Compagnonnage en milieu de travail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compagnonnage en milieu de travail"

Transcription

1 Programme d apprentissage en milieu de travail Compagnonnage en milieu de travail Outil de référence pour compagne et compagnon Technicien et technicienne de véhicules récréatifs

2 Note Dans le but d alléger le texte, le genre masculin a été utilisé pour certains termes à titre d épicène. Ce matériel de formation a été conçu et réalisé par la société INNOVATION CONSULTANTS Gamonnet Vachon Ltée pour la Commission des partenaires du marché du travail. Texte de référence Page 2

3 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 4 TENIR COMPTE DU VOLET HUMAIN DU COMPAGNONNAGE... 5 Qu est-ce que le compagnonnage en milieu de travail... 6 Les trois dimensions du compagnonnage... 7 Comment le compagnonnage tiendra compte de la façon d apprendre des adultes... 8 EFFECTUER UNE ACTIVITÉ DE COMPAGNONNAGE ET TRANSMETTRE SES CONNAISSANCES PRATIQUES ET SES SAVOIR- FAIRE Les étapes clés d une activité de compagnonnage Comment écouter activement Comment questionner Comment s exprimer clairement Comment adapter le compagnonnage au niveau d autonomie de l apprenti Les trucs du métier PLANIFIER L APPRENTISSAGE Les étapes clés du compagnonnage DONNER DES RÉTROACTIONS LORS DE L'ÉVALUATION DU COMPAGNONNAGE ET DES APPRENTISSAGES ERREUR! SIGNET NON DEFINI. À quoi sert la rétroaction Les trois types de rétroaction Les conditions de succès d une rétroaction Les étapes clés de la rétroaction PRÉVENIR ET TRAITER LES SITUATIONS DE COMPAGNONNAGE DIFFICILES Comment établir et maintenir de bonnes relations Comment maintenir l efficacité au travail Texte de référence Page 3

4 PRÉAMBULE Le groupe de travail de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT) sur l apprentissage en milieu de travail a coordonné la préparation du présent document à partir de la norme professionnelle de compagnon. Cette démarche vise à améliorer ou à développer vos habiletés comme compagnon, à compléter les apprentissages requis pour réussir vos activités de compagnonnage et à obtenir un certificat de qualification professionnelle de compagnon. Emploi-Québec délivre un certificat de qualification professionnelle de compagnon à la personne qui : 1. est inscrite auprès d Emploi-Québec ; 2. maîtrise tous les éléments de compétence de la norme professionnelle du compagnon; 3. est une personne qualifiée dans le métier visé par l apprentissage ; 4. a agi comme compagnon auprès d un apprenti, pour aider celui-ci à compléter avec succès la démarche d apprentissage. Les six compétences du compagnon certifié Voici les six compétences inscrites dans la norme que vous devez maîtriser pour obtenir le certificat de qualification professionnelle : Être capable 1. d évaluer les compétences maîtrisées et les besoins d apprentissage 2. de planifier et d organiser la mise en œuvre du plan d apprentissage 3. de transmettre ses compétences 4. de soutenir l apprenti dans sa pratique et de suivre sa progression 5. d évaluer les compétences. 6. d interagir en milieu de travail. BONNE FORMATION! Texte de référence Page 4

5 TENIR COMPTE DU VOLET HUMAIN DU COMPAGNONNAGE

6 QU EST-CE QUE LE COMPAGNONNAGE EN MILIEU DE TRAVAIL Le compagnonnage en milieu de travail met en relation un compagnon et un apprenti. Ce mode d interaction vise à soutenir l apprenti dans le développement des compétences permettant de réaliser efficacement les tâches d une profession, d un métier ou d une fonction de travail. Accompagner un apprenti, c est l aider : à apprendre et à maîtriser l exercice des tâches ; à résoudre des problèmes ; à prendre des initiatives ; à développer sa confiance à atteindre des résultats ; à améliorer son rendement ; à contribuer au succès de l organisation ; à faire face au changement ; à satisfaire de nouvelles attentes ou à remplir de nouvelles responsabilités ; à se responsabiliser. Texte de référence Page 6

7 LES TROIS DIMENSIONS DU COMPAGNONNAGE Processus Climat Contenu A B C Toute interaction comporte trois dimensions : le processus ; le climat ; le contenu. Il en est également ainsi pour le compagnonnage. Aussi, le compagnon doit remplir trois fonctions, soit une fonction pour chaque dimension : encadrer le processus ; assurer un soutien relationnel ; transmettre son expertise. Texte de référence Page 7

8 COMMENT LE COMPAGNONNAGE TIENDRA COMPTE DE LA FAÇON D APPRENDRE DES ADULTES L adulte s engage et apprend s il perçoit, comprend et accepte les objectifs de la démarche. Conseils Les objectifs et le déroulement doivent être clairement énoncés au début du compagnonnage. L apprenti doit avoir l occasion d exprimer ses attentes ouvertement. Le compagnon doit, dès le début : ajuster le plan d apprentissage en fonction des attentes exprimées ; prévoir des moments, en cours de route, pour évaluer le plan d apprentissage et l ajuster. s il se trouve dans un climat de respect mutuel et de collaboration. Le compagnon doit, dès le début de la démarche : établir un climat de confiance en accueillant chaleureusement l apprenti ; favoriser l expression des appréhensions ; établir des règles de fonctionnement qui précisent les attitudes de chacun (respect, sincérité, ouverture...) et la participation attendue et qui autorisent l erreur... traiter l apprenti d égal à égal ; éviter les préjugés et les jugements hâtifs ; valoriser l expérience de l apprenti ; régler sur-le-champ tout conflit qui pourrait se manifester. s il agit. Le compagnon doit, tout au long de la démarche : présenter de l information et des processus pouvant être appliqués dans le travail ; laisser l apprenti s exercer au lieu de faire à sa place ; poser des questions plutôt que donner des réponses ; faire chercher les réponses dans les documents de référence, le cas échéant. Texte de référence Page 8

9 L adulte s engage et apprend si le compagnon sait utiliser les effets de la réussite et des difficultés. si la démarche d apprentissage est en relation directe avec son expérience et son quotidien. Conseils Le compagnon doit, tout au long de la démarche : créer les conditions pour que l apprenti expérimente des succès ; doser le niveau de difficulté en invitant, par exemple, l apprenti à effectuer une étape à la fois si la tâche est complexe ; présenter à l apprenti des occasions d explorer des situations et des idées nouvelles sans risque de sanctions à la suite d erreurs ; fournir à l apprenti des occasions de s autoévaluer ; évaluer, d une façon régulière, l atteinte des objectifs ; donner de la rétroaction en mettant l accent non pas sur la personne ou sur l erreur, mais bien sur les processus, les points forts et les solutions ; valoriser et encourager les bonnes performances. Le compagnon doit, tout au long de la démarche : vérifier le niveau d expérience de l apprenti avant d aborder toute activité de compagnonnage ; présenter de l information et des processus en lien avec ce que l apprenti sait ou fait déjà ; présenter des cas et des problèmes réels, des exemples reliés au travail de l apprenti ; utiliser un vocabulaire et un langage pertinents et adaptés à l apprenti. Texte de référence Page 9

