Le secteur primaire. Agriculture pour l industrie et l exportation: Baisse générale de la production

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le secteur primaire. Agriculture pour l industrie et l exportation: Baisse générale de la production"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE REPUBLIC OF CAMEROON Peace Work Fatherland NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS Evolution de l activité au 2 ème trimestre 211 Le secteur primaire Agriculture pour l industrie et l exportation: Baisse générale de la production Le deuxième trimestre de chaque année correspond à la fin de la récolte de la plupart des produits agricoles pour l'industrie et l'exportation, notamment les noix de palme, la banane et la canne à sucre. La pleine récolte ayant été atteinte au cours du premier trimestre. Graphique 1 : Evolution de la production de la banane d exportation BananedXportation_milliertonnes S'agissant de la banane d'exportation, La production qui se situe ce trimestre à 3467 tonnes connait respectivement les baisses de 35,2% et 29,3% par rapport au premier trimestre 211 et au deuxième trimestre 21. Les opérateurs de la filière déplorent la hausse continue des prix des intrants agricoles, la pression fiscale et les difficultés d obtention des crédits fournisseurs. Ces chefs d entreprises déclarent aussi que les coûts de production ont augmenté de 36,73% en moyenne. En perspectives, la plupart d opérateurs de la filière banane n envisagent pas de nouveaux investissements à court terme, quand bien même leur trésorerie ne s est pas dégradée. S'agissant de l'emploi et d après l avis des chefs d entreprises, les effectifs des personnels permanents et temporaires sont restés stables et ne connaitront pas de variation au cours du prochain trimestre. Elevage: e: Baisse de la production des poussins d'un jour et des œufs de ferme De l'avis des opérateurs de la filière, les difficultés d importation des matières premières, les difficultés d obtention des crédits bancaires et fournisseurs, l insuffisance de la demande et le remboursement des emprunts contractés antérieurement constituent des grands obstacles à leur activité. Les prix de vente des poussins d un jour sont restés stables ce trimestre et au dire des opérateurs, ils devraient connaître une hausse de l'ordre de 7% au cours du prochain trimestre. Les prix de vente des œufs de ferme ont connu une baisse au cours de ce deuxième trimestre.

2 Exploitation forestière : Légère baisse de la production du bois en grumes La production des grumes qui a connu un boum au premier trimestre a enregistré au cours de ce deuxième trimestre une légère baisse. En effet, la production est en diminution de 3,3%. Cette évolution s explique par le ralentissement de l activité dans la plupart des entreprises forestières. 6% des chefs d entreprises affirment que leur stock de grumes est resté stable ce trimestre par rapport au trimestre précédent ; 13,3% estiment que leur stock a baissé et 26,7% restent indifférents par rapport à cette question. Les coûts de production sont restés stables mais plus de deux tiers des exploitants forestiers déplorent la dégradation de leur trésorerie due essentiellement au ralentissement de leur activité, au remboursement d emprunts contractés antérieurement, aux difficultés de recouvrement des créances auprès de la clientèle et aux difficultés d obtention des crédits bancaires. Graphique 2 : Evolution de la production de bois grume 2 BoisGrumes_MilliersM3 Les prix de vente n ont pas varié ce trimestre et n'évolueront pas selon la plupart des opérateurs au cours du trimestre prochain. Le taux d'utilisation des capacités de production est estimé à 51,3% en moyenne ce trimestre contre 52,5% le trimestre précédent.

3 Les industries Le secteur industriel affiche des signes d éclairci au 2 trimestre 211 Au second trimestre 211, l activité Graphique 3 : Evolution l indice de la industrielle montre quelques lueurs de reprise production industrielle pour l ensemble des branches d activité : l indice global progresse de,3%. Indice général cvs tendance Cette reprise d ensemble masque cependant des disparités sévères entre les branches d activité. A côté des industries agroalimentaires (+4,7%) et de la production et distribution d électricité et d eau (+,3%) qui ont donné le profil de l ensemble de l industrie, l activité est en baisse dans les autres secteurs d activité. Cette contre performance touche le secteur du textile et du cuir (-7,5%), le bois, papier et imprimerie (- 16,3%), les industries chimiques (-4,5%) et les biens intermédiaires (-4,3%) Agro-alimentaire : croissance remarquable des activités Au second trimestre 211, la croissance observgée de 4,7% dans les industries agroalimentaires booste l ensemble de l industrie et compense dans le même temps le recul qu enregistre les autres secteurs. Toutes les branches ont contribuésb positivement à cette croissance : les boulangeries (+18,6%), la transformation de produits d orgine agricole (+7,2%), les boissons et tabacs (+2,7%) et le travail de grain (1,1%). Cette performance de l activité a bénéficié de l effet lié à l organisation de l élection présidentielle et des efforts des acteurs de ce secteur de rapprocher d avantage l offre à la demande. Graphique 4 : Evolution l indice de la production industrielle agroalimentaire (Données CVS) 2 Travail de grain et production de farine Fabrication de boissons Transformation des produits origine agricole 2 Agro alimentaire CVS Tendance

4 Textile, caoutchouc et plastique : les activités plongent au 2 nd trimestre 211 Avec un taux de croissance de 7,5%, les activités de ce secteur ont surtout souffert des effets de relance de la production du caoutchouc, à travers la mise en œuvre de programmes de rajeunissement des arbres par la plupart des opérateurs. Plusieurs milliers d hectares ont été replantés et ne pouraient entrer en production avant trois ans. La production de caoutchouc enregistre un important repli de 1,3% alors même que l activité dans la branche du textile marque 1,6% de croissance. Graphique 5 : Evolution l indice de la production industrielle du textile caoutchouc et plastic (Données CVS) Industries de textiles et confection Autres industries manufacturières Industries de caoutchouc et fab article en plastique 2 Textile caoutchouc et plastique CVS Tendance Bois, papier et imprimerie : forte baisse d activité dans le secteur La tendance baissière observée dans ce sous secteur d'activité au premier trimestre s est accentuée au cours de ce trimestre : -16,3%. Cet effondrement est imputable à la mauvaise performance dans les activités de fabrication de papier, d articles en papier, d imprimerie et d édition qui baissent de 2,3%. Les chefs d entreprises de ce secteur d activité évoquent principalement deux raisons pour expliquer cette chute. D'une part il y a la diminution des commandes pour certains articles en papier, et d'autre part l'arrêt d'activité de certaines unités de production de cette branche. Dans l"industrie de bois sauf fabrication de meuble", la baisse de la production est moins brute (-3,7%). Graphique 6 : Evolution de l indice de la production industrielle du bois papier et imprimerie Données CVS 8 Industrie du bois sauf fabrication des meubles Fabrication de papier, articles en papiers, imprimerie et édition 2 Bois, papier et imprimerie CVS Tendance 6 4

5 Recul d activité dans les industries i chimiques et pétrolières Le second trimestre 211 est marqué par la baisse de 4,5% de la production des industries chimiques et pétrolières. Cette baisse annule la hausse qui a été observée au premier trimestre dans ce secteur. La diminution de la production est imputable à la forte baisse enregistrées dans la fabrication de produits pétroliers : -8,3%. Certaines entreprises de cette branche ont été en arrêt d activité pour des raisons diverses parmi les quelles la diminution des commandes. Dans les "industries chimiques et fabrication des produits chimiques", la production a connu une diminution moins forte (-,3%). Cela se justifie par le fait que l'essentiel des vaccins animaux pour la campagne vaccinale des cheptels a été produit au cours du trimestre passé. Les biens intermédiaires et construction Au second trimestre 211, l activité de production de biens intermédiaires et la construction marque une baisse de 4,2%. Les raisons de cette baisse sont diverses selon les branches d activité. Le niveau de la production dans "l'industrie métallurgique de base" a régressé de 5,2% du fait de l'insuffisance de l'énergie électrique. Graphique 7 : Evolution de l indice de la production des industries chimiques et pétrolières (Données CVS) 4 3 Industries chimiques et fabrication de produits chimiques Fabrication des produits pétroliers Industries chimiques et pétrolières L activité de fabrication des matériaux de construction baisse de 3% tout comme la fabrication d appareils mécaniques et électriques. Les activités de ces branches sont liées à l activité dans les industries métallurgiques qui est leur principal fournisseur de matières premières. Graphique 8 : Evolution de l indice de la production industrielle des biens intermédiaires et de construction Fabrication de matériaux de construction Industrie métallurgique de base Fabrication d'appareils mécaniques et électriques Construction de matériel de transport Biens intermédiaires et constructions

6 Electricité, eau et gaz Au second trimestre 211, la production et la distribution d eau et d électricité reste quasimpent stable (+,3%) après la baisse enregistrée au second trimestre. L offre d énergie électrique est tributaire du débit de la sanaga qui atteint son meilleur niveau en saison de pluie. La situation dans le secteur de la production d électricité devrait s améliorer dans l avenir avec la mise en service des centrale termiques particulièrement celle de Kribi. Graphique 9 : Evolution de l indice de la production et distribution d eau, électricité et gaz (données CVS) Production et distribution électricité, eau et gaz 14

7 Les services Le commerce et les transports ont connu au cours du 2ème trimestre 211, les évolutions suivantes par rapport au 2ème trimestre 21: Hausse de la consommation locale des produits pétroliers liquide et stabilité du Gaz Butane ; Hausse des indicateurs du transport maritime ; Baisse des indicateurs du transport ferroviaire ; Baisse des accidents de la circulation routière ; Hausse de la vente totale des véhicules neufs. La distribution des produits pétroliers Par rapport au 1er trimestre 211, le gasoil reste en ce 2ème trimestre 211 le produit pétrolier liquide le plus consommé et poursuit la relance amorcée depuis plusieurs années ; le volume total consommé se situe à m3 avec une variation de 5% par. La consommation du super par contre est en nette baisse depuis le quatrième trimestre 21. Cette baisse qui était de 1% au premier trimestre 211 se situe à présent à 2% avec un volume total de consommation de m3. La forte consommation du gasoil peut s expliquer non seulement par les préférences pour les voitures à moteur diesel mais surtout par la consommation du Gasoil des engins utilisés dans les vastes chantiers de construction de route lancés par l Etat ces dernières années. Le pétrole dont les principaux consommateurs sont les ménages a vu sa consommation s apprécier de 8%. Quant au gaz (GPL) aussi fortement consommés par les ménages, l on enregistre une stabilité par rapport au premier trimestre 211. Concernant les autres produits pétroliers, la consommation du Jet A1 a connu une hausse de 31% contrairement à celle du Fuel avec une baisse de 45%. Dans l ensemble le cumul des produits pétroliers liquides s est apprécié de 3%. Comparée à la même période de l année précédente, la consommation totale de produits pétroliers liquides a augmenté de 12% : 3% pour le pétrole, 3% pour le Jet A1 et 2% pour le gasoil. Quant au fuel, il a connu une forte baisse de 68%. La forte baisse en demande de ce produit par les usines résulterait de l amélioration de distribution d électricité par AES-Sonel qui a considérablement réduit les délestages. En ce qui concerne le butane, l on enregistre une augmentation de 9%. Graphique 1 : Evolution de la distribution locale des produits pétroliers Distribution Locale de pétrole Les ventes de véhicules neufs Les ventes véhicules neufs ont connu un accroissement de 5% par rapport au premier trimestre 211. Une analyse désagrégée par type de véhicule, révèle une plus grande évolution à la hausse des ventes des voitures de type «4x4» (43%) suivi des «poids lourds» (18%) et enfin des «véhicules de transport» (11%). En revanche, la baisse des ventes des voitures «utilitaires légers» et «voitures de tourisme» enregistrée depuis le trimestre dernier s accentue, avec une chute respective de 13% et de 15%. L analyse des ventes de véhicules neufs suivant la marque montre que TOYOTA reste la marque la plus vendue au Cameroun (8 véhicules) avec une part de marché de 45% ; bien qu on note une baisse des ventes de ladite marque de 4% et une perte de sa part de marché de 8% par rapport au premier trimestre 211. La plus grande baisse de ventes

8 enregistrée est celle de la marque NISSAN (- 36%) suivi de MERCEDES (-19%). Cette baisse a engendré les pertes de part de marché les plus remarquables : -38% et -22% respectivement. IVECO a dominé le marché en améliorant ainsi ses ventes de 4% et un gain de 22% de part de marché. En glissement annuel, par rapport au deuxième trimestre 21, les véhicules neufs ont connu une amélioration des quantités vendues de 5%, malgré la baisse des ventes des «voitures de tourisme» (-31%) et des «utilitaires légers» (- 14%). En raison des grands chantiers entamés dans le pays, la plus forte hausse a été réalisée par les «poids lourds» (6%) suivi des «4x4» (38%). Les voitures de transport quant à elles ont grimpé de 15% améliorant ainsi le parc automobile des transporteurs. Comparativement au deuxième trimestre 21, un examen par marque montre que seules Le transport maritime Au niveau de la navigation internationale, l activité du transport maritime au deuxième trimestre 211 est marquée par une baisse des principaux indicateurs par rapport au premier trimestre 211. En effet, à l exception des exportations qui ont légèrement grimpé de 1%, les autres activités sont caractérisées par des variations négatives : Nombre de navires (- 4%), Jauge Nette (-4%), Importation (-6%). La baisse des importations est attribuable aux divers produits dont les quantités ont fortement chuté ce trimestre : sucre granulé (-73%), huiles alimentaires (-44%), fers et tôles (- 21%), et riz (-14%). Bien que le volume des exportations s avère stable ce trimestre, il convient de mentionner que cet effet conjugué de la moyenne cache quelque particularité : - les exportations du cacao, de l aluminium, des savons et détergents et du caoutchouc ont chuté respectivement de 62%, 35%, 15% et 6%, - A l opposé, celles du beurre de cacao, de la bière, du café et de la banne ont grimpé respectivement de 57%, 42%, 21% et 7%. IVECO et SUZIKI ont connu une amélioration des ventes. A contrario, toutes les autres marques ont connu des baisses dont la plus prononcée est celle de la marque NISSAN (- 49%). Graphique 11 : de véhicules neufs Evolution des ventes Ventes de vehicules neufs En glissement annuel, les activités du transport maritime sont en nette amélioration. Les quantités des produits importés et exportés comparées au deuxième trimestre 21 ont progressé respectivement de 4% et 16%. Le nombre de navire s est accru de 5% et les Tonneaux de Jauge Nette (TJN) de 12%. En ce qui concerne la navigation locale, le nombre de navires amarrés au port de Douala s élève à 43 pour une hausse de 6% par rapport au premier trimestre 211. Graphique 12 : Evolution du trafic maritime total (en tonnes) Trafic total (en tonnes) Le transport ferroviaire Les activités du trafic ferroviaire au cours du deuxième trimestre 211 ont été en nette amélioration par rapport au premier trimestre 211. Le nombre total de voyageurs s est apprécié de 4% et la quantité de marchandise transportée a connu une hausse de 4%. Les répercutions immédiates de cette amélioration des flux de voyageurs et de marchandises

9 s observent au niveau des recettes de la société qui se sont valorisées de 2%. S agissant des indicateurs spécifiques de transport que sont voyageurs*km et tonne*km, ils se sont respectivement améliorés de 7% et 4%. En glissement annuel par rapport au 2ème trimestre 21, Les indicateurs du transport ferroviaire évoluent à la baisse : les voyageurskilomètres ont baissé de 6%, le tonnage des marchandises et les tonnes- kilomètre ont chuté respectivement de 5% et 6% chacun. Bien que le nombre de voyageurs ait crû de 3%, le tonnage des marchandises qui représente l essentiel des recettes de CAMRAIL a baissé de 5%, entraînant directement une chute des recettes de 6%. Ce repli observé dans les recettes se justifie par la baisse des recettes des marchandises (8%) et des «colis/bagages» (3%) alors que les recettes obtenues du transport des voyageurs ont plutôt augmenté de 7%. En tonnage, les produits transportés au cours de ce trimestre qui ont connu des hausses considérables sont : farines et céréales (23%), les engrais et insecticides (15%) et les bois ouvrés (13%). Graphique 13 : Evolution du trafic ferroviaire total (en millions de tonnes*km) trafic marchandises (en millions de tonnes*km) Le transport routier : les accidents de la circulation Le transport routier au deuxième trimestre 211 est marqué par une baisse considérable de 17% du nombre total d accidents par rapport au premier trimestre 211. L analyse des résultats des accidents présente les statistiques : 64% de baisse du nombre d accident corporels 1, 16% de baisse pour les accidents mortels 2 (247 accidents à 28). Toutefois, le nombre d accidents matériels 3 a beaucoup grimpé. La baisse des accidents corporels et mortels s est répercutée sur le nombre de blessés et de décès. L on a enregistré une baisse de blessés de 6% (1 219 à 1 144) et de tués de 16% (de 358 à 32). En moyenne, 1,45 personne a trouvé la mort au cours d un accident mortel. Ces baisses enregistrées sont imputables à des grandes campagnes de sensibilisation sur la sécurité routière menées par le Ministère des transports et le Secrétariat d Etat à la Défense ces derniers mois. En glissement annuel, les actions menées dans le cadre des campagnes de sensibilisation et de prévention des accidents de circulation routière porteraient des fruits car la tendance générale est à la baisse. Le nombre total des accidents de circulation a baissé de 3%, ceux des accidents corporels et mortels ont également baissé respectivement de 7% et 13% par rapport au deuxième trimestre 21. Le nombre de blessés et de tués occasionnés par ces accidents a chuté respectivement de 3% et de 7%. Des efforts de sensibilisation continuent à être menés pour inverser la tendance. Ces efforts doivent se diversifier et s intensifier pour garantir la sécurité routière sur l ensemble du territoire. 1 Accidents avec dégât corporel (au moins un blessé) seulement. Ce type d accident n intègre pas les accidents matériels. 2 Accidents avec décès d au moins une personne. Il n intègre pas les accidents corporels et matériels. 3 Accidents à dégât matériels seulement.

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Novembre 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Mars 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE NOVEMBRE 28 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières Auvergne Tendances régionales novembre 28 Page 1 sur 8 Vue d ensemble

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN Août 29 Tous les commentaires s'appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. LIMOUSIN Tendances régionales Août 29 Page 1 sur 8 Vue d ensemble de

Plus en détail

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires Tendances régionales La conjoncture en Midi-Pyrénées Décembre 215 La production industrielle a légèrement progressé dans l ensemble des secteurs. Les carnets de commandes sont toujours jugés de bon niveau.

Plus en détail

EDITION DE DECEMBRE 2015

EDITION DE DECEMBRE 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail @@@@@ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION @@@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES @@@@@ DIRECTION DE LA

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE SEPTEMBRE 2009 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. Picardie Tendances régionales Numéro 20 Page 1 sur 8 Vue d ensemble

Plus en détail

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires Tendances régionales Les entreprises en Rhône-Alpes Contexte conjoncturel Indicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée de la situation

Plus en détail

Des échanges commerciaux encore modestes, mais dont les perspectives apparaissent particulièrement prometteuses à moyen terme

Des échanges commerciaux encore modestes, mais dont les perspectives apparaissent particulièrement prometteuses à moyen terme Les échanges commerciaux francomozambicains en 2013 Résumé En 2013, les échanges de biens entre la France et le Mozambique se sont élevés à 121,2 M EUR, soit une baisse de -17,8 % sur l année. La forte

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Consommations énergétiques de Midi-Pyrénées sur la période 1990-2004

Consommations énergétiques de Midi-Pyrénées sur la période 1990-2004 Note 1 OREMIP - Novembre 2006 Bilans régionaux de consommation et de production d'énergie pour la période 1990-2004 Il convient de considérer avec précaution l ensemble des résultats étant donné qu il

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 30/11/2015 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION DE LA PREVISION

Plus en détail

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014 Banque Centrale de Tunisie Direction Générale des Statistiques Direction de la Balance des Paiements et de la PEG Sous direction des opérations courantes Service du commerce Extérieur Analyse des Echanges

Plus en détail

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants. Effectifs IAA

Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants. Effectifs IAA Note de Conjoncture N 66 Page 1 Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants Effectifs IAA 540 000 530 000 520 000 510 000 500 000 490 000 480 000 Source : Acoss, calculs ANIA

Plus en détail

L ACTIVITE. Evolution de l'activité industrielle secteur privé. Evolution de l'activité industrielle secteur public

L ACTIVITE. Evolution de l'activité industrielle secteur privé. Evolution de l'activité industrielle secteur public N 729 ENQUETE SUR LA SITUATION ET LES PERSPECTIVES DANS L INDUSTRIE AU - TROISIEME TRIMESTRE 215 - L enquête d opinion auprès des chefs d entreprise industrielle, initiée par les services de l ONS couvre

Plus en détail

N 731 Les comptes nationaux trimestriels au 3ème trimestre 2015 chainés.

N 731 Les comptes nationaux trimestriels au 3ème trimestre 2015 chainés. N 731 Les comptes nationaux trimestriels au 3 ème trimestre 2015 Cette publication est consacrée à la présentation du PIB trimestriel et des valeurs ajoutées sectorielles. Ces Comptes Nationaux Trimestriels

Plus en détail

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi N MEF/DPEE/DSC MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Dakar, mars 2015 DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION DE

Plus en détail

22,7 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS)

22,7 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS) 22,7 % Poids des effectifs de l industrie par rapport à la totalité des effectifs (source : ACOSS-URSSAF-31/12/214)) Industrie La production industrielle a légèrement baissé au mois de septembre. La demande

Plus en détail

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE DES ETUDES INDICATEURS DE CONJONCTURE Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change OCTOBRE 2013 I. INTRODUCTION

Plus en détail

Résultat du commerce extérieur

Résultat du commerce extérieur Publication Statistique P 0104 Résultat du commerce extérieur Octobre 2012 Prochaine publication Novembre 2012 06 Décembre 2012 Date prévue de parution Pour plus de détails, contacter l unité information

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 28/09/2015 Point mensuel de conjoncture REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES

Plus en détail

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi N MEF/DPEE/DSC MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Dakar, 18 février 2015 DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION

Plus en détail

Novembre 2014 Numéro 53

Novembre 2014 Numéro 53 MINISTERE DE LA PLANIFICATION, DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DE LA POPULATION REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Foi INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE contact: cnpe.mali@afribonemali.net Site

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

Produit intérieur brut par industrie, janvier 2014 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 31 mars 2014

Produit intérieur brut par industrie, janvier 2014 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 31 mars 2014 Produit intérieur brut par industrie, janvier 2014 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 31 mars 2014 Le produit intérieur brut réel a augmenté de 0,5 % en janvier. Cette progression

Plus en détail

S O M M A I R E SYNTHESE DE L ACTIVITE PORTUAIRE...1 TRAFICS GLOBAUX...3 STATISTIQUES PAR PORT.. 7 TRAFIC PAR MODE DE CONDITIONNEMENT...

S O M M A I R E SYNTHESE DE L ACTIVITE PORTUAIRE...1 TRAFICS GLOBAUX...3 STATISTIQUES PAR PORT.. 7 TRAFIC PAR MODE DE CONDITIONNEMENT... S O M M A I R E SYNTHESE DE L ACTIVITE PORTUAIRE...1 TRAFICS GLOBAUX.....3 STATISTIQUES PAR PORT.. 7 TRAFIC PAR MODE DE CONDITIONNEMENT...... 11 TRAFICS SPECIFIQUES....19 PRINCIPAUX PRODUITS PAR PORT...33

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GénéRAl au dévloppmnt durable n 542 Juillet 2014 L intensité énergétique a baissé dans l industrie entre 2001 et 2012 OBSRVATION T STATISTIQUS énrgi ntre 2001 et 2012, l intensité énergétique

Plus en détail

L emploi dans l Yonne

L emploi dans l Yonne L emploi dans l Yonne 3 ème trimestre 211 : Maintien du niveau de l emploi dans l Yonne. % L emploi icaunais n arrive toujours pas à progresser sur ce 3 ème trimestre. Tout comme la Côte d Or, l Yonne

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 02 08 juin 2016 Encours* Variations depuis 03/06/16 03/06/15 31/12/15 27/05/16 Reserves Internationales Nettes (RIN) 243,6 25,4% 8,5% 0,1% * En milliards de dirhams

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Banque Centrale de Mauritanie. Direction Générale des Études. Direction des Études et des Recherches Économiques

Banque Centrale de Mauritanie. Direction Générale des Études. Direction des Études et des Recherches Économiques Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Études Direction des Études et des Recherches Économiques Note de Conjoncture Économique Novembre 2013 Janvier 2014 1 Sommaire 1. Secteur réel... 3

Plus en détail

Produit intérieur brut par industrie au Québec

Produit intérieur brut par industrie au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE Produit intérieur brut par industrie au Québec Janvier 2015 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

STATISTIQUES PORTUAIRES

STATISTIQUES PORTUAIRES Analyse du trafic STATISTIQUES PORTUAIRES Le trafic de marchandises au Port de Conakry en 2013 a été de 7.299.039 tonnes contre 7.036.108 tonnes en 2012 soit une hausse de 3,64% I- Le trafic à l import

Plus en détail

COMMENTAIRE SUR LE TRAFIC DU PORT DE COTONOU DU MOIS DE JUIN2013/2012 ET DU CUMUL DE JANVIER A JUIN2013/2012

COMMENTAIRE SUR LE TRAFIC DU PORT DE COTONOU DU MOIS DE JUIN2013/2012 ET DU CUMUL DE JANVIER A JUIN2013/2012 PORT AUTONOME DE COTONOU DIRECTION COMMERCIALEET DU MARKETING SERVICE DES ETUDES, DES STATISTIQUES ET DES PERFORMANCES COMMENTAIRE SUR LE TRAFIC DU PORT DE COTONOU DU MOIS DE JUIN2013/2012 ET DU CUMUL

Plus en détail

Chapitre 17 : INDUSTRIES

Chapitre 17 : INDUSTRIES Chapitre 17 : INDUSTRIES 1. Présentation... 2. Méthodologie... 3. Sources de documentation... 4. Graphiques... 5. Tableaux... LISTE DES TABLEAUX Tableau 17. 1: Indice de la production industrielle (base

Plus en détail

Février 2015 Numéro 54

Février 2015 Numéro 54 MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DE LA POPULATION REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Foi INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE contact: cnpe.mali@afribonemali.net Site : www.instat.gov.ml

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 DIRECTION DE L'EXPANSION ECONOMIQUE DIVISION DES STATISTIQUES ET DES ETUDES ECONOMIQUES SOMMAIRE Pages PREAMBULE 1 CHAPITRE n 1 - LES RESULTATS ANNUELS 3

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

TRAFIC MARCHANDISES 2014

TRAFIC MARCHANDISES 2014 TRAFIC MARCHANDISES En, les trafics marchandises atteignent 3,3 millions de tonnes, soit le cinquième meilleur tonnage de l histoire du port. Évolution du trafic global de marchandises en tonnage brut

Plus en détail

Points. forts DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE BILAN. De la Polynésie française COMMERCE EXTÉRIEUR 2013,

Points. forts DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE BILAN. De la Polynésie française COMMERCE EXTÉRIEUR 2013, Points 7 forts BILAN 213 INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE 213, DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE La balance commerciale de la Polynésie française continue

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 341 II. LISTE DES TABLEAUX... 341 III. PRESENTATION... 342 IV. METHODOLOGIE... 342 V. DÉFINITIONS... 342 VI. SOURCES DE DOCUMENTATION...

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

5. Les activités caractéristiques des pôles

5. Les activités caractéristiques des pôles 5. Les activités caractéristiques des pôles 5.1 Question méthodologique Existe-t-il des activités spécifiques des pôles par rapport aux territoires hors pôle? Pour répondre à cette question relativement

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Département Econome. Indicateur de Conjoncture

Département Econome. Indicateur de Conjoncture Département Econome Indicateur de Conjoncture Septembre 211 Conjoncture Economique Sommaire SOMMAIRE... 2 1. CREATIONS D ENTREPRISES... 4 2. CONSOMMATION... 4 3. TOURISME... 5 4. BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS...

Plus en détail

Transformation alimentaire

Transformation alimentaire Le secteur de la transformation alimentaire Selon les données du ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation (MAPAQ), le secteur de la transformation alimentaire compte quelque 2 100

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Note sur les indices mensuels des prix du Commerce Extérieur (Août 2014)

Note sur les indices mensuels des prix du Commerce Extérieur (Août 2014) Note sur les indices mensuels des prix du Commerce Extérieur (Août 2014) Rocade Fann Bel-air Cerf-volant. BP 116 Dakar RP -Sénégal Tel 33 869 21 39, Fax 33 824 36 15 ANSD/DSECN /DSC/ BEE/ Indice des Prix

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

La comptabilité nationale

La comptabilité nationale La comptabilité nationale Pol 1900 Christian Deblock Méthodologie et définitionsd Trois sources utiles : Statistique Canada : Matériel pédagogique : http://www.statcan.ca/francais/edu/index_f.htm Gouvernement

Plus en détail

Bref. Ingénieurs Polytech Lille : 5 ans après le diplôme. sur l étude. Janvier 2011. Martine CASSETTE Directrice de l OFIP

Bref. Ingénieurs Polytech Lille : 5 ans après le diplôme. sur l étude. Janvier 2011. Martine CASSETTE Directrice de l OFIP 69 Ingénieurs Polytech Lille : 5 ans après le diplôme La situation professionnelle des ingénieurs Polytech 5 ans après l obtention de leur diplôme est très bonne : non seulement % des diplômés sont en

Plus en détail

Analyse des mouvements au Répertoire des Métiers

Analyse des mouvements au Répertoire des Métiers Analyse des mouvements au Répertoire des Métiers Evolution du nombre d entreprises sur ans Du er janvier 99 au er janvier au er janvier 99 99 99 998 999 nombre d entreprises 9 8 99 8 9 9 Le secteur artisanal

Plus en détail

udesté on it ecl Col

udesté on it ecl Col Collection études LA C EST 49% de la population girondine en 21 * 727 466 habitants (INSEE 21) * 7% de croissance en 1 ans (INSEE) * 27 communes * 4 ème Communauté Urbaine de France (INSEE 28) 53% des

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique

Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Royaume du Maroc Département de l Economie, l des Finances Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Division de l Information l 15 10 5 0-5 -10-15 Tableau de bord annuel de

Plus en détail

1.1.2. L évolution des cours des matières premières exportées par les pays de la Zone franc

1.1.2. L évolution des cours des matières premières exportées par les pays de la Zone franc 1.1.2. L évolution des cours des matières premières exportées par les pays de la Zone franc En 8, les cours des matières premières, à l exception du nickel, ont enregistré à nouveau, en annuelle, une progression

Plus en détail

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998 Les crédits au logement consentis aux ménages en Les crédits nouveaux à l habitat mis en force 1 en ont atteint 341,93 milliards de francs en données brutes 2, contre 307,9 milliards en 1997 (+ 11,1 %).

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 599 Janvier 5 Conjoncture de l immobilier Résultats au troisième trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Août 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BILAN 2013 DE LA NAVIGATION ET DU PORT DE LYON EDOUARD HERRIOT : UNE ANNEE CONTRASTEE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BILAN 2013 DE LA NAVIGATION ET DU PORT DE LYON EDOUARD HERRIOT : UNE ANNEE CONTRASTEE BILAN 2013 DE LA NAVIGATION ET DU PORT DE LYON EDOUARD HERRIOT : UNE ANNEE CONTRASTEE En 2013, le trafic de marchandises sur le Rhône a progressé de 5,5% tandis que l activité du Port de Lyon Edouard Herriot

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015. Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure

Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015. Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 22 juin 2015 Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015 Aperçu de

Plus en détail

Chapitre 6 : Le secteur des transports

Chapitre 6 : Le secteur des transports Vue d ensemble La consommation d énergie et les émissions de GES du secteur des transports Figure 6.2 Émissions de GES par secteur, 2005 (en pourcentage) Le secteur des transports s est classé au deuxième

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 58 Juillet Conjoncture de l immobilier Résultats au premier trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière au premier

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Panneaux de particules et panneaux de fibres

Panneaux de particules et panneaux de fibres de particules et panneaux de fibres De création récente puisque la première usine de fabrication de panneaux de particules a été construite en France en 1953, cette industrie a connu un essor remarquable.

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION (I.H.P.C.) POUR LES PAYS MEMBRES DE L'U.E.M.O.A.

REPUBLIQUE TOGOLAISE. INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION (I.H.P.C.) POUR LES PAYS MEMBRES DE L'U.E.M.O.A. REPUBLIQUE TOGOLAISE MINISTERE DE LA PLANIFICATION, DU DEVELOPPEMENT ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DIRECTION GENERALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA COMPTABILITE NATIONALE INDICE HARMONISE DES PRIX A LA

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE REPUBLIQUE TOGOLAISE DES FINANCES ET DES Travail-Liberté-Patrie PRIVATISATIONS -------------- -------------- DIRECTION DE L

MINISTERE DE L ECONOMIE REPUBLIQUE TOGOLAISE DES FINANCES ET DES Travail-Liberté-Patrie PRIVATISATIONS -------------- -------------- DIRECTION DE L MINISTERE DE L ECONOMIE REPUBLIQUE TOGOLAISE DES FINANCES ET DES Travail-Liberté-Patrie PRIVATISATIONS -------------- -------------- DIRECTION DE L ECONOMIE -------------- DIVISION PREVISION ----------------

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

SUR LA SITUATION ECONOMIQUE

SUR LA SITUATION ECONOMIQUE Conférence de presse du 22 juillet 2010 SUR LA SITUATION ECONOMIQUE En vue de faire le point sur la conjoncture de l année 2010 et les tendances de 2011. Avant-propos Comme chacun sait, après plusieurs

Plus en détail

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse DAEJ/CAB/2012/55 31 octobre 2012 Note pour le cahier de la Cellule Economique Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse 1- L activité des entreprises

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development Non classifié C/WP6(2006)28 C/WP6(2006)28 Non classifié Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development 19-Jan-2007 Français - Or. Anglais

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 7533 Paris cedex 1 1 4 15 79

Plus en détail

INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI)

INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI) Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI) Méthodologie et lien avec l indice de la production industrielle (IPI) Atelier sur les

Plus en détail

Conjoncture économique en Loir-et-Cher

Conjoncture économique en Loir-et-Cher Février 0 - N Conjoncture économique en Loir-et-Cher Résultats de l enquête menée entre le er et le 8 février 0 Analyse réalisée sur la base de réponses exploitables La Chambre de et d' de Loir-et-Cher

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN Points 4 forts BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN 214 HAUSSE DES CRÉATIONS D ENTREPRISES INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE En 214, le des créations pures d entreprises dans les secteurs

Plus en détail

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Résumé En 2013, la balance commerciale canadienne a enregistré un déficit réduit de 38% par rapport à 2012 à 7,4 MdCAD (0,4% du PIB), sous l effet

Plus en détail

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai 2011 La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes

Plus en détail

INDICATEURS MENSUELS DES ECHANGES EXTERIEURS

INDICATEURS MENSUELS DES ECHANGES EXTERIEURS è INDICATEURS MENSUELS DES ECHANGES EXTERIEURS IMEE N 09/2011 Le chiffre du mois Les recettes MRE se sont élevées à fin septembre 2011 à 44,1Milliards de dirhams contre 40,7Milliards de dirhams un an auparavant.

Plus en détail

Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier

Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier Territoire 2008 Contexte de l étude Afin de lutter contre le changement climatique et de s adapter au contexte de raréfaction des ressources

Plus en détail

territoire Alpes Sud Isère marché du travail

territoire Alpes Sud Isère marché du travail Direction territoriale ISERE territoire Alpes Sud Isère marché du travail Introduction les demandeurs d emploi Evolution du nombre de demandeurs d emploi Caractéristiques (âge sexe formation qualification

Plus en détail

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX Prix Panorama Evolution générale 2010 2014 De 2010 à 2014, l indice suisse des prix à la consommation (IPC) a reculé de 0,7%. Du côté des producteurs et importateurs, l indice des prix de l offre totale

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Décembre 211 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 21 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

Situation économique des entreprises du commerce de détail au 2 ème trimestre 2015 JUILLET 2015

Situation économique des entreprises du commerce de détail au 2 ème trimestre 2015 JUILLET 2015 Situation économique des entreprises du commerce de détail au 2 ème trimestre 2015 JUILLET 2015 RÉSUMÉ DES RÉSULTATS C O M M E A N T I C I P É E PA R L E S C O M M E R Ç A N T S, L A C T I V I T É D E

Plus en détail

Situation au 1 er trimestre 2013 > par département

Situation au 1 er trimestre 2013 > par département Résultats 1 er trimestre 13 n 31 Juin 13 BULLETIN STATISTIQUE & ÉCONOMIQUE DE LORRAINE 5. MEURTHE-ET-MOSELLE 55. MEUSE 57. MOSELLE. VOSGES Au premier trimestre 13, le repli de l emploi salarié amorcé fin

Plus en détail

Informations Rapides Réunion

Informations Rapides Réunion Informations Rapides Réunion N 7 - Décembre 0 Analyse Résultats comptables des entreprises réunionnaises en 00 Les entreprises marchandes dégagent 6 milliards d euros de valeur ajoutée La valeur ajoutée

Plus en détail