Le confort d été en construction ossature bois. Lempdes, le 7 octobre 2011 Franck JANIN

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le confort d été en construction ossature bois. Lempdes, le 7 octobre 2011 Franck JANIN"

Transcription

1 Le confort d été en construction ossature bois Lempdes, le 7 octobre 2011 Franck JANIN

2 Présentation d'heliasol Etudes et conseil en thermique du bâtiment et énergies renouvelables Spécialisé en passif & bioclimatique 3 ingénieurs Interventions limitées à Rhône Alpes (sauf train / covoiturage) Références 2 bâtiments «passifs certifiés» 3 BBC certifiés 3 dossiers dans l appel à projet «100 maisons basse conso» Rhône- Alpes AEG, Diagnostics énergétiques, Copro HELIASOL 7 Octobre

3 Plan de l intervention Les paramètres du confort La difficulté du confort d été La méthode / hypothèses de l étude Les résultats Conclusion L objectif est le confort en logement sans climatiser HELIASOL 7 Octobre

4 LES PARAMÈTRES DU CONFORT HELIASOL 7 Octobre

5 Température opérative (ou résultante) Température de confort ressentie Dépend de la température de l air et de celle des parois Valable uniquement sans courants d air (V < 0,2m/s) HELIASOL 7 Octobre

6 Humidité relative Exemple comparatif Même rayonnement solaire Même conditions de vent Même température extérieure Conditions météo Après une forte pluie, en période de chaleur Climat méditerranéen sec, en période de chaleur Humidité relative 82%HR 18%HR Sensations de confort Moiteur, impossibilité d évaporer, surchauffe Très bonne évaporation, Chaleur très supportable HELIASOL 7 Octobre

7 Vitesse de l air, été Vitesse de l'air (m/s) Refroidissement équivalent ( C) 0,1 0 0,3 1 0,7 2 1,0 3 1,6 4 2,2 5 3,0 6 4,5 7 6,5 8 HELIASOL 7 Octobre

8 Lien T / Humidité / vitesse d air Température / Humidité : 2 zones différentes selon que la vitesse d air est nulle (en jaune) ou pas HELIASOL 7 Octobre

9 Paramètres principaux Déjà évoqués Température de l air Température des parois Humidité relative Vitesse de l air Lien humidité / T vitesse d air Autres paramètres Métabolisme Aspect psychologique Météo des jours précédents Habillement HELIASOL 7 Octobre

10 LA DIFFICULTÉ DU CONFORT D ÉTÉ HELIASOL 7 Octobre

11 Confort «Fanger» a proposé un indice, PPD ou pourcentage prévu d insatisfaits Partant du principe qu on ne peut satisfaire tout le monde en même temps Et un indice PMV (predicted mean vote) 0 = confort HELIASOL 7 Octobre

12 Confort Il reste au moins 4% d insatisfaits HELIASOL 7 Octobre

13 Bilan thermique Hiver Le flux va toujours dans le même sens, intérieur vers extérieur Les apports internes facilitent le chauffage L excès d humidité est atténué par le simple réchauffement de l air (l humidité relative baisse) Eté Le flux change entre la nuit et le jour Les apports internes augmentent le besoin de rafraichissement L excès d humidité ne peut être évacué et empêche un rafraichissement par évaporation HELIASOL 7 Octobre

14 MÉTHODE / HYPOTHÈSES DE L ÉTUDE HELIASOL 7 Octobre

15 Méthode Simulation thermique dynamique avec le logiciel Français Pleiades / Comfie et Energy+ Etude heure par heure, pièce par pièce Les températures sont proches de températures résultantes (moyenne paroi-air) Limites : ne gère pas l humidité de l air, ni la convection NB : Pour le climat étudié et en l absence de colonnes d air de plusieurs étages, ce n est pas un problème HELIASOL 7 Octobre

16 La maison Rdc HELIASOL 7 Octobre

17 La maison R+1 Débords de toit de 40 cm, fenêtre au nu intérieur HELIASOL 7 Octobre

18 La maison (façades) Ouest (20%) et Sud (40%) Est (20%) et Nord (20%) HELIASOL 7 Octobre

19 Les compositions choisies NB : Ce que l on voit couramment, pas forcément recommandé ni écologique Base «Passive» VMC DF, n50 =0.6 Sur ventilation 2 vol.h Mur : ossature 14 cm avec Laine de verre et complément extérieur 20 cm idem R = 8 PLH : LV 40 cm R = 10 PLB : Hourdis, polystyrène 16 cm, chape 5 cm, carrelage Cloisons : BA13 + LV 45 + BA13 PLI (inter) léger, bois, isolant phonique 5 cm Uw =0.8 Base RT idem sauf : PLB : Poly 6 cm PLH : LV 20 cm Murs : 14 cm Uw = 2 HELIASOL 7 Octobre

20 Le lieu, la météo Météo de St Etienne Moyenne des années 1996 à 2005 Ce n est donc pas un fichier de «canicule» HELIASOL 7 Octobre

21 LES RÉSULTATS HELIASOL 7 Octobre

22 La présentation des résultats Taux d inconfort = pourcentage de temps (ou la pièce est occupée) au delà de 27 C On considère qu on ne descend pas en dessous de 20 C, même pour refroidir en fin de nuit (fermeture des fenêtres) HELIASOL 7 Octobre

23 Rappel Cette étude n est pas exhaustive. C est un exemple uniquement En tertiaire notamment, les stratégies sont très différentes Période de 7 semaines (9 Juillet au 26 Août) Les chiffres représentent soit La température résultante (moyenne paroi-air) % d inconfort (en période d occupation) HELIASOL 7 Octobre

24 Bois / ITI / ITE Comparaison des modes constructifs Base (Ossature bois) ITI ITE Légende: % d inconfort ( > 27 C ) sur les 8 semaines d été 2.8 Toutes choses égales par ailleurs (seul le mur diffère) ITI = Isolation Thermique Intérieure Passif HELIASOL 7 Octobre

25 Exemple de STD sur 2 jours d été 35' C 33' C 31' C 29' C 27' C 25' C 23' C 21' C 19' C Jour 1 Jour 2 heure Base ITE Extérieur ITI HELIASOL 7 Octobre