10 EFFECTUER UNE ACTIVITÉ DE COMPAGNONNAGE ET TRANSMETTRE SES CONNAISSANCES PRATIQUES ET SES SAVOIR-FAIRE

11 LES ÉTAPES CLÉS D UNE ACTIVITÉ DE COMPAGNONNAGE PRÉPARER L ACTIVITÉ Préciser les objectifs d apprentissage. Préparer le contenu et le déroulement. Veiller à l organisation matérielle. LANCER L ACTIVITÉ GUIDER LES APPRENTISSAGES Accueillir l apprenti. Établir un climat de confiance et de collaboration Situer l activité dans le plan d apprentissage. Présenter les objectifs, le déroulement et le matériel. Faire préciser les besoins de l apprenti et son niveau d autonomie face à la tâche. Convenir des conditions de succès et obtenir l engagement. Effectuer les actions prévues, parmi les suivantes : Donner une explication. Faire une démonstration. Faire s exercer l apprenti. Corriger et valider. Observer, écouter et donner de la rétroaction. CONCLURE L ACTIVITÉ Évaluer les apprentissages et la satisfaction de l apprenti. Déterminer le suivi. Texte de référence Page 11

12 Préparer l activité Préciser les objectifs d apprentissage Répondre aux questions suivantes : Qu est-ce que l apprenti sait faire? Qu est-ce que l apprenti doit être capable de faire qu il ne sait pas faire? Se référer au carnet d apprentissage pour repérer les compétences à travailler. S il y a lieu, répondre aussi à ces autres questions : Qu est-ce que l apprenti doit savoir pour être capable d effectuer la tâche? Quelle attitude doit-il adopter? Respecter les règles de l art. Pour chaque objectif : Se situer du point de vue de la personne à accompagner; employer un verbe d action ; énoncer un résultat concret, unique et réaliste. Préparer le contenu et le déroulement Choisir les actions à réaliser et leur séquence en fonction des critères suivants : la nécessité de vérifier la maîtrise des compétences de l apprenti ; le type d objectif d apprentissage visé ; la complexité de la tâche à réaliser; le contexte de travail et les besoins de l entreprise. Texte de référence Page 12

13 Préparer vos explications, et pour cela : utiliser tout matériel existant qui est structuré et reconnu ; découper en étapes (points clés) ; mettre en ordre (logique, du général au particulier, du simple au complexe) ; détailler les points clés (des énoncés simples, des exemples concrets, des analogies pertinentes) ; formuler les questions à poser pour vérifier la compréhension des questions ouvertes ou de précision. Préparer vos démonstrations, et pour cela : effectuer la tâche et décortiquer les étapes ; noter les difficultés et les trucs du métier. Veiller à l organisation matérielle Réunir le matériel et vous assurer de sa disponibilité il s agit du carnet d apprentissage du métier, d aides à la tâche (processus, aide-mémoire, grille d observation, feuille de travail, tableau de nombres, table de décisions, arbre de décisions et liste de vérification), de documents de référence, d outils, d équipement... Vous assurer de disposer d un lieu de travail adéquat, si possible. Texte de référence Page 13

14 Lancer l activité Accueillir l apprenti et établir un climat de confiance et de collaboration. Situer l activité dans le plan d apprentissage. Présenter les objectifs, le déroulement et le matériel. Faire préciser les besoins de l apprenti et son niveau d autonomie face à la tâche. Convenir de conditions de succès et obtenir l engagement. Texte de référence Page 14

15 Guider les apprentissages Donner une explication Donner un aperçu des points clés à prendre en compte. Détailler chaque point clé. Vous assurer que l apprenti note vos explications, s il y a lieu. Vérifier la compréhension à l aide de questions ouvertes et de questions de précision. Faire une démonstration Employer les aides à la tâche existantes. Donner un aperçu de la tâche. Exécuter la tâche étape par étape, en indiquant les difficultés et les trucs du métier. Questionner l apprenti et répondre à ses questions. Texte de référence Page 15

16 Laisser s exercer l apprenti Inciter l emploi des aides à la tâche existantes. Le suivre quand il expérimente. Au besoin, faire exécuter la tâche étape par étape, puis en continu, si elle s avère complexe. Transformer les erreurs en occasions d apprendre. Laisser à l apprenti la possibilité de s exercer plusieurs fois (pas nécessairement le même jour) jusqu à la maîtrise de la tâche. Favoriser les occasions de faire vivre des succès. Corriger et valider Renforcer et corriger les résultats de l apprenti au fur et à mesure. Conseiller l apprenti en lui indiquant les trucs du métier lui faire noter ces trucs. Observer, écouter et donner de la rétroaction Porter attention aux résultats, ainsi qu aux comportements non verbaux. Vérifier vos perceptions. Questionner pour amener l apprenti à identifier ses réussites et ses difficultés. Texte de référence Page 16

17 Conclure l activité Évaluer les apprentissages et la satisfaction de l apprenti Donner votre rétroaction (renforcement, bilan ou rétroaction constructive) : demander à l apprenti ses points forts, et un ou deux points à améliorer ; utiliser les faits ; compléter ou corriger les points forts, et le ou les deux points à améliorer formulés par l apprenti ; présenter les points forts et un ou deux points à améliorer que vous avez observés ; faire découvrir ou souligner les conséquences ; aider l apprenti à trouver la cause de ses difficultés ; aider l apprenti à trouver des solutions. Demander à l apprenti ses commentaires sur l activité (p. ex. : «Comment as-tu aimé notre façon de procéder?»). Reconnaître les contributions. Déterminer le suivi Déterminer la ou les prochaines activités de compagnonnage. Responsabiliser l apprenti pour qu il prenne en charge ses besoins. Texte de référence Page 17

18 COMMENT ÉCOUTER ACTIVEMENT Encouragement «Hum, hum!» «Ah oui!» «OK!» Reformulation des émotions et des faits «Si je comprends bien...» Écho L autre : «Ça m est difficile.» Vous : «Difficile?» Texte de référence Page 18

19 COMMENT QUESTIONNER QUESTIONS FERMÉES Peux-tu? Veux-tu? Es-tu d accord? pour QUESTIONS DE PRÉCISION Où? Qui? Quand? Combien? pour QUESTIONS OUVERTES Quoi? Pourquoi? Comment? pour Décider Obtenir un engagement Valider une information Obtenir des détails Préciser une demande Écourter un échange Comprendre Vérifier ce que l autre comprend, pense, retient, ressent Faire participer Texte de référence Page 19

20 COMMENT S EXPRIMER CLAIREMENT Adapter son niveau de langage à celui de l apprenti. Utiliser les bons mots pour favoriser la rétention. Utiliser un langage simple et précis (éviter les «peut-être», «environ», «il me semble que», «selon moi...»). Ralentir son débit et articuler. ps eixrer amclimentre??? S exprimer clairement! Utiliser des expressions positives (p. ex. : «il faut» au lieu de «il ne faut pas»). Donner des exemples pour faire visualiser. Utiliser des trucs mnémotechniques pour faciliter la mémorisation (p. ex. : vacances : ). Utiliser des analogies, des images, des anecdotes. Parler à un rythme qui favorise la compréhension. Reformuler, faire reformuler. Rester centré sur l objectif de l activité de compagnonnage («En savoir beaucoup, en dire peu»). Texte de référence Page 20

21 COMMENT ADAPTER LE COMPAGNONNAGE AU NIVEAU D AUTONOMIE DE L APPRENTI Le compagnon doit aider l apprenti à améliorer son autonomie. Ainsi, le compagnon agira toujours de façon à amener progressivement l apprenti à plus d autonome et de responsabilité. Pour ce, le compagnon devra adapter ses interventions en fonction du niveau d autonomie de l apprenti. Le niveau d autonomie de l apprenti s estime à partir de son niveau de compétence et de son engagement. LA COMPÉTENCE la connaissance, les attitudes et les habiletés acquises par rapport à celles recherchées ; les expériences antérieures transférables dans la situation de travail. L ENGAGEMENT la motivation à assumer les tâches (intérêt, enthousiasme) ; la confiance (assurance, conviction de réussir). Texte de référence Page 21

22 Quatre niveaux d autonomie FAIBLE FORT Non compétent et non engagé Non compétent mais engagé Compétent mais non engagé Compétent et engagé Mode directif Mode participatif Texte de référence Page 22

23 LES TRUCS DU MÉTIER Faciliter le développement de l autonomie de l apprenti Adapter le compagnonnage au niveau d autonomie de l apprenant. Obtenir l engagement de l apprenti. Faire vivre des succès à l apprenti et l aider à apprendre de ses erreurs. Laisser l apprenti s exercer seul et favoriser son initiative. Laisser agir l apprenti au lieu de le faire à sa place Poser des questions ouvertes («quoi? pourquoi? comment?») au lieu de donner des réponses Faire trouver les réponses dans les documents de référence, le cas échéant. Faciliter les apprentissages Établir dès le départ une entente de compagnonnage (attentes respectives et résultats escomptés). Ajuster le plan d apprentissage aux besoins de l apprenti (compétences attendues, compétences réelles et écarts à combler), ainsi qu à ses attentes et à son profil, c est-à-dire à comment il aime apprendre. Expliquer, montrer et faire s exercer l apprenti une étape à la fois si la tâche s avère complexe (découper la tâche). Évaluer la compréhension par des questions ouvertes ou de précision. Doser l apprentissage pour qu il y ait toujours plus de deux tiers de mise en pratique pour moins d un tiers d explications théoriques. Texte de référence Page 23

24 Donner une rétroaction Souligner les points forts en premier. Échanger sur les difficultés rencontrées, les recommandations, les solutions et les trucs du métier. Insister davantage sur les points forts que sur les points à améliorer. Centrer la rétroaction sur les faits et non sur la personne. Éviter les mais, comme dans «C était bien, mais...». Faire participer activement l apprenti à la rétroaction afin de favoriser son autonomie. Texte de référence Page 24

25 PLANIFIER L APPRENTISSAGE

26 LES ÉTAPES CLÉS DU COMPAGNONNAGE PRÉPARER LE COMPAGNONNAGE Planifier l apprentissage (à l aide du carnet d apprentissage) Préparer les outils Prévoir les conditions de succès LANCER LE COMPAGNONNAGE Présenter le plan d apprentissage Établir une entente de compagnonnage Ajuster le plan d apprentissage DIRIGER LE COMPAGNONNAGE Effectuer les activités de compagnonnage Évaluer en cours de processus et s ajuster CONCLURE LE COMPAGNONNAGE Animer une rencontre bilan Formuler des recommandations Texte de référence Page 26

27 Préparer le compagnonnage Planifier l apprentissage Définir les compétences attendues (utiliser le carnet d apprentissage à cet effet). Préciser les besoins de l apprenti (compétences attendues, compétences réelles et écarts à combler) Préciser le profil de l apprenti, c est-à-dire comment il aime apprendre. Déterminer les objectifs, les contenus, les activités, les responsables, le matériel et les outils, les échéances et les ressources. Préciser les contributions du supérieur immédiat de l apprenti et des intervenants concernés. Préparer les outils Choisir et concevoir les outils (carnet d apprentissage, plan d apprentissage, grilles d observation, grilles d autoévaluation, dossier des apprentis). Ouvrir un dossier au nom de l apprenti pour y classer ses observations, ainsi que tout autre document pertinent. Prévoir les conditions de succès S assurer du soutien des supérieurs immédiats. Prévoir les impacts et anticiper les solutions. Motiver et impliquer les joueurs clés dans la démarche. S assurer de la disponibilité des ressources. Développer ses compétences de compagnon. Texte de référence Page 27

28 Lancer le compagnonnage Présenter le plan d apprentissage Établir un climat de confiance. Présenter le plan d apprentissage aux personnes concernées. Établir une entente de compagnonnage Clarifier les rôles et les responsabilités. Clarifier les attentes respectives (processus, climat et contenu). Convenir des règles de fonctionnement. Confirmer les engagements respectifs. Ajuster le plan d apprentissage Apporter les ajustements requis et en informer, au besoin, le supérieur immédiat de l apprenti. Texte de référence Page 28

29 Diriger le compagnonnage Effectuer les activités de compagnonnage Préparer l activité. Lancer l activité. Guider les apprentissages. Conclure l activité. Évaluer en cours de processus et s ajuster Évaluer l atteinte des objectifs. Faire le point sur le déroulement du compagnonnage (climat, processus et contenu). Transmettre l information pertinente aux personnes concernées. S ajuster. Texte de référence Page 29

30 Conclure le compagnonnage Animer une rencontre bilan Se préparer, lancer, diriger et conclure la rencontre bilan. Formuler des recommandations Prévoir, en concertation avec l apprenti, les améliorations à mettre en place la prochaine fois, considérant les réussites et les difficultés du compagnonnage. Texte de référence Page 30

31 DONNER DES RÉTROACTIONS LORS DE L ÉVALUATION DU COMPAGNONNAGE ET DES APPRENTISSAGES

32 À QUOI SERT LA RÉTROACTION La rétroaction est une occasion d échange. Elle a pour but de renforcer les apprentissages et les comportements satisfaisants et de corriger ceux qui ne le sont pas. Pour ce faire, la rétroaction doit : informer et guider, motiver et responsabiliser. Informer La rétroaction indique à la personne si elle a produit (ou non) les résultats souhaités ou si elle a adopté (ou non) les comportements attendus. Motiver La rétroaction encourage la personne à produire les résultats souhaités et à adopter les comportements attendus. Elle l incite à s interroger et à s autoévaluer. La meilleure rétroaction à donner est celle que l on aimerait recevoir. Texte de référence Page 32

33 LES TROIS TYPES DE RÉTROACTION On utilise trois types de rétroaction : le renforcement qui vise à encourager les réussites ; la rétroaction constructive qui vise à corriger un résultat ou un comportement insatisfaisants ; le bilan qui vise à reconnaître ce qui va bien et ce qui doit être amélioré. Le renforcement Pour stimuler le développement Le renforcement répond à un besoin important : la reconnaissance. Il permet d obtenir les résultats suivants : motiver l apprenti et l inciter à se dépasser ; faire que l apprenti prenne conscience de ses forces et développe sa confiance ; renforcer la relation entre l apprenti et le compagnon. N hésitez pas à pratiquer le renforcement en public ; vous stimulerez ainsi toute l équipe. Texte de référence Page 33

34 La rétroaction constructive Pour corriger un résultat incomplet ou un comportement insatisfaisants La rétroaction constructive sert essentiellement à aider l apprenti à corriger un résultat ou un comportement insatisfaisants. Ce type de rétroaction produit les résultats suivants : préciser à l apprenti ce que l on attend de lui ; trouver des solutions aux difficultés d apprentissage ; responsabiliser l apprenti par rapport à son développement ; motiver l apprenti à se dépasser ; renforcer la relation entre l apprenti et le compagnon. Texte de référence Page 34

