Les Français et le WEB. Commerce électronique. Définitions. Les enjeux du commerce électronique. Philippe Germak

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Français et le WEB. Commerce électronique. Définitions. Les enjeux du commerce électronique. Philippe Germak"

Transcription

1 Philippe Germak Commerce électronique Professeur agrégé au Conservatoire National des Arts et Métiers Laboratoire des nouvelles technologies de l INTEC Les Français et le WEB 26,5 Millions d internautes en France en juin ,1 Millions de cyber acheteurs * 7,2 Millions de français ont eu recours à un mécanisme d achat via des plates formes de mise en relation d un acheteur / vendeur Augmentation de 77% de la fréquentation des plates formes de mise en relation d un acheteur avec un vendeur entre avril 2004 / avril 2006 * Source Étude Fevad Médiamétrie Juin Définitions E-commerce : «!le commerce électronique est l activité économique par laquelle une personne propose ou assure à distance et par voie électronique la fourniture de biens et de services!» Loi 21 juin 2004, art.14 al.1 (LCEN) Entrent également dans le champ du commerce électronique les services tels que ceux consistant à fournir des informations en ligne, des communications commerciales et des outils de recherche, d'accès et de récupération de données, d'accès à un réseau de communication ou d'hébergement d'informations, y compris lorsqu'ils ne sont pas rémunérés par ceux qui les reçoivent Les enjeux du commerce électronique h Un contexte international à prendre en compte h Comprendre les règles du jeu h Comment maîtriser les flux des réglements? h Quels sont les impacts fiscaux et légaux? Il est donc nécessaire de définir une stratégie qui adapte les comportements commerciaux à ce canal de vente 3 4

2 Les nouvelles règles du jeu (1) La première règle est qu il y a encore de la place pour de nouveaux modèles économiques L! observation du e-commerce depuis une dizaine d années permet de dégager un certain nombre de faits : La persistance des échanges gratuits avec le support de la publicité Le rôle des communautés (par métiers, par localisation, par centres d intérêt ) Le développement inégal des secteurs concernés Les nouvelles règles du jeu (2) L! importance de la confiance dans les relations avec le client La croissance de la numérisation ( textes, images, sons ) La mise en œuvre de nouvelles techniques de ventes en ligne Le passage de la vente isolée au service continu (abonnement) La logistique est plus importante que la monétique La parenthèse douanière et fiscale qui est en train de se refermer voyages, matériel et logiciel informatiques, livres Des statistiques Le site de l Internet vu par les pouvoirs publics Mission Economie Numérique L ACSEL La FEVAD Des situations complexes. Example A Sales Transaction Customer in UK (Browser) Related Cash Transaction ( A server in UK) Record One Order/Transaction (A server in US) Tax Payer s call center in India (PE) Vendor in Japan Warehouse in Singapore A bank in Germany Soft Server in France Soft Products in France Hard Products in Singapore 7 Source : OCDE 8

3 CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DE PARIS : CONTRAT-TYPE DE COMMERCE ELECTRONIQUE Internet, nouvel Eldorado de la vente entre particuliers? Commerçants-Consommateurs Principales recommandations!: Ces conditions générales de vente sont susceptibles d être complétées par Aux vendeurs!: respect des règles fiscales et sociales pour des conditions particulières, énoncées sur le support électronique, avant les particuliers dont le niveau d activité de vente en ligne toute transaction avec le consommateur. s assimile à celui d un professionnel de la vente à distance. OBJET Aux acheteurs!: utiliser des outils de paiement sécurisé Le présent contrat concernant des biens ou des services, est conclu (carte bancaire, chèque, etc.) notamment pour l achat de entre un commerçant immatriculé en France (personne morale ou biens de forte valeur. physique agissant dans son activité professionnelle) et un Aux plates-formes de mise en relation!: proposer aux consommateur (personne agissant en dehors de son activité vendeurs des outils techniques permettant de respecter les professionnelle), dans le cadre d un système de vente ou de formalités légales (double clic)!; mise en place d une prestations de services à distance. signalétique des vendeurs s étant déclarés professionnels!; Commentaires renforcement de l information des utilisateurs. Les services financiers ne sont pas concernés par ce dispositif contractuel. Le Aux pouvoirs publics : retenir l application du régime de commerçant ici visé est celui qui utilise une ou plusieurs techniques de responsabilité de l hébergeur pour les plates-formes de mise communication à distance lors des différentes étapes de la vente jusqu à en relation. la conclusion du contrat. Le Forum des droits sur l internet publie sa Recommandation sur «le LOI APPLICABLE commerce électronique entre particuliers» 8/11/2005 Les parties conviennent que ce contrat est soumis au droit français Commerce électronique et fiscalité Quelques questions concrètes Le formalisme de la facture remis en question? Comment appliquer le bon taux de TVA? Un serveur est-il un établissement stable? Quel contrôle sur les produits numérisés? Comment prouver la réalité des faits lors d! un contrôle fiscal? Qu! en est-il des petits objets? Les cyber-paradis fiscaux existeront-ils? Faut-il de nouvelles lois et réglementations? 11 La fiscalité du commerce électronique (1) Le travail de l! OCDE Turku novembre 1997 Paris, Washington 1998 Ottawa octobre 1998 Les principes fondateurs neutralité efficience certitude simplicité efficacité équité flexibilité 12

4 Un enjeu actuel La fiscalité du commerce électronique (2) Good EU VAT Treatment of Physical Delivery[1] Proposed Treatment of Electronic Delivery of Digitized Good Les impôts sur la consommation Il faut distinguer le destinataire du bien ou du service La nature du service ou du bien incorporel Le correspondant fiscal Comment éviter la distorsion de la concurrence? Les impôts directs Le problème de l! établissement stable tel qu! il est défini à l article 5 de la convention type OCDE La retenue à la source pour les redevances Comment éviter soit la double soit l! absence d! imposition? Books, newspapers, and journals Standard software Music and video recordings Subject to VAT at zero or reduced rate In the case of imports, often subject to input VAT only on value of carrier medium Imports often receive de minimis relief for low-value packages [1] The EU VAT rules are referenced for purposes of illustration. Subject to VAT at full rate Subject to VAT at full rate Subject to VAT at full rate 13 Source : Carol A. Dunahoo PricewaterhouseCoopers LLP 14 La directive relative aux services fournis par voie électronique En vigueur depuis le 1er!juillet 2003, pour une période de 3!ans, s'applique à certains services fournis par voie électronique (fourniture et hébergement de sites Internet, fourniture de logiciels, d'images, de textes, de musique, de jeux, etc.) et aux services de radiodiffusion et de télévision fournis sur la base d'un abonnement ou "!à la carte!". Les règles de territorialité sont les suivantes!: -!les prestations de services électroniques destinées à être consommées en dehors de l'union européenne (UE) sont exemptées de TVA!; -!ces prestations sont soumises à la TVA européenne lorsqu'elles sont mises à la consommation sur le territoire de l'ue!; -!enfin, les opérateurs de pays tiers bénéficient d'un guichet unique. Précision : lorsqu'un fournisseur non communautaire rend des services à des clients qui sont des entreprises de l'union européenne, le paiement de la TVA est réalisé par voie d'autoliquidation par la société importatrice

5 POURQUOI ELABORER UNE POLITIQUE DE PROTECTION DE LA VIE PRIVEE ET POURQUOI L AFFICHER DANS UNE DECLARATION? La protection des données de caractère personnel préoccupe de manière croissante les consommateurs et les pouvoirs publics, compte tenu de l'apparition et de la rapide expansion du commerce électronique. Selon plusieurs enquêtes relatives à l Internet, si de nombreux consommateurs hésitent à effectuer des transactions électroniques, c'est notamment parce qu'ils craignent que cela ne porte atteinte à la confidentialité de leurs données personnelles. Afin que le commerce électronique concrétise son plein potentiel, les organisations qui s'engagent dans des activités en ligne et dans le commerce électronique prennent des dispositions pour protéger la vie privée dans l environnement en ligne afin de renforcer la confiance des consommateurs ; elles devraient poursuivre leurs efforts en ce sens La protection du consommateur 1. Informer l internaute de la nature et de l utilisation des informations le concernant 2. Lui donner le choix pour la diffusion à des tiers de ces informations 3. Mettre en place une politique de sécurité pour protéger ces informations 4. Un droit d accès et de correction de ces informations doit être ménagé à la personne concernée 5. Une attention particulière doit être portée aux enfants si le site s adresse à eux 6. La manifestation d un accord de l individu est préalable à toute publicité de son identité sur le réseau 7. Tout changement dans la politique du site doit être notifié à TRUSTe et bien sûr ensuite porté préalablement à la connaissance des visiteurs du site. 8. Le licencié doit apporter une entière coopération avec TRUSTe lors des contrôles que mène régulièrement l organisme pour s assurer de la concordance entre les déclarations du licencié et la réalité. De telles vérifications peuvent aussi être menées lors de plaintes de particuliers. 9. Les plaintes des usagers doivent être traitées dans des délais raisonnables par le licencié, une première réponse dans un délai maximum de cinq jours doit être la norme. 10. Toute investigation ou toute enquête d un organisme public, de quelque pays ou de quelque nature que ce soit, doit donner lieu à une notification immédiate à TRUSTe, qui se réserve de se faire sa propre opinion sur l affaire en cours. 19 Marques et noms de domaines Pour exister sur le réseau il est nécessaire de disposer d! un nom de domaine : toto.com... toto.fr... toto.net... Le principe fondateur pour les noms de domaine : «!First come, First serve!» La contradiction avec le droit des marques Les tribunaux acceptent les règles de l! internet, tout en condamnant les abus relevant de la mauvaise foi 20

6 Le droit d auteur Le paiement La diffusion à grande échelle et à faible coût des fichiers numériques rend cruciale la question du droit d! auteur Les USA ont renforcé leur dispositif de protection avec le Digital Millenium Copyright Act - DMCA L! Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle est en charge de l! élaboration des traités internationaux La question de la responsabilité des ISP est diversement traitée suivant les pays Après de nombreuses hésitations il semble que le marché choisisse les solutions les plus simples si ce n! est les plus sophistiquées. Les banques ont imposées l usage de leurs cartes Les micro-paiements restent un champ ouvert à la concurrence (paypal ) Payment is complex because it s not just payment! Paying on the Internet in the Future Real World Now Internet Now Internet Future Credit Debit Check Cash Loyalty Points Credit Debit Check Cash Loyalty Points Credit Debit Check Cash Loyalty Points... in the future, the same payment methods will be available on the Internet as there are now in the real world Open and extensible Records for tax purposes Smart Cards Trusting the Merchant Brand Selection Multiple payments in one purchase Immediate on-line delivery Customer Care Pay by credit, cash, checks loyalty points... Refunds Interoperability Digitally Signed Offers and Receipts 24

7 Quelques risques de fraude... Faux acheteur. L internaute se présente sur un site et usurpe une identité. L internaute conteste son achat. Faux vendeur. Le vendeur possède une boutique virtuelle qui fermera une fois les transactions bancaires exécutées Détournement de la transaction. Le vendeur utilise le numéro de carte électronique à des fins frauduleuses D où la nécessité de sécuriser les transactions par des techniques appelées protocoles SSL (Secure Socket Layer) Ce protocole de communication a pour but de crypter les données qui transitent sur Internet suivant deux clés de 128 bits, et une authentification des postes clients et serveurs. Seul, le protocole SSL n'assure aucune gestion de la transaction. Cybermut, Telecommerce, Payline et SIPS s'appuient sur le SSL pour la sécurisation et gèrent les encaissements des clients. Le client est alors un peu mieux protégé des commerçants qui n ont pas à gèrer les numéros de cartes bancaires. 27 Paying using a credit card and SSL cc. no: E cc. no: ab47h67s4hdj295 D cc. no: n e Consumer c c r Internet r Merchant y y p p t secure pipe t securely transfers Consumer Card details encrypt Consumer to Merchant information identify Merchant to Consumer encryption at Internet message level not necessary to identify Consumer treat transaction as a mail order telephone order (MOTO) order chargeback issues! 28

8 = SG Les autres moyens Les pistes pour l avenir: Pour la signature aussi, on perçoit une convergence The Future of Money is the Smart Check Card Debit Cash echeck Le paiement sur les forfaits Internet... (ex Orange) Les cartes à puce porte monnaie électronique. Paiement avec les téléphones portables, (avec lecteur de cartes intégrés ou non) Intégration des cartes à puces dans les systèmes électroniques (Pc fixe/portable ou PDA...) Credit Loyalty all payment cards will migrate to smart card technology for improved security and reduced fraud... 32

9 Infractions spécifiques aux nouvelles technologies Sources : L. n du 05 janv (Loi Godfrain) (maintenant largement intégrée dans le code Pénal français) L. n du 21 juin 2004 (LCEN ou LEN) transposant la Directive européenne du 8 juin 2000 sur le Commerce électronique Convention sur la cybercriminalité. Adoptée à Bucarest le 23!novembre 2001 (Conseil de l'europe adoptée par 38 pays) Infractions spécifiques aux nouvelles technologies Accès et maintien frauduleux à un système de traitement automatisé de données C. pén., art al. 1 Preuve à apporter - du caractère frauduleux de l accès - de l élément intentionnel 2 ans d emprisonnement, " d amende Infractions spécifiques aux nouvelles technologies Atteinte à l intégrité du système C. pén., art Exemples : destruction de fichiers, de programmes, de sauvegardes («!flaming!») Atteinte à l intégrité des données C. pén., art Virus, atteinte à des pages WEB 5 ans d emprisonnement et " d amende 35 Infractions spécifiques aux nouvelles technologies Abus de dispositif (LCEN ; C. pén., art ) Cryptologie (LCEN, art. 35 ; C. pén., art ) Répression des particuliers : Association de malfaiteurs (C. pén., art ) Le cas Meetic, TGI Carcassonne, 16 juin

