INSTITUT OPHTALMOLOGIQUE DE PICARDIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INSTITUT OPHTALMOLOGIQUE DE PICARDIE"

Transcription

1 INSTITUT OPHTALMOLOGIQUE DE PICARDIE POSE DE LA PREMIERE PIERRE 9 SEPTEMBRE 2011 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse /

2 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 9 septembre 2011, les ophtalmologistes libéraux et hospitaliers, les représentants de la Polyclinique de Picardie et du Centre Hospitalier Universitaire d Amiens ont posé la première pierre de l Institut d Ophtalmologie de Picardie, avenue Paul Claudel à Amiens. Ce centre de Chirurgie Ambulatoire dédié à l ophtalmologie, créé sur le statut d un Groupement de Coopération Sanitaire (GCS), a pour objet de maintenir et de développer une offre ophtalmologique de proximité, complète, pérenne et de qualité en Picardie. Le regroupement des compétences des praticiens des deux secteurs public et privé aura sans nul doute le même effet que celui qui a été constaté dans des projets analogues, à savoir celui de fédérer des praticiens et d attirer la population vers un pôle spécialisé et d une nouvelle génération, complémentaire d un service public de pointe (Service d ophtalmologie du Centre Hospitalier Universitaire - Centre Saint Victor) et d un service privé reconnu (Polyclinique de Picardie) avec optimisation de l offre de soins, des moyens, des équipements et des personnels. L Institut ophtalmologique de Picardie vise plusieurs objectifs : Développer la chirurgie ambulatoire En apportant une offre de soins complète, performante et de qualité, en démontrant et en partageant un savoir faire, l Institut participera activement à corriger le retard pris par la région en matière d ambulatoire. Réduire le taux de fuite et les dépenses de l Assurance Maladie Environ 25% des patients s adressent à des établissements de santé situés dans des régions limitrophes et génèrent par là même des surcoûts pour l assurance maladie. Un patient se rendant à Lille ou Paris nécessite un transport et peut rarement bénéficier d un séjour ambulatoire compte tenu des risques liés au trajet. Diminuer les délais de prise en charge médicale et chirurgicale Et cela malgré la demande croissante de patients, la baisse de la démographie médicale en ophtalmologie (-27% d ophtalmologistes en 2020) et l augmentation des pathologies oculaires (sources : Académie de médecine).

3 L INTERET DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE La circulaire de la Direction de l Hospitalisation et de l Offre de Soins (DHOS) du 29 avril 2008 rappelle le retard de la France face à d autres pays en matière de chirurgie ambulatoire : «La France accuse un retard important dans le développement de la chirurgie ambulatoire. Les études montrent que le taux de chirurgie ambulatoire peut être estimé à 78% au Danemark, 60% en Grande Bretagne, 33% en Espagne contre 30% en France.» Elle fixe dès lors aux établissements et professionnels de santé un objectif en matière de développement de la chirurgie ambulatoire. Mme Roselyne Bachelot-Narquin, Ministre de la Santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative écrit : «Je souhaite que le développement de la chirurgie ambulatoire prenne un nouvel essor dès 2008 et au cours des quatre années suivantes, pour atteindre un niveau comparable aux pays qui sont en pointe dans ce domaine.» En effet, la chirurgie ambulatoire offre au patient nécessitant une intervention chirurgicale le confort d un retour à domicile le jour même. La qualité globale de la prise en charge se traduit par : - une reprise plus rapide de l activité professionnelle et une diminution des effets secondaires, - une diminution du risque d infection nosocomiale, - une réduction du temps de séjour hospitalier. C est en cela notamment que la chirurgie ambulatoire s inscrit dans le cadre d une meilleure gestion des dépenses de santé. Au regard de ces avantages, la chirurgie ambulatoire apparaît comme incontournable et innovante.

4 LA PRISE EN CHARGE Les interventions pratiquées : Les patients concernés doivent avant tout chose être éligibles aux critères de l ambulatoire (état de santé, distance du domicile, environnement social ). - La cataracte La chirurgie de la cataracte figure au 1 er rang des interventions pratiquées en France et connaît une augmentation rapide et constante : près de 500% en moins de 25 ans. Le vieillissement de la population, associé aux progrès techniques, est l une des principales raisons de cette évolution, commune à tous les pays industrialisés. Dans plusieurs pays (Amérique et Europe du Nord), l hospitalisation est devenue moins fréquente et fait place au mode ambulatoire grâce à de nouvelles techniques moins invasives et plus sécurisantes pour le patient. La chirurgie de la cataracte fait donc partie des gestes qui ont le plus fort potentiel de développement en ambulatoire. En outre, l Institut prendra également en charge d autres pathologies : -La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age (DMLA) avec son traitement récent : Les injections intra-vitréennes - Les voies lacrymales et la chirurgie des paupières - Les glaucomes - Les strabismes - La chirurgie de la cornée et réfractive - La chirurgie rétino-vitréenne légère Le projet architectural : La conception de la structure a été confiée aux architectes Messieurs GEORGESCU et STANESCOT déjà responsables de plusieurs établissements de santé dont la clinique de Maubeuge. C est la société GCC, également spécialisée dans ce domaine qui réalise les travaux. Le bâtiment dont la forme ressemble à l œil d HORUS a été choisi pour son ergonomie. Construit sur 3500 m², situé à mi chemin entre la Polyclinique de Picardie et le site sud du CHU Amiens Picardie, l Institut profitera d une situation stratégique. Celui-ci, conçu pour permettre l intégralité de l activité ophtalmologique, prévoit : - Un secteur privé comprenant une unité de consultations et une unité d explorations complémentaires. - Un secteur mixte «public, privé» comprenant le bloc opératoire et le secteur d hospitalisation ambulatoire. L équipe composée de chirurgiens ophtalmologistes, médecins anesthésistes réanimateurs, personnel infirmier, aides soignants, brancardiers de la Polyclinique de Picardie et du CHU aura à sa disposition :

5 - 5 blocs opératoires - 1 bloc septique - 1 salle de chirurgie réfractive - 1 salle de réveil - 25 chambres d hôpital de jour majoritairement particulières Les travaux, d une durée prévisionnelle de 12 mois, laissent entrevoir une ouverture de l Institut au deuxième semestre 2012.

clinique monticelli-vélodrome 1er centre ambulatoire de Marseille Présentation du projet architectural - 26 juin 2014 www. generale-de-sante-fr

clinique monticelli-vélodrome 1er centre ambulatoire de Marseille Présentation du projet architectural - 26 juin 2014 www. generale-de-sante-fr clinique monticelli-vélodrome 1er centre ambulatoire de Marseille Présentation du projet architectural - 26 juin 2014 www. generale-de-sante-fr COMMUNIQUE DE PRESSE Marseille, le 26 juin 2014 GENERALE

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 Groupement Hospitalier de Territoire - Haute Bretagne : 11 établissements publics de santé engagés au service de la population Jeudi 30 juin, la convention constitutive

Plus en détail

Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire

Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire Dossier de presse Mercredi 22 juillet 2009 Contact presse : Service de presse de Roselyne Bachelot-Narquin

Plus en détail

Signature de la convention cybercollèges avec le CHU de St-Etienne et l Inspection académique de la Loire

Signature de la convention cybercollèges avec le CHU de St-Etienne et l Inspection académique de la Loire Mardi 4 octobre 2011 dossier de presse Signature de la convention cybercollèges avec le CHU de St-Etienne et l Inspection académique de la Loire par Gilles ARTIGUES, vice-président chargé de l Education

Plus en détail

Une salle plus adaptée pour les équipes

Une salle plus adaptée pour les équipes Depuis quelques semaines, le service de chirurgie vasculaire et cardiaque de la Clinique du Tonkin de Villeurbanne pratique ses interventions dans une toute nouvelle salle, pourvue d un équipement d imagerie

Plus en détail

ÉVOLUTIONS DU METIER ET DE LA FORMATION

ÉVOLUTIONS DU METIER ET DE LA FORMATION ÉVOLUTIONS DU METIER ET DE LA FORMATION D INFIRMIERS DE BLOC OPERATOIRE AEEIBO -UNAIBODE AEEIBO Ecole d Infirmiers de bloc opératoire 351 rue Ambroise Paré 59120 LOOS Aline DEQUIDT-MARTINEZ, Présidente

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE POLYCLINIQUE SAINT JEAN (MONTPELLIER) HISTOIRE D UNE ACQUISITION

DOSSIER DE PRESSE POLYCLINIQUE SAINT JEAN (MONTPELLIER) HISTOIRE D UNE ACQUISITION DOSSIER DE PRESSE POLYCLINIQUE SAINT JEAN (MONTPELLIER) HISTOIRE D UNE ACQUISITION SEPTEMBRE 2011 Le contexte Fin juillet 2011, le Groupe Cap Santé, un groupe privé régional d établissements de soins,

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Méthode ALARM N. Grimaud Clinique Magdelaine 17 mai 2011 Journée inter-réseaux du CCLIN Sud-Ouest Présentation de l établissement Clinique chirurgicale de 15 lits et places (90 % ambulatoire) Installée

Plus en détail

Le référentiel de formation

Le référentiel de formation Chapitre 1 Le référentiel de formation Le diplôme peut s acquérir : soit par le suivi et la validation de l intégralité de la formation, en continu ou en discontinu ; soit par le suivi et la validation

Plus en détail

Un nouveau robot chirurgical

Un nouveau robot chirurgical Un nouveau robot chirurgical Une stratégie de développement de chirurgie mini-invasive CHU de Nantes POINT PRESSE vendredi 3 juin 2016 Plateau technique médico-chirurgical 32 boulevard Jean-Monnet Nantes

