La monnaie. La monnaie. 1. Comment mesurer la masse monétaire? Les agrégats monétaires en France

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La monnaie. La monnaie. 1. Comment mesurer la masse monétaire? Les agrégats monétaires en France"

Transcription

1 La monnaie Offre et demande de monnaie Financement de l économie La monnaie 1. La masse monétaire: mesure 2. La création monétaire o le multiplicateur monétaire 3. Le rôle de la monnaie sur l économie o La théorie quantitative o La théorie keynésienne o Neutralité de la monnaie? 4. Le financement de l économie o Banque centrale et banques de second rang o Le marché financier 1. Comment mesurer la masse monétaire? Les agrégats monétaires en France Sachant l importance de la quantité de monnaie d une économie sur un grand nombre de variables économiques, vous êtes chargé(e) de mesurer cette quantité pour votre pays. Qu allez-vous y mettre? La distinction entre actifs monétaires et non monétaires. M1= Billets et pièces en circulation + dépôts à vue (comptes courants et autres comptes chèques) M2= M1+autres dépôts monétaires (comptes d épargne, dépôts à court terme) M3=M2+instruments négociables (Bons du Trésor,Titres Créances Négociables, placements en devises) 1

2 2. Création monétaire et offre de monnaie 2.a. Les sources de la création monétaire Il existe de nombreux débats sur la mesure la plus correcte de l offre de monnaie, c est-à-dire celle sur laquelle il faut agir à des fins de politiques économiques. L offre de monnaie est surtout le résultat de l activité bancaire. Afin de réguler l offre de monnaie, le gouvernement agira sur l activité bancaire. Les autorités monétaires française et européennes surveillent la progression de M3. Le financement de l activité économique des entreprises et des ménages (près de 80% de la création en 2007) Crédit et multiplicateur monétaire Le financement du déficit public (de l activité économique de l Etat) Monétisation de la dette publique Le financement des opérations avec l étranger Réserve de changes (BC) et prêts à l étranger (Banques) 2.b. La création monétaire par le crédit Principales opérations Les crédits créent de la monnaie parce qu ils augmentent les DAV. Il faut tenir compte du coefficient de réserve obligatoire. Il faut tenir compte des fuites de liquidité (retrait des billets). Enfin, la part des crédits financés sur épargne ne participe pas à la création monétaire. Considérons les principales opérations du système bancaire : Banque centrale Actif Refinancem ent des BCom. Réserves de change Passif Billets RO Banques commerciales Actif Réserve obligatoire Crédits Passif Dépôt à vue Refinancem ent 2

3 Multiplicateur monétaire Multiplicateur monétaire La consolidation de l actif et du passif du système bancaire donne: Res.chge+crédits=Billets(B)+ DAV=M La monnaie BC ou base monétaire= B+RO Les billets dépendent du coefficient d encaisse= proportion b de la masse monétaire: B=b.M Les RO sont fixés par la BC: RO=r.DAV En combinant les relations qui précèdent, on obtient: M=k.MC M=k.MC avec k=1/b+r(1-b) Plus une banque accorde du crédit et plus elle devra «déposer» un montant élevé de RO à la banque centrale. La masse monétaire augmente avec les crédits accordés. 2.c. La création monétaire: résumé 3. Le rôle de la monnaie sur l économie La création monétaire résulte donc principalement de l activité de crédit des banques. Cette activité est encadrée: par le coefficient de réserve et les taux directeurs. Les entrées de devises augmentent aussi la masse monétaire. Quel est le rôle de cette masse monétaire sur l activité économique? La théorie quantitative/le monétarisme de Friedman La théorie keynésienne Deux principaux points de vue s opposent. En simplifiant: il y a ceux qui pensent que la monnaie est neutre et ceux qui pensent qu elle ne l est pas. La pratique de la politique monétaire montre que ces deux points de vue se confrontent encore. Néanmoins, rares sont ceux qui affirment la dichotomie classique. 3

4 La théorie quantitative L équation quantitative La théorie quantitative part de l équation quantitative Au cours d une année M V = P T 60 pains sont vendus au prix unitaire de 0,5 euro M est égale à 10 euros Calculer V PxT= 60 x 0,5=30 euros V=PT/M=30/10=3 fois par an Imaginez une petite économie qui ne produit que des téléviseurs. Si 1500 téléviseurs sont produits chaque année et vendus 300 euros et si la quantité de monnaie est de euros, alors la vitesse de la monnaie est: V=(1500x300)/30000=15 Dans cette économie, les agents ont dépensé euros en téléviseurs avec euros de monnaie. Il a fallu que chaque billet d un euro change de mains 15 fois. Chaque euro change trois fois de propriétaire chaque année. L équation quantitative La théorie quantitative La vitesse de circulation de la monnaie est relativement stable. Certes, une innovation des moyens de paiement (comme l utilisation de plus en plus fréquente de la carte bancaire) entraîne une modification de la vitesse. Mais comparée à l évolution du revenu national et de la masse monétaire, la vitesse est considérée comme stable. Donc, les modifications de M se traduisent par une modification de PY (donc du revenu national nominal). Si Y est déterminé par les conditions productives (fonction de production, facteurs de production..); alors toute modification de la masse monétaire aura un écho dans l évolution de P Toute variation de la quantité de monnaie M provoque nécessairement une variation proportionnelle du PIB nominal, PY. Une accélération de la croissance de la masse monétaire se traduit par une hausse de l inflation mais n affecte pas les variables réelles. La théorie quantitative permet d expliquer donc le niveau général des prix, c est-à-dire l inflation. 4

5 L inflation L inflation, concrètement Définition: L inflation est la variation en pourcentage de l indice des prix à la consommation ou du déflateur du PIB ou de tout autre indice général des prix. Signification d un taux d inflation Que veut dire une inflation de 5% par an? Qu est-ce que cela signifie pour le prix du chariot de courses hebdomadaire d une famille de 4 personnes qui était de 120 euros en 2002? Une inflation de 5% par an signifie que le prix du panier de B&S de l indice des prix a augmenté de 5% par rapport à l année précédente. Si ce panier de B&S valait 3000 euros en 1980, il valait 3150 en Si le taux est maintenu constant jusqu en 1990, le panier de B&S vaudra alors: 3000(1+0,05) 10 =5131 euros en Prix à la consommation dans une perspective historique La théorie keynésienne L offre de monnaie résulte de la demande de monnaie La préférence pour la liquidité Le motif de spéculation Le rôle du taux d intérêt Sources: BRI 75th annual report (2005) 5

6 La demande de Monnaie chez Keynes La demande de Monnaie chez Keynes La monnaie est l actif le moins risqué et est donc un moyen de s assurer contre l incertitude. Elle sera demandée pour ellemême. Trois motifs conduisent à demander de la monnaie: la transaction, la spéculation et la précaution. Encaisse de transaction: elle répond au besoin de réaliser des dépenses courantes; elle dépend du revenu Encaisse de précaution: elle répond au désir de constituer une réserve de pouvoir d achat d une valeur immuable (dépend de la dépense donc du revenu) Encaisse de spéculation ou thésaurisation : elle traduit la préférence des agents pour la liquidité au détriment d actif financier. Cette encaisse décroît avec une hausse du taux d intérêt. Remarque: au-dessous d un certain seuil du taux d intérêt, tous les agents anticipent une hausse et la demande de monnaie absorbe toute l épargne disponible Demande de Monnaie Dichotomie classique La demande de monnaie dépend aussi du coût de détention de la monnaie donc dépendra du taux d intérêt nominal. La fonction générale de la demande d encaisses monétaires réelles s écrira : M d M = = LY (, i) P Où L (pour liquidité) est une fonction de Y et de i. Autrement dit, la demande d encaisses monétaires réelles dépend positivement du revenu national (plus Y est élevé et plus la demande le sera) et négativement du taux d intérêt nominal (plus i est élevé et plus la demande sera faible). Il s agit de la distinction théorique entre les variables réelles et les variables nominales. La théorie classique suppose que les variations de l offre de monnaie n ont pas d incidence réelle sur l économie. Il y a neutralité monétaire. L équilibre de l offre et de la demande de monnaie déterminera le niveau des variables nominales ; les variables réelles ayant été fixées par l économie réelle. 6