10 Usurpation d identité numérique - PHISHING! Définition : incitation à révéler des données personnelles (numéros de carte bancaire, données de connexion )! Qualifications juridiques : Collecte frauduleuse de données (C. pén., art ) Contrefaçon, prospection directe non autorisée (C. pén., art ) Projet de loi américain / Proposition de loi du 4 juillet 2005 (inspirée par la loi US anti Spamming : un exemple de sollicitation du client LCEN, art 22. : opt-in Fondements possibles : Collecte frauduleuse et déloyale : Aspiration d un site WEB Illicéité du message envoyé : Spams africains, Spam au Viagra, proposition de logiciels contrefaits 2 à 5 ans d emprisonnement, à " d amende phishing Act) Spamming : de nouvelles mesures de lutte En juillet 2002, la CNIL a pris l initiative d ouvrir une «!boîte à Spams!» invitant les internautes à lui retourner les Spams qu ils ont reçus - opération arrêtée mais qui devrait reprendre Protection des données personnelles Un dispositif législatif et réglementaire original et précurseur, dès 1978 Signal Spam : association loi 1901 Convention d entraide judiciaire en matière pénale avec le Brésil, signée à Paris le 28 mai Diversité des textes d incrimination C. pén., arts à !; convention d extradition 39 40

11 Une autorité administrative indépendante : la CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés) Le rôle de la CNIL : le garant de la protection des données personnelles Les nouveaux pouvoirs de la CNIL 41 Les infractions de presse : SOURCES Déclaration des Droits de l Homme et du Citoyen, art. 11 (1789) L. 29 juillet 1881 sur la Liberté de la Presse L. 29 juillet 1982 sur la Communication Audiovisuelle Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales, art. 10 (Rome 1950) 42 Les infractions de presse : REGIME ET APPLICATIONS Animateur d un site de e- commerce : Edition d un site : Ex : affaire Yahoo, TGI Paris, 17è ch., 11 févr Cas des annonces, commentaires par les Les infractions de presse : REGIME PARTICULIER Responsabilité éditoriale Responsabilité allégée (Dir. Comm. CE 8 juin 2000, art. 14 ; L. 21 juin 2004, art 6-I) internautes 43 44

12 Les autres infractions de presse et la Prescription Atteintes à l Ordre Public Activités illicites : terrorisme Ex : Art. L du Code de la santé publique : interdiction de toute propagande ou publicité, directe ou indirecte, en faveur du tabac Prescription : L. 29 juillet 1881, art. 65. notion de nouvelle publication 45 Diffusion du mode d emploi et de fabrication d armes et de moyens de destruction (Code pén., art ) Menaces de destruction (Code pén., art et ) L. 24 janv (loi Sarkozy) lutte contre le terrorisme : Données de connexion Fournisseurs d accès et prestataires 46 d hébergement (LCEN, art. 6-II bis) Jeux en ligne, paris clandestins Activités encadrées Méfiance du législateur. Une activité encadrée Loi du 12 juillet 1983 Quel avenir? L exemple de l arrêt CJCE, 6 novembre 2003, Gambelli Monopole d État versus liberté d établissement en Europe 47 Publicité en ligne Activités règlementées Le contrat d affiliation : rapport régie/annonceur, régie/éditeur de site Responsabilité des annonceurs? Nanterre Google Toulouse contrefaçon «!l affaire des choristes!». TGI Paris, 31è ch., 21 juin

13 Atteinte aux mineurs Diffusion d un message à caractère pornographique (C. pén., art , l. n du 4 avr. 2006) Accès par un mineur à des sites violents ou pornographiques (C. pén., art ) Renforcement des moyens de protection des mineurs, coopération internationale Collecte des preuves dans l environnement numérique Des services d enquêtes spécialisés IRCGN, BEFTI, BRCI, OCLCTIC Autres organismes d Etat, acteurs privés Surveillance de l Internet Techniques probatoires Les peines commencent à " d amende Coopération internationale Coopération internationale des forces de police Organismes internationaux Interpol, Europol, Eurojust, Shengen, groupe de Lyon du G8 Coopération entre magistrats Régime de l extradition, principe de territorialité, mandat d arrêt européen 51 Pourquoi dématérialiser la facture? Ce qui coûte dans les traitements administratifs Manipulations répétées d informations redondantes Rapprochement manuel des factures Correction d erreurs causées par l entrée de données de facturation incorrectes Édition, distribution et classement des factures Envoi de factures par la poste Recherches dans les factures 52

14 La Directive européenne 2001/115/CE Instruction de la DGI du 7 août 2003 Types de factures : Facture papier Facture dématérialisée factures transmises par voie électronique et sécurisées au moyen d une signature électronique (art. 289 V du CGI) dématérialisation fiscale des factures au sens de l article 289 bis du CGI Types d échanges : Echanges transfrontaliers Echanges franco-français 53 Principes généraux de la dématérialisation fiscale Identité des messages émis et reçus Constitution d un fichier des partenaires Constitution d une liste récapitulative Archivage des données Restitution en clair 54 Formes de factures dématérialisées Avantages pour le récepteur Fichier Facture non structuré «signé» Fichier EDI éventuellement «signé» Factures dématérialisées 55 Gains de temps transmission des factures traitement des factures et des litiges potentiels émission du titre de paiement diminution du nombre des litiges comptabilisation automatique des factures diminution du papier à manipuler Gain financier diminution des frais d archivage Gains en sécurité garantie d authenticité et d intégrité suivi rigoureux de la réception des factures possibilité de systématiser les contrôles 56

15 Gains pour le récepteur Avantages pour l émetteur Facture papier Traitement courrier 0,9! Saisie 1,4! Validation 5,4! Paiement 2,8! Archivage 1,5! Gestion des litiges 1,8! Total = 13,80! Facture dématérialisée X X Validation Paiement X Gestion des litiges 0! 0! 2! 1,1! 0! 0,9! Total = 4! Gains de temps transmission des factures traitement des factures et des litiges potentiels émission du titre de paiement diminution du nombre des litiges potentiels comptabilisation automatique des factures diminution du papier à manipuler. Gains financiers diminution des frais postaux (papier, frais d envoi, etc.) diminution des frais d archivage. Gains en sécurité garantie d authenticité et d intégrité suivi rigoureux de l envoi des factures (source Arthur D. Little pour Gains pour l émetteur Utilisation de l'edi ou du Web-EDI Facture papier Préparation fact. Comptabilisation Envoi Rapprochement paiement Archivage Gestion relances Gestion des litiges 0,3! 1,2! 0,5 à 2,0! 0,8! 0,8! 2,4! Gestion des litiges 2,0! Total = 8 à 9,5! Facture dématérialisée Préparation fact. Comptabilisation X Rapprochement paiement X Gestion relances Gestion des litiges 0,2! 0! 0,2! 0! 0,4! 1,2! Gestion des litiges 1! Total = 3! 59 (source Arthur D. Little pour % d'entreprises EDI Web-EDI EDI et/ou Web-EDI oui 12,4 % 13,5 % 23,8 % non mais prévu non et pas prévu 3,9 % 3,7 % 5,1 % 82,3 % 80,8 % 69,9 % ne sait pas 1,3 % 2,1 % 1,3 % Base : 1000 entreprises 60

