Cahier de charge application cartographie (base de données des acteurs et des lieux culturels)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cahier de charge application cartographie (base de données des acteurs et des lieux culturels)"

Transcription

1 Cahier de charge application cartographie (base de données des acteurs et des lieu culturels) Page 1 sur 19

2 TABLE DES MATIERES Cahier de charge application cartographie... 1 (base de données des acteurs et des lieu culturels) Introduction Les questions de politique culturelle auquelles cette base de données pourrait apporter des éléments de réponse La structure de la base de données La base de données porte sur deu objets qui doivent être distingués : Les acteurs culturels : Les lieu d activité culturelle Périmètre des acteurs et des lieu à inclure dans cette base de données Critère de discipline Critère de type de mission Critère de type de structure Critère de type de financement Critère de type d engagement de l acteur ou le lieu Les données à rassembler Les données d un acteur culturel Les données identifiantes d un acteur culturel Les données d analyse d un acteur culturel Les données objectives Discipline Mission Infrastructure lieu d activité Pouvoir de tutelle Public Objectif de programmation : rayonnement Financement Accessibilité financière Accessibilité linguistique de la majorité des activités Activité culturelles et enseignement Les données semi-objectives Rayonnement des activités de l acteur culturel : comment perçoit-il sa mission de programmation : Rayonnement des activités de l acteur culturel : comment perçoit-il son rayonnement effectif? Publics cibles : âge Médiation Les données d un lieu culturel Les données identifiantes d un lieu culturel Les données d analyse d un lieu culturel Affectations possibles du lieu Type de lieu Disponibilité du lieu Capacité du lieu en terme de public Page 2 sur 19

3 5 L encodage des données L utilisation des données Annee 1 : liste des questions de politique culturelle auquelles la base de données pourrait apporter des éléments de réponse Activité culturelle et public Activité culturelle et création Activité culturelle et enseignement Activité culturelle et tourisme Activité culturelle et espace public Activité culturelle et financement Recensement et cartographie des lieu culturels Eamen des pratiques de gestion des acteurs culturels Page 3 sur 19

4 1 Introduction L action 11 du Plan culturel pour Bruelles reprend ces termes «Les acteurs culturels bruellois souhaitent la réalisation, la promotion et l utilisation concrète d une base de données globale qui recense l ensemble de l activité culturelle et artistique. Plusieurs tentatives ont été réalisées à ce jour et mériteraient d être intégrées à cet eercice». Il s agit donc de réaliser une base de données reprenant, pour chaque acteur culturel et pour chaque lieu culturel situés en Région bruelloise, leur données d identification ainsi que certaines données relatives à leurs activités, leurs équipements, leurs pratiques et leurs publics afin de permettre au secteur culturel ainsi qu à d autres intervenants (pouvoirs publics, équipes universitaires, ) de procéder à différentes analyses sur les politiques et pratiques de secteur culturel bruellois. Cette base de données devra être liée à un outil cartographique eistant, géré par un service public, afin de pouvoir croiser les données du secteurs culturels avec d autres données (territoriales, démographiques, mobilité, ) en vue de pouvoir enrichir l analyse et, dans certains cas, traduire celleci sur une carte à différentes échelles (Région, commune, quartier, ). Une des grandes difficultés de cet eercice réside dans le fait que les acteurs culturels sont confrontés à une multiplicité de «collecteurs de données» qui, chacun, leur demandent des données libellées, structurées ou paramétrées différemment. Face à ceci, ils ont tendance à ne pas collaborer à ces collectes de données, estimant, d une part, que cela leur prend trop de temps et, d autre part, qu ils ne tirent la plupart du temps des conclusions émises par ces «collecteurs de données» que très peu d enseignement utiles. Plusieurs collecteurs de données interrogés ont eprimé leur frustration face à la difficulté d obtenir celles-ci. Le projet rencontre cette difficulté de 3 manières : - La création d une base de données, pouvant fournir de l information au divers utilisateurs de celle-ci, permet de réduire la multiplicité des demandes d information dont sont assaillis les acteurs culturels. - L harmonisation des paramètres d analyse, pour la plupart des grandes questions afférentes à l activité culturelle à Bruelles, permet également de limiter l introduction des données et pourrait rendre la lecture de celles-ci plus cohérente. - Enfin, l outil d introduction de ces données, s il pouvait être un complément à l outil d introduction des données sur les activités culturelles (voir GT Agenda), structuré de la même manière, utilisant les mêmes formats, faciliterait également la tâche des acteurs culturels. Le projet répond à 3 objectifs : - une base objective au décisions des pouvoirs subsidiants relative à l affectation des moyens publics (financement, soutien, ) au activités culturelles et artistiques et, plus particulièrement, au questions ayant un impact sur le maillage territorial de la culture ; - un annuaire culturel à disposition des acteurs culturels, avec une application cartographique, visant à améliorer leur connaissance des autres acteurs culturels dans leur environnement immédiat et la collaboration entre eu; Page 4 sur 19

