Page 1 sur 10. Chap. 12 LA CIRCULATION ATMOSPHERIQUE GENERALE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Page 1 sur 10. Chap. 12 LA CIRCULATION ATMOSPHERIQUE GENERALE"

Transcription

1 Page 1 sur 10 Chap. 12 LA CIRCULATION ATMOSPHERIQUE GENERALE - Déterminer les causes de la circulation atmosphérique ; - Décrire le mécanisme de la circulation atmosphérique générale et ses variations ; - Identifier les conséquences des mouvements de l atmosphère. INTRODUCTION La circulation générale 1 est le mouvement à l'échelle planétaire de la couche d'air entourant la Terre qui redistribue la chaleur provenant du Soleil en conjonction avec la circulation océanique. l ensemble des grands mouvements horizontaux et verticaux de l atmosphère sur toute l étendue du globe. Ces mouvements s ajoutent aux conditions locales de radiation pour déterminer les zones et les régions climatiques. Trois faits essentiels sont à retenir : - Chaque hémisphère est divisé en trois bandes zonales de pression : les basses pressions équatoriales, les hautes pressions subtropicales, les basses pressions polaires. Les grands mouvements horizontaux et verticaux résultent de cette répartition. - Tout le système de pressions et de vents se déplace en latitude selon la saison, ce qui entraine, sur un même lieu, des différences considérables de circulation et de temps entre l été et l hiver. - Au-dessus de 3 km d altitude, l air circule presque partout de l Ouest à l Est, et ces grands vents d Ouest décrivent des méandres horizontaux qui déterminent les caprices du temps dans les basses couches et au contact du sol. I- LES CAUSES DE LA CIRCULATION GENERALE : LES ZONES DE PRESSION ET LES CELLULES DE CONVECTION La circulation atmosphérique est le mouvement à l échelle planétaire de la couche d air entourant la Terre qui redistribue la chaleur provenant du Soleil en conjonction avec la circulation océanique. En effet, comme la Terre est un sphéroïde, la radiation solaire incidente au sol varie entre un maximum aux régions faisant face directement au Soleil, situé selon les saisons plus ou moins loin de l équateur, et un minimum à celles très inclinés par rapport à ce dernier, proches des Pôles. La radiation réémise par le sol est liée à la quantité d énergie reçue. Il s en suit un réchauffement différentiel entre les deux régions. Le déséquilibre ainsi créé a pour conséquence des différences de pression, qui sont à l origine de la circulation atmosphérique. Le moteur principal des mouvements atmosphériques est le soleil. Celui-ci réchauffe la surface de la Terre, qui réchauffe à son tour l air ambiant. Des mouvements ascendants se créent, mais en s élevant, l air se refroidit, environ 1 C tous les 100 m dans la troposphère, couche de l atmosphère où se déroule la quasitotalité des phénomènes météorologiques. L air redescend alors vers le sol. Cette 1 La circulation générale atmosphérique est la description des mouvements de l atmosphère à grande échelle Elle est caractérisée par une grande variabilité mais elle présente certains caractères permanents ou saisonniers présentés ici.

2 Page 2 sur 10 circulation constitue un courant de convection, classique dans tous les fluides que l on chauffe (une casserole d eau par exemple). De telles boucles de circulation porte le nom de cellule. Les différentes cellules sont disposées en bandes selon les latitudes : c est une organisation zonale. On distingue trois zones de circulation des vents entre l équateur et les Pôles. La première zone est celle de Hadley qui se situe entre l équateur et 30 degrés N et S où l on retrouve des vents réguliers soufflant du nord-est dans l hémisphère nord et du sud-est dans celui du sud : les alizés. Les navigateurs à voile ont depuis longtemps utilisés cette zone de vents réguliers pour traverser les océans. La seconde se situe aux latitudes moyennes et est caractérisée par des systèmes dépressionnaires transitoires sous une circulation d altitude généralement d ouest, c est la cellule de Ferrel. Finalement, la cellule polaire se retrouve au nord et au sud du 60ième parallèle avec une circulation de surface généralement d est. Entre ces trois zones, on retrouve les courant-jets circulant autour de la planète à une altitude variant entre 10 et 15 km et qui sont le lieu de frontogénèses. La circulation générale atmosphérique ainsi définie, assure 70% à 80% du transfert de l énergie entre les régions à bilan radiatif positif et celles à bilan radiatif négatif. Elle joue un rôle considérable dans le cycle de l eau, assurant le transport d énormes quantités de vapeur d eau. Le déplacement des masses d air conditionne le climat des diverses régions de la planète. L énergie à l origine des mouvements atmosphériques provient du soleil. La rotation de la Terre et l apport d énergie différencié selon la latitude et la saison [1] permettent d expliquer certains caractères permanents ou saisonniers de la circulation générale. P O S I T I O N D E L A T E R R E A U C O U R S D E S A R É V O L U T I O N A U T O U R D U S O L E I L E N U N E A N N É E ( S A I S O N S D E L ' H É M I S P H È R E N O R D ) Du point de vue énergétique, le système Terre-atmosphère est globalement en équilibre (le rayonnement infrarouge émis vers l'espace est compensé par le rayonnement solaire absorbé). Les pertes sont donc égales aux gains. Mais les différentes zones de ce système ne sont pas séparément en équilibre :

3 Page 3 sur 10 entre l'équateur et les Tropiques, les gains sont supérieurs aux pertes des latitudes tempérées aux pôles, les pertes sont supérieures aux gains De même, les différentes parties de ce système ne sont pas séparément en équilibre : à la surface et quelle que soit la latitude, les gains sont supérieurs aux pertes pour l'atmosphère, aux latitudes inférieures à 40 les gains sont supérieurs aux pertes alors qu'aux latitudes supérieures, c'est le contraire Or, en moyenne annuelle, la température est partout à peu près constante. Il est donc nécessaire que des transferts d'énergie s'effectuent : de l'équateur vers les pôles par une circulation méridienne permettant le transport d'énergie excédentaire des basses latitudes vers les zones polaires. Ce transport est réalisé essentiellement par l'atmosphère (60%) à travers les champs de pression et par les océans (40%) de la surface vers l'atmosphère par les flux de chaleur sensible (convection) et par les flux de chaleur latente (évaporation-condensation) Tout cela contribue aux mouvements de l'air atmosphérique et donc à la circulation générale. A- Les cellules de convection 2 Le moteur principal des mouvements atmosphériques est le soleil. Celui-ci réchauffe la surface de la Terre, qui réchauffe à son tour l'air ambiant. Des mouvements ascendants se créent, mais en s'élevant, l'air se refroidit, environ 1 C tous les 100 m dans la troposphère, couche de l'atmosphère où se déroule la quasi-totalité des phénomènes météorologiques. L'air redescend alors vers le sol. Cette circulation constitue un courant de convection, classique dans tous les fluides que l'on chauffe (une casserole d'eau par exemple). De telles boucles de circulation porte le nom de cellule. Les différentes cellules sont disposées en bandes selon les latitudes : c'est une organisation zonale. Le modèle de circulation générale proposé comporte six cellules de convection : deux cellules équatoriales dans le sens direct dites cellules de Hadley 3, deux cellules à circulation inverse des précédentes dites cellules de Ferrel et deux cellules polaires à nouveau à circulation directe. - La cellule de Hadley Il s'agit d'une cellule thermique caractérisée par une expansion ascendante près de l'équateur et divergeant en altitude vers les pôles (anticyclone). Cette zone convective 2 Dans un champ de gravitation, toute différence de température dans un liquide ou un gaz modifie sa densité, un mouvement se produisant alors au sein du fluide du fait de la poussée d'archimède. Ce mouvement de brassage, dans lequel les parties les plus chaudes du fluide ont tendance à s'élever et les parties froides et denses à descendre, s'appelle convection. Le mouvement du fluide peut être naturel ou forcé. Les mouvements dus uniquement à des différences de température du fluide constituent la convection naturelle. La convection forcée est obtenue en soumettant le fluide à une augmentation de pression, le mouvement se déclenchant alors selon les lois de la mécanique des fluides. Exemple de convection naturelle : le chauffage d'une pièce par un radiateur correspond à une élévation d'air chaud le long des murs, l'air plus frais étant aspiré vers le radiateur. L'air chaud ayant tendance à s'élever et l'air frais à descendre, on doit installer les radiateurs près du sol et les appareils de climatisation près du plafond pour garantir une efficacité maximale du dispositif de chauffage. La convection naturelle favorise la montée de l'eau chaude et de la vapeur dans les chaudières, ainsi que le phénomène d'aspiration dans les cheminées. La convection explique également les mouvements des grandes masses d'air autour de la Terre, l'action des vents, la formation des nuages, et les courants océaniques. 3 Une dans chacun des deux hémisphères.

4 Page 4 sur 10 crée une région de basses pressions appellée la Zone de Convergence Intertropicale (ITCZ), également dénommée le front intertropical. Cette zone provoque en réaction un courant de subsidence à 30 de latitude qui converge vers l'équateur en surface; ce sont les alizés ("trade winds"). - La cellule de Ferrel C'est une cellule thermique indirecte qui assure la circulation de l'air entre la haute pression subtropicale et la dépression subpolaire. - La cellule Polaire Il s'agit d'une cellule thermique qui résulte du flux polaire orienté d'ouest en Est. Figure 10: distribution des pressions à la surface du globe et système des vents. Figure 11: Distribution des cellules zonales dans l'hémisphère nord. La cellule équatoriale est la cellule de Hadley, la cellule moyenne celle de Walker. B- Les champs de pression déterminent la circulation générale de l atmosphère 1- La répartition des champs de pression et leur origine

5 Page 5 sur 10 La circulation générale atmosphérique, c est-à-dire le mouvement global des masses d air sur le globe, s effectue exclusivement dans la troposphère. Située à la base de l'atmosphère, la troposphère est animée de puissants mouvements qui brassent l'air en permanence : des mouvements verticaux, liés à des contrastes de températures (processus convectifs) et des mouvements horizontaux, engendrés par des différences de pression atmosphérique au niveau du sol. La densité de l'air dépend de sa température : l'air chaud plus léger s'élève; au contraire l'air froid, plus lourd se tasse vers le sol. Ainsi, au contact du sol, dans certaines régions, l'air s'échauffe, devient donc plus léger et s'élève : il se produit une ascendance. En montant, l'air se détend car la pression de l'air est moindre et se refroidit (décroissance de la température avec l'altitude). Le mouvement ascendant se poursuit jusqu'à ce que l'air ait atteint la température du milieu environnant. L'ampleur du mouvement dépendra de l'échauffement de l'air au départ mais aussi de son degré d'hygrométrie. En effet, un air sec voit sa température diminuer de 1 C tous les 100m, alors que pour un air saturé en eau, la température ne diminue que de 0,5 C tous les 100 m car la condensation de l'eau au cours de l'ascendance libère de la chaleur. Inversement, de l'air plus froid que l'air ambiant, plus lourd, va descendre vers le sol, se comprimer et se réchauffer : on parle de subsidence. Dans les régions d'ascendance, la pression atmosphérique est inférieure à la moyenne estimée à 1015 hectopascals, il se forme une dépression. Au contraire, dans les zones de subsidence, la pression atmosphérique s'élève : il y a formation d'un anticyclone. La répartition spatiale des hautes et des basses pressions varie au cours de l'année 4 et constitue le champ de pression (voir figure 10). Au niveau de la mer : En étudiant la répartition moyenne de la pression, on constate que la troposphère est segmentée en plusieurs systèmes et courants : - un centre anticyclonique au Pôle - une dépression subpolaire à 60 N - un anticyclone subtropical à 30 N - une convergence intertropicale près de l'équateur (ITCZ) Les champs de pression s expliquent de la manière suivante : puisque le Soleil est voisin de la verticale sur l équateur et les tropiques, la température de l air sera donc la plus élevée sur toute cette zone intertropicale et sur ses bordures Nord et sud. Or la pression en altitude est d autant plus forte que l air est chaud (En effet, la pression décroit normalement lorsqu on s élève. Mais cette décroissance est plus rapide dans l air froid lourd que l air chaud léger. Dans ces conditions, même si la pression totale à la base, c est-à-dire au sol, est plus forte dans l air froid, en raison de l effet de densité des basses couches, la décroissance verticale accélérée dans ce même air froid entraine rapidement (vers 2 ou 3 km) un déficit par rapport à l air chaud situé au même niveau. En altitude, les masses chaudes déterminent donc des pressions plus élevées que les masses froides. La fig. 3 page 47 du document de géographie 4 Une ceinture d anticyclones presque permanents entoure chaque hémisphère aux latitudes subtropicales, entre 25 0 et 35 0 de latitude. L ensemble de tous ces anticyclones constitue les hautes pressions subtropicales. Sur l hémisphère boréal, on note ainsi : l anticyclone du Pacifique, à l Ouest de la Californie, l anticyclone atlantique centré sur les Açores. Sur l hémisphère Sud, c est l anticyclone de l Océan Indien, entre Madagascar et l Australie, l anticyclone Pacifique entre l Australie et le Chili, l Anticyclone de Sainte-Hélène entre le Brésil et l Afrique. Ces hautes pressions se limitent aux Océans parce le frottement vide les anticyclones sur les continents

6 Page 6 sur 10 photocopié montre que le mouvement de l air, qui va toujours de l air froid vers l air chaud au niveau du sol s inverse dans les couches élevées.). Au sol, d autre part, l air des coulées polaires, envoyé très loin au Sud à l arrière des familles de cyclones, parvient jusqu à 30 0 de latitude environ. Cet air froid s étale fortement et s affaisse donc en fin de course (écartement des méridiens vers le Sud). Les latitudes subtropicales représentent alors un site unique sur la planète, un site qui permet à la fois la présence d air froid polaire dans les basses couches et d air chaud tropical en altitude. Cette superposition construit les anticyclones mixtes 5, très puissants et stables. Plus au Nord, il manque l air chaud supérieur, puisque le Soleil est trop bas sur l horizon ; plus au Sud, il manque l air froid inférieur, parce que les coulées n y parviennent pas. Toute la circulation dérive maintenant de cet excès de pression et de ce mouvement descendant au voisinage des tropiques 6. L air s écoule des hautes pressions vers les basses pressions (voir fig. page 46 document photocopié de géographie). Ainsi, les anticyclones répandent l air de leur centre vers l extérieur, soufflant sur les régions voisines. Inversement, les dépressions aspirent l air périphérique de pression plus forte. 2- Répartition des masses d'air 7 et différents vents A cette répartition correspond une circulation générale en surface, ainsi caractérisée : - des vents d'est polaires, du pôle jusque 60 N, ou courant polaire d'est - des vents d'ouest de 60 N à 30 N, ou courant tempéré d'ouest - des vents de secteur est, entre 30 N et l'équateur, dits alizés; ils soufflent du nord-est dans l'hémisphère nord, et du sud-est au sud de l'équateur. Ils donnent naissance à la zone de convergence intertropicale. Les secteurs interzones, où le vent est faible, s'y détachent tout aussi clairement : - près du Pôle Nord, - les calmes subtropicaux, - les calmes équatoriaux ("doldrums") ou "pot-au-noir", ainsi baptisé en raison des nuages épais et des pluies abondantes que connaît cette région. 5 L anticyclone mixte comporte à la base de l air très froid et au sommet de l air anormalement chaud. La pression est très forte à tous les niveaux, d où la puissance et la durée de cet anticyclone étendu à toute la troposphère et non plus seulement au premier kilomètre. (Voir page 48 document de géographie photocopié). 6 Les champs de vent et de pression représentés ci-dessus déterminent la circulation horizontale de l'air autour du globe terrestre. Ces mouvements sont très variables mais certaines variations sont tout à fait prévisibles. 7 (Voir fichier «masses d air et circulation générale) L'air qui stagne ou se déplace très lentement sur une région géographique à caractéristiques constantes, tend à devenir homogène dans le plan horizontal et à acquérir les caractéristiques thermiques et hygrométriques de cette région pour peu que la durée de contact soit suffisante. Ainsi, de l'air qui stagne sur un continent froid et sec devient lui-même froid et sec; de même, de l'air qui stagne sur un océan chaud devient chaud et humide. Ces blocs d'air ainsi homogénéisés sont appelés des "masses d'air". Les régions où elles prennent naissance sont appelées les "sources". Une masse d'air théorique peut être définie comme une portion de l'air troposphérique dont les caractéristiques (température et humidité) sont constantes dans le sens horizontal et ceci à tous les niveaux. Les caractéristiques d'une masse d'air théorique sont donc : - température constante dans n'importe quel plan horizontal - humidité constante dans n'importe quel plan horizontal D où il découle une même structure verticale (température et humidité) en tout point de la masse d'air. En pratique, les masses d'air ne présentent pas intégralement tous les caractères théoriques d'homogénéité mais s'en rapprochent cependant de manière satisfaisante. Les dimensions horizontales d'une masse d'air sont de l'ordre de 1000 km, leur extension verticale pouvant varier de quelques centaines de mètres à quelques kilomètres.

7 Page 7 sur 10 Ainsi que nous l'avons expliqué dans le modèle tricellulaire, l'anticyclone du Pôle Nord est un anticyclone thermique qui n'existe que dans les basses couches où il agit comme une zone de divergence. La ceinture des anticyclones subtropicaux agit comme zone de divergence, tandis qu'une autre zone de convergence (aux latitudes moyennes) donne naissance au front polaire. En ajoutant les courants verticaux (ascendance dans les régions de convergence, subsidence dans les régions de divergence) nous obtenons une circulation fermée et retrouvons le modèle tricellulaire, telle qu'il est présenté de manière tridimensionnelle sur la figure centrale cidessus. 3- La circulation intertropicale Elle comprend une zone de haute pression au niveau de chaque tropique et une zone de basse pression sous l'équateur appelée la Convergence Intertropicale (CIT). Sur leurs faces équatoriales, les hautes pressions subtropicales dirigent des vents d Est appelés alizés 8. L alizé boréal est un vent de Nord-Est, l alizé austral est un vent de Sud-Est. La zone de convergence des alizés, large de 5 à 10 0 de latitude, correspond alors à une ascendance généralisée. Cette zone s appelle la convergence intertropicale. Elle entraine des pressions basses, comme toute convergence : ce sont les Basses Pressions Equatoriales. Le circuit tropique-équateur est alors amorcé, et l air équatorial ascendant diverge vers les tropiques où il retombe puisque l air anticyclonique qui s affaisse l entraine vers le sol. En effet, à partir de 2 km et jusqu au sommet de la troposphère, c est-à-dire sur une épaisseur de 10 km au moins, l air s écoule de l air chaud vers l air froid. L impulsion de ce mouvement d aller-retour vient des tropiques et non de l équateur comme le pensaient les anciens théoriciens (théorie de la cheminée équatoriale 9 ). L ascendance équatoriale n est donc pas le moteur du système, mais seulement la conséquence de la convergence des alizés. Localement, la surface de l'océan surchauffée donne naissance à une forte ascension d'air chaud et humide qui s'enroule sous l'effet de la force géostrophique et donne un cyclone tropical. 2- La circulation en zones tempérées et froides (jet-stream) Sur les faces polaires, les hautes pressions subtropicales dirigent des vents de Sud-Ouest (hémisphère Nord) ou de Nord-Ouest (hémisphère Sud). Ce flux d air chaud tropical converge (Westerlies) vers l air froid des coulées polaires, et il en résulte un front polaire aux latitudes moyennes de chaque hémisphère. Nous savons que ces deux fronts ondulent sans cesse sous 8 Ce sont ces alizés qui ont porté Colomb vers le Nouveau Monde. 9 Selon cette théorie, les hautes pressions résultaient de la retombée de l air équatorial. On pensait alors que l air surchauffé de l Equateur s élevait sans cesse en raison de sa chaleur, divergeait ensuite en altitude vers le Nord et vers le Sud (contre-alizé), et s affaissait ensuite lorsqu il était refroidi et alourdi en s éloignant de la fournaise équatoriale. Cette explication n est pas exacte puisque l équateur n est pas la région la plus chaude du globe, en raison précisément de la nébulosité et des pluies qui résultent de l ascendance. Les températures les plus élevées du monde ont été observées au contraire aux latitudes subtropicales où les hautes pressions entrainent la limpidité de l air et une insolation maximum : 56,6 0 dans la Vallée de la Mort (Californie, 36 0 N), 53 0 à Ouargla (Sahara, 32 0 N), 52,2 0 C à Jacobabad (Bas-Indus, 28 0 N). L air descend donc là où il fait le plus chaud, contredisant l ancienne théorie thermique de la circulation dite de la cheminée équatoriale.

8 Page 8 sur 10 l impulsion des coulées et engendrent les cyclones norvégiens. Les cyclones circulent donc en permanence sur les zones tempérées et polaires, boréale et australe. Cette convergence généralisée entraine alors un déficit de pression sur toute la zone : Basses Pressions Polaires 10. Toutes les latitudes comprises entre 35 0 et 90 0 possèdent en effet un trait commun : elles subissent l assaut répété des coulées polaires et des cyclones engendrés par ces coulées. Certes, des langues chaudes tropicales progressent vers le Nord, mais nous savons que ces langues (secteurs chauds des cyclones) sont vite soulevées par l air froid et rejetées vers les hautes couches. L affrontement des vents polaires (orientés nord-est / sud-ouest dans l hémisphère Sud et sudest / nord-ouest dans l hémisphère Nord) avec les vents d ouest, les westerlies, (orientés sudouest / nord-est dans l hémisphère Nord et nord-ouest / sud-est dans l hémisphère Sud) matérialise les fronts polaires dans les deux hémisphères, le long desquels s établissent les jetstreams. Il s agit de vents très rapides (500 km/h), circulant d ouest en est dans la tropopause, frontière entre la troposphère et la stratosphère, à une altitude de l ordre de m. Ils se situent également à l interface de deux cellules de convection atmosphérique majeures : la cellule polaire de Hadley et la cellule intermédiaire de Ferrel. En effet, il y a un fort contraste thermique entre la zone intertropicale très chaude (jamais atteinte par les coulées), et la zone «polaire», brassée et refroidie régulièrement par ces coulées. Le contraste vaut naturellement en altitude, et il s accompagne d une forte différence de pression à la limite de l air chaud et de l air froid, c est-à-dire vers le 35 e parallèle. Etant donné qu en altitude, l air chaud crée des hautes pressions, et l air froid des basses pressions, il y a un puissant courant qu on observe vers 10 km, à cette latitude de 35 0, et qui se dirige de l Ouest vers l Est : le jet-stream. Sa vitesse (500 km/h) résulte du gradient très fort de pression au contact des deux masses polaire et tropicale très différenciées. Le courant-jet surplombe toujours la zone de confrontation entre l air chaud venu du sud et l air froid du nord. Des perturbations naissent et se développent en permanence sous le courant-jet. Ces mouvements tourbillonnaires d altitude sont à l origine des dépressions atmosphériques qui traversent nos régions tempérées. Cette activité incessante permet le transfert de chaleur entre les régions équatoriales et polaires. Ces mouvements tourbillonnaires d altitude sont à l origine des dépressions atmosphériques qui traversent les régions tempérées. Le courant-jet existe dans les deux hémisphères. Il est cependant beaucoup plus irrégulier et complexe dans l hémisphère Nord que dans l hémisphère Sud. II- LES VARIATIONS SAISONNIERES DE LA CIRCULATION ATMOSPHERIQUE GENERALE OU LE BALANCEMENT SAISONNIER DES ZONES DE PRESSIONS ET DE VENTS (Voir de préférence pages 64 et 65 du document photocopié de géographie) La circulation atmosphérique générale subit des variations saisonnières, conséquence de la position de la Terre par rapport au Soleil. 10 L expression polaire s applique ici à l ensemble zone tempérée + zone polaire.

9 Page 9 sur 10 Déplacement des cellules de Hadley En juin-juillet-août, du fait de l'inclinaison de la Terre dans l'hémisphère nord, la zone qui reçoit le plus de chaleur de la part du soleil se trouve au voisinage de 10 de latitude nord. C'est donc l'hémisphère sud qui est le plus déficitaire en énergie. La cellule de Hadley sud y est alors la plus intense. En conséquence, la ZCIT se déplace vers le nord. Elle apporte la pluie dans les zones sahéliennes (sud du Sahara), tandis que les précipitations des latitudes tempérées se déplacent vers le nord. En décembre-janvier-février, c'est dans l'hémisphère nord que la cellule de Hadley est la plus importante. Le voile de cirrus sur l'afrique du Nord atteint parfois l'egypte. Le déplacement de la ZCIT se fait vers le sud. La saison sèche commence au Sahel et la pluie tombe dans le nord du désert de Kalahari (Bostwana), tandis que les précipitations liées au front polaire sont responsables de la saison humide au nord du Sahara. Dépression tropicale et cyclone A partir de la fin du mois d'août et jusqu'à la moitié du mois d'octobre, les paquets nuageux (cumulonimbus) que l'on voit au-dessus du Golfe de Guinée peuvent atteindre les côtes américaines en s'amplifiant. On parle alors de dépression tropicale et de cyclone. Pour qu'un cyclone se crée, il faut un fort contraste entre la température de l'océan et celle de l'atmosphère. Ainsi, la formation d'un cyclone nécessite une température de l'océan supérieure à 26 C. Les perturbations du front polaire Le contact entre les masses d'air froid d'origine polaire et les masses d'air chaud d'origine tropicale, se fait le long du front polaire. Le front polaire n'est pas une ligne continue. Sa forme dépend des différences de pression entre les continents et les océans. Sa position varie en latitude selon les saisons. Il s'étend vers le sud en hiver (40 de latitude) et est rejeté vers le nord en été (Scandinavie) dans l'hémisphère nord. L'air polaire et l'air tropical s'affrontent en permanence le long du front polaire. De cet affrontement, naissent les perturbations du front polaire, où des "bulles" d'air chaud tropical sont soulevées et progressivement intégrées dans l'air froid polaire. Le front polaire constitue donc un lieu d'échanges thermiques entre zones chaudes et zones froides. Une perturbation est toujours associée à une cellule dépressionnaire, conséquence du soulèvement de l'air chaud donc léger par l'air froid et dense. Un tourbillon (ou vortex) apparaît, se creuse et se déplace d'ouest en Est. Les vents peuvent atteindre jusqu'à 150 km/h selon l'importance de la dépression. Les zones dépressionnaires voisines des 60 ème de latitude Nord et Sud sont plus importantes en hiver qu'en été ce qui a pour conséquence d'engendrer une circulation perturbée d'ouest plus rapide et plus virulente en hiver. L'influence des masses continentales

10 Page 10 sur 10 Dans la majorité des cas observés, les centres d'action principaux (anticyclone ou dépression) sont fractionnés en plusieurs centres d'action d'importance plus ou moins grande. Ce morcellement est le résultat de l'influence thermique des grandes masses continentales surtout réparties dans l'hémisphère Nord. Il apparaît donc presque exclusivement dans l'hémisphère nord. En hiver, la brièveté du jour, l'obliquité des rayons solaires et l'enneigement persistant des sols donnent sur les régions septentrionales de l'asie et de l'amérique des centres thermiques froids, donc des zones de haute pression continentales (anticyclone de Sibérie par exemple) qui perturbent la continuité de l'axe dépressionnaire des 60 ème de latitude Nord. En été, les zones subtropicales des grands continents emmagasinent beaucoup de chaleur. Comme ces régions sont en général des déserts, l'air s'y échauffe très fortement. L'air des basses couches de l'atmosphère (troposphère) voit alors sa densité diminuer au fur et à mesure qu'il s'échauffe. Sa pression a donc tendance à baisser. IL y a formation de dépressions d'origine thermique (Amérique de Nord, Indes Pakistan). La zone de convergence intertropicale coïncide alors plus ou moins avec ces dépressions thermiques (aux Indes par exemple). La ceinture anticyclonique subtropicale est alors interrompue. III- LE FLUX GENERALISE D OUEST ET L ONDE PLANETAIRE (Voir page 67 document photocopié de géographie)

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Notion de physique de l'atmosphère + Complément Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. Bilan radiatif de la Terre et effet de serre Le Soleil et la Terre rayonnent dans des gammes de longueur d

Plus en détail

La circulation à la surface des océans

La circulation à la surface des océans La circulation océanique La surface des océans n est jamais immobile. Un transport de colossales quantités d eau et d énergie s opère à travers un système de circulation à l échelle du globe. Les courants

Plus en détail

Module F02 - Changements climatiques contemporains et futurs

Module F02 - Changements climatiques contemporains et futurs Module F02 - Changements climatiques contemporains et futurs Romain MARTEAU Contact : Romain.Marteau@u-bourgogne.fr 1. Le système climatique : Rappels des facteurs déterminants du système climatique Plan

Plus en détail

Les perturbations tempérées. CO1 Climatologie et hydrologie

Les perturbations tempérées. CO1 Climatologie et hydrologie Les perturbations tempérées CO1 Climatologie et hydrologie Le plan du TD Les moyennes latitudes Les masses d air et le front polaire Les masses d air primaires Le modèle norvégien Le modèle récent La cyclogénèse

Plus en détail

La mousson indienne. CO1 Climatologie et hydrologie

La mousson indienne. CO1 Climatologie et hydrologie La mousson indienne CO1 Climatologie et hydrologie Le plan du TD Le contexte climatique et topographique le cycle saisonnier des pluies Le RS absorbé en surface Le cycle saisonnier des températures Les

Plus en détail

2 Expérience: Le climat dans un contenant

2 Expérience: Le climat dans un contenant 1 Circulation atmosphérique et océanique 2 Expérience: Le climat dans un contenant (http://paoc.mit.edu/labguide/circ_exp_fast.html) 3 Circulation atmosphèrique Circulation atmosphérique: Mouvement de

Plus en détail

Définitions de la pression 1. Variations spatio-temporelles de la pression 2. Les causes des variations de la pression 3. Conclusion 4.

Définitions de la pression 1. Variations spatio-temporelles de la pression 2. Les causes des variations de la pression 3. Conclusion 4. Définitions de la pression 1 Variations spatio-temporelles de la pression 2 Les causes des variations de la pression 3 Conclusion 4 Exercices 5 Défini&on de la pression Rappel sur le poids et la masse

Plus en détail

Thème général: L exploration des océans un défi pour les scientifiques?

Thème général: L exploration des océans un défi pour les scientifiques? Thème général: L exploration des océans un défi pour les scientifiques? Problématique: Dans quelle mesure les scientifiques du XXI e siècle réussissent-ils à perfectionner les techniques de recherche du

Plus en détail

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée REGULATION 1/9 I. Présentation 1. Structure d'un système asservi L'objectif d'un système automatisé étant de remplacer l'homme dans une tâche, nous allons pour établir la structure d'un système automatisé

Plus en détail

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère Réception du rayonnement solaire à la limite de l atmosphère Processus d appauvrissent du rayonnement solaire par les différentes couches atmosphérique

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

La théorie de la dérive des continents

La théorie de la dérive des continents Géo / Fiche 16 La tectonique des plaques La théorie de la dérive des continents Jusqu'à la fin du XIX è siècle, les scientifiques pensaient que les continents n'avaient pas bougé les uns par rapport aux

Plus en détail

Tours solaires : une alternative énergétique

Tours solaires : une alternative énergétique Tours solaires : une alternative énergétique Ah que c est beau ces oiseaux qui volent sans un battement d aile, spiralant avec grâce dans l azur, imités par les planeurs et autres objets ailés sans moteur.

Plus en détail

CHAPITRE 01 Les mécanismes élémentaires

CHAPITRE 01 Les mécanismes élémentaires INTRODUCTION Définition de la problématique Le climat méditerranéen est un climat de transition entre la zone tempérée et la zone tropicale. Souvent, barré par les chaînes montagneuses proches du littoral,

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR (ER 10)

LA POMPE A CHALEUR (ER 10) LA POMPE A CHALEUR (ER 10) Réchauffer l intérieur d une pièce en captant la chaleur naturelle de l extérieur. 1 INTRODUCTION Depuis quelques années dans notre pays, la pompe à chaleur bénéficie d un regain

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

DESCRIPTION DU FONCTIONNEMENT D UNE POMPE A CHALEUR

DESCRIPTION DU FONCTIONNEMENT D UNE POMPE A CHALEUR 1) Introduction : DESCRIPTION DU FONCTIONNEMENT D UNE POMPE A CHALEUR Respect de l environnement : Les réserves de combustibles fossiles comme le gaz naturel et le pétrole sont limitées. La conscience

Plus en détail

Notes du Monastère. Comment faire l ascension? Que verrait-il lors de l ascension? Que ressentirait-il? Comment en revenir?

Notes du Monastère. Comment faire l ascension? Que verrait-il lors de l ascension? Que ressentirait-il? Comment en revenir? Nom : gr : Notes du Monastère L image du bas illustre très bien ce que cherchait à découvrir Frère Bennig. À cette époque, on voyait le ciel comme une voûte sur laquelle le soleil, les étoiles et les planètes

Plus en détail

METEOROLOGIE CAEA 1990

METEOROLOGIE CAEA 1990 METEOROLOGIE CAEA 1990 1) Les météorologistes mesurent et prévoient le vent en attitude à des niveaux exprimés en pressions atmosphériques. Entre le niveau de la mer et 6000 m d'altitude, quels sont les

Plus en détail

Synthèse du cours n 1

Synthèse du cours n 1 Synthèse du cours n 1 - Le climat? intégration temporelle du «temps qu'il fait» - Résultat de la combinaison de plusieurs facteurs : Certains sont fixes comme la forme de la terre, le relief, la répartition

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

La pompe à chaleur : une technique de chauffage d'actualité

La pompe à chaleur : une technique de chauffage d'actualité La pompe à chaleur : une technique de chauffage d'actualité La récente augmentation de prix du fuel domestique et les primes octroyées par les compagnies d'électricité et, dans certains cas, par les régions,

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique n est plus sur l axe, il n y a plus très denses au voisinage d une courbe Pour un point à distance finie, il n y a plus stigmatisme:

Plus en détail

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique Christian Seigneur Cerea Plan Structure verticale de l atmosphère Atmosphère libre et couche limite atmosphérique Transport et dispersion

Plus en détail

Naviguer à La Rochelle. Les effets de site

Naviguer à La Rochelle. Les effets de site 1 Naviguer à La Rochelle La Rochelle est un plan d eau agréable et assez compliqué pour que les régates y soient toujours intéressantes. Quelques recettes simples permettent d éviter les grosses erreurs,

Plus en détail

La tectonique des plaques et la cinématique

La tectonique des plaques et la cinématique La tectonique des plaques et la cinématique Partie 1 En 4 parties Sommaire INTRODUCTION I. PRINCIPES FONDAMENTAUX 1. Le déplacement d une calotte sphérique 2. Les mouvements possibles entre les plaques

Plus en détail

Verre et isolation thermique

Verre et isolation thermique Verre et isolation thermique 2004 1 INTRODUCTION...2 2 LES DIFFÉRENTS TYPES DE RAYONNEMENT...3 3 TRANSMISSION DE CHALEUR À TRAVERS UN VITRAGE...3 3.1 INTRODUCTION...3 3.2 TRANSMISION AU TRAVERS D'UN VITRAGE...4

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

LE SOLEIL. Source d énergie gratuite, pour tout le monde

LE SOLEIL. Source d énergie gratuite, pour tout le monde LE SOLEIL Source d énergie gratuite, pour tout le monde Petite histoire. - Le soleil est, depuis des millions d années, la source d énergie la plus importante sur terre. Les rayons solaires qui parviennent

Plus en détail

Synthèse du cours n 7

Synthèse du cours n 7 Synthèse du cours n 7 - La géographie des pressions > 3 km résulte simplement de la géographie des températures (chaud = expansion de la colonne vers le haut avec élévation des niveaux géopotentiels) avec

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse. Nicolas Merigeau NewCap. Tél. : 01 44 71 94 98 nmerigeau@newcap.fr

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse. Nicolas Merigeau NewCap. Tél. : 01 44 71 94 98 nmerigeau@newcap.fr DOSSIER DE PRESSE COGENTEC, http://www.cogentec.fr, entreprise française spécialisée dans la distribution de solutions de cogénération pour les particuliers et les professionnels, annonce aujourd hui le

Plus en détail

L'ÉNERGIE. La meilleure façon de comprendre l'énergie, c'est de faire une comparaison avec l'humain :

L'ÉNERGIE. La meilleure façon de comprendre l'énergie, c'est de faire une comparaison avec l'humain : L'ÉNERGIE Par définition l'énergie est la grandeur qui représente la capacité d'un système à produire du mouvement. Donc sur un navire, beaucoup d'éléments peuvent transformer une énergie potentielle en

Plus en détail

Où le Soleil se couche-t-il?

Où le Soleil se couche-t-il? ACTIVITÉ DE CLASSE Où le Soleil se couche-t-il? Informations générales Niveau scolaire : Deuxième et troisième cycles du primaire, Secondaire Nombre d élèves par groupe : Activité individuelle Quand :

Plus en détail

Les vitrages zénithaux de faible inclinaison : couverture transparente de vérandas, fenêtres de toit aménagées dans des combles.

Les vitrages zénithaux de faible inclinaison : couverture transparente de vérandas, fenêtres de toit aménagées dans des combles. 2-2.2. Expositions solaires 2-2.2.1. Pathologies à éviter Si les parois d enveloppe sont isolées thermiquement, les conséquences de l exposition solaire ne dépendent que des ouvertures et de leur protection

Plus en détail

1.2. Recopier les formules topologiques des composés C, D et E puis identifier et nommer les groupes caractéristiques.

1.2. Recopier les formules topologiques des composés C, D et E puis identifier et nommer les groupes caractéristiques. Devoir de Sciences Physiques nà3 Calculatrice autorisée Durée : 1h45 La correction tiendra compte du soin apporté à la rédaction, à l argumentation, à la présence de formules littérales et au respect des

Plus en détail

Chauffage de grands espaces

Chauffage de grands espaces 1 Progatec SA Technologie radiants Chauffage de grands espaces Halles industrielles et tertiaires Progatec SA Ch. de la Colice 21 1023 Crissier Tél. 021 637 01 60 Fax. 021 637 01 61 2 Chauffage de halles

Plus en détail

Verre et contrôle solaire

Verre et contrôle solaire Verre et contrôle solaire 2004 1 INTRODUCTION... 2 2 LE RAYONNEMENT ÉLECTROMAGNÉTIQUE... 3 2.1 LES DIFFÉRENTS TYPES DE RAYONNEMENTS... 3 2.2 LE SPECTRE SOLAIRE... 4 3 FACTEURS ÉNERGÉTIQUES ET LUMINEUX...

Plus en détail

Sciences de l atmosphère (SA 2010)

Sciences de l atmosphère (SA 2010) 1 Bastien Gendre Sciences de l atmosphère (SA 2010) 1. Introduction Pourquoi les sciences de l atmosphère sont-elles très importantes? Car elles nous permettent de connaître : - le temps et la météo -

Plus en détail

Lignes de transfert d Energie Electrique

Lignes de transfert d Energie Electrique Plan du cours Généralités Les surtensions Coordination d isolement Les dispositifs de protection contre les surtensions : éclateur et parafoudre 1 Généralités La coordination d isolement est l ensemble

Plus en détail

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan Le climat Fonctionnement de la machine climatique Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan L'évolution du climat L'effet anthropique sur l'évolution du climat L'évolution du climat

Plus en détail

QUAND PARTIR SELON LES CONTINENTS

QUAND PARTIR SELON LES CONTINENTS Page1 QUAND PARTIR SELON LES CONTINENTS Quand partir en Amérique? New York, la République dominicaine et le Mexique Quand visiter les États-Unis et le Canada? Aux États-Unis, certaines périodes sont vraiment

Plus en détail

Science et technologie : Le truc de Newton

Science et technologie : Le truc de Newton Science et technologie : Le truc de Newton Une caractéristique fondamentale de la science c est le lien étroit qui l unit à la technologie. La science cherche les règles du monde matériel et la technologie

Plus en détail

Association d installations d'extinction à eau et d installations d évacuation de fumée et de chaleur

Association d installations d'extinction à eau et d installations d évacuation de fumée et de chaleur Association d installations d'extinction à eau et d installations d évacuation de 1 Objectifs de la protection incendie La protection incendie a pour objet de préserver des intérêts divers, tels que la

Plus en détail

Cartographie de la météo. Cartographie de la météo. Cartographie de la météo. Types de cartes. Table des matières

Cartographie de la météo. Cartographie de la météo. Cartographie de la météo. Types de cartes. Table des matières SCA 7146 INSTRUMENTATION ET TRAVAUX PRATIQUES 3-1 Cartographie de la météo 3-2 Table des matières Types de cartes 3. La cartographie de la météo " Cartes de pression au niveau de la mer Modèle de pointage

Plus en détail

L océanographie physique de la Méditerranée

L océanographie physique de la Méditerranée L océanographie physique de la Méditerranée Auteur : Claude MILLOT Ancien directeur de recherche CNRS L océanographie physique de la mer Méditerranée, c est-à-dire son hydrologie et sa dynamique, dépend

Plus en détail

DOSSIER VANNES 3 VOIES

DOSSIER VANNES 3 VOIES DOSSIER VANNES 3 VOIES REGULATION CIRCUIT DE CHAUFFAGE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT TECHNOLOGIES PRINCIPE DE REGULATION MONTAGE EN MELANGE MONTAGE EN REPARTITION MONTAGE EN DECHARGE MONTAGE EN INJECTION

Plus en détail

Le puits canadien est un procédé géothermique qui apporte une ventilation naturelle à votre logement.

Le puits canadien est un procédé géothermique qui apporte une ventilation naturelle à votre logement. Principe Le puits canadien est un procédé géothermique qui apporte une ventilation naturelle à votre logement. Il profite de la température quasi constante du sol pour réchauffer ou refroidir cet air de

Plus en détail

Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés

Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés Le chapitre précédent a montré la réalité de la tectonique des plaques et notamment la création permanente de lithosphère nouvelle dans l axe des dorsales océaniques.

Plus en détail

Sujet 3 - Formation des nuages

Sujet 3 - Formation des nuages Sujet 3 - Formation des nuages 1 - Qu'est-ce un nuage?... 1 2 - Changements de phase... 1 3 - Relations quantitatives de définition de l humidité de l air... 3 4 - Causes de refroidissement... 8 5 - Les

Plus en détail

Département Aérospatiale et mécanique.

Département Aérospatiale et mécanique. Département Aérospatiale et mécanique. Laboratoire de Thermodynamique Université de Liège Campus du Sart-Tilman - Bâtiment B49 Parking P33 B-4000 LIEGE (Belgium) tel : +32 (0)4 366 48 00 fax : +32 (0)4

Plus en détail

Une lueur dans l aube

Une lueur dans l aube 5 n Photographier le ciel de nuit La lumière zodiacale Une lueur dans l aube Lorsque le ciel est particulièrement limpide, sans aucune source de lumière, ni même la présence d un croissant de lune, il

Plus en détail

Lyon : 685 rue Juliette Récamier Paris : 35 rue Claude Tillier 69 970 Chaponnay 75 012 Paris 12 04 37 23 03 40 01 43 48 06 01 Site internet :

Lyon : 685 rue Juliette Récamier Paris : 35 rue Claude Tillier 69 970 Chaponnay 75 012 Paris 12 04 37 23 03 40 01 43 48 06 01 Site internet : Lyon : 685 rue Juliette Récamier Paris : 35 rue Claude Tillier 69 970 Chaponnay 75 012 Paris 12 04 37 23 03 40 01 43 48 06 01 Site internet : www.becsa.fr La consommation électrique Le cycle frigorifique

Plus en détail

Les solutions pour le refroidissement de l eau pour les condenseurs à eau

Les solutions pour le refroidissement de l eau pour les condenseurs à eau Les solutions pour le refroidissement de l eau pour les condenseurs à eau Généralités o Pour les condenseurs à eau de moyenne et grosse puissance on est amené à prévoir des dispositifs spéciaux permettant

Plus en détail

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces PARtiE 3 Manuel unique, p. 216 ( Manuel de physique, p. 102) Notion de champ séquence 1 Le programme notions et contenus Exemples de champs scalaires et vectoriels : pression, température, vitesse dans

Plus en détail

Vaudaire, joran, rebat, séchard ou dézaley

Vaudaire, joran, rebat, séchard ou dézaley N. Chuard Vaudaire, joran, rebat, séchard ou dézaley la région lémanique est balayée par une multitude de vents différents. «Allez savoir!» vous propose de les découvrir avec Jean-Michel Fallot, un expert

Plus en détail

Nom: Groupe: Date: 4. a) Qu est-ce que la pression atmosphérique? La pression atmosphérique est la pression de l air dans l atmosphère.

Nom: Groupe: Date: 4. a) Qu est-ce que la pression atmosphérique? La pression atmosphérique est la pression de l air dans l atmosphère. Chapitre 7 L atmosphère : la pression atmosphérique En théorie L atmosphère et l espace PAGES 222 À 225 1. Que suis-je? a) La couche d air qui entoure la Terre. b) Le gaz à l origine de la formation des

Plus en détail

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Ce guide est une introduction à l isolation thermique du bâtiment. Il permet de saisir les principales notions techniques entourant

Plus en détail

Terre et Soleil : le Bioclimatisme

Terre et Soleil : le Bioclimatisme Maison Charmeau Cahier Bioclimatisme page 1 /7 Terre et Soleil : le Bioclimatisme La conception bioclimatique de l habitat : Concevoir des bâtiments adaptés au climat local, en utilisant, avec bon sens,

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail

Etude de la déshumidification de l air pour les applications de séchage dans les régions humides

Etude de la déshumidification de l air pour les applications de séchage dans les régions humides Revue des Energies Renouvelables SMSTS 08 Alger (2008 135 144 Etude de la déshumidification de l air pour les applications de séchage dans les régions humides H. Derbal 1*, M. Belhamel 1, A. Benzaoui 2

Plus en détail

Ventilations d habitations, présentation et comparaison

Ventilations d habitations, présentation et comparaison DOSSIER VENTILATION Page 1 / 7 Ventilations d habitations, présentation et comparaison INTRODUCTION Nous passons 90 % de notre temps chez nous, dans des bureaux ou des usines, des moyens de transports,

Plus en détail

L événement 2015/16 et l explication du phénomène

L événement 2015/16 et l explication du phénomène Eidgenössisches Departement des Innern EDI Bundesamt für Meteorologie und Klimatologie MeteoSchweiz Abteilung Klima El Niño L événement 2015/16 et l explication du phénomène Août 2015 El Niño le phénomène

Plus en détail

La g éothermie. démystifiée. master.ca/geo. Chauffez et climatisez votre maison grâce à l énergie renouvelable de votre terrain.

La g éothermie. démystifiée. master.ca/geo. Chauffez et climatisez votre maison grâce à l énergie renouvelable de votre terrain. La g éothermie démystifiée Chauffez et climatisez votre maison grâce à l énergie renouvelable de votre terrain. La géothermie est une solution ingénieuse et efficace en vue de la réduction du réchauffement

Plus en détail

Introduction à la description des systèmes thermodynamiques

Introduction à la description des systèmes thermodynamiques Introduction à la description des systèmes thermodynamiques 1. Définitions et généralités : La Thermodynamique est l étude des échanges d énergie ou de matière. La thermodynamique ne délimite a priori

Plus en détail

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3 La notion de flux thermique La conductance La résistance La convection Principe physique L'effet thermosiphon Nicolas.ixier@grenoble.archi.fr Architectes

Plus en détail

C4. La pompe à chaleur

C4. La pompe à chaleur C4. La pompe à chaleur I. BUT DE LA MANIPULATION Se familiariser avec le fonctionnement d'une pompe à chaleur et en déterminer le coefficient de performance sous différentes conditions d'utilisation. II.

Plus en détail

Le résidentiel en Altitude et dans les Hauts

Le résidentiel en Altitude et dans les Hauts CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS Le résidentiel en Altitude et dans les Hauts Jean-Louis IZARD Enseignant-chercheur à l ENSA-Marseille Laboratoire ABC izard@marseille.archi.fr Avertissement Cet article

Plus en détail

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air.

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air. L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air Les nuages I L air humide et la notion de pression partielle de

Plus en détail

SYSTEME CLIMATIQUE ET COUPLAGES

SYSTEME CLIMATIQUE ET COUPLAGES M2 OASC SYSTEME CLIMATIQUE ET COUPLAGES Frank ROUX (professeur UPS, Laboratoire d'aérologie) PLAN définitions mécanismes du climat observations et modélisation couplages et inerties modes de variabilité

Plus en détail

Guy Favand, Les Energies Solaires et les Energies Renouvelables (EnR) Professeur et Vice-Président de l'o.n.g COEDADE RUP

Guy Favand, Les Energies Solaires et les Energies Renouvelables (EnR) Professeur et Vice-Président de l'o.n.g COEDADE RUP Guy Favand, Les Energies Solaires et les Energies Renouvelables (EnR) Professeur et Vice-Président de l'o.n.g COEDADE RUP Pour mieux comprendre toutes les formes d Energies Solaires, et celles qui sont

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 2 heures Sujet Lampe à incandescence et bilans thermiques...2 I.Lampe à incandescence en régime permanent...2 A.Détermination de la température

Plus en détail

Correction bac blanc janvier 2015

Correction bac blanc janvier 2015 Correction bac blanc janvier 2015 1 ère PARTIE : Evaluation des connaissances (8 points). Temps indicatif 1h30 GÉNÉTIQUE ET ÉVOLUTION 1/5 2ème PARTIE - Exercice 1 - Pratique d'un raisonnement scientifique

Plus en détail

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Relation portance - succion Jacques PARAIRE Géologue Groupe des techniques routières Laboratoire régional de Saint-Brieuc INTRODUCTION RÉSUMÉ Cet article

Plus en détail

ASTRONOMIE DE BASE ATELIERS DE VEGA par JMC

ASTRONOMIE DE BASE ATELIERS DE VEGA par JMC ASTRONOMIE DE BASE ATELIERS DE VEGA par JMC -LES COORDONNEES GEOGRAPHIQUES - LES COORDONNEES HORIZONTALES - LA LUNETTE AZIMUTALE -COMPENSER LA ROTATION DE LA TERRE -ANGLE ARC - DISTANCE -VISEE DU PÔLE

Plus en détail

Vue d ensemble de la gamme de poutres climatiques OKN de Solid Air

Vue d ensemble de la gamme de poutres climatiques OKN de Solid Air Poutres climatiques 2012 2.9 Vue d ensemble de la gamme de poutres climatiques OKN de Solid Air poutre climatique active standard Unité confort poutre climatique passive poutre climatique sur demande Modèle

Plus en détail

Caractéristiques et manuel d installation. du radiateur haute performance à infrarouge long HEATSCREEN

Caractéristiques et manuel d installation. du radiateur haute performance à infrarouge long HEATSCREEN Caractéristiques et manuel d installation du radiateur haute performance à infrarouge long HEATSCREEN 2 versions : HPH-2300 (2300 Watt) HPH-1300 (1300 Watt) 1. Contenu du colis à la livraison 2. Présentation

Plus en détail

LE GUIDE DE LA MAISON ENVIRONNEMENTALE

LE GUIDE DE LA MAISON ENVIRONNEMENTALE Des procédés durables, écologiques et à faible consommation d énergie Pierre Etoile s engage à respecter l environnement au travers de la construction de ses résidences. Terra Natura s inscrit dans cette

Plus en détail

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM METEOROLOGIE Aéroclub Besançon La Vèze F-SO au FL65 over LFQM Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1 L air L atmosphère terrestre L humidité La stabilité, l instabilité La convection/l advection Les masses d air

Plus en détail

Etude expérimentale du séchage convectif de feuilles de laurier dans un séchoir solaire indirect muni d un appoint électrique

Etude expérimentale du séchage convectif de feuilles de laurier dans un séchoir solaire indirect muni d un appoint électrique Revue des Energies Renouvelables SMSTS 08 Alger (2008) 187 192 Etude expérimentale du séchage convectif de feuilles de laurier dans un séchoir solaire indirect muni d un appoint électrique A. Abdedou 1,

Plus en détail

D- Aérodynamique. Si vous augmentez la charge alaire de votre ULM, votre vitesse de décrochage: R : augmente

D- Aérodynamique. Si vous augmentez la charge alaire de votre ULM, votre vitesse de décrochage: R : augmente Brin de laine D- Aérodynamique Un vol dissymétrique se reconnaît par: la non coïncidence du brin de laine avec l'axe longitudinal de l'ulm Un brin de laine placé en vue du pilote dans une zone d'écoulement

Plus en détail

Généralités. Front froid

Généralités. Front froid Apprendre : Les masses d'air, les fronts Tester : Les dictons Pratiquer : Prévoir le temps Prévoir : Les dictons mois par mois Généralités Deux masses d'air de température différente qui se rencontrent,

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

CONDITIONNEMENT DE L'AIR ET CLIMATISATION

CONDITIONNEMENT DE L'AIR ET CLIMATISATION M07 CONDITIONNEMENT DE L'AIR ET CLIMATISATION 18 Heures ISET MAHDIA Techniciens de bureau d études et installateurs. - Connaître le système de fonctionnement d une climatisation, - Connaître l ensemble

Plus en détail

Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes

Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes PHYS-F-314 Electronique Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes G. De Lentdecker & K. Hanson 1 Rappels de la structure atomique Table des matières Semi-conducteurs (intrinsèques et extrinsèques)

Plus en détail

PERMEABILITE DES POLYMERES

PERMEABILITE DES POLYMERES ANVAR PERMEABILITE DES POLYMERES I. NOTIONS SUR LE TRANSPORT GAZEUX DANS LES POLYMERES Il est généralement admis que les gaz traversent les films polymères denses par un processus de "dissolution-diffusion".

Plus en détail

LA REVOLUTION DE LA TERRE AUTOUR DU SOLEIL ET LES SAISONS

LA REVOLUTION DE LA TERRE AUTOUR DU SOLEIL ET LES SAISONS L EVLUTIN DE L TEE UTU DU LEIL ET LE IN Introduction : nous allons ici montrer en quoi la connaissance de la révolution de la terre autour du oleil permet d expliquer les variations du mouvement apparent

Plus en détail

Schémas vus chez les installateurs : Doc 1

Schémas vus chez les installateurs : Doc 1 Chez Mr Y Chez Mr Z Chez Mr T Schémas vus chez les installateurs : Doc 1 Schémas vus chez les installateurs : Doc 2 Schémas vus chez les installateurs : Doc 3 1. Présentation générale 2. Présentation de

Plus en détail

LE CIRCUIT DE REFROIDISSEMENT DÉFINITION :

LE CIRCUIT DE REFROIDISSEMENT DÉFINITION : Page 1 sur 7 LE CIRCUIT DE REFROIDISSEMENT DÉFINITION : Circuit fermé dans le but d'évacuer des calories créées sous forme de chaleur. Le plus souvent, il s agit d eau avec un additif permettant d augmenter

Plus en détail

L isolation éco-biologique

L isolation éco-biologique L isolation éco-biologique thermique Les animaux à sang froid s adaptent à la température du milieu ; les mammifères, eux, ont besoin de maintenir une température interne constante. Pour introduire une

Plus en détail

Loi de gaz parfaits P = ρ rt

Loi de gaz parfaits P = ρ rt Circulation atmosphérique des cellules de Hadley transport de l énergie calorifique entre l équateur et les zones subtropicales (~30 o N et S) angle d incidence l air est beaucoup plus chaud à l équateur

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R P.453-7 ANNEXE 1. L indice n de réfraction radioélectrique de l'atmosphère est donné par la formule suivante: n = 1 + N 10 6 (1)

RECOMMANDATION UIT-R P.453-7 ANNEXE 1. L indice n de réfraction radioélectrique de l'atmosphère est donné par la formule suivante: n = 1 + N 10 6 (1) Rec. UIT-R P.453-7 1 RECOMMANDATION UIT-R P.453-7 Rec. UIT-R P.453-7 INDICE DE RÉFRACTION RADIOÉLECTRIQUE: FORMULES ET DONNÉES DE RÉFRACTIVITÉ (Question UIT-R 201/3) (1970-1986-1990-1992-1994-1995-1997-1999)

Plus en détail

UTILITÉS AIR SERVICE - AIR INSTRUMENT

UTILITÉS AIR SERVICE - AIR INSTRUMENT Ingénieurs en Sécurité Industrielle Risques et Précautions Liés au Matériel UTILITÉS AIR SERVICE - AIR INSTRUMENT I - RÔLE ET CARACTÉRISTIQUES DE L'AIR COMPRIMÉ 1 - Rôle de l'air comprimé... 1 2 - Caractéristiques

Plus en détail

Abécédaire Physique des pôles

Abécédaire Physique des pôles Abécédaire Physique des pôles Albédo C est le rapport entre l énergie solaire réfléchie par un corps et l énergie solaire reçue par ce même corps. Son échelle est de 0 (= pour un objet noir) à 1 (= pour

Plus en détail

année 2015 Bulletin climatologique année 2015 MétéoSuisse Un début d année extrêmement doux Hivernal à partir de la mi-janvier 13 janvier 2016

année 2015 Bulletin climatologique année 2015 MétéoSuisse Un début d année extrêmement doux Hivernal à partir de la mi-janvier 13 janvier 2016 année 2015 MétéoSuisse Bulletin climatologique année 2015 13 janvier 2016 Record de 2014 déjà battu : la température de l année 2015 a connu un écart à la norme 1981-2010 de 1.29 degré, ce qui constitue

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

QUESTIONS SUR LE CHANGEMENT D ÉTAT LIQUIDE GAZ POUR L EAU RÉPONSES

QUESTIONS SUR LE CHANGEMENT D ÉTAT LIQUIDE GAZ POUR L EAU RÉPONSES QUESTIONS SUR LE CHANGEMENT D ÉTAT LIQUIDE GAZ POUR L EAU 1) Si on chauffe uniformément à 80 0 C un récipient fermé plein d eau, est-ce qu une partie de l eau se change en gaz (comme dans le fond de la

Plus en détail

Les calculatrices sont interdites.

Les calculatrices sont interdites. Les calculatrices sont interdites. NB. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut lui

Plus en détail

Production d Énergie. Le Solaire

Production d Énergie. Le Solaire Production d Énergie Le Solaire 1 Énergies renouvelables Caractéristiques des énergies renouvelables prélevées sur des flux naturels et non extraites de stocks qui nécessitent des millions d'années pour

Plus en détail