dossier La formation, un challenge pour l avenir espace culturel zoom service associations Nape Ora et Tokani Les pastels de Catherine LUMBROSO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "dossier La formation, un challenge pour l avenir espace culturel zoom service associations Nape Ora et Tokani Les pastels de Catherine LUMBROSO"

Transcription

1 #1 TRIMESTRIEL - AVRIL 2007 dossier La formation, un challenge pour l avenir zoom service Le réseau inter-îles associations Nape Ora et Tokani espace culturel Les pastels de Catherine LUMBROSO

2 #1 BON ommaire métier > Irène DUHOURCQ, infirmière hygiéniste > Christophe PSYCHOGIOS, directeur juridique événement > Fête de fin d année > Le Noël des enfants associations > Nape Ora > Association Tokani dossier > Plan de formation 2007 zoom service > Le réseau inter-îles espace expression > Zoom syndicat échange > Echange avec la Nouvelle Calédonie nouvel hôpital > Chantier du nouvel hôpital du Taaone culture > Les pastels de Catherine Lumbroso activités > Une infirmière des urgences au marathon de New-York > Notre gastro-enthérologue s essaie au triathlon charte > Charte rédactionnelle de Ea News et Ea Mag eamag est le journal interne gratuit du CHPF. Comité de rédaction : D. Delpech, AM. Jeannette, ML. Simon, A. Soulignac, M. Corbaz, M. Fleure. Conception graphique : Wake Up! Photos : CHPF, EGT & Wake Up! Tirage : exemplaires sur papier recyclé édito UN GRAND CHANTIER : LA FORMATION Notre établissement est aujourd hui face à des enjeux majeurs conditionnant la qualité du service public de santé. En particulier, l évolution des métiers est plus que jamais rendue nécessaire par les profondes modifications des organisations, des techniques et de la demande sociale. Cela est déjà vrai aujourd hui ; cela le sera plus encore dans le nouvel hôpital. Le défi n est pas des moindres. Deux contraintes devraient en effet être prises en compte : D abord les besoins de renouvellement des effectifs dans les prochaines années afin de remplacer les départs naturels et de pourvoir aux emplois créés par le nouvel hôpital. Et ce alors qu aujourd hui déjà nous devons faire face à de grandes difficultés de recrutement. Ensuite, les exigences renforcées de gestion budgétaire à concilier avec une hausse continuelle des attentes des bénéficiaires. Ces mutations ne pourront se faire sans une politique de gestion des ressources humaines et de développement des compétences incluant une stratégie de formation ambitieuse, cohérente et efficace. Là est notre volonté, au CHPF, et c est pour cela que nous nous attachons chaque année à faire bénéficier les agents de l hôpital d actions de formations qui s étendent bien au-delà des quelques obligations statutaires. Bien qu encore insuffisant, l effort engagé envers la formation doit se poursuivre ; l objectif étant d atteindre la contribution minimale obligatoire de 2,1% de la masse salariale exigée des hôpitaux métropolitains. Mais la formation n est pas seulement une affaire d argent. C est avant tout un effort collectif et solidaire. Je sais que vous partagez cette conviction et que vous vous investirez à nos côtés. TE TAHI OHIPA RAHI : TE HA APA ARIRA A ITE Tei mua ta tatou fare i teie mahana i te perera a faufa a rahi e roa a mai ai te faito maita i no te atu atura a i te ea o te huira atira. Hau atu a, e au te mau toro a ia ha amaita ihia na roto i te mau tauiuira a hohonu o te mau fa anahora a, te mau mauiha a ohipara a e te hia ai o te huira atira. Te reira mau te fa anahora a o teie mahana, e hau atu a i roto i te fare ma i apl. Eere i te fa ati ora a na ina i nei! E piti fa ahepora a e au ia ferurihia : Na mua roa, te hina aro fa a apl o te mau rave ohipa i roto i te mau matahiti i muri nei no te monora a ia ratou e fa atuha ahia, e no te tihepura a mai i ni a i te mau parahira a e ha amauhia no teie fare ma i apl. A tae atu ai ho i e au ia tatou ia fa aruru i teie mahana i te fifi ia tihepu i te rave ohipa. I muri mai, te mau tltaura a i ni a i te tl a aura a o te faufa a o te tano ia fa aauhia e te pai umara a tamau o te mau hia ai o te mau ta ata e ha afana ohia. Eita teie mau tauiuira a e tupu maoti te tahi poritlta ti a aura a i te mau rima rave e te fa ahotura a i te mau ite rave ma ate fa ao mai i te tahi fa anahora a no te ha apa arira a ite teitei, te tano e te ohie. Teie to matou hina aro i te Fare Ma i no Porlnetia farani nei, e no reira matou i fa anaho maite ai ia fana o te mau rave ohipa o te fare ma i, i te mau matahiti ato a, i te tau ha apa arira a ite e haere roa i o roa atu i te mau fa ahepeora a a te papa ture. Noa atu a e, aita a i rava i, e au te fa aitoitora a i te pae o te ha apa arira a toro a ia tamauhia. Te fa e tapapahia ra, o te tino moni fa ahepohia la e 2,10% o te ta ato ara a o te moni ohipa i tltauhia i ni a i te mau fare ma i o te hau metua. E ere ra te ha apa arira a ite i te moni ana e ra. E fa aitoitora a ra na te ta ato ara a i roto i te turu- amui-ra a. Ua ite au e o to outou ato a ia hina aro teie, e te ohipa nei outou i plha i iho ia matou. Dominique DELPECH, Directeur Général VENT ET HEUREUSE RETRAITE A : M. Michael LUCAS, infirmier retraité depuis le 5 mars 2006 M. Edwin TAAE, infirmier retraité depuis le 31 mars 2006 Mme Annie BOISOT, infirmière retraitée depuis le 30 avril 2006 Mme Françoise TEUAPIKO (SARCIAUX), cadre puéricultrice retraitée depuis le 6 juillet 2006 Mme Ariane CARCELES (CARBONNEL), technicienne de laboratoire retraitée depuis le 31 juillet 2006 M. Guy MAI, surveillant du service intérieur retraité depuis le 29 septembre 2006 M. Pierre DESCAT, infirmier retraité depuis le 30 septembre 2006 M. Francis ITCHNER, infirmier retraité depuis le 30 septembre 2006 Mme Elizabeth DEXTER (BUZY), infirmière retraitée depuis le 27 octobre 2006 Mme Florence TETIARAHI (FAREMATA), ASH retraitée depuis le 30 octobre 2006 Mme Angélina JEAN (TAIE), infirmière retraitée depuis le 31 décembre Graphique de l évolution des entrées-sorties de 2002 à BILAN SOCIAL 2005 On a pu constater, en mouvement de personnel dans l année 2005, une rotation majeure. Les chiffres sont là pour le démontrer, 830 arrivées pour 815 départs soit mouvements sur l année! Il est à noter que 13 % des entrées/sorties concernent le secteur administratif et technique et 87% le personnel de soins Entrées Sorties news CA BOUGE DANS LES DIRECTIONS! UN DERNIER AU REVOIR À CEUX QUI NOUS ONT QUITTÉ TROP TÔT M. Félix TUIHANI, comptable, décédé le mercredi 31 mai 2006 M. Patrick FOURNIER, infirmier en réanimation, disparu le jeudi 14 septembre 2006 M. Paul, Henri SIEMEK, infirmier en réanimation, disparu le jeudi 14 septembre 2006 M. Tony PAPAI, plombier, décédé le mardi 02 janvier 2007 Bienvenue aux nouveaux arrivants Nous avons eu le plaisir d accueillir récemment : 37,2 le matin M. Dominique DELPECH, Directeur Général du CHPF Mme Geneviève CAZES, Directeur Adjoint de l Etablissement M. Thierry PENIN, Directeur des Ressources Humaines (pi) M. Christophe PSYCHOGIOS, Directeur des Affaires Juridiques M. James COWAN, Directeur des Moyens Généraux eamag # 1 03

