Le problème se posait alors en des termes sains : comment épargner un maximum de vies pour un coût acceptable pour la collectivité?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le problème se posait alors en des termes sains : comment épargner un maximum de vies pour un coût acceptable pour la collectivité?"

Transcription

1 RAPPORT ANNUEL 2014

2 NOTRE COMBAT Depuis trois décennies, les gouvernements successifs ont fait de la sécurité routière une priorité. A raison, puisque la France détenait le triste record de mortalité sur les routes. Campagnes de sensibilisation, répression ciblée, lutte contre l'alcoolisme au volant, sécurité améliorée dans les véhicules, modernisation du réseau routier, ont permis, année après année, de réduire le nombre d'accidents et de faire passer le nombre de tués sur les routes de en 1973 à en Le problème se posait alors en des termes sains : comment épargner un maximum de vies pour un coût acceptable pour la collectivité? Ces valeurs se sont totalement inversées depuis quelques années On assiste maintenant à : - une répression systématique, de plus en plus brutale, sans commune mesure avec les résultats obtenus en matière de sécurité routière ; - une mise en accusation généralisée des automobilistes, tous mis dans le même sac et transformés en "délinquants routiers" responsables de "violence routière" ; - une recherche systématique de recettes fiscales, par la multiplication des radars et des amendes adressées par millions aux conducteurs. Isolément, chaque citoyen ne peut que subir ces dérives intolérables. La Ligue de Défense des Conducteurs a pour but de réunir le plus grand nombre de conducteurs raisonnables et de faire entendre leur voix pour en finir avec cette répression absurde et passer à une politique efficace de sécurité routière. La Ligue de Défense des Conducteurs agit : - En produisant et en décryptant de l information. L'information est de moins en moins transparente et se transforme inexorablement en opérations de communication à la gloire du ministère chargé de la sécurité routière. - En informant le plus grand nombre. Tant que les Français seront victimes de la désinformation sur les moyens et les résultats réels de la répression routière, il sera difficile de mettre un terme à ses excès. - En organisant des campagnes de mobilisation auprès des élus et du gouvernement pour faire évoluer les politiques et les moyens mis en œuvre pour garantir notre sécurité sur les routes. 2

3 LA LUTTE CONTRE LA REPRESSION ROUTIERE ET CONTRE LES IDEES REÇUES SUR LA VITESSE AU CŒUR DE NOTRE COMBAT Tout au long de l année 2014, la Ligue de Défense des Conducteurs a multiplié les actions contre les attaques répétées à l encontre des automobilistes, et utilisé ses moyens humains et financiers pour lutter contre les baisses des limitations de vitesse et contre l'accroissement de la répression qui pèse sur les conducteurs. I. Un colloque au Sénat pour lutter contre les idées reçues sur la vitesse II. De grandes campagnes pour faire barrage aux baisses des limitations de vitesse Abaissement généralisé de la vitesse à 80 km/h : un combat sans relâche Riposte au 70 km/h sur le périphérique parisien et contre l abaissement injustifié des vitesses en ville III. Publications d études et d articles pour lutter contre la désinformation Répression routière : où va l argent des conducteurs? Rues dégagées : moins de signalisation pour plus de sécurité en ville Conseil national de sécurité routière : entre partialité et choix biaisés Un bon radar est-il un radar piège? De nombreux articles contre la désinformation Livre «Je veux conserver mon permis de conduire» préfacé par la Ligue de Défense des Conducteurs IV. Une opposition farouche aux mesures répressives signatures pour dire «non» aux nouvelles mesures répressives Information des conducteurs : notre association fait reculer le Sénat V. Une mobilisation sans relâche auprès des parlementaires VI. VII. Nos moyens d actions Une présence renforcée sur Internet, les réseaux sociaux et dans les médias 3

4 UN COLLOQUE AU SENAT POUR LUTTER CONTRE LES IDEES REÇUES SUR LA VITESSE Devant la multiplication de mesures répressives à l encontre des conducteurs et la menace d une baisse des limitations de vitesse, la Ligue de Défense des Conducteurs a décidé de contre-attaquer sur le terrain des idées. C est au plus près des acteurs politiques qu elle a entrepris de porter la voix des conducteurs et de poser les jalons d une nouvelle politique de sécurité routière, axée sur la prévention plutôt que sur la répression. Pour la première fois depuis sa création, l association a décidé d organiser un colloque pour combattre les idées reçues sur la vitesse. C est au Sénat, le 22 avril 2014, qu elle a donné rendez-vous à un collège d experts de la route pour contrer les analyses de soi-disant «experts» de la Sécurité routière. Sur la thématique «Vitesse : stop aux idées reçues» spécialiste des infrastructures, pilote, commissaire de police, spécialiste des essais automobiles, avocat, économiste, mathématicien et médecin pour le permis de conduire se sont relayés pour démolir les arguments du lobby anti-vitesse. Parrainé par Gérard Longuet, Sénateur de la Meuse, et Franck Marlin, député de l Essonne, cet événement a reçu un vif succès tant auprès du public que des intervenants. La présence de l AFP a permis d informer de très nombreux médias. Deux chaines d information continue (i-télé et bfmtv) sont venues pour interviewer en duplex les intervenants. «L usage de la route et la détention d un permis de conduire est une condition absolue d existence sociale [ ] A un moment ou à un autre il faut faire confiance au conducteur et je considère que ce moment est venu.» Gérard Longuet, Sénateur de la Meuse. «Mieux vaut malheureusement vendre de la drogue au sortir d un lycée que de conduire sa voiture! Parce que vous êtes un criminel en puissance quand vous avez les clefs de votre véhicule. Et cela c est dramatique pour la démocratie, et dramatique parce que c est inacceptable.» Franck Marlin, Député de l Essonne et Maire d Etampes. 4

5 Le public, composé de fidèles membres de la Ligue de Défense des Conducteurs, de journalistes et d'élus, a suivi avec beaucoup d attention les différentes interventions et a particulièrement apprécié de pouvoir poser de nombreuses questions. «Aujourd hui, même la plus petite voiture du marché que vous achetez neuve a une cellule de survie qui est capable de résister à un impact de 30 tonnes à 50km/h. C est quelque chose d exceptionnel, et c est effectivement un élément incontestable du progrès de la sécurité routière : vous sortez indemne d accidents majeurs dont personne ne serait sorti il y a même dix ans, pour des accidents de moindre importance et de moindre force.» Stéphane Meunier, rédacteur en chef de l Automobile Magazine. «En d autres termes, cette mesure (baisse des limitations de vitesse, ndlr) ne passe pas le test d une analyse coûts-bénéfices et les données sont telles que même si quelqu un d autre refait les calculs avec des hypothèses légèrement différentes sur les accidents ou sur la valeur CO2, les résultats ne seront pas changés.» Rémy Prud homme, économiste, professeur émérite à l Institut d Urbanisme de Paris. «Parlons aussi des infrastructures routières. Elles représentent un facteur de risque très important, particulièrement pour les deux-roues motorisés, à la fois sur la survenance de l accident mais aussi sur ses conséquences, puisqu à deux roues motorisé on est vulnérable, et donc une chute qui entraîne une glissade fait que l on peut se retrouver en collision avec un obstacle latéral.» Eric Thiollier, Délégué général de la Fédération Française des Motards en Colère. «Et quand on dit aussi que la vitesse est une grande cause d accidentologie, on mesure la vitesse dans un accident avec la distance de freinage. Mais quand vous avez un revêtement qui fait que vous freinez deux fois plus longtemps pour vous arrêter qu un autre revêtement qui devrait être mis en place, on considère que vous avez roulez deux fois plus vite, mais ça n est pas vrai.» Pierre Calvin, président de l Association technique de la route. «Vous êtes en présence de gens qui sont doctrinaires et qui ont décidé que l automobile était un danger pour la civilisation. Alors, les morts sur la route, c est un argument qui est pris, les consommations de pétrole, c est un argument qui est pris, mais de toute façon il n y a pas besoin d argument. C est devenu une doctrine.» Bernard Beauzamy, PDG de la Société de Calcul Mathématique. 5

6 Le citoyen respectueux du règlement, il respecte le règlement. Il peut sortir un tout petit peu des clous et les automobilistes, je tiens à le préciser, sont des gens raisonnables et responsables. Et puis vous avez celui qui se fout éperdument de toutes les lois sociales. Lui, mettez-lui toutes les législations, limitations, il s en fout.» Philippe Vénère, ancien commissaire divisionnaire de police. «Le profil des usagers que nous voyons en visite médicale, ce sont pour la plupart des personnes qui sont des gens qui passent beaucoup de temps sur la route qui font km par an. [ ] Les conséquences de cette perte du permis de conduire, bien souvent, c est la perte d emploi. Si la personne est salariée, l employeur la licencie puisqu elle ne peut plus remplir son contrat de travail.» Marie-Thérèse Giorgio, médecin-agréé pour les permis de conduire. «Dans les premières années de conduite, l expérience est très importante parce qu elle nous assagit et nous donne beaucoup de compréhension des problèmes et elle nous apprend à déjouer automatiquement sur la route les indices de danger, à voir ce qui pourrait se passer et surtout à être très tolérant par rapport aux fautes des autres.» Jean-Pierre Beltoise, ancien pilote de Formule 1, fondateur de l école de conduite Conduire juste. «Les droits de la défense, les libertés publiques, les droits de l Homme, on le voit, sont de plus en plus mis au pilon et c est absolument insupportable.» Matthieu Lesage, Vice-président de l Automobile Club des Avocats. En portant le débat au cœur des institutions, ce colloque a permis de donner à voir la politique de sécurité routière sous un prisme nouveau, bien loin du tout-répressif prôné par les pouvoirs publics. Cet événement a permis de mettre en lumière des idées nouvelles pour faire évoluer les discours et les mentalités sur la sécurité routière, et, d apporter, non seulement aux parlementaires et au public présent, mais aussi à plus de 20 millions de Français, grâce à la publication des Actes du colloque, la mise en ligne des vidéos des interventions sur YouTube, et grâce de très nombreux retours médiatiques plus d une cinquantaine de médias ont repris les arguments développés par nos experts une contre-information de qualité sur la vitesse et les mesures répressives du gouvernement. 6

7 DE GRANDES CAMPAGNES POUR FAIRE BARRAGE AUX BAISSES DES LIMITATIONS DE VITESSE La lutte contre la baisse des limitations de vitesse abusives reste l un des combats majeurs pour les membres et les sympathisants de notre association. ABAISSEMENT GENERALISE DE LA VITESSE A 80 KM/H : UN COMBAT SANS RELACHE MESSAGE D ALERTE AUX DEPUTES : votre association a contacté l ensemble des parlementaires le 4 février 2014 afin de les alerter sur le ridicule projet gouvernemental d abaissement généralisé de la vitesse à 80 km/h : coût économique, pollution, inefficacité sur la mortalité routière Et de leur demander un véritable débat démocratique sur la baisse des limitations de vitesse. Ils ont été nombreux à se montrer sensibles aux arguments portés par notre association contre cette mesure stupide et injuste. 1,5 MILLION DE SIGNATURES CONTRE LA BAISSE DES LIMITATIONS DE VITESSE : le 26 février 2014, le cap historique d 1,5 million de signatures a été atteint pour notre pétition «Non à la baisse des limitations de vitesse». Une mobilisation sans précédent contre cette mesure inutile, injuste et stupide! MANIFESTATION CONTRE LE 80 KM/H SUR ROUTE : la Ligue de Défense des Conducteurs a participé à un grand rassemblement, le 12 avril 2014, aux côtés de la Fédération française des motards en colère afin de dénoncer la surenchère des mesures répressives à l encontre des conducteurs. RENDEZ-VOUS AVEC LE DELEGUE INTERMINISTERIEL : la LDC est la seule association de défense des conducteurs à avoir rassemblé plus d 1,5 million de signatures grâce à la pétition «Non à la baisse des limitations de vitesse». Fruit d une mobilisation historique, ce résultat nous a permis d être reçus à plusieurs reprises à la Délégation interministérielle à la Sécurité routière, une première fois en janvier, puis par Monsieur Jean-Robert Lopez, Délégué interministériel à la sécurité routière. Ces rendez-vous ont été l occasion de faire entendre la voix des conducteurs et de porter leurs revendications pour une politique de sécurité routière plus juste et plus efficace. 7

8 CONTRE-INFORMATION SUR LE 80 KM/H : pour contrer l idéologie anti-vitesse du gouvernement, la Ligue de Défense des Conducteurs a créé une page Internet regroupant nos principaux arguments contre le passage au 80 km/h, ainsi que des tracts que l association a fait imprimer et fait distribuer dans différentes villes de France comme par exemple Lille, Melun ou encore Pontoise et Etampes, mais aussi au Mondial de l Automobile de Paris, le 11 octobre Cette opération visant à contrer la propagande du gouvernement a permis d informer plus de personnes. LE MINISTRE RECULE : en juin 2014, Bernard Cazeneuve, ministre de l Intérieur, annonce le report de la diminution des limitations de vitesse. C est une première victoire pour la Ligue de Défense des Conducteurs. Votre association ne se démobilise pas et réclame l abandon total de ce projet. Le 5 décembre 2014, Bernard Cazeneuve cède de nouveau aux lobbys anti-vitesse et annonce sa volonté de mettre en place l expérimentation. La Ligue de Défense des Conducteurs, dès les premiers instants, n a jamais cessé sa mobilisation sur ce sujet et continue le combat en RIPOSTE AU 70 KM/H SUR LE PERIPHERIQUE PARISIEN ET CONTRE L ABAISSEMENT INJUSTIFIE DES VITESSES EN VILLE Réclamée par la Mairie de Paris, la baisse des vitesses sur le périphérique parisien à 70 km/h a été approuvée et appliquée sans délai par le gouvernement sous prétexte de lutte contre la pollution et le bruit ou de sécurité routière en janvier La Ligue de Défense des Conducteurs et l'automobile Club des Avocats se sont immédiatement associés afin de déposer un recours devant le Conseil d Etat contre ce décret jugé illégal par les deux associations, en raison d'une erreur manifeste d'appréciation. En effet, la décision de limiter la vitesse se fonde sur le fait que cela va réduire la pollution, le bruit et le niveau sonore. Aucune étude ne démontre clairement de lien entre la réduction de la vitesse et les objectifs annoncés. La Ligue de Défense des Conducteurs a dénoncé cette réduction de vitesse comme une nouvelle entrave à la circulation, qui n a pour seul efficacité que l augmentation du nombre de flashs (+20% depuis la mise en place de la mesure). Plus globalement, notre association, fermement opposée à l abaissement injustifié des vitesses en ville, a combattu tout au long de cette année 2014 ce type de mesures répressives, comme par exemple, la généralisation du 30 km/h dans Paris. Les conducteurs responsables comprennent parfaitement la nécessité de ralentir près d une école mais pourquoi la limiter sur de grands axes à quatre voies? 8

9 PUBLICATION D ETUDES ET D ARTICLES POUR LUTTER CONTRE LA DESINFORMATION REPRESSION ROUTIERE : OU VA L ARGENT DES CONDUCTEURS? En 2013, la répression routière a rapporté 1,73 milliard d euros. Cette étude retrace et analyse le cheminement de cette manne financière. Lorsqu il s agit de justifier le manque d entretien des routes, les pouvoirs publics pointent du doigt le manque de moyens. Que deviennent les 1,73 milliards d euros de la répression routière? La Ligue de Défense des Conducteurs a mené l enquête et a publié une étude afin d alerter les conducteurs sur ce sujet. Le résultat est sans appel, l argent de la répression routière est alloué à de nombreuses causes, mais pas à celle des conducteurs. RUES DEGAGEES : MOINS DE SIGNALISATION EN VILLE POUR PLUS DE SECURITE La Ligue de Défense des Conducteurs a publié une large enquête sur l augmentation disproportionnée des entraves à la circulation (ralentisseurs, chicanes, dos d âne ). Alors que ces équipements parfaitement inutiles pour la majorité d entre eux - rendent la conduite pénible pour tous, notamment pour le transport des malades et pour les personnes handicapées, ils sont même parfois dangereux. Ils détournent l attention du conducteur de la route, abîment les véhicules et provoquent même des accidents, parfois mortels. Cette enquête met également en lumière un véritable business autour de la vente de ces aménagements grâce à des pratiques commerciales douteuses. Face à ces dérives, la Ligue de Défense des Conducteurs a mis en avant un nouveau concept intitulé «rues dégagées». Déjà mis en place avec succès chez certains de nos voisins européens, 9

10 il consiste à réduire au maximum la signalisation routière et les entraves à la circulation, en misant sur le bon sens et la responsabilisation des conducteurs. Afin de promouvoir ce concept, votre association s est notamment rendue au Congrès des Maires afin de rencontrer les élus locaux. CONSEIL NATIONAL DE LA SECURITE ROUTIERE, ENTRE PARTIALITE ET CHOIX BIAISES Le 16 juin 2014, le Conseil National de la Sécurité Routière (CNSR) s est réuni afin de proposer au gouvernement de nouvelles mesures en faveur de la sécurité routière. Parmi celles-ci figuraient notamment la très médiatique diminution des limitations de vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire ainsi que le redéploiement et une intensification des contrôles de vitesse. Mais qui sont ces fameux «experts» du CNSR? Comment justifient-ils la mise en avant de la baisse de la vitesse, plutôt que d autres mesures? La Ligue de Défense des Conducteurs (LDC) a mené l enquête sur les mécanismes de prise de décision en matière de sécurité routière, et a relevé un certain nombre de «défaillances» inacceptables. Sur la forme, tout d abord, avec une gouvernance déséquilibrée et un Conseil qui ne compte qu un seul représentant des automobilistes sur 51 membres. Sur le fond également, avec un comité d experts dont les études sur la vitesse se fondent uniquement sur une formule mathématique erronée, et qui éludent délibérément de nombreux autres facteurs d amélioration de la sécurité routière comme la formation, l entretien des infrastructures routières, la sécurité des véhicules ou encore l efficacité des premiers secours. UN BON RADAR EST-IL UN RADAR PIEGE? Un bon radar est un radar-piège! C est la conclusion de l étude menée par la Ligue de Défense des Conducteurs des conducteurs en mars L association a examiné l emplacement des 100 radars les plus actifs de France en Résultat : en plus d être majoritairement placés sur des autoroutes (54 sur 100), alors que ces voies ne concentrent que 7% des tués sur route, 52 d entre eux sont surtout situés sur des portions de voies où la vitesse a été abaissée, surprenant ainsi des conducteurs croyant rouler à la bonne vitesse. Cette enquête a permis à la Ligue de Défense des Conducteurs d exposer ce constat dans la presse et de dénoncer un véritable racket organisé. 10

11 DE NOMBREUX ARTICLES CONTRE LA DESINFORMATION En 2014, la Ligue de Défense des Conducteurs a publié une cinquantaine d articles sur des sujets variés afin d informer au mieux les conducteurs sur les différents sujets d actualité parmi lesquels : «Pollution : la voiture a bon dos!» qui dénonce la stigmatisation des conducteurs et met en exergue la pollution dans le métro parisien. «Hausse de la mortalité routière, conséquence de la politique du tout-radars», qui rappelle que la politique du tout répressif continue à entraîner une hausse de la mortalité routière ou encore «Gratuité, nationalisation ou baisse des tarifs sur les autoroutes : les conducteurs vont encore devoir payer» concernant le débat sur la nationalisation des autoroutes. LIVRE «JE VEUX CONSERVER MON PERMIS DE CONDUIRE» PREFACE PAR LA LIGUE DE DEFENSE DES CONDUCTEURS La Ligue de Défense des Conducteurs a eu le plaisir de rédiger la préface du livre de Maître Rémy Josseaume et Maître Georges Ayache «Je veux conserver mon permis de conduire». Une occasion de rappeler les dérives d une sécurité routière automatisée, déshumanisée et aveugle face aux réalités auxquelles sont confrontés les conducteurs. 11

12 UNE OPPOSITION FAROUCHE AUX MESURES REPRESSIVES SIGNATURES POUR DIRE «NON» AUX NOUVELLES MESURES REPRESSIVES 12 PV "à la volée" et vidéo-verbalisation sur tout le territoire, destinés à nous sanctionner en rafale : la résistance s organise! Quelques semaines après l annonce de ces nouvelles mesures injustes et inefficaces, plus de Français se sont engagés aux côtés de la Ligue de Défense des Conducteurs en signant notre pétition "Non aux nouvelles mesures répressives". Forte de cette mobilisation, le 20 novembre 2014, notre délégation est allée déposer signatures au ministère de l Intérieur accompagnées d un courrier pour le Ministre de l Intérieur demandant à être reçu. Début 2015, la Ligue de Défense des Conducteurs a ainsi pu rencontrer un des membres du cabinet du ministre de l Intérieur afin de lui exposer les revendications des conducteurs. ABSENCE D INFORMATION DES CONDUCTEURS : LE SENAT RECULE Dans le cadre du projet de loi de finance pour 2015, la Ligue de Défense des Conducteurs a lancé dès fin novembre une grande campagne auprès des députés et des sénateurs afin de lutter contre la suppression de la lettre d information concernant les retraits de points. A cette occasion, elle a soutenu plusieurs amendements visant à réduire le budget alloué aux radars ainsi que le budget de l Agence nationale de traitement automatisé des infractions. Tous ces amendements défendus par la Ligue de Défense des Conducteurs ont été adoptés au Sénat : c est une grande première dans la lutte contre le tout-répressif, et une première victoire pour l association. Le Gouvernement a finalement rejeté les amendements concernant les radars et le budget de l ANTAI mais celui concernant la lettre a finalement été voté. Un soulagement pour les conducteurs qui ne seront pas piégés si jamais un ou plusieurs points sont retirés sur leurs permis de conduire.

13 UNE MOBILISATION SANS RELACHE AUPRES DES PARLEMENTAIRES L année 2014 a été particulièrement riche en action auprès des parlementaires. Notre association a ainsi pu être reçue par de nombreux députés et sénateurs afin de les sensibiliser sur les dérives de la politique de sécurité routière. De nombreux parlementaires n ont pas hésité à nous adresser des courriers de soutien et nous encouragent dans notre combat. Grâce à notre action, 13 questions écrites au Gouvernement ont ainsi pu être posées par des parlementaires afin de soutenir les revendications des conducteurs. «Je tenais à vous féliciter personnellement pour ce travail qui a le mérite de présenter et d expliquer que la lutte «anti-vitesse» de la sécurité routière est en contradiction avec la réalité observée sur nos routes». Gérard Longuet, Sénateur de la Meuse (UMP), 17 janvier «Notre combat pour une politique de sécurité plus juste passe impérativement par la nécessité de sensibiliser les parlementaires aux problématiques liées à la sécurité routière». Michel Cavenet Sénateur du Finistère. «Je soutiens sans réserve votre action pour réclamer une réorientation de la politique de sécurité routière. Cela semble ne pas être le cas actuellement et je le regrette quand je constate que les technologies les plus sophistiquées et coûteuses sont appelées à encore se développer pour toujours plus de procès-verbaux». Christian Bataille, Député du Nord (PS), 14 février

14 Pour répondre à cet objectif, les conducteurs ont été nombreux en 2014 à se mobiliser à nos côtés en interpellant les parlementaires de leur circonscription. Grâce à cette action, plus d une centaine de parlementaires se sont intéressés au sujet et ont répondu à ces sollicitations. Jean-Pierre Gorges Député d Eure-et-Loir (UMP) «Avec plusieurs de mes collègues du groupe RDSE nous sommes opposés à une répression sans discernement dont nous redoutons les effets pervers». Jacques Mézard, Sénateur du Cantal, Président du groupe rassemblement démocratique et social européen au Sénat, 3 mars Enfin, la Ligue de Défense des Conducteurs a encouragé le dépôt de 13 questions écrites au gouvernement. Suite à l ensemble de nos actions, 61 parlementaires ont pris le temps de nous répondre par courrier. En août 2014, nous avons lancé une grande campagne intitulée «Stop au racket des conducteurs», au cours de laquelle les membres de l association ont été invités à interpeller les députés de leur circonscription, pour leur demander que les parlementaires reprennent la main sur la politique de sécurité routière, et pour qu ils défendent les citoyens face aux dérives répressives du gouvernement. Au final, ce sont plus d une centaine de réponses de députés qui ont été collectées grâce à la mobilisation des conducteurs. Catherine Procaccia Sénatrice du Val-de-Marne (UMP) «La multiplication des radars, placés souvent sur des portions routières ne justifiant pas une diminution conséquente de la vitesse et à des endroits qui augmentent les risques accidentogènes, s apparente plus à une politique de répression fiscale qu à un programme de responsabilité pour la sécurité de tous». Marion Maréchal-Le-Pen, députée de Vaucluse (FN), 14 septembre

15 «Présenter une telle réduction (des vitesses ndlr) comme un remède miracle ou en faire une priorité ne me paraît pas cohérent». Lionel Tardy, député de la Haute-Savoie (UMP), mars L information et la mobilisation de chacun des conducteurs est une priorité pour la Ligue de Défense des Conducteurs. Plus cette mobilisation est importante, plus l association pèse dans le débat national. A ce titre, la Ligue de Défense des Conducteurs a réalisé d énormes progrès qui permettent de la placer comme un interlocuteur incontournable. Yves Détraignes Sénateur de la Marne (UDI) «Certes, il est plus facile pour les Pouvoirs Publics d agir sur la limitation de vitesse que d engager de véritables politiques de prévention et, surtout, de procéder à la rénovation des infrastructures routières défaillantes.» Nicolas Dupont-Aignan, Député de l Essonne, (Debout la République) 31 janvier

16 NOS MOYENS D ACTIONS La Ligue de Défense des Conducteurs a pour but de réunir le plus grand nombre de conducteurs raisonnables, de faire entendre leur voix et d agir en leur nom pour en finir avec les excès de la répression routière et passer à une politique de sécurité routière juste et efficace L association agit uniquement grâce à ses membres donateurs. C est ce qui garantit sa totale indépendance et liberté d action. C est le garant de son efficacité. Campagnes d information du grand public, actions de mobilisation auprès des élus et des responsables politiques, recherche, études et publications, site internet et réseaux sociaux, relations parlementaires, relations presse, animation d Activ route et relation avec les préfectures, toutes les actions de l associations sont financées grâce aux dons faits par nos membres donateurs. Ce rapport annuel est l occasion de leur adresser tous nos remerciements pour leur dévouement, leur pugnacité et leur générosité. UN BUDGET ISSU DE NOS MEMBRES ET DEDIE AU COMBAT Le budget annuel de l association s élève à 1,48 millions d euros, provenant quasi exclusivement des dons des membres de l association : 1,41 millions. Comme par le passé, l association s efforce de réduire au minimum ses frais de structure et de collecte : 87 % des dépenses sont consacrés aux actions contre la répression excessive et pour l obtention d une meilleure politique de sécurité routière plus juste et plus efficace. En 2014, l association a enregistré un excédent de euros. 16

17 UNE PRESENCE RENFORCEE SUR INTERNET, LES RESEAUX SOCIAUX ET DANS LES MEDIAS UN NOUVEAU SITE INTERNET La Ligue de Défense des Conducteurs a souhaité mettre en place en 2014 un nouveau site Internet pour permettre aux conducteurs de disposer d un espace plus complet. A vocation informatif, il regroupe tous les articles, études, témoignages, communiqués de presse et actions. Les bons chiffres de l année 2014 nous ont confirmé l importance de disposer d une information de qualité sur internet. En l espace d un an plus d visiteurs se sont rendus sur notre site et plus de pages ont été consultées. ACTIV ROUTE : UN SITE INTERNET QUI AGIT POUR UNE VERITABLE SECURITE ROUTIERE L état de la route ne cesse de se détériorer faute de moyens. La Ligue de Défense des Conducteurs a conçu et développé le premier réseau de signalement des endroits dangereux sur route : «Activ Route, la sécurité routière par ou pour les usagers». Activ Route est un site internet qui permet aux conducteurs de signaler sur une carte de France l ensemble des points noirs qui mériteraient d être surveillés de près. Allant du simple nid de poule au signalement d accidents mortels, Activ Route avertit les conducteurs des dangers sur leur trajet mais s impose également comme un véritable observatoire de l état des routes. En 2014, 2700 signalements ont été effectués sur le site Activ Route. Plus de dossiers ont déjà été envoyés aux préfectures, et les premiers retours commencent à parvenir à l association. Le site a également été présenté dans l émission de William Lemergie «Télé matin» sur France 2. 17

18 UNE PRESENCE RENFORCEE SUR LES RESEAUX SOCIAUX Notre présence sur les réseaux sociaux est elle aussi très prisée, c est ainsi que notre page Facebook est régulièrement suivie par plus de fans et le groupe de discussion compte plus de 4500 membres. Enfin, lancé plus récemment, le compte Twitter accueille désormais plus de 466 abonnés. Cette mobilisation sur Internet démontre une fois de plus l intérêt des conducteurs pour obtenir une information approfondie sur le domaine de la sécurité routière. UNE LARGE COUVERTURE MEDIATIQUE POUR RELAYER NOS COMBATS En 2014, le colloque organisé au Sénat a été relayé par une cinquantaine de média télés, radios, journaux ont couverts l évènement, permettant ainsi à 20 millions de Français d être informés sur l inutilité de la baisse des limitations de vitesse. Et tout au long de l année, les combats de la Ligue de Défense des Conducteurs ont été très largement relayés dans les médias, permettant ainsi la diffusion d une contre-information de qualité face à la propagande gouvernementale. La Secrétaire générale de notre association est aussi intervenue sur différents sujets tous les jeudis matin sur les ondes de France Bleu Ile-de-France dans l émission «le Pari de la mobilité». 18

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org Avril 2014 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris

Plus en détail

Bilan des actions août 2015

Bilan des actions août 2015 Ministère de l Intérieur Le 13 août 2015 Sécurité routière : 26 mesures pour une nouvelle mobilisation Présentées le 26 janvier 2015 par Bernard CAZENEUVE, ministre de l Intérieur. Bilan des actions août

Plus en détail

PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE

PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE PRÉFET DE LA LOIRE PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE (PDASR) DE LA LOIRE Année 2015 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION...3 1. BILAN 2014...4 1.1. Accidentologie dans le département de la Loire

Plus en détail

Intervention de Monsieur le Préfet de police Réunion «Ambassadeurs visibles» Seul le prononcé fait foi

Intervention de Monsieur le Préfet de police Réunion «Ambassadeurs visibles» Seul le prononcé fait foi Intervention de Monsieur le Préfet de police Réunion «Ambassadeurs visibles» Seul le prononcé fait foi Madame la Maire du 8 ème arrondissement, Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames, Messieurs, Bonjour

Plus en détail

Plan de lutte renforcé contre l insécurité routière dans le département du Loiret

Plan de lutte renforcé contre l insécurité routière dans le département du Loiret Plan de lutte renforcé contre l insécurité routière dans le département du Loiret SOMMAIRE I - Bilan de l accidentalité en 2015 : 1-1 les principales données 1-2 les principaux enseignements de l étude

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse DOSSIER DE PRESSE Contacts presse : Bureau de la communication interministérielle - 02.48.67.34.36 pref-communication@cher.gouv.fr Préfecture du Cher - Place Marcel Plaisant CS 60022-18020 BOURGES Cedex

Plus en détail

N i1007 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N i1007 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N i1007 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le. PROPOSITION DE LOI visant à renforcer la protection et la sécurité

Plus en détail

La lettre de l Ét@t en Dordogne

La lettre de l Ét@t en Dordogne N 1 - Janvier - Février 2013 La lettre de l Ét@t en Dordogne LE DOSSIER DU MOIS LE BILAN DE LA DELINQUANCE 2012 Sommaire L'éditorial Je vous présente le premier numéro de l année 2013 de la lettre des

Plus en détail

ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013

ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013 ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013 Cocher la ou les orientations auxquelles répondent votre projet COMMUNICATION GRAND PUBLIC Travailler sur les représentations liées à l'alcool et aux drogues. Comprendre

Plus en détail

Ligue contre la Violence Routière

Ligue contre la Violence Routière Ligue contre la Violence Routière La Ligue contre la violence routière, notre confrère français, vient de lancer la voiture citoyenne. Elle tient compte aussi bien de la protection de l environnement que

Plus en détail

Plan d action sécurité routière. Table ronde contre l insécurité routière

Plan d action sécurité routière. Table ronde contre l insécurité routière Plan d action sécurité routière Table ronde contre l insécurité routière Objectif : combattre l insécurité routière durablement Vision Zéro Zéro mort Zéro blessé grave 2 Plan d action «sécurité routière»

Plus en détail

Dossier de presse. Sécurité routière en Martinique Bilan 2014 et plan 2015. Conférence de presse Vendredi 13 février 2015 à 11h30

Dossier de presse. Sécurité routière en Martinique Bilan 2014 et plan 2015. Conférence de presse Vendredi 13 février 2015 à 11h30 Cabinet du préfet Bureau de la communication interministérielle Fort-de-France, le 2015 Dossier de presse Sécurité routière en Martinique Bilan 2014 et plan 2015 Conférence de presse Vendredi 13 février

Plus en détail

Les journées "Trajectoires" au service des motards

Les journées Trajectoires au service des motards PRÉFET DE LA HAUTE-SAVOIE Point presse Les journées "Trajectoires" au service des motards 19 avril 2015 Direction départementale des Territoires de la Haute-Savoie www.haute-savoie.gouv.fr Les journées

Plus en détail

Moto 125 Le nouvel espace dédié aux conducteurs de 125 cm3 sur les sites des associations Prévention Routière et Assureurs Prévention

Moto 125 Le nouvel espace dédié aux conducteurs de 125 cm3 sur les sites des associations Prévention Routière et Assureurs Prévention COMMUNIQUE DE PRESSE Paris - 19 mai 2011 Moto 125 Le nouvel espace dédié aux conducteurs de 125 cm3 sur les sites des associations Prévention Routière et Assureurs Prévention Embouteillages, problèmes

Plus en détail

Vitesse :stop aux idées reçues!

Vitesse :stop aux idées reçues! Vitesse :stop aux idées reçues! Pour une nouvelle approche de la sécurité routière 22 avril 2014 Palais du Luxembourg Pourquoice colloque? La vitesse est l un des facteurs clefs du développement des relations

Plus en détail

Conseil national de la sécurité routière. Mardi 27 novembre 2012 Hôtel de Beauvau

Conseil national de la sécurité routière. Mardi 27 novembre 2012 Hôtel de Beauvau Conseil national de la sécurité routière Mardi 27 novembre 2012 Hôtel de Beauvau Sommaire 27 novembre 2012 : Manuel Valls, ministre de l Intérieur, relance le Conseil national de la sécurité routière (CNSR)

Plus en détail

Contester vos flashs de radar automatique : le mode d emploi

Contester vos flashs de radar automatique : le mode d emploi Contester vos flashs de radar automatique : le mode d emploi Vous venez de vous faire flasher par un radar automatique et vous souhaitez contester? SauverMonPermis vous fournit un guide précis pour mener

Plus en détail

Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009)

Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009) Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009) L un de nos lecteurs membre du Club Porsche nous interroge sur la question des permis de conduire des dirigeants de sociétés qui ont

Plus en détail

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 Hôtel de Roquelaure 18 juin 2008 Jean CHAPELON Secrétaire général de l Observatoire national interministériel de sécurité routière (ONISR) La sécurité

Plus en détail

Savoirs de base en sécurité routière. Vitesse et mortalité

Savoirs de base en sécurité routière. Vitesse et mortalité Sétra Savoirs de base en sécurité routière mars 2006 Vitesse et mortalité Avertissement : cette série de fiches est destinée à fournir une information rapide. La contrepartie est le risque d erreur et

Plus en détail

Évolution de l accidentalité et futurs enjeux

Évolution de l accidentalité et futurs enjeux COTITA Centre Est 29 mai 2012 Évolution de l accidentalité et futurs enjeux Christian Machu Secrétaire général-adjoint Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) Sommaire 1.

Plus en détail

Découverte de l accident. Découverte de l accident

Découverte de l accident. Découverte de l accident Découverte de l accident 1 Découverte de l accident Découverte de l accident Pour vous, un accident de la route, c'est quoi? 2 Découverte de l accident Pour certain un accident c est : Un fait divers dans

Plus en détail

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Concours Gastounet Morbihan 2007 1 La vitesse : 1 er facteur d accident et de gravité? la preuve : Evolution en France de 1970

Plus en détail

Accidents de la route dans le département de la Marne. Bilan et évolution DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE 1/24

Accidents de la route dans le département de la Marne. Bilan et évolution DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE 1/24 Accidents de la route dans le département de la Marne Bilan et évolution 202 20 DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MARNE /24 2/24 Quelques données sur les radars dans le département En 202,

Plus en détail

Le printemps de la sécurité routière dans la Somme

Le printemps de la sécurité routière dans la Somme Invitation presse Amiens, le 5 avril 2013 Le printemps de la sécurité routière dans la Somme Du samedi 6 au samedi 13 avril 2013 Conférence de presse du préfet le mardi 9 avril à Amiens M. Jean-François

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ETAT-ASSURANCES POUR LA LUTTE CONTRE L'INSECURITE ROUTIERE Entre Monsieur Jean-Pierre RAFFARIN Premier ministre, représentant l'etat, et Monsieur Gérard DE LA MARTINIERE, Président

Plus en détail

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits ou réglementés. Cela concerne toutes les drogues illégales,

Plus en détail

M. Vincent DELAHAYE R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Paris, le 19 novembre 2013 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 NOTE DE PRÉSENTATION

M. Vincent DELAHAYE R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Paris, le 19 novembre 2013 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 NOTE DE PRÉSENTATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E Paris, le 19 novembre 2013 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 COMMISSION DES NOTE DE PRÉSENTATION FINANCES Mission «SÉCURITÉS» Programme 207 «Sécurité et éducation

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

2004 2014 : un risque a chassé l autre

2004 2014 : un risque a chassé l autre 2004 2014 : un risque a chassé l autre En 10 ans, le profil des conducteurs français a évolué, leur rapport à la conduite aussi. Pour autant le poids des bons et mauvais conducteurs est resté stable, de

Plus en détail

En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr

En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr twitter.com/routeplussure Délégation à la sécurité et à la circulation routières Place des Degrés Tour Pascal B 92055 LA Défense Cedex DSCR - AVRIL 2013 -

Plus en détail

Comité interministériel de la sécurité routière (CISR)

Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) 8 novembre 2006 Permis à points : Sur la base des conclusions de la mission d évaluation du Préfet Aribaud COMITÉ INTERMINISTÉRIEL DE LA SÉCURITÉ

Plus en détail

ATTESTATION SCOLAIRE DE SECURITE ROUTIERE (ASSR) - NIVEAU 1 5 ème

ATTESTATION SCOLAIRE DE SECURITE ROUTIERE (ASSR) - NIVEAU 1 5 ème ATTESTATION SCOLAIRE DE SECURITE ROUTIERE (ASSR) - NIVEAU 1 5 ème Au collège, les élèves doivent obtenir La partie théorique du BSR (Brevet de Sécurité Routière). Il est important de bien préparer cet

Plus en détail

SECURITE ROUTIERE DOCUMENT GENERAL D ORIENTATION 2013-2017

SECURITE ROUTIERE DOCUMENT GENERAL D ORIENTATION 2013-2017 SECURITE ROUTIERE DOCUMENT GENERAL D ORIENTATION 2013-2017 18 avril 2013 2 SOMMAIRE INTRODUCTION...4 DEMARCHE...5 LES CARACTERISTIQUES GENERALES DE L ACCIDENTALITE...6 LES ENJEUX...7 LES JEUNES... 7 LES

Plus en détail

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État,

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État, Département du Val-de-Marne Charte départementale de partenariat sécurité routière entre l État, la Caisse Régionale d Assurance Maladie d Ile-de-France (CRAMIF) et la profession du transport routier de

Plus en détail

MOBILITÉ 2014. Elections Européennes 2014 mobilite2014.eu

MOBILITÉ 2014. Elections Européennes 2014 mobilite2014.eu MOBILITÉ 2014 Elections Européennes 2014 mobilite2014.eu ASSURER LA MOBILITÉ DE DEMAIN L ACA ET LA FIA DEMANDENT AUX DÉCIDEURS EUROPÉENS : d assurer le développement cohérents de la «voiture connectée»,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE 5 janvier 2005 Original : FRANÇAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe de travail sécurité et circulation

Plus en détail

Mission d évaluation sur le permis à points. Rapport de Monsieur le préfet Jean ARIBAUD

Mission d évaluation sur le permis à points. Rapport de Monsieur le préfet Jean ARIBAUD Mission d évaluation sur le permis à points Rapport de Monsieur le préfet Jean ARIBAUD Mission d évaluation sur le permis à points Rapport de Monsieur le préfet Jean ARIBAUD SOMMAIRE - Lettre de mission

Plus en détail

- Les équipements. Route à accès réglementé. Autoroute

- Les équipements. Route à accès réglementé. Autoroute SECURITE ROUTIERE : QUELQUES ELEMENTS A RETENIR Pour réviser, vous pouvez vous entrainez sur le site : http://eduscol.education.fr/cid46889/preparation-auxepreuves-securite-routiere.html L ASSR est l attestation

Plus en détail

Dans l Aude, 27 usagers de deux roues motorisées ont été tués depuis le 1 er janvier 2007.

Dans l Aude, 27 usagers de deux roues motorisées ont été tués depuis le 1 er janvier 2007. LA SEMAINE EUROPEENNE de la SECURITE ROUTIERE et de la MOBILITE En 2010 comme en 2009, la semaine nationale de la sécurité routière s associe avec la semaine européenne de la mobilité et devient ainsi

Plus en détail

EPREUVE DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 7 septembre 2011

EPREUVE DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 7 septembre 2011 J. 11 1203 MINISTERE DE L INTERIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION BEPECASER EPREUVE DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 7 septembre 2011 Question 1 Dans le cadre de l apprentissage

Plus en détail

Dossier de presse. La non-assurance routière en France en 2013

Dossier de presse. La non-assurance routière en France en 2013 Dossier de presse La non-assurance routière en France en 2013 Dossier de presse Sommaire Le communiqué de presse Page 3 Quelle ampleur et quelle évolution? Page 5 Quel est le profil des non-assurés? Page

Plus en détail

L ASSR. Le BSR. Les accidents de la route

L ASSR. Le BSR. Les accidents de la route L ASSR L'ASSR de premier niveau est obligatoire pour pouvoir conduire un cyclomoteur. Pour conduire un cyclomoteur, il faut en effet avoir quatorze ans et posséder le brevet de sécurité routière (BSR).

Plus en détail

LES DANGERS QUE L ON PEUT

LES DANGERS QUE L ON PEUT LES DANGERS QUE L ON PEUT ENCOURIR SUR INTERNET Table des matières Introduction...1 1 Des pourcentages étonnants et assez effrayants...1 2 La commission nationale de l informatique et des libertés (C.N.I.L.)...2

Plus en détail

www.premier-ministre.gouv.fr

www.premier-ministre.gouv.fr Portail du Gouvernement Site du Premier ministre Les Chantiers EN PERSPECTIVE Projets pour la France Tableau de bord du Gouvernement LES THÈMES Garantir la sécurité routière Les derniers titres Les dossiers

Plus en détail

Cas pratique CADASTRE DES OBSTACLES SUR LE RESEAU DE MOBILITÉ DOUCE La population fait la chasse aux obstacles

Cas pratique CADASTRE DES OBSTACLES SUR LE RESEAU DE MOBILITÉ DOUCE La population fait la chasse aux obstacles Cas pratique CADASTRE DES OBSTACLES SUR LE RESEAU DE MOBILITÉ DOUCE La population fait la chasse aux obstacles 10.10.2005 Soutenu par: Mobilservice PRATIQUE c/o beco Economie bernoise Protection contre

Plus en détail

Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012

Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012 Dossier de presse SOMMAIRE Présentation...3 Une étude scientifique pour dresser un état des lieux des comportements sur autoroute...4 L occupation des voies : des résultats venant confirmer l importance

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

Abords d école : limitation à 30km/h à certaines heures seulement?

Abords d école : limitation à 30km/h à certaines heures seulement? 1 Concerne : Abords d école limitation 30Km/h Gilet rétro réfléchissant Camions Nouvelles cartes de stationnement - Motards Abords d école : limitation à 30km/h à certaines heures seulement? Arrêté Royal

Plus en détail

Test électoral 2014 de la RTBF

Test électoral 2014 de la RTBF ÉLECTIONS 2014 Test électoral 2014 de la RTBF L AVIS DES PRINCIPAUX PARTIS FRANCOPHONES EN MATIÈRE DE MOBILITÉ NIVEAU FÉDÉRAL Les voitures de société doivent être taxées plus fortement Il s agit avant

Plus en détail

100 questions sur le livre de code

100 questions sur le livre de code 100 questions sur le livre de code 1)quel poids maximum de matériel peut transporter un véhicule conduisible avec un permis B(3,5 tonnes) 2)citer 3 catégories de conducteurs soumis à une visite médicale

Plus en détail

GRANDS EXCÈS DE VITESSE : DES SANCTIONS PLUS SÉVÈRES

GRANDS EXCÈS DE VITESSE : DES SANCTIONS PLUS SÉVÈRES GRANDS EXCÈS DE VITESSE : DES SANCTIONS PLUS SÉVÈRES DES SANCTIONS PLUS SÉVÈRES POUR VITESSE EXCESSIVE Chaque année, sur les routes du Québec, la vitesse tue environ 175 personnes et en blesse près de

Plus en détail

Michel Magras. compte-rendu PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE L OUTRE-MER

Michel Magras. compte-rendu PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE L OUTRE-MER Michel Magras Sénateur de Saint-Barthélemy Président de la Délégation sénatoriale à l outre-mer compte-rendu (suite) Séance du vendredi 26 juin 2015 PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE

Plus en détail

Le cri d alarme de France Nature Environnement

Le cri d alarme de France Nature Environnement Le cri d alarme de France Nature Environnement 1 Contexte En novembre 2010, FNE lance une compétition auprès de plusieurs agences pour «élaborer et mener en direction des citoyens, une campagne de communication

Plus en détail

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE. Bilan de l accidentalité routière 2012

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE. Bilan de l accidentalité routière 2012 PREFET DE LA HAUTE-LOIRE Bilan de l accidentalité routière 01 Bilan national France métropolitaine Accidents corporels Tués Blessés dont blessés hospitalisés 01 60 437 3 653 75 851 7 14 011 65 04 3 963

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Des ressources numériques en ligne : Actions éducatives et développement personnel de l élève

Des ressources numériques en ligne : Actions éducatives et développement personnel de l élève «La citoyenneté active et participative» Des repères pour le chef d établissement novembre 2009 L espace cadre, votre service de proximité http://crdp.ac-besancon.fr/index.php?id=espace-cadres La sélection,

Plus en détail

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES Entre les soussignés : - La commune de CLERMONT, Oise représentée par son Maire, Monsieur Lionel OLLIVIER, autorisé par délibération du conseil municipal

Plus en détail

Association nationale des victimes de l insécurité routière www.victimes.org AIDE AUX VICTIMES D UN ACCIDENT DE LA ROUTE

Association nationale des victimes de l insécurité routière www.victimes.org AIDE AUX VICTIMES D UN ACCIDENT DE LA ROUTE Association nationale des victimes de l insécurité routière www.victimes.org AIDE AUX VICTIMES D UN ACCIDENT DE LA ROUTE L accueil est assuré 24 h sur 24 au 0 820 30 3000 * ou 06.86.55.24.01 Victimes &

Plus en détail

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr [ ] premières Réalisations du 4e Plan triennal de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr Ratification de la Convention d Istanbul Lundi 5 mai, le Sénat a adopté définitivement,

Plus en détail

Pouvez-vous me préciser ce point et me transmettre la formulation de la "commande" d'auto-plus?

Pouvez-vous me préciser ce point et me transmettre la formulation de la commande d'auto-plus? De M., par email, le 21/07/2011 Bonjour Monsieur Beauzamy, J'ai téléphoné ces jours ci à plusieurs reprises à la SCM pour avoir des renseignements sur une étude concernant les effets des mesures réglementaires

Plus en détail

Infractions dans la circulation routière: LCR + ordonnances et liens avec le CPS

Infractions dans la circulation routière: LCR + ordonnances et liens avec le CPS Infractions dans la circulation routière: LCR + ordonnances et liens avec le CPS Notes de cours du Prof. Nicolas QUELOZ (Décembre 2005) 1. Introduction La question de la sécurité sur les routes d une part

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS STATUTS MISE A JOUR APRES LE 115EME CONGRES 5 ET 6 SEPTEMBRE 2015 TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS Article 1 er - Le Parti Dans le cadre de l article 4 de la Constitution, le Parti républicain radical

Plus en détail

Séminaire «Assurance Maladie et Santé Publique» Paris - 7 décembre 2005

Séminaire «Assurance Maladie et Santé Publique» Paris - 7 décembre 2005 Séminaire «Assurance Maladie et Santé Publique» Paris - 7 décembre 2005 Allocution d ouverture de François Bourdillon, Président de la société française de santé publique Mesdames, Messieurs, chers membres

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. specimen factice

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. specimen factice RÉPUBLIQUE FRANÇAISE F le permis à specimen factice Qu est-ce que le permis à? Le permis de conduire est un certificat de capacités, obtenu après une formation et un examen, attestant qu une personne est

Plus en détail

Libre choix par l assuré de son réparateur et de son expert : le CNPA à l offensive

Libre choix par l assuré de son réparateur et de son expert : le CNPA à l offensive 22 mai 2015 IA15087 Libre choix par l assuré de son réparateur et de son expert : le CNPA à l offensive Le combat du CNPA pour rendre pleinement opérationnel de libre choix de son réparateur s amplifie

Plus en détail

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux?

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? Les cahiers de l Observatoire Comment un accident peut-il engager la responsabilité pénale des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? table des matières Avant-propos de Bernard Bellec... P. 5

Plus en détail

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union NOUVEAUXSTATUTS Éditions de l Union TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES ARTICLE 1 ER CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «Les Républicains»,

Plus en détail

I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels

I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels Les informations qui suivent sont extraites des bilans établis par : la Gendarmerie Nationale, Groupement de Nouvelle-Calédonie, la Police Nationale,

Plus en détail

Conducteurs et passagers: à chacun ses responsabilités

Conducteurs et passagers: à chacun ses responsabilités Conducteurs et passagers: à chacun ses responsabilités La sécurité du passager dépend pour une grande part du conducteur, mais il a aussi sa part de responsabilité. Des règles spécifiques en fonction du

Plus en détail

Contrôle routier du 26 juin 2015. Rond point des 4 Vents à Villeneuve les Maguelone

Contrôle routier du 26 juin 2015. Rond point des 4 Vents à Villeneuve les Maguelone Contrôle routier du 26 juin 2015 Rond point des 4 Vents à Villeneuve les Maguelone Contacts presse : Préfecture de région : 04 67 61 61 25 pref-communication@herault.gouv.fr Facebook : facebook.com/prefet34lr

Plus en détail

COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES

COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES par Camille LASTENNET Master 2 sciences politiques spécialité Management du Risque Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

Plus en détail

Révision du Plan directeur communal 2020 2030 de la Ville de Lausanne : Position de PRO VELO Région Lausanne

Révision du Plan directeur communal 2020 2030 de la Ville de Lausanne : Position de PRO VELO Région Lausanne Révision du Plan directeur communal 2020 2030 de la Ville de Lausanne : Position de PRO VELO Région Lausanne I. Introduction PRO VELO Région Lausanne, en tant qu association forte de plus de 1 200 membres

Plus en détail

Campagne de sensibilisation aux principales causes d'accidents en milieu urbain

Campagne de sensibilisation aux principales causes d'accidents en milieu urbain Nom de l entité déposante : La Cub agence X annonceur Nom de l agence conseil : direction de la communication de La Cub/ Le Big Campagne de sensibilisation aux principales causes d'accidents en milieu

Plus en détail

La situation en France

La situation en France La situation en France Motocyclettes et cyclomoteurs = moins de 2% du trafic 26% des morts (chiffres 2010) 1/3 des morts en milieu urbain 2/3 en milieu rural 2/3 des blessés en milieu urbain 1/3 en milieu

Plus en détail

PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971

PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971 PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971 & DES CAISSES DES REGLEMENTS PECUNAIRES DES AVOCATS (CARPA) GESTION DES FONDS DE TIERS, DES SEQUESTRES

Plus en détail

Formation SDIS 14 Page 1-06/09/2010 Adj Thérin

Formation SDIS 14 Page 1-06/09/2010 Adj Thérin Formation SDIS 14 Page 1-06/09/2010 «Les véhicules des services d incendie et de secours et le nouveau code de la route» Le nouveau code de la route, pris en application des décrets du 22 mars 2001 (publiés

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 434 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 20 mai 2009 PROPOSITION DE LOI visant à ce qu un avis de suspension de permis de conduire soit adressé systématiquement

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

La procédure de contestation en cas de contravention faisant suite à contrôlesanction

La procédure de contestation en cas de contravention faisant suite à contrôlesanction La procédure de contestation en cas de contravention faisant suite à contrôlesanction automatisé Il existe deux catégories de contestations à considérer : Celles pour lesquelles aucune consignation préalable

Plus en détail

PROFIL DECEMBRE 2012 Contacts : Nathalie IRISSON, secrétaire générale - 01 53 04 16 21 Frédéric CASTELNAU, relations presse 06 62 23 05 15 www.

PROFIL  DECEMBRE 2012 Contacts : Nathalie IRISSON, secrétaire générale - 01 53 04 16 21 Frédéric CASTELNAU, relations presse 06 62 23 05 15 www. PROFIL DECEMBRE 2012 Contacts : Nathalie IRISSON, secrétaire générale - 01 53 04 16 21 Frédéric CASTELNAU, relations presse 06 62 23 05 15 www.gemaprevention.com -1- - @le_gema GEMA et GEMA Prévention

Plus en détail

Assurance Bonus Malus (juillet 2005) Assurance BONUS MALUS vers une reforme annoncée mais bien vite oubliée

Assurance Bonus Malus (juillet 2005) Assurance BONUS MALUS vers une reforme annoncée mais bien vite oubliée Assurance Bonus Malus (juillet 2005) Assurance BONUS MALUS vers une reforme annoncée mais bien vite oubliée Dans notre numéro d avril nous avions eu l occasion de vous rappeler, l obligation absolue qui

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Réseau des Centres Européens des Consommateurs

Réseau des Centres Européens des Consommateurs Le tourisme en Grèce Réseau des Centres Européens des Consommateurs Cette brochure vous donnera des informations sur la conduite en Grèce. Toutefois, les informations que vous y trouverez ne sont pas exhaustives

Plus en détail

F a c e à l a p o l i c e

F a c e à l a p o l i c e Face à la police Si tu as besoin d aide. Parfois, les choses ne se passent pas comme nous l expliquons. En général, il y a moyen de réagir. Fais-toi aider. Une des premières personnes qui peut t aider

Plus en détail

La sécurité routière : un enjeu pour le milieu professionnel, aussi!

La sécurité routière : un enjeu pour le milieu professionnel, aussi! La sécurité routière : un enjeu pour le milieu professionnel, aussi! Accident avec arrêt Accident avec incapacité temporaire Accident avec incapacité permanente 2.000 à 4.000 25.000 86.000 Accident mortel

Plus en détail

Motards et Scootéristes, le paradoxe : Un sentiment croissant d insécurité sur la route, mais toujours des prises de risque

Motards et Scootéristes, le paradoxe : Un sentiment croissant d insécurité sur la route, mais toujours des prises de risque Communiqué de presse Mardi 16 septembre 2014 Baromètre AXA Prévention sur le comportement des Français en deux-roues motorisés Motards et Scootéristes, le paradoxe : Un sentiment croissant d insécurité

Plus en détail

Mise en candidature de l agent Sophia Provost Responsable du dossier sur la sécurité des piétons au SPVM

Mise en candidature de l agent Sophia Provost Responsable du dossier sur la sécurité des piétons au SPVM Campagne de sécurité des piétons «Zéro accident» Mise en candidature de l agent Sophia Provost Responsable du dossier sur la sécurité des piétons au SPVM PRIX DE PARTENARIAT CCATM-POLICE CCMTA CCATM CANADIAN

Plus en détail

LE 16 FÉVRIER 2015 Mémoire présenté au Conseil d experts sur les contributions d assurance automobile dans le cadre de la consultation publique

LE 16 FÉVRIER 2015 Mémoire présenté au Conseil d experts sur les contributions d assurance automobile dans le cadre de la consultation publique LE 16 FÉVRIER 2015 Mémoire présenté au Conseil d experts sur les contributions d assurance automobile dans le cadre de la consultation publique sur les contributions d assurances automobiles PAR LE TABLE

Plus en détail

Projet d action de prévention routière. la société xxxxxx

Projet d action de prévention routière. la société xxxxxx Projet d action de prévention routière À l attention de: Le aa/aa/ 2013 la société xxxxxx Comité du VAL D OISE CATALOGUE DES ACTIONS EN ENTREPRISE Association Prévention Routière (APR) Crée en 1949 loi

Plus en détail

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

Informations complémentaires au communiqué de presse conducteur-d-elit.ch

Informations complémentaires au communiqué de presse conducteur-d-elit.ch Le 29 janvier 2015 Informations complémentaires au communiqué de presse conducteur-d-elit.ch Campagne conducteur-d-elite.ch: suivre des cours, c est avoir une conduite plus sûre. L objectif de la campagne

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Sécurité routière

DOSSIER DE PRESSE Sécurité routière DOSSIER DE PRESSE Sécurité routière Le ministère de l Intérieur organise, du mercredi 8 au samedi 11 octobre 2014 inclus, les deuxièmes Rencontres de la sécurité sur l ensemble du territoire, en métropole

Plus en détail

Les 12 points pour protéger son permis de conduire en 2012

Les 12 points pour protéger son permis de conduire en 2012 Les 12 points pour protéger son permis de conduire en 2012 Si en 2012 la législation se durcit en matière de répression des infractions au code de la route, le cap pour tous les automobilistes reste le

Plus en détail