des ressources naturelles. Elles sont réalsées pour l essentel par des entreprses marchandes mas auss par des admnstratons publques. Elles ncluent les actvtés de protecton de l envronnement nternes aux entreprses, actvtés dtes auxlares et qu ne font pas l objet d une vente, mas d une dépense.» (CGDD, 2009) 9 Les emplos lés à l envronnement comprennent les emplos lés par exemple aux ressources énergétques, au transport, aux déchets, à l eau, à la protecton et conservaton des espaces naturels et de la bodversté. Ces emplos recoupent les emplos lés aux éco-actvtés décrts plus haut. 10 Rapport du comté de flère bodversté et servces écologques. Comté natonal du plan de moblsaton des terrtores et des flères sur le développement des méters de la crossance verte 11 Terrtores Emplo Envronnement, Objectf Bodversté. Emplos, méters, formaton, ma

6 Au total, la connassance des emplos ayant un mpact favorable sur la bodversté est encore peu précse. Néanmons, les études se multplent et permettent d apporter des nformatons supplémentares. Pérmètre, protocole et quantfcaton des emplos favorables à la bodversté Défntons et pérmètre du champ de l étude 12 Nous consdérons les emplos 13 ayant un mpact favorable sur la bodversté, que nous nommons «boemplos» comme étant ceux dont l actvté ou une part de l actvté contrbue à la connassance*, la geston*, la protecton*, la valorsaton* et la restauraton* de la bodversté de façon ntentonnelle ou non 14, et ceux contrbuant à la prse en compte des enjeux de bodversté dans les autres actvtés économques. Ils comprennent auss les actvtés de communcaton* et de fnancement* de projets favorables à la bodversté. La bodversté* est c défne comme l ensemble du tssu vvant, de ses fonctons écologques* et de ses servces écosystémques* 15. Encadré 1 La bodversté : une dmenson essentelle du vvant Le manten de la bodversté est un enjeu vtal pour les socétés humanes du fat des bens et servces qu elle procure : 40% de l économe mondale sont drectement lés à l utlsaton des écosystèmes naturels et semnaturels et des espèces vvantes. Les pressons sur la bodversté se sont consdérablement renforcées au cours du dem-sècle derner accentuant son éroson. Le sommet de la terre à Ro en 1992 a ans perms l adopton de la conventon sur la dversté bologque (CDB) afn de stopper l éroson de la bodversté. Ce traté comporte tros objectfs: la conservaton de la dversté bologque, l utlsaton durable de ses éléments et le partage juste et équtable des avantages découlant de l explotaton des ressources génétques. De ces objectfs ressort un ensemble de thèmes abordés par la CDB dont l ntégraton de la préservaton de la bodversté dans un grand nombre de poltques publques des pays sgnatares dont fat parte la France. Cette défnton condut à dstnguer les emplos favorables à la bodversté des emplos verts (lés à l envronnement et à la crossance verte de manère plus globale). Il s agt d étuder les emplos favorables à la bodversté au-delà des emplos du «cœur vert», c est-à-dre l ensemble des emplos présents dans les structures de geston entèrement dédées aux espaces naturels et espaces verts (ex : techncen forester, gestonnare de parc naturel, etc.). 12 Les contours et les défntons utlsées dans notre étude ont été adoptés à la sute d une sére de 19 entretens menés auprès de spécalstes de la bodversté et de professonnels 12 appartenant à des secteurs d actvté dfférents. 13 Pour des rasons de transparence et de vsblté sur le marché du traval, nous comptablsons unquement les salarés et non les actfs non-salarés (bénévoles, etc.). 14 Pour défnr notre objet, nous avons bénéfcé de la réflexon du comté de flère bodversté et nous réutlsons sa défnton. 15 Nous ne prenons en compte que la bodversté non humane, dans la mesure où une applcaton strcte de ces défntons condurat à nclure toutes les professons de santé, ce qu nous élognerat de notre objet. Autre pont, nous ne consdérons que la bodversté dte «vvante» et non la bodversté «fossle». 5

7 Emplos du cœur vert Fgure1 : Pérmètre de l étude Emplos lés au développement durable Emplos favorables à la bodversté Quelques exemples qu llustrent la fgure 1 : 1) Exemple d emplos favorables à la bodversté qu ne sont pas drectement lés au développement durable: les emplos de chercheurs lés à la compréhenson des organsmes bologques. 2) Exemple d emplos lés au développement durable qu ne sont pas consdérés comme drectement favorables à la bodversté: les emplos de techncens d usnes de recyclage des déchets. L étude comptablse la part de temps de traval des emplos consacrée favorablement à la bodversté. La part de temps ayant un mpact négatf ou neutre n est pas retenue. Certans secteurs étudés peuvent auss avor un mpact négatf sur la bodversté (ex : secteurs du BTP), mas notre approche consdère le temps de traval consacré aux pratques favorables à la bodversté dans le secteur (ex : réalsaton de passage à faunes). Hypothèse sur le champ spato-temporel L étude porte sur les emplos ayant un mpact sur la bodversté et localsés en régon Ile-de-France. Les emplos sont localsés en Ile-de-France mas la bodversté mpactée n a pas de lmte géographque. Ans, nous consdérons, dans la mesure du possble, le maxmum d effets quelles que soent les échelles de temps et d espace. Certans emplos smlares (même professon dans un même secteur d actvté) peuvent avor un mpact dfférent sur la bodversté en foncton du ste de producton sur lequel ls s établssent. Par exemple, les pratques favorables à la bodversté peuvent varer entre deux stes de producton électrque en Ile-de- France en foncton de la densté urbane. Dans ce traval, nous fasons l hypothèse de la constance de l mpact sur la bodversté de deux emplos smlares d un établssement à l autre, d un ste à l autre, d une personne à l autre. Cette hypothèse permet les comparasons spatales et ouvre la possblté de duplquer la méthode à toutes les régons de France. a) Un protocole pour le recensement des bo-emplos qu s appue sur des monographes sectorelles L objectf est de dénombrer les emplos favorables à la bodversté dans la régon Ile-de-France. Pour y parvenr nous repérons dans chaque secteur et chaque professon la part des bo-emplos. L ndcateur qu sert de base à la quantfcaton est le bo-coeffcent, construt à partr d une analyse détallée des secteurs d actvté et de la moblsaton d expertses de professonnels et scentfques. Cette méthodologe suppose de combner un traval statstque assez fn sur des nomenclatures ssues de l INSEE avec un ensemble d entretens menés auprès d experts des dfférents secteurs d actvté et/ou des experts de la bodversté. Les bo-emplos peuvent être dstngués selon qu ls sont comptablsés drectement ou qu ls sont nduts. Les bo-emplos correspondent aux emplos ayant un mpact favorable sur la bodversté dans les secteurs d actvté qu sont en nteracton physque avec la bodversté : ls se trouvent généralement dans les secteurs qu ont un len avec les ressources naturelles ou une emprse sur les mleux (ex : actvtés du cœur vert, carrer, B.T.P, entreprses de geston de l eau et des déchets, etc.). Un certan nombre de secteurs d actvté ne renvoe pas «drectement» à des actvtés ayant un mpact 6

8 favorable à la bodversté : ce sont les actvtés qu dépendent des bo-emplos et qu se stuent en amont ou en aval de la flère. Les emplos comptablsés dans ces secteurs sont alors des «emplos nduts». S ces derners sont favorables à la bodversté, nous parlons alors de «bo-emplos nduts». La méthodologe utlsée pour la quantfcaton des bo-emplos repose sur la constructon d un Tableau Entrées-Sortes (TES) déclné au nveau régonal et exprmé en emplos. Méthodologe La constructon des bo-coeffcents Les bo-emplos sont comptablsés de deux manères en foncton de la part de temps de traval consacrée favorablement à la bodversté. Ils sont mesurés en effectfs occupés* (EO dès lors que la part du temps de traval consacré favorablement à la bodversté est majortare sur l ensemble de leur temps de traval. Les emplos sont également mesurés en équvalent temps plen* (ETP), selon la part de temps de traval consacré favorablement à la bodversté. Encadré 3 : Cas de fgures dans le calcul des ETP et EO - S le bo-coeffcent est nféreur à 0.5 nous comptablsons les emplos unquement en ETP - S le bo-coeffcent est supéreur ou égal à 0.5 nous comptablsons les emplos en ETP et en EO - S le bo-coeffcent est égal à 1 nous comptablsons les emplos en ETP et en EO avec ETP = EO Le bo-coeffcent mesure la part de temps consacrée favorablement à la bodversté relatvement à l ensemble du temps de traval pour une actvté spécfque. 16 Les experts nterrogés pour la mesure des bo-emplos sont le plus souvent les drecteurs du développement durable, les chargés de msson envronnement et/ou bodversté ou encore les responsables emplo/formaton. Pour s assurer d une plus grande objectvté, ces entretens ont été confrontés à ceux d experts scentfques spécalstes de l actvté et à la lttérature sur le sujet. Au total 122 experts ont été nterrogés. Au vu de la varablté des avs d experts sur certans bo-coeffcents, dans certans cas, deux mesures sont construtes. Nous retenons une hypothèse haute basée sur un scénaro «optmste» et une hypothèse basse basée sur un scénaro «pessmste» du temps consacré favorablement à la bodversté. Applquer cette méthode de quantfcaton à tous les secteurs est une tâche très dffcle car certans secteurs ne s y prêtent pas. Par exemple, une estmaton du temps consacré à la bodversté est délcate lorsque les pratques favorables à la bodversté sont confondues avec le reste de l actvté (ex : constructon d un passage à faune autorouter dans le secteur des travaux publcs). Lorsque ce type de cas se présente, nous utlsons deux autres méthodes de quantfcaton. La premère propose une comptablsaton drecte des bo-emplos, sans passer par le bo-coeffcent. Nous accompagnons les professonnels des dfférentes entreprses ou secteurs dans l dentfcaton ndvduelle et précse des salarés dont l actvté est favorable à la bodversté. La deuxème méthode consste à comptablser les bo-emplos grâce aux dépenses consacrées à la réalsaton de pratques favorables à la bodversté et à l équvalent en emplos de ces dépenses (ces données peuvent être fournes par les fédératons de branches). Ces méthodes alternatves ne sgnfent pas qu un bo-coeffcent ne sera pas construt n fne. Le bocoeffcent n est alors pas construt en amont, comme décrt plus haut, mas l est construt ex-post. 16 Notons que l unté de référence est le temps de traval consacré favorablement à la bodversté, l ntensté ou la qualté de l mpact sur la bodversté n entre pas en compte dans la constructon des bo-coeffcents. 7

