QUAND L URSSAF VOUS CONTRÔLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUAND L URSSAF VOUS CONTRÔLE"

Transcription

1 Jany JOUÉ-DEGORGUE QUAND L URSSAF VOUS CONTRÔLE Éditions d Organisation, 2004 ISBN:

2 4 LES POUVOIRS DES INSPECTEURS PENDANT LE CONTRÔLE Pouvoirs habituels Ils sont importants : interrogations, demande de documents, examen de la comptabilité. Le Code et la jurisprudence ont cependant fixé des limites qui s inscrivent dans le cadre du respect du droit de propriété et du contradictoire Pouvoirs élargis Les inspecteurs ont une compétence large : ils peuvent ainsi vérifier bon nombre des obligations de droit du travail Choix des points à examiner Ces points relèvent de leur seule compétence Choix des méthodes utilisées Ces méthodes restent très empreintes de prérogatives de puissance publique mais la Cour de cassation ouvre désormais des possibilités de discussion Éditions d Organisation 41

3 Les pouvoirs des inspecteurs pendant le contrôle Les inspecteurs du recouvrement disposent de pouvoirs étendus (interrogation des personnes rémunérées, communication de pièces, choix des méthodes d investigation) qui sont garantis par un délit d obstacle à contrôle. La limitation de leurs pouvoirs résulte d une construction purement jurisprudentielle. Elle tient à trois principes : le droit de propriété du cotisant; l utilité des demandes au regard du champ de compétences des inspecteurs; le respect d une procédure contradictoire que la lettre d observations révélera comme ayant été correctement opérée ou non. En réalité, si l inspecteur est libre de conduire le contrôle comme il l entend, il doit néanmoins veiller à garantir les droits futurs du cotisant à présenter une défense pertinente. 8 À savoir : Sans nul doute, les pouvoirs des inspecteurs de l Urssaf sont étendus parfois même à la frontière des compétences des autres corps de contrôle. Toutefois, leur compétence qui allait croissant jusqu à peu encore sous le feu croisé de la loi et de la jurisprudence semblent aujourd hui avoir atteint ses limites. Pouvoirs habituels Les pouvoirs des inspecteurs sont importants mais contrôlés et limités par la jurisprudence 1. Aucun texte ne venant limiter le pouvoir des inspecteurs, la Cour de cassation s en est chargée au cas par cas. Ces pouvoirs sont par ailleurs encadrés par des instructions diverses données par les autorités de tutelle ou par les Urssaf. 1. Pour en savoir plus H.-G. BASCOU, Les pouvoirs et obligations des inspecteurs du recouvrement lors de la phase de contrôle et des cotisations Urssaf, éd. J. Cl., Dr. du travail, novembre 1996; H.-G. BASCOU et Ph. COURSIER, Les principes directeurs de la procédure du recouvrement des cotisations Urssaf, étude BS 7/95, Paris, éd. F. Lefèbvre, p. 361; F. TAQUET, «Pouvoir des agents de l Urssaf et garanties des cotisants», JCP 92, Ed. E, I, 140 p. 186 G.; GIRODROUX, «Du pouvoir du contrôleur Urssaf», Lamy soc., 1996, n 91, p. 1 et s. 42 Éditions d Organisation

4 Quand l URSSAF vous contrôle Interrogation des personnes rémunérées Quelles personnes peuvent être interrogées? Art. R al. 3 du Code de la Sécurité sociale Ces agents peuvent interroger les personnes rémunérées notamment pour connaître leurs nom et adresse ainsi que la nature des activités exercées et le montant des rémunérations y afférentes, y compris les avantages en nature. Il apparaît, à la lecture de ce texte, que les inspecteurs peuvent interroger des personnes qui ne sont pas salariées de l entreprise. Il suffit qu elles soient rémunérées par elle. Il peut s agir de salariés ou d anciens salariés (exemple : des salariés licenciés), de travailleurs indépendants (prestataires de services, agents commerciaux), d apporteurs et indicateurs d affaires, de bénéficiaires de pourboires t Réflexion d auteur : Il serait logique de supposer que cette notion de rémunération s applique à la période contrôlée : un ancien salarié qui n aurait pas été rémunéré pendant la période de contrôle ne devrait ainsi pas pouvoir être entendu. Cette observation est, par ailleurs, confortée par les modalités d interrogation limitées aux lieux de travail (voir p. 44). Il est donc en pratique difficile pour un inspecteur d entendre valablement un ancien salarié, sauf cas de travail dissimulé. Si cette audition intervient malgré tout, le juge l écartera. Il ne restera plus alors que les propres constatations personnelles de l inspecteur : il faudra qu elles soient suffisantes. Une irrégularité peut entraîner la nullité du contrôle (voir p. 45). Que peut demander un inspecteur aux personnes rémunérées qu il souhaite interroger? Leurs nom et adresse, la nature de leurs activités, le montant de leurs rémunérations, leurs avantages en nature, leurs numéros d immatriculation pour les collaborateurs indépendants. [ ] En réalité, tout ce qui a trait à l exécution de leur travail, tout ce qui est nécessaire au contrôle peut leur être demandé : horaires, heures supplémentaires, lieux de chantier, régime des frais professionnels, grands déplacements, utilisation des véhicules personnels, frais de transport domicile-lieu de travail ou de chantier, utilisation des véhicules de société, etc. L interrogation de ces personnes et les précisions qui en découlent sont consignées dans des procès-verbaux qui font foi jusqu à preuve contraire (C. Séc. soc. art. L 243-7; voir p. 70). Il arrive cependant qu une audition ait lieu sans qu aucun procès-verbal ne soit dressé. L entreprise peut d ailleurs découvrir fort tard l existence de Éditions d Organisation 43

5 Les pouvoirs des inspecteurs pendant le contrôle cette audition. L examen, par un professionnel avisé, de la régularité d une telle audition devra alors être conduit soigneusement. Seules les personnes rémunérées par l entreprise peuvent être entendues Ainsi, l inspecteur ne peut interroger les épouses ou faire des enquêtes de voisinage. Il ne peut pas auditionner les salariés d une autre entreprise même si celle-ci a un chef d entreprise commun avec celle qui est contrôlée. Les dispositions de l article R du Code de la Sécurité sociale prévoyant l audition des salariés dans les locaux de l entreprise étant d interprétation stricte, des opérations de contrôle ne peuvent être basées sur les seules déclarations de personnes étrangères à l entreprise (cass. soc. 26 octobre 2000, n 4043 FS-D, N. c/ Urssaf de Besançon). Les agents de contrôle de l Urssaf ne peuvent entendre dans l entreprise ou sur les lieux de travail que les salariés eux-mêmes (et désormais les personnes rémunérées par l entreprise). Les dispositions qui confèrent aux agents de contrôle des pouvoirs d investigation sont d application stricte. Il en résulte que les opérations de contrôle basées sur les seules déclarations de personnes étrangères à l entreprise sont irrégulières. Les auditions doivent avoir lieu exclusivement dans l entreprise ou sur les lieux de travail Lieux d interrogation Sont systématiquement censurées les auditions pratiquées tantôt dans les locaux de l Urssaf, après dénonciation d un salarié qui s y est déplacé (cass. soc. 25 mars 1999, n 1460 PB, RJS 5/99 n 736), tantôt au domicile même des salariés (cass. soc. 6 juin 1996, n 2656 P, Bresciani c/ Urssaf du Doubs, BC V n 234, RJS 7/96 n 841), sans compter l interrogation des conjoints de salariés entendus à domicile (cass. soc. 28 novembre 1991, BC V n 548, RJS 1/92 n 76). Les inspecteurs ne peuvent adresser un questionnaire au domicile des salariés (cass. soc. 27 février 2003, Theetten ès qualité c/urssaf de Lyon, RJS 5/2003 n 664). En matière de travail dissimulé, l inspecteur peut au contraire interroger les personnes rémunérées en tout lieu accepté par ces dernières (C. trav. art. L dern. al., voir p. 289). Les modalités de l interrogation L interrogation des personnes rémunérées doit s exercer dans des conditions qui ne perturbent ni leur activité ni celle de l entreprise. 44 Éditions d Organisation

6 Quand l URSSAF vous contrôle L employeur peut exiger que ces interrogations aient lieu pendant les pauses. En tout état de cause, les salariés doivent être interrogés dans l entreprise ou sur leur lieu de travail, ce qui nécessite que l employeur soit informé en préalable : il lui incombe, en effet, de prendre les mesures temporaires de sécurité et de remplacement de poste. Ce n est que dans le cadre du travail dissimulé qu il pourrait en être autrement (voir p. 289). En cas d interrogation directe par l inspecteur du recouvrement, les réponses des salariés n engagent pas l entreprise, même si elles lui portent préjudice. Ils peuvent d ailleurs refuser de répondre. Mais ce refus doit relever de leur seule initiative et ne pas être influencé par l employeur, sauf à constituer un obstacle à contrôle (voir p. 71). Normalement, le procès-verbal de leurs déclarations doit être communiqué avec les observations. Force est cependant de constater que cette communication n est jamais spontanée et qu il faut souvent l intervention du Tribunal des affaires de Sécurité sociale : en effet, en phase judiciaire, la communication des pièces est obligatoire et peut être prononcée par le juge. Conséquences d une irrégularité Les auditions irrégulières ne prennent une existence concrète qu avec l envoi de la lettre d observations, laquelle cristallise le caractère contradictoire des opérations de contrôle. Si l audition des salariés est irrégulière, il n y a de nullité des opérations de contrôle qu à la condition que cette interrogation ait été déterminante et non corroborée par des constatations régulièrement pratiquées dans les locaux (cass. soc. 14 juin 2001, n 2689 FS-D, SA Cifobex c/ Urssaf de Montpellier, RJS 8-9/01 n 1067). Cette exigence semble moins impérative depuis un arrêt récent du 27 février 2003 qui retient pour seule cause de nullité le caractère irrégulier des auditions ayant fondé le contrôle : en l espèce, il n apparaît pas que la Cour ait cherché à vérifier si les informations obtenues en violation de l article R du Code de la Sécurité sociale avaient ou non été corroborées par des constatations directes des inspecteurs (cass. soc. 27 février 2003 n 561 FS-FB, Theetten ès qual. GMEP c/ Urssaf de Lyon, BC V n 76, RJS 5/2003 n 664). Tout au contraire, nulle limitation ne s impose plus au pouvoir d interrogation si l audition s effectue hors contrôle, par exemple dans le cadre d une enquête administrative ordonnée par le Tribunal des affaires de Sécurité sociale : en effet, l article R ne saurait être opposée à ces enquêtes (cass. soc. 12 octobre 1988, SA Pernet c/ Urssaf de la Moselle, BC V n 490). Enfin, l inspecteur n est tenu de respecter la procédure d audition que s il agit dans le cadre d un contrôle placé sous le visa de l article R du Éditions d Organisation 45

7 Les pouvoirs des inspecteurs pendant le contrôle Code de la Sécurité sociale. Tel n est pas le cas en cas de travail dissimulé ou lorsque l inspecteur agit dans le cadre d une enquête administrative diligentée par le Tribunal des affaires de Sécurité sociale (cass. soc. 12 octobre 1988, SA Pernet c/ Urssaf de la Moselle, BC V n 490). Consultation des documents Quelles pièces et quels documents peuvent être demandés? Art. L du Code de la Sécurité sociale Les agents des organismes de Sécurité sociale mentionnés aux articles L et L peuvent, à tout moment, exiger des employeurs soumis à leur contrôle la communication des doubles des bulletins de paie mentionnés au dernier alinéa de l article L du Code du travail. Ces doubles sont conservés par l employeur pendant cinq ans. Art. R al. 2 du Code de la Sécurité sociale Les employeurs, personnes privées ou publiques, et les travailleurs indépendants sont tenus de présenter aux agents chargés du contrôle mentionnés à l article L 243-7, dénommés «inspecteurs du recouvrement», tout document et de permettre l accès à tout support d information qui leur sont demandés par ces agents comme nécessaires à l exercice du contrôle L inspecteur du recouvrement peut demander tout document ou support d information (papier, disquette, fichiers, logiciels, process paie, etc.), comptable ou non, utile à l exercice du contrôle. Exemple Accords d entreprise avec leurs avenants, contrats de travail et leurs avenants, registre du commerce et des sociétés, registre des assemblées, ponctuellement et sur des avantages précis octroyés par la société, décisions prises par l exécutif de la société, réunions du comité d entreprise et bien entendu fiches de paie, comptabilité (classe 6 pour l essentiel), etc. Dans l avis de passage (voir pp. 21 et s.), une liste des documents à mettre à la disposition de l inspecteur est dressée. Elle est donnée à titre indicatif. Tout registre ou document particulier complémentaire sera communiqué à la demande de l inspecteur. 46 Éditions d Organisation

8 Quand l URSSAF vous contrôle Qu est-ce qu une pièce nécessaire au contrôle? Tout document ou support d information nécessaire au contrôle est communicable dès lors qu il contient des informations relatives à l emploi des salariés ou des dirigeants, à leur identité, leur nationalité, leur résidence ou leur rémunération, leurs lieux de travail, leurs frais de déplacements, leurs plannings, leurs feuilles de route ou disques s il s agit de chauffeurs routiers. En revanche, un simple agenda privé, des pièces confidentielles, un rapport d audit, un courrier des commissaires aux comptes, les travaux du conseil de surveillance, une consultation d avocats n ont pas à être mis à la disposition de l inspecteur. Les documents commerciaux ne sont, en principe, pas communicables sauf si l inspecteur s intéresse à la qualité de salariés des sous-traitants, à des pourboires versés aux salariés d autres entreprises, à des avantages divers alloués via la maison mère aux salariés des filiales ou aux salariés via un GIE constitué avec l employeur (cass. soc. 27 mai 1993, n 1610 D, Sté Marseillaise de crédit (SMC) c/ Urssaf de la Haute-Garonne, RJS 7/93 n 784). En cas de doute, il est préférable de se faire préciser, par écrit, en quoi tel document sollicité est nécessaire au contrôle. Si l inspecteur confirme sa demande par écrit, il faut fournir le document pour ne pas encourir le risque d obstacle à contrôle (voir p. 71). L employeur ne peut, en effet, se faire juge des pouvoirs des inspecteurs qui, rappelons-le, s exercent dans le cadre de la mission de service public des Urssaf. Régime de la consultation des documents demandés : respect du droit de propriété Les entreprises et les dirigeants ont le droit de faire valoir devant la Cour européenne des droits de l homme la protection de certains locaux professionnels que la Cour assimile à un domicile au sens de l article 8 (CEDH, arrêt Nimietz c/ Allemagne du 16 décembre 1992). En l occurrence, les documents sollicités par les Urssaf appartiennent aux entreprises : les inspecteurs doivent, par conséquent, agir dans le respect du droit inaliénable au respect du domicile. Toute consultation de pièces doit ainsi être autorisée par l entreprise, de même que toute copie : pour l entreprise, il importe, en outre, de savoir ce que les inspecteurs garderont comme documents après le contrôle. Tous les documents consultés doivent rester dans l entreprise. Si un prêt contre décharge peut être consenti par l entreprise, aucun inspecteur du Éditions d Organisation 47

9 Les pouvoirs des inspecteurs pendant le contrôle recouvrement ne peut seul se saisir des documents dont il a besoin. Il ne peut forcer les portes des placards ou des tiroirs. Il n a pas le droit d emporter des pièces sans y être autorisé (cass. soc. 5 décembre 1991, n 4288 PF, Urssaf de la Gironde c/ SARL Club 33, RJS 1/92 n 76). 8 À savoir : Mieux vaut, en tout état de cause, si l entreprise accepte de confier ses pièces, procéder selon une liste exhaustive contre décharge signée de l inspecteur et pour un temps limité. La consultation des éléments informatisés de la paie sera définie par l entreprise selon des modalités arrêtées par ses soins (papier, disquette, CD-Rom, ou autre). Des copies sauvages ne sauraient être acceptées. Choix des points d investigation et des méthodes d investigation En un clin d'œil L inspecteur est seul compétent pour déterminer ce qu il entend contrôler et comment il entend procéder. Conséquence logique : l employeur doit s exécuter. En cas de désaccord ou de pratiques non conformes, la question sera examinée plus tard, dans le cadre d un contentieux. Choix des points d investigation Liberté et responsabilité de l inspecteur Le cotisant n a, en droit, aucun moyen de négocier les points que l inspecteur entend vérifier. Seule contrainte à la charge des Urssaf : leurs investigations doivent être étayées Il ne saurait donc y avoir de redressement sans notification d un ensemble de constatations susceptibles de constituer au moins un commencement de preuve. De simples suppositions sont insuffisantes (cass. soc. 3 avril 1997, n 1626 D, Urssaf des Bouches-du-Rhône c/ Sté Palmieri-Robin). 48 Éditions d Organisation

10 Quand l URSSAF vous contrôle En revanche, dès lors que ce commencement de preuve est avéré, tout procèsverbal de l inspecteur fait foi jusqu à preuve contraire, ce qui opère un renversement de la charge de la preuve au détriment du cotisant et l obligation pour lui d apporter au moins les éléments permettant d infirmer les constatations de l inspecteur (cass. soc. 31 octobre 2002, pourvoi n Légifrance). Choix des méthodes d investigation Aucune négociation de ces méthodes d investigation n est actuellement prévue L inspecteur procède comme il l entend et il n est pas possible de l empêcher de faire son travail, même si le chef d entreprise pense que la méthode employée est irrégulière. Un refus serait assimilé à un obstacle à contrôle (voir p. 71). Traditionnellement, le contrôle s effectue en trois temps : prise de connaissance de l entreprise, prise de connaissance des risques, chiffrage de ces risques. Les trois phases peuvent intervenir en une même opération (petits contrôles) ou s échelonner distinctement sur plusieurs mois (entreprises de dimension nationale voire internationale). La négociation pour la mise en œuvre d un mode opératoire peut être sollicitée par l inspecteur En pareil cas, un dialogue s instaure sur un vade-mecum qui gêne le moins l entreprise et permette à l inspecteur de travailler. Cette façon de faire est courante. Elle ne donne lieu, le plus souvent, à aucune contractualisation et n entraîne pas la fixation «forfaitaire» des redressements car le contrôle reste effectué sur des bases exhaustives. Exemple Le contrôle des frais professionnels sera effectué en fin de vérification pour laisser le temps à l entreprise de faire remonter tous les justificatifs des divers établissements. Le principe d une taxation forfaitaire peut être retenu Plus délicate est la question du chiffrage des bases redressées sur des bases non exhaustives. Cette procédure a été conçue par les textes comme exceptionnelle, elle doit le rester. Elle vise à suppléer la carence de l employeur. Éditions d Organisation 49

11 Les pouvoirs des inspecteurs pendant le contrôle En effet, la taxation forfaitaire est une évaluation des bases forfaitaires de redressement réservée aux cas où la comptabilité ne permet pas d établir le chiffre exact des rémunérations. Elle peut être mise en œuvre par les inspecteurs du recouvrement dans le cadre des contrôles d assiettes habituels, ce qui se matérialise par un visa croisé des articles R et R : ceux-ci doivent alors respecter l ensemble de la procédure de contrôle et en particulier la notification des observations avec 30 jours pour répondre (cass civ. 2 e 27 janvier 2004, Urssaf des Alpes-Maritimes c/ Sté Cannes Auto arrêt n 49 F-PB). Mais le recours à la technique du forfait peut intervenir dans le cadre du travail dissimulé (voir p. 291). Art. R du Code de la Sécurité sociale Lorsque la comptabilité d un employeur ne permet pas d établir le chiffre exact des rémunérations servant de base au calcul des cotisations dues, le montant des cotisations est fixé forfaitairement par l organisme chargé du recouvrement. Ce forfait est établi compte tenu des conventions collectives en vigueur ou, à défaut, des salaires pratiqués dans la profession ou la région considérée. La durée de l emploi est déterminée d après les déclarations des intéressés ou par tout autre moyen de preuve. En cas de carence de l organisme créancier, le forfait est établi par le commissaire de la République de région. Qu est-ce qu une taxation forfaitaire? La Cour de cassation ne censure, sous le visa de l article R du Code de la Sécurité sociale, que les taxations forfaitaires. Les autres taxations ont un régime différent. Or, qu est-ce qu une taxation forfaitaire au sens de cet article? La taxation forfaitaire peut émaner d un inspecteur du recouvrement, mais rien ne la circonscrit au cadre du contrôle. Toutefois, le chiffrage ou la rectification d une assiette relève, dans les faits, exclusivement des agents de contrôle car ils sont les seuls à être investis des moyens d investigations suffisants. Ils peuvent procéder par taxation soit dans le cadre des contrôles dits «triennaux» soit des contrôles pour «travail dissimulé» (voir partie 4). La taxation sert à chiffrer la base d un redressement lorsque les rémunérations sont inexactement reportées ou non comptabilisées ou insuffisamment différenciées. Cette taxation porte donc sur la base de cotisations et non sur sa répartition individuelle. Ne constitue dès lors pas une taxation forfaitaire susceptible d être annulée pour défaut de caractère régulier ou complet de la comptabilité, le redresse- 50 Éditions d Organisation

12 Quand l URSSAF vous contrôle ment dont le montant global est réel et dont seule la répartition salarié par salarié est forfaitisée à défaut d éléments fournis par l employeur (en l occurrence au prorata des rémunérations versées) (cass. civ. 2 e 9 décembre 2003, pourvoi n , Légifrance). Dans cet arrêt, la Cour relève, en outre, qu il n était pas démontré que l erreur fut préjudiciable à l employeur, suggérant que le grief doive être démontré pour contester une répartition individuelle «forfaitaire» de redressement. Ne relève pas plus de l article R la taxation qui ne porte pas sur l assiette redressée mais sur son traitement social. Il semble bien que ce soit dans cette dernière catégorie qu il convienne de ranger l application des ratios de population à une base déterminée de manière exhaustive (cass. soc. 11 mai 2001, n 2042 FS-D, Opéra de Lyon c/ Urssaf de Lyon). La taxation émane de l Urssaf. Il n existe dès lors pas d impossibilité à procéder globalement si la méthode est mise en œuvre par la commission de recours amiable aux fins d annulation d une partie du redressement et non par l Urssaf (cass. civ. 2 e 16 septembre 2003 pourvoi n , Légifrance). Ne relève pas plus de l article R la «taxation» qui est le fait d un expert nommé par le Tribunal des affaires de Sécurité sociale, fût-il lui-même agent de contrôle d une Urssaf (dans ce cas, l agent de contrôle se trouve mandaté par le juge et, selon la Cour de cassation, les dispositions de l article R du Code de la Sécurité sociale sont inapplicables à l enquête administrative ordonnée par les juridictions de Sécurité sociale en application de l article R dudit Code, cf. cass. soc. 12 octobre 1988, SA Pernet c/ Urssaf de la Moselle, BC V n 490). La taxation est une méthode d évaluation à défaut de tout autre élément de calcul. Ainsi, l évaluation d un redressement sur des bases forfaitaires prévues par un arrêté ne constitue pas une taxation forfaitaire. Méthode de taxation : par tous moyens Les rémunérations servant de base aux cotisations sont taxées selon les règles suivantes : une assiette de cotisations est reconstituée par l inspecteur compte tenu des conventions collectives en vigueur, ou, à défaut, des salaires de la profession ou de la région 1. Cette assiette est ensuite rapportée à un nombre d heures établi par tous moyens (déclarations des assurés ou autres). Le résultat obtenu par l application des conventions collectives constitue un minimum (cass. soc. 4 juin 1971, BC V n 417). Ainsi, s il y a des présomptions sérieuses que, dans la région considérée, la profession ou l entreprise, 1. Certains auteurs réservent la possibilité de procéder par tous moyens au seul cas d inexistence de conventions collectives («La taxation forfaitaire en matière Urssaf», H.-G. BASCOU, J.-C. RANC et F. TAQUET, GP 23 et 25 juillet 2000 p. 13). Éditions d Organisation 51

13 Les pouvoirs des inspecteurs pendant le contrôle il soit versé habituellement des rémunérations plus élevées, la taxation sera supérieure (6 décembre 1973, BC V n 637). En réalité, cette taxation s opère par tous moyens (cass. soc. 15 novembre 1979, BC V n 861; 5 mars 1986, BC V n 69) ( ) compatibles avec les exigences de fond posées par la jurisprudence, ce qui laisse une très large initiative à l inspecteur et peu de place pour la réaction de l entreprise (celle-ci se trouve ainsi pénalisée de ne pouvoir présenter une comptabilité totalement exhaustive). Par ailleurs, en cas de comptabilité irrégulière, l inspecteur peut appliquer aux exercices antérieurs le coefficient de dissimulation ou d erreur obtenu sur une année. 8 À savoir : La taxation forfaitaire n a rien à voir avec la taxation d office émise en cas de non-envoi, à bonne date, des bordereaux de cotisation. Une entreprise peut fort bien avoir fourni toutes ses déclarations mensuelles ou trimestrielles et faire, malgré tout, l objet d une taxation forfaitaire lors d un contrôle. Le formalisme de la taxation est des plus simples L inspecteur place toute sa vérification (ou un seul des chefs de rajustement) sous le visa de l article R 242-5, indique comment il a reconstitué l assiette et situe en général son action dans un contexte qui laisse à penser que la comptabilité est défaillante. Son contrôle sera, en sus, indifféremment placé, selon qu il existe ou non une constatation de travail dissimulé, sous le visa de l article L et 10 du Code du travail ou sous celui de R du Code de la Sécurité sociale. Cas de taxation ou d évaluation forfaitaire La taxation forfaitaire implique toujours une défaillance plus ou moins importante de l entreprise contrôlée 1. Il manque des justificatifs, des éléments de comptabilité, des fichiers séparés, etc. et l Urssaf ne peut faire son travail de vérification correctement. Elle est donc autorisée à procéder de manière dérogatoire. S agissant d une méthode dérogatoire de contrôle, l Urssaf doit pouvoir justifier des conditions ayant nécessité sa mise en œuvre. 1. Certains auteurs réservent le cas des taxations forfaitaires aux erreurs dirimantes de comptabilité («La taxation forfaitaire en matière Urssaf» H. G. BASCOU, J.-C. RANC et F. TAQUET, GP 23 et 25 juillet 2000, p. 13). 52 Éditions d Organisation

14 Quand l URSSAF vous contrôle Compte tenu de ce caractère dérogatoire, la taxation forfaitaire suite à contrôle est réservée aux seuls cas de comptabilité inexistante, irrégulière, incomplète ou insuffisante (exemples : absence de comptabilité, comptabilité inexacte, incomplète, insuffisante ou mal tenue, dans laquelle notamment le nom des salariés n est pas indiqué, le nombre d heures, le lieu des chantiers ou le montant des salaires ne sont pas reportés, le livre de paie ne correspond pas aux bulletins de salaire ). L article R qui prévoit la fixation forfaitaire des cotisations par les Urssaf est applicable non seulement en l absence de comptabilité mais également lorsque la comptabilité est incomplète, insuffisante, mal tenue ou inexacte (cass. civ. 2 e du 31 octobre 1963, Gabriac Marcel c/ CPAM du Vaucluse et autres, BC II n 706). Un refus de fournir certaines pièces pourrait aboutir à une taxation si ce refus décelait une irrégularité comptable : ainsi, l Urssaf est fondée à fixer forfaitairement le montant des cotisations dues par un employeur, dès lors que celui-ci a refusé la communication intégrale de sa comptabilité et qu il ne produit, par la suite, que des factures et devis anonymes (cass. soc. 9 novembre 1978, Bocquet c/ Urssaf de Rouen, BC V n 760). 8 À savoir : Le refus de recevoir un inspecteur du recouvrement ne constitue pas un cas de taxation forfaitaire mais un cas d obstacle à contrôle (voir p. 71) alors que le refus de donner tout ou partie de sa comptabilité peut relever de la taxation forfaitaire. Taxation partielle ou totale La comptabilité doit être inexistante ou incomplète (cas de fraude, de travail dissimulé, notamment) ou simplement insuffisante (exemples : il manque les plannings de tournées ayant permis l octroi des frais professionnels; les comptes «challenges et concours» ne permettent pas d isoler les sommes versées aux salariés et aux clients; la rémunération des gérants ne peut être chiffrée (cass. soc. 5 mars 1986, SA Total c/ Urssaf Meurthe-et-Moselle, BC V n 69). Il faut en conclure qu une taxation forfaitaire partielle est possible. La Cour de cassation admet, d ailleurs, l idée qu une taxation ne puisse concerner qu un point de redressement (cass. soc. 1 er juin 1995, Urssaf de la Côte-d Or c/ Société Entreprise industrielle, BC V n 173; cass. soc. 5 mars 1986 précitée). Éditions d Organisation 53

15 Les pouvoirs des inspecteurs pendant le contrôle Critères objectifs de la taxation déconnectés de tout élément fautif Des méthodes de taxation forfaitaire peuvent valablement être mises en œuvre, même sans faute de l employeur (cass. soc. 5 mars 1986, BC V n 69, deux arrêts). Dès lors qu une société admet que sa comptabilité ne permet pas d établir le chiffre exact des rémunérations servant de base au calcul des cotisations dues pour ses gérants, le recours à la taxation forfaitaire est justifié, car l application de cette méthode n est pas subordonnée à la preuve par l Urssaf d une faute de l employeur (cass. soc. 5 mars 1986, SA Total c/ Urssaf de Meurthe-et-Moselle précitée). Bien entendu, les fraudes ou fautes diverses constituent des facteurs aggravants. Ainsi, toute condamnation pénale au titre du travail dissimulé ou d une fraude de gestion entache automatiquement la régularité de la totalité de la comptabilité de l entreprise. L Urssaf doit justifier le recours à la taxation forfaitaire L Urssaf doit démontrer ou constater que la comptabilité est irrégulière et préciser en quoi elle est irrégulière, incomplète ou insuffisante. La charge de la preuve lui en incombe, et les juridictions ne sont nullement tenues de diligenter des mesures d instruction pour suppléer sa carence sur ce point (cass. soc. 21 janvier 1993, n 179 D, RJS 3/93 n 320). À défaut, le contrôle par taxation ou évaluation forfaitaire est annulé (voir jurisprudence ci-après sur les sondages). En effet, la Cour de cassation censure systématiquement toute évaluation forfaitaire non conforme aux textes en vigueur. La raison en est simple : une fois établie, la taxation forfaitaire est très difficile à remettre en cause. En effet, s il suffit d expédier à l Urssaf la déclaration manquante pour qu une simple taxation d office soit réduite, il est plus difficile de faire échec à une taxation forfaitaire car cette dernière opère un renversement aggravé de la charge de la preuve au détriment de l employeur et nonobstant l existence de ses déclarations précédentes (cass. soc. 12 juin 1981, BC V n 550; cass. soc. 14 mai 1992, RJS 6/92 n 792). L inspecteur devient maître de sa méthode de reconstitution même s il doit malgré tout la discuter contradictoirement avec l employeur (cass. civ. 2 e 27 janvier 2004 Urssaf des Alpes-Maritimes c/ Sté Cannes Auto arrêt n 49 F-PB). Il en résulte pour le cotisant la nécessité, soit de prouver la véracité de ses déclarations courantes (de salaires par exemple) sans pouvoir reprocher une quelconque imprécision de chiffrage à l Urssaf (cass. soc. 12 juin 1981, BC V n 550), soit de démontrer en quoi la taxation est excessive (cass. soc. 14 mai 1992, RJS 6/92 n 792). 54 Éditions d Organisation

16 Quand l URSSAF vous contrôle A défaut de cette preuve «qualifiée» incombant totalement à l employeur, la taxation est maintenue. Ainsi en est-il, à défaut de livre de paie régulièrement tenu et de toute preuve de nature à faire échec à la taxation (cass. soc. 1 er avril 1981, n 793, Lobstein c/ Urssaf de Seine-et-Marne). En revanche, aucune taxation ne saurait priver un employeur de ses moyens de défense : il peut donc apporter des éléments nouveaux pour établir l inexactitude ou le caractère excessif de l évaluation initiale. Viole dès lors les articles L et R du Code de la Sécurité sociale le Tribunal qui maintient le redressement effectué par l Urssaf sans examiner les pièces produites devant lui par l employeur (cass. soc. 19 juin 1997, n 2568 D, GIE CDF Energie c/ Urssaf du Loiret, RJS 11/97 n 1290). 8 À savoir : Pour contester efficacement une taxation, il faut soit contester les raisons de sa mise en œuvre (production d une comptabilité probante, certifiée, complète, d un contrôle fiscal portant sur les mêmes périodes, etc.), soit apporter la preuve d éléments comptables reconstitués (récupération ou reconstitution des pièces après un cambriolage, preuve par tous moyens émanant des partenaires de l entreprise). Interdiction des méthodes d extrapolation scientifiques mises en œuvre par les Urssaf dans un souci de rationnalité Délimitation des pratiques interdites essai de définition Le redressement par voie d extrapolation est une méthode d évaluation consistant à généraliser sur une grande échelle une situation constatée à petite échelle. On parle alors de sondage, d extrapolation, de calcul par approximation ou d application de ratios. Ces différents termes ne semblent toutefois pas totalement synonymes et n emportent pas les mêmes implications jurisprudentielles. Il convient donc, en préalable, d appréhender les cas visés par les présents développements. Il est d abord possible de différencier ces techniques selon leur objet : Le redressement par voie de sondage, l extrapolation sur une année N sur une population P des constatations faites sur N + 1 ou sur l échantillon P, ainsi que tout calcul par approximation servent à déterminer l assiette du redressement : la base de cotisations ne revêt plus alors aucun caractère exhaustif. Éditions d Organisation 55

17 Les pouvoirs des inspecteurs pendant le contrôle Au contraire, la technique du ratio consiste à appliquer à une base chiffrée sans extrapolation (donc exhaustive) un ratio destiné à isoler deux populations de l entreprise emportant des conséquences sociales différentes. Exemple Exemple de ratio sur des frais professionnels chiffrés de manière exhaustive : on considère que tel pourcentage se rapporte à des travailleurs français et tel pourcentage se rapporte à des travailleurs étrangers cass. soc. 11 mai 2001, n 2042 FS-D, Opéra de Lyon c/ Urssaf de Lyon. Autre exemple de ratio se rapportant à des taux différenciés de cotisations : on applique, sur X millions d euros redressés exhaustivement, un pourcentage le plus souvent négocié avec l employeur pour déterminer la population sous statut normal et la population sous statut spécifique. Il est également possible de les distinguer en fonction de la méthode utilisée : On réserve généralement le terme de sondage avec extrapolation à une méthode de chiffrage «dite scientifique» élaborée par les Urssaf pour contrôler certains grands ensembles de rémunération (exemple : les frais professionnels des intérimaires). Les termes d extrapolation ou de calcul par approximation sont plus vagues et n impliquent pas forcément la mise en œuvre d une méthode scientifique. Toute extrapolation constitue une taxation forfaitaire La Cour de cassation n opère, quant à elle, aucune distinction entre ces méthodes. Elle ne connaît, pour sa part, que deux situations : les cas d application d une taxation forfaitaire (voir p. 49) et les autres cas ne justifiant pas le recours à la taxation forfaitaire. Appliquant strictement l article R du Code de la Sécurité sociale, la Cour suprême fixe les règles suivantes : Si la comptabilité est probante, complète et suffisante, aucune taxation des bases de redressement ne peut avoir lieu : tout sondage (ou autre évaluation non exhaustive des bases de cotisation) constitutif d une taxation irrégulière sera donc annulé. La jurisprudence est constante. 56 Éditions d Organisation

18 Quand l URSSAF vous contrôle Cass soc. 21 janvier 1993 n 179 D, RJS 03/93 n 320 Mais attendu qu après avoir relevé que, pour chiffrer le redressement susceptible d être dû par la RNUR au titre de la prise en charge intégrale des frais de repas exposés par certains salariés, l Urssaf s était bornée à un calcul par approximation à partir de sondages et sur la base d un montant unitaire égal à une fois et demie la valeur du minimum garanti, sans opérer de distinction entre les bénéficiaires suivant l importance de leur rémunération, les juges du fond ont retenu qu il n était pas allégué que la comptabilité de la RNUR était insuffisante ou incomplète, condition nécessaire pour que l Urssaf puisse pratiquer une taxation forfaitaire; [ ] [non] tenus de recourir à une mesure d instruction pour suppléer la carence de l organisme de recouvrement dans l administration de la preuve, [les juges du fond] ont estimé que [l Urssaf] ne justifiait pas de sa créance. Cass soc. 1 er juin 1995 n 2405 P Mais attendu qu ayant exactement énoncé que c est seulement lorsque la comptabilité de l employeur ne permet pas d établir le chiffre exact des rémunérations servant de base au calcul des cotisations que l organisme de recouvrement est fondé à recourir à la taxation forfaitaire, la Cour d appel déduit des circonstances qu elle relève que la comptabilité de la société n était pas insuffisante sur le point en litige; qu elle a, dès lors, à bon droit, décidé que le recours à la taxation forfaitaire n était pas, en pareil cas, autorisé. Cass soc. 20 janvier 2000 n 427 D (navis social EFL, autres décisions, janvier 2000 n 73, Urssaf de Meurthe-et-Moselle c/ Entreprise Industrielle) Mais attendu qu après avoir exactement rappelé les dispositions de l article R du Code de la Sécurité sociale selon lesquelles, lorsque la comptabilité d un employeur ne permet pas d établir le chiffre exact des rémunérations servant de base au calcul des cotisations dues, le montant de ces cotisations est fixé forfaitairement par l organisme chargé du recouvrement, l arrêt attaqué retient que les documents comptables et justificatifs produits par l employeur permettaient d évaluer le montant des indemnités litigieuses; qu ayant en outre fait ressortir que la poursuite des opérations de contrôle aurait conduit à un redressement établi entièrement sur des bases réelles, la Cour d appel a exactement décidé que le recours à la taxation forfaitaire n était pas justifié et que les mises en demeure notifiées sur ce fondement devaient être annulées. Éditions d Organisation 57

19 Les pouvoirs des inspecteurs pendant le contrôle Cass soc. 23 novembre 2000 n 4679 FS-P Il résultait de ses constatations que la comptabilité de l employeur permettait à l agent de contrôle d établir le chiffre exact des indemnités de grand déplacement servant de base au calcul des cotisations dues, de telle sorte que la poursuite des opérations de contrôle devait conduire à un redressement établi entièrement sur des bases réelles et que le redressement litigieux sur une base forfaitaire devait être annulé. Si la comptabilité est incomplète sur un point, ce point peut donner lieu à une évaluation forfaitaire. Ainsi, en l absence de production par l employeur des bulletins de salaire des agents rémunérés pendant la période litigieuse «sous le régime du SMIC-22 AN», le redressement opéré sur la base d un horaire de travail établi par sondage doit être maintenu (cass. soc. 13 janvier 2000, n 261 P, SA Thalamer c/ Urssaf de Calais et autres, 2 e et 3 e moyen). L adhésion du cotisant : une démarche de dialogue Si l Urssaf est en mesure de justifier en quoi un contrôle exhaustif était réglementairement impossible, la méthode de chiffrage retenue est unilatérale ce qui ne dispense nullement qu elle soit ensuite débattue dans le cadre de la lettre d observations (cass. civ. 2 e 27 janvier 2004, Urssaf des Alpes-Maritimes c/ Sté Cannes Auto arrêt n 49 F-PB), l employeur conservant, en toute hypothèse, la possibilité d apporter la preuve contraire (voir p. 55). Il arrive cependant que le contexte de la taxation soit avéré et que, malgré tout, l Urssaf cherche à obtenir l accord du cotisant. Cette pratique des Urssaf ressort de plusieurs arrêts de la Cour de cassation. Ainsi, certains «sondages» ou «extrapolations» conduits dans les conditions de l article R reçoivent l accord du cotisant dans le cadre de la vérification (cass. soc. 17 mai 2001, n 2210 FS-D, Transports Gautier c/urssaf de Loire-Atlantique). Cette adhésion se veut alors purement éducative et participative. Les redressements par voie de sondage scientifique 1 La Cour de cassation condamne aujourd hui 2, explicitement la position des Urssaf en matière de redressement évalué sur la base de sondages établis selon des méthodes que les Urssaf qualifient volontiers de scientifiques. 1. H. G. BASCOU, J.-C. RANC, «Une pratique illicite : un redressement Urssaf par voie de sondage ou méthode dite scientifique» (GP, doctrine, 21 au 23 novembre 1999). 58 Éditions d Organisation

20 Quand l URSSAF vous contrôle Loin de s en tenir à la jurisprudence de la Cour de cassation, les Urssaf soutenaient que le sondage constituait une extrapolation faite à partir d observations réelles et que son régime ne pouvait donc être celui de la taxation forfaitaire. Il est vrai que le contrôle des très grandes entreprises pose des questions particulières. Aucune règle ne les visant spécifiquement, ces entreprises se sont trouvées confrontées à des contrôles rapides et expéditifs au cours desquels elles avaient l impression de n avoir pu faire valoir correctement leurs arguments au contraire des autres employeurs. Un arrêt de principe de la Cour de cassation (voir ci-après) est venu mettre un coup d arrêt à ces pratiques. Pour mémoire, un très faible échantillonnage était contrôlé exhaustivement, le reste était évalué par extrapolation. Évidemment, expliquer à ces entreprises que la méthode d extrapolation était homogène se révélait inutile dès lors qu aucune règle précise ne présidait à la constitution des échantillonnages. Or, de grandes différences existaient pour ces échantillonnages (quant au nombre de salariés ou d établissements). Ces sondages posaient ainsi de nombreux problèmes : celui de l égalité des cotisants (méthode non homogène, notamment quant à la fabrication des échantillons), celui de leur fonctionnement (l expérience montrait qu une même méthode donnait des résultats radicalement différents si elle n était pas utilisée dans des conditions strictement identiques car elle démultipliait l effet humain degré de sévérité ou d approfondissement dans les recherches), celui de leur transparence (la méthode était incompréhensible pour les entreprises et le procédé mathématique, tellement complexe qu il était difficile d avoir un avis éclairé donné en pleine connaissance de cause), celui du droit des salariés au report sur leur compte individuel vieillesse des sommes redressées les concernant dans la limite du plafond (voir p. 117). Les inégalités devant l extrapolation étaient donc patentes en fonction des inspecteurs (l extrapolation d un facteur humain était difficilement prévisible), des Urssaf (de grandes inégalités géographiques étaient ainsi apparues) et des entreprises (les secteurs à forte main-d œuvre étaient plus vulnérables que les autres). En réalité, toute extrapolation, même faite sur des bases scientifiques, accentuait impitoyablement chaque distorsion observée, creusant parfois des surcoûts jusqu à 60 % entre le réel et l extrapolé. Ces écarts devenaient 2. Certains flottements ont existé par le passé et notamment un curieux arrêt heureusement resté isolé qui prévoyait une possibilité d autojustification a posteriori par l Urssaf des sommes réclamées d abord chiffrées par sondage (cass. soc. 24 juin 1993, n 2427 P, SA Technip Géoproduction c/ Urssaf de Paris et a.). Éditions d Organisation 59

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à l annulation des rachats des cotisations arriérées présentation observations Cour d Appel Domaine(s) de

Plus en détail

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/04/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 21 janvier 2015 N de pourvoi: 13-25759 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00093 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Goasguen (conseiller

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015.

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015. FÉVRIER 2015 A LA UNE Un accord collectif ne peut suppléer le règlement intérieur dans la détermination de la durée maximale de la mise à pied disciplinaire Depuis 2010, la Chambre sociale de la Cour de

Plus en détail

Les droits et obligations de l expertcomptable en matière de contrôle URSSAF

Les droits et obligations de l expertcomptable en matière de contrôle URSSAF ETUDE SOCIALE Les droits et obligations de l expertcomptable en matière de contrôle URSSAF Présentation générale Dans la grande majorité des cas, l expert-comptable est l interlocuteur privilégié des agents

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre sociale

Cour de cassation. Chambre sociale Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 31 mars 2015 Pourvoi n 13-25436 Publié au bulletin Cassation partielle Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 31 mars 2015 N de pourvoi:

Plus en détail

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis -------------------

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N G 13-70.002 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) TRIBUNAL DES AFFAIRES

Plus en détail

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE 28 AVRIL 2003 S.01.0184.F/1 COUR DE CASSATION DE BELGIQUE Arrêt N S.01.0184.F CORA, société anonyme se trouvant aux droits et obligations de la société anonyme Frabelmar-Distrimas, dont le siège social

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 9 février 2012 N de pourvoi: 11-10270 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et

Plus en détail

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Présidente : Mme ANDRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 27 mars 2012 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : Mme

Plus en détail

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/11/2011 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 10 avril 1997 N de pourvoi: 96-83152 Publié au bulletin Rejet Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction.,

Plus en détail

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E SOC. PRUD'HOMMES JL COUR DE CASSATION Audience publique du 20 octobre 2010 Cassation partielle sans renvoi Mme MAZARS, conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n Y 08-70.433 Arrêt n 2025

Plus en détail

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/02/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 17 décembre 2014 N de pourvoi: 13-23645 ECLI:FR:CCASS:2014:SO02387 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Lambremon (conseiller

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 4 juillet 2012 N de pourvoi: 11-18840 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats, président Mme Grivel, conseiller apporteur M. Legoux,

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

La compétence du juge administratif

La compétence du juge administratif La violation des règles de l intérim a pour conséquence la substitution de l utilisateur, en sa qualité d employeur, à l entreprise de travail temporaire. Dans cette logique, le Tribunal des conflits vient

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 10/04/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 mars 2014 N de pourvoi: 12-21136 ECLI:FR:CCASS:2014:SO00660 Publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Lacabarats (président),

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 Montreuil, le 03/11/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 OBJET : Loi de simplification et clarification du droit et d allègement des procédures

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE MAI 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Rupture conventionnelle : de nouvelles précisions Dans deux arrêts du 25 mars 2015, la Cour de cassation considère d une part

Plus en détail

Association pour l Expérimentation de Nouvelles Structures d Accueil Pour Exclus (E.N.S.A.P.E.)

Association pour l Expérimentation de Nouvelles Structures d Accueil Pour Exclus (E.N.S.A.P.E.) TRIBUNAL INTERREGIONAL DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE DE PARIS REPUBLIQUE FRANÇAISE CONTENTIEUX N 07.041 PRESIDENT/RAPPORTEUR : Monsieur LEVY COMMISSAIRE DU GOUVERNEMENT : Madame LARSONNIER SEANCE

Plus en détail

!iches d'évaluation d un Délégué

!iches d'évaluation d un Délégué !iches d'évaluation d un Délégué Activité reduite du fait de ces fonctions Par Antoine Ferreira Pole Juridique Un délégué syndical dont les 1iches d'évaluation faisaient mention d'une disponibilité réduite

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

1.1 Généralités DUCTION. www.vademecum-urssaf.com. Maladie accident du travail Caisse nationale. Vieillesse Famille Recouvrement

1.1 Généralités DUCTION. www.vademecum-urssaf.com. Maladie accident du travail Caisse nationale. Vieillesse Famille Recouvrement 1. I n t r o d u c t i o n 1. INTRO- 1.1 Généralités 1.1.1 L organisation générale de la Sécurité sociale Le régime général de Sécurité sociale 1 est le plus important des régimes de Sécurité sociale :

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique?

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Les Matinales IP&T Fabienne Panneau Avocat Counsel 12 mai 2011 Introduction Constat : la recherche d informations sur un serveur informatique

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 septembre 2011 N de pourvoi: 10-23837 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Le Prado, SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

Conclusions de Madame l avocat général Gervaise TAFFALEAU -------------------

Conclusions de Madame l avocat général Gervaise TAFFALEAU ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N 1200014 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) CONSEIL DE PRUD'HOMMES

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/11/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 28 octobre 2010 N de pourvoi: 09-13864 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Tiffreau

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux statuant au contentieux N 04BX02064 Inédit au Recueil Lebon M. Jean-Michel BAYLE, Rapporteur M. PEANO, Commissaire du gouvernement M. LEPLAT, Président CABINET D

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA,

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA, TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 06/00232 Président : M. THIBAULT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 20 Avril 2007 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : -

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

Composition Président: Roland Henninger Hubert Bugnon, Jérôme Delabays

Composition Président: Roland Henninger Hubert Bugnon, Jérôme Delabays Kantonsgericht KG Rue des Augustins 3, case postale 1654, 1701 Fribourg T +41 26 304 15 00, F +41 26 304 15 01 www.fr.ch/tc 502 2014 233 Arrêt du 23 décembre 2014 Chambre pénale Composition Président:

Plus en détail

CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE Maison Individuelle CONDITIONS PARTICULIèRES de SOUS-TRAITANCE édition 2014

CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE Maison Individuelle CONDITIONS PARTICULIèRES de SOUS-TRAITANCE édition 2014 CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE Maison Individuelle CONDITIONS PARTICULIèRES de SOUS-TRAITANCE édition 2014 Sur la base desconditions générales du contrat de sous-traitance Maison Idividuelle L entreprise (raison

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

Document 2 : L organisation juridictionnelle française

Document 2 : L organisation juridictionnelle française Document 1 : Rappel Les branches du droit Document 2 : L organisation juridictionnelle française 1 2 On distingue les juridictions de première instance (TGI, Tribunal de commerce, TI, Conseil de Prud hommes,

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 22 OCTOBRE 2012 S.11.0087.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0087.F Y. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Huguette Geinger, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

L obligation de l employeur à une certaine loyauté dans la négociation collective : une construction jurisprudentielle qui s affirme

L obligation de l employeur à une certaine loyauté dans la négociation collective : une construction jurisprudentielle qui s affirme L obligation de l employeur à une certaine loyauté dans la négociation collective : une construction jurisprudentielle qui s affirme Dans le présent arrêt, la chambre sociale de la Cour de cassation renforce

Plus en détail

Sur le recours du MINISTRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L'ETAT :

Sur le recours du MINISTRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L'ETAT : CAA Versailles 1 er février 2011 N 09VE02141 Min. du budget c/ SA Acergy France Considérant que la SA Acergy France, anciennement dénommée Stolt Offshore, exerce une activité de travaux maritimes pétroliers

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. N 66 / 11. du 1.12.2011. Numéro 2897 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

SCP Thouin-Palat et Boucard, SCP Tiffreau, Corlay et Marlange, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Thouin-Palat et Boucard, SCP Tiffreau, Corlay et Marlange, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 3 avril 2012 N de pourvoi: 11-11161 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Thouin-Palat et Boucard, SCP Tiffreau, Corlay

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 2 décembre 2014 N de pourvoi: 13-28505 ECLI:FR:CCASS:2014:SO02245 Publié au bulletin Rejet M. Frouin (président), président Me Le Prado, SCP Vincent

Plus en détail

Convention de «management fees»: qu en est-il aujourd hui?

Convention de «management fees»: qu en est-il aujourd hui? 81 rue du pré Catelan 59110 La Madeleine Tél : 03 20 39 33 47 Fax : 03 20 63 92 21 lille@valoxy.fr www.valoxy.fr Convention de «management fees»: qu en est-il aujourd hui? Attention aux prestations de

Plus en détail

Lettre d'information SOMMAIRE. Petit rappel des nouveautés en matière de portabilité de la prévoyance depuis le 1 er juin 2015 : I.

Lettre d'information SOMMAIRE. Petit rappel des nouveautés en matière de portabilité de la prévoyance depuis le 1 er juin 2015 : I. Lettre d'information en JUILLET droit 2015 social SOMMAIRE I LES REFORMES - Portabilité de la prévoyance : Nouvelles règles applicables depuis le 1 er juin 2015 - Le portage salarial II EN BREF - Charge

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze. N 17 / 12. du 22.3.2012. Numéro 2954 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-11575 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 18 septembre 013 N de pourvoi: 11-1077 ECLI:FR:CCASS:013:SO01380 Non publié au bulletin M. Blatman (conseiller le plus ancien faisant fonction de

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur.

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. DCG - UE03 DROIT SOCIAL - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. I ÉTUDE DE SITUATIONS PRATIQUES (13 points) Dossier 1 Rappeler les

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

Droit du travail - Jurisprudence. Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral

Droit du travail - Jurisprudence. Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral Cour de cassation - chambre sociale Audience publique du 14 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66762 Cassation partielle sans renvoi Dans un arrêt

Plus en détail

COMMENT GÉRER UN CONTRÔLE FISCAL?

COMMENT GÉRER UN CONTRÔLE FISCAL? COMMENT GÉRER UN CONTRÔLE FISCAL? 2 juillet 2014 CCI ANGERS Intervenants : GESCO : Philippe BRIDOUX LEXCAP : David HUMEAU I - LE DEROULEMENT DU CONTRÔLE FISCAL 2 La «programmation» du contrôle 3 Comment

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, cinq mai deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, cinq mai deux mille onze. N 30 / 11. du 5.5.2011. Numéro 2854 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, cinq mai deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente de

Plus en détail

Le champ d application de l article 1415 du code civil

Le champ d application de l article 1415 du code civil Fiche à jour au 28 janvier 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE diplôme : Master 1 Matière : Droit des sûretés Web-tuteur : Catherine d Hoir-Lauprêtre SEANCE N 3 - REGIIMES MATRIIMONIIAUX ET CAUTIIONNEMENT

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 23/08/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 12 juillet 2011 N de pourvoi: 10-16911 Publié au bulletin M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président), président

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Mlle C c/ Polynésie française Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire

Plus en détail

ADMINISTRATION ADMINISTRATION GÉNÉRALE. Direction de l administration générale du personnel et du budget. Service des ressources humaines

ADMINISTRATION ADMINISTRATION GÉNÉRALE. Direction de l administration générale du personnel et du budget. Service des ressources humaines ADMINISTRATION ADMINISTRATION GÉNÉRALE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 26 janvier 2005 Rejet N de pourvoi : 04-84805 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION CHAPITRE 8 LE LIEN DE SUBORDINATION : LE CONTRAT DE TRAVAIL ET LES POUVOIRS DE L EMPLOYEUR I. LA DISTINCTION ENTRE LE TRAVAIL SUBORDONNE ET LE TRAVAIL INDEPENDANT La loi n a pas défini la notion de salarié.

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires Les obligations légales et réglementaires 1. Gestion des documents de l entreprise A. Les affichages obligatoires L affichage est un élément essentiel de la communication dans l entreprise et cela peut

Plus en détail

N 07/277 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 07/277 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/277 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Présidente : Mme FONTAINE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Raymond HUYNH Chambre sociale Arrêt du 16 Juillet 2008 PARTIES DEVANT

Plus en détail

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4489 Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10, alinéa 2, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 10-23521 Publié au bulletin Cassation M. Lacabarats (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Gatineau et

Plus en détail

LABÉO Manche dont l adresse est sis. 1352 avenue de Paris CS 33608 50008 SAINT-LO Cedex. Ci-après dénommé «LABÉO Manche» D une part

LABÉO Manche dont l adresse est sis. 1352 avenue de Paris CS 33608 50008 SAINT-LO Cedex. Ci-après dénommé «LABÉO Manche» D une part CONTRAT DE SERVICES EN LIGNE ENTRE LABÉO Manche dont l adresse est sis. 1352 avenue de Paris CS 33608 50008 SAINT-LO Cedex Ci-après dénommé «LABÉO Manche» D une part ET Le client Ci-après dénommé «le client»

Plus en détail

L essentiel de l Officiel

L essentiel de l Officiel LA FIN DE L «AUTOLICENCIEMENT» Décision de la Cour de cassation Cour de cassation Chambre sociale Décisions n 01-42-335, n 01-43-578, n 01-42-679, 01-40-235, n 01.41-150 Arrêts n 1780, n 1782, n 1783,

Plus en détail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail les infos DAS - n 051 7 avril 2015 Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail Les entreprises se trouvant régulièrement confrontées à des cas d infraction routières

Plus en détail

Habiter. Le travail illégal FICHE 15

Habiter. Le travail illégal FICHE 15 FICHE 15 Habiter Le travail illégal Sont interdits par la loi : > le travail dissimulé : absence de déclarations obligatoires, de remises de bulletin de paie, dissimulation d heures de travail ; > le prêt

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 07/09/2012 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-16422 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Lesourd, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 septembre 2014 N de pourvoi: 12-25943 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00750 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP Baraduc,

Plus en détail

La charte. du cotisant contrôlé. 1 er janvier 2015

La charte. du cotisant contrôlé. 1 er janvier 2015 ( ) La charte du cotisant contrôlé 1 er janvier 2015 Services aux cotisants Études et statistiques Services aux partenaires Contrôle Ressources informatiques Cette charte résume les dispositions mises

Plus en détail

Le célèbre «plombier polonais» est revenu récemment

Le célèbre «plombier polonais» est revenu récemment Les sanctions pénales liées au travail illégal dans le cadre des contrats publics La notion de travail illégal regroupe différents types d infractions. La plus répandue en matière de marchés publics est

Plus en détail

SURSIS DE PAIEMENT : COMMENT FAIRE APPLIQUER LA LOI? Olivier FOUQUET. Président de Section au Conseil d Etat

SURSIS DE PAIEMENT : COMMENT FAIRE APPLIQUER LA LOI? Olivier FOUQUET. Président de Section au Conseil d Etat SURSIS DE PAIEMENT : COMMENT FAIRE APPLIQUER LA LOI? Olivier FOUQUET Président de Section au Conseil d Etat 1) L ordonnance de référé n 306252, Michel Soppelsa, rendue le 13 juin 2007 par le Président

Plus en détail

DEFINITION. Ce concept est de plus en plus utilisé pour des applications de gestion de flottes et de sécurisation de véhicules.

DEFINITION. Ce concept est de plus en plus utilisé pour des applications de gestion de flottes et de sécurisation de véhicules. LA GEOLOCALISATION DEFINITION - A l origine : La géolocalisation est la localisation d un objet sur une carte à l aide de positions géographiques. On utilise la géolocalisation par GPS (Global Positionning

Plus en détail

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 FAUTE LOURDE Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 Constitue une faute lourde le fait pour le salarié d'un hôtel de supprimer les comptes Facebook et Twitter de l'établissement, l'impossibilité

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE. Règles Générales

REGLEMENT MUTUALISTE. Règles Générales REGLEMENT MUTUALISTE Le présent règlement mutualiste est régi par le nouveau Code de la mutualité tel qu institué par l ordonnance N 2001-350 du 19/04/2001, complétée par les directives communautaires

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E COUR DE CASSATION SOC. PRUD'HOMMES Audience publique du 3 novembre 2010 Mme PERONY, conseiller le plus ancien faisant fonction de président Arrêt no 2037 F-D Pourvoi no Y 09-67.493 Aide juridictionnelle

Plus en détail

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E SOC. PRUD'HOMMES MFG COUR DE CASSATION Audience publique du 3 novembre 2011 M. LACABARATS, président Arrêt no 2206 FS-P+B+R+I Pourvoi no M 10-18.036 R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013 L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée 2 Nouveautés À qui s adresse se statut d EIRL? Quelle procédure accomplir?

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail