Table des matières. Page 1 sur 8 1. EXIGENCES TECHNIQUES LES TECHNOLOGIES D ARROSAGE À L EAU PRINCIPAUX CONSTRUCTEURS...

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Table des matières. Page 1 sur 8 1. EXIGENCES TECHNIQUES... 2 2. LES TECHNOLOGIES D ARROSAGE À L EAU... 3 3. PRINCIPAUX CONSTRUCTEURS..."

Transcription

1 Table des matières 1. EXIGENCES TECHNIQUES LES TECHNOLOGIES D ARROSAGE À L EAU PRINCIPAUX CONSTRUCTEURS RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES... 8 Page 1 sur 8

2 1. EXIGENCES TECHNIQUES Les exigences techniques à définir pour un système d arrosage à l eau sont la déclinaison des exigences techniques associés à la fonction de sécurité «maîtriser l incendie». Ces exigences techniques sont indiquées dans le document intitulé «détermination des fonctions de sécurité et de leurs exigences techniques identification des barrières techniques de sécurité thématique : entrepôts». Dans le document intitulé «Présentation de la méthodologie pour l identification des barrières techniques de sécurité et de leurs exigences techniques», l INERIS propose une grille permettant de définir les exigences techniques d éléments de sécurité. Cette grille est à adapter au dispositif étudié. Afin de définir des exigences techniques, il est possible de se reporter aux suivantes qui définissent des prescriptions techniques : - NFPA 15 (systèmes d'arrosage à eau) (Etats-Unis) - NFPA 16 (systèmes d'arrosage à eau et mousse) (Etats-Unis) - Règles de l'apsad (France) - Instruction ministérielle du 9 Novembre 1989 (France) - Arrêté du 10 mai 1993 (France) - Circulaire du 6 juillet 1990 (France) Page 2 sur 8

3 2. LES TECHNOLOGIES D ARROSAGE A L EAU Seules les installations fixes seront traitées ici puisque nous ne considérons pas les installations mobiles (lances, certains canons,...) comme des équipements de réservoir. Il existe aussi des installations semi-fixes qui ne seront pas détaillées, car elles sont du même type que les installations fixes à ceci près que leurs supports (canalisations,...) sont fixes mais que leur fonctionnement (alimentation en eau,...) nécessite une installation mobile ( camions,...). Le dispositif comprend classiquement les systèmes de détection et d'alarme, les réservoirs d'eau, les pompes, les vannes et les distributeurs d'eau. Le dispositif peut généralement être déclenché manuellement à partir d'un tableau de commande ou de façon automatique par des détecteurs pneumatiques de chaleur, des détecteurs électriques de flammes, de chaleur ou de fumées, ou par des détecteurs mécaniques. La réglementation impose que les réserves d'eau soient suffisantes pour assurer un débit donné pendant une période donnée (plusieurs heures). D'autre part les canalisations (dont la dimension a été judicieusement choisie) sont normalement vides afin d'éviter les problèmes liés au gel. Quand le système entre en fonctionnement, les vannes dites "vannes déluges" s'ouvrent (ou sont ouvertes) et l'eau est envoyée vers les pulvérisateurs qui la projettent sur la robe du réservoir. Le système de distribution de l'eau varie en fonction du type de réservoir, mais dans tous les cas il faut, avant de choisir le type de pulvérisateur, déterminer la taille des gouttes adaptée et le débit requis. Il faut aussi étudier la disposition et le nombre de pulvérisateurs nécessaires pour obtenir une répartition uniforme de l'eau. Page 3 sur 8

4 Pour les réservoirs cylindriques verticaux : L'arrosage est réalisé par une ou plusieurs couronnes comportant des pulvérisateurs arrosant le plus haut possible sur la robe, la partie à refroidir étant celle au-dessus du niveau du liquide (voir figure 1). Il existe plusieurs modèles de pulvérisateurs. La figure 2 illustre l'un d'eux. La réglementation fixe un débit de 15 l/min/m 2 de circonférence et impose que ces couronnes d'arrosage fixes soient mixtes de façon à permettre l'arrosage à l'eau en cas de feu voisin et le déversement de la solution moussante en cas de feu de cuvette. De plus elles doivent être séparément sectionnables du réseau d'eau et du réseau d'émulsion et sectionnables bac par bac depuis l'extérieur des cuvettes où sont situées les vannes de sectionnement. Dans le cas de grands réservoirs, il est utile de prévoir au moins deux montées alimentant chacune la couronne ou un secteur de celle-ci. figure 1 : protection d'un réservoir cylindrique vertical figure 2 : exemple de pulvérisateur Page 4 sur 8

5 Pour les sphères : L'arrosage peut se faire de deux manières : - Soit en utilisant des couronnes de pulvérisateurs (voir photo 1) parallèles à l'équateur de la sphère, reliées entre elles par un ou plusieurs méridiens. Cette technique est la plus ancienne mais présente quelques inconvénients : - Bouchage des pulvérisateurs et des rampes par les impuretés de l'eau utilisée et par l'effet de la corrosion interne. - Éloignement des pulvérisateurs de la paroi ce qui peut rendre les jets sensibles aux vents forts. - Coûts directs et d'entretien élevés. photo 1 : Couronnes de pulvérisateurs parallèles à l'équateur de la sphère Page 5 sur 8

6 - Soit en utilisant un système de déluge zénithal (voir figure 3) constitué par un tuyau débouchant à gueule bée sur le sommet de la sphère dans un réceptacle assurant une répartition correcte du film d'eau et la protection des dispositifs (soupapes,...) situés au zénith. Ce système est imbouchable, incongelable, peu sujet aux effets de vent et moins onéreux mais il faut bien s'assurer que le film n'est pas rompu par des imperfections de surface et en particulier qu'il ruisselle bien jusqu'à la base du réservoir (parfois, des pulvérisateurs sont ajoutés pour compenser cette carence). Pour les sphères de GPL, la réglementation fixe le débit d'arrosage à 10 l/min/m 2 de surface du conteneur. figure 3 : principe du système d'arrosage d'une sphère par déluge Pour les réservoirs cylindriques horizontaux : L'arrosage est réalisé par une ligne de pulvérisateurs coniques parallèle à la génératrice supérieure du réservoir. Parfois, on lui adjoint une ligne parallèle placée sous le réservoir. Pour tous ces types de réservoirs, on trouve aussi des canons fixes ou semi-fixes qui permettent l'arrosage depuis l'extérieur de la cuvette du réservoir. Remarque sur les rideaux d'eau Les rideaux d'eau ne sont pas des équipements anti-incendie à eau décrits précédemment et qui sont fixés directement sur les réservoirs, mais ils sont parfois utilisés en complément des dispositifs à eau. Il s'agit d'une projection de fines gouttelettes d'eau sur une certaine longueur avec une certaine largeur formant un écran. Ces écrans sont utilisés pour isoler thermiquement un équipement, confiner une éventuelle fuite gazeuse sous forme de nuage gazeux (sauf pour une fuite en pression) ou les fumées. Cependant une fuite en pression, Page 6 sur 8

7 les flammes, fumées et gaz chauds sont susceptibles de traverser le rideau. L'efficacité du rideau d'eau dépend de la hauteur du rideau, de sa largeur, de la pression d'eau et de la forme du pulvérisateur qui détermine la forme et la grosseur des gouttelettes. Les rideaux d'eau sont en général constitués par une ligne portante, des pulvérisateurs écrans plats ou "des queues de paon". (voir figure 4 et figure 5). Le débit prévu par la réglementation est (débit forfaitaire retenu par la direction de la Sécurité Civile) : l/min pour une longueur de 30 m l/min pour une longueur de 40 m Compte tenu de l importance des débits, une évacuation de l eau est d autre part nécessaire. a, b, c, d : pulvérisateurs figure 4 : rideau d'eau par pulvérisateur (vue du dessus) figure 5 : rideau d'eau par queue de paon Page 7 sur 8

8 3. PRINCIPAUX CONSTRUCTEURS Les coordonnées des principaux constructeurs sont les suivantes : - PROTEC FEU , rue de la Garene NANTERRE Cedex Tél : (1) MINIMAX GmbH Export Departement Industriestrasse 10/12 D BAD OLDESLOE ALLEMAGNE 4. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES [1]. Isabelle Vuidart Etude sur les équipements de réservoirs de stockages de liquides et de gaz liquéfiés INERIS 1996 Page 8 sur 8

SOMMAIRE. Présentation de l entreprise...p. 3. Proportionneur mélangeur en ligne...p. 4. Proportionneur mélangeur automatique...p.

SOMMAIRE. Présentation de l entreprise...p. 3. Proportionneur mélangeur en ligne...p. 4. Proportionneur mélangeur automatique...p. SOMMAIRE Présentation de l entreprise...p. 3 Proportionneur mélangeur en ligne...p. 4 Proportionneur mélangeur automatique...p. 6 Contrôleur de concentré...p. 7 Unité de stockage et de dosage...p. 8 Chambre

Plus en détail

Table des matières. Page 1 sur 9

Table des matières. Page 1 sur 9 Table des matières 1. PRÉSENTATION TECHNIQUE DU DISPOSITIF... 2 1.1. PRINCIPE... 2 1.1.1. Taux de foisonnement... 2 1.1.2. Émulseurs... 3 1.2. DIFFÉRENTS TYPES D ÉQUIPEMENTS ANTI-INCENDIE A MOUSSE... 4

Plus en détail

Table des matières. Page 1 sur 12

Table des matières. Page 1 sur 12 Table des matières 1. PRESENTATION TECHNIQUE DU DISPOSITIF... 2 1.1. DÉFINITION... 2 1.2. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES DIFFERENTS DISPOSITIFS... 3 2. EXIGENCES TECHNIQUES... 12 3. PRINCIPAUX CONSTRUCTEURS...

Plus en détail

Prescriptions relatives au montage d installations temporaires de gaz de pétrole liquéfié à l extérieur, dans des chalets et sous chapiteaux

Prescriptions relatives au montage d installations temporaires de gaz de pétrole liquéfié à l extérieur, dans des chalets et sous chapiteaux Note préliminaire : La norme NBN D 51-006 est d application et sert de document de base pour notre examen. Les prescriptions ci-après reprennent certains points de la NBN D 51-006. Cependant, dans un but

Plus en détail

CHAUFFE EAU INSTANTANE EXTRA PLAT - ECRAN LED DJS

CHAUFFE EAU INSTANTANE EXTRA PLAT - ECRAN LED DJS CHAUFFE EAU INSTANTANE EXTRA PLAT - ECRAN LED DJS Caractéristiques techniques Applications Tableau comparatif des puissances Installation Comparaison Chauffe eau Instantané et Ballon DJS France ZI Les

Plus en détail

"OPTION 2 FEUX VIFS " LAG 020 R LAG 024 R

OPTION 2 FEUX VIFS  LAG 020 R LAG 024 R "OPTION 2 FEUX VIFS " LAG 020 R LAG 024 R LAG 020 R - 024R - Ft 127_ - FR - Rév 01 - Modifié le : 01/06/2012 1/13 Sommaire FICHE TECHNIQUE, COTES ET DIMENSIONS 3 5 IMPLANTATION 7 RACCORDEMENT GAZ 8 CHANGEMENT

Plus en détail

GUIDE DE PRE-INSTALLATION

GUIDE DE PRE-INSTALLATION GUIDE DE PRE-INSTALLATION Guide de pré-installation Canal Bleu V2012-1.0 2 CONTACT 11 route de Seurre 21250 Pagny-Le-Château France Tél. + 33 (0)4 78 55 83 20 - Fax. +33 (0)3 80 36 35 92 www.aquadolce.fr

Plus en détail

Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie

Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie Patrick Haubrechts haubrechtsp@bluewin.ch L écologie n est ni une doctrine, ni une idéologie, c est une pratique. Page 1 de 15. recupeau.doc Modifié 16.11.2006

Plus en détail

Programme de Promotion de l Utilisation du Chauffe-eau Solaire en Tunisie

Programme de Promotion de l Utilisation du Chauffe-eau Solaire en Tunisie Programme de Promotion de l Utilisation du Chauffe-eau Solaire en Tunisie ANNEXE 1 Spécifications Techniques d admissibilité des chauffe-eau solaires au programme Page 1 sur 5 1- Admissibilité des chauffe-eau

Plus en détail

PRÉFECTURE DU VAL DE MARNE

PRÉFECTURE DU VAL DE MARNE PRÉFECTURE DU VAL DE MARNE DIRECTION DE LA RÉGLEMENTATION ET DE L ENVIRONNEMENT BUREAU DE L ENVIRONNEMENT ET DE LA PRÉVENTION DES RISQUES ARRÊTÉ n 2010/3749 du 9 février 2010 portant réglementation complémentaire

