Bases moléculaires des mutations Marc Jeanpierre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bases moléculaires des mutations Marc Jeanpierre"

Transcription

1 Bases moléculaires des mutations Marc Jeanpierre Chaque enfant qui naît hérite de 10 à 30 nouvelles mutations ponctuelles. L essentiel des ces mutations sont heureusement des variations neutres de séquence dans les régions intergéniques. On distingue traditionnellement les mutations somatiques (apparues dans les cellules d un tissu ou d un organe) des mutations germinales (apparues dans la lignée germinale et pouvant être transmises à la descendance). Lorsqu une mutation apparaît au cours du développement, la mutation n est observée que dans une partie seulement des tissus; on désigne la présence de deux types de cellules chez le même individu comme un mosaïcisme si la fraction minoritaire de cellules est supérieure à 5%. Une mutation en mosaïque peut être transmise à la decendance si elle est présente dans la lignée germinale. Les mutations sont habituellement considérées par leurs conséquences pathologiques, mais certaines mutations sont bénéfiques comme les mutations somatiques des régions variables des gènes d immunoglobuline qui augmentent la spécificité de l anticorps et sont sélectionnées positivement au cours des immunisations successives. I-Différents types de mutations On distingue deux types de mutations: les mutations simples qui ont une faible probabilité de survenue (au plus 10-5 ), et les mutations survenant sur des séquences instables formées par la répétition successive d un motif de quelques nucléotides. L instabilité est directement liée au nombre de triplets et à l homogénéité de la répétition (l interruption des répétitions par une variation de séquence stabilise le domaine). A-Mutations simples 95% des mutations sont des mutations ponctuelles (variations de séquence d une ou de quelques bases par remplacement d une base par une autre, petite délétion ou insertion) et seulement 5% sont des lésions de grande taille (délétions et insertions importantes, inversions). La proportion de mutations limitées à quelques bases et de remaniement important varient selon les gènes: des délétions d au moins un exon représentent 2/3 des mutations de la dystrophine; la moitié des hémophilies A sont

2 2 expliquées par l inversion d une partie du gène du facteur VIII hérité du père de la première conductrice. Chaque gène a un profil de mutation particulier. Les mutations ponctuelles peuvent être divisées en deux catégories: le remplacement d une base par une autre et les petites insertions et délétions. 1-Remplacement d une base On distingue les transitions (remplacement d une base purique par une autre base purique ou d une base pyrimidique par une autre base pyrimidique) et les transversions (remplacement d une base purique par une base pyrimidique ou l inverse). Les transitions sont deux fois plus fréquentes que les transversions. Nomenclature: (1) au niveau de la séquence d ADN, le remplacement d une adénine par une guanine en position 1555 d une séquence est une transition notée A1555G. Nomenclature: (2) En règle générale cependant, une mutation qui conduit à un changement simple d acide aminé dans une protéine (par exemple remplacement d une cystéine par une tyrosine en position 282) est désignée par la modification engendrée sur la protéine (par exemple C282Y) de préférence à la modification de la séquence: ainsi le terme G551D sera préféré à G1784A pour désigner la même mutation. Parmi les transitions, celles qui concernent la séquence CG vers TG ou CA représentent environ 40% de toutes les mutations ponctuelles. Le dinucleotide CpG est donc un point chaud de mutation. Les cytosines sont susceptibles d être désaminées en uracile qui n est pas un composant normal de l ADN et qui est retiré par un complexe enzymatique (uracile DNA glycosylase) pour être remplacé par la base attendue (cytosine). Ce mécanisme de réparation très efficace ne peut être utilisé si la cytosine est méthylée car, dans ce cas, la désamination transforme la cytosine en thymine qui est un composant normal de l ADN. Comme les cytosines ne peuvent être méthylées que si elles sont suivies d une guanine, les mutations survenant sur les cytosines méthylées du dinucleotide CpG sont des points chauds de mutation. Exemple: CGA (Arginine) Æ TGA (Stop). Certaines mutations touchant les CpG ont une fréquence particulièrement élevée comme la mutation G1138A du gène FGFR3 (recepteur 3 pour le FGF) responsable de l achondroplasie dont la fréquence est de 1/ par génération. Cette mutation conduit au remplacement d un résidu acide aminé glycine par une arginine dans la protéine (G380R).

3 3 2-Petites délétions Les petites deletions aboutissent à la perte d une à plusieurs bases. Nomenclature: Les petites délétions sont désignées par la position dans la séquence suivie du suffixe del et soit la séquence des bases délétées (exemple 413delAG) soit du nombre de bases délétées (1706del17 désigne la délétion de 17 bases à partir de la position 1706 d une séquence; del est aussi utilisé pour désigner la même délétion). Les deletions/insertions de la séquence codante qui ne sont pas des multiples de 3 bases entraînent un décalage du cadre de lecture et conduisent en règle générale à une protéine incomplète qui est rapidement dégradée. La délétion de trois bases (ou d un multiple de trois bases) cause la perte d un (ou de plusieurs) résidus acides aminés dans la protéine; le résidu manquant peut être précédé du préfixe d ou delta Exemple: F508 dans le gène CFTR, signifiant la perte du résidu phénylalanine - symbole F dans le code à une lettre- en position 508 de la protéine CFTR. Cette délétion peut être aussi décrite comme F508del. Lorsque le même changement au niveau de la protéine (par exemple G628R) peut être causé par des mutations distinctes (G2014A et G2014C), la modification de la séquence d ADN peut être indiquée à la suite comme G628R(G>A) et G628R(G>C). 3-Petites insertions Les petites insertions désignent les mutations associées à l apparition d une ou plusieurs bases dans une séquence donnée. Nomenclature: Les petites insertions sont désignées par leur position dans la séquence suivi du suffixe ins, comme insT qui désigne l insertion d un T entre les nucléotides 121 et 122, ou 146ins4 qui désigne l insertion de 4 bases en position 146. les insertions sont très souvent des duplications comme CTGAG vers CTGATGAG qui peut être décrit comme une insertion de trois bases (4-5insTGA) ou une duplication (dup2-4). Nomenclature: dup1751->61 pour une duplication des bases 1751 à 1761 soit 11 bp. 4-Délétions et insertions importantes Les délétions d un exon, d un gène entier ou de plusieurs gènes sont peu fréquentes excepté pour les gènes liés au chromosome X où les remaniements

4 4 génomiques importants sont communs (la proportion de délétions varie de 5 à 95% selon les gènes considérés du chromosome X). En général les grandes mutations ne sont pas connues à la base près; elles sont habituellement décrites sans référence à une séquence (exemple: délétion des exons 45 à 47 dans le gène de la dystrophine). On retrouve parfois des séquences particulières aux extrémités d un remaniement de grande taille sans que cela soit une règle générale. L un des meilleurs exemples est la duplication de 1,5 Mbases contenant le gène PMP22 sur le chromosome 17 qui est responsable de l une des formes de neuropathie de Charcot-Marie-Tooth. De manière tout à fait exceptionnelle, une mutation peut être causée par l insertion d un élément mobile. Il existe deux types d éléments mobiles chez l homme, les courts (séquence Alu de 300 pb) et les longs (séquence L1 de 6 kb apparentée aux transposons). Ces éléments mobiles n ont qu un rôle anecdotique en pathologie humaine, mais ils constituent des marqueurs génétiques extrêmement intéressants parce que chaque insertion est un évènement irréversible. 5-Bases de données Il existe plus de 600 bases de données de mutations dont la liste peut être obtenue par l intermédiaire du projet Hugo: ou du projet Human Gene Mutation Database de Cardiff Les mutations répertoriées ne représentent qu une partie des mutations connues.

5 5 B-Mutations instables Les séquences instables sont formées par la répétition successive et homogène d un motif de quelques nucléotides (dinucleotides comme (TG)n, trinucleotides comme (CAG)n...). Dans la population générale, le nombre de répétitions observé est variable mais relativement stable lorsque ce nombre est petit (le seuil dépend de la séquence considérée). L instabilité naît de la longueur de la répétition homogène de la même séquence: les séquences les plus longues sont les moins stables. Cette instabilité est le plus souvent méiotique (le nombre de répétitions transmises d une génération à l autre est variable) mais peut être mitotique pour les plus grandes répétitions de certaines séquences; dans ce cas, les différentes cellules ayant un nombre différent de répétitions, les mutations sont en mosaïque. Les maladies regroupées parce que leur mutation survient sur une séquence instable sont le plus souvent des maladies neuromusculaires. Les séquences instables peuvent être situées dans la région traduite d un gène (exemple: chorée de Huntington), dans un intron (exemple: ataxie de Freidreich), dans les régions flanquantes (exemples: au début du gène dans le syndrome de l X fragile ou à la fin du gène dans la myotonie de Steinert).

6 6 1-Chorée de Huntington La chorée de Huntington est le type de maladies neurodégénératives causées par l amplification d une séquence de trois bases (CAG) codant pour la glutamine. Un gène normal possède de 10 à 35 codons glutamine. Toute personne dont l une des copies du gène huntingtine contient plus de 35 codons glutamine développera une chorée de Huntington, d autant plus précocément que le nombre de répétition est élevé (jusqu à 120 CAG; le plus souvent de 40 à 55). Les variations du nombre de CAG sont essentiellement observées dans le gène hérité du père. Il existe une dizaine d autres maladies dégénératives du système nerveux central (en particulier pathologie spino-cérébelleuse) dont la mutation est l amplification de codons glutamine. 40/17 18/ 20 15/ 20 44/20 17/18 42/20 44/15 60/17 57/18 Figure [mutation 1] Exemple de famille de chorée de Huntington (maladie de Huntington). Les personnes ayant hérité d un allèle muté du gène de la huntigtine sont représentés en grisé. Le nombre de CAG est représenté sous chaque individu. Les allèles normaux (15 à 20 CAG dans cette famille) sont transmis sans changement alors que les allèles mutés (en gras, 40 à 60 CAG dans cette famille) peuvent être amplifiés à chaque génération lorsqu ils sont transmis par le père.

7 7 2-Syndrome de l X fragile (FRAXA) La mutation responsable du syndrome de l X fragile est une amplification pathologique d une séquence CGG située dans la région 5 non traduite de l exon1 du gène FMR situé en Xq27.3. Les allèles normaux sont habituellement formés de 5 à 50 triplets. Les répétitions de 60 à 230 triplets sont appelés prémutés car susceptibles d être amplifiés lors du passage à la génération suivante. Les allèles mutés contiennent plus de 230 triplets (jusqu à plus de 2000 triplets). La région entourant l exon1 des allèles mutés sont méthylés alors que les allèles normaux et prémutés ne le sont pas. Cette méthylation empêche l expression du gène FMR. Allèles normaux du gène FMR: 5-50 CGG ATG TAA Allèles prémut és du gène FMR: CGG ATG TAA Allèles mut és du gène FMR: 230 à plus de 2000 CGG ATG TAA Figure [mutation 2] Amplification du triplet CGG dans le gène FMR. Le nombre d exons a été réduit pour la clarté du schéma. Chez les garçons atteints, le nombre de triplets CGG est habituellement compris entre 230 et plus de 1000 : cette mutation " complète " s accompagne habituellement d une méthylation des cytosines des CGG qui empêche la transcription du gène et occasionne la maladie. Dans tous les cas, une " prémutation " s est créée progressivement dans la famille, par un accroissement de quelques exemplaires par génération du nombre de CGG du motif : cette prémutation est ainsi transmise par des hommes ou des femmes asymptomatiques.

8 8 Lorsque le nombre de CGG d un des gènes FMR1 d une femme " prémutée " (hétérozygote) est compris entre 60 et 90, et que cette femme transmet à un enfant une copie de ce gène, ce peut être soit sous une forme prémutée (éventuellement accrue de quelques CGG), soit sous la forme d une mutation complète ; la probabilité de cette deuxième éventualité s accroit de 5 % quand la mère possède 60 CGG à 100% quand elle possède 90 CGG. Un garçon porteur d une mutation complète est pratiquement toujours retardé quand celle-ci est méthylée ; il peut avoir reçu la mutation soit d une mère prémutée soit d une femme porteuse d une mutation complète. Une femme porteuse d une mutation complète aura une probabilité de 50% d être retardée : on parle de semi-dominance liée à l X. On décèle fréquemment des antécédents familiaux quand le diagnostic est posé sur un garçon ; en outre, l on peut observer, en amont, la transmission apparemment paradoxale de la maladie, sous forme de prémutation, par des mâles sains. En revanche, une mutation complète n apparait jamais dans la descendance directe d un homme prémuté. 3-Dystrophie myotonique de Steinert La mutation responsable de la dystrophie myotonique de Steinert est une amplification pathologique d une répétition de triplets CTG. Cette séquence est située dans la partie 3 non traduite du gène DMPK, et ne code donc pas pour une partie de la protéine à la différence de l exemple précédent. Les allèles normaux ont moins de 80 CTG, et le plus souvent entre 5 et 40 CTG; toutefois les allèles susceptibles d être amplifiés à la génération suivante contiennent de 50 à 80 CTG et sont appelés prémutés car ils sont à l origine des mutations (80 à 1000 CTG pour la forme adulte de la myotonie de Steinert). Il existe une forme congénitale très sévère et souvent létale, toujours d origine maternelle dont les mutations ont 2000 à 3000 CTG. 4-Autres mutations instables Dans les trois exemples précédents, l amplification concerne une séquence de 3 paires de bases, dont l instabilité est liée au nombre de répétitions. Il existe une maladie (épilepsie myoclonique dont le gène est sur le chromosome 21) pour laquelle la majorité des mutations est l amplification (plus de 50 copies au lieu de 3) d une séquence de 12 bases (CCCCGCCCCGCG) en amont du gène; cette maladie est transmise sur le mode autosomique récessif comme pour l ataxie de Friedreich ( triplets GAA au lieu de 6-30 dans un intron).

9 9 Les maladies autosomiques dominantes associées à des mutations instables ont en commun un phénomène d anticipation: les malades des dernières générations sont en règle plus sévèrement atteints que leurs parents.

10 10 II-Réparation de l ADN et sa pathologie L ADN est en permanence soumis à des aggressions physiques (comme les UV de la lumière solaire sur les cellules de la peau) ou chimiques (mutagènes). Les lésions induites par ces agents sont réparées avec une remarquable efficacité comme le montre l augmentation spectaculaire des mutations lorsque la réparation de l ADN est génétiquement altérée. A-Réparer ou mourir Les grandes lignes des mécanismes correcteurs des erreurs de l ADN sont retrouvés dans tous les eucaryotes et pour la majorité d entre eux également chez les procaryotes. Il existe plusieurs systèmes de surveillance et de correction des erreurs concourrant au même but. Ainsi devant une altération de l ADN, la cellule peut s apoptoser (détruisant tout risque de prolifération anormale) en particulier en présence d une cassure d ADN double brin non réparée, détecter et réparer l erreur (corriger la séquence mal appariée ou enlever les bases modifiées) contrôler l intégrité de l ADN au moment de la réplication. Plusieurs millions de divisions cellulaires par secondes sont nécessaires pour maintenir l intégrité d un être humain (3 millions de divisions cellulaires par secondes demandent la synthèse de plus de 500 millions de km d ADN par jour, plus que la distance de la terre au soleil). Il existe 7 ADN polymérases dans les cellules de mammifères dont certaines (exemple: ADN polymérase h) ne sont utilisées que pour pouvoir répliquer l ADN modifié (exemple: dimères de thymines induits par les UV). B-Nucleotides mal appariés ou modifiés Il existe deux voies principales de réparation de l ADN: le système de réparation des misappariements et le système d excision des bases modifiées. Dans le système de réparation des bases mal appariées, le mauvais appariement est reconnu par la protéine MSH2 associée à MSH3 ou MSH6, puis par la protéine MLH1 associée à PMS1 ou PMS2; l un des deux brins de l ADN est coupé à 1 kb environ des bases mal appariées, et remplacé par une nouvelle copie jusqu à la lésion. Lorsque l un des composant du système de réparation des misappariements (les 6 gènes cités, mais les mutations de MSH2 et MLH1 sont de loin les plus fréquemment observées) est déficient,

11 11 la cellule accumule les mutations somatiques et, à terme, prolifère en dehors de tout contrôle. Les cancers résultant d une rupture du système de réparation des misappariements sont sporadiques (les deux copies d un des gènes sont mutées par accident dans la cellule) ou héréditaires (les individus prédisposés sont hétérozygotes et la copie normale du gène est secondairement altérée). Les formes familiales des cancers résultant de ces mutations sont essentiellement des cancers du colon de type HNPCC (prédisposition familiale au cancer du colon sans polypose: 10% des cancers du colon) alors que les formes sporadiques sont à l origine de cancers de différents tissus (cancers de l estomac, de l endomètre et du colon).

12 12 Erreur lors de la synthèse d'un brin d'adn T G Bases mal appariées reconnues par MSH2 MSH6 (MutSα) MLH1 PMS2 (MutLα) rejoint MutSα G T L'un des brins d'adn est interrompu par une endonuclease T G Un kb d'adn environ est excisé G Un nouveau brin d'adn est synthésisé par l'adn polymérase δ G Figure [mutation 3] Mécanisme de réparation des bases mal appariées (mismatch repair). L hetérodimère MSH2 MSH6 (MutSa) et MSH2 MSH3 (MutSb) ont le même rôle; l hetérodimère MLH1 PMS2 (MutLa) a aussi le même rôle que MLH1 PMS1 (MutLb): MSH2 et MLH1 n étant pas redondants leur inactivation ne peut être compensée par un gène homologue. La voie de réparation des bases mal appariées est inactivée (par mutation ou hyperméthylation des deux copies de MLH1 ou de MSH2) dans 15-25% des cancers coliques, gastriques et de l endomètre. Dans les formes familiales de cancer colique sans polypose (HNPCC) les malades sont hétérozygotes pour l une des mutations des gènes de cette voie: si l allèle normal du gène est muté dans une cellule d un hétérozygote la correction des erreurs de réplication n est plus possible par la voie du mismatch repair ce qui entraîne rapidement une prolifération maligne.

13 13 Dans le système de réparation des bases modifiées, le brin d ADN est contenant la lésion est interrompu de part d autre de la base modifiée (les deux coupures sont à bases l une de l autre) et remplacé par une séquence complémentaire du brin non modifié. Les mutations de l un des gènes codant pour un composant de ce système sont responsables de la sensibilité aux UV et à l accumulation de cancers cutanés observée chez les malades atteints du syndrome rare xeroderma pigmentosum. Cette maladie se transmet sur le mode autosomique récessif. Certaines modifications covalentes de l ADN (en particulier l oxydation de certaines bases) peuvent être réparées par l une ou l autre des deux voies. Les hétérozygotes pour une anomalie du système de réparation des misappariements (mismatch repair) sont prédisposés au cancer (transmission autosomique dominante), alors que seuls les homozygotes pour une anomalie du système de réparation des bases modifiées sont malades (transmission autosomique récessive). Pourquoi? Dans le premier cas la perte accidentelle de la copie normale dans une cellule somatique entraîne l apparition de tumeurs parce que les erreurs à corriger sont présentes en permanence et que les cellules peuvent acquérir rapidement un avantage prolifératif, alors que dans le deuxième cas la perte accidentelle de la copie normale n entraîne d anomalie qu en présence d un éventuel agent chimique ou physique, ce qui ne permet pas la sélection rapide des cellules mutées. Les produits de certains des gènes (exemple MLH1) de ces deux systèmes ont aussi un rôle important dans le mécanisme des recombinaisons méiotiques et la conversion génique.

14 14 C-Réparation des cassures de l ADN Les cassures des deux brins de l ADN sont immédiatement réparés par l un de deux mécanismes (réparation simple et recombinaison homologue). si cette réparation ne peut avoir lieu, l apoptose de la cellule est activée conduisant à détruire la cellule déficiente. le premier mécanisme est une réparation dite simple ou non homologue, où les extrémités libres sont simplement remises en contact et liées; le second est la répartion par recombinaison homologue. La base moléculaire de chacun de ces deux mécanismes est la même de la bactérie à l homme. Dans la réparation simple, des protéines se fixent les extrémités libres et la continuité de l ADN est restaurée par la ligase IV. Ce sont les mêmes protéines qui sont utilisées ce type de recombinaison et la recombinaison physiologique (et nécessaire) V(D)J des gènes d immunoglobuline. Dans la réparation homologue, les séquences proches de la cassure s apparient avec la copie intacte du gène situé sur le chromosome homologue et un brin complémentaire de ce gène est synthétisé. A la suite de cette réparation, la séquence du ène intact aura été copiée à l emplacement du gène cassé (conversion génique). Les produits des gènes BRCA1 et BRCA2 (mutés dans les formes familiales de cancer du sein) sont associés à la protéine Rad51 nécessaire à la recombinaison homologue. Au total, les systèmes enzymatiques permettant de maintenir la continuité de l ADN sont nécessaires (1) pour réparer les modifications chimiques ou les erreurs de réplication, (2) pour permettre les recombinaisons des gènes d immunoglobulines qui sont des mutations physiologiquement contrôlées (par exemple transition des IgM vers les IgG au cours de l immunisation), (3) pour permettre les recombinaisons lors de la méiose.

Chapitre 2 - VARIABILITÉ GÉNÉTIQUE ET MUTATION DE L ADN

Chapitre 2 - VARIABILITÉ GÉNÉTIQUE ET MUTATION DE L ADN Chapitre 2 - VARIABILITÉ GÉNÉTIQUE ET MUTATION DE L ADN Les organismes ne peuvent survivre que si leur ADN est soigneusement répliqué et protégé des altérations chimiques et physiques qui pourraient changer

Plus en détail

Aujourd hui, il y a plus de consortium, ce qui permet des avancées plus rapides.

Aujourd hui, il y a plus de consortium, ce qui permet des avancées plus rapides. GFMOM 20/01/2012 Cours 2 partie 2 T. Bourgeron II. LA CYTOGENETIQUE Nous allons étudier les anomalies chromosomiques des plus grossières aux plus fines. Ces anomalies peuvent être retrouvées dans la population

Plus en détail

Chapitre 14 Oncogénétique digestive

Chapitre 14 Oncogénétique digestive Chapitre 14 Oncogénétique digestive 1. Place des gènes en oncologie générale 2. Carcinogenèse colorectale 3. Maladie génétique à transmission dominante 4. Exemples de prédispositions génétiques aux cancers

Plus en détail

Bases moléculaires des mutations et Bases moléculaires du mode de transmission des maladies génétiques

Bases moléculaires des mutations et Bases moléculaires du mode de transmission des maladies génétiques Bases moléculaires des mutations et Bases moléculaires du mode de transmission des maladies génétiques Collège National des Enseignants et Praticiens de Génétique Médicale Martin Krahn Département de Génétique

Plus en détail

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil 47 Définition du phénotype MSI (MicroSatellite Instability) Environ 15% des cancers colo-rectaux présentent

Plus en détail

Génétique et Cancer. Dr Valérie Bonadona Unité Clinique d Oncologie Génétique Centre Léon Bérard. Rencontres 2009. Conférence du 16/11/2009

Génétique et Cancer. Dr Valérie Bonadona Unité Clinique d Oncologie Génétique Centre Léon Bérard. Rencontres 2009. Conférence du 16/11/2009 Génétique et Cancer Dr Valérie Bonadona Unité Clinique d Oncologie Génétique Centre Léon Bérard Rencontres 2009 Conférence du 16/11/2009 1 Plan Les gènes à l origine du cancer! Qu est-ce qu une prédisposition

Plus en détail

Chapitre 5. Réplication, Réparation et Recombinaison de l ADN

Chapitre 5. Réplication, Réparation et Recombinaison de l ADN Chapitre 5 Réplication, Réparation et Recombinaison de l ADN Réplication de l ADN 1. La complémentarité des bases permet la réplication de l ADN 2. La synthèse de l ADN commence aux origines de réplication

Plus en détail

Formes familiales du cancer colorectal

Formes familiales du cancer colorectal Tlemcen, 05/05/06 Formes familiales du cancer colorectal Emmanuel Mitry Fédération des spécialités digestives CHU Ambroise Paré AP-HP épithélium! normal! cancer sporadique :! M1! M2! M3!... Mn! tumeur!

Plus en détail

Prédisposition génétique aux cancers

Prédisposition génétique aux cancers Prédisposition génétique aux cancers Plan de cours I-Introduction I-1 Fréquence des mutations I-2 Objectifs médicaux de l oncogénétique I-3 Rappels sur la prolifération cellulaire tumorale; la théorie

Plus en détail

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines Les caractères d un individu dépendent de plusieurs facteurs : certains dépendent des caractères présents dans la famille

Plus en détail

Chapitre 2. Les mutations, source de variabilité génétique

Chapitre 2. Les mutations, source de variabilité génétique Chapitre 2 Les mutations, source de variabilité génétique Les allèles sont dus à des modifications delaséquencedesgènes:lesmutations. Quelle est l origine de ces mutations? I. Les mutations sont des modifications

Plus en détail

1ere S THEME 1A CHAPITRE N 2: VARIABILITE GENETIQUE ET MUTATION DE L ADN

1ere S THEME 1A CHAPITRE N 2: VARIABILITE GENETIQUE ET MUTATION DE L ADN 1ere S THEME 1A CHAPITRE N 2: VARIABILITE GENETIQUE ET MUTATION DE L ADN Introduction Toutes ces coccinelles appartiennent au même genre cependant elles présentent toutes des différences. Ces différences

Plus en détail

TD Révision BIO57. Connaissance et Technique du gène

TD Révision BIO57. Connaissance et Technique du gène TD Révision BIO57 Connaissance et Technique du gène Novembre 2007 Cécile BAUDOT cecile.baudot@medecine.univ-mrs.fr INSERM 910 «Génétique Médicale et Génomique Fonctionnelle» Maladies Neuromusculaires Le

Plus en détail

Maintenance, stabilité et remaniements du Génome. A. Galmiche, 2010-2011

Maintenance, stabilité et remaniements du Génome. A. Galmiche, 2010-2011 Maintenance, stabilité et remaniements du Génome A. Galmiche, 2010-2011 1. Mutations et Réparation 2. Recombinaison et Plasticite du genome 3. Polymorphisme 4. Vieillissement, Cancer et stabilité du génome

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

BASES DE GENETIQUE. Y.LAMBREY- genetique-ifsi-2006 1

BASES DE GENETIQUE. Y.LAMBREY- genetique-ifsi-2006 1 BASES DE GENETIQUE Y.LAMBREY- genetique-ifsi-2006 1 ADN ET PROTEINES Y.LAMBREY- genetique-ifsi-2006 2 2 éléments fondamentaux pour la vie, les protéines et l ADN - PROTEINES, présentes partout, exercent

Plus en détail

A- Exploiter des animations pour repérer une mutation et étudier son mécanisme de réparation.

A- Exploiter des animations pour repérer une mutation et étudier son mécanisme de réparation. THEME 1A : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Chapitre 2 : Variabilité Génétique et Mutation de l ADN TP-3-: Réparation de l ADN, mutations et polyallélisme Les mutations de l ADN

Plus en détail

Chapitre 14: La génétique

Chapitre 14: La génétique Chapitre 14: La génétique A) Les gènes et les protéines, ça te gêne? 1) a) Quel est l élément de base des vivants? Les cellules b) Qu a-t-elle en son centre? Un noyau c) Qu y retrouve-t-on sous forme de

Plus en détail

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS...

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS... GÉNÉTIQUE CHAPITRE 3 INFORMATION Fœtus de trois mois (il mesure environ 10 cm). La division cellulaire est indispensable au développement embryonnaire mais aussi à la croissance de l enfant, de l'adolescent

Plus en détail

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype.

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Les maladies génétiques comme la drépanocytose ou l'albinisme sont liées à des modifications du génotype des individus

Plus en détail

Titre de la leçon? Les mutations

Titre de la leçon? Les mutations Titre de la leçon? Les mutations I. La drépanocytose Globules rouges d un sujet normal Globules rouges d un sujet atteint de drépanocytose Circulation des globules rouges dans les capillaires (sujet atteint

Plus en détail

Cancérogenèse. 6,5%: les trois mutations 38,7% une seule de ces mutations 27,1% APC et P53 61,3% P53 (chrom17)

Cancérogenèse. 6,5%: les trois mutations 38,7% une seule de ces mutations 27,1% APC et P53 61,3% P53 (chrom17) CANCER COLO-RECTAL Second cancer le plus fréquent. Âge moyen 70 ans. Plus de 36 000 nouveaux cas par an 50-60% de survie à 5 ans. Au stade II: 34% de récurrences. La chimiothérapie est prescrite dans 90

Plus en détail

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Acide aminé (AA) Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Isabelle Quinkal INRIA Rhône-Alpes Septembre 2003 Petite molécule dont l enchaînement compose les protéines - on dit qu

Plus en détail

La Génétique en Pratique

La Génétique en Pratique La Génétique en Pratique Deux volets /Trois échelles Clinique :-les syndromes - le conseil génétique Biologie :-Cellulaire -Moléculaire CELLULAIRE=Cytogénétique Structure du chromosome CELLULAIRE=Caryotype

Plus en détail

Mécanismes de surveillance du cycle cellulaire

Mécanismes de surveillance du cycle cellulaire Mécanismes de surveillance du cycle cellulaire Four checkpoints Components of the DNA Damage Checkpoint SIGNALS SENSORS TRANSDUCERS EFFECTORS TARGETS (UV, HU, replication errors) CDK2 Cyclin E/A ATR

Plus en détail

Délétion 1P36 3.3 ~ Trisomie 9P46. Présentation de la Maladie

Délétion 1P36 3.3 ~ Trisomie 9P46. Présentation de la Maladie Délétion 1P36 3.3 ~ Trisomie 9P46 Présentation de la Maladie deux cellules sexuelles parentales ou gamètes spermatozoïde ovocyte zygote (œuf). Chaque cellule possède un noyau, qui contient l'ensemble du

Plus en détail

Tumeurs du sein triple négatif: Biologie moléculaire et projets de recherche

Tumeurs du sein triple négatif: Biologie moléculaire et projets de recherche 64 ème réunion du GERM Tumeurs du sein triple négatif: Biologie moléculaire et projets de recherche Tumeurs du sein triple négatif (TN) 12-17% des cancers du sein Contexte familial porteuses des mutations

Plus en détail

PRINCIPALES TECHNIQUES UTILISEES EN GENOMIQUE

PRINCIPALES TECHNIQUES UTILISEES EN GENOMIQUE PRINCIPALES TECHNIQUES UTILISEES EN GENOMIQUE Définitions généralités Quelques chiffres 46 chromosomes 22 paires d autosomes (n=44) 1 paire de gonosomes (n=2) : XX/F et XY/H 300 bandes cytogénétiques =

Plus en détail

Université du Québec à Montréal

Université du Québec à Montréal RECUEIL D EXERCICES DE BICHIMIE 6. Les acides nucléiques 6.2. Réplication, transcription et traduction P P P CH 2 H N H N N NH NH 2 Université du Québec à Montréal 6.2. Réplication, transcription et traduction

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

UE1 Chromosomes Caryotypes anomalies 2009/2010. Les chromosomes, le caryotype et ses anomalies

UE1 Chromosomes Caryotypes anomalies 2009/2010. Les chromosomes, le caryotype et ses anomalies Les chromosomes, le caryotype et ses anomalies 1 I. Intérêt de l établissement du caryotype II. Structure t du chromosome métaphasique 1. Le centromère 2. Les télomères III. Le caryotype 1. Le rangement

Plus en détail

Classification histologique- voies de cancérogénèse. Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris

Classification histologique- voies de cancérogénèse. Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Classification histologique- voies de cancérogénèse Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Cancers de l endomètre Epidémiologie Cancer gynécologique le plus

Plus en détail

Chapitre 1 La révolution des sciences de la vie par la génétique

Chapitre 1 La révolution des sciences de la vie par la génétique Chapitre 1 La révolution des sciences de la vie par la génétique Variation génétique de la couleur des grains de maïs. Chaque grain représente un individu de constitution génétique distincte. La sélection

Plus en détail

Partie 2: Expression génétique Réplication

Partie 2: Expression génétique Réplication Faculté des Sciences - Rabat Laboratoire de Microbiologie et Biologie Moléculaire -------------------------------------- Université Mohamed V - Agdal Faculté des Sciences B.P. 1014 - Rabat - MAROC Filière

Plus en détail

LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES

LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES La transcription Information : dans le noyau (sous forme d'adn) Synthèse des protéines : dans le cytoplasme (au niveau des ribosomes du reticulum endoplasmique) L'ADN ne sort

Plus en détail

Place de la Génétique en Médecine Générale

Place de la Génétique en Médecine Générale Place de la Génétique en Médecine Générale Principes et indications des examens en génétique médicale ECU-UCL 12.01.2008 Dr I.Maystadt Génétique : quelques petits rappels Cytogénétique tique 46 chromosomes

Plus en détail

Pierre Laurent-Puig Hôpital Européen Georges Pompidou U775 Bases Moléculaires de la Réponse aux Xénobiotiques

Pierre Laurent-Puig Hôpital Européen Georges Pompidou U775 Bases Moléculaires de la Réponse aux Xénobiotiques Oncogénétique du cancer colorectal Pierre Laurent-Puig Hôpital Européen Georges Pompidou U775 Bases Moléculaires de la Réponse aux Xénobiotiques Les différentes prédispositions aux cancers colorectaux

Plus en détail

Syndrome de Lynch : les risques tumoraux

Syndrome de Lynch : les risques tumoraux Lille - 22/03/2013 Syndrome de Lynch : les risques tumoraux Valérie Bonadona, MD, PhD Centre Léon Bérard & CNRS UMR 5558 Lyon Le Syndrome de Lynch = Syndrome HNPCC (Hereditary Nonpolyposis Colorectal Cancer)

Plus en détail

Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome

Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome Mercredi 23 Octobre LECLERCQ Barbara L2 GM Pr Krahn 10 pages Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome Plan A. Introduction B. Techniques courantes

Plus en détail

Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique

Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique Anne Fajac Service Histologie-Biologie Tumorale, Hôpital Tenon Prédisposition héréditaire au cancer Mutation constitutionnelle Cancer héréditaire

Plus en détail

Analyse Chromosomique sur Puce à ADN Applications en Prénatal

Analyse Chromosomique sur Puce à ADN Applications en Prénatal Analyse Chromosomique sur Puce à ADN Applications en Prénatal Véronique Satre, Charles Coutton, Gaëlle Vieville, Françoise Devillard et Florence Amblard Maladies génétiques Anomalies chromosomiques Cytogénétique

Plus en détail

Réplication de l'adn

Réplication de l'adn 1) réplication chez les procaryotes : Réplication de l'adn - Synthèse de la nouvelle chaîne dans le sens 5'-3' : La synthèse de la nouvelle chaîne d'adn est réalisée par une ADN polymérase, qui ajoute

Plus en détail

Méthodes diagnostiques en génétique moléculaire

Méthodes diagnostiques en génétique moléculaire Méthodes diagnostiques en génétique moléculaire P. Latour Praticien Hospitalier Responsable UF 3427 Neurogénétique Moléculaire Laboratoire de Neurochimie Pr Renaud HCL Centre de Biologie Est DES Neurologie

Plus en détail

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes Injection d ADN étranger dans une cellule animale Comment amplifier un gène d intérêt? Amplification in vivo à l aide du clonage d ADN L ensemble formé

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNLGIQUE Série : STL Spécialité biotechnologies SESSIN 2014 CBSV : sous épreuve coefficient 4 Biotechnologies : sous épreuve coefficient 4 Durée totale de l épreuve: 4 heures Les sujets

Plus en détail

GENETIQUE. la division cellule. durant la division cellule. Ai Aristote Mendel. Platon. Information génétique. Chromosome

GENETIQUE. la division cellule. durant la division cellule. Ai Aristote Mendel. Platon. Information génétique. Chromosome Molécules ADN Division cellulaire Synthèse des protéines. En Lien: Campbell, Reece,2déd./Biologie./chap.13 1 En Lien: Campbell, Reece,2déd./Biologie./chap.13 2 1 Chromosome Phénotype: l'apparence : structures

Plus en détail

Le Syndrome de Lynch. Brochure d info pour les patients et leur famille

Le Syndrome de Lynch. Brochure d info pour les patients et leur famille Le Syndrome de Lynch Brochure d info pour les patients et leur famille Table des matières Introduction... 3 Le cancer colorectal... 4 Le cancer colorectal héréditaire: syndrome de Lynch... 5 Risque de

Plus en détail

Eléments primordiaux de biologie moléculaire

Eléments primordiaux de biologie moléculaire Eléments primordiaux de biologie moléculaire Pourquoi s intéresser au matériel génétique? Base de l information génétique Tissu Cellule Noyau Organisme entier Lieu où est localisé l ADN Mol d ADN qui est

Plus en détail

Les outils du génie génétique.

Les outils du génie génétique. Les outils du génie génétique. I\ Les enzymes. On va se servir des enzymes pour couper, coller et synthétiser des acides nucléiques. A\ Les polymérases. Toutes les polymérases agissent de 5 vers 3. En

Plus en détail

Les cancers digestifs à prédisposition familiale

Les cancers digestifs à prédisposition familiale Les cancers digestifs à prédisposition familiale Pr Thierry CONROY Centre Alexis Vautrin et CHU de Nancy Formes familiales de cancer colorectal (CCR) Polypose adénomateuse familiale CCR à un âge médian

Plus en détail

Nom : Groupe : Date : 1 LES RESPONSABLES DES CARACTÈRES CHEZ LES ÊTRES VIVANTS (p. 350-358)

Nom : Groupe : Date : 1 LES RESPONSABLES DES CARACTÈRES CHEZ LES ÊTRES VIVANTS (p. 350-358) CHAPITRE 811 STE Questions 1 à 17, A, B. Verdict 1 LES RESPONSABLES DES CARACTÈRES CHEZ LES ÊTRES VIVANTS (p. 350-358) 1. Observez les deux cellules ci-contre. a) Sous quelle forme apparaît l ADN dans

Plus en détail

Information Génétique et hérédité 1- Réplication, mitose, méiose

Information Génétique et hérédité 1- Réplication, mitose, méiose Information Génétique et hérédité 1- Réplication, mitose, méiose REPLICATION DE L ADN et CYCLE CELLULAIRE quantité d'adn 4C 2C G 1 S G 2 M G 1 5 12 15 16 duplication de l'adn mitose temps heures CYCLE

Plus en détail

Génétique et cancer. Cours DCEM1. Bobigny, le 26 février 2008 Andrée Delahaye

Génétique et cancer. Cours DCEM1. Bobigny, le 26 février 2008 Andrée Delahaye Génétique et cancer Cours DCEM1 Bobigny, le 26 février 2008 Andrée Delahaye Plan 1. Définitions 2. Exemples de proto-oncogènes 3. Exemples de gènes suppresseurs de tumeurs 4. Cancers familiaux 1. Exemple

Plus en détail

N 43. Problèmes posés par les maladies génétiques, à propos :

N 43. Problèmes posés par les maladies génétiques, à propos : N 43. Problèmes posés par les maladies génétiques, à propos : d une maladie chromosomique : la trisomie 21 d une maladie génique : la mucoviscidose d une maladie d instabilité : le syndrome de l X fragile

Plus en détail

La réplication de l ADN:

La réplication de l ADN: Lors de chaque division cellulaire la totalité de l'adn doit être dupliquée. La duplication d'une molécule d'adn parent en deux molécules d'adn fille est appelée réplication. 1. ADN à répliquer 2. Séparation

Plus en détail

Vivre. Introduction. avec un syndrome de Lynch

Vivre. Introduction. avec un syndrome de Lynch L Introduction ES cancers du côlon et du rectum sont la seconde cause de décès par cancer dans les pays développés. En France, environ 42 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année, dont 40 % vont

Plus en détail

Transmission des maladies génétiques

Transmission des maladies génétiques Transmission des maladies génétiques Introduction 1 Maladies autosomiques dominantes 4 Maladies autosomiques récessives 11 Maladies dominantes liées à l X 22 Maladies récessives liées à l X 28 Cas particuliers

Plus en détail

Chromosome et caryotype

Chromosome et caryotype Chromosome et caryotype Définition et généralités L étude du caryotype «classique» humain est l étude des chromosomes à un stade maximum de condensation (chromosomes mitotiques en métaphase). Caryotype

Plus en détail

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier Partie 3 : génétique Chapitre 1 : la transmission d un caractère au cours de la reproduction sexuée Rappel : la reproduction sexuée comprend 2 phénomènes fondamentaux successifs : La méiose lors de la

Plus en détail

Du génotype au phénotype, relation avec l environnement

Du génotype au phénotype, relation avec l environnement Du génotype au phénotype, relation avec l environnement Pré-requis (troisième et seconde) : Chaque individu présente les caractères de l'espèce avec des variations qui lui sont propres. C'est le résultat

Plus en détail

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Coordonné par l Institut europeén de la santé des femmes www.eurohealth.ie Cancer et Génétique Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez

Plus en détail

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE CHAPITRE 3 L EXPRESSION DU PATRIMOINE GENETIQUE I. LA RELATION GENES-PROTEINES Les protéines interviennent dans le fonctionnement d

Plus en détail

Nouveaux outils de cytogénétique moléculaire (MLPA et CGH) utilisés en constitutionnel COUTTON Charles

Nouveaux outils de cytogénétique moléculaire (MLPA et CGH) utilisés en constitutionnel COUTTON Charles Nouveaux outils de cytogénétique moléculaire (MLPA et CGH) utilisés en constitutionnel COUTTON Charles EC Génétique Jeudi 12 Janvier 2012 Remaniements génomiques Regroupent les duplications, les délétions,

Plus en détail

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011 CYCLE CELLULAIRE et CANCER L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Introduction Le cycle cellulaire est l'ensemble des modifications qu'une cellule subit entre sa

Plus en détail

Oncogène 2: Types d altérations génétiques associées aux cancers

Oncogène 2: Types d altérations génétiques associées aux cancers Oncogène 2: Types d altérations génétiques associées aux cancers Partie 1 - Oncogènes dominants, - Oncogènes récessifs, suppresseurs de tumeur - Convergence et ciblage des fonctions Oncogènes physiologiquement

Plus en détail

CANCERS FAMILIAUX CANCERS ET GENETIQUE P. KERBRAT

CANCERS FAMILIAUX CANCERS ET GENETIQUE P. KERBRAT CANCERS FAMILIAUX CANCERS ET GENETIQUE P. KERBRAT Centre Eugène Marquis - RENNES RELATIONS CANCERS-GENES (1) 1 - CANCER = MALADIE GENETIQUE SOMATIQUE = maladie de l'adn = altération de gènes ayant une

Plus en détail

Tutoriel pour les enseignants de lycée. Rappel du contenu des programmes au lycée en classe de seconde

Tutoriel pour les enseignants de lycée. Rappel du contenu des programmes au lycée en classe de seconde Tutoriel pour les enseignants de lycée Ce document sert à l enseignant pour préparer différentes séquences pédagogiques afin d aborder : les questions de la génétique, des maladies génétiques, et les métiers

Plus en détail

Corrigé du TD1. Exercice 1:

Corrigé du TD1. Exercice 1: Corrigé du TD1 Exercice 1: le but était d'aligner des séquences à la main et de compter les substitutions entre acides aminés observées. Le résultat se trouve à cette adresse: http://tagc.univ-mrs.fr/herrmann/bio6/displaymatrix.php

Plus en détail

Oncogénétique Prédisposition héréditaire au cancer. Cours DCEM 1 8/03/2012 Dr Emmanuelle BAROUK-SIMONET

Oncogénétique Prédisposition héréditaire au cancer. Cours DCEM 1 8/03/2012 Dr Emmanuelle BAROUK-SIMONET Oncogénétique Prédisposition héréditaire au cancer Cours DCEM 1 8/03/2012 Dr Emmanuelle BAROUK-SIMONET L'ADN EST LE SUPPORT DE L'INFORMATION GENETIQUE Si l on déroule les chromosomes cela donne 2 bandelettes

Plus en détail

Chapitre 5: Evolution de la biodiversité

Chapitre 5: Evolution de la biodiversité Chapitre 5: Evolution de la biodiversité Constat: Tous les êtres vivants ont la même structure (cellules, MO) et pourtant ils ont beaucoup évolué au cours des temps géologiques. Problème: Par quels mécanismes

Plus en détail

PRODUCTION RESSOURCES- SVT RESSOURCES MUTUALISABLES SUR LE SITE ACADEMIQUE S.V.T 2012

PRODUCTION RESSOURCES- SVT RESSOURCES MUTUALISABLES SUR LE SITE ACADEMIQUE S.V.T 2012 PRODUCTION RESSOURCES- SVT RESSOURCES MUTUALISABLES SUR LE SITE ACADEMIQUE S.V.T 2012 24/02/2012 F.ANTOINE M.BELFROY PREMIERE S Frédérique et Martine ACTIVITES PRATIQUES Activité préparant l ECE en Première

Plus en détail

Cours IFSI Rockefeller 2013 Dr Julie Marzais

Cours IFSI Rockefeller 2013 Dr Julie Marzais Cours IFSI Rockefeller 2013 Dr Julie Marzais Synthèse s Protéines Du co génétique g aux molécules du Vivant Fonction principale l information l génétique g L information est codée e dans l ADN l succession

Plus en détail

Translocations réciproques. Translocations réciproques. Ségrégation méïotique. Ségrégation alterne : équilibrée (2 types de gamètes)

Translocations réciproques. Translocations réciproques. Ségrégation méïotique. Ségrégation alterne : équilibrée (2 types de gamètes) Anomalies de structure Réarrangements du matériel chromosomique Un seul ou plusieurs Anomalies Translocations robertsoniennes et réciproques équilibrées Mécanismes de déséquilibre Héritées ou de novo Equilibrées

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT DATE SEQUENCE lundi 12 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Lundi 12 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Les cancers du sein de type BRCA1. Incidence, particularités, traitement

Les cancers du sein de type BRCA1. Incidence, particularités, traitement Les cancers du sein de type BRCA1 Incidence, particularités, traitement 1 LES LESIONS DE L ADN et L INSTABILITE GENETIQUE SONT DES CARACTERISTIQUES DU CANCER 2 Voies de reparation de l ADN et protéines

Plus en détail

Centre de génétique, CHU Dijon

Centre de génétique, CHU Dijon Centre de génétique, CHU Dijon Premier test familial: toujours chez une personne symptoma6que Diagnos6c chez les apparentés: diagnos6c présymptoma6que 1 ère consulta6on d informa6on et prélèvement

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

BASES MOLECULAIRES DES FORMES HEREDITAIRES DE CANCER

BASES MOLECULAIRES DES FORMES HEREDITAIRES DE CANCER BASES MOLECULAIRES DES FORMES HEREDITAIRES DE CANCER Thierry Frebourg Service de Génétique, CHU de Rouen Inserm U614, Faculté de Médecine, Rouen Frebourg@chu-rouen.fr LE CANCER EN 2009 : UNE MALADIE GENETIQUE

Plus en détail

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien Dr Dugast catherine cc Dépistage de masse K sein chez mère 60 ans, nulliparité? Antécédent de hodgkin à 15 ans???? Quel est mon

Plus en détail

Relations entre génotoxicité, mutagénèse et cancérogénèse

Relations entre génotoxicité, mutagénèse et cancérogénèse Journées Nationales de Santé au Travail dans le BTP, Annales 28:9-13 Relations entre génotoxicité, mutagénèse et cancérogénèse Alain Botta Résumé La relation entre génotoxicité, mutagenèse et cancérogenèse

Plus en détail

Ch5 : Variation génétique et médecine

Ch5 : Variation génétique et médecine T3 : Corps humain et santé T3/U1 : Variation génétique et santé Ch5 : Variation génétique et médecine I. Les maladies génétiques germinales A. Rappel et définitions Une maladie est dite génétique germinale

Plus en détail

MUTATIONS et : Pandémies virales, évolution, génétique, environnement et cancer

MUTATIONS et : Pandémies virales, évolution, génétique, environnement et cancer MUTATIONS et : Pandémies virales, évolution, génétique, environnement et cancer évolution moléculaire ELEMENTS D UN ARBRE PHYLOGENETIQUE RECONSTRUCTION DE L HISTOIRE PAR COMPARAISON DE SEQUENCES (phylogénie

Plus en détail

Chapitre 17 Les changements chromosomiques à grande échelle

Chapitre 17 Les changements chromosomiques à grande échelle Chapitre 17 Les changements chromosomiques à grande échelle Une translocation réciproque démontrée par une technique appelée coloration des chromosomes Les mutations chromosomiques Les mutations chromosomiques

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS XI PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 1.1 STRUCTURE DE LA CHAINE POLYNUCLEOTIDIQUE 4 Les bases 4 Les pentoses 5 Nucléosides et nucléotides 5 La chaîne

Plus en détail

Oncogénétique. Les progrès de la génétique et les connaissances acquises au cours des 2 dernières décennies :

Oncogénétique. Les progrès de la génétique et les connaissances acquises au cours des 2 dernières décennies : Mercredi 16 Octobre LECLERCQ Barbara L2 GM Pr Nguyen 12 pages Oncogénétique Plan A. Introduction B. Cancer C. Rétinoblastome I. Généralités II. Diagnostic clinique, traitement et suivi III. Génétique du

Plus en détail

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Définitions : Cancer Multiplication anarchique de cellules échappant aux mécanismes normaux de différenciation et de régulation de leur multiplication Capacité à

Plus en détail

Cancer, maladie géné/que : muta/on, amplifica/on, transloca/on

Cancer, maladie géné/que : muta/on, amplifica/on, transloca/on Cancer, maladie géné/que : muta/on, amplifica/on, transloca/on Le dogme de la mutation somatique Les premières démonstrations que des agents extérieurs (chimiques ou physiques) pouvaient conduire au cancer

Plus en détail

BIOLOGIE MOLECULAIRE ET EXERCICES

BIOLOGIE MOLECULAIRE ET EXERCICES SCEANCE 4 BIOLOGIE MOLECULAIRE ET EXERCICES LA REPLICATION Nous avons vu lors de la séance précédente de biomol les caractéristiques de l ADN et des différents ARN. Nous allons aujourd hui voir la réplication.

Plus en détail

SBI3U Épreuve Génétique Nom:

SBI3U Épreuve Génétique Nom: SBI3U Épreuve Génétique Nom: PARTIE A (15) (Connaissances et compréhension) Inscrire la bonne réponse sur la carte SCANTRON 1. Une femme porteuse du gène d hémophilie et un homme hémophile sont croisés.

Plus en détail

Expérience de Griffith, Avery, Mac Leod,...

Expérience de Griffith, Avery, Mac Leod,... Expérience de Griffith, Avery, Mac Leod,... En 1928, un microbiologiste anglais, Fred Griffith, qui recherchait un vaccin contre la pneumonie, démontra que des pneumocoques tués par la chaleur pouvaient

Plus en détail

Lois de Mendel Mono et dihybridisme

Lois de Mendel Mono et dihybridisme Lois de Mendel Mono et dihybridisme Gènes indépendants Caractéres Dominants et Récessif 1ère loi de Mendel : les membres d une même paire de gènes ségrègent de manière égale lors de la formation des gamètes

Plus en détail

Bases Structurales de l hérédité

Bases Structurales de l hérédité Bases Structurales de l hérédité I- La Génétique Partie de la biologie relative à l hérédité et à la variation. Unités héréditaires transmises d une génération à la suivante sont les gènes. Localisés le

Plus en détail

L'ordre et la nature des acides aminés (ou séquence) d un polypeptide dépend de la séquence des nucléotides de l ADN du gène qui le code.

L'ordre et la nature des acides aminés (ou séquence) d un polypeptide dépend de la séquence des nucléotides de l ADN du gène qui le code. L'ordre et la nature des acides aminés (ou séquence) d un polypeptide dépend de la séquence des nucléotides de l ADN du gène qui le code. Une mutation, peut entraîner une modification de la séquence des

Plus en détail

Médecine prédictive. Objectif Eviter la naissance d un enfant atteint d une maladie grave et incurable au moment du diagnostic

Médecine prédictive. Objectif Eviter la naissance d un enfant atteint d une maladie grave et incurable au moment du diagnostic Médecine prédictive Introduction à la médecine Prédictive Définition : la médecine prédictive a pour objet l'identification d un marqueur de prédisposition à une maladie et pour but le dépistage et/ou

Plus en détail

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Repenser le cancer de l ovaire après Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Objectifs Faire une recherche exhaustive des anomalies génétiques et épigénétiques des

Plus en détail

Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant. Chapitre 3 : La vie des cellules, leur milieu de vie et l'information génétique.

Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant. Chapitre 3 : La vie des cellules, leur milieu de vie et l'information génétique. Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant. Chapitre 3 : La vie des cellules, leur milieu de vie et l'information génétique. SOMMAIRE 1- Les caractéristiques fonctionnelles des

Plus en détail

L'ADN mitochondrial a été découvert en 1962 par Margit MK Nass et Sylvan Nass par microscopie électronique.

L'ADN mitochondrial a été découvert en 1962 par Margit MK Nass et Sylvan Nass par microscopie électronique. L L'ADN mitochondrial a été découvert en 1962 par Margit MK Nass et Sylvan Nass par microscopie électronique. Figure 1 Mitochondries observées au microscope électronique à transmission Plus tard, cet ADN

Plus en détail

Immunogénétique COURS 1. Silvina GONZALEZ-RIZZO Laboratoire de Biologie Marine sgonzale@univ-ag.fr

Immunogénétique COURS 1. Silvina GONZALEZ-RIZZO Laboratoire de Biologie Marine sgonzale@univ-ag.fr Immunogénétique COURS 1 Silvina GONZALEZ-RIZZO Laboratoire de Biologie Marine sgonzale@univ-ag.fr PRESENTATION CM1 Définitions Rappels des concepts Chromosomes Anomalies chromosomiques CM2 Mutations géniques

Plus en détail