La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale"

Transcription

1 19 novembre 2015 La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale Faits saillants Aux États Unis, la croissance du PIB réel a été de 1,5 % au troisième trimestre. Après deux mois décevants, les embauches se sont fortement accélérées en octobre avec un gain de postes. L ISM manufacturier demeure faible, mais l indice non manufacturier s est approché de ses récents sommets. La croissance économique a été plus modeste qu attendu dans de nombreux pays avancés au troisième trimestre. Le Japon est retourné en récession, tandis que le PIB réel de la zone euro a enregistré sa plus faible progression en un an. Au sein des pays émergents, le PIB réel de la Chine a continué de ralentir. Au Canada, les plus récents résultats confirment que le PIB réel retournera en territoire positif au troisième trimestre, aidé par le solde commercial qui s est amélioré et qui apportera une importante contribution positive à la croissance. Par contre, les investissements non résidentiels devraient encore diminuer. L année 2015 devrait se solder par une hausse du PIB réel de 1,1 %. La croissance devrait être nettement plus rapide l an prochain avec un gain anticipé de 2,1 %. La récente élection d un gouvernement libéral majoritaire devrait se traduire par un accroissement des dépenses et des investissements publics fédéraux, en particulier à compter de la mi Au Québec, un retour à la croissance est prévu à la suite de la faiblesse du deuxième trimestre. La récente remontée des ventes au détail, la bonne tenue du marché du travail et le regain des mises en chantier au troisième trimestre s avèrent d ailleurs encourageants. Rien n est acquis pour les exportations qui ont connu quelques mois difficiles cet été. Les investissements non résidentiels ont également montré certains signes de faiblesse au troisième trimestre. Les inquiétudes sont donc encore très présentes pour l économie du Québec. En Ontario, les perspectives restent assez bonnes pour 2015 et 2016 alors que la province bénéficiera particulièrement de l embellie des exportations. Avec les difficultés du secteur de l énergie, l Alberta, la Saskatchewan et Terre Neuve-et Labrador demeureront en queue de peloton, alors que les perspectives restent plus favorables pour la Colombie Britannique, les provinces maritimes et le Manitoba. Les résultats du marché du travail américain en octobre laissent entrevoir que la Réserve fédérale amorcera son resserrement monétaire en décembre. Principales modifications Aux États Unis, la progression plus faible qu attendu du PIB réel au troisième trimestre entraîne une baisse de la croissance annuelle prévue pour 2015 de 2,6 % à 2,5 %. Les résultats décevants des PIB réels en Europe et au Japon impliquent de légères révisions de la croissance économique prévue pour 2015 et Les conséquences des attentats perpétrés à Paris devraient légèrement restreindre la hausse des PIB réels français et eurolandais. Les croissances du PIB réel mondial de 2015 et de 2016 sont revues à la baisse de 0,1 point de pourcentage. Au Canada, la croissance économique attendue en 2016 pour le pays et les provinces a été quelque peu rehaussée en raison d une plus grande contribution des dépenses et des investissements publics à la suite de l élection d un gouvernement libéral majoritaire. Au Québec, les récentes révisions historiques du PIB réel (incluant celle qui a fait passer la croissance de 2014 de 1,4 % à 1,5 %) expliquent l ajustement de la prévision de 2015 de 1,1 % à 1,3 %. La cible de croissance économique pour l an prochain est également rehaussée de 1,5 % à 1,7 %. François Dupuis ou , poste 2336 Vice-président et économiste en chef Courriel : Hélène Bégin Mathieu D Anjou Benoit P. Durocher Francis Généreux Jimmy Jean Hendrix Vachon Économiste principale Économiste principal Économiste principal Économiste principal Économiste principal Économiste senior Note aux lecteurs : Pour respecter l usage recommandé par l Office de la langue française, nous employons dans les textes et les tableaux les symboles k, M et G pour désigner respectivement les milliers, les millions et les milliards. Mise en garde : Ce document s appuie sur des informations publiques, obtenues de sources jugées fiables. Le Mouvement des caisses Desjardins ne garantit d aucune manière que ces informations sont exactes ou complètes. Ce document est communiqué à titre informatif uniquement et ne constitue pas une offre ou une sollicitation d achat ou de vente. En aucun cas, il ne peut être considéré comme un engagement du Mouvement des caisses Desjardins et celui-ci n est pas responsable des conséquences d une quelconque décision prise à partir des renseignements contenus dans le présent document. Les prix et les taux présentés sont indicatifs seulement parce qu ils peuvent varier en tout temps, en fonction des conditions de marchés. Les rendements passés ne garantissent pas les performances futures, et les Études économiques du Mouvement des caisses Desjardins n assument aucune prestation de conseil en matière d investissement. Les opinions et prévisions figurant dans le document sont, sauf indication contraire, celles des auteurs et ne représentent pas la position officielle du Mouvement des caisses Desjardins. Copyright 2015, Mouvement des caisses Desjardins. Tous droits réservés.

2 tableau 1 croissance du PiB mondial (ajusté selon la PPa*) et taux d inflation Poids** (%) Croissance du PIB réel (%) Taux d inflation (%) Pays ou zone p 2016p p 2016p économies avancées 40,8 1,7 1,9 2,1 1,4 0,3 1,3 États Unis 16,5 2,4 2,5 2,8 1,6 0,1 1,8 Canada 1,5 2,4 1,1 2,1 2,0 1,1 1,6 Québec 0,4 1,5 1,3 1,7 1,4 1,1 1,8 Ontario 0,7 2,7 2,0 2,6 2,4 1,2 1,7 Japon 4,5 (0,1) 0,6 1,1 2,8 0,7 0,4 Royaume Uni 2,3 2,9 2,4 2,4 1,5 0,0 1,1 Zone euro 12,1 0,9 1,5 1,4 0,4 0,0 0,8 Allemagne 3,4 1,6 1,5 1,8 0,9 0,2 1,1 France 2,4 0,2 1,1 0,8 0,5 0,0 0,7 Italie 2,0 (0,4) 0,7 1,1 0,2 0,0 0,6 Autres pays 4,2 1,4 1,2 1,3 1,0 0,6 1,1 Australie 1,0 2,7 2,3 2,5 2,5 1,6 2,3 économies émergentes et en développement 59,2 4,4 3,9 4,3 5,1 6,3 5,7 Asie du Nord 23,7 7,1 6,9 6,7 2,8 2,0 2,2 Chine 15,9 7,3 6,8 6,5 2,0 1,5 1,7 Inde 6,7 7,1 7,5 7,6 6,7 4,9 5,0 Asie du Sud 5,0 4,3 4,2 4,3 4,1 3,0 3,0 Amérique latine 7,1 1,1 (0,5) 0,8 10,3 20,2 18,2 Mexique 2,0 2,1 2,3 2,8 4,0 2,7 3,2 Brésil 3,0 0,2 (2,8) (1,0) 6,3 9,6 5,8 Europe de l Est 7,7 1,6 (0,8) 1,6 6,0 9,3 5,6 Russie 3,4 0,6 (4,0) (0,1) 7,8 13,0 6,9 Autres pays 15,6 3,3 3,4 3,1 7,5 5,6 6,6 Afrique du Sud 0,7 1,5 1,5 2,0 6,4 4,7 5,7 monde 100,0 3,3 3,1 3,4 2,9 2,8 3,2 p : prévisions; * Parité des pouvoirs d achat : taux de change d équilibre entre les monnaies, qui assure l égalité des pouvoirs d achat entre les pays; ** Sources : Banque mondiale, Consensus Forecasts et Desjardins, Études économiques Risques inhérents aux scénarios La faiblesse des économies émergentes, notamment en Chine, demeure une source d inquiétude. Un ressac ou une longue stagnation de l économie européenne et les risques géopolitiques qui persistent peuvent aussi perturber l économie mondiale. Aux États Unis, la prudence des ménages et les effets négatifs de la baisse de l investissement pétrolier et de la force du dollar américain pourraient continuer de freiner la croissance. Au Canada, les difficultés économiques pourraient s intensifier et se prolonger si les prix du pétrole devaient diminuer de nouveau et se stabiliser à un faible niveau. Il est également possible que la remontée des exportations s essouffle prématurément, ce qui pourrait entraîner un net ralentissement du PIB réel. La situation du marché immobilier demeure aussi préoccupante et les ménages sont encore très endettés. Au Québec, si les exportations et les investissements des entreprises ne montrent pas plus de vigueur prochainement, la croissance économique sera amoindrie. Le secteur résidentiel doit être surveillé de près puisque le marché des copropriétés affiche encore des surplus importants et que le taux d inoccupation des appartements locatifs a passablement remonté. Sur les marchés financiers, la confiance des investisseurs reste fragile alors que d importants doutes demeurent sur la solidité de l économie mondiale, notamment celle de la Chine, ainsi que sur les conséquences d un éventuel resserrement monétaire américain. La volatilité devrait ainsi demeurer élevée au cours des prochains mois, et d autres mouvements violents des marchés pourraient survenir. 2

3 tableau 2 sommaire des prévisions financières Fin de période en % (sauf si indiqué) t3 t4 t1 t2 t3 t4p t1p t2p t3p t4p taux d intérêt directeur États Unis 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,50 0,75 0,75 1,00 1,25 Canada 1,00 1,00 0,75 0,75 0,50 0,50 0,50 0,50 0,50 0,50 Zone euro 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 Royaume Uni 0,50 0,50 0,50 0,50 0,50 0,50 0,50 0,75 1,00 1,25 états-unis obligations fédérales 2 ans 0,56 0,63 0,54 0,58 0,60 0,90 1,10 1,15 1,40 1,55 5 ans 1,77 1,64 1,37 1,62 1,35 1,80 1,95 2,00 2,15 2,25 10 ans 2,51 2,17 1,93 2,33 2,06 2,40 2,50 2,50 2,65 2,75 30 ans 3,21 2,75 2,54 3,10 2,88 3,10 3,15 3,15 3,20 3,25 canada obligations fédérales 2 ans 1,12 1,01 0,50 0,48 0,52 0,65 0,70 0,75 0,80 0,90 5 ans 1,63 1,34 0,76 0,82 0,80 1,05 1,10 1,15 1,30 1,40 10 ans 2,15 1,79 1,36 1,69 1,43 1,75 1,80 1,80 1,85 1,95 30 ans 2,67 2,34 1,98 2,31 2,20 2,40 2,40 2,40 2,45 2,50 marché des devises Dollar canadien (USD/CAD) 1,12 1,16 1,27 1,25 1,33 1,35 1,35 1,33 1,32 1,30 Dollar canadien (CAD/USD) 0,89 0,86 0,79 0,80 0,75 0,74 0,74 0,75 0,76 0,77 Euro (EUR/USD) 1,26 1,21 1,07 1,11 1,12 1,06 1,05 1,06 1,08 1,10 Livre sterling (GBP/USD) 1,62 1,56 1,48 1,57 1,51 1,51 1,51 1,53 1,56 1,57 Yen (USD/JPY) marchés boursiers* (niveau et croissance) États Unis (S&P 500) Canada (S&P/TSX) matières premières (moyenne annuelle) Pétrole WTI ** ($ US/baril) Or ($ US/once) Cible : (+4,4 %) Cible : ( 4,0 %) Cible : (+5,8 %) Cible : (+4,6 %) 93 (53*) 49 (45*) 51 (60*) (1 186*) (1 050*) (1 000*) p : prévisions; * Fin d année; ** West Texas Intermediate. Sources : Datastream et Desjardins, Études économiques Scénario Financier Après un troisième trimestre très difficile, les places boursières ont enregistré un impressionnant rebond en octobre. Une diminution des inquiétudes concernant les pays émergents a contribué à ce regain d optimisme des investisseurs. Ces développements internationaux et financiers favorables, combinés à des statistiques économiques américaines encourageantes, en particulier d excellents résultats pour le marché du travail en octobre, laissent entrevoir que la Réserve fédérale amorcera son resserrement monétaire lors de sa rencontre de décembre. Les anticipations grandissantes à ce sujet ont entraîné une hausse des taux obligataires et de la valeur du dollar américain et, récemment, le retour d une certaine nervosité sur les marchés. La remontée des taux directeurs américains se fera toutefois de façon très graduelle. Le rebond de l économie canadienne semble confirmer que la baisse des taux directeurs est terminée au pays. Bien Les anticipations grandissantes que la Réserve fédérale amorcera son resserrement monétaire en décembre favorisent le billet vert En % Indice Août Sept. Oct. Nov Probabilité d'une hausse des taux directeurs américains avant la fin de 2015 (gauche) Indice DXY du taux de change effectif du dollar américain (droite) Sources : Bloomberg et Desjardins, Études économiques que les prix des matières premières risquent de demeurer faibles, la Banque du Canada attendra toutefois plusieurs trimestres avant d envisager un resserrement monétaire. 3

4 tableau 3 états-unis : principaux indicateurs économiques Moyennes annuelles Variation trimestrielle annualisée en % (sauf si indiqué) t1 t2 t3 t4p t1p t2p p 2016p Produit intérieur brut réel* 0,6 3,9 1,5 2,8 3,1 3,0 1,5 2,4 2,5 2,8 Dépenses personnelles 1,7 3,6 3,2 2,7 3,1 2,9 1,7 2,7 3,1 2,9 Construction résidentielle 10,1 9,4 6,1 12,5 8,0 4,6 9,5 1,8 8,7 7,7 Investissement des entreprises 1,6 4,1 2,1 4,9 5,4 6,6 3,0 6,2 3,2 5,0 Variation des stocks (G$) 112,8 113,5 56,8 45,0 45,0 45,0 61,4 68,0 82,0 45,0 Dépenses publiques (0,1) 2,6 1,7 1,9 1,9 2,0 (2,9) (0,6) 0,8 1,9 Exportations (6,0) 5,1 1,9 2,7 3,0 3,5 2,8 3,4 1,6 3,1 Importations 7,1 3,0 1,8 3,0 4,0 4,5 1,1 3,8 5,1 3,5 Demande intérieure finale 1,7 3,7 2,9 3,1 3,4 3,3 1,2 2,5 2,9 3,2 Produit intérieur brut nominal 0,8 6,1 2,7 3,9 5,4 5,2 3,1 4,1 3,5 4,7 Emplois (selon entreprises) 2,2 1,7 1,8 1,7 1,5 1,5 1,7 1,9 2,1 1,6 Taux de chômage (%) 5,6 5,4 5,2 5,0 4,9 4,8 7,4 6,2 5,3 4,8 Mises en chantier (1) Taux d inflation global (2) (0,1) 0,0 0,1 0,5 1,6 1,5 1,5 1,6 0,1 1,8 Taux d inflation de base** (2) 1,7 1,8 1,8 2,0 2,1 2,1 1,8 1,7 1,8 2,2 p : prévisions; * $ US 2005; ** Excluant aliments et énergie; (1) Milliers d unités à rythme annualisé; (2) Glissement annuel. Sources : Datastream et Desjardins, Études économiques tableau 4 canada : principaux indicateurs économiques Moyennes annuelles Variation trimestrielle annualisée en % (sauf si indiqué) t1 t2 t3p t4p t1p t2p p 2016p Produit intérieur brut réel* (0,8) (0,5) 2,6 1,5 2,0 2,6 2,0 2,4 1,1 2,1 Consommation finale [dont :] 0,3 2,0 2,0 1,8 1,8 1,9 1,9 2,0 1,6 1,8 Consommation des ménages 0,5 2,3 2,7 2,3 1,9 1,9 2,5 2,7 2,1 2,1 Consommation des administrations publiques (0,2) 1,2 0,0 0,5 1,5 1,7 0,4 0,2 0,4 1,2 Formation brute de capital fixe [dont :] (8,3) (6,1) (5,0) (1,4) (0,3) 2,4 0,4 0,2 (3,1) 0,3 Bâtiments résidentiels 3,5 1,3 2,3 (1,6) (1,1) (0,7) (0,4) 2,7 3,4 (0,3) Ouvrages non résidentiels (23,5) (8,8) (10,0) (2,0) (0,5) 1,5 5,0 (0,1) (9,5) (1,1) Machines et matériel (6,2) (17,1) (12,0) (1,5) (0,5) 3,0 (1,7) 1,0 (5,7) (1,4) Produits de propriété intellectuelle (18,6) (17,2) (10,0) (3,0) 1,0 0,0 (4,6) (2,7) (8,5) (2,2) FBCF** des administrations publiques 5,6 3,4 1,5 1,0 1,0 10,0 (1,6) (2,7) 3,1 6,9 Variation des stocks (G$ de 2007) 12,0 7,1 1,5 0,0 1,0 3,0 12,4 7,5 5,2 2,3 Exportations (1,4) 0,4 9,1 2,0 2,8 2,9 2,0 5,4 2,8 3,4 Importations (1,4) (1,5) (2,7) (0,6) 1,4 2,4 1,3 1,8 0,4 0,8 Demande intérieure finale (1,8) 0,0 0,3 1,1 1,3 2,0 1,5 1,6 0,4 1,5 Produit intérieur brut nominal (2,6) 0,7 2,6 3,0 5,5 5,6 3,4 4,3 0,8 4,4 Emplois 0,7 0,8 0,8 1,0 0,1 0,9 1,5 0,6 0,8 0,8 Taux de chômage (%) 6,7 6,8 7,0 7,0 7,0 7,0 7,1 6,9 6,9 7,0 Mises en chantier (1) Taux d inflation global (2) 1,1 0,9 1,2 1,3 1,6 1,5 0,9 2,0 1,1 1,6 Taux d inflation de base*** (2) 2,2 2,2 2,2 2,2 2,1 1,8 1,3 1,8 2,2 1,8 p : prévisions; * $ 2007; ** Formation brute de capital fixe; *** Excluant les huit composantes les plus volatiles; (1) Milliers d unités à rythme annualisé; (2) Glissement annuel. Sources : Datastream et Desjardins, Études économiques 4

5 Var. ann. en % (sauf si indiqué) tableau 5 québec : principaux indicateurs économiques p 2016p Produit intérieur brut réel* 1,0 1,2 1,5 1,3 1,7 Consommation finale [dont :] 1,0 1,5 1,0 1,3 1,5 Consommation des ménages 1,0 1,8 1,5 1,5 1,8 Consommation des administrations publiques 0,8 0,8 0,2 (0,7) (1,1) Formation brute de capital fixe [dont :] 3,5 (5,5) (4,8) (2,5) 1,8 Bâtiments résidentiels 0,7 (4,7) (0,1) (0,6) 0,5 Ouvrages non résidentiels 22,6 (0,2) (14,3) (5,5) 1,8 Machines et matériel 4,3 (17,4) (10,7) 0,5 2,1 Produits de propriété intellectuelle (3,9) (5,5) (4,5) (1,5) (2,6) FBCF** des administrations publiques (4,4) (3,7) 0,6 1,5 5,3 Variation des stocks (M$ de 2007) Exportations 1,4 0,8 4,5 3,7 4,0 Importations 2,1 (1,3) 0,3 1,5 3,2 Demande intérieure finale 1,5 0,0 (0,2) 0,6 1,5 Produit intérieur brut nominal 2,7 2,0 2,5 2,3 3,7 Emplois 0,8 1,4 0,0 1,0 0,9 Taux de chômage (%) 7,7 7,6 7,7 7,6 7,3 Ventes au détail 1,2 2,5 1,7 0,8 2,8 Mises en chantier (1) 47,4 37,8 38,8 36,0 36,0 Taux d inflation global 2,1 0,7 1,4 1,1 1,8 p : prévisions; * $ 2007; ** Formation brute de capital fixe; (1) Milliers d unités à rythme annualisé. Sources : Statistique Canada, Institut de la statistique du Québec, Société canadienne d hypothèques et de logement et Desjardins, Études économiques Var. ann. en % (sauf si indiqué) tableau 6 ontario : principaux indicateurs économiques p 2016p Produit intérieur brut réel* 1,3 1,3 2,7 2,0 2,6 Consommation finale [dont :] 1,1 1,4 2,1 2,3 1,8 Consommation des ménages 1,5 2,0 2,5 2,9 2,2 Consommation des administrations publiques 0,1 0,0 0,7 0,6 0,6 Formation brute de capital fixe [dont :] 1,2 (7,2) 1,4 2,1 1,5 Bâtiments résidentiels 4,7 (1,7) 0,4 4,1 (0,4) Ouvrages non résidentiels 8,0 (5,6) 1,6 4,3 2,1 Machines et matériel (0,9) (22,2) 6,9 (2,6) 0,7 Produits de propriété intellectuelle (3,6) (4,7) (2,8) (2,5) 0,3 FBCF** des administrations publiques (5,6) (7,7) 1,4 2,0 6,0 Variation des stocks (M$ de 2007) Exportations 2,4 2,0 1,9 2,0 3,5 Importations 1,0 (1,0) 1,1 2,2 1,5 Demande intérieure finale 1,1 (0,3) 1,9 2,2 1,7 Produit intérieur brut nominal 3,1 1,9 4,1 2,8 4,4 Emplois 0,7 1,8 0,8 0,6 0,8 Taux de chômage (%) 7,9 7,6 7,3 6,8 6,7 Ventes au détail 1,6 2,3 5,0 4,6 5,0 Mises en chantier (1) 76,7 61,1 59,1 70,2 65,3 Taux d inflation global (2) 1,4 1,0 2,4 1,2 1,7 p : prévisions; * $ 2007; ** Formation brute de capital fixe; (1) Milliers d unités à rythme annualisé; (2) Glissement annuel. Sources : Statistique Canada, ministère des Finances de l'ontario, Société canadienne d hypothèques et de logement et Desjardins, Études économiques 5

6 tableau 7 canada : principaux indicateurs économiques par province Moyenne annuelle en % (sauf si indiqué) p 2016p croissance du PiB réel canada 1,9 2,0 2,4 1,1 2,1 Atlantique (1,8) 1,9 (0,4) 0,6 1,3 Québec 1,0 1,2 1,5 1,3 1,7 Ontario 1,3 1,3 2,7 2,0 2,6 Manitoba 3,0 2,4 2,3 1,7 2,4 Saskatchewan 1,7 5,8 1,9 0,0 1,5 Alberta 3,9 5,1 4,8 (1,0) 1,2 Colombie Britannique 2,5 2,1 3,2 2,0 2,5 taux d inflation global canada 1,5 0,9 2,0 1,1 1,6 Atlantique 1,9 1,2 1,7 0,4 1,6 Québec 2,1 0,7 1,4 1,1 1,8 Ontario 1,4 1,0 2,4 1,2 1,7 Manitoba 1,6 2,2 1,9 1,1 1,6 Saskatchewan 1,6 1,5 2,4 1,5 1,3 Alberta 1,1 1,4 2,6 1,1 1,3 Colombie Britannique 1,1 (0,1) 1,0 1,1 1,8 croissance de l emploi canada 1,3 1,5 0,6 0,8 0,8 Atlantique 1,1 (0,1) (0,9) (0,3) 0,3 Québec 0,8 1,4 0,0 1,0 0,9 Ontario 0,7 1,8 0,8 0,6 0,8 Manitoba 1,6 0,7 0,1 1,6 0,7 Saskatchewan 2,4 3,1 1,0 0,4 0,0 Alberta 3,5 2,5 2,2 1,3 0,0 Colombie Britannique 1,6 0,1 0,6 1,2 0,8 taux de chômage canada 7,3 7,1 6,9 6,9 7,0 Atlantique 10,3 10,2 10,0 9,9 10,2 Québec 7,7 7,6 7,7 7,6 7,3 Ontario 7,9 7,6 7,3 6,8 6,7 Manitoba 5,3 5,4 5,4 5,5 5,4 Saskatchewan 4,7 4,1 3,8 5,0 5,7 Alberta 4,6 4,6 4,7 5,9 6,8 Colombie Britannique 6,8 6,6 6,1 6,1 6,2 croissance des ventes au détail canada 2,5 3,2 4,6 2,4 3,8 Atlantique 1,4 2,6 3,1 1,4 3,3 Québec 1,2 2,5 1,7 0,8 2,8 Ontario 1,6 2,3 5,0 4,6 5,0 Manitoba 1,3 3,9 4,3 1,1 4,0 Saskatchewan 7,4 5,1 4,6 (2,8) 2,5 Alberta 7,0 6,9 7,5 (2,9) 1,5 Colombie Britannique 1,9 2,4 5,6 6,8 5,2 mises en chantier canada (milliers d unités) 214,8 187,9 189,3 194,6 183,0 Atlantique 12,6 10,3 8,0 8,6 8,6 Québec 47,4 37,8 38,8 36,0 36,0 Ontario 76,7 61,1 59,1 70,2 65,3 Manitoba 7,2 7,5 6,2 5,9 5,8 Saskatchewan 10,0 8,3 8,3 4,9 4,4 Alberta 33,4 36,0 40,6 37,0 32,4 Colombie Britannique 27,5 27,1 28,4 32,0 30,5 p : prévisions Sources : Statistique Canada, Société canadienne d hypothèques et de logement et Desjardins, Études économiques 6

La Banque du Canada conserve le statu quo alors que l inflation tendancielle progresse plus rapidement

La Banque du Canada conserve le statu quo alors que l inflation tendancielle progresse plus rapidement 17 avril 2015 La Banque du Canada conserve le statu quo alors que l inflation tendancielle progresse plus rapidement Faits saillants États-Unis : enfin une meilleure croissance des ventes au détail. L

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

La remontée des taux d intérêt débutera un peu plus tard

La remontée des taux d intérêt débutera un peu plus tard des taux de détail Juin www.desjardins.com/economie juin La remontée des taux d intérêt débutera un peu plus tard FAITS SAILLANTS Les économies nord-américaines semblent avoir faibli au printemps, mais

Plus en détail

L avenir incertain de l économie chinoise Un modèle de développement qui a atteint ses limites

L avenir incertain de l économie chinoise Un modèle de développement qui a atteint ses limites novembre 1 L avenir incertain de l économie chinoise Un modèle de développement qui a atteint ses limites L époque où l économie chinoise progressait de plus de 1 % par année semble bel et bien révolue.

Plus en détail

La Banque centrale européenne ouvre la porte à un nouvel assouplissement monétaire

La Banque centrale européenne ouvre la porte à un nouvel assouplissement monétaire 23 octobre 2015 La Banque centrale européenne ouvre la porte à un nouvel assouplissement monétaire Faits saillants États-Unis : forte hausse des mises en chantier en septembre. La Banque du Canada a laissé

Plus en détail

Crainte de récession et baisse des taux directeurs au Canada

Crainte de récession et baisse des taux directeurs au Canada août 1 Crainte de récession et baisse des taux directeurs au Canada Faits saillants Le Canada semble connaître une récession technique. Après avoir abaissé ses taux directeurs, la Banque du Canada devrait

Plus en détail

Résultats de simulations : à quel point les Québécois sont-ils vulnérables à une hausse de taux d intérêt?

Résultats de simulations : à quel point les Québécois sont-ils vulnérables à une hausse de taux d intérêt? Résultats de simulations : à quel point les Québécois sont-ils vulnérables à une hausse de taux d intérêt? juin 1 Comme ailleurs au pays, les dettes des Québécois ont augmenté beaucoup plus rapidement

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

Les taux négatifs et les achats massifs d actifs ont-ils perdu de leur effet sur les devises?

Les taux négatifs et les achats massifs d actifs ont-ils perdu de leur effet sur les devises? 23 mars 216 Les taux négatifs et les achats massifs d actifs ont-ils perdu de leur effet sur les devises? Faits saillants Notre scénario mise sur deux hausses de taux d intérêt aux États Unis d ici la

Plus en détail

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt DÉCEMBRE JANVIER 211 économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 211? Au passage d une année à l autre, il est de mise de s interroger sur ce que nous réserve la nouvelle année. Après la solide

Plus en détail

Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION

Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION RÉGIONAUX AU CANADA : La puissance des faibles taux d intérêt Faits saillants Les marchés

Plus en détail

Forte appréciation du dollar américain : les prochains mois pourraient être moins volatils

Forte appréciation du dollar américain : les prochains mois pourraient être moins volatils Forte appréciation du dollar américain : les prochains mois pourraient être moins volatils 11 septembre 214 Faits saillants Certains effets positifs pour le billet vert s annoncent temporaires, ce qui

Plus en détail

La pression sur le dollar canadien devrait diminuer en 2016

La pression sur le dollar canadien devrait diminuer en 2016 14 janvier 216 La pression sur le dollar canadien devrait diminuer en 216 Faits saillants Le dollar canadien pourrait encore perdre de l altitude à court terme, mais l essentiel de la dépréciation est

Plus en détail

Où s en vont les prix du pétrole à partir de maintenant? Trois grandes tendances possibles dans un environnement complexe

Où s en vont les prix du pétrole à partir de maintenant? Trois grandes tendances possibles dans un environnement complexe 1 février 15 Où s en vont les prix du pétrole à partir de maintenant? Trois grandes tendances possibles dans un environnement complexe La baisse des cours du pétrole observée depuis le milieu de l été

Plus en détail

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 MONDE PIB 108 106 Pays développés début 2007 = 100 104 États-Unis 102 100 98 96 94 92 Japon Royaume-Uni Zone euro 90 2007 2008 2009 2010 2011 2012

Plus en détail

La forte appréciation du billet vert et les inquiétudes sur la Chine font mal

La forte appréciation du billet vert et les inquiétudes sur la Chine font mal 7 octobre 214 La forte appréciation du billet vert et les inquiétudes sur la Chine font mal Le recul des prix des matières premières observé au début de l été s est poursuivi au cours des derniers mois

Plus en détail

B) La problématique à court et moyen terme

B) La problématique à court et moyen terme Atelier 1B «La globalisation des marchés financiers, tendances et enjeux pour le Canada» Sujet : La marginalisation du Canada sur les scènes économique et financière mondiales. Ses conséquences probables

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

Les entreprises de Chaudière-Appalaches dans le contexte économique actuel

Les entreprises de Chaudière-Appalaches dans le contexte économique actuel Desjardins, Capital régional et coopératif Lévis 4 novembre 2015 Les entreprises de Chaudière-Appalaches dans le contexte économique actuel Joëlle Noreau Économiste principale Mouvement Desjardins 1. Quel

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Le dollar américain a-t-il atteint son maximum?

Le dollar américain a-t-il atteint son maximum? Le dollar américain a-t-il atteint son maximum? 21 octobre 214 Faits saillants Considérant les forces qui animent actuellement la devise américaine, nous n anticipons pas de gains significatifs à court

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

IMMOBILIER À MONTRÉAL

IMMOBILIER À MONTRÉAL IMMOBILIER À MONTRÉAL PERSPECTIVES ET TENDANCES DU MARCHÉ DE L IMMOBILIER Automne Une publication de Montréal en statistiques Direction de l urbanisme Service de la mise en valeur du territoire FAITS SAILLANTS

Plus en détail

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Denis Ferrand Directeur Général de Coe-Rexecode 26 Novembre 2015 Agenda 1 3 faits marquants du paysage économique mondial pour l industrie 2 L activité

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

La meilleure tenue de l emploi aux États-Unis supporte la hausse des taux obligataires

La meilleure tenue de l emploi aux États-Unis supporte la hausse des taux obligataires 5 juin 2015 La meilleure tenue de l emploi aux États-Unis supporte la hausse des taux obligataires Faits saillants États-Unis : la croissance de l emploi revient sur une tendance plus forte. États-Unis

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Malgré une nouvelle pause dans l appréciation du dollar américain, le bilan de l année reste très positif pour cette devise

Malgré une nouvelle pause dans l appréciation du dollar américain, le bilan de l année reste très positif pour cette devise 1 er décembre 214 Malgré une nouvelle pause dans l appréciation du dollar américain, le bilan de l année reste très positif pour cette devise Faits saillants La phase d appréciation du dollar américain

Plus en détail

Vers un autre réveil brutal pour le marché obligataire?

Vers un autre réveil brutal pour le marché obligataire? 9 avril 4 Vers un autre réveil brutal pour le marché obligataire? Faits saillants L optimisme des investisseurs a remonté d un cran au cours des derniers jours. Les taux de court et moyen termes sont revenus

Plus en détail

La chute des prix du pétrole affecte les marchés financiers et stimule plusieurs économies

La chute des prix du pétrole affecte les marchés financiers et stimule plusieurs économies Spécial : perspectives 2-216 22 décembre 214 La chute des prix du pétrole affecte les marchés financiers et stimule plusieurs économies Faits saillants L économie mondiale devrait profiter de la baisse

Plus en détail

Perspectives économiques du Canada :

Perspectives économiques du Canada : Perspectives économiques du Canada : 2015 une année remplie d incertitude Pedro Antunes Économiste en chef adjoint, Le Conference Board du Canada Le 22 septembre 2015 conferenceboard.ca Perspectives mondiales

Plus en détail

Tourisme en bref Bilan de l année 2012

Tourisme en bref Bilan de l année 2012 Tourisme en bref Bilan de l année 2012 www.canada.travel/entreprise Faits et chiffres 7e édition Points saillants En 2012, le Canada a accueilli 16 millions de touristes étrangers pour des voyages d une

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

La promotion de la prospérité économique et financière du Canada

La promotion de la prospérité économique et financière du Canada La promotion de la prospérité économique et financière du Canada Exposé présenté devant la Chambre de commerce de Lévis Lévis (Québec) Le 8 février 2010 Pierre Duguay Sous-gouverneur Mandat Aux termes

Plus en détail

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière NOTRE SCENARIO Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre Conjoncture économique Conjoncture financière juin 2015 Philippe Brossard David Hennequin Synthèse Les dividendes de la baisse

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse février La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse Faits saillants L année a débuté dans un environnement difficile, favorisant de nouvelles baisses des taux d intérêt.

Plus en détail

Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT

Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT au deuxième trimestre de 2000 DANS CE NUMÉRO Faits saillants économiques : La forte croissance devrait se poursuivre en l an 2000

Plus en détail

La Banque du Canada rehausse ses prévisions d inflation

La Banque du Canada rehausse ses prévisions d inflation 17 avril 2014 La Banque du Canada rehausse ses prévisions d inflation Faits saillants Les ventes au détail bondissent plus que prévu aux États Unis. États Unis : La hausse des mises en chantier en mars

Plus en détail

Perspectives incertaines pour le marché canadien de l habitation

Perspectives incertaines pour le marché canadien de l habitation Semaine de la coopération 16 au 22 octobre 2016 Desjardins soutient des milliers de projets en persévérance scolaire et en réussite éducative, sources d une plus grande prospérité économique. Pour en savoir

Plus en détail

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015 L a situation économique de Taiwan au ème semestre 1 Résumé L économie taiwanaise subit un ralentissement prononcé au ème trimestre, qui conduit le gouvernement à diviser par deux sa prévision de croissance

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Prévisions économiques 2015-2016

Prévisions économiques 2015-2016 Prévisions économiques 2015-2016 Faits saillants Considérant les tendances des mises en chantier résidentielles de même qu un ensemble de facteurs, l Association des professionnels de la construction et

Plus en détail

Dépréciation du yuan chinois : à l encontre des déséquilibres économiques mondiaux

Dépréciation du yuan chinois : à l encontre des déséquilibres économiques mondiaux 24 mars 214 Dépréciation du yuan chinois : à l encontre des déséquilibres économiques mondiaux Faits saillants Le ton relativement optimiste de la Réserve fédérale et le fait que ses dirigeants anticipent

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 3 au 7 décembre 212 SOMMAIRE FRANCE 1. Prix des appartements anciens au 3 ème trimestre 212 : -,5% sur un an, première baisse depuis fin 29, tensions persistantes à Paris 2. Crédits

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

IMPACTS DE LA CHUTE DU PRIX DU PÉTROLE SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE ET SUR LES BUDGETS DES GOUVERNEMENTS

IMPACTS DE LA CHUTE DU PRIX DU PÉTROLE SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE ET SUR LES BUDGETS DES GOUVERNEMENTS IMPACTS DE LA CHUTE DU PRIX DU PÉTROLE SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE ET SUR LES BUDGETS DES GOUVERNEMENTS PRÉSENTÉ À : L INSTITUT CANADIEN DE LA RETRAITE ET DES AVANTAGES SOCIAUX PAR : BENOIT BRILLON, CFA

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Un hiver plus favorable aux emprunteurs qu à l activité économique

Un hiver plus favorable aux emprunteurs qu à l activité économique 18 mars 1 Un hiver plus favorable aux emprunteurs qu à l activité économique Faits saillants Les conditions météorologiques difficiles affectent les statistiques économiques nord-américaines. L environnement

Plus en détail

L évolution des cours pétroliers demeure incertaine

L évolution des cours pétroliers demeure incertaine L évolution des cours pétroliers demeure incertaine avril 1 Faits saillants La remontée des cours pétroliers profite aux actifs canadiens, mais les perspectives sont incertaines. Après un premier trimestre

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 7 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 98 Paris La Défense cedex - Tél. 47 7 6 6 - Fax 47 7 6 8 Coe-Rexecode - 9 avenue

Plus en détail

Les marchés financiers sont déçus par certaines statistiques américaines

Les marchés financiers sont déçus par certaines statistiques américaines Les marchés financiers sont déçus par certaines statistiques américaines 2 octobre 2015 Faits saillants États-Unis : une autre décevante création d emplois. États-Unis : l ISM manufacturier s approche

Plus en détail

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %.

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %. LE RAPPORTEUR PERSPECTIVES 2015 Le jeu des prévisions est inévitable et toujours très captivant. Toutefois, avec les années, nous avons appris à les mettre en perspective, particulièrement les prévisions

Plus en détail

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

La Banque nationale suisse surprend les marchés

La Banque nationale suisse surprend les marchés La Banque nationale suisse surprend les marchés 16 janvier 2015 Faits saillants États-Unis : baisse décevante des ventes au détail en décembre. États-Unis : les prix de l essence font diminuer l inflation,

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Quelques gains en attendant une véritable tendance haussière

Quelques gains en attendant une véritable tendance haussière Quelques gains en attendant une véritable tendance haussière 9 avril 1 Les principaux indices de prix des matières premières ont progressé de % à 9 % au cours du premier trimestre de 1 (graphique 1). Les

Plus en détail

Tourisme en bref Le point sur les marchés dans lesquels la CCT et ses partenaires sont actifs

Tourisme en bref Le point sur les marchés dans lesquels la CCT et ses partenaires sont actifs Tourisme en bref Le point sur les marchés dans lesquels la CCT et ses partenaires sont actifs www.canada.travel/entreprise Octobre Volume 1, numéro 1 Points saillants Le nombre d arrivées en provenance

Plus en détail

La dette des ménages canadiens demeure très élevée

La dette des ménages canadiens demeure très élevée 12 septembre 2014 La dette des ménages canadiens demeure très élevée Faits saillants États Unis : accélération bienvenue des ventes au détail. Forte hausse du crédit à la consommation en juillet aux États

Plus en détail

Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce

Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce souhaite familiariser les lecteurs du Merkur à l évolution

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Les perspectives économiques : La récession mondiale pèse lourd sur le Québec

Les perspectives économiques : La récession mondiale pèse lourd sur le Québec Les perspectives économiques : La récession mondiale pèse lourd sur le Québec Webémission des perspectives d affaires du Québec Lundi 19 janvier 2009 Pedro Antunes Directeur des prévisions nationales et

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

Projections économiques pour la Belgique

Projections économiques pour la Belgique Projections économiques pour la Belgique Décembre 215 Banque nationale de Belgique Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives et non commerciales

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

Points saillants. T3 2014 Octobre 2014. Titres à revenu fixe canadiens et américains. Actions canadiennes. Actions américaines

Points saillants. T3 2014 Octobre 2014. Titres à revenu fixe canadiens et américains. Actions canadiennes. Actions américaines Octobre 2014 Points saillants Titres à revenu fixe canadiens et américains Les marchés des titres à revenu fixe nord-américains ont inscrit de solides rendements au troisième trimestre de 2014, soutenus

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Les analystes révisent à la baisse leurs prévisions des bénéfices : les investisseurs devraient-ils s'inquiéter?

Les analystes révisent à la baisse leurs prévisions des bénéfices : les investisseurs devraient-ils s'inquiéter? 5 févrierr 2015 Les analystes révisent à la baisse leurs prévisions des bénéfices : les investisseurs devraient-ils s'inquiéter? Les marges bénéficiaires des entreprises ont enregistré une forte croissance

Plus en détail

Les taux d intérêt demeureront relativement bas

Les taux d intérêt demeureront relativement bas juin Les taux d intérêt demeureront relativement bas Faits saillants Après un hiver à oublier, l économie américaine envoie des signaux encourageants. L inflation se replace, mais la Banque du Canada demeure

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

Résultats des Portefeuilles Chorus II au 31 décembre 2013

Résultats des Portefeuilles Chorus II au 31 décembre 2013 Résultats des Portefeuilles Chorus II au 31 décembre 2013 Revue des marchés Rendements des indices année 2013 $145 $135 $125 Évolution de la valeur de 100 $ S&P 500 + 41,27 % MSCI + 26,93 % $115 TSX +

Plus en détail

Perspectives 2015 du marché de la revente. Par Paul Cardinal Directeur, Analyse du marché Fédération des chambres immobilières du Québec

Perspectives 2015 du marché de la revente. Par Paul Cardinal Directeur, Analyse du marché Fédération des chambres immobilières du Québec Bienvenue Perspectives 2015 du marché de la revente Par Paul Cardinal Directeur, Analyse du marché Fédération des chambres immobilières du Québec Plan de la présentation 1 2 3 4 Facteurs fondamentaux Prévisions

Plus en détail

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des 2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Prévisions économiques

Plus en détail

Letko, Brosseau & Associés Inc.

Letko, Brosseau & Associés Inc. Letko, Brosseau & Associés Inc. Perspectives sur la conjoncture économique et les marchés financiers Le FMI prévoit une amélioration de la croissance mondiale de 3,3 % cette année à 3,8 % en 2015 alimentée

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

Le point sur le pétrole

Le point sur le pétrole Clément Gignac V-P Principal et économiste en chef Le point sur le pétrole 10 février 2015 1 Mise en garde Les opinions exprimées dans cette présentation reposent sur les conditions de marché actuelles

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le jeudi 16 avril 2015 PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES 2015-2016 LA REPRISE QUI S ANNONCE La croissance est là en 2015 et 2016. Tous les freins qui pesaient sur elle se sont levés.

Plus en détail

Environnement Economique

Environnement Economique (Fond Commun de placement) Rapport semestriel (27 juin 2014-29 décembre 2014) Environnement Economique L année 2014 aura été une nouvelle année économiquement contrastée pendant laquelle les Etats-Unis

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 2012, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 2012, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER COMMENTAIRE Services économiques TD 13 février 13 LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 1, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER Faits saillants En 1, la dette des ménages canadiens

Plus en détail

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX Prix Panorama Evolution générale 2010 2014 De 2010 à 2014, l indice suisse des prix à la consommation (IPC) a reculé de 0,7%. Du côté des producteurs et importateurs, l indice des prix de l offre totale

Plus en détail

Tourisme en bref. Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires. Juin 2010 Volume 6, numéro 6. www.canada.travel/entreprise

Tourisme en bref. Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires. Juin 2010 Volume 6, numéro 6. www.canada.travel/entreprise Tourisme en bref Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires www.canada.travel/entreprise Juin Volume 6, numéro 6 Points saillants Grâce à une croissance économique soutenue, le nombre de voyageurs

Plus en détail

avril 2011 conjoncture internationale Succession de chocs conjoncture française Se comparer pour s améliorer Remontée de l emploi intérimaire

avril 2011 conjoncture internationale Succession de chocs conjoncture française Se comparer pour s améliorer Remontée de l emploi intérimaire avril 2011 N 314 la vie économique et sociale des infrastructures dévastées, Kesennuma, 25 mars 2011 conjoncture Succession de chocs conjoncture française Se comparer pour s améliorer emploi Remontée de

Plus en détail

Faits saillants - Région du Québec

Faits saillants - Région du Québec L e m a r c h É d e l h a b i t a t i o n PERSPECTIVES DU MARCHÉ DE L HABITATION Faits saillants - Région du S o c i é t é c a n a d i e n n e d h y p o t h è q u e s e t d e l o g e m e n t Date de diffusion

Plus en détail

n 3 0 0 M a i 2 0 1 5 Données générales sur la dette page 3

n 3 0 0 M a i 2 0 1 5 Données générales sur la dette page 3 BulletinMensuel Directeur de publication : Anthony Requin Rédaction : Agence France Trésor Disponible en français et en anglais n M a i h t t p : / / w w w. a f t. g o u v. f r B l o o m b e r g T R E

Plus en détail

Après neuf trimestres consécutifs de baisse du PIB, le dernier

Après neuf trimestres consécutifs de baisse du PIB, le dernier FICHE PAYS ITALIE : UNE LUEUR AU BOUT DU TUNNEL? Département analyse et prévision Après neuf trimestres consécutifs de baisse du PIB, le dernier trimestre de 2013 apporte une lueur d espoir à l Italie.

Plus en détail

Évolution et perspectives économiques

Évolution et perspectives économiques Évolution et perspectives économiques Chapitre 2 Évolution et perspectives économiques Faits saillants L économie canadienne a connu l une des meilleures performances parmi les pays du Groupe des Sept

Plus en détail

Baromètre FCIQ. du marché résidentiel. Région métropolitaine de Trois-Rivières. Faits saillants

Baromètre FCIQ. du marché résidentiel. Région métropolitaine de Trois-Rivières. Faits saillants Baromètre FCIQ Le du marché résidentiel Région métropolitaine de Trois-Rivières Faits saillants Rebond des ventes sur le marché immobilier résidentiel de Trois-Rivières au premier trimestre de 2014 record

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

PRÉVISIONS. Performances hôtelières 2014/2015 EDITION 2014

PRÉVISIONS. Performances hôtelières 2014/2015 EDITION 2014 EDITION 2014 Performances hôtelières 2014/2015 PRÉVISIONS 50, rue Dombasle 75015 Paris T. : +33 (0)1 56 56 87 87 F. : +33 (0)1 56 56 87 88 hcs@mkg-hospitality.com www.mkg-hospitality.com SOMMAIRE 1. Caractéristiques

Plus en détail

La baisse du marché résidentiel cède la place à la stabilité

La baisse du marché résidentiel cède la place à la stabilité février 1 La baisse du marché résidentiel cède la place à la stabilité La chute de la construction neuve et des ventes de propriétés existantes semble maintenant terminée au Québec. Le repli de,3 % des

Plus en détail

La stagnation japonaise

La stagnation japonaise La stagnation japonaise La chute des prix n en est que le symptôme 28 février 2011 Compte tenu des dernières augmentations des prix des matières premières, les investisseurs peuvent se poser des questions

Plus en détail

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1 L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 10 1.1 L environnement macroéconomique

Plus en détail

EDITION DE DECEMBRE 2015

EDITION DE DECEMBRE 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail @@@@@ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION @@@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES @@@@@ DIRECTION DE LA

Plus en détail