5 - dans un second temps, un outil d information du public par le biais de cartes en ligne ou par le biais de collaborations en matière de transport public ou en matière touristique. Concrètement le défi est de : - élaborer la liste des questions auquelles cette base de données devrait apporter des éléments de réponse ; - identifier les données objectives et semi-objectives à rassembler en vue d apporter ces éléments de réponse ; - obtenir un consensus entre les acteurs culturels et les différents pouvoirs subsidiants, susceptibles d alimenter et d utiliser cette base de données, sur la paramétrisation de ces différentes données ; - faire en sorte que la collecte de ces données ne constitue pas une charge trop lourde pour les acteurs culturels chargés de les introduire dans la base de données. 2 Les questions de politique culturelle auquelles cette base de données pourrait apporter des éléments de réponse Les questions de politique culturelle ne sont évidemment pas neutres. Elles dépendent largement de choi subjectifs faits dans la conception d une politique culturelle et de ses priorités. L important n est pas ici d opérer un choi entre les différentes questions que l on peut traiter mais d imaginer, de manière théorique, les types de question auquels cette base de données et son etension cartographique pourraient apporter des éléments de réponse particulièrement utiles. Une liste des questions a été élaborée (voir annee 1) en précisant, pour chaque question, si les données reprises dans la base de données «culturelle» suffisent à l élaboration de la réponse ou si d autres données, provenant d autres sources (notamment d un outil cartographique) sont nécessaires. 3 La structure de la base de données 3.1 La base de données porte sur deu objets qui doivent être distingués : Les acteurs culturels : Il s agit des différents intervenants en matière culturelle et artistique : organisateur, producteur, diffuseur, artiste, organisme de soutien, Dans leur cas, l information à recueillir concerne principalement leur nature, leur sphère d activité (discipline, mission, ), leur public, leurs modes de financement, leur pouvoir de tutelle, Cette information peut être de deu ordres : Page 5 sur 19

6 - l information objective, factuelle : subsides publics, pouvoirs dont ils dépendent, ; - l information semi objective : comment l acteur culturel se voit lui-même en terme de rayonnement, de mission, de publics cibles Les lieu d activité culturelle Il s agit des lieu accessibles soit au artistes, soit au public, soit évidemment au deu. Chaque acteur culturel eerce ses activités dans un ou plusieurs lieu qui sont, soit sous son contrôle, soit sous le contrôle d un tiers : lieu de diffusion, lieu de travail et de répétition, lieu de formation, lieu d enregistrement, Pour les lieu, l information à recueillir concerne principalement leur localisation, leur fonction, leur capacité, leurs équipements, Dans ce domaine, les paramètres peuvent être très nombreu. Par soucis d efficacité, il conviendrait d élaborer une typologie des lieu en termes de capacité, de possibilités d utilisation, d équipement, Dans l encodage d un lieu, l acteur culturel sélectionnerait un type de lieu auquel son lieu répond. Une question à eaminer et à trancher concerne le niveau de détail de la liste des lieu : - si, dans un même bâtiment, il y a 3 lieu de répétition, chacun d eu est-il considéré comme un lieu à encoder individuellement ; - doit-on encoder les lieu de réception (foyer, cafetaria, bar, )? - doit-on encoder les lieu de réunions? 3.2 Périmètre des acteurs et des lieu à inclure dans cette base de données La fiation de ce périmètre peut se faire suivant différents critères. Le Groupe de travail a élaboré une liste très ehaustive des critères théoriquement possibles. Il reste encore une zone d ombre dans la distinction entre pratique artistique professionnelle et pratique artistique amateur. Il apparaît clairement, au yeu du Groupe de travail qu un choi doit être opéré parmi ces différents critères. Le fait de les lister tous a l avantage de pouvoir identifier ceu qui, selon le Groupe de travail, ne doivent pas être retenus. En outre, le Groupe de travail estime, de manière pragmatique, qu il faut mieu mettre en œuvre cette base de données en deu phases, afin de pouvoir commencer l eercice avec un nombre limité d acteurs et, le cas échéant, corriger certains éléments de cette base de données avant de l étendre à d autres acteurs. Dans les tableau ci-après, les deu dernières colonnes indiquent les critères retenus dans la première ou la deuième phase. Page 6 sur 19

7 3.2.1 Critère de discipline Phase 1 Phase 2 Art de la scène et de l écran Théâtre Danse Opéra Performance Musique Cabaret musical Impro Cirque Arts de la rue Art forain Marionnettes Cinéma Arts plastiques Peinture Sculpture Installation Photographie Dessin Audiovisuel Numérique Multimedia Street art Arts appliqués Design Stylisme Graphisme Urbanisme Architecture Artisanat Littérature Poésie Conte BD Fiction/roman Non fiction Enfants Multidisciplinaire Multidisciplinaire Divers Culture historique Culture politique Culture géographique Folklore Jeu Page 7 sur 19