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 Adopté Rédiger ainsi cet article : SANTÉ - (N 2302) AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 27 N o AS970 «I. Le code de la santé publique est ainsi modifié

Plus en détail

PRESENTATION DE LA FORMATION

PRESENTATION DE LA FORMATION PRESENTATION DE LA FORMATION Centre de formation aux métiers de la santé : Allée Jacques Monod BP 609 62321 BOULOGNE SUR MER CEDEX Tél : 03.21.99.30.61 Fax : 03.21.99.38.92 Mail : sec_ifsi@ch-boulogne.fr

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

PROJET RÉGIONAL 2015-2017. Prévention des risques professionnels et santé au travail

PROJET RÉGIONAL 2015-2017. Prévention des risques professionnels et santé au travail PROJET RÉGIONAL 2015-2017 Prévention des risques professionnels et santé au travail RESTITUTION DE L ETUDE DE BESOIN CONTEXTE ET OBJECTIFS Mise en place d une étude de besoin composée d un questionnaire,

Plus en détail

INFIRMIER DE BLOC OPERATOIRE

INFIRMIER DE BLOC OPERATOIRE INFIRMIER DE BLOC OPERATOIRE QUEL EST LE METIER DE L INFIRMIER DE BLOC OPERATOIRE? L infirmier de bloc opératoire (IBODE) est un professionnel infirmier diplômé d Etat spécialisé. Il accueille et accompagne

Plus en détail

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares»

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» (mars 2007) Ministère de la Santé et des Solidarités DHOS Bureau O4 1 Table des matières 1. DESCRIPTION DU CENTRE DE COMPETENCES...4 1.1 L'EQUIPE

Plus en détail

Modalités d exercice en soins palliatifs

Modalités d exercice en soins palliatifs Modalités d exercice en soins palliatifs Dr Marie DELERUE DANEL Unité de soins palliatifs- Equipe mobile de soins palliatifs Hôpital Saint Vincent de Paul LILLE GHICL Diplôme universitaire de soins palliatifs

Plus en détail

À propos de la signature

À propos de la signature Faire mieux ensemble! Au centre du quartier Limoilou, l Hôpital Saint François d'assise du CHU de Québec est un établissement centré sur sa communauté, offrant : des services généraux et spécialisés à

Plus en détail

«TOXIC CLOPE, la vérité sans filtre» Nouvel outil pédagogique de prévention sur le tabac

«TOXIC CLOPE, la vérité sans filtre» Nouvel outil pédagogique de prévention sur le tabac Dossier de presse 20/05/2014 «TOXIC CLOPE, la vérité sans filtre» Nouvel outil pédagogique de prévention sur le tabac Le mardi 20 mai 2014, M. Dominique KELLER, Directeur de la Santé Publique et de l Environnement

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

La vérité sur MSSanté

La vérité sur MSSanté La vérité sur MSSanté Suite aux nombreuses informations erronées diffusées dans les médias depuis vendredi soir, l ASIP Santé souhaite rappeler les principes et la vocation de l espace de confiance MSSanté.

Plus en détail

L ORGANISATION DE LA SECURITE LORS DE LA PREPARATION DES TRAVAUX

L ORGANISATION DE LA SECURITE LORS DE LA PREPARATION DES TRAVAUX L ORGANISATION DE LA SECURITE LORS DE LA PREPARATION DES TRAVAUX AIDE-MEMOIRE AVANT PROPOS Cet aide-mémoire se veut avant tout un outil pratique d information et de sensibilisation. Il est le fruit d une

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités Ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité Direction générale de l action sociale Sous-direction

Plus en détail

L Institut de formation des professions de santé ouvre ses portes au public le 24 janvier 2015

L Institut de formation des professions de santé ouvre ses portes au public le 24 janvier 2015 Communiqué de presse, le 7 janvier 2014 L Institut de formation des professions de santé ouvre ses portes au public le 24 janvier 2015 L Institut de Formation des Professions de Santé du CHRU de Tours

Plus en détail

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil Coopérations professionnelles Ophtalmologie Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil 1 Présentation générale Intitulé du Protocole de coopération (PC) Réalisation

Plus en détail

Cancer de la thyroïde de type papillaire et vésiculaire : Le traitement par iode 131

Cancer de la thyroïde de type papillaire et vésiculaire : Le traitement par iode 131 INFORMATION DU PATIENT Le Centre Henri-Becquerel est le Centre de Lutte Contre le Cancer de Haute-Normandie, spécialisé dans le dépistage, le diagnostic, les soins en cancérologie, ainsi que dans la recherche

Plus en détail

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA 1 Sommaire Contexte... p. 3 Une technologie de pointe pour une meilleure prise en charge du

Plus en détail

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT AU GRAND CONSEIL à l'interpellation Jean-Michel Dolivo - Sous-traitances et privatisations au CHUV : quelles conséquences

