Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus"

Transcription

1 Nations Unies Conseil éonomique et soial Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/26 Commission éonomique pour l Europe Conférene des statistiiens européens Soixante-troisième réunion plénière Genève, juin 2015 Point 4 de l ordre du jour provisoire Modernisation de la prodution et des servies statistiques et gestion à des fins d effiaité Prodution statistique: passage d une démarhe axée sur les domaines à une démarhe axée sur les proessus Note de l Offie statistique de la République de Slovénie Résumé L Offie statistique de la République de Slovénie a ommené à moderniser la prodution statistique il y a quelques années en lançant un grand projet d infrastruture. Ce projet se fondait sur le «Modèle générique du proessus de prodution statistique» et sur quelques onepts fondamentaux qui devaient permettre d élaborer des solutions génériques mais suffisamment souples pour répondre aux besoins de la majorité des enquêtes statistiques. Plutôt que d élaborer une solution globale pour l ensemble du proessus statistique, l Offie a hoisi d adopter une approhe par étapes. Des solutions génériques pour ertaines parties du proessus, par exemple l édition des données, l agrégation des données ou l estimation normalisée, seront progressivement mises au point et introduites dans la prodution statistique. La présente note dérit les grands prinipes sur lesquels repose le projet, rend ompte des résultats obtenus jusqu ii et donne un aperçu des plans de développement ultérieur. La présente note est soumise pour examen à la 1 re séane du séminaire de la Conférene des statistiiens européens organisé sur le thème «Modernisation de la prodution et des servies statistiques et gestion à des fins d effiaité». GE (F)

2 I. Introdution 1. La réalisation d enquêtes statistiques est une tâhe diffiile qui demande beauoup de temps et qui est par onséquent assez oûteuse. C est tout partiulièrement le as pour les enquêtes de statistiques offiielles, où la fiabilité des résultats est d une importane partiulière. Il est vrai que la plupart des enquêtes statistiques offiielles portent sur des phénomènes très omplexes qui ne sont pas failes à observer, e qui rend la tâhe des statistiiens enore plus diffiile. D autre part, en raison de la pression onstante exerée en faveur de oupes budgétaires, les statistiiens offiiels doivent faire fae de plus en plus souvent au défi onsistant à produire des statistiques de haute qualité ave des ressoures onsidérablement réduites. 2. Le développement rapide des tehnologies de l information (TI) es dernières années offre la possibilité de reonfigurer le proessus d enquête d une façon tout à fait nouvelle et plus effiae. On onstate très lairement que la plupart des bureaux nationaux de statistique ont réemment déployé de gros efforts pour reonfigurer leurs ativités au niveau institutionnel. Des expressions telles que «réorganisation, modernisation, nouvelle arhiteture», et., reviennent très fréquemment dans les douments stratégiques des bureaux nationaux de statistique. L objetif final qui est généralement présenté dans es douments est d utiliser la large gamme de nouveaux outils et de nouvelles appliations informatiques pour rendre l ensemble du yle de prodution plus léger et moins onéreux. 3. L Offie statistique de la République de Slovénie (i-après dénommé «OSRS») ne fait pas exeption à ette règle. Les efforts visant à mettre en plae un nouveau système plus moderne de traitement des données remontent déjà à plusieurs années. Il y a environ dix ans, l OSRS a ommené à planifier la modernisation de ses proessus en vue de mettre en plae des systèmes pleinement intégrés de prodution statistique. La mise en œuvre d un système de e type n a pas fontionné omme prévu, de sorte que la démarhe a peu à peu évolué. L OSRS s est tourné vers la mise au point de plusieurs solutions génériques autonomes, qui seraient ensuite appliquées à un proessus statistique donné pour haque enquête. 4. L OSRS réalise atuellement un grand projet d infrastruture visant à mettre en pratique les prinipes de modernisation dans le adre du proessus habituel de prodution statistique. Des solutions génériques pour ertaines parties du proessus, par exemple l édition des données, l agrégation des données ou l estimation normalisée, seront progressivement mises au point et introduites dans les enquêtes statistiques. La présente note dérit les grands prinipes sur lesquels repose le projet, rend ompte des résultats obtenus jusqu ii, et donne un aperçu des plans de développement ultérieur. II. Du système pleinement intégré à la solution modulaire 5. En 2007, l OSRS a lané un vaste projet visant à réer un système omplexe de prodution statistique pleinement intégré appliable à l ensemble du yle de prodution pour la grande majorité des enquêtes statistiques. Ce système devait omprendre, entre autres hoses, un système générique piloté par les métadonnées pour l ensemble du yle de traitement des données. S agissant de e système générique, à la fin du projet, l OSRS est arrivé à la onlusion que les résultats ne répondaient que partiellement aux attentes. 6. Le projet n a pas atteint son objetif qui était de mettre en plae un système pleinement intégré reliant tous les outils partiuliers qui avaient été mis au point au ours du projet. La question qui s est don posée après l analyse des résultats du projet était la suivante: e type de système pleinement intégré est-il vraiment la meilleure orientation 2 GE

3 de développement? Autrement dit, e type de système intégré permet-il véritablement d assurer la modernisation vers un système de prodution statistique souple et d un bon rapport oûts-effiaité? Toutes les disussions et les réflexions ont finalement abouti à renoner à l idée d un système pleinement intégré au profit de solutions légèrement différentes onservant ertaines aratéristiques importantes de «l anien système» (également appelé système piloté par les métadonnées). Il s agissait de reourir à un ertain degré de fragmentation de façon à favoriser une plus grande souplesse tout en onservant ertains éléments généraux du système 7. Le prinipal hangement d approhe a été la déision de l OSRS de diviser le proessus statistique en un ensemble de sous-proessus de moindre ampleur et de mettre au point des solutions modulaires pour haun de es sous-proessus. Ces solutions modulaires devaient être onçues de façon à pouvoir relier de manière aisée et souple les intrants et les résultats des différentes omposantes de l ensemble du proessus statistique. Ces omposantes (aussi appelées modules) devaient fournir des solutions logiielles génériques pour ertaines parties du proessus de prodution statistique et devaient être onçues de façon à pouvoir fontionner de manière autonome. Les prinipales aratéristiques de es modules peuvent être résumées de la manière suivante: a) Les modules ont été onçus sur la base de prinipes méthodologiques harmonisés, transparents et largement aeptés qui ont été définis avant la mise au point effetive du module onerné; b) Les modules doivent être suffisamment ouverts pour pouvoir être intégrés et mis en fontion dans différentes bases de données et dans différents environnements (par exemple, Orale, SAS (Statistial Analysis Software)) à ondition que es bases de données soient onformes à ertaines règles fondamentales relatives à l organisation des données; ) Les modules ont été onçus omme des systèmes entièrement pilotés par les métadonnées, e qui signifie que les informations déterminant les paramètres d exéution d une enquête partiulière et d une période de référene spéifique doivent pouvoir être ommuniquées en dehors du programme informatique de base utilisé par l ordinateur. Les informations se rapportant à l exéution d une enquête partiulière ne doivent pas être insérées dans le programme informatique général mais doivent être fournies par le personnel spéialisé au moyen des tables spéiales de métadonnées; d) Les métadonnées de proessus peuvent aussi être fournies dans différentes bases de données pour haque enquête dans différents environnements, mais haune de es bases de données (de métadonnées) doit se onformer à des règles strites relatives à sa struture (tables et variables). 8. Les solutions modulaires génériques ont été élaborées en deux étapes. La première version du nouveau système généralisé a été onçue entre 2007 et Lors de ette phase initiale, l objetif prinipal était d élaborer des programmes génériques fondés sur le logiiel SAS, à même d effetuer une partie du proessus pour différentes enquêtes sans modifier le logiiel SAS lui-même, mais simplement en adaptant les métadonnées de proessus (règles de proédure) introduites dans le programme général. Le plus important ii était le hangement majeur dans la manière dont une partie spéifique du proessus statistique était réalisée. 9. Avant de mettre en plae e nouveau système, l OSRS appliquait «l approhe loisonnée lassique de la prodution», dans laquelle les outils de prodution et les solutions étaient «fontion de l enquête». La manière dont les opérations statistiques (par exemple, l édition et les imputations, l estimation des erreurs d éhantillonnage, le ontrôle de la divulgation de données statistiques et la tabulation) étaient organisées dépendait beauoup de l équipe hargée de l enquête. L approhe tributaire de l enquête était partiulièrement effiae pour la mise au point de solutions logiielles. Ces solutions GE

4 étaient élaborées le plus souvent en fontion des besoins d une enquête partiulière. Les informatiiens utilisent les «instrutions ouvertes» des statistiiens pour mettre au point une solution logiielle, puis l adaptaient (si néessaire) en fontion des besoins partiuliers de mise en appliation dans le adre de l enquête. Un tel système exigeait beauoup d efforts en matière de TI lors de la phase de développement, et rendait très ardue la maintenane des logiiels. 10. Le grand progrès apporté par es nouvelles solutions était que la solution logiielle pour une partie déterminée du proessus était mise au point une seule fois, puis adaptée, en fontion des besoins partiuliers de mise en appliation, par simple modifiation des métadonnées de proessus. Ces métadonnées sont fournies au système par les statistiiens hargés de l enquête, qui sont désormais les gestionnaires de l ensemble du système. Les informatiiens et les spéialistes des méthodes générales ont pour seule fontion de fournir l assistane néessaire en as de problème. 11. La première solution générale était très souple et ouverte. Les programmes généraux pouvaient être intégrés et mis en fontion dans différents types de base de données, de mirodonnées ou de métadonnées de proessus, à ondition que es dernières soient organisées onformément aux règles prédéfinies. Un tel système, très générique et ouvert, est sans auun doute très souple et onstitue un bon outil pour onstruire un proessus statistique. Toutefois, e genre de système ouvert présente aussi un ertain nombre de launes évidentes, qui sont liées prinipalement aux proédures de gestion des métadonnées de proessus. Comme indiqué préédemment, les bases de données ontenant les métadonnées de proessus ont une struture définie de manière strite, mais pour haque enquête elles peuvent être inorporées dans différentes bases de données, et même dans des environnements différents (par exemple, Orale, MS Aess, SAS). En fait, pour la plupart des enquêtes, les métadonnées de proessus étaient onservées dans des bases MS Aess. Cela s explique essentiellement par le fait que les spéialistes dans e domaine, qui sont prinipalement hargés de gérer les métadonnées, préfèrent et environnement en raison de sa simpliité et de sa failité d utilisation. 12. Le problème que pose e type de système dispersé de métadonnées de proessus est qu il est impossible de réer une appliation générale effiae pour gérer et ontrôler les métadonnées insérées. Comme il a été souligné dans les analyses effetuées après la première phase d utilisation du système frationné, le prinipal problème était le nombre onsidérable d erreurs dans les métadonnées de proessus. Étant donné que les hamps dans lesquels sont insérées les règles sont pour le moment entièrement ouverts, la plupart de es erreurs étaient des erreurs de syntaxe dans les règles (par exemple, des erreurs de parenthèse) ou de ohérene entre les règles et les variables. 13. Pour permettre la mise au point d un meilleur système de gestion et de onsultation des métadonnées de proessus, l OSRS a déidé d intégrer à nouveau davantage l ensemble du système. L objetif de ette intégration renforée n est ertes pas de reréer le système pleinement intégré qui avait été initialement onçu, mais seulement de rétablir un niveau d intégration permettant de réer l outil de gestion général tout en maintenant le haut degré de souplesse de e système. Il a été déidé de prendre les mesures i-après pour permettre à nouveau une plus grande intégration: a) Créer une base de données unique ontenant les métadonnées de proessus. Cette base de données serait réée dans l environnement Orale et gérée par l appliation.net, e qui permettrait une gestion aisée des métadonnées de proessus; b) Relier le système ave les dépôts de métadonnées, où les données relatives aux enquêtes et des exemples d enquêtes sont onservés; 4 GE

5 ) Permettre à l appliation de gestion d aéder aux données sur les variables dans les tables insérées. Ces données peuvent être insérées dans l appliation à partir de deux soures différentes: à partir du registre des variables, si les variables de l enquête y ont été enregistrées, ou à partir d autres emplaements où les strutures des tables de données sont onservées. 14. On trouvera i-après un shéma simplifié du nouveau système intégré prévu: Figure 1 Shéma simplifié du nouveau système intégré Appliation Appliation for management de gestion Différentes Different mirodata bases de mirodonnées databases Base Database de données of proessing ontenant les métadonnées metadata de proessus Metadata Dépôt de repository métadonnées Programme Ad-ho program pontuel General Logiiel SAS program général Données Data on sur tables tables and et variables Programme Ad-ho program pontuel 15. La mise en plae de e nouveau système est l objetif prinipal du grand projet d infrastruture mentionné au début de la présente note. L OSRS a déjà mené à bien les opérations relatives à la validation des données, au système automatisé de orretion et d imputation des données, et nous introduisons progressivement ette partie de l appliation dans la prodution habituelle. La mise au point des modules pour l agrégation des données, le ontrôle de la divulgation des données ou l estimation des erreurs types et la tabulation néessitera elle aussi beauoup de temps enore. L OSRS prévoit de ommener à introduire es modules dans la prodution habituelle à la fin de ette année. III. Diffiultés liées à la mise en plae d un système entièrement nouveau 16. Au début de l introdution de la nouvelle appliation (ave la toute nouvelle méthode) dans le proessus habituel de prodution statistique, l OSRS reueillait régulièrement les informations en retour des statistiiens qui devaient faire fae au nouveau mode de traitement des données. Les prinipaux avantages et inonvénients de la nouvelle méthode, tels que perçus par les statistiiens, peuvent se résumer omme suit. Prinipaux avantages: Les membres du personnel spéialisé sont beauoup plus indépendants du servie informatique, qui était auparavant responsable de l exéution tehnique des opérations; GE

6 Les règles relatives au traitement des données peuvent être modifiées très rapidement par le système entralisé de métadonnées de proessus, de sorte que l ensemble du yle de traitement des données devient beauoup plus souple; Étant donné que les utilisateurs peuvent exéuter les proédures à plusieurs reprises en peu de temps, il est désormais plus faile de vérifier la faisabilité des différentes méthodes de traitement des données. Prinipaux inonvénients: Le risque de ommettre des erreurs de syntaxe lors de l insertion des métadonnées est élevé. En as d erreur, l appliation ne peut pas être exéutée ou est exéutée ave des paramètres inappropriés; Les statistiiens spéialisés doivent aquérir de nouvelles ompétenes, e qui est parfois un problème à ause de la harge de travail très lourde de la prodution statistique; Si une erreur survient pendant l exéution de la proédure, les membres du personnel tehnique doivent être ontatés et, s ils ne sont pas disponibles, l exéution du proessus peut être interrompue pendant un ertain temps. 17. La mise au point d un système entièrement nouveau de prodution statistique est ertainement un grand pas en avant pour l OSRS. Nous sommes fermement onvainus que les résultats de e projet nous aideront à mettre en plae un nouveau système modernisé de gestion du traitement des données statistiques dans les différents systèmes statistiques. Le passage d un système loisonné à des solutions méthodologiques et informatiques entralisées est l objetif final. L élément entral du système rénové est l appliation pilotée par les métadonnées, qui, d une part, est souple dans la mesure où elle peut être intégrée dans différents environnements de mirodonnées et, d autre part, met en œuvre une gestion entralisée des métadonnées de proessus. 18. L introdution de e type d appliation générique pilotée par les métadonnées pour le traitement des données s aompagne inévitablement de ertains hangements au niveau institutionnel général, en e qui onerne la oneption et la réalisation des enquêtes statistiques. En se fondant sur l expériene aquise jusqu à présent, on peut résumer les prinipaux hangements omme suit: a) La répartition du travail entre les spéialistes, les responsables des méthodes générales et les informatiiens est fondamentalement différente. Dans l anien système, haque statistiien avait son propre «programmeur» et ses propres «responsables des méthodes générales», qui s appuyaient sur les instrutions préises du spéialiste dans un domaine pour onevoir et mettre en œuvre les proessus spéifiques orrespondant à une enquête partiulière. À présent, les responsables des méthodes générales et les informatiiens ont pour seule fontion de fournir l assistane néessaire s il survient une erreur dans l appliation ou si le proessus ne fournit pas les résultats esomptés. Cela signifie que les spéialistes dans un domaine sont maintenant beauoup plus indépendants du servie informatique et du servie des méthodes générales; b) L évolution du rôle des statistiiens spéialisés dans le proessus statistique a également modifié les attentes relatives à leurs ompétenes et à leurs apaités. On attendait d eux une onnaissane approfondie du domaine onerné et l aptitude à fournir les instrutions érites (sous forme ouverte) pour l exéution de ertaines parties du proessus (par exemple, l imputation ou l agrégation). Aujourd hui, ils doivent être qualifiés et formés de façon à pouvoir érire eux-mêmes es règles en langage informatique mathématique; 6 GE

7 Bibliographie ) L ensemble de l organisation du travail du servie informatique et du servie des méthodes générales devra être modifié, passant d une démarhe axée sur les domaines à une démarhe axée sur les proessus. Cette réorganisation implique une oneption d ensemble très différente de l organisation de l institution et de la répartition des tâhes et onstitue par onséquent un véritable défi pour l organisme responsable des statistiques. L OSRS en est au premier stade de l ation visant à relever e défi; d) La réorientation dérite i-dessus, prévoyant de passer d une démarhe axée sur les domaines (spéifiques) à une démarhe axée sur les proessus (généraux) devra être mise en œuvre aussi au niveau des experts en informatique et des spéialistes des méthodes. La mise au point et la maintenane de e type d appliations génériques néessitent le travail d experts à même de fontionner sur un plan beauoup plus général et de onsidérer l exéution d une enquête partiulière omme une tâhe parmi d autres dans l ensemble du proessus statistique. Dolen, D., Krek, M., Seljak, R. (2011), «Editing Proess in the Case of Slovenian Register- based Census», doument présenté lors de la réunion de travail de la CEE sur l édition des données statistiques, tenue à Ljubljana (Slovénie) du 9 au 11 mai 2011; Seljak, R. (2009), «Integrated statistial systems and their flexibility How to find the balane?», présenté à la onférene sur le thème des nouvelles tehniques et tehnologies au servie des statistiques (New Tehniques and Tehnologies for Statistis (NTTS)), tenue à Bruxelles (Belgique) du 5 au 7 mars 2013; Seljak, R., Blazi, P. (2011), «Sampling error estimation SORS pratie», présenté au deuxième atelier européen sur l établissement de statistiques, tenu à Neuhâtel (Suisse) du 12 au 14 septembre 2011; Seljak, R. (2014), «Metadata driven appliation for data proessing from loal toward global solution», doument présenté lors de la réunion de travail de la CEE sur l édition des données statistiques, tenue à Paris (Frane) du 28 au 30 avril GE

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan Comment évaluer la qualité d un résultat? En sienes expérimentales, il n existe pas de mesures parfaites. Celles-i ne peuvent être qu entahées d erreurs plus ou moins importantes selon le protoole hoisi,

Plus en détail

Chapitre IV- Induction électromagnétique

Chapitre IV- Induction électromagnétique 37 Chapitre IV- Indution életromagnétique IV.- Les lois de l indution IV..- L approhe de Faraday Jusqu à maintenant, nous nous sommes intéressés essentiellement à la réation d un hamp magnétique à partir

Plus en détail

Exemples de solutions acoustiques

Exemples de solutions acoustiques Exemples de solutions aoustiques RÉGLEMENTATON ACOUSTQUE 2000 Janvier 2014 solement aux bruits aériens intérieurs et niveau de bruit de ho Traitement aoustique des parties ommunes Bruits d équipements

Plus en détail

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants.

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. Projet INF242 Stéphane Devismes & Benjamin Wak Pour e projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. 1 Planning Distribution du projet au premier ours. À la fin de la deuxième semaine

Plus en détail

Guide pratique. L emploi des personnes handicapées

Guide pratique. L emploi des personnes handicapées Guide pratique L emploi des personnes handiapées Sommaire Guide pour les salariés p. 3 L'aès et le maintien dans l'emploi... 4 Les établissements et servies d aide par le travail (ÉSAT)... 10 Les entreprises

Plus en détail

Étape II. Compétences à développer de 8 à 12 ans. Grilles des compétences

Étape II. Compétences à développer de 8 à 12 ans. Grilles des compétences Grilles des ompétenes Compétenes à développer de 8 à ans COMPÉTENCES DE 8 À ANS Les ompétenes en «aratères droits» sont à ertifier. (symbole en fin de ligne) Les ompétenes en «aratères italiques» sont

Plus en détail

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie Confidentiel Disposition de fin de vie DoumentHumain Mes volontés juridiquement valables onernant ma vie, mes périodes de souffrane, les derniers moments de mon existene et ma mort Institut interdisiplinaire

Plus en détail

NCCI : Calcul d'assemblages de pieds de poteaux encastrés

NCCI : Calcul d'assemblages de pieds de poteaux encastrés NCCI : Calul d'assemblages de pieds de poteaux enastrés Ce NCCI fournit les règles relatives au alul d'assemblages de pieds de poteaux enastrés. Ces règles se ontentent de ouvrir la oneption et le alul

Plus en détail

Votre dossier d adhésion

Votre dossier d adhésion MSH INTERNATIONAL pour le ompte Votre dossier d adhésion Vous avez besoin d aide pour ompléter votre dossier d adhésion? Contatez-nous au +33 (0)1 44 20 48 77. Adhérent Bulletin d adhésion Titre : Mademoiselle

Plus en détail

La protection différentielle dans les installations électriques basse tension

La protection différentielle dans les installations électriques basse tension Juin 2001 La protetion différentielle dans les installations életriques basse tension Ce guide tehnique a pour objetif de mettre en évidene les prinipes de fontionnement des protetions différentielles

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION

ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION - Février 2003 - ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION Centre d Information du Cuivre 30, avenue Messine 75008 Paris HOLISUD Ingénierie 21,

Plus en détail

Le calendrier des inscripti

Le calendrier des inscripti ÉTUDES SUP TOP DÉPART Vous venez d entrer en terminale. Au œur de vos préoupations : obtenir le ba. Néanmoins, vous devrez aussi vous souier des poursuites d études, ar les insriptions dans le supérieur

Plus en détail

#DSAA. Marseille. u Lycée Denis Diderot {Lycée Marie Curie é Lycée Jean Perrin. Lycée Saint Exupéry

#DSAA. Marseille. u Lycée Denis Diderot {Lycée Marie Curie é Lycée Jean Perrin. Lycée Saint Exupéry # Marseille u Lyée Denis Diderot {Lyée Marie Curie é Lyée Jean Perrin Lyée Saint Exupéry #sommaire_ Introdution Diplôme Supérieur d Arts Appliqués spéialité Design / Marseille 4 Projet pédagogique global

Plus en détail

Personnel Pour chaque diagnostiqueur, veuillez fournir les informations suivantes : Date de la formation. Formation (durée)

Personnel Pour chaque diagnostiqueur, veuillez fournir les informations suivantes : Date de la formation. Formation (durée) 1 Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Date de réation : Possédez-vous

Plus en détail

Le compte satellite des institutions sans but lucratif

Le compte satellite des institutions sans but lucratif Institut des omptes nationaux Le ompte satellite des institutions sans ut luratif 2000-2001 Contenu de la puliation Le ompte satellite des institutions sans ut luratif (ISBL) est élaoré d après les définitions

Plus en détail

BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault

BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault 1 I. Introdution...3 II. Généralités...3 Caratéristiques ommunes aux deux phénomènes...3 La différene entre la phosphoresene et la

Plus en détail

Revue des Sciences et de la Technologie - RST- Volume 5 N 1 / janvier 2014

Revue des Sciences et de la Technologie - RST- Volume 5 N 1 / janvier 2014 Revue des Sienes et de la Tehnologie - RST- Volume 5 N 1 / janvier 214 L impat d une Charge Fortement Capaitive Sur la Qualité du Filtrage d un FAP Contrôlé Par un Filtre Multi-Variable Hautement Séletif

Plus en détail

Diagnostic Immobilier by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Diagnostic Immobilier by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Nom ou raison soiale Adresse Code postal Ville

Plus en détail

Équations différentielles et systèmes dynamiques. M. Jean-Christophe Yoccoz, membre de l'institut (Académie des Sciences), professeur

Équations différentielles et systèmes dynamiques. M. Jean-Christophe Yoccoz, membre de l'institut (Académie des Sciences), professeur Équations différentielles et systèmes dynamiques M. Jean-Christophe Yooz, membre de l'institut (Aadémie des Sienes), professeur La leçon inaugurale de la haire a eu lieu le 28 avril 1997. Le ours a ensuite

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Portage Salarial pour les métiers du Conseil by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms

Plus en détail

3. Veuillez indiquer votre effectif total :

3. Veuillez indiquer votre effectif total : 1 Métiers du marketing et de la ommuniation Questionnaire préalable d assurane Préambule Le présent questionnaire préalable d assurane Marketing et Communiation a pour objet de réunir des informations

Plus en détail

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 RC Professionnelle by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales

Plus en détail

NCCI : Modèle de calcul pour les pieds de poteaux articulés Poteaux en I en compression axiale

NCCI : Modèle de calcul pour les pieds de poteaux articulés Poteaux en I en compression axiale NCCI : Modèle de alul pour les pieds de poteaux artiulés Poteaux en I en Ce NCCI présente les règles permettant de déterminer soit la résistane de alul, soit les dimensions requises des plaques d'assise

Plus en détail

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air Mesures du oeffiient adiabatique γ de l air Introdution : γ est le rapport des apaités alorifiques massiques d un gaz : γ = p v Le gaz étudié est l air. La mesure de la haleur massique à pression onstante

Plus en détail

1 Introduction à l effet Doppler.

1 Introduction à l effet Doppler. Introdution à l effet Doppler Ph. Ribière ribierep@orange.fr Merredi 9 Novembre 2011 1 Introdution à l effet Doppler. Vous avez tous fait l expériene de l effet Doppler dans la rue, lorsqu une ambulane,

Plus en détail

Cette année, notre traditionnel

Cette année, notre traditionnel abinets de onseil ont aepté de répondre à notre questionnaire. Notre panel s'enrihit don d'année en année. Nous espérons ainsi vous aider au mieux dans vos reherhes de abinets de onseil en SCM (Supply

Plus en détail

Professionnels de l art by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Professionnels de l art by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Professionnels de l art by Hisox Questionnaire préalable d assurane Votre interlouteur: Buzz Assurane Servie lients - BP 105 83061 Toulon Cedex prodution@buzzassurane.om La ommunauté des olletionneurs

Plus en détail

Quel potentiel de développement pour l économie sociale et solidaire?

Quel potentiel de développement pour l économie sociale et solidaire? Quel potentiel de développement pour l éonomie soiale et solidaire? Etude réalisée pour le ompte de la Fondation Charles-Léopold Mayer pour le Progrès de l Homme et pour la Caisse des Dépôts et Coignatio

Plus en détail

prix par consommateur identiques différents prix par identiques classique 3 unité différents 2 1

prix par consommateur identiques différents prix par identiques classique 3 unité différents 2 1 3- LE MONOOLE DISCRIMINANT Le monoole eut vendre ertaines unités de roduit à des rix différents. On arle de disrimination ar les rix. Selon une terminologie due à igou (The Eonomis of Welfare, 1920), on

Plus en détail

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU Mesures Interprétations - Appliations Doument rédigé par des ingénieurs géotehniiens de GINGER CEBTP sous la diretion de : Mihel KHATIB Comité de releture : Claude-Jaques

Plus en détail

g conditions actuelles de la répression du blanchiment de fraude fiscale et sur ses conséquences.

g conditions actuelles de la répression du blanchiment de fraude fiscale et sur ses conséquences. Le délit de blanhiment, un horizon pénal qui ne esse de s'élargir... 4- t ru Q) ' Le blanhiment de fraude fisale ru :::::: Le ontexte de la réflexion sur la lutte ontre la fraude fisale invite à s'interger

Plus en détail

physique - chimie Livret de corrigés ministère de l éducation nationale Rédaction

physique - chimie Livret de corrigés ministère de l éducation nationale Rédaction ministère de l éduation nationale physique - himie 3e Livret de orrigés Rédation Wilfrid Férial Jean Jandaly Ce ours est la propriété du Cned. Les images et textes intégrés à e ours sont la propriété de

Plus en détail

Séquence 7. Séance 1 Histoire Regards sur l Afrique. Un empire africain, l empire du Ghana (VIII e -XII e siècle)

Séquence 7. Séance 1 Histoire Regards sur l Afrique. Un empire africain, l empire du Ghana (VIII e -XII e siècle) Séquene 7 Séquene 7 Séane 1 Histoire Regards sur l Afrique Un empire afriain, l empire du Ghana (VIII e -XII e sièle) A Un Empire présent sur un vaste territoire Exerie 1 : Loaliser l Empire du Ghana en

Plus en détail

Informatique III: Programmation en C++

Informatique III: Programmation en C++ Informatique III: Programmation en C++ Listes haînées Lundi 9 Janvier 2006 1 2 Introdution Les listes hainées permettent de stoker un nombre d objets qui n a pas besoin d être spéifié a priori. Rajouter

Plus en détail

Chapitre. Calculs financiers

Chapitre. Calculs financiers Chapitre Caluls finaniers 19 19-1 Avant d'effetuer des aluls finaniers 19-2 Caluls d'intérêts simples 19-3 Caluls d'intérêts omposés 19-4 Evaluation d'un investissement 19-5 Amortissement d'un emprunt

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

Nécessité de prendre en compte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 près

Nécessité de prendre en compte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 près Néessité de prendre en ompte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 P. Teyssandier Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR 8630UPMC P. Teyssandier ( Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR Néessité

Plus en détail

SÉQUENCE 7 Histoire La France et l Europe en 1815. Séance 1

SÉQUENCE 7 Histoire La France et l Europe en 1815. Séance 1 Séquene 7 SÉQUENCE 7 Histoire La Frane et l Europe en 1815 Séane 1 Du Congrès de Vienne à la Sainte-Alliane, une volonté de retour à l ordre anien Exerie 1 : Je mets en relation deux douments de nature

Plus en détail

Français 5 e. Livret de corrigés. Rédaction Nadège Langbour. Relecture Béatrice elbart. Coordination Anne-Christine Simon

Français 5 e. Livret de corrigés. Rédaction Nadège Langbour. Relecture Béatrice elbart. Coordination Anne-Christine Simon Français 5 e Livret de orrigés Rédation Nadège Langbour Releture Béatrie elbart Coordination Anne-Christine Simon Ce ours est la propriété du Cned. Les images et textes intégrés à e ours sont la propriété

Plus en détail

DESTINE A USAGE TECHNICIEN BL UNIQUEMENT

DESTINE A USAGE TECHNICIEN BL UNIQUEMENT Windws bakup Smmaire 1. INSTALLATION ES OUTILS 2 2. CONFIGURATION E LA SAUVEGARE. 4 3. LA RESTAURATION E FICHIERS 8 4. LA RESTAURATION SYSTEME 11 5. PROBLEMES EVENTUELS : 16 ESTINE A USAGE TECHNICIEN BL

Plus en détail

STRATEGIE D'IMPLANTATION DE LA TPM DANS UNE ENTREPRISE AGROALIMANTAIRE

STRATEGIE D'IMPLANTATION DE LA TPM DANS UNE ENTREPRISE AGROALIMANTAIRE VALERIE DRVAL STRATEGIE D'IMPLANTATIN DE LA TPM DANS UNE ENTREPRISE AGRALIMANTAIRE Mémire présentée à la Faulté des études supérieures de l'université Laval dans le adre du prgramme de maîtrise en génie

Plus en détail

Mesurage en continu des flux polluants en MES et DCO en réseau d assainissement

Mesurage en continu des flux polluants en MES et DCO en réseau d assainissement MESURAGE EN CONTINU DES FLU POLLUANTS EN MES ET DCO EN RESEAU D ASSAINISSEMENT (M. LEPOT, 0) N d ordre 0ISAL0086 Année 0 Mesurage en ontinu des flux polluants en MES et DCO en réseau d assainissement Présenté

Plus en détail

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE Règlement d ttriution de ourses et de prêts d études et de formtion du déemre 006 Artile premier Ojet et hmp d pplition Le présent règlement est étli en pplition

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.30/AC.2/2009/6 27 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Comité de gestion de la Convention

Plus en détail

RENOV A TION -NETTOY AGE ET ASSECHEMENT DES BA. TIMENTS ANCIENS

RENOV A TION -NETTOY AGE ET ASSECHEMENT DES BA. TIMENTS ANCIENS RENOV A TION -NETTOY AGE ET ASSECHEMENT ES BA. TIMENTS ANCIENS A V ANT-PROPOS C'est en 1976 que le Centre Sientifique et Tehnique de la Constrution entama un programme d'étude et de reherhe expérimentale

Plus en détail

McAfee Firewall Enterprise Control Center

McAfee Firewall Enterprise Control Center Guie e émrrge rpie Révision A MAfee Firewll Enterprise Control Center version 5.3.1 Ce guie e émrrge rpie fournit es instrutions générles sur l onfigurtion e MAfee Firewll Enterprise Control Center. 1

Plus en détail

Mouvement d'une particule chargée dans un champ magnétique indépendant du temps

Mouvement d'une particule chargée dans un champ magnétique indépendant du temps Moueent d'une patiule hagée dans un hap agnétique indépendant du teps iblio: Pee elat Gaing Magnétise Into expéientale: Dispositif: On obsee une déiation du faseau d'életons losqu'il aie ae une itesse

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

OPERATIONS MANAGEMENT

OPERATIONS MANAGEMENT OPERATIONS MANAGEMENT RIRL 00 - Bordeaux Septeber 30t & Otober st, 00 RIRL 00 Te 8t International Conferene on Loistis and SCM Resear BEM Bordeaux Manaeent Sool Septeber 9, 30 and Otober st 00 La estion

Plus en détail

Le continuum de la vie. Escalier du temps : Hadéen, Archéen, Protérozoïque (- 4500 à - 540 MA)

Le continuum de la vie. Escalier du temps : Hadéen, Archéen, Protérozoïque (- 4500 à - 540 MA) «Affronter l immensité» Continuum et Ruptures Evolution et grandes aquisitions de la vie Du Préambrien à nos jours, il s agit de montrer : que la vie se perpétue en rebondissant, profitant de haque nouvelle

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 24 janvier 2014 Français Original: anglais ECE/CES/2014/7 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-deuxième

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève CONSEIL EXÉCUTIF EB136/39 Cent trente-sixième session 12 décembre 2014 Point 13.2 de l ordre du jour provisoire Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne

UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne La société Le groupe Allianz est un des principaux fournisseurs de services globaux dans les domaines de l assurance, de la banque et

Plus en détail

À quelles lacunes en matière de données doit-il être remédié?

À quelles lacunes en matière de données doit-il être remédié? Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 5 avril 2011 Français Original: anglais ECE/CES/2011/9 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Cinquante-neuvième

Plus en détail

La reconquête de vos marges de manœuvre

La reconquête de vos marges de manœuvre La reconquête de vos marges de manœuvre Libérez vos applications critiques Bull ouvre de nouvelles portes à votre patrimoine applicatif. Bull LiberTP fait passer simplement vos applications transactionnelles

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Des solutions adaptées à vos besoins. l agroalimentaire

Des solutions adaptées à vos besoins. l agroalimentaire Des solutions adaptées à vos besoins l agroalimentaire Accroître ses chances de succès à l international Les acteurs majeurs de l agroalimentaire sont soumis aux mêmes contraintes : rentabilité, fiabilité

Plus en détail

ECE/TRANS/WP.15/AC.1/2015/21. Conseil économique et social. Nations Unies. Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs

ECE/TRANS/WP.15/AC.1/2015/21. Conseil économique et social. Nations Unies. Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.15/AC.1/2015/21 Distr. générale 9 janvier 2015 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Rapport de vérification électricité visite périodique

Rapport de vérification électricité visite périodique BUREAU VERITAS ST-QUENTIN-EN-YVELINES Immeuble 'Le Florestan' 2 bd Vauban MONTIGNY- LE- BRETONNEUX 78067 ST-QUENTIN-EN-YVELINES edex A l'attention de LATERZA INSEE 7 RUE STEPHENSON 78188 ST QUENTIN EN

Plus en détail

DGM4 KIT DGM4 TDG4. Centrale Vigik 4 portes MANUEL D INSTALLATION. Gamme: Vigik. Group Products

DGM4 KIT DGM4 TDG4. Centrale Vigik 4 portes MANUEL D INSTALLATION. Gamme: Vigik. Group Products FR KIT TDG4 entrale Vigik 4 portes Gamme: Vigik MANUEL D INSTALLATION Group Products entrale Vigik 4 portes D 1] PRESENTATION DU PRODUIT 2 onforme Mifare (système ouvert à toutes les marques de badges

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

CRIP Retour d expérience projet NSO (New Sourcing Operation) 2014_04_09

CRIP Retour d expérience projet NSO (New Sourcing Operation) 2014_04_09 RIP Retour d expérience projet NSO (New Sourcing Operation) 2014_04_09 ONFIDENTIEL AGENDA 01 DESRIPTION 02 ORGANISATION 03 LES 04 QUESTIONS DES OBJETIFS ET DU MODELE DU PROJET LEONS REPONSES ONFIDENTIEL

Plus en détail

AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE

AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE Dans e hapire l'amplifiaeur différeniel inégré sera oujours onsidéré omme parfai, mais la ension de sorie ne pourra prendre que deux valeurs : V sa e V

Plus en détail

nous votre service clients orange.fr > espace client 3970*

nous votre service clients orange.fr > espace client 3970* nous votr srvi lints orang.fr > spa lint 3970* vous souhaitz édr votr abonnmnt Orang Mobil Bonjour, Vous trouvrz i-joint l formulair d ssion d abonnmnt Orang Mobil à rtournr omplété t par vous-mêm t par

Plus en détail

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Trouvez des solutions de type cloud éprouvées qui répondent à vos priorités principales Points clés Découvrez les avantages de quatre déploiements en

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

SEPTEMBRE - SEPTEMBER 2011

SEPTEMBRE - SEPTEMBER 2011 SEPTEMBRE - SEPTEMBER 2011 Épinglons la punaise de lit Bilan environnemental Don t Let the Bedbugs Bite 9 Environmental Assessment 7 Colletes spéiales de feuilles mortes L Halloween en toute séurité Speial

Plus en détail

PROPAGATION D ONDES ELECTROMAGNETIQUES DANS UN GUIDE D ONDE A SECTION RECTANGULAIRE

PROPAGATION D ONDES ELECTROMAGNETIQUES DANS UN GUIDE D ONDE A SECTION RECTANGULAIRE PROPAGATION D ONDS LCTROMAGNTIQUS DANS UN GUID D OND A SCTION RCTANGULAIR B. AMANA et J.-L. LMAIR Liene de Physique - Univ. de Cery-Pontoise. Propaation d Ondes M dans un uide à setion retanulaire. PARTI

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

II - L identification des prospects. La mise en æuvre de ïa prospection UI - Le plan de prospection

II - L identification des prospects. La mise en æuvre de ïa prospection UI - Le plan de prospection La mise en æuvre de ïa prspetin La prspetin est la phase préliminaire à la vente. iie nsiste à herher de nuveaux lients ptentiels. 'est un travail ûteux pur la Pv, néanmins indispensable à sa survie. L

Plus en détail

CENTRE NATIONA L DU REGISTRE DU COMMERCE (CNRC)

CENTRE NATIONA L DU REGISTRE DU COMMERCE (CNRC) République Algérienne Démocratique & Populaire Ministère du Commerce CENTRE NATIONA L DU REGISTRE DU COMMERCE (CNRC) ENTRE TELEMATIQUE ET GESTION ELECTRONIQUE DES DOCUMENTS Présentée par madame ABDELLAOUI

Plus en détail

GABARIT À PÊNE DORMANT ÉLECTRONIQUE

GABARIT À PÊNE DORMANT ÉLECTRONIQUE Trez un erle de 1 po (25,4 mm) de dimètre u entre du ord de l porte. 2" 1 3/4" 1 9/16" 1 3/8" 51 45 40 35 POUR DISTANCE D'ENTRÉE de 2 3/8 po (60 mm) Pliez e grit sur l ligne pointillée et plez elle-i sur

Plus en détail

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017 UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION 5, CHEMIN DU POMMIER CASE POSTALE 330 1218 LE GRAND-SACONNEX / GENÈVE (SUISSE) Lettre de mission Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Manuel Qualité Fournisseur

Manuel Qualité Fournisseur Page 1 de 25 Manuel Qualité Fournisseur EXIGENES D ASSURANE QUALITE Rédaction VERP Quality Engineer 22/09/2014 Approbation SIDM Quality Manager 22/09/2014 Approbation SZAM Procurement Manager 23/09/2014

Plus en détail

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne Affaires autochtones et Développement du Nord Canada Rapport de vérification interne Vérification du cadre de contrôle de gestion pour les subventions et contributions de 2012-2013 (Modes de financement)

Plus en détail

Intégrale et primitives

Intégrale et primitives Chpitre 5 Intégrle et primitives 5. Ojetif On herhe dns e hpitre à onstruire l opérteur réiproue de l opérteur de dérivtion. Les deux uestions suivntes sont lors nturelles. Question : Soit f une pplition

Plus en détail

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Madame, Monsieur Le Programme «Dépenses publiques et Responsabilité financière» (PEFA), lancé en 2001, a mis en place un cadre

Plus en détail

Gestion des salaires éprouvé pour PME suisses.

Gestion des salaires éprouvé pour PME suisses. éprouvé pour PME suisses. Gestion commerciale Comptabilité Travailler de façon plus efficace Davantage de temps pour les tâches de direction Des milliers de PME suisses travaillent avec la gestion des

Plus en détail

GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES

GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES EON- AICOTTE NOIEUX RANG O N E Calendrier GETION E ATIÈRE RÉIUEE ille de ont-aint-hilaire Ce alendrier de gestion des matières résiduelles est un outil simple et pratique pour trouver rapidement les servies

Plus en détail

Conférence de presse

Conférence de presse Conférence de presse 1 er août 2011 Système intégré de gestion électronique des documents : vers une dématérialisation des flux d informations au sein de l Etat Page 1 Définition et concepts La gestion

Plus en détail

Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications

Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications (Juillet 1989) La vitesse de l innovation technologique liée aux ordinateurs et aux télécommunications, ces dernières années, et l intégration

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Adopter une approche unifiée en matière d`accès aux applications

Adopter une approche unifiée en matière d`accès aux applications Adopter une approche unifiée en matière d`accès aux applications Présentée par Jean-Steve Shaker Architecte de solutions - Virtualisation 2012 Technologies Metafore Inc. L évolution 2012 Technologies Metafore

Plus en détail

Analyse du Cycle de Vie Le composite conforté par les résultats de la première étude comparative sur les compteurs

Analyse du Cycle de Vie Le composite conforté par les résultats de la première étude comparative sur les compteurs Analyse du Cycle de Vie Le composite conforté par les résultats de la première étude comparative sur les compteurs Cycleco, bureau d études indépendant spécialisé en analyse du cycle de vie et en éco-conception,

Plus en détail

LA MÉTHODOLOGIE DE TRAVAIL TRAVAILLER EXPLICITEMENT LES COMPÉTENCES 6 ET 7

LA MÉTHODOLOGIE DE TRAVAIL TRAVAILLER EXPLICITEMENT LES COMPÉTENCES 6 ET 7 LA MÉTHODOLOGIE DE TRAVAIL TRAVAILLER EXPLIITEMENT LES OMPÉTENES 6 ET 7 Animation pédagogique novembre 2013 laire BEY -conseillère pédagogique irconscription de Tours Nord Programme : La méthodologie dans

Plus en détail

Estimer et mesurer la performance des projets agiles avec les points de fonction

Estimer et mesurer la performance des projets agiles avec les points de fonction Estimer et mesurer la performance des projets agiles avec les points de fonction Radenko Corovic, MBA radenko.corovic@rsmtechno.ca 1. Introduction Les méthodes agiles de développement des systèmes ont

Plus en détail

CHAUFFE-EAU RÉSIDENTIELS ÉLECTRIQUES

CHAUFFE-EAU RÉSIDENTIELS ÉLECTRIQUES HUFFE-EU RÉSIDENTIELS ÉLETRIQUES hauffe-eau standards disponibles dans les modèles 30, 40 et 60 gallons hauffe-eau ascade et Super ascade 9 disponibles dans les modèles 40 et 60 gallons ONÇU POUR DURER

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.5/2003/7/Add.4 8 juillet 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Un réseau collectif fiable dans le système de santé publique

Un réseau collectif fiable dans le système de santé publique Un réseau collectif fiable dans le système de santé publique Cabinets médicaux/centres de soins médicaux/réseaux Cliniques/Hôpitaux Réhabilitation/Soins Prestataires de services médicaux Partenaires santé/assurances

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

OFFRE de. Université de Montpellier 2015/2016. www.umontpellier.fr

OFFRE de. Université de Montpellier 2015/2016. www.umontpellier.fr OFFRE de formation Université de Montpellier 2015/2016 www.umontpellier.fr sommaire éc 2014 Toutes les formations sur www.umontpellier.fr artes de localisation des sites de formation 03 Schéma des études

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET I CONTEXTE DE LA REFORME BUDGETAIRE II OBJECTIFS ET AXES DE LA REFORME BUDGETAIRE III CARACTERISTIQUES DE LA REFORME BUDGETAIRE IV FACTEURS CLES DE SUCCES 2 Modernisation

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CEP/AC.10/2006/5 31 mars 2006 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES POLITIQUES DE L ENVIRONNEMENT Groupe

Plus en détail

Elimination intégrale recommandée à l issue de la D.U.A.

Elimination intégrale recommandée à l issue de la D.U.A. IRULAIR AD 94-10 DU 7 OTOBR 1994 Tri et conservation des archives des établissements publics de santé : documents produits après 1968 et concernant le patrimoine foncier, immobilier et mobilier des établissements

Plus en détail