9 Tableau 1 : Méthodes utlsées pour le recensement des bo-emplos Méthode Descrpton Processus suv Méthode de constructon du bocoeffcent à partr des pratques favorables à la bodversté Estmaton de la part de temps de traval consacrée à la réalsaton des pratques favorables à la bodversté - Détermnaton des pratques favorables à la bodversté dans le secteur chos - Constructon du bo-coeffcent (part de temps favorable à la bodversté) - Applcaton du bo-coeffcent aux effectfs totaux du secteur (applcaton à la NES correspondante) Méthode de quantfcaton drecte Méthode de passage par les coûts et les dépenses Comptablsaton drecte des boemplos : agents dont l actvté a un mpact favorable à la bodversté (ex : les emplos de chargé de msson bodversté dans le secteur ndustrel) Passage par les dépenses lées à la protecton de la bodversté /envronnement Résultat : Bo-emplos en ETP et EO - Quantfcaton des bo-emplos en ETP et en EO grâce à des entretens avec des agents du secteur chos - Constructon du bo-coeffcent en reportant ces effectfs aux effectfs totaux (données INSEE) Résultat : Bo-emplos en ETP et EO - Récupératon de ratos dépenses/emplos fourns par les fédératons de branches ou les grands groupes eux-mêmes. Passage par équvalence entre les dépenses et les emplos. Ex, fche sur les Travaux publcs : 1 mllons d euros dépensés = 6 emplos drects + 6 emplos ndrects (rato donné par la FNTP) emplos en ETP Hypothèse : Emplos ETP = Emplos EO - Constructon du bo-coeffcent en reportant ces effectfs aux effectfs totaux (données INSEE) Résultat : Bo-emplos en ETP et EO Le Tableau Entrées-Sortes régonal en emplos et la quantfcaton des emplos-nduts Le traval de quantfcaton des bo-emplos, présenté c-dessus, comptablse les emplos favorables à la bodversté en Ile-de-France et ne recouvre pas les emplos nduts. L objectf est d abord de construre un outl de smulaton permettant de quantfer le nombre d emplos nduts par les bo-emplos Pour cela, nous avons beson d un outl de smulaton de l emplo qu sot à la fos régonal et sectorel. En comptablté natonale, le Tableau Entrées-Sortes fournt un cadre comptable de référence pour ce type d outl (cf. Annexe 1). La logque d ensemble, qu sous-tend la créaton de cet outl de smulaton, est de calculer la part de la producton de chaque branche réalsée par nos bo-emplos, pus d en évaluer les productons ndutes en amont et en aval dans chacune des autres branches. Une fos détermnées les productons ndutes, on calcule leurs équvalents en emplos ou emplos nduts. 8

10 Données sur la producton : constructon d un TES régonal Pour la constructon du TES régonal, nous moblsons le TES natonal de l année 2007 ventlé en 114 branches. Nous calculons ensute, sur cette base, une matrce des coeffcents technques en dvsant la valeur des consommatons ntermédares de chacun des produts par celle de la producton de la branche, et ce, pour chaque branche. A ce stade, nous ne manpulons que des données natonales. Afn de construre le TES régonal en équvalent emplos nous avons établ un certan nombre d hypothèses. Hypothèse 1 : Les coeffcents technques de l Ile-de France sont supposés être les mêmes que ceux de l ensemble de la France. Hypothèse 2 : Nous reconsttuons un TES régonal en fasant l'hypothèse que la part des mportatons dans les CI de chaque branche d un produt donné est la même pour toutes les branches. Le TES ans consttué nous permet de calculer la producton ndute sute à n mporte quel choc de demande (exemple : varaton des dépenses publques), qu l sot symétrque ou asymétrque (affectant une seule branche ou toutes les branches). Le calcul est fat pour chaque année. L étape suvante nous permet de passer de la producton à l équvalent en emplo pus aux emplos nduts. Nous mesurons l emplo en EO et en ETP dans chaque branche à un nveau de nomenclature très fn (114 postes) et à l échelle de la régon Ile-de-France, à partr de deux sources. Pour l essentel, nous avons eu recours à une source admnstratve et fscale, les Déclaratons Annuelles de Données Socales (DADS), dont la dernère année dsponble au nveau de fnesse requs est l année Nous avons extrat des DADS l ensemble des effectfs franclens. Les DADS consttuent la melleure source pour dénombrer des emplos dans les secteurs marchands mas couvrent mons ben ceux des actvtés non marchandes. C est pourquo, nous avons complété cette nformaton par une explotaton spécfque des Enquêtes Emplo (EE) de l INSEE. Encadré 4 : Les DADS La Déclaraton Annuelle de Données Socales est une formalté déclaratve que dot accomplr chaque année toute entreprse employant des salarés. Elle content des rensegnements détallés sur les salarés embauchés, tels que leurs pérodes d emplos (début, fn de pérode), leurs salares (net et brut), leur condton d emplo (temps complet, temps partel, ntérmare), le type d emplo (adé, stagare ou emplo ordnare) et leur qualfcaton (Catégore Socoprofessonnelle à deux chffres). En outre, elle permet de dstnguer les salarés suvant d autres caractérstques ndvduelles telles que le sexe, l âge ou la commune de résdence et de traval. Enfn, elle fournt des nformatons sur les établssements ou entreprses employeurs, telles celles concernant leurs effectfs (moyens ; bruts au 1 er janver ou au 31 décembre par exemple), le caractère marchand ou non, ans que le code APET (Actvté Prncpale de l Entreprse) correspondant à l actvté prncpale de l établssement. Afn de renforcer la qualté de toute explotaton, ces varables sont soumses à des redressements sur la base de pluseurs sources. Les fchers «postes» des DADS sont gérés par l Insee. Le champ retenu dans l analyse correspond aux établssements dsposant d au mons un salaré du secteur marchand et sem-publc. Sont écartés les établssements publcs (qu sont dentfés, entre autres, par un numéro SIRET commençant par 1 ou 2), les holdngs, les entreprses de servces domestques et les entreprses de traval temporare. Les DADS sont une source Entreprse qu recense l emplo régonal selon le leu de traval (optque poste de traval) tands que les EE sont une source ménage qu permet de dénombrer l emplo régonal selon le leu de résdence des salarés. Des dfférences peuvent apparaître à champs dentques dès 9

11 lors que le nombre de salarés qu travallent en Ile-de-France mas résdent en dehors de la régon dépasse celu des salarés franclens qu travallent en dehors de la régon. Les deux sources donnent des effectfs comparables à un nveau d agrégaton élevé. Cependant, l emplo publc n est pas recensé dans les données DADS que nous avons dû compléter par des données ssues de l EE. Nous avons régonalsé l analyse, en moblsant des données de producton (PROD) par branche pour l Ile-de-France, en mllons d euros courants (2007). Ces données ont été obtenues à partr de données de valeur ajoutée franclenne agrégée au nveau de 16 postes. Pour désagréger la valeur ajoutée en 114 postes (nveau le plus fn), nous avons reprs la même structure de répartton sectorelle que celle de l emplo (source : DADS et EE). On évalue l emplo ndut de la premère année jusqu à la dxème année. Hypothèse 3 : La productvté (Valeur ajoutée par tête) est supposée dentque à l ntéreur de chaque branche. Hypothèse 4 : La part des CI dans la producton, qu détermne le rato producton sur valeur ajoutée, est supposée être la même en France entère qu en Ile-de-France, pour chacune des 114 branches. A ce stade, nous avons un TES exprmé en euro au nveau régonal. Ces données de producton régonale nous permettent de «caler en nveau» nos smulatons de poltques économques. Pour passer des résultats exprmés en Producton à des résultats exprmés en emplo, nous calculons le contenu en emplo de chaque euro produt pour chacune des 114 branches, à N savor n = où N est l emplo régonal par branche et PROD Le coeffcent n est consdéré comme étant stable au cours de l année. Dans la composton du nveau de l emplo régonal part des emplos favorables à la bodversté (en EO et en ETP) bo nonbo PROD la producton correspondante. N nous connassons grâce aux bo-coeffcents la bo N (ou bo-emplos) et nous écrvons N = N + N. Pour dénombrer les bo-emplos nduts, nous enlevons l équvalent en producton des bo-emplos et regardons l mpact sur la producton ndute de l ensemble des branches pus sur l emplo ndut. La valeur de la producton de la branche PROD va s ajuster au choc, n restant constant. Cette varaton PROD va provoquer à son tour des varatons des productons des autres branches. Les coeffcents n des autres branches étant stables à court terme, le nveau de l emplo requs N dans représente l emplo ndut par les bo- chacune d entre elles se modfera. La somme de ces emplos. N b) Les données sur les bo-emplos en Ile-de-France : les résultats S l on se base sur les chffres du recensement au 1 er janver 2007, sot un total de emplos en Ile-de-France, les bo-emplos représentent actuellement près de 1 emplo sur 1000 en Ile de France. Nous recensons près de 5090 bo-emplos en EO et 6400 en ETP dont une large majorté se stue dans les actvtés assocatves (37%) (Assocaton de protecton de la nature et du cadre de ve et chanter d nserton), les actvtés de recherche et développement (19%) (Ensegnement et recherche dans le secondare) et l admnstraton publque (17%). De plus, nous comptablsons 2355 emplos en EO et 10

12 2900 ETP sur l ensemble de la France nduts par les bo-emplos franclens, sot un total de presque 7450 bo-emplos et emplos nduts en EO et 9300 pour une comptablsaton en ETP. Ans, pour deux bo-emplos en Ile-de-France, en moyenne, un emplo ndut est créé à l échelle natonale. Graphque 1 : Structure des bo-emplos en effectfs occupés Graphque 2 : Structure des emplos nduts en effectfs occupés S l on regarde de plus près la dstrbuton des bo-emplos, ls sont présents dans le secteur prmare : agrculture et paysage et surtout dans le secteur tertare : actvtés de servce. Ils sont concentrés dans 11

13 un pett nombre de secteurs : plus de 70% des bo-emplos appartennent à seulement tros secteurs d actvtés représentés par tros NES (cf. graphque 1). Nos entretens nous révèlent que le secteur secondare content très peu de bo-emplos car les entreprses externalsent les compétences, pour la majorté d entre elles, et font appel à des prestatares pour réalser leurs pratques favorables à la bodversté (ex : geston des espaces verts sur leur foncer par exemple). Ans, les bo-emplos ne sont pas présents dans beaucoup de secteurs d actvté mas agssent de manère transversale sur l ensemble du tssu économque du fat de l externalsaton des pratques. Prenons l exemple du secteur assocatf qu représente plus d un ters des bo-emplos franclens du fat des chanters d nserton dans cette NES. Les chanters d nserton sont un cas concret de cette acton transversale des bo-emplos dans les secteurs prmare, secondare et tertare de notre tssu productf. La dstrbuton est très dfférente pour les emplos nduts. Contrarement aux bo-emplos, les emplos nduts se stuent sur un ensemble très hétérogène de secteurs d actvtés (cf. graphque 2). Ils se trouvent sur les flères de producton de l amont à l aval de nos bo-emplos et ans sur l ensemble de la structure économque même s le secteur des servces aux entreprses concentre plus d un ters de ces emplos. A l nverse, les bo-emplos nduts ont une structure très smlare à celle des bo-emplos, ce qu est lé au fat que la structure des bo-coeffcents reste nchangée [De Ber et al. 2011]. Ce recensement apparat satsfasant au regard des études exstantes (cf. revue de lttérature) mas n apparat pas très satsfasant au regard de l ensemble des emplos régonaux et des pratques en faveur de la bodversté. Seulement 1 emplo sur 1000 en Ile-de-France est un bo-emplo. Ce chffre est assez fable comparé aux autres secteurs de la crossance verte. Au vu de nos entretens, l apparat que la plupart des secteurs d actvtés ont assez peu de vsblté concernant l évoluton du nombre de bo-emplos que ce sot en termes de recrutement (créaton nette d emplos) ou en termes de formaton (converson vers pratques favorables à la bodversté) sur les années à venr. L objectf de la deuxème étape est de comprendre quels sont les levers en matère de poltques publques, qu permettraent d augmenter le nombre de bo-emplos? Bo-emplos et emplos nduts : quelles stratéges pour les poltques publques? a) «SPIDER» : un outl de prospectve pour les bo-emplos L outl de smulaton que nous avons construt, à partr du Tableau Entrées-Sortes de la comptablté natonale pour dénombrer les emplos dans la bodversté en Ile-de-France peut être utlsé de façon prospectve pour mesurer l effet de scénar d évoluton des emplos ans que pour évaluer les effets de poltques régonales varées Les prncpales caractérstques de l outl de smulaton sont les suvantes : Il s agt d un nstrument qu permet de mesurer des effets drects sur la créaton d emplo et sur l emplo ndut, avec deux modes de calcul de l emplo, en effectf occupé et en équvalent temps plen. Les autres varables d ntérêt sont la producton et la valeur ajoutée. Les smulatons sont régonales : la producton et l emplo sont mesurés en Ile-de-France, les emplos nduts sont mesurés pour la France entère. L analyse est multsectorelle et s effectue au nveau le plus fn : on dstngue 114 secteurs d actvté et on consdère l ensemble des nterdépendances productves entre ces secteurs. Les 12

14 emplos favorables à la bodversté sont ans consdérés du pont de vue de leurs nteractons économques avec le reste du tssu productf. Les smulatons sont dynamques : on calcule les conséquences de n mporte quel type de choc avec un pas annuel et on resttue ces effets année après année avec un horzon de prévson de dx ans. Pour toutes ces rasons, nous avons baptsé cet outl SPIDER, pour Smulateur Prospectf Inter-sectorel et Dynamque pour l Emplo Régonal. Une grande varété de poltques publques peut être smulée par SPIDER. b) Les smulatons des poltques publques L objectf est de comprendre comment optmser la mse en place de poltques publques à double dvdende. Pour dscuter les effets de dfférentes poltques publques, l est en effet ntéressant de dstnguer deux types d objectfs : l mpact sur la bodversté, que nous pouvons approcher avec le volume des bo-emplos, et l mpact sur l emplo, que nous mesurons drectement. La queston est donc de savor quelle poltque est la meux adaptée pour augmenter le nombre de bo-emplos tout en prenant en compte les effets sur l emplo en général. Afn de répondre à cette queston, nous nous sommes fxés de manère arbtrare un objectf de 20% de bo-emplos supplémentares, sot une augmentaton d envron 1000 bo-emplos en effectfs occupés. L objectf étant détermné, nous nous nterrogeons sur le melleur moyen de l attendre en consdérant à la fos le coût budgétare de la poltque régonale et les effets nduts sur l emplo total. Nous prvlégons évdemment des poltques peu coûteuses avec de larges effets sur l emplo ndut. De façon synthétque, on peut dstnguer deux grands types de poltques publques régonales, l une se place du côté de la demande de bens et servces, et la seconde modfe les condtons de l offre. Ces actons peuvent être ponctuelles ou répétées, symétrques ou asymétrques et, lorsqu elles sont asymétrques, elles peuvent être mses en place à dfférents nveaux de cblage. Une queston essentelle pour les poltques régonales est de détermner la bonne combnason des actons d offre et de demande ans que le degré de cblage optmal des poltques publques. Avec les mêmes moyens budgétares, on peut agr fortement sur un pett nombre de secteurs d actvté ou au contrare agr de façon mons sgnfcatve mas sur un ensemble élarg d actvtés productves. Quelle est la melleure des poltques? En consdérant ces deux types de poltques, l une d offre et la seconde de demande, nous réalsons tros types de smulatons. Les varantes de type I consstent en un choc sur le nveau de la producton. Les varantes de type II relèvent d un changement dans les pratques et les varantes de type III sont des poltques mxtes qu combnent les varantes I et II. Varantes de type I Agr sur les nveaux de producton Afn d étuder les effets d un cblage plus ou mons étrot des poltques de demandes, nous avons tout d abord réalsé un ensemble de chocs de producton symétrques avec des degrés de cblage dfférents : ensemble des 114 secteurs, 16 secteurs (secteurs avec un bo-coeffcent postf), 5 secteurs (secteurs avec un bo-coeffcent supéreur à secteurs avec les bo-coeffcents les plus élevés) et 1 secteur à la fos. Pour chaque choc, nous mesurons «à l envers» l ampleur du choc qu permet de réalser l objectf d une hausse de 20% de bo-emplos supplémentares (.e. créer envron 1000 boemplos en effectfs occupés). A la lecture du tableau 2a, qu présente les résultats de cette premère smulaton, l apparaît clarement qu une poltque de demande cblée semble préférable à une poltque dluée. Du strct pont de vue de 13