7 Y-a-il neutralité monétaire? Le financement de l économie OUI pour les classiques et les néo-classiques, la monnaie est un voile OUI, à moyen long terme pour les monétaristes NON pour les Keynésiens, la monnaie est active parce que les individus expriment une demande de monnaie pour elle-même qui era fonction du taux d intérêt. Les acteurs du financement de l économie sont: La Banque centrale Les banques de second rang Les institutions financières non bancaires Le marché financier Le financement de l économie Le financement de l économie L'approche «traditionnelle» du financement: Les banques de second rang: selection des projets d'investissement et financement par la création monétaire adossée aux dépots. La Banque centrale: joue le rôle de préteur en dernier ressort sur le marché interbancaire. Ceci permet de concilier les positions à long terme des banques sur leur actif (crédits/prêts sur plusieurs années) et à court terme sur leur passif (dépots à vue des clients). Cependant, la sphère financière a évolué, avec un accroissement de la place du marché financier: Avantage : Acces direct des entreprises en besoin de financement à une offre d'épargne. Apparition d'institutions financières non bancaires: Compagnies d'assurance, Investisseurs institutionels (Trust funds, Mutual funds), qui gèrent l'épargne de leur clients sur les marchés financiers sans passer par une banque. 7

8 Le financement de l économie: banque contre marché financier SUPPLEMENTS Ces deux modes de financement sont plus complémentaires que concurrents: Peu d'entreprises ont un accès direct au marchés financiers. Donc, pour les PME, le financement bancaire est encore la règle. Suite à l'évolution récente, les Banques ont diversifié leurs activités: rôle de courtier Elles sont devenues des intermédiaires importants entre agents individuels (ménages, entreprises) et le marché financier, en jouant sur un meilleur accès à l'information. Le multiplicateur monétaire Taux d intérêt et valeur de la monnaie Effet Fisher Taux d intérêt et valeur d une obligation Le multiplicateur de crédit Le multiplicateur de crédit Supposons un coefficient de réserve de 20% : dépot initial=1000 euros pret banque 1=(1-20%) 1000=800 2 pret banque 2=(1-20%) 800=(1-20%) 1000=640 3 pret banque 3=(1-20%) 640=(1-20%) 1000= Un dépôt initial de 1000 euros dans une banque peut permettre de créer, en supposant un coefficient de réserve r, jusqu à (1/r)x1000. Selon notre précédent exemple: L offre totale de monnaie sera= 1 + (1 20%) + (1 20%) + (1 20%) = =

9 Le multiplicateur monétaire Le multiplicateur monétaire Supposons les trois variables exogènes suivantes: la base monétaire, MC, qui est la somme des pièces et billets en circulation, B, et des réserves bancaires RO. MC=B+RO le coefficient de réserve, r, fraction des dépôts que les banques conservent sous forme de réserves le coefficient d encaisses, b, qui est la part de leur revenu (ou dépôt à vue) que les agents souhaitent détenir en espèces. L offre de monnaie est alors : M=B+DAV La base monétaire : MC=B+RO On divise la première équation par la seconde : M B + DAV = MC B + RO M B DAV + 1 = MC B DAV + RO DAV b + 1 M = B b + r M = k B Le multiplicateur monétaire Monnaie et taux d intérêt Le multiplicateur de monétaire est k. L offre de monnaie est proportionnelle à la base monétaire. Toute hausse de cette dernière accroît la masse monétaire. Plus le r est faible et plus k sera élevé. Plus b est faible et plus k sera élevé. En effet, plus b est faible et plus sera élevée la part de la base monétaire détenue en réserves par les banques et donc plus elles pourront octroyer des prêts. Le taux d intérêt est un prix. Il indique la valeur temporelle de la monnaie. Il relie la valeur présente et la valeur future de la monnaie. Dès lors que l épargne (non dépense) génère une rémunération, le coût d une unité monétaire (1 ) de consommation courante est supérieure à 1 de consommation future. Le taux d intérêt indique le montant de consommation future qu induit le renoncement à la consommation présente aujourd hui. 9