Plus en détail

GUIDE DE LECTURE DE LA REGLEMENTATION SUR LE STOCKAGE ET LE CHARGEMENT/ DECHARGEMENT DE LIQUIDES INFLAMMABLES PARTIE STOCKAGE (1432 A)

GUIDE DE LECTURE DE LA REGLEMENTATION SUR LE STOCKAGE ET LE CHARGEMENT/ DECHARGEMENT DE LIQUIDES INFLAMMABLES PARTIE STOCKAGE (1432 A) Page 1/7 Rapport 2011/01 - GUIDE DE LECTURE DE LA REGLEMENTATION 21/09/2011 Groupe d Étude de Sécurité des Industries Pétrolières et Chimiques GUIDE DE LECTURE DE LA REGLEMENTATION SUR LE STOCKAGE ET LE

Plus en détail

LA PROTECTION INCENDIE

LA PROTECTION INCENDIE Roger Cadiergues MémoCad ma35.a LA PROTECTION INCENDIE SOMMAIRE ma35.1. La protection incendie ma35.2. Les composants de la protection incendie ma35.3. L organisation du compartimentage ma35.4. Les concepts

Plus en détail

SECTION 12: FORMULE JAMES S. DENIS QUATRIÈME REVISION; METRIQUE 12.2 UNE METHODE UNIFORMISEE POUR LE DF-3

SECTION 12: FORMULE JAMES S. DENIS QUATRIÈME REVISION; METRIQUE 12.2 UNE METHODE UNIFORMISEE POUR LE DF-3 SECTION 12: FORMULE JAMES S. DENIS QUATRIÈME REVISION; METRIQUE 12.2 UNE METHODE UNIFORMISEE POUR LE DF-3 MESURAGE DES QUANTITES D'ISOLANT INDUSTRIEL A INSTALLER 12.3 TABLE DE CONVERSION POUR LES RACCORDS

Plus en détail

CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE. Publié par : Le Directeur général Date de révision : mai 1998 Original : anglais EQUIPEMENTS SOUS PRESSION

CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE. Publié par : Le Directeur général Date de révision : mai 1998 Original : anglais EQUIPEMENTS SOUS PRESSION CERN CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE EDMS 335727 D 2 Rev.2 Publié par : Le Directeur général Date de révision : mai 1998 Original : anglais EQUIPEMENTS SOUS PRESSION 1 BASE JURIDIQUE Le présent Code est publié

Plus en détail

6.9 Produire de l'eau chaude

6.9 Produire de l'eau chaude 6.9 Produire de l'eau chaude Liste de matériel COUPE-TUBES Un modèle à alésoir vous permet d ébarber l intérieur du tube raccourci. COLLE PVC La colle pour PVC rigide s applique en général à l aide d un

Plus en détail

Rittal Mini-salle informatique Coffres-forts modulaires

Rittal Mini-salle informatique Coffres-forts modulaires Rittal Mini-salle informatique Coffres-forts modulaires Atouts puissants pour sécurité maximale Les acquis garants de votre tranquilité : Efficience énergétique de la climatisation grâce au refroidissement

Plus en détail

Manuel d utilisation des chauffe-eau solaires

Manuel d utilisation des chauffe-eau solaires Manuel d utilisation des chauffe-eau solaires 1. Qu'est-ce qu'un chauffe-eau solaire? Le chauffe-eau solaire se substitue aux chauffe-eau électriques et chauffe-eau à gaz pour permettre aux occupants d'un

Plus en détail

Planifier son manège extérieur

Planifier son manège extérieur Planifier son manège extérieur Par Renel Paquin et Yves Choinière, ingénieur et agronome Préparation des couches successives à partir du terrain naturel, base compactée et surface meuble pour l'entraînement.

Plus en détail

Remplissage d installations à sondes géothermiques

Remplissage d installations à sondes géothermiques Août 2014 ImmoClimat Suisse Remplissage d installations à sondes géothermiques 2 ImmoClimat Suisse Sommaire 1. Points importants pour le remplissage d installations à sondes géothermiques 1.1. Impuretés

Plus en détail

Systèmes de pression d eau 2.9 et 3.5 et 5.2 montés sur un moteur à courant continu de 12/24 V

Systèmes de pression d eau 2.9 et 3.5 et 5.2 montés sur un moteur à courant continu de 12/24 V Systèmes de pression d eau 2.9 et 3.5 et 5.2 montés sur un moteur à courant continu de 12/24 V Applications typiques Les systèmes WPS 3.5/5.2 UNO et WPS 2.9/3.5 UNO MAX sont des pompes volumétriques à

Plus en détail

Réseaux Eau Potable et Gaz

Réseaux Eau Potable et Gaz Réseaux Eau Potable et Gaz Réseaux d eau potable CouronneetbarrePEHD...p.154 Raccords serrage extérieur laiton ISIFLO pour PEHD...p.156 Vannesàtournantsphériquelaiton...p.156 Abri et couvercle de compteur

Plus en détail

POSE DES CAPTEURS P.1/9. AJ TECH rue du pays blanc 44 350 St MOLF Tel : 02 40 62 55 40 Fax : 02 40 62 55 45 e-mail : aj-tech@wanadoo.

POSE DES CAPTEURS P.1/9. AJ TECH rue du pays blanc 44 350 St MOLF Tel : 02 40 62 55 40 Fax : 02 40 62 55 45 e-mail : aj-tech@wanadoo. POSE DES CAPTEURS HORIZONTAUX ET VERTICAUX AJ TECH rue du pays blanc 44 350 St MOLF Tel : 02 40 62 55 40 Fax : 02 40 62 55 45 e-mail : aj-tech@wanadoo.fr P.1/9 SOMMAIRE CONCEPTION... 3 PROFONDEUR D ENFOUISSEMENT

Plus en détail

Systèmes Solaires Thermiques

Systèmes Solaires Thermiques Systèmes Solaires Thermiques Sommaire Systèmes Solaires Thermiques TARIF Capteur Heliostar 252 S4 > > Capteur & accessoires... 124 Capteur Piscine HELIOPOOL > > Capteur & fixations...127 Régulation solaire

Plus en détail

Mode d emploi. Refroidissement à air Refroidisseur RA-E Les modèles électriques ciselé : 10, 20, 30, 40, 65, 80, 120, 160, 200 en 250

Mode d emploi. Refroidissement à air Refroidisseur RA-E Les modèles électriques ciselé : 10, 20, 30, 40, 65, 80, 120, 160, 200 en 250 Mode d emploi Refroidissement à air Refroidisseur RA-E Les modèles électriques ciselé : 10, 20, 30, 40, 65, 80, 120, 160, 200 en 250 Wittewalle 2 B-9041 België Tel: 09 251 79 79 Fax: 09 251 78 77 e-mail:

Plus en détail

A-101 Système de suppression d incendie Modèles 10, 20, 30, 125, 250

A-101 Système de suppression d incendie Modèles 10, 20, 30, 125, 250 A-101 Système de suppression d incendie Modèles 10, 20, 30, 125, 250 Application Le système de suppression d incendie A-101 Ansul est un système de suppression d incendie automatique ou manuel utilisant

Plus en détail

Contexte. Quelle démarche pour vous raccorder à notre réseau de transport de gaz naturel?

Contexte. Quelle démarche pour vous raccorder à notre réseau de transport de gaz naturel? Quelle démarche pour vous raccorder à notre réseau de transport de gaz naturel? 1.0 1 er mars 2010 1 er mars 2010 Création Page 2 sur 8 Sommaire 1 VOTRE PROJET... 3 2 NOTRE RESEAU... 3 3 CONTACTS... 4

Plus en détail

PREAMBULE : Prescriptions générales relatives à la qualité de l eau

PREAMBULE : Prescriptions générales relatives à la qualité de l eau PRESCRIPTIONS GÉNÉRALES ET TECHNIQUES NÉCESSAIRES A L INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU DANS LES IMMEUBLES COLLECTIFS D HABITATION ET LES ENSEMBLES IMMOBILIERS DE LOGEMENTS Conformément

Plus en détail

Systèmes d extinction d incendie VSN 1230. Lutte contre l incendie avec Novec 1230 de 3M

Systèmes d extinction d incendie VSN 1230. Lutte contre l incendie avec Novec 1230 de 3M Systèmes d extinction d incendie VSN 1230 Lutte contre l incendie avec Novec 1230 de 3M Protection incendie Efficace et compact Les systèmes d extinction d incendie VSN 1230 luttent contre les incendies

Plus en détail

Réf. : 3478F - 4.33 / a - 02.01. BIOSANIT Stations de relevage pour eaux usées. Installation et maintenance

Réf. : 3478F - 4.33 / a - 02.01. BIOSANIT Stations de relevage pour eaux usées. Installation et maintenance Cette notice doit être transmise à l utilisateur final Installation et maintenance SOMMAIRE 1 - GÉNÉRALITES...5 2 - UTILISATION...5 3 - CARACTÉRISTIQUES...5 4 - MANUTENTION...5 5 - STOCKAGE...5 6 - INSTALLATION...5

Plus en détail

VAPADISC 6600. Humidificateur d air centrifuge. Manuel d installation & d utilisation

VAPADISC 6600. Humidificateur d air centrifuge. Manuel d installation & d utilisation VAPADISC 6600 Humidificateur d air centrifuge Manuel d installation & d utilisation Attention : Lire attentivement les instructions d installation pour garantir une utilisation en toute sécurité. Suivre

Plus en détail

Association d installations d'extinction à eau et d installations d évacuation de fumée et de chaleur

Association d installations d'extinction à eau et d installations d évacuation de fumée et de chaleur Association d installations d'extinction à eau et d installations d évacuation de 1 Objectifs de la protection incendie La protection incendie a pour objet de préserver des intérêts divers, tels que la

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DES EVENTS VIS-A-VIS DU PHENOMENE DE PRESSURISATION D'UN BAC PRIS DANS UN INCENDIE

DIMENSIONNEMENT DES EVENTS VIS-A-VIS DU PHENOMENE DE PRESSURISATION D'UN BAC PRIS DANS UN INCENDIE DIMENSIONNEMENT DES EVENTS VIS-A-VIS DU PHENOMENE DE PRESSURISATION D'UN BAC PRIS DANS UN INCENDIE Le dimensionnement des évents vis-à-vis du phénomène de pressurisation d un bac dans un incendie a été

Plus en détail

Tableau 5 : Tableau de l'inventaire des matériels et matériaux pour le gaz conventionnel

Tableau 5 : Tableau de l'inventaire des matériels et matériaux pour le gaz conventionnel Tableau 5 : Tableau de l'inventaire des matériels et matériaux pour le gaz conventionnel Etapes Préparation du site Aménagement du site Estimation de la quantité de biomasse végétale humide retirée Géomembrane

Plus en détail

CLIC DÉPOT SARA DDC 15 Janvier 2010. date 2009. 1

CLIC DÉPOT SARA DDC 15 Janvier 2010. date 2009. 1 CLIC DÉPOT SARA DDC 15 Janvier 2010 date 2009. 1 CLIC DÉPOT SARA DDC 15 Janvier 2010 Présentation Générale du dépôt Présentation des Installations et Activités du dépôt Actions réalisées et Coûts associés

Plus en détail

LA NOUVELLE SOLUTION PANASONIC POUR LA PRODUCTION D'EAU GLACÉE ET D'EAU CHAUDE!

LA NOUVELLE SOLUTION PANASONIC POUR LA PRODUCTION D'EAU GLACÉE ET D'EAU CHAUDE! LA NOUVELLE SOLUTION PANASONIC POUR LA PRODUCTION D'EAU GLACÉE ET D'EAU CHAUDE! DE 28 kw à 80 kw Principaux avantages : - Un seul groupe pour une puissance jusqu à 80kw en GHP et 51,3kW en ECOi - Plusieurs

Plus en détail

Interventions sur les véhicules à gaz. Généralités relatives aux véhicules à gaz. Gaz pour véhicule

Interventions sur les véhicules à gaz. Généralités relatives aux véhicules à gaz. Gaz pour véhicule Généralités relatives aux véhicules à gaz Généralités relatives aux véhicules à gaz Véhicules à gaz est un nom collectif désignant les véhicules roulant au gaz pour véhicule. Le gaz pour véhicule est constitué

Plus en détail

Détecteurs de fuites capacitifs, système Leckmaster

Détecteurs de fuites capacitifs, système Leckmaster Détecteurs de fuites capacitifs, système Leckmaster avec capteur et relais JOLA SARL CD 63 67116 REICHSTETT France Tél. +33 (0)4 76 06 40 89 Fax +33 (0)4 76 37 60 54 www.jola.fr F-1 31-6-0 Table des matières

Plus en détail

"NP" & "RG" AIRFLO. Brûleur en veine d air

NP & RG AIRFLO. Brûleur en veine d air "NP" & "RG" AIRFLO Brûleur en veine d air Brûleurs en veine d air - NP & RG AIRFLO 4-21.5-1 Pour des applications de chauffage d air frais en direct Fonctionnement économique (100 % de rendement thermique)

Plus en détail

INFORMATIONS TECHNIQUE QN 2013

INFORMATIONS TECHNIQUE QN 2013 INFORMATIONS TECHNIQUE QN 2013 Systèmes de refroidissement CALDYN Apparatebau GmbH PRINCIPE Les installations de refroidissement utilisent des appareils d atomisation pour générer de fines gouttelettes

Plus en détail

Chaudière à condensation à gaz murale ROTEX. Chaudement recommandée pour son fonctionnement efficace, sûr et économique.