35 Le bilan Pour faire le point Le bilan permet de faire le point sur les réussites et les difficultés à surmonter, ainsi que sur les solutions à mettre en œuvre. Ce type de rétroaction comprend les suivis, les bilans d étape et les bilans concluant le compagnonnage. Il permet d atteindre les résultats suivants : confirmer et valoriser les réussites ; préciser les points à améliorer ; situer l apprenti dans son plan d apprentissage ; stimuler la poursuite de son développement ; améliorer et renforcer la relation entre l apprenti et le compagnon. Texte de référence Page 35

36 LES CONDITIONS DE SUCCÈS D UNE RÉTROACTION Pour que la rétroaction donne les résultats visés, assurez-vous de la présence de certaines conditions. Conditions liées au climat Être prêt, ouvert, sincère et transparent. Écouter le point de vue de l autre et chercher à comprendre. Tenir compte des besoins de l autre et clarifier ses propres besoins. Éviter de moraliser ou de juger. Respecter ses engagements. Conditions liées au processus Se préparer à donner et à recevoir de la rétroaction. Préciser les objectifs de la rétroaction. Valider sa compréhension. Impliquer l autre dans la recherche de solution. Conclure par des solutions et des actions. Conditions liées au contenu Utiliser un langage clair. Noter les faits précis, sans jugement. Traiter les comportements, non la personne. Viser les comportements observables et modifiables. Donner l heure juste sur ce qui va et ce qui ne va pas. Identifier les effets tant positifs que négatifs. Texte de référence Page 36

37 LES ÉTAPES CLÉS DE LA RÉTROACTION PRÉPARER LA RENCONTRE Observer et noter les faits. Analyser les résultats atteints par rapport à ceux visés et les comportements adoptés par rapport à ceux attendus. Noter les effets positifs et négatifs (pour la personne, l équipe, l organisation, les clients). Communiquer au besoin avec le superviseur et l apprenti pour préparer le terrain. LANCER LA RENCONTRE Accueillir la personne. Préciser l objectif de la rétroaction et le déroulement. S entendre sur des conditions de succès et obtenir l adhésion. DIRIGER LA RENCONTRE Situer la rétroaction dans son contexte. Faire découvrir (ou présenter) les points forts et les effets positifs. Faire découvrir (ou présenter) les points à améliorer et les effets négatifs. Compléter ou corriger ce que la personne a identifié. Identifier ensemble les causes et les solutions possibles. Décider des prochaines actions. Vérifier la compréhension, l accord et l engagement. CONCLURE LA RENCONTRE Exprimer sa confiance, encourager et assurer de son soutien. Rappeler les prochaines actions et fixer une date de suivi. Texte de référence Page 37

38 PRÉVENIR ET TRAITER LES SITUATIONS DE COMPAGNONNAGE DIFFICILES

39 COMMENT ÉTABLIR ET MAINTENIR DE BONNES RELATIONS Apporter un soutien relationnel Accueillir l apprenti. Montrer de la considération pour sa personne. Montrer de l intérêt pour ses paroles. Être attentif aux besoins. Chercher à satisfaire les besoins ou, sinon, expliquer pourquoi vous ne le pouvez pas. Être attentif aux préoccupations et aux appréhensions. Gérer les règles du jeu. Dire et faire dire les faits et les émotions au fur et à mesure. Formuler et faire formuler les messages de façon acceptable. Vérifier les perceptions. Traiter les résistances de façon à les atténuer. Tabler sur ce qui facilite le compagnonnage. Faire vivre des succès. Donner plus de renforcement et de rétroaction constructive. Intervenir auprès de l entourage de l apprenti afin qu on l accueille bien. Texte de référence Page 39

40 COMMENT MAINTENIR L EFFICACITÉ AU TRAVAIL Gérer son stress Prendre les pauses prévues. Être attentif au stress vécu par l apprenti et au stress que l on vit soi-même, et dont les symptômes peuvent être une moins bonne écoute, un manque de concentration, des doutes, de la fatigue, de l impatience. Nommer la difficulté. Faire appel à ses trucs personnels. Trouver une solution ensemble. Régler les problèmes au fur et à mesure. Faire de part de vos besoins aux personnes concernées. Aller chercher de l aide s il y a lieu. S adapter aux imprévus S allouer plus de temps qu il ne faut. Prévoir des solutions de rechange. Analyser ses réactions face aux imprévus et les transformer au besoin pour en améliorer l efficacité. Texte de référence Page 40

41 Faire preuve de patience et de persévérance Ne pas hésiter à répéter autant que nécessaire. Prévoir des moments où l apprenti peut s exercer seul. Ne pas en faire plus que l apprenti. Ne pas vouloir pour l apprenti. Responsabiliser l apprenti par rapport aux difficultés qu il rencontre en l aidant à trouver et à mettre en œuvre des solutions, et non en les trouvant et les mettant en œuvre à sa place. Maintenir à jour ses connaissances Mettre à jour les documents de référence. Ne pas hésiter à innover. Partager ses trouvailles avec ses collègues. Texte de référence Page 41

42 .COM O-AUTO SM O-AUTO SM ASPMQ Enregistrée selon ISO 9001:2008 Le Comité sectoriel de main-d œuvre des services automobiles (CSMO-Auto) est un organisme à but non lucratif financé et soutenu par la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT). Il a pour mission de favoriser une concertation des partenaires privés et COMITÉ SECTORIEL DEpublics de l industrie des DESla main-d œuvre et de services automobiles autour d un objectif commun demain-d'œuvre développement de AUTOMOBILES l emploi. Le CSMO-Auto intervient dans l adaptation desservices compétences de la main-d œuvre et dans la CSMO-AUTO.COM promotion de l emploi en fonction des besoins spécifiques de l industrie. Tél. : CS Ce document a été réalisé grâce à une aide financière de la Commission des partenaires du marché du travail. COMITÉ SECTORIEL DE MAIN-D'ŒUVRE DES SERVICES AUTOMOBILES CSMO-AUTO.COM C COMITÉ SECTORIEL DE MAIN-D'ŒUVRE DES SERVICES AUTOMOBILES

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Rêve professionnel, Ambition naturelle ou passage obligé,

Rêve professionnel, Ambition naturelle ou passage obligé, Rêve professionnel, Ambition naturelle ou passage obligé, Diriger une équipe constitue une étape importante au cours d'une carrière. Voici la formation à suivre pour devenir manager. CONTACTEZ NOUS! Marseille

Plus en détail

Formulaire d évaluation de la contribution du personnel-cadre

Formulaire d évaluation de la contribution du personnel-cadre DOCUMENT OFFICIEL (version du 29 juin 2012) Formulaire d évaluation de la contribution du personnel-cadre Date de la rencontre initiale : Date de la rencontre de mi-année : Date de la rencontre d'évaluation

Plus en détail

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en Le guide des bonnes pratiques à l intégration en entreprise La réussite d intégration dans une entreprise dépend essentiellement de deux acteurs : le nouvel embauché et son attitude pour réussir son intégration,

Plus en détail

Guide d implantation Norme professionnelle pour conseiller et conseillère en vente d automobiles

Guide d implantation Norme professionnelle pour conseiller et conseillère en vente d automobiles Guide d implantation Norme professionnelle pour conseiller et conseillère en vente d automobiles Table des matières SECTION 1 DÉFINITION DE LA NORME PROFESSIONNELLE POUR CONSEILLER EN VENTE D AUTOMOBILES

Plus en détail

L outil 360 «Pilote Management»

L outil 360 «Pilote Management» L outil 360 «Pilote Management» Concept et pratique La réussite r de l entreprise l dépend d de la qualité de ses managers La vitalité de l entreprise dépend essentiellement de la qualité de ses managers

Plus en détail

M2S. Formation Communication orale. formation. Accueil physique et téléphonique Métier d assistante techniques de communication

M2S. Formation Communication orale. formation. Accueil physique et téléphonique Métier d assistante techniques de communication Formation Communication orale M2S formation Accueil physique et téléphonique Métier d assistante techniques de communication Accueil téléphonique Etre professionnel au téléphone Développer sa capacité

Plus en détail

LE SERVICE À LA CLIENTÈLE

LE SERVICE À LA CLIENTÈLE Niveau 1 2 2.2 L enseignement du ski est une question de relations humaines. Pour les clients, une expérience mémorable à la montagne repose d abord sur la relation qu ils établiront avec leur moniteur,

Plus en détail

L évaluation du personnel

L évaluation du personnel Convention sectorielle 2005-2006 Pacte pour une fonction publique locale et provinciale solide et solidaire Formation du personnel des pouvoirs locaux et provinciaux L évaluation du personnel Ann LENAERTS

Plus en détail

Dossier des documents de suivi formatif des stages

Dossier des documents de suivi formatif des stages Filières secondaires Dossier des documents de suivi formatif des stages Haute Ecole Pédagogique Documents à l usage des étudiants et des praticiens formateurs Version: 17.08.2010 Pour désigner les personnes,

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1 FICHE D APPRÉCIATION D UNE ACTIVITÉ OU D UNE TÂCHE DÉLÉGUÉE Nom du délégateur (gestionnaire) : Nom du délégataire (collaborateur) : Service : Période d évaluation : GUY NÉLANGER Dernière MAJ : Juillet

Plus en détail

BILAN FORMATIF Stage IV

BILAN FORMATIF Stage IV Nom du stagiaire : Programme : Nom de l enseignant associé : École : Nom de la direction de l école : Commission scolaire : Nom du superviseur : BILAN FORMATIF Stage IV AGE EN RESPONSABILITÉ au préscolaire

Plus en détail

J1 : Ouverture de la formation Matin Accueil Présentation du groupe, des modalités de fonctionnement et du cycle de formation.

J1 : Ouverture de la formation Matin Accueil Présentation du groupe, des modalités de fonctionnement et du cycle de formation. Programme de formation Consultant Expert Promotion du 27-05-16 Le cycle de formation, durée 16j x 7 h soit 112 h + 4 heures coaching accompagnement PPP, pour un total de 116 h du programme Concevoir son

Plus en détail

BILAN DE COMPETENCES PROFESSIONNELLES

BILAN DE COMPETENCES PROFESSIONNELLES INSTITUT DU SALARIE SARL au capital de 20.000 - R.C.S. Paris 752 468 900 46 avenue des Ternes, 75017 PARIS Téléphone 01 40 68 93 22 - Télécopie : 09 72 35 70 45 - Centre de formapon enregistré sous le

Plus en détail

Protocole d intervention en situation de crise

Protocole d intervention en situation de crise Protocole d intervention en situation de crise École : Date : 20 1) Personnes répondantes au protocole Personnel régulier Substituts 2) Nom de code 3) Lieux pouvant accueillir l élève en difficulté 4)

Plus en détail

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management?

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management? de management? Voici quatre situations professionnelles : à chaque fois vous avez le choix entre quatre types de comportements. Cochez la case qui, selon vous, correspond le plus au comportement que vous

Plus en détail

www.caringbe.com Retrouvez nos programmes et dates de formation sur CATALOGUE INTERENTREPRISE 2015 Habilitation FODEFCA 120028.

www.caringbe.com Retrouvez nos programmes et dates de formation sur CATALOGUE INTERENTREPRISE 2015 Habilitation FODEFCA 120028. Habilitation FODEFCA 120028. CATALOGUE INTERENTREPRISE 2015 Adresse : Q. Jéricho, Rue Label Bénin Téléphone 1 : +229 97 56 93 34 Téléphone 2 : +229 95 49 00 72 Email : info@caringbe.com Retrouvez nos programmes

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

STAGES D ENSEIGNEMENT EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE Grille d évaluation du stagiaire par l enseignant associé

STAGES D ENSEIGNEMENT EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE Grille d évaluation du stagiaire par l enseignant associé FORMATION PRATIQUE Département d éducation et formation spécialisées Unité de programme - formation professionnelle et technique STAGES D ENSEIGNEMENT EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE Grille d

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

FORMATION A LA COMMUNICATION ECRITE ET ORALE

FORMATION A LA COMMUNICATION ECRITE ET ORALE FORMATION A LA COMMUNICATION ECRITE ET ORALE La formation s intitule «Développement personnel et professionnel». PUBLIC CIBLE Cette formation s adresse à toute personne qui souhaite développer ses compétences

Plus en détail

PRATIQUE ET CONDUITE DE REUNIONS

PRATIQUE ET CONDUITE DE REUNIONS PRATIQUE ET CONDUITE DE REUNIONS Fabrice ROSINA 01 46 09 13 02 06 73 38 95 67 f.rosina@lautrescene.fr CPPM MARSEILLE Le programme de formation les présentations à quoi servent les réunions? Les techniques

Plus en détail

L Assemblier. L Assemblier

L Assemblier. L Assemblier L Assemblier Collectif de consultants L Assemblier Catalogue de formations pour les Conseils citoyens et leurs soutiens Faire équipe page 1 Travailler avec des tiers et monter des projets page 4 Le Conseil

Plus en détail

ACQUERIR LES BASES DU MANAGEMENT

ACQUERIR LES BASES DU MANAGEMENT ACQUERIR LES BASES DU MANAGEMENT Clarifier les différents aspects de la fonction d encadrement Diagnostiquer son propre style de management Acquérir les savoirs facilitant la prise de fonction de manager

Plus en détail

CHAPITRE III: L ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE

CHAPITRE III: L ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE CHAPITRE III: L ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.1 : L ENSEIGNEMENT SOUS-SECTION 3.1.1 : LES ÉTUDES DE PREMIER CYCLE PROCÉDURE RELATIVE À L ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES ENSEIGNEMENTS AU PREMIER CYCLE

Plus en détail

Services d'intégration socioprofessionnelle

Services d'intégration socioprofessionnelle Définition du domaine d'examen Services d'intégration socioprofessionnelle ISP-1042-1 Communication orale au travail Définition du domaine d'examen Services d'intégration socioprofessionnelle ISP-1042-1

Plus en détail

FORMATIONS CON.FO.RE SAMUEL DURAND

FORMATIONS CON.FO.RE SAMUEL DURAND 53 FORMATIONS CON.FO.RE SAMUEL DURAND Depuis 2004 Confore accompagne les entreprises à l aide d actions de Conseil et de Formations visant à développer les compétences, accroître le savoir-faire et poursuivre

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS Adapter le 2 février, 2015 Préambule Dans l esprit de l article 10 de la Chartre des droits et libertés de la personne

Plus en détail

Développer mon Réseau avec Frédéric M

Développer mon Réseau avec Frédéric M Réseau Frédéric M France Développer mon Réseau avec Frédéric M Missions et Qualités d un Distributeur qui veut réussir dans le Marketing de Réseaux Ce que je dois Savoir Ce que je dois Etre Ce que je dois

Plus en détail

Vente. Négociation. Service client

Vente. Négociation. Service client Vente Négociation Service client Sommaire Vente et négociation n Développez vos performances commerciales au téléphone et en face à face P. 1/4 n Déjouez les pièges des acheteurs P. 5/6 n Défendez vos

Plus en détail

Guide du nouveau mentor. Utilisation réservée aux mentors du groupe de mentors de Brome-Missisquoi Boîte à outils du Réseau M

Guide du nouveau mentor. Utilisation réservée aux mentors du groupe de mentors de Brome-Missisquoi Boîte à outils du Réseau M Guide du nouveau mentor Utilisation réservée aux mentors du groupe de mentors de Brome-Missisquoi Boîte à outils du Réseau M Fondation de l entrepreneurship 7 avril 2010 Table des matières Table des matières...1

Plus en détail

Filière éducation et insertion

Filière éducation et insertion . Filière éducation et insertion La filière «Éducation et Insertion» rassemble les équipes de professionnels chargés de conduire les projets personnalisés dans leur triple dimension : éducative, thérapeutique

Plus en détail

Réunions et entretiens

Réunions et entretiens Réunions et entretiens Quelques conseils! Introduction Notre métier de consultant s inscrit essentiellement dans une dynamique relationnelle entre les divers acteurs de l entreprise concernés par les Systèmes

Plus en détail

MARSEILLE LE 31 JANVIER 2013. Ref: J-M.LOUIS, F.RAMOND. Scolariser l élève intellectuellement précoce. Dunod.

MARSEILLE LE 31 JANVIER 2013. Ref: J-M.LOUIS, F.RAMOND. Scolariser l élève intellectuellement précoce. Dunod. MARSEILLE LE 31 JANVIER 2013 Ref: J-M.LOUIS, F.RAMOND. Scolariser l élève intellectuellement précoce. Dunod. Des élèves qui sont «contre l école». Elle leur est un appui. Tout en ayant des capacités de

Plus en détail

NOS FORMATIONS VEDETTES

NOS FORMATIONS VEDETTES NOS FORMATIONS VEDETTES 1. Communication interpersonnelle au bureau 2. Productivité et Efficacité Professionnelles 3. Planifier et concevoir une formation 4. Lean SixSigma 5. Communication orale et rédaction

Plus en détail

CAR Le rapport à l étude : comment s y prendre/comment le guider?

CAR Le rapport à l étude : comment s y prendre/comment le guider? CAR Le rapport à l étude : comment s y prendre/comment le guider? Travail préalable, efficacité en classe et audelà : la méthode «prévoir, agir et rétroagir» Savoir pourquoi il apprend. Prendre des initiatives

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE Pour les employeurs, à partager avec leurs collaborateurs! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial. Le tuteur est chargé d accueillir, d aider, d informer et de

Plus en détail

Guide pratique de l agent évalué

Guide pratique de l agent évalué ENTRETIEN PROFESSIONNEL Guide pratique de l agent évalué CENTRE DE GESTION DU BAS-RHIN Sommaire Pourquoi ce guide? PAGE 3 Les objectifs de l entretien professionnel PAGES 4-5 Les acteurs de l entretien

Plus en détail

TFS Série ANIMATION des formations d adultes

TFS Série ANIMATION des formations d adultes TFS Série ANIMATION des formations d adultes Emission n 1 : Animer une formation en groupe (appelée également : en présentiel collectif) Présentation et déroulement de la SÉANCE d APPRENTISSAGE filmée

Plus en détail

Formations offertes par. Vision Enfance et Famille

Formations offertes par. Vision Enfance et Famille Formations offertes par Vision Enfance et Famille Formations offertes par Vision Enfance et Famille Vision Enfance et Famille est un organisme qui regroupe des personnes-ressources du milieu des services

Plus en détail

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE)

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) POUR L AVANCEMENT ET L INNOVATION EN ENSEIGNEMENT Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) Information générale et processus de mise en candidature Miser sur l innovation en formation pour

Plus en détail

Mes observations en lien avec les 12 compétences professionnelles

Mes observations en lien avec les 12 compétences professionnelles Mes observations en lien avec les 12 compétences professionnelles Compétence 1 : Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d objets de savoirs ou de culture dans

Plus en détail

Guide pour les mentors et mentore s: Qu est-ce que le mentorat

Guide pour les mentors et mentore s: Qu est-ce que le mentorat Département d administration de la santé Guide pour les mentors et mentore s: Qu est-ce que le mentorat 2015 Programme de mentorat s adressant aux diplômés en administration de la santé de l Université

Plus en détail

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Organisation du Référentiel d Activités et de Compétences Le référentiel

Plus en détail

Fiche de conseils sur la communication orale

Fiche de conseils sur la communication orale Les gens Les partenariats Le savoir Compétences et emploi Bureau de l alphabétisation et des compétences essentielles Fiche de conseils sur la communication orale Le présent outil renferme des conseils

Plus en détail

DREAL Centre Plan GPRH 2013 Action 3 : Développer les compétences managériales de l'encadrement. Le Chef de projet

DREAL Centre Plan GPRH 2013 Action 3 : Développer les compétences managériales de l'encadrement. Le Chef de projet 1/5 Ce document doit être considéré comme un référentiel générique. Il convient de l'adapter dans chaque service en fonction du contexte et des problématiques rencontrées. Définition du chef de projet:

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards)

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Avant propos sur les tableaux de bord Le tableau de bord est l instrument sans qui tout démarche de progrès est impensable, comment assurer un jugement

Plus en détail

L ART DU COACH PROGRAMME 2015

L ART DU COACH PROGRAMME 2015 L ART DU COACH PROGRAMME 2015 FORMATION GÉNÉRALE À L ART DU COACH Coaching individuel www.coaching-services.ch info@coaching-services.ch Ch. des Tines 9, 1260 Nyon La formation à l art du Coach est reconnue

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Durant l entrevue, nous prendrons des notes afin de garder en mémoire vos réponses, ce qui nous aidera à prendre une décision éclairée.

Durant l entrevue, nous prendrons des notes afin de garder en mémoire vos réponses, ce qui nous aidera à prendre une décision éclairée. GRILLE D ENTREVUE POSTE DE CAISSIÈRE/CAISSIER SCÉNARIO D INTRODUCTION SUGGÉRÉ Avant l entrevue : 1) Relire les valeurs, la vision et la mission de l entreprise afin de s approprier le contenu et d être

Plus en détail

Initiatives sur les compétences essentielles des conseils sectoriels

Initiatives sur les compétences essentielles des conseils sectoriels Les gens Les partenariats Le savoir Compétences et emploi Bureau de l alphabétisation et des compétences essentielles Initiatives sur les compétences essentielles des conseils sectoriels Études de cas

Plus en détail

Communication non-violente et médiation. Étienne Godinot 04.06.2014

Communication non-violente et médiation. Étienne Godinot 04.06.2014 Communication non-violente et médiation Étienne Godinot 04.06.2014 La communication non-violente et la médiation Sommaire 1 - La communication non-violente Qu est ce que la CNV? Définition, rôle Une démarche

Plus en détail

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER EFFICACEMENT améliorer sa communication avec son entourage professionnel et/ou personnel Objectifs Développer son aisance relationnelle S adapter à ses s Faire preuve

Plus en détail

Réseau muséal et patrimonial du Saguenay Lac-Saint-Jean Annie Perron annieperron@gmail.com

Réseau muséal et patrimonial du Saguenay Lac-Saint-Jean Annie Perron annieperron@gmail.com Gestion de projet Ce document propose de bonnes pratiques en gestion de projet afin d améliorer la gestion et l efficience des activités de médiation culturelle. Sous forme de listes à cocher, vous pourrez

Plus en détail

33, rue des Sapins, St-Étienne-de-Lauzon (Québec) G6J 1M1

33, rue des Sapins, St-Étienne-de-Lauzon (Québec) G6J 1M1 33, rue des Sapins, St-Étienne-de-Lauzon (Québec) G6J 1M1 Approuvé lors de la rencontre du personnel du 15 octobre 2014 Depuis le 1 er juillet 2011, un bulletin national est utilisé dans toutes les écoles

Plus en détail

I. Compétences communes à tous les professeurs

I. Compétences communes à tous les professeurs REFERENTIEL DE COMPETENCES DES PROFESSEURS Au sein de l équipe pédagogique, l enseignante ou l enseignant accompagne chaque élève dans la construction de son parcours de formation. Afin que son enseignement

Plus en détail

BIEN COMMUNIQUER AU TÉLÉPHONE

BIEN COMMUNIQUER AU TÉLÉPHONE BIEN COMMUNIQUER AU TÉLÉPHONE (confirmés) 3 jours (débutants) Améliorer sa prospection téléphonique. Améliorer son accueil client au téléphone. Améliorer sa relation client/prospect au téléphone. Savoir

Plus en détail

COMPTE RENDU DE CONFERENCE

COMPTE RENDU DE CONFERENCE COMPTE RENDU DE CONFERENCE Maîtrise des effectifs et développement des clubs. Quels enjeux et stratégies motivationnelles? Présentation de Julie Doron et du cadre de son intervention. Elle a la volonté

Plus en détail

A LA RECHERCHE D'UN NOUVEAU CHALLENGE?

A LA RECHERCHE D'UN NOUVEAU CHALLENGE? A LA RECHERCHE D'UN NOUVEAU CHALLENGE? Prêt pour le changement? Afin de pouvoir vous concentrer sur votre évolution professionnelle je vous accompagne de façon structurée dans l orientation la plus profitable

Plus en détail

Une Loi qui se renouvelle

Une Loi qui se renouvelle IMPLANTATION DE LA LOI FAVORISANT LE DÉVELOPPEMENT ET LA RECONNAISSANCE DES COMPÉTENCES DE LA MAIN-D ŒUVRE ET DE SES RÈGLEMENTS Une Loi qui se renouvelle Un virage vers la qualité L adoption par l Assemblée

Plus en détail

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain 1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain DÉFINITION : Une visite sur le terrain survient quand un membre du personnel se rend dans un autre bureau de Plan International pour

Plus en détail

SECRÉTARIAT. Dynamique, actuelle et axée sur la réussite! cemeq.qc.ca. Pour une utilisation optimale des guides d apprentissage de votre collection

SECRÉTARIAT. Dynamique, actuelle et axée sur la réussite! cemeq.qc.ca. Pour une utilisation optimale des guides d apprentissage de votre collection SECRÉTARIAT Dynamique, actuelle et axée sur la réussite! Pour une utilisation optimale des guides d apprentissage de votre collection Organisme à but non lucratif, le CEMEQ développe du matériel pédagogique

Plus en détail

Compétences recherchées. Qualification requise. Supérieur immédiat : Supérieur du supérieur immédiat : Subordonné : PROFIL DE POSTE TITULAIRE :

Compétences recherchées. Qualification requise. Supérieur immédiat : Supérieur du supérieur immédiat : Subordonné : PROFIL DE POSTE TITULAIRE : PROFIL DE POSTE TITULAIRE : Supérieur immédiat : Supérieur du supérieur immédiat : Subordonné : PROFIL DE COMPÉTENCES Compétences recherchées PRINCIPALES RESPONSABILITÉS RÉSULTATS ATTENDUS Qualification

Plus en détail

SUR L ACCUEIL D UN STAGIAIRE

SUR L ACCUEIL D UN STAGIAIRE Guide d information SUR L ACCUEIL D UN STAGIAIRE 3 UNE RESSOURCE DE CHOIX POUR VOTRE ORGANISATION LE STAGIAIRE Les stagiaires de l ENAP sont des étudiants désirant compléter leur programme d études de

Plus en détail

Expérimenter et maîtriser les techniques de conduite de réunion,

Expérimenter et maîtriser les techniques de conduite de réunion, CONTEXTE L Agence Régionale de Santé de Basse-Normandie souhaite mettre en place dans le cadre de son plan de formation 2013, une formation sur «la conduite de réunion». En effet, aujourd'hui les réunions

Plus en détail

Rôles et techniques de l animateur

Rôles et techniques de l animateur Rôles et techniques de l animateur L animateur n est pas le leader dans le sens où nous l entendons habituellement (celui qui dirige, commande, influence). Il est le catalyseur des influences et des contributions

Plus en détail

UF2. Etre capable de mobiliser les connaissances nécessaires a l animation des activités de la FFSCDA

UF2. Etre capable de mobiliser les connaissances nécessaires a l animation des activités de la FFSCDA UF2 Etre capable de mobiliser les connaissances nécessaires a l animation des activités de la FFSCDA Introduction La connaissance des fondamentaux pédagogiques est indispensable dans une première qualification

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION En raison notamment des prochains départs massifs à la retraite et de la disponibilité restreinte d une main-d œuvre qualifiée, il devient essentiel pour les entreprises du secteur du caoutchouc

Plus en détail

Les composantes de la réussite scolaire

Les composantes de la réussite scolaire Les composantes de la réussite scolaire Cognitives Culturelles Physiologiques Psychologiques Sociologiques Que devons-nous privilégier dans cette notion polysémique? Sa mesure (évaluations, signalements,

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION Le cycle de formation s intègre au cœur du processus de gestion des ressources humaines et, de ce fait, est fortement lié aux orientations des entreprises. La formation du personnel est un

Plus en détail

Coaching et la relève

Coaching et la relève Coaching et la relève Coaching Faire usage de son intégrité, de sa crédibilité, de son leadership et de ses compétences pour amener un ou des individus à agir, dans le cadre de leurs fonctions, en personne

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

RECONNAISSANCE PROGRAMME ÉDUCATIF Document de travail pour produire une plate-forme pédagogique

RECONNAISSANCE PROGRAMME ÉDUCATIF Document de travail pour produire une plate-forme pédagogique RECONNAISSANCE PROGRAMME ÉDUCATIF Document de travail pour produire une plate-forme pédagogique Vous êtes présentement dans le processus de reconnaissance pour devenir responsable d un service de garde

Plus en détail

TELE-CONSEILLER CENTRE D APPELS

TELE-CONSEILLER CENTRE D APPELS ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail OFPPT DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION PROGRAMME D ETUDES TELE-CONSEILLER CENTRE D APPELS Formation qualifiante

Plus en détail

Intelligent Business. Management d Equipe Niveau 1. Stage inter. 2 jours. Entraîner vos équipes pour développer leurs compétences

Intelligent Business. Management d Equipe Niveau 1. Stage inter. 2 jours. Entraîner vos équipes pour développer leurs compétences Entraîner vos équipes pour développer leurs compétences Stage inter Management d Equipe Niveau 1 2 jours Notre valeur ajoutée 1.La montée immédiate en compétence L assimilation rapide du savoirfaire L

Plus en détail

L ORIENTATION AU LYCéE

L ORIENTATION AU LYCéE L ORIENTATION AU LYCéE L orientation, construite, progressive est au cœur de la rénovation des voies générale, technologique et professionnelle. Ce document a vocation à aider les équipes dans les établissements

Plus en détail

Des stratégies à mettre en œuvre dès la petite enfance pour soutenir le développement du raisonnement et de la numératie

Des stratégies à mettre en œuvre dès la petite enfance pour soutenir le développement du raisonnement et de la numératie Des stratégies à mettre en œuvre dès la petite enfance pour soutenir le développement du raisonnement et de la numératie Colloque QuébecStrasbourg Octobre 2008 Présenté par Gilles Cantin, Ph.D. Département

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

Guide de l entrevue Étapes préparatoires

Guide de l entrevue Étapes préparatoires Service Alternance Travail-Études et Placement Guide de l entrevue Étapes préparatoires Une entrevue ça se prépare! L entrevue est une étape décisive dans le processus de recrutement Une entrevue, ça ne

Plus en détail

Qualité & sécurité des aliments : un projet d entreprise

Qualité & sécurité des aliments : un projet d entreprise Qualité & sécurité des aliments : un projet d entreprise Qualité & sécurité des aliments : un projet d entreprise Les témoignages précédents ont illustré à plusieurs reprises les efforts engagés par les

Plus en détail

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Les renseignements contenus dans le présent document sont fournis uniquement à titre d information. Bien que le gouvernement du Manitoba

Plus en détail

MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES

MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION SECTEUR : FILIERE : NIVEAU : TERTIAIRE TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES TECHNICIEN 1 Document élaboré par : Nom et Prénom Etablissement : Mohamed BACHAR :

Plus en détail

Conférence #5. Dans le cadre de l événement «le retour du gros bons sen$ dans l industrie de l environnement» organisé par la

Conférence #5. Dans le cadre de l événement «le retour du gros bons sen$ dans l industrie de l environnement» organisé par la Dans le cadre de l événement «le retour du gros bons sen$ dans l industrie de l environnement» organisé par la Régionale Plein-Sud de l Ordre des ingénieurs du Québec Conférence #5 Comment on fait ça développer

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN Adoptée par le Conseil d administration Le 28 avril 1998 (résolution no 0099) et modifiée par le Conseil d administration

Plus en détail

Université de Montréal. La supervision pédagogique formelle à la CSDM. par Mathieu Desjardins

Université de Montréal. La supervision pédagogique formelle à la CSDM. par Mathieu Desjardins Université de Montréal La supervision pédagogique formelle à la CSDM par Mathieu Desjardins Département d administration et fondements de l éducation Faculté des sciences de l éducation Travail présenté

Plus en détail

Le livret des compétences relationnelles

Le livret des compétences relationnelles Le livret des compétences relationnelles Version janvier 2011 Un travail collectif, en croisant les regards Ce livret est le fruit d un travail collectif, réalisé par un groupe d employeurs, de demandeurs

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Activité langagière en situation de RÉCEPTION (1) la mise en œuvre et à l'adaptation de

Plus en détail

Séminaire Webhelp MAROC

Séminaire Webhelp MAROC Séminaire Webhelp MAROC Courbe de montée en compétence Juin-2013 1 Pour démarrer POUR DEMARRER, lancer l audio via le bouton : Animé: Akram BOUGARNE Responsable Support SI & Reporting RH Bienvenue! Réalisé:

Plus en détail

Évaluation en maths La place des élèves

Évaluation en maths La place des élèves Évaluation en maths La place des élèves Groupe Maths-Collège du CEPEC (Centre d Etudes Pédagogiques pour l Expérimentation et le Conseil) a.bartolucci@cepec.org Évaluation en mathématiques : la place des

Plus en détail

Programme d activités

Programme d activités Programme d activités Table des matières Les principes de bases de notre programme d activités 3 Les objectifs du service de garde en milieu scolaire 3 Un programme en harmonie 4 Le service de garde un

Plus en détail

COMMUNICATION EFFICACE

COMMUNICATION EFFICACE COMMUNICATION EFFICACE Avoir un message clair Exprimer clairement, dans un langage simple, ses idées et ses propos. Attention, on prend souvent pour acquis que l autre a compris clairement le message.

Plus en détail

Moments propices à l'apprentissage: «Feedback» qui guérit

Moments propices à l'apprentissage: «Feedback» qui guérit Moments propices à l'apprentissage: «Feedback» qui guérit Manon Fabi, inf. M.Sc. Coach professionnelle certifiée PNL Présentation Un peu de définition Objectifs Réalité quotidienne Stratégie d intervention

Plus en détail

Une approche de coaching novatrice et intégr

Une approche de coaching novatrice et intégr Une approche de coaching novatrice et intégr grée (atelier # 3) Présenté par Claude Poitras, CRHA et Lisette Bergeron 8 e colloque en gestion des ressources humaines organisé par : La conférence des CHU

Plus en détail

Cours de Master 2 Management & ressources humaines. Module III La gestion de la ressource IIIB des salariés professionnels

Cours de Master 2 Management & ressources humaines. Module III La gestion de la ressource IIIB des salariés professionnels Cours de Master 2 Management & ressources humaines Module III La gestion de la ressource IIIB des salariés professionnels Plan du cours Partie I : La fonction RH Partie II : Les déterminants d un management

Plus en détail

Grille d évaluation du travail pratique prescrit 2016(TPP)

Grille d évaluation du travail pratique prescrit 2016(TPP) CHEFS EXPERTS DE SUISSE ROMANDE PROCEDURE DE QUALIFICATION 2016 Pour des questions de simplification du langage, seul le genre masculin est utilisé dans ce document Grille d évaluation du travail pratique

Plus en détail

GESTION DE GROUPE. L étudiant en charge du groupe va devoir analyser les COMPETENCES et les MOTIVATIONS du groupe pour déterminer ses OBJECTIFS.

GESTION DE GROUPE. L étudiant en charge du groupe va devoir analyser les COMPETENCES et les MOTIVATIONS du groupe pour déterminer ses OBJECTIFS. GESTION DE GROUPE L étudiant en charge du groupe va devoir analyser les COMPETENCES et les MOTIVATIONS du groupe pour déterminer ses OBJECTIFS. En fonction de ceux-ci et de sa personnalité, il déterminera

Plus en détail

1. L alternance 2 2. L accompagnement en entreprise 2. 3. Alternance et mission tutorale 2. 4. Les outils de la mission tutorale 4

1. L alternance 2 2. L accompagnement en entreprise 2. 3. Alternance et mission tutorale 2. 4. Les outils de la mission tutorale 4 1. L alternance 2 2. L accompagnement en entreprise 2 2.1 Qui est concerné par la fonction tutorale? 2 2.2 Contexte réglementaire du système conventionnel de l alternance 2 3. Alternance et mission tutorale

Plus en détail