3 tirez la langue métier Infirmière hygiéniste L infirmier en hygiène hospitalière a acquis des connaissances dans le domaine de l hygiène hospitalière et de la prévention du risque infectieux nosocomial ; il a une fonction transversale sur l ensemble de l établissement. Télécopie : (689) Poste : 6584 Portable : Irène DUHOURCQ, cadre hygiéniste Expérience et diplômes requis Être titulaire du Diplôme d Etat d Infirmier Justifier de 5 ans d expérience professionnelle en service de soins Être titulaire d un diplôme en Hygiène Hospitalière Positionnement L infirmier(e) hygiéniste est placé sous l autorité hiérarchique de la Direction des Soins ou du Cadre Infirmier en Hygiène de l équipe opérationnelle, luimême rattaché à la Direction des Soins. Au CHPF, l infirmier hygiéniste (et/ou le cadre hygiéniste) est rattaché à l unité d hygiène de la pharmacie. Il est en liaison fonctionnelle et technique avec le pharmacien, le biologiste et le président du CLIN. Missions Membre à part entière de l équipe opérationnelle d hygiène, l infirmier hygiéniste se doit d appliquer la politique d hygiène hospitalière définie par le CLIN : La mise en œuvre de la politique de lutte et de prévention du risque infectieux, des techniques d isolement, des contrôles de l environnement ; L élaboration de protocoles en hygiène et l évaluation de leur application en collaboration avec les services ; L investigation d épidémie ou d incident infectieux ; La surveillance des infections nosocomiales, des accidents d exposition au sang. Les conclusions d analyse et les mesures à prendre sont transmises aux services concernés. Il est consulté pour : La construction, l aménagement et l équipement des locaux hospitaliers ; L étude et le choix des matériels et des produits utilisés pour les soins et l entretien. Il participe à : La formation continue des personnels ; La formation initiale des étudiants des écoles rattachées à l hôpital. En l absence d infirmier ou de cadre hygiéniste sur le territoire, il est sollicité en qualité d «expert en Hygiène Hospitalière» par les professionnels de la santé des établissements privés et publics de Polynésie française ou par les instances en charge de la Santé Publique. Il fournit alors des avis, de la documentation et participe à des actions de formation et à l élaboration de protocoles. Métiers Les principales qualités requises de l infirmier hygiéniste sont : D être disponible D avoir des aptitudes pédagogiques et relationnelles D avoir des compétences en gestion et en organisation du travail D avoir le sens de l observation D être créatif et ouvert sur les nouveautés Mode de fonctionnement et contact Il exerce ses fonctions à temps plein et en journée continue. Le poste d infirmier hygiéniste est occupé par un cadre infirmier, Mme Irène DUHOURCQ titulaire d un diplôme universitaire en Hygiène Hospitalière. Son bureau se situe au rez-de-chaussée, à la croisée de la consultation médecine et du service de pneumologie. et faites aaaahhh! LUTTE ET PRÉVENTION DES INFECTIONS NOSOCOMIALES AU CHPF Le début de l année a été marqué par l organisation d une séance plénière du CLIN au cours de laquelle furent présentés le bilan de l année 2006 et le projet pour l année Pour mémoire, le CLIN (comité de lutte contre les infections nosocomiales) est une instance pluridisciplinaire composée pour l essentiel de membres représentant la Direction, la communauté médicale et la communauté soignante, le laboratoire de microbiologie, la pharmacie, la médecine du travail, l équipe opérationnelle d hygiène. Il définit la politique de l établissement en matière de lutte contre les infections nosocomiales. Il a pour mission d élaborer un programme de lutte contre les infections nosocomiales, de définir une stratégie de prévention, de surveillance, de formation, d information et d évaluation. L équipe opérationnelle d hygiène (EOH) est la cheville ouvrière du CLIN. Elle est chargée de mettre en œuvre et d évaluer les actions définies par le programme d hygiène. Elle est composée de professionnels spécialisés en hygiène hospitalière : Dr Philippe-Emmanuel Dupire (pharmacien et président du CLIN), Dr Marc Lévy (microbiologiste et vice-président du CLIN) et de Me Irène Duhourcq (cadre hygiéniste) En 2006, les principales actions menées par l équipe opérationnelle d hygiène et les professionnels «référents en hygiène» des services ont été : Surveillance de la qualité de l air, de l eau et de la désinfection des endoscopes en partenariat avec le laboratoire de microbiologie du CHPF et celui de l Institut Malardé. Poursuite de la surveillance de l écologie bactérienne dont celle des bactéries multi résistantes au niveau de tous les services. Contrôles de l application des protocoles d isolement. Participation à l enquête nationale de prévalence des infections nosocomiales : résultats attendus en mars 2007 Déclenchement d alertes et de cellules de crise autour de l épidémie d acinetobacter baumanii et d un cas d infection nosocomiale par la tuberculose. Mise en place de la désinfection thermique des biberons en laveur-désinfecteur en remplacement de la désinfection à l autoclave non validé. Renforcement des mesures de protection des personnels chargés de la désinfection à froid des dispositifs médicaux par la mise à disposition de matériels de protection plus performants. Renforcement des mesures d hygiène pour le stockage et le transport du matériel stérilisé au niveau des blocs opératoires BOO et BOC garantissant la qualité de la stérilisation pour une durée allongée de 3 à 6 mois. Mise en place d un circuit homologué pour les déchets à risque infectieux au niveau du laboratoire. 2 évaluations de pratique en collaboration avec la Direction des Soins : - Audit du bionettoyage des chambres concernant les ASH - Audit sur la pose d une voie veineuse périphérique (soin infirmier simple et très fréquent) L équipe opérationnelle avec un groupe de médecins et de soignants travaille actuellement à : La révision et à la simplification du protocole de prise en charge des personnels victimes d un accident d exposition au sang ou à un autre liquide biologique, Au renforcement de l observance par l ensemble des professionnels soignants et des visiteurs, des précautions d hygiène faisant barrière à la transmission des germes. L EOH tient à remercier l ensemble des professionnels et la Direction du CHPF engagés ensemble dans une démarche qualité pour maîtriser le risque infectieux et limiter au maximum la transmission des germes au cours des soins. 04 eamag # 1 eamag # 1 05

4 tirez la langue métier et faites aaaahhh! Directeur juridique Christophe PSYCHOGIOS La Direction des Affaires Juridiques et des droits des patients existe depuis Août Cette toute jeune direction regroupe le Service Social, la Cellule Marchés publics et traite tout ce qui concerne les droits des patients. Son directeur est parmi nous depuis le 2 janvier Présentation - Parcours - Expérience Titulaire d'un DESS en gestion financière, d'une Maîtrise d'economie industrielle et d'une Maîtrise en Droit des affaires, ancien élève du Centre Européen Universitaire de Nancy. Carrière commencée dans le financier, en 2000 comme chargé d'études économiques et financières à l'institut d'emission d'outre-mer (réalise des études économiques puis assure l'analyse financière des sociétés cotées à la centrale des bilans) Rejoint mi-2001 l'administration territoriale comme Chef du bureau de la dette et de la trésorerie à la Direction des Finances et de la Comptabilité. Intègre l'administration sur un concours d'attaché spécialiste (statisticien-économiste). Affecté sur des postes juridiques à compter de juillet 2005, d'abord comme chef du bureau de la réglementation comptable, budgétaire et financière puis, dans le cadre d'une mutation comme juriste à l'institut de la Consommation. 2 - Pourquoi une direction juridique au CHPF Pour sécuriser les procédures et les actes afin d'éviter que l'activité de l'hôpital soit mise en difficulté par un litige ou un contentieux. Cela passe par la centralisation de tous les actes (décisions, conventions), le conseil à la rédaction, le suivi des procédures (marchés publics, autorisations d'activité et d'équipement) et des contentieux (liaisons avec les assureurs, gestion des contentieux médicaux et du personnel). La direction assure aussi la gestion pré-contentieuse en accueillant les usagers qui signalent des dysfonctionnements, veulent faire part de réclamations, ou sollicitent une assistance. Les agents informent les patients sur leurs droits (accès du patient à son dossier médical) et les aident à les faire valoir, le cas échéant (particulièrement en matière de prise en charge des soins). 3 - Organisation et moyens de la direction juridique Dans sa version optimisée, la direction juridique comptera 3 juristes dont le directeur, un pour les marchés publics, un pour les autres problèmes juridiques. Un cadre de santé suit les réclamations et les demandes d'accès aux dossiers médicaux et de soins. En outre, une équipe de 4 assistants sociaux aide les usagers et les professionnels dans leurs démarches. Enfin, la direction compte 2 agents en renfort administratif, accueil et orientation des usagers, secrétariat des services. 4 - Le métier de Directeur Juridique D'un point de vue général, le juriste d'entreprise conseille, dans le domaine du droit, les personnes physiques ou morales sur des problèmes ou actions ayant des implications juridiques, avec pour objectifs : - d'organiser l'application du droit dans l'entreprise ; - de respecter et de faire respecter la législation et la réglementation applicables (droit du travail, droit de la fonction publique, droit de la santé, droit de l'urbanisme...) et de les adapter aux besoins de l'organisme par l'étude et l'interprétation des textes juridiques ; - de défendre les intérêts de l'entreprise en cas de litige ou de contentieux ; - de rédiger ou de faire rédiger des actes (décision, convention,...). Par ailleurs, le juriste d'entreprise assure une veille juridique en étudiant toutes les modifications du droit susceptibles d'affecter le fonctionnement de l'hôpital. Il analyse la législation, la réglementation, la jurisprudence, la théorie et les commentaires de droit. L'objectif est d'avoir une vision globale du droit applicable au secteur d'activité et à l'entreprise pour être très réactif en cas de demande d'avis. Cela nécessite une connaissance large et éclectique du droit, en particulier dans un organisme de droit public où les règles sont multiples et s'entrecroisent. La fonction de directeur juridique constitue une évolution dans la carrière d'un juriste, puisque le directeur encadre et oriente les analyses de juristes placés sous son autorité. 06 eamag # 1 eamag # 1 07

5 ça colle événement et ça tient! Fête de fin d année Comme chaque année, l'adosc et la Direction du CHPF offrent au personnel une fête de fin d'année. Cette année, plus de 700 personnes étaient attendues de 12h à 18h, à la salle philanthropique chinoise, où un buffet chinois et boissons à volonté leur ont été servis. Les festivités ont été ouvertes par un petit mot de la Présidente de l'adosc, Mme Jeanne PATER, suivi d une allocution de Madame Geneviève CAZES, Directeur adjoint, de Monsieur Serge TAPARE, Directeur des affaires financières et du Dr. Philippe GIRAUD, Président de la CME. Un spectacle de danses, otea, aparima, tamure, nous a été présenté par les danseuses du CHPF, prestation d'ailleurs très applaudie. Puis, dans une ambiance sympathique et musicale, l'orchestre MOETAMA nous a fait danser jusqu'à 18h. Nous vous donnons rendez-vous pour 2007! Le Noël des enfants La journée récréative de Noël 2006 des enfants du CHPF, s'est déroulée cette année à Punaauia P.K 18. Une journée qui a commencé très tôt, à 5heures, avec l'accueil des 450 enfants à différents points de ralliement : Taaone, Mamao et Punaauia. Les enfants ont été regroupés par tranche d'âge et confiés à la responsabilité des animateurs diplômés, des membres du bureau de l Adosc et des bénévoles. Toute la sécurité était coordonnée par Manu de l Adosc. Une journée pleine de rires, de joie, de gaieté. Les enfants ont pu apprécier toutes les activités, les jeux (aquatiques et terrestres) et les ateliers proposés. Aux environs de midi, un déjeuner leur a été servi avec boissons à volonté. En attendant l'arrivée du Père Noël et la distribution de cadeaux, de bonbons et de gâteaux, une partie des enfants a repris les activités, d'autres ont participé à des ateliers plus calmes (chants de Noël ). À 15h, enfin le Père Noël accompagné des pompiers de Punaauia fait son apparition. Les enfants l ont accueilli avec des chants et danses. Puis est arrivé le moment tant attendu de la journée : la distribution des cadeaux et des gâteaux... Mais, hélas, c'était déjà l'heure de rentrer, les parents étaient au rendez-vous pour récupérer les enfants, et pour l'équipe d'animation ce fut le moment de faire le bilan de la journée. Le bureau de l'adosc tient à remercier toutes les personnes qui l ont aidé à organiser ce Noël, un grand MERCI à Corinne, Raureva, Clayton, Hans, les animateurs, Josée, Leila et l'équipe de restauration, le SMUR Christina, Lewis, Murielle, l'équipe de la sécurité Manu, Emile, Jordan, Omer vous êtes tellement nombreux que nous ne pouvons pas tous vous citer. À TOUS, GRAND MAURUURU ET RENDEZ-VOUS POUR LE NÖEL eamag # 1 eamag # 1 09

6 toussez associations NAPE ORA et dites 33! Une des préoccupations qui nous vient à l esprit quand on accueille un patient en secteur fermé est de connaître son projet de sortie. Les associations caritatives se créent et s organisent aussi pour apporter un soutien à des enfants en difficulté ou dans la souffrance. Leurs actions sont très diversifiées en fonction des types d interventions ou d événements pour accompagner, selon les circonstances, les enfants dans leurs besoins. Notre association NAPE ORA, née en 1997, diffère des autres associations évoluant dans le milieu des enfants, car elle a été créée par des socioprofessionnels bénévoles qui ont voulu s attacher au sort des enfants en milieu hospitalier. Notre regard se porte vers ces enfants qui se retrouvent dans un milieu hospitalier qui n est pas le leur, ni leur terrain de jeu ou d apprentissage. Ils arrivent dans ces structures hospitalières malgré eux, dans la crainte, dans la douleur physique et aussi dans l inconnu. Leurs séjours à l hôpital sont une rupture avec leur milieu affectif, familial et éducatif. Est-ce qu un milieu hospitalier est un milieu convivial et amical pour un enfant? Est-ce qu il retrouve sa famille, ses copains et ses habitudes? Nous sommes tous d accord pour dire que l enfant non préparé à rentrer en structure hospitalière doit être positivement accueilli pour qu il franchisse toutes ces barrières que nous venons de décrire. C est pourquoi, les membres de notre association NAPE ORA ont voulu exprimer leur soutien et leur solidarité en apportant des moyens pour égayer le séjour des enfants hospitalisés ou contribuer à soulager leur souffrance. Nous avons voulu aussi favoriser leur apprentissage, même en milieu hospitalier en apportant à l école de l hôpital des moyens pédagogiques, comme les ordinateurs, Internet, les livres, et des moyens vidéo. Du jeu naît aussi l apprentissage, ce qui nous a conduit à offrir des ateliers de poterie et de tressage, en plus de tous les jeux qui peuvent être disponibles dans la salle de jeux. Égayer le séjour des enfants, c est aussi contribuer au décor du hall et du couloir de la pédiatrie pour donner une image plus attrayante et plus douce. À chaque évènement de la vie civile, au moment même où les enfants chez eux ou à l école bénéficient de fêtes et d animations, Nape Ora essaie d apporter un peu de réconfort et d animations à ceux qui sont retenus en structures hospitalières. Ce fut le cas pour les fêtes du Jour de l an chinois, de Pâques, de l arrivée des grandes vacances, de Halloween et de Noël. Pour pouvoir assurer le financement de toutes ces actions caritatives, notre association a organisé des collectes de dons sous le thème de : «Vos dons pour un sourire». En décembre 2006, le Sheraton Tahiti a choisi d associer Nape Ora à son opération : «Les Sapins du Cœur», ce qui permettra à notre association de continuer à contribuer aux actions caritatives en faveur des enfants hospitalisés, avec la collaboration des responsables et de tout le personnel de la pédiatrie. Quelques membres de l association : Georges Puchon, président Nina Vernaudon, Hina Vaitoare, Josiane et Henri Pouliquen, Roger Jeangérard, Roger et Nicole Aly, Poema et Yves Tang. Association Nape Ora BP Papeete L association Tokani BUTS DE L ASSOCIATION : Améliorer le vécu du patient hospitalisé en service d hygiène mentale et particulièrement en unité fermée. Participer à la réinsertion du malade mental, en favorisant des activités (achats de matériel) ainsi qu en organisant des sorties thérapeutiques. Informer et prévenir la maladie mentale en faisant des actions intra et extra-muros. Collaborer étroitement avec tous les partenaires de santé, mais aussi sociaux, sportifs et autres afin d intégrer et parfois de réintégrer le malade mental dans son milieu de vie. Un projet qui ne pourra être établi et mis en place que si on a une parfaite connaissance de son histoire. Le diagnostic médical est certes primordial, cependant d autres éléments doivent être envisagés et appréciés à leur juste valeur pour s assurer que la prise en charge soit maximale. L acceptation de l hospitalisation passe par une relation de confiance avec le personnel soignant et par la reconnaissance du projet thérapeutique mis en place par l équipe pluridisciplinaire. C est dans ce sens que le déplacement de la relation dans un cadre autre que celui de la structure rigide et coercitive de l hôpital, au travers des sorties thérapeutiques, devient un élément supplémentaire et favorable dans l amélioration du vécu du patient et donc dans son ressenti personnel. De même, sortir la maladie mentale de nos murs, c est donner l occasion de la présenter aux yeux inexpérimentés de la population et de la faire accepter. Dans ce cadre, la première action a été un déplacement de 20 patients accompagnés de 10 soignants à Maupiti du 19 au 22 décembre Hébergement à la Pension de famille Maupiti village au motu Tiapa. Diverses activités : Tour de l île guidé Pique-nique sur le motu PITIAHE Activités aquatiques : pêche, plongée PMT, pirogue Activités en plein air : beach-volley Le but d une telle entreprise est d apporter aux patients de psychiatrie la possibilité d évoluer dans d autres conditions en leur offrant un autre espace, au sein duquel nous, soignants, seront à même d évaluer leur comportement. Car, en définitive, ce qui importe le plus est qu ils puissent avoir une vie comme tout un chacun. 10 eamag # 1 eamag # 1 11

7 alors, une dose dossier matin, midi et soir. Plan de formation 2007 Adopté par le Comité Technique Paritaire et la Commission Paritaire Consultative de l établissement le 15 février 2007 puis présenté au Conseil d Administration le 8 mars 2007, le plan de formation du CHPF est enfin disponible! En voici les grandes lignes Le plan de formation du CHPF est établi chaque année, d une part à partir des demandes formulées individuellement par les agents, d autre part à partir des projets de formation communiqués par les différents services une année à part En effet, cette année le plan de formation connaîtra deux temps forts : Le plan de formation «classique» axé sur l adaptation à l emploi, la réactualisation des connaissances, les formations promotionnelles. Le plan de formation «nouvel hôpital» qui interviendra plus tard et sera axé sur l adaptation à cette nouvelle structure, aux nouvelles technologies, aux nouveaux métiers et aux nouveaux modes de fonctionnement qui seront nécessaires pour faire vivre ce nouvel outil. La commission de formation, un partenaire essentiel La Commission de formation mise en place depuis 2006 a joué un rôle central dans l élaboration du plan de formation Composée de professionnels représentatifs de chaque corps de métier, elle a évalué la pertinence des demandes par rapport aux besoins de l établissement et dans le respect du budget. Cela va permettre la mise en place d une véritable démarche formation dans une logique «métiers» au sein de l établissement. Cette année la Commission de formation a pris en considération essentiellement trois critères: Privilégier les actions collectives plutôt qu individuelles ; Toucher une population différente de celle de l année précédente ; Inscrire les formations dans la durée. Un budget conséquent Près de 168 millions sont prévus au budget pour la formation du personnel du C.H.P.F. hors budgets annexes et contrat d objectifs et de moyens! LES FORMATIONS 2007 : ELLES SONT DE PLUSIEURS NIVEAUX LES FORMATIONS COLLECTIVES - s adressent à l ensemble du personnel. Les différentes formations et le planning sont communiqués par votre service et message AS Comment s inscrire : en remplissant une demande de participation disponible sur K/PUBLIC/Formation/2007 et en la faisant parvenir au Bureau de la Formation par voie hiérarchique. LES FORMATIONS TRANSVERSALES - concernent plusieurs services du CHPF, ce sont par exemple : La prise en charge de la douleur chez l enfant Opérateurs d Autoclaves et bonnes pratiques de stérilisations. LES FORMATIONS DE SERVICE Maternologie (Obstétrique - Néonatologie) Toxicologie (laboratoire de Biochimie) LES FORMATIONS DIPLÔMANTES ET INDIVIDUELLES Poursuite des formations en cours Prise en charge des formations diplômantes selon la réussite aux concours Prise en charge de 35 formations individuelles à réaliser sur place ou en métropole. Le plan de formation 2007 complet est disponible sur K/PUBLIC/Formation/2007 Le Bureau de la formation reste bien évidemment à votre disposition pour répondre à vos questions - Anne : Kura : AGENDA Poursuite des enseignements des Diplômes Universitaires 19 au 23 mars Cours de capacité de médecine d'urgence pour les médecins 2 au 13 avril Cours du D.U. de Réanimation, urgences pour les IDE 9 au 13 avril Cours du D.I.U. Problèmes médicaux lors des prélèvements d'organes pour IDE et médecins 16 au 19 avril Cours du D.U. Organisation, qualité, gestion du risque pour cadres et médecins 23 au 27 avril Cours de capacité de médecine de catastrophe et DU désastres sanitaires pour médecins et IDE 2 au 4 mai Cours du DIU 1 année d'échocardiographie pour les médecins 7 mai Examen DIU 1 année d'échocardiographie Formations Hygiène Par groupe de 20 personnes en salle de conférence 7h30-8h30 14h00-15h00 17h30-18h30 Mars Avril Mai Juin Et toujours d actualité «Les Transmissions Ciblées» informations et dates auprès de la Direction des Soins. 12 eamag # 1 eamag # 1 13

8 c est bon ici zoom service et là aussi. Le réseau inter-îles - Angiologie - Cardiologie - Endocrinologie Diabétologie - Gynécologie Obstétrique - Oncologie - ORL - OPH - Pneumologie - Psychiatrie Ces consultations se déroulent dans les structures sanitaires de la Direction de la Santé. L objectif fondamental est de mettre à la disposition des populations éloignées la possibilité de consulter des médecins spécialistes au plus près de leur domicile. Ce pari repose sur une organisation rigoureuse. Le réseau n est pas seulement une organisation classique, formelle et hiérarchisée, c est un espace d action défini et animé par des professionnels. Le Bureau de la cellule du réseau inter-îles est composé de trois secrétaires Mme Vaea LIENARD, Mme Vaiana RATIVEAU et Melle Edna PATU et d un responsable M. Frédéric LABROUSSE. Ses locaux actuels sont situés à l extrémité nord du pavillon Informatique, jouxtant le service de diététique. QUELQUES CHIFFRES D ACTIVITÉ (Hors Oncologie) Pour l année 2006, 305 missions ont été réalisées aura pour objectif la réalisation de 351 missions sur l ensemble des archipels de la Polynésie française. Les Consultations Spécialisées Avancées fonctionnent sur un mode opératoire simple. En général, les médecins praticiens hospitaliers du CHPF partent seuls en mission. Mais, quelques spécialités opèrent différemment. L Obstétrique Gynécologie associe régulièrement une sage-femme à sa consultation. Des sages-femmes échographistes, peuvent assurer seules des consultations dans certains sites permettant ainsi un suivi continu des parturientes. L Endocrinologie associe les compétences d un médecin, d une infirmière de diabétologie et d une diététicienne. La Psychiatrie se déplace également en binôme. Les consultations dans cette spécialité prennent de plus en plus d envergure dans les archipels polynésiens amenant là un véritable soutien aux personnels de santé en poste. La Pneumologie fait un énorme travail de terrain en matière de dépistage. Elle a utilisé judicieusement les compétences de la cellule prévention de l asthme. La Cardiologie et l Angiologie se déplacent avec un appareil d échographie donnant de facto une valeur majorée à leurs consultations. Améliorer la santé et le bien-être de la population en mettant en place une offre de services de soins plus intégrée demeure l'objectif primordial du Ministère de la Santé. Depuis 2003 le CHPF, la CPS et la Direction de la Santé sont unis par une convention tripartite pour le développement des consultations spécialisées avancées. L'interface entre ces trois entités est assurée par la cellule du réseau inter-îles. Cette cellule concrétise une recommandation du SOS (Schéma Organisation Sanitaire) et s'inscrit dans une démarche d'optimisation des coûts de santé. Son rôle est la coordination, l'organisation et la planification des missions des médecins spécialistes du CHPF vers les archipels de la Polynésie française. Actuellement, 9 disciplines participent à la mise en œuvre de ces réseaux de soins. Boubou, infirmier à Ua Huka L ORL et l Ophtalmologie sont aussi des grands vecteurs d économie de santé, leurs missions dans les îles sont toujours très attendues par la population. L Oncologie s est inscrite tout naturellement dans l activité du réseau, maintenant des chimiothérapies se déroulent régulièrement à Uturoa et à Taiohae. Là encore le bien fondé de ces missions est incontestable. Nous essayerons cette année de renforcer notre dispositif actuel dans les archipels et de mettre l accent sur la formation des professionnels de santé en poste. Je profite de cet article pour les remercier cette fois ci publiquement pour la qualité de leur engagement dans cette grande mission de service public. Frédéric LABROUSSE 14 eamag # 1 eamag # 1 15

9 12,8 les résultats demain espace d i expression Zoom syndicat LES SYNDICATS PRÉSENTS AUJOURD'HUI À L'HÔPITAL SONT : Syndicat CHPF Centrale Syndicale de rattachement Représentants Tél locaux SLAS O OE TE OE RIMA Hinano BESALEM TE RIMA NO TE EA A TIA I MUA Mirèse COLOMBANI SAPH CSIP Tamara MANUTAHI SPCHPF CSTP FO Bertrand VAIRAAROA OTAHI Laurent ROHI RESULTAT DU VOTE DU 14 FEVRIER 2007 POUR LES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LA POLYNESIE FRANCAISE Syndicat Affiliation Nom et prénom Nombre de voix Bureau Bureau Votes par % du MAMAO de TAAONE correspondance TOTAL exprimés SPCHPF CSTP - FO Titulaire Bertrand VAIRAAROA ,44% Suppléant Jean-Marc VONGUE Te rima no te ea A tia i mua Titulaire Marie-Pierre KHARBACHE ,66% Suppléant Jean-Robert BOUSCAUT SAPH CSIP Titulaire Vaitea LEGAYIC ,92% Suppléant Gabriel TANETOA Otahi Titulaire Laurent ROHI ,05% Suppléant Bertho TUA SLAS O oe to oe rima Titulaire Hinano GRIMAUD ,26% Suppléant Lovena MAC CARTHY Otahi Titulaire Lewis CHAVEZ ,68% Suppléant Omer TUHITI Bulletins NULS ,68% TOTAL INSCRITS 1520 VOTANTS ,82% SUFFRAGES EXPRIMES ,09% Premier siège SPCHPF CSTP - FO Second siège Te rima no te ea A tia i mua Echange avec la Nouvelle Calédonie L année 2006 aura été marquée par la tenue du premier congrès de la Fédération Hospitalière Régionale du Pacifique Sud. Cette première a été un succès. Cette démarche doit être poursuivie pour des raisons qui tiennent en plusieurs points. Historiquement, les liens entre les territoires ont toujours existé et ont permis pour partie de trouver des solutions communes à des problèmes parfois difficiles à résoudre sans l aide des voisins. Géographiquement, les trois territoires que sont la Polynésie Française, Wallis et la Nouvelle Calédonie connaissent un isolement certain dans un ensemble pacifique dont la taille, l éparpillement des Etats et l environnement maritime constituent trois facteurs qui sont autant de difficultés spécifiques à prendre en compte. Sur le plan sanitaire, il est évident que la demande de soins des trois territoires présente des similitudes auxquelles il faut tenter de répondre au mieux ; Chacun met en œuvre des processus qui sont souvent ingénieux, marqués du sceau de l imagination et d un professionnalisme enrichi par l expérience et l apport de cultures souvent riches et marquées par l habitude d être confrontées à des difficultés qui pour beaucoup d autres paraîtraient insurmontables. Aussi apparaît-il évident et nécessaire d échanger nos expériences, de bâtir des complémentarités, de construire ensemble des réponses faites de pragmatisme et de sagesse. En matière de gestion, les spécificités par rapport à la métropole sont évidemment à analyser en commun. Enfin sur un plan institutionnel, nos trois territoires connaissent des évolutions qui doivent là aussi faire l objet de confrontations et d échanges. En effet, la place qu occupent les hôpitaux constitue des éléments structurants essentiels dans les équilibres socio-économiques parfois fragiles de nos territoires. Au même titre que l éducation, la santé constitue un pilier fondamental d une vie sociale équilibrée et en devenir. Le rôle des hôpitaux est donc à mettre en perspective avec les tensions parfois fortes que connaissent ces îles en terme de droits sociaux (accès aux soins, couverture des frais, etc. ) Pour toutes ces raisons, je pense essentiel que la dynamique initiée par nos prédécesseurs soit maintenue, encouragée et développée. Au sein même de la Calédonie, des engagements ont d ores et déjà été pris pour prendre toute notre place dans ce mouvement et les prochains mois devraient être marqués par des avancées certaines dans la mise en œuvre de cette démarche à la fois novatrice, et riche d enseignements culturels et techniques. M. Berlot, Directeur du Centre Hospitalier Territorial Gaston Bourret échange 16 eamag # 1 eamag # 1 17

10 H chuut nouvel hôpital oooooh! culture Les pastels de Chantier du Nouvel Hôpital du Taaone Les travaux réalisés en 2006 : L année 2006 a permis de voir s achever les travaux de gros œuvre ainsi que le démarrage du repli des premières grues et des matériels de production des ouvrages en béton (centrale de production, coffrages métalliques ). L effectif global sur le chantier s est établi en moyenne aux alentours de 550 personnes (600 personnes enregistrées en décembre 2006). L effectif de pointe est estimé à environ 600 personnes pour les derniers mois de travaux. À l intérieur du bâtiment, les premières peintures de finition ont démarré dans les services plus avancés (administration, réanimation, suite de couche, chirurgie ambulatoire ). Les équipements techniques ont suivi l avancement des travaux de cloisonnement (90% de la surface de cloison posée à fin 2006) et de faux plafond. Les groupes électrogènes de secours sont installés, les équipements des locaux tous fluides sont en cours. Les réseaux de distribution (électricité, climatisation, plomberie, fluides médicaux, transports légers) progressent de concert. L intérêt du projet / objectifs atteints : Le principal objectif cette année a été de maintenir un effectif à plus de 95% polynésien sur cette opération. Ainsi, nous avons pu constater la transformation de la plupart des formations professionnelles et des périodes de stage en contrat de travail permettant de pérenniser l investissement pour cet apprentissage assumé à la fois par les entreprises et le pays. Sur le plan des travaux, l enjeu de cette année a été la transition de l opération, de sa phase exécution béton à celle du démarrage des travaux des corps d états techniques et corps d états secondaires. Malgré certains retards d étude en technique, l avancement des tâches à fin 2006 nous permets toutefois de maintenir les objectifs de travaux. Les enjeux de cette année 2007 : Coordonner les travaux de raccordements routiers de l hôpital aux voiries existantes. Coordonner l intervention des concessionnaires (EDT-OPT) pour raccordement de l ouvrage à l ensemble des fluides. Réaliser les travaux de la NEF (pirogue renversée), ouvrage atypique et complexe dans son montage. S assurer du niveau de finition des prestations des corps d états secondaires. Mettre en place des réceptions de travaux par service. Coordonner les consultations des équipements médicaux avec les impératifs de travaux. Mise en place des cessions de formation du personnel des services techniques aux nouvelles technologies imposées par les dernières réglementations nécessaires dans ce bâtiment à haute technicité. 18h, le 9 Février Deux, trois personnes se présentent devant la vitrine d Olivier Créations pour découvrir l exposition de Catherine Lumbroso, médecin néphrologue. En quelques minutes, la salle se remplit d ami(e)s de Catherine et autres amateurs d art. Olivier, le maître des lieux, a convié deux musiciens, un guitariste et un flûtiste pour accompagner les visiteurs dans leur voyage. Voyage qui nous emporte de l Afrique à l Amérique Centrale, Latine puis l Océanie. Voyages de couleurs sublimes, de lumières surtout, donnant aux portraits «une vie intérieure intense». Ea Mag : «beaucoup de tableaux de paysages et portraits africains, vous connaissez bien l Afrique?» Catherine Lumbroso : «J ai sillonné l Afrique : le Bénin, le Sénégal, le Burkina Faso, l'afrique du Sud, le Zimbabwe.» E M : «L Afrique, une passion?» CL : «Oui, oui» E M : «Catherine avec ce métier si prenant qu est le vôtre, à quel moment vous consacrez-vous à la peinture.» CL : «La nuit, Ce sont les contraintes de la vie familiale et professionnelle qui ne me laissaient que ce temps-là pour assouvir ma passion. Aujourd hui, je ne peux plus peindre le jour, je suis habituée au calme de la nuit.» E M : «L idée d associer deux musiciens, c est de vous?» CL : «Non, c est d Olivier, c est un concours de circonstances et de rencontres» Merci Catherine de nous avoir offert ce moment magique d échanges et de beauté. Un véritable succès, qui a étonné, troublé et ému notre artiste. Catherine Lumbroso 18 eamag # 1 eamag # 1 19

11 respirez activités Une infirmière des urgences au marathon de New-York Rendez-vous incontournable des fanas du bitume, le marathon de New York a cette année encore rassemblé quelques participants le 5 Novembre Au départ, sur le pont de Verrazano, un agent du service des urgences, Florence Tulle, est présente pour une deuxième participation, elle raconte : «C'est au son de la célèbre chanson interprétée par Lisa Minelli «New York, New York» entonnée par tous les coureurs que le départ est donné à 10h du matin. Impossible de rester indifférente à l'ambiance qui règne sur ce parcours de 42kms 190. Tout du long, la foule scande des «good job», «hey Tahiti» qui donnent une «pêche» inouïe. C'est le seul marathon où j'ai l'impression que les encouragements ne s'adressent qu'à moi malgré les milliers d'anonymes autour et c'est une sensation extraordinaire. Les célèbres quartiers de Staten Island, de Brooklyn, du Bronx, du Comté de Queens, de Manhattan sont traversés au rythme des orchestres de samba, jazz, rock et autres hip hop. On se sent pousser des ailes, rien ne peut nous arrêter. Enfin, l'arrivée dans Central Park aux couleurs d'automne splendides nous récompense de l'effort soutenu. Pouvoir se dire qu'une fois de plus «je l'ai fait» et recevoir le souvenir symbolique: une médaille identique pour tous du 1 er au dernier... Bouclé en 3h 57min, je ne pense déjà qu'au prochain marathon dans cette ville si magique qu'est New York. En attendant, je prépare le marathon des Marquises en mai. Course d'endurance, le Marathon est pour les Japonais le reflet de la vie avec ses hauts et ses bas, le mental est primordial pour tenir la distance.» Continuons donc à faire travailler la tête et les jambes, le cœur ne s'en portera que mieux. FT Notre gastro-entérologue véliplanchiste s essaie au triathlon soufflez! Pour un coup d essai ce fut un coup de maître, puisqu en octobre dernier, Anne-Sophie WURTZ a participé au championnat du monde en Suisse. Voici ses impressions. Lausanne, capitale olympique, située entre vignobles, forêts et lac cité particulièrement accueillante au climat très fair-play mon premier championnat du monde, une courte distance (1,5 km de natation, 40 km de vélo et 10 km de course à pied) fût une expérience inoubliable, mis à part l eau du lac Leman à 17! C est donc sous les regards d un public connaisseur que je me suis retrouvée «parachutée» parmi les meilleurs tri athlètes amateurs de la planète sur un parcours particulièrement sélectif et passionnant. Malheureusement blessée au pied une semaine auparavant en planche à voile (je ne sais pas me retenir!), je parviens néanmoins à franchir cette finish line avec un bonheur suprême grâce aux endorphines! A présent l aventure continue puisque je suis présélectionnée pour les Jeux du Pacifique qui se dérouleront en septembre aux îles Samoa Vive le sport! Ça entretient la forme et les formes! ASW 20 eamag # 1 eamag # 1 21

12 aie! charte ouille! Charte rédactionnelle du journal interne et de la newsletter Respectant des objectifs clairement exprimés, la présente charte a été rédigée par un groupe de travail représentatif des agents du CHPF validée par la Direction Générale. La charte vise à formaliser et à fixer les principes fondamentaux qui régissent l élaboration et le fonctionnement du journal, «Ea Mag» et de la newsletter «Ea News». Les principes définis par la charte sont : L objectif du journal et de la newsletter L éthique de fonctionnement L élaboration du journal et de la newsletter Le fonctionnement du comité de pilotage du journal interne et de la newsletter Le titre du journal validé par le comité de pilotage est le suivant : «Ea Mag» Le titre de la newsletter validé par le comité de pilotage est le suivant : «Ea News» Article I : Objectif du journal et de la newsletter 1) Le journal interne et la newsletter sont un outil d information, visant à développer la communication sur le CHPF à destination de tous les agents (histoire, évènements survenus ou à venir ) 2) Le journal et la newsletter sont un outil d expression, offrant la possibilité aux agents, associations et aux services de l hôpital, dans le respect de la charte, de s exprimer de façon collective ou individuelle. 3) Le journal a pour objectif de développer une dynamique de vie au sein de l établissement, de favoriser l expression et les échanges entre professionnels. «Mettre en lumière les différentes initiatives» 4) La newsletter a pour objectif de donner des informations concises sur l actualité de l hôpital et de communiquer sur l évènementiel. Article II : Ethique de fonctionnement 1) Le comité de rédaction valide les différents articles et s interdit de publier des articles : À caractère raciste, xénophobe, sexiste À caractère injurieux ou diffamatoire À caractère de propagande ou de prosélytisme (politique, religieux, commercial,.) 2) Le comité de rédaction a pour principe de respecter la liberté d expression des agents, associations et services s exprimant au travers du journal. 3) Le comité de rédaction étudie tous les articles récoltés pour composer le prochain numéro du journal ou de la newsletter. 4) Exceptionnellement, le comité de rédaction retiendra les articles non signés qui lui semblent intéressants. 5) En vue de modifications décidées par le comité de rédaction sur la forme ou le fond d un article, la responsabilité revient au rédacteur du texte, dans le cas d un article non signé, la responsabilité revient au comité de rédaction. 6) Les articles publiés pourront être signés par leur auteur s ils le souhaitent. Article III : Elaboration du Journal Interne et de la Newsletter Le directeur général est le directeur de la publication du journal interne «Ea Mag» et de la newsletter «Ea News». Il est à l origine du projet et responsable du contenu et de leur diffusion. 1) Le comité de pilotage Il opère sous le contrôle du directeur de la publication. Il est dirigé par le directeur de la communication. Il se compose de membres actifs représentatifs de l ensemble du personnel du CHPF. Il définit à partir du chemin de fer les orientations rédactionnelles des différents numéros de «Ea Mag» et «Ea News». Il initie l appel à articles. Il assure le développement du journal par un effort continu de recherche de nouveaux rédacteurs d articles. Il assure le développement du journal par un effort continu de recherche de nouveaux rédacteurs, par la mise en place d un réseau de rédacteurs et d un réseau de diffuseurs pour chaque numéro. Les nouveaux membres pourront intégrer le comité de pilotage après avis favorable du reste de l assemblée. 2) Le comité de rédaction Il est issu du comité de pilotage. Il étudie et valide les articles récoltés en vue de composer le nouveau numéro du journal ou de la newsletter. Il peut demander ou proposer à l auteur d apporter des modifications sur la forme : article plus condensé, plus développé, réécriture partielle Il doit veiller à la cohérence de chaque numéro dans le respect des objectifs fixés et à la pluralité des articles. Les auteurs des articles doivent s engager à : Ne commettre aucun plagiat, citer les références dont il reproduit un texte quelconque. Garder le secret professionnel. Réaliser une mise en page agréable, lisible et claire du contenu des articles et messages. Les témoignages doivent être recueillis en toute connaissance de la finalité de l article par l interviewé(e). Les interviewés(es) ont droit à la relecture de leur témoignage avant publication. Un droit de réponse est accordé à toute personne sous réserve de la légitimité de ses demandes. En cas de litige, l équipe rédactionnelle assume les propos publiés dans «Ea Mag» et «Ea News» à la condition express que toute personne qui pense subir un préjudice lié à un article ait d abord tenté d obtenir une conciliation avec l équipe animatrice et l auteur. Les auteurs s engagent à transmettre des photos «Ea Mag» et «Ea News» qu après l accord des personnes présentes sur la photo (personnel, patient ) Les articles devront parvenir en format word par mail à «EA.COM» Article IV : Fonctionnement du journal et de la newsletter Le comité de rédaction se réunit au minimum trois fois pour préparer un numéro. Parution : 1) L édition du journal «Ea Mag» est de 4 numéros par an. Exceptionnellement une édition spéciale pourra paraître entre 2 éditions. 2) L édition de la newsletter «Ea News» est de 6 numéros par an. Format 3) Le journal sera composé de 24 pages qui seront publiées sur un support A4. Le journal sera composé d une double page qui sera publiée sur un support A4. Diffusion 4) Le journal interne «Ea Mag» et la newsletter «Ea News» seront distribués par la direction de la communication auprès des cadres et des responsables administratifs. Un exemplaire de chaque sera conservé auprès de la direction de la communication, de la DSSI et de la bibliothèque médicale. Financement 5) Une ligne budgétaire est dédiée à la publication Article V : Evolution La présente charte fixe les objectifs et les modalités de rédaction du journal. Elle pourra faire l objet de modifications ou compléments d articles ultérieurement. Fait à Papeete le 12 février eamag # 1 eamag # 1 23

13 s H nouvel hôpital du taaone

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES 1/8 CENTRE HOSPITALIER INTERCOMMUNAL AMBOISE ~ CHÂTEAU-RENAULT Rue des Ursulines B.P. 329 37403 AMBOISE Cedex COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES REGLEMENT INTERIEUR 2/8 TEXTES

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 Le réseau de correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière - la coordination et l animation sont assurées par l EOHH (infirmier et/ou

Plus en détail

Ta situation. Tu as moins de 20 ans en début d année scolaire / universitaire. - des prestations familiales si vous avez des enfants à charge

Ta situation. Tu as moins de 20 ans en début d année scolaire / universitaire. - des prestations familiales si vous avez des enfants à charge Etre stagiaire en formation professionnelle en Polynésie française Tu optes pour une formation professionnelle dans un établissement technique ou dans un centre de formation. En qualité de stagiaire en

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Sommaire. Clinique de Chirurgie Esthétique. Présentation de la Clinique... p.2. L équipe médicale... p.3. L hospitalisation... p.3. Le séjour... p.

Sommaire. Clinique de Chirurgie Esthétique. Présentation de la Clinique... p.2. L équipe médicale... p.3. L hospitalisation... p.3. Le séjour... p. Sommaire Présentation de la Clinique... p.2 L équipe médicale... p.3 L hospitalisation... p.3 Le séjour... p.4 La sortie... p.5 La Démarche Qualité... p.6 La Charte de la personne hospitalisée... p.7/8

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Diplô me inter- universitaire INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Coordination : G. BRUCKER - Paris VI B. REGNIER - Paris VII J.C. DARBORD - Paris V Objectifs et public concerné Former les

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

Retour d expérience : gestion d une épidémie ERV

Retour d expérience : gestion d une épidémie ERV Beaujon Retour d expérience : gestion d une épidémie ERV C. Martin, cadre, service de médecine interne C. Ciotti, technicienne biohygiéniste, équipe opérationnelle d hygiène Hôpital Beaujon, Clichy Le

Plus en détail

Projet Educatif du territoire de la Communauté de Communes Vièvre Lieuvin 2015/2016

Projet Educatif du territoire de la Communauté de Communes Vièvre Lieuvin 2015/2016 Projet Educatif du territoire de la Communauté de Communes Vièvre Lieuvin 2015/2016 Depuis 2006, la Communauté de Communes Vièvre Lieuvin a repris les activités de l association Vièvre Lieuvin Enfance

Plus en détail

Formation. Spécial Sud. Gouvernance. Management. Management. JuriSanté. Risques. Facturation. Pharmacie. Qualité Concours. Finances.

Formation. Spécial Sud. Gouvernance. Management. Management. JuriSanté. Risques. Facturation. Pharmacie. Qualité Concours. Finances. psy Spécial Sud Management Information médicale Facturation Contrôle de gestion Activités médico-techniques Pharmacie Ressources humaines Hygiène Management des pôles Développement durable Qualité Concours

Plus en détail

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E)

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Mai 2002 DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Réalisation : Direction Département infirmier A. DESCRIPTION DU CONTENU DE LA FONCTION 1. Utilité de la fonction - Mission générale Participer à la prise

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * *

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * République du Sénégal Ministère de la Santé et de l Action Sociale Direction Générale de la Santé Direction des Laboratoires Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * PLAN DE FORMATION DES PERSONNELS

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

haute école catégorie paramédicale

haute école catégorie paramédicale haute école catégorie paramédicale Bachelier en Soins Infirmiers Spécialisation en Pédiatrie Spécialisation en Santé communautaire Spécialisation en Salle d opération Spécialisation interdisciplinaire

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

LYCEE URUGUAY FRANCE BP 73 1 Avenue des Marronniers 77211 Avon cedex

LYCEE URUGUAY FRANCE BP 73 1 Avenue des Marronniers 77211 Avon cedex IDENTIFICATION DE L ELEVE NOM : PRENOM : DATE DE NAISSANCE : ADRESSE :------------------------------------------------------------------------------------------------- -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

PROTOCOLE. Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique

PROTOCOLE. Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique PROTOCOLE Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique 1. 2. Descriptif du dispositif Le contexte Les objectifs Les bénéficiaires Les étapes de la prise

Plus en détail

Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain!

Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain! Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain! CHU de Nantes Envoyé le 13/03/2015 Le Centre Hospitalier Universitaire de Nantes est un établissement public de santé. Il a pour principales missions d assurer

Plus en détail

DISPOSITIONS STATUTAIRES

DISPOSITIONS STATUTAIRES REGLEMENT MUNICIPAL APPLICABLE AUX AGENTS TERRITORIAUX SPÉCIALISÉS DES ÉCOLES MATERNELLES PRÉAMBULE Le présent règlement a pour but de rassembler les dispositions applicables aux Agents Territoriaux Spécialisés

Plus en détail

mission de service public culture sportive l organisation de rencontres l apprentissage de la citoyenneté l association d école

mission de service public culture sportive l organisation de rencontres l apprentissage de la citoyenneté l association d école Le Ministère de l Education Nationale a confié à l USEP une mission de service public portant sur : la construction d une culture sportive par l organisation de rencontres, l apprentissage de la citoyenneté

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Temps d Activités. Périscolaires. École Sainte Jeanne d Arc

Temps d Activités. Périscolaires. École Sainte Jeanne d Arc Temps d Activités Périscolaires Les rythmes scolaires Selon le décret du 24 janvier 2013, «les nouveaux rythmes scolaires ont avant tout un objectif pédagogique : mettre en place une organisation du temps

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Réseau de lutte contre les Infections Nosocomiales de la Sarthe

Réseau de lutte contre les Infections Nosocomiales de la Sarthe Réseau de lutte contre les Infections Nosocomiales de la Sarthe Formation - Surveillance - Evaluation Centre Hospitalier du Mans Réseau LUTIN 72 LUTte contre les Infections Nosocomiales en Sarthe La FORMATION

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE BEAU SOLEIL

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE BEAU SOLEIL COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE BEAU SOLEIL 119 avenue de Lodève 34000 - MONTPELLIER Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

CONVENTION DE COLLABORATION entre l HOPITAL A DOMICILE 35 et les INFIRMIERS LIBERAUX

CONVENTION DE COLLABORATION entre l HOPITAL A DOMICILE 35 et les INFIRMIERS LIBERAUX CONVENTION DE COLLABORATION entre l HOPITAL A DOMICILE 35 et les INFIRMIERS LIBERAUX Ce document est établi dans le cadre d une volonté de coopération mutuelle afin d apporter les meilleurs services aux

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

Principaux points des décrets publiés au Bulletin officiel 6038 du 12/04/2012

Principaux points des décrets publiés au Bulletin officiel 6038 du 12/04/2012 Principaux points des décrets publiés au Bulletin officiel 608 du 1/0/01 Décret n -1-95 modifiant le décret n -99-69 du 6 octobre 1999 relatif à la protection et à l'indemnisation de certaines catégories

Plus en détail

Hôpital de la Cavale Blanche Pôle ARSIBOU Unité de Surveillance Continue Médicale

Hôpital de la Cavale Blanche Pôle ARSIBOU Unité de Surveillance Continue Médicale Hôpital de la Cavale Blanche Pôle ARSIBOU Unité de Surveillance Continue Médicale Unité de Surveillance Continue Médicale (USCM) Madame, Monsieur, L un de vos proches est hospitalisé dans l Unité de Surveillance

Plus en détail

Hôpital Max Fourestier nouveau bloc opératoire La modernité au service de la santé publique

Hôpital Max Fourestier nouveau bloc opératoire La modernité au service de la santé publique TERRITOIRE DE SANTÉ, 92 NORD UNE POPULATION, EN FORTE CROISSANCE, EN DEMANDE DE SOINS PUBLICS Territoire 92 Nord Gennevilliers Villeneuve-la-Garenne Hôpital Max Fourestier Nanterre H Colombes Bois-Colombes

Plus en détail

L AGENDA 21 CHU DE BREST

L AGENDA 21 CHU DE BREST L AGENDA 21 CHU DE BREST Une démarche stratégique : pour quels objectifs? comment et avec qui? pour quels résultats? LE CONTEXTE NATIONAL Une démarche hospitalière brestoise qui respecte : L engagement

Plus en détail

Culture & Sport au cœur du 1 er arrondissement de PARIS

Culture & Sport au cœur du 1 er arrondissement de PARIS UN ÉVÉNEMENT Culture & Sport au cœur du 1 er arrondissement de PARIS CP02 - PARIS - SOUS EMBARGO JUSQU AU 2 AVRIL 2015 Culture Air Sports Tour Paris 2015 : Faire du 1 er Arrondissement de Paris le plus

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 13 février 2013 modifiant l arrêté du 25 février 2010 fixant la composition du dossier à fournir aux

Plus en détail

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Pôle Culture, Sport, Santé, Associations Secteur Santé Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Nom du demandeur: Intitulé du projet : Contact

Plus en détail

ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE

ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE RESSIAD Touraine Groupe de Recherche et d Etudes des Services Soins Infirmiers A Domicile ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE FONCTION DE L INFIRMIERE COORDINATRICE Définition : Activité

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL PERISCOLAIRE Coordination périscolaire : 07 85 16 37 92

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL PERISCOLAIRE Coordination périscolaire : 07 85 16 37 92 REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL PERISCOLAIRE Coordination périscolaire : 07 85 16 37 92 Ce règlement a été adopté par délibération du Conseil Municipal en date du 21 juillet 2014. GENERALITES L accueil périscolaire

Plus en détail

LES RENCONTRES DE LA COMMUNICATION HOSPITALIÈRE 2011. Paris, les 6 et 7 avril 2011

LES RENCONTRES DE LA COMMUNICATION HOSPITALIÈRE 2011. Paris, les 6 et 7 avril 2011 LES LA COMMUNICATION HOSPITALIÈRE Paris, les 6 et 7 avril Atelier : Communication interne : règles de base et perfectionnement de son journal interne Le journal interne, un outil de communication toujours

Plus en détail

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma LE BÉNÉVOLAT Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma le bénévolat CULTIVER LA SOLIDARITÉ La mobilisation dans la lutte contre le cancer, à laquelle a appelé Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma

Plus en détail

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES Conférence de Presse JANVIER 2008 CONTACT PRESSE Anne-Laure Vautier Tel : 04 42 43 20 11 - E-mail

Plus en détail

La fonction publique en France

La fonction publique en France MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2013 La fonction en France Des métiers au service des citoyens les essentiels Dans la fonction, tous les agents

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

CONVENTION DE COLLABORATION entre l HOPITAL A DOMICILE 35 et le CABINET INFIRMIER OU L INFIRMIER(ÈRE) LIBÉRAL(E)

CONVENTION DE COLLABORATION entre l HOPITAL A DOMICILE 35 et le CABINET INFIRMIER OU L INFIRMIER(ÈRE) LIBÉRAL(E) CONVENTION DE COLLABORATION entre l HOPITAL A DOMICILE 35 et le CABINET INFIRMIER OU L INFIRMIER(ÈRE) LIBÉRAL(E) L Hôpital à Domicile 35 est un établissement de santé qui s inscrit dans un ensemble de

Plus en détail

APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015-124

APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015-124 Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Département de Gestion des Ressources Humaines Service Recrutement Liège, le 24 août 2015

Plus en détail

Motivations. Emilie De Saint Pol, Lucie Germain, Geneviève Heyraud ASSPRO Santé (1) (Bureau 2005-2006)

Motivations. Emilie De Saint Pol, Lucie Germain, Geneviève Heyraud ASSPRO Santé (1) (Bureau 2005-2006) De la formation en santé publique à la pratique professionnelle : association étudiante et partage d expériences From public health training to professional practice: student association and experience

Plus en détail

Charte rédactionnelle du journal d information de la commune de Woluwe-Saint-Pierre

Charte rédactionnelle du journal d information de la commune de Woluwe-Saint-Pierre Charte rédactionnelle du journal d information de la commune de Woluwe-Saint-Pierre Préambule : Le journal d informations de la commune de Woluwe-Saint-Pierre se veut un acteur social important qui offre

Plus en détail

Liège, le 10 août 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015/023

Liège, le 10 août 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015/023 Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Département de Gestion des Ressources Humaines Service Recrutement Liège, le 10 août 2015

Plus en détail

Fenêtre ouverte sur la classe : présenter la vie scolaire des élèves à leurs parents

Fenêtre ouverte sur la classe : présenter la vie scolaire des élèves à leurs parents Fenêtre ouverte sur la classe : présenter la vie scolaire des élèves à leurs parents Type d outil : Cet outil offre la possibilité aux écoles d ouvrir leurs portes aux familles. En levant le voile sur

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE. REGLEMENT DES SERVICES PERISCOLAIRES 2013/2014 (RESTAURANT SCOLAIRE et GARDERIE et CENTRE D ANIMATION)

REPUBLIQUE FRANÇAISE. REGLEMENT DES SERVICES PERISCOLAIRES 2013/2014 (RESTAURANT SCOLAIRE et GARDERIE et CENTRE D ANIMATION) REPUBLIQUE FRANÇAISE M A I R I E DE P O N T H E V R A R D 5, PLACE DE LA MAIRIE 78730 PONTHEVRARD TELEPHONE : 01.30.41.22.13 - TELECOPIE : 01.30.88.20.26 EMAIL : PONTHEVRARD@ORANGE.FR REGLEMENT DES SERVICES

Plus en détail

Liège, le 30 octobre 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015/131

Liège, le 30 octobre 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015/131 Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Département de Gestion des Ressources Humaines Service Recrutement Liège, le 30 octobre 2015

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

La ronde tahitienne 4 ème édition

La ronde tahitienne 4 ème édition La ronde tahitienne 4 ème édition organisée par le Vélo Club de tahiti et ses Iles et parrainée par Henri SANNIER Inscrite au calendrier International UCI et au calendrier national FFC type d épreuve épreuve

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE HOSPITALIER REGIONAL METZ-THIONVILLE. 28/32, rue du 20 e -Corps-Américain 57000 METZ.

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE HOSPITALIER REGIONAL METZ-THIONVILLE. 28/32, rue du 20 e -Corps-Américain 57000 METZ. COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE HOSPITALIER REGIONAL METZ-THIONVILLE 28/32, rue du 20 e -Corps-Américain 57000 METZ Décembre 2004 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ

Plus en détail

Adjoint au Directeur des Ressources Humaines et de la Formation

Adjoint au Directeur des Ressources Humaines et de la Formation Fiche de poste de Directeur Adjoint Adjoint au Directeur des Ressources Humaines et de la Formation Centre hospitalier (ou direction commune) : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Montpellier

Plus en détail

Direction du réseau DRH réseau. Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement

Direction du réseau DRH réseau. Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement Direction du réseau DRH réseau Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement INC du 23 avril 2014 1 Afin de lancer la démarche d élaboration d une méthodologie concertée d analyse du

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II ANNEXE II DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

LA CONSOMMATION DE SOINS EN POLYNESIE FRANCAISE EN 2009

LA CONSOMMATION DE SOINS EN POLYNESIE FRANCAISE EN 2009 35 LA CONSOMMATION DE SOINS EN POLYNESIE FRANCAISE EN 2009 Dominique Marghem * La consommation de soins est intimement liée à l'offre et donc à l'organisation du système de soins. Celui-ci ne peut se comprendre

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Sommaire Sham en quelques chiffres Les visites d analyse de risques Quel bilan? Perspectives Synthèse Sham en quelques

Plus en détail

Référentiels interministériels de formation

Référentiels interministériels de formation Livret 4 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Référentiels interministériels de formation OUTILS DE LA GRH p. 2 Référentiels interministériels de formation

Plus en détail

Cahier des charges Objet :

Cahier des charges Objet : Cahier des charges Objet : Expérimentation de nouveaux modes d organisation des soins destinés à optimiser les parcours de soins des personnes âgées en risque de perte d autonomie en prévenant leur hospitalisation

Plus en détail

Revue française des affaires sociales. Appel à contributions pluridisciplinaire sur. «L organisation des soins en psychiatrie»

Revue française des affaires sociales. Appel à contributions pluridisciplinaire sur. «L organisation des soins en psychiatrie» Revue française des affaires sociales Appel à contributions pluridisciplinaire sur «L organisation des soins en psychiatrie» Pour le numéro de mars-juin 2016 Cet appel à contributions s'adresse aux chercheurs

Plus en détail

Brèves de qualité. Certification L EMPREINTE QUALITÉ-GESTION DES RISQUES DU CHA. Dans ce numéro : Brèves de qualité 1.

Brèves de qualité. Certification L EMPREINTE QUALITÉ-GESTION DES RISQUES DU CHA. Dans ce numéro : Brèves de qualité 1. L EMPREINTE QUALITÉ-GESTION DES RISQUES DU CHA Numéro 21 Brèves de qualité Les résultats du questionnaire bientraitance / maltraitance ont été présentés au personnel lors de séances de restitution en décembre

Plus en détail

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques.

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques. PROJET D ETABLISSEMENT 2009-2013 (165 LE PROJET QUALITE ET GESTION DES RISQUES Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

1. Personnel administratif et assimilé ANNEXE 1.

1. Personnel administratif et assimilé ANNEXE 1. 1. Personnel administratif et assimilé ANNEXE 1. ECHELLE G R A D E S MODE D'ACCÉS CONDITIONS D'ACCÈS NIVEAU E E2 Auxiliaire d'administration E3 Evolution de carrière Disposer d'une évaluation au moins

Plus en détail

AGENCE ÉVÉNEMENTIELLE. ajoutée. valeur HUMAINE. ALTERNACOM est une entreprise du Groupe SOS

AGENCE ÉVÉNEMENTIELLE. ajoutée. valeur HUMAINE. ALTERNACOM est une entreprise du Groupe SOS AGENCE ÉVÉNEMENTIELLE ajoutée à valeur HUMAINE ALTERNACOM est une entreprise du Groupe SOS Une agence au cœur de l innovation sociale Agence de communication événementielle responsable, Alternacom a fait

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, Décret relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements de santé qui exercent l activité de traitement de l insuffisance rénale chronique par la pratique de l épuration extrarénale

Plus en détail

DOSSIER D E P R E S S E

DOSSIER D E P R E S S E DOSSIER D E P R E S S E Signature du protocole d accord, en vue d une coopération stratégique, Entre le Centre Hospitalier de Châlons en champagne et le Centre Hospitalier Universitaire de Reims Mardi

Plus en détail

Projet de structure Enfance-Jeunesse Léo Lagrange 2013-2014 commune de Montmorot

Projet de structure Enfance-Jeunesse Léo Lagrange 2013-2014 commune de Montmorot Projet de structure Enfance-Jeunesse Léo Lagrange 2013-2014 commune de Montmorot Directeur : Nicolas Brochard Table des matières A- Public accueilli B- Les locaux C- Organisation D- Les parents E- Soins

Plus en détail

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique 2014-2018 Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique Aujourd hui Le Département de Saône-et-Loire s est doté le 14 novembre 2014 d un schéma départemental de l enfance et

Plus en détail

Club d'accueil et d'entraide Fiche descriptive

Club d'accueil et d'entraide Fiche descriptive GUIDE DE MONTAGE CLUB DU 22/10/2005 ANNEXE E FICHE DU DOSSIER UNAFAM SUR LES STRUCTURES Club d'accueil et d'entraide Fiche descriptive Les personnes handicapées psychiques sont en situation d'extrême fragilité

Plus en détail

Le panorama du parcours : Raiatea la sacrée, Tahaa l île vanille, Huahine la sauvage et Bora Bora, la perle du pacifique.

Le panorama du parcours : Raiatea la sacrée, Tahaa l île vanille, Huahine la sauvage et Bora Bora, la perle du pacifique. Organisée aux Iles Sous Le Vent par des amoureux des bateaux et Raiatea Regatta, la TPR est un événement polynésien alliant régates, ambiance et découverte, il est le rendez vous annuel réunissant les

Plus en détail

Qui recrute? Rattachement hiérarchique. Relations fonctionnelles

Qui recrute? Rattachement hiérarchique. Relations fonctionnelles Fiche Directeur de maison de retraite N 4 DIRECTEUR OU DIRECTRICE DE MAISON DE RETRAITE Directeur ou directrice de maison de retraite Directeur ou directrice d EHPA (Etablissement d hébergement pour personnes

Plus en détail

Enseignement supérieur Recherche

Enseignement supérieur Recherche Enseignement supérieur Recherche Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 61 CADRE DE DIRECTION EN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE Code : RCH01 Cadre de direction

Plus en détail

La politique qualité du Centre Hospitalier Territorial de Nouméa

La politique qualité du Centre Hospitalier Territorial de Nouméa La politique qualité du Centre Hospitalier Territorial de Nouméa Page 1/25 LES GRANDES ETAPES DE LA QUALITE AU C.H.T. Nouméa. 4 CHAPITRE 1 : ENGAGEMENT... 6 CHAPITRE 2 : RESPONSABILITE EN MATIERE DE QUALITE...

Plus en détail

Cadre supérieur de santé formateur en IFCS

Cadre supérieur de santé formateur en IFCS PROFIL DE POSTE Cadre supérieur de santé formateur en IFCS. Informations sur le poste. Date de parution : - 28/04/2015. Lieu : - IFCS région Auvergne CHU Clermont-Ferrand. Type de contrat : - Fonction

Plus en détail

Lutte contre les Infections Associées aux Soins et Démarche globale de Gestion des Risques

Lutte contre les Infections Associées aux Soins et Démarche globale de Gestion des Risques Lutte contre les Infections Associées aux Soins et Démarche globale de Gestion des Risques L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Dr Stéphanie Rochon Edouard, Praticien Hygiéniste Isabelle Poullain,

Plus en détail

DELF Prim A2. Livret du candidat. Compréhension de l'oral. Compréhension des écrits. Production écrite

DELF Prim A2. Livret du candidat. Compréhension de l'oral. Compréhension des écrits. Production écrite Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues Livret du candidat Compréhension de l'oral Compréhension des écrits Production écrite PMA22S008 04/06/13 Code du candidat : Nom : Prénom

Plus en détail

Nous avons le choix:

Nous avons le choix: Nous avons le choix: être en exercice illégal ou exercer illégalement! C est l alternative qui s offre aux kinésithérapeutes salariés depuis la publication du code de déontologie. Art. R. 4321-56. - Le

Plus en détail

Unis pour l accès à la santé des personnes en situation de handicap

Unis pour l accès à la santé des personnes en situation de handicap Unis pour l accès à la santé des personnes en situation de handicap CHARTE ROMAIN JACOB La Charte Romain Jacob pour l accès aux soins des personnes en situation de handicap en France, a fait l objet d

Plus en détail

POLYCLINIQUE DU COTENTIN

POLYCLINIQUE DU COTENTIN POLYCLINIQUE DU COTENTIN PROGRAMME D ACTIONS POUR LA QUALITE ET LA SECURITE DES SOINS 2013-2014 Sommaire PREAMBULE... 3 Bilan des actions 2011/2012... 4 AXE 1 : Certification de l établissement en octobre

Plus en détail

Les Comités hygiène, sécurité et conditions de travail. Edito se mettent en place dans la Fonction publique

Les Comités hygiène, sécurité et conditions de travail. Edito se mettent en place dans la Fonction publique Fonctions Publiques Informations Union des fédérations des fonctions publiques et assimilés N 11 du 15 septembre 2011 fpi [Edito] Les Comités hygiène, sécurité et conditions de travail Edito se mettent

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

Fiche d évolution. Savoir. l Connaissance élémentaire en diététique. l Connaissance des types de régimes alimentaires.

Fiche d évolution. Savoir. l Connaissance élémentaire en diététique. l Connaissance des types de régimes alimentaires. Cuisinier/ière G1602 - Personnel de cuisine 1 Cuisinier/ère en Établissement d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) Les activités principales Le cuisinier élabore et confectionne les repas

Plus en détail

DOSSIER D'ACCUEIL PERISCOLAIRE 2015-2016 INFORMATIONS ET INSCRIPTIONS

DOSSIER D'ACCUEIL PERISCOLAIRE 2015-2016 INFORMATIONS ET INSCRIPTIONS DOSSIER D'ACCUEIL PERISCOLAIRE 2015-2016 INFORMATIONS ET INSCRIPTIONS NOTE EXPLICATIVE Madame, Monsieur, Ce dossier regroupe les renseignements dont le service Jeunesse a besoin : Les renseignements enfant/famille,

Plus en détail

AGENCE ÉVÉNEMENTIELLE. ajoutée. valeur HUMAINE. ALTERNACOM est une entreprise du Groupe SOS

AGENCE ÉVÉNEMENTIELLE. ajoutée. valeur HUMAINE. ALTERNACOM est une entreprise du Groupe SOS AGENCE ÉVÉNEMENTIELLE ajoutée à valeur HUMAINE ALTERNACOM est une entreprise du Groupe SOS Une agence au cœur de l innovation sociale Agence de communication événementielle responsable, Alternacom a fait

Plus en détail

CONSEIL D'ECOLE DU Samedi 6 avril

CONSEIL D'ECOLE DU Samedi 6 avril CONSEIL D'ECOLE DU Samedi 6 avril Invités : Monsieur l'inspecteur de l'education Nationale. (excusé) Monsieur le Maire (excusé) Madame l'adjointe à l'enseignement : Mme Malfigan Les Enseignants : M. Jaspard,

Plus en détail