Un mieux se dessine un peu partout. Le schéma de reprise à l œuvre reste fragile, suspendu OPTIMISME TEMPÉRÉ. La lettre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un mieux se dessine un peu partout. Le schéma de reprise à l œuvre reste fragile, suspendu OPTIMISME TEMPÉRÉ. La lettre"

Transcription

1 NOVEMBRE / DÉCEMBRE 2013 BIMESTRIEL La lettre OPTIMISME TEMPÉRÉ par Isabelle Job-Bazille, Directeur des Études Économiques, Crédit Agricole S.A. Un mieux se dessine un peu partout. Le schéma de reprise à l œuvre reste fragile, suspendu aux décisions de la Réserve fédérale américaine et à ses ramifications financières. LA CROISSANCE S'INSTALLE, DES ÉCUEILS DEMEURENT Dans le monde développé, l été a apporté son lot de bonnes nouvelles. La zone euro est enfin sortie de récession avec une croissance de 0,3 % t/t au deuxième trimestre qui a mis fin à 18 mois de recul de l activité. Si des facteurs temporaires, notamment climatiques, ont pu gonfler les chiffres de PIB, l inflexion de tendance est bien là et confortée par la bonne orientation des enquêtes de confiance, lesquelles pointent en direction d une poursuite de la reprise. LES ÉTATS-UNIS ont également affiché une croissance robuste de 2,5 % en rythme annualisé. Forte de cette embellie cyclique, la Réserve fédérale américaine (Fed) a commencé à communiquer à partir du mois de mai sur l éventualité d un retrait progressif de ses injections de liquidités. Elle a finalement, et à la surprise générale, opté pour le statu quo en septembre dernier en raison de la surinterprétation des marchés avec une hausse trop rapide des taux d intérêt, de la fragilité encore perceptible de la reprise avec des créations d emplois jugées insuffisantes, mais aussi par anticipation du blocage politique qui a paralysé les administrations fédérales pendant près de deux semaines et fait craindre un défaut de paiement des États-Unis. Maintenant que les parlementaires américains se sont accordé un délai d environ deux mois pour parvenir à un accord budgétaire avec une chance de succès qui augmente à mesure que la date des élections de mi-mandat approche, les investisseurs vont à nouveau tourner leur regard vers la Fed pour en savoir plus sur le calendrier et le mode opératoire de sa stratégie de sortie. n n n

2 DOSSIER OPTIMISME TEMPÉRÉ n n n Olivier Toussaint Directeur Général "Comprendre ce qui se passe, tenter d anticiper pour être davantage dans l action et moins dans la réaction", telle est la mission que s est assignée Isabelle Job-Bazille, Directeur des Études Économiques de Crédit Agricole S.A.. Ce mois-ci, nous avons ouvert notre tribune à cette passionnée de macroéconomie qui a décrypté pour vous la conjoncture, empreinte d un optimisme tempéré. En effet, vous découvrirez notamment que les indicateurs d activité, plutôt favorables dans le monde développé et le maintien d une politique monétaire accommodante des grandes banques centrales sont à conjuguer avec une austérité budgétaire controversée, une pression fiscale et une situation de l emploi inédites, notamment en France. Impossible dans le paysage actuel de ne pas analyser la matière fiscale dont les nouveautés complexifient toute approche patrimoniale. Philippe Duroyon vous offre son éclairage averti à travers une synthèse des mesures en cours d adoption. Il revient également sur l opportunité que présente une donation en pleine propriété à une fondation. Bien accompagné, l investissement dans l immobilier ancien offre encore de réels atouts qui vous sont décrits par Anthony Guérard. Enfin, vous l aurez noté, ce numéro est exceptionnellement aux couleurs d "Histoires de Passions", notre film institutionnel dont la genèse et la réalisation vous sont contées par Julie de La Palme. Je vous souhaite une excellente lecture. EN ZONE EURO, le rythme de la reprise s annonce modeste. Les demandes domestiques vont rester sous pression d un chômage élevé et d une fiscalité en hausse. Car, si la ponction budgétaire va en s allégeant, les budgets conservent un peu partout un caractère restrictif, ce qui va constituer un frein durable à la reprise. Par ailleurs, dans l impossibilité de recourir à une dévaluation externe et contraints de redresser leurs comptes extérieurs, les États membres les moins compétitifs se sont tous engagés au même moment dans des politiques de dévaluation interne par compression des coûts salariaux et de la demande privée pour, à la fois, relancer les exportations et dissuader les importations. Cette déflation salariale met l ensemble de la zone euro dans une logique d attrition avec un recul synchrone des débouchés intra-zone, sachant que les pays membres commercent essentiellement entre eux. Enfin, les mesures de flexibilisation des marchés des biens et du travail, qui visent à soutenir l offre, ont, à court terme, des effets déprimants sur la demande privée en raison de la disparition d activités peu productives et de la montée transitoire du chômage. La croissance va donc essentiellement reposer sur le moteur des exportations avec l espoir que se produisent des effets d entraînement sur l investissement pour tonifier l activité. Ceci signifie que la zone euro va rester dépendante du dynamisme de la demande mondiale comme unique élément de traction, mais aussi de l extrême souplesse des conditions financières pour aider au redémarrage du crédit et de l investissement. DU CÔTÉ DES TAUX D'INTÉRÊT La fin programmée mais finalement retardée de l assouplissement quantitatif (QE) de la Fed a fait remonter les taux d intérêt, américains mais aussi européens par contagion. AUX ÉTATS-UNIS, les taux longs, depuis longtemps sous influence de la Fed (avec son programme d achat d actifs), retrouvent progressivement leur autonomie et se mettent davantage en conformité avec le cycle de reprise, entamé voilà quatre ans. Ce processus de normalisation est une bonne nouvelle en soi, avec l idée d une activité suffisamment robuste outre-atlantique pour se passer de la perfusion monétaire qui a soutenu l édifice de croissance en temps de crise. LA ZONE EURO, en revanche, s extrait à peine de récession. Le retour timide de la confiance et les bourgeons de reprise ne peuvent résister à une remontée trop rapide des taux d intérêt, une configuration inconsistante avec le cycle d amorçage en cours. Le patron de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, l a bien compris, d où l utilisation de la communication comme nouvelle arme, avec un pilotage des anticipations censé limiter ces effets de propagation financière et mettre un couvercle sur les taux longs. Dans la zone euro, si les mots ne suffisaient pas, la BCE pourrait entrer en action en utilisant l outil conventionnel des taux (baisse supplémentaire à partir d un niveau historiquement bas, 0,5 % depuis mai 2013) ou en assouplissant les conditions de liquidités avec une nouvelle opération de refinancement à long terme (LTRO).

3 LA LETTRE INDOSUEZ 2/3 DANS LES PAYS ÉMERGENTS, l annonce de la Fed a, par ailleurs, causé d importants dégâts collatéraux avec une hémorragie de capitaux qui a entraîné dans son sillage les bourses et les devises. Ces réallocations de portefeuille à l échelle mondiale sont le reflet d une réappréciation globale du couple risque/ rendement avec, d un côté, des pays avancés qui offrent désormais une meilleure rentabilité pour un risque jugé en baisse et, de l autre, des marchés émergents qui paraissent relativement moins lucratifs, eu égard aux risques encourus, le tout dans un contexte de baisse anticipée de la surliquidité qui appelle à plus de discrimination. L Inde, la Turquie, l Indonésie, le Brésil et l Afrique du Sud, les pays les plus touchés par cette instabilité, ont pour caractéristique commune de présenter d importants déficits extérieurs, financés de manière croissante par des capitaux spéculatifs à la recherche de rendements. Tous ou presque ont maintenu des politiques monétaires accommodantes et connu ces dernières années une croissance dynamique de la demande privée, financée à crédit, avec une accélération de l inflation, une hausse excessive des prix des actifs et une appréciation forte des monnaies. Le reflux des capitaux est venu révéler les fondements fragiles d une croissance assise sur des déséquilibres financiers croissants sur fond de réappréciation brutale du risque. Les pays visés devraient pouvoir gérer cet épisode d instabilité sans trop endommager l activité économique, le temps que la perception des marchés s améliore. Le régime de croissance des grands émergents (1) est, toutefois, en pleine transition vers une plus grande maturité et une plus grande autonomie, synonyme de renforcement de la consommation, mais aussi de rythme d activité structurellement plus faible. Cette bascule entre les ressorts, externe et interne, de la croissance est un processus qui s inscrit dans une durée longue avec une période intermédiaire plus instable, notamment en cas de hausse excessive du crédit comme palliatif pour doper l activité. LA FRANCE : DES PRÉVISIONS DE CROISSANCE ENCORE FAIBLES Dans cet univers incertain, la France fait preuve de résilience. Elle n a pas jusqu alors subi la pression des marchés financiers et a pu ajuster ses finances publiques selon un rythme graduel sans trop pénaliser, à court terme, l activité. Une vraie aubaine lorsque l on voit les effets dévastateurs sur la croissance des cures d austérité surdimensionnées, imposées au sud de l Europe. La consommation, le moteur traditionnel de la croissance ne flanche pas, sans pouvoir être pour autant un élément de traction. Certes, le confortable matelas d épargne et le rôle d amortisseur des prestations sociales ont des effets stabilisants en phase de basses eaux, mais la montée du chômage et l alourdissement de la fiscalité mettent sous pression les revenus. Les entreprises, notamment les plus petites d entre elles, tournées vers le marché domestique souffrent de ce manque de dynamisme de la demande intérieure, au moment où elles contribuent aussi à l effort budgétaire, ce qui pèse lourdement sur leur profitabilité. Pour les entreprises plus ouvertes à l international, le risque est de se laisser distancer, avec un déficit structurel de compétitivité qui devient plus criant à mesure que leurs voisins et concurrents européens s ajustent. Cette difficulté à capter la demande extérieure en phase de reprise mondiale condamne la France à une croissance sans allant, avec une année supplémentaire de stagnation en 2013 (+ 0,1 %), suivie d un redémarrage poussif de l activité l année prochaine (+ 0,8 % en moyenne). Achevé de rédiger le 7 octobre 2013 Isabelle Job-Bazille Directeur des Études Économiques Crédit Agricole S.A. LE SCHÉMA D'UNE REPRISE MONDIALE RESTE ENCORE FRAGILE. LES ÉTATS-UNIS, ET NOTAMMENT LA FED, ONT UN RÔLE IMPORTANT À JOUER DANS CE SCÉNARIO. (1) Les BRICS : Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud.

4 IMMOBILIER PROFITEZ DES ATOUTS DE L'IMMOBILIER ANCIEN EN TOUTE SÉRÉNITÉ Dans le contexte fiscal actuel très défavorable aux hauts revenus, aux détenteurs d'actifs financiers et aux propriétaires de biens immobiliers, l'investissement dans l'immobilier ancien bénéficiant, le cas échéant, d'allègements fiscaux et permettant de se constituer un patrimoine sur le long terme est plus que jamais d'actualité et doit faire partie de la stratégie patrimoniale de chacun. Indosuez Private Banking vous propose, dans le cadre de cette démarche, de mobiliser les compétences des équipes de Valbaume Immobilier, dédiées à la transaction immobilière, et de ses partenaires. Pour en savoir plus, nous avons interrogé Anthony Guérard. Anthony Guérard Direction Expertises Marchés et Investissements Indosuez Private Banking POURQUOI ÉLARGIR L'OFFRE IMMOBILIÈRE? La mission du pôle Immobilier d Indosuez Private Banking est de conseiller les clients sur leur stratégie immobilière compte tenu de leur situation patrimoniale et fiscale ; l'identification des biens et les transactions étant réalisées par l'intermédiaire de sa filiale, Valbaume Immobilier, ou par ses partenaires experts dûment habilités pour l'immobilier bénéficiant d'un régime fiscal de faveur. Or, s'il est toujours possible de réduire la fiscalité des revenus fonciers en utilisant le levier de la dette, il existe d'autres alternatives, notamment dans l'immobilier ancien, qui permettent de réduire la fiscalité de l'ensemble des revenus. Cependant, compte tenu de sa spécificité, ce type d'investissement nécessite une expertise en termes de recherche d'actifs, de validation juridique du dispositif fiscal, de sélection des entreprises capables de réaliser les travaux. Aussi, il nous a semblé opportun de sélectionner des partenaires de qualité, dont l'offre conjugue des emplacements de choix, un potentiel locatif, une pérennité de valeur dans le temps et bénéficie d'un dispositif fiscal de faveur. QUELS SONT LES ATOUTS DE L'IMMOBILIER ANCIEN? L'investissement dans l'immobilier ancien présente deux avantages : - il permet d'une part d'acquérir des biens haut de gamme situés en centre-ville, faciles à louer, et qui conserveront une liquidité en cas de nécessité de revente ; - il permet par ailleurs de bénéficier de dispositifs fiscaux avantageux -déficit foncier, loi Malraux, monuments historiques- tous exclus du plafonnement de euros des niches fiscales. Les investissements dans l'immobilier ancien bénéficiant d'avantages fiscaux liés à la réalisation de travaux permettent ainsi d'acquérir un bien en centre-ville qui, une fois rénové, sera quasiment neuf. QUELLES EN SONT LES PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES? Le mécanisme le plus simple est celui du déficit foncier. Il autorise le propriétaire-bailleur dont le revenu foncier est déficitaire en raison de travaux de rénovation à imputer ce déficit sur le revenu foncier des 10 années suivantes. Il est par ailleurs déductible du revenu global, sous certaines conditions, dans la limite annuelle de euros. Dans le cadre de la loi Malraux, les opérations de restauration complète donnent droit à un allègement fiscal si les immeubles sont dédiés à la location pendant au moins 9 ans, à l exclusion d un membre du foyer fiscal, d un ascendant ou descendant du propriétaire et situés dans certains secteurs sauvegardés. Le propriétaire (en pleine propriété) bénéficie en effet d une réduction d impôt pouvant atteindre jusqu à 30 % du montant des dépenses pour un immeuble situé dans un secteur sauvegardé ou dans des quartiers anciens dégradés. Toutefois, les dépenses bénéficiant de la réduction ne sont plus alors déductibles des revenus fonciers. Cependant, s agissant des dépenses de travaux imposées ou autorisées par l autorité publique, seules les dépenses de travaux de restauration, menées sous l'autorité d'un architecte des Bâtiments de France (ABF), sont retenues dans la limite annuelle de euros. Enfin, le déficit foncier généré par les travaux de réhabilitation d un immeuble classé Monument Historique et conservé au moins 15 ans est imputable sur le revenu global sans limitation de montant ni restriction relative aux intérêts d emprunt. Ce dispositif permet de réduire à la fois le montant d imposition mais aussi de diminuer le montant de l ISF. QUELLE EST ALORS LA VALEUR AJOUTÉE DU PÔLE IMMOBILIER D'INDOSUEZ PRIVATE BANKING ET DE SES PARTENAIRES? Vous le constatez, ces dispositifs sont relativement complexes. Pour en bénéficier, il est indispensable que le bien soit au préalable parfaitement qualifié. Il faut ensuite s assurer que la nature et la durée des travaux réalisés entrent bien dans le cadre établi par la loi. Enfin, les intervenants du bâtiment, je pense notamment aux monuments historiques, doivent être habilités à réaliser les travaux dans des normes précises. S assurer de la conjonction de tous ces impératifs requiert du temps, de l expérience et de l expertise. Aussi, nous avons conclu très récemment un partenariat avec Avenir Finance Gestion Privée qui, fort de plus de 15 ans d expérience sur tout le territoire français avec près de 250 immeubles dans plus de 50 villes, possède le savoirfaire indispensable à la réalisation de telles opérations immobilières. Nous sommes par conséquent aujourd hui en mesure de présenter aux clients d Indosuez Private Banking des partenaires de qualité, experts en investissements dans l immobilier ancien bénéficiant d avantages fiscaux.

5 COMMUNICATION LA LETTRE INDOSUEZ 4/5 " HISTOIRES DE PASSIONS " Un an après le lancement de notre marque, il nous a semblé important d illustrer les valeurs qui nous animent dans une courte fiction que nous souhaitions raffinée. "Histoires de passions" se déroule dans un décor d exception, celui du luxe, dont nous partageons certains attributs (le savoir-faire, la précision, la personnalisation, l excellence ). Julie de La Palme Directeur de la Communication Indosuez Private Banking Une jeune et élégante violoncelliste arrivée dans un Palace parisien nous mène à la rencontre du chef de réception de ce dernier, puis du styliste chargé de créer sa robe de concert et enfin de son luthier. Ces professionnels témoignent librement de la passion de leur métier, des valeurs qui les inspirent quotidiennement et de leur savoir-faire. Ce sont là de véritables traits d union avec l activité des femmes et des hommes d Indosuez Private Banking, à vos côtés. Une attention toute particulière a été portée à la qualité des images, à la précision des gestes saisis et à la beauté des sites parisiens avant que le film ne s achève sur notre logo. Nous vous invitons à découvrir et à faire découvrir ce film accessible depuis la page d accueil de notre site Internet pour que derrière des images rayonne désormais la marque CA Indosuez Private Banking.

6 ACTUALITÉ FISCALE LES PRINCIPALES NOUVEAUTÉS FISCALES ATTENDUES POUR 2014 Le projet de loi de finances pour 2014 adopté au Conseil des ministres du 25 septembre 2013 est actuellement en cours de discussion au Parlement. Les mesures évoquées ci-après comprennent notamment les mesures annoncées par le gouvernement en ce qui concerne la fiscalité des plus-values mobilières et immobilières et la relance du Plan d épargne en actions. Elles ont été adoptées en première lecture par les députés mais peuvent encore être modifiées par le Sénat. D autres dispositions importantes restent à examiner ou sont attendues dans les prochaines lois à venir, notamment en ce qui concerne le souhait des pouvoirs publics d orienter davantage l assurance vie vers le financement des entreprises (1), d'aménager le dispositif d exit tax, et de lutter contre l évasion fiscale. Enfin, le régime des prélèvements sociaux devrait une fois encore être durci par la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2014, en ce qui concerne certains revenus exonérés d impôt sur le revenu. Les éléments synthétisés ci-dessous sont fournis sous réserve du vote parlementaire définitif. FIN DU GEL DU BARÈME DE L'IMPÔT SUR LE REVENU Les limites des tranches du barème de l'impôt applicable aux revenus de 2013 seraient relevées de 0,8 %. Le plafond de l'avantage en impôt résultant de l'application du quotient familial serait, en règle générale, abaissé de euros à euros par demi-part additionnelle et, pour les parents élevant seuls leurs enfants, de euros à euros au titre de la part entière correspondant au premier enfant à charge. La réduction d'impôt pour frais de scolarisation dont le projet prévoyait la suppression serait finalement maintenue. Le régime fiscal dérogatoire des monuments historiques et assimilés cesserait de s'appliquer aux immeubles agréés après le 1 er janvier RÉFORME DES PLUS-VALUES MOBILIÈRES Comme annoncé par le gouvernement dans le cadre des Assises de l'entrepreneuriat, le régime d'imposition des plusvalues de cessions de valeurs mobilières et droits sociaux réalisées par les particuliers est modifié et un nouveau dispositif d abattement vient remplacer celui voté l'an dernier. Ces plus-values deviennent dans tous les cas imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu pour les cessions effectuées à compter du 1 er janvier L abattement de droit commun réduisant la plus-value imposable à l impôt sur le revenu serait de 50 % lorsque les actions, parts, droits ou titres sont détenus depuis au moins deux ans et moins de huit ans à la date de la cession et de 65 % à partir de huit ans de détention. Il concernerait l'ensemble des gains nets de cession d'actions ou de parts de sociétés, y compris d OPCVM respectant un quota d investissement de plus de 75 % en actions (2). Il s appliquerait aussi aux distributions de plus-values par ces organismes, autorisées depuis 2013, lesquelles seraient, sous certaines conditions, soumises au régime des plus-values de cessions de valeurs mobilières. Cet abattement de droit commun s appliquerait à compter des cessions de Un abattement à taux majoré serait créé, égal à : - 50 % du gain net pour une détention d au moins un an et moins de quatre ans à la date de la cession, - 65 % de son montant pour une détention d au moins quatre ans et de moins de huit ans, - 85 % à partir de huit années de détention. Il concernerait les titres de PME de moins de dix ans (condition appréciée à la date de souscription ou d acquisition des titres cédés) pour les cessions effectuées depuis le 1 er janvier 2013, et, à partir du 1 er janvier 2014, les cessions de participations excédant 25 % au sein du groupe familial, et celles réalisées par des dirigeants partant en retraite qui bénéficieraient en outre d'un abattement fixe de euros, en remplacement de celui d un tiers par année de détention au-delà de la cinquième prévu actuellement qui est supprimé à compter des cessions de Le mécanisme optionnel de taxation forfaitaire de 19 % institué au bénéfice des "entrepreneurs" serait supprimé dès les cessions de Les régimes d exonération des cessions intrafamiliales et des dirigeants partant en retraite ainsi que le report d imposition sous condition de remploi seraient maintenus pour les cessions réalisées en 2013 et supprimés ensuite. (1) Le projet de loi de finances rectificative pour 2013 prévoit de créer un nouveau type de contrats d assurance vie dits "euros-croissance". Destinés à favoriser l investissement en actions et le financement du logement et de l'économie sociale et solidaire, ils comporteraient une garantie à terme et pourraient être alimentés par d anciens contrats avec maintien de l antériorité fiscale. Ce projet prévoit aussi de porter de 25 % à 31,25 % le taux du prélèvement spécifique sur les capitaux décès de l'assuré, pour la fraction de la part taxable de chaque bénéficiaire excédant euros, un abattement venant toutefois compenser cette hausse pour les contrats investis pour au moins 33 % en actions et dans les secteurs du logement et de l'économie sociale et solidaire. (2) Les OPCVM déjà constitués auraient jusqu'à la date de clôture du premier exercice ouvert à compter du 1 er janvier 2014 pour remplir la condition d'investissement de 75 % en parts ou actions de sociétés.

7 LA LETTRE INDOSUEZ 6/7 RÉFORME DU PEA Elle résulte de la volonté du gouvernement d orienter davantage l épargne des ménages vers le financement des entreprises, et plus particulièrement vers les petites et moyennes entreprises (PME) et les entreprises de taille intermédiaire (ETI). Elle comprend deux volets : - une revalorisation du plafond du PEA, porté de euros à euros ; - la création d un "PEA-PME", dédié aux titres de PME et d ETI européennes et soumises à l impôt sur les sociétés ou à impôt équivalent, cotés ou non, avec un plafond fixé à euros. Il s ajouterait au PEA "classique" et bénéficierait des mêmes avantages fiscaux (exonération d impôt sur le revenu après cinq ans mais pas des prélèvements sociaux). Seraient éligibles à ce nouveau plan les actions ou autres titres donnant accès au capital des PME et ETI (3), ainsi que les parts de fonds communs de placement, à condition qu ils soient investis à 75 % en titres émis par des PME-ETI dont les deux tiers sont des actions. Les titres exclus du PEA "classique" le seraient également du PEA "PME-ETI" : notamment ne pourraient pas figurer sur le PEA "PME-ETI" les titres ayant ouvert droit à la réduction d'impôt sur le revenu ou à la réduction d'isf pour investissement dans les PME. Afin de tenir compte de l évolution des marchés, il est proposé en outre que les titres négociés sur un marché français ou européen non réglementé mais organisé (Alternext par exemple) ne soient plus assimilés, pour le fonctionnement du PEA, à des titres non cotés, pour tenir compte du fait qu un marché non réglementé mais organisé dispose d'une organisation proche de celle des marchés réglementés. Ces titres, qu ils soient acquis dans le cadre du PEA ou du PEA "PME-ETI", sortiraient ainsi du champ du dispositif plafonnant à 10 % le montant des produits de titres non cotés bénéficiant de l avantage fiscal du PEA. Modification du dispositif de plafonnement de l'isf TAXE SUR LES TRÈS HAUTES RÉMUNÉRATIONS Le projet de loi de finances pour 2014 prévoit qu une taxe exceptionnelle sera versée par les entreprises sur la fraction de la rémunération supérieure à un million d'euros. Elle s'appliquera pendant deux ans sur les rémunérations de 2013 et Elle serait plafonnée à 5 % du chiffre d'affaires de l'entreprise. Son taux est en fait de 50 %, mais si on y ajoute les autres impositions, la pression fiscale sur cette partie de la rémunération se rapproche du taux de 75 % annoncé lors de la campagne présidentielle. Une première version de cette taxe avait été annulée par le Conseil constitutionnel fin Un amendement adopté en première lecture à l Assemblée nationale prévoit que cette taxe soit déductible de l impôt sur les sociétés, mais non déductible pour le calcul de la contribution exceptionnelle d impôt sur les sociétés égale à 5 % du résultat, dont le taux serait par ailleurs porté à 10,7 %. PLUS-VALUES IMMOBILIÈRES Le projet de loi de finances prévoit de légaliser la réforme des plus-values immobilières qui a été mise en œuvre par l administration depuis le 1 er septembre Rappelons que désormais, pour les biens immobiliers autres que les terrains à bâtir, l exonération totale pour durée de détention est acquise après 22 ans de détention pour l imposition à 19 % au titre de l impôt sur le revenu, et après 30 ans pour les prélèvements sociaux de 15,5 %. De plus, jusqu au 31 août 2014, un abattement exceptionnel supplémentaire de 25 % est applicable sur la plus-value calculée après abattement pour durée de détention afin de déterminer l impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux. Le projet reprend ces éléments et a été finalement maintenu en l état sur ces points, mais une solution pourrait être recherchée dans la suite des débats pour harmoniser les durées de détention prises en compte pour l impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux. Dans ce cadre, l exonération de ces Par voie d amendement, les députés ont introduit dans le projet de loi de finances pour 2014 une disposition visant à inclure certains produits d assurance vie dans les revenus à prendre en compte pour le calcul du plafonnement de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Il s agit des gains des contrats monosupports investis à 100 % sur des fonds en euros et de ceux des supports en euros des contrats multisupports. Ces produits ayant donné lieu à paiement des contributions sociales seraient ainsi pour ce calcul assimilés à des revenus réalisés. Serait ainsi légalisée la doctrine de l administration fiscale parue le 14 juin, visant à intégrer ces revenus dans le calcul du plafonnement de l'isf. Philippe Duroyon Fiscaliste Indosuez Private Banking LES LOIS DE FINANCES QUI SERONT PUBLIÉES EN FIN D ANNÉE PEUVENT ENCORE RÉSERVER DES SURPRISES AUX ÉPARGNANTS ET ENTREPRE- NEURS. DANS CE CONTEXTE DE HAUSSE DE LA FISCALITÉ, IL DEVIENT DE PLUS EN PLUS IMPORTANT D'ÊTRE BIEN ENTOURÉ. (3) Les titres éligibles seraient ceux des sociétés ayant moins de salariés et, soit un chiffre d'affaires annuel n'excédant pas 1,5 milliard d'euros, soit un total de bilan n'excédant pas 2 milliards d'euros.

8 n n n SUITE LA LETTRE INDOSUEZ 8 derniers prélèvements pourrait être réaménagée. Pour les terrains à bâtir, l'abattement serait supprimé pour les cessions à compter du 1 er mars TAXE FORFAITAIRE SUR LES OBJETS ET MÉTAUX PRÉCIEUX ET PLUS-VALUES SUR BIENS MEUBLES Les députés ont adopté en première lecture le relèvement à 10 % (contre 7,5 % actuellement) de la taxe forfaitaire sur les métaux précieux, et à 6 % (au lieu de 4,5 %) de celle relative aux bijoux, objets d'art, de collection, et d'antiquité. S agissant des plus-values sur biens meubles, ils ont de même adopté une disposition réduisant de moitié (5 % contre 10 % actuellement) le montant de l'abattement applicable aux biens meubles par année de détention au-delà de deux, ce qui porterait à 22 ans (contre 12 ans actuellement) la durée totale de détention ouvrant droit à une exonération totale pour ces plus-values. HAUSSE DES PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX SUR LES REVENUS DE L'ÉPARGNE Dans le cadre de l examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2014, les députés ont adopté en première lecture une disposition augmentant les prélèvements sociaux sur certains revenus d'épargne exonérés d impôt sur le revenu. Seraient seulement concernés en définitive selon la décision du gouvernement les produits d assurance vie. Pour les retraits effectués à partir du 26 septembre 2013 (date à laquelle la mesure a été annoncée par le gouvernement), les prélèvements sociaux sur ces produits seraient calculés dans tous les cas au taux unique de 15,5 % et il ne serait plus fait application des taux historiques constatés au fur et à mesure de la durée du placement. Opportunité de réduire votre impôt sur le revenu en effectuant une donation en pleine propriété à une fondation avant la fin de l'année LETTRE D INFORMATION ÉDITÉE PAR INDOSUEZ PRIVATE BANKING n Achevé de rédiger : 14 novembre 2013 n Directeur de publication : Olivier Toussaint n Rédacteur en chef : Julie de La Palme n Chargée d édition : Anne-Sophie Michard-Halout n Rédacteurs : Isabelle Job-Bazille (Dossier) ; Anthony Guérard (Immobilier) ; Julie de La Palme (Communication) ; Philippe Duroyon (Actualité fiscale) RETROUVEZ CHAQUE MOIS NOS EXPERTS SUR INDOSUEZ TV (ACCESSIBLE SUR Il est possible de réduire efficacement votre impôt sur le revenu grâce à la philanthropie. Vous bénéficiez en effet d une réduction d impôt égale à 66 % du montant versé à un organisme sans but lucratif. Les versements pris en compte sont certes limités à 20 % de votre revenu imposable mais l excédent est reportable sur les cinq années suivantes. En l état actuel de la législation, l attrait de la philanthropie se trouve renforcé. > Pour les cessions réalisées depuis le 1 er janvier 2013, les plus-values mobilières sont imposées au barème de l impôt sur le revenu dans le cadre du revenu global. Dans le cas où vous avez réalisé des plus-values conséquentes, vous avez désormais la possibilité d atténuer l imposition qui en résulte. > Vos dons ou donations peuvent aussi être réalisés en nature et porter sur des titres. Dans ce cas, en plus de la réduction d impôt sur le revenu, vous ne serez pas imposé sur les plus-values engrangées. C est un avantage important qui conduit à préférer la réduction d impôt sur le revenu à celle de l impôt de solidarité sur la fortune (ISF). En effet, lorsque la réduction sollicitée à raison des titres donnés à des organismes éligibles concerne l ISF, la plus-value est imposable chez le donateur. Pour les philanthropes convaincus qui souhaitent réaliser des donations importantes ou répétitives, une solution à terme peut être de créer leur propre fondation sous l égide d une fondation reconnue d utilité publique, qui bénéficiera des mêmes avantages fiscaux tout en poursuivant les buts désintéressés de leur fondateur. Pour réduire votre impôt sur le revenu au titre des revenus de 2013 dont l impôt sera payé en 2014, votre don doit être effectué au plus tard le 31 décembre Si vous envisagez par ailleurs d effectuer une donation temporaire d usufruit à une fondation, il faut la faire, avec l aide de votre notaire, avant la fin 2013 si vous voulez réduire votre ISF dès Vous avez aussi la possibilité de constituer un fonds de dotation pour bénéficier de la réduction d impôt sur le revenu. Ce document ne constitue en aucun cas une offre de souscription à un contrat d assurance vie, ni une offre ou une sollicitation, ni un acte de démarchage visant à acquérir des parts d OPCVM ou de produits structurés. Il est recommandé de lire attentivement le DICI (ou le prospectus), la Notice détaillée ou les conditions définitives du produit avant toute souscription. Les performances passées ne préjugent en rien des performances futures et la valeur d un investissement peut varier à la hausse comme à la baisse en fonction notamment de l évolution des marchés financiers. LES ADRESSES DE INDOSUEZ PRIVATE BANKING Paris 20 rue de La Baume Paris cedex 08 - Tél. : En régions BORDEAUX : 14 cours Xavier Arnozan - CS 71647, Bordeaux cedex - Tél. : LYON : 17 rue de la République - CS 30128, Lyon cedex 02 - Tél. : NANTES : 14 avenue Camus - CS 13210, Nantes cedex - Tél. : LILLE : 77 rue Nationale - CS 80061, Lille cedex - Tél. : MARSEILLE : 442 avenue du Prado - CS 80345, Marseille cedex 08 - Tél. : TOULOUSE : 8 rue Jules de Rességuier - CS 38010, Toulouse cedex 06 - Tél. : Société anonyme au capital de euros - Immatriculée au R.C.S. de Paris sous le numéro Établissement de Crédit et Société de Courtage d Assurances immatriculée au Registre des intermédiaires en assurance sous le numéro Siège social : 20, rue de La Baume Paris cedex 08 - France - Tél : Fax :

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LES PRINCIPALES MESURES PATRIMONIALES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 La présente lettre a pour

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes Projet de Loi de Finances 2014 Les principales réformes La fiscalité sur les plus-values immobilières C est inédit dans l histoire, la réforme sur les plus-values immobilières a été inscrite au BOFIP (donc

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

1. IMPOT SUR LE REVENU

1. IMPOT SUR LE REVENU FLASH FISCAL janvier 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 et LOI DE FINANCES 2014 La loi de finances rectificative pour 2013 et la loi de finances pour 2014 ont été publiées au Journal Officiel du 30

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

RÉFORMES FISCALES. www.gestionprivee.banquepopulaire.fr. Document à caractère publicitaire

RÉFORMES FISCALES. www.gestionprivee.banquepopulaire.fr. Document à caractère publicitaire www.gestionprivee.banquepopulaire.fr BPCE Société Anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 155 742 320 - Siège social : 50, avenue Pierre-Mendès-France - 75201 Paris Cedex 13 R.C.S

Plus en détail

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation par l Ordre des avocats de Narbonne 1 Partie 1 : La fiscalité des particuliers

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 181

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 181 LETTRE D INFORMATION FISCALE N 181 23 Décembre 2013 ACTUALITES FISCALES ACTUALITES FISCALES Adoption définitive du Projet de Loi de Finances pour 2014 Le Parlement a adopté définitivement jeudi par un

Plus en détail

Les News d ESPACIMMO

Les News d ESPACIMMO JUILLET/ AOUT 2012 Les News d ESPACIMMO ESPACIMMO PATRIMOINE 28, rue de l Amiral Hamelin 75 016 PARIS Tél : 01 49 52 60 12 corinne.santos@espacimmo.fr www.espacimmo.fr Page.1 POINT BOURSE SOMMAIRE Page.1-3

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF...

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF... version6.2.1.0 Dernières évolutions 1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2 1.1.1. Réforme de l ISF... 2 1.1.2. Donations et

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine.

Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine. Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine. Afin d en profiter, le Plan d Epargne en Actions (1) (PEA) et le Plan d Epargne

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

FCPI DEMANDEZ PLUS À VOTRE ARGENT CAPITAL INVEST PME 2011

FCPI DEMANDEZ PLUS À VOTRE ARGENT CAPITAL INVEST PME 2011 FCPI CAPITAL INVEST PME 2011 Visez l innovation et allégez votre fiscalité en contribuant au développement des PME européennes en contrepartie d'un risque de perte en capital Souscription ouverte du 17

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

FISCALITÉ les premières pistes pour 2013 Quels sont les impacts des annonces faites par le gouvernement? 1 er octobre 2012

FISCALITÉ les premières pistes pour 2013 Quels sont les impacts des annonces faites par le gouvernement? 1 er octobre 2012 FISCALITÉ les premières pistes pour 2013 Quels sont les impacts des annonces faites par le gouvernement? 1 er octobre 2012 Avertissement Le présent document se fonde sur des données purement prévisionnelles,

Plus en détail

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Les premières mesures gouvernementales en matière d imposition des revenus (IR) et d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont désormais connues.

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013), adopté en première

Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013), adopté en première LEGIS hors-série Décembre 2012 L'essentiel de la veille réglementaire et fiscale du métier titres dossier spécial : Projet de Loi de finances 2013 ////// édito Projet de loi de finances 2013 : vers une

Plus en détail

Conférence Association des savoirs à Dunkerque

Conférence Association des savoirs à Dunkerque Conférence Association des savoirs à Dunkerque 1 Allianz parmi les leaders mondiaux Chiffres clés 2012 Allianz 1er assureur européen par sa capitalisation boursière Allianz SE : 58,6 M. AXA : 44,3 M Zürich

Plus en détail

Reximmo Patrimoine 2

Reximmo Patrimoine 2 G E S T I O N D E P A T R I M O I N E Reximmo Patrimoine 2 SCPI DE TYPE «MALRAUX» Un investissement indirect dans de l immobilier ancien au cœur des villes historiques Souscription ouverte jusqu au 20

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR)

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR) Actualités fiscales Nous vous proposons dans le cadre de cette note d information une synthèse des principales mesures fiscales résultant de la loi de finances pour 2014 (LF2014), de la loi de finances

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2015 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2015 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.8 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.9 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

DEFISCALISER SON ISF EN FAVEUR DE LA RECHERCHE MEDICALE, C EST POSSIBLE!

DEFISCALISER SON ISF EN FAVEUR DE LA RECHERCHE MEDICALE, C EST POSSIBLE! DEFISCALISER SON ISF EN FAVEUR DE LA RECHERCHE MEDICALE, C EST POSSIBLE! Journée de la Fondation Cœur et Artères 23 septembre 2009 Palais du Luxembourg Paris DEFISCALISER SON ISF EN FAVEUR DE LA RECHERCHE

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 Lois budgétaires pour 2011 Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 1 Qui sommes nous? Service d ingénierie patrimoniale au

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION

CIRCULAIRE D INFORMATION Siège social 33 Rue Gustave Eiffel- ZAC Ravine à Marquet - 97419 LA POSSESSION Tél. 02 62 43 10 43 Fax 02 62 43 16 04 / E-mail : acorex@acorexsa.com Bureau de Saint-Gilles Tél. 02 62 22 58 02 Fax 02 62

Plus en détail

Turbulences fiscales : quelles décisions pour éviter les trous d air?

Turbulences fiscales : quelles décisions pour éviter les trous d air? Turbulences fiscales : quelles décisions pour éviter les trous d air? Programme de la soirée Loi de finances rectificative 2013 Loi de finances 2014 et cocktail! Loi de finances 2014 et loi de finances

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

L IMPÔT SUR LA FORTUNE

L IMPÔT SUR LA FORTUNE L IMPÔT SUR LA FORTUNE Cet impôt a succédé à l'«impôt sur les grandes fortunes» (IGF) créé en 1982. Créé par la loi de finances pour 1989, il reprend les mécanismes et la philosophie de l'igf, supprimé

Plus en détail

SCPI Amundi DEFI Foncier

SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI de Déficit Foncier à capital fixe Souscription ouverte jusqu au 16 décembre 2015 - Pour bénéficier du dispositif fiscal de déficit foncier en 2014, souscription jusqu au 16

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

Conférence CRA / CLENAM. La nouvelle donne fiscale pour la transmission des PME

Conférence CRA / CLENAM. La nouvelle donne fiscale pour la transmission des PME Conférence CRA / CLENAM La nouvelle donne fiscale pour la transmission des PME Sylvie Scelles-Tavé Avocat Associée Stéphany Brevost Avocat - fiscaliste 22 Octobre 2012 Préambule La colonne vertébrale de

Plus en détail

OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP

OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP La Note Juridique automne 2014 OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP Investir au capital d une société start-up est risqué mais nécessaire au développement de l activité des entreprises françaises.

Plus en détail

Comment Faire pour Payer moins d'impôts en 2015

Comment Faire pour Payer moins d'impôts en 2015 Comment Faire pour Payer moins d'impôts en 2015 Payer moins d'impôt en 2015? C'est possible, à condition d'agir dès maintenant : passé le 31 décembre, vous ne pourrez plus bénéficier des avantages fiscaux

Plus en détail

Investissement immobilier: la fin des SCPI?

Investissement immobilier: la fin des SCPI? Investissement immobilier: la fin des SCPI? La SCPI figure comme le premier véhicule structuré d investissement en immobilier. A l origine de ces investissements, des sociétés civiles se sont développées

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 Editorial Les dernières données statistiques sur le marché locatif révèlent finalement que les loyers ont globalement augmenté

Plus en détail

Panorama des principaux crédits et réductions d impôt en faveur des particuliers

Panorama des principaux crédits et réductions d impôt en faveur des particuliers SYNTHESE Fiscal Textes et références Article 199 terdecies- 0 A du Article 885-O V bis du Article 200 du Article 199 tervicies du Article 199 sexvicies du Article 199 septvicies du Article 199 sexdecies

Plus en détail

LA REFORME FISCALE 2014 APPLICATION PRATIQUE AUX CHEFS D ENTREPRISES. 11 février 2014 CGPME AIN

LA REFORME FISCALE 2014 APPLICATION PRATIQUE AUX CHEFS D ENTREPRISES. 11 février 2014 CGPME AIN LA REFORME FISCALE 2014 APPLICATION PRATIQUE AUX CHEFS D ENTREPRISES 11 février 2014 CGPME AIN 1 La réforme fiscale 2014 Application pratique 8 aux chefs d entreprises Jacques - Vincent PIROUX Expert -

Plus en détail

CAPITAL INVEST PME 2012. Soutenez le développement d entreprises innovantes tout en allégeant votre fiscalité en contrepartie d un risque en capital

CAPITAL INVEST PME 2012. Soutenez le développement d entreprises innovantes tout en allégeant votre fiscalité en contrepartie d un risque en capital FCPI CAPITAL INVEST PME 2012 Soutenez le développement d entreprises innovantes tout en allégeant votre fiscalité en contrepartie d un risque en capital Prise en compte des souscriptions - du 16 avril

Plus en détail

CAPITAL INVEST PME 2015

CAPITAL INVEST PME 2015 FCPI CAPITAL INVEST PME 2015 SOUTENEZ LE DÉVELOPPEMENT D ENTREPRISES INNOVANTES TOUT EN ALLÉGEANT VOTRE FISCALITÉ EN CONTREPARTIE D UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL ET D UN BLOCAGE DE VOS AVOIRS DE 8 A 10

Plus en détail

Investissez indirectement dans l immobi

Investissez indirectement dans l immobi SCPI PRIMO 1 Investissez indirectement dans l immobi PRIMO 1 a pour objectif de constituer un patrimoine immobilier résidentiel, permettant l accès aux avantages fiscaux du nouveau dispositif Scellier.

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements Le PEA PME-ETI Création d un nouveau PEA-PME permettant d investir dans des PME et des ETI EN BREF Dispositif adopté par le Parlement dans le cadre de la Loi de finances pour 2014, le PEA «PME- ETI» est

Plus en détail

Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit. Aspects internes & internationaux. Faculté de Droit Le 13 décembre 2011

Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit. Aspects internes & internationaux. Faculté de Droit Le 13 décembre 2011 Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit Aspects internes & internationaux Faculté de Droit Le 13 décembre 2011 Céline VIESSANT Frédéric MEGE 1 Introduction Comme souligné

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 C-4-08 N 61 du 9 JUIN 2008 PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES PAR DES PARTICULIERS. DONS DE TITRES DE SOCIETES ADMIS AUX

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

EN cette période de discussions législatives soutenues autour des projets de loi de

EN cette période de discussions législatives soutenues autour des projets de loi de L'ESSENTIEL DE LA VEILLE RÉGLEMENTAIRE ET FISCALE DU MÉTIER TITRES N 16 Octobre 2013 ////// ÉDITO EN cette période de discussions législatives soutenues autour des projets de loi de finances (PLF) et de

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

Les SCPI Fiscales URBAN PREMIUM DEFICIT FONCIER: URBAN PIERRE MALRAUX: URBAN VALEUR SCELLIER RENOVE INTERMEDIAIRE: URBAN PATRIMOINE 2

Les SCPI Fiscales URBAN PREMIUM DEFICIT FONCIER: URBAN PIERRE MALRAUX: URBAN VALEUR SCELLIER RENOVE INTERMEDIAIRE: URBAN PATRIMOINE 2 ( Les SCPI Fiscales ) URBAN PREMIUM DEFICIT FONCIER: URBAN PIERRE MALRAUX: URBAN VALEUR SCELLIER RENOVE INTERMEDIAIRE: URBAN PATRIMOINE 2 INTRODUCTION Par leurs multiples avantages, les SCPI, tant fiscales

Plus en détail

CAPITAL INVEST PME 2014

CAPITAL INVEST PME 2014 FCPI CAPITAL INVEST PME 2014 Soutenez le développement d entreprises innovantes tout en allégeant votre fiscalité en contrepartie d un risque de perte en capital Prise en compte des souscriptions - du

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

PremeLY Habitat 3 BBC

PremeLY Habitat 3 BBC PremeLY Habitat 3 BBC (Bâtiment Basse Consommation) SCPI DE TYPE «SCELLIER BBC» souscription ouverte jusqu au 20 décembre 2011 La clôture de la période de souscription pourra intervenir par anticipation

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues Commission des Affaires économiques «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues La protection des épargnants «Le Gouvernement ne protège pas les petits épargnants comme

Plus en détail

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 REFORME FISCALE CALENDRIER Réforme présentée en Conseil des Ministres le 4 juillet 2012 (audit de la Cour des comptes réalisé) Date à laquelle

Plus en détail

(Bâtiment Basse Consommation)

(Bâtiment Basse Consommation) PREMELY Habitat 3 BBC (Bâtiment Basse Consommation) SCPI DE TYPE «SCELLIER BBC» Prorogation de la commercialisation jusqu au 20 décembre 2012. La période de souscription de PREMELY Habitat 3 BBC, prévue

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

Stratégie d investissement (1)

Stratégie d investissement (1) Le FCPI s adresse à des investisseurs qui souhaitent diversifier leur portefeuille en investissant sur le long terme et réduire leur impôt en contrepartie d une durée de blocage de 7 ans, soit jusqu au

Plus en détail

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011.

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011. DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES 26 Août 2011. Introduction 2 Introduction Le Gouvernement a annoncé le 24 août 2011, suite au Conseil des ministres, des mesures afin de réduire le

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

Newsletter Corporate

Newsletter Corporate Newsletter Corporate PRESENTATION DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI DE FINANCES POUR 2014 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 Nous présentons ci-après les principales mesures de la loi

Plus en détail

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96)

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) G ISF SONT EXONERES Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) L'article 6 de la loi de finances pour 1996 (n 95-1346 du 30 décembre 1995 - JO du 31 décembre 1995, p. 19030 et 19031): - précise le champ

Plus en détail

Article 7 Baisse du taux de TVA applicable aux entrées dans les salles de cinéma. Article 7 bis (nouveau) Article 7 ter (nouveau)

Article 7 Baisse du taux de TVA applicable aux entrées dans les salles de cinéma. Article 7 bis (nouveau) Article 7 ter (nouveau) - 1 - PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 Examen de l article liminaire et des articles de première partie AMENDEMENTS DU RAPPORTEUR GÉNÉRAL Mercredi 13 novembre 2013 Article liminaire Prévision de solde

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2011 La loi de finances rectificative pour 2011 a été définitivement adoptée le 6 juillet dernier et devrait, sauf recours constitutionnel, être prochainement publiée

Plus en détail

S C P I. Le guide de l investissement en SCPI

S C P I. Le guide de l investissement en SCPI S C P I Le guide de l investissement en SCPI Version de Février 2013 Pourquoi ce guide? Jonathan DHIVER Fondateur de MeilleureSCPI.com En tant que spécialiste du conseil en investissement immobilier, nous

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr Avertissement - Facteurs de risques Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier

Plus en détail

Jeudi 20 septembre 2012

Jeudi 20 septembre 2012 Jeudi 20 septembre 2012 Actualité fiscale / 3 ème trimestre 2012 1 ère partie : Actualité législative : 2 ème loi de finances rectificative pour 2012 Projet de budget 2013 Pierre-Jean Ferry Stéphanie Seneterre-Durand

Plus en détail

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 11 juin 2014 Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 - 2 - Sommaire Le Pacte de responsabilité et de solidarité pour la croissance et l emploi... 5 Les dates clés du pacte de responsabilité

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE La présente note fiscale (la Note Fiscale ) doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds Commun de Placement dans l Innovation

Plus en détail