Chaudière à condensation à gaz murale ROTEX. Chaudement recommandée pour son fonctionnement efficace, sûr et économique. Chaudière à condensation à gaz murale ROTEX Chaudement recommandée pour son fonctionnement efficace, sûr et économique. Chaudière à condensation à gaz murale ROTEX «Nous n'entendons quasiment pas notre

Plus en détail

La pompe à chaleur : une technique de chauffage d'actualité

La pompe à chaleur : une technique de chauffage d'actualité La pompe à chaleur : une technique de chauffage d'actualité La récente augmentation de prix du fuel domestique et les primes octroyées par les compagnies d'électricité et, dans certains cas, par les régions,

Plus en détail

Halte aux pollutions liées à des écoulements de carburant diesel dans les domaines agricoles

Halte aux pollutions liées à des écoulements de carburant diesel dans les domaines agricoles Service des eaux, sols et assainissement Rue du Valentin 10 1014 Lausanne Halte aux pollutions liées à des écoulements de carburant diesel dans les domaines agricoles La plupart des domaines agricoles

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse. Nicolas Merigeau NewCap. Tél. : 01 44 71 94 98 nmerigeau@newcap.fr

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse. Nicolas Merigeau NewCap. Tél. : 01 44 71 94 98 nmerigeau@newcap.fr DOSSIER DE PRESSE COGENTEC, http://www.cogentec.fr, entreprise française spécialisée dans la distribution de solutions de cogénération pour les particuliers et les professionnels, annonce aujourd hui le

Plus en détail

CREDIT MUNICIPAL DE PARIS

CREDIT MUNICIPAL DE PARIS MAÎTRE DE L OUVRAGE CREDIT MUNICIPAL DE 75004 - OPERATION AMENAGEMENT DE DEUX SALLES INFORMATIQUES DOCUMENT CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) LOT 8 TRAVAUX DE CLIMATISATION DOSSIER

Plus en détail

Orientation professionnelle Plombier monteur en installation eau et gaz

Orientation professionnelle Plombier monteur en installation eau et gaz 0 Orientation professionnelle Plombier monteur en installation eau et gaz Date: 1-8 Elève 1. Titre de l' U.E. : 2. Matière / Classe : Pratique de l'atelier, 2 ème année de formation 3. Thèmes des séquences

Plus en détail

Buses de pulvérisation à cône plein

Buses de pulvérisation à cône plein Absorption Génie chimique Condensation de chlore gazeux Nettoyage Refroidissement Désurchauffe de vapeur Dépoussiérage Protection incendie Abattage de mousse Traitement de gaz Pulvérisation sur matelas

Plus en détail

www.arcacaldaie.com Chaudières gaz au sol

www.arcacaldaie.com Chaudières gaz au sol www.arcacaldaie.com Chaudières gaz au sol 120 120 C Les solutions innovantes adoptées par Arca pour les nouvelles chaudières PIXELFast 120, offrent aux clients des prestations très élevées, soit pour la

Plus en détail

les dossiers du Loss Prevention Unit

les dossiers du Loss Prevention Unit les dossiers du Loss Prevention Unit la production de biogaz associée à la cogénération réinventons l assurance La production de biogaz associée à la production d énergie par cogénération. Qu est-ce que

Plus en détail

Ventilation naturelle de confort thermique

Ventilation naturelle de confort thermique d habitation Fiche d application : Ventilation naturelle de confort thermique Date Modification Version 04/02/2010 Document de travail pour la réunion de consultation des professionnels du 05/02/10 à St

Plus en détail

Ballon solaire raccordé sur une pompe à chaleur

Ballon solaire raccordé sur une pompe à chaleur Ballon solaire raccordé sur une pompe à chaleur OPTION SOLAIRE Nouveau ballon solaire autovidangeable : Plus performant grâce à : - une meilleure isolation, - une meilleure stratification dans le ballon,

Plus en détail

CHOIX ET IMPLANTATION DU MATERIEL INCENDIE

CHOIX ET IMPLANTATION DU MATERIEL INCENDIE CHOIX ET IMPLANTATION DU MATERIEL INCENDIE 1. Détecteurs automatiques ponctuels 1.1 Choix L objectif principal du choix judicieux d un type de détecteur est d obtenir une détection précoce et sûre d un

Plus en détail

Itho Daalderop Chauffe-eau solaires et capteurs solaires. Catalogue

Itho Daalderop Chauffe-eau solaires et capteurs solaires. Catalogue Itho Daalderop Chauffe-eau solaires et capteurs solaires Catalogue 2 Les chauffe-eau solaires Itho Daalderop propose deux modèles de chauffe-eau solaires, le Solior et le Préchauffeur. Le Solior est un

Plus en détail

CONSTRUCTION D UNE ECOLE MATERNELLE ET D UN SATELLITE DE RESTAURATION A AMIENS (80) DCE NOTICE DE SECURITE

CONSTRUCTION D UNE ECOLE MATERNELLE ET D UN SATELLITE DE RESTAURATION A AMIENS (80) DCE NOTICE DE SECURITE CONSTRUCTION D UNE ECOLE MATERNELLE ET D UN SATELLITE DE RESTAURATION A AMIENS (80) DCE NOTICE DE SECURITE Révision : 3 Date : JUIN 2010 BETOM ingénierie Notice de Sécurité Page 2/9 S O M M A I R E 1.

