Bases moléculaires des mutations Marc Jeanpierre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bases moléculaires des mutations Marc Jeanpierre"

Transcription

1 Bases moléculaires des mutations Marc Jeanpierre Chaque enfant qui naît hérite de 10 à 30 nouvelles mutations ponctuelles. L essentiel des ces mutations sont heureusement des variations neutres de séquence dans les régions intergéniques. On distingue traditionnellement les mutations somatiques (apparues dans les cellules d un tissu ou d un organe) des mutations germinales (apparues dans la lignée germinale et pouvant être transmises à la descendance). Lorsqu une mutation apparaît au cours du développement, la mutation n est observée que dans une partie seulement des tissus; on désigne la présence de deux types de cellules chez le même individu comme un mosaïcisme si la fraction minoritaire de cellules est supérieure à 5%. Une mutation en mosaïque peut être transmise à la decendance si elle est présente dans la lignée germinale. Les mutations sont habituellement considérées par leurs conséquences pathologiques, mais certaines mutations sont bénéfiques comme les mutations somatiques des régions variables des gènes d immunoglobuline qui augmentent la spécificité de l anticorps et sont sélectionnées positivement au cours des immunisations successives. I-Différents types de mutations On distingue deux types de mutations: les mutations simples qui ont une faible probabilité de survenue (au plus 10-5 ), et les mutations survenant sur des séquences instables formées par la répétition successive d un motif de quelques nucléotides. L instabilité est directement liée au nombre de triplets et à l homogénéité de la répétition (l interruption des répétitions par une variation de séquence stabilise le domaine). A-Mutations simples 95% des mutations sont des mutations ponctuelles (variations de séquence d une ou de quelques bases par remplacement d une base par une autre, petite délétion ou insertion) et seulement 5% sont des lésions de grande taille (délétions et insertions importantes, inversions). La proportion de mutations limitées à quelques bases et de remaniement important varient selon les gènes: des délétions d au moins un exon représentent 2/3 des mutations de la dystrophine; la moitié des hémophilies A sont

2 2 expliquées par l inversion d une partie du gène du facteur VIII hérité du père de la première conductrice. Chaque gène a un profil de mutation particulier. Les mutations ponctuelles peuvent être divisées en deux catégories: le remplacement d une base par une autre et les petites insertions et délétions. 1-Remplacement d une base On distingue les transitions (remplacement d une base purique par une autre base purique ou d une base pyrimidique par une autre base pyrimidique) et les transversions (remplacement d une base purique par une base pyrimidique ou l inverse). Les transitions sont deux fois plus fréquentes que les transversions. Nomenclature: (1) au niveau de la séquence d ADN, le remplacement d une adénine par une guanine en position 1555 d une séquence est une transition notée A1555G. Nomenclature: (2) En règle générale cependant, une mutation qui conduit à un changement simple d acide aminé dans une protéine (par exemple remplacement d une cystéine par une tyrosine en position 282) est désignée par la modification engendrée sur la protéine (par exemple C282Y) de préférence à la modification de la séquence: ainsi le terme G551D sera préféré à G1784A pour désigner la même mutation. Parmi les transitions, celles qui concernent la séquence CG vers TG ou CA représentent environ 40% de toutes les mutations ponctuelles. Le dinucleotide CpG est donc un point chaud de mutation. Les cytosines sont susceptibles d être désaminées en uracile qui n est pas un composant normal de l ADN et qui est retiré par un complexe enzymatique (uracile DNA glycosylase) pour être remplacé par la base attendue (cytosine). Ce mécanisme de réparation très efficace ne peut être utilisé si la cytosine est méthylée car, dans ce cas, la désamination transforme la cytosine en thymine qui est un composant normal de l ADN. Comme les cytosines ne peuvent être méthylées que si elles sont suivies d une guanine, les mutations survenant sur les cytosines méthylées du dinucleotide CpG sont des points chauds de mutation. Exemple: CGA (Arginine) Æ TGA (Stop). Certaines mutations touchant les CpG ont une fréquence particulièrement élevée comme la mutation G1138A du gène FGFR3 (recepteur 3 pour le FGF) responsable de l achondroplasie dont la fréquence est de 1/ par génération. Cette mutation conduit au remplacement d un résidu acide aminé glycine par une arginine dans la protéine (G380R).

3 3 2-Petites délétions Les petites deletions aboutissent à la perte d une à plusieurs bases. Nomenclature: Les petites délétions sont désignées par la position dans la séquence suivie du suffixe del et soit la séquence des bases délétées (exemple 413delAG) soit du nombre de bases délétées (1706del17 désigne la délétion de 17 bases à partir de la position 1706 d une séquence; del est aussi utilisé pour désigner la même délétion). Les deletions/insertions de la séquence codante qui ne sont pas des multiples de 3 bases entraînent un décalage du cadre de lecture et conduisent en règle générale à une protéine incomplète qui est rapidement dégradée. La délétion de trois bases (ou d un multiple de trois bases) cause la perte d un (ou de plusieurs) résidus acides aminés dans la protéine; le résidu manquant peut être précédé du préfixe d ou delta Exemple: F508 dans le gène CFTR, signifiant la perte du résidu phénylalanine - symbole F dans le code à une lettre- en position 508 de la protéine CFTR. Cette délétion peut être aussi décrite comme F508del. Lorsque le même changement au niveau de la protéine (par exemple G628R) peut être causé par des mutations distinctes (G2014A et G2014C), la modification de la séquence d ADN peut être indiquée à la suite comme G628R(G>A) et G628R(G>C). 3-Petites insertions Les petites insertions désignent les mutations associées à l apparition d une ou plusieurs bases dans une séquence donnée. Nomenclature: Les petites insertions sont désignées par leur position dans la séquence suivi du suffixe ins, comme insT qui désigne l insertion d un T entre les nucléotides 121 et 122, ou 146ins4 qui désigne l insertion de 4 bases en position 146. les insertions sont très souvent des duplications comme CTGAG vers CTGATGAG qui peut être décrit comme une insertion de trois bases (4-5insTGA) ou une duplication (dup2-4). Nomenclature: dup1751->61 pour une duplication des bases 1751 à 1761 soit 11 bp. 4-Délétions et insertions importantes Les délétions d un exon, d un gène entier ou de plusieurs gènes sont peu fréquentes excepté pour les gènes liés au chromosome X où les remaniements

4 4 génomiques importants sont communs (la proportion de délétions varie de 5 à 95% selon les gènes considérés du chromosome X). En général les grandes mutations ne sont pas connues à la base près; elles sont habituellement décrites sans référence à une séquence (exemple: délétion des exons 45 à 47 dans le gène de la dystrophine). On retrouve parfois des séquences particulières aux extrémités d un remaniement de grande taille sans que cela soit une règle générale. L un des meilleurs exemples est la duplication de 1,5 Mbases contenant le gène PMP22 sur le chromosome 17 qui est responsable de l une des formes de neuropathie de Charcot-Marie-Tooth. De manière tout à fait exceptionnelle, une mutation peut être causée par l insertion d un élément mobile. Il existe deux types d éléments mobiles chez l homme, les courts (séquence Alu de 300 pb) et les longs (séquence L1 de 6 kb apparentée aux transposons). Ces éléments mobiles n ont qu un rôle anecdotique en pathologie humaine, mais ils constituent des marqueurs génétiques extrêmement intéressants parce que chaque insertion est un évènement irréversible. 5-Bases de données Il existe plus de 600 bases de données de mutations dont la liste peut être obtenue par l intermédiaire du projet Hugo: ou du projet Human Gene Mutation Database de Cardiff Les mutations répertoriées ne représentent qu une partie des mutations connues.

5 5 B-Mutations instables Les séquences instables sont formées par la répétition successive et homogène d un motif de quelques nucléotides (dinucleotides comme (TG)n, trinucleotides comme (CAG)n...). Dans la population générale, le nombre de répétitions observé est variable mais relativement stable lorsque ce nombre est petit (le seuil dépend de la séquence considérée). L instabilité naît de la longueur de la répétition homogène de la même séquence: les séquences les plus longues sont les moins stables. Cette instabilité est le plus souvent méiotique (le nombre de répétitions transmises d une génération à l autre est variable) mais peut être mitotique pour les plus grandes répétitions de certaines séquences; dans ce cas, les différentes cellules ayant un nombre différent de répétitions, les mutations sont en mosaïque. Les maladies regroupées parce que leur mutation survient sur une séquence instable sont le plus souvent des maladies neuromusculaires. Les séquences instables peuvent être situées dans la région traduite d un gène (exemple: chorée de Huntington), dans un intron (exemple: ataxie de Freidreich), dans les régions flanquantes (exemples: au début du gène dans le syndrome de l X fragile ou à la fin du gène dans la myotonie de Steinert).

6 6 1-Chorée de Huntington La chorée de Huntington est le type de maladies neurodégénératives causées par l amplification d une séquence de trois bases (CAG) codant pour la glutamine. Un gène normal possède de 10 à 35 codons glutamine. Toute personne dont l une des copies du gène huntingtine contient plus de 35 codons glutamine développera une chorée de Huntington, d autant plus précocément que le nombre de répétition est élevé (jusqu à 120 CAG; le plus souvent de 40 à 55). Les variations du nombre de CAG sont essentiellement observées dans le gène hérité du père. Il existe une dizaine d autres maladies dégénératives du système nerveux central (en particulier pathologie spino-cérébelleuse) dont la mutation est l amplification de codons glutamine. 40/17 18/ 20 15/ 20 44/20 17/18 42/20 44/15 60/17 57/18 Figure [mutation 1] Exemple de famille de chorée de Huntington (maladie de Huntington). Les personnes ayant hérité d un allèle muté du gène de la huntigtine sont représentés en grisé. Le nombre de CAG est représenté sous chaque individu. Les allèles normaux (15 à 20 CAG dans cette famille) sont transmis sans changement alors que les allèles mutés (en gras, 40 à 60 CAG dans cette famille) peuvent être amplifiés à chaque génération lorsqu ils sont transmis par le père.

7 7 2-Syndrome de l X fragile (FRAXA) La mutation responsable du syndrome de l X fragile est une amplification pathologique d une séquence CGG située dans la région 5 non traduite de l exon1 du gène FMR situé en Xq27.3. Les allèles normaux sont habituellement formés de 5 à 50 triplets. Les répétitions de 60 à 230 triplets sont appelés prémutés car susceptibles d être amplifiés lors du passage à la génération suivante. Les allèles mutés contiennent plus de 230 triplets (jusqu à plus de 2000 triplets). La région entourant l exon1 des allèles mutés sont méthylés alors que les allèles normaux et prémutés ne le sont pas. Cette méthylation empêche l expression du gène FMR. Allèles normaux du gène FMR: 5-50 CGG ATG TAA Allèles prémut és du gène FMR: CGG ATG TAA Allèles mut és du gène FMR: 230 à plus de 2000 CGG ATG TAA Figure [mutation 2] Amplification du triplet CGG dans le gène FMR. Le nombre d exons a été réduit pour la clarté du schéma. Chez les garçons atteints, le nombre de triplets CGG est habituellement compris entre 230 et plus de 1000 : cette mutation " complète " s accompagne habituellement d une méthylation des cytosines des CGG qui empêche la transcription du gène et occasionne la maladie. Dans tous les cas, une " prémutation " s est créée progressivement dans la famille, par un accroissement de quelques exemplaires par génération du nombre de CGG du motif : cette prémutation est ainsi transmise par des hommes ou des femmes asymptomatiques.

8 8 Lorsque le nombre de CGG d un des gènes FMR1 d une femme " prémutée " (hétérozygote) est compris entre 60 et 90, et que cette femme transmet à un enfant une copie de ce gène, ce peut être soit sous une forme prémutée (éventuellement accrue de quelques CGG), soit sous la forme d une mutation complète ; la probabilité de cette deuxième éventualité s accroit de 5 % quand la mère possède 60 CGG à 100% quand elle possède 90 CGG. Un garçon porteur d une mutation complète est pratiquement toujours retardé quand celle-ci est méthylée ; il peut avoir reçu la mutation soit d une mère prémutée soit d une femme porteuse d une mutation complète. Une femme porteuse d une mutation complète aura une probabilité de 50% d être retardée : on parle de semi-dominance liée à l X. On décèle fréquemment des antécédents familiaux quand le diagnostic est posé sur un garçon ; en outre, l on peut observer, en amont, la transmission apparemment paradoxale de la maladie, sous forme de prémutation, par des mâles sains. En revanche, une mutation complète n apparait jamais dans la descendance directe d un homme prémuté. 3-Dystrophie myotonique de Steinert La mutation responsable de la dystrophie myotonique de Steinert est une amplification pathologique d une répétition de triplets CTG. Cette séquence est située dans la partie 3 non traduite du gène DMPK, et ne code donc pas pour une partie de la protéine à la différence de l exemple précédent. Les allèles normaux ont moins de 80 CTG, et le plus souvent entre 5 et 40 CTG; toutefois les allèles susceptibles d être amplifiés à la génération suivante contiennent de 50 à 80 CTG et sont appelés prémutés car ils sont à l origine des mutations (80 à 1000 CTG pour la forme adulte de la myotonie de Steinert). Il existe une forme congénitale très sévère et souvent létale, toujours d origine maternelle dont les mutations ont 2000 à 3000 CTG. 4-Autres mutations instables Dans les trois exemples précédents, l amplification concerne une séquence de 3 paires de bases, dont l instabilité est liée au nombre de répétitions. Il existe une maladie (épilepsie myoclonique dont le gène est sur le chromosome 21) pour laquelle la majorité des mutations est l amplification (plus de 50 copies au lieu de 3) d une séquence de 12 bases (CCCCGCCCCGCG) en amont du gène; cette maladie est transmise sur le mode autosomique récessif comme pour l ataxie de Friedreich ( triplets GAA au lieu de 6-30 dans un intron).

9 9 Les maladies autosomiques dominantes associées à des mutations instables ont en commun un phénomène d anticipation: les malades des dernières générations sont en règle plus sévèrement atteints que leurs parents.

10 10 II-Réparation de l ADN et sa pathologie L ADN est en permanence soumis à des aggressions physiques (comme les UV de la lumière solaire sur les cellules de la peau) ou chimiques (mutagènes). Les lésions induites par ces agents sont réparées avec une remarquable efficacité comme le montre l augmentation spectaculaire des mutations lorsque la réparation de l ADN est génétiquement altérée. A-Réparer ou mourir Les grandes lignes des mécanismes correcteurs des erreurs de l ADN sont retrouvés dans tous les eucaryotes et pour la majorité d entre eux également chez les procaryotes. Il existe plusieurs systèmes de surveillance et de correction des erreurs concourrant au même but. Ainsi devant une altération de l ADN, la cellule peut s apoptoser (détruisant tout risque de prolifération anormale) en particulier en présence d une cassure d ADN double brin non réparée, détecter et réparer l erreur (corriger la séquence mal appariée ou enlever les bases modifiées) contrôler l intégrité de l ADN au moment de la réplication. Plusieurs millions de divisions cellulaires par secondes sont nécessaires pour maintenir l intégrité d un être humain (3 millions de divisions cellulaires par secondes demandent la synthèse de plus de 500 millions de km d ADN par jour, plus que la distance de la terre au soleil). Il existe 7 ADN polymérases dans les cellules de mammifères dont certaines (exemple: ADN polymérase h) ne sont utilisées que pour pouvoir répliquer l ADN modifié (exemple: dimères de thymines induits par les UV). B-Nucleotides mal appariés ou modifiés Il existe deux voies principales de réparation de l ADN: le système de réparation des misappariements et le système d excision des bases modifiées. Dans le système de réparation des bases mal appariées, le mauvais appariement est reconnu par la protéine MSH2 associée à MSH3 ou MSH6, puis par la protéine MLH1 associée à PMS1 ou PMS2; l un des deux brins de l ADN est coupé à 1 kb environ des bases mal appariées, et remplacé par une nouvelle copie jusqu à la lésion. Lorsque l un des composant du système de réparation des misappariements (les 6 gènes cités, mais les mutations de MSH2 et MLH1 sont de loin les plus fréquemment observées) est déficient,

11 11 la cellule accumule les mutations somatiques et, à terme, prolifère en dehors de tout contrôle. Les cancers résultant d une rupture du système de réparation des misappariements sont sporadiques (les deux copies d un des gènes sont mutées par accident dans la cellule) ou héréditaires (les individus prédisposés sont hétérozygotes et la copie normale du gène est secondairement altérée). Les formes familiales des cancers résultant de ces mutations sont essentiellement des cancers du colon de type HNPCC (prédisposition familiale au cancer du colon sans polypose: 10% des cancers du colon) alors que les formes sporadiques sont à l origine de cancers de différents tissus (cancers de l estomac, de l endomètre et du colon).

12 12 Erreur lors de la synthèse d'un brin d'adn T G Bases mal appariées reconnues par MSH2 MSH6 (MutSα) MLH1 PMS2 (MutLα) rejoint MutSα G T L'un des brins d'adn est interrompu par une endonuclease T G Un kb d'adn environ est excisé G Un nouveau brin d'adn est synthésisé par l'adn polymérase δ G Figure [mutation 3] Mécanisme de réparation des bases mal appariées (mismatch repair). L hetérodimère MSH2 MSH6 (MutSa) et MSH2 MSH3 (MutSb) ont le même rôle; l hetérodimère MLH1 PMS2 (MutLa) a aussi le même rôle que MLH1 PMS1 (MutLb): MSH2 et MLH1 n étant pas redondants leur inactivation ne peut être compensée par un gène homologue. La voie de réparation des bases mal appariées est inactivée (par mutation ou hyperméthylation des deux copies de MLH1 ou de MSH2) dans 15-25% des cancers coliques, gastriques et de l endomètre. Dans les formes familiales de cancer colique sans polypose (HNPCC) les malades sont hétérozygotes pour l une des mutations des gènes de cette voie: si l allèle normal du gène est muté dans une cellule d un hétérozygote la correction des erreurs de réplication n est plus possible par la voie du mismatch repair ce qui entraîne rapidement une prolifération maligne.

13 13 Dans le système de réparation des bases modifiées, le brin d ADN est contenant la lésion est interrompu de part d autre de la base modifiée (les deux coupures sont à bases l une de l autre) et remplacé par une séquence complémentaire du brin non modifié. Les mutations de l un des gènes codant pour un composant de ce système sont responsables de la sensibilité aux UV et à l accumulation de cancers cutanés observée chez les malades atteints du syndrome rare xeroderma pigmentosum. Cette maladie se transmet sur le mode autosomique récessif. Certaines modifications covalentes de l ADN (en particulier l oxydation de certaines bases) peuvent être réparées par l une ou l autre des deux voies. Les hétérozygotes pour une anomalie du système de réparation des misappariements (mismatch repair) sont prédisposés au cancer (transmission autosomique dominante), alors que seuls les homozygotes pour une anomalie du système de réparation des bases modifiées sont malades (transmission autosomique récessive). Pourquoi? Dans le premier cas la perte accidentelle de la copie normale dans une cellule somatique entraîne l apparition de tumeurs parce que les erreurs à corriger sont présentes en permanence et que les cellules peuvent acquérir rapidement un avantage prolifératif, alors que dans le deuxième cas la perte accidentelle de la copie normale n entraîne d anomalie qu en présence d un éventuel agent chimique ou physique, ce qui ne permet pas la sélection rapide des cellules mutées. Les produits de certains des gènes (exemple MLH1) de ces deux systèmes ont aussi un rôle important dans le mécanisme des recombinaisons méiotiques et la conversion génique.

14 14 C-Réparation des cassures de l ADN Les cassures des deux brins de l ADN sont immédiatement réparés par l un de deux mécanismes (réparation simple et recombinaison homologue). si cette réparation ne peut avoir lieu, l apoptose de la cellule est activée conduisant à détruire la cellule déficiente. le premier mécanisme est une réparation dite simple ou non homologue, où les extrémités libres sont simplement remises en contact et liées; le second est la répartion par recombinaison homologue. La base moléculaire de chacun de ces deux mécanismes est la même de la bactérie à l homme. Dans la réparation simple, des protéines se fixent les extrémités libres et la continuité de l ADN est restaurée par la ligase IV. Ce sont les mêmes protéines qui sont utilisées ce type de recombinaison et la recombinaison physiologique (et nécessaire) V(D)J des gènes d immunoglobuline. Dans la réparation homologue, les séquences proches de la cassure s apparient avec la copie intacte du gène situé sur le chromosome homologue et un brin complémentaire de ce gène est synthétisé. A la suite de cette réparation, la séquence du ène intact aura été copiée à l emplacement du gène cassé (conversion génique). Les produits des gènes BRCA1 et BRCA2 (mutés dans les formes familiales de cancer du sein) sont associés à la protéine Rad51 nécessaire à la recombinaison homologue. Au total, les systèmes enzymatiques permettant de maintenir la continuité de l ADN sont nécessaires (1) pour réparer les modifications chimiques ou les erreurs de réplication, (2) pour permettre les recombinaisons des gènes d immunoglobulines qui sont des mutations physiologiquement contrôlées (par exemple transition des IgM vers les IgG au cours de l immunisation), (3) pour permettre les recombinaisons lors de la méiose.

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier Partie 3 : génétique Chapitre 1 : la transmission d un caractère au cours de la reproduction sexuée Rappel : la reproduction sexuée comprend 2 phénomènes fondamentaux successifs : La méiose lors de la

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT DATE SEQUENCE lundi 12 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Lundi 12 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Présentation ADN Fishbase. Jolien Bamps

Présentation ADN Fishbase. Jolien Bamps Présentation ADN Fishbase Jolien Bamps Les lois de Mendel et la transmission de l hérédité Gregor Mendel Moine et botaniste hongrois (1822-1884), en charge de maintenir le potager de son monastère Considéré

Plus en détail

Les microarrays: technologie pour interroger le génome

Les microarrays: technologie pour interroger le génome Les microarrays: technologie pour interroger le génome Patrick DESCOMBES patrick.descombes@frontiers-in-genetics.org Plate forme génomique NCCR Frontiers in Genetics Université de Genève http://genomics.frontiers-in-genetics.org

Plus en détail

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT Introduction Tous les individus de la même espèce possèdent le même patrimoine génétique, cependant chaque individu est

Plus en détail

Sommaire. Première partie Les concepts de base

Sommaire. Première partie Les concepts de base Sommaire Préface à la troisième édition... Préface à la deuxième édition... Avant-propos à la troisième édition... Avant-propos à la deuxième édition... Avant-propos à la première édition... XV XVII XIX

Plus en détail

DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE, RELATIONS AVEC L ENVIRONNEMENT

DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE, RELATIONS AVEC L ENVIRONNEMENT DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE, RELATIONS AVEC L ENVIRONNEMENT activités Notions construites Mots clés Demander de décrire morphologiquement voisin/ voisine, lui demander son groupe sanguin, ses performances

Plus en détail

Bases de données des mutations

Bases de données des mutations Bases de données des mutations CFMDB CFTR2 CFTR-France / Registre Corinne THEZE, Corinne BAREIL Laboratoire de génétique moléculaire Montpellier Atelier Muco, Lille, 25-27 septembre 2014 Accès libre http://www.genet.sickkids.on.ca/app

Plus en détail

Exercices de génétique classique partie II

Exercices de génétique classique partie II Exercices de génétique classique partie II 1. L idiotie phénylpyruvique est une maladie héréditaire dont sont atteints plusieurs membres d une famille, dont voici l arbre généalogique : 3 4 5 6 7 8 9 10

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT DATE SEQUENCE jeudi 8 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Jeudi 8 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 Marc DELPECH CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 En 24 ans les progrès ont été considérables Premières utilisation des techniques de génétique moléculaire en diagnostic : 1984 Une palette de techniques très

Plus en détail

Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich. Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada

Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich. Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada Ataxie de Friedreich Maladie héréditaire Transmission récessive Liée au chromosome 9 Due

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Cours 5. Transmission et remaniement de l information génétique. http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/

Cours 5. Transmission et remaniement de l information génétique. http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/ Cours 5 Transmission et remaniement de l information génétique http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/ 1 Plan Rappels sur la réplication de l ADN Le cycle cellulaire et ses contrôles La mitose Recombinaisons

Plus en détail

Les tests génétiques à des fins médicales

Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Nous avons tous hérité d une combinaison unique de gènes de la part de nos parents. Cette constitution originale et l

Plus en détail

Univers Vivant Révision. Notions STE

Univers Vivant Révision. Notions STE Univers Vivant Révision Notions STE Chap. 13) L Écologie 1) a) Qu est-ce que l empreinte écologique? L empreinte écologique correspond à la surface terrestre et aquatique totale nécessaire à un individu,

Plus en détail

Chapitre 2 - Complexité des relations entre génotype et phénotype

Chapitre 2 - Complexité des relations entre génotype et phénotype Chapitre 2 - Complexité des relations entre génotype et phénotype Chaque chromosome est en double exemplaire Donc chaque gène (situé sur son locus) est en double exemplaires : et peut être sous différente

Plus en détail

It was generally thought that genes were almost always present in two copies in a genome.

It was generally thought that genes were almost always present in two copies in a genome. COPY NUMBER VARIATION (CNV) It was generally thought that genes were almost always present in two copies in a genome. However, recent discoveries have revealed that large segments of DNA, ranging in size

Plus en détail

Dépistage drépanocytose. Édition 2009

Dépistage drépanocytose. Édition 2009 Dépistage drépanocytose Édition 2009 ÊTre hétérozygote et alors Madame, Monsieur, Comme tous les nouveau-nés, votre bébé a eu un prélèvement de sang au talon. Ce prélèvement a été réalisé dans le cadre

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Introduction: - Réponse d un animal à l expérimentation (diapo 1) Facteurs environnementaux et propres à l animal - Notion d animal standardisé

Plus en détail

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I)

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) Collaboration: - Laboratoire de Radiotoxicologie et Oncologie (L. Sabatier) CEA, DSV - Laboratoire de Génotoxicité et Modulation de l Expression

Plus en détail

Dr Donatien MOUKASSA

Dr Donatien MOUKASSA LES TECHNIQUES DE BIOLOGIE MOLECULAIRE APPLIQUEES EN CANCEROLOGIE HUMAINE Dr Donatien MOUKASSA Département d histo-embryologie et d anatomie pathologique, FSS, UMNG EPU, Fondation Congolaise en Recherche

Plus en détail

Information génétique

Information génétique chapitre 3 Information génétique et division cellulaire L étude de la division cellulaire est abordée pour découvrir comment est transmise et conservée l information génétique portée par les chromosomes.

Plus en détail

'Le séquençage à haut débit NGS dans le cadre du diagnostic'

'Le séquençage à haut débit NGS dans le cadre du diagnostic' ASSOCIATIONNATIONALEDESPROFESSEURSETMAITRES DECONFERENCESBIOCHIMISTES3BIOLOGISTESMOLECULAIRESDESUFRMEDICALES(ANPMCB) Guidel (Morbihan), 21 Mai 2014 Atelier de formation DPC 'Le séquençage à haut débit

Plus en détail

Classification d ARN codants et d ARN non-codants

Classification d ARN codants et d ARN non-codants Classification d ARN codants et d ARN non-codants THÈSE présentée et soutenue publiquement le 31 mars 2009 pour l obtention du Doctorat de l Université des Sciences et Technologies de Lille (spécialité

Plus en détail

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau 3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés Structure Les ARN sont des polymères de RiboNucléotides liés par des liaisons phosophodiester 5'-3'. Les bases azotées sont A-U, C-G. Le sucre est le

Plus en détail

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines?

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? Avant la publication de la séquence complète de l ADN du génome humain, au début des années 2000, on estimait le nombre de gènes à environ 300.000.

Plus en détail

Prise en charge du cancer colorectal à l heure de l oncogénétique et des thérapies ciblées

Prise en charge du cancer colorectal à l heure de l oncogénétique et des thérapies ciblées Prise en charge du cancer colorectal à l heure de l oncogénétique et des thérapies ciblées Jean-François Fléjou Service d Anatomie Pathologique Hôpital Saint-Antoine, AP-HP, UPMC - Paris 6, France Sommaire

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

BIOLOGIE MOLECULAIRE

BIOLOGIE MOLECULAIRE BIOLOGIE MOLECULAIRE I. Eléments importants de la structure des génomes eucaryotes 1. Chromosomes et chromatines a) Caractéristiques générales d'un chromosome Les chromosomes des eucaryotes sont des grosses

Plus en détail

G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J. Faria et A.B.R. Thomson

G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J. Faria et A.B.R. Thomson 15 Applications des techniques de génie génétique à la gastro-entérologie et à l hépatologie : Paradigmes fondamentaux de la biologie moléculaire de la cellule G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J.

Plus en détail

Séquence 1. Reproduction conforme de la cellule et réplication de l ADN Variabilité génétique et mutation de l ADN

Séquence 1. Reproduction conforme de la cellule et réplication de l ADN Variabilité génétique et mutation de l ADN Séquence 1 Reproduction conforme de la cellule et réplication de l ADN Variabilité génétique et mutation de l ADN Sommaire 1. Reproduction conforme de la cellule et réplication de l ADN 2. Variabilité

Plus en détail

MYRIAD. l ADN isolé n est à présent plus brevetable!

MYRIAD. l ADN isolé n est à présent plus brevetable! MYRIAD La Cour Suprême des Etats-Unis revient sur plus de 30 ans de pratique : l ADN isolé n est à présent plus brevetable! Mauvaise passe pour les inventions en biotechnologies sur le territoire américain.

Plus en détail

Génétique : Prédisposition au mélanome et neurofibromatose de type 1

Génétique : Prédisposition au mélanome et neurofibromatose de type 1 Génétique : Prédisposition au mélanome et neurofibromatose de type 1 INTRODUCTION Quelles pathologies dermatologiques sont concernées par la consultation d oncogénétique? - Prédisposition héréditaire au

Plus en détail

1. L ADN et l information génétique. l ADN l information génétique est contenue dans l ADN. traduction. comment fait-on une protéine?

1. L ADN et l information génétique. l ADN l information génétique est contenue dans l ADN. traduction. comment fait-on une protéine? 1. L ADN et l information génétique l ADN l information génétique est contenue dans l ADN (ADN) (ARN) 1 2 A G T C U comment fait-on une protéine? traduction l information génétique est organisée par triplets

Plus en détail

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI Chapitre 5 : La transcription UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 5. La transcription

Plus en détail

Vendredi 6 décembre 2013 Rouen

Vendredi 6 décembre 2013 Rouen Séminaire danimation d Animation de l Axe laxe 1 Vendredi 6 décembre 2013 Rouen «Le Séquençage de Nouvelle Génération dans le Cancéropôle Nord Ouest: Evolution, Résultats, projets» Diagnostic 0,5 2 Gb

Plus en détail

1A 01 Brassage génétique et sa contribution à la diversité génétique Ex 2.1 SUJET 1

1A 01 Brassage génétique et sa contribution à la diversité génétique Ex 2.1 SUJET 1 SUJET 1 On réalise deux croisements expérimentaux chez la drosophile afin d étudier le devenir de deux caractères : la couleur du corps et l aspect des ailes au cours de la reproduction sexuée La longueur

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

Les principes du sequençage haut-débit

Les principes du sequençage haut-débit Les principes du sequençage haut-débit Mardi 23 avril 2013 Dr H. EL HOUSNI Organisation Génomique Podhala'et'al.'Trends'in'genetics'2012' Costa V et al. J BioMed BioTech 2010 32 ans Costa V et al. J BioMed

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

Présentée et soutenue publiquement par. Guénola DRILLON. le 25 février 2013. Pour obtenir le grade de DOCTEUR de l UNIVERSITÉ PIERRE ET MARIE CURIE

Présentée et soutenue publiquement par. Guénola DRILLON. le 25 février 2013. Pour obtenir le grade de DOCTEUR de l UNIVERSITÉ PIERRE ET MARIE CURIE THÈSE DE DOCTORAT DE l UNIVERSITÉ PIERRE ET MARIE CURIE Spécialité : Informatique École Doctorale Informatique, Télécommunications et Électronique (Paris) Présentée et soutenue publiquement par Guénola

Plus en détail

Recherche de parenté entre les vertébrés

Recherche de parenté entre les vertébrés 1 CHAPITRE A Recherche de parenté entre les vertébrés 2 Chapitre A : Recherche de parentés entre les êtres vivants Tous les êtres vivants présentent des structures cellulaires et un fonctionnement commun

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique

leucémie lymphoïde chronique la leucémie lymphoïde chronique S.Taoussi, M.T. Abad Service hématologie, EHS ELCC Blida Ce travail a été réalisé au laboratoire hématologie du CAC Blida avec le soutien du CMNG et du laboratoire de recherche

Plus en détail

D. Locker Professeur émérite Université d Orléans

D. Locker Professeur émérite Université d Orléans Le séquençage du génome Humain : Comment a-t-il été séquencé? Que nous apprend la séquence? Et après? D. Locker Professeur émérite Université d Orléans Résumé L ADN contenu dans nos 23 paires de chromosomes

Plus en détail

Atelier 5/11/2013. Structure de la chromatine et marques épigénétiques

Atelier 5/11/2013. Structure de la chromatine et marques épigénétiques Atelier 5/11/2013 Structure de la chromatine et marques épigénétiques La chromatine ADN ADN + Histones = Nucleosome ADN + Protéines + ARNs = Chromatine Niveau extrême de condensation = Chromosome métaphasique

Plus en détail

Leucémies aiguës de l'enfant : I] Y a-t-il des familles à risque? II] Comment le déterminer?

Leucémies aiguës de l'enfant : I] Y a-t-il des familles à risque? II] Comment le déterminer? 1 Leucémies aiguës de l'enfant : I] Y a-t-il des familles à risque? II] Comment le déterminer? Cancers héréditaires 2 5-10% des cancers : prédisposition héréditaire 1% causés par des mutations germinales

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DE BIOLOGIE CELLULAIRE : BIOLOGIE MOLÉCULAIRE

ENSEIGNEMENT DE BIOLOGIE CELLULAIRE : BIOLOGIE MOLÉCULAIRE ENSEIGNEMENT DE BIOLOGIE CELLULAIRE : BIOLOGIE MOLÉCULAIRE UNIVERSITÉ DES ANTILLES-GUYANE PREMIÈRE ANNÉE COMMUNE DES ETUDES DE SANTÉ DR MARYSE ETIENNE-JULAN-OTTO Gènes VI B. LEWIN DeBoeck Université BIBLIOGRAPHIE

Plus en détail

Détermination de gènes candidats par séquençage d exome dans une famille présentant des calcifications idiopathiques des noyaux gris centraux

Détermination de gènes candidats par séquençage d exome dans une famille présentant des calcifications idiopathiques des noyaux gris centraux Service de Neurologie U614 Génétique médicale et fonctionnelle des cancers et des maladies neuropsychiatriques Pr Frébourg Dr Campion Pr Hannequin Détermination de gènes candidats par séquençage d exome

Plus en détail

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Introduction Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Informatique: - stocker les données - éditer les données - analyser les données (computational

Plus en détail

Filière BCPST BIOLOGIE. Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan. Durée : 6 heures

Filière BCPST BIOLOGIE. Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan. Durée : 6 heures 74.01B SESSION 2007 Filière BCPST BIOLOGIE Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et

Plus en détail

~ 2 ~ 1 ) Les modes de transmission classiques sont les suivants :

~ 2 ~ 1 ) Les modes de transmission classiques sont les suivants : ~ 1 ~ Conférence du Professeur Frédéric Caux dermatologue à l Hôpital Avicenne, Centre de référence pour les maladies bulleuses auto-immunes situé à Bobigny en Ile de France Conférence prononcée le 26/11/2011

Plus en détail

Intérêt des recherches génétiques

Intérêt des recherches génétiques Intérêt du chien dans la pathologie et la génétique comparée: exemples de maladies et de gènes partagées entre l'homme et le chien Dr. Catherine André candre@univ-rennes1.fr Intérêt des recherches génétiques

Plus en détail

La nutrigénomique: l avenir en nutrition animale

La nutrigénomique: l avenir en nutrition animale La nutrigénomique: l avenir en nutrition animale Yves Tarte, dmv Vétérinaire chargé du développement vétérinaire Hill s Pet Nutrition Canada Inc A.T.S.A.Q. Février 2009 La nutrigénomique Science toute

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

TP B43 Bio-Informatique 1. TP 1 : Les commandes LINUX et les instructions exécutables sous OCTAVE

TP B43 Bio-Informatique 1. TP 1 : Les commandes LINUX et les instructions exécutables sous OCTAVE TP B43 Bio-Informatique 1 TP 1 : Les commandes LINUX et les instructions exécutables sous OCTAVE 1) Quelques commandes LINUX - Ouvrir un terminal (menu Applications Accessoires Terminal) - Afficher la

Plus en détail

Les acides nucléiques et génomes

Les acides nucléiques et génomes Chapitre 2 : UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Les acides nucléiques et génomes Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre

Plus en détail

Différences entre Homme et singes?

Différences entre Homme et singes? Différences entre Homme et singes? Différences entre Homme et singes? Apparition de l œil? Apparition du vol? Apparition des hémoglobines? Molécule d hémoglobine HEME Chaîne polypeptidique de type 2 Chaîne

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

La médecine prédictive

La médecine prédictive La médecine prédictive Introduction Les nouvelles techniques de biologie moléculaire* et la connaissance croissante du génome* humain ont permis d envisager un nouveau type de médecine : la médecine prédictive.

Plus en détail

La maladie de Stargardt

La maladie de Stargardt La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur la maladie de Stargardt.

Plus en détail

COMMENT EVITER LE CANCER

COMMENT EVITER LE CANCER COMMENT EVITER LE CANCER Département d'oncogénétique Centre Jean Perrin, BP 392 63000 Clermont-Ferrand FRANCE Yves-jean.bignon@cjp.fr QU EST-CE QUE LE CANCER? Immortalité Clonalité Invasivité Génétique

Plus en détail

TRANSCRIPTION TRADUCTION

TRANSCRIPTION TRADUCTION 4 TRANSCRIPTION TRADUCTION Objectifs : définir transcription et traduction et donner leur localisation cellulaire sur un schéma, identifier les acteurs de la transcription (ARNpol, brin transcrit, ARNm)

Plus en détail

La rétinite pigmentaire Rod-cone dystrophie Retinitis pigmentosa

La rétinite pigmentaire Rod-cone dystrophie Retinitis pigmentosa Rod-cone dystrophie Retinitis pigmentosa La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée

Plus en détail

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Au sein d une espèce, la diversité entre les individus a pour origine les mutations, sources de création de nouveaux allèles,

Plus en détail

GENETIQUE MEDICALE - Principe des études moléculaires en Génétique Médicale, Méthodes d analyse des microlésions du Génome

GENETIQUE MEDICALE - Principe des études moléculaires en Génétique Médicale, Méthodes d analyse des microlésions du Génome 29/10/2014 Crévits Léna L2 Génétique médicale Dr Martin Krahn 14 pages Principe des études moléculaires en Génétique Médicale - Méthodes d analyse des microlésions du Génome Plan A. Rappels et généralités

Plus en détail

Vers l individualisation des prescriptions en oncologie : rôle du génome constitutionnel

Vers l individualisation des prescriptions en oncologie : rôle du génome constitutionnel Vers l individualisation des prescriptions en oncologie : rôle du génome constitutionnel Jacques Robert I NSERM U916 I nstitut Bergonié Université de Bordeaux Le génome constitutionnel 3 milliards de paires

Plus en détail

Biologie Moléculaire

Biologie Moléculaire Université Pierre et Marie Curie Biologie Moléculaire Objectifs au cours de Biochimie PAES 2009-2010 Pr. C. Housset (Chantal.Housset@st-antoine.inserm.fr) Pr. A. Raisonnier (alain.raisonnier@upmc.fr) Mise

Plus en détail

«Les homologues de MutS et de MutL au cours de la méiose chez les mammifères»

«Les homologues de MutS et de MutL au cours de la méiose chez les mammifères» Article «Les homologues de MutS et de MutL au cours de la méiose chez les mammifères» Sabine Santucci-Darmanin et Véronique Paquis-Flucklinger M/S : médecine sciences, vol. 19, n 1, 2003, p. 85-91. Pour

Plus en détail

Introduction à la génétique humaine

Introduction à la génétique humaine Introduction à la génétique humaine Antoine Duquette, MD, MSc, FRCP(C) Professeur adjoint de clinique Département de neurosciences, Faculté de médecine Universtié de Montréal Plan Histoire de la génétique

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo

Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo rappels susceptibilité individuelle que dit l épidémiologie? gestion des risques cancérogenèse : un processus darwinien complexe 1 - autonomie

Plus en détail

Anomalies chromosomiques

Anomalies chromosomiques Master bioinformatique, Université de Rouen Janvier 2013 Sylvain Mareschal [@etu.univ-rouen.fr] Anomalies chromosomiques Speicher & Carter (2005) Nat Rev Genet. Oct;6(10):782-92. The new cytogenetics:

Plus en détail

La dystrophie myotonique de Steinert

La dystrophie myotonique de Steinert La dystrophie myotonique de Steinert La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée

Plus en détail

Qu est-ce qu un test génétique?

Qu est-ce qu un test génétique? 8 Vous pouvez rechercher les laboratoires de diagnostic dans votre pays par nom de maladie ou de gène à l'adresse suivante: Qu est-ce qu un test génétique? http://www.orpha.net/consor/cgi-bin/clinicallabs.php?lng=fr

Plus en détail

Séquence 2. L expression du patrimoine génétique. Sommaire

Séquence 2. L expression du patrimoine génétique. Sommaire Séquence 2 L expression du patrimoine génétique Sommaire 1. La synthèse des protéines 2. Phénotypes, génotypes et environnement Synthèse de la séquence 2 Exercices de la séquence 2 Glossaire des séquences

Plus en détail

I/ L information génétique se trouve dans les chromosomes du noyau.

I/ L information génétique se trouve dans les chromosomes du noyau. Chapitre 2 : localisation et organisation de l information génétique Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

La Neurofibromatose en 20 questions

La Neurofibromatose en 20 questions CNN la NF en 20 questions Responsable : Pr Jean-Francois Stalder Clinique Dermatologique CHU Nantes Contact : Blandine Legeay Tel :02-40-08-31-23 blandine.legeay@chu-nantes.fr La Neurofibromatose en 20

Plus en détail

Résumés des projets de recherche financés dans le cadre de l appel d offre 2013 «AMP, diagnostic préimplantatoire et diagnostic génétique»

Résumés des projets de recherche financés dans le cadre de l appel d offre 2013 «AMP, diagnostic préimplantatoire et diagnostic génétique» Résumés des projets de recherche financés dans le cadre de l appel d offre 2013 «AMP, diagnostic préimplantatoire et diagnostic génétique» Chercheur Sujet de recherche Subvention allouée BUJAN Louis DE

Plus en détail

Méthodes d'analyse Globales et Ciblées en Génétique et Biologie Moléculaire des Tumeurs

Méthodes d'analyse Globales et Ciblées en Génétique et Biologie Moléculaire des Tumeurs UE : Bio-Pathologie Date : 11/03/2011 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16-18h Enseignant : Pr J-P. Merlio Ronéistes : Galiay Alexandre Sourgen Marie Laurence Jabet Arnaud Méthodes d'analyse Globales et Ciblées

Plus en détail

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Unité Inserm UMR 1087-CNRS UMR 6291 Hervé Le Marec Evolution de la médecine et de la recherche biomédicale développement de traitements

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

La géné'que médicale et les applica'ons du séquençage à haut- débit

La géné'que médicale et les applica'ons du séquençage à haut- débit La géné'que médicale et les applica'ons du séquençage à haut- débit Dr. Marco Belfiore FAMH en énétique Médicale Division de énétique et Infertilité ML-Laboratoires Médicaux / enesupport ARL, 02.10.2014

Plus en détail

Obtention de données génétiques à grande échelle

Obtention de données génétiques à grande échelle Obtention de données génétiques à grande échelle Stéphanie FERREIRA Ph.D. Campus de l Institut Pasteur de Lille 1, rue du Professeur Calmette 59000 LILLE Tel : 03 20 87 71 53 Fax : 03 20 87 72 64 contact@genoscreen.fr

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Méthodes d études. Chapitre 8 : Professeur Joël LUNARDI. UE1 : Biochimie Biologie moléculaire

Méthodes d études. Chapitre 8 : Professeur Joël LUNARDI. UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Chapitre 8 : UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Méthodes d études Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 8. 8. Méthodes

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

CERTIFICAT DE COMPÉTENCES EN BIO-INFORMATIQUE

CERTIFICAT DE COMPÉTENCES EN BIO-INFORMATIQUE CERTIFICAT DE COMPÉTENCES EN BIO-INFORMATIQUE Organisé par l équipe pédagogique : Statistique bioinformatique du département IMATH Responsable de la formation : Pr. Jean-François Zagury Coordinateur des

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S OBLIGATOIRE + SPÉCIALITÉ 1/9 Corrigé partie I - 8 points : étude d un caryotype Outil de détermination de note pour une question

Plus en détail

Détection des duplications en tandem au niveau nucléique à l'aide de la théorie des flots

Détection des duplications en tandem au niveau nucléique à l'aide de la théorie des flots Université Toulouse 3 Paul Sabatier(UT3 Paul Sabatier) Informatique Spécialité Bioinformatique Eric AUDEMARD lundi 28 novembre 2011 Détection des duplications en tandem au niveau nucléique à l'aide de

Plus en détail

Dystrophie musculaire

Dystrophie musculaire Définition Les maladies neuromusculaires font référence à un groupe de maladies qui affectent la motricité. Ces maladies se manifestent à des degrés divers par la dégénérescence et l affaiblissement progressif

Plus en détail

Focus. Novembre 2013. Notions fondamentales de génétique à l attention des underwriters en assurance-vie

Focus. Novembre 2013. Notions fondamentales de génétique à l attention des underwriters en assurance-vie Focus Novembre 2013 Notions fondamentales de génétique à l attention des underwriters en assurance-vie Il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support

Plus en détail