8 3.2.2 Critère de type de mission Recherche Création Production Diffusion Promotion Médiation Formation artistes professionnels Formation autre Education : enseignement supérieur artistique Education : autre Conservation Réseau Mécénat Soutien Phase 1 Phase Critère de type de structure Personne physique Personne morale (ASBL, fondation, société, ) Association de fait Phase 1 Phase Critère de type de financement Financement principalement public Financement principalement privé de type sponsoring, mécénat, leg, Financement principalement privé de type commercial ( vente, location, billetterie) Phase 1 Phase Critère de type d engagement de l acteur ou le lieu professionnel Non professionnel (amateur) Phase 1 Phase 2 Page 8 sur 19

9 4 Les données à rassembler Une distinction doit être faite entre : - les données «identifiantes» d un acteur ou d un lieu culturel (savoir de qui il s agit) ; - les données d analyse d un acteur ou d un lieu culturel : celles qui permettent une réfleion sur la politique culturelle à Bruelles. Parmi ces dernières, une distinction doit encore être faites entre les données objectives (factuelles) et les données semiobjectives (celles où le jugement de l acteur culturel intervient). 4.1 Les données d un acteur culturel Les données identifiantes d un acteur culturel - nom ; - pseudonyme/ sous-titre ; - statut juridique (personne physique, ASBL, Fondation, Société, association de fait, ) ; - adresse ; - tel (administration) ; - mail (administration) ; - fa (administration) ; - site internet ; - géolocalisation ; - direction/ personne de contact Les données d analyse d un acteur culturel Les données objectives Discipline Comme pour le groupe «agenda», le choi se fera sur une liste à 2 niveau : Eemple : Musique Classique Il sera possible d encoder plusieurs disciplines Mission Voir ci-dessus. Il sera possible d encoder plusieurs missions. Page 9 sur 19

10 Infrastructure lieu d activité L acteur culturel dispose-t-il d une infrastructure ouverte au public : oui/non. L acteur culturel dispose-t-il d une infrastructure ouverte au artistes : oui/non. L acteur culturel déploie-t-il des activités dans l espace public : oui/non Pouvoir de tutelle Etat fédéral ; Communauté française ; Communauté flamande ; Cocof ; VGC ; Région bruelloise ; Commune ; Aucun Public Nombre de visiteurs / an : - Payants ; - Gratuits. Répartition géographique des visiteurs par code postal Objectif de programmation : rayonnement RAYONNEMENT Discipline 1 Discipline 2 Discipline 3 Discipline 4 Local Communautaire National International Attention, un acteur culturel peut avoir, dans une discipline, un objectif de programmation local et, dans une autre discipline, un objectif de programmation national. Page 10 sur 19

11 Financement Année Année Année -1 Année -2 Budget total : Financement public total : dont financement structurel : dont aide à projet : par pouvoir subsidiant : Fédéral : fin. structurel : Fédéral : aide à projets : Com. française fin. structurel : Com. française : aide à projets : Vl. Gemeenschap : fin. structurel : Vl. Gemeenschap : aide à projets : Cocof : fin. structurel : Cocof : aide à projets : VGC : fin. structurel : VGC : aide à projets : Région Bl : fin. structurel : Région Bl: aide à projets : Communes : fin. structurel : Communes : aide à projets : U.E. : Autres : Financement privé de type sponsoring, mécénat, : Billetterie : Autres sources de financement : NB. : Les données de financement par les pouvoirs publics pourraient venir directement des pouvoirs publics eu-mêmes Accessibilité financière Participation à des initiatives de tiers : - Cultuurwaardebon ; - Article 27 ; - Arsène 50. NB. Ces données pourraient être transmises directement par les tiers gérant l initiative. Politique de réduction tarifaire : - Etudiants ; - Chômeurs ; - 3ème âge. Page 11 sur 19

12 Accessibilité linguistique de la majorité des activités totale (pas de langage) ; langue principale de la majorité des activités: NL FR Autre ; langue du sur- ou sous-titrage régulier des activités: NL FR Autre Activité culturelles et enseignement Invitations de groupes scolaires au activités ouvertes au public : Nbr activités / an Nbr d écoles concernées Nbr élèves / an Tranche d âges : - petite enfance (jusqu à 5 ans) - enfants (6-12) - jeunes (12_18) - étudiants (18-26) Langue des activités : - uniquement FR - uniquement NL - certaines en NL, certaines en FR Organisation par l acteur culturel, dans le lieu culturel, d activités pédagogiques spécifiques pour les groupes scolaires : Nbr activités / an Nbr d écoles concernées Nbr élèves / an Tranche d âges : - petite enfance (jusqu à 5 ans) - enfants (6-12) - jeunes (12_18) - étudiants (18-26) Langue des activités : - uniquement FR - uniquement NL - certaines en NL, certaines en FR Les données semi-objectives Rayonnement des activités de l acteur culturel : comment perçoit-il sa mission de programmation : - programmation à rayonnement local ; - programmation à rayonnement communautaire ; - programmation à rayonnement national ; - programmation à rayonnement international. Page 12 sur 19

13 NB. : Sachant qu un même acteur culturel peut développer différents types d activités au rayonnement différent, plusieurs options peuvent être retenues. Pour chaque périmètre de rayonnement, l acteur culturel précisera si celui-ci concerne : - le grand public ; - un public niche Rayonnement des activités de l acteur culturel : comment perçoit-il son rayonnement effectif? - Territoire regroupant entre 1 et habitants (soit un ou plusieurs quartiers ou une commune) - Territoire regroupant entre et habitants (soit plusieurs communes bruelloises) - Territoire regroupant entre et 1 million d habitants (soit le territoire de la région bruelloise) - Territoire regroupant entre 1 million et 2 million d habitants (soit le territoire de la zone métropolitaine) - Territoire de la Communauté française / Communauté flamande - Territoire national - Territoire international NB. : Sachant qu un même acteur culturel peut développer différents types d activités au rayonnement différent, plusieurs options peuvent être retenues. Pour chaque périmètre de rayonnement, l acteur culturel précisera si celui-ci concerne : - le grand public ; - un public niche Publics cibles : âge - petite enfance (jusqu à 5 ans); - enfants (6-12) - jeunes (12_18) - étudiants (18-26) - adultes (27 65); - plus de 65 ans. Page 13 sur 19

14 Médiation Une distinction peut être faite entre : - le travail de médiation culturelle : élargir les connaissances du public sur une discipline, une œuvre, un artiste ; - le travail de médiation vers de nouveau publics : amener un public cible à franchir les portes d un lieu culturel, à découvrir une activité culturelle. Les activités de l acteur culturel font-elles régulièrement l objet d un travail de médiation culturelle? L acteur culturel dispose-t-il d un médiateur vers de nouveau publics? 4.2 Les données d un lieu culturel Les données identifiantes d un lieu culturel - nom ; - adresse ; - tel ; - mail ; - fa ; - site internet ; - géolocalisation ; - eploitant principal ; - personne de contact Les données d analyse d un lieu culturel Affectations possibles du lieu Travail individuel (atelier): - arts plastique ; - arts appliqués. Travail individuel ou collectif (salle de répétition) : - théâtre ; - dance ; - opéra ; - musique. Enregistrement : Page 14 sur 19

15 Diffusion (lieu accessible au public) : - théâtre ; - danse ; - opéra ; - musique ; - cirque ; - cinéma ; - arts plastiques ; - arts appliqués ; - littérature ; - parole (conférence, poésie, ) Type de lieu Dans l encodage d un lieu, l acteur culturel sélectionnerait un type de lieu auquel son lieu répond dans une typologie des lieu en termes de capacité, de possibilités d utilisation, d équipement, Disponibilité du lieu Lieu de travail répétition pour artistes : - lieu réservé au artistes résidents choisis par l acteur culturel responsable du lieu en fonction de son projet culturel; - lieu ouvert à d autres artistes. Lieu de diffusion : - lieu réservé au activités de l acteur culturel responsable du lieu ; - lieu ouvert à d autres activités ; - non relevant Capacité du lieu en terme de public Capacité assis : Capacité debout : Capacité combinée assis debout : 5 L encodage des données Pour faciliter le travail des acteurs culturels et simplifier leur formation à l encodage, il serait judicieu que cet encodage se fasse dans l application de la database des activités culturelles. Comme cette database contiendra déjà les données identifiantes des acteurs culturels (voir ci-dessus) et des lieu culturels (voir ci-dessus), il suffira d ajouter un complément au formulaire d encodage d un acteur culturel pour les données d analyse le concernant (voir ci-dessus) et un complément du même type au formulaire d encodage d un lieu culturel pour ses données d analyse (voir ci-dessus). Page 15 sur 19

16 6 L utilisation des données Ces données devraient être à la disposition du secteur culturel bruellois à travers ses réseau des services publics chargés de la politique culturelle ou de la politique territoriale à Bruelles, des équipes universitaires et d autres intervenants décidant de réaliser des études sur la politique et les pratiques culturelles à Bruelles. Il convient d eaminer avec ces différents intervenant le format d etraction des données nécessaire à leur utilisation efficace par ceu-ci. Page 16 sur 19

17 Annee 1 : liste des questions de politique culturelle auquelles la base de données pourrait apporter des éléments de réponse Activité culturelle et public QUESTIONS Données émanant du secteur Autres données périmètre de rayonnement des lieu culturels (paramètre semiobjectif) relevé des publics par code postal adéquation de la couverture territoriale par type d activité culturelle politique d accessibilité financière pratiquée par les acteurs culturels politique d accessibilité linguistique pratiquée par les acteurs culturels accessibilité physique des lieu culturels (personne à mobilité réduite, malvoyant, malentendant) Relevé des acteurs culturels ayant une activité de médiation culturelle (omkadering) Relevé des acteurs culturels ayant une activité de médiation vers de nouveau publics (publieksbemiddeling) lieu culturels et densité démographique (présente et à venir) lieu culturels et mobilité (transports en commun, station Villo, ) temporalité de l offre culturelle : - temporalité dans une journée; - temporalité dans une semaine; - temporalité dans une année. Activité culturelle et création QUESTIONS acteurs culturels offrant un soutien au artistes et à la création lieu culturels offrant un soutien au artistes et à la création Données émanant du secteur Autres données Page 17 sur 19

18 Activité culturelle et enseignement QUESTIONS Nbr. d élèves/an participant, de manière organisée, à des activités culturelles ouvertes au public, par discipline Nbr. d élèves/an participant à des activités pédagogiques organisées par le secteur culturel, par discipline Nbr. d activités pédagogiques organisées par le secteur culturel par an et par discipline Cartographie des acteurs culturels offrant des activités pédagogiques spécifiques au public scolaire, par discipline Données émanant du secteur Autres données Activité culturelle et tourisme QUESTIONS cartographie des lieu culturels à rayonnement national et international Données émanant du secteur Autres données Activité culturelle et espace public QUESTIONS cartographie des espaces publics utilisés pour des activités culturelles de manière structurelle ou sporadique Données émanant du secteur Autres données Activité culturelle et financement QUESTIONS répartition des sources de financement des activités culturelles : - par discipline ; - par public cible. moyens financiers publics consacrés au activités culturelles : - par pouvoir subsidiant ; - par discipline ; - par public cible ; - par périmètre de rayonnement. Données émanant du secteur Autres données Page 18 sur 19

19 Recensement et cartographie des lieu culturels QUESTIONS Données émanant du secteur Autres données lieu de création individuelle lieu de travail collectif, de répétition, lieu d enregistrement lieu de diffusion Eamen des pratiques de gestion des acteurs culturels QUESTIONS capacité et public financement et public Données émanant du secteur Autres données Page 19 sur 19

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS 2015 MODALITÉS PRÉSENTATION DE L APPEL À PROJETS L appel à projets Quartiers Durables Citoyens encourage et soutient les habitants qui s engagent dans leur quartier

Plus en détail

SYNDICAT MIXTE DU PAYS MIDI-QUERCY GUIDE DES ACTEURS CULTURELS DU PAYS MIDI QUERCY 2010/2013

SYNDICAT MIXTE DU PAYS MIDI-QUERCY GUIDE DES ACTEURS CULTURELS DU PAYS MIDI QUERCY 2010/2013 SYNDICAT MIXTE DU PAYS MIDIQUERCY GUIDE DES ACTEURS CULTURELS DU PAYS MIDI QUERCY 2010/2013 OBJECTIFS GENERAUX Valoriser et communiquer les ressources et initiatives existantes sur le territoire pour une

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

ASSOCIATION DDAY-OVERLORD

ASSOCIATION DDAY-OVERLORD COMMUNIQUE DE PRESSE Lundi, 2 mars 2015. Répondant à un appel à projets dans le cadre des services numériques et tourisme de mémoire en Normandie, initié par la Région Basse-Normandie, l association DDay-

Plus en détail

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France»

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Plan Séisme Chantier N 1- Action 1.4.2 Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Rapport AFPS Contrat AFPS / MEDD N CV05000137

Plus en détail

Programme pilote. Tisser des liens artistiques pour faire rayonner la Communauté métropolitaine de Montréal

Programme pilote. Tisser des liens artistiques pour faire rayonner la Communauté métropolitaine de Montréal Programme pilote Tisser des liens artistiques pour faire rayonner la Communauté métropolitaine de Montréal Une initiative du Conseil des arts de Montréal et de Culture Montréal en collaboration avec le

Plus en détail

L Observatoire National des Risques Naturels (ONRN)

L Observatoire National des Risques Naturels (ONRN) L Observatoire National des Risques Naturels (ONRN) Mettre en réseau, partager et échanger les connaissances Le projet d un Observatoire National des Risques Naturels (ONRN) résulte d une volonté commune

Plus en détail

Fiche technique 3. I- Normes pour les équipements destinés à accueillir des activités culturelles dans un établissement pénitentiaire

Fiche technique 3. I- Normes pour les équipements destinés à accueillir des activités culturelles dans un établissement pénitentiaire 1 Fiche technique 3 Les espaces destinés à accueillir des activités culturelles dans les services et établissements du ministère de la Justice et des Libertés I- Normes pour les équipements destinés à

Plus en détail

Programme de formation «CAP RSEA»

Programme de formation «CAP RSEA» Programme de formation «CAP RSEA» Amélioration et mesure de la performance économique, sociale, sociétale et environnementale des Entreprises Adaptées Contexte La RSE se définit comme la responsabilité

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche

Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche Rappel Le «Prix Recherche» a pour objectif de créer et de diffuser des «supports d application 1» à destination des acteurs de terrain 2 pour que

Plus en détail

Projet d accord de coopération

Projet d accord de coopération Projet d accord de coopération Entre : La Communauté française, Représentée par Madame Fadila Laanan, Ministre de la Culture, de l Audiovisuel, de la Santé et de l Egalité des chances Et : La Communauté

Plus en détail

APPEL D OFFRES POUR LA CRÉATION D UN VISUEL GÉNÉRIQUE ET D UN SLOGAN

APPEL D OFFRES POUR LA CRÉATION D UN VISUEL GÉNÉRIQUE ET D UN SLOGAN Agence de valorisation de l économie de la culture en Limousin 19, boulevard de la Corderie 87000 Limoges 05 87 21 30 50 contact@avec-limousin.fr www.avec-limousin.fr APPEL D OFFRES POUR LA CRÉATION D

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures»

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures» Direction Départementale des Territoires de l'aisne En application du décret du relatif à la mise en œuvre du plan de professionnalisation personnalisé prévus par les articles R 3434 et R 3435 du code

Plus en détail

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL Pays : Nom de la personne de contact au sein de la mairie Nom de la Ville Fonction : Superficie de la Téléphone commune : Nb d habitants Email 1. Personnel de votre commune 1.1) Nb de conseillers municipaux?

Plus en détail

DE MAI À OCTOBRE 2015 EN PICARDIE. Appel à partenaires. DIRCOM RÉGION PICARDIE - Photo : Ludovic Leleu / Région Picardie

DE MAI À OCTOBRE 2015 EN PICARDIE. Appel à partenaires. DIRCOM RÉGION PICARDIE - Photo : Ludovic Leleu / Région Picardie DE MAI À OCTOBRE 2015 EN PICARDIE Appel à partenaires Fiche de présentation 2/8 Présentation du projet : contexte et enjeux En 2013, le festival «Jardins en scène» est devenu «Jardins en scène, une saison

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et suivants)

Plus en détail

UN OUTIL POUR LE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE

UN OUTIL POUR LE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE Guide de la Taxe de séjour UN OUTIL POUR LE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE 25,1 % 45,1 % 50 % 75 % 55 % Question tourisme? C est la Com Com! www.cc-ribeauville.fr PRÉCURSEUR, POUR VOUS SERVIR La taxe de séjour,

Plus en détail

OBSERVATOIRE IMMOBILIER D ENTREPRISE

OBSERVATOIRE IMMOBILIER D ENTREPRISE Bases de données Besoin de suivre en permanence l évolution de votre marché? OBSERVATOIRE IMMOBILIER D ENTREPRISE GROUPE DE RECHERCHE SUR L'ECONOMIE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'AMENAGEMENT L information

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques (Collectivités locales, services

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec (RAIQ)

Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec (RAIQ) Consultation du milieu des arts interdisciplinaires sur les besoins en création, diffusion, résidences, documentation et formation ainsi que sur la vision d un lieu identitaire destiné aux pratiques interdisciplinaires

Plus en détail

Plan de formation 2012 2014

Plan de formation 2012 2014 Plan de formation 2012 2014 Le contete Arrimage a procédé, entre janvier et avril 2012, à une étude des besoins de formation pour le secteur culturel des Îles de la Madeleine. Cette consultation des artistes

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

Consultation 2015 Programme Formations Tourisme

Consultation 2015 Programme Formations Tourisme Consultation 2015 Programme Formations Tourisme Contact : Karel CHAUCHEPRAT Plan de Formation régional CRDT Auvergne Parc Technologique la Pardieu 7 allée Pierre de Fermat - CS 50502 63178 Aubière Cedex

Plus en détail

Partenariat à visibilité renforcée. Le principe. Visibilité sur le site et la lettre d information

Partenariat à visibilité renforcée. Le principe. Visibilité sur le site et la lettre d information En 13 ans, Africultures est devenu le site de référence des cultures africaines et un outil incontournable des professionnels. Des initiatives culturelles locales aux festivals établis d'envergure nationale

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Application Gestion de Projets Manuel utilisateur

Application Gestion de Projets Manuel utilisateur Application Gestion de Projets Manuel utilisateur Version 3 - SCE-MEMORIS 2006 1 / 41 SOMMAIRE 1 Introduction 3 1.1 Présentation de l application 3 1.2 Présentation des profils utilisateurs et de leurs

Plus en détail

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale Lille du 24 au 26 septembre 2013 74 e Congrès de l Union sociale pour l habitat le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale La préparation et l organisation du

Plus en détail

version def septembre 2010

version def septembre 2010 GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE 1 La plate-forme de dématérialisation des marchés publics du Conseil général de l Isère

Plus en détail

REGION DES PAYS DE LA LOIRE. Fonds régional Santé publique. Règlement d intervention

REGION DES PAYS DE LA LOIRE. Fonds régional Santé publique. Règlement d intervention REGION DES PAYS DE LA LOIRE Fonds régional Santé publique Règlement d intervention 1 1- POLITIQUE RÉGIONALE DE SANTÉ ET FONDS RÉGIONAL SANTÉ PUBLIQUE La santé des Ligériens constitue l une des priorités

Plus en détail

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE UITWERKING VAN EEN WIJKMONITORING DIE HET HELE GRONDGEBIED VAN HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK

Plus en détail

Le Label. «Nouvelle-Calédonie au cœur de l évènement» pour les évènements à caractère touristique

Le Label. «Nouvelle-Calédonie au cœur de l évènement» pour les évènements à caractère touristique Le Label «Nouvelle-Calédonie au cœur de l évènement» pour les évènements à caractère touristique Le Label «Nouvelle-Calédonie au cœur de l évènement» Pour faciliter, encourager et soutenir l organisation

Plus en détail

Acheter des actions de formation

Acheter des actions de formation L achat, quel enjeu? Acheter une action, c est acheter une prestation de services intellectuels qui nécessite un certain formalisme pour optimiser l achat au regard des enjeux. C est pourquoi, en complément

Plus en détail

Référencement dans des bases de données

Référencement dans des bases de données Marketing Site web du guide des ressources pour l édition de revues numériques Coordination : Ghislaine Chartron et Jean-Michel Salaun Doctorant en science de l'information La création numérique, ou la

Plus en détail

Personne à contacter : Françoise LE GUERN

Personne à contacter : Françoise LE GUERN Mairie de Guingamp 1 place du Champ-au-Roy BP 50543 22205 GUINGAMP cédex Tél : 02 96 40 64 40 Fax : 02 96 44 40 67 Email : mairie@ville-guingamp.com Personne à contacter : Françoise LE GUERN SOMMAIRE 1

Plus en détail

LA LICENCE PROFESSIONNELLE DE GUIDE CONFERENCIER

LA LICENCE PROFESSIONNELLE DE GUIDE CONFERENCIER LA LICENCE PROFESSIONNELLE DE GUIDE CONFERENCIER Responsables : Université de Nice Sophia Antipolis - Monsieur Ricardo Gonzalez, Professeur d'histoire et Archéologie antiques. Lycée Technique de l Hôtellerie

Plus en détail

L ACCES DE TOUS A LA LECTURE AVEC LA MEDIATHEQUE

L ACCES DE TOUS A LA LECTURE AVEC LA MEDIATHEQUE Extrait de la Charte définissant la politique culturelle de la Communauté de communes LES DOMAINES D INTERVENTION DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES L ACCES DE TOUS A LA LECTURE AVEC LA MEDIATHEQUE Sa proposition

Plus en détail

Plan d action annuel

Plan d action annuel Plan d action annuel Mise en contexte La Coordination ATL a pour objectif de développer l offre d accueil Temps libre sur le territoire de la Commune afin de répondre aux besoins des familles, de développer

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE AU MAROC Service de Coopération et d Action Culturelle ACADEMIE DE BORDEAUX

AMBASSADE DE FRANCE AU MAROC Service de Coopération et d Action Culturelle ACADEMIE DE BORDEAUX AMBASSADE DE FRANCE AU MAROC Service de Coopération et d Action Culturelle ACADEMIE DE BORDEAUX BACCALAUREAT GENERAL ET TECHNOLOGIQUE - SESSION 2015 Epreuve facultative d ARTS cinéma-audiovisuel Nature

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

régionale. politique Garonne

régionale. politique Garonne Enquêtes de fréquentation : le pourquoi du comment Observer, développer, promouvoir La première mission du Comité Régional de Tourisme d Aquitaine (CRTA)) consiste à promouvoir la région en France et à

Plus en détail

Date limite 15 juin 2015

Date limite 15 juin 2015 Date limite 15 juin 2015 Programme de bourses : Cheminement vers l excellence en art Relève artistique Lors de l adoption de sa politique culturelle en décembre 2006, la Ville de Granby a exprimé sa vision

Plus en détail

Cahier des charges d achat de formation

Cahier des charges d achat de formation Cahier des charges d achat de formation MISE EN CONCURRENCE POUR : LES ACTIONS COLLECTIVES 2014 FORMATIONS PROFESSIONNELLES Région : MARTINIQUE Références : CDC-15-003-2014 FAFSEA Délégation Martinique

Plus en détail

Règlement relatif à la formation permanente Institut professionnel des Agents immobiliers

Règlement relatif à la formation permanente Institut professionnel des Agents immobiliers Règlement relatif à la formation permanente Institut professionnel des Agents immobiliers Ratio legis du règlement relatif à la formation professionnelle permanente: Le Conseil national plaide pour un

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Pas à pas BOB 50 Campagne de rappels de paiement

Pas à pas BOB 50 Campagne de rappels de paiement Pas à pas BOB 50 Campagne de rappels de paiement Table des matières I. Introduction... 3 II. Présentation générale... 4 III. Modalités générales de rappel de paiement... 5 IV. Catégories de rappel de paiement...

Plus en détail

Module de gestion des contacts et échanges avec les clients et fournisseurs (CRM)

Module de gestion des contacts et échanges avec les clients et fournisseurs (CRM) bmi-fact+ Module de gestion des contacts et échanges avec les clients et fournisseurs (CRM) Module commun aux applications bmi-fact, bmi-compta, POWERGES et Gest-Office. Qu est-ce qu un CRM (Customer Relationship

Plus en détail

COMPETENCES SOCIO-ECONOMIQUES DEVELOPPEMENT PERSONNEL ET CITOYEN

COMPETENCES SOCIO-ECONOMIQUES DEVELOPPEMENT PERSONNEL ET CITOYEN MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION COMPETENCES

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

REFONTE DU SITE INTERNET

REFONTE DU SITE INTERNET Commune de Lannilis REFONTE DU SITE INTERNET CAHIER DES CHARGES Maitrise d ouvrage : Commune de LANNILIS - Mairie 19 rue de la Mairie 29870 Lannilis Tél. 02 98 04 00 11 - Email : mairie.lannilis.m@wanadoo.fr

Plus en détail

Club accessibilité mardi 07 mars 2012 salle de conférence - DDT

Club accessibilité mardi 07 mars 2012 salle de conférence - DDT Club accessibilité mardi 07 mars 2012 salle de conférence - DDT Animateurs : Myriam MASSEGLIA - Direction Départementale des Territoires / service habitat et construction Alexandre CLAMENS Direction Départementale

Plus en détail

PROGRAMME DES ATELIERS NUMERIQUES

PROGRAMME DES ATELIERS NUMERIQUES PROGRAMME Facebook 1 et 2 Avis clients Outils Google Site web Retouche photos Référencement Google Analytics Ateliers @ la demande Pour optimiser votre communication et developper votre activité touristique

Plus en détail

FICHE METIER. «Chef opérateur du son» Ingénieur du son (en prise de son) APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Chef opérateur du son» Ingénieur du son (en prise de son) APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Chef opérateur du son Version 1 «Chef opérateur du son» APPELLATION(S) DU METIER Ingénieur du son (en prise de son) DEFINITION DU METIER Le chef opérateur du son assure les prises de son sur les lieux

Plus en détail

OFFICE DE TOURISME DE LOURDES CAHIER DES CHARGES POUR LA CREATION D UNE APPLICATION MOBILE

OFFICE DE TOURISME DE LOURDES CAHIER DES CHARGES POUR LA CREATION D UNE APPLICATION MOBILE OFFICE DE TOURISME DE LOURDES CAHIER DES CHARGES POUR LA CREATION D UNE APPLICATION MOBILE Lourdes, le 23 novembre 2011 1/ Contexte L Office de Tourisme de Lourdes lance une consultation en vue de la création

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

POLITIQUE D UTILISATION ET DE PROMOTION DU CHRYSOTILE

POLITIQUE D UTILISATION ET DE PROMOTION DU CHRYSOTILE POLITIQUE D UTILISATION ET DE PROMOTION DU CHRYSOTILE Politique d utilisation et de promotion du chrysotile L histoire de la ville de Thetford Mines tient ses origines de l exploitation minière, et continue

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire.

Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire. CAHIER DES CHARGES - ANNEE 2011 PROGRAMME LOCAL DE FORMATION Territoire concerné : Grand Villeneuvois Fumélois Lémance Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire.

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

MARCHE DE PROGRAMMATION C.C.T.P.

MARCHE DE PROGRAMMATION C.C.T.P. MARCHE DE PROGRAMMATION C.C.T.P. Maître d ouvrage : Communauté de Communes du Mené Personne Responsable du Marché : Monsieur Le Président Personne à contacter pour obtenir des informations : Laurent Gaudicheau

Plus en détail

1. http://gallica.bnf.fr 2. http://www.theeuropeanlibrary.org 3. http://www.europeana.eu

1. http://gallica.bnf.fr 2. http://www.theeuropeanlibrary.org 3. http://www.europeana.eu Signature d un partenariat entre la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg et la Bibliothèque nationale de France en vue du développement de la bibliothèque numérique de la BNU, première