10 Monnaie et Actualisation Monnaie, taux d intérêt réel et nominal La valeur actualisée d une somme de monnaie future (qui sera perçue demain) est sa valeur présente. Valeur présente= valeur future/(1+r) si la valeur future est celle perçue dans un an. Pour n années: V 0 Vn = (1 +r ) n Les valeurs actualisées dépendent du taux d intérêt : réel ou nominal? Dès lors que la monnaie n a d autre valeur que celle des biens qu elle permet d acheter, il faut tenir compte de l inflation. Le taux d intérêt réel est égal au taux d intérêt nominal le taux d inflation. Effet Fisher Taux d intérêt et valeur des obligations Selon Fisher, à long terme, du fait de la neutralité de la monnaie, une variation de la masse monétaire devrait être sans effet sur le taux d intérêt réel. Toute variation du taux d inflation se reflète dans la variation du taux d intérêt nominal. L effet Fisher désigne la conséquence d une augmentation du taux d inflation sur le taux nominal. Si le taux d inflation augmente de 1%, alors le taux d intérêt nominal augmentera de 1%. Le cours des obligations à intérêt fixe varie à l inverse de la variation des taux d intérêt. En effet, si les taux d intérêt augmentent, la demande de titres va se porter sur de nouvelles émissions plutôt que sur des titres existants. Les cours des obligations vont donc baisser avec l augmentation des taux d intérêt pour compenser la différence de rémunération. Il faut en effet que les rendements ( c est-àdire les intérêt/prix de l obligation) s égalisent. 10

2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire à l inflation.

2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire à l inflation. Thème 6 Monnaie et prix Questions Vrai ou Faux 1. La monnaie et la richesse sont des synonymes. 2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire

Plus en détail

Chapitre 2 La monnaie et l inflation

Chapitre 2 La monnaie et l inflation Chapitre 2 La monnaie et l inflation 1 1. Pourquoi les prix augmentent-ils? 2. Section 1. La monnaie: Définition 3. Quelle politique économique peut-on mettre en place pour lutter contre l inflation? 3

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

Monnaie, taux d intérêt et taux de change

Monnaie, taux d intérêt et taux de change Monnaie, taux d intérêt et taux de change Le taux de change dépend de deux facteurs: - l intérêt des dépôts en devises - le taux de change futur anticipé Pour comprendre comment sont déterminés les taux

Plus en détail

1 Les fonctions et les formes de la monnaie

1 Les fonctions et les formes de la monnaie 1 Les fonctions et les formes de la monnaie A. Les fonctions de la monnaie 1 Quels sont les effets du troc? a. il permet d accélérer les échanges b. il ralentit les échanges c. il peut permettre l accès

Plus en détail

Economie monétaire internationale

Economie monétaire internationale Economie monétaire internationale Olivier Lamotte ESG2 Octobre-Décembre 2007 Pourquoi étudier la monnaie? La monnaie joue un rôle important dans la production des fluctuations économiques. Ex.: relation

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale 17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale Beaucoup de facteurs influencent la demande globale. Par exemple, quand les agents économiques changent leurs projets de dépenses,

Plus en détail

Les déterminants de l investissement

Les déterminants de l investissement Les déterminants de l investissement Après avoir expliqué ce qu est l investissement et montré ses effets sur l économie via l offre et la demande (article du 25 octobre sur ce blog), nous allons nous

Plus en détail

Les institutions financières : Première partie : La monnaie

Les institutions financières : Première partie : La monnaie Les institutions financières : Première partie : La monnaie 1. La monnaie : Définition. La monnaie (ou la masse monétaire) est l ensemble des moyens de payements dont disposent les agents économiques pour

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions Création monétaire et systèmes bancaire et monétaire Module 1 Corrigé Liens avec les programmes de SES (1 ère ) Liens avec les programmes de STG (T ale ) Banque et création monétaire La création monétaire

Plus en détail

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Macroéconomie 3 Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Année Universitaire 2015-2016 /53 2/53 Introduction L ouverture

Plus en détail

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE)

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) 1. En temps normal, lorsque le taux d intérêt à un jour s approche du taux d escompte, la Banque du Canada: a) retire des fonds déposés

Plus en détail

LE MARCHE DE LA MONNAIE

LE MARCHE DE LA MONNAIE LE MARCHE DE LA MONNAIE 1 Monnaie : Formes et Fonctions 2 La Création de Monnaie 3 La Banque Centrale 4 Théories Economiques et Monnaie 5 L Inflation 1 1 La monnaie : formes et fonctions Monnaie = ensemble

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

EXAMEN n 1 MACROÉCONOMIE

EXAMEN n 1 MACROÉCONOMIE EXAMEN n 1 MACROÉCONOMIE I. QUESTIONS : Quel est le PIB de la France en 2013? Définir le PIB (3 approches), la consommation et l investissement. L INSEE mesuretelle le PIB à prix constants ou à prix courants?

Plus en détail

Valorisation par arbitrage. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012

Valorisation par arbitrage. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012 Valorisation par arbitrage - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012 Plan du cours Introduction : l hypothèse d absence d opportunité d arbitrage 1. Synthèse des actifs par un système de

Plus en détail

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue.

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue. FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 4 heures. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment

Plus en détail

Macroéconomie Le Modèle ISLM (Suite)

Macroéconomie Le Modèle ISLM (Suite) Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la Décision 2ème année de DEUG MASS Macroéconomie, Cours de C. Hurlin Année 2001/2002 Macroéconomie Le Modèle ISLM (Suite) Sujet 1 - Exercice 1 : Les tableaux

Plus en détail

Pourquoi avons-nous besoin de la monnaie? Aurélien Eyquem, ENS Lyon Université Ouverte 2011-2012

Pourquoi avons-nous besoin de la monnaie? Aurélien Eyquem, ENS Lyon Université Ouverte 2011-2012 Pourquoi avons-nous besoin de la monnaie? Aurélien Eyquem, ENS Lyon Université Ouverte 2011-2012 Introduction Pourquoi a-t-on besoin de la monnaie? Quelles sont les grandes questions que pose l'économie

Plus en détail

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur.

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur. Investir sur les taux et les obligations Définition Le marché des taux d intérêts aussi connu sous le nom de «marché de la dette» est le marché le plus important en termes de volumes puisqu il s y échange

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex L'économie ouverte Dans une économie ouverte, le pays n'est pas contraint de réaliser en toute année l'équilibre entre ses dépenses et sa production de biens et services. Le pays peut dépenser plus qu'il

Plus en détail

Document monnaie, Droit première année La monnaie : On distingue trois fonctions à la monnaie :

Document monnaie, Droit première année La monnaie : On distingue trois fonctions à la monnaie : Document monnaie, Droit première année La monnaie : On distingue trois fonctions à la monnaie : -Une fonction d unité de compte, elle permet de comparer la valeur des différents biens, -Une fonction de

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 7 Crises de change

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 7 Crises de change ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 7 Crises de change Exercice : Une comparaison entre deux modèles de crises de change Adapté de l article d Olivier Jeanne (1996), Les modèles de crise de change

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

WORKING PAPER SERIES 2013-ECO-15

WORKING PAPER SERIES 2013-ECO-15 July 2013 WORKING PAPER SERIES 2013-ECO-15 Le Portugal menacé d insolvabilité Eric Dor IESEG School of Management (LEM-CNRS) IESEG School of Management Lille Catholic University 3, rue de la Digue F-59000

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 )

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Le taux de change donne le prix des monnaies entre elles. Comment se fixe ce prix? Pourquoi peut- il

Plus en détail

Moyens de paiement utilisés par agents économiques non financiers. Payer des dettes suites à des transactions commerciales

Moyens de paiement utilisés par agents économiques non financiers. Payer des dettes suites à des transactions commerciales Monnaie et Création monétaire (Mai 2009) Définition Fonctions Formes Quoi? : Moyens de paiement utilisés par agents économiques non financiers Pourquoi? : Payer des dettes suites à des transactions commerciales

Plus en détail

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création.

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. DU RESULTAT AU FLU DE TRESORERIE Cette étude a pour objet : de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. de faire des simulations à partir d un tableur et

Plus en détail

Systèmes financiers et financement de l économie

Systèmes financiers et financement de l économie Systèmes financiers et financement de l économie Plan du cours I. Généralités sur les systèmes financiers. II. Les besoins et les capacités de financement. III. Le financement bancaire et le développement

Plus en détail

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX *

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * Département analyse et prévision de l OFCE Cette étude évalue l impact à différents horizons temporels d une hausse des taux (courts et longs) sur le passif des agents

Plus en détail

Etude. Fidélisation des salariés : les clés pour l avenir. (France, Allemagne, Italie, Japon, Mexique, Pays-Bas,

Etude. Fidélisation des salariés : les clés pour l avenir. (France, Allemagne, Italie, Japon, Mexique, Pays-Bas, Etude Fidélisation des salariés : les clés pour l avenir Etude internationale menée auprès de 2 627 DRH de huit pays (France, Allemagne, Italie, Japon, Mexique, Pays-Bas, Grande-, ) mai 2002 Contact :

Plus en détail

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Monnaie Fonction de la monnaie Moyen de paiement: troc incompatible avec une forte division du travail acceptation

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma.

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma. Le système financier Marocain Introduction Définition : -Le système financier comprend les institutions financières, les marchés financiers et l ensemble des règlements qui régissent la circulation de

Plus en détail

La monnaie au sens large recouvre ainsi des actifs dont le degré de liquidité est variable :

La monnaie au sens large recouvre ainsi des actifs dont le degré de liquidité est variable : CHAPITRE 2 LA MONNAIE DANS L ECHANGE SYNTHESE SCHEMATIQUE DEFINITIONS Un actif est un élément du patrimoine ayant une valeur économique positive. Des biens aussi variés qu une maison, une voiture, une

Plus en détail

POURQUOI LES PRIX AUGMENTENT-ILS? Nathalie Janson Professeur Associé RBS njn@rouenbs.fr

POURQUOI LES PRIX AUGMENTENT-ILS? Nathalie Janson Professeur Associé RBS njn@rouenbs.fr POURQUOI LES PRIX AUGMENTENT-ILS? Nathalie Janson Professeur Associé RBS njn@rouenbs.fr Les prix augmentent: une bonne nouvelle? Dans le contexte actuel il semble que l augmentation des prix soit perçue

Plus en détail

UE Marketing Responsable : Anne-Sophie Cases

UE Marketing Responsable : Anne-Sophie Cases UE Marketing Responsable : Anne-Sophie Cases LICENCE Sciences de Gestion LICENCE Management Technico-Commercial Objectifs du cours de Marketing Objectif vous initier aux concepts fondamentaux du Marketing

Plus en détail

db Inflation Protect Coupon Plus besoin d un bocal pour protéger votre argent

db Inflation Protect Coupon Plus besoin d un bocal pour protéger votre argent db Inflation Protect Coupon Plus besoin d un bocal pour protéger votre argent De manière générale, on cherche toujours à se protéger au mieux et à prêter une attention particulière à ce qui nous est cher.

Plus en détail

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS Ce document ne prétend pas décrire tous les risques inhérents aux investissements en instruments financiers. Il a plutôt pour

Plus en détail

Chapitre 3 : Le revenu d équilibre

Chapitre 3 : Le revenu d équilibre Chapitre 3 : Le revenu d équilibre - 112 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer entre la théorie classique et la théorie moderne de l équilibre macroéconomique. - Découvrir l interprétation moderne

Plus en détail

Novembre 2013 Adamson RASOLOFO, Economiste Principal

Novembre 2013 Adamson RASOLOFO, Economiste Principal Les instruments de la politique monétaire et ses canaux de transmission Novembre 2013, Economiste Principal Plan de la présentation i. Les objectifs de la politique monétaire ii. Les instruments de la

Plus en détail

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE - DIFFUSION IMMEDIATE Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 Chiffre d affaires 2010 : 540 m - Réduction de l'activité en immobilier d'entreprise Hausse du carnet de

Plus en détail

CHOIX DE PLACEMENTS. But de la brochure. L univers des placements. Dans cette brochure

CHOIX DE PLACEMENTS. But de la brochure. L univers des placements. Dans cette brochure CHOIX DE PLACEMENTS Service Education des Epargnants Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières CDVM http://www.cdvm.gov.ma/espace-epargnants But de la brochure Le but de la présente brochure est de

Plus en détail

Existe-t-il une norme pour le prix nominal des actions aux Etats-Unis?

Existe-t-il une norme pour le prix nominal des actions aux Etats-Unis? Existe-t-il une norme pour le prix nominal des actions aux Etats-Unis? Résumé : - Le prix des actions sur le marché américain fluctue autour des $30 depuis les années 1930, ceci grâce à la pratique régulière

Plus en détail

La monnaie et le financement

La monnaie et le financement La monnaie et le financement Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Université François-Rabelais Droit - Economie - Sciences Sociales

Université François-Rabelais Droit - Economie - Sciences Sociales Université François-Rabelais Droit - Economie - Sciences Sociales Tours Année universitaire : 205-206 Session : galop d essai du er semestre Année d étude : Licence première année Sciences Economiques

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

Chapitre 1 : La monnaie

Chapitre 1 : La monnaie Chapitre 1 : La monnaie - 60 - Dans ce chapitre vous allez : - Découvrir l histoire et le rôle de la monnaie. - Distinguer les différents acteurs et leurs comportements respectifs sur le marché de la monnaie.

Plus en détail

Initiation à la Microéconomie Licence 1, Semestre 1 TD 2 Correction des questions

Initiation à la Microéconomie Licence 1, Semestre 1 TD 2 Correction des questions Initiation à la Microéconomie Licence 1, Semestre 1 TD 2 Correction des questions 1. Utilisez les courbes d offre et de demande pour illustrer comment chacun des évènements suivants devrait affecter le

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session NOTES IMPORTANTES : 1. Cette épreuve contient 30 questions à choix multiples. Une seule réponse est valide par question.

Plus en détail

La politique monétaire. Normandie. management. école. Jean-Christophe Hauguel

La politique monétaire. Normandie. management. école. Jean-Christophe Hauguel Ecole Supérieure de Commerce du Havre 30, rue de Richelieu - 76087 LE HAVRE Cedex Tél. +33 2 32 92 59 99 - www.esc-lehavre.fr/ école management de de Normandie BUSINESS SCHOOL Jean-Christophe Hauguel La

Plus en détail

Chapitre 2 : l économie monétaire

Chapitre 2 : l économie monétaire Chapitre 2 : l économie monétaire Controverse sur la monnaie entre courants de pensée : neutre ou active Peut-on se servir de la monnaie pour absorber les déséquilibres de l économie réelle? Dématérialisation

Plus en détail

Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt

Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt Dans la section précédente, nous avons généralisé notre discussion de l'influence de divers facteurs sur le comportement des taux

Plus en détail

PARTIE 1 (4 POINTS) PARTIE 2: (4 POINTS)

PARTIE 1 (4 POINTS) PARTIE 2: (4 POINTS) REPUBLIQUE TUNISIENNE Année Universitaire : 2014/2015 MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Examen de CES Révision Comptable Session de rattrapage Epreuve : Finance Durée

Plus en détail

De la valeur d entreprise à la valeur des capitaux propres

De la valeur d entreprise à la valeur des capitaux propres De la valeur d entreprise à la valeur des capitaux propres Agnès PINIOT, Membre de la Commission Evaluation des entreprises de la Compagnie Nationale des Commissaires aux comptes (CNCC) Olivier PERONNET,

Plus en détail

Théorie keynésienne : le reste du monde

Théorie keynésienne : le reste du monde Théorie keynésienne : le reste du monde Le modèle keynésien en économie ouverte Le modèle keynésien est valide uniquement dans le cadre d'une économie fermée, c'est-à-dire sans échanges extérieurs. Dans

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Question 1: Analyse et évaluation des obligations (48 points) M. Smith, responsable des investissements obligataires dans une société de conseil en investissements, a analysé la courbe des taux des obligations

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

Le modèle IS-LM en économie fermée

Le modèle IS-LM en économie fermée Le modèle IS-LM en économie fermée Le modèle IS-LM en économie fermée Modèle IS-LM : interaction entre le secteur réel et le secteur financier 2 courbes équilibre sur le marché des biens et services (IS)

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie

Introduction à la Macroéconomie Introduction à la Macroéconomie Cours donné par Federica Sbergami 2011-2012 Travail Pratique No 4 Correction: Vendredi 26 avril 2013 12h15-14h A. Inflation Exercice 1 En se basant sur l hypothèse des prix

Plus en détail

Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt

Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt Analyse thématique Belfius Research Février 2016 Introduction Les taux sont à un niveau historiquement bas. Pour un crédit à 10 ans, l

Plus en détail

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Fabienne Monteil Direction générale des Statistiques Banque de France Sylvain Humbertclaude et Léa mauro Division Synthèse générale

Plus en détail

La monnaie et les prix

La monnaie et les prix La monnaie et les prix Le long terme et les variables nominales ECO 2400 Université du Québec à Montréal Germain Belzile et Département des sciences économiques 2 Qu est-ce que la monnaie? La monnaie a

Plus en détail

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Le chapitre X consacré à l optique dépenses de la comptabilité nationale nous a donné l occasion de décrire la structure

Plus en détail

LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE CHAPITRE 4 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE 4.1 Introduction : Le taux de change est le prix de la monnaie nationale contre une devise étrangère, ce prix peut être fixé par les autorités monétaire dans

Plus en détail

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin.

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin. Paris, le 6 septembre 2012 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE CONFÉRENCE DE PRESSE 6 SEPTEMBRE 2012 DÉCLARATION INTRODUCTIVE Mesdames et messieurs, le vice-président et moi-même sommes très heureux de vous accueillir

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Rappel mathématique Germain Belzile

Rappel mathématique Germain Belzile Rappel mathématique Germain Belzile Note : à chaque fois qu il est question de taux dans ce texte, il sera exprimé en décimales et non pas en pourcentage. Par exemple, 2 % sera exprimé comme 0,02. 1) Les

Plus en détail

A qui profite le logement cher?

A qui profite le logement cher? A qui profite le logement cher? L envolée des loyers et des prix immobiliers a rendu l accès au logement de plus en plus difficile, avec des coûts fixes qui grèvent fortement le pouvoir d achat des locataires.

Plus en détail

Rappels de macro-économie. La monnaie et le crédit

Rappels de macro-économie. La monnaie et le crédit Rappels de macro-économie La monnaie et le crédit Les différents types de monnaie La monnaie fiduciaire : pièces et billets : M1 La monnaie scripturale : avoirs bancaires M2 La masse monétaire : M = M1

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Question 1 : Soit un marché du travail initialement en équilibre et on observe une vague d'immigration

Plus en détail

Mathématiques Financières Exercices

Mathématiques Financières Exercices Mathématiques Financières Exercices Licence 2, 2015-16 - Université Paris 8 J.CORIS & C.FISCHLER & S.GOUTTE 1 TD 1 : Suites numériques et somme de suites Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous,

Plus en détail

Politique monétaire de la BCE et taux d intérêt directeur négatif

Politique monétaire de la BCE et taux d intérêt directeur négatif Politique monétaire de la BCE et taux d intérêt directeur négatif Le jeudi 10 mars 2016, le Conseil des Gouverneurs de la BCE à francfort/main (ALL) sous la présidence de l italien Mario Draghi a pris

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

HAPPY LIFE. Règlement de gestion du fonds d investissement interne happy life AB Global Strategy 60/40

HAPPY LIFE. Règlement de gestion du fonds d investissement interne happy life AB Global Strategy 60/40 1/8 DESCRIPTION Le fonds d investissement interne happy life AB Global (voir l annexe 1) est géré par AXA Belgium, appelée ci-après la compagnie d assurance, dans l intérêt exclusif des souscripteurs et

Plus en détail

Introduction : Problématique de l évaluation

Introduction : Problématique de l évaluation Introduction : Problématique de l évaluation Nous évoquerons d abord les utilisateurs de l évaluation des sociétés, ensuite les méthodes classiques d évaluation que nous prolongerons par l approche générale

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

Comment se préserver de l augmentation du coût de la vie

Comment se préserver de l augmentation du coût de la vie Comment se préserver de l augmentation du coût de la vie Tome 1 Bonjour, Philippe Hodiquet à votre service. J ai commencé à vous partager des techniques légales pour réduire vos coûts de crédits immobiliers.

Plus en détail

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes *

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers individuels, y compris

Plus en détail

1. La prise en compte des coûts

1. La prise en compte des coûts Terminale STG Mercatique Chapitre 3 : Construire l'offre Séquence 4. La fixation du prix - Les facteurs explicatifs d'un prix Le prix est une variable mercatique déterminante. Il est la base des revenus

Plus en détail

CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE. ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette

CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE. ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette Explications préalables Il y a quelques années nous avions demandé à l INSEE de nous fournir le montant

Plus en détail

I) La création de richesses et le niveau de vie.

I) La création de richesses et le niveau de vie. Partie II : La création de richesses et la croissance économique Chapitre 3 : Les finalités de la croissance. I) La création de richesses et le niveau de vie. A) La création de richesses 1. La définition

Plus en détail

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des 2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Prévisions économiques

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les obligations Ce document pédagogique ne constitue pas une incitation à investir et n est pas un conseil en investissement. Le Client qui souhaite un conseil en investissement avant

Plus en détail

Proportion. Évolution

Proportion. Évolution 1 Proportion. Évolution PROPORTION On considère un ensemble E contenant n éléments et A une partie de E contenant y éléments. La proportion p A des éléments de A par rapport à E est égale à : résumés de

Plus en détail

PERSPECTIVES d avenir

PERSPECTIVES d avenir PERSPECTIVES d avenir Les rôles changeants des titres à revenu fixe et des actions Bruce Cooper, CFA Vice-président, Actions, Gestion de Placements TD Coprésident, Comité de répartition des actifs de Gestion

Plus en détail