16 Messages échangés par ceux qui pratiquent les EEP (aujourd'hui ou dans les 12 mois) % d'entreprises EDI Web-EDI EDI et/ou Web-EDI commande 93,4 % 86,4 % 95,2 % Signature électronique : Une signature électronique est un code joint à un message de courrier électronique et qui prouve l'identité de l'émetteur du message. Selon la directive européenne de 1999 : avis d expédition 62,8 % 40,9 % 55,6 % facture 55,4 % 31,8 % 45,6 % fiche produit 15,7 % 12,1 % 15,2 % Base : 230 entreprises La loi du 13 mars 2000 a modifié le Code Civil en légalisant la signature électronique! Le 13 mars 2000, le Parlement français a voté une loi pour valider la signature électronique. Cette loi concerne non seulement la validité de la signature électronique mais aussi l'utilisation d'un procédé fiable d'identification : Il s'agit de garantir avant tout l'identité du signataire. L'intégrité de l'acte est garantie dans des conditions déterminées par décret. Ce décret qui vient d'être publié au Journal officiel établit deux conditions pour que les procédés de signature électronique puissent bénéficier de la présomption légale de fiabilité : * la signature électronique doit être créée par un dispositif sécurisé ; * la vérification de la signature électronique doit reposer sur l'utilisation d'un certificat électronique qualifié. 63 Dans quelles conditions la création de signatures électroniques est-elle reconnue sécurisée? L intégrité des données doit être assurée * la signature électronique doit être protégée contre toute falsification ou utilisation par des tiers, * le contenu de l'acte signé ne doit en aucun cas être altéré. Un comité directeur de la certification -institué auprès du Premier ministre - est chargé de veiller au respect de ces différentes règles de sécurisation. (arrêté à venir). * L'identification du signataire sera assurée par des sociétés prestataires de services qui délivreront des certificats attestant de l'identité du signataire et de sa capacité à signer. * Pour devenir prestataires de services de certification électronique, ces sociétés devront être accréditées par une instance qui sera créée par arrêté. 64

17 La signature électronique est construite sur des bases scientifiques solides! Vérifie l identité de l émetteur du message Assure le récepteur de la validité du lien entre l émetteur et le message Garantie le contenu du message dans son transport et sa conservation Authentification : La fonction d'authentification garantit que l'entité participant à la communication est bien l'entité déclarée. Ceci doit être un véritable contrôle d identité Protège le secret de la correspondance vis-à-vis des tiers Non-répudiation : La fonction de non-répudiation empêche une personne ou une entité de nier avoir exécuté une action particulière en relation avec les données. Vous êtes sûre que j ai bien signé ce bon de commande? Intégrité : La fonction d'intégrité assure que les données n'ont pas été accidentellement ou volontairement modifiées ou détruites, soit pendant un transfert, soit durant le stockage. Norme Z de l'afnor :! en vue d'assurer la conservation et l'intégrité des documents stockés dans ces systèmes : l'irréversibilité physique : utilisation de disques optiques par exemple La traçabilité : mise en place de procédures pour contrôler et détecter les modifications ou altérations des enregistrements. L'horodatage : conservation de l'historique des événements sous la forme AAAA/MM/JJ/mm/ SS/cc 67 68

18 Confidentialité : La fonction de confidentialité assure que l'information n'est pas rendue disponible, ni révélée à des personnes, entités ou processus non autorisés. La cryptographie permet de réaliser concrètement des dispositifs assurant la confidentialité des échanges 69 La mise en oeuvre pratique de la signature électronique Les droits européens et français ont admis la valeur probante des supports numériques. Comment les mesures seront-elles appliquées? Une signature électronique résulte de l'association de trois éléments essentiels : un document, un chiffrement (cryptage) et un certificat d identification numérique (CIN). Le chiffrement et le certificat sont indispensables à l'identification de l'individu qui émet la signature et à l'authentification du document qui en est l'objet. Leur fonctionnement repose sur l'utilisation d'infrastructures dites «à clé publique» (PKI). 70

Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information

Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information - Cadre institutionnel et réglementaire - Présenté par : Laila ZOUAK Entité Prospective

Plus en détail

La dématérialisation fiscale

La dématérialisation fiscale La dématérialisation fiscale Mondial Assistance met en place la facture électronique, ou dématérialisation fiscale. Ce document a pour objectif de vous présenter les normes qui encadrent un nouveau mode

Plus en détail

Contenu. Qui sommes-nous? Les enjeux de la dématérialisation Les outils juridiques La solution evidencecube. Mars - 2008 evidencecube

Contenu. Qui sommes-nous? Les enjeux de la dématérialisation Les outils juridiques La solution evidencecube. Mars - 2008 evidencecube Contenu Qui sommes-nous? Les enjeux de la dématérialisation Les outils juridiques La solution evidencecube Qui sommes-nous? Qui sommes-nous? evidencecube a été créé en 2005 par Hervé Bouvet et Michaël

Plus en détail

Décision de dispense de déclaration n 3

Décision de dispense de déclaration n 3 Délibération n 2005-003 du 13 janvier 2005 décidant la dispense de déclaration des traitements mis en œuvre par les organismes publics dans le cadre de la dématérialisation des marchés publics Décision

Plus en détail

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet LCEN BPC/DAJ_3 novembre 2004 Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet Sélection des articles de la loi qui concernent le développement de l administration

Plus en détail

Solution de facturation électronique Signée

Solution de facturation électronique Signée Solution de facturation électronique Signée (Article 289V du Code Général des Impôt) Fiche d information Sommaire La facture... 2 En quoi consiste la dématérialisation fiscale de la facture?... 3 Qu est-ce

Plus en détail

SECURITE DU COMMERCE SUR INTERNET

SECURITE DU COMMERCE SUR INTERNET SECURITE DU COMMERCE SUR INTERNET Murielle Cahen. «Sécurité du commerce sur internet». In : Avocat on line [En ligne]. http://www.murielle-cahen.com/publications/p_1securite.asp (consulté le 7/10/2013)

Plus en détail

MODELE DE CONVENTION ERDF / relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement

MODELE DE CONVENTION ERDF / <Fournisseur> relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement Direction Technique MODELE DE CONVENTION ERDF / relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement Identification : ERDF-FOR-CF_42E Version : 1 Nombre de pages : 10 Version

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives,

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives, Délibération n 09-12 du 23 novembre 2009 portant proposition d élaboration d une norme permettant la déclaration simplifiée de conformité des traitements automatisés d informations nominatives relatifs

Plus en détail

LES CONDITIONS GENERALES DE VENTE - DERNIERE MAJ DU 17/03/2011

LES CONDITIONS GENERALES DE VENTE - DERNIERE MAJ DU 17/03/2011 LES CONDITIONS GENERALES DE VENTE - DERNIERE MAJ DU 17/03/2011 Article 1 Le vendeur ATELIER DU CAVIAR 91 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris contact@atelierducaviar.fr 508 580 073 R.C.S CNIL : n 1486517

Plus en détail

Centre de Recherche sur l Information Scientifique et Technique. Par Mme BOUDER Hadjira Attachée de Recherche

Centre de Recherche sur l Information Scientifique et Technique. Par Mme BOUDER Hadjira Attachée de Recherche Centre de Recherche sur l Information Scientifique et Technique Protection des Systèmes d Information: Aspects Juridiques Par Mme BOUDER Hadjira Attachée de Recherche Introduction La décentralisation des

Plus en détail

Payement électronique. Sommaire. 1. Les systèmes de paiement électroniques. 1.1 E-banking

Payement électronique. Sommaire. 1. Les systèmes de paiement électroniques. 1.1 E-banking Payement électronique Sommaire 1. Les systèmes de paiement électroniques... 1 1.1 E-banking... 1 1.2 Porte-monnaie électronique et porte-monnaie virtuel... 2 1.2.1 Le porte monnaie électronique (e-cash)...

Plus en détail

Le contrat Cloud : plus simple et plus dangereux

Le contrat Cloud : plus simple et plus dangereux 11 février 2010 CONFERENCE IDC CLOUD COMPUTING Le Cloud dans tous ses états Le contrat Cloud : plus simple et plus dangereux Les bons réflexes pour entrer dans un contrat Cloud en toute sécurité Benjamin

Plus en détail

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME Les petits déjeuner du CT M Réunion n 4 du Club de Laboratoires Accrédités Dématérialisation des données Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes

Plus en détail

Les factures dématérialisées

Les factures dématérialisées ANNEXE 8 Les factures dématérialisées Les sources de droit en matière de factures. Deux sources de droit définissent la facture : le Code de commerce et le Code général des impôts. Article 441-3 du Code

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

Paris, le 3 septembre 2009

Paris, le 3 septembre 2009 Sophie Martinet Société d Avocat inscrite au barreau de Paris 73, bd de Clichy - 75009 Paris Tel :01 48 74 52 61 - fax : 01 53 01 38 19 Palais : J 125 sophie.martinet@cassiopee-avocats.fr Paris, le 3 septembre

Plus en détail

La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN»

La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN» La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN» SOMMAIRE 1 QUEL EST LE ROLE DE LA POLITIQUE DE GESTION DES PREUVES? 3 2 COMMENT FONCTIONNE LE SERVICE K.WEBSIGN? 3 3 QUELS SONT LES USAGES ET APPLICATIONS

Plus en détail

Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste

Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste Au nom du peuple, La chambre des députés ayant adopté. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Titre Premier : Dispositions

Plus en détail

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel»

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» «Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» Incidence de la réforme de la loi «Informatique et libertés» et de la loi «Économie Numérique» Emilie PASSEMARD, Chef du service

Plus en détail

Gestion de l Identité Numérique

Gestion de l Identité Numérique Gestion de l Identité Numérique La France veut accélérer et consolider le développement de l Economie numérique, instaurer la confiance numérique et lutter contre la fraude et l usurpation d identité,

Plus en détail

GUIDE DE POCHE SUR LA CYBERCRIMINALITE

GUIDE DE POCHE SUR LA CYBERCRIMINALITE GUIDE DE POCHE SUR LA CYBERCRIMINALITE A/ DEFINITIONS On peut définir la cybercriminalité comme étant l ensemble des infractions pénales susceptibles de se commettre sur les réseaux de télécommunications

Plus en détail

La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN»

La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN» La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN» SOMMAIRE 1 QUEL EST LE ROLE DE LA POLITIQUE DE GESTION DES PREUVES? 3 2 COMMENT FONCTIONNE LE SERVICE K.WEBSIGN? 3 3 QUELS SONT LES USAGES ET APPLICATIONS

Plus en détail

«De l authentification à la signature électronique : quel cadre juridique pour la confiance dans les communications électroniques internationales?

«De l authentification à la signature électronique : quel cadre juridique pour la confiance dans les communications électroniques internationales? C.N.U.D.C.I./U.N.C.I.T.R.A.L. Nations Unies - New York, 14 février 2011 «De l authentification à la signature électronique : quel cadre juridique pour la confiance dans les communications électroniques

Plus en détail

LE PAIEMENT EN LIGNE :

LE PAIEMENT EN LIGNE : Les Mardis de l ADIJ Maison du barreau le 4 juillet 2006 LE PAIEMENT EN LIGNE : L état du droit face à la technique Cathie-Rosalie JOLY Docteur en droit avocat Directrice du site d information juridique

Plus en détail

«Transactions Electroniques Sécurisées & sécurité»

«Transactions Electroniques Sécurisées & sécurité» «Transactions Electroniques Sécurisées & sécurité» -- signature électronique -- bresson@ctn.asso.fr Web : tic.ctn.asso.fr Dossier réalisé avec la collaboration de D. Breux (Echangeur BN) et O. Lamirault

Plus en détail

Les délits de presse appliqués à Internet (La responsabilité des hébergeurs et des éditeurs)

Les délits de presse appliqués à Internet (La responsabilité des hébergeurs et des éditeurs) Les délits de presse appliqués à Internet (La responsabilité des hébergeurs et des éditeurs) Article juridique publié le 21/11/2014, vu 923 fois, Auteur : Fabrice R. LUCIANI Loi n 86-1067 du 30 septembre

Plus en détail

Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel

Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel Souad El Kohen-Sbata Membre de la CNDP de développement -CGEM- Cadre Juridique de la protection des données personnelles au Maroc: Plan

Plus en détail

COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL. Hélène Lebon Avocat Associé

COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL. Hélène Lebon Avocat Associé COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL Hélène Lebon Avocat Associé PROGRAMME Champ d application de la loi I&L Principales obligations imposées par la loi Informatique et libertés Pouvoirs

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES

DISPOSITIONS GENERALES Loi n 09-04 du 14 Chaâbane 1430 correspondant au 5 août 2009 portant règles particulières relatives à la prévention et à la lutte contre les infractions liées aux technologies de l information et de la

Plus en détail

Dématérialisation et protection des données

Dématérialisation et protection des données Colloque de l AJAR 4 décembre 2012 Dématérialisation et protection des données Philippe POIGET, Directeur des affaires juridiques, fiscales et de la concurrence Fédération Française des Sociétés d Assurances

Plus en détail

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales 1 Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires es Universite Nationale du Vietnam-Hanoi Faculté de Droit Matières Objectifs du cours Compétences acquises UE UE-1

Plus en détail

Commission Nationale de Contrôle de la Protection des Données à Caractère Personnel

Commission Nationale de Contrôle de la Protection des Données à Caractère Personnel Commission Nationale de Contrôle de la Protection des Données à Caractère Personnel Plan de la présentation: Objectif de l encadrement de l utilisation des données personnelles. Principes généraux de la

Plus en détail

Droit du commerce électronique

Droit du commerce électronique Droit du commerce électronique Auteur(s) : Céline Castets-Renard Présentation(s) : Maître de conférences de droit privé, HDR, Université de Toulouse I CapitoleCo-directrice du Master 2 Droit et informatique

Plus en détail

Cible de sécurité CSPN

Cible de sécurité CSPN Cible de sécurité CSPN ClearBUS Application cliente pour la communication sécurisée Version 1.12 Le 25/11/2011 Identifiant : CBUS-CS-1.12-20111125 contact@clearbus.fr tel : +33(0)485.029.634 Version 1.12

Plus en détail

Vu les articles 225-1 à 225-3 ; 226-1 et 226-16 à 226-24 du Code pénal ;

Vu les articles 225-1 à 225-3 ; 226-1 et 226-16 à 226-24 du Code pénal ; DÉLIBÉRATION N 03-034 DU 19 JUIN 2003 PORTANT ADOPTION D'UNE RECOMMANDATION RELATIVE AU STOCKAGE ET À L UTILISATION DU NUMÉRO DE CARTE BANCAIRE DANS LE SECTEUR DE LA VENTE À DISTANCE La Commission nationale

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE

COMMERCE ELECTRONIQUE COMMERCE ELECTRONIQUE 17/11/2011 Le commerce électronique est en pleine expansion, il s inscrit maintenant dans un cadre juridique précis. Le Code civil, le Code de la consommation et la loi pour la confiance

Plus en détail

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet 1 Table des matières Contenu 1. Préambule 3 2. Autorisation d accès 3 3. Accès technique à SanitasNet et identification 3 4. Coûts 4 5.

Plus en détail

1. Le m-paiement. 2. Le régime juridique du m- paiement. 3. Le m-paiement et les failles de sécurité

1. Le m-paiement. 2. Le régime juridique du m- paiement. 3. Le m-paiement et les failles de sécurité 1. Le m-paiement 2. Le régime juridique du m- paiement 3. Le m-paiement et les failles de sécurité 1. Le m-paiement, c est? Définition: ensemble des paiements pour lesquels les données de paiement et les

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente Universign Universign Version: 1.2 DIFFUSION PUBLIQUE Les présentes conditions de vente s appliquent entre d une part la société Cryptolog International au capital de 275

Plus en détail

+213 (0) 21 56 25 00. FAX:

+213 (0) 21 56 25 00. FAX: EMV Mme Nejla Belouizdad Directrice Organisation et Sécurité Monétique TEL: +213 (0) 21 56 25 00. FAX: +213 (0) 21 56 18 98. E-mail : nejla.belouizdad@satim-dz.com 46, Rue des fréres Bouadou (Ex Ravin

Plus en détail

Conditions générales de partenariat

Conditions générales de partenariat Conditions générales de partenariat 1. Cadre de la collaboration La société ROCOLUC S.A. est titulaire de licences B+ délivrées par la Commission des Jeux de Hasard belge. Ces licences lui permettent d

Plus en détail

CONFERENCE ESPACE MULTIMEDIA LE MULOT Maurepas, le 23 novembre 2010. Dominique DAMO, Avocat

CONFERENCE ESPACE MULTIMEDIA LE MULOT Maurepas, le 23 novembre 2010. Dominique DAMO, Avocat CONFERENCE ESPACE MULTIMEDIA LE MULOT Maurepas, le 23 novembre 2010 Dominique DAMO, Avocat Qui sommes-nous? 2 SOCIETE JURISDEMAT AVOCAT STRUCTURE DE LA SOCIETE JurisDemat Avocat est une Selarl en activité

Plus en détail

Les bases de données clients dans le cadre du commerce B2B : Quelques aspects juridiques

Les bases de données clients dans le cadre du commerce B2B : Quelques aspects juridiques Atelier EBG - mardi 16 mars 2010 Les bases de données clients dans le cadre du commerce B2B : Quelques aspects juridiques Cathie-Rosalie JOLY Avocat au barreau de Paris Docteur en droit Cabinet ULYS http://www.ulys.net

Plus en détail

La signature électronique au service de l'émission de factures dématérialisées. Un cas B-to-C

La signature électronique au service de l'émission de factures dématérialisées. Un cas B-to-C La signature électronique au service de l'émission de factures dématérialisées Un cas B-to-C 1 Plan de la présentation Les origines de dématérialisation des factures Enjeux de la dématérialisation Rappel

Plus en détail

Sécuritédes Applications Web Conférence CLUSIF 15 décembre 2011

Sécuritédes Applications Web Conférence CLUSIF 15 décembre 2011 Sécuritédes Applications Web Conférence CLUSIF 15 décembre 2011 Les enjeux réglementaires de la protection des informations en ligne Garance MATHIAS Avocat Dématérialisation des données et informations

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU TELEPAIEMENT DES IMPOTS, DROITS, TAXES, CONTRIBUTIONS ET REDEVANCES. Il a été convenu ce qui suit :

CONVENTION RELATIVE AU TELEPAIEMENT DES IMPOTS, DROITS, TAXES, CONTRIBUTIONS ET REDEVANCES. Il a été convenu ce qui suit : CONVENTION RELATIVE AU TELEPAIEMENT DES IMPOTS, DROITS, TAXES, CONTRIBUTIONS ET REDEVANCES Entre : L Etat du Sénégal représenté par le Directeur général des Impôts et des Domaines, d une part ; «BANQUE»,

Plus en détail

POLITIQUE DE RESPECT DE LA VIE PRIVÉE

POLITIQUE DE RESPECT DE LA VIE PRIVÉE POLITIQUE DE RESPECT DE LA VIE PRIVÉE En tant qu'utilisateur de www.candycrushperfumes.com, veuillez lire attentivement cette politique de respect de la vie privée. Vous pourrez accéder ici à toutes les

Plus en détail

Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes www.cncc.fr

Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes www.cncc.fr Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes www.cncc.fr Présentation du nouveau portail de la profession 6ème édition des Journées "Internet pour le droit" 03/11/04 Commission informatique Novembre

Plus en détail

éditée par Cryptolog

éditée par Cryptolog powered by La plateforme Cloud de signature électronique, d horodatage et de gestion des identités éditée par Cryptolog www.universign.com LES OFFRES CLOUD Signature électronique Universign Pro Universign

Plus en détail

LA SIGNATURE ELECTRONIQUE

LA SIGNATURE ELECTRONIQUE LA SIGNATURE ELECTRONIQUE Date de publication : 14/11/2008 Les échanges par voie électronique ne cessent de croître. Or, leur caractère entièrement dématérialisé fait naître de nouveaux enjeux juridiques.

Plus en détail

CHARTE INFORMATIQUE. Bon usage des moyens informatiques et du réseau des prestations de l association Comput Yourself

CHARTE INFORMATIQUE. Bon usage des moyens informatiques et du réseau des prestations de l association Comput Yourself CHARTE INFORMATIQUE Bon usage des moyens informatiques et du réseau des prestations de l association Comput Yourself Ce texte, bien qu ayant un caractère réglementaire, est avant tout un code de bonne

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

ifm electronic vous propose la «facturation dématérialisée»

ifm electronic vous propose la «facturation dématérialisée» ifm electronic vous propose la «facturation dématérialisée» ifm electronic met en place un processus de facturation électronique de ses clients et vous invite à bénéficier pleinement et gratuitement des

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/08/35 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Revue d actualité juridique de la sécurité du Système d information

Revue d actualité juridique de la sécurité du Système d information Revue d actualité juridique de la sécurité du Système d information Me Raphaël PEUCHOT, avocat associé FOURMANN & PEUCHOT 16 mars 2011 THÈMES ABORDÉS : 1. Cloud computing : les limites juridiques de l

Plus en détail

la Facture électronique mes premiers pas

la Facture électronique mes premiers pas b X la Facture électronique mes premiers pas 2 e SOMMAIRE INTRODUCTION Pourquoi émettre des factures?... 5 Pourquoi passer à l électronique?... 6 Etape 1 La facture électronique : qu est-ce que c est?

Plus en détail

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE 14/11/2008 L écrit est associé depuis des siècles à son support, le papier. Le développement des nouvelles technologies de l information et de la communication

Plus en détail

La dématérialisation

La dématérialisation La dématérialisation La dématérialisation : une priorité de l Etat La dématérialisation, la ligne d action prioritaire de l AIFE : Elle constitue un levier important d amélioration de l efficience des

Plus en détail

Conclusion et preuve du contrat par voie électronique

Conclusion et preuve du contrat par voie électronique Bruxelles 11 décembre 2014 Conclusion et preuve du contrat par voie électronique Hervé Jacquemin Avocat au barreau de Bruxelles Chargé d enseignement UNamur Chargé de cours invité UCL -ICHEC Ulys - Cabinet

Plus en détail

la Facture électronique mes premiers pas

la Facture électronique mes premiers pas b e X la Facture électronique SOMMAIRE INTRODUCTION Pourquoi émettre des factures?... 5 Pourquoi passer à l électronique?... 6 Etape 1 : qu est-ce que c est? 8 Définition... 8 Modes d échange... 8 Etape

Plus en détail

Conditions générales de vente en ligne

Conditions générales de vente en ligne Conditions générales de vente en ligne SAROFOT Impertinent.ph Les présentes conditions de vente sont conclues d une part par la société SAROFOT Impertinent. au capital de 11433,67 euro dont le siège social

Plus en détail

2015 c est demain comment s y préparer

2015 c est demain comment s y préparer 2015 c est demain comment s y préparer Yves-René Guillou, Avocat Associé, Cabinet Earth Avocats La dématérialisation : notions Dématérialisation des procédures de marchés publics = utilisation de la voie

Plus en détail

Optimisez vos échanges commerciaux. avec la Dématérialisation Fiscale de Factures

Optimisez vos échanges commerciaux. avec la Dématérialisation Fiscale de Factures Optimisez vos échanges commerciaux avec la Dématérialisation Fiscale de Factures Mars 2012 Sommaire 1. Pourquoi dématérialiser les factures? Les motivations / le ROI 2. Dématérialiser mes factures oui,

Plus en détail

Conditions Générales de Vente (site e- commerce)

Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Préambule Les présentes conditions générales de vente sont conclues : ENTRE : - La société., domiciliée, immatriculée SIRET., désigné comme le Vendeur ET

Plus en détail

CONVENTION D ADHESION AUX SERVICES DE TRANSMISSION DES ORDRES VIA «etrade.menacp.net»

CONVENTION D ADHESION AUX SERVICES DE TRANSMISSION DES ORDRES VIA «etrade.menacp.net» Date d ouverture.../.../.... Compte N......... Identifiant unique.. CONVENTION D ADHESION AUX SERVICES DE TRANSMISSION DES ORDRES VIA «etrade.menacp.net» Conformément à la loi n 94-117 du 14/11/1994, au

Plus en détail

1. Le service, en bref 3. 2. Avantages 3. 3. Contexte 3. 4. Clients actuels et cibles 3. 5. Description du service 4 5.1.

1. Le service, en bref 3. 2. Avantages 3. 3. Contexte 3. 4. Clients actuels et cibles 3. 5. Description du service 4 5.1. SERVICE : E-PAYMENT Code Service : e-payment Groupe de services : Web Solutions Publics cibles : Services publics Version du document : V 3.3 Table des matières 1. Le service, en bref 3 2. Avantages 3

Plus en détail

L anonymisation en matière de recherche biomédicale. Nathalie Bosmans CPP Tours Ouest I Janvier - février 2010 nathalie.bosmans-2@etu.univ-tours.

L anonymisation en matière de recherche biomédicale. Nathalie Bosmans CPP Tours Ouest I Janvier - février 2010 nathalie.bosmans-2@etu.univ-tours. L anonymisation en matière de recherche biomédicale Nathalie Bosmans CPP Tours Ouest I Janvier - février 2010 nathalie.bosmans-2@etu.univ-tours.fr Plan I- Définitions : 1-Les avantages 2- Les problématiques

Plus en détail

Le cadre législatif de la certification électronique, de la signature électronique pour la mise en oeuvre d'une Economie Numérique

Le cadre législatif de la certification électronique, de la signature électronique pour la mise en oeuvre d'une Economie Numérique Le cadre législatif de la certification électronique, de la signature électronique pour la mise en oeuvre d'une Economie Numérique Présentation du 8 décembre Alain Laniesse Directeur conseil et expert

Plus en détail

CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION. «société d assurance indépendante» (Convention complète)

CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION. «société d assurance indépendante» (Convention complète) CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION «société d assurance indépendante» (Convention complète) Les parties à la convention - Le Ministre de l intérieur représenté par le Préfet de - Raison sociale : numéro

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA MODIFICATION DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS

Plus en détail

Conditions générales de partenariat

Conditions générales de partenariat Conditions générales de partenariat 1. Cadre de la collaboration L opérateur est titulaire de licences B+ délivrées par la Commission des Jeux de Hasard belge. Ces licences lui permettent d exploiter,

Plus en détail

Collaboration entre le SPF Economie et les acteurs privés dans le cadre de la lutte contre la fraude sur Internet dans les secteurs économiques

Collaboration entre le SPF Economie et les acteurs privés dans le cadre de la lutte contre la fraude sur Internet dans les secteurs économiques Collaboration entre le SPF Economie et les acteurs privés dans le cadre de la lutte contre la fraude sur Internet dans les secteurs économiques Mission de la DGCM du SPF Economie Contribuer à la création

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES.

CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES. DQ- Version 1 SSR Saint-Christophe CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES. I] INTRODUCTION L emploi des nouvelles technologies nécessite l application

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

TABLEAU DE CORRESPONDANCE ENTRE LES SAVOIRS JURIDIQUES ASSOCIES DU REFERENTIEL BAC PRO GA ET LE PROGRAMME D ECONOMIE-DROIT

TABLEAU DE CORRESPONDANCE ENTRE LES SAVOIRS JURIDIQUES ASSOCIES DU REFERENTIEL BAC PRO GA ET LE PROGRAMME D ECONOMIE-DROIT TABLEAU DE CORRESPONDANCE ENTRE LES SAVOIRS JURIDIQUES ASSOCIES DU REFERENTIEL BAC PRO GA ET LE PROGRAMME D ECONOMIE-DROIT Avertissement : ce document a pour seul objet de faciliter le de repérage des

Plus en détail

FICHE PRATIQUE N 1 REGLEMENTATION DU WiFi PUBLIC

FICHE PRATIQUE N 1 REGLEMENTATION DU WiFi PUBLIC FICHE PRATIQUE N 1 REGLEMENTATION DU WiFi PUBLIC Seriez-vous concerné sans le savoir? LE WiFi PUBLIC EN FRANCE Les bornes WiFi permettant d accéder à internet via les réseaux sans fil, se sont multipliées

Plus en détail

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés 65 A. Introduction Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés Editions ENI - All rights reserved Acheter en ligne présente des risques

Plus en détail

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Prénom Nom : Signature : Date : Service : Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Ce texte, associé au règlement intérieur des entités, a pour objet de préciser la responsabilité

Plus en détail

EMV, S.E.T et 3D Secure

EMV, S.E.T et 3D Secure Sécurité des transactionsti A Carte Bancaire EMV, S.E.T et 3D Secure Dr. Nabil EL KADHI nelkadhi@club-internet.fr; Directeur du Laboratoire L.E.R.I.A. www.leria.eu Professeur permanant A EPITECH www.epitech.net

Plus en détail

Simple & Performant. www.quick-software-line.com. Dématérialisation des documents

Simple & Performant. www.quick-software-line.com. Dématérialisation des documents Dématérialisation des documents à valeur légalel Quick-DMT: La démat légale & facile Dématérialisation de documents à valeur probante : Courriers, factures, salaires, contrats, convocations, bilans, médicales

Plus en détail

Cadre juridique de l Open data

Cadre juridique de l Open data Inspire / Open data : deux démarches complémentaires pour mieux partager les données géographiques Cadre juridique de l Open data Sarah Lenoir 12 octobre 2015 1 Introduction (1) Enjeu Favoriser le partage

Plus en détail

Note à Messieurs les :

Note à Messieurs les : DIRECTION GENERALE Alger, le 02 septembre 2015 DE L INSPECTION GENERALE Réf./DGIG/N 1039/2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs

Plus en détail

Encadrement juridique de l e-assurance en France et en Europe

Encadrement juridique de l e-assurance en France et en Europe Les rencontres de l argus de l assurance, 23 octobre 2008 Encadrement juridique de l e-assurance en France et en Europe Cathie-Rosalie Joly Avocat au barreau de Paris Docteur en droit Cabinet ULYS 251

Plus en détail

Contrats Générales d utilisation et de vente de la solution Mailissimo

Contrats Générales d utilisation et de vente de la solution Mailissimo Contrats Générales d utilisation et de vente de la solution Mailissimo Le présent contrat est conclu entre les parties suivantes : Net Solution Partner - Mailissimo SARL au capital de 9 146,94 Euros Inscrite

Plus en détail

La protection des données personnelles

La protection des données personnelles La protection des données personnelles Limites légales et moyens de protection Intervenants Delphine PRAMOTTON, Ingénieur, Ernst & Young Philippe WALLAERT, Avocat, Morvilliers Sentenac 22 novembre 2005

Plus en détail

Plateforme SEO My Ranking Metrics

Plateforme SEO My Ranking Metrics Plateforme SEO My Ranking Metrics https://myrankingmetrics.com Conditions générales d utilisation - CGU Conditions générales de vente - CGV -- Décembre 2014 -- Partie 1 Introduction Voici l ensemble des

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE SERVICE EN LIGNE. 1 Objet

CONDITIONS GENERALES DE SERVICE EN LIGNE. 1 Objet MENTIONS LEGALES Consonnances.fr a fait l'objet d'une déclaration auprès de la Commission Nationale de l'informatique et des Libertés, sous le numéro 1595804. Conformément aux articles 39 et suivants de

Plus en détail

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION L accès et l utilisation du site de CDGP accessible à l adresse http://www.cdgp.fr (ci-après «le Site») et des services qui y sont proposés (ci-après «les Services»)

Plus en détail

Conditions générales (CG) Internet DSL

Conditions générales (CG) Internet DSL Conditions générales (CG) Internet DSL Avril 2015, Copyright Webland AG 2015 Index I. Domaine d application et de validité II. Prix et conditions de paiement III. IV. Début et durée du contrat Renouvellement,

Plus en détail

PROFESSIONNELS. Vendre sur le Net. Pourquoi pas vous?

PROFESSIONNELS. Vendre sur le Net. Pourquoi pas vous? PROFESSIONNELS Vendre sur le Net Pourquoi pas vous? AVANT DE VOUS LANCER IMPORTANT Avant de démarrer votre activité, analysez les besoins du marché. Étudiez les offres et les stratégies de vos concurrents.

Plus en détail

ANNEXE AU BON DE COMMANDE

ANNEXE AU BON DE COMMANDE ANNEXE AU BON DE COMMANDE N de contrat CB : Vente à distance pour SSL : CAHIER DES CHARGES A RESPECTER POUR L ENCAISSEMENT PAR CARTE BANCAIRE À DISTANCE VIA INTERNET Dans le cadre de l encaissement par

Plus en détail

Dématérialisation fiscale des factures

Dématérialisation fiscale des factures White White paper paper Dématérialisation fiscale des factures Sommaire 2 4 5 Parlons des bénéfices Les 10 principaux bénéfices de la dématérialisation des factures vus par les utilisateurs Comment évaluer

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE INTERNET AEROPORTSDEPARIS.FR

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE INTERNET AEROPORTSDEPARIS.FR CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE INTERNET AEROPORTSDEPARIS.FR AÉROPORTS DE PARIS est une société anonyme au capital de 296.881.806 euros, dont le siège social est situé au 291, boulevard Raspail

Plus en détail

Chapitre 2. L établissement et le contrôle des documents commerciaux.

Chapitre 2. L établissement et le contrôle des documents commerciaux. Chapitre 2 L établissement et le contrôle des documents commerciaux. Les documents liés cycle d exploitation Procédés de facturation et conservation Le contrôle des documents commerciaux L entreprise échange

Plus en détail

! "! #! $%& '( )* &#* +,

! ! #! $%& '( )* &#* +, !"#$ % & '! "! #! $%& '( )* &#* +, ( )' *!- + Le Système d Information AUJOURD HUI : à tous les Acteurs «DEMAIN La révolution : à tous digitale les inverse «Citoyens les défauts» : ce qui était autrefois

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-06 DU 4 FEVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE

DELIBERATION N 2014-06 DU 4 FEVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DELIBERATION N 2014-06 DU 4 FEVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Ce texte, associé au règlement intérieur de l Observatoire de Paris (désigné dans la suite comme l Établissement) et ceux de ses

Plus en détail