Mutuelle et Santé L OBÉSITÉ DE L ADULTE LA REVUE DE LA MTRL. Quelles solutions chirurgicales?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mutuelle et Santé L OBÉSITÉ DE L ADULTE LA REVUE DE LA MTRL. Quelles solutions chirurgicales?"

Transcription

1 Mutuelle et Santé REVUE TRIMESTRIELLE D INFORMATION DE LA MTRL N 74 JUIN LA REVUE DE LA MTRL L OBÉSITÉ DE L ADULTE Quelles solutions chirurgicales?

2 La Revue de la MTRL Mutuelle et Santé n 74 VIE DE LA MTRL Inauguration du nouveau siège social Les temps forts de l AG PRÉVENTION Vitamine D, os et vaisseau : une étude en cours chez l adolescent sain à Lyon 6 SOINS ET SANTÉ La prise en charge homéopathique des douleurs pelviennes 8 DOSSIER Traitement chirurgical de l obésité de l adulte L approche du médecin Le geste du chirurgien 10 ÉCONOMIE DE LA SANTÉ La situation des infirmières en France (2 e partie) 16 CONNAÎTRE Acides gras, insuline, lipotoxicité et inflammation (1 re partie) 18 ZOOM Les intolérances alimentaires (2 e partie) 20 Dans ce numéro, un supplément dépliant opticiens pour les adhérents du Rhône Couverture : Gargantua. Illustration de Gustave Doré. La Revue de la MTRL - Mutuelle et Santé est la publication officielle de la MTRL, une Mutuelle pour tous, 37, avenue Jean-Jaurès Lyon Tél. : Fax : N Azur : Internet : mtrl.fr et reflexe-prevention-sante.mtrl.fr et N de CPPAP : 0412M e année trimestriel juin 2012 n 74 Le numéro : 1, dans tous les bureaux et agences de la MTRL. Abonnement annuel : 4. Directeur de la publication : Romain Migliorini. Administrateur : Thierry Thévenet. Éditeur délégué : Les Éditions du Chaland. ISSN : X Impression : IMAYE Graphic, Laval. «De l audace, encore de l audace ÉDITORIAL L A QUESTION DES DÉPASSEMENTS D HONORAIRES, que le gouvernement précédent avait souhaité régler en instituant par décret un secteur optionnel qui ne satisfaisait personne, aussi bien le corps médical que les mutuelles, vient de resurgir dans l actualité médiatique à partir des recommandations, assez surprenantes par leur fermeté, faites par le Conseil national de l ordre des médecins. Ce n est certes pas une remise en cause absolue d une pratique qui coûte, rappelons-le, quelque deux milliards et demi d euros par an aux patients et aux complémentaires, mais elle témoigne d une prise de conscience par l autorité médicale que cette situation est devenue insupportable, financièrement et moralement, pour la collectivité. En préconisant que les dépassements des praticiens du secteur 2 n excèdent pas trois à quatre fois le tarif de base (23 ), le Conseil de l ordre manifeste une relative fermeté visant à limiter des abus connus de tous mais, en même temps, il légitime un mode de fonctionnement qui, depuis à peine plus de trente ans le secteur 2 a été créé en 1980, a connu, selon les propres mots de son président, le docteur Michel Legmann, des «dérives inacceptables». Plus radicale encore, la recommandation d obliger les jeunes médecins à s installer, pour une durée de cinq ans, dans la région où ils ont été formés bouscule un des dogmes de la profession concernant la sacro-sainte liberté d installation et provoque des réactions hostiles de la part des syndicats de médecins libéraux et davantage encore des étudiants hospitaliers, lesquels ont su, dans un passé récent, empêcher ce type d initiative. Il est difficile de prévoir, dans un contexte de crise économique et financière tel que l on connaît actuellement euro et Europe, qui peut à tout instant remettre en cause des engagements tenus pour sûrs, quels seront les choix communiqués à l automne par le pouvoir politique nouvellement installé. Il est cependant caractéristique qu une institution aussi fortement marquée de corporatisme qu est le Conseil de l ordre des médecins prenne les devants et revienne de son propre chef sur des positions défendues bec et ongles pendant aussi longtemps. Ce n est sans doute pas encore la Nuit du 4 août, mais le Conseil de l ordre a parfaitement compris qu une époque s achevait. Certains des principes édictés en 1928, lors de la création de la Confédération des syndicats médicaux français, et maintenus «inoxydés» jusqu à ce jour comme la liberté totale de prescription, la rémunération à l acte ou la libre entente du prix entre le patient et le médecin sont et seront de plus en plus discutés. Ce n est pas un drame. Beaucoup de médecins l ont compris depuis longtemps et s efforcent de pratiquer leur art en collaboration étroite avec les autres acteurs de santé. Notre système de soins a tout à y gagner. Le président, Romain Migliorini

3 Vie de la MTRL INAUGURATION DU NOUVEAU SIÈGE DE LA MTRL Ce 2 avril, la MTRL a emménagé dans son nouveau siège social, 37 avenue Jean-Jaurès, au cœur du 7 e arrondissement de Lyon. Ces nouveaux bureaux ont été acquis par le Groupe et permettent à la MTRL d être aujourd hui installée dans des locaux lumineux et fonctionnels pour accueillir toutes les équipes administratives : m 2 occupés, contre 390 auparavant rue Pierre-Corneille et qui nécessitaient, de plus, divers travaux de rénovation. Trois semaines plus tard, le 20 avril, s est déroulée l inauguration de ce nouveau siège. A l invitation du président Migliorini et du conseil d administration de la MTRL, on notait la présence de M. Jean-Louis Touraine, premier adjoint au maire de Lyon et député du Rhône, de Mme Laure Dagorne, conseillère municipale représentant Mme Nora Berra, secrétaire d Etat chargée de la Santé, de plusieurs élus municipaux et de M. Alain Schmitter, directeur général des Assurances du Crédit Mutuel. Dans l assistance très nombreuse, on pouvait rencontrer des représentants d entreprises clientes de la MTRL, des partenaires issus des professions médicales et des syndicats professionnels, des personnalités du Crédit Mutuel et du CIC ainsi que l ensemble des équipes MTRL. Dans une ambiance chaleureuse, M. Jean-Louis Touraine et Mme Laure Dagorne ont salué le développement et l action menés par la MTRL en rappelant ses origines lyonnaises, et ils ont souhaité «bon vent» à la Mutuelle dans ce nouvel espace de travail. Pour sa part, M. Alain Schmitter a souligné le rôle et l identité de la MTRL au sein des ACM, et notamment sa vocation d acteur de santé. Après avoir cordialement remercié tous les participants et rappelé à son tour l attachement de la Mutuelle à son identité rhodanienne, le président Migliorini s est félicité du travail accompli depuis 47 ans et de l engagement de la MTRL au sein des ACM, facteur de développement et gage d initiatives innovantes. La presse locale était largement représentée et a donné tout son écho à cette manifestation chaleureuse qui signait une nouvelle étape dans la vie de notre mutuelle. 3

4 Vie de la MTRL LES TEMPS FORTS DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 2012 «Faire face à la taxation des contrats santé, encourager l effort de prévention, promouvoir des services innovants et des contrats adaptés», tel était le thème de l assemblée générale annuelle de la MTRL, qui s est déroulée le 25 avril dernier à l Ecole normale supérieure de Lyon en présence de nombreux adhérents accueillis par le président Romain Migliorini. Comme chaque année, un moment important qui permet de présenter les points d intérêt et les chiffres clés de l activité, les services, les nouveautés et le résultat des votes. Rapport de gestion : une situation équilibrée Commentant les principaux enseignements de l exercice 2011, M. Didier Faure, trésorier de la MTRL, a souligné que la Mutuelle avait versé plus de 52 millions d euros de prestations l an dernier, soit plus de par jour. Ce chiffre, en hausse de 3 % par rapport à 2010, est bien anticipé par les ressources de la Mutuelle qui sont également en augmentation du fait du développement de l activité. Le rapport prestations/cotisations est solide et équilibré. Le nombre de contrats commercialisés est en hausse de 8,4 %, et le nombre de bénéficiaires s accroît également de 5 % environ ; grâce à la grande diversité de nos contrats (santé, prévoyance et assurance) et notamment au succès de Réflexe Prévention Santé, dédié aux médecines complémentaires et qui a dépassé les contrats. S agissant des prestations, M. Faure indique que leur augmentation est évidemment le fait de la hausse naturelle de la demande de soins mais aussi des charges imposées aux mutuelles ainsi que des hausses de tarifs. Cela concerne particulièrement les dépassements d honoraires (actes et consultations médicaux, hospitalisation en secteur privé), mais aussi le dentaire et l optique (actes toujours mal remboursés par les régimes obligatoires et qui sollicitent les complémentaires). Sans omettre, la hausse de 22 à 23 de la consultation généraliste. Dans le même temps, la MTRL a naturellement maintenu son programme de réassurance avec les ACM, qui permet de répondre aux obligations réglementaires en termes de marge de solvabilité et de nous protéger en cas de sinistralité exceptionnelle. Nos frais de gestion sont en baisse, ce qui doit être souligné, mais il est surtout rappelé le poids significatif de la taxe fiscale obligatoire sur les contrats santé. Instaurée à 3,5 % au 1 er janvier 2011, elle a été portée à 7 % au 1 er octobre dernier. Ajoutée à la taxe CMU de 6,27 %, la taxation des contrats atteint maintenant 13,27 %! Après le rapport des commissaires aux comptes, le président Migliorini indique que les dépenses de santé augmentent de l ordre de 5 milliards d euros chaque année, soit bien plus rapidement que le coût de la vie. Malgré cela, «29 % des Français auraient renoncé à des soins pour raisons financières, notamment en optique et dentaire. Or le coût de la santé a été très peu abordé durant la campagne électorale récente, ce qui est regrettable». Dénonçant la taxation fiscale accélérée des contrats santé, M. Migliorini indique que les mutuelles vont également être assujetties progressivement à l impôt sur les sociétés. L activité de la MTRL : des services innovants, des agences rénovées, un nouveau siège social M. Lazarus, responsable des questions de santé aux ACM et à la MTRL, présente les chiffres clés de l activité 2011 : Près de documents traités avec un délai de 3 jours pour les remboursements adhérents et 6 jours pour les paiements directs aux professions de santé. La plate-forme Tel Santé Conseil : appels en La Carte bancaire Avance Santé pour la dispense d avance de frais. Plus de cartes émises pour les adhérents MTRL. Le service Tel Santé Conseil : 15 téléconseillers formés aux techniques du conseil en optique et dentaire. Intégral Optic : prise en charge intégrale de l équipement optique (monture et verres) dans le réseau opticiens mutualistes Umgos et Optic Une innovation au service des adhérents sur ce poste coûteux et indispensable. MédecinDirect : un service de dialogue et de questions et réponses sur Internet avec des médecins. Information sécurisée. Accès 7 J/7 et 24 h/24. Le service PSYHA : à l écoute des 4

5 Vie de la MTRL personnes sollicitant un accompagnement psychologique dans les moments difficiles de l existence. Une équipe de psychologues est à votre disposition 7 J/7 et 24 h/24. Le Bilan personnalisé chez le pharmacien. Une action en cours sur tout le département du Rhône pour un bilan prévention et conseil personnalisé (suivi des traitements, automédication ). Réflexe Prévention Santé : succès croissant de ce contrat hébergé par la MTRL et dédié aux médecines complémentaires (ostéopathie, homéopathie, acupuncture ) et à la prévention (accompagnement nutritionnel ). Plus de souscripteurs à ce jour! mtrl.fr : le site Internet de la MTRL pour suivre votre contrat, consulter l actualité de la MTRL et découvrir toutes nos offres (assurances auto, habitation, prévoyance ). Le président Migliorini complète l information en évoquant de nouvelles offres : Senior Assistance ainsi que des gammes performantes de contrats d assurance vie. Plusieurs séquences vidéo sont ensuite diffusées et commentées par M. Daniel Lauthelier, vice-président de la MTRL, pour illustrer le plan nécessaire de rénovation, de modernisation et de développement de notre réseau d agences. En 2011, ce programme s est poursuivi avec la rénovation de l agence Lyon-Servient, l emménagement dans de nouveaux locaux à Montceau-les- Mines et l ouverture d une nouvelle agence à Lyon, avenue Jean-Jaurès. «La qualité d accueil et la bonne fonctionnalité de nos locaux font partie de la qualité du service due à nos adhérents», souligne M. Lauthelier. Le président informe ensuite les adhérents du déménagement du siège social de la MTRL, désormais localisé Céline Martin agence de Montceau 37, avenue Jean-jaurès, Lyon 7 e. Un vaste local de m 2 acquis avec le Groupe pour des conditions de travail très professionnalisées et surtout mieux adaptées, au cœur de la ville. Les bureaux de la rue Pierre-Corneille avaient atteint leurs limites et auraient nécessité une vaste rénovation. Le nouveau siège social a été officiellement inauguré le 20 avril. Tous les services administratifs y sont réunis et notamment la plate-forme Tel Santé. Les contrats collectifs MTRL M. Thévenet, responsable du développement et des contrats collectifs MTRL, évoque le savoir-faire de la Julie Pittion chef de produit IDEAL entreprise partenaire de la MTRL Mutuelle auprès de centaines d entreprises et de collectivités, dans tous les domaines d activité et sur une vaste zone géographique. Pour des contrats compétitifs et innovants et des collaborations attentives au service des salariés. A l appui, deux séquences vidéo permettent à des entreprises clientes de présenter leur activité et leurs atouts cette année, la Cave de Lugny (71) au cœur du renommé vignoble mâconnais, et IDEAL, spécialisée dans la production de teintures pour textiles et de produits d entretien pour la maison (à Vaulx-en-Velin, dans le Rhône). La MTRL acteur de prévention Le président Romain Migliorini rappelle que «la prévention est une priorité permanente pour la MTRL, pôle mutualiste santé des ACM». Il est notamment souligné le rôle de la revue Mutuelle et Santé et la participation de la Mutuelle à de nombreuses initiatives : journée de réflexion et de formation sur le risque de santé lié au nucléaire (hôpital Desgenettes), rencontres sur l homéopathie et la cancérologie, programme de dépistage des troubles de la mémoire sur des adhérents de plus de 80 ans M. Gérard Cormorèche, vice-président de la MTRL, évoque les temps forts du 1 er Colloque d économie de la santé organisé par la MTRL le 8 octobre 2011 à Lyon. Deux thèmes furent abordés : le devenir de la médecine générale et les difficultés de l hôpital. Ce colloque s adressait à des professionnels de santé : il a permis «d organiser une réflexion collective sur les problèmes très actuels de l offre de soins en faisant émerger des pistes de travail concrètes», a commenté M. Cormorèche. Le président Migliorini a ensuite évoqué la poursuite, en 2012, du programme de conférences de santé MTRL grand public. Une douzaine de conférences se sont déroulées l an dernier rassemblant un important auditoire tant en Bourgogne qu en région lyonnaise. De même, la Mutuelle prépare, pour octobre, un second colloque d économie de la santé à Lyon et, à Louhans (également en octobre), un forum «Santé, bien-être et médecines douces en Bourgogne» avec tables rondes, stands découvertes et informations Vote des résolutions Les trois résolutions soumises au vote des adhérents sont adoptées à un minimum de 87 % de «oui». Le président en informe les participants et les remercie chaleureusement de leur soutien et de leur confiance. L assemblée générale s achève et la séance est levée. Une passionnante conférence de santé faisait suite à l assemblée, sur le thème : «La nutrition, l alimentation et le bien-être», proposée et animée par le docteur Christiane Ricard-Meille, médecin rhumatologue et nutritionniste. 5

6 Prévention Vitamine D, os et vaisseau : une étude en cours chez l adolescent sain à Lyon Avec le vieillissement de la population, l ostéoporose est devenue un véritable problème de santé publique surtout chez les personnes âgées, mais c est dans l enfance que tout commence à se jouer! L ostéoporose est en effet perçue comme une maladie de la personne âgée ; néanmoins, le capital osseux se constitue chez l enfant et l adolescent. La prévention à cet âge a donc probablement un impact notable Si, après l âge de 30/40 ans, chacun d entre nous perd un peu de son capital osseux tous les ans, l acquisition de ce capital se fait au cours de l enfance et de l adolescence, 90 % de la masse osseuse définitive se constituant au cours des 20 premières années de vie. De nombreux facteurs entrent alors en ligne de compte : facteurs génétiques bien sûr, mais aussi alimentation et activité physique. Une diminution du pic de masse osseuse augmente le risque de fractures et d ostéoporose à l âge adulte. Un lien fort entre l état osseux et l état cardio-vasculaire L évaluation du statut osseux est très importante chez les adultes pour l évaluation du risque de fractures et d ostéoporose. Les études STRAMBO et OFELY, réalisées au sein de l INSERM 1033 au cours des dernières années, sont des études visant à évaluer le statut osseux par des méthodes d imagerie non invasives, indolores et très peu irradiantes chez les hommes et les femmes. Les adhérents de la MTRL ont participé à l étude STRAMBO visant à évaluer l état osseux des hommes avec des 6 techniques d imagerie osseuse très perfectionnées au sein de l INSERM 1033 (ex-831, directeur Pr Roland Chapurlat) à l hôpital Edouard- Herriot. Elles ont permis de disposer de valeurs de référence avec des techniques d imagerie osseuse performantes (notamment scanner à haute résolution ou SCANCO ) après l âge de 20 ans chez plus de personnes, ce qui a permis de faire considérablement avancer la connaissance de l ostéoporose avec des moyens sûrs, non douloureux et fiables. Une reconstruction 3D de l os au niveau du tibia chez un adolescent. On sait désormais qu il existe également un lien fort entre l état osseux et l état cardio-vasculaire, un mauvais état osseux étant associé à une augmentation du risque cardiovasculaire, au moins chez les patients souffrant de maladie rénale chronique. Ce lien est important puisque les pathologies cardio-vasculaires (infarctus, accidents vasculaires ) sont aussi un véritable problème de santé publique. L effet protecteur de la vitamine D La fréquence du déficit en vitamine D est très importante dans la population française. La vitamine D agit à différents niveaux (intestins, reins) pour favoriser la régulation du calcium et du phosphore, permettant ainsi de maintenir une minéralisation osseuse adéquate. Au cours de la dernière décennie, de nombreuses données ont permis de montrer que la vitamine D a aussi un effet protecteur contre les infections, les pathologies auto-immunes, les cancers et les pathologies cardiovasculaires. Un déficit en vitamine D est en effet un facteur de risque de survenue de diabète de type 1, de cancer (et en particulier cancers du côlon, de la prostate et du sein), de maladies inflammatoires ou dysimmunitaires (sclérose en plaques, psoriasis, polyarthrite rhumatoïde, lupus érythémateux) et d infections (tuberculose, épisodes ORL hivernaux).

7 Prévention Les adolescents à la peau claire, plus sensibles à la simple exposition naturelle au soleil, devraient souvent être supplémentés en vitamine D. Nous vous sollicitons donc aujourd hui pour mettre en place une étude chez les enfants et adolescents sains. Cette étude, intitulée VITADOS (Vitamine D et Os de l Adolescent), a été financée lors du dernier appel d offres PHRC 2011 (Programme hospitalier de recherche clinique, investigateur principal Dr Justine Bacchetta), et nous souhaiterions inclure environ 200 enfants et adolescents sains entre 10 et 18 ans. Des techniques non invasives pour mesurer l état osseux En fait, nous souhaiterions tout d abord évaluer le statut en vitamine D d enfants et d adolescents sains, pour quantifier la fréquence et l importance de la carence en vitamine D, et sa corrélation avec le statut osseux, cardio-vasculaire et nutritionnel, l hypothèse étant que plus les enfants/adolescents sont déficitaires en vitamine D native, moins leur statut osseux est bon (à la fois sur les densités et la micro-architecture), moins leur statut cardio-vasculaire et endothélial est bon, plus ils ont un indice de masse corporelle élevé et une tendance à la micro-inflammation. Pour ce faire, nous souhaiterions utiliser des techniques non invasives pour mesurer l état osseux et cardiovasculaire. Les mêmes techniques d imagerie osseuse que lors de l étude STRAMBO (et notamment le SCANCO ) seront ainsi mises en œuvre, en association avec des explorations non invasives et novatrices de fonction endothéliale et cardiovasculaire (échographie des vaisseaux et exploration endothéliale notamment). Le scanner à haute résolution (SCANCO ) permet d obtenir des résultats très précis de quantité (ou densité) et de qualité (ou microarchitecture) osseuses, comme vous pouvez le voir sur la figure ci-dessous. Au final, l étude VITADOS nous permettra : de disposer de valeurs de référence du scanner à haute résolution et d exploration endothéliale chez l adolescent en bonne santé pour permettre, à terme, de mieux évaluer l os et le vaisseau chez des enfants souffrant de maladies chroniques ; d évaluer les résultats osseux obtenus avec le scanner à haute résolution en fonction de la concentration en vitamine D ; d étudier le lien entre statut osseux et statut cardio-vasculaire, pour définir les déterminants précoces de ces maladies qui surviendront plusieurs décennies plus tard, dans une démarche de médecine préventive ; d avoir des données françaises et récentes de statut en vitamine D chez l adolescent pour éventuellement rediscuter les recommandations actuelles de supplémentation en vitamine D dans cette population. Une étude portant sur environ 200 enfants/adolescents L étude VITADOS sera réalisée au sein des Hospices Civils de Lyon sur deux sites, EPICIME (Groupement Hospitalier Est) et Edouard-Herriot, sur deux demi-journées. Aucun traitement ne sera évalué, il s agit d une étude avec imagerie osseuse et vasculaire d un groupe d adolescents et d enfants sains. En pratique, aucun risque lié à la participation à cette étude n est attendu. En effet, le SCANCO et la DXA sont des examens indolores et faiblement irradiants (irradiation minimale de l ordre de 4-6 µsv, c està-dire l irradiation naturelle d une semaine). L examen doppler carotidien et l examen de la fonction endothéliale sont des examens simples qui se réalisent en quelques minutes. Pour la réalisation de la prise de sang, il sera systématiquement proposé de bénéficier d une anesthésie locale cutanée par patch anesthésiant de type EMLA. L étude se déroulera sur deux demi-journées : soit sur le même jour soit sur deux jours différents (espacés de, maximum, 3 mois) en fonction des disponibilités de l enfant/adolescent. L ensemble des examens réalisés sera pris en charge ; la participation à cette étude est volontaire et nécessite l accord des parents et de l enfant/adolescent. Nous espérons pouvoir compter sur votre soutien pour réaliser cette étude ; n hésitez pas à nous contacter pour tout renseignement complémentaire, soit par téléphone ( ) ou par mail : Nous vous enverrons ainsi sur simple demande une notice d information plus complète. Nous vous remercions par avance de l aide que vous nous apporterez! Dr Justine Bacchetta Service de néphrologie, rhumatologie et dermatologie pédiatriques, Hôpital Femme-Mère-Enfant, Bron, Pr Roland Chapurlat Service de rhumatologie et INSERM 1033, Hôpital Edouard-Herriot, Lyon 7

8 Soins et santé La prise en charge des douleurs Le «mal au ventre» est un motif fréquent de consultation. Parfois, les termes Les patientes associent douleurs de ventre et douleurs d origine gynécologique. La plupart du temps, ces douleurs sont d origine fonctionnelle, c est-à-dire que l organe n est pas porteur d une lésion mais qu il fonctionne mal ; l homéopathe va tenir compte du type de symptôme, de la caractéristique de la douleur chez la patiente et établir un diagnostic. Pourquoi ne sait-on pas toujours quel organe est douloureux? Parce que vessie, ovaires, utérus, trompes, intestin sont voisins : l utérus est médian dans le pelvis féminin et encadré de deux ovaires. L intestin est situé en arrière de l utérus et la vessie en avant. Coupe sagittale du petit bassin féminin trompe utérine ovaire utérus symphyse pubienne vessie urètre sphincter de l urètre col de l utérus vagin lèvres Analyser ses symptômes pour trouver facilement l origine de la douleur Les douleurs d origine gynécologiques sont souvent rythmées par le cycle : douleurs de règles, douleurs à l ovulation, douleurs après l ovulation et avant les règles. Les douleurs sont majorées par les rapports sexuels. 8 Les douleurs intestinales procèdent en général de l alimentation ; le ventre est indolore le matin, puis progressivement les douleurs apparaissent après les prises alimentaires pour augmenter en fin de journée. Un gonflement va survenir au niveau de la ceinture abdominale. L émission de gaz ou de selles soulage les douleurs. Il existe parfois des troubles du transit à type de constipation ou de diarrhée ou alternance des deux. Les douleurs vésicales, liées par exemple à une infection urinaire, surviennent sous forme de brûlures lors des mictions. Il existe une pesanteur pelvienne. Les urines peuvent être troubles ou même sanguinolentes hématuriques, pour employer un langage médical, traduisant l inflammation et l infection vésicales. L examen clinique permettra d éliminer une tumeur ; une échographie pelvienne réalisée soit par voie abdominale (sonde sur le ventre) ou vaginale (sonde dans le vagin) est souvent demandée pour rechercher un kyste ovarien, un fibrome, toute pathologie qui nécessiterait une rectum anus prise en charge chirurgicale. Un examen bactériologique urinaire (ECBU) permet de diagnostiquer l infection urinaire et le germe en cause ; une coloscopie est l examen à demander en cas d alternance diarrhée et constipation, présence de sang dans les selles ou douleurs digestives d apparition récente. Quel traitement, pour quelle situation? Rappelons que le traitement homéopathique sera indiqué s il n existe pas de lésion organique grave justifiant un traitement chirurgical, ou un traitement allopathique par exemple hormonal. L endométriose est une maladie à part entière ; les patientes qui en sont atteintes ont des règles très douloureuses ; elles peuvent ressentir des douleurs pour aller à la selle, lesquelles douleurs correspondent à des nodules d endométriose qui se développent sur les ovaires, le rectum, la vessie, dans la paroi de l utérus, sur les ligaments pelviens. Cette endométriose peut être responsable d une diminution de la fertilité. Le traitement est chirurgical, hormonal, et l homéopathie ne peut être qu un traitement d accompagnement. C est au médecin de décider, après un diagnostic précis, si le traitement homéopathique est le plus approprié et s il peut être utilisé seul. Le traitement allopathique consiste à prescrire un antispasmodique, un antalgique ou un anti-inflammatoire, le même quelle que soit la patiente et quelle que soit l origine des douleurs. Le traitement homéopathique est individualisé. Pour prescrire avec efficacité des médicaments homéopathiques, il faut comprendre l origine des douleurs et le ressenti de la douleur chez la patiente qui consulte. Si la douleur est gynécologique Les douleurs de règles sont décrites souvent comme des douleurs à type de crampes ; elles répondent à des médicaments comme Colocynthis

9 Soins et santé homéopathique pelviennes sont plus précis : «J ai mal aux ovaires» ou «J ai mal à l utérus». L interrogatoire précis et l examen clinique vont permettre de trouver l organe en cause 5 CH et Magnesia phosphorica 9 CH (3 gr de chaque plusieurs fois par jour). Si la douleur s aggrave au fur et à mesure que les règles coulent, on conseillera Actaea racemosa 9 CH (5 gr plusieurs fois par jour) ; cette prise en charge homéopathique est particulièrement intéressante chez la jeune fille de 12 à 17 ans, lorsqu il n y a pas de désir de contraception et pas d indication de mise sous pilule. Les douleurs peuvent survenir à l ovulation ; elles s accompagnent parfois de mini-saignements, qui correspondent à des contractions utérines. Parmi les médicaments prescrits, on retrouve Actaea racemosa, particulièrement indiqué lorsque les règles sont douloureuses, Secale cornutum, si le saignement est sombre, avec une grande fatigue, Ambrea grisea femme sensible, saignements à l ovulation, douleurs avec malaise. Si la douleur est intestinale Le diagnostic posé est souvent celui de «colopathie spasmodique» ou «côlon irritable». Il faut penser parfois à une intolérance au gluten. L exclusion du gluten supprimer pain et toute farine contenant du gluten pendant une semaine permet de faire le diagnostic. Si positif, le traitement est l exclusion à vie du gluten dans l alimentation. Les «colopathes» savent en général reconnaître les aliments mal tolérés : les crudités en excès, certaines graisses animales, les boissons alcoolisées, les gros repas en général. En homéopathie, sont indiqués des médicaments de crise douloureuse : Colocynthis 5 CH (douleur type crampe, améliorée par la pression pliée en deux), Ignatia 7 CH (douleur spasmodique, aggravée en y pensant). Dans ces pathologies chroniques, un médicament de terrain permet d éviter les récidives : Nux vomica, Ignatia, Lycopodium sont les grands médicaments prescrits dans cette indication. Si la douleur est d origine urinaire L infection urinaire est traitée habituellement par un antiseptique urinaire ; l homéopathie peut être indiquée en plus de ce traitement pour diminuer les douleurs ; on retrouvera des médicaments comme Cantharis, Formica rufa. L utilisation répétée de Sérum anticolibacillaire ou Colibacillinum, qui sont des biothérapiques, préviendra les récidives (exemple : Sérum anticolibacillaire D 8, 3 ampoules par jour pendant 8 jours ; ou Colibacillinum 9 CH, une dose globules par semaine pendant un mois). Des médicaments de terrain comme Medhorrinum, Sepia sont parfois associés en prévention des récidives. Dans d autres cas, le symptôme évoque une infection urinaire, associant brûlures et douleurs mictionnelles, mais l analyse urinaire est stérile. Il s agit simplement d une cystite interstitielle, appelée autrefois cystalgie à urines claires, traduisant une inflammation vésicale sans infection ; le traitement homéopathique le plus habituellement prescrit est Staphysagria 9 CH (5 gr deux fois par jour). Existe-t-il des patients qui ont un terrain douloureux? Il existe manifestement des patients qui ont un seuil douloureux différent des autres. Il faut savoir que les patients qui fument ressentent plus de douleurs. L arrêt du tabac dans toute douleur chronique est fortement conseillé. Certaines personnes supportent mal la douleur, qui les rend agressives ; c est pourquoi nous pouvons être amenés en homéopathie à prescrire Chamomilla, Nux vomica pour prendre en compte cette notion de terrain douloureux. La prise en charge homéopathique des douleurs pelviennes est personnalisée ; la patiente va noter les modes de survenue de la douleur, le type de douleurs, les circonstances d aggravation ou d amélioration. C est cette analyse détaillée du symptôme par la patiente qui va permettre au médecin homéopathe, à la suite d un examen clinique complet, de prescrire le ou les médicaments efficaces. Dr Charvet Christelle gynécologue homéopathe 9

Les répercussions en termes

Les répercussions en termes TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBÉSITÉ DE L ADULTE L approche du médecin Dr Henry Dabadie service de nutrition, hôpital Haut-Lévêque, CHU de Bordeaux L obésité de l adulte, définie par un indice de masse

Plus en détail

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition INFORMATION DES PATIENTS 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition Dr Michel AST Patient type Une femme dans 80 % des cas 40 ans 120 kg / 1,66 m soit un imc de 43 Chirurgie de rattrapage

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBESITE

CHIRURGIE DE L OBESITE CHIRURGIE DE L OBESITE Information destinée aux patients Docteur D. LEONARD Centre de consultations Médico-Chirurgicales Rue des Rolletières 49402 Saumur Tél : 02 41 83 33 52 Site web : http://david-leonard.docvadis.fr

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE FAUT ' IL OPERER LES OBESES? CHIRURGIE DE L OBESITE DEFINITION DE L OBESITE Excès de masse grasse délétère pour la santé IMC > 30 kg / m² CLASSIFICATION

Plus en détail

Définition. Indications de la chirurgie de l obésité

Définition. Indications de la chirurgie de l obésité CHIRURGIE DE L OBESITE Gilles FOURTANIER L accroissement de la prévalence de l obésité et de sa gravité en France comme dans tous les pays européens, désigne ce phénomène comme un des enjeux importants

Plus en détail

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION DE L OBESITE Etat d'un individu ayant un excès de poids par augmentation

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ. Quel rôle pour le médecin traitant dans le parcours pré-opératoire?

CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ. Quel rôle pour le médecin traitant dans le parcours pré-opératoire? CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ Quel rôle pour le médecin traitant dans le parcours pré-opératoire? CRITÈRES DE CHOIX DES PATIENTS - IMC supérieur ou égal à 40 kg/m2 - IMC supérieur ou égal à 35 kg/m2 avec un facteur

Plus en détail

La chirurgie de l obésité en plein

La chirurgie de l obésité en plein 1 sur 6 14/10/2014 13:52 La chirurgie de l obésité en plein essor LE MONDE SCIENCE ET TECHNO 13.10.2014 à 14h25 Mis à jour le 14.10.2014 à 11h51 Par Pascale Santi (/journaliste/pascale-santi/) «Sans titre»,

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

LA GASTROPLASTIE VERTICALE CALIBREE AVEC RESECTION GASTRIQUE OU SLEEVE GASTRECTOMIE Sleeve signifie manche ou manchette. C est ainsi que l on nomme cette résection (ablation) de l estomac qui enlève environ

Plus en détail

La chirurgie bariatrique

La chirurgie bariatrique La chirurgie bariatrique Dr LIENARD François Chirurgien digestif CHR Haute Senne Soignies Pourquoi une chirurgie bariatrique? Echec des traitements conservateurs > perte de poids minime et non persistante

Plus en détail

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com L Index de Masse Corporelle IMC= poids/taille² IMC > 25 et < 30 kg/m² : surpoids IMC > 30 kg/m² : obésité Type 1 : 30 à 35 kg/m² Type 2 : 35 à 40

Plus en détail

Sommaire. I. L obésité, une maladie qui nous concerne tous... P.4. II. Une maladie, de nombreux traitements... P.7

Sommaire. I. L obésité, une maladie qui nous concerne tous... P.4. II. Une maladie, de nombreux traitements... P.7 Sommaire I. L obésité, une maladie qui nous concerne tous............. P.4 UNE MALADIE DE PLUS EN PLUS FRÉQUENTE.................................. P.4 UNE MALADIE GRAVE.......................................................

Plus en détail

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r obesity Le traitement de l obl obésité morbide: Indications, techniques et résultats r des gastroplasties Dr Elie CHOUILLARD Service de Chirurgie Générale et Digestive Centre Hospitalier de Poissy Avril

Plus en détail

Dr Yves ANDUZE ACHER

Dr Yves ANDUZE ACHER Dr Yves ANDUZE ACHER REGIME ET OBSERVANCE Gerard REACH (HOPITAL AVICENNE) CRITERES D INDICATION OPERATOIRE BMI maximum supérieur 40 ou 35 en cas de co-morbidité Surcharge pondérale stabilisée depuis plus

Plus en détail

Suivi nutritionnel après chirurgie bariatrique. Dr Véronique TAILLARD CCA CHU Caremeau, Nîmes Service MME

Suivi nutritionnel après chirurgie bariatrique. Dr Véronique TAILLARD CCA CHU Caremeau, Nîmes Service MME Suivi nutritionnel après chirurgie bariatrique Dr Véronique TAILLARD CCA CHU Caremeau, Nîmes Service MME CB : Indications Recommandations HAS Janvier 2009 CB : Indications Recommandations HAS Janvier 2009

Plus en détail

GUIDE D AIDE À LA DÉCISION

GUIDE D AIDE À LA DÉCISION GUIDE D AIDE À LA DÉCISION PROGRAMME DE CHIRURGIE BARIATRIQUE Avril 2012 Page 1 Document rédigé par : Nathalie Turgeon, infirmière clinicienne Hélène Boutin, conseillère clinicienne en soins infirmiers

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBESITE

CHIRURGIE DE L OBESITE CHIRURGIE DE L OBESITE Centre Hospitalier de Boulogne-sur-Mer Allée Jacques Monod 62321 Boulogne-sur-Mer cédex Contact : 03.21.99.30.38 Madame, Monsieur, Vous êtes venu(e) consulter un médecin ou un chirurgien

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Complications de l obésité (1) Diminution de l espérance de vie Diminution de la qualité de

Plus en détail

Chirurgie de l obésité

Chirurgie de l obésité Chirurgie de l obésité Place du médecin généraliste dans l équipe pluridisciplinaire Jean-Pierre Lamandé Médecin généraliste Médecin coordonnateur du réseau ROMDES Jean-Pierre Lamandé 1 Les protagonistes

Plus en détail

Chirurgie de l obésité

Chirurgie de l obésité Chirurgie de l obésité Dr Ch. de Séguin (clinique Saint Louis Ganges ) 12/06/2008 L obésité problème majeur de santé publique Complications de l obésité Diabète et obésité Quels obèses? Classification

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie de Crohn

La prise en charge de votre maladie de Crohn G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie de Crohn Vivre avec une maladie de Crohn Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis

Plus en détail

Carence en vitamine D après chirurgie bariatrique 14ème meeting d Endocrinologie-Diabétologie Endocrinologues du Sud Marocain

Carence en vitamine D après chirurgie bariatrique 14ème meeting d Endocrinologie-Diabétologie Endocrinologues du Sud Marocain Carence en vitamine D après chirurgie bariatrique 14ème meeting d Endocrinologie-Diabétologie Endocrinologues du Sud Marocain Cécile Ciangura Paris 1. Vitamine D et obésité Vitamine D et obésité Relation

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Grossesse, Poids et Nutrition

Grossesse, Poids et Nutrition Service de Gynécologie Obstétrique et service de Nutrition Hôpital de la Pitié-Salpêtrière Grossesse, Poids et Nutrition Si vous avez un problème de poids, voici des conseils pour la préparation et le

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Qu est-ce que? Poids (en Kilogrammes) IMC = Taille (en Mètre) x Taille (en Mètre) 110 Mon IMC = = 40,4 (obésité massive ou morbide) 1.65 x 1.

Qu est-ce que? Poids (en Kilogrammes) IMC = Taille (en Mètre) x Taille (en Mètre) 110 Mon IMC = = 40,4 (obésité massive ou morbide) 1.65 x 1. Qu est-ce que? Reso13 signifie «Réseau Obésité des Bouches-du-Rhône». Il est basé à la clinique Axium d Aix-en-Provence. Sa mission est de proposer une prise en charge chirurgicale globale et pluridisciplinaire

Plus en détail

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Qu est-ce que le SOPK? Quel objectif? Cette brochure vous informe sur les signes, les causes et le traitement du syndrome

Plus en détail

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels :

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels : Le PNNS : «Manger Bouger», les facteurs de risque nutritionnel à tous les âges de la vie. Les repères de consommation du PNNS JL BORNET L alimentation joue un rôle très important sur la santé. A chaque

Plus en détail

Chirurgie de L Obésité. Pr Ibrahim DAGHER

Chirurgie de L Obésité. Pr Ibrahim DAGHER Chirurgie de L Obésité Pr Ibrahim DAGHER Evolution de la Chirurgie Leçon d'anatomie Dr Nicolaes Tulp 1632 La Haye - Mauritshuis Museum Nouvelles technologies chirurgicales Evolution de la Chirurgie Les

Plus en détail

Constat. Quelques chiffres

Constat. Quelques chiffres La création d une au Centre Hospitalier Hornu-Frameries est venue d un constat simple : l obésité et le surpoids sont deux phénomènes sans cesse en augmentation. La personne victime du poids est souvent

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

Chirurgie de l obésité. Ce qu il faut savoir avant de se décider!

Chirurgie de l obésité. Ce qu il faut savoir avant de se décider! Chirurgie de l obésité Ce qu il faut savoir avant de se décider! Consultez le site Internet de la HAS : www.has-sante.fr Vous y trouverez des informations complémentaires et des outils pour bien préparer

Plus en détail

LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier. Service de Chirurgie générale et digestive Hôpital Européen G.

LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier. Service de Chirurgie générale et digestive Hôpital Européen G. LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier Epidémiologie Obésité Obésité sévère (IMC > 40) 1980 6.1 % - 1991 6.5 % - 1997 8.5 % 0.3 % 2000 10.1 % - 2003 11.2 % 0.6 % (360 000) Insee / OBEPI

Plus en détail

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT Prostatectomie radicale assistée par ROBOT L intervention qui vous est proposée est destinée à enlever votre prostate qui est atteinte d un cancer. LA PROSTATE La prostate est une glande qui participe

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Collège national des gynécologues et obstétriciens. gynécologie. Le corps féminin à tous les âges de la vie

Collège national des gynécologues et obstétriciens. gynécologie. Le corps féminin à tous les âges de la vie Collège national des gynécologues et obstétriciens Sous la direction du Pr Jacques Lansac Coordonné par le Dr Nicolas EVRARD En partenariat avec le site LE GRAND LIVRE de la gynécologie Le corps féminin

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins?

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Votre médecin peut adapter et compléter ces informations en fonction de votre situation personnelle.

Plus en détail

Mon médecin m annonce que j ai un diabète gestationnel : que faire?

Mon médecin m annonce que j ai un diabète gestationnel : que faire? Lilly Diabète Pour vous, jour après jour. Lilly Diabète Pour vous, jour après jour. Lilly propose et développe des traitements innovants pour la prise en charge du diabète et de ses complications. INVENTIV

Plus en détail

Dépistage du cancer du colon : dès 50 ans J en parle à mon médecin

Dépistage du cancer du colon : dès 50 ans J en parle à mon médecin Programme vaudois de dépistage du cancer du colon Dépistage du cancer du colon : dès 50 ans J en parle à mon médecin Dépistage du cancer du colon Canton de Vaud Table des matières Aide à la décision et

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PATIENTS CANCER DU RECTUM CHIRURGIE DU RECTUM Dr Lionel Charbit

INFORMATIONS AUX PATIENTS CANCER DU RECTUM CHIRURGIE DU RECTUM Dr Lionel Charbit 31, AVENUE DE L ABBAYE 91330 YERRES 01 69 48 48 13 INFORMATIONS AUX PATIENTS CANCER DU RECTUM CHIRURGIE DU RECTUM Dr Lionel Charbit Madame, Monsieur, Cette brochure est destinée à répondre à la plupart

Plus en détail

Moi ou mon enfant sous cortisone

Moi ou mon enfant sous cortisone Moi ou mon enfant sous cortisone Quelles conséquences? Isabelle Koné-Paut Pédiatrie Générale, Rhumatologie CHU de Bicêtre 94270 Le Kremlin-Bicêtre La cortisone, une hormone H H Organe 1 Organe 2 H Sang

Plus en détail

Vous accueille et vous informe

Vous accueille et vous informe L équipe de soins Vous accueille et vous informe Endocrinologie, Maladies Osseuses, Génétique et Gynécologie Médicale Professeur Jean-Pierre Salles, Responsable d Equipe Médicale Professeur Maïthé Tauber

Plus en détail

23,1 % 13,8 % 1979 2004

23,1 % 13,8 % 1979 2004 L OBÉSITÉ et son traitement... Dr Pierre Y. Garneau MD, FRCS, FACS, FASMBS Chef du service de chirurgie général Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal Assistant professeur Université de Montréal Objectifs

Plus en détail

Bienvenue! Coordonnées : Docteur Christophe ROBIN 37, avenue Maréchal Foch 64100 BAYONNE Tél. : 05 59 59 71 77

Bienvenue! Coordonnées : Docteur Christophe ROBIN 37, avenue Maréchal Foch 64100 BAYONNE Tél. : 05 59 59 71 77 Docteur Christophe ROBIN 37, avenue Maréchal Foch 64100 BAYONNE Tél. : 05 59 59 71 77 Bienvenue! Je vous propose de préparer notre premier entretien en voulant bien répondre au questionnaire ci-dessous,

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Chirurgie de l obésité : analyse des pratiques et de leur pertinence

Chirurgie de l obésité : analyse des pratiques et de leur pertinence Point d information 21 février 2013 Chirurgie de l obésité : analyse des pratiques et de leur pertinence Avec une prévalence de 15% de la population adulte, l obésité touche en France 6,9 millions de personnes

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT Madame, Monsieur, Vous souffrez d une sténose du canal lombaire, une intervention chirurgicale est envisagée. Afin de prendre une décision en

Plus en détail

Gastric Bypass, Mini-Gastric Bypass et Sleeve Gastrectomy

Gastric Bypass, Mini-Gastric Bypass et Sleeve Gastrectomy Service de Chirurgie Viscérale Centre Hospitalier de Saint Malo Gastric Bypass, Mini-Gastric Bypass et Sleeve Gastrectomy Chère Patiente, Cher Patient, Vous devez être opéré(e) en raison de votre forte

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde Vivre avec une polyarthrite rhumatoïde Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N C L I N I Q U E S A I N T - J E A N LIVRET D INFORMATION DES PATIENTES ENTRANT POUR UNE INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE (IVG) Clinique Saint-Jean Avenue Georges Bizet 83000 TOULON Tél : 0 826 00 44

Plus en détail

é ch Chirurgie de l obésité Information aux patients www.chwapi.be Equipe de la Chirurgie de l Obésité

é ch Chirurgie de l obésité Information aux patients www.chwapi.be Equipe de la Chirurgie de l Obésité é ch Equipe de la Chirurgie de l Obésité Chirurgie de l obésité Information aux patients www.chwapi.be 1 é ch Equipe de la Chirurgie de l Obésité L équipe Coordinateur médical - nutritionniste : Dr DEREPPE

Plus en détail

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE Une technique chirurgicale Pour vous, pour la vie Qu est-ce que la cholécystectomie? C est l intervention chirurgicale pratiquée pour enlever la vésicule biliaire.

Plus en détail

Ovaires : cancer et kystes

Ovaires : cancer et kystes Ovaires : cancer et kystes Le cancer des ovaires : Description Au Canada, une femme sur 70 sera touchée par un cancer de l'ovaire au cours de sa vie. Le cancer de l ovaire est le plus mortel des cancers

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

La pré-éclampsie. Explications et conseils préventifs

La pré-éclampsie. Explications et conseils préventifs La pré-éclampsie Explications et conseils préventifs Introduction Quel objectif? Vous avez souffert d une pré-éclampsie lors de votre grossesse. Ce livret a pour but de vous aider à comprendre ce qu il

Plus en détail

INAUGURATION DE L EQUIPE DE LA CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ

INAUGURATION DE L EQUIPE DE LA CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ DOSSIER DE PRESSE éch Equipe de la Chirurgie de l Obésité INAUGURATION DE L EQUIPE DE LA CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ Infos : 069/33 10 60 service.communication@chwapi.be Communiqué de presse... 3 L équipe interdisciplinaire

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

Incontinence urinaire : trop souvent taboue

Incontinence urinaire : trop souvent taboue Incontinence urinaire : trop souvent taboue Tous concernés! De quoi s agit-il? C est une perte accidentelle ou involontaire des urines, qu il s agisse de quelques gouttes à une fuite plus conséquente :

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER MERCI Nous vous remercions de lire ce support d information! Notre objectif est de vous aider à comprendre comment prévenir

Plus en détail

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT GUIDE MÉDECIN -1- SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 GUIDE MEDECIN ALD 8 - DIABETE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT... 4 I. BILAN INITIAL... 4 I.1.

Plus en détail

Prise en charge d une femme enceinte après chirurgie bariatrique Conséquences des restrictions alimentaires sur la grossesse

Prise en charge d une femme enceinte après chirurgie bariatrique Conséquences des restrictions alimentaires sur la grossesse Prise en charge d une femme enceinte après chirurgie bariatrique Conséquences des restrictions alimentaires sur la grossesse Dr Véronique TAILLARD Service MME Unité Transversale de Nutrition Clinique Chirurgie

Plus en détail

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 DIABÈTE GESTATIONNEL Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 Qui dépister? Un dépistage universel doit être optimalement proposé entre 24 et

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fissure anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

L OBESITE Sommet de l iceberg!

L OBESITE Sommet de l iceberg! L OBESITE Sommet de l iceberg! Docteur Patrick Van Alphen Médecine et Psychologie de l Obésité Clinique du Poids Idéal CHU Saint-Pierre Depuis quelques dizaines d années : Augmentation de la graisse dans

Plus en détail

Obésité : prise en charge chirurgicale chez l adulte

Obésité : prise en charge chirurgicale chez l adulte Obésité : prise en charge chirurgicale chez l adulte Janvier 2009 Indications de la chirurgie bariatrique Choix des techniques chirurgicales Contre-Indications de la chirurgie bariatrique Suivi et prise

Plus en détail

Prévenir les complications de la grossesse

Prévenir les complications de la grossesse Prévenir les complications de la grossesse S'y préparer De quoi s agit-il? Si on est en bonne santé L idéal est de consulter avant même l arrêt d une contraception, car à ce stade, il est encore temps

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés Les traitements médicamenteux du cancer du sein Ce document présente les différents traitements médicamenteux du cancer du sein. Il a pour but d aider les patientes et leurs proches à mieux comprendre:

Plus en détail

La chirurgie bariatrique est-elle aussi efficace sur le SAOS que sur le diabète?

La chirurgie bariatrique est-elle aussi efficace sur le SAOS que sur le diabète? Syndrome d apnées du sommeil et risques cardiométaboliques La chirurgie bariatrique est-elle aussi efficace sur le SAOS que sur le diabète? Expert - E. FRIJA-ORVOEN (Paris) Animateur - H. PEGLIASCO (Marseille)

Plus en détail

LE POINT SUR... «Ce que vous devez savoir sur un patient qui a eu une chirurgie bariatrique» Indications et contre-indications :

LE POINT SUR... «Ce que vous devez savoir sur un patient qui a eu une chirurgie bariatrique» Indications et contre-indications : LE POINT SUR... «Ce que vous devez savoir sur un patient qui a eu une chirurgie bariatrique» Léa Lucas-Martini, CHU Pitié Salpétrière, Paris - lea.lucas-martini@psl.aphp.fr Judith Aron-Wisnewsky, CHU Pitié

Plus en détail

INTRODUCTION (1) morbi-mortalité. mortalité.

INTRODUCTION (1) morbi-mortalité. mortalité. Bilan radiologique de la chirurgie bariatrique : une approche conventionnelle des attentes du chirurgien Paul-Emile Labeyrie (1), Nicole Provost (1), Yannick Leroux(2), Michèle Hamon(1) (1), Service d

Plus en détail

Besoins nutritionnels au cours de la grossesse après by pass gastrique

Besoins nutritionnels au cours de la grossesse après by pass gastrique CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE D'ANGERS Besoins nutritionnels au cours de la grossesse après by pass gastrique Conséquences des modifications anatomiques Docteur Agnès Sallé Département d Endocrinologie-Diabétologie-Nutrition

Plus en détail

Polyhandicap définitions présentation médicale

Polyhandicap définitions présentation médicale Polyhandicap définitions présentation médicale Dr Isabelle Hodgkinson L Escale Hôpital Femme Mère Enfant Définition Handicap grave à expressions multiples associant une déficience motrice et une déficience

Plus en détail

DIU Médecine et chirurgie de l obésité

DIU Médecine et chirurgie de l obésité DIU Médecine et chirurgie de l obésité Facultés de Médecine de Toulouse, Bordeaux, Limoges / Prs P Ritz, V Rigalleau, JC Desport INTRODUCTION La prévalence de l obésité augmente pour atteindre 12% de la

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007)

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) SYNTHESE DE RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) OBJECTIFS DES RECOMMANDATIONS : Avoir un impact sur la prise en charge quotidienne

Plus en détail

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Le bilan réalisé par l infirmier libéral pour le patient, permet de conduire les actions du suivi à domicile de l insuffisant

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

LES INTERVENTIONS EN CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE

LES INTERVENTIONS EN CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE LES INTERVENTIONS EN CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE Explications et conseils en prévision de votre chirurgie Ce document pourra répondre à plusieurs de vos interrogations et vous aidera en prévision de votre

Plus en détail

Que savoir sur la chirurgie de l Obésité A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

Que savoir sur la chirurgie de l Obésité A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Que savoir sur la chirurgie de l Obésité A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? VOUS ÊTES DESIREUX(SE) DE BENEFICIER A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE D UNE CHIRURGIE DE L OBESITE APPELEE AUSSI CHIRURGIE BARIATRIQUE PAR

Plus en détail

Quel type de patiente êtes-vous en ce qui concerne l endométriose?

Quel type de patiente êtes-vous en ce qui concerne l endométriose? Quel type de patiente êtes-vous en ce qui concerne l endométriose? Les que vous ressentez dépendront du siège des lésions d endométriose. Les symptômes seront différents pour chaque femme. Ces crampes

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie

LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie Collège national des gynécologues et obstétriciens sous la direction du Pr Jacques lansac Coordonné par le dr nicolas evrard En partenariat avec le site LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie La sexualité féminine

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. PARTIE 1 Histoire, études et bases anatomiques

TABLE DES MATIÈRES. PARTIE 1 Histoire, études et bases anatomiques TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 Histoire, études et bases anatomiques 1 Histoire de l ostéopathie viscérale......................................... 3 2 Études....................................................................

Plus en détail

Introduction. La consultation préconceptionnelle. http://www.univadis.fr

Introduction. La consultation préconceptionnelle. http://www.univadis.fr Surveillance d une grossesse en médecine générale Professeur Bruno LANGER Département de Gynéco-Obstétrique - Hôpital de Hautepierre - CHU de Strasbourg Introduction Mesdames, messieurs, Nous allons voir

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 Plan Généralités Effets de l alcool sur la santé Autres effets Rôle du médecin

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL NUTRITION ET CHUTES DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL 1. Nutrition correcte, normale, bonne Une alimentation équilibrée et diversifiée qui arrive à subvenir aux besoins de la personne : quantitatifs et qualitatifs.

Plus en détail