dossier La vie dans les sous-sols Le mystérieux voyage de notre explorateur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "dossier La vie dans les sous-sols Le mystérieux voyage de notre explorateur"

Transcription

1 dossier La vie dans les sous-sols Le mystérieux voyage de notre explorateur

2 ON EN PARLE 2 Prévenir les accidents de la vie courante Les chiffres parlent d euxmêmes : 11 millions d accidents, 4,5 millions de blessés et morts! Tel est le bilan en France des accidents dits de la vie courante. Pour lutter contre ce fléau, les pouvoirs publics mettent en place un portail internet destiné à prévenir ces accidents. Réalisé par l Institut National de la Consommation, ce site apporte un grand nombre d informations pratiques pour prévenir des accidents tels que les brûlures, les chutes, les intoxications, les produits chimiques, les jouets la liste est longue. Les pouvoirs publics estiment qu une hospitalisation sur huit serait liée aux accidents de la vie courante, qui a eux-seuls provoquent trois fois plus de décès que les accidents de la route. Pour en savoir plus : Conseil national de l urgence hospitalière Face aux difficultés auxquelles sont parfois confrontées les urgences, un décret datant du 9 janvier 2009 met en place un conseil national de l urgence hospitalière. Créé pour une durée de trois ans et placé auprès du ministre de la santé, ce conseil a pour mission "d émettre toute proposition permettant l amélioration de la prise en charge en urgence des patients par les services des établissements de santé et ceux contribuant à la permanence des soins à l hôpital". Se réunissant au moins deux fois par an, le conseil est constitué des représentants de l ensemble des acteurs concernés : syndicats et collèges de médecins urgentistes, fédérations professionnelles, transporteurs sanitaires, fédérations hospitalières publiques et privées, institutions ordinales, ministère, personnalités qualifiées Une structure identique est mise en place dans chaque région. Le ministre de la Santé a nommé à sa présidence, le professeur Pierre Carli (directeur médical du Samu de Paris et président de la société française d anesthésie et de réanimation). De la transparence pour l assurancemaladie Le site Internet de l assurance maladie offre un nouveau service. Vous pouvez désormais trouver l'adresse du professionnel de santé de votre choix, savoir s il est conventionné et s'il accepte la carte Vitale. Ces informations sont regroupées avec les tarifs (des consultations et des actes techniques) sous forme de fiche pour chaque médecin. Indispensable pour éviter les mauvaises surprises! Pour en savoir plus : Tout le monde peut-il donner son sang? Les campagnes nationales en faveur du don de sang sont nombreuses en particulier en période d épidémie telle que la gastro-entérite ou la grippe. Mais tout le monde peut-il être donneur de sang? En ce début d année un arrêté a été signé par la ministre de la santé énumérant les conditions pour faire don de son sang. Il existe une condition d âge. Le donneur doit être majeur et l âge limite autorisé est de 69 ans (contre 65 ans auparavant). Le premier don devra avoir lieu avant l âge de 65 ans. Tout nouveau donneur de 60 ans fera l objet d un examen médical approfondi, qui deviendra systématique entre 65 et 69 ans. La condition de la santé est primordiale pour la sécurité du patient comme pour celle du receveur. L établissement français du sang s'assure de l'absence de maladies infectieuses, de maladies ou de traitements responsables de réactions allergiques ou immunologiques potentielles.

3 Enfin, un homme peut faire don de son sang cinq fois par an, une femme trois fois. Quant aux homosexuels ils ne peuvent toujours pas à ce jour participer au don du sang. Les seniors et le volant! La conduite, élément déterminant pour l'autonomie. Une conférence a été donnée par l'association Prévention Routière et la fédération française des sociétés d'assurances pour le lancement d'un nouveau support à destination des seniors. Elle a été l'occasion de faire un point sur une étude menée fin 2008 sur la conduite des plus de 60 ans. Plusieurs points ont été abordés sur le risque routier, notamment le regard et la place du médecin dans l'utilisation d'un véhicule. Le médecin reste prudent, et se limite aux conseils en fonction des pathologies et des traitements du patient et selon les sollicitations de ce dernier. Le support "personnes âgées, restez mobile" permettra d'enrichir les actions de sensibilisation à l'intention des seniors mise en place depuis plusieurs années. Pour en savoir plus : Couleurs HDN Directeur de la publication : Daniel Bouquet Rédacteur en chef : Daniel Bouquet Comité de rédaction : Marine Allermoz, Cédric Blanc, Denis Cocard, Valérie Darnaud, Rita Etienne, Christelle Marion, Chantal Mejean, Aurélie Michel, Marie-Laure Pascal. Ont collaboré à la rédaction de ce numéro : Marie Barraco, Pascal Baud, Françoise Faure, Jean-Louis Mourier, Gilles Pierre, la DQGR, la DST, Damien Veyrier, les bénévoles du secours populaire, l'équipe d'animation de la résidence Clairefond. Hôpitaux Drôme Nord Route de Tain, BP 1002, Romans/Isère Cedex. Tél Maquette : Impression et régie publicitaire : Agence Mallet Conseils 2 place Antonin Jutard, Lyon Tirage : exemplaires Dépôt légal : à parution. Dons à l'hôpital La politique de communication récemment approuvée par les instances des HDN comprend un volet qui a surpris et qui mérite une explication complémentaire : c'est la mise en place d'une politique de recherche de dons. Il nous faut être clair sur l'objectif. Il ne s'agit pas de financer le fonctionnement des HDN par des dons (d'ailleurs il en faudrait vraiment beaucoup), mais de trouver par ce biais un moyen de financer des dépenses inhabituelles comme l'action culturelle au profit des hospitalisés, ou de compléter le financement de certains équipements. C'est aussi un moyen de fidéliser notre clientèle! Ceux qui font un don à un organisme ont en effet tendance à s'y sentir plus impliqués et à y revenir plus facilement. Pour cela, nous avons prévu de tenir informés les donateurs de l'usage qui sera fait de leur argent. J'entends d'ici les sceptiques : croyez-vous vraiment que l'hôpital va recevoir des dons!? Eh bien, oui! D'abord parce que les HDN reçoivent déjà des dons alors que rien n'est fait pour les faciliter. Ensuite parce que les français donnent volontiers à tout un tas d'organismes et d'associations divers. C'est parce que c'est déductible du revenu imposable, allez-vous dire. Eh bien justement : les dons aux hôpitaux aussi! Sauf que personne ne le sait. Alors nous allons expliquer tout cela, et chaque donateur recevra, outre les informations évoquées ci-dessus, un certificat de déductibilité fiscale en bonne et due forme! Ne rêvons pas, nous n'allons pas être submergés par les chèques! Mais comme le dit la sagesse populaire, "il faut un commencement à tout et les petits ruisseaux font les grandes rivières" Daniel Bouquet Pour nous contacter : Photographie de couverture : Marie-Laure Pascal On en parle Prévenir les accidents de la vie courante. Conseil National de l'urgence hospitalière. De la transparence pour l'assurance-maladie. Tout le monde peut-il donner son sang? Les seniors et le volant. En direct des services Des généralistes aux urgences. Convention avec l'étape Diaconat en faveur des sans domicile. Travail de création en Ergo Sociothérapie. KALIWEB, un outil démarche qualité. Une nouvelle maison pour les archives et l'informatique. Dossier La vie dans les sous-sols, le mystérieux voyage de notre explorateur. Vivre son métier Solange Charrier, pour une meilleure santé des travailleurs de la santé. On bouge Départs, arrivées, nominations, Gipso. On respire Cérémonie des vœux. Pause musicale pour les résidents de l'ehpad. Vive le carnaval. Sur la route du père Noël. 3