15 la protecton de la bodversté, l paraît peu utle de soutenr l actvté des branches à fable contenu en bo-emplos et a fortor celles dont les bo-coeffcents sont nuls. Il est préférable d augmenter la producton de 26% dans 5 secteurs que de 20% dans 16 ou 114 secteurs. Tableau 2a : Résultats d un choc sur la producton pour dfférents degrés de cblage Cblage 114 secteurs 16 secteurs 5 secteurs Augmentaton de la producton (en ponts de %) 20 (= 19.89) 20 (= 19.89) 26 (= 25.94) Pour autant, l mporte de ne pas aller trop lon dans le cblage de cette éventuelle poltque de demande. Dans le tableau 2b, nous smulons les effets d un choc sur le nveau de producton qu fat porter tout l effort sur un seul secteur. La hausse de la producton est à chaque fos consdérable et s élève jusqu à plus de 400 ponts de pourcentage. Les varatons sont toutes très mportantes, vore démesurées, même pour le secteur assocatf, qu avec la plus pette varaton, dot augmenter sa producton de plus de moté, pour créer bo-emplos en Ile-de-France. Tableau 2b : Résultats d un choc sur la producton en cblant la poltque sur un seul secteur Code NES GA01 GA02 GF12 GN4B GR10 GR20 Augmentaton de la producton (en ponts de %) 270,00 464,00 236,00 102,00 118,00 53,00 A01 : agrculture, A02 : forêt, F12 : carrer, N4B : recherche, R10 : secteur publc, R20 : assocaton Pour attendre un objectf donné de progresson de l emplo favorable à la bodversté, une poltque de demande non cblée, tout comme une poltque de demande trop cblée, est une stratége excessvement coûteuse en termes d effcence. Il mporte de cbler les poltques de demande sur un pett nombre de branches ayant une part mportante de bo-emplos. Il s agt de l effet bo-coeffcent*. Mas un cblage excessf condut à une hausse de la producton qu parat peu réalste. Il s agt là d un effet talle*. Un comproms effcace revent à cbler les 5 secteurs à plus fort bo-coeffcents, de façon à agr sur un volume suffsant d actvté pour attendre l objectf fxé. Varantes de type II Changer les pratques Un deuxème ensemble de smulatons explore les poltques d offre qu consstent à augmenter la part du temps favorable à la bodversté à nveau de producton donné. Le changement de pratques est exprmé en varaton de ponts de pourcentage du bo-coeffcent sans que nous ayons les moyens d apprécer le coût de la poltque. Le tableau 3a présente les premers résultats. On constate que l effort sur les bo-coeffcents est le mons élevé lorsque l on cble un ensemble large de 16 secteurs. L augmentaton du bo-coeffcent nécessare pour augmenter de 20% les bo-emplos en Ile-de-France est deux fos plus mportante pour 6 secteurs et 10 fos plus mportante pour 5 secteurs. Tableau 3a : Résultats d un changement de pratques pour dfférents degrés de cblage Cblage 16 secteurs 6 secteurs 17 5 secteurs Augmentaton du bo-coeffcent (en ponts de %) Agr sur une seule branche condut à des hausses du bo-coeffcent qu sont parfos excessvement élevées (cf. tableau 3b), notamment dans la forêt ou les carrères, ce qu tradut smplement un effet 17 L nttulé «6 secteurs» comprend les 5 secteurs à plus forts bo-coeffcents et le secteur publc. 14

16 talle des branches. Qutte à changer les pratques en faveur d une part d emplo favorable à la bodversté plus mportante, autant le fare dans des secteurs de grande talle, comme le secteur publc ou les assocatons. En d autres termes, pour un objectf de 20% de bo-emplos supplémentares en Ile-de-France, un effort de changement de pratques de 0.2 pont de pourcentage (cf. Tableau 3b) est nécessare pour le secteur publc, alors que le même objectf est obtenu par le secteur forester par une augmentaton de 73,7 ponts de pourcentage du temps de traval en faveur de la bodversté. Tableau 3b : Résultats d un changement de pratques en cblant la poltque sur un secteur Code NES GA01 GA02 GF12 GN4B GR10 GR20 Augmentaton du bo-coeffcent (en ponts de %) 5,3 73,7 65,1 5,9 0,2 1,4 A01 : agrculture, A02 : forêt, F12 : carrer, N4B : recherche, R10 : secteur publc, R20 : assocaton Une bonne llustraton de l effet talle est donnée dans le cas d un changement unforme des bocoeffcents. S l on cble les 16 secteurs à bo-coeffcents non nul, une hausse unforme des bocoeffcents nécessare pour créer 1000 emplos, va se tradure par la créaton de plus de 430 emplos publcs mas par seulement un seul emplo créé dans la forêt et un seul dans les carrères (tableau 4a). Pour augmenter les bo-emplos de 20%, lorsque l on met en place une poltque d offre sur 16 secteurs, plus de la moté des bo-emplos sont ans créés dans les secteurs du bâtment et du publc. Tableau 4a : Répartton des bo- emplos pour un cblage du changement de pratque sur 16 secteurs Code NES GA01 GA02 GF12 GG2A GG2B GG22 Bo-emplo Code NES GH01 GH02 GK01 GK07 GN23 GN25 Bo-emplo Code NES GN34 GN4B GR10 GR20 Bo-emplo A01 : agrculture, A02 : forêt, F12 : carrer, G2A : producton et dstrbuton d électrcté, G2B : producton et dstrbuton de combustbles, G22 : captage, tratement et dstrbuton d eau, H01 : Bâtment, H02 : Travaux publcs, K01 : Transports ferrovares, K07 : Manutenton, entreposage, geston d nfrastructures, L03 : Auxlares fnancers et d'assurance, N23 : Admnstraton d'entreprses, N25 : Archtecture, ngénere, contrôle, N34 : Assanssement, vore, geston des déchets, N4B : recherche, R10 : secteur publc, R20 : assocaton S le cblage est plus étrot, sur 5 ou 6 secteurs, une hausse unforme des bo-coeffcents nécessare pour créer 1000 emplos, va se tradure également par une dsproporton mportante du volume d emplos créés selon les secteurs. Le tableau 4b l llustre en témognant à nouveau du pods du secteur publc et du secteur assocatf (prncpalement des chanters d nserton) dans la créaton de bo-emplos. Tableau 4b : Répartton des bo-emplos pour un cblage du changement de pratque sur 5 et 6 secteurs Code NES Répartton GA01 GA02 GF12 GN4B GR10 GR20 des bo-emplos Cblage à 6 secteurs Cblage à 5 secteurs Hors cblage 670 A01 : agrculture, A02 : forêt, F12 : carrer, N4B : recherche, R20 : assocaton, R10 : secteur publc 15

17 Lorsque l on prend les secteurs ndvduellement, l est toujours plus effcace qu une poltque d offre cble les secteurs les plus mportants en termes d effectfs (cf. Tableau 3b). S l on veut mnmser l effort lé à un changement de bo-coeffcent, l est évdemment toujours préférable de mener la poltque d offre sur le plus grand nombre de secteurs possble (cf. Tableau 3a). Varantes de type III Combner les actons sur l offre et sur la demande Une poltque de demande est excessvement coûteuse s elle n est pas ben cblée, alors qu une poltque d offre gagne au contrare à être étendue. La premère crée de l emplo mas à un coût élevé alors que la seconde n a pas d effet partculèrement postf sur l emplo dès lors qu elle lasse nchangé le nveau de producton. Cela ndque qu l sans doute ntéressant de réalser une poltque mxte. Pour ce fare, on cherche les combnasons de hausse de la producton et de hausse des bocoeffcents qu permettent de parvenr à une hausse de 20% des bo-emplos, pour un degré de cblage donné. Les résultats sont présentés dans un graphque où l axe des abscsses représente le choc de producton et où celu des ordonnées le changement de pratque, sot un changement dans la part de temps consacrée favorablement à la bodversté (en pont de pourcentage). Dans ce plan, nous dessnons des courbes d so-effcacté ssues des smulatons numérques (cf. graphque 4). Encadré 5 : Courbe d so-effcacté Chaque pont d une drote donnée assure l augmentaton de 20% de bo-emplos à travers la combnason d un choc de producton et d une varaton du bo-coeffcent. La drote représente une nfnté de ponts ayant le même effet. Graphque 4 : Poltque mxte et degré de cblage : les courbes d so-effcacté en effectfs occupés Changement de pratque - Varaton du bo-coeffcent en pont de % Choc de producton - Varaton de la valeur de la producton en mllons d'euros Plus l on cble la poltque sur un nombre rédut de secteurs, plus l effort sur le bo-coeffcent devra être élevé et mons le choc de producton requs sera mportant pour attendre un objectf donné de boemplos. Inversement, plus la poltque vse un grand nombre de secteurs, plus l effort sur le bocoeffcent est fable et plus le choc de producton requs est mportant. Il exste un len entre le contenu de la poltque et le degré de cblage. 16

