NEWS. SOS Faim. Stop les promesses, place aux actes! > p.6 SOMMAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NEWS. SOS Faim. Stop les promesses, place aux actes! > p.6 SOMMAIRE"

Transcription

1 SOS Faim NEWS Stop les promesses, place aux actes! > p.6 SOMMAIRE Edito: un été à planter, un avenir à moissonner! p.2 Tour d horizons Le partenaire: p.3 PRODIA pp.4 & 5 Campagne: Stop les promesses, place aux actes! - Passer à la vitesse supérieure pour lutter contre la faim pp.6 & 7 Retours de mission: Equateur et Pérou pp.8 & 9 Ca se passe avec vous Le portrait: pp.10 & 11 Faliry Boly, le Peul à la tête des agriculteurs p.12 SOS Faim News n 26 Septembre 2005

2 Edito Un été à planter, un avenir à moissonner! Cet été a encore été rythmé par des nouvelles catastrophiques provenant d'afrique: disette installée et débuts de famine dues aux sécheresses et invasions de criquets. Les gouvernements du Mali et du Burkina Faso ont été obligés de distribuer ou de subventionner des aliments et, même ainsi, au Mali, dans la région de Kidal, un tiers des enfants de moins de 3 ans souffraient de malnutrition. En Ethiopie, dans certaines zones, ce sont 15 à 20% des enfants qui souffraient de malnutrition aiguë. On ne compte plus les régions où les paysans affamés ont mangé les graines qu'ils auraient du planter à la prochaine saison ou abattent leur troupeau, faute de mieux. «Cinq ans après, que reste-t-il des Objectifs du millénaire?» Tout cela prend une plus triste résonance encore lorsque l'on se souvient qu'en 2000, les 191 Etats-membres de l'onu s'engageaient à diminuer de moitié la pauvreté et la faim dans le monde pour Cinq ans après, que reste-t-il des «Objectifs du millénaire»? Sur 14 initiatives humanitaires lancées par l'onu en Afrique cette année, 8 ont reçu moins de 20% du budget réclamé et une seule a reçu plus de 40% de cette somme! Au rythme où nos dirigeants prennent des mesures, la pauvreté sera réduite de moitié... en Imaginez : Promettre aux plus défavorisés d'entre-nous, à ces familles qui vivent avec moins de 1 par jour, des lendemains meilleurs dans la décennie pour finalement se rétracter et dire «désolé, on n'a pris du retard, on sera prêt dans cinq générations»? Grâce à vous, SOS Faim s'est mobilisé tout l'été en affichant sa détermination: l'onu doit respecter ses engagements, «Stop les promesses, place aux actes!». C'est avec ce slogan que, ensemble, nous avons sensibilisé les festivaliers de Couleur Café, Esperanzah et Dour, ainsi que les participants à la Foire de Libramont et au Salon Valériane. Ce n'est pas rêver tout haut que d'affirmer que les choses peuvent bouger : l'an dernier, grâce au soutien de plus de personnes, notre campagne «Mon poulet, Ma poule» a permis d'obtenir des résultats contre les exportations de poulets, on peut bien l'avouer maintenant, au-delà de nos espérances. Cet été nous avons planté les germes d'un monde plus équilibré. Rendez-vous dans quelques mois pour, je l'espère, moissonner en abondance! Freddy Destrait, Secrétaire général de SOS Faim Pour devenir bénévole: - Pour faire un don: SOS Faim News n 26 Septembre 2005 page 2

3 Tour d'horizons Rapport d'activités Le rapport d'activités 2004 est disponible! Si vous souhaitez découvrir plus en détails le résultat d'un an de travail en Bolivie, au Chili, en Equateur, au Pérou, en Ethiopie, en Erythrée, au Mali, au Congo, au Sénégal, et mieux comprendre les projets et actions de nos partenaires, commandez la brochure auprès de Sabine Chevalier (02/ ou Le rapport d'activités est également sur notre site internet, en format pdf. Situation en Bolivie Après plusieurs semaines de manifestations à propos de la nationalisation des entreprises pétrolières, le président bolivien Carlos Mesa a finalement démissionné, ne parvenant pas à sortir de la crise sociale. César Soto, notre représentant sur place, constate que «des mouvements d'extrême droite dans les régions pétrolières (Santa Cruz) souhaitent plus d'autonomie, voire d'indépendance, et ne sont pas favorables à cette perspective. Ils sont soutenus par les lobbies pétroliers, eux-mêmes soutenus par les Etats-Unis. Par ailleurs, si le Président actuel ne tient pas ses promesses, les gens retourneront dans la rue, avec les risques que cela comporte, notamment de guerre civile». On peut espérer que le nouveau président, Eduardo Rodriguez, parviendra à stabiliser la situation d'ici aux élections parlementaires qui devraient avoir lieu à la fin de l'année, et qui devraient trancher la question. Nos partenaires en Bolivie 3 associations d'artisanat : COMART (environ 30 personnes), ARTE CAMPO ( artisans, dont 96% de femmes), l'association rurale des artisans de Oruro (150 membres). 4 associations de production, transformation et commercialisation de produits agricoles : l'association des producteurs de blé (400 membres), le CEMUR (300 femmes), l'aopeb (regroupant 51 organisations) et les coopératives de Villa Oriente et Coraca Irupana (regroupant des producteurs de café). 2 exploitations durables des forêts : la COPNAG (7.000 membres) et la CICOL, communauté des Indigènes de Lomerio. SOS Faim News n 26 Septembre 2005 page 3

4 Prodia Quand les microcrédits se font citadins Mamadou Ouedraogo, à la tête de PRODIA, institution de microfinance burkinabée, particulièrement active en milieu urbain, tire un bilan positif de son activité. Mais se pose beaucoup de questions: à quoi sert d'aider des artisans à se lancer si les banques traditionnelles ne prennent pas le relais des Institutions de microfinance (IMF)? En 1981, M. Pirotte, qui a l'habitude de vendre de l'artisanat en Europe pour aider des amis africains, s'aperçoit que les artisans burkinabés n'ont pas accès aux crédits «classiques», les banques ne les aidant pas, alors que le secteur est porteur d'emplois. Une situation très courante en Afrique qui touche M. Pirotte. Il organise la création de Prodia, qui devient notamment un partenaire de SOS Faim. L'idée : lancer une structure spécialisée qui s'occupe d'artisanat, en particulier du financement, de formations. «Les jeunes quittent la pauvreté des campagnes pour la ville. Mais que leur propose-t-on?» Des crédits urbains accordés notamment aux femmes pour développer des activités commerciales. Dès 1990, Prodia choisit son public : les artisans et les petites entreprises urbaines qui ont déjà une activité existante et qui souhaitent obtenir un crédit individuel. Pourquoi ce choix alors que la pauvreté au Burkina-Faso est avant tout rurale? Mamadou Ouedraogo explique : «Les villes se développent de plus en plus dans mon pays et l'on constate que les jeunes s'y installent, notamment en raison de la pauvreté quasi intrinsèque des campagnes. Mais que leur propose-t-on dans les cités? Si peu Le taux de chômage est catastrophique et a des conséquences très néfastes, comme l'augmentation des vols. Il fallait agir, notamment pour ceux qui se sont lancés dans le secteur des services (plombiers, électriciens, )». Mais pourquoi choisir d'aider uniquement ceux qui ont déjà créé leurs activités? «Nous devons être certain photo que Prodia soit rentable. Or, nous avons constaté que les structures existantes que nous aidons sont toujours plus viables que celles qui débutent. Cela signifie qu'elles génèrent emplois et bénéfices et, surtout, qu'elles sont capables de rembourser leurs dettes envers nous». Prodia, c'est aussi une clientèle en grande partie féminine (plus de 60%), et une formule d'emprunt originale, qui a désormais fait ses preuves. «Notre méthodologie de crédit est assez stricte», constate Mamadou : «Nous accordons des crédits évolutifs en fonction de la performance de la clientèle. Ainsi, si le premier crédit, de faible montant, est bien remboursé, nous en accorderons un second, plus important, et ainsi de suite. La moyenne empruntée est de FCFA (près de 758 ) et le maximum empruntable est de CFA (2.417 )». Pour avoir une idée de ce que peuvent représenter ces montants, il faut savoir que le salaire minimum burkinabé s'élève à FCFA (51,5 ) et que la moyenne salariale est de FCFA (129 ) SOS Faim News n 26 Septembre 2005 page 4

5 Partenaire Depuis les années 90, le succès ne se dément pas. Mais pose question : «Prodia ne peut accorder des crédits plus important, à cause de ses capacités, mais aussi de sa réalité d'institution de microfinance. Cependant, de plus en plus souvent, nous sommes face à des clients qui ont réussi et qui veulent emprunter plus. Nous essayons alors de les faire passer vers les banques classiques mais c'est loin d'être évident». En effet, le secteur bancaire traditionnel burkinabé est constitué de succursales de banques européennes (BNP, Société Générale, ) pour qui «les petits salaires inconstants (et les activités indépendantes le sont) ne représentent rien et sont ennuyants». Par ailleurs, ces institutions n'ont pas bonne presse auprès de la population, encore fortement non alphabétisée : «La plupart des gens pensent que cela va leur coûter de l'argent d'aller frapper à ces portes-là. Ils n'ont pas confiance et en plus, ne s'y sentent pas à l'aise», constate Mamadou. Le cercle vicieux : comment stabiliser les populations qui ont émergé? «L'Europe raréfie son soutien» Pas facile de trouver une solution, surtout que les IMF rencontrent une nouvelle difficulté : accéder elles-mêmes au financement. «Nous allons devoir emprunter auprès des institutions classiques pour disposer d'argent frais pour nos propres clients, car l'europe raréfie son soutien. Cela nous obligera à augmenter nos taux d'intérêt. Or, cela risque d'être très défavorable à nos bénéficiaires de petits crédits. Nous envisageons donc de passer à 2 taux d'emprunt, l'un pour les montants inférieurs à FCFA et un autre pour les montants supérieurs». Une microfinance à deux vitesses qui ne solutionnerait pas la quadrature du cercle mais comment faire pour que l'immense majorité de la population ait accès au crédit? Alors que la population gagne en moyenne 129 par mois, acheter un vélo représente une vraie victoire. Mais Mamadou ne se décourage pas : «Nous aidons déjà plus d'un million de personnes, ce qui a pour effet de lutter contre la pauvreté et de résoudre une partie du chômage. La microfinance n'est pas la panacée, mais elle a ce mérite, comme celui de mettre la ville au service de la campagne. En effet, nos clients ont des revenus et peuvent ainsi acheter des fruits, des produits laitiers, et contribuent à aider les paysans ; ils aident également plus directement leurs parents ou amis malades ou séniles». Et puis, il y a les réalités de terrain, des souvenirs que Mamadou a en tête pour continuer le chemin : «Lorsque vous apprenez que grâce à Prodia telle personne a acheté un vélo ou une chaise et considère cela comme son bien le plus précieux, le trésor des trésors, lorsque vous découvrez que toute une fratrie peut dorénavant aller à l'école, que telle femme a accouché dans un hôpital et a été ainsi sauvée, vous vous dites que votre travail a un sens, même s'il ne résout pas tout». SOS Faim News n 26 Septembre 2005 page 5

6 Stop les promesses Passer la vitesse supérieure pour lutter contre la faim Lutter contre la faim est un combat vieux comme le monde ; mais ce n'est pas un combat chimérique pour SOS Faim. En relayant la campagne mondiale «Global call to action against poverty», l'ong entend proposer à chacun de porter un bandeau blanc et témoigner ainsi de son exigence à voir les gouvernements tenir leurs promesses, en particulier la réduction de la faim et de la pauvreté de moitié d'ici à «Stop les promesses, place aux actes», voilà la nouvelle campagne de SOS Faim. Rencontre avec Jean-Jacques Grodent, responsable du service Information, pour en savoir plus. FCh : L'ONU s'est engagée à réduire de moitié la faim et la pauvreté dans le monde d'ici à Qu'en penses-tu? Sur le terrain, les aides promises n'arrivent pas toujours et la situation est très vite catastrophique, surtout en cas de mauvaises récoltes. Jean-Jacques Grodent : Cette déclaration de l'onu, appelée «Objectifs du millénaire» prête le flanc à plusieurs critiques. Premièrement, le cynisme qu'elle dégage est absolument intolérable. On ne peut annoncer la réduction de la pauvreté de moitié, comme si il était normal que plus de 400 millions de personnes continuent à mourir de faim pour une durée indéterminée. Deuxièmement, il est regrettable que l'onu propose des solutions qui ne s'attaquent pas aux causes de la faim et de la pauvreté, ce qui signifie qu'une vraie remise en question de notre mode de fonctionnement (société capitaliste, libre-échange, ) n'est toujours pas à l'ordre du jour. Enfin et surtout, il est bien de promettre, il serait mieux d'agir. Jusqu'à présent, nos partenaires sur le terrain n'ont pas vu grand-chose de concret. En cinq ans, les avancées sont tellement minimes que si on continue comme ça, cet objectif de réduction de la faim sera atteint en 2147! Que font les hommes, les femmes, les familles concernées par cette problématique en attendant? Tu es très critique et pourtant la campagne «Stop les promesses!» encourage à la réalisation de ces objectifs! JJG : Ce que SOS Faim dit à travers cette campagne c'est «Fini le boyscoutisme de façade!». Les dirigeants doivent agir en fonction de leurs déclarations. On parle de vie ou de mort, il ne s'agit pas de s'endormir sur ses lauriers. Hors, jusqu'à présent, on assiste à de grandes déclarations mais pas à leur concrétisation. Pensez à la soi-disant annulation de la dette annoncée avec fracas. Qu'en reste-t-il? Par ailleurs, si le Objectifs du millénaire sont loin d'être «le top du top», ils ont au moins le mérite de nous permettre de parler de lutte contre la faim et de trouver notamment un écho médiatique, ce qui devient de plus en plus difficile. Il faut informer les gens sur les réalités de terrain et leur dire que des solutions sont possibles. Le combat contre la faim ne doit pas être vu comme un combat chimérique. Il faut convaincre tout le monde de cela. SOS Faim News n 26 Septembre 2005 page 6

7 Campagne Donc, oui, nous sommes critiques, mais nous profitons de cette porte entr'ouverte pour, espérons-le, faire bouger les choses. La lutte contre la faim, ce n'est pas un combat chimérique? Quelles sont les avancées dont SOS Faim se réjouit? JJG : Alors que les paysans nourrissent la terre, ils sont les premiers à souffrir de la faim. SOS Faim soutient donc les petits producteurs du Sud et obtient des résultats encourageants depuis 20 ans. Chaque jour, des hommes et des femmes inventent des solutions pour nourrir leur famille et développer leur région. On ne peut nier ses combats et les résultats qu'ils obtiennent, même si ce n'est qu'une goutte d'eau face aux besoins. Pour que les choses changent à très grande échelle, il faut changer les règles du jeu de la mondialisation. Et ça, on a appris à le faire l'an dernier avec la campagne «Mon poulet, Ma poule». Rien ne nous empêche donc de le refaire, même si l'on ne doit pas tomber dans l'enthousiasme facile. S'attaquer au système, c'est très difficile. Justement, quel a été l'accueil? JJG : Très bon la plupart du temps, y compris lors d'événements moins «alter» comme le festival de Dour. Cependant, j'ai été étonné d'enregistrer énormément de propos stéréotypés, voire carrément racistes, très durs à entendre, en parallèle à cet enthousiasme. Lorsque l'on nous dit «Nous n'allons pas nous appauvrir pour les enrichir», la preuve est faite si besoin en était, que beaucoup d'information est encore nécessaire. Les paysans du Sud ne se découragent pas et continuent à cultiver, plantant parfois jusqu'à trois fois de suite en espérant récolter. Mais un changement notable n'interviendra que si les règles de la mondialisation sont modifiées. Tout l'été, les bénévoles de SOS Faim se sont mobilisé pour informer le grand public sur les Objectifs du millénaire. SOS Faim News n 26 Septembre 2005 page 7

8 Equateur RETOUR DE MISSION de Marc Mees, coordinateur du service d'appui aux partenaires Le FOGAL au service des IMF Le projet soutenu par SOS Faim Les activités de SOS Faim en Equateur sont essentiellement liées aux activités du FOGAL, le fonds de garantie pour l'amérique Latine, créé il y a plus de 10 ans par SOS Faim. Le FOGAL a été constitué en une institution latino-américaine indépendante au début de l'année Il soutient, via l'engagement de garanties, des institutions de micro finance (IMF) et des organisations de producteurs (OP), qui ont besoin de ces garanties pour accéder à des prêts dans des banques commerciales ou alternatives, afin d'assurer leurs activités de crédits (pour les IMF) ou pour réaliser leurs activités de commercialisation - achat et vente de produits - (pour les OP). La situation de l Equateur L'Equateur a connu une période de crise politique fin avril 2005 marquée par d'importantes manifestations populaires qui ont précipité la démission du président Lucio Gutierrez, arrivé au pouvoir grâce à l'appui du secteur indigène. Il a été remplacé par le vice-président Palacio. Des élections sont prévues en Entre temps, le climat est redevenu plus serein, même si des manifestations régionales ont lieu régulièrement pour demander la concrétisation de promesses d'investissements locaux. C'est que, malgré l'existence de nombreux produits d'exportation (pétrole, gaz, bananes, café, cacao, crevettes, ), la situation économique d'une majorité de la population reste précaire et les inégalités sociales sont très marquées. Il est intéressant de remarquer que la deuxième source de devises dans le pays (après le pétrole) provient des transferts de la diaspora équatorienne, en provenance essentiellement des Etats-Unis et d'espagne. Les résultats des actions soutenues par SOS Faim Via le FOGAL, SOS Faim soutient 3 institutions de microfinance. Ces garanties permettent aux institutions de fonctionner et aux familles qu'elles soutiennent de vivre de leur travail. Le FOGAL bénéficie aussi à des organisations de producteurs. C'est ainsi que la garantie accordée à UROCAL permet à 600 familles d'exporter leurs produits, des bananes biologiques, et d'écouler ainsi à bon prix leurs récoltes. Et demain? Dans un souci de développement régional, SOS Faim a décidé de concentrer son travail en Amérique Latine sur trois pays andins, la Bolivie, le Pérou et l'equateur. En Equateur, nos activités sont encore relativement peu développées et elles sont essentiellement liées au FOGAL. Dès lors, depuis un an, des efforts sont en cours afin de développer de nouveaux projets et d'identifier de nouveaux partenaires. Etant donné l'importance du secteur de la microfinance et des coopératives d'épargne-crédit dans ce pays, il s'agit d'un point d'entrée intéressant dans la perspective de travailler sur l'amélioration de l'accès des populations rurales à des services financiers diversifiés. De plus, des synergies pourraient être développées entre les pays andins, notamment des échanges d'expériences entre coopératives d'épargne-crédit rurales péruviennes et équatoriennes. SOS Faim News n 26 Septembre 2005 page 8

9 Sur le terrain Pérou RETOUR DE MISSION d'aurore de Crombrugghe, chargée d'appui aux partenaires Paysan vend fibre haute couture Le projet soutenu par SOS Faim Au Pérou, SOS Faim travaille, selon une approche programme, avec une vingtaine de partenaires, institutions de microfinance et organisations de producteurs. Parmi ceux-ci, la SNV, la Société Nationale des Eleveurs de Vigogne qui regroupe près de 800 communautés paysannes commercialisant la laine de cet animal proche du lama. La situation du Pérou La situation socio-économique est relativement stable et les indicateurs macro-économiques sont plutôt favorables. Pourtant, cette croissance ne concerne qu'une partie de la population péruvienne, le secteur rural est marginalisé, le sous-emploi et le chômage restent très importants et les tensions sociales sont croissantes. La situation politique est instable et la popularité du président Toledo très basse, malgré les nombreux remaniements de son gouvernement. Par ailleurs, le traité de Libre Commerce avec les Etats-Unis est en cours de négociations. Celles-ci se prolongent, notamment du fait du déséquilibre entre les exigences américaines en terme d'ouverture des marchés du Sud et les mesures de protection de ses entreprises nationales (au travers des barrières douanières et des subsides internes). Les résultats des actions soutenues par SOS Faim La société nationale de la vigogne est soutenue par SOS Faim depuis plusieurs années dans l'objectif de développer l'exploitation de la fibre de vigogne et d'en tirer davantage de valeur ajoutée pour les petits producteurs ruraux. La laine de vigogne, animal sauvage qui vivant sur les hauts plateaux des Andes, est d'une finesse remarquable, comparable au cachemire, et constitue dès lors une source de revenus exceptionnelle pour les petits éleveurs situés à plus de mètres d'altitude. Cependant, les conditions d'exploitation sont encore loin d'être optimales: la tonte se fait encore au ciseau dans la plupart des cas, ce qui porte préjudice à la qualité de la fibre et à ses possibilités d'exploitation commerciale. Jusqu'à cette année, en l'absence d'unité de traitement (lavage, décrêpage et filature) de la laine, celle-ci était commercialisée à l'état brut. Après avoir reçu un appui de SOS Faim pour l'acquisition de matériel de tonte et de formations, la SNV bénéficie actuellement d'un appui pour la mise en place d'une installation de traitement de la laine. Les premières activités de commercialisation de laine traitée issue de la tonte de l'été 2005 vont pouvoir débuter. SOS Faim News n 26 Septembre 2005 page 9

10 Ça se passe avec vous 20 km de Bruxelles : SOS Faim courait pour le Sud. Le 29 mai dernier, SOS Faim participait aux 20 km de Bruxelles, avec comme seul objectif celui d'afficher nos couleurs pour nous faire connaître. Résultat? Une jolie 30ème place (sur 467) au classement par équipe, soit un bond de 40 places par rapport à l'an dernier! On regrettera par contre que des petits malins aient «emprunté» sur notre stand tous les T-shirts réservés aux coureurs, nous privant ainsi d'une belle possibilité de notoriété. Qu'à cela ne tienne : nous préparons activement les prochains 20 km, notamment avec des possibilités de parrainage pour les entreprises et les coureurs qui le souhaiteraient. Envie de participer à un atelier de réflexion sur le sujet? Contacte Fanny Soirée lancement de stands Le 24 juin, SOS Faim préparait sa saison «festivals, foires et stands», dans une ambiance caniculaire. Vous avez été plus de 40 à nous rejoindre pour découvrir en détails l'action de SOS Faim, ainsi que la campagne que nous allions porter l'été et pourquoi. Ce moment a été l'occasion de reparler des résultats de la campagnes sur les poulets congelés, de discuter de la concrétisation (possible ou pas?) des objectifs du millénaire, mais aussi de partager les expériences de terrain entre bénévoles, tout en accueillant dignement les nouveaux, le tout dans une ambiance assez festive. Merci à vous! Pour votre participation, votre curiosité, et pour l'enrichissement que vous apportez à SOS Faim de part la diversité de vos parcours et de vos personnalités! SOS Faim News n 26 Septembre 2005 page 10

11 Festivals, foires & co Quelques aperçus de l'ambiance sur les stands cet été. Vous y étiez? De tout cœur, merci :!! La campagne bandeau blanc a été un succès : près de bandeaux blancs distribués et des centaines de contacts noués. SOS Faim News n 26 Septembre 2005 page 11

12 Portrait Sexagon Faliry Boly, le Peul à la tête des agriculteurs Le proverbe africain dit : «On est plus le fils de son époque que le fils de son père». Faliry Boly ne le démentira pas. Fils d'un Peul, il aurait du en toute logique être éleveur et nomade. Il est agriculteur attaché viscéralement à sa terre, au point de s'étonner que les Peuls dont il reste «voient dans les champs uniquement de la nourriture pour les bêtes». Riziculteur, Faliry ne possède pourtant pas de terres. Au Mali, les paysans ne peuvent que louer des parcelles auprès de l'etat, d'année en année, moyennant de fortes redevances. Sa vie est celle de millions de paysans africains : un labeur difficile pour seul horizon, mais Faliry fait de ses difficultés une force. Devant les fermes ardennaises épaisses comme des citadelles, il pense que «ceux qui possèdent cela doivent avoir peur de mourir». Ce n'est pas son cas. D'ailleurs, Faliry n'a pas peur de grand-chose, même si, au premier coup d'œil, il semble sans défense. Il porte la moustache «car il faut bien faire peur aux enfants», mais son visage reste résolument sage, lisse. C'est un piège : ses yeux noirs se plissent d'intérêt sans arrêt et réservent bien des surprises. Comme la vie. SOS Faim News N 26 Septembre 2005 Service Information SOS Faim asbl Rue aux Laines, Bruxelles Tél. : Fax : CCP : La récolte est mauvaise cette année-là, si peu rentable que plusieurs paysans ne peuvent payer leurs redevances «irrigation». L'Office du Niger (qui gère les terres rizicoles au nom de l'etat) expulse plus de familles. Un paysan désespéré se suicide : c'est l'étincelle. Faliry Boly, l'homme humble, est élu par les Anciens à la tête du syndicat des riziculteurs, le Sexagon. «Ils avaient besoin de quelqu'un, ils m'ont choisi. J'ai dit oui». Mission : rétablir les paysans sur leurs terres et faire changer le système. Avant même de vraiment commencer à travailler, Faliry endure les sanctions : il est envoyé en prison. Sa femme, enceinte et malade, est mutée à 80 kilomètres de sa résidence, sa maison lui est reprise. Il rit : «Merci l'etat! Il a très mal joué! A ma sortie de prison, je traversais toute la zone de riziculture pour aller voir ma femme, passant dans les quatre sections du syndicat, organisant meetings sur réunions, à l'aller, au retour». Parallèlement, la solidarité à l'africaine joue son rôle et les syndiqués lui construisent une maison : «une simple hutte en bambou, mais pour moi, c'est le plus confortable des palais». Arrive le jour où, après quatre ans de séparation, sa femme peut enfin le rejoindre, avec leurs trois enfants, dont le dernier, qu'il a à peine vu dix jours durant ces années. «L'Etat pensait réparer les choses, arrêter la machine. Mais c'était trop tard : aujourd'hui, le directeur de l'office du Niger me reçoit quand je veux, car derrière moi, il y a paysans». C'est que, durant ces quatre ans, le Sexagon a notamment organisé une marche sur Bamako, obtenant ainsi de rendre leurs terres aux paysans expulsés. Mais «la menace est toujours la même. Demain, si la récolte est mauvaise, nous risquons d'être à nouveau expulsés. L'Etat, quoiqu'il en dise, s'en fiche : il loue alors les terres à des multinationales asiatiques. Hors, nous, paysans, voulons vivre de nos récoltes et non pas devenir les ouvriers agricoles de sociétés mêmes pas maliennes. Mon objectif est de sortir de ce système féodal en proposant la location des terres pour des baux plus longs». Et pas l'achat, «qui lèseraient les plus faibles et enrichiraient les plus riches». Editeur responsable : Freddy Destrait, rue aux Laines 4, 1000 Bruxelles Rédaction : Fanny Charpentier Photos : SOS Faim, sauf pp.7,10,11 photo D. Stuyts Edition réalisée avec le soutien de la Direction Générale de la Coopération au Développement Votre avis nous intéresse! Contactez-nous par téléphone (02/ ), par ou par courrier (rue aux Laines 4, 1000 Bruxelles) Alors, lui qui est un sédentaire attaché viscéralement à son lopin terre, est redevenu un Peul : il traverse le monde, de New-York à Paris, non pas à la recherche de pâturages, mais de soutien politique ou médiatique à son combat. SOS Faim News n 26 Septembre 2005 page 12

Avec un legs, Agir. de votre solidarité. Agir. avec le Sud. MLEF-SOS Faim

Avec un legs, Agir. de votre solidarité. Agir. avec le Sud. MLEF-SOS Faim Agir avec le Sud Avec un legs, tracez Agir le sillon de votre solidarité MLEF-SOS Faim «Vivez au-delà de votre imagination!» édiger son testament Chère Madame, Cher Monsieur, Vous avez remarqué? Que l

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

UN INSTRUMENT FINANCIER POUR L AGRICULTURE EN. Wilfredo Necochea Président FOGAL sosf@amauta.rcp.net.pe

UN INSTRUMENT FINANCIER POUR L AGRICULTURE EN. Wilfredo Necochea Président FOGAL sosf@amauta.rcp.net.pe FONDS DE GARANTIE: UN INSTRUMENT FINANCIER POUR L AGRICULTURE EN AMÉRIQUE LATINE Wilfredo Necochea Président FOGAL sosf@amauta.rcp.net.pe FONDS DE GARANTIE Encourager les banques et/ou entités de financement

Plus en détail

La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire

La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire DOSSIER DE PRÉSENTATION S o m m ai r e SolidaireVille, plateforme innovante de micro-dons. Une première!...3 Des projets au service du développement

Plus en détail

MARAICHAGE COLLECTIF (Atelier1) Claude Mudry

MARAICHAGE COLLECTIF (Atelier1) Claude Mudry Sézegnin à 17 km du centre de Genève Féminin pour masculin MARAICHAGE COLLECTIF (Atelier1) Claude Mudry Déroulement de la présentation Qui sommes nous et un peu de notre histoire Nous sommes aujourd'hui

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL 1. INTRODUCTION SUR LE MICRO ASSURANCE AU SEIN DE L ONG CADERCO- SAVINGS FOR LIFE INTERNATIONAL. L ONG

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement...

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement... Bonjour, Maintenant que vous avez compris que le principe d'unkube était de pouvoir vous créer le réseau virtuel le plus gros possible avant que la phase d'incubation ne soit terminée, voyons COMMENT ce

Plus en détail

One World to protect PLANET GUARANTEE SENEGAL

One World to protect PLANET GUARANTEE SENEGAL One World to protect PLANET GUARANTEE SENEGAL 2 A PRÉSENTATION DE PLANET GUARANTEE I. Présentation de PlaNet Guarantee L'objectif de PlaNet Guarantee est de permettre aux populations exclues des systèmes

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Raphaël Pradeau (Académie de Nice) et Julien Scolaro (Académie de Poitiers) Programme : NOTIONS : Demande globale, inflation,

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

Union Economique et monétaire Ouest Africaine!"#$ $% &

Union Economique et monétaire Ouest Africaine!#$ $% & Union Economique et monétaire Ouest Africaine!"#$ $% & '( L enquête 1-2-3 dans les Etats membres de l UEMOA Le Programme régional d'appui statistique à la surveillance multilatérale des pays de l'uemoa

Plus en détail

LE PROJET ASSOCIATIF DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

LE PROJET ASSOCIATIF DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE LE PROJET ASSOCIATIF DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE Ainsi, la Croix-Rouge est une aventure humaine. 1 Elle est née de l'expérience d'henry Dunant qui entreprit, le 24 juin 1859, sur le champ de bataille de

Plus en détail

LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT

LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT 1 REUNIONS STATUTAIRES DE L'ACI POUR L'AFRIQUE --------------------- Cotonou, du 21 au 25 Août 2000 -=-=-=-=-=-=- LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT Dr Oumar OUATTARA

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun.

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. 14 ème SOMMET DE LA FRANCOPHONIE Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. (Kinshasa, 12-14 octobre 2012) Point 7 à l ordre du jour sur le thème : «L Afrique dans la francophonie

Plus en détail

Leçon : Les dynamiques de développement dans les périphéries. Page 1

Leçon : Les dynamiques de développement dans les périphéries. Page 1 Leçon : Les dynamiques de développement dans les périphéries. Page 1 Problématique : Existe-t-il un modèle de développement pour les pays du Sud? Page 2 Document 1 Evaluation : 1. Présentez le document.(x

Plus en détail

NOS ENGAGEMENTS COMMUNS Programmation du mouvement ATD Quart Monde en Belgique 2013-2017

NOS ENGAGEMENTS COMMUNS Programmation du mouvement ATD Quart Monde en Belgique 2013-2017 NOS ENGAGEMENTS COMMUNS Programmation du mouvement ATD Quart Monde en Belgique 2013-2017 8 juin 2013 : 60 membres actifs se retrouvent pour une journée d'évaluation à la Maison Quart Monde de Bruxelles.

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin.

Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin. Extra Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin. Participez à l'action de Nouvel An d'alterfin! Alterfin est à la recherche de personnes qui souhaitent

Plus en détail

Devenez mécène du Musée du Louvre Foire aux questions

Devenez mécène du Musée du Louvre Foire aux questions Devenez mécène du Musée du Louvre Foire aux questions POURQUOI LE LOUVRE A-T-IL BESOIN DE VOTRE SOUTIEN? Le musée du Louvre est une institution publique qui reçoit une subvention de la part de l Etat pour

Plus en détail

Le mouvement coopératif et mutualiste: un réseau d entreprises et un mouvement ouvert aux autres

Le mouvement coopératif et mutualiste: un réseau d entreprises et un mouvement ouvert aux autres Forum coopératif de la Mauricie Quelles contributions et réponses les coopératives et mutuelles apportent-elles aux défis et enjeux de la société dans ma région et à ceux de la société québécoise? Le mouvement

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique Sujet: «Santé et sécurité humaine en milieu rural: stratégie de prise en charge des problèmes d accessibilité aux soins de santé des populations dans la zone du Ferlo au Sénégal» Thématique: sécurité humaine

Plus en détail

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE!

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! Les liens hypertextes vers d'autres sites de l'internet ne signifient nullement que l'organisation approuve officiellement les opinions, idées, données

Plus en détail

LE FOMIN EN HAITI Un Partenaire du Secteur Privé

LE FOMIN EN HAITI Un Partenaire du Secteur Privé LE FOMIN EN HAITI Un Partenaire du Secteur Privé Ralph Denizé Montréal, Canada 1. TABLE DES MATIERES Le FOMIN en Bref Le mandat du FOMIN Le FOMIN en chiffres Le FOMIN en Haiti FOMIN Haiti en chiffres FOMIN

Plus en détail

IMPACT DE LA MICRO FINANCE EN MILIEU RURAL EXPERIENCE DE LA CAISSE D EPARGNE ET DE CREDIT

IMPACT DE LA MICRO FINANCE EN MILIEU RURAL EXPERIENCE DE LA CAISSE D EPARGNE ET DE CREDIT IMPACT DE LA MICRO FINANCE EN MILIEU RURAL EXPERIENCE DE LA CAISSE D EPARGNE ET DE CREDIT D ODIENNE (CECO) PRESENTATION DE MONSIEUR TOURE GAOUSSOU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA CAISSE D EPARGNE

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Projet de création d'un centre de santé (dispensaire - maternité) à Diabal - Sénégal

Projet de création d'un centre de santé (dispensaire - maternité) à Diabal - Sénégal Projet de création d'un centre de santé (dispensaire - maternité) à Diabal - Sénégal Organisme sollicitant la demande Association Pour le Développement de Diabal - Sénégal 10 rue de vannes 29 200 Brest

Plus en détail

Questionnaire sur la mise en oeuvre du programme d action sur une culture de la paix

Questionnaire sur la mise en oeuvre du programme d action sur une culture de la paix Questionnaire sur la mise en oeuvre du programme d action sur une culture de la paix PREPARATION DU RAPPORT A MI-PARCOURS DE LA DECENNIE INTERNATIONALE DE LA PROMOTION D UNE CULTURE DE LA NON-VIOLENCE

Plus en détail

Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact

Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact Niveau / âge des participants Enfants (à partir de 12 ans), adolescents et adultes. Temps/durée d animation Environ ¼ d heure. Nombre d animateurs

Plus en détail

RÉSEAU DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX UE-AFRIQUE 4 et 5 mars 2014, Bruxelles DÉCLARATION FINALE

RÉSEAU DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX UE-AFRIQUE 4 et 5 mars 2014, Bruxelles DÉCLARATION FINALE Comité économique et social européen RÉSEAU DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX UE-AFRIQUE 4 et 5 mars 2014, Bruxelles DÉCLARATION FINALE Des représentants des acteurs économiques et sociaux de l'union

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

Un grand évènement citoyen pour le climat

Un grand évènement citoyen pour le climat Kit d accueil Bénévoles Le Village des Alternatives Un grand évènement citoyen pour le climat 26 et 27 sept. 2015, place de la République à Paris alternatiba.eu/paris La dynamique Alternatiba Le 6 octobre

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention Dossier de demande de subvention Association Waka Burkina 35 Ter rue Émile Zola 94 600 Choisy-le-Roi http://wakaburkina.free.fr LE MICRO-CRÉDIT, OUTIL D'ÉMANCIPATION POUR LES FEMMES AU BURKINA FASO 1 SOMMAIRE

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/ Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français http://www.myexpat.fr/ Sommaire My Expat... Résumé de l étude... Qui sont les Français de l étranger?... Où les Français partent-ils

Plus en détail

Jeu concours La terre vue du Collège

Jeu concours La terre vue du Collège Jeu concours La terre vue du Collège Canevas pour Bande-dessinée Collège Camille Claudel Rue Henri Dunant 86400 CIVRAY 3ème B, Groupe 1, Option Découverte Professionnelle 3 Heures 1/18 RÈGLE DU JEU CONCOURS

Plus en détail

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif:

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif: Instructions pour l'enseignant Objectif: La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Tâche: Les images doivent être attribuées aux textes correspondants. Matériel:

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Rapport de STAGE Leclerq Espaces Verts

Rapport de STAGE Leclerq Espaces Verts HOUDEVILLE Gwendoline 3èmeA Rapport de STAGE Leclerq Espaces Verts Jeudi 5 et vendredi 6 décembre 2013 SOMMAIRE SOMMAIRE...2 INTRODUCTION...3 PRÉSENTATION ET ORGANISATION DE L'ENTREPRISE...4 1. Localisation

Plus en détail

A V I S N 1.677 ----------------------- Séance du vendredi 20 février 2009 ----------------------------------------------

A V I S N 1.677 ----------------------- Séance du vendredi 20 février 2009 ---------------------------------------------- A V I S N 1.677 ----------------------- Séance du vendredi 20 février 2009 ---------------------------------------------- Arrêté royal modifiant l'arrêté royal du 15 juillet 1997 portant des mesures de

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans COMMUNIQUÉ DE PRESSE 14,7% de la population belge sous le seuil de pauvreté 1 La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans Forte hausse des demandes de microcrédits

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

Questionnaire pour les mutualistes

Questionnaire pour les mutualistes Questionnaire pour les mutualistes Nom Groupement Les modalités de réponses devront être lues uniquement lorsqu'il est indiqué la mention "lire" Présentation "Nous aimerions connaître votre niveau de satisfaction

Plus en détail

Qu est-ce que le commerce équitable?

Qu est-ce que le commerce équitable? FAIR TRADE RULES! Position du mouvement international du commerce équitable en vue de la VI e Conférence Ministérielle de l OMC à Hong Kong Octobre 2005 «Nous, les membres du mouvement international du

Plus en détail

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

* Extraits d'un entretien effectué dans le Karyassa 'supres de membres d'un clan Tamashek, les Kel Taddak. Document présenté par Etienne Le Roy.

* Extraits d'un entretien effectué dans le Karyassa 'supres de membres d'un clan Tamashek, les Kel Taddak. Document présenté par Etienne Le Roy. (< Le chez soi pour nous, c'est l'eau 11 Cet entretien a été réalisé chez les Tamashek par J.-M. Yung le 30 novembre 1988, et traduit U au pied de la dune n. Il nous a impressionné. Le choix des extraits

Plus en détail

50 ans de Fédération internationale

50 ans de Fédération internationale Les Analyses 2014/32 50 ans de Fédération internationale Qu est-ce qui a changé? ACRF Lors de sa dernière Rencontre mondiale de mai 2014, la Fédération Internationale des Mouvements d Adultes Ruraux Catholiques,

Plus en détail

Zoom microfinance. Introduction LE CREDIT D'EQUIPEMENT PAYSAN - KAFO JIGINEW AU MALI. Sommaire. Numéro 10 Mai 2003

Zoom microfinance. Introduction LE CREDIT D'EQUIPEMENT PAYSAN - KAFO JIGINEW AU MALI. Sommaire. Numéro 10 Mai 2003 Numéro 10 Mai 2003 LE CREDIT D'EQUIPEMENT PAYSAN - KAFO JIGINEW AU MALI Sommaire Le crédit par et pour les paysans La progression globale du réseau Le taux de remboursement du crédit d équipement Destinataires

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

Rapport d'activités 2011

Rapport d'activités 2011 Rapport d'activités 2011 SOMMAIRE 1 - Animation éditoriale du site www.alpesolidaires.org 1.1 : Animer la participation des acteurs ESS et politique de la ville Des contributions en hausse Une fréquentation

Plus en détail

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1 APREF juin 2011 1 Pourquoi la micro-assurance? Lien fort et évident entre pauvreté et vulnérabilité Si quelqu un est protégé contre les risques de base pour lui et sa famille, il est plus enclin à prendre

Plus en détail

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres Etude Ipsos pour ELLE Pourquoi cette étude? Croiser le regard des hommes et des femmes sur le travail aujourd hui Le travail

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

elle devrait bientôt débarquer en Belgique.

elle devrait bientôt débarquer en Belgique. Vendue à bas prix, dès la fin de ce mois, la Way-C est la première tablette conçue sur le continent noir. Selon son concepteur congolais (Brazzaville), elle devrait bientôt débarquer en Belgique. C est

Plus en détail

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre.

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre. TERMES DE REFERENCES Cours régional de formation sur la gestion des risques dans les systèmes de production de polycultures-élevage en Afrique sub-saharienne du 12 au 22 mai 2014 1. CONTEXTE L une des

Plus en détail

Projet de création d un site internet en appui à la vente de produits locaux de qualité.

Projet de création d un site internet en appui à la vente de produits locaux de qualité. Projet de création d un site internet en appui à la vente de produits locaux de qualité. Septembre 2011 Contact : Muriel LESAINT, chef de projet. muriel.lesaint@educagri.fr Tel : 03 84 87 21 06 Contenu

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe "Retraites : qu'en disent nos voisins européens?" Le 7 octobre 2010

Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe Retraites : qu'en disent nos voisins européens? Le 7 octobre 2010 Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe "Retraites : qu'en disent nos voisins européens?" Le 7 octobre 2010 Face au vieillissement de la population et aux déficits publics aggravés par

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE Dossier de Presse COMMUNIQUE DE PRESSE Mémoire Vive - projet audiovisuel recueillant les récits de vie et témoignages de personnes âgées L équipe Mémoire Vive invite les personnes du quatrième âge qui

Plus en détail

L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES. Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres

L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES. Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres Promotion de l égalité des sexes

Plus en détail

L ECOLE DE L ARNAQUE

L ECOLE DE L ARNAQUE L ECOLE DE L ARNAQUE Vous avez tous eu des projets de rénovation ou des projets d améliorations de votre habitation! Voici toutes les techniques de vente, les secrets des commerciaux, les pièges à éviter

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

LE COMMERCE ELECTRONIQUE OPPORTUNITES ECONOMIQUES ET SOCIALES

LE COMMERCE ELECTRONIQUE OPPORTUNITES ECONOMIQUES ET SOCIALES LE COMMERCE ELECTRONIQUE OPPORTUNITES ECONOMIQUES ET SOCIALES François Ossama Prix RFI NET AFRIQUE 2006 du Meilleur site Internet Africain Chef de la Cellule Informatique du MINDUH Président du Réseau

Plus en détail

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct.

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct. M a i s o n d e l E m p l o i L es Cahier s J a n v i e r 2 0 1 3 - N u m é r o 1 9 Avec la participation de : Ce cahier construit par et pour les acteurs de l Emploi, de la Formation et du Développement

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

Silence, on meurt! 1

Silence, on meurt! 1 Silence, on meurt! 1 Quatre-vingt-quinze pour cent des personnes infectées par le VIH sont toujours privées de traitement 1. Chaque année, lors de la Journée mondiale du sida, il nous faut regarder les

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

Histoire de l'électrification rurale en France

Histoire de l'électrification rurale en France Histoire de l'électrification rurale en France René Massé Édition «Études et travaux en ligne» du Gret. N 03. 2005 Étude réalisée en décembre 2002 A la fin du XIX ème siècle, en pleine période de développement

Plus en détail

A quoi sert un brevet?

A quoi sert un brevet? A quoi sert un brevet? C'est une bonne question à se poser lorsque l'on a l'impression que l'on est en face d'une innovation qui mérite d'être protégée. Cette question revient souvent car la protection

Plus en détail

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques :

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques : LES BANQUES I. Les différents services proposés par les banques : Les services bancaires représentent l ensemble des produits proposés par une banque. Les services bancaires les plus connus sont : Epargne

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat Le logement dans tous ses états 17/10/ 2012 Définition : le logement et l'habitat Le logement est un produit : une maison, un appartement, un type 3, un duplex L'habitat est un service : l'espace produit

Plus en détail

entreprendre prêt d honneur accompagner créer financer reprendre développer expertiser parrainer

entreprendre prêt d honneur accompagner créer financer reprendre développer expertiser parrainer entreprendre prêt d honneur accompagner créer reprendre financer développer expertiser parrainer rapport d activité 2013 1 Sommaire P 5 Chiffres clés 2013 p 6 De l accueil au comité P 7 Le financement

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2)

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Une précédente analyse 1 a introduit le concept d'effet de levier, procédé visant à s'endetter pour chercher à accroître

Plus en détail

Canevas d'accompagnement destiné au paysan-essaimeur

Canevas d'accompagnement destiné au paysan-essaimeur Canevas d'accompagnement destiné au paysan- Version 1-9 février 2012 Association des AMAP du Nord Pas-de-Calais Maison des paysans 40 avenue Roger Salengro 62223 St Laurent Blangy Tél 03.21.23.00.53 @

Plus en détail

Des attentes irréalistes qui mettent en péril le secteur

Des attentes irréalistes qui mettent en péril le secteur Des attentes irréalistes qui mettent en péril le secteur Adrian Gonzalez, Chercheur, Microfinance Information Exchange Dans un récent article du New York Times, Muhammad Yunus a proposé que les gouvernements

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 8827 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt: 27 septembre 2002 Messagerie Projet de loi ouvrant un crédit de fonctionnement au titre de subvention cantonale

Plus en détail