Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l efficacité de la protection

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l efficacité de la protection"

Transcription

1 Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l efficacité de la protection Le coût élevé des produits anti-botrytis, les problèmes de résidus qu ils sont susceptibles de poser dans les vins et surtout leur réelle efficacité sur la protection de la récolte nous ont poussé à les étudier. Un réseau d essai constitué par les chambres d agriculture (24, 33, 47 et 64) et piloté par l IFV Bordeaux- Aquitaine s est ainsi constitué avec pour objectif de quantifier les dépôts de bouillie sur la zone fructifère dans différentes situations et évaluer pour chacune d elles l impact d une réduction de la dose homologuée sur l efficacité de la protection. fotolia IFV La production de raisins de qualité en quantité suffisante passe encore, à ce jour, par l utilisation de spécialités phytosanitaires qui ne sont neutres ni pour l utilisateur ni pour l environnement. L atteinte de l objectif de réduction de 50 % de ces intrants passe par une réduction de l ensemble des postes (herbicides, fongicides, insecticides ). Parmi ces spécialités phytosanitaires, certaines ont la particularité d être appliquées en jet dirigé uniquement sur la zone fructifère : les anti-botrytis et les insecticides destinés à lutter contre les tordeuses de la grappe. Selon la stratégie retenue, les anti-botrytis peuvent être appliqués à différents stades phénologiques (stades A, B, C ou D), la vigne étant alors plus ou moins développée. Pour autant, la dose d homologation est la même quel que soit le stade d application ou le type de vigne à traiter (distance inter-rang, effeuillage réalisé ou non ). 1

2 Dispositif expérimental : 1- Mesure du dépôt de bouillie sur les grappes : Après avoir mesuré le volume de bouillie appliqué par hectare, un colorant alimentaire est pulvérisé sur un rang de vigne préalablement équipé de fausses grappes en plastique. La quantification des dépôts de bouillie est réalisée au laboratoire grâce au dosage de ce colorant par spectrophotométrie. Les collecteurs (Cf. Photo 1) ont tous la même forme : de petites billes en plastique de surface connue. 80 fausses grappes sont ainsi positionnées sur les vraies grappes (méthode IFV basée sur la norme ISO de mesure au champ). Afin de pouvoir comparer tous les résultats entre eux, les valeurs sont exprimées en ng/dm² pour 1 g/ha. 2- Essais biologiques : La stratégie à un seul traitement positionné au stade B a été retenue pour l ensemble des essais. Le choix du produit était laissé au viticulteur à condition qu il convienne à ce stade d application. Six modalités ont été mises en place : 1- Témoin Non Traité (Non Effeuillé) 2- Témoin Non Traité (Effeuillé) 3- Dose réduite : 66% de la DH (Non Effeuillé) 4- Dose réduite : 66% de la DH (Effeuillé) 5- Dose homologuée = DH (Non Effeuillé) 6- Dose homologuée = DH (Effeuillé) Photo1. Grappes artificielles utilisées pour quantifier les dépôts de bouillie dans la zone fructifère Des notations sanitaires ont été réalisées les semaines précédant la récolte pour mesurer les niveaux d attaque du champignon sur chacune des modalités testées. Résultats : grappes ). Sur ce même jeu de données, si l on écarte 20% des valeurs extrêmes (10% des plus faibles et 10% des plus fortes), les variations vont de 185 à 485 ng/dm² pour 1g/ha. La moyenne et la médiane sont respectivement de 350 et 346 ng/ dm² pour 1g/ha. La réalisation d un effeuillage permet d augmenter significativement la quantité de bouillie déposée sur les grappes Figure 1. Box-plot représentant la répartition de la variable «quantité moyenne déposée» sur l ensemble du jeu de données (n=74) Une variabilité importante des dépôts de bouillie dans la zone fructifère Comme l indique la figure 1, la quantité moyenne de produit déposée sur les grappes (trois années confondues) varie de 100 à 650 ng/dm² selon les sites bien que la dose de colorant appliquée par hectare soit la même. Cette variabilité importante du dépôt moyen peut être expliquée par les différences existant entre les sites d essais (type de pulvérisateur, mode de conduite, expression végétative, entassement de Fig. 2 - Impact de l effeuillage sur la quantité moyenne de produit déposée sur les grappes La figure 2 illustre la variabilité des dépôts mesurée sur les essais où différents niveaux d effeuillage ont été réalisés (non réalisé - réalisé sur une face - réalisé sur les deux faces). En l absence d effeuillage, le dépôt moyen sur ces essais était de 293 ng/dm² pour 1g/ha. 2

3 Il passe respectivement à 391 puis 431 ng/dm² lorsqu on effeuille une face puis les deux faces du rang, rendant ainsi les grappes plus faciles à atteindre. Outre l amélioration du microclimat des grappes, l effeuillage permet d augmenter considérablement la quantité de bouillie déposée sur les grappes. Résultats des essais biologiques Figure 3. Fréquence (gauche) et intensité (droite) d attaque du botrytis sur chaque modalité (avant récolte) et efficacité calculée par rapport au témoin non traité Le botrytis est un champignon qui se développe souvent à partir de foyers de manière hétérogène, ce qui engendre une variabilité importante difficilement contrôlable dans les dispositifs expérimentaux lorsque les attaques sont peu importantes. En cas de forte pression, le développement du champignon se généralise et l effet foyer devient faible comparé à l effet traitement et/ou effeuillage. Pour des niveaux d attaque faibles (fréquence < à 10 % ; intensité < 2 %), l effet du traitement est moins important que l effet hétérogénéité. Au-delà de ces seuils, l effet traitement devient prédominant et l immense majorité des modalités traitées présente des niveaux d attaque inférieurs à ceux observés sur le témoin non traité. Figure 4. Fréquence (gauche) et Intensité (droite) d attaque moyennes sur les différentes modalités en fonction de la pression parasitaire et efficacité calculée par rapport au TNT non effeuillé (les cellules grisées correspondent aux sites où la présence de botrytis était très faible à la récolte). Analyse statistique (test de Newman-Keuls au seuil de 5%) 3

4 D une manière générale, on s aperçoit sans surprise que les meilleures efficacités sont obtenues lorsqu on combine les deux pratiques : effeuillage et application de la pleine dose homologuée. Le niveau d efficacité augmente logiquement avec le niveau d infestation du botrytis dans le témoin non traite et non effeuillé. Après élimination des sites où le botrytis était absent, deux situations ont été étudiées: Première situation : Faible présence de botrytis sur le TNT non effeuillé au moment de la récolte (n=8 parcelles) Critère fréquence d attaque : lorsque la fréquence d attaque est faible dans le TNT non effeuillé, les niveaux d efficacité engendrés par les différentes modalités (effeuillage et traitement) sont très faibles et s échelonnement de 2 % à 21 % pour la modalité effeuillée et traitée à la pleine dose. Les pratiques (effeuillage et/ou traitement) ne permettent pas de diminuer de manière importante la fréquence de grappes touchées. Critère intensité d attaque : les différentes pratiques mises en œuvre présentent des efficacités variables mais leur intérêt vis-à-vis du botrytis est à relativiser compte tenu des faibles niveaux d attaque mesurés sur le témoin non traité. Deuxième situation : présence moyenne à très forte de botrytis sur le TNT non effeuillé au moment de la récolte (n=10 parcelles) Critère fréquence d attaque : les pratiques mises en œuvre ont permis de réduire la fréquence de grappes touchées de manière plus ou moins importante selon les modalités. Les efficacités s échelonnant de 10 (traitement à dose réduite) à 35 % (effeuillage + traitement à DH) selon les modalités. On peut retenir que : -le témoin non traité effeuillé présente un niveau d efficacité équivalent à la modalité traitée à 66 % de la dose homologuée. -la modalité effeuillée et traitée à dose réduite présente un niveau d efficacité équivalent à la modalité traitée à la pleine dose sans effeuillage Critère intensité d attaque : les pratiques mises en œuvre ont permis de réduire fortement l intensité d attaque des grappes par le botrytis. Les efficacités s échelonnant de 19 (traitement à 66% DH) à 63 % (effeuillage + traitement à DH). On peut retenir que : -un effeuillage seul présente un niveau d efficacité similaire à un traitement réalisé à la pleine dose sur une parcelle non effeuillée -la réalisation d un traitement à pleine dose associé à un effeuillage permet de doubler l efficacité par rapport à un effeuillage seul CONCLUSION Ces essais ont permis de quantifier la variabilité qu il peut y avoir en termes de dépôts de bouillie sur les grappes lorsqu on réalise un traitement dirigé. La quantité moyenne de produit déposée sur les grappes varie d un facteur 6 entre les extrêmes et d un facteur 1,6 lorsqu on élimine 50 % des valeurs (25% des valeurs les plus basses et 25% des valeurs les plus fortes). Pris dans leur globalité, les paramètres agronomiques mesurés au (hauteur/ largeur de zone fructifère, largeur interrang, nombre de grappes/cep ) expliquent seulement une partie de la variabilité de ce dépôt. Pris individuellement, aucune corrélation présentant un R² satisfaisant n a été trouvée et ce sont seulement des tendances qui se dégagent. L objectif de prédire la quantité de produit déposée à partir d un jeu d indicateurs simples mesurés au semble difficilement atteignable. Le réseau d essais biologiques mis en place a permis de constituer une base de données intéressante mais limitée compte tenu de la très faible pression que nous avons connue en Le nombre d essais valides est faible, ce qui limite l interprétation que nous pouvons faire des résultats. L objectif initial d établir une relation entre la quantité moyenne de produit déposée sur la zone fructifère et l efficacité de la 4

5 protection n a pas été atteint. Plusieurs hypothèses peuvent être avancées pour expliquer l absence de corrélation au niveau du réseau : manque de données avec des sites présentant de forts taux d attaque de botrytis, données issues d essais hétéroclites (dispositif expérimental identique mais mise en œuvre différente : cépages différents, produits utilisés différents, pulvérisateurs différents, pression parasitaire différente), indicateur retenu (dépôt moyen dans la zone des grappes) non pertinent, présence de résistance sur certains sites Sur les essais du réseau où le botrytis était présent, on peut retenir qu un effeuillage seul présente une efficacité équivalente à un traitement réalisé à la pleine dose sur une parcelle non effeuillée. Les traitements réalisés à dose réduite (66% de la dose homologuée) apportent une efficacité certaine par rapport au témoin non traité mais celle-ci est inférieure à celle apportée par la pleine dose homologuée. Cela est probablement dû au fait que même lorsqu on se place dans les meilleures conditions (effeuillage et application de la pleine dose homologuée), l efficacité obtenue n est que partielle (respectivement 35% et 63% sur les critères fréquence et intensité d attaque). En l absence de marge de sécurité, toute dégradation de la protection (baisse de la dose et/ou absence d effeuillage) se traduit (en moyenne) par une diminution sensible de l efficacité lorsque les conditions sont favorables au développement du champignon. L efficacité obtenue est plus importante sur le paramètre «intensité d attaque» que sur la «fréquence d attaque». On peut supposer que les pratiques mises en œuvre (effeuillage et/ ou traitement) peinent à limiter le nombre de foyers de botrytis mais sont plus efficientes pour limiter l expansion de ces foyers. En présence d efficacités partielles, les différentes pratiques (effeuillage, traitement à dose réduite, traitement à pleine dose) ont un effet cumulatif sur l efficacité de la protection, chacune d elles apportant un gain d efficacité supplémentaire. La figure 5 hiérarchise les différentes stratégies en fonction de leur niveau d efficacité. Figure 5. Intensité de destruction du botrytis avant récolte sur les différentes modalités (seuls les sites où l intensité sur le témoin non traité et non effeuillé était supérieure à 2% ont été retenus) La prise en compte du contexte propre à chaque exploitation (sensibilité parcellaire, type de produit recherché, pratiques culturales ), du coût de chaque stratégie et des indicateurs de développement du botrytis (PRB notamment) disponibles au moment du choix de l intervention, permettra de choisir la stratégie la plus adaptée à chaque parcelle ou îlot de parcelles. 5

6 Remerciements : Nous remercions les financeurs (Région Aquitaine - France Agrimer) et les viticulteurs chez qui les essais ont été réalisés (EPLEFPA Bordeaux-Blanquefort, Château Clarke, Château Queyssard, Lycée de La Brie, Cave des vignerons de Thézac-Perricard, Domaine Sergent, Château de Diusse) Auteur : Alexandre Davy Institut Français de la Vigne et du Vin Essais réalisés avec la participation de : Stéphanie CESTARET, Marc VERGNES (Institut Français de la Vigne et du vin) François Ballouhey, Laurent Colombier (Chambre d agriculture de la Dordogne) Ludivine Davidou, Audrey Bourlon, Loïc Ducourtioux (Chambre d agriculture de la Gironde) Anne-Laure Fuscien, Christine Rives (Chambre d agriculture du Lot et Garonne) Daniel Vergnes, Jean-Jacques Carrère (Chambre d agriculture des Pyrénées atlantiques) 6

Maitrise au vignoble des déviations organoleptiques liées à la géosmine

Maitrise au vignoble des déviations organoleptiques liées à la géosmine Maitrise au vignoble des déviations organoleptiques liées à la géosmine L.Guérin, F.Guyot (IFV Tours), P.Mallier, A.Mallet (CA37), M. Badier, A Buchet (CA41) 1 Objectifs Déterminer les mesures prophylactiques,

Plus en détail

Remerciements 2 Introduction 3 Démarche utilisée 3

Remerciements 2 Introduction 3 Démarche utilisée 3 ANALYSE DES STRATEGIES DE LUTTE CONTRE L OÏDIUM DES VITICULTEURS BIOLOGIQUES EN LANGUEDOC-ROUSSILLON - SYNTHESE D ENQUETES NICOLAS CONSTANT DECEMBRE 2008 LA REDACTION DE CE DOCUMENT A BENEFICIE DU SOUTIEN

Plus en détail

Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine

Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine Campagne 2013 Sommaire I. Présentation de l étude et de ses données 2 II. Rendements globaux 4 1. Rendement AOC et IGP/VDF 4 2. Rendements

Plus en détail

CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN

CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN CAC/RCP 63-2007 1. PRÉAMBULE Les mycotoxines, en particulier l'ochratoxine A (OTA), sont des métabolites secondaires produits

Plus en détail

Le Dyostem : un outil d'aide à la décision supplémentaire pour le vinificateur

Le Dyostem : un outil d'aide à la décision supplémentaire pour le vinificateur Le Dyostem : un outil d'aide à la décision supplémentaire pour le vinificateur Synthèse des essais (2010 à 2012) Lettre actualités n 74 - Novembre 2015 Emmanuel VINSONNEAU : IFV Pôle Bordeaux-Aquitaine

Plus en détail

Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais

Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais Soucieux de prévoir l adaptation du vignoble à de nouvelles contraintes, les administrateurs du Syndicat de Défense des Appellations d Origine Muscadet

Plus en détail

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement Station Régionale ITV Midi-Pyrénées Approche technicoéconomiques des pratiques respectueuses de l environnement 40 - Viticulture durable et environnement - Décembre 2007 Station Régionale ITV Midi-Pyrénées

Plus en détail

à Parcours des bacheliers professionnels

à Parcours des bacheliers professionnels #32 #21 observatoire régional Synthèse régionale février avril 2013 2012 à Parcours des bacheliers professionnels Néo-bacheliers professionnels aquitains 2006 entrés d l enseignement supérieur en 2006-2007

Plus en détail

VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES. A. Définitions

VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES. A. Définitions VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES Comme nous l avons vu précédemment, l étude des caractères quantitatifs est fondée sur l analyse statistique des performances mesurées des individus. Il en est de

Plus en détail

CODE DE BONNES PRATIQUES VITIVINICOLES EN VUE DE LIMITER AU MAXIMUM LA PRESENCE D OCHRATOXINE A DANS LES PRODUITS ISSUS DE LA VIGNE

CODE DE BONNES PRATIQUES VITIVINICOLES EN VUE DE LIMITER AU MAXIMUM LA PRESENCE D OCHRATOXINE A DANS LES PRODUITS ISSUS DE LA VIGNE CODE DE BONNES PRATIQUES VITIVINICOLES EN VUE DE LIMITER AU MAXIMUM LA PRESENCE D OCHRATOXINE A DANS LES PRODUITS ISSUS DE LA VIGNE Considérant la Résolution CST 1/2002 qui fixe la teneur maximale en ochratoxine

Plus en détail

EVALUATION DES ITINERAIRES TECHNIQUES EN VITICULTURE BIOLOGIQUE

EVALUATION DES ITINERAIRES TECHNIQUES EN VITICULTURE BIOLOGIQUE EVALUATION DES ITINERAIRES TECHNIQUES EN VITICULTURE BIOLOGIQUE CA du Vaucluse : Natacha Sautereau,Emmanuelle Filleron, Estelle Esbérard, Jean-Marc Long, Eric L'Helgoualch, CA du Var : Emmanuel Rouchaud,

Plus en détail

Application d herbicide. en bandes dans la pomme de terre

Application d herbicide. en bandes dans la pomme de terre Application d herbicide en bandes dans la pomme de terre Introduction Dans un contexte de lutte intégrée qui vise la rationalisation et la réduction de l utilisation des pesticides, l application d herbicide

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA2000 DANS LE CADRE DE LA DEMANDE DE DEROGAITON TEMPORAIRE POUR LES TRAITEMENTS AERIENS SUR VIGNE

EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA2000 DANS LE CADRE DE LA DEMANDE DE DEROGAITON TEMPORAIRE POUR LES TRAITEMENTS AERIENS SUR VIGNE EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA2000 DANS LE CADRE DE LA DEMANDE DE DEROGAITON TEMPORAIRE POUR LES TRAITEMENTS AERIENS SUR VIGNE DEPARTEMENTS DE LA LOIRE ET DU RHONE 2015 PORTEURS DE PROJET

Plus en détail

Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver

Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver Jérôme Pierreux (1), Pierre Delaplace (2), Christian Roisin (3) et Bernard Bodson (1) 1 : Unité de Phytotechnie

Plus en détail

Réseau de surveillance des principaux ravageurs du vignoble bergeracois en agriculture biologique

Réseau de surveillance des principaux ravageurs du vignoble bergeracois en agriculture biologique Réseau de surveillance des principaux ravageurs du vignoble bergeracois en agriculture biologique - Bilan de campagne 1 Sommaire Présentation du réseau... 1. Piégeage des adultes.... Comptages des stades

Plus en détail

Analyse des consommations énergétiques des établissements de santé franciliens. Rapport final

Analyse des consommations énergétiques des établissements de santé franciliens. Rapport final Analyse des consommations énergétiques des établissements de santé franciliens Rapport final Septembre 2008 Sommaire 1.! Synthèse...4! 2.! Trente établissements de santé ont été analysés...5! 3.! Analyse

Plus en détail

Salade Protection contre Nesidiocoris tenuis 2013

Salade Protection contre Nesidiocoris tenuis 2013 Salade Protection contre Nesidiocoris tenuis 2013 Anthony GINEZ, Céline SANLAVILLE, Claire GOILLON, APREL - Benjamin GARD, Ctifl-APREL - Isabelle HALLOUIN, Chambre d Agriculture des Bouches-du-Rhône (13)

Plus en détail

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture?

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture? Martin Bortzmeyer est chef de bureau au Commissariat Général au développement durable. Le Commissariat est membre de droit du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD). Comment répondre aux

Plus en détail

Dosage des résidus de pesticides dans les vins

Dosage des résidus de pesticides dans les vins Dosage des résidus de pesticides dans les vins Molécules dosées, teneurs retrouvées. S. LA GUERCHE Responsable Développement Laboratoire SARCO L activité SARCO Analyses œnologiques Microbiologie Contaminants

Plus en détail

Rapport de l ANFR sur les expérimentations concernant la compatibilité TNT/LTE autour de 790 MHz

Rapport de l ANFR sur les expérimentations concernant la compatibilité TNT/LTE autour de 790 MHz Rapport de l ANFR sur les expérimentations concernant la compatibilité TNT/LTE autour de 790 MHz 1. Introduction Afin de compléter les études de compatibilité entre la bande numérique télévisuelle et la

Plus en détail

Réduire les intrants : que peut-on attendre des panneaux récupérateurs?

Réduire les intrants : que peut-on attendre des panneaux récupérateurs? Réduire les intrants : que peut-on attendre des panneaux récupérateurs? Une réduction significative des intrants phytosanitaires, entres autres souhaitée dans le cadre du plan Ecophyto, ne peut espérer

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

relatives aux mesures de réduction des risques lors de l application de produits phytosanitaires

relatives aux mesures de réduction des risques lors de l application de produits phytosanitaires Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Office fédéral de l'agriculture OFAG Secteur Produits phytosanitaires Berne, le 19 avril 2016 Instructions relatives aux mesures

Plus en détail

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Les Chambres d agriculture de l Allier et du Puy-de-Dôme organisent des formations collectives d analyse des résultats économiques afin

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Essai colza en système de cultures innovant

Essai colza en système de cultures innovant Essai colza en système de cultures innovant Compte-rendu d essais Année 2010-2011 COURTOIS Nicolas Avec la collaboration de M. BOSSON Christophe, exploitant à Aire-la-Ville Sommaire 1. Présentation...

Plus en détail

Rapport d expertise des mesures effectuées sur la distribution électrique de, par la société EduWatt

Rapport d expertise des mesures effectuées sur la distribution électrique de, par la société EduWatt Rapport d expertise des mesures effectuées sur la distribution électrique de, par la société EduWatt 1 Instrumentation mise en œuvre Caméra thermographique : Fluke Ti20 2 Objet de l étude Les TGBT 1 et

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL SYNTHESE DES DIAGNOSTICS Juillet 2013 La Communauté d Agglomération du Grand Rodez, regroupant 55 932 habitants, est soumise à l obligation nationale (Grenelle 1 et 2) de

Plus en détail

PRÉFET DE LA RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR

PRÉFET DE LA RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR PRÉFET DE LA RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR DIRECTION RÉGIONALE DE L'ALIMENTATION DE L AGRICULTURE ET DE LA FORÊT DE PROVENCE- ALPES - CÔTE D AZUR SERVICE RÉGIONAL DE L ALIMENTATION Marseille, le 20

Plus en détail

Projet Viti-Photovoltaïque au Domaine de Nidolères (Roussillon) Le Domaine de Nidolères

Projet Viti-Photovoltaïque au Domaine de Nidolères (Roussillon) Le Domaine de Nidolères Projet Viti-Photovoltaïque au Domaine de Nidolères (Roussillon) Le Domaine de Nidolères Le domaine de Nidolères : est un domaine familial, de 60 ha d un seul tenant, cultivé en vignes depuis 8 générations,

Plus en détail

Projet transdisciplinaire

Projet transdisciplinaire Projet transdisciplinaire L opérateur d un drone doit-il être un pilote? BOISSIERE, CALEDEC, VITASSE Groupe 5 Tuteur : C. Jauze Ecole Nationale Supérieure de Cognitique Table des matières Introduction...

Plus en détail

Résultats. Observatoire des exploitations viticoles

Résultats. Observatoire des exploitations viticoles Résultats 2006 Observatoire des exploitations viticoles Réalisation de l étude Cette étude est réalisée par le Conseil national des centres d économie rurale (CNCER) pour le compte de Viniflhor. L observatoire

Plus en détail

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE VITICULTURE 212 V 12 / PACA 2 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse 1- Identification de l action a. Responsables techniques et partenaires :

Plus en détail

Utilisation de l acide acétique (vinaigre)

Utilisation de l acide acétique (vinaigre) Journées Substances Naturelles en Protection des Cultures Réglementation, expérimentation, usages 9 & 10 avril 2013 Utilisation de l acide acétique (vinaigre) dans la lutte contre la carie du blé (Tilletia

Plus en détail

relatives aux mesures de réduction des risques lors de l'application de produits phytosanitaires

relatives aux mesures de réduction des risques lors de l'application de produits phytosanitaires Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Office fédéral de l'agriculture OFAG Secteur Produits phytosanitaires Berne, le 22 novembre 2013 Instructions relatives aux mesures

Plus en détail

ÉVALUATION DE L'UTILISATION DE CAPTEURS DE SPORES COMME OUTIL DE SUIVI DE L'ALTERNARIA DANS LES CRUCIFÈRES PHYD-1-12-1598 RAPPORT FINAL

ÉVALUATION DE L'UTILISATION DE CAPTEURS DE SPORES COMME OUTIL DE SUIVI DE L'ALTERNARIA DANS LES CRUCIFÈRES PHYD-1-12-1598 RAPPORT FINAL ÉVALUATION DE L'UTILISATION DE CAPTEURS DE SPORES COMME OUTIL DE SUIVI DE L'ALTERNARIA DANS LES CRUCIFÈRES PHYD-1-12-1598 Durée : 4/13 3/15 RAPPORT FINAL Réalisé par : Hervé Van Der Heyden, M.Sc Anne-Marie

Plus en détail

E T U D E Octobre 2008 Étude portant sur la mutualisation de la partie terminale des réseaux en fibre optique

E T U D E Octobre 2008 Étude portant sur la mutualisation de la partie terminale des réseaux en fibre optique E T U D E Octobre 2008 Étude portant sur la mutualisation de la partie terminale des réseaux en fibre optique Synthèse Qu@trec/PMP Sommaire I. Introduction... 3 II. Objectifs et méthodologie... 3 A. principes

Plus en détail

PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées

PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementaux et climatiques Version du 3 février 2015 1. Description du

Plus en détail

7 mois, 4 villes et 1 000 coachs électroniques pour changer les comportements en santé

7 mois, 4 villes et 1 000 coachs électroniques pour changer les comportements en santé 7 mois, 4 villes et 1 000 coachs électroniques pour changer les comportements en santé My Santé Mobile : près de 2 000 pas de plus par jour pour les utilisateurs réguliers d un coach électronique et 4

Plus en détail

Recommandations relatives à la qualité acoustique des écrans

Recommandations relatives à la qualité acoustique des écrans Recommandations relatives à la qualité acoustique des écrans Recommandations ayant trait à la qualité acoustique des produits de construction utilisés dans les écrans Les recommandations relatives à la

Plus en détail

5ème rencontre internationale de l AFCAS

5ème rencontre internationale de l AFCAS 5ème rencontre internationale de l AFCAS Ile de Réunion du 09 au 15 septembre 2012 B. Meka 16/05/12 www.cs12.re 1 16/05/12 www.cs12.re 2 Versants plus ou moins réguliers 22 000 ha cultivés Forme en croupe

Plus en détail

Notice Talius. DuP ont. Talius. Une application. Jusqu à 8 semaines de protection. Talius LE NOUVEAU STANDARD ANTI-OÏDIUM À BASE DE PROQUINAZID

Notice Talius. DuP ont. Talius. Une application. Jusqu à 8 semaines de protection. Talius LE NOUVEAU STANDARD ANTI-OÏDIUM À BASE DE PROQUINAZID Notice Talius DuP ont Talius Une application. Jusqu à 8 semaines de protection. Talius LE NOUVEAU STANDARD ANTI-OÏDIUM À BASE DE PROQUINAZID Maîtriser l oïdium des céréales, une nécessité L'oïdium des

Plus en détail

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel SPP Politique Scientifique Journée d étude 30 octobre 2003 ITUH - Bruxelles Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel Tests cytogénétiques : utilité en médecine du travail Difficulté

Plus en détail

Outils et stratégies permettant d augmenter le taux de fécondité et la qualité du lait des troupeaux laitiers biologiques.

Outils et stratégies permettant d augmenter le taux de fécondité et la qualité du lait des troupeaux laitiers biologiques. Outils et stratégies permettant d augmenter le taux de fécondité et la qualité du lait des troupeaux laitiers biologiques projet 07 BIO 03 Organisme requérant :Valacta Organisme responsable du projet :

Plus en détail

Lettre d informations 1 27 avril 2015

Lettre d informations 1 27 avril 2015 Lettre d informations 1 27 avril 2015 Au programme de cette lettre d informations : Point Agrométéo La gelée blanche de début avril Démarrage de la végétation point nutrition Point phytosanitaire Point

Plus en détail

Vin et environnement : Comment réduire les quantités de pesticides utilisés en viticulture?

Vin et environnement : Comment réduire les quantités de pesticides utilisés en viticulture? Proposition de communication - Colloque SFER Pesticides agricoles «La réduction des pesticides agricoles, enjeux, modalités et conséquences» Février 2010, Lyon, France Vin et environnement : Comment réduire

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Colloque Ile-de-France Libérer du foncier : un geste solidaire en faveur du logement au Conseil Régional d Ile-de-France

Plus en détail

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 18 mars 2009 RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création 2010 : mise en marché d activités

Plus en détail

EQUIPEMENTS VITIVINICOLES : DES ESSAIS POUR UNE AIDE AU CHOIX DES MATERIELS ET DES TECHNIQUES

EQUIPEMENTS VITIVINICOLES : DES ESSAIS POUR UNE AIDE AU CHOIX DES MATERIELS ET DES TECHNIQUES EQUIPEMENTS VITIVINICOLES : DES ESSAIS POUR UNE AIDE AU CHOIX DES MATERIELS ET DES TECHNIQUES E. VINSONNEAU M. VERGNES M. RAYNAL C.LIADOUZE M.ANNERAUD ITV BORDEAUX-BLANQUEFORT J.M. MARON F. PRIOU Chambre

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

PRESCRIPTIONS DE RACCORDEMENT POUR LA PRODUCTION DECENTRALISEE : EVOLUTIONS DES CONDITIONS EXISTANTES ET NECESSITE D UNE NORMALISATION COMPLEMENTAIRE

PRESCRIPTIONS DE RACCORDEMENT POUR LA PRODUCTION DECENTRALISEE : EVOLUTIONS DES CONDITIONS EXISTANTES ET NECESSITE D UNE NORMALISATION COMPLEMENTAIRE PRESCRIPTIONS DE RACCORDEMENT POUR LA PRODUCTION DECENTRALISEE : EVOLUTIONS DES CONDITIONS EXISTANTES ET NECESSITE D UNE NORMALISATION COMPLEMENTAIRE Michel Dussart Piet Lauwers Serge Magnus Yves Laperches

Plus en détail

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Etude d un cas type ROSACE 1 Travail réalisé par Richard d Humières, élève AgroParisTech, stagiaire au Pôle économie et

Plus en détail

Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion. Synthèse

Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion. Synthèse Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion Synthèse Décembre 2015 Johannes Fark Beatrice Meyer Daniel Zöbeli Résumé des résultats de l étude, synthèse Contexte et démarche

Plus en détail

Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante.

Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante. Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante. Essai de détermination du nombre de prélèvements à effectuer lors d un diagnostic amiante afin d assurer une représentativité

Plus en détail

Guide de lecture du référentiel de certification pour l activité de «conseil indépendant de toute activité de vente ou d application»

Guide de lecture du référentiel de certification pour l activité de «conseil indépendant de toute activité de vente ou d application» Guide de lecture du référentiel de certification pour l activité de «conseil indépendant de toute activité de vente ou d application» mentionné à l article 7 de l arrêté du 25 novembre 2011 fixant les

Plus en détail

BANC D ESSAI COMPARATIF DE DIFFERENTS PULVERISATEURS DANS LE VIGNOBLE CHARENTAIS JUILLET 2011

BANC D ESSAI COMPARATIF DE DIFFERENTS PULVERISATEURS DANS LE VIGNOBLE CHARENTAIS JUILLET 2011 BANC D ESSAI COMPARATIF DE DIFFERENTS PULVERISATEURS DANS LE VIGNOBLE CHARENTAIS JUILLET 2011 A. Davy : IFV Pôle de Bordeaux Blanquefort - Tél : 05 56 35 58 80 alexandre.davy@vignevin.com L. Duquesne :

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

Introduction Accompagner une viticulture compétitive et responsable. Remercier ET rebondir sur l idée développée par JAMES DE ROANY

Introduction Accompagner une viticulture compétitive et responsable. Remercier ET rebondir sur l idée développée par JAMES DE ROANY Introduction Accompagner une viticulture compétitive et responsable Remercier ET rebondir sur l idée développée par JAMES DE ROANY La Qualité d'un service ou d'un produit n'est pas ce que vous y mettez.

Plus en détail

Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques

Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques Appel à projets «filières industrielles» - Notice simplifiée

Plus en détail

STOCKAGE ET ELEVAGE DES VINS LA CLIMATISATION : SES ATOUTS ET SES LIMITES

STOCKAGE ET ELEVAGE DES VINS LA CLIMATISATION : SES ATOUTS ET SES LIMITES STOCKAGE ET ELEVAGE DES VINS LA CLIMATISATION : SES ATOUTS ET SES LIMITES Jean-Michel MARON Chambre d Agriculture de la Gironde Service vin ARTICLE AVENIR AGRICOLE AQUITAIN 09 mai 2003 Ce printemps très

Plus en détail

L irrigation de la betterave à sucre au Maroc : comparaison des systèmes à économies d eau. Mme Naima BOUCH, COSUMAR

L irrigation de la betterave à sucre au Maroc : comparaison des systèmes à économies d eau. Mme Naima BOUCH, COSUMAR L irrigation de la betterave à sucre au Maroc : comparaison des systèmes à économies d eau Mme Naima BOUCH, COSUMAR 05 Juin 2013 Plan 1. Problématique des ressources en eau au Maroc 2. Programme National

Plus en détail

AVIS PRESENTATION DE LA DEMANDE. Anses - Dossier n 2013-1678 - STOCKOSORB 660

AVIS PRESENTATION DE LA DEMANDE. Anses - Dossier n 2013-1678 - STOCKOSORB 660 Maisons-Alfort, le 23 janvier 2015 LE DIRECTEUR GENERAL AVIS de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la demande d extension d usage de

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

Introduction. Matériel et méthodes

Introduction. Matériel et méthodes Maîtrise des fermentations malolactiques des vins rouges vinifiés en macération traditionnelle : Etude expérimentale de facteurs technologiques jouant un rôle sur la fermentescibilité des vins Lucile BLATEYRON,

Plus en détail

4 février 2014 Montpellier

4 février 2014 Montpellier Evaluation de systèmes viticoles par l expérimentation : bilan sur la méthode et son efficacité Laurent Delière, Morgane Petitgenet INRA Bordeaux, ISVV, UMR Santé et Agroécologie du Vignoble Culture pérenne

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

Court Noué résumé d'intervention Sandrine Rousseaux AG du GEST 3/02/09

Court Noué résumé d'intervention Sandrine Rousseaux AG du GEST 3/02/09 Court Noué résumé d'intervention Sandrine Rousseaux AG du GEST 3/02/09 Les illustrations, tableaux et graphiques ont été repris de la présentation de Sandrine Rousseaux. A- Rappels sur la maladie du Court

Plus en détail

Analyse longitudinale des stagiaires STE

Analyse longitudinale des stagiaires STE Analyse longitudinale des stagiaires STE Note d analyse de l Observatoire bruxellois de l Emploi Février 2015 1 Introduction Indépendamment des données portant sur le profil des stagiaires et des caractéristiques

Plus en détail

Phase avant-projet : Sélection de la stratégie d'ingénierie incendie appropriée pour les bâtiments à un seul niveau

Phase avant-projet : Sélection de la stratégie d'ingénierie incendie appropriée pour les bâtiments à un seul niveau Phase avant-projet : Sélection de la stratégie d'ingénierie incendie appropriée pour les Les présentes informations traitent des approches d'ingénierie incendie les plus appropriées dans des cas spécifiques

Plus en détail

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2012 à 14 h 30 «I - Avis technique sur la durée d assurance de la génération 1956 II - Réflexions sur les règles d acquisition des droits

Plus en détail

FRANCE, DANEMARK, ALLEMAGNE ET ITALIE

FRANCE, DANEMARK, ALLEMAGNE ET ITALIE ANALYSE DU COUT DES MATERIAUX ET EQUIPEMENTS DE CONSTRUCTION EN FRANCE, DANEMARK, ALLEMAGNE ET ITALIE SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS Juillet 2011 57 bd de Montmorency - 75016 Paris - France - Tel : + 33 (0)1

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

La qualité des blés panifiables en agriculture biologique

La qualité des blés panifiables en agriculture biologique Qualité La qualité des blés panifiables en agriculture biologique Par Bruno Taupier-Létage (ITAB) Maîtrise de la production de blé en agriculture biologique et des procédés de mouture adaptés à la fabrication

Plus en détail

Impact de la circulation automobile de la rue Vieljeux et du Boulevard Joffre sur la qualité de l'air La Rochelle, Charente Maritime (17) 2014

Impact de la circulation automobile de la rue Vieljeux et du Boulevard Joffre sur la qualité de l'air La Rochelle, Charente Maritime (17) 2014 Impact de la circulation automobile de la rue Vieljeux et du Boulevard Joffre sur la qualité de l'air La Rochelle, Charente Maritime (17) 2014 Référence : Version : 29/01/2015 Auteur : Fabrice Caïni 2

Plus en détail

des risques de mildiou laitue au Ctifl

des risques de mildiou laitue au Ctifl Modèles de prévision des risques de mildiou laitue au Ctifl Simon CLARA - Ctifl Plan Contexte Objectifs de la modélisation Processus de modélisation Étude des modèles Conclusions des essais 2007 Conclusion

Plus en détail

PROPOSITIONS DE MESURE DE GESTION : SOLE DU GOLFE DE GASCOGNE (CIEM VIIIab)

PROPOSITIONS DE MESURE DE GESTION : SOLE DU GOLFE DE GASCOGNE (CIEM VIIIab) PROPOSITIONS DE MESURE DE GESTION : SOLE DU GOLFE DE GASCOGNE (CIEM VIIIab) Contexte : - L avis scientifique du CIEM de 2015 pour la sole en zone CIEM VIIIab préconise une atteinte du RMD dès 2016 conduisant

Plus en détail

Directive pour l'évaluation biologique des produits phytosanitaires CONDUITE DES ESSAIS D'EVALUATION BIOLOGIQUE ET PRESENTATION DES RAPPORTS

Directive pour l'évaluation biologique des produits phytosanitaires CONDUITE DES ESSAIS D'EVALUATION BIOLOGIQUE ET PRESENTATION DES RAPPORTS EUROPEAN AND MEDITERRANEAN PLANT PROTECTION ORGANIZATION ORGANISATION EUROPEENNE ET MEDITERRANEENNE POUR LA PROTECTION DES PLANTES PP 1/181(2) Français Directive pour l'évaluation biologique des produits

Plus en détail

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Relation portance - succion Jacques PARAIRE Géologue Groupe des techniques routières Laboratoire régional de Saint-Brieuc INTRODUCTION RÉSUMÉ Cet article

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

Conception et suivi d un réseau d'expérimentations système : le cas de GEDUBAT(Gestion durable des bio-agresseurs telluriques) 2012-17

Conception et suivi d un réseau d'expérimentations système : le cas de GEDUBAT(Gestion durable des bio-agresseurs telluriques) 2012-17 Conception et suivi d un réseau d'expérimentations système : le cas de GEDUBAT(Gestion durable des bio-agresseurs telluriques) 2012-17 Céline Ade, Ctifl Journée thématique du GIS PIClég, 17 juin 2014 à

Plus en détail

Itinéraires d élaboration des vins : les évaluer pour les faire évoluer

Itinéraires d élaboration des vins : les évaluer pour les faire évoluer Page : 1 / 7 Contexte et objectifs Les secteurs vitivinicoles français mais également international sont actuellement en pleine mutation. De la production à la mise en marché des vins, les enjeux sont

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau

Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau Préambule : L innovation vise l appropriation d une invention technique par un milieu particulier (nouvelles pratiques des acteurs,

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL Dans le cadre du projet d aménagement de la liaison routière RN126 Castres-Soual, la Direction Départementale de l Equipement

Plus en détail

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires PRESENTATION DU PROJET Coup de Pousse est une agence de Conseil orientée vers les petites et moyennes organisations agissant dans le secteur

Plus en détail

Elevage et conservation des vins Comment optimiser les conditions?

Elevage et conservation des vins Comment optimiser les conditions? Elevage et conservation des vins Comment optimiser les conditions? Jean-Michel MARON - Chambre d Agriculture de la Gironde Service Vigne & Vin - Tél. : 05 56 35 58 70 Jean-Christophe CRACHEREAU - Chambre

Plus en détail

Directive concernant les plantations compensatoires

Directive concernant les plantations compensatoires concernant les Table des matières 1. But et champ d'application 2 2. Principes de la compensation de l'abattage 2 2.1 Remplacement compensatoire en cas de construction 2 2.2 Remplacement pour les autres

Plus en détail

Manuel d installation

Manuel d installation SS Systèmes de bio-épuration sur l exploitation : Elimination, par biodégradation, des pesticides contenus dans les eaux de rinçage du pulvérisateur Manuel d installation (Version n 4 2015) +32 (0) 81627172

Plus en détail

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION QU EST-CE QU UNE PLANTE COMPAGNE? C est un couvert végétal semé en association avec une culture principale afin d améliorer son comportement agronomique et sa rentabilité. Initialement travaillés sur la

Plus en détail

STADES PHÉNOLOGIQUES ET ÉTAT DES CULTURES

STADES PHÉNOLOGIQUES ET ÉTAT DES CULTURES Carotte, céleri, laitue, oignon, poireau, ail Avertissement No 03 23 mai 2014 Situation générale : vents forts causant quelques dommages dans les laitues. Stades phénologiques et état des cultures. Carotte

Plus en détail

Michel Duval, conférencier professionnel

Michel Duval, conférencier professionnel Michel Duval, conférencier professionnel Michel Duval est conférencier, motivateur, passionné par le développement du potentiel humain. Il présente des conférences et des ateliers qui stimulent les gens

Plus en détail

Observations P as d évolution observée pour le moment.

Observations P as d évolution observée pour le moment. FREDON PDL FREDON PDL rédigé par Stéphane LAMARCHE - FREDON Pays de la Loire A C T U A L I T E S Tavelure Risque de contaminations secondaires. Ce bulletin est rédigé sur la base d observations provenant

Plus en détail

LA PROBLÉMATIQUE DU TRANSFERT DU LABO AU TERRAIN EXEMPLE DES RHAMNOLIPIDES

LA PROBLÉMATIQUE DU TRANSFERT DU LABO AU TERRAIN EXEMPLE DES RHAMNOLIPIDES LA PROBLÉMATIQUE DU TRANSFERT DU LABO AU TERRAIN EXEMPLE DES RHAMNOLIPIDES Fabienne Baillieul URCA-URVVC GÉNÉRALISATION EN VITICULTURE Nicolas Aveline IFV Colloque Elicitra Avignon 13 & 14 Juin 2013 Les

Plus en détail

Master Sciences d. nnement In. nts P. ngénierie des Hyd. Parcours IMACOF SA. Résumé. é née de Masterr. Seuil de la Sauvagerie.

Master Sciences d. nnement In. nts P. ngénierie des Hyd. Parcours IMACOF SA. Résumé. é née de Masterr. Seuil de la Sauvagerie. MasterSciencesd M delaterre,del'eaauetdel'environ nnement In ngénieriedeshyd drosystèmesetdesbassinsversan nts P ParcoursIMACOF ROBERTBenjjamin Juin Aoûtt2012 Maîtredestage:ETIENNEHélène SA AGEClain,ConseiilGénéraldelaVienne

Plus en détail

Document de synthèse. Optimisation des conditions d éclairage Les défis d un éclairage minimum

Document de synthèse. Optimisation des conditions d éclairage Les défis d un éclairage minimum Document de synthèse Optimisation des conditions d éclairage Les défis d un éclairage minimum Table des matières 1. Introduction 3 2. Sensibilité à la lumière : une mesure complexe 3 3. Ne vous faites

Plus en détail

Rapport annuel sur la Qualité de l Électricité

Rapport annuel sur la Qualité de l Électricité Rapport annuel sur la Qualité de l Électricité Résultats 2012 1. Préambule Ce rapport annuel fait partie des publications relatives à la concession du Réseau Public de Transport (RPT) 1. Qualité de l électricité

Plus en détail