L homme et les drogues

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L homme et les drogues"

Transcription

1 L homme et les drogues - PCEM 1 psychologie - Dr Perrine ADAM Service de Psychiatrie et d Addictologie Groupe Hospitalier Bichat-Claude Bernard Document : propriété de la faculté de médecinem Paris 7-7 Denis Diderot

2 Le syndrome de dépendance Pas de dose-seuil pour la définition Pas de marqueurs biologiques Signes psychologiques obligatoires : relation de sujétion à une substance

3 Définition de la dépendance Altération du comportement Manière de consommer non conforme aux habitudes du pays ou du milieu La façon de consommer ne tolère aucune variabilité (tous les jours ou chaque fin de semaine) Temps important passé à consommer Abandon autres activités (abandon de l essentiel au profit de l accessoire)

4 Définition de la dépendance - suite - Altération du comportement suite - Déni des conséquences Perte du contrôle déterminant la dépendance Désir obsédant de toxique ou craving (base biologique et psychologique de dépendance) «Obligation» de répétition

5 Définition de la dépendance suite - Signes physiologiques de dépendanced Sevrage : signes apparus lors d'un sevrage total ou d'une diminution de la consommation. "Imposent" une consommation régulière et quotidienne. Tolérance = accoutumance progressive aux effets du toxique. Augmentation progressive des doses de toxiques ingérées.

6 Particularités s de la dépendance chez l adolescentl et l adultel jeune Consommation d alcool paroxystique notamment en fin de semaine, avec obligation de consommer à intervalles réguliers de l alcool (binge drinking). Fréquence d une «conduite» de dépendance sans dépendance physique associée. Fréquence des polytoxicomanies avec association entre alcool, médicaments détournés de leur usage et cannabis.

7 Particularités s de la dépendanced chez l adolescentl et l adultel jeune suite - Troubles du comportement fréquents induits par les consommations d alcool. La dimension de perte de contrôle est particulièrement marquée. Recherche d amis ou de relations marquée par la consommation d alcool.

8 Mortalité par suicide et addiction Mort. suicide 20% 17% 19% 15% 10% 5% 0% 1% Pop. Gén. Addict. Dépression

9 Utilisation nocive pour la santé et abus (CIM 10 et DSM IV) Utilisation nocive : Mode de consommation de toxique qui est préjudiciable pour la santé. Complications physiques ou psychiques (dépression induite par l'alcool ou la drogue, accidents, difficultés professionnelles, maladies). Désapprobation par autrui ou par la famille. Absence de syndrome de dépendance ou de trouble psychotique induit par les toxiques.

10 Utilisation nocive pour la santé et abus (CIM 10 et DSM IV) suite - Abus : Usage maladapté. Un des critères sur 12 mois : Utilisation continue malgré un problème familial ou professionnel. Usage répété en situation dangereuse (conduite automobile). Problèmes médico-légaux répétés : conduite en état d'ivresse ou intoxiqué. Absence de critères de dépendance.

11 Les substances addictogènes Les substances légales : Alcool Tabac Doute sur les effets de la caféïne

12 Les substances addictogènes suite - Les substances illégales : Cannabis Cocaïne Ecstasy crack Amphétamines, Héroïne Hallucinogènes Usage interdit et réprimé par le code pénal. Interdiction de la détention, de la vente et de la consommation.

13 Les substances addictogènes suite - Médicaments détournés de leur usage : Anxiolytiques : benzodiazépines Hypnotiques Antalgiques Produits dopants Autres substances selon les modes

14 Qu est-ce qu une une substance addictogène? Effets «positifs» immédiats stimulants ou sédatifs s inversant avec le temps Modifie l activité mentale, les sensations et le comportement Leur usage expose une perte de contrôle Nicotine : très fort potentiel addictogène Peut engendrer une dépendance psychologique (sensation de manque) ou physique.

15 La piste dopaminergique dans l addictionl L une des pistes les plus étudiées dans l addiction est l action sur la dopamine. Les drogues stimulantes agissent sur les circuits dopaminergiques. Elles diminuent la sensation de fatigue et de sommeil. Les amphétamines et la cocaïne stimulent la dopamine. Ces molécules augmentent la quantité de dopamine cérébrale. D autres substances psychoactives augmentent la libération de dopamine : tabac, alcool, ecstasy, cannabis.

16 Cannabis ou haschich

17 Qu est-ce que le cannabis? Substance illicite la plus consommée et souvent banalisée. Le principe actif est le THC. Différentes préparations du cannabis : Herbe (marijuana), feuilles, tiges fleuries séchées. Mélangées à du tabac. Résine (haschich shit) obtenue à partir des fleurs de la plante. Plaques compressées sous forme de barrettes. Mélangée à du tabac.

18 Effets aigus du cannabis Augmentation de la sensibilité, sédation, euphorie Somnolence Malaise, angoisse aiguë Tremblements Vomissements Confusion Impression d étouffement Perte de la mémoire immédiate Augmentation du risque d accident.

19 Effets de la consommation chronique Dépendance physique et surtout psychique Obsession par le produit Renoncement à d autres activités au profit de la drogue Syndrome «amotivationnel» avec troubles de concentration, Difficultés scolaires, Risques liés au contact avec des circuits illicites de vente, Troubles psychiatriques : états délirants, dépression Toxicité du tabac associée

20 Les chiffres récentsr du cannabis 1,2 millions de consommateurs réguliers en France consommateurs quotidiens parmi les ans Produit illicite le plus consommé Consommation au moins une fois dans les 30 derniers jours par 33 % des garçons 22 % des filles

21 Les chiffres du cannabis suite - Usage régulier (10 fois ou plus dans les 30 derniers jours) : 15 % des garçons 6 % des filles Adultes de 18 à 64 ans : 32 % de consommation au moins une fois dans l année. 12 % chez les hommes 7 % chez les femmes

22 Cannabis et conduite automobile Double le risque d être responsable d un accident mortel. Effet dose. Plus la consommation augmente, plus le risque augmente. Au minimum 230 morts par an sur les routes recensés du fait du cannabis. Vulnérabilité du conducteur face à un événement inattendu. Risque majoré en cas de consommation en mélange avec de l alcool. Effet cumulatif alcool cannabis. Le conducteur positif au cannabis et à l alcool multiplie par 14 le risque d être impliqué dans un accident mortel.

23 Alcool

24 Les chiffres de l alcooll en France Dès l âge de vingt ans un français sur deux consomme de l alcool au moins une fois par semaine. La proportion de consommateurs quotidiens est de 10 % pour les français de vingt ans et de 65 % à soixante ans. 3,5 % des français n ont jamais bu un verre d alcool de leur vie. La consommation globale diminue mais les consommations «à problème» restent stables.

25 Quantité d alcool «autorisée» Les doses d alcool autorisées sans risque pour la santé déterminent un seuil précis. Les recommandations médicales sont exprimées en verres de boisson alcoolique par jour ou par semaine. Les hommes peuvent boire sans danger deux verres de boisson alcoolique par jour soit quatorze verres par semaine. Les femmes ont droit à sept verres par semaine ou un verre par jour sans risque. Il n est pas possible de se rattraper et de boire en une journée sa dose de la semaine. En une occasion, la consommation d alcool ne doit pas dépasser quatre verres.

26 Quantité d alcool - suite - Doses maximales autorisées revues à la baisse avec le risque de cancer Effet toujours dose-dépendant mais augmentation du risque de cancer dès le premier verre Alcool formellement contre-indiqué en cas de grossesse Aucune différence en fonction des types d alcool

27 Facteurs de risque de dépendanced

28 Facteurs de risque de dépendance à l alcool La résistance à l alcool est le seul facteur qui augmente «objectivement» le risque de dépendance. Ceux qui résistent le mieux à l alcool sont les plus à risque. Les fils de pères alcooliques (moins sédatés, moins euphoriques) résistant à l alcool sont plus souvent dépendants.

29 Facteurs de risque de dépendance à l alcool suite - Antécédents familiaux : facteur génétique et effet de l exemple. Le risque est à la fois inné et acquis. Ceux qui ont des alcooliques dans leur famille sont trois à quatre fois plus souvent alcooliques.

30 Facteurs de risque de dépendance à l alcool - suite - Les extravertis boivent plus. Les chercheurs de sensations fortes et de nouveauté boivent plus que les autres. Ils sont plus souvent ivres et se contrôlent plus difficilement. Ils recherchent des expériences nouvelles déclenchées par l alcool.

31 Environnement familial et dépendanced Facteurs génétiques et environnementaux. Résistance aux effets des toxiques = risque. Consommation précoce = risque. Famille perturbée : cause et conséquence de la dépendance. Instabilité familiale. Conflits incessants. Manque de discipline ou discipline inadaptée. Rejet des parents. Absence de rituels familiaux. Mauvaise communication intra-familiale. Au pire abus sexuels dans la famille.

32 Facteurs générantg et pérennisantp la dépendanced Facteurs générant la dépendance Effets du toxique Personnalité Valeurs sociales et signification de la consommation de toxique Environnement Facteurs pérennisant la dépendance Pharmacologique (dépendance physique) Psychologique (dépendance psychique) Social (renforcement par conjoint et amis)

33 Initiation à l alcool

34 Alcool et étudiants Mesures récentes de prévention face aux «open bars «et «happy hours» Obligations collectives à consommer de l alcool Effets des alcoolisations souvent déniées Charte des grandes écoles et des facultés pour limiter et même supprimer ces consommations Consommation d alcool et conduite automobile à l origine de graves accidents. La consommation d alcool est retrouvée chez les auteurs d agressions et aussi chez les victimes.

35 Les différents stades de la consommation d alcoold chez l adolescentl 1. Premier contact avec l alcooll Début de consommation seul, en famille ou en groupe. 2. Stade expérimental L adolescent apprend à boire. Il découvre ses préférences, les effets de l alcool sur son caractère, sa capacité à supporter l alcool Stade «idéal» d alcoolisation intégrée. Consommation d alcool sans transgression des règles sociales. Découverte de ses goûts personnels, de sa tolérance. Acquisition d une habitude stable d alcoolisation sans passage vers l abus ou la dépendance.

36 Dépistage et intervention

37 Questionnaire CAGE ou DETA 1. Avez-vous déjà ressenti le besoin de DIMINUER votre consommation de boissons alcoolisées? 2. Votre entourage vous a-t-il déjà fait des remarques au sujet de votre consommation? 3. Avez-vous déjà eu l impression que vous buviez trop? 4. Avez-vous déjà eu besoin d ALCOOL dès le matin pour vous sentir en forme?

38 Stades du changement 1 - Précontemplation Considère ne pas avoir de problème Poussé à consulter par des événements extérieurs Surpris plus que choqué par l évocation de la question de l alcool 2 - Contemplation Ambivalence Oscille entre l expression des inquiétudes et les raisons de ne pas s inquiéter Pas un indice de personnalité pathologique

39 Stades du changement - suite Décision Prise de la décision de modifier son comportement Prise de décision temporaire avec possibilité de retour au stade de contemplation 4 - Action Premier temps du changement effectif

40 Stades du changement - suite Maintien Période suivant les premiers temps du sevrage Tentation de résister pendant plusieurs mois Possibilité de percevoir à ce moment le sevrage comme insupportable 6 - Rechute Stade possible dont le risque doit toujours être envisagé

41 En pratique Le temps essentiel est celui du repérage. Les consommations nocives d alcool s inscrivent dans la honte, la culpabilité et le déni. Deux attitudes extrêmes sont à éviter : La culpabilisation excessive interdisant toute prise de parole, La banalisation ne permettant pas d engager un soin.

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL Anne Marie LANUSSE Éducatrice Spécialisée à l ADAPEI des Pyrénées Atlantiques INTERVENTION A LA 3ème JOURNEE SCIENTIFIQUE DE REZOPAU LES OBJECTIFS Mener

Plus en détail

Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance. Réseau Addictions Val de Marne Ouest

Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance. Réseau Addictions Val de Marne Ouest Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance Quelques définitions : qu est ce qu une drogue? la modification de l état de conscience Étymologie de «addict» une dette de plaisir La dépendance

Plus en détail

L ESSENTIEL SUR LE CANNABIS QU EST-CE QUE C EST?

L ESSENTIEL SUR LE CANNABIS QU EST-CE QUE C EST? L ESSENTIEL SUR LE CANNABIS QU EST-CE QUE C EST? Le cannabis est une plante aux usages multiples (textiles, industriels ). Il est consommé, à des fins récréatives ou thérapeuthiques, sous trois formes

Plus en détail

Typologie des conduites addictives Principes de traitement

Typologie des conduites addictives Principes de traitement Typologie des conduites addictives Principes de traitement Jean-Dominique Favre Hôpital d instruction des armées Percy, Clamart 13 es Journées des Gens de mer, Paris, 14 mars 2008 Les éléments communs

Plus en détail

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage?

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Isabelle Jacot Sadowski Policlinique médicale universitaire Lausanne Berne, 03.12.2009 1 Problématique Décision d arrêt

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

CONSULTATION «Les Modes d Usage»

CONSULTATION «Les Modes d Usage» ADDICTOLOGIE CONSULTATION «Les Modes d Usage» CENTRE DE SOINS D ACCOMPAGNEMENT ET DE PREVENTION EN ADDICTOLOGIE «C.S.A.P.A. La Caravelle» BILAN CONSULTATION ADDICTOLOGIE Le repérage et les modes d usage

Plus en détail

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE DÉSIR DES FUMEURS ET Les faits : SEVRAGE 20 à 30 % veulent continuer à fumer 70 à 80 % veulent changer : 56 % réduire leur consommation 28 % arrêter 14 % changer de cigarettes

Plus en détail

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Les substances psychoactives (alcool, cannabis, héroïne ) agissent sur le cerveau mais aussi sur les sensations du corps. Cela va avoir

Plus en détail

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL DE L USAGE A LA DEPENDANCE Dr Pierre Lahmek, CCAA CHI Le Raincy-Montfermeil CARENCE DANS LES REPRESENTATIONS DES MODES DE CONSOMMATION La dualité des représentations

Plus en détail

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives LES ADDICTIONS I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives Addictions aux substances psychoactives Un psychotrope (ou substance psychoactive) est un produit, qui agit sur le SNC en induisant

Plus en détail

Mésusage sans dépendance. Particularités chez le jeune

Mésusage sans dépendance. Particularités chez le jeune Mésusage sans dépendance Particularités chez le jeune Consommations psychotropes chez les moins de 25 ans Le plus souvent Usage à risque ou nocif Beaucoup plus rarement Alcoolisme de type 2 de Cloninger

Plus en détail

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Repérage et interv le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Je déclare n avoir aucun lien direct ou indirect avec des entreprises ou établissements produisant

Plus en détail

BAYONNE jeudi 25 octobre 2012. Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre

BAYONNE jeudi 25 octobre 2012. Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre BAYONNE jeudi 25 octobre 2012 Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre De quoi parle-t-on? Conduites Addictives Les modes d

Plus en détail

REPERAGE DE L USAGE NOCIF DE CANNABIS EN MEDECINE GENERALE. Georges Bonnemaison, CSST «Port Bretagne», Tours

REPERAGE DE L USAGE NOCIF DE CANNABIS EN MEDECINE GENERALE. Georges Bonnemaison, CSST «Port Bretagne», Tours REPERAGE DE L USAGE NOCIF DE CANNABIS EN MEDECINE GENERALE Georges Bonnemaison, CSST «Port Bretagne», Tours 44 ème Journées de Formation Médicale Continue, Tours, septembre 2006 I - DEFINITIONS DES DIFFERENTS

Plus en détail

Evaluation de l'addiction : DSM-5

Evaluation de l'addiction : DSM-5 Evaluation de l'addiction : DSM-5 Source : American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed.) Mode d utilisation inadapté d'un produit conduisant

Plus en détail

ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014. Micheline CLAUDON Alain EDDI

ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014. Micheline CLAUDON Alain EDDI ALCOOL DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014 Micheline CLAUDON Alain EDDI 2 Pourquoi consomme-t-on des drogues? Pour se sentir bien Pour se sentir mieux Pour faire mieux Pour faire comme les

Plus en détail

Jeu des Familles ADDICTIONS CANNABIS ALCOOL AMPTA / LYCÉE JEAN MOULIN

Jeu des Familles ADDICTIONS CANNABIS ALCOOL AMPTA / LYCÉE JEAN MOULIN Jeu des Familles ADDICTIONS CANNABIS ALCOOL AMPTA / LYCÉE JEAN MOULIN LA LOI LA LOI LE GRAND-PÈRE LA GRAND-MÈRE Que risquez-vous pour une ivresse publique et manifeste (IPM)? a) amende b) prison c) placement

Plus en détail

8 pages ecstasy 22/09/06 10:59 Page 2 ASY ECST Mars 2003 - réf. 240-06330-B - Ne pas jeter sur la voie publique.

8 pages ecstasy 22/09/06 10:59 Page 2 ASY ECST Mars 2003 - réf. 240-06330-B - Ne pas jeter sur la voie publique. ECSTASY QU EST-CE QUE C EST? À l origine, l ecstasy (ecsta, X, XTC ) désigne une molécule chimique, la MDMA, de la famille des amphétamines. Elle se trouve sous forme de comprimés, de poudre, de gélules...

Plus en détail

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15 Table des matières CHAPITRE 1: LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE 13 D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module

Plus en détail

Baromètre Santé. Consommation de tabac, d alcool. Le Baromètre santé. Depuis la fin des années 90, en lien avec la

Baromètre Santé. Consommation de tabac, d alcool. Le Baromètre santé. Depuis la fin des années 90, en lien avec la Baromètre Santé 21 Enquête auprès des Auvergnats âgés de 1-8 ans Consommation de tabac, d alcool et de drogues illicites Le Baromètre santé a été réalisé pour la première fois au début des années 199 par

Plus en détail

Importance du repérage et de la prise en charge

Importance du repérage et de la prise en charge Poly addiction et poly consommation dans le sevrage tabagique Importance du repérage et de la prise en charge Christiane VALLES Infirmière tabacologue, addictologue Centre Hospitalier de Cahors. Introduction

Plus en détail

... l'alcool. l essentiel sur... Ξ Qu est-ce que c est? Ξ Le saviez-vous?

... l'alcool. l essentiel sur... Ξ Qu est-ce que c est? Ξ Le saviez-vous? l essentiel sur...... l'alcool Ξ Qu est-ce que c est? L alcool est un produit naturel issu de la fermentation ou de la distillation de fruits ou grains riches en glucides. Sa concentration peut être augmentée

Plus en détail

-!4. Le THC, delta 9 tetra hydrocannabinol, cannabis indica type fibre moins de 3 % de THC cannabis sativa type «drogue»

-!4. Le THC, delta 9 tetra hydrocannabinol, cannabis indica type fibre moins de 3 % de THC cannabis sativa type «drogue» C'est un diaporama d'information et de sensibilisation auprès des adolescents et des jeunes adultes, ainsi qu'auprès de parents sur l'usage du cannabis Qu'est-ce que le Cannabis? Quels sont les effets

Plus en détail

OVE - Identification des Situations de Travail au SESSAD Charléty (La Ravoire)

OVE - Identification des Situations de Travail au SESSAD Charléty (La Ravoire) Arrivée des jeunes Arrivée des jeunes avant celle du salarié 5 Inquiétude, stress, charge de responsabilité Activité physique et/ou éducative extérieure Accompagnement d'un jeune ou d un groupe de jeunes

Plus en détail

Les Addictions sans produit

Les Addictions sans produit Les Addictions sans produit C est l impossibilité de contrôler son comportement vis-à-vis de l activité de prédilection telles que : le sport, le sexe, le jeu (en ligne, d argent, vidéo), les achats compulsifs,

Plus en détail

Facteurs associés à l arrêt du tabac chez les jeunes adultes Données de la cohorte TEMPO

Facteurs associés à l arrêt du tabac chez les jeunes adultes Données de la cohorte TEMPO Facteurs associés à l arrêt du tabac chez les jeunes adultes Données de la cohorte TEMPO Inès Khati (ERES IPLESP INSERM UMR_S 1136), Gwenn Menvielle (IPLESP INSERM) Aude Chollet (IPLESP INSERM), Nadia

Plus en détail

Alcool et seniors Bernard Gibour Intersecteur d Alcoologie du Hainaut CH Saint-Amand-les-Eaux A- Des spécificit cificités s liées à l âge B- Boire trop, c est c combien? C- Les modalités s du mésusage

Plus en détail

DOCTEUR CAROLE VUONG

DOCTEUR CAROLE VUONG S0MMAIRE Normes OMS Définitions des conduites d alcoolisation Comment reconnaître une personne qui a un problème d alcool? Que faire? DOCTEUR CAROLE VUONG COMMENT AIDER LE SALARIE ALCOOLO-DEPENDANT? 4

Plus en détail

GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES. Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC

GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES. Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC PROGRAMME DE PREVENTION ET DE SOINS EN ADDICTOLOGIE SERVICE DE PREVENTION

Plus en détail

ALCOOLISME ET DEPENDANCE. Journée AFISTEB Novembre 2007 Docteur Luc BUELENS

ALCOOLISME ET DEPENDANCE. Journée AFISTEB Novembre 2007 Docteur Luc BUELENS ALCOOLISME ET DEPENDANCE Journée AFISTEB Novembre 2007 Docteur Luc BUELENS I. INTRODUCTION Consommateurs de boissons alcoolisées: +/- 60 à 70% de la population Suède: consommation le WE ++ : accidents,

Plus en détail

Lutte contre les comportements à risques et les addictions

Lutte contre les comportements à risques et les addictions Lutte contre les comportements à risques et les addictions Prévention des accidents liés aux consommations :Violences sexuelles et IST Dr Frédérique Guillet-May. Pôle Régional d accueil des victimes d

Plus en détail

Alcool : je fais le point sur ma consommation

Alcool : je fais le point sur ma consommation Alcool : je fais le point sur ma consommation Tous concernés? De quoi s agit-il? On a l habitude d évoquer un risque pour la santé au-delà de 3 verres standard par jour pour les hommes ou 2 pour les femmes,

Plus en détail

La vie quotidienne des personnes sans domicile souffrant d addictions

La vie quotidienne des personnes sans domicile souffrant d addictions La vie quotidienne des personnes sans domicile souffrant d addictions Marie Jauffret-Roustide 1 Marc-Antoine Détrez 2 1 Institut de Veille Sanitaire CERMES3 (Inserm U988) 2 Observatoire du samusocial de

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 14 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire Sommaire EmeVia et les mutuelles

Plus en détail

Ouvrons le dial O gue. Alcool MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE

Ouvrons le dial O gue. Alcool MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Ouvrons le dial O gue Alcool Pour arrêter faire le de point fumer MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Pour faire le point Votre médecin vous a proposé de faire le

Plus en détail

PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ CONDUITES ADDICTIVES

PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ CONDUITES ADDICTIVES PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ Alcool, tabac et drogues illicites : au-delà du produit consommé, c est davantage le comportement de consommation - conduite addictive - qui détermine le risque pour

Plus en détail

INSTITUT SUISSE DE PRÉVENTION DE L ALCOOLISME ET AUTRES TOXICOMANIES

INSTITUT SUISSE DE PRÉVENTION DE L ALCOOLISME ET AUTRES TOXICOMANIES INSTITUT SUISSE DE PRÉVENTION DE L ALCOOLISME ET AUTRES TOXICOMANIES QU EST-CE QUE LE CANNABIS? Je viens de découvrir que ma fille a apparemment une «habitude» de consommation de cannabis. Je ne connais

Plus en détail

M É D E C I N E Un Suisse sur cinq boit trop huard. C N 5 2 A L L E Z S A V O I R! / N 3 0 O C T O B R E 2 0 0 4

M É D E C I N E Un Suisse sur cinq boit trop huard. C N 5 2 A L L E Z S A V O I R! / N 3 0 O C T O B R E 2 0 0 4 M É D E C I N E N. Chuard 5 2 A L L E Z S A V O I R! / N 3 0 O C T O B R E 2 0 0 4 Un Suisse sur cinq boit trop Deux verres par jour, ça va encore; au-delà, bonjour les dégâts! Sans être alcooliques, les

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS TYPES D USAGE

LES DIFFÉRENTS TYPES D USAGE L objectif de ce document est d être un outil concret, à la disposition des infirmiers(ères) pour les aider dans leur pratique quotidienne, en ce qui concerne les pratiques de consommation d alcool, de

Plus en détail

Livret métier Le risque alcool. Performance des organisations - Santé au travail Groupe Sofaxis

Livret métier Le risque alcool. Performance des organisations - Santé au travail Groupe Sofaxis Livret métier Le risque alcool Performance des organisations - Santé au travail Groupe Sofaxis Sommaire Quiz : connaissez-vous l alcool? 4 Infos pratiques : l alcoolémie 6 Infos pratiques : les équivalences

Plus en détail

Mai 2010 Mandatory credit : AIVI/IPSOS Nobody s Unpredictable

Mai 2010 Mandatory credit : AIVI/IPSOS Nobody s Unpredictable Etat des lieux de la situation des personnes victimes d inceste : vécu, état de santé et impact sur la vie quotidienne Mai 2010 Mandatory credit : AIVI/IPSOS Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage

Plus en détail

Le sportif face aux substances psychoactives. CMBCS 7 juin 2011. M. Walter

Le sportif face aux substances psychoactives. CMBCS 7 juin 2011. M. Walter Le sportif face aux substances psychoactives CMBCS 7 juin 2011. M. Walter Plan A. Les incontournables : tabac, cannabis, alcool B. L arrêt sportif : une période de vulnérabilité CMBCS 7 juin 2011. M. Walter

Plus en détail

Arrêt du tabac: comment aider les fumeurs? Jean-Pierre Zellweger Villars-sur-Glâne

Arrêt du tabac: comment aider les fumeurs? Jean-Pierre Zellweger Villars-sur-Glâne Arrêt du tabac: comment aider les fumeurs? Jean-Pierre Zellweger Villars-sur-Glâne Arrêt du tabac: les faits TOUS les fumeurs savent que le tabac est nocif LA PLUPART des fumeurs savent que l arrêt du

Plus en détail

La consommation d alcool chez les jeunes

La consommation d alcool chez les jeunes La consommation d alcool chez les jeunes > Michaël Hogge, Eurotox 1 La consommation d alcool chez les jeunes charrie son lot de fantasmes. Même si les dommages liés au mésusage d alcool sont une réalité

Plus en détail

Alcoolémie Les risques d'une consommation excessive

Alcoolémie Les risques d'une consommation excessive Alcoolémie Les risques d'une consommation excessive Document non contractuel / Mod 3350/07-2012/ Imprimerie B.F.I - 03.28.52.69.42 Le partenaire santé qui vous change la vie Prévention L'alcool et ses

Plus en détail

Tabac Alcool - Cancer

Tabac Alcool - Cancer Tabac Alcool - Cancer Relation soignant-soigné Dr Lila Simon-Rendu Médecin coordonateur du réseau Oncovannes Médecin en oncologie médicale CHBA (Ex-Tabacologue - CHU de Nantes) Avec la collaboration du

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Carnet de suivi Lithium Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse ci-dessous Nom Prénom Adresse Téléphone Mobile Date

Plus en détail

Prévention. conduites addictives. Guide d information et de prévention. Anticiper pour mieux vous protéger

Prévention. conduites addictives. Guide d information et de prévention. Anticiper pour mieux vous protéger Prévention conduites addictives Guide d information et de prévention Anticiper pour mieux vous protéger La prévention, un enjeu pour votre santé Tabac, alcool, drogues La dernière décennie a marqué une

Plus en détail

Avant-Propos. Objectifs. L Alcool & Le Médecin de 1 er recours. Après ce colloque, nous espérons que vous: Serez convaincus de l importance d aborder

Avant-Propos. Objectifs. L Alcool & Le Médecin de 1 er recours. Après ce colloque, nous espérons que vous: Serez convaincus de l importance d aborder L Alcool & Le Médecin de 1 er recours Avant-Propos Thierry Favrod-Coune Daniel Alhadeff Unité des dépendances SMPR BACK to BLACK Objectifs Après ce colloque, nous espérons que vous: Serez convaincus de

Plus en détail

Analyse de texte avec commentaire

Analyse de texte avec commentaire Analyse de texte avec commentaire Devoir en classe avec corrigé La jeunesse et l alcool 5 Mme Michelle de Vulpian, directeur des études de la Coffreur, une société privée de sondages, vient d achever,

Plus en détail

Bilan de la campagne INPES / MILDT «Contre les drogues chacun peut agir» Décembre 2010 Appels reçus, appels traités, profil des appelants

Bilan de la campagne INPES / MILDT «Contre les drogues chacun peut agir» Décembre 2010 Appels reçus, appels traités, profil des appelants Bilan de la campagne INPES / MILDT «Contre les drogues chacun peut agir» Décembre 2010 Appels reçus, appels traités, profil des appelants DESCRIPTIF DE LA CAMPAGNE renvoient tous vers le site drogues-info-service.fr

Plus en détail

RENCONTRES - RISQUES ROUTIERS

RENCONTRES - RISQUES ROUTIERS RENCONTRES - RISQUES ROUTIERS En partenariat avec l Automobile Club et l Automobile Club Prévention Mardi 28 septembre et jeudi 30 septembre Mardi 5 octobre et jeudi 7 octobre LES RISQUES ROUTIERS Santé

Plus en détail

1/ Conduites à risque chez l enfant et l adolescent

1/ Conduites à risque chez l enfant et l adolescent SEMESTRE 2 UE 4.5.S2 Soins infirmiers et gestion des risques 1/ Conduites à risque chez l enfant et l adolescent Qu appelle-t-on conduite à risque? Mise en danger probable de sa vie ou de celle d autrui

Plus en détail

Sly. Consommation de drogue des ados : quelle prévention?

Sly. Consommation de drogue des ados : quelle prévention? Sly Consommation de drogue des ados : quelle prévention? Tous concernés! De quoi s'agit-il? La consommation de cannabis a doublé en 10 ans chez les ados pour deux raisons : elle est banalisée et il n a

Plus en détail

LES CONDUITES A RISQUES CHEZ LES ADOLESCENTS

LES CONDUITES A RISQUES CHEZ LES ADOLESCENTS OBJECTIF GENERAL : Aider à se positionner vis-à-vis des jeunes en prise à des conduites à risques, par la compréhension de leurs difficultés somatiques et psychiques, une meilleure connaissance de leur

Plus en détail

le Docteur Bruno BOUQUET

le Docteur Bruno BOUQUET Texte réalisé par le Docteur Bruno BOUQUET LES ÉVALUATIONS : PRÉLUDE AU SEVRAGE TABAGIQUE 1 PARTIE : ÉVALUATION DE LA MOTIVATION COMPORTEMENTALE TEST DE PROCHASKA et coll. Quelles sont les diverses étapes

Plus en détail

La vérité sur la cocaïne

La vérité sur la cocaïne La vérité sur la cocaïne Qu est-ce que la cocaïne? La cocaïne (coke, coco, neige), chimiquement parlant hydrochloride de cocaïne, est extraite des feuilles de la coca, un arbuste des Andes (Bolivie, Colombie

Plus en détail

Objectifs pédagogiques

Objectifs pédagogiques CDU_Chap01.fm Page 1 Jeudi, 30. avril 2009 3:54 15 A I Item 45 Addiction et conduites dopantes : épidémiologie, prévention, dépistage. Morbidité, comorbidité et complications. Prise en charge, traitement

Plus en détail

9.1 Alcool. Christophe Palle

9.1 Alcool. Christophe Palle 9.1 Alcool Christophe Palle 204 Drogues et addictions, données essentielles Associé au plaisir de la table, à la richesse et la diversité des terroirs et des paysages de France, l alcool, consommé sous

Plus en détail

La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais

La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais Baromètre santé jeunes La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais La représentation de la maladie, des risques et de la santé de chacun, c est-à-dire de la perception

Plus en détail

L alcoolémie désigne la quantité d'alcool dans le sang à un moment donné.

L alcoolémie désigne la quantité d'alcool dans le sang à un moment donné. LES FAITS, SEULEMENT LES FAITS : Alcool et drogues Conduite avec facultés affaiblies et alcoolémie La notion d alcoolémie ou de taux d alcoolémie (TA) fait référence à la quantité d'alcool dans le sang

Plus en détail

Séquence 2 : la polyconsommation. DEVOIR MAISON

Séquence 2 : la polyconsommation. DEVOIR MAISON Séquence 2 : la polyconsommation. Objectif général de la séquence : être capable d adopter une attitude critique vis-à-vis des conduites addictives. NOM : Classe : Prénom : Date : DEVOIR MAISON NOTE :

Plus en détail

Dossier de demande d admission à télécharger : www.lasantedelafamille.fr. Centre MALVAU. Etablissement de Soins Privé d Intérêt Collectif (ESPIC)

Dossier de demande d admission à télécharger : www.lasantedelafamille.fr. Centre MALVAU. Etablissement de Soins Privé d Intérêt Collectif (ESPIC) Dossier de demande d admission à télécharger : www.lasantedelafamille.fr Centre MALVAU Etablissement de Soins Privé d Intérêt Collectif (ESPIC) Centre de soins spécialisés en addictologie S.S.R.A 21, Quai

Plus en détail

La prévention des RPS

La prévention des RPS La prévention des RPS Le stress La souffrance au travail : La souffrance revêt des aspects psychiques, sociaux, voir physiques. On parle de souffrance au travail lorsqu il y a atteinte à la santé psychologique

Plus en détail

PRÉVENIR LES CONDUITES ADDICTIVES DANS LE SPORT. Emmanuel Augey Consultant en psychologie du sport et de la santé

PRÉVENIR LES CONDUITES ADDICTIVES DANS LE SPORT. Emmanuel Augey Consultant en psychologie du sport et de la santé PRÉVENIR LES CONDUITES ADDICTIVES DANS LE SPORT Emmanuel Augey Consultant en psychologie du sport et de la santé PRÉSENTATION PLAN L intervention en psychologie du sport Concept Addiction à la pratique

Plus en détail

LE MALADE DÉPENDANT Addictions : alcoolisme, toxicomanie, troubles du comportement alimentaire

LE MALADE DÉPENDANT Addictions : alcoolisme, toxicomanie, troubles du comportement alimentaire LE MALADE DÉPENDANT Addictions : alcoolisme, toxicomanie, troubles du comportement alimentaire Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine Addictions

Plus en détail

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées QUESTIONS - REPONSES Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées CONTEXTE ET OBJECTIFS Quelle est la finalité de ce travail? Il s agit d améliorer les pratiques de prescription

Plus en détail

La consommation de substances psycho-actives (d alcool en particulier) peut être décrite selon plusieurs modalités.

La consommation de substances psycho-actives (d alcool en particulier) peut être décrite selon plusieurs modalités. Addiction à l alcool I. Définitions II. Etiologie III. Epidémiologie IV. Dépistage, repérage V. Examens biologiques VI. Signes cliniques VII. Complications somatiques VIII. Prise en charge OBJECTIFS PEDAGOGIQUES

Plus en détail

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE Dr Muriel LANG / Février 2006 LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE I) Définitions : La maladie alcoolique correspond à une dépendance pathologique à l alcool liant le malade à l alcool. On notera deux types de catégories

Plus en détail

LE TRAVAIL DE NUIT. Tout travail effectué entre 21h et 6h du matin est considéré comme travail de nuit Article L.3122-29 du Code du travail

LE TRAVAIL DE NUIT. Tout travail effectué entre 21h et 6h du matin est considéré comme travail de nuit Article L.3122-29 du Code du travail LE TRAVAIL DE NUIT Tout travail effectué entre 21h et 6h du matin est considéré comme travail de nuit Article L.3122-29 du Code du travail Sommeil de jour 9:00 Somm 9:00 14:00 Une nuit de sommeil est habituellement

Plus en détail

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale.

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. Comprendre la phobie sociale Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. La phobie sociale est une maladie psychologique de mieux en mieux connue des médecins et des chercheurs, et pour laquelle

Plus en détail

D une part. D autre part. Tout ce qu il faut savoir sur l alcool et les autres substances engendrant la dépendance au poste de travail.

D une part. D autre part. Tout ce qu il faut savoir sur l alcool et les autres substances engendrant la dépendance au poste de travail. D une part. D autre part. Tout ce qu il faut savoir sur l alcool et les autres substances engendrant la dépendance au poste de travail. Une campagne de la Suva en collaboration avec l Institut suisse de

Plus en détail

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Premiers secours en équipe Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de cette partie vous serez capable : de prendre

Plus en détail

Les idées reçues. ADIJA oct 2012. Dr C Renaud,

Les idées reçues. ADIJA oct 2012. Dr C Renaud, Les idées reçues ADIJA oct 2012 Dr C Renaud, La pollution de l air est plus mauvaise pour la santé que la fumée de tabac! VRAI - FAUX FAUX La fumée est le champion des polluants, avant les moisissures

Plus en détail

N 73 ADDICTION AU TABAC

N 73 ADDICTION AU TABAC N 73 ADDICTION AU TABAC 1. Combien y a-t-il de fumeurs en France? (QRU) a. 20 millions de personnes b. 15 millions de personnes c. 10 millions de personnes d. 5 millions de personnes e. 7 millions de personnes

Plus en détail

... la Cocaïne & le Crack

... la Cocaïne & le Crack l essentiel sur...... la Cocaïne & le Crack Ξ Qu est-ce que c est? La cocaïne, chef de file des stimulants, dont la consommation est en augmentation, est un alcaloïde de la feuille du cocaïer. Transformée

Plus en détail

Santé mentale des familles sans domicile. Nicolas Oppenchain et Stéphanie Vandentorren Observatoire du Samusocial de Paris

Santé mentale des familles sans domicile. Nicolas Oppenchain et Stéphanie Vandentorren Observatoire du Samusocial de Paris Santé mentale des familles sans domicile Nicolas Oppenchain et Stéphanie Vandentorren Observatoire du Samusocial de Paris Contexte et objectifs Mieux documenter les caractéristiques sociales des personnes

Plus en détail

Conduites addictives : description et regards croisés

Conduites addictives : description et regards croisés ( santé jeunes Enquête réalisée dans le département de l (France) et la province du (Belgique) en 23-24 Conduites addictives : description et regards croisés Le tabac, l alcool et les drogues illicites

Plus en détail

Que sont les somnifères et les tranquillisants?

Que sont les somnifères et les tranquillisants? Que sont les somnifères et les tranquillisants? Les somnifères et les tranquillisants sont des médicaments utilisés pour soulager : l anxiété le stress l insomnie la tension musculaire On les appelle aussi

Plus en détail

Jeunes vulnérables : des symptômes aux interventions quels enjeux? Fribourg, 9 mai 2007

Jeunes vulnérables : des symptômes aux interventions quels enjeux? Fribourg, 9 mai 2007 Jeunes vulnérables : des symptômes aux interventions quels enjeux? Fribourg, 9 mai 2007 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne PLAN DE L EXPOSE Concepts Vulnérabilité,

Plus en détail

4 ème Journée rouennaise ADDICTIONS 18 mai 2006

4 ème Journée rouennaise ADDICTIONS 18 mai 2006 Fédération Inter-Etablissements d'addictologie 4 ème Journée rouennaise ADDICTIONS 18 mai 2006 EPIDEMIOLOGIE DES CONDUITES ADDICTIVES CHEZ LES JEUNES Mme le Professeur Facy INSERM Unité 302, Paris CH du

Plus en détail

Journée Toxicomanie. S y n t h è s e. Lycée Jean Rostand Nevers Synthèse questionnaire d évaluation «Journée Toxicomanie 2013»

Journée Toxicomanie. S y n t h è s e. Lycée Jean Rostand Nevers Synthèse questionnaire d évaluation «Journée Toxicomanie 2013» Journée Toxicomanie S y n t h è s e Lycée Jean Rostand Nevers Synthèse questionnaire d évaluation «Journée Toxicomanie 2013» Précisez si vous êtes : Indiquez si le fait de traiter le thème de cette journée

Plus en détail

Alcool et jeunes : un point de vue épidémiologique

Alcool et jeunes : un point de vue épidémiologique Alcool et jeunes : un point de vue épidémiologique «Alcool à l école secondaire et dans le supérieur» 25/02/2010 Valérie Wathieu OSH Secteur Information Sanitaire Contact : observatoire.sis@hainaut.be

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE : RAPPORT D ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DE

AIDE-MÉMOIRE : RAPPORT D ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DE AIDE-MÉMOIRE : RAPPORT D ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DE L ÉQUIPE DE SANTÉ MENTALE 1 ÈRE LIGNE Avant de débuter : Vérifiez si les données d identification et les données sociodémographiques du client figurant

Plus en détail

Conduites addictives dans l Oise

Conduites addictives dans l Oise Baromètre santé Les 1-34 ans en 1 Conduites addictives dans l Oise La santé des jeunes constitue l une des priorités du conseil général de l Oise. En effet, 7 % des Isariens ont moins de ans, ce qui place

Plus en détail

IMPACT PSYCHOLOGIQUE DU TABAC

IMPACT PSYCHOLOGIQUE DU TABAC IMPACT PSYCHOLOGIQUE DU TABAC Mme ZERTAL CHERIFA Mme DJENNA. D Mr KAABOUCHE. A Bureau d Accueil, Orientation et Activités Socio-thérapeutiques Unité d Aide Psychologique CHU BENBADIS DE CONSTANTINE I)

Plus en détail

Prévenir... l alcoolisme

Prévenir... l alcoolisme Prévenir... l alcoolisme 8 Avec l alcool, faites-vous bon ménage ou mauvais usage? Vous faites bon ménage, si vous usez sans abuser (1) Consommateur ponctuel, vous ne buvez pas plus de 4 verres par occasion.

Plus en détail

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Pourquoi proposer une ET aux aidants de malades Alzheimer? Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Introduction : la maladie d Alzheimer (MA) La maladie d Alzheimer est

Plus en détail

Les drogues illicites et les jeunes Champardennais

Les drogues illicites et les jeunes Champardennais Baromètre santé jeunes Les drogues illicites et les jeunes Champardennais Synthèse Les résultats de l enquête ESCAPAD de 8 1 montrent que le cannabis arrive troisième parmi les substances psychoactives

Plus en détail

Et si on en parlait...

Et si on en parlait... plaq alcool 220312:Mise en page 1 30/03/2012 14:55 Page 1 Alcool Et si on en parlait... Ce document vise à informer les usagers des risques qui sont associés à la consommation d alcool plaq alcool 220312:Mise

Plus en détail

Le Centre Emergence - Espace Tolbiac

Le Centre Emergence - Espace Tolbiac Le Centre Emergence - Espace Tolbiac 6 rue Richemont 75013 Paris Espace Tolbiac est un service spécialisé destiné aux patients souffrant de troubles liés aux drogues. Activités principales : Consultations

Plus en détail

Hyperactivité avec déficit de l'attention et de la concentration, un syndrôme à grand risque d'addiction

Hyperactivité avec déficit de l'attention et de la concentration, un syndrôme à grand risque d'addiction Résumé Hyperactivité avec déficit de l'attention et de la concentration, un syndrôme à grand risque d'addiction Dr Jean-Jacques Déglon Médecin-directeur de la Fondation Phénix Le syndrome d hyperactivité

Plus en détail

Alcoologie : Quelques définitions.

Alcoologie : Quelques définitions. Alcoologie : Quelques définitions. 1. TRANSFERRINE DEFICIENTE EN COCARBOXYLASE Jusqu à présent, le taux des GAMMA GT et le VGM (voir ces termes), volume globulaire moyen des globules rouges, permettaient

Plus en détail

Mardi 20 mars 2012. Aurélie ELOY - Claire GUILLOUËT - Céline LECLERC ORS Centre

Mardi 20 mars 2012. Aurélie ELOY - Claire GUILLOUËT - Céline LECLERC ORS Centre Mardi 20 mars 2012 Aurélie ELOY - Claire GUILLOUËT - Céline LECLERC ORS Centre Enquête réalisée à l initiative du Conseil régional de la région Centre, en partenariat avec l ARS du Centre, le Rectorat

Plus en détail

POURQUOI NON?... VENTE D ALCOOL AUX MINEURS Une loi pour prévenir les risques

POURQUOI NON?... VENTE D ALCOOL AUX MINEURS Une loi pour prévenir les risques POURQUOI NON?... VENTE D ALCOOL AUX MINEURS Une loi pour prévenir les risques La loi interdit la vente d alcool aux mineurs. Je vous propose de lire cette brochure, vous y trouverez les risques que j encours

Plus en détail

Consommation de substances

Consommation de substances Consommation de substances Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : B 7.6 analyser les facteurs sociaux susceptibles d influencer le

Plus en détail

PERCEPTION DES DOMMAGES DE L ALCOOL EN POPULATION GÉNÉRALE. Philippe Batel MD, PhD

PERCEPTION DES DOMMAGES DE L ALCOOL EN POPULATION GÉNÉRALE. Philippe Batel MD, PhD PERCEPTION DES DOMMAGES DE L ALCOOL EN POPULATION GÉNÉRALE Philippe Batel MD, PhD Les enjeux Evaluer l écart des connaissances Comprendre les résistances à la connaissance Analyser la variation des représentations

Plus en détail

LES AUDIENCES COLLECTIVES DE RAPPEL A LA LOI EN MARTINIQUE Bilan 2001-2003

LES AUDIENCES COLLECTIVES DE RAPPEL A LA LOI EN MARTINIQUE Bilan 2001-2003 LES AUDIENCES COLLECTIVES DE RAPPEL A LA LOI EN MARTINIQUE Bilan 2001-2003 Décembre 2003 Immeuble Corniche 2 Centre Commercial de Bellevue Boulevard de La Marne 3 Etage 97200 Fortde-France Tet. : 05 96

Plus en détail

Chère lectrice, cher lecteur,

Chère lectrice, cher lecteur, Chère lectrice, cher lecteur, Nous le savons tous: l alcool affecte gravement la sécurité routière. D où ce principe immuable: «Boire ou conduire, il faut choisir!» En revanche, on connaît moins les effets

Plus en détail