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT AU GRAND CONSEIL à l'interpellation Jean-Michel Dolivo - Sous-traitances et privatisations au CHUV : quelles conséquences RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT AU GRAND CONSEIL à l'interpellation Jean-Michel Dolivo - Sous-traitances et privatisations au CHUV : quelles conséquences pour les conditions de travail du personnel et pour la

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CENTRE HOSPITALIER ROBERT-PAX DE SARREGUEMINES

INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CENTRE HOSPITALIER ROBERT-PAX DE SARREGUEMINES PROTOCOLE D ACCUEIL ET D ENCADREMENT DES ETUDIANTS EN STAGE 1. LES OBJECTIFS Objectif global : Cette procédure se propose de formaliser les modalités d accueil et d encadrement de l étudiant en stage Objectifs

Plus en détail

Montmorillon sous-préfecture du département de la Vienne territoire typiquement rural 40 000 habitants

Montmorillon sous-préfecture du département de la Vienne territoire typiquement rural 40 000 habitants Montmorillon, sous-préfecture du département de la Vienne compte un peu moins de 7 000 habitants et s intègre au sein d un territoire typiquement rural qu est le Pays Montmorillonnais, territoire considéré

Plus en détail

Analyses de rentabilité : les meilleurs ratios coûts-bénéfices de l industrie

Analyses de rentabilité : les meilleurs ratios coûts-bénéfices de l industrie Analyses de rentabilité : les meilleurs ratios coûts-bénéfices de l industrie Faciliter, innover et accélérer les initiatives au sein de la chaîne d approvisionnement Des idées Des connaissances Logi-D

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION PARLEMENTAIRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION PARLEMENTAIRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC Projet de loi n 59 Loi concernant le partage de certains renseignements de santé MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION PARLEMENTAIRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC 9

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Groupement de coopération sanitaire entre l Hôpital d Instruction des Armées (HIA) Val-de-Grâce et le Groupe Hospitalier Cochin-Broca-Hôtel-Dieu de l AP-HP Le Groupement de coopération

Plus en détail

LICENCE PRO. Management des processus logistiques. Supply chain aéro. Site de Bordeaux Bastide

LICENCE PRO. Management des processus logistiques. Supply chain aéro. Site de Bordeaux Bastide LICENCE PRO Management des processus logistiques Supply chain aéro Site de Bordeaux Bastide 2016-2017 Carte d identité de la formation Diplôme Licence Professionnelle Mention Management des processus logistiques

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

ASSURANCE DE LA QUALITÉ EN RADIOTHÉRAPIE. Informations pour la mise en œuvre des obligations d assurance de la qualité

ASSURANCE DE LA QUALITÉ EN RADIOTHÉRAPIE. Informations pour la mise en œuvre des obligations d assurance de la qualité ASSURANCE DE LA QUALITÉ EN RADIOTHÉRAPIE Informations pour la mise en œuvre des obligations d assurance de la qualité L ASN a pour mission de contribuer, dans le domaine de la radiothérapie, à l amélioration

Plus en détail

Le numérique au service de la formation à l accompagnement thérapeutique

Le numérique au service de la formation à l accompagnement thérapeutique Le numérique au service de la formation à l accompagnement thérapeutique Patrick Ritz Professeur des Universités Praticien Hospitalier Université Toulouse III - Paul Sabatier Anne Amoros et Carole Gimenez

Plus en détail

Dossier réalisé avec la participation de :

Dossier réalisé avec la participation de : Dossier réalisé avec la participation de : Paul Verdiel, Président de H2AD Jean-Loup Durousset, Directeur du Centre de l Hospitalisation Privée de la Loire (CHPL) Thierry Depois, Directeur Général d Europ

Plus en détail

SERVICE D ORTHOPEDIE HOPITAL DU JURA. Concept de formation post graduée pour les médecins assistants et chefs de clinique

SERVICE D ORTHOPEDIE HOPITAL DU JURA. Concept de formation post graduée pour les médecins assistants et chefs de clinique SERVICE D ORTHOPEDIE HOPITAL DU JURA Dr Alexandre Köstli Médecin chef de service Dr Stephan Styger Médecin chef Dr Luc Baillod Médecin chef Concept de formation post graduée pour les médecins assistants

Plus en détail

Tr a n s f e r t d e s U n i t é s d e l h ô p i t a l d e Fr a m e r i e s s u r l e s i t e d H o r n u

Tr a n s f e r t d e s U n i t é s d e l h ô p i t a l d e Fr a m e r i e s s u r l e s i t e d H o r n u A.S.B.L. Providence des Malades & Mutualité Chrétienne CENTRE HOSPITALIER HORNU-FRAMERIES Déjeuner de presse Tr a n s f e r t d e s U n i t é s d e l h ô p i t a l d e Fr a m e r i e s s u r l e s i t

Plus en détail

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant LE DON DU VIVANT Greffe rénale à partir d un donneur vivant Quelle situation aujourd hui? Quelles économies de santé possibles? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN le don du vivant /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

NUTRISMILE «POUR NE PLUS AVOIR A CHOISIR ENTRE PLAISIR & DIETETIQUE AU RESTAURANT» DOSSIER DE PRESSE

NUTRISMILE «POUR NE PLUS AVOIR A CHOISIR ENTRE PLAISIR & DIETETIQUE AU RESTAURANT» DOSSIER DE PRESSE NUTRISMILE «POUR NE PLUS AVOIR A CHOISIR ENTRE PLAISIR & DIETETIQUE AU RESTAURANT» DOSSIER DE PRESSE Contacts presse Agence Com1ange 11, rue Véron 75018 Paris 01 42 23 18 92 Angélique Warain angelique@comunange.com

Plus en détail

L'alliance des cliniques indépendantes. 4 cliniques de Midi-Pyrénées s unissent pour créer «Clinavenir, l alliance des cliniques indépendantes»

L'alliance des cliniques indépendantes. 4 cliniques de Midi-Pyrénées s unissent pour créer «Clinavenir, l alliance des cliniques indépendantes» Communiqué de presse Mars 2012 4 cliniques de Midi-Pyrénées s unissent pour créer «Clinavenir, l alliance des cliniques indépendantes» Toulouse, le 7 mars 2012 Quatre cliniques de la région Midi-Pyrénées,

Plus en détail

Articulation hygiène et gestion des risques

Articulation hygiène et gestion des risques Articulation hygiène et gestion des risques Prévention du risque infectieux et gestion des risques Marie-Françoise DUMAY SFHH SIIHH 5 juin 2008 Politique nationale (1) DHOS - DGS Recommandations : mise

Plus en détail

LANCEMENT D UN CONCOURS dans le cadre de la journée européenne des droits des patients

LANCEMENT D UN CONCOURS dans le cadre de la journée européenne des droits des patients MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS LANCEMENT D UN CONCOURS dans le cadre de la journée européenne des droits des patients «LES DROITS DES USAGERS DU SYSTEME DE SANTE : COMMENT FAVORISER LEUR CONNAISSANCE

Plus en détail

FRUSES 2013. AMIENS 1 er octobre 2013

FRUSES 2013. AMIENS 1 er octobre 2013 FRUSES 2013 AMIENS 1 er octobre 2013 C R C I : démarche de lexpert l expert Docteur Daniel VALET Centre Hospitalier de BEAUVAIS Praticien Hospitalier Chef de Service Anesthésie Réanimation Médecine Légale

Plus en détail

Lycée Paul Emile Victor à Obernai : Une nouvelle plateforme de formation à la maintenance nucléaire

Lycée Paul Emile Victor à Obernai : Une nouvelle plateforme de formation à la maintenance nucléaire Communiqué de presse 11 avril 2014 Lycée Paul Emile Victor à Obernai : Une nouvelle plateforme de formation à la maintenance nucléaire Ce 11 avril, le Lycée des métiers Paul Emile Victor d Obernai a le

Plus en détail

Le Conseil général de la Loire s associe à la. Journée mondiale de la maladie d Alzheimer

Le Conseil général de la Loire s associe à la. Journée mondiale de la maladie d Alzheimer M e r c r e d i 2 1 s e p t e m b r e 2 0 1 1 Dossier de presse Le Conseil général de la Loire s associe à la Journée mondiale de la maladie d Alzheimer par Claude BOURDELLE, vice-président du conseil

Plus en détail

Définition La permanence des soins ambulatoires est un dispositif sanitaire permettant au citoyen de recourir à un médecin généraliste :

Définition La permanence des soins ambulatoires est un dispositif sanitaire permettant au citoyen de recourir à un médecin généraliste : FICHE 1 LA PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES Dossier de presse Définition La permanence des soins ambulatoires est un dispositif sanitaire permettant au citoyen de recourir à un médecin généraliste : -

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE ENQUÊTE REGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DU TRAITEMENT PERSONNEL EN CHIRURGIE

NOTE DE SYNTHESE ENQUÊTE REGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DU TRAITEMENT PERSONNEL EN CHIRURGIE NOTE DE SYNTHESE ENQUÊTE REGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DU TRAITEMENT PERSONNEL EN CHIRURGIE Contexte : Le traitement personnel est défini comme l ensemble des traitements médicamenteux en cours au moment

Plus en détail

RÉADAPTATION ET SUITE DE TRAITEMENTS

RÉADAPTATION ET SUITE DE TRAITEMENTS RÉADAPTATION ET SUITE DE TRAITEMENTS BIENVENUE À LA CLINIQUE BOIS-BOUGY Etablissement hospitalier privé de haut standing, notre clinique est spécialisée dans les soins de suite et de réadaptation avec

Plus en détail

Le SI des infirmiers libéraux : présentation de l étude prospective

Le SI des infirmiers libéraux : présentation de l étude prospective Le SI des infirmiers libéraux : présentation de l étude prospective Rencontre Inter-Régionale 13 juin 2013 Bruno Grossin 1 Sommaire Objectifs et périmètre de l étude Panorama de la profession d infirmier

Plus en détail

Annexe : Référentiel national de gestion du temps de travail médical applicable dans les structures de médecine d urgence

Annexe : Référentiel national de gestion du temps de travail médical applicable dans les structures de médecine d urgence Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Mesure 40 du plan cancer Novembre 2005 Introduction Le dispositif d annonce est une mesure

Plus en détail

Projet médico-social 2013-2017

Projet médico-social 2013-2017 Projet médico-social 2013-2017 C E N T R E H O S P I T A L I E R R É G I O N A L D O R L É A N S Hôpital Porte Madeleine 1, rue Porte Madeleine BP 2439 45032 Orléans cedex 1 Le service social de par ses

Plus en détail

Management des pôles en milieu hospitalier

Management des pôles en milieu hospitalier DPC - DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU Diplôme universitaire Management des pôles en milieu hospitalier A qui s adresse la formation? Chefs de pôle, l obligation de formation Depuis le décret n 201-656

Plus en détail

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur 1 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon 04 avril 2012 Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur Valérie PAGES Marie-Pierre FIZE Cadre Préparatrice Stérilisation CHU TOULOUSE

Plus en détail

LEPINE PROVIDENCE : UN PROJET PARTICIPATIF ET SOLIDAIRE

LEPINE PROVIDENCE : UN PROJET PARTICIPATIF ET SOLIDAIRE PLATEFORME DE SERVICES DE SOINS POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES VERSAILLES - (78) LEPINE PROVIDENCE : UN PROJET PARTICIPATIF ET SOLIDAIRE LE CONTEXTE DU PROJET Le taux d équipements destinés à l accueil

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE

FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE ENQUÊTE DE SATISFACTION DES STAGIAIRES DU SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL SORTIS EN 2014 DANS L AUDE, LE GARD, L HÉRAULT, LA LOZÈRE ET LES PYRÉNÉES-ORIENTALES Selon

Plus en détail

Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC

Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC Les missions du coordonnateur local du 3 ème cycle se sont diversifiées au cours de ces dernières années, de sorte qu il est apparu nécessaire de clarifier

Plus en détail

Thème 2. Les métamorphoses des politiques de Protection sociale

Thème 2. Les métamorphoses des politiques de Protection sociale Thème 2 Les métamorphoses des politiques de Protection sociale 1 Les métamorphoses de l Assurance maladie Entretien avec Frédéric Van Roekeghem Directeur général de la CNAMTS Interview réalisée le 29 novembre

Plus en détail

Alibode 2014 Céline KLINKEBERG

Alibode 2014 Céline KLINKEBERG Alibode 2014 Céline KLINKEBERG QUELLE DIFFÉRENCE? Appelé aussi visiteur médical «Dans la salle d attente du médecin, on le repère facilement : en costume ou tailleur et équipé d une mallette, il tente

Plus en détail

Je m appelle Matthias FEUCHT et je suis né le 6 octobre 1972 à Stuttgart, en Allemagne.

Je m appelle Matthias FEUCHT et je suis né le 6 octobre 1972 à Stuttgart, en Allemagne. Cabinet ophthalmologique Centre médical Tassy (Tourrettes) Dr Matthias FEUCHT Cabinet ophtalmologique Tassy Clinique Oxford Cannes Qui suis-je? Eventail de traitements Cataracte Maladies et chirurgie de

Plus en détail

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR :

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : a. Consultation avec le Chirurgien Cardiaque Elle s effectue au centre de consultation de cardiologie médico-chirurgicale (bat H ou G). Cette consultation

Plus en détail

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées QUESTIONS - REPONSES Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées CONTEXTE ET OBJECTIFS Quelle est la finalité de ce travail? Il s agit d améliorer les pratiques de prescription

Plus en détail

Achats hospitaliers L automobile fait avancer l hôpital de Valenciennes vers plus d économies et de développement durable!

Achats hospitaliers L automobile fait avancer l hôpital de Valenciennes vers plus d économies et de développement durable! Lundi 13 février 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE Achats hospitaliers L automobile fait avancer l hôpital de Valenciennes vers plus d économies et de développement durable! Louer une flotte automobile peut s

Plus en détail

Pistes de réflexion pour une valorisation «hors T2A» de l activité transversale en infectiologie

Pistes de réflexion pour une valorisation «hors T2A» de l activité transversale en infectiologie Pistes de réflexion pour une valorisation «hors T2A» de l activité transversale en infectiologie Arnaud Pouillart Centre hospitalier Louis Pasteur de Dole 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise,

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi et de la formation professionnelle et du dialogue social

Ministère du travail, de l emploi et de la formation professionnelle et du dialogue social Ministère du travail, de l emploi et de la formation professionnelle et du dialogue social Direction générale du travail Service des relations et des conditions de travail SRCT Sous-direction des conditions

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Permanence des soins ambulatoire. NUIT, WE, jours fériés, POUR JOINDRE UN MEDECIN. Composez le

DOSSIER DE PRESSE. Permanence des soins ambulatoire. NUIT, WE, jours fériés, POUR JOINDRE UN MEDECIN. Composez le Conseil de l'ordre des médecins de la Creuse DOSSIER DE PRESSE Permanence des soins ambulatoire A partir du 1 er octobre 2012, partout en Creuse NUIT, WE, jours fériés, POUR JOINDRE UN MEDECIN Composez

Plus en détail

RÉSUMÉ. Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité. Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales

RÉSUMÉ. Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité. Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales RÉSUMÉ Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales Adopté par le Bureau de l OIIQ à sa réunion extraordinaire du 21

Plus en détail

«Quelles pratiques et perspectives de e-santé pour les infirmiers libéraux?»

«Quelles pratiques et perspectives de e-santé pour les infirmiers libéraux?» «Quelles pratiques et perspectives de e-santé pour les infirmiers libéraux?» Maryse GUILLAUME Infirmière libérale Secrétaire Générale Fédération Nationale des Infirmiers Chargée de mission télésanté E-SANTE

Plus en détail

Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement

Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement Adoptée : Le 1 er janvier 2005 1. Préambule HEC Montréal reconnaît le droit de tout membre de la communauté

Plus en détail

Appel à candidature. Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie. Document n ARS/AAC/DAMS

Appel à candidature. Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie. Document n ARS/AAC/DAMS Appel à candidature Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie Document n ARS/AAC/DAMS Contexte Les besoins à satisfaire et les orientations du

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau de la démographie et des formations

Plus en détail

Article 2. relatives à l intervention du masseur-kinésithérapeute libéral dans l EHPAD

Article 2. relatives à l intervention du masseur-kinésithérapeute libéral dans l EHPAD CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MASSEURS- KINÉSITHÉRAPEUTES EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : L établissement d hébergement pour personnes

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Le Développement et la Perspective de la Réforme du Système de Santé en Chine

Le Développement et la Perspective de la Réforme du Système de Santé en Chine Le Développement et la Perspective de la Réforme du Système de Santé en Chine Ministre de la Santé de la République Populaire de Chine CHEN Zhu (Le 12 avril 2012) Contenu du rapport Cadre général de la

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.esthetic-consult.com. Ludovic Benasson PR and Public Affairs Manager

DOSSIER DE PRESSE. www.esthetic-consult.com. Ludovic Benasson PR and Public Affairs Manager DOSSIER DE PRESSE www.esthetic-consult.com Septembre 2015 / La beauté à portée de quelques clics. C est ce que propose le site de téléconseil médical www.esthetic-consult.com. Sans vous déplacer, en toute

Plus en détail

I/ PRESENTATION. Titre du projet En 2 lignes. Objectifs du projet En 20 lignes maximum

I/ PRESENTATION. Titre du projet En 2 lignes. Objectifs du projet En 20 lignes maximum DOSSIER DE CANDIDATURE POUR L APPEL A PROJETS SANTE 2016 «SOUTIEN AUX EQUIPES MEDICALES ET SCIENTIFIQUES DU DEPARTEMENT POUR DES INNOVATIONS TECHNIQUES DANS LE DOMAINE DE LA SANTE» I/ PRESENTATION Titre

Plus en détail

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) :

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : un indicateur de la politique d hygiène des établissements de santé? Pourquoi les ISO? Complication fréquente Complication grave (surtout si ISO

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 2 juin 2016 N/Réf. : CODEP-PRS-2016-021960 Monsieur le Directeur Général Hôpital NECKER 75015 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30. www.perrayvaucluse.fr

DOSSIER DE PRESSE. Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30. www.perrayvaucluse.fr DOSSIER DE PRESSE Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30 www.perrayvaucluse.fr Foyer Le Foyer > Qu est qu un Foyer en psychiatrie? Un Foyer en psychiatrie est une structure de soins entre

Plus en détail

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91 Le 13 octobre 2011 JORF n 0303 du 31 décembre 2010 Texte n 91 ARRETE Arrêté du 30 décembre 2010 fixant les modèles de contrats types devant être signés par les professionnels de santé exerçant à titre

Plus en détail

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision DOSSIER DE PRESSE Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision Inauguration du CyberKnife M6 au Centre de Lutte Contre le Cancer Eugène Marquis de Rennes 20 février

Plus en détail

AVENIRINGÉNIEUR. www.telecom-lille1.eu FORMATION CONTINUE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE)

AVENIRINGÉNIEUR. www.telecom-lille1.eu FORMATION CONTINUE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) Télécommunications Systèmes d Information Informatique & Réseaux Ingénierie Multimédia AVENIRINGÉNIEUR FORMATION CONTINUE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) www.telecom-lille1.eu AVENIR INGÉ NIEUR

Plus en détail

Mise en œuvre du plan national d'action pour la prévention des risques psychosociaux dans les trois fonctions publiques

Mise en œuvre du plan national d'action pour la prévention des risques psychosociaux dans les trois fonctions publiques Livret 1 MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 1 Mise en œuvre du plan national d'action pour la prévention des risques psychosociaux dans les trois fonctions publiques OUTILS DE

Plus en détail

Conférence de citoyens sur l hôpital Charte de recommandations des citoyens

Conférence de citoyens sur l hôpital Charte de recommandations des citoyens Conférence de citoyens sur l hôpital Charte de recommandations des citoyens Nous constatons des problèmes ou des insuffisances dans le fonctionnement actuel de l hôpital. Sur l information et la communication

Plus en détail

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Rappel : caractéristiques du Loi du 24/11/09 relative à l orientation et à la formation tout au long de la vie Objectifs : Définir

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Juillet 2013 Contexte d utilisation Objet de la prise en charge Autre objet de prise en charge Un projet et

Plus en détail

Charte de partenariat du CLIC Métropole Nord Ouest Renseignements et informations : Monsieur Olivier MILOWSKI, Directeur, CLIC Métropole Nord Ouest, 100 rue du Général Leclerc 59350 SAINT ANDRE Téléphone

Plus en détail

Inauguration du Centre Psychothérapique pour Adolescents de l EPSM Morbihan sur le site du CH Bretagne Atlantique de Vannes

Inauguration du Centre Psychothérapique pour Adolescents de l EPSM Morbihan sur le site du CH Bretagne Atlantique de Vannes Saint-Avé, le 13 novembre 2012 Direction des Affaires Générales et de la Communication : 02.97.54.48.25 - Fax 02.97.54.49.81 e-mail : dag@epsm-morbihan.fr Inauguration du Centre Psychothérapique pour Adolescents

Plus en détail

Sept propositions pour la modernisation de la gouvernance des hôpitaux publics

Sept propositions pour la modernisation de la gouvernance des hôpitaux publics Deuxième volet Sept propositions pour la modernisation de la gouvernance des hôpitaux publics 1- Le Conseil d Administration 2- Le Comité de Direction 3- Un dispositif de sécurité de gestion 4- La Commission

Plus en détail

Etat des travaux en cours

Etat des travaux en cours Structure Multipartite Séance plénière du 21 avril GROUPE DE TRAVAIL «ADMISSIONS JUSTIFIEES» Etat des travaux en cours Le groupe de travail s est réuni 6 fois jusqu à ce jour, depuis le début de ses travaux

Plus en détail

LE CHANGEMENT DE PARADIGME

LE CHANGEMENT DE PARADIGME Le Plan Mondial pour Éliminer la Tuberculose LE CHANGEMENT DE PARADIGME 2016-2020 RÉSUMÉ EXÉCUTIF un partenariat hébergé par l Organisation des Nations Unies à Les Objectifs de développement durable des

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Diplôme Universitaire L IDE l IADE au SMUR et en SAUV

Diplôme Universitaire L IDE l IADE au SMUR et en SAUV Diplôme Universitaire L IDE l IADE au SMUR et en SAUV Responsables: - Pr Nathalie NATHAN-DENIZOT, service Anesthésie Réanimation, CHU Dupuytren Limoges et Faculté de médecine, 2 avenue Martin Luther King

Plus en détail

Inauguration de l Unité Centrale de Stérilisation Bernard CHARLES

Inauguration de l Unité Centrale de Stérilisation Bernard CHARLES Inauguration de l Unité Centrale de Stérilisation Bernard CHARLES Mardi 11 Décembre 2012 ZI du Chapitre 20, avenue de Larrieu Thibaud - 31100 Toulouse D O S S I E R DE P R E S S E Contact Presse Dominique

Plus en détail

Points de vue. Absence de pratiques d intégration des nouveaux employés? Une approche «sans assistance» est un exercice risqué.

Points de vue. Absence de pratiques d intégration des nouveaux employés? Une approche «sans assistance» est un exercice risqué. Points de vue Absence de pratiques d intégration des nouveaux employés? Une approche «sans assistance» est un exercice risqué. Afin d accélérer leur croissance tout en continuant d opérer dans un contexte

Plus en détail

Présentation de l indicateur de mesure de satisfaction des patients hospitalisés Dossier de presse Jeudi 4 novembre 2010

Présentation de l indicateur de mesure de satisfaction des patients hospitalisés Dossier de presse Jeudi 4 novembre 2010 Présentation de l indicateur de mesure de satisfaction des patients hospitalisés Dossier de presse Jeudi 4 novembre 2010 Contact presse : Ministère de la Santé et des Sports - 01 40 56 40 14 Sommaire I.

Plus en détail