26 Déphasage et réduction d amplitude T C Déphasage (en heures) Réduction d amplitude (en %) Temps HELIASOL 7 Octobre

27 Fermeture des volets Volets ouverts 13 Base (Volets fermés) 9 RT Passif Passif RT Légende: % d inconfort ( > 27 C ) sur les 7 semaines d été HELIASOL 7 Octobre

28 Protections fixes Le 21 juin, au zénith, le soleil est à 67 Donc le soleil arrivera toujours sur la fenêtre Et encore plus si elle n est pas plein sud Sud 67 Et donc le 21 août et le 21 avril HELIASOL 7 Octobre

29 Protections solaires adaptées Stores verticaux à l ouest (à lames orientables ci possible) Stores extérieur à lames orientables au Sud - Lames orientables - Persiennes bois HELIASOL 7 Octobre

30 Protéger aussi le Nord-ouest! Ne pénalise pas l hiver Vue de dessus Arbres HELIASOL 7 Octobre

31 Ajout d inertie cloisons Cloisons Cloisons Base (Placostyl 7 cm) Carobric 7 cm KLH 10 cm Carreau platre 10 cm Brique terre crue 10 cm Légende: % d inconfort ( > 27 C ) sur les 7 semaines d été HELIASOL 7 Octobre

32 Ajout d inertie sur les murs (face intérieure) Base (BA13) Chaux sable 5 cm Brique terre crue 5 cm Argile / copeaux 2 cm Fermacell 15mm Fermacell 30mm Légende: % d inconfort ( > 27 C ) sur les 7 semaines d été HELIASOL 7 Octobre

33 Ajout d inertie dans les murs Base (Laine de verre) Laine de bois 50kg/m3 Laine de bois 140 kg/m3 Légende: % d inconfort ( > 27 C ) sur les 7 semaines d été NB : Ne pas extrapoler à d autres configurations! HELIASOL 7 Octobre

34 Ordre de grandeur des flux 35 air extérieur Vitres Murs sol Flux en Watt HELIASOL 7 Octobre

35 Inertie thermique d un matériau L inertie thermique d un matériau est sa capacité à stocker et à déstocker de l énergie dans sa structure. Le stockage ou le déstockage se fait avec un déphasage dans le temps et une réduction de l amplitude des températures. HELIASOL 7 Octobre

36 Diffusivité Capacité à transmettre une onde de température D (diffusivité) = λ / ρ C E = D 1/2 ρ C C Chaleur spécifique et ρ = densité Pour apporter de l inertie, il faut Une surface d échange élevée Une capacité calorifique importante Effusivité élevé pour absorber Diffusivité pas trop élevée HELIASOL 7 Octobre

37 Effusivité Décrit la capacité d un matériau à absorber la chaleur HELIASOL 7 Octobre

38 Effusivité Les matériaux peuvent être classés en 3 catégories, selon qu ils sont perçus comme Froid (marbre, métaux, béton, carrelage) Neutre (Brique, plâtre) Chaud (Bois, liège, tissus, papier) Dont la température s adapte à celle de leur environnement HELIASOL 7 Octobre

39 Les apports internes 4.1 Watt / m² pour Les occupants Les appareils électriques (PC, télé, LV, LL) La chaleur dissipée par l eau chaude sanitaire Les auxiliaires en espace chauffé, l éclairage Soit 481 Watt au total 1 ballon d eau chaude environ 100 W 1 télévision 50 à 200 W Frigo congélateur classe A = 40 W permanent HELIASOL 7 Octobre

40 Ajout d inertie sur le plancher intermédiaire Base (léger / plancher) Bois et chape / plancher Bois et chape / carrelage Hourdis / plancher Hourdis / carrelage Légende: % d inconfort ( > 27 C ) sur les 7 semaines d été HELIASOL 7 Octobre

41 Sur ventilation nocturne Ventilation nocturne mécanique Limitée en débit et encombrante Consommations électriques importantes Ventilation nocturne naturelle Plus complexe à concevoir Ventilation économique et écologique HELIASOL 7 Octobre

42 Ventilation nocturne 1 paramètres clé : - La température de fin de nuit Et pour la ventilation par fenêtres -La vitesse du vent Station Météo de Clermont (et St Etienne) le 10 Août Potentiel de rafraichissement Température d'air Vitesse du vent (rafales en km/h) STE air STE vent HELIASOL 7 Octobre

43 Ventilation nocturne Implique une surface d ouverture de 2 à 4% de celle du plancher Concevoir un trajet libre de l air avec un tirage naturel suffisant pour atteindre des débits importants Prévoir une masse thermique accessible à l air (éviter moquettes et faux plafonds) HELIASOL 7 Octobre

44 Sur ventilation nocturne Passif Base (2 vol/h) 4 vol/h 6 vol/h Légende: % d inconfort ( > 27 C ) sur les 7 semaines d été HELIASOL 7 Octobre

45 Sur ventilation / Inertie Base (2 vol / h) vol / h 6 vol / h Inertie murs et cloisons Inertie cloisons bois Base Sans inertie PLB Légende: % d inconfort ( > 27 C ) sur les 7 semaines d été HELIASOL 7 Octobre

46 CONCLUSION HELIASOL 7 Octobre

47 Stratégie été (sans climatiser) 1. Limitation des apports solaires 2. Limitation des apports internes 3. Inertie thermique et sur ventilation nocturne Autres, dont brassage d air, puits canadien,. Évaluation possible à l aide d une STD HELIASOL 7 Octobre

48 FIN DE LA PRÉSENTATION HELIASOL 7 Octobre

49 HELIASOL 7 Octobre

50 Modèle résultat RT Passif RT Passif Volets ouverts Volets fermés HELIASOL 7 Octobre

51 Les principales données d entrée d une STD Site Météo horaire du site Masques solaires Bâti en 3D avec Cloisons intérieures Revêtements intérieurs / extérieurs Débords de toit Scénario (heure par heure) Consigne température Ventilation Nb d occupants Apports internes Fermeture volets HELIASOL 7 Octobre

52 Inertie d un bâtiment L inertie thermique d un bâtiment dépend: De l inertie de ses parois Des meubles qu il contient De l inertie de son système de chauffage On distingue deux types d inertie l inertie quotidienne l inertie séquentielle «C» Capacité calorifique n est pas le seul paramètreheliasol 7 Octobre

53 Inertie Refroidissement et réchauffement lent des matériaux Tout matériau à température T0, placé dans une ambiance à température Ta peu différente de la sienne, se refroidit ou se réchauffe lentement. sa température au moment "t" dépend notamment : du coefficient d'échange h de la surface d'échange S de la capacité thermique Cr V ou MC En admettant que tout le volume V est à température constante. HELIASOL 7 Octobre

Le confort d été en construction ossature bois

Le confort d été en construction ossature bois Le confort d été en construction ossature bois 5 à 7 éco construction Feurs le 18 novembre 2010 Franck JANIN Présentation d'heliasol Etudes et conseil en thermique du bâtiment et énergies renouvelables

Plus en détail

Le confort d étéen construction ossature bois. Chambéry, ASDER, le 23 juin 2014 Franck JANIN

Le confort d étéen construction ossature bois. Chambéry, ASDER, le 23 juin 2014 Franck JANIN Le confort d étéen construction ossature bois Chambéry, ASDER, le 23 juin 2014 Franck JANIN Présentationd'HELIASOL Etudeset conseil en thermique du bâtiment et énergies renouvelables Spécialiséen passif

Plus en détail

Confort d été et construction bois

Confort d été et construction bois 3 Confort d été et construction bois Archi. Atelier 3A La construction bois est unanimement reconnue pour ses hautes performances en hiver, dans les bâtiments à très basse consommation d énergie. Néanmoins,

Plus en détail

Inertie dans les bâtiments passifs constante de temps. PECOURT Alexandre

Inertie dans les bâtiments passifs constante de temps. PECOURT Alexandre Inertie dans les bâtiments passifs constante de temps PECOURT Alexandre Sommaire 1. Constante de temps = couple isolation / inertie 2. Influences de la constante de temps 3. Conclusions et proposition

Plus en détail

Version n 3 du 11 décembre 2009

Version n 3 du 11 décembre 2009 SYNTHESE de l étude thermique Projet de Maison Individuelle Basse Consommation Maîtres d ouvrage : M. et Mme Enjolras Lieu : La Bâtie Divisin (38) Version n 3 du 11 décembre 2009 SOMMAIRE : 1. Hypothèses

Plus en détail

Terre et Soleil : le Bioclimatisme

Terre et Soleil : le Bioclimatisme Maison Charmeau Cahier Bioclimatisme page 1 /7 Terre et Soleil : le Bioclimatisme La conception bioclimatique de l habitat : Concevoir des bâtiments adaptés au climat local, en utilisant, avec bon sens,

Plus en détail

Label Bâtiment Basse Consommation

Label Bâtiment Basse Consommation JUMELAGE Eco-Construction Label Bâtiment Basse Consommation CETE Mediterranée Nicolas Cabassud Bruno Cornen TUNIS 30-31 Janvier 2012 SOMMAIRE 1 Présentation du label Bâtiment Basse Consommation 2 Maitrise

Plus en détail

Confort thermique d été dans les bâtiments en bois : FCBA intervient en région PACA

Confort thermique d été dans les bâtiments en bois : FCBA intervient en région PACA Confort thermique d été dans les bâtiments en bois : FCBA intervient en région PACA Le confort d été des bâtiments en bois a fait l objet, fin 2011, de quatre journées en région PACA (Provence - Alpes

Plus en détail

Les fondamentaux du bioclimatisme. JC Mengoni, Conseils en éco construction

Les fondamentaux du bioclimatisme. JC Mengoni, Conseils en éco construction Autrefois Architecture pratique mais sans confort (vie dans les champs) Longue connaissance/expérience de la nature, du soleil, des vents Guerre 14 1.400.000 morts en France Perte des techniques traditionnelles

Plus en détail

La Simulation Thermique Dynamique

La Simulation Thermique Dynamique Techniques & Logiciels La Simulation Thermique Dynamique Présentation de l étude Version 0 Création du document Date 26/02/14 Rédigé par Marion DUPRE et Thomas DELMAS Vérifié par Laurent PAYET Principe

Plus en détail

«Habitat et Maîtrise de l énergie»

«Habitat et Maîtrise de l énergie» «Habitat et Maîtrise de l énergie» Réunion d information Introduction l ALEC SQY - le CAUE MDE écogestes - petits travaux Isolation et Architecture Rénovation isolation - préconisations Énergie chauffage

Plus en détail

LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS Les critères de performance énergétique des fenêtres aluminium Impact des fenêtres sur la consommation d un bâtiment d

Plus en détail

Thermique d été et problématique, solutions actuelles, pistes à travailler. Sylvain Boulet Ingénieur de Recherche thermique, énergétique & confort

Thermique d été et problématique, solutions actuelles, pistes à travailler. Sylvain Boulet Ingénieur de Recherche thermique, énergétique & confort Thermique d été et problématique, solutions actuelles, pistes à travailler Sylvain Boulet Ingénieur de Recherche thermique, énergétique & confort Sommaire Contexte t - Introduction ti Etat des lieux Exemple

Plus en détail

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Quelques rappels sur la RT2012 et le projet de RT2020. RT2012 et RT2020 :

Plus en détail

Présentation du Béton de Chanvre dans la Construction / Rénovation

Présentation du Béton de Chanvre dans la Construction / Rénovation Présentation du Béton de Chanvre dans la Construction / Rénovation Bureau d Etudes de Maîtrise d Oeuvre sommaire La perfo au natu rm rel ance 1Qu est ce que le chanvre? 2 Le stockage du Carbone 3 Les solutions

Plus en détail

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS 7. SURCHAUFFE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS R BSE Procédure... 7.1 R Critère de surchauffe à partir du 1 er janvier 2014... 7.2 BSE Refroidissement - BSE... 7.3 Prévention... 7.4 Orientation et

Plus en détail

Séminaire Relations et Soutenabilité (Vincent Rigassi, Jean-Marc Huygen, Heinrich Thielmann, Anne Chatelut, Andelkader Ben Saci + invités)

Séminaire Relations et Soutenabilité (Vincent Rigassi, Jean-Marc Huygen, Heinrich Thielmann, Anne Chatelut, Andelkader Ben Saci + invités) M1CV2 > Confort thermique et lumineux Enseignants : Nicolas REMY et Jean-Baptiste VIALE Cours Cours 1 et 2 : Mardi 12 Octobre de 8h à 12h Cours 3 et 4 : Mardi 26 Ocotbre de 8h à 12h Cours 5 : Mardi 16

Plus en détail

OPTIMISATION THERMIQUE PAR SIMULATION DYNAMIQUE

OPTIMISATION THERMIQUE PAR SIMULATION DYNAMIQUE OPTIMISATION THERMIQUE PAR SIMULATION DYNAMIQUE 1 OBJET L objet du présent document est l analyse et l optimisation de la thermique d'hiver d un projet de construction de maison individuelle à ossature

Plus en détail

Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.1 Consommation d éd. énergie. Formation conseiller PEB

Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.1 Consommation d éd. énergie. Formation conseiller PEB Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.1 Consommation d éd 3.1 La consommation d éd Contenu Lien vers la PEB Bases techniques Applications Synthèse Lien vers le logiciel PEB 2 Liens vers la PEB Les 3 volets 1.

Plus en détail

Sommaire. 1. Introduction. 3. Comparatif approfondi sur un projet 4. PHPP 2012 / RT2012. 5. Conclusions

Sommaire. 1. Introduction. 3. Comparatif approfondi sur un projet 4. PHPP 2012 / RT2012. 5. Conclusions PHPP et RT 2005/2012. Pourquoi les résultats sont-ils si différents? Sommaire 1. Introduction 2. Comparatif sur plusieurs projets 3. Comparatif approfondi sur un projet 4. PHPP 2012 / RT2012 5. Conclusions

Plus en détail

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville Bâtiments Matériaux Opérations Installations Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, des propriétaires

Plus en détail

Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS

Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS 2.1 RÉCAPITULATIF 2.2 VERSION DE BASE 2.3 OPTION N 1 2.4 OPTION

Plus en détail

Physique du Bâtiment Inertie thermique int. Capacité thermique

Physique du Bâtiment Inertie thermique int. Capacité thermique Inertie d un matériau et d une paroi Les deux propriétés d un matériau qui interviennent dans la caractérisation de l inertie sont : - la masse volumique en kg/m 3, - la chaleur spécifique en J/(kg.K)

Plus en détail

principes clés de votre maison Homaïa

principes clés de votre maison Homaïa principes clés de votre maison Homaïa 1 intégration des ressources naturelles Le soleil ressource naturelle capter la chaleur du soleil en hiver et s en protéger l été Le soleil source inépuisable et toujours

Plus en détail

La Simulation Thermique Dynamique

La Simulation Thermique Dynamique Architectes D.P.L.G. Place du Château 31590 VERFEIL La Simulation Thermique Dynamique BET Fluides/Thermique/EnR Hélios 5, Boîte aux lettres 501 116 route d Espagne 31100 TOULOUSE Cas sur Maisons Bois Agenda

Plus en détail

Partie 5. Isolation de Toiture. Murs massiques à isolation répartie (5 Solutions) Chape Isolante RDC et Étage

Partie 5. Isolation de Toiture. Murs massiques à isolation répartie (5 Solutions) Chape Isolante RDC et Étage Partie 5 Murs massiques à isolation répartie (5 Solutions) Chape Isolante RDC et Étage Isolation de Toiture Plusieurs possibilités de créations de murs en béton de chanvre Solution N 1 Ossature légère

Plus en détail

Score BDM en Réalisation : 84 points = niveau Or. «L ensoleillée» : 4 immeubles de bureaux, Aix en Pce

Score BDM en Réalisation : 84 points = niveau Or. «L ensoleillée» : 4 immeubles de bureaux, Aix en Pce «L ensoleillée» : 4 immeubles de bureaux, Aix en Pce 1 Fiche d identité Maître d Ouvrage Architecte BE thermique AMO QEB NEXITY Ywood Business TANGRAM ARCHITECTURES BG21 (EnR Concept) (Fluide et QEB) Timber

Plus en détail

ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE

ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE Rapport réalisé par ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE Réhabilitation et extension de la maison Bailleul à Toulouse ville, Maison Bailleul

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

Analyse de l influence des hypothèses de modélisation sur la consommation d un bâtiment

Analyse de l influence des hypothèses de modélisation sur la consommation d un bâtiment S si Analyse de l influence des hypothèses de modélisation sur la consommation d un bâtiment TP 2 heures Noms : Prénoms : Classe : Date : Note : /20 Problématique Le propriétaire a relevé mensuellement

Plus en détail

Suivi d une crèche à Redon. Constance LANCELLE Dter Ouest / DLRCA

Suivi d une crèche à Redon. Constance LANCELLE Dter Ouest / DLRCA Suivi d une crèche à Redon Constance LANCELLE Dter Ouest / DLRCA 22 Avril 2014 Sommaire Présentation de l opération Le chantier et l instrumentation Résultats Consommations brutes et recalculées Confort

Plus en détail

Maçonnerie de béton cellulaire 400 0,120 0,24 9,09 11,4

Maçonnerie de béton cellulaire 400 0,120 0,24 9,09 11,4 4. CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES ET MÉCANIQUES On obtient ainsi les résultats repris au tableau ci-dessous [25] Matériau e Amortissement Déphasage F (kg/m 3 ) (W/mK) (m) (h) Maçonnerie de béton cellulaire

Plus en détail

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 Stéphane GIRAULT Études de conception en génie climatique et électricité Audits énergétiques Études

Plus en détail

Ossature bois et justification de la thermique d été. Sylvain Boulet - FCBA

Ossature bois et justification de la thermique d été. Sylvain Boulet - FCBA Ossature bois et justification de la thermique d été Sylvain Boulet - FCBA Sommaire Contexte - Introduction Etat des lieux Exemple de solutions pour l amélioration du confort d été dans les maisons à ossature

Plus en détail

thermique Rénover sa maison > 250 une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans

thermique Rénover sa maison > 250 une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans La rénovation thermique > 250 Rénover sa maison > 250 pour une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans < 88 Les réglementations thermiques successives ont permis l amélioration

Plus en détail

RÉNOVATION PASSIVE ET BASSE ÉNERGIE

RÉNOVATION PASSIVE ET BASSE ÉNERGIE RÉNOVATION PASSIVE ET BASSE ÉNERGIE Caroline KINTS & Marc OPDEBEECK 10-11 septembre 2011 1 Contenu de l exposé État des lieux Pourquoi rénover Confort thermique isolation, étanchéité Rénovation énergétique

Plus en détail

L éco-maison. Faibles coûts de fabrication. Basse consommation d énergie. Caractéristiques d un logement classique en 2009

L éco-maison. Faibles coûts de fabrication. Basse consommation d énergie. Caractéristiques d un logement classique en 2009 L éco-maison Faibles coûts fabrication Basse consommation d énergie Données bases : -Occupants: famille quatre membres -Surface l habitation: 100 m² -Situation géographique: g Poitou-Charentes Caractéristiques

Plus en détail

L application de la réglementation thermique RT 2012

L application de la réglementation thermique RT 2012 L application de la réglementation thermique RT 2012 Présentation du 30 mai 2013 à l ASDER Alain GUILLOT Service Habitat et Construction de la DDT Savoie 1 La réglementation RT 2012 à compter du 1 er janvier

Plus en détail

Alain CROMBEZ Chef du Service Construction, Habitat & Ville (DDE)

Alain CROMBEZ Chef du Service Construction, Habitat & Ville (DDE) Conférence débat sur la rénovation énergétique des bâtiments publics Saint-Pourçain/Sioule 13 octobre 2009 La réglementation thermique en vigueur L expérience de la Direction Départementale de l Équipement

Plus en détail

Performance thermique des enveloppes à ossature en bois

Performance thermique des enveloppes à ossature en bois Performance thermique des enveloppes à ossature en bois MANDRARA Zaratiana Institut technologique FCBA www.fcba.fr Marché de la construction Bois 5% 12% Bois empilé CLT Poteaux poutres Ossature bois Autres

Plus en détail

PROJET DE RENOVATION PRESENTATION DU PROJET

PROJET DE RENOVATION PRESENTATION DU PROJET PROJET DE RENOVATION PRESENTATION DU PROJET 1 - SITUATION Le projet est situé en périphérie de la commune de Villeurbanne, 12 rue Jules Guesde. Il s agit d une réhabilitation d une maison de l après guerre.

Plus en détail

Constructions Bois à GIRONDE HABITAT

Constructions Bois à GIRONDE HABITAT Constructions Bois à GIRONDE HABITAT O.P.H. GIRONDE HABITAT Patrimoine de 13 000 logements sociaux Construction de 500 logements neufs par an Actions menées en faveur du Développement Durable depuis 2004

Plus en détail

Qualité de l enveloppe l thermique des bâtiments

Qualité de l enveloppe l thermique des bâtiments Qualité de l enveloppe l thermique des bâtiments Bertrand DENIS Défi nergie 66200 ELNE Diagnostic de Performance Energétique Audit & optimisation énergétique Etude d ensoleillement - Thermographie infrarouge

Plus en détail

Généralités. Les 8 points de la RT «élément par élément» Exemples de rénovation

Généralités. Les 8 points de la RT «élément par élément» Exemples de rénovation LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT» Généralités «élément par élément» Exemples de rénovation 1 Généralités LA RT GÉNÉRALITÉS Parc existant résidentiel et non

Plus en détail

GESEC Siège Social - Rénovation des bureaux

GESEC Siège Social - Rénovation des bureaux GESEC Siège Social - Rénovation des bureaux Les Besoins Gestion des Apports Solaires Les Systèmes La Synthèse Site Climat & Ressources Ventilation QAI Typologie Bâtiment & les usages Isolation Thermique

Plus en détail

ANNEXES. Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé. Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais

ANNEXES. Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé. Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais Troisième session ANNEXES 2 octobre 2009 SOMMAIRE Annexe 1 - Evolution

Plus en détail

USAGE, CONFORT ET PERFORMANCE UNE RENOVATION TERTIAIRE BEPOS. Septembre 2015

USAGE, CONFORT ET PERFORMANCE UNE RENOVATION TERTIAIRE BEPOS. Septembre 2015 USAGE, CONFORT ET PERFORMANCE UNE RENOVATION TERTIAIRE BEPOS Septembre 2015 MC2 : RÉNOVATION RESPONSABLE & DESIRABLE «Embarquement immédiat pour un bâti sobre, robuste et désirable!»* 800m² de bureaux

Plus en détail

RT 2012. FT2i SIRET : 521 257 808 00019 NAF :7120 B Centre d'affaires Atlantis, 8 rue Louis Blériot 56400 AURAY

RT 2012. FT2i SIRET : 521 257 808 00019 NAF :7120 B Centre d'affaires Atlantis, 8 rue Louis Blériot 56400 AURAY RT 2012 I. Evolution de la RT 2005 et du label BBC à la RT 2012 Sommaire Les échecs de la RT 2005 Le BBC RT 2012: Les nouvelles obligations Le Bbio Le Cep Le TIC Le Q4 Les nouvelles technologies Suivi

Plus en détail

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012 Réglementation thermique Avec Maison DTT Avec Maisons CTVL www.maison-dtt.fr La réglementation

Plus en détail

LE POLE EDUCATIF ROUSSEAU-MOLIERE

LE POLE EDUCATIF ROUSSEAU-MOLIERE 2 COLLOQUE EFFECACITE ENERGETIQUE SEINE AVAL 17 MAI 2011 LE POLE EDUCATIF ROUSSEAU-MOLIERE Maitrise d ouvrage: LES MUREAUX 78 - SEM 92 LE PROJET DE RENOUVELLEMENT URBAIN L ENVIRONNEMENT ET LES AMENAGEMENTS

Plus en détail

CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE

CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE 30/06/2011 CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE NOTICE EXPLICATIVE Page 1 I. QUE SIGNIFIE LA NORME BBC & RT 2020? A. Qu est-ce qu une Maison BBC? Pour obtenir le Label BCC, Effinergie a

Plus en détail

RT2012. La Réglementation Thermique 2012 L essentiel au quotidien CREATE AND PROTECT

RT2012. La Réglementation Thermique 2012 L essentiel au quotidien CREATE AND PROTECT RT2012 La Réglementation Thermique 2012 L essentiel au quotidien CREATE AND PROTECT RT2012 1974 : premier choc pétrolier. La France prend conscience de la nécessité d économiser ses ressources énergétiques.

Plus en détail

Gestion des surchauffes dans les bâtiments passifs tertiaires

Gestion des surchauffes dans les bâtiments passifs tertiaires Mai 2011 Gestion des surchauffes dans les bâtiments passifs tertiaires http://blue-environnement.com/ Adequation email : m.adequation@gmail.com tel : 06 76 45 31 75 Exemple : Impact des apports internes

Plus en détail

Construction d une maison individuelle. Le Clos de Coat Carric. 22310 Plestin les grèves. Maitres d ouvrage : Marie Kaminski et Thierry HAMON

Construction d une maison individuelle. Le Clos de Coat Carric. 22310 Plestin les grèves. Maitres d ouvrage : Marie Kaminski et Thierry HAMON Construction d une maison individuelle Le Clos de Coat Carric 22310 Plestin les grèves Maitres d ouvrage : Marie Kaminski et Thierry HAMON Introduction : Le projet «Ty Wakan» est un projet développé par

Plus en détail

DOSSIER D ETUDE THERMIQUE REGLEMENTAIRE RT 2005

DOSSIER D ETUDE THERMIQUE REGLEMENTAIRE RT 2005 DOSSIER D ETUDE THERMIQUE REGLEMENTAIRE RT 2005 Projet de maison individuelle de Monsieur et Madame LORRAIN située à MONTLAUR 31450 Descriptif général L étude suivante a pour objet de présenter les calculs

Plus en détail

Fiche d Information - Étude Thermique

Fiche d Information - Étude Thermique Fiche d Information - Étude Thermique 7, Grande Rue 84370 BEDARRIDES Tél. : 04.90.22.85.30 Fax : 04.90.22.85.31 e-mail : new-tec@orange.fr Site : www.new-tec.fr Références constructeur ou code avantage

Plus en détail

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE NOTE D INFORMATION TECHNIQUE Concernant l installation des vérandas concernées par la RT 2012 en maisons individuelles Cette note a été établie à partir des textes réglementaires suivant : - Arrêté du

Plus en détail

Campagne de Mesures ADEME Rhône Alpes. Analyse des surinvestissements de 11 bâtiments basse consommation

Campagne de Mesures ADEME Rhône Alpes. Analyse des surinvestissements de 11 bâtiments basse consommation LYON 10 mai 2011 Campagne de Mesures ADEME Rhône Alpes Analyse des surinvestissements de 11 bâtiments basse consommation Thierry RIESER Préambule Préambule 1 - Contexte de l étude Étude réalisée pour l

Plus en détail

Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air

Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air 1 Nouvelles exigences 2 Nouvelles exigences 50 KWh/an/m² BEPOS (Bat Energie positive) Bâtiment passif RT 2012 (ex niveau BBC) RT 2005 Moyenne

Plus en détail

Séminaire du 23 mars 2011

Séminaire du 23 mars 2011 3 e appel à projet de recherche de la FBE Séminaire du 23 mars 2011 Projet IPPI Intégration et Planification pour la réduction des GES d un Patrimoine Immobilier DETRY & LEVY SARL D ARCHITECTURE 1 Outil

Plus en détail

La BAO PROMODUL version Pro Expert MI

La BAO PROMODUL version Pro Expert MI La BAO PROMODUL version Pro Expert MI Logiciel de diagnostic et de simulation pour l amélioration de la performance énergétique et du confort thermique dans la maison individuelle La BAO PROMODUL version

Plus en détail

environnement thermique et maitrise énergétique dossier analyse d un projet généralités L5C > Environnement thermique et maitrise énergétique > TD

environnement thermique et maitrise énergétique dossier analyse d un projet généralités L5C > Environnement thermique et maitrise énergétique > TD généralités environnement thermique et maitrise énergétique dossier analyse d un projet Objectif Le travail pour ce dossier a pour objectif d être capable d évaluer les partis pris d un projet architectural

Plus en détail

en maison individuelle et immeuble de bureaux

en maison individuelle et immeuble de bureaux Annexe I Influence de l inertie en maison individuelle et immeuble de bureaux A - Préliminaire B - Hypothèses C - Simulations Étude réalisée pour CIMBÉTON par le cabinet TRIBU Énergie (06) 35 Sommaire

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. Par François TURLAND & Bernard LORIOT

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. Par François TURLAND & Bernard LORIOT LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 Par François TURLAND & Bernard LORIOT Séminaire Technique UMF Malte Nov.2012 CONTETE Les consommations d énergie en France Industrie 21% Autres 5% Transport 31% Bâtiment

Plus en détail

RT 2012. et maçonnerie en pierres massives pour le logement collectif

RT 2012. et maçonnerie en pierres massives pour le logement collectif CTMNC 17 rue Letellier 75 015 PARIS RT 2012 et maçonnerie en pierres massives pour le logement collectif Indice 01 du 25 octobre 2013 Dossier : n 120 130 Chargé d étude : Baptiste FAUCHER baptiste.faucher@pouget-consultants.fr

Plus en détail

Les Bâtiments Basse Consommation Energétique. Evolution réglementaire (RT 2012) CETE Apave Nord-Ouest

Les Bâtiments Basse Consommation Energétique. Evolution réglementaire (RT 2012) CETE Apave Nord-Ouest Les Bâtiments Basse Consommation Energétique Evolution réglementaire (RT 2012) CETE Apave Nord-Ouest Ph BONNE Responsable Département Energie RT 2000 RT 2005 RT 2012 2020 Historique de la réglementation

Plus en détail

Bilans énergétique et environnemental par simulation d un bâtiment passif équipé d un échangeur air-sol

Bilans énergétique et environnemental par simulation d un bâtiment passif équipé d un échangeur air-sol CENTRE ÉNERGÉTIQUE ET PROCÉDÉS Bilans énergétique et environnemental par simulation d un bâtiment passif équipé d un échangeur air-sol Stéphane THIERS, Bruno PEUPORTIER 6 & 7 novembre 2008, Lyon Conférence

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE

SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE SOMMAIRE 4 1. LE CONTEXTE 1.1 Enjeux environnementaux 1.2 Cadre réglementaire 1.3 Réglementation thermique 2005 1.4 DPE «Etiquette énergie» 1.5 Loi Grenelle: L urgence écologique 1.6 Protéger l environnement

Plus en détail

Projet pour un petit immeuble de bureaux avec des parkings, et un logement en centre ville à Marseille Atelier de la Rue Kleber 15, rue Kleber 13003

Projet pour un petit immeuble de bureaux avec des parkings, et un logement en centre ville à Marseille Atelier de la Rue Kleber 15, rue Kleber 13003 Projet pour un petit immeuble de bureaux avec des parkings, et un logement en centre ville à Marseille Atelier de la Rue Kleber 15, rue Kleber 13003 Marseille Projet pour un petit immeuble de bureaux en

Plus en détail

CIM. Étude de sensibilité B.63 INERTIE THERMIQUE DES LOGEMENTS ET CONFORT D ÉTÉ COLLECTION TECHNIQUE C IMBÉTON

CIM. Étude de sensibilité B.63 INERTIE THERMIQUE DES LOGEMENTS ET CONFORT D ÉTÉ COLLECTION TECHNIQUE C IMBÉTON COLLECTION TECHNIQUE C IMBÉTON B.63 INERTIE THERMIQUE DES LOGEMENTS ET CONFORT D ÉTÉ Étude de sensibilité CIM CENTRE D INFORMATION SUR LE CIMENT ET SES APPLICATIONS INERTIE THERMIQUE DES LOGEMENTS ET CONFORT

Plus en détail

Groupe de travail «Applicateurs» RT2010-12 Rapport DHUP Calage du coefficient C MAX en résidentiel OFFRE MENUISERIE Version V913b du Moteur du CSTB

Groupe de travail «Applicateurs» RT2010-12 Rapport DHUP Calage du coefficient C MAX en résidentiel OFFRE MENUISERIE Version V913b du Moteur du CSTB SNEP 11 bis, rue de Milan 75009 PARIS A l'attention de M. Eric CHATELAIN Groupe de travail «Applicateurs» RT2010-12 Rapport DHUP Calage du coefficient C MAX en résidentiel OFFRE MENUISERIE Version V913b

Plus en détail

De la conception à la réalisation

De la conception à la réalisation De la conception à la réalisation d une maison BBC, à énergie positive Gaël LHENRY et Hélène SINGEZ 09 avril 2010 Un pôle de compétences au service des maîtres d ouvrage publics et privés CAeP, versdes

Plus en détail

1ères rencontres interprofessionnelles des bâtiments biosourcés Projet «PBC» Patrimoine basse consommation 23 février 2016

1ères rencontres interprofessionnelles des bâtiments biosourcés Projet «PBC» Patrimoine basse consommation 23 février 2016 1ères rencontres interprofessionnelles des bâtiments biosourcés Projet «PBC» Patrimoine basse consommation 23 février 2016 Pour une conservation dynamique du patrimoine Réhabiliter c est préserver un patrimoine,

Plus en détail

LE GUIDE DE LA MAISON ENVIRONNEMENTALE

LE GUIDE DE LA MAISON ENVIRONNEMENTALE Des procédés durables, écologiques et à faible consommation d énergie Pierre Etoile s engage à respecter l environnement au travers de la construction de ses résidences. Terra Natura s inscrit dans cette

Plus en détail

L EFFICIENCE ÉNERGÉTIQUE POUR LE BÂTIMENT MÉDITERRANÉEN

L EFFICIENCE ÉNERGÉTIQUE POUR LE BÂTIMENT MÉDITERRANÉEN L EFFICIENCE ÉNERGÉTIQUE POUR LE BÂTIMENT MÉDITERRANÉEN Rencontres CEA INDUSTRIE en région PACA N 1 La cité des énergies Cadarache K. Zunino 12/12/2012 Référence Présentation jj mmm aaaa PLAN 1. L énergie

Plus en détail

Calculs et bilan des déperditions thermiques

Calculs et bilan des déperditions thermiques Calculs et bilan des déperditions thermiques Calculer les déperditions thermiques c'est déterminer la quantité de chaleur à fournir pour le chauffage d'une pièce à température donnée. Cette chaleur fournie

Plus en détail

ARMAND DUTREIX BIOCLIMATISME ET PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES DES BÂTIMENTS. Groupe Eyrolles, 2010, ISBN : 978-2-212-12702-7

ARMAND DUTREIX BIOCLIMATISME ET PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES DES BÂTIMENTS. Groupe Eyrolles, 2010, ISBN : 978-2-212-12702-7 ARMAND DUTREIX BIOCLIMATISME ET PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES DES BÂTIMENTS Groupe Eyrolles, 2010, ISBN : 978-2-212-12702-7 Sommaire Préface... 12 avant-propos... 14 Première Partie Le bioclimatisme De nos

Plus en détail

LICENCE Génie civil (construction bois architecture et urbanisme bioclimatiques)

LICENCE Génie civil (construction bois architecture et urbanisme bioclimatiques) Contacts : www.physer.eu toufike.henni-chebra@cnam.fr annie.chappelet@cnam.fr tél. 06 73 66 00 67 LICENCE Génie civil (construction bois architecture et urbanisme bioclimatiques) 1. GÉNIE CIVIL (FONDAMENTAUX)

Plus en détail

RT 2012 Pourquoi utiliser le bois?

RT 2012 Pourquoi utiliser le bois? RT 2012 Pourquoi utiliser le bois? RT 2012 : Pourquoi utiliser le bois? Quelques rappels sur la RT2012 et le projet de RT2020. RT2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois techniquement? La performance

Plus en détail

L implication des coopératives dans la construction durable

L implication des coopératives dans la construction durable L implication des coopératives dans la construction durable 9 opérations Les enseignements Innovation et expérimentation préparation pour la RT 2012 et avance sur la concurrence surcout compris entre

Plus en détail

10 kwh/m².a 0.5. Vol/h Un bâtiment. passivehouse standard. passif l IPFC de Nivelles

10 kwh/m².a 0.5. Vol/h Un bâtiment. passivehouse standard. passif l IPFC de Nivelles passivehouse standard PH www.a2m.be 27 09 07 10 10 kwh/m².a 0.5 Vol/h Un bâtiment passif pour l IPFC de Nivelles Le premier bâtiment scolaire passif en Région wallonne Un projet du bureau d architectes

Plus en détail

Maison Passive. Maison BBC RT 2005 RT 2012

Maison Passive. Maison BBC RT 2005 RT 2012 RT 2005 Maison BBC RT 2012 Maison Passive Avec le guide pratique de la RT2012, appréhendez la nouvelle règlementation thermique en vigueur pour les maisons individuelles depuis le 1er janvier 2013. Principes

Plus en détail

Réglementation Thermique 2012. Réunion Publique du 3 juillet 2013

Réglementation Thermique 2012. Réunion Publique du 3 juillet 2013 Réglementation Thermique 2012 Réunion Publique du 3 juillet 2013 Déroulement de la présentation Présentation de l Espace Info Energie La RT 2012 : les enjeux nationaux Conciliation enjeux énergétiques

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

Observatoire Régional pour l Habitat et le Logement. Les orientations de la RT2012. Une RT2012 pour quels bâtiments?

Observatoire Régional pour l Habitat et le Logement. Les orientations de la RT2012. Une RT2012 pour quels bâtiments? Observatoire Régional pour l Habitat et le Logement Hôtel de la Région Rhône-Alpes Sylvain Charlot 27 avril 2012 Une RT2012 pour quels bâtiments? Les orientations de la RT2012 Les bâtiments visés Tous

Plus en détail

RT2012 études de cas

RT2012 études de cas RT2012 études de cas 14/02/2011 Salon BlueBat Lyon Contact: Nathalie TCHANG Directrice adjointe 206 rue de Belleville / 75020 PARIS Tél. : 01.43.15.00.06 / Fax : 01.43.15.01.80 e-mail : mail@tribu-energie.fr

Plus en détail

Concours. 2011 Présentation des projets lauréats. ats

Concours. 2011 Présentation des projets lauréats. ats Concours «Ma maison éco» 2011 Présentation des projets lauréats ats PROJETS Rénovations R 4 Projets retenus Famille THIL 37330 Marcilly sur Maulne Famille THIL Natures des parois: Murs extérieurs Nord

Plus en détail

Efficacité énergétique et green building : comment peut on concilier écologie et économie des projets?

Efficacité énergétique et green building : comment peut on concilier écologie et économie des projets? Efficacité énergétique et green building : comment peut on concilier écologie et économie des projets? Jérôme LOPEZ jlopez@nobatek.com Responsable pôle Efficacité Energétique Forum NEED Efficacité énergétique

Plus en détail

Le bâtiment à énergie positive (BEPOS)

Le bâtiment à énergie positive (BEPOS) Le bâtiment à énergie positive (BEPOS) Les économies d énergie dans le bâtiment sont aujourd hui une priorité : comme nous l avons vu, les secteurs résidentiel et tertiaire représentent 44% de la consommation

Plus en détail

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7 Projet Nom Abatia Nom de la variante SHON 127 Haut. sous plafond 2.5 Détails du site Latitude 45.59 Longitude 5.63 Station météo Chambéry Catalogue des parois Nom Type Positionnement Composition Surface

Plus en détail

L idée est simple : un bâtiment doit, par sa conception, se protéger du froid et des intempéries mais également du soleil et de la chaleur.

L idée est simple : un bâtiment doit, par sa conception, se protéger du froid et des intempéries mais également du soleil et de la chaleur. Une maison bio climatique L idée est simple : un bâtiment doit, par sa conception, se protéger du froid et des intempéries mais également du soleil et de la chaleur. Analyse de l environnement de la maison

Plus en détail

Exemple de construction d un toit

Exemple de construction d un toit Exemple de construction d un toit Solution A Solution B Montage de l intérieur vers l extérieur Montage de l intérieur vers l extérieur Plaque de plâtre cartonnée ou en fibre de plâtre 12,5mm Plaque de

Plus en détail

La conception du logement

La conception du logement La conception du logement L habitat est le premier poste d utilisation d énergie des ménages, à égalité avec les transports. Le niveaux de consommation par usage direct (chauffage, eau chaude, électricité

Plus en détail

CONCEPTION THERMIQUE D'UN HABITAT :

CONCEPTION THERMIQUE D'UN HABITAT : CONCEPTION THERMIQUE D'UN HABITAT : RAPPELS, STRATÉGIES DPEA Terre I. La notion de confort thermique : un concept pour le moins mouvant 1. Nuisance thermique / Confort thermique / Ambiance thermique Le

Plus en détail

La Maison Passive. Sarl Bois et Paille Charpente Eddy Fruchard Code APE/NAF 4391A

La Maison Passive. Sarl Bois et Paille Charpente Eddy Fruchard Code APE/NAF 4391A La Maison Passive La Maison Passive, souvent appelée «maison sans chauffage», repose sur un concept de construction très basse consommation, basé sur l utilisation de la chaleur passive du soleil, sur

Plus en détail

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION RT 2012 : Le cas du logement collectif Ulrich ROCHARD Ingénieur génie climatique / thermicien POUGETS Consultants, Paris Mardi 8 novembre 2011 La RT 2012 : le départ est donné

Plus en détail

REUNION OPHIS DU 20 MAI 2014 LA RT 2012 TOUT ELECTRIQUE

REUNION OPHIS DU 20 MAI 2014 LA RT 2012 TOUT ELECTRIQUE REUNION OPHIS DU 20 MAI 2014 LA RT 2012 TOUT ELECTRIQUE SOMMAIRE 1 / PRESENTATION 2 / CONTEXTE 3 / SYNTHESE DES DIFFERENTS CALCULS 4 / REPERCUTION DES MODIFICATIONS SUR LE PRIX DE LA CONSTRUCTION 5 / CONCLUSIONS

Plus en détail

THEME. Solaire passif en construction neuve

THEME. Solaire passif en construction neuve THEME Solaire passif en construction neuve THEME Solaire passif CATEGORIES constructions neuves O. Sidler La quantité d'énergie reçue sur Terre par le rayonnement solaire toutes les 45 minutes suffit à

Plus en détail

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau 1)L air avec le diagramme de Mollier. 2)Le point de rosée. 3)La valeur Sd. 4)Etude d une paroi verticale avec le diagramme de Glaser Juillet 2013 Le diagramme

Plus en détail

Concevoir des solutions pour le chauffage, le rafraîchissement,la production d eau chaude sanitaire visant à. l Indépendance Energétique

Concevoir des solutions pour le chauffage, le rafraîchissement,la production d eau chaude sanitaire visant à. l Indépendance Energétique Le 2 Février 010 Notre métier Concevoir des solutions pour le chauffage, le rafraîchissement,la production d eau chaude sanitaire visant à l Indépendance Energétique, économiques à l investissement, faciles

Plus en détail