18 Pour en dre davantage sur le degré optmal de cblage et sur le la combnason la plus effcace des deux types d nterventons, l manque la poston de la contrante budgétare. Encadré 6 : Défnton de la contrante budgétare et hypothèses Le budget publc est alloué sous forme de souten drect à la producton ou de subventon au changement de pratque. On fat l hypothèse d une contrante budgétare concave dans le plan du graphque 4 : l effcacté margnale de la subventon est décrossante. Dans le processus de «verdssement des pratques», chaque accrossement d un pont de pourcentage des bo-coeffcents sur un (des) secteur(s) génère une dépense supplémentare plus élevée. S la contrante budgétare est ben concave dans un plan varaton de la producton / hausse du bocoeffcent, on peut en dédure pluseurs constats utles. Tout d abord, à degré de cblage donné, la melleure poltque est très probablement une acton mxte, qu dot combner des mesures d offre et des mesures de demande. Une poltque mxte assocant un choc sur la producton et un changement de pratques est préférable à une poltque s appuyant sur un seul de ces nstruments. Ensute, l y a un len unvoque entre le degré de cblage et le contenu de la poltque optmale : s compte tenu de la forme de la contrante budgétare, le cblage optmal est large, sur un grand nombre de secteurs, les mesures d offre prédomneront dans le mx de poltque publque ; en revanche, s le cblage optmal condut à n agr que sur un pett nombre de secteurs, les actons côté demande prédomneront. La poltque la plus effcace combne un choc d offre peu cblé, dont l objectf est d ncter les pratques favorables à la bodversté sur un grand nombre de secteurs, et un choc de demande assez cblé qu condut à augmenter la producton sur un pett nombre de secteurs. Nous ne pouvons aller au-delà de ces constats sans avor évalué la poston précse de la contrante budgétare régonale, ce qu est en dehors du champ de notre traval. Conclusons Les emplos dans la bodversté sont communément étudés à travers l approche des méters du «cœur vert». Or, la protecton de la bodversté ntervent de manère transversale dans un grand nombre de secteurs d actvté. La régon Ile-de-France a cette partcularté d accuellr une bodversté très rche qu cohabte avec une actvté économque très mportante. Ans, des emplos se développent en faveur de la bodversté dans dfférents domanes d actvté mas pour lesquels nous avons très peu de vsblté. L objet de cette étude état, dans un premer temps, de recenser les emplos en faveur de la bodversté : les bo-emplos en Ile-de-France, ans que les emplos nduts par ces bo-emplos sur l ensemble de la France. Ce recensement est réalsé grâce à une enquête monographque auprès de professonnels et d experts de la queston de la protecton de la bodversté pour chaque secteur. Nous avons créé un ndcateur qu s applque à l ensemble des secteurs d actvté de manère unforme et qu permet de sasr la part de temps favorable à la bodversté de chaque emplo : le bo-coeffcent. Les bo-emplos représentent actuellement 1 emplo sur 1000 en Ile de France, soent près de 5090 boemplos en EO et 6400 en ETP dont la majorté se stue dans les actvtés assocatves (37%) (Assocaton de protecton de la nature et du cadre de ve et chanter d nserton), les actvtés de recherche et développement (19%) (Ensegnement et recherche dans le secondare) et l admnstraton publque (17%). De plus, nous comptablsons 2355 emplos en EO et 2900 ETP sur l ensemble de la 17

19 France nduts par les bo-emplos franclens, sot un total de presque 7450 bo-emplos et emplos nduts en EO et 9300 pour une comptablsaton en ETP. Ans, pour deux bo-emplos en Ile-de-France, en moyenne, un emplo ndut est créé à l échelle natonale. Les emplos en Ile-de-France correspondent à un quart des emplos sur la France. En effectuant le même rapport entre nos bo-emplos franclens et les résultats du comté de flère sur la France nos bo-emplos représentent 25,45% (sot un peu plus d un quart) du total à l échelle natonale, ce qu conforte nos résultats. Une fos ce dénombrement effectué, un outl de smulaton prospectve a perms de précser les stratéges poltques régonales et/ou natonales à mettre en œuvre afn d augmenter le nombre de boemplos et les pratques favorables à la bodversté. Ces smulatons montrent qu une poltque mxte assocant un souten à la producton et un changement de pratques est préférable à une poltque prvlégant une seule de ces drectons. Il s agt de combner des poltques d offre et des poltques de demande tout en tenant compte du nveau de cblage, en termes de nombre de secteurs, de chacune de ces poltques. Une poltque d offre sera d autant plus effcace qu elle portera sur un grand nombre de secteurs alors qu une poltque de demande devra prvléger un pett nombre de secteurs à fort bocoeffcent. Nous montrons fnalement qu une stratége domnante, qu permettrat effectvement l exstence d un double dvdende pour l emplo et la bodversté, est de cbler dfféremment les actons sur l offre et sur la demande. Le cblage optmal de la poltque mxte dot couvrr tous les secteurs ntégrant des boemplos (secteurs dont le bo-coeffcent est postf), pour les actons du côté de l offre, et un pett nombre de secteurs à fort bo-coeffcent (ex : secteur assocatf chanter d nserton, agrculture, etc.), pour les actons côté demande. La stratége régonale devrat dès lors consster à peu cbler l acton sur l offre, afn d ncter les pratques favorables à la bodversté sur un grand nombre de secteurs, tout en cblant les mesures de demande sur un pett nombre de secteurs, afn de soutenr la producton des secteurs les plus ntensfs en emplos favorables à la bodversté. 18

20 Références bblographques Analyse économque et préservaton de la bodversté, Econome publque (n /1) OCDE, 2008 Ademe, Marchés, emplos et enjeu énergétques des actvtés lées à l effcacté énergétque et aux énerges renouvelables : stuaton perspectves 2012, étude réalsée par la socété In Numer, jullet Bovenberg A.L. [1997], Envronmental Polcy, Dstortonary Labour Taxaton and Employment : Polluton Taxes and the Double Dvdend n Carraro C., Snscalco D.., New Drectons n the Economc Theory of the Envronment, Cambrdge Unversty Press, Bovenberg A.L., de Mooj R.A. [1994b], Envronmental Taxes and Labor-Market Dstortons, European Journal of Poltcal Economy, 10, p CGDD Références, jullet 2009, L économe de l envronnement en Rapport de la commsson des comptes et de l économe de l envronnement. Edton 2009 M. Chroleu-Assoulne, Le double dvdende : les approches théorques. Revue françase d Econome, 2001, 16, 2, J. De Ber, C. Emond, Y. L Horty, L. Tuffery. Les emplos favorables à la bodversté en Ile-de-France, European Unon, An Analyss of the EU Organc Sector, jun Goulder L.H. [1994], Envronmental Taxaton and the ''Double Dvdend'': A Reader's Gude, NBER Workng Paper, n Goulder L.H. [1995], Effects of Carbon Taxes n an Economy wth Pror Tax Dstortons: An Intertemporal General Equlbrum Analyss, Journal of Envronmental Economcs and Management, 29, p M. Husson, Le contenu en emplo de la demande fnale, La Revue de l IRES n 14, hver MEEDDM, Rapport du comté de flère bodversté et servces écosystémques. Comté natonal du plan de moblsaton des terrtores et des flères sur le développement des méters de la crossance verte, janver P. Quron et D. Demally, -30% de CO2= emplos, étude pour le WWF, CIRED, 2008 P.Quron, Les conséquences sur l emplo de la protecton de l envronnement : l apport des études de contenu en emplo, Thèse de Doctorat, Ecole des Mnes de Pars, P. Quron. Impact sur l emplo de la réducton des émssons de CO2 en Ile-de-France. Etude pour la Fondaton Charles Léopold Mayer et les Verts, janver SOeS, Les éco-actvtés et l emplo envronnemental - Pérmètre de référence - résultats , (Etudes et documents n 10), jullet 2009 Terrtores Emplo Envronnement Ile-de-France, Flère forêt-bos : méters, secteurs, formatons, jullet

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine n 4 - octobre 2012 Fche n 15/15 Approche économque des 15 zones d emplo d Aqutane Ce dosser fat sute à l Aqutane e-dossers n 3 paru en jun 2012 : 15 zones d emplo aqutanes plus ou mons armées face aux

Plus en détail

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 176 Juillet 2013

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 176 Juillet 2013 Document d études drecton de l anmaton de la recherche, des études et des statstques Numéro 176 Jullet 2013 La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton Jérôme Lê

Plus en détail

CHAPITRE 2. La prévision des ventes

CHAPITRE 2. La prévision des ventes CHAPITRE La prévson des ventes C est en foncton des prévsons de ventes que l entreprse détermne la producton, les achats et les nvestssements nécessares. La prévson des ventes condtonne l ensemble de la

Plus en détail

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre Hansard OnLne Gude relatf au Unt Fund Centre Table des matères Page Présentaton du Unt Fund Centre (UFC) 3 Utlsaton de crtères de recherche parm les fonds 4-5 Explotaton des résultats des recherches par

Plus en détail

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation Décembre 2009 Indcateurs de compéttvté- prx et de performances à Méthodologe Les ndcateurs présentés dans ce document vsent à mesurer en temps réel l évoluton des parts de marché des prncpaux exportateurs

Plus en détail

I. Fonctionnalités du tableur

I. Fonctionnalités du tableur Olver Coma Macro MRP pour Excel Decembre 1999 I. Fonctonnaltés du tableur I.1. Feulle «Nomenclature «Le tableur propose pluseurs optons à l ouverture du fcher. Cnq boutons apparassent à drote de la feulle

Plus en détail

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE Mnstère de l Equpement, du Logement, des Transports et du Toursme Consel général des Ponts et Chaussées Mnstère de l Econome et des Fnances Drecton de la Prévson

Plus en détail

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie.

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie. Prévson des ventes des artcles textles confectonnés B Ztoun*, S Msahl* * Unté de Recherches Textles, Ksar-Hellal, Tunse Résumé Dans cette étude, on se propose de détermner s le recours à des réseaux de

Plus en détail

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes Royaume du aroc nstère du Commerce xtéreur المملكة المغربية وزارة التجارة الخارجية IPACT DS ACCORDS D LIBR- CHANG (ODL CALCULABL D QUILIBR GNRAL : IPAL) Drecton des tudes Févrer 2009 SOAIR INTRODUCTION...

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3 UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV Lcence 3 ère année Econome - Geston Année unverstare 2006-2007 Semestre 2 Prévsons Fnancères Travaux Drgés - Séances n 3 «Les Crtères Fondamentaux des Chox d Investssement»

Plus en détail

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010.

