Typologie des conduites addictives Principes de traitement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Typologie des conduites addictives Principes de traitement"

Transcription

1 Typologie des conduites addictives Principes de traitement Jean-Dominique Favre Hôpital d instruction des armées Percy, Clamart 13 es Journées des Gens de mer, Paris, 14 mars 2008

2 Les éléments communs aux diverses substances psychoactives Histoire naturelle d une addiction Initiation, usage régulier, dépendance, rechutes, arrêt Modèle thérapeutique Abstinence Modèle de compréhension bio-psycho-social Neurobiologie Psychopathologie Sociologie 2

3 Les éléments spécifiques aux diverses substances psychoactives Santé publique Alcool : 4 à 5 millions Toxicomanies : quelques centaines de milliers Représentations Alcool / Drogue Modifications actuelles Neurobiologie Évolution : choix d une substance Complications psychiatriques Thérapeutiques 3

4 Classification ICD 10 Intoxication aiguë Utilisation nocive pour la santé Syndrome de dépendance Syndrome de sevrage Syndrome de sevrage avec delirium Trouble psychotique Syndrome amnésique Trouble résiduel et trouble psychotique de survenue tardive 4

5 Définition des termes essentiels (1) Le terme usage Renvoie à l'usage socialement admis Risque acceptable pour l'individu et la société Le terme mésusage» Un ou plusieurs risques objectifs Des dommages induits Inclut : - Usage à risque - Usage nocif - Usage avec dépendance 5

6 Définition des termes essentiels (2) Non-usage Absence de consommation Totale ou sélective Avant l adolescence et de façon sélective à l âge mûr Modalité évolutive 6

7 Définition des termes essentiels (3) Usage Aucun problème Pas de complication somatique ni psychique Pas de pathologie sous-jacente Accepté socialement ou non Occasionnel, périodique, régulier Pour l alcool, consommation : - Inférieure ou égale aux seuils de l'oms - Prise en dehors de : - Situations à risque - Risque individuel 7

8 Alcool : seuils préconisés par l OMS (1) Usage ponctuel Pas plus de 4 verres / occasion Consommation par semaine Homme : pas plus de 21 verres / semaine (3 verres / jour) Femme : pas plus de 14 verres / semaine (2 verres / jour) Pas de consommation Au moins 1 jour / semaine 8

9 Alcool : seuils préconisés par l OMS (2) Abaisser les seuils selon Situations à risque - Conduite de véhicule, travail sur machine - Poste nécessitant vigilance et attention Risque individuel - Consommation rapide - Consommation associée à d'autres substances - Tolérance du consommateur : âge, sexe, poids - Situations physiologiques particulières : grossesse, états de fatigue, dette de sommeil - Pathologies organiques et/ou psychiatriques 9

10 Mésusages (1) Usage à risque Selon le produit Selon la vulnérabilité individuelle : âge, sexe, grossesse Selon les circonstances : conduite automobile, poste à risque Selon le mode de consommation : complications infectieuses Selon le contexte légal 10

11 Mésusages (2) Usage nocif Consommation préjudiciable pour la santé Troubles physiques Troubles psychologiques Désapprobation par autrui Conséquences sociales négatives Absence de dépendance 11

12 Mésusages (3) Usage avec dépendance Désir puissant ou compulsif à consommer Difficulté à contrôler l utilisation de la substance Syndrome de sevrage physiologique Tolérance aux effets de la substance Abandon progressif des sources de plaisir ou d intérêt et augmentation du temps passé à se procurer la substance, la consommer ou récupérer de ses effets Poursuite de la consommation malgré les conséquences nocives 12

13 Complications Intoxications aiguës : ivresses Associées aussi bien à l usage qu aux mésusages Néanmoins, les ivresses récurrentes relèvent toutes du mésusage Manifestations de sevrage Complications somatiques, psychiques et sociales de la dépendance 13

14 Usage nocif - Interventions brèves (1) Conseil simple Expliquer - Importance de la consommation - Risques encourus Proposer - Réduction - Pas de consommation au moins 1 jour / semaine - Abaisser les seuils selon : Situations à risque Risque individuel 14

15 Usage nocif - Interventions brèves (2) Aide pour modifier la consommation Modèle de Prochaska & DiClemente (1992) Pré-intention : pas de changement envisagé dans les 6 mois Intention : envisage de modifier sa consommation Préparation : décision prise Action : modification des habitudes Maintien : éviter les rechutes Résolution : stade idéal Entretien de motivation Miller (1996) 15

16 Usage avec dépendance Les temps du traitement Traitement des complications Substitution / Réduction des risques Sevrage Maintien de l abstinence / Accompagnement 16

17 Usage avec dépendance Les méthodes psychothérapiques Soutien psychologique Psychothérapies d inspiration analytique Thérapies cognitivo-comportementales Entraînement aux habiletés sociales Entraînement à l autocontrôle comportemental Gestion du stress Entretiens motivationnels Thérapies de couple 17

18 Accompagnement thérapeutique Lieux Centres ambulatoires : CCAA, CSST, Cannabis, CSAPA Services hospitaliers Intervenants Généralistes, spécialistes Médecins du travail Juges Travailleurs sociaux Groupes d entraide Réseaux Entourage 18

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives LES ADDICTIONS I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives Addictions aux substances psychoactives Un psychotrope (ou substance psychoactive) est un produit, qui agit sur le SNC en induisant

Plus en détail

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL DE L USAGE A LA DEPENDANCE Dr Pierre Lahmek, CCAA CHI Le Raincy-Montfermeil CARENCE DANS LES REPRESENTATIONS DES MODES DE CONSOMMATION La dualité des représentations

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

Le Centre Emergence - Espace Tolbiac

Le Centre Emergence - Espace Tolbiac Le Centre Emergence - Espace Tolbiac 6 rue Richemont 75013 Paris Espace Tolbiac est un service spécialisé destiné aux patients souffrant de troubles liés aux drogues. Activités principales : Consultations

Plus en détail

CONSULTATION «Les Modes d Usage»

CONSULTATION «Les Modes d Usage» ADDICTOLOGIE CONSULTATION «Les Modes d Usage» CENTRE DE SOINS D ACCOMPAGNEMENT ET DE PREVENTION EN ADDICTOLOGIE «C.S.A.P.A. La Caravelle» BILAN CONSULTATION ADDICTOLOGIE Le repérage et les modes d usage

Plus en détail

L homme et les drogues

L homme et les drogues L homme et les drogues - PCEM 1 psychologie - Dr Perrine ADAM Service de Psychiatrie et d Addictologie Groupe Hospitalier Bichat-Claude Bernard Document : propriété de la faculté de médecinem Paris 7-7

Plus en détail

2016 FORMATIONS RESAD VAUCLUSE CAMARGUE

2016 FORMATIONS RESAD VAUCLUSE CAMARGUE 2016 IONS RESAD VAUCLUSE CAMARGUE Réseau Addictions VIH Hépatites Vaucluse Camargue 8 rue Krüger - 84000 AVIGNON - 04 90 16 96 46 resad84@resad84.org N d'organisme de formation : 938 402 897 84 SOMMAIRE

Plus en détail

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage?

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Isabelle Jacot Sadowski Policlinique médicale universitaire Lausanne Berne, 03.12.2009 1 Problématique Décision d arrêt

Plus en détail

ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014. Micheline CLAUDON Alain EDDI

ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014. Micheline CLAUDON Alain EDDI ALCOOL DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014 Micheline CLAUDON Alain EDDI 2 Pourquoi consomme-t-on des drogues? Pour se sentir bien Pour se sentir mieux Pour faire mieux Pour faire comme les

Plus en détail

Principes de la thérapeutique et des prises en charge en addictologie

Principes de la thérapeutique et des prises en charge en addictologie Fatseas M, Auriacombe M. Principes de la thérapeutique et des prises en charge en addictologie In: Lejoyeux M ed. Abrégé d'addictologie. Paris: Masson; 2009: 62-68 Principes de la thérapeutique et des

Plus en détail

LES CONDUITES A RISQUES CHEZ LES ADOLESCENTS

LES CONDUITES A RISQUES CHEZ LES ADOLESCENTS OBJECTIF GENERAL : Aider à se positionner vis-à-vis des jeunes en prise à des conduites à risques, par la compréhension de leurs difficultés somatiques et psychiques, une meilleure connaissance de leur

Plus en détail

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Repérage et interv le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Je déclare n avoir aucun lien direct ou indirect avec des entreprises ou établissements produisant

Plus en détail

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15 Table des matières CHAPITRE 1: LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE 13 D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module

Plus en détail

Avant-Propos. Objectifs. L Alcool & Le Médecin de 1 er recours. Après ce colloque, nous espérons que vous: Serez convaincus de l importance d aborder

Avant-Propos. Objectifs. L Alcool & Le Médecin de 1 er recours. Après ce colloque, nous espérons que vous: Serez convaincus de l importance d aborder L Alcool & Le Médecin de 1 er recours Avant-Propos Thierry Favrod-Coune Daniel Alhadeff Unité des dépendances SMPR BACK to BLACK Objectifs Après ce colloque, nous espérons que vous: Serez convaincus de

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL Anne Marie LANUSSE Éducatrice Spécialisée à l ADAPEI des Pyrénées Atlantiques INTERVENTION A LA 3ème JOURNEE SCIENTIFIQUE DE REZOPAU LES OBJECTIFS Mener

Plus en détail

BAYONNE jeudi 25 octobre 2012. Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre

BAYONNE jeudi 25 octobre 2012. Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre BAYONNE jeudi 25 octobre 2012 Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre De quoi parle-t-on? Conduites Addictives Les modes d

Plus en détail

La consommation de substances psycho-actives (d alcool en particulier) peut être décrite selon plusieurs modalités.

La consommation de substances psycho-actives (d alcool en particulier) peut être décrite selon plusieurs modalités. Addiction à l alcool I. Définitions II. Etiologie III. Epidémiologie IV. Dépistage, repérage V. Examens biologiques VI. Signes cliniques VII. Complications somatiques VIII. Prise en charge OBJECTIFS PEDAGOGIQUES

Plus en détail

REPERAGE DE L USAGE NOCIF DE CANNABIS EN MEDECINE GENERALE. Georges Bonnemaison, CSST «Port Bretagne», Tours

REPERAGE DE L USAGE NOCIF DE CANNABIS EN MEDECINE GENERALE. Georges Bonnemaison, CSST «Port Bretagne», Tours REPERAGE DE L USAGE NOCIF DE CANNABIS EN MEDECINE GENERALE Georges Bonnemaison, CSST «Port Bretagne», Tours 44 ème Journées de Formation Médicale Continue, Tours, septembre 2006 I - DEFINITIONS DES DIFFERENTS

Plus en détail

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h LES JEUDIS DE L INSTITUT (Jeudis CDC- IUD) Formation, consultation et enseignement PROGRAMMATION 2013-2014 INITIATION AUX CONCEPTS DE BASE EN DÉPENDANCE 26 septembre 2013 SENSIBILISATION À L APPROCHE MOTIVATIONNELLE

Plus en détail

Processus de changement

Processus de changement 14 novembre 2013 Processus de changement L. Bruggimann & A. Nallet Psychologues FSP Module 1/ Fordd 2013 Plan de l après-midi Partie théorique, réflexion et échange en groupe, illustration vidéo, mise

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

La question du risque en addictologie

La question du risque en addictologie La question du risque en addictologie Dépendance et solitude; le risque d isolement social Karine DEGROND et Estelle PRIMAULT Assistantes sociales Centre Hospitalier de Corbie Centre de Rééducation Fonctionnelle

Plus en détail

DOCTEUR CAROLE VUONG

DOCTEUR CAROLE VUONG S0MMAIRE Normes OMS Définitions des conduites d alcoolisation Comment reconnaître une personne qui a un problème d alcool? Que faire? DOCTEUR CAROLE VUONG COMMENT AIDER LE SALARIE ALCOOLO-DEPENDANT? 4

Plus en détail

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ NOR : SJSH0830983C

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ NOR : SJSH0830983C MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction de l organisation des soins Bureau de l offre régionale

Plus en détail

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Objectifs de la présentation Offres de la FNA-CENEA Politique fédérale Les différents types de consommateurs Processus d addiction et de

Plus en détail

Alcool et seniors Bernard Gibour Intersecteur d Alcoologie du Hainaut CH Saint-Amand-les-Eaux A- Des spécificit cificités s liées à l âge B- Boire trop, c est c combien? C- Les modalités s du mésusage

Plus en détail

GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES. Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC

GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES. Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC PROGRAMME DE PREVENTION ET DE SOINS EN ADDICTOLOGIE SERVICE DE PREVENTION

Plus en détail

Facteurs associés à l arrêt du tabac chez les jeunes adultes Données de la cohorte TEMPO

Facteurs associés à l arrêt du tabac chez les jeunes adultes Données de la cohorte TEMPO Facteurs associés à l arrêt du tabac chez les jeunes adultes Données de la cohorte TEMPO Inès Khati (ERES IPLESP INSERM UMR_S 1136), Gwenn Menvielle (IPLESP INSERM) Aude Chollet (IPLESP INSERM), Nadia

Plus en détail

Importance du repérage et de la prise en charge

Importance du repérage et de la prise en charge Poly addiction et poly consommation dans le sevrage tabagique Importance du repérage et de la prise en charge Christiane VALLES Infirmière tabacologue, addictologue Centre Hospitalier de Cahors. Introduction

Plus en détail

Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance. Réseau Addictions Val de Marne Ouest

Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance. Réseau Addictions Val de Marne Ouest Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance Quelques définitions : qu est ce qu une drogue? la modification de l état de conscience Étymologie de «addict» une dette de plaisir La dépendance

Plus en détail

Objectifs pédagogiques

Objectifs pédagogiques CDU_Chap01.fm Page 1 Jeudi, 30. avril 2009 3:54 15 A I Item 45 Addiction et conduites dopantes : épidémiologie, prévention, dépistage. Morbidité, comorbidité et complications. Prise en charge, traitement

Plus en détail

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie)

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie) Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés Définitions Quelques définitions Substituer, pourquoi? Médicaments utilisables La méthadone La buprénorphine (Subutex) Opiacés : alcaloïdes de

Plus en détail

Descriptif du module 13

Descriptif du module 13 Descriptif du module 13 Domaine : Santé Filière : Soins infirmiers Orientation : 1. Addictions, dépendances et changement 2013-2014 Code :S.SI.353.2213F.14 Type de formation : Bachelor Master MAS DAS CAS

Plus en détail

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE Dr Muriel LANG / Février 2006 LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE I) Définitions : La maladie alcoolique correspond à une dépendance pathologique à l alcool liant le malade à l alcool. On notera deux types de catégories

Plus en détail

ANNEXE III REFERENTIEL DE FORMATION CONTENU INDICATIF

ANNEXE III REFERENTIEL DE FORMATION CONTENU INDICATIF ANNEXE III DOMAINES DE COMPETENCES VISES compétences 1 - Connaissance de la personne 1.1. Situer la personne aux différents stades de son développement 1.2. Situer la personne aidée dans son contexte social

Plus en détail

9.1 Alcool. Christophe Palle

9.1 Alcool. Christophe Palle 9.1 Alcool Christophe Palle 204 Drogues et addictions, données essentielles Associé au plaisir de la table, à la richesse et la diversité des terroirs et des paysages de France, l alcool, consommé sous

Plus en détail

M É D E C I N E Un Suisse sur cinq boit trop huard. C N 5 2 A L L E Z S A V O I R! / N 3 0 O C T O B R E 2 0 0 4

M É D E C I N E Un Suisse sur cinq boit trop huard. C N 5 2 A L L E Z S A V O I R! / N 3 0 O C T O B R E 2 0 0 4 M É D E C I N E N. Chuard 5 2 A L L E Z S A V O I R! / N 3 0 O C T O B R E 2 0 0 4 Un Suisse sur cinq boit trop Deux verres par jour, ça va encore; au-delà, bonjour les dégâts! Sans être alcooliques, les

Plus en détail

La prévention des conduites addictives en collectivité

La prévention des conduites addictives en collectivité Colloque SANTE SECURITE AU TRAVAIL Les collectivités territoriales face aux conduites addictives Alcool, drogues, médicaments,... Comment prévenir et gérer les consommations et addictions des agents? Laurent

Plus en détail

20% consommateurs excessifs. 25 cl de cidre «sec» à 5

20% consommateurs excessifs. 25 cl de cidre «sec» à 5 Primary Primary 2003;3:270 275 Formation continue Problèmes d alcool P. Gache, E. Sekera, H. Stalder Introduction 85% de la population suisse consomme de l alcool, la majorité sans dommages pour sa santé.

Plus en détail

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Les substances psychoactives (alcool, cannabis, héroïne ) agissent sur le cerveau mais aussi sur les sensations du corps. Cela va avoir

Plus en détail

Prévention universelle ou sélective?

Prévention universelle ou sélective? Hôpitaux Universitaires La Pitié-Salpêtrière - Charles Foix Prévention universelle ou sélective? François Bourdillon Département de biostatistiques, santé publique et information médicale Les journées

Plus en détail

res épidémiologiquespidémiologiques Quelques repères

res épidémiologiquespidémiologiques Quelques repères Quelques repères res épidémiologiquespidémiologiques Gwénaëlle Boscher 9 pl. du Général Koenig, 35 Rennes 2.23.2.14.6 cirdd@cirdd-bretagne.fr Les consommations d alcool chez les femmes en âge de procréer

Plus en détail

Dispositif Addictions. Valbonne Sophia Antipolis est un

Dispositif Addictions. Valbonne Sophia Antipolis est un Innovation dans le champ de la Santé Dispositif Addictions de Valbonne Sophia Antipolis L ambition du Dispositif Addictions de Valbonne Sophia Antipolis est de prévenir les usages nocifs des produits psychoactifs,

Plus en détail

Santé mentale des familles sans domicile. Nicolas Oppenchain et Stéphanie Vandentorren Observatoire du Samusocial de Paris

Santé mentale des familles sans domicile. Nicolas Oppenchain et Stéphanie Vandentorren Observatoire du Samusocial de Paris Santé mentale des familles sans domicile Nicolas Oppenchain et Stéphanie Vandentorren Observatoire du Samusocial de Paris Contexte et objectifs Mieux documenter les caractéristiques sociales des personnes

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

Hyperactivité avec déficit de l'attention et de la concentration, un syndrôme à grand risque d'addiction

Hyperactivité avec déficit de l'attention et de la concentration, un syndrôme à grand risque d'addiction Résumé Hyperactivité avec déficit de l'attention et de la concentration, un syndrôme à grand risque d'addiction Dr Jean-Jacques Déglon Médecin-directeur de la Fondation Phénix Le syndrome d hyperactivité

Plus en détail

Dossier de demande d admission à télécharger : www.lasantedelafamille.fr. Centre MALVAU. Etablissement de Soins Privé d Intérêt Collectif (ESPIC)

Dossier de demande d admission à télécharger : www.lasantedelafamille.fr. Centre MALVAU. Etablissement de Soins Privé d Intérêt Collectif (ESPIC) Dossier de demande d admission à télécharger : www.lasantedelafamille.fr Centre MALVAU Etablissement de Soins Privé d Intérêt Collectif (ESPIC) Centre de soins spécialisés en addictologie S.S.R.A 21, Quai

Plus en détail

DESPISTAGE ALCOOL & CANNABIS

DESPISTAGE ALCOOL & CANNABIS RISQUE ROUTIER EN ENTREPRISE DESPISTAGE ALCOOL & CANNABIS DTENC -OrellySTRETER Chef de la section juridique CADRE JURIDIQUE Code de la santé publique : Interdiction de consommer des stupéfiants - Articles

Plus en détail

Réseau Addictions des Alpes Maritimes i GT.06 Président : Dr Pierre AIRAUDI Médecin-Coordinateur : Dr Jean-Marc COHEN Soirée Scientifique RSN & GT.06 Jeudi 02/12/2010 1 PLAN petit historique R.S.N. + GT.06

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Réduc&on des risques en alcoologie

Réduc&on des risques en alcoologie Réduc&on des risques en alcoologie Septembre 2012 Dr G Brousse CHU Clermont Ferrand Introduc&on La réduc2on des risques Préven2on tout au long d un comportement de consomma2on. Principe de santé qui cherche

Plus en détail

La clinique de lʼalcoologie Intégrer les descriptions classiques à la nosographie moderne à partir de cas concrets

La clinique de lʼalcoologie Intégrer les descriptions classiques à la nosographie moderne à partir de cas concrets La clinique de lʼalcoologie Intégrer les descriptions classiques à la nosographie moderne à partir de cas concrets Caroline Le Lan - dépendance Mésusage - nocif - à risque Usage (socialement réglé) (sans

Plus en détail

Alcool et travail GRAND ANGLE TC 152. en résumé ALCOOL : GÉNÉRALITÉS

Alcool et travail GRAND ANGLE TC 152. en résumé ALCOOL : GÉNÉRALITÉS GRAND ANGLE TC 152 AUTEUR : P. Hache, département Études et assistance médicales, INRS en résumé En France, la consommation de boissons alcoolisées est l une des pratiques addictives la plus répandue dans

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS TYPES D USAGE

LES DIFFÉRENTS TYPES D USAGE L objectif de ce document est d être un outil concret, à la disposition des infirmiers(ères) pour les aider dans leur pratique quotidienne, en ce qui concerne les pratiques de consommation d alcool, de

Plus en détail

Epidémiologie des consommations d alcool: le rôle des facteurs familiaux. Maria Melchior IPLESP, ERES, INSERM U1136

Epidémiologie des consommations d alcool: le rôle des facteurs familiaux. Maria Melchior IPLESP, ERES, INSERM U1136 Epidémiologie des consommations d alcool: le rôle des facteurs familiaux. Maria Melchior IPLESP, ERES, INSERM U1136 Alcool et santé 3,3 millions (5.9%) des décès dans le monde en 2012 ~25% des décès chez

Plus en détail

PRÉVENIR LES CONDUITES ADDICTIVES DANS LE SPORT. Emmanuel Augey Consultant en psychologie du sport et de la santé

PRÉVENIR LES CONDUITES ADDICTIVES DANS LE SPORT. Emmanuel Augey Consultant en psychologie du sport et de la santé PRÉVENIR LES CONDUITES ADDICTIVES DANS LE SPORT Emmanuel Augey Consultant en psychologie du sport et de la santé PRÉSENTATION PLAN L intervention en psychologie du sport Concept Addiction à la pratique

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES CYCLE DE FORMATIONS 2012

LUTTE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES CYCLE DE FORMATIONS 2012 VAR LUTTE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES CYCLE DE FORMATIONS 2012 MODULE 1 Violences faîtes aux femmes, violences au sein du couple Intitulé de la formation : Violences faîtes aux femmes, violences

Plus en détail

Un modèle de prise en charge de l'alcoolisme

Un modèle de prise en charge de l'alcoolisme Un modèle de prise en charge de l'alcoolisme Dr Catherine Hanak Chef de clinique adjointe Unités d alcoologie et de toxicomanies Service de Psychiatrie et de Psychologie médicale CHU Brugmann ULB Unité

Plus en détail

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale 1 L offre de soins en santé mentale dans l accord gouvernemental L accord gouvernemental du 9 octobre 2014 prévoit en

Plus en détail

Les risques d alcoolisation excessive des patients ayant recours aux soins un jour donné

Les risques d alcoolisation excessive des patients ayant recours aux soins un jour donné Les risques d alcoolisation excessive des patients ayant recours aux soins un jour donné Gérard Badéyan Chargé de mission auprès du Haut Comité de la santé publique Article réalisé à partir de la publication

Plus en détail

LIEU ET HORAIRE DE NOS FORMATIONS

LIEU ET HORAIRE DE NOS FORMATIONS LES JEUDIS DE L INST IT UT PROGRAMMAT ION 2015-201 6 Inscription en ligne dependancemontreal.ca Centre de réadaptation en dépendance de Montréal - Institut universitaire LIEU ET HORAIRE DE NOS FORMATIONS

Plus en détail

Personnes avec un problème de toxicomanie et de santé mentale

Personnes avec un problème de toxicomanie et de santé mentale Intervention de réadaptationr Personnes avec un problème de toxicomanie et de santé mentale Équipe d appariement d toxico/santé mentale Le plan d action d ministériel en dépendanced Le cheminement d un

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE INTRA-HOSPITALIERE EN ADDICTOLOGIE

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE INTRA-HOSPITALIERE EN ADDICTOLOGIE PRISE EN CHARGE INFIRMIERE INTRA-HOSPITALIERE EN ADDICTOLOGIE Unité de psychiatrie du Dr JEHEL Hôpital TENON Médecin coordinateur ECIMUD : Dr SIGWARD IDE : marie-laure Massucco M.L. Massucco 20.03.07.ECIMUD

Plus en détail

UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES DEUX-SEVRES FORMATIONS 2016

UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES DEUX-SEVRES FORMATIONS 2016 UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES DEUX-SEVRES FORMATIONS 2016 UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES 05 46 27 96 96 Organisme de formation enregistré sous le n 541 701 203 17 UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES

Plus en détail

GROSSESSE 1)TRAVAIL EN RESEAU 2)ENTRETIEN PRENATAL PRECOCE 3)ALLAITEMENT 4) TROUBLES PSYCHIQUES DU POST PARTUM 5)REEDUCATION DU PERINE

GROSSESSE 1)TRAVAIL EN RESEAU 2)ENTRETIEN PRENATAL PRECOCE 3)ALLAITEMENT 4) TROUBLES PSYCHIQUES DU POST PARTUM 5)REEDUCATION DU PERINE ACCOMPAGNEMENT GLOBAL DE LA GROSSESSE 1)TRAVAIL EN RESEAU 2)ENTRETIEN PRENATAL PRECOCE 3)ALLAITEMENT 4) TROUBLES PSYCHIQUES DU POST PARTUM 5)REEDUCATION DU PERINE 2 Cas clinique 1 Mme Fatima D,2 ième pare,consulte

Plus en détail

IMPACT PSYCHOLOGIQUE DU TABAC

IMPACT PSYCHOLOGIQUE DU TABAC IMPACT PSYCHOLOGIQUE DU TABAC Mme ZERTAL CHERIFA Mme DJENNA. D Mr KAABOUCHE. A Bureau d Accueil, Orientation et Activités Socio-thérapeutiques Unité d Aide Psychologique CHU BENBADIS DE CONSTANTINE I)

Plus en détail

-!4. Le THC, delta 9 tetra hydrocannabinol, cannabis indica type fibre moins de 3 % de THC cannabis sativa type «drogue»

-!4. Le THC, delta 9 tetra hydrocannabinol, cannabis indica type fibre moins de 3 % de THC cannabis sativa type «drogue» C'est un diaporama d'information et de sensibilisation auprès des adolescents et des jeunes adultes, ainsi qu'auprès de parents sur l'usage du cannabis Qu'est-ce que le Cannabis? Quels sont les effets

Plus en détail

CONCEPT DE PRISE EN CHARGE DE «L ÉTOILE DU MATIN» (CUGY)

CONCEPT DE PRISE EN CHARGE DE «L ÉTOILE DU MATIN» (CUGY) CONCEPT DE PRISE EN CHARGE DE «L ÉTOILE DU MATIN» (CUGY) 1. Le contexte L action de Bethraïm-Maison de la Vie se situe depuis 1988 dans le contexte de l assistance aux personnes souffrant de dépendances

Plus en détail

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE DÉSIR DES FUMEURS ET Les faits : SEVRAGE 20 à 30 % veulent continuer à fumer 70 à 80 % veulent changer : 56 % réduire leur consommation 28 % arrêter 14 % changer de cigarettes

Plus en détail

+ Tabous entre travail et consommation de substances psychoactives?

+ Tabous entre travail et consommation de substances psychoactives? Tabous entre travail et consommation de substances psychoactives? Journée nationale de prévention des conduites addictives en milieux professionnels, Paris, octobre, 2015 Marie-France Maranda, professeure,

Plus en détail

Projet national sur les pratiques professionnelles de Réduction des Risques en CAARUD et en CSAPA QUESTIONNAIRE à destination des CSAPA

Projet national sur les pratiques professionnelles de Réduction des Risques en CAARUD et en CSAPA QUESTIONNAIRE à destination des CSAPA 1 Projet national sur les pratiques professionnelles de Réduction des Risques en CAARUD et en CSAPA QUESTIONNAIRE à destination des CSAPA Ce questionnaire s inscrit dans une démarche participative nationale

Plus en détail

Mésusage sans dépendance. Particularités chez le jeune

Mésusage sans dépendance. Particularités chez le jeune Mésusage sans dépendance Particularités chez le jeune Consommations psychotropes chez les moins de 25 ans Le plus souvent Usage à risque ou nocif Beaucoup plus rarement Alcoolisme de type 2 de Cloninger

Plus en détail

PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ CONDUITES ADDICTIVES

PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ CONDUITES ADDICTIVES PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ Alcool, tabac et drogues illicites : au-delà du produit consommé, c est davantage le comportement de consommation - conduite addictive - qui détermine le risque pour

Plus en détail

11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux

11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux SEMESTRE 2 UE 2.6.S2 Processus psychopathologiques 11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux Névrose et anxiété La névrose est une perturbation de l ensemble de la personnalité plus marquée au niveau

Plus en détail

Centre d'assistance aux Toxicomanes

Centre d'assistance aux Toxicomanes ::::: ::::: Centre d'assistance aux Toxicomanes Dans l Arrondissement de Villaverde a lieu depuis 2008 un projet multidisciplinaire sous une approche intégrée dans le cadre de l Initiative URBANA et cofinancé

Plus en détail

1. Présentation P2. 2. Mode d emploi P6. 3. Entretien avec P8. 4. Documentation P13. 5. Bon de commande P16

1. Présentation P2. 2. Mode d emploi P6. 3. Entretien avec P8. 4. Documentation P13. 5. Bon de commande P16 Ouvrez moi! Présentation + MODE D EMPLOI + Bulletin de commande 5 ème Semaine Départementale des Addictions P A G E 2 Sommaire 1. Présentation P2 2. Mode d emploi P6 3. Entretien avec P8 4. Documentation

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE

INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE Définition de la toxicomanie : Habitude de consommer un ou plusieurs produits psychoactifs, susceptibles d'entraîner une dépendance psychique et parfois physique.

Plus en détail

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Nous vivons dans des sociétés vieillissantes Les démences un réel problème de santé mondial. le

Plus en détail

SE FORMER EN ADDICTOLOGIE

SE FORMER EN ADDICTOLOGIE Prévention & Soins des addictions SE FORMER EN ADDICTOLOGIE CATALOGUE DE FORMATION 2013 La Boussole, 34, rue Pierre Corneille, 76300, Sotteville-lès-Rouen Catalogue de formations 2013 Depuis 2004, l association

Plus en détail

Dr Tony ROMUALD PH Addictologie CHU de PPA Coordonnateur médical RAG

Dr Tony ROMUALD PH Addictologie CHU de PPA Coordonnateur médical RAG Dr Tony ROMUALD PH Addictologie CHU de PPA Coordonnateur médical RAG 28/04/2011 XVème conférence des Fédérations Hospitalières des Antilles et de la Guyane «répond à un besoin de la population» «dans une

Plus en détail

THESE DOCTEUR EN MEDECINE

THESE DOCTEUR EN MEDECINE UNIVERSITE HENRI POINCARE, NANCY 1 FACULTE DE MEDECINE NANCY 2011 N THESE Pour obtenir le grade de DOCTEUR EN MEDECINE Présentée et soutenue publiquement Dans le cadre du troisième cycle de Médecine Générale

Plus en détail

Evaluation de l'addiction : DSM-5

Evaluation de l'addiction : DSM-5 Evaluation de l'addiction : DSM-5 Source : American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed.) Mode d utilisation inadapté d'un produit conduisant

Plus en détail

Conduites Professionnelles VIGILANCE et ADDICTION

Conduites Professionnelles VIGILANCE et ADDICTION Conduites Professionnelles VIGILANCE et ADDICTION Les Entreprises et Artisans partenaires de la Sécurité Routière. Conduite professionnelle et conduite addictive (1/3) La conduite professionnelle pourrait

Plus en détail

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive PARIS CSAPA BIZIA Dr Daulouède (Bayonne) lagadecaddiction@gmail.com Marthylle LAGADEC Psychologue clinicienne

Plus en détail

Addictions et conduites dopantes Q45. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003

Addictions et conduites dopantes Q45. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Addictions et conduites dopantes Q45 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Bibliographie Richard D., Senon J. L. : Dictionnaire des drogues et autres addictions,

Plus en détail

LA LETTRE DU CIRDD A CT UALITES

LA LETTRE DU CIRDD A CT UALITES Avril 2009 n 21 LA LETTRE DU CIRDD A CT UALITES Dans ce numéro : Actualités 1 Les Brèves 2 Rapports, études, enquêtes 3 Outils d information et de 4 prévention Agenda 5 UN NOUVEAU COORDONNATEUR MEDICAL

Plus en détail

Le point sur les traitements de l alcoolisme

Le point sur les traitements de l alcoolisme Le point sur les traitements de l alcoolisme 1/ Quelques définitions : L alcoolisation est le fait de boire une boisson alcoolisée. Celle-ci peut être importante ou modérée. L alcoolodépendance est à distinguer

Plus en détail

L ENSEIGNEMENT DE LA PSYCHOPATHOLOGIE

L ENSEIGNEMENT DE LA PSYCHOPATHOLOGIE L ENSEIGNEMENT DE LA PSYCHOPATHOLOGIE Enseignement en cours d agrément par l ARS Dispensé à Paris - SESSION 2015/2016 Enseignement dispensé à l EEPSAA - En partenariat avec l Ecole Centrale d Hypnose.

Plus en détail

Hospices Civils de Beaune CONSULTATION ELSA HOSPICES CIVILS DE BEAUNE L. M A S S E / L. B A R R O T H C B N O V 2 0 1 4

Hospices Civils de Beaune CONSULTATION ELSA HOSPICES CIVILS DE BEAUNE L. M A S S E / L. B A R R O T H C B N O V 2 0 1 4 CONSULTATION ELSA HOSPICES CIVILS DE BEAUNE AVANTAGES ET DIFFICULTES AVANTAGES - Repérage des patients à différents stades ( CNH, Certificat de non hospitalisation, ivresse pathologique, TS/passage à l

Plus en détail

Diplôme Universitaire «Addiction aux substances et conduites addictives»

Diplôme Universitaire «Addiction aux substances et conduites addictives» COLLOMBAT Julie Coordinatrice de RéNAPSUD Réseau de Santé Addictions Compllexiitte de lla probllèmattiique,, mullttiiplliiciitté des regards ett diiversiitté des prattiiques.. IIntérêt des réseaux de santé

Plus en détail

Phobies: IFSI Nice 2008. Emmanuel Mulin

Phobies: IFSI Nice 2008. Emmanuel Mulin Phobies: IFSI Nice 2008 Emmanuel Mulin PLAN: I. Définition II. Formes cliniques II.a agoraphobie II.b phobies sociales II.c phobies spécifiques VI. Evolution VII. Complications VIII. Traitement Définition:

Plus en détail

Conduites addictives. 1/39 Conduites addictives - 2009. Société française d alcoologie

Conduites addictives. 1/39 Conduites addictives - 2009. Société française d alcoologie Conduites addictives 1/39 L'addictologie et les addictions Eléments pour une approche commune : les substances psychoactives et les facteurs de risque biologique : psychoactivité, addictivité, nocivité

Plus en détail

Mésusage de l alcool. Nouveaux concepts Nouveaux traitements

Mésusage de l alcool. Nouveaux concepts Nouveaux traitements Mésusage de l alcool Nouveaux concepts Nouveaux traitements L observation (1) Homme 58 ans, adressé en 05/14 pour bilan et prise en charge d une cirrhose hépatique BH perturbé: GGT 14 N, ASAT 2,5N - ALAT

Plus en détail

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles 1 Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles En inter établissements à Montpellier plusieurs modules de formation à destination des travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues,

Plus en détail

Cocaïne et alcool : des liaisons dangereuses. Jérôme LACOSTE Service de Psychiatrie et Addictologie CHU de la Martinique

Cocaïne et alcool : des liaisons dangereuses. Jérôme LACOSTE Service de Psychiatrie et Addictologie CHU de la Martinique Cocaïne et alcool : des liaisons dangereuses Jérôme LACOSTE Service de Psychiatrie et Addictologie CHU de la Martinique Une histoire ancienne 1861 : Albert Niemann => la cocaïne une panacée (comprimés,

Plus en détail

Gestion de la désintoxication selon les niveaux d'intensité de traitement

Gestion de la désintoxication selon les niveaux d'intensité de traitement Gestion de la désintoxication selon les niveaux d'intensité de traitement Centre québécois de lutte aux dépendances Septembre 2008 Centre québécois de lutte aux dépendances Dépôt légal : Bibliothèque et

Plus en détail

Traitements basés sur la substitution (TBS)

Traitements basés sur la substitution (TBS) Traitements basés sur la substitution (TBS) Atelier 1 : Comorbidité troubles affectifs et addictions Les traitements médicamenteux Alexandre Dupont-Willemin Médecin spécialiste en psychiatrie et psychothérapie

Plus en détail

Alcoolisme : Dépister, accompagner, traiter

Alcoolisme : Dépister, accompagner, traiter Photo Nicole Hugon Alcoolisme : Dépister, accompagner, traiter Dr Nicole HUGON - Hôpital Saint Joseph ASLP - Réseau Santé Sud 1 Dépister La consommation d alcool est une pratique sociale ancrée dans notre

Plus en détail

Il n existe pas de société sans addiction

Il n existe pas de société sans addiction CADRE ETHIQUE d intervention en entreprise Il n existe pas de société sans addiction l addiction est inévitable. A partir de quand l addiction devient insupportable pour la société et son modèle réduit

Plus en détail

Le Jeu pathologique. Une prise en charge globale. Dr David METE Service d Addictologied

Le Jeu pathologique. Une prise en charge globale. Dr David METE Service d Addictologied Le Jeu pathologique Une prise en charge globale Dr David METE Service d Addictologied CHR Félix F Guyon 1 - INTRODUCTION Le problème du jeu pathologique concerne entre 1 et 3 % de la population généraleg

Plus en détail