4 EN DIRECT DES SERVICES 4 Urgences Des généralistes aux urgences Le 8 janvier, en fin de journée, les médecins généralistes des secteurs de Saint-Vallier, Sarras, Saint-Rambert, Tournon et de la vallée de la Galaure étaient invités à visiter les urgences du site de Saint-Vallier U ne vingtaine d entre eux s est déplacée, et a découvert le service sous la conduite de Pierre Genevey et de Guy Bellery. Ils l ont trouvé accueillant et bien équipé, et sont totalement rassurés sur les conditions dans lesquelles leurs patients sont pris en charge quand ils nous les envoient. Certains reparlent d ailleurs d ouvrir, comme sur le site de Romans, une maison médicale de garde au sein du service. La soirée s est poursuivie par une rapide visite du plateau technique de la MPR, qui a beaucoup impressionné, et s est terminée par un pot amical durant lequel un échange fructueux s est engagé sur les attentes des médecins de ville à l égard de l hôpital. Une expérience très positive que nous avons décidé de renouveler tous les ans pour renforcer les liens entre nous Daniel Bouquet Service Social Convention avec l étape Diaconat en faveur des sans domicile Quatre lits au diaconat de Valence D ans le cadre de la permanence d accès aux soins de santé, une des missions principales de l hôpital est la prise en charge et l accès aux soins des plus démunis. Le service social des HDN est confronté au problème de l orientation de ces personnes après l hospitalisation. La rue est peu propice à une bonne continuité de soins. Le groupement de coopération sociale Etape-Diaconat, sous réserve de l avis favorable du comité régional d organisation sociale et médico-sociale et de la commission nationale, propose la mise à disposition de quatre lits halte soins santé. Ces lits permettent un accompagnement médico-social à toute personne ne disposant pas de domicile et dont la pathologie ou l état général, somatique et/ou psychique ne nécessite pas ou plus une prise en charge hospitalière. Ce groupement permet d apporter aux patients sans domicile des soins médicaux et para médicaux, un suivi thérapeutique, un hébergement 24h/24, une aide sociale et une solution adaptée au problème du logement. Une initiative à développer Damien Veyrier Ergo Sociothérapie Travail de création Les patients et les professionnels ont travaillé ensemble, pendant trois mois, à la réalisation d une vitrine exposée dans le hall du bâtiment de la MPR à Saint-Vallier, jusqu à fin 2009 L' ergothérapie est un espace de soins emprunt de convivialité où la relation soignante prend une dimension différente. La réalisation d objets en collaboration permet des échanges privilégiés, une revalorisation des patients qui se découvrent ou se redécouvrent des capacités dans divers domaines. Le but de ces ateliers n est pas la productivité mais le soin adapté au patient. Ce projet a permis de réaliser un travail commun impliquant les ateliers de menuiserie, peinture, terre, modelage et mosaïque. Le résultat final est la construction d une petite ferme. Certains fabriquent l ossature et le bâtiment avec du bois. D autres réalisent le sol en moquette et en sable. Les animaux sont sculptés et peints. L atelier céramique fabrique en utilisant différentes techniques les pierres et les tuiles qui habillent la maison. Pour finir, le groupe décore le tout avec de la végétation en modelage. Cet ensemble a fait l unanimité lors de l exposition organisée par l ASVER en juin dernier. Le montrer aujourd hui à un plus large public contribue à faire partager l idée que la maladie mentale n exclut pas la créativité. Françoise Faure, Pascal Baud, Jean-Louis Mourier, et Marie Barraco, infirmiers psychiatrie

5 Direction Qualité et gestion des risques KALIWEB, un outil démarche qualité Depuis le 1 er septembre 2008, il existe un lien à partir de la page intranet, accessible à tous, pour consulter Kaliweb C e logiciel se développe de jour en jour. Protocoles, mode opératoires, fiches techniques, imprimés et fiches d enregistrement sont classés par dossiers thématiques. Chacun est décliné en sous dossiers comme le dossier de soins, la douleur, les protocoles médicaux, le risque infectieux, les plans de secours, le manuel de gestion du temps de travail etc. Vous souhaitez consulter les documents relatifs à la préparation de l opéré? Ceux qui vous expliqueront la conduite à tenir en cas de décès? Connaître la procédure du compte épargne temps? Il suffit d inscrire dans la barre de recherche : opéré, décès ou épargne temps Chaque commission institutionnelle est répertoriée. La secrétaire ou un des membres de la commission rédige les documents sous Kaliweb et les diffuse. Ainsi vous pouvez consulter, le règlement intérieur et la composition de la commission et les comptes-rendus classés par année. Vous trouverez également les comptes-rendus des différents comités (CLIN, CLUD) et instances en place sur l établissement. Depuis peu les "avis et vœux" du CTE et du CHSCT sont disponibles sur le site pour l année 2008 et en Kaliweb offre aussi la possibilité d une gestion centralisée des évènements indésirables. La fonction "gestion des risques" fera partie des "pratiques exigibles prioritaires" demandées par la HAS dans la démarche de certification Version Les HDN sont soumis dès maintenant à cette démarche. Les alertes sanitaires sont également tracées et diffusées. Par qui? Par le service pharmacie pour les alertes de type retraits de lots de médicaments, par le laboratoire pour signaler aux services les résultats non présents sur tel ou tel prélèvement. Bien sûr les instruc- tions sont précises et nécessitent de la rigueur dans la réponse donnée. La DQGR alerte également les unités de soins lorsque la DDASS déclenche le plan canicule. Dans le module "Évaluations" sont accessibles les référentiels qualité d agrément ou de certification de la restauration (HACCP), de la blanchisserie (RABC) le laboratoire (GBEA), les normes ISO et les manuels de la certification des établissements de santé HAS V2 et V2010. On trouve les évaluations externes (rapports de certification et rapports d inspection très ciblés) et les évaluations internes (résultats des audits internes et des questionnaires de sorties). Kaliweb s inscrit dans le dispositif de Qualité et Gestion des Risques comme un moyen d accéder à l information et de participer à l amélioration de la qualité et sécurité des soins. Il est à votre disposition et s enrichira par vos suggestions et vos remarques et grâce à votre participation à la gestion des risques (évènements indésirables et alertes). La direction Qualité Archives et Informatique Nouvelle maison Les nouveaux bungalows, situés en prolongement du DIM accueillent la direction des services informatique, pour les archives, ainsi qu un lieu de stockage des dossiers médicaux S uivez le guide Au rez-de-chaussée, les archivistes bénéficient d un espace de travail plus approprié. Une surface est dédiée à la numérisation, une activité qui doit se développer pour éviter la saturation des locaux. Au premier étage, les équipes de la DSI et GIPSO sont désormais réunies, pour gagner en proximité et en facilité d échanges, mais au prix d'une surface divisée par deux Ce déménagement libère un précieux espace qui ne tardera pas à trouver de nouveaux occupants. Cédric Blanc Nous voilà installés sur une presqu'île Non, une presque "IL" "IL"? Oui, Informatique et Liberté!!!! Ouais, avec tout le boulot, ce sera peut-être un ex-il! 5

6 DOSSIER D épart : hall du moyen séjour, je pars à l aventure. Je descends les escaliers menant dans les profondeurs de l hôpital. Personne à l horizon. Il est pourtant 8h. Je déambule dans un long couloir sans fin, sombre et glacial. Une goutte d eau me tombe sur le front, je manque de glisser dans la flaque d eau, je lève la tête, un problème d étanchéité de l exutoire de fumée Toujours personne. Je n entends que le bruit de mes pas résonnants. J arrive à un carrefour : à gauche, le long séjour ; à droite, j entends un bruit de roulement qui se rapproche de plus en plus. Au loin, je vois un brancardier accompagnant un patient dans son lit. Que font-ils ici? Poussé par la curiosité je les suis. Nous prenons le chemin du long séjour. Je les vois prendre l ascenseur pour accéder au rez-dechaussée de la résidence Clairefond. En fait, il s agissait d un résident venu faire quelques examens dans le bâtiment principal. La vie dans les sous-sols Le mystérieux vo de notre explorat Des années que je travaille je me suis toujours demandé ce qui se tramait dans les so Et me voilà tel un aventurier, torche à la main, GPS de l au bruits, n écoutant que mon courage, je me lance à la déco 6 Gilles dans l'autocom. Le mystère éclairci, je reviens sur mes pas. À l intersection, je me retrouve nez à nez avec un "Objet Roulant Non Identifié". C est dangereux par ici. Il s agit des petits trains qui transportent les ordures ménagères et les DASRI (déchets d activités de soins à risques infectieux) vers le local à déchets. Derrière lui, les chariots des repas pour l EHPAD. Je croise Sébastien, un des électriciens venu hier dans mon bureau pour me rajouter une prise. Derrière lui, un autre visage familier, c est Gilles poussant son chariot. Alors Quelques chiffres Une distance de 300 m sépare le bâtiment du moyen séjour à la blanchisserie. La blanchisserie occupe une surface de 1135 m2. Le magasin fait 500 m2. son ancien QG est ici. Petite visite de l autocom où se trouvent tous les branchements informatiques et téléphoniques. Un seul fil débranché, soucis assurés pour Jean-Michel et Jean-Pierre. Dis-moi Gilles, cela fait combien de temps que tu travailles à l hôpital? Je suis électricien à Romans depuis 17 ans. J ai été chargé de la remise en conformité électrique de l établissement, puis je me suis investi dans la téléphonie et aujourd hui je fais parti des 7 électriciens qui assurent la permanence 24h/24. Didier et les poids lourds Comment se passe cette nouvelle organisation? La nuit, c est un peu comme si j étais le capitaine d un navire où il n y a plus personne. Même si je peux faire appel à l astreinte et au directeur de garde, il n empêche qu il faut gérer seul à un instant T les problèmes qui surviennent. Je suis dérangé à tout moment, et je dois être réactif et intervenir en toute discrétion. Je suis polyvalent aussi bien dans la partie électrique (du groupe électrogène à l appel malade) que téléphonique et tout autre domaine nécessitant une intervention urgente. Comment vis-tu ton métier? La difficulté c est d être au service de personnes qui sont déjà au service du malade. Notre intervention

7 yage eur sur le site de Romans, et us-sols de cet établissement. tre, épiant les moindres verte des sous-sols. Jean-Pierre, Dominique et Vincent en réunion même rapide ne se déroule pas toujours au moment opportun pour le personnel. Il nous faut parfois revenir alors que nous avions déjà commencé une autre tâche. Après tant d années passées dans cet établissement, c est malheureux qu on ne sache toujours pas qui est cet homme en bleu. Pendant que nous discutons, deux agents du service intérieur viennent ranger l autolaveuse avant de quitter leur service. En effet, leur vestiaire se situe au sous sol. À travers la porte d un local archives, j aperçois Valérie et Bernard qui enlèvent une multitude de dossiers patients. Ces dossiers sont destinés à être numérisé. Ces locaux seront réaffectés plus tard par la DST. En continuant ma route, j entends Jean-Pierre dans son bureau, il fait un point avec son équipe pour un problème rencontré sur un chantier. Toutes ces personnes font parties du service technique. Il regroupe un contremaître, un frigoriste, trois plombiers, deux peintres, deux menuisiers, deux jardiniers, un électromécanicien, 7 électriciens pour le 24h/24 et deux agents polyvalents pour le pool qui effectuent des interventions urgentes ne nécessitant pas une spécialisation. Seuls les jardiniers et les menuisiers sont installés à l extérieur. Michel au rouleau Une livraison au magasin. SOS dépannage à toute heure Un récent décret de sécurité incendie oblige les hôpitaux de notre taille à être doté d une présence 24h/24 d électricien en charge de la sécurité électrique de l établissement et du renfort des équipes de sécurité incendie. C est chose faite depuis janvier 2008 avec 5 électriciens dans un premier temps et 7 actuellement. Cette équipe de permanents, 24h/24 et 7j/7 est parfaitement opérationnelle afin de garantir encore plus la sécurité de toutes les installations et de tous les utilisateurs. De nombreuses activités de maintenance : dépannage, prévention et modernisation sont réalisées en fin d après midi et tout au long de la nuit. Un gros travail de levées des non-conformités sur les installations est en cours et un entretien plus poussé et plus régulier des installations électriques se met en place. Serge Zoubrinetzky et Ronan Mazurier Tiens l atelier du peintre est ici aussi. Je trouve porte close, il doit être sur un chantier. Je poursuis ma route et découvre l atelier du plombier. Jean-Charles aux HDN depuis 10 ans, nous explique la diversité de son métier : la plomberie, la soudure, la réparation de lits médicaux Tout sauf, ce qui a trait au bois et à l électricité. Il intervient à Romans, à partir de bons d interventions ou de mise en place de chantier comme la réalisation d une salle de bain test en neurologie (remplacement de baignoires par des lits douche). Puis je rencontre Olivier l un des magasiniers avec un transporteur venu livrer des boites de raviolis. Après avoir vérifié l état des cartons, il signe le bon de livraison. J entrevois son binôme sur son ordinateur. Il est sûrement en train de contrôler les stocks. Ils accueillent près d une quinzaine de fournisseurs entre 8h et 16h. Leurs missions? La réception, le stockage et la gestion des marchandises. Ils nous expliquent leur fonc- 7

8 DOSSIER tionnement : Un poids-lourd peut arriver avec un colis, une dizaine ou voir des centaines de colis avec des poids très variables (1kg à plusieurs tonnes) ; nous vérifions les documents de transport (fournisseur, adresse, nombre, poids) pour faire la liaison avec la ou les commandes. Puis nous contrôlons les quantités et la qualité des emballages. Les aléas de livraisons sont quotidiens, et nous avons de nombreux litiges pour des colis manquants ou abîmés. La mise en rayon concerne les produits généraux consommés par beaucoup de services. Ces produits sont distribués chaque semaine. Les coursiers viennent récupérer les produits commandés par les services, tandis que le service transport s occupe de livrer dans les annexes extérieures. Claude m interpelle de son bureau et me prévient qu il a réussi à me trouver un véhicule pour mon déplacement de cet après-midi. J en profite pour récupérer les clefs. En revenant sur mes pas, je croise Stéphane, technicien biomédical depuis 5 ans aux HDN, qui retourne dans son local. J en profite pour visiter l atelier. Nicolas, la dernière recrue, est présent. Il répare une pompe à perfusion pour le service d UMCCD. Stéphane, explique-moi quelle est la fonction d un technicien biomédical? Avec Nicolas, nous gérons la maintenance et les réparations de près de 2000 appareils biomédicaux recensés. Notre objectif est d assurer un maximum de maintenance préventive pour éviter les pannes. Nous disposons d un logiciel qui nous permet d assurer le suivi des maintenances et de gérer le stock des pièces détachées. Chaque année, nous réalisons les tests de performance des différents appareils, afin de nous assurer de leurs bons fonctionnements selon les préconisations des fabricants. Notre principale difficulté est de connaître nos limites lors des 8 interventions dans les Nicolas répare une pompe à perfusion services afin de ne pas mettre en danger le patient. Notre travail est stimulant et varié. Nous avons la chance d avoir un équipement de qualité pour assurer nos missions correctement. Au bout du couloir, la blanchisserie bouillonne. Un local rassemble les différentes armoires qui contiennent linge de literie, tenues du personnel, des patients et des résidents. Un agent s active à remplir ces différentes armoires qui seront redistribuées dans les services de l établissement chaque jour. Terminus Il est grand temps que je retourne dans mon service après avoir arpenté durant quelques heures les La vie dans les sous-sols ça vous donne pas trop le cafard? entrailles de l hôpital. En revenant sur mes pas, une dernière rencontre : un agent du bureau des entrées venu archiver ses dossiers administratifs de l année précédente. Je réfléchis à ces échanges, et je me rends compte du sentiment d inexistence de ces hommes, en tout cas pour la plupart. Pas de polémique, juste un constat. Ces hommes en bleu font partis intégrantes du paysage, tellement intégrés qu on les oublie, qu ils deviennent parfois transparents, somme toute une image du bleu de travail peu valorisante au regard de la société sauf qu ils sont là, et indispensables comme nous tous à l établissement. L hôpital ne se résume pas qu au soin, au patient ou personnel médical. Nous sommes tous un maillon de la chaîne, tous dépendants les uns des autres, au service des uns et des autres. On ne se rend pas toujours compte du travail fourni, ni des responsabilités et des risques encourus par chacun. L hôpital a besoin de tous, quel que soit son rôle, son positionnement hiérarchique ou son secteur d appartenance. Perdu dans mes pensées, je ne me suis pas rendu compte, mais j ai pris des escaliers au hasard, et je me retrouve dans le bâtiment principal. Quel labyrinthe! Maintenant, je prends ma plume pour vous raconter cette matinée riche en rencontres et découvertes. Valérie Darnaud et Marie-Laure Pascal Ben dites donc!... Est-ce que je vous demande, moi si les espaces verts ça vous file le bourdon?!!

9 VIVRE SON MÉTIER Médecin du travail Solange Charrier pour une meilleure santé des travailleurs de la santé Éviter toute altération de la santé des travailleurs, c est son domaine. Vous avez rendez-vous avec elle pour cela. Elle vous examine, vous écoute, vous propose, vous conseille L' impact des conditions de travail sur la santé des travailleurs a toujours été important. Le développement de l industrialisation puis des activités de service a accru les contraintes subies par les travailleurs. C est pourquoi aux HDN, comme ailleurs, nous avons un service de médecine du travail, appelé officiellement "service de santé au travail". Sur le site de Romans, c est l affaire de Solange Charrier, médecin à 60%, accompagnée dans son activité de Marie-Claire Rebatet qui gère le secrétariat. Depuis 4 ans, elle assure prioritairement les visites d embauche et les visites annuelles. Elle répond aussi aux demandes de visites libres. En 2008, elle a réalisé pas moins de 220 visites médicales d embauche et environ 1OOO visites annuelles d employés. Avant sa prise de fonction, tout agent fait l objet d un examen médical par le médecin du travail. Cet examen permet notamment de rechercher si l agent n est pas atteint d une affection dangereuse pour son futur entourage, de s assurer qu il est médicalement apte au poste de travail auquel son affectation est envisagée. Pour ce qui est des visites annuelles, tous les agents doivent obligatoirement bénéficier d un examen médical au moins une fois par an. Dr Charrier exerce une surveillance médicale particulière à l égard des femmes enceintes, des travailleurs handicapés, des agents réintégrés après un congé de longue durée ou de longue maladie. Après une absence pour cause de maladie professionnelle, d accident du travail, de maternité, ou après une absence de trois semaines au moins pour cause de maladie non professionnelle, et, dans tous les cas, après une absence de plus de trois mois, un agent ne peut reprendre son poste de travail qu après examen par Dr Charrier. Cet examen a lieu lors de la reprise de travail et au plus tard dans un délai de huit jours. Il lui permet d apprécier l aptitude de l intéressé à reprendre son ancien emploi, la nécessité d une adaptation des conditions de travail ou d une réadaptation de l agent. Dr Charrier veille aussi aux vaccinations obligatoires, procède elle-même aux vaccinations anti-grippales. Pour 2008, elle a effectué 20 passages dans les services et a vacciné avec Dr Andolfatto, médecin du travail sur le site de Saint-Vallier, 410 agents. Elle est aussi un conseiller de la direction, des salariés, des représentants du personnel, du comité d hygiène de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). Ses conseils portent sur l amélioration des conditions de vie et de travail, l adaptation des postes, des techniques et des rythmes de travail, la protection des salariés contre les nuisances, notamment les risques d accident du travail ou l utilisation de produits dangereux. Parmi les dossiers qui l animent actuellement, il y a celui des troubles musculo-squelettiques, plus précisément, les dos et articulations abîmés chez le personnel soignant. Faute de temps, elle regrette de ne pas pouvoir se rendre davantage auprès des équipes, dans les unités de soins et autres, afin de parfaire son diagnostic. Elle s intéresse aussi au problème de la dépendance à l alcool dans le milieu du travail, sujet encore tabou et difficile. Son activité lui demande une grande qualité d écoute. Les moments d émotions, la violence verbale, les échecs, les plaintes et les désespoirs se présentent parfois dans son bureau. Et le travail n est pas toujours source de santé. Denis Cocard La santé du travailleur n'est pas toujours au rendez-vous "Denis Cocard, C est un accident du travail? - Non, c est congénital!..." Bien qu il s en défende, notre reporter a-t-il posé des questions trop indiscrètes? 6o ans Mariée, 3 enfants. Diplômée de Lyon. 30 ans d exercice de la médecine du travail. A travaillé a Orange et Digne. Aime la musique et l histoire (a une licence en histoire). Secrétariat ouvert du lundi au mercredi de 8h30 à 17h, le vendredi de 8h à 12h30. 9

10 Au revoir! Merci! aux personnels qui ont quitté l hôpital depuis décembre ON BOUGE! Christine Tardy, IDE, est décédée le 2 février 2009 Jacqueline Benterki, ASH, psychiatrie 26G01, Saint-Vallier Odile Betton, IDE, gynécologie Geneviève Billon, IDE, psychiatrie, Vercors Maryse Blachon, AS, MPR Gérard Brunet, Cadre de santé, bloc opératoire Gérard Brunet Claudine Champey, AS, endoscopie Denis Chevrot, agent de maîtrise, cuisine Josiane Cluzel, AS, Lou Piroulé Pierrette Donini, secrétaire médicale, cardiologie Joëlle Gauthier, AS, pédiatrie Daniel Herel, OPQ, standard, Saint-Vallier Odette Magne, ACH, accueil et gestion des patients Alain Maillot, AS, neurologie Xavier Martel, praticien, cardiologie Orjas Maryse, AS, Lou Piroulé Sylvie Simon, adjoint administratif, accueil et gestion des patients Catherine Julien, IDE, endocrinologie Michèle Ortu, adjoint des cadres, direction des ressources humaines "Bonne Route à Michèle qui laisse un vide de 30 années d'efficacité, d'écoute et d'investissement au sein de la DRH des HDN. Sa vivacité, son sourire et ses petites foulées vont bien nous manquer " Ses collègues de la DRH. Michèle Ortu Bienvenue Myriam Bobichon, IDE, médecine et spécialités médicales Emmanuelle Bosc, IDE, psychiatrie Vercors Frédérique Jeanjean, IDE, bloc opératoire Daniela Lepadatu, praticien, psychiatrie 26G01, Saint-Vallier Pricilia Maran, directeur d établissement sanitaire et social, EHPAD William Mensah, praticien, cardiologie Murielle Merlier, IADE, anesthésie Stéphanie Morel, IDE, médecine et spécialités médicales Laure Pana, praticien, médecine Saint-Vallier Laurent Roux-Goudin, cadre de santé, EHPAD, Romans GIPSO Planning effectif et prévisionnel (vue multi service, multi-projets) L étape 2 : Bureautique médicale et agendas électroniques et gestion informatisée des prescriptions octobre 2008 Démarrage de l'informatisation du circuit des commandes de pharmacie, de la prescription, DMI, MDS et rétrocessions. novembre 2008 Réactivation de la cellule identito-vigilance avec nomination d'un référent. Démarrage de l'utilisation d'un formulaire spécifique ORBIS de prescription et de suivi d'administration des médicaments, sur les EHPAD de Romans et Saint-Vallier (265 patients). janvier 2009 Étude préparatoire de l'informatisation des services de chirurgie, hémodialyse et SSR/UMG. Étude préparatoire de l'informatisation des rendez-vous et de la production documentaire au service de MPR. février 2009 Démarrage du formulaire spécifique ORBIS de demande d'intervention au bloc opératoire. CALENDRIER avril mai 2009 Utilisation courante d'orbis : - au service de la MPR, Saint-Vallier, - pour la bureautique de base des services de chirurgie, hémodialyse et SSR/UMG. - pour les secrétaires des urgences et début des formations des médecins. juin 2009 Utilisation courante du module ORBIS spécialisé urgences, avec installation de terminaux dans les box. Utilisation courante d'orbis aux services de chirurgie, hémodialyse et SSR/UMG pour les formulaires spécifiques. septembre 2009 Utilisation courante d'orbis DPI et dossier de périnatalité informatisé ORBIS-PNAT-AUDIPOG, avec installation de terminaux dans les salles d'accouchement et pré-travail. octobre 2009 Installation des terminaux multimédia patients au service de la MPR afin d'offrir de la mobilité au personnel médical et soignant. Mise en production d'orbis Médicament et d'orbis Pharmacie pour les EHPAD (443 lits) et le service de la MPR (64 lits). novembre 2009 Utilisation courante de la localisation des patients sur ORBIS au service des urgences. février 2010 Mise en production d'orbis Médicament et d'orbis Pharmacie pour un service pilote de MCO puis généralisation de l'informatisation des prescriptions et suivi administration pour tout l'établissement. L'étape 3 Le dossier de Soins est planifié au printemps Cédric Blanc, chef de projet 10 Laurent Roux-Goudin

11 ON RESPIRE! Cérémonie des vœux Daniel Bouquet commence par rappeler la situation complexe de cette année 2008 au niveau du budget et du recrutement en médecins et personnels infirmiers. Bien que l activité ait pu être maintenue, 2009 semble être dans la même lignée. Mais notre déficit n apparaît pas si catastrophique au regard d autres établissements. Une réflexion profonde doit être menée sur les activités à développer, notamment sur la filière gériatrique. Des solutions sont envisagées pour faire face à la pénurie des professionnels comme des bourses d études aux étudiants infirmiers et pourquoi pas proposer aux retraités de revenir travailler. Cette nouvelle année sera également marquée par de nombreuses opérations de travaux (cuisine, blanchisserie, PC sécurité, construction de bâtiments pour la psychiatrie et les personnes âgées). Le rapprochement entre établissements, notamment avec Valence, en terme de logistique et administration devrait optimiser la prise en charge des patients. La couleur est annoncée. Marie-Laure Pascal Pause musicale pour les résidents de l EHPAD Dans le cadre de ses activités "Père Noël vert", le comité local du secours populaire français (SPF) a offert, comme d habitude, un goûter spectacle aux résidents de l EHPAD du site de Romans. Quelques friandises artisanales et une animation présentée gracieusement par le groupe Faucon Folk ont permis aux résidents de profiter d un après-midi plaisir. Un grand merci aux animateurs, aux bénévoles de l association d entraide aux personnes âgées, sans oublier le personnel soignant pour leur aide et leur grande gentillesse. Les bénévoles du SPF Vive le Carnaval Dans le cadre du carnaval de Romans, en lien avec le service des affaires culturelles de la ville, un projet autour de ce thème a été organisé au niveau de la résidence Clairefond. Projet rendu possible grâce à l'étroite collaboration entre l équipe d animation et la direction de l EHPAD. Une exposition de masques confectionnés par MarGot art plasticienne a eu lieu dans le hall de la résidence. La troupe Ze- Pereira avec ses danseuses brésiliennes et ses musiciens ont animé durant deux après-midi les différents services de la résidence. Les airs de salsa et les pas de danse ont enchanté tout le monde. Pour prolonger l ambiance carnaval, les résidents, MarGot et l équipe d animation ont confectionné à leur tour des masques exposés dans le hall d entrée. Le projet carnaval a été un succès d autres projets sont à l étude. L équipe d animation Sur la route du père Noël Le père Noël, invité d'honneur des services de pédiatrie et de l EHPAD, est descendu de sa calèche pour distribuer cadeaux et bonne humeur. Aux Hôpitaux Drôme Nord, hospitaliers et bénévoles ont célèbré Noël pour la plus grande joie des enfants et des résidents. La troupe Ze-Pereira Programme des festivités sur fond de guirlandes, de cotillons, d un spectacle et d un goûter Sans oublier la distribution de cadeaux. Les enfants qui le pouvaient l'ont accompagné dans ses visites. Les amicales du personnel des HDN, soucieux de réussir le Noël pour les enfants du personnel, lui avaient envoyé une invitation! Le bonhomme à la barbe blanche a pensé à tout le monde Il est arrivé sans faire de bruit, fendant les airs et bravant le temps, malgré un emploi du temps chargé. Il a épousseté son beau costume rouge et blanc - tout juste sorti du pressing - avant d'entrer par la grande porte. Il a pris soin avant de bien garer son traîneau. En arrivant, le père Noël a remarqué que beaucoup d enfants étaient là pour l accueillir. Heureusement qu il a apporté beaucoup de cadeaux, sans oublier tout ce qu'il faut pour un goûter réussi. Christelle Marion L'animation de Noël : le satellite show 11

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

C.H.S.C.T. PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU JEUDI 11 JUIN 2009. Mmes H. LOISEL A. VARIN, Représentants du Personnel

C.H.S.C.T. PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU JEUDI 11 JUIN 2009. Mmes H. LOISEL A. VARIN, Représentants du Personnel C.H.S.C.T. PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU JEUDI 11 JUIN 2009 Présents : Mr BARBÉ, Président Mmes H. LOISEL A. VARIN, Représentants du Personnel Assistaient à la séance : Mmes C. CHEDAILLE MTH VOBMANN-PITOL,

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Ville d Albertville C C A S. Centre communal d action sociale Services aux personnes âgées et aux personnes handicapées. www.albertville.

Ville d Albertville C C A S. Centre communal d action sociale Services aux personnes âgées et aux personnes handicapées. www.albertville. Ville d Albertville Centre communal d action sociale Services aux personnes âgées et aux personnes handicapées www.albertville.fr Sommaire Logement-foyer : la résidence des 4 Vallées p. 4 Service maintien

Plus en détail

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H Psychiatrie infanto-juvénile UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION Edition : Août 2015 Franck RENAUDIN U.P.A.H Pavillon «l Orme» 20 avenue du 19 mars 1962 72703 ALLONNES Cédex 02.43.43.51.20

Plus en détail

ROLE DES DIFFERENTS PROFESSIONNELS

ROLE DES DIFFERENTS PROFESSIONNELS ANNEXE H ROLE DES DIFFERENTS PROFESSIONNELS Les différents professionnels exerçant leur activité au profit du secteur de gériatrie sont répartis sur les deux sites OYONNAX et NANTUA. Le PERSONNEL DE DIRECTION

Plus en détail

Sommaire. Les ateliers. Plan de la visite du circuit Patient p 4 & 5 Présentation du circuit Patient p 6 à 11

Sommaire. Les ateliers. Plan de la visite du circuit Patient p 4 & 5 Présentation du circuit Patient p 6 à 11 Sommaire Le circuit Patient Plan de la visite du circuit Patient p 4 & 5 Présentation du circuit Patient p 6 à 11 Le circuit Logistique Plan de la visite du circuit Logistique p 12 & 13 Présentation du

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Hôpital de jour médico-chirurgical Je vais subir une intervention chirurgicale en hôpital de jour, cela signifie que l intervention et le retour à domicile s effectueront le même

Plus en détail

Enjeux et impacts de l informatisation du système de management de la qualité et de la gestion des risques. Aude MALLAISY Ingénieur Hospitalier

Enjeux et impacts de l informatisation du système de management de la qualité et de la gestion des risques. Aude MALLAISY Ingénieur Hospitalier Enjeux et impacts de l informatisation du système de management de la qualité et de la gestion des risques Aude MALLAISY Ingénieur Hospitalier Le Centre Hospitalier de Maubeuge Présentation 300 lits MCO,

Plus en détail

Sommaire. Clinique de Chirurgie Esthétique. Présentation de la Clinique... p.2. L équipe médicale... p.3. L hospitalisation... p.3. Le séjour... p.

Sommaire. Clinique de Chirurgie Esthétique. Présentation de la Clinique... p.2. L équipe médicale... p.3. L hospitalisation... p.3. Le séjour... p. Sommaire Présentation de la Clinique... p.2 L équipe médicale... p.3 L hospitalisation... p.3 Le séjour... p.4 La sortie... p.5 La Démarche Qualité... p.6 La Charte de la personne hospitalisée... p.7/8

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

«BIENTRAITANCE DES PERSONNES AGEES ACCUEILLIES EN EHPAD» QUESTIONNAIRE EHPAD 2015

«BIENTRAITANCE DES PERSONNES AGEES ACCUEILLIES EN EHPAD» QUESTIONNAIRE EHPAD 2015 «BIENTRAITANCE DES PERSONNES AGEES ACCUEILLIES EN EHPAD» QUESTIONNAIRE EHPAD 2015 A- Données sur le profil de l établissement 1. Nombre de places installées au 31/12/2014 (inombre total de lits ou de logements

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE Boulevard des Champs-Élysées 91024 ÉVRY Mars 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Lutte contre les Infections Associées aux Soins et Démarche globale de Gestion des Risques

Lutte contre les Infections Associées aux Soins et Démarche globale de Gestion des Risques Lutte contre les Infections Associées aux Soins et Démarche globale de Gestion des Risques L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Dr Stéphanie Rochon Edouard, Praticien Hygiéniste Isabelle Poullain,

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

Dossier de Presse. Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé. Mercredi 4 novembre 2015. Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN

Dossier de Presse. Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé. Mercredi 4 novembre 2015. Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN Dossier de Presse Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN Mercredi 4 novembre 2015 1 Un centre à visée régionale, nationale, voire internationale L apprentissage

Plus en détail

Brèves de qualité. Certification L EMPREINTE QUALITÉ-GESTION DES RISQUES DU CHA. Dans ce numéro : Brèves de qualité 1.

Brèves de qualité. Certification L EMPREINTE QUALITÉ-GESTION DES RISQUES DU CHA. Dans ce numéro : Brèves de qualité 1. L EMPREINTE QUALITÉ-GESTION DES RISQUES DU CHA Numéro 21 Brèves de qualité Les résultats du questionnaire bientraitance / maltraitance ont été présentés au personnel lors de séances de restitution en décembre

Plus en détail

Madame Anita HAMON, conseillère municipale représentant le Maire du Quillio

Madame Anita HAMON, conseillère municipale représentant le Maire du Quillio COMPTE-RENDU REUNION du CONSEIL de la VIE SOCIALE Le 3 juillet 2014 à 15h, les membres du Conseil de la Vie Sociale de l établissement se sont réunis à la maison de retraite. Etaient présents : Madame

Plus en détail

- Intervenant- Dr FAUQUEMBERGUE Médecin du Travail

- Intervenant- Dr FAUQUEMBERGUE Médecin du Travail - Intervenant- Dr FAUQUEMBERGUE Médecin du Travail PLAN Réforme au 1 er Juillet 2012 Les missions du service de santé au travail Les missions du médecin du travail Les missions de l IPRP (Intervenant en

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

La Manoudière. 3 rue Adhémar 26200 MONTELIMAR : 04 75 53 43 05

La Manoudière. 3 rue Adhémar 26200 MONTELIMAR : 04 75 53 43 05 La Manoudière 3 rue Adhémar 26200 MONTELIMAR : 04 75 53 43 05 MAISON DE RETRAITE «La Manoudière» PRESENTATION GENERALE L ensemble du personnel de la maison de retraite est à votre disposition pour rendre

Plus en détail

C:\ADCW\GESTION ADMINISTRATIVE GENERALE\SERVICES ADMINISTRATIFS\GESTION DES RESSOURCES HUMAINES\FICHES DE POSTE\Fiche poste IDE.

C:\ADCW\GESTION ADMINISTRATIVE GENERALE\SERVICES ADMINISTRATIFS\GESTION DES RESSOURCES HUMAINES\FICHES DE POSTE\Fiche poste IDE. C:\ADCW\GESTION ADMINISTRATIVE GENERALE\SERVICES ADMINISTRATIFS\GESTION DES RESSOURCES HUMAINES\FICHES DE \Fiche poste IDE.doc Association Diaconale Nord Alsace CSI WOERTH 10, rue de l église 67360 WOERTH

Plus en détail

L AGENDA 21 CHU DE BREST

L AGENDA 21 CHU DE BREST L AGENDA 21 CHU DE BREST Une démarche stratégique : pour quels objectifs? comment et avec qui? pour quels résultats? LE CONTEXTE NATIONAL Une démarche hospitalière brestoise qui respecte : L engagement

Plus en détail

«Avec la prévention, pas de bricolage!» Dossier de presse

«Avec la prévention, pas de bricolage!» Dossier de presse «Avec la prévention, pas de bricolage!» Dossier de presse Matinée de la prévention organisée par la CGSS et ses partenaires 1 er septembre 2011 Présentation de l action En France, la loi impose aux employeurs

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

FICHE DE POSTE «INFIRMIERE INFIRMIER DE SANTE AU TRAVAIL»

FICHE DE POSTE «INFIRMIERE INFIRMIER DE SANTE AU TRAVAIL» FICHE DE POSTE «INFIRMIERE INFIRMIER DE SANTE AU TRAVAIL» Service de santé au travail INTER-ENTREPRISES - Rouen Rédactrices : Stéphanie BREAVOINE et Sandra CASTILLO Infirmières de santé au travail Fiche

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous

Plus en détail

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ PLAN Préambule Historique de la démarche Cartographie Organigramme Situation actuelle Constat Préambule OVE comprend : Un secteur social Un secteur médico-social

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Séminaire FHF-RA - 24 septembre 2015 - Jean-Pierre BERNARD, Directeur du Centre Hospitalier de Valence - Denis GOSSE, Directeur du Centre Hospitalier

Plus en détail

Fiche d évolution. Savoir. l Connaissance élémentaire en diététique. l Connaissance des types de régimes alimentaires.

Fiche d évolution. Savoir. l Connaissance élémentaire en diététique. l Connaissance des types de régimes alimentaires. Cuisinier/ière G1602 - Personnel de cuisine 1 Cuisinier/ère en Établissement d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) Les activités principales Le cuisinier élabore et confectionne les repas

Plus en détail

Le Prieuré. Livret d accueil. EHPAD - Le Prieuré 73, rue Saint Martin - 28102 DREUX Cedex Tél : 02 37 42 00 65 Fax : 02 37 42 14 31 www.page-dreux.

Le Prieuré. Livret d accueil. EHPAD - Le Prieuré 73, rue Saint Martin - 28102 DREUX Cedex Tél : 02 37 42 00 65 Fax : 02 37 42 14 31 www.page-dreux. Centre Hospitalier de Dreux Livret d accueil Le Prieuré EHPAD - Le Prieuré 73, rue Saint Martin - 28102 DREUX Cedex Tél : 02 37 42 00 65 Fax : 02 37 42 14 31 www.page-dreux.fr Bienvenue Ce livret d accueil

Plus en détail

SYNTHESE 2010 DES QUESTIONNAIRES DE SORTIE

SYNTHESE 2010 DES QUESTIONNAIRES DE SORTIE SYNTHESE 2010 DES QUESTIONNAIRES DE SORTIE EXTRAIT DU RAPPORT D ACTIVITE 2010 DE LA COMMISSION DES RELATIONS AVEC LES USAGERS ET DE LA QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE (C.R.U.Q.) Centre hospitalier de Châteauroux

Plus en détail

4 ème réunion PAERPA EHPAD

4 ème réunion PAERPA EHPAD 4 ème réunion PAERPA EHPAD Jeudi 16 avril 2015 14h30 17h Délégation territoriale de Paris 1 Cartographie des EHPAD PAERPA (9-10-19) En attente carte stagiaire géographe 2 Ordre du jour 1. Actions déployées

Plus en détail

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD Retour d expérience suite à la visite de certification V2014 Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD 1 Retour d expérience Présentation _Visite Certification du CH de Nontron_Janvier V2014_Centre Hospitalier

Plus en détail

Unis pour l accès à la santé des personnes en situation de handicap

Unis pour l accès à la santé des personnes en situation de handicap Unis pour l accès à la santé des personnes en situation de handicap CHARTE ROMAIN JACOB La Charte Romain Jacob pour l accès aux soins des personnes en situation de handicap en France, a fait l objet d

Plus en détail

CONDITIONS DE RESIDENCE

CONDITIONS DE RESIDENCE CONDITIONS DE RESIDENCE Les dispositions ci-après ont été prises à l intention des Résidents, des familles ou des répondants. En fixant ces conditions, notre souci est de décharger nos pensionnaires de

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCRÉDITATION. SUIVI DES DECISIONS DU COLLEGE DE L ACCREDITATION Octobre 2002

COMPTE RENDU D ACCRÉDITATION. SUIVI DES DECISIONS DU COLLEGE DE L ACCREDITATION Octobre 2002 COMPTE RENDU D ACCRÉDITATION Octobre 2001 comportant le SUIVI DES DECISIONS DU COLLEGE DE L ACCREDITATION Octobre 2002 Clinique de la Casamance 33 boulevard des Farigoules 13675 AUBAGNE - 1/ 18- SOMMAIRE

Plus en détail

Korian s attache à offrir dans ses établissements la même qualité d accueil

Korian s attache à offrir dans ses établissements la même qualité d accueil Bienvenue. Située dans l Espace Rodesse, à proximité du centre-ville de Bordeaux et dotée d un espace de verdure avec terrasse aménagée privée, notre maison de retraite médicalisée (EHPAD) accueille 100

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES 1/8 CENTRE HOSPITALIER INTERCOMMUNAL AMBOISE ~ CHÂTEAU-RENAULT Rue des Ursulines B.P. 329 37403 AMBOISE Cedex COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES REGLEMENT INTERIEUR 2/8 TEXTES

Plus en détail

Formation Auxiliaire de Vie Sociale

Formation Auxiliaire de Vie Sociale Formation Auxiliaire de Vie Sociale APF Les objectifs de la formation La formation des AVS, proposée par APF Formation, répond au triple souci : de développer les connaissances de base nécessaires à la

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

Informations importantes lors de votre hospitalisation

Informations importantes lors de votre hospitalisation Informations importantes lors de votre hospitalisation Prise en charge par la sécurité sociale L hôpital effectue toutes les formalités de prise en charge à l égard de la sécurité sociale et des mutuelles.

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION. Samedi 19 juin 2010 Communauté des Capucins, 32 rue Boissonade, 75014 Paris. Procès verbal

CONSEIL D ADMINISTRATION. Samedi 19 juin 2010 Communauté des Capucins, 32 rue Boissonade, 75014 Paris. Procès verbal CR CA du 19 juin 2010 - copie.doc CONSEIL D ADMINISTRATION Samedi 19 juin 2010 Communauté des Capucins, 32 rue Boissonade, 75014 Paris Procès verbal Présents Membres du Conseil d administration Père Michel

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Service de Gastro-entérologie

Service de Gastro-entérologie Livret de présentation Service de Gastro-entérologie POLE DES SPECIALITES CHIRURGICALES Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph 185 rue Raymond Losserand 75674 Paris cedex 14 www.hpsj.fr Téléphone Standard

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Service de réadaptation Une fracture, une prothèse articulaire, une amputation, un AVC? Vous êtes dans l impossibilité de rentrer chez vous ET une réadaptation vous est nécessaire?

Plus en détail

Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive

Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive 6, rue de Flacé - 71018 Mâcon Cedex Tél. 03 85 21 19 19 - Fax 03 85 21 19 10 centredegestion@cdg71.fr SOMMAIRE Propos introductif...p.

Plus en détail

Sur- conditionnement et délivrance nominative automatisés

Sur- conditionnement et délivrance nominative automatisés Sécurisation du circuit du médicament au Centre Hospitalier d ANNECY Sur- conditionnement et délivrance nominative automatisés Dr Julien FIOT Praticien Hospitalier Maîtrise universitaire d études avancées

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE BEAU SOLEIL

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE BEAU SOLEIL COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE BEAU SOLEIL 119 avenue de Lodève 34000 - MONTPELLIER Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Guide des formations et prestations. Santé, sécurité au travail

Guide des formations et prestations. Santé, sécurité au travail Guide des formations et prestations Santé, sécurité au travail 2016 Les formations 1. Formations obligatoires des assistants et des conseillers de prévention P.5 - Formation préalable (niveau 1) P.6 -

Plus en détail

Offre de service. PONYA Système informatique de Gestion pour Hôpital, clinique, polyclinique

Offre de service. PONYA Système informatique de Gestion pour Hôpital, clinique, polyclinique Offre de service PONYA Système informatique de Gestion pour Hôpital, clinique, polyclinique Les besoins propres aux établissements de sante Enregistrer toutes les activités de soins et service pour une

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL (Service Spécialisé Alzheimer)

LIVRET D ACCUEIL (Service Spécialisé Alzheimer) LIVRET D ACCUEIL (Service Spécialisé Alzheimer) SOMMAIRE 1 DISPOSITIONS GENERALES... 3 1.1 PRESENTATION DU SERVICE SPECIALISE ALZHEIMER... 3 1.2 MISSIONS DU SERVICE... 3 1.3 LE PERSONNEL... 4 2 - FONCTIONNEMENT...

Plus en détail

Club d'accueil et d'entraide Fiche descriptive

Club d'accueil et d'entraide Fiche descriptive GUIDE DE MONTAGE CLUB DU 22/10/2005 ANNEXE E FICHE DU DOSSIER UNAFAM SUR LES STRUCTURES Club d'accueil et d'entraide Fiche descriptive Les personnes handicapées psychiques sont en situation d'extrême fragilité

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

SIHO est un logiciel ITIC protégé par les lois internationales et la loi Tunisienne n 94-36 ratifiée le 24/02/94 (article 52) relative à la propriété

SIHO est un logiciel ITIC protégé par les lois internationales et la loi Tunisienne n 94-36 ratifiée le 24/02/94 (article 52) relative à la propriété SIHO est un logiciel ITIC protégé par les lois internationales et la loi Tunisienne n 94-36 ratifiée le 24/02/94 (article 52) relative à la propriété littéraire et artistique, et qui régit notamment les

Plus en détail

Qui recrute? Rattachement hiérarchique. Relations fonctionnelles

Qui recrute? Rattachement hiérarchique. Relations fonctionnelles Fiche Directeur de maison de retraite N 4 DIRECTEUR OU DIRECTRICE DE MAISON DE RETRAITE Directeur ou directrice de maison de retraite Directeur ou directrice d EHPA (Etablissement d hébergement pour personnes

Plus en détail

RECRUTE UN(E) MEDECIN DU TRAVAIL TEMPS PLEIN OU TEMPS PARTIEL 80% Service de Santé au Travail Pôle Ressources Humaines

RECRUTE UN(E) MEDECIN DU TRAVAIL TEMPS PLEIN OU TEMPS PARTIEL 80% Service de Santé au Travail Pôle Ressources Humaines RECRUTE UN(E) MEDECIN DU TRAVAIL TEMPS PLEIN OU TEMPS PARTIEL 80% Service de Santé au Travail Pôle Ressources Humaines Ci-joint la fiche de poste Renseignements à : Madame BROS Maryse Médecin du Travail

Plus en détail

SECRETAIRE DE CENTRE MEDICO-SOCIAL

SECRETAIRE DE CENTRE MEDICO-SOCIAL Direction des Ressources humaines SECRETAIRE MEDICO-SOCIALE H SECRETAIRE DE CENTRE MEDICO-SOCIAL POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction des

Plus en détail

MAMI SENIORS Livret d accueil

MAMI SENIORS Livret d accueil MAMI SENIORS Livret d accueil Maison «Mami seniors» : Un espace d accueil de jour non médicalisé. C est un lieu de rencontres, d échanges et d animation au cœur de Toulon. Soucieux de cultiver le lien

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Dr Stéphanie ROCHON EDOUARD, Praticien

Plus en détail

L INTERNAT DE LA REUSSITE POUR TOUS COLLEGE MONT MIROIR MAICHE

L INTERNAT DE LA REUSSITE POUR TOUS COLLEGE MONT MIROIR MAICHE missiontice.ac-besancon.fr/college_mont_miroir 6, Rue de l Europe, 25120 Maîche Téléphone : 03 81 64 09 23 L INTERNAT DE LA REUSSITE POUR TOUS COLLEGE MONT MIROIR MAICHE SOMMAIRE Le collège L internat

Plus en détail

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : Afin de prévenir le risque infectieux et maîtriser l hygiène

Plus en détail

ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010

ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010 ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010 Cette documentation est réservée à l usage du personnel et des médecins du Centre de santé et de services sociaux de Port-Cartier. Les autres lecteurs doivent évaluer

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. maintien à domicile personnes âgées - handicapées. Aide à domicile

LIVRET D ACCUEIL. maintien à domicile personnes âgées - handicapées. Aide à domicile C E N T R E C O M M U N A L A C T I O N S O C I A L E LIVRET D ACCUEIL maintien à domicile personnes âgées - handicapées Aide à domicile Portage de repas Téléalarme 1 SOMMAIRE AVANT-PROPOS L aide à domicile

Plus en détail

La téléassistance en questions

La téléassistance en questions 8 La téléassistance en questions Il y a une coupure de courant, qu est-ce que je fais? Vous ne faites rien. Une batterie de secours de plusieurs heures est incluse dans le transmetteur. Vous pouvez éventuellement

Plus en détail

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France)

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) LES PERSONNES TRES AGEES EN SITUATION D ISOLEMENT Au préalable, quelle est la définition de «solitude» dans le petit Larousse

Plus en détail

Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012

Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012 Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012 Martine HADDAD Secrétaire Générale FHP Ile-de-France SOMMAIRE -LES ETABLISSEMENTS DE SANTE

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DU PROCESSUS DE FACTURATION

L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DU PROCESSUS DE FACTURATION L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DU PROCESSUS DE FACTURATION CHU DE RENNES 2013 à 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES 05/11/2014 2 Activités d un bureau des entrées Accueillir les patients

Plus en détail

Compte rendu formation 02 04 2014 «Projet d accompagnement» Présenter le projet de vie dans les services (Lycée Marie Curie VILLEURBANNE)

Compte rendu formation 02 04 2014 «Projet d accompagnement» Présenter le projet de vie dans les services (Lycée Marie Curie VILLEURBANNE) Compte rendu formation 02 04 2014 «Projet d accompagnement» Présenter le projet de vie dans les services (Lycée Marie Curie VILLEURBANNE) PERSONNES PRESENTES : - Professionnelle animatrice de la formation

Plus en détail

EOHH = F. Lyonnet - Dr I. Martin CorHyg = V. Arcier - N. Goutey - A. Lechaillier

EOHH = F. Lyonnet - Dr I. Martin CorHyg = V. Arcier - N. Goutey - A. Lechaillier EOHH = F. Lyonnet - Dr I. Martin CorHyg = V. Arcier - N. Goutey - A. Lechaillier 1 Centre Hospitalier de Roanne 2 Nouvel Hôpital Déménagement du 21 sept. au 17 octobre 2009 Secteur Femme-Enfant : 118 lits

Plus en détail

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Sommaire Sham en quelques chiffres Les visites d analyse de risques Quel bilan? Perspectives Synthèse Sham en quelques

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée

La prise en charge de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Édition 2012 LA PRISE EN CHARGE DE VOTRE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Sommaire Votre protocole de soins en pratique p 4 Comment êtes-vous remboursé? p

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

La version électronique fait foi

La version électronique fait foi Page 1/6 Localisation : Classeur VERT Disponible sur Intranet A revoir : 10/2015 Objet : La présente procédure a pour objet de décrire les responsabilités et les principes pour la réalisation des prélèvements.

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE PAU 4, boulevard Hauterive 64046 PAU CEDEX BIENVENUE DANS L UNITE DE SOINS DE LONGUE DUREE DU CENTRE JEAN VIGNALOU

CENTRE HOSPITALIER DE PAU 4, boulevard Hauterive 64046 PAU CEDEX BIENVENUE DANS L UNITE DE SOINS DE LONGUE DUREE DU CENTRE JEAN VIGNALOU CENTRE HOSPITALIER DE PAU 4, boulevard Hauterive 64046 PAU CEDEX BIENVENUE DANS L UNITE DE SOINS DE LONGUE DUREE DU CENTRE JEAN VIGNALOU SOMMAIRE 1. La situation géographique Présentation générale Page

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER BEZIERS LIVRET D ACCUEIL PÔLE GÉRONTOLOGIQUE CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS. Espace Perréal

CENTRE HOSPITALIER BEZIERS LIVRET D ACCUEIL PÔLE GÉRONTOLOGIQUE CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS. Espace Perréal CENTRE HOSPITALIER BEZIERS LIVRET D ACCUEIL PÔLE GÉRONTOLOGIQUE CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS Espace Perréal BIENVENUE AU PÔLE GÉRONTOLOGIQUE DE L ESPACE PERRÉAL La Direction du Centre Hospitalier et l ensemble

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT RESIDENCE DOCTEUR PAUL GACHE EHPAD PUBLIC REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Les structures d accueil de jour reçoivent une ou plusieurs fois par semaine des personnes vivant à domicile et pouvant souffrir de

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

IDENTIFICATION DU DOCUMENT

IDENTIFICATION DU DOCUMENT Pages : 1 /7 IDENTIFICATION DU DOCUMENT Domaine RÉALISATION DU SERVICE Fonction ELIMINATION/DÉCHETS Caractéristique SOINS MÉDICAUX Type PROCÉDURE Date de péremption 04/09/2010 Mots clefs : DECHETS/ EMAS/

Plus en détail

Aux côtés des salariés et des entreprises, tout au long de l activité professionnelle et à l heure de la retraite

Aux côtés des salariés et des entreprises, tout au long de l activité professionnelle et à l heure de la retraite accompagnement social compte individuel - données sociales prévention des accidents du travail Accompagnement de la retraite dématérialisation - efficacité prévention de la dépendance des seniors accessibilité

Plus en détail

LE LIVRET D ACCUEIL DE JOUR. Résidence VAUBAN 25, rue Jean Jaurès 59530 LE QUESNOY Tel : 03.27.09.22.00 - Fax : 03.27.09.22.31

LE LIVRET D ACCUEIL DE JOUR. Résidence VAUBAN 25, rue Jean Jaurès 59530 LE QUESNOY Tel : 03.27.09.22.00 - Fax : 03.27.09.22.31 LE LIVRET D ACCUEIL DE JOUR Résidence VAUBAN 25, rue Jean Jaurès 59530 LE QUESNOY Tel : 03.27.09.22.00 - Fax : 03.27.09.22.31 Livret d Accueil de Jour Résidence VAUBAN 1 SOMMAIRE ORGANISATION DE L ACCUEIL

Plus en détail

Villa Claude Cayeux. Livret d accueil. Etablissement de réadaptation des personnes traumatisées crâniennes et handicapées

Villa Claude Cayeux. Livret d accueil. Etablissement de réadaptation des personnes traumatisées crâniennes et handicapées Villa Claude Cayeux Etablissement de réadaptation des personnes traumatisées crâniennes et handicapées Livret d accueil Notre mission Petite histoire de la villa Votre séjour : principes Les étapes La

Plus en détail

Cadre Infirmier Service Pédiatrie/URENI Ecole - MALI

Cadre Infirmier Service Pédiatrie/URENI Ecole - MALI Cadre Infirmier Service Pédiatrie/URENI Ecole - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a pour

Plus en détail