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010. Master 1ère année de Mathématques Analyse Numérque - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen fnal, en Janver 2010. CMI, Unversté de Provence Année 2009-2010 Ce qu vous est demandé : Rédger les

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

SEPTEMBRE 2009 RC-POS

SEPTEMBRE 2009 RC-POS SEPTEMBRE 2009 RC-POS (09_POS_131) (mn.) RAPPORT DE MINORITE DE LA COMMISSION THEMATIQUE DE LA SANTE PUBLIQUE chargée d'examner l'objet suvant: Postulat Fabenne Despot et consorts demandant à qu profte

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type EAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Questons à Chox Multples (QCM). Cochez la bonne réponse Classer ces statstques selon leur nature (ndcateur de poston

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Une évaluation économétrique de l impact des politiques publiques d emploi sur les trajectoires professionnelles des demandeurs d emploi

Une évaluation économétrique de l impact des politiques publiques d emploi sur les trajectoires professionnelles des demandeurs d emploi 9 es Journées d études Céreq Lasmas-IdL, Rennes, 15 et 16 ma 2002 «Formaton tout au long de la ve et carrères en Europe» Une évaluaton économétrque de l mpact des polques publques d emplo sur les trajectores

Plus en détail

CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES ET TERRITOIRES APPROCHE ECONOMETRIQUE

CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES ET TERRITOIRES APPROCHE ECONOMETRIQUE Centre de Recherche pour l Etude et l Observaton des Condtons de Ve CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES ET TERRITOIRES APPROCHE ECONOMETRIQUE Marjore MAZARS Phlppe MOATI Laurent POUQUET CAHIER DE RECHERCHE

Plus en détail

Ajustement affine par les moindres carrés

Ajustement affine par les moindres carrés 1. Nveau Termnales STG et ES Ajustement affne par les mondres carrés 2. Stuaton-problème proposée Introducton à la méthode des mondres carrés. 3. Support utlsé Tableur et calculatrce. 4. Contenu mathématque

Plus en détail

Développer les emplois favorables à la biodiversité en Ilede-France

Développer les emplois favorables à la biodiversité en Ilede-France Colloque nternatonal francophone, «Le développement durable : débats et controverses», 15 et 16 décembre 2011, Unversté Blase Pascal, Clermont-Ferrand. Développer les emplos favorables à la bodversté en

Plus en détail

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture La moblté résdentelle depus 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture T. Debrand C. Taffn Verson Prélmnare - Ne pas cter 10 mars 2004 Résumé : Les analyses économques sur la moblté

Plus en détail

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide Enterprse Agreement True-Up Gude Accord Entreprse Le Gude du True-Up Enterprse Agreement True - Up Gude Le gude du True-Up dans l Accord Entreprse Table des matères Le True-Up des lcences on premse et

Plus en détail

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle Mrors spérques Doptres spérques Nous allons mantenant aborder des systèmes optques un peu plus complexes, couramment utlsés pour produre des mages. Nous allons commencer par étuder un mror spérque de façon

Plus en détail

Référentiels utilisés

Référentiels utilisés Référentels utlsés Abrévatons Référentels Commentares G1 Lo n 2009-967 du 03/08/2009 dte "Grenelle " Publée - 57 artcles - Entrée en vgueur le 13/07/2010 G2 Lo n 2010-788 du 12/07/2010 dte "Grenelle "

Plus en détail

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un

Plus en détail

compétences en entreprise

compétences en entreprise annexeb GUIDE grlles d ade à l évaluaton des compétences en entreprse Certfcat de Qualfcaton Professonnelle (CQP) Relaton commercale à dstance en commerces de gros RELATION COMMERCIALE À DISTANCE Commsson

Plus en détail

L'INDUCTION ON5WF (MNS)

L'INDUCTION ON5WF (MNS) 'IDUCTIO ème parte / O5WF (MS) Dans la ère parte de cet artcle, nous avons vu qu'un courant électrque donnat leu à un champ magnétque (expérence d'oersted). ous avons ensute vu comment Faraday, après avor

Plus en détail

Banque d exercices pour le cours de "mise à niveau" de statistique de M1 AgroParisTech

Banque d exercices pour le cours de mise à niveau de statistique de M1 AgroParisTech Banque d exercces pour le cours de "mse à nveau" de statstque de M1 AgroParsTech Instructons pour les exercces 1. Lorsque ren n est précsé, on suppose que la dstrbuton étudée est gaussenne. Pour les exercces

Plus en détail

Prévisions localisées d effectifs d élèves de l enseignement primaire Période 2014-2017

Prévisions localisées d effectifs d élèves de l enseignement primaire Période 2014-2017 Prévsons localsées d effectfs d élèves de l ensegnement prmare Pérode 214-217 Genève - SRED, 214 - Document 14.11 REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Assocaton des communes genevoses 2 Prévsons localsées d

Plus en détail

Etude comparative des effets environnementaux et sanitaires des diverses sources d'énergie

Etude comparative des effets environnementaux et sanitaires des diverses sources d'énergie Etude comparatve des effets envronnementaux et santares des dverses sources d'énerge Aperçu des conclusons d'un document de synthèse présenté à Helsnk par S. Haddad et R. Dones La comparason des effets

Plus en détail

Feuilles de style CSS

Feuilles de style CSS Feulles de style CSS 71 Feulles de style CSS Les standards du web Les langages du web : le HTML et les CSS Depus la verson 4 de l'html (décembre 1999), le W3C propose les feulles de style en cascade, les

Plus en détail

LOCALISATION DES FIRMES ET DÉVELOPPEMENT LOCAL

LOCALISATION DES FIRMES ET DÉVELOPPEMENT LOCAL Centre de Recherche pour l Etude et l Observaton des Condtons de Ve LOCALISATION DES FIRMES ET DÉVELOPPEMENT LOCAL LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION? Phlppe MOATI Anne

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

(D après sujet de BEP Secteur 6 Groupement interacadémique II Session juin 2005)

(D après sujet de BEP Secteur 6 Groupement interacadémique II Session juin 2005) EXERCICES SUR LES STATISTIQUES Exercce 1 Un commerçant effectue des lvrasons de fuel pour les chaudères. La répartton des volumes dstrbués à chaque lvrason s effectue selon le tableau suvant : Volumes

Plus en détail

Chapitre 5: La programmation dynamique

Chapitre 5: La programmation dynamique Chaptre 5: La programmaton dynamque. Introducton La programmaton dynamque est un paradgme de concepton qu l est possble de vor comme une améloraton ou une adaptaton de la méthode dvser et régner. Ce concept

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

publicitaires Section 4. Oligopole et stratégie publicitaire 1) Dépenses publicitaires et stratégie concurrentielle 3) Oligopole et dépenses d

publicitaires Section 4. Oligopole et stratégie publicitaire 1) Dépenses publicitaires et stratégie concurrentielle 3) Oligopole et dépenses d Secton 4. Olgopole et stratége publctare 1) Dépenses publctares et stratége concurrentelle 2) Monopole et dépenses d publctares 3) Olgopole et dépenses d publctares 1) Dépenses publctares et stratége concurrentelle

Plus en détail

Bouclier fiscal : intérêt et limites (EF - GP) Professeur Didier MAILLARD Juin 2007 Mis à jour Décembre 2007 1

Bouclier fiscal : intérêt et limites (EF - GP) Professeur Didier MAILLARD Juin 2007 Mis à jour Décembre 2007 1 Conservatore Natonal des Arts et Méters Chare de BANQUE Document de recherche n 18 Boucler fscal : ntérêt et lmtes (EF - GP) Professeur Dder MALLAD Jun 2007 Ms à jour Décembre 2007 1 Avertssement La chare

Plus en détail

Origine Sociale et réussite scolaire : un modèle en Chaîne de Markov estimé sur données individuelles belges

Origine Sociale et réussite scolaire : un modèle en Chaîne de Markov estimé sur données individuelles belges Orgne Socale et réusste scolare : un modèle en Chaîne de Markov estmé sur données ndvduelles belges Olver Donn Unversté de Mons-Hanaut et CREPP Bernard Lejeune Unversté de Lège, CORE et ERUDITE Cette étude

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

La surcote modifie-t-elle les comportements de départ en retraite? Samiah Benallah

La surcote modifie-t-elle les comportements de départ en retraite? Samiah Benallah CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Groupe de Traval - Séance du 30 jun 2010-15 h «Effets des réformes récentes sur les comportements de départ à la retrate» Document N 14 Document de traval, n engage

Plus en détail

Optimisation du conditionnement d'air des locaux de télécommunication par utilisation de produits à changement de phase

Optimisation du conditionnement d'air des locaux de télécommunication par utilisation de produits à changement de phase Optmsaton du condtonnement d'ar des locaux de télécommuncaton par utlsaton de produts à changement de phase Davd NÖRTERSHÄUSER, Stéphane LE MASSON France Telecom R&D, 2 Avenue Perre Marzn, 2 LANNION Résumé

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) Résidence Floréa St Esprit - Martinique

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) Résidence Floréa St Esprit - Martinique Floréa Sant-Esprt Etablssement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) Résdence Floréa St Esprt - Martnque 40 lts Une opératon mmoblère sécursée & pérenne > Se consttuer un patrmone mmobler

Plus en détail

La décomposition en valeurs singulières: un outil fort utile

La décomposition en valeurs singulières: un outil fort utile La décomposton en valeurs sngulères: un outl fort utle Références utles: 1- Sonka et al.: sectons 3.2.9 et 3.2.1 2- Notes manuscrtes du cours 3- Press et al: Numercal recpes * Dernère révson: Patrck Hébert

Plus en détail

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES.

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES. EXEMPLES D UTILISATIN DE LA TECHNIQUE DES BSERVATINS INSTANTANÉES. Chrstan Fortn, ng., Ph.D. Ergonome et hygénste du traval Centre of santé et servces socaux de la Montagne, Montréal. Résumé La technque

Plus en détail

(Licence L1 /Durée 3H) Stand d étude de l'effort tranchant dans une poutre Règle Des accroches poids

(Licence L1 /Durée 3H) Stand d étude de l'effort tranchant dans une poutre Règle Des accroches poids (Lcence L1 /Durée 3H) Objectfs : Se famlarser avec l apparel d étude de l'effort tranchant dans une poutre (les pèces consttutves, mode d emplo...) Ben matrser les étapes qu mènent à l élaboraton des dfférents

Plus en détail

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes :

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes : Ste: http://gene.ndustrel.aa.free.fr LES POMPES Les pompes sont des apparels permettant un transfert d énerge entre le flude et un dspostf mécanque convenable. Suvant les condtons d utlsaton, ces machnes

Plus en détail

Mesurer la qualité de la prévision

Mesurer la qualité de la prévision Mesurer la qualté de la prévson Luc Baetens 24/11/2011 www.mobus.eu Luc Baetens 11 ans d expérence Planfcaton Optmsaton des stocks Organsaton de la Supply Chan Performance de la Supply Chan Geston de la

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE

REPUBLIQUE TUNISIENNE REPUBLIQUE TUNISIENNE ETUDE D EVALUATION DES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA MICRO-ENTREPRISE VOLUME II : ANNEXE TECHNIQUE MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD SECTEURS SOCIAUX (MNSHD) Rapport conjont de la

Plus en détail

L incidence de l éducation et de la formation des adultes sur la situation sur le marché du travail au Canada

L incidence de l éducation et de la formation des adultes sur la situation sur le marché du travail au Canada N o 81-595-MIF au catalogue N o 008 ISSN: 1704-8893 ISBN: 0-662-89631-9 Document de recherche Éducaton, compétences et apprentssage Documents de recherche L ncdence de l éducaton et de la formaton des

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

Mobilité à Téhéran. Sous trois angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentissage Comme une opportunité commerciale

Mobilité à Téhéran. Sous trois angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentissage Comme une opportunité commerciale Moblté à Téhéran Sous tros angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentssage Comme une opportunté commercale INRETS/GRETIA MDP 1 GRETIA (Géne des Réseaux de Transport et Informatque

Plus en détail

STATUTS DU Nouveau Parti démocratique du Canada. en vigueur à partir d avril 2013

STATUTS DU Nouveau Parti démocratique du Canada. en vigueur à partir d avril 2013 STATUTS DU Nouveau Part démocratque du Canada en vgueur à partr d avrl 2013 PRÉAMBULE Le Canada est un magnfque pays, un pays qu représente les espors du monde enter. Mas nous pouvons bâtr un melleur

Plus en détail

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES MDELISATIN DES PRCESSUS LINEAIRES Dans un premer temps, nous ne consdérons que des processus partculers, supposés notamment statonnare. Cec permet de présenter un certan nombre d'outls dans un cadre relatvement

Plus en détail

o cl o a L'Aide Personnalisée aux élèves en mise en place par I'Etat, difficulté un dispositif irréaliste (1) CL (1, (1) (1, ffi

o cl o a L'Aide Personnalisée aux élèves en mise en place par I'Etat, difficulté un dispositif irréaliste (1) CL (1, (1) (1, ffi ff ----a L'Ade Personnalsée aux élèves en dffculté (1) o a (1) L CL (1, E L (1, II a o cl mse en place par I'Etat, un dspostf rréalste Vendred ltoctobre 2008 à 14h Mare de Mourenx Sommare ---o : : ----r

Plus en détail

Chapitre 3: Stockage et distribution

Chapitre 3: Stockage et distribution I- Défntons Chaptre 3: Stockage et dstrbuton Réseau de desserte = Ensemble des équpements (canalsatons et ouvrages annexes) achemnant de manère gravtare ou sous presson l eau potable ssue des untés de

Plus en détail

Détecteur de fumée radio fumonic 3 radio net. Informations pour locataires et propriétaires

Détecteur de fumée radio fumonic 3 radio net. Informations pour locataires et propriétaires Détecteur de fumée rado fumonc 3 rado net Informatons pour locatares et proprétares Félctatons! Des détecteurs de fumée ntellgents fumonc 3 rado net ont été nstallés dans votre appartement. Votre proprétare

Plus en détail

RAPPORT D ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE EN MATIÈRE DE GESTION DE LA DETTE - BURKINA FASO

RAPPORT D ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE EN MATIÈRE DE GESTION DE LA DETTE - BURKINA FASO Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Bur k nafaso 2008 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt r aver sunensembl

Plus en détail

Assistance à la saisie en milieu non structuré

Assistance à la saisie en milieu non structuré Assstance à la sase en mleu non structuré R. Gharb 1, N. Rezzoug 1, P. Gorce 1 P. Hoppenot 2, E. Colle 2 1 Laboratore ESP EA 3162 Unversté de Toulon et du Var BP 20132, 83957 La Garde gorce{rezzoug, gharb}@unv-tln.fr

Plus en détail

TES - Accompagnement: Probabilités conditionnelles,, variable aléatoire et loi binomiale

TES - Accompagnement: Probabilités conditionnelles,, variable aléatoire et loi binomiale TS - ccompagnement: Probabltés condtonnelles,, varable aléatore et lo bnomale xercce 1 'asthme est une malade nflammatore chronque des voes respratores en constante augmentaton. n France, les statstques

Plus en détail

ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF (D UNE POPULATION FINIE) : DÉFINITION STATISTIQUE

ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF (D UNE POPULATION FINIE) : DÉFINITION STATISTIQUE ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF (D UNE POPULATION FINIE) : DÉFINITION STATISTIQUE ET PROPRIÉTÉS Léo Gervlle-Réache, Vncent Coualler To cte ths verson: Léo Gervlle-Réache, Vncent Coualler. ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF

Plus en détail

REPRESENTATION DU COMPORTEMENT D'UN SYSTEME LOGISTIQUE PAR UNE RELATION ETATS / INDICATEURS DE PERFORMANCE

REPRESENTATION DU COMPORTEMENT D'UN SYSTEME LOGISTIQUE PAR UNE RELATION ETATS / INDICATEURS DE PERFORMANCE 3 e Conférence Francophone de Modélsaton et SIMulaton «Concepton, Analyse et Geston des Systèmes Industrels» MOSIM 0 du 25 au 7 avrl 200 Troyes (France) REPRESENTATION DU COMPORTEMENT D'UN SYSTEME LOGISTIQUE

Plus en détail

Mesure de compatibilité et recherche de solutions régulières en contact pénalisé

Mesure de compatibilité et recherche de solutions régulières en contact pénalisé Mesure de compatblté et recherche de solutons régulères en contact pénalsé G. Vermot des Roches,3, E. Balmes,2, Hachm Ben Dha 3, Rém Lemare 4 SDTools 44, Rue Vergnaud, 7503, Pars - FRANCE {vermot,balmes}@sdtools.com

Plus en détail

Inversion d un modèle de culture pour estimer spatialement les propriétés des sols et améliorer la prédiction de variables agro-environnementales

Inversion d un modèle de culture pour estimer spatialement les propriétés des sols et améliorer la prédiction de variables agro-environnementales ACADEMIE D AIX-MARSEILLE UNIVERSITE D AVIGNON ET DES PAYS DE VAUCLUSE THESE DE DOCTORAT Présentée à l Unversté d Avgnon et des Pays de Vaucluse Ecole doctorale Sbaghe Spécalté Scences Agronomques Par Hubert-Vncent

Plus en détail

4.2.1. Le fondement analytique : le tarif douanier

4.2.1. Le fondement analytique : le tarif douanier 4.2.1. Le fondement analytque : le tarf douaner Le lbre-échange procure des bénéfces à tous les pays. Pourtant, durant des décennes, la plupart des natons ont cherché à contrôler leurs échanges en nstaurant

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Aide multicritère au pilotage d un processus basée sur le raisonnement à partir de cas

Aide multicritère au pilotage d un processus basée sur le raisonnement à partir de cas Ade multcrtère au plotage d un processus basée sur le rasonnement à partr de cas Dala Dhoub To cte ths verson: Dala Dhoub. Ade multcrtère au plotage d un processus basée sur le rasonnement à partr de cas.

Plus en détail

Mustapha Sali. To cite this version: HAL Id: tel-00776217 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00776217

Mustapha Sali. To cite this version: HAL Id: tel-00776217 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00776217 Explotaton de la demande prévsonnelle pour le plotage des flux amont d une chaîne logstque dédée à la producton de masse de produts fortement dversfés Mustapha Sal To cte ths verson: Mustapha Sal. Explotaton

Plus en détail

Le calcul de la valeur statistique d une vie humaine

Le calcul de la valeur statistique d une vie humaine Le calcul de la valeur statstque d une ve humane Georges Donne Martn Lebeau Novembre 2010 CIRRELT-2010-48 Bureaux de Montréal : Bureaux de Québec : Unversté de Montréal Unversté Laval C.P. 6128, succ.

Plus en détail

Bien débuter avec Illustrator

Bien débuter avec Illustrator CHAPITRE 1 Ben débuter avec Illustrator Illustrator est un logcel de dessn vectorel. Cela sgnfe qu'l permet de créer des llustratons composées avec des objets décrts par des vecteurs. Une telle défnton

Plus en détail

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine n 4 - octobre 2012 Fche n 4/15 Approche économque des 15 zones d emplo d Aqutane Ce dosser fat sute à l Aqutane e-dossers n 3 paru en jun 2012 : 15 zones d emplo aqutanes plus ou mons armées face aux mutatons

Plus en détail

Evaluation de l impact de la microfinance au Maroc. Rapport commandité et coordonné par la FNAM. Etude réalisée par IKM (Impact, Knowledge, Market)

Evaluation de l impact de la microfinance au Maroc. Rapport commandité et coordonné par la FNAM. Etude réalisée par IKM (Impact, Knowledge, Market) Evaluaton de l mpact de la mcrofnance au Maroc. Rapport commandté et coordonné par la FNAM Etude réalsée par IKM (Impact, Knowledge, Market) Rapport Fnal L étude a été fnancée par les admnstrateurs de

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L analyse fondamentale Ce document pédagogque n est pas un document de consels pour nvestr en bourse. Les nformatons données dans ce document sont à ttre nformatf. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Tableau croisé dynamique

Tableau croisé dynamique Tableau crosé dynamque Tableau crosé dynamque Excel 2010 Créer un tableau crosé dynamque Un tableau crosé dynamque permet de résumer, d analyser, d explorer et de présenter des données de synthèse. S la

Plus en détail

Analyse des déterminants d accès aux services financiers des associations de microcrédit dans la Tunisie rurale

Analyse des déterminants d accès aux services financiers des associations de microcrédit dans la Tunisie rurale Analyse des détermnants d accès aux servces fnancers des assocatons de mcrocrédt dans la Tunse rurale Sana Kacem 1 et Sona Ghorbel ZouarI 2, Unversté de Sfax Résumé L objectf de ce traval est d dentfer

Plus en détail

Revenus fonciers : Allocations : ORGANISME. Adresse de réalisation des travaux (si différente de celle indiquée ci-dessus) :

Revenus fonciers : Allocations : ORGANISME. Adresse de réalisation des travaux (si différente de celle indiquée ci-dessus) : EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton professonnelle :

Plus en détail

La Contribution du Capital Public à la Productivité des Facteurs Privés : une Estimation sur Panel Sectoriel pour Dix Pays de l OCDE.

La Contribution du Capital Public à la Productivité des Facteurs Privés : une Estimation sur Panel Sectoriel pour Dix Pays de l OCDE. La Contrbuton du Captal Publc à la Productvté des Facteurs Prvés : une Estmaton sur Panel Sectorel pour Dx Pays de l OCDE. Chrstophe Hurln * Ma 1999 Introducton Les économstes ont proposé dverses explcatons

Plus en détail

Partie I: Différences finies avec centrage partiel

Partie I: Différences finies avec centrage partiel U. PARIS VI et ÉCOLE POLYTECHNIQUE 7 anver 04 Spécalté Probablté et Fnance du Master de Scences et Technologe EXAMEN DU COURS ANALYSE NUMÉRIQUE DES ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES EN FINANCE verson 03/0/04

Plus en détail

Dans les années 1990, de nombreux pays émergents ont construit leur modèle de

Dans les années 1990, de nombreux pays émergents ont construit leur modèle de Déséqulbres macroéconomques dans les pays émergents : des rsques modérés pour les économes avancées Vncent Alhenc-Gelas Département de la conjoncture Dans les années 1990, de nombreux pays émergents ont

Plus en détail

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER 24 Adjont de drecton F/H Votre formaton BTS Hôtellere-restauraton BTS Management des untés commercales BTS Assstant de geston PME-PMI Lcence Management d untés de restauraton Vos mssons Vous anmez, formez

Plus en détail

COMMUNE DE NOGENT-SUR-MARNE

COMMUNE DE NOGENT-SUR-MARNE V L L E D E COMMUNE DE NOGENT-SUR-MARNE CONSEL MUNCPAL SEANCE DU 10 FÉVRER 2015 CONSEL MUNCPAL Délbératons 15/4 à 15/25 R E P U B L Q U E F R A N Ç A S E D E P A R T E M E N T D U V A L - D E - M A R

Plus en détail

Chapitre II : Evaluation des emprunts à taux fixes

Chapitre II : Evaluation des emprunts à taux fixes Chaptre II : Evaluaton des emprunts à taux fxes Dr Babacar Sène Faculté des Scences Economques et de Geston Département Econome 8/3/202 Introducton Emprunt bancare Souscrt par une banque ou pluseurs banques

Plus en détail

Analyses de sensibilité et Recalage de modèles thermiques spatiaux à l aide d algorithmes génétiques.

Analyses de sensibilité et Recalage de modèles thermiques spatiaux à l aide d algorithmes génétiques. Analyses de sensblté et Recalage de modèles thermques spataux à l ade d algorthmes génétques. Approches stochastques et Industre 2&3/02/2006 F.JOUFFROY/A.CAPITAINE Plan de la présentaton Contexte Modélsaton

Plus en détail

Sources de l innovation dans l industrie agroalimentaire en France : une étude empirique sur données individuelles de l enquête CIS3

Sources de l innovation dans l industrie agroalimentaire en France : une étude empirique sur données individuelles de l enquête CIS3 Jont Congress of the European Regonal Scence Assocaton (47 th Congress) and ASRDLF (Assocaton de Scence Régonale de Langue Françase, 44 th Congress) PARIS - August 29 th - September 2 nd, 2007 Local governance

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE régon Provence-Alpes-Côte d Azur RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE BILAN ANNUEL 2013 1 Octobre 2014 Avant-propos Face aux enjeux envronnementaux en len avec notre secteur d actvté, les admnstrateurs de

Plus en détail

L'affichage des pages

L'affichage des pages L'affchage des pages des pages L'affchage des pages dans les navgateurs 51 Tester la page dans un navgateur Avec Dreamweaver vous travallez dans un envronnement graphque : vous voyez à l'écran ce que vous

Plus en détail

Régression linéaire et incertitudes expérimentales

Régression linéaire et incertitudes expérimentales 91 e Année - N 796 Publcaton Mensuelle Jullet/Août/Septembre 1997 Régresson lnéare et ncerttudes expérmentales par Danel BEAUFILS Insttut Natonal de Recherche Pédagogque Département Technologes Nouvelles

Plus en détail

Electronique TD1 Corrigé

Electronique TD1 Corrigé nersté du Mane - Faculté des Scences! etour D électronque lectronque D1 Corrgé Pour un sgnal (t) quelconque : 1 $ (t) # MOY! (t) dt 1 FF! (t) dt (t) MX MOY mpltude crête à - crête mpltude Mn Pérode t emarque

Plus en détail

CHAPITRE 3 DISTANCE ET VITESSE POUR LES SÉJOURS TOURISTIQUES

CHAPITRE 3 DISTANCE ET VITESSE POUR LES SÉJOURS TOURISTIQUES CHAPITRE 3 DISTANCE ET VITESSE POUR LES SÉJOURS TOURISTIQUES 87 Quels sont les facteurs qu nfluencent la combnason et qu nctent le tourste à modfer pett à pett, le mx de dstance et de temps dans la combnason?

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

LA DISTANCE JOUE-T-ELLE UN GRAND RÔLE? L EFFET DE L ISOLEMENT GÉOGRAPHIQUE SUR LES NIVEAUX DE PRODUCTIVITÉ

LA DISTANCE JOUE-T-ELLE UN GRAND RÔLE? L EFFET DE L ISOLEMENT GÉOGRAPHIQUE SUR LES NIVEAUX DE PRODUCTIVITÉ Revue économque de l OCDE n o 42, 2006/1 LA DISTANCE JOUE-T-ELLE UN GRAND RÔLE? L EFFET DE L ISOLEMENT GÉOGRAPHIQUE SUR LES NIVEAUX DE PRODUCTIVITÉ Bryn Battersby TABLE DES MATIÈRES Introducton... 236

Plus en détail

UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL

UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL Yohan KABLA ECP - 3 EME ANNEE MAP SMF UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL 5 MAI NOVEMBRE 00 MAITRES DE

Plus en détail

Gestion et stratégie Utilisateur

Gestion et stratégie Utilisateur Geston et stratége Utlsateur GESTION ET STRATEGIE UTILISATEUR...2 1.) Comment gérer des utlsateurs?...2 1.1) Geston des utlsateurs en groupe de traval...2 1.2) Geston des utlsateurs par domane...2 Rôle

Plus en détail

POLITIQUE ECONOMIQUE LOCALE ET INFLATION EN CHINE

POLITIQUE ECONOMIQUE LOCALE ET INFLATION EN CHINE POLITIQUE ECONOMIQUE LOCALE ET INFLATION EN CHINE Genevève Boyreau-Debray * Depus 1978, les provnces chnoses connassent des dfférences d nflaton mportantes. Cet artcle rele cette observaton à la lttérature

Plus en détail

PROPOSITION D UNE PROCEDURE DE DETERMINATION DE TEMPS UNITAIRE DE PIECES DECOUPEES

PROPOSITION D UNE PROCEDURE DE DETERMINATION DE TEMPS UNITAIRE DE PIECES DECOUPEES 8 e Conférence Internatonale de MOdélsaton et SIMulaton - MOSIM - au 2 ma - Hammamet - Tunse «Evaluaton et optmsaton des systèmes nnovants de producton de bens et de servces» PROPOSITION D UNE PROCEDURE

Plus en détail

Plongée Plaisir Initiateur Modifications réglementaires 2010

Plongée Plaisir Initiateur Modifications réglementaires 2010 Plongée Plasr Intateur Modfcatons réglementares 2010 Ce fasccule est à destnaton des ntateurs de club en formaton ou en foncton, afn d actualser les éléments de réglementaton sute aux modfcatons nter venues

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail