SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE"

Transcription

1 - Département de l'isère - Commune de AMBEL Mairie Le village AMBEL 5 rue du portail rouge VIF SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE Phase 1 : Diagnostic de la situation actuelle Diagnostic du réseau d eau potable Dossier Septembre 2011 Bureau d'études Techniques Tél. : , rue Mayoussard - CENTR ALP Fax : MOIRANS E.mail :

2 SOMMAIRE I - Présentation de la collectivité...2 I Population... 2 I Activités... 2 I Service de l eau... 3 II - Analyse des ressources...4 II Caractérisation des ressources... 4 II Dispositifs de traitements existants... 4 II Bilan de la qualité de l eau distribuée... 4 II Conclusions... 4 III - Le réseau...6 III Analyse du réseau d adduction et de distribution... 6 III-1-1 Structure du réseau... 6 III-1-2 Bilan de l état des ouvrages... 7 III-1-3 Les branchements... 7 III Analyse du fonctionnement du service... 8 III-2-1 Consommations actuelles... 8 III-2-2 Résultats de la campagne de mesure Evaluation du rendement du réseau... 9 III-2-3 Indicateurs de fonctionnement des réseaux... 9 III-2-4 Analyse du fonctionnement hydraulique du réseau III-2-5 Conclusions IV - Bilan Besoin/Ressources IV Estimation des besoins actuels IV Estimation des besoins futurs IV-2-1 Estimation de la population future IV-2-2 Estimation des besoins futurs IV Bilan besoins-ressources V - Conclusion Septembre 2011 mise à jour février 2012 Page 1

3 Dans le cadre de l élaboration du schéma directeur de la commune de Ambel, le présent rapport a pour objet le diagnostic de la situation actuelle de l Alimentation en Eau Potable (AEP) de la commune. Cette analyse portera plus particulièrement sur les points suivants : Présentation du service de l eau potable Analyse des ressources Analyse du réseau : bilan des ouvrages et du fonctionnement du service Etablissement du bilan besoins/ressources de la commune I - PRESENTATION DE LA COLLECTIVITE I POPULATION La commune de Ambel présente une population actuelle de 26 habitants permanents. Cette population peut s élever jusqu à quatre-vingt habitants en saison estivale, par l occupation des logements secondaires présents sur la commune. La commune ne dispose pas de document d urbanisme mais, sur la base de l évolution actuelle de la population, elle pourrait s élever à environ 35 habitants permanents en I ACTIVITES Les activités sur la commune se limitent à 2 exploitations agricoles de type élevage. Septembre 2011 mise à jour février 2012 Page 2

4 I SERVICE DE L EAU Le service de l eau est géré en régie communale. Aucun employé communal n est affecté à la gestion du réseau. La facturation de l eau est actuellement forfaitaire mais les maisons sont progressivement équipées de compteurs. L exploitation technique du réseau consiste actuellement en : Fréquence de réalisation par la commune Obligation réglementaire Entretien conseillé Ressource Jaugeage des débits Aucun Saisonnier Nettoyage du génie civil 1/an Régulière Désinfection 1/an Annuelle Réservoir Nettoyage/désinfection de la cuve 1/an 1/an sauf dérogation (R Code de la santé publique) Manœuvre des vannes - annuelle Surveillance générale - mensuelle Suivi des débits de distribution Pas de compteur mensuelle hebdomadaire Traitement Nettoyage Contrôle du bon fonctionnement des consommations énergétiques Remplacement des lampes UV Station de pompage Entretien des équipements électromécaniques Désinfection des bâches de pompage Contrôle des consommations énergétiques Contrôle des équipements électriques Ouvrages de régulation et de protection du réseau Sans objet Sans objet Sans objet bimestriel mensuelle annuel hebdomadaire 1/an sauf dérogation (R Code de la santé publique) mensuel annuel Septembre 2011 mise à jour février 2012 Page 3

5 II - ANALYSE DES RESSOURCES II CARACTERISATION DES RESSOURCES La commune de AMBEL est alimentée en eau potable à partir : du captage des Terrasses : source gravitaire située sur la commune de Ambel Nom de la ressource Date de mise en service Protection Qualité ( ) Bactériologique Physico-chimique Traitement Débits Données disponibles Tendance à l'étiage Les Terrasses Années 60 Périmètres définis mais pas de DUP Aucune protection existante 5 mesures 1 non-conformité bactériologique en 2009 et plusieurs dépassements des références de qualité* Eau à l'équilibre, contenant peu ou pas de nitrates, peu fluorée Aucun traitement 280 l/min en novembre 2010 et 50 l/min en octobre 2011 Manque d'eau hiver 2009/2010 Débit d'étiage estimé à 20 l/min * Référence de qualité limite de qualité, valeur réglementaire Les périodes d étiage sont «décalées», semblant indiquer que la source vient de loin. II DISPOSITIFS DE TRAITEMENTS EXISTANTS Aucun traitement n existe sur la commune de Ambel, un traitement ponctuel est réalisé si un problème bactériologique est détecté. II BILAN DE LA QUALITE DE L EAU DISTRIBUEE Entre 2008 et 2010, les références de qualité sont souvent dépassées mais l eau distribuée est conforme (limites de qualité respectées). II CONCLUSIONS La qualité de l eau est globalement bonne. Toutefois, afin de limiter le dépassement des références de qualité, tant au niveau de la ressource qu au niveau du réseau, il apparaît nécessaire que la commune Septembre 2011 mise à jour février 2012 Page 4

6 effectue régulièrement le nettoyage/désinfection de ses ouvrages, avant d envisager éventuellement la mise en place d un traitement permanent. Par ailleurs, la protection des captages est aujourd hui inexistante. Enfin, l absence de données de débit de la ressource ne permet pas d évaluer les périodes d étiage et les valeurs de débit. Ainsi nos préconisations concernant les ressources de la commune de Ambel sont les suivantes : Nettoyage / désinfection régulière des ouvrages de captage et de stockage La poursuite de la procédure de Déclaration d Utilité Publique du captage La mise en place d un jaugeage mensuel dans un premier temps puis saisonnier sur la ressource Septembre 2011 mise à jour février 2012 Page 5

7 III - LE RESEAU III ANALYSE DU RESEAU D ADDUCTION ET DE DISTRIBUTION III-1-1 Structure du réseau Voir plan ATEAU et schéma altimétrique n Description générale du réseau Le réseau d eau potable de la commune a une structure très simple : le captage des Terrasses alimente par surverse le réservoir du Colombier. Ce dernier dessert toutes les habitations et son trop-plein alimente un ancien réservoir où les citernes agricoles peuvent être remplies. Les canalisations Canalisations Linéaire Périodes de réalisation Adduction 1378,62 ml Ø 110 PVC 1990 Distribution 1416 ml Conduites fonte - Conduites Amiante Ciment ml en PVC dont Conduites PVC ,6 ml Ø 110 PVC 2006 entre réservoir et calvaire 2010 entre calvaire et village - 379,39 ml de PVC Ø<100 Ouvrages de régulation Néant Les ouvrages de stockage Nom Volume total Volume Réserve incendie Date de construction puis de modification Réservoir du Colombier 150 m m L ouvrage n a pas été modifié depuis sa création. Les stations de pompage Nom Date de mise en service Rôle Débits refoulés Mode de fonctionnement Néant Septembre 2011 mise à jour février 2012 Page 6

8 COMMUNE DE AMBEL SCHEMA DIRECTEUR D'EAU POTABLE Synoptique du réseau d'eau potable Dossier n : Plan n : Sans échelle Adduction Distribution Réseau non utilisé LEGENDE Captage, source Puits C. des Terrasses (998 m) V.F. V.O. U.V. Cl C Vanne fermée Vanne ouverte Ultra Violet Chlore Compteur Réservoir 50m³ Réservoir < 50m³ Station de pompage Citerneau Robinet flotteur Ancien réservoir Vol = 50 m³ Réservoir du Colombier (938 m) Vol = 150 m³ Ri = 120 m³ Ø Ø

9 III-1-2 Bilan de l état des ouvrages Les ouvrages ont été visités le 10/11/2010 et ont fait l objet de fiche visites (voir rapport joint). Globalement les ouvrages sont récents. L installation d un dispositif de comptage, voire de traitement, doit être envisagé au niveau de la distribution du réservoir. Le détail de ces travaux ainsi que leur estimation sera repris en phase 2 et 3 de l étude. Captage des Terrasses Réservoir du Colombier CAPTAGE Remplacement de la porte RESERVOIR Pose d'un compteur général sur la distribution III-1-3 Les branchements Le réseau de distribution ayant été refait récemment, il n y a donc plus de branchements en plomb. Rappel de la réglementation concernant les branchements plomb : Extrait de l arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la consommation humaine[ ] Annexe 1 : «La limite de qualité est fixée à 25g/l jusqu au 25 décembre Les mesures appropriées pour réduire progressivement la concentration en plomb dans les eaux destinées à la consommation humaine au cours de la période nécessaire pour se conformer à la limiter de qualité de 10g/l sont précisées aux articles R et R (arrêté d application) Lors de la mise en œuvre des mesures destinées à atteindre cette valeur, la priorité est donnée aux cas où les concentrations en plomb dans les eaux destinées à la consommation humaine sont les plus élevées.» Extrait de l article R du code de la santé Publique «II - Sans préjudice des dispositions prévues au I, la mise en place de canalisations en plomb ou de tout élément en plomb dans les installations de production, de distribution ou de conditionnement d'eau destinée à la consommation humaine est interdite.» Septembre 2011 mise à jour février 2012 Page 7

10 III ANALYSE DU FONCTIONNEMENT DU SERVICE III-2-1 Consommations actuelles On distingue plusieurs types de consommations : - Volumes produits = volumes mis en distribution : volumes mesurés en sortie des réservoirs - Volumes réellement consommés = volumes facturés : volumes desservis aux abonnés - La différence entre ces deux grandeurs représente les fuites du réseau. Volumes produits = volumes mis en distribution Aucune campagne de mesure n a été réalisée dans le cadre de la présente étude. L évaluation des volumes mis en distribution n est donc pas possible pour cause d absence de dispositif de comptage. La consommation peut être estimée en considérant qu il y a : En été : 80 habitants consommant chacun 0,15 m 3 /j En hiver : 26 habitants consommant chacun 0,15 m 3 /j équivalents Gros Bétail consommant 0,06 m 3 /j En considérant que le réseau, récent, est en bon état, nous pouvons estimer que le volume mis en distribution est égal au volume consommé (rendement 100%). Volumes facturés 2009 Compte-tenu du nombre important de résidences secondaires, le nombre moyen d habitants permanents par abonné est très faible, de l ordre de 0.8 habitant/abonné. La facturation est au forfait. De plus, bien que certaines habitations soient équipées de compteurs particuliers ils ne sont pas relevés. Volumes non comptabilisés Sans objet Analyse des données de comptage Evaluation du sous-comptage Les compteurs particuliers correspondent à ceux disposés sur les branchements privés. Ils permettent le comptage des volumes utilisés en vue d établir la facturation, et marquent la limite au-delà de laquelle l entretien et la maintenance des réseaux n est plus de la responsabilité de l exploitant. En vieillissant les compteurs d eau ont tendance sous-estimer les volumes consommés de l ordre de quelques centièmes. A titre indicatif, le modèle de règlement de service (circulaire du 14/04/1988) prévoit le contrôle et le remplacement à 15 ans d'âge et un renouvellement systématique à 20 ans. La pose des compteurs étant en cours sur la commune, ils sont très récents et donc à priori exempts de sous-comptage. Septembre 2011 mise à jour février 2012 Page 8

11 Rappel réglementaire sur la facturation de l eau : Article L du code général des collectivités territoriales «Toute fourniture d'eau potable, quel qu'en soit le bénéficiaire, fait l'objet d'une facturation au tarif applicable à la catégorie d'usagers correspondante. Les collectivités mentionnées à l'article L sont tenues de mettre fin, avant le 1er janvier 2008, à toute disposition ou stipulation contraire. Le présent article n'est pas applicable aux consommations d'eau des bouches et poteaux d'incendie placés sur le domaine public.» Extrait de l article L du code général des collectivités territoriales «Toute facture d'eau comprend un montant calculé en fonction du volume réellement consommé par l'abonné et peut, en outre, comprendre un montant calculé indépendamment de ce volume en fonction des charges fixes du service et des caractéristiques du branchement, notamment du nombre de logements desservis. [ ] Toutefois, à titre exceptionnel, lorsque la ressource en eau est abondante et qu'un nombre limité d'usagers est raccordé au réseau, le représentant de l'etat dans le département peut, dans des conditions prévues par décret en Conseil d'etat, à la demande du maire ou du président du groupement de collectivités territoriales compétent pour assurer la distribution d'eau, autoriser une tarification ne comportant pas de terme proportionnel au volume d'eau consommé.» Ainsi la commune doit envisager de mettre en place une tarification de l eau représentative du volume d eau consommé. III-2-2 Résultats de la campagne de mesure Evaluation du rendement du réseau Sans objet III-2-3 Indicateurs de fonctionnement des réseaux L arrêté du 02 mai 2007 défini les indicateurs de fonctionnement des réseaux suivants : Rendement Le calcul de rendement s effectue grâce à la formule suivante : Volume facturé consommations non facturées Rendement Volume mis en distribution Volume utilisé Volume mis en distribution Etant donné qu il n y a ni compteur général ni compteur chez tous les particuliers, nous ne pouvons pas calculer le rendement du réseau. Toutefois, ce dernier étant récent, le rendement devrait être bon. Pour faire l établissement du bilan besoins-ressources, nous ferons l hypothèse d un rendement de 100%. Indice linéaire de pertes en réseau Septembre 2011 mise à jour février 2012 Page 9

12 L indice linéaire de pertes en réseau est égal au volume perdu dans les réseaux par jour et par kilomètre de réseau (hors linéaires de branchements). Cette perte est calculée par différence entre le volume mis en distribution et le volume consommé utilisé. Il est exprimé en m³/km/jour. Volume mis en distribution Volume utilisé Fuites du réseau ILP Linéaire de réseau Linéaire de réseau L'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse propose les valeurs de référence suivantes (m³/j/km) : Catégorie de réseau Rural Semi-rural Urbain Bon <1.5 <3 <7 Acceptable <2.5 <5 <10 Médiocre <4 <8 <15 Mauvais >4 >8 >15 Aucune campagne de mesure n ayant été réalisée dans le cadre de la présente étude, nous ne pouvons pas calculer l indice linéaire de perte du réseau de Ambel mais nous l estimons bon. III-2-4 Analyse du fonctionnement hydraulique du réseau Conditions de pression La position altimétrique du réservoir et l absence de dispositif de régulation de pression sur le réseau définissent la pression statique du réseau (=pression lorsque la consommation est nulle sur le réseau). Altitude réservoir : ~938 m Altitude abonnés : ~915 à 880 m La pression statique moyenne est donc de 2,3 à 5,8 Bars. Cette fourchette de pression statique est satisfaisante mais, les essais de poteaux incendie n ayant pas été effectués depuis les travaux réalisés sur le réseau de distribution, nous ne pouvons pas comparer notre valeur théorique de pression statique aux valeurs mesurées sur les poteaux incendie. La variation des besoins au cours de la journée engendre la variation des débits transitant dans les réseaux. Ces débits se traduisent par des pertes de charges dans les réseaux et ainsi par la variation de la pression au robinet dans la journée, appelée pression dynamique. De par l absence de campagne de mesure, les débits caractéristiques sur le réseau sont inconnus donc on ne peut pas prévoir les variations de pression dynamique. Conclusion Les conditions de pression sont a priori satisfaisantes sur le réseau de Ambel. Septembre 2011 mise à jour février 2012 Page 10

13 Temps de séjour dans les réservoirs Le volume des réservoirs est comparé au volume moyen distribué, afin de calculer le temps de séjour moyen dans ces ouvrages : Volume Volume Volume Volume moyen Temps de stockage Temps de séjour Réservoir total incendie utile distribué (hors RI) (avec RI) Colombier 150 m³ 120 m³ 30 m³ 17 m³/j 1,8 j 8,8 j Le «volume moyen distribué» résulte des estimations faites précédemment et est constant dans l année. On constate que le temps de séjour de l eau dans le réservoir de la commune excède largement 2 jours, ce qui augmente le risque de détérioration de la qualité bactériologique de l eau malgré l existence d une circulation de l eau entre l adduction (par surverse à une extrémité du réservoir) et la distribution (par le fond du réservoir, à une autre extrémité). Il est donc important que les ouvrages soient régulièrement nettoyés et désinfectés pour limiter le risque de détérioration de la qualité bactériologique de l eau. Conditions de défense incendie Rappel de la réglementation actuelle (circulaire de 1951) - Mise à disposition, à n importe quel moment, d un débit de 60 m³/h avec une pression résiduelle de 1 bar durant deux heures. - Une réserve incendie de 120 m³ doit donc être observée théoriquement sur les réservoirs. - Les points de lutte contre l incendie doivent être distants de 200 à 300 m les uns des autres. La distance maximale entre le premier hydrant est l entrée du bâtiment à défendre est donc de 150 mètres. Cette distance peut être portée à 400 ml dans les zones rurales. Nous parlons ici de point de lutte contre l incendie et non de poteau incendie car les besoins en eau peuvent être satisfaits indifféremment soit à partir d un réseau de distribution d eau potable soit à partir de points d eau naturels ou artificiels répondant à certaines conditions (volume, accessibilité, hauteur d aspiration ). Principes du projet de décret (attention : il ne s agit que d un projet de décret. La sortie de ce dernier est attendue depuis plusieurs années) concernant les zones dites «rurales». - Les réservoirs doivent permettre de disposer d une réserve d eau d incendie d au moins 30 m 3 utilisables en 1 heure. - Les canalisations doivent pouvoir fournir un débit de 30 m 3 /h pendant 1 heure avec une pression résiduelle de 1 bar. - Rayon d action des points de lutte contre l incendie 400 ml (en cheminant par les voiries). - Règles valables pour les bâtiments développant moins de 250 m² de SHOB. Septembre 2011 mise à jour février 2012 Page 11

14 Volume actuel de réserve incendie : 120 m 3, volume suffisant. Il n y a pas eu d essai des poteaux incendie depuis la réfection du réseau. On ne peut donc pas conclure quant à leur conformité, surtout que certains poteaux ont une différence d altitude avec le réservoir du Colombier proche de 10 m, et donc une pression proche de la pression limite pour la conformité des poteaux incendie. III-2-5 Conclusions Les ouvrages et le réseau sont récents mais, en l absence d essais récents des poteaux incendie et de campagne de mesure, nous ne pouvons pas conclure de manière certaine quant aux rendements du réseau ou quant à la défense incendie, des aspects pourtant essentiels du réseau d eau potable. Par ailleurs, le temps de séjour dans le réservoir, un autre critère essentiel du réseau d eau potable, est trop élevé ce qui augmente le risque de détérioration de la qualité bactériologique de l eau. Septembre 2011 mise à jour février 2012 Page 12

15 IV - BILAN BESOIN/RESSOURCES IV ESTIMATION DES BESOINS ACTUELS Le besoin moyen actuel est normalement évalué à partir d une campagne de mesure effectuée en basse saison (consommation de la population permanente et du bétail) Le besoin de pointe est calculé en prenant en compte la population saisonnière, évaluée en fonction des logements secondaires existants sur la commune (pas de consommation du bétail). Un coefficient de pointe journalière est appliqué en sus, afin de prendre en compte la surconsommation ponctuelle estivale. Besoin de pointe = (Pop permanente + sur-pop saisonnière) * ratio de production par habitant * 1.3 NB :... Le rendement est considéré constant est le coefficient de pointe journalière, couramment admis pour les petites communes... Ratio de production par habitant estimé à 0,15 m 3 /j/hab IV ESTIMATION DES BESOINS FUTURS IV-2-1 Estimation de la population future Sur la base de l évolution actuelle de la population, elle pourrait s élever en 2025 à :... Population permanente : 35 habitants... Sur-population saisonnière : 54 habitants Soit une population totale en période de pointe de 89 habitants IV-2-2 Estimation des besoins futurs Besoin moyen futur = Pop perm future * ratio de production/hab +nombre UGB* ratio de production/ugb Septembre 2011 mise à jour février 2012 Page 13

16 Besoin de pointe futur = (Pop perm future + sur-pop saison future) * ratio de production/hab * 1.3 IV BILAN BESOINS-RESSOURCES Ce bilan consiste à comparer les besoins de la commune aux capacités de production de la ressource. On la considère ici dans la situation la plus défavorable connue, soit en période d étiage. Septembre 2011 mise à jour février 2012 Page 14

17 Données de base Population permanente 2010 A 26 hab Nombre d'abonnés en ab Ratio de production par habitant permanent B 0,15 m³/j/hab UGB (en basse saison uniquement) C 120 Ratio de production par UGB D 0,06 m³/j/ugb Augmentation de population saisonnière estimée 2009 A' 54 hab Coefficient de pointe journalière p 1,30 SITUATION ACTUELLE Besoins moyens basse saison A*B+C*D 11 m³/j Besoins de pointe saison estivale E=(A+A')*B*p 16 m³/j SITUATION FUTURE (2025) Population permanente future f 35 hab Population saisonnière future f' 54 hab Total population future en pointe F 89 hab UGB (en basse saison uniquement) C 120 Situation Future 2025 Hypothèse de population F 89 hab Hypothèse de rendement R 100% actuel 80% 60% Besoin futur moyen basse saison G=C*C+f*B 12 m³/j 16 m³/j 21 m³/j Besoin futur de pointe saison estivale H=F*B*p 17 m³/j 22 m³/j 29 m³/j BILAN BESOIN RESSOURCES Situation actuelle Situation future hab Rdmt 100% Rdmt 80% Rdmt 60% Besoins de pointe 15,6 m³/j 17,4 m³/j 21,7 m³/j 28,9 m³/j Débit d'étiage de la ressource 28,8 m³/j Marge sur la ressource 13,2 m³/j 11,4 m³/j 7,1 m³/j -0,1 m³/j Septembre 2011 mise à jour février 2012 Page 15

18 V - CONCLUSION L état des ouvrages est globalement bon et le réseau est récent. Toutefois, la ressource est de qualité variable et insuffisante (bilan besoins-ressources négatif). Septembre 2011 mise à jour février 2012 Page 16

Schéma Directeur d Alimentation en Eau Potable

Schéma Directeur d Alimentation en Eau Potable Département de la Savoie Commune de Saint FRANC PHASE 2 : MODELISATION Schéma Directeur d Alimentation en Eau Potable CY00618 Siège social : 2, rue des Glénans - ZA du Pontay 35760 ST GRÉGOIRE (RENNES)

Plus en détail

SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE

SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE - Département de l'isère - Commune de BEAUFIN Mairie 38970 BEAUFIN 5 rue du portail rouge 38450 VIF SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE Phase 2 : Propositions d améliorations Mémoire explicatif

Plus en détail

Syndicat Intercommunal des Eaux de Dampierre

Syndicat Intercommunal des Eaux de Dampierre DEPARTEMENT DU JURA Arrondissement de DAMPIERRE Dampierre Evans Salans Ranchot Syndicat Intercommunal des Eaux de Dampierre Rapport annuel 2012 sur le prix et la qualité de l eau potable. RAPPORT DE PRESENTATION

Plus en détail

SCHEMA DIRECTEUR D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE

SCHEMA DIRECTEUR D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE FEVRIER 2009 SCHEMA DIRECTEUR D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE SIÈGE SOCIAL PARC DE L'ILE - 15/27 RUE DU PORT 92022 NANTERRE CEDEX Agence de CHAMBERY : Savoie Technolac BP 318 73377 LE BOURGET DU LAC CEDEX

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D EAU POTABLE Du 1er juillet 2012 au 30 Juin 2013

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D EAU POTABLE Du 1er juillet 2012 au 30 Juin 2013 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D EAU POTABLE Du 1er juillet 2012 au 30 Juin 2013 1- INDICATEURS TECHNIQUES : 1.1 - POINT DE PRELEVEMENT : La station de pompage «Le Petit Bois»

Plus en détail

Nouvelles structures tarifaires

Nouvelles structures tarifaires Direction Départementale de l Agriculture et de la Forêt Préfecture de Saône-et-Loire b) Assainissement Nouvelles structures tarifaires Les modifications apportées par la Loi sur l'eau et les Milieux Aquatiques

Plus en détail

Rapport 2015 sur le Prix et la Qualité du Service Distribution de l Eau potable En 2014

Rapport 2015 sur le Prix et la Qualité du Service Distribution de l Eau potable En 2014 Rapport 2015 sur le Prix et la Qualité du Service Distribution de l Eau potable En 2014 1 Sommaire Préambule :...4 1. Caractérisation technique du service :... 5 2 Présentation du territoire desservi :...

Plus en détail

Ville de Bulle Novembre 2014

Ville de Bulle Novembre 2014 Ville de Bulle Novembre 2014 SEANCE DU CONSEIL GENERAL DES 15 ET 16 DECEMBRE 2014 Point 3.1.9 de l ordre du jour Construction d'un nouveau réservoir d'eau potable 1. Préambule Afin d éviter toute ambiguïté

Plus en détail

EN EAU POTABLE ANNEXES SANITAIRES

EN EAU POTABLE ANNEXES SANITAIRES COMMUNE DE NERNIER Révision du Plan Local d Urbanisme ALIMENTATION EN EAU POTABLE ANNEXES SANITAIRES Edition Mai 2012 Page 1 sur 5 SOMMAIRE 1 - GENERALITES 2 - LE SYNDICAT INTERCOMMUNAL DES EAUX DES MOISES

Plus en détail

REGIE MUNICIPALE DU SERVICE DES EAUX DE LA COMMUNE DE PAULHAN RAPPORT 2013

REGIE MUNICIPALE DU SERVICE DES EAUX DE LA COMMUNE DE PAULHAN RAPPORT 2013 REGIE MUNICIPALE DU SERVICE DES EAUX DE LA COMMUNE DE PAULHAN RAPPORT 2013 La Commune de Paulhan exploite en régie directe le service des eaux, dont le siège social est situé dans les locaux administratifs

Plus en détail

Service Eau et Assainissement

Service Eau et Assainissement Service Eau et Assainissement Sommaire Description du service d'eau potable 3-4 Une eau d'origine variée 5 Le stockage de l'eau 6 La qualité de l'eau 7 Le réseau de distribution 8 Le profil de la consommation

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) en date du 27 février 2013

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) en date du 27 février 2013 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) en date du 27 février 2013 MAITRE D'OUVRAGE Personne Public contractante COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE ROUGEMONT MARCHE DE PRESTATIONS DE SERVICES

Plus en détail

Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public de l eau potable

Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public de l eau potable Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public de l eau potable Récolte de Miscanthus Décret n 95-636 du 6 mai 1995 Exercice 2013 SIAEP 2, rue de l école 68210 AMMERTZWILLER Tél 03 89 25 34

Plus en détail

Appel à projets 2016

Appel à projets 2016 Appel à projets 2016 Réduction des fuites dans les réseaux d eau potable Agence de l Eau Artois Picardie RÉGLEMENT Date de lancement de l appel à projets : 15 Mars 2016 Date limite de réception des candidatures

Plus en détail

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX Communauté urbaine de Bordeaux APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX CAHIER DES CHARGES DES RECONNAISSANCES ET ETUDES DE SOL A REALISER SEPIA CONSEILS - 53, rue

Plus en détail

TRANSPARENCE DU PRIX DE L'EAU ET DU SERVICE PUBLIC DE L'EAU Exercice 2011

TRANSPARENCE DU PRIX DE L'EAU ET DU SERVICE PUBLIC DE L'EAU Exercice 2011 DEPARTEMENT DU VAR REPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Egalité Fraternité MAIRIE DE SAINT MAXIMIN LA SAINTE BAUME TRANSPARENCE DU PRIX DE L'EAU ET DU SERVICE PUBLIC DE L'EAU Exercice 2011 Rapport annuel du maire

Plus en détail

Elaboration du Plan Local d Urbanisme

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Département de la Corrèze Commune de SAINT-BONNET L ENFANTIER Elaboration du Plan Local d Urbanisme LE PADD : Projet d Aménagement et de Développement Durable «vu pour être annexé à la délibération en

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME EAU POTABLE

PLAN LOCAL D URBANISME EAU POTABLE PLAN LOCAL D URBANISME EAU POTABLE I SITUATION ADMINISTRATIVE La commune de MEAUX est autonome pour l alimentation en eau potable. L exploitation de l usine de production et du réseau de distribution s

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 3 mai 2007 relatif au diagnostic

Plus en détail

Contexte. Quelle démarche pour vous raccorder à notre réseau de transport de gaz naturel?

Contexte. Quelle démarche pour vous raccorder à notre réseau de transport de gaz naturel? Quelle démarche pour vous raccorder à notre réseau de transport de gaz naturel? 1.0 1 er mars 2010 1 er mars 2010 Création Page 2 sur 8 Sommaire 1 VOTRE PROJET... 3 2 NOTRE RESEAU... 3 3 CONTACTS... 4

Plus en détail

RÉGLEMENT INTÉRIEUR I - Compétences : II - Fonctionnement : Le Groupe de Travail : III - Champs d intervention :

RÉGLEMENT INTÉRIEUR I - Compétences : II - Fonctionnement : Le Groupe de Travail : III - Champs d intervention : RÉGLEMENT INTÉRIEUR Le présent règlement intérieur est établi en conformité avec les statuts du Syndicat Mixte Départemental d Eau et d Assainissement I - Compétences : Le SMDEA est chargé par le Conseil

Plus en détail

DEPARTEMENT DES BOUCHES DU RHONE COMMUNE DE PORT DE BOUC

DEPARTEMENT DES BOUCHES DU RHONE COMMUNE DE PORT DE BOUC DEPARTEMENT DES BOUCHES DU RHONE COMMUNE DE PORT DE BOUC PLAN LOCAL D URBANISME PIECE N 6.2.1 ANNEXES SANITAIRES EAU POTABLE : NOTICE TECHNIQUE Le réseau d adduction d eau potable La Communauté d Agglomération

Plus en détail

Collectivité XXX. Exercice 2012

Collectivité XXX. Exercice 2012 Collectivité XXX Rapport annuel sur le Prix et la Qualité du Service public de l assainissement non collectif Exercice 2012 Rapport annuel relatif au prix et à la qualité du service public de l'assainissement

Plus en détail

pmp Plate-forme Maison Passive a.s.b.l

pmp Plate-forme Maison Passive a.s.b.l Synthèse - NBN EN 13829 Performance thermique des bâtiments Détermination de la perméabilité à l air des bâtiments Méthode de pressurisation par ventilateur (ISO 9972 : 1996, modifiée) 1. Introduction

Plus en détail

Note sur la restitution des résultats et la diffusion des données des observatoires locaux des loyers

Note sur la restitution des résultats et la diffusion des données des observatoires locaux des loyers Note sur la restitution des résultats et la diffusion des données des observatoires locaux des loyers 1 Diffusion de résultats Règles générales Pour toute publication de résultats statistiques, les observatoires

Plus en détail

Calculer l'indexation des tarifs d'achat de l'électricité photovoltaïque raccordée au réseau Mise à jour du 23 septembre 2013

Calculer l'indexation des tarifs d'achat de l'électricité photovoltaïque raccordée au réseau Mise à jour du 23 septembre 2013 Calculer l'indexation des tarifs d'achat de l'électricité photovoltaïque raccordée au réseau Mise à jour du 23 septembre 2013 Quels indices utiliser? Selon l'arrêté du 14 Janvier 2010, vous devez effectuer

Plus en détail

Programme général des essais de validation et de performance des centrales biomasses raccordées au réseau de distribution d'hydro-québec

Programme général des essais de validation et de performance des centrales biomasses raccordées au réseau de distribution d'hydro-québec BC Programme général des essais de validation et de performance des centrales biomasses raccordées au réseau de distribution d'hydro-québec Rédigé par : Essais spécialisés de transport (TransÉnergie) Pour

Plus en détail

COMMUNE DE SEILLANS REGIE DIRECTE. Délibération du Conseil Municipal en date du 13 août 1996

COMMUNE DE SEILLANS REGIE DIRECTE. Délibération du Conseil Municipal en date du 13 août 1996 COMMUNE DE SEILLANS REGIE DIRECTE Délibération du Conseil Municipal en date du 13 août 1996 & Modification du Conseil Municipal en date du 27 septembre 2005 1 S E R V I C E D E S E A U X -----------------------------------

Plus en détail

Consultation publique Accès au Génie Civil de France Télécom Du 17 décembre 2009 au 15 février 2010. Réponse de COVAGE à la consultation publique

Consultation publique Accès au Génie Civil de France Télécom Du 17 décembre 2009 au 15 février 2010. Réponse de COVAGE à la consultation publique Consultation publique Accès au Génie Civil de France Télécom Du 17 décembre 2009 au 15 février 2010 Réponse de COVAGE à la consultation publique Question n 1 : COVAGE cautionne la démarche retenue par

Plus en détail

PROJET DE RÈGLEMENT MODIFIANT LE CODE DE SÉCURITÉ POUR LES TRAVAUX DE CONSTRUCTION ET LE RÈGLEMENT SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL

PROJET DE RÈGLEMENT MODIFIANT LE CODE DE SÉCURITÉ POUR LES TRAVAUX DE CONSTRUCTION ET LE RÈGLEMENT SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL FICHE TECHNIQUE N O 15 / Août 2007 PROJET DE RÈGLEMENT MODIFIANT LE CODE DE SÉCURITÉ POUR LES TRAVAUX DE CONSTRUCTION ET LE RÈGLEMENT SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL À l intention À du responsable

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES TECHNIQUES ET FINANCIERES DE FOURNITURE DE CHALEUR

CONDITIONS GENERALES TECHNIQUES ET FINANCIERES DE FOURNITURE DE CHALEUR DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DE CHAUFFAGE URBAIN DE MASSY-ANTONY ANTONY CONDITIONS GENERALES TECHNIQUES ET FINANCIERES DE FOURNITURE DE CHALEUR Chauffage URbain de Massy - Antony (CURMA) ZI de la Bonde

Plus en détail

ASSEMBLEE DE CORSE REUNION DES 6 ET 7 OCTOBRE RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF

ASSEMBLEE DE CORSE REUNION DES 6 ET 7 OCTOBRE RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE RAPPORT N 2011/O2/178 ASSEMBLEE DE CORSE 2 EME SESSION ORDINAIRE DE 2011 REUNION DES 6 ET 7 OCTOBRE RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF OBJET : SECURISATION

Plus en détail

La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) consacre la prise en compte des enjeux de biodiversité dans les documents d urbanisme.

La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) consacre la prise en compte des enjeux de biodiversité dans les documents d urbanisme. La biodiversité dans les plans locaux d urbanisme et dans les schémas de cohérence territoriale La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) consacre la prise en compte des enjeux de biodiversité

Plus en détail

SCHEMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE

SCHEMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE Département de l Isère COMMUNE DU CHEYLAS SCHEMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE RAPPORT DE PHASE 3 PROPOSITIONS D AMENAGEMENTS Mémoire explicatif E 42-12 189, chemin du Bac à Traille 69 300 CALUIRE

Plus en détail

Syndicat Intercommunal de l Eau et de l Assainissement de la Moyenne Durance

Syndicat Intercommunal de l Eau et de l Assainissement de la Moyenne Durance Syndicat Intercommunal de l Eau et de l Assainissement de la Moyenne Durance Rapport annuel sur le Prix et la Qualité du Service public de l assainissement non collectif Exercice 2014 Commune de Château-Arnoux

Plus en détail

Note sur le traitement des cas particuliers dans la réglementation thermique 2012 des bâtiments neufs

Note sur le traitement des cas particuliers dans la réglementation thermique 2012 des bâtiments neufs MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Direction générale de l aménagement, du logement et de la nature Direction de l habitat, de l urbanisme et des paysages

Plus en détail

PLAN LOCAL d'urbanisme

PLAN LOCAL d'urbanisme PLAN LOCAL d'urbanisme Approuvé HOLTZWIHR 3. Orientations d Aménagement et de Programmation Le REVISION Approuvée par Délibération du Conseil Municipal du Le Maire SOMMAIRE Préambule... 2 1. La mise en

Plus en détail

Préavis municipal no 15-2012

Préavis municipal no 15-2012 Municipalité Servion, le 22 mai 2012 Servion Au Conseil communal 1077 Servion Préavis municipal no 15-2012 concernant : - L'abrogation du Règlement communal sur la distribution de l'eau des Cullayes -

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU LOGEMENT, DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DE LA RURALITÉ Arrêté du 10 août 2015 modifiant l arrêté du 8 juillet 2008 modifié définissant le modèle

Plus en détail

Pour l amélioration de l approvisionnement en eau d Eslex

Pour l amélioration de l approvisionnement en eau d Eslex Commune de LAVEY-MORCLES Préavis de la Municipalité au Conseil communal N 20/2015 Pour l amélioration de l approvisionnement en eau d Eslex Lavey, le 26 août 2015 Au Conseil communal de Lavey-Morcles,

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION POUR L INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RENSEIGNEMENTS GENERAUX DEMANDEUR

DEMANDE D AUTORISATION POUR L INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RENSEIGNEMENTS GENERAUX DEMANDEUR SERVICE PUBLIQUE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF TOPO ETUDES 108, route d Orbec 14100 LISIEUX Tél. : 02 31 48 60 20 Email : yann.billois@topo-etudes.fr Référence du dossier :... Date de dépôt à la communauté

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments

Plus en détail

TITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES

TITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES TITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES CHAPITRE 1 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE Nh CARACTERISTIQUES GENERALES La zone Nh est une zone rurale comportant des constructions. Toute nouvelle

Plus en détail

Vu la directive 2002/91/CE du Parlement européen et du Conseil en date du 16 décembre 2002 sur la performance énergétique des bâtiments ;

Vu la directive 2002/91/CE du Parlement européen et du Conseil en date du 16 décembre 2002 sur la performance énergétique des bâtiments ; J.O n 114 du 17 mai 2007 page 9525 texte n 30 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement Arrêté du 3 mai 2007 relatif au diagnostic de performance

Plus en détail

Il y a longtemps que nous songeons à intégrer la planification énergétique dans la planification générale (urbaine, financière) de la commune, sans

Il y a longtemps que nous songeons à intégrer la planification énergétique dans la planification générale (urbaine, financière) de la commune, sans Il y a longtemps que nous songeons à intégrer la planification énergétique dans la planification générale (urbaine, financière) de la commune, sans en prendre le temps. L outil CECV a été le déclencheur

Plus en détail

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE NOTE D INFORMATION TECHNIQUE Concernant l installation des vérandas concernées par la RT 2012 en maisons individuelles Cette note a été établie à partir des textes réglementaires suivant : - Arrêté du

Plus en détail

Annexe 3 du règlement de service Cahiers des charges «étude à la parcelle»

Annexe 3 du règlement de service Cahiers des charges «étude à la parcelle» Annexe 3 du règlement de service Cahiers des charges «étude à la parcelle» ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Guide de préconisations relatives à la réalisation des études de Conception des Systèmes d assainissement

Plus en détail

Exercice 2011 Rapport d'activités des services exploités en régie Service de l Assainissement Non Collectif PREAMBULE

Exercice 2011 Rapport d'activités des services exploités en régie Service de l Assainissement Non Collectif PREAMBULE Exercice 2011 Rapport d'activités des services exploités en régie Service de l Assainissement Non Collectif Ce rapport annuel constitue une obligation légale pour le maire qui doit le présenter chaque

Plus en détail

Questions-Réponses sur l application du protocole d accord du 4 mars 2014 sur le travail à distance

Questions-Réponses sur l application du protocole d accord du 4 mars 2014 sur le travail à distance Questions-Réponses sur l application du protocole d accord du 4 mars 2014 sur le travail à distance Questions Comment s applique l accord national lorsqu il existe un accord local sur le télétravail? Réponses

Plus en détail

REVISION SIMPLIFIEE DU POS

REVISION SIMPLIFIEE DU POS Commune de Bobigny Département de la Seine-Saint-Denis REVISION SIMPLIFIEE DU POS PARC DE LA BERGERE 3.2. Règlement révisé 10 décembre 2009 Nota Bene : pour faciliter la prise de connaissance des modifications

Plus en détail

PRIME 13 - CHAUFFE-EAU SOLAIRE

PRIME 13 - CHAUFFE-EAU SOLAIRE PRIME 13 - CHAUFFE-EAU SOLAIRE CONSTRUCTION NEUVE ET RENOVATION Assurez-vous de bien répondre à tous les critères imposés pour l obtention de cette prime (www.bruxellesenvironnement.be > Particuliers >

Plus en détail

MAIRIE DE BEAUFORT RAPPORT DE DIAGNOSTIC ACCESSIBILITE HANDICAPES EGLISE

MAIRIE DE BEAUFORT RAPPORT DE DIAGNOSTIC ACCESSIBILITE HANDICAPES EGLISE MAIRIE DE BEAUFORT À l attention de Monsieur LE MAIRE RAPPORT DE DIAGNOSTIC ACCESSIBILITE HANDICAPES EGLISE DATE : 05 DECEMBRE 2012 INDICE 02 PAGE : 2/13 MANDATAIRE : CABINET JEAN-MICHEL SIMON 7&9 chemin

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES MOINE et SEVRE

COMMUNAUTE DE COMMUNES MOINE et SEVRE COMMUNAUTE DE COMMUNES MOINE et SEVRE Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public d assainissement non collectif Année 2014 Rapport annuel relatif au prix et à la qualité du service public

Plus en détail

Projet. Arrêté relatif aux modalités de l exécution de la mission de contrôle des installations d assainissement non collectif.

Projet. Arrêté relatif aux modalités de l exécution de la mission de contrôle des installations d assainissement non collectif. arrete controle MIE 6 sept 07 page 1 Projet Arrêté relatif aux modalités de l exécution de la mission de contrôle des installations d assainissement non collectif. Le ministre d Etat, ministre de l écologie,

Plus en détail

RECOMMANDATION N 95-01

RECOMMANDATION N 95-01 RECOMMANDATION N 95-01 COMMUNE A LA COB ET AU CNC RELATIVE AUX METHODES À METTRE EN OEUVRE PAR LES EXPERTS CHARGES D ÉVALUER LES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (Bulletin

Plus en détail

Caractéristiques des ouvrages de production

Caractéristiques des ouvrages de production COMMUNE DE GRESSE EN VERCORS 1 Caractéristiques des ouvrages de production Nom Débit moyen (l/min) Débit d étiage (l/min) Adduction vers Remarque Daraze 940 264 Les réservoirs de la Ville et de Serre Maunet

Plus en détail

Efficacité énergétique. Le guide des bonnes pratiques Dans le domaine de l air comprimé. Intégrateur de solutions énergétiques

Efficacité énergétique. Le guide des bonnes pratiques Dans le domaine de l air comprimé. Intégrateur de solutions énergétiques Efficacité énergétique Le guide des bonnes pratiques Dans le domaine de l air comprimé Intégrateur de solutions énergétiques - 01 - - 02 - Introduction Table des matières Les économies d énergie Pour une

Plus en détail

L HYDRAULIQUE. 1) Formules de notions de base. Différence de température départ/retour en K

L HYDRAULIQUE. 1) Formules de notions de base. Différence de température départ/retour en K L HYDRAULIQUE 1) Formules de notions de base Puissance nécessaire pour élever une certaine quantité d eau d un différentiel de température Puissance (W) = 1.163 x Volume (l) x T ( C) Débit nécessaire en

Plus en détail

Calculer l'indexation des tarifs d'achat de l'électricité photovoltaïque raccordée au réseau Mise à jour du 10 novembre 2011

Calculer l'indexation des tarifs d'achat de l'électricité photovoltaïque raccordée au réseau Mise à jour du 10 novembre 2011 Calculer l'indexation des tarifs d'achat de l'électricité photovoltaïque raccordée au réseau Mise à jour du 10 novembre 2011 Quels indices utiliser? Selon l'arrêté du 4 mars 2011, vous devez effectuer

Plus en détail

Guide d utilisation. Partie IX - Module GAZ

Guide d utilisation. Partie IX - Module GAZ Guide d utilisation Partie IX - Module GAZ Sommaire 1 OBJET DU DIAGNOSTIC... 4 1.1 Préambule... 4 1.2 Définitions... 4 1.3 Les fiches de contrôles... 4 1.4 Les éléments des fiches de contrôles... 4 1.5

Plus en détail

Mise à jour des consignes de tri. Dossier de demande de financement

Mise à jour des consignes de tri. Dossier de demande de financement Mise à jour des consignes de tri Dossier de demande de financement ECOFOLIO vous accompagne dans la création et la mise à jour de vos consignes de tri Merci de vous référer à la notice explicative jointe

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

DEPARTEMENT DU CALVADOS COMMUNE DE BANNEVILLE SUR AJON ENQUETE PUBLIQUE N E13000217/14

DEPARTEMENT DU CALVADOS COMMUNE DE BANNEVILLE SUR AJON ENQUETE PUBLIQUE N E13000217/14 DEPARTEMENT DU CALVADOS COMMUNE DE BANNEVILLE SUR AJON ENQUETE PUBLIQUE N E13000217/14 Enquête publique conjointe préalable à la déclaration d utilité publique et à l enquête parcellaire Projet de création

Plus en détail

Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable

Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable Pour la gestion durable de l eau La réduction des volumes de pertes en eau sur le réseau représente, pour le sevice de l eau, un enjeu majeur qui

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION DEPARTEMENT DE LA HAUTE SAÔNE Commune de VILLEPAROIS Section B, lieu-dit «La Roche» Parcelles n 458, 520, 578, 579, 585, 587 LOTISSEMENT «Les côteaux de la Roche» NOTE DE PRESENTATION Applicable au lotissement

Plus en détail

Pour 2012, selon la Loi de. Investissements bénéficiant du crédit d'impôt Equipements de production d'énergie utilisant éolienne ou hydraulique

Pour 2012, selon la Loi de. Investissements bénéficiant du crédit d'impôt Equipements de production d'énergie utilisant éolienne ou hydraulique Petit Rappel Quelles sont les conditions pour en bénéficier en 2012? Votre situation : Vous êtes locataire, propriétaire occupant ou occupant à titre gratuit ; Vous êtes fiscalement domicilié en France.

Plus en détail

Participation financière à la transformation d'un réservoir de Lausanne pour bénéficier de l utilisation d un volume d eau

Participation financière à la transformation d'un réservoir de Lausanne pour bénéficier de l utilisation d un volume d eau COMMUNE DE LUTRY PREAVIS MUNICIPAL N 1114/ 2007 Participation financière à la transformation d'un réservoir de Lausanne pour bénéficier de l utilisation d un volume d eau Au Conseil communal de Lutry,

Plus en détail

Carte de la Terre Sainte

Carte de la Terre Sainte Carte de la Terre Sainte Page 1 La Terre Sainte regroupe 8 communes du bout du canton de Vaud, les dernières communes avant le canton de Genève. Elles représentent environ 15'000 habitants. C est une région

Plus en détail

Lausanne à l écoute de son réseau

Lausanne à l écoute de son réseau Lausanne à l écoute de son réseau Introduction A l instar de la grande majorité des services des eaux urbains, celui de Lausanne a pratiqué le remplacement de conduites par opportunité. Ainsi, après quelques

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

Plan local d'urbanisme

Plan local d'urbanisme Direction générale des services techniques Service Études Urbaines Dompierre-sur-mer Plan local d'urbanisme Pièce N 5.2.6 Note explicative concernant la gestion des eaux pluviales Modification N 1 Approuvée

Plus en détail

LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Réunion d information

LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Réunion d information LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Réunion d information LES EAUX USEES DOMESTIQUES : Définition Quelles solutions de traitement? Quelle règlementation? Oct.09 Les Eaux Usées Domestiques

Plus en détail

ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier :

ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier : : Heure FA Un exemplaire (1 ère page seulement) est à nous retourner signé L autre exemplaire est à conserver ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier : Date du RDV : Situation RENDEZ VOUS du RDV

Plus en détail

LES FRAIS DE TRANSPORT

LES FRAIS DE TRANSPORT LES FRAIS DE TRANSPORT LA PRISE EN CHARGE DES FRAIS DE TRANSPORTS PUBLICS 1. Quels sont les employeurs et salariés concernés par la prise en charge des frais de transports publics? 2. Quels sont les abonnements

Plus en détail

La réforme de l accessibilité aux personnes handicapées des bâtiments d habitation neuf (décret et arrêté du 24 décembre 2015)

La réforme de l accessibilité aux personnes handicapées des bâtiments d habitation neuf (décret et arrêté du 24 décembre 2015) La réforme de l accessibilité aux personnes handicapées des bâtiments d habitation neuf (décret et arrêté du 24 décembre 2015) Deux textes réglementaires datés du 24 décembre 2015 viennent de modifier

Plus en détail

Ce document contient de l'information et des champs de formulaire. Pour lire l'information, appuyez sur la flèche vers le bas à partir d'un champ de formulaire. Lignes directrices d'étude de viabilisation

Plus en détail

Article 5 U B : Caractéristiques des terrains Non réglementé

Article 5 U B : Caractéristiques des terrains Non réglementé 13 Eaux pluviales En cas d un dimensionnement insuffisant du réseau en place, des aménagements nécessaires à l écoulement des eaux pluviales et visant à la limitation des débits évacués de la propriété

Plus en détail

MODIFICATION DU P.O.S. N 8 REGLEMENT DU POS DOSSIER APPROUVÉ POS APPROUVE LE 19/02/79

MODIFICATION DU P.O.S. N 8 REGLEMENT DU POS DOSSIER APPROUVÉ POS APPROUVE LE 19/02/79 2 -COMMUNE DE ROGNAC MODIFICATION DU P.O.S. N 8 - REGLEMENT DU POS DOSSIER APPROUVÉ POS APPROUVE LE 19/02/79 Vu pour être annexé à la Délibération du Conseil Municipal du 17 février 2011 approuvant les

Plus en détail

La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC)

La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC) Certu La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC) > CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE CRÉER UN SPANC Intérêt de l assainissement non collectif Les eaux utilisées pour satisfaire

Plus en détail

E T U D E Octobre 2008 Étude portant sur la mutualisation de la partie terminale des réseaux en fibre optique

E T U D E Octobre 2008 Étude portant sur la mutualisation de la partie terminale des réseaux en fibre optique E T U D E Octobre 2008 Étude portant sur la mutualisation de la partie terminale des réseaux en fibre optique Synthèse Qu@trec/PMP Sommaire I. Introduction... 3 II. Objectifs et méthodologie... 3 A. principes

Plus en détail

DEMANDE D'INSTALLATION D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D'INSTALLATION D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D'INSTALLATION D'ASSAINISSEMENT COLLECTIF Toute nouvelle installation d'assainissement non collectif doit faire l'objet d'un contrôle de conception puis de réalisation, effectué par le Service

Plus en détail

PREAMBULE : Prescriptions générales relatives à la qualité de l eau

PREAMBULE : Prescriptions générales relatives à la qualité de l eau PRESCRIPTIONS GÉNÉRALES ET TECHNIQUES NÉCESSAIRES A L INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU DANS LES IMMEUBLES COLLECTIFS D HABITATION ET LES ENSEMBLES IMMOBILIERS DE LOGEMENTS Conformément

Plus en détail

Nom - Prénom :... Code postal - Ville :... Objet : demande de subvention installation d un système de géothermie par forage vertical

Nom - Prénom :... Code postal - Ville :... Objet : demande de subvention installation d un système de géothermie par forage vertical Nom - Prénom :... Adresse :... Code postal - Ville :... Tel :... Monsieur le Président Communauté de Communes de Cattenom et Environs 2 av. du général de Gaulle 57570 CATTENOM Objet : demande de subvention

Plus en détail

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE Fiche Info Prévention & Sécurité N 13 LE DOCUMENT UNIQUE REGLEMENTATION Médecine préventive - Nombreux sont les élus qui ont été contactés par des entreprises privées ou ont entendu parler du «document

Plus en détail

Dossier réalisé par le Service juridique de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France à jour au 1 er février 2009

Dossier réalisé par le Service juridique de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France à jour au 1 er février 2009 LA REMUNERATION DES SAPEURS-POMPIERS PROFESSIONNELS Dossier réalisé par le Service juridique de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France à jour au 1 er février 2009 SOMMAIRE Pages Rémunération

Plus en détail

PREAMBULE. Ce SPANC dont le technicien é été recruté début 2007, est effectif depuis le 13 octobre 2006. Ce service est assuré par M.LAB Gaëtan.

PREAMBULE. Ce SPANC dont le technicien é été recruté début 2007, est effectif depuis le 13 octobre 2006. Ce service est assuré par M.LAB Gaëtan. PREAMBULE Dans le cadre de la mise en œuvre de la loi sur l'eau du 03 janvier 1992 la Communauté de Communes de la Haute-Vallée de l'ognon a reçu de ses 12 communes membres la responsabilité de mettre

Plus en détail

Guide de l assistance technique départementale aux communes et à leurs groupements

Guide de l assistance technique départementale aux communes et à leurs groupements Guide de l assistance technique départementale aux communes et à leurs groupements dans les domaines de l assainissement, de l eau potable et des milieux aquatiques. Le développement durable est aujourd

Plus en détail

DELIBERATION N 2011-10 DU 17 JANVIER 2011 PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA

DELIBERATION N 2011-10 DU 17 JANVIER 2011 PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DELIBERATION N 2011-10 DU 17 JANVIER 2011 PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA SOCIETE MONEGASQUE DE L ELECTRICITE ET DU GAZ (SMEG) RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE D UN TRAITEMENT AUTOMATISE

Plus en détail

L Assainissement des eaux usées Zones collectif / non collectif. Les Obligations réglementaires. Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC

L Assainissement des eaux usées Zones collectif / non collectif. Les Obligations réglementaires. Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC L Assainissement des eaux usées Zones collectif / non collectif Les Obligations réglementaires Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC 1 Un Outil fondamental Le ZONAGE d assainissement Eaux Usées

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES MAIRIE DE SAINT AUNES - SERVICES TECHNIQUES Place de la Mairie 34130 SAINT AUNES Tél: 04 67 87 48 48 BALAYAGE MANUEL DE LA VOIRIE COMMUNALE Mairie de

Plus en détail

Préfecture de la Gironde

Préfecture de la Gironde Protocole relatif au fonctionnement des établissements conchylicoles en période de crise phyco-toxinique permettant la vente de coquillages mis en stockage protégé ou issus de zones non concernées. Préfecture

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Transaction immobilière

DIAGNOSTIC DE L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Transaction immobilière DIAGNOSTIC DE L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Transaction immobilière Articles L1331-11-1 du code de la santé publique et L271-4 du code de la construction et de l habitation Date de la visite : 02/11/2015

Plus en détail

Tableau de bord de suivi du bon fonctionnement.de l étude à la réalité du terrain

Tableau de bord de suivi du bon fonctionnement.de l étude à la réalité du terrain Fiche 7 du CARNET DE SANTE Tableau de bord de suivi du bon fonctionnement.de l étude à la réalité du terrain 1 PRELIMINAIRES / CONSTAT... 2 2 CONCEPT DE L ANALYSE PRATIQUE DE «BON FONCTIONNEMENT»... 2

Plus en détail

COMMUNE DE LA PLANCHE. RAPPORT ANNUEL 2008 Du Service Public D Assainissement Non Collectif

COMMUNE DE LA PLANCHE. RAPPORT ANNUEL 2008 Du Service Public D Assainissement Non Collectif COMMUNE DE LA PLANCHE RAPPORT ANNUEL 2008 Du Service Public D Assainissement Non Collectif SPANC Commune de La Planche 1 Place de la Mairie 44140 LA PLANCHE Téléphone : 02.40.31.92.76 Fax : 02.40.31.98.20

Plus en détail

Dispositions applicables aux zones naturelles N

Dispositions applicables aux zones naturelles N Dispositions applicables aux zones naturelles N PRÉAMBULE (EXTRAIT DU RAPPORT DE PRÉSENTATION) La zone N regroupe les espaces naturels et forestiers à protéger en raison de leur caractère d espace naturel

Plus en détail

MINISTERE DE L'EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU0751057A

MINISTERE DE L'EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU0751057A 5. Arrêté du 3 mai 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants à usage principal d'habitation proposés à la location en France métropolitaine MINISTERE DE L'EMPLOI,

Plus en détail

Politique relative à la gestion des risques

Politique relative à la gestion des risques SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique relative à la gestion des risques Adoption Instance/Autorité Date Résolution Conseil d administration 8 décembre 2014 380-CA-5766

Plus en détail

PROTECTION CATHODIQUE DES CANALISATIONS EN ACIER SOMMAIRE 1. OBJET DU CAHIER DES CHARGES 2 2. DOMAINE D APPLICATION 2 3. NORMES DE REFERENCE 2

PROTECTION CATHODIQUE DES CANALISATIONS EN ACIER SOMMAIRE 1. OBJET DU CAHIER DES CHARGES 2 2. DOMAINE D APPLICATION 2 3. NORMES DE REFERENCE 2 CAHIER DES CHARGES AFG PROTECTION CATHODIQUE DES CANALISATIONS EN ACIER RSDG 13.1 Rev. 2 Juillet 2013 SOMMAIRE 1. OBJET DU CAHIER DES CHARGES 2 2. DOMAINE D APPLICATION 2 3. NORMES DE REFERENCE 2 4. CANALISATIONS

Plus en détail

Infrastructure publique liée à la mobilité électrique

Infrastructure publique liée à la mobilité électrique Infrastructure publique liée à la mobilité électrique Règlement grand-ducal du 3 décembre 2015 relatif à l'infrastructure publique liée à la mobilité électrique. Règlement grand-ducal du 3 décembre 2015

Plus en détail

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales RAPPEL : LOI n 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique AFTH Balaruc-les-Bains le 16/11/2007 W. TABONEt Art. L. 1322-2. I - Toute personne qui offre au public de l eau minérale,

Plus en détail