Plus en détail

CCH 2004-01. CAHIER DES CHARGES AFG Novembre 2006

CCH 2004-01. CAHIER DES CHARGES AFG Novembre 2006 CAHIER DES CHARGES AFG Novembre 2006 Edition : 3 Dispositifs indémontables robinet de sécurité à obturation automatique intégrée / tuyau flexible métallique onduleux XP E 29-140 / NF D 36-121 Sommaire

Plus en détail

Dossier Technique de l Assainissement Non Collectif

Dossier Technique de l Assainissement Non Collectif Dossier Technique de l Assainissement Non Collectif Quelques conseils simples pour bien choisir, implanter et dimensionner votre installation L objectif est de mettre en place une installation permettant

Plus en détail

NOTE DE CALCUL ASSAINISSEMENT LOTISSEMENT «LE DOMAINE D'ADDIE» Commune de SAINT-MAIXANT

NOTE DE CALCUL ASSAINISSEMENT LOTISSEMENT «LE DOMAINE D'ADDIE» Commune de SAINT-MAIXANT NOTE DE CALCUL ASSAINISSEMENT LOTISSEMENT «LE DOMAINE D'ADDIE» Maître d'ouvrage : 57 avenue Léon Blum - 33700 MERIGNAC Maître d'œuvre : SELARL ABAC Géomètres-Experts BP 30253 - ZI DUMES 33 212 LANGON CEDEX

Plus en détail

BARGE DE POMPAGE DE FORTE CAPACITE

BARGE DE POMPAGE DE FORTE CAPACITE Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris BARGE DE POMPAGE DE FORTE CAPACITE Avril 2009 > Sommaire 1. Historique de la préétude 2. Cahier des charges 3. Coque 4. Moyens de pompage 5. Propulsion 6. Autoprotection

Plus en détail

FABRICANT DE PIÈCES D ISOLANTS

FABRICANT DE PIÈCES D ISOLANTS FABRICANT DE PIÈCES D ISOLANTS L ENTREPRISE Polybrand inc. est le distributeur et fabricant le plus diversifié de l'est du Canada, en matière de transformation de produits isolants rigides. Son usine moderne

Plus en détail

Dossier Technique #1 Les Mousses Extinctrices

Dossier Technique #1 Les Mousses Extinctrices Dossier Technique #1 Les Mousses Extinctrices INDEX Défintion Moyens et Mise en oeuvre Action Anti feu Cas d Emploi Classique de la mousse Le taux d application Classification des Emulseurs Viscosité Foisonnement

Plus en détail

Techniques de pulvérisation. Phytofar 2012-2013

Techniques de pulvérisation. Phytofar 2012-2013 Techniques de pulvérisation Phytofar 2012-2013 Objectif de la pulvérisation Atteindre une (ou plusieurs) cible(s) avec un (ou plusieurs) produit(s) Insecte Adventice Plante ou partie de la plante cultivée

Plus en détail

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 15 décembre 2015

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 15 décembre 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 15 décembre 2015 N/Réf. : CODEP-CAE-2015-046250 Monsieur le Directeur de l établissement AREVA NC de La Hague 50 444 BEAUMONT-HAGUE CEDEX

Plus en détail

À LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE REMPLIR LE FORMULAIRE ET DE L ENVOYER

À LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE REMPLIR LE FORMULAIRE ET DE L ENVOYER Ministère de l'environnement Instructions pour remplir un formulaire de classification d un sous-réseau résidentiel municipal de distribution d eau ou de distribution et d approvisionnement À LIRE ATTENTIVEMENT

Plus en détail

SCHEMA DIRECTEUR DE L ALIMENTATION EN EAU POTABLE. Prédiagnostic des ouvrages

SCHEMA DIRECTEUR DE L ALIMENTATION EN EAU POTABLE. Prédiagnostic des ouvrages DEPARTEMENT DE LA HAUTE SAVOIE COMMUNE D ARACHES-LA-FRASSE SCHEMA DIRECTEUR DE L ALIMENTATION EN EAU POTABLE Prédiagnostic des ouvrages SOMMAIRE Localisation des principaux ouvrages...4 Schéma altimétrique

Plus en détail

Le vrai filtre Bernoulli Design Suédois par Bernoulli System

Le vrai filtre Bernoulli Design Suédois par Bernoulli System Le vrai filtre Bernoulli Design Suédois par Bernoulli System Un phenomene p L e n t r e p r i s e L entreprise, Bernoulli System AB fut la première à exploiter le principe de Bernoulli pour la filtration

Plus en détail

One Seven Systèmes fixes

One Seven Systèmes fixes One Seven Systèmes fixes Le concept du système One Seven 20 ans de R&D ont permis à One Seven de transformer un principe d extinction exploité imparfaitement pendant presque 100 ans en une technologie

Plus en détail

6.3.1.1 Le présent chapitre s applique aux emballages pour le transport des matières infectieuses de la catégorie A.

6.3.1.1 Le présent chapitre s applique aux emballages pour le transport des matières infectieuses de la catégorie A. 6.3.1 Généralités Chapitre 6.3 Prescriptions relatives à la construction des emballages pour les matières infectieuses (Catégorie A) de la classe 6.2 et aux épreuves qu ils doivent subir NOTA. Les prescriptions

Plus en détail

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée REGULATION 1/9 I. Présentation 1. Structure d'un système asservi L'objectif d'un système automatisé étant de remplacer l'homme dans une tâche, nous allons pour établir la structure d'un système automatisé

Plus en détail

Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires

Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires L atteinte des objectifs d économie d énergie et de réduction des gaz à effet de serre doit passer par l installation d équipements performants,

Plus en détail

AWm Central. Module hydraulique. Guide de l'utilisateur. N d'art. 12995 Version : 1.0

AWm Central. Module hydraulique. Guide de l'utilisateur. N d'art. 12995 Version : 1.0 AWm Central Module hydraulique Guide de l'utilisateur N d'art. 12995 Version : 1.0 Guide de l'utilisateur Module hydraulique AWm Central Buderus 05/2007 Numéro d'article : 12995 Version 1.0 Copyright 2007.

Plus en détail

ACCONA INSTRUCTIONS GENERALES PRECAUTIONS D'EMPLOI COMPOSITION

ACCONA INSTRUCTIONS GENERALES PRECAUTIONS D'EMPLOI COMPOSITION Notice de Pose et d'utilisation Gamme ACCONA INSTRUCTIONS GENERALES AVANT L'INSTALLATION ET L'UTILISATION NOUS VOUS REMERCIONS DE LIRE ATTENTIVEMENT CETTE NOTICE RESPECTER LES PRESCRIPTIONS SUIVANTES:

Plus en détail

PHOTO DU PRODUIT. Radiateur sèche-serviettes électrique Jani chromé NOTICE D UTILISATION ET CONSEILS DE MONTAGE

PHOTO DU PRODUIT. Radiateur sèche-serviettes électrique Jani chromé NOTICE D UTILISATION ET CONSEILS DE MONTAGE PHOTO DU PRODUIT Radiateur sèche-serviettes électrique Jani chromé NOTICE D UTILISATION ET CONSEILS DE MONTAGE Nous vous recommandons de lire attentivement la notice d emploi avant d utiliser votre radiateur

Plus en détail

Procédure sur l utilisation sécuritaire de l azote liquide

Procédure sur l utilisation sécuritaire de l azote liquide Émise le : 12 septembre 2008 Secteur santé et sécurité du travail et Service de sécurité et prévention PROCÉDURE DE TRAVAIL Procédure sur l utilisation sécuritaire de l azote liquide 1. Objet : Cette procédure

Plus en détail

Notice d'installation et d'utilisation

Notice d'installation et d'utilisation 1 4 3 5 2 Balnéothérapie "silence" Notice d'installation et d'utilisation OPTION TABLIER x 2 x 2 x 2 x 4 x 3 x 2 x 3 x 2 Matériel à prévoir (non fourni) tasseaux largeur baignoire longueur baignoire eau

Plus en détail

CEA MARCOULE - ATALANTE (INB n 148) Installation DELOS Procédé de minéralisation par oxydation hydrothermale (OHT)

CEA MARCOULE - ATALANTE (INB n 148) Installation DELOS Procédé de minéralisation par oxydation hydrothermale (OHT) Fontenay-aux-Roses, le 29 mars 2013 Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire Avis IRSN n 2013-00120 Objet : CEA MARCOULE - ATALANTE (INB n 148) Installation DELOS Procédé de minéralisation

Plus en détail

Le crédit d'impôt dédié au développement durable (économies d'énergie, énergies renouvelables). DGEC-SC

Le crédit d'impôt dédié au développement durable (économies d'énergie, énergies renouvelables). DGEC-SC Le crédit d'impôt dédié au développement durable (économies d'énergie, énergies renouvelables). DGEC-SC Avertissement : le document ci-après a été rédigé pour apporter une aide aux lecteurs pour une meilleure

Plus en détail

A1 BO. Chaudière fioul au sol à haute efficacité énergétique. 15 ans. Une efficacité maximale pour tous les types de fioul. 30% A + XL A ++ Garantie

A1 BO. Chaudière fioul au sol à haute efficacité énergétique. 15 ans. Une efficacité maximale pour tous les types de fioul. 30% A + XL A ++ Garantie Chaudière fioul au sol à haute efficacité énergétique A1 BO Garantie 15 ans corps de chauffe - ÉLIGIBLE 30% - SC R É D IT S D I M P ÔT Une efficacité maximale pour tous les types de fioul. Efficacité énergétique

Plus en détail

Le cycle du rendement se résume en 3 phases :

Le cycle du rendement se résume en 3 phases : TOURS DE REFROIDISSEMENT Le problème de la perte de rendement Les utilisateurs de tours de refroidissement connaissent bien le phénomène de leur diminution de rendement; l'aggravation est presque certaine,

Plus en détail

EAUX : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS

EAUX : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS Service : Microbiologie Méthode technique Mise en service de la première version : Mise en application de cette version : EAUX : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS Rédaction : BLETTNER.C

Plus en détail

supérieure à 36 kva et inférieure à 250 kva

supérieure à 36 kva et inférieure à 250 kva Conditions de Raccordement d'un consommateur individuel au RPD Basse Tension pour une puissance supérieure à 36 kva et inférieure à 250 kva Résumé Ce modèle présente les conditions techniques, les types

Plus en détail

CHAMBRES FROIDES (équipements pour...)

CHAMBRES FROIDES (équipements pour...) CHAMBRES FROIDES (équipements pour...) Nous proposons des équipements pour chambres froides comprenant le matériel nécessaire pour la protection du sol de la chambre froide, les équipements de sécurité

Plus en détail

PROTECTION CATHODIQUE DES CANALISATIONS EN ACIER SOMMAIRE 1. OBJET DU CAHIER DES CHARGES 2 2. DOMAINE D APPLICATION 2 3. NORMES DE REFERENCE 2

PROTECTION CATHODIQUE DES CANALISATIONS EN ACIER SOMMAIRE 1. OBJET DU CAHIER DES CHARGES 2 2. DOMAINE D APPLICATION 2 3. NORMES DE REFERENCE 2 CAHIER DES CHARGES AFG PROTECTION CATHODIQUE DES CANALISATIONS EN ACIER RSDG 13.1 Rev. 2 Juillet 2013 SOMMAIRE 1. OBJET DU CAHIER DES CHARGES 2 2. DOMAINE D APPLICATION 2 3. NORMES DE REFERENCE 2 4. CANALISATIONS

Plus en détail

Phase avant-projet : coordination des conceptions structurale et architecturale pour les bâtiments multiétagés à ossature en acier

Phase avant-projet : coordination des conceptions structurale et architecturale pour les bâtiments multiétagés à ossature en acier Phase avant-projet : coordination des conceptions structurale et architecturale pour les bâtiments multiétagés à ossature en acier Fournit des informations nécessaires à la prise de décisions efficaces

Plus en détail

LE CIRCUIT DE REFROIDISSEMENT DÉFINITION :

LE CIRCUIT DE REFROIDISSEMENT DÉFINITION : Page 1 sur 7 LE CIRCUIT DE REFROIDISSEMENT DÉFINITION : Circuit fermé dans le but d'évacuer des calories créées sous forme de chaleur. Le plus souvent, il s agit d eau avec un additif permettant d augmenter

Plus en détail

aurostep Chauffe-Eau Solaire Individuel (CESI) à vidange automatique des capteurs

aurostep Chauffe-Eau Solaire Individuel (CESI) à vidange automatique des capteurs aurostep Chauffe-Eau Solaire Individuel (CESI) à vidange automatique des capteurs Premier pas vers le solaire... aurostep : le solaire en toute confiance! Les Chauffe Eau Solaire Individuel aurostep figurent

Plus en détail

LES CHAUDIÈRES À BÛCHES

LES CHAUDIÈRES À BÛCHES LES CHAUDIÈRES À BÛCHES Descriptif de la technologie Ce sont les appareils qui permettent de tirer le meilleur parti du bois. On trouve aujourd'hui sur le marché différents types de chaudières à bûches

Plus en détail

LUTTE CONTRE L'INCENDIE

LUTTE CONTRE L'INCENDIE Chapitre 30 LUTTE CONTRE L'INCENDIE Ce chapitre traite des événements qui pourraient résulter d'écoulement des cargaisons et des procédures qui peuvent être adoptées pour protéger la vie et les biens dans

Plus en détail

HYDRO MATERIELS. Comment réduire vos consommations d eau dans l habitat

HYDRO MATERIELS. Comment réduire vos consommations d eau dans l habitat Energie et environnement En Franche Comté MATERIELS HYDRO YDRO-ECONOMES Comment réduire vos consommations d eau dans l habitat Version 1 AJENA Espace inf eau 28 boulevard Gambetta BP 30149 39 004 LONS

Plus en détail

OPTIONS DE RÉSEAU DE DISTRIBUTION. réseau. aérosouterrain. En collaboration avec :

OPTIONS DE RÉSEAU DE DISTRIBUTION. réseau. aérosouterrain. En collaboration avec : OPTIONS DE RÉSEAU DE DISTRIBUTION réseau aérosouterrain En collaboration avec : réseau aérosouterrain Le réseau aérosouterrain est un compromis avantageux entre des lignes aériennes et un réseau souterrain.

Plus en détail

STAGE OUVRIER ST1. Annexes complémentaires

STAGE OUVRIER ST1. Annexes complémentaires STAGE OUVRIER ST1 Annexes complémentaires Annexe du rapport de stage ST1 1 ANNEXES TECHNIQUES Alunni Système utilisant le solaire et une chaudière d'appoint pour le système de chauffage Sierre Energie

Plus en détail

Réorganisation et Extension du groupe scolaire À BRETTEVILLE SUR ODON

Réorganisation et Extension du groupe scolaire À BRETTEVILLE SUR ODON Réorganisation et Extension du groupe scolaire À BRETTEVILLE SUR ODON NOVEMBRE 2014 Maîtrise d ouvrage MAIRIE DE BRETTEVILLE SUR ODON Avenue de Woodbury 14 760 Bretteville sur Odon Maîtrise d œuvre L2

Plus en détail

Chapitre 4 - Validation de la méthodologie d aide à la réflexion. 4.2 Le dépôt pétrolier

Chapitre 4 - Validation de la méthodologie d aide à la réflexion. 4.2 Le dépôt pétrolier 4.2 Le dépôt pétrolier 4.2.1. Généralités Le DPRS est installé sur une zone qui accueillait jadis, jusqu aux années 1950, un important réseau de voies de chemin de fer qui servaient au chargement des wagons

Plus en détail

RAPPORT DÉFINITIF DE SÛRETÉ CHAPITRE : 4 - RAPPORT STANDARD - SECTION : 3.3

RAPPORT DÉFINITIF DE SÛRETÉ CHAPITRE : 4 - RAPPORT STANDARD - SECTION : 3.3 - RAPPORT STANDARD - SECTION : 3.3 Palier 1300 MWe Edition VD2 PAGE : 1 III-4.3.3. Accidents de fréquence très faible - Conditions de fonctionnement de catégorie 3 SOMMAIRE III-4.3.3.1. Perte de réfrigérant

Plus en détail

Réservoirs hydrophores, plastiques, contrôleurs

Réservoirs hydrophores, plastiques, contrôleurs Réservoirs hydrophores, plastiques, contrôleurs La réalisation et la maintenance de groupes hydrophores ou de groupes de surpression font partie de nos domaines de compétences. Nous nous efforçons d utiliser

Plus en détail

1 - DEBITMETRE A ORGANE DEPRIMOGENE

1 - DEBITMETRE A ORGANE DEPRIMOGENE 1 - DEBITMETRE A ORGANE DEPRIMOGENE Il s agit de créer au sein de la canalisation une restriction localisée de la section (ou constriction) qui engendrera une différence de pression statique dont la mesure

Plus en détail

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération GUIDE DU FROID Date : 01/2008 Rév. : 0 Par : PARTNERS 18, rue Nelson Mandela2045 L Aouina-Tunis Tél. : (00 216) 71 724 032/760

Plus en détail

39HQ Centrale de traitement d air Airovision

39HQ Centrale de traitement d air Airovision 39HQ Centrale de traitement d air Airovision Instructions de montage TABLE DES MATIÈRES 1 - INSTRUCTIONS DE TRANSPORT ET DE MANUTENTION...3 1.1 - Généralités...3 1.2 - Transport et stockage...3 1.3 - Protection

Plus en détail

MAV 161 à 391 MAV V 201 à 391

MAV 161 à 391 MAV V 201 à 391 MAV 161 à 391 MAV V 201 à 391 Compresseurs à vis à injection d huile A vitesse fixe et à vitesse variable Montés sur réservoir et sur châssis Haute performance et efficacité. Une solution complète qui

Plus en détail

LE CREDIT D'IMPOT RELATIF AU DEVELOPPEMENT DURABLE, ECONOMIES D'ENERGIE, ENERGIES RENOUVELABLES)

LE CREDIT D'IMPOT RELATIF AU DEVELOPPEMENT DURABLE, ECONOMIES D'ENERGIE, ENERGIES RENOUVELABLES) Fiche Pratique LE CREDIT D'IMPOT RELATIF AU DEVELOPPEMENT DURABLE, ECONOMIES D'ENERGIE, ENERGIES RENOUVELABLES) * Avertissement : le document ci-après a été rédigé pour apporter une aide aux lecteurs pour

Plus en détail

Cahier des charges pour le lieu de stockage

Cahier des charges pour le lieu de stockage Cahier des charges pour le lieu de stockage Conditionnalité PAC : stockage Spécifique Aéré Fermé à clé Produits : dans leurs emballages d origine avec étiquettes rangés par toxicité (T+, T, CMR à part)

Plus en détail

PROTECTION PASSIVE INCENDIE DES STRUCTURES : LES PRODUITS DE PROJECTION

PROTECTION PASSIVE INCENDIE DES STRUCTURES : LES PRODUITS DE PROJECTION Groupement Technique Français contre l incendie Fiche technique Des compétences au service de la sécurité incendie Les produits de projection sont destinés à la protection passive incendie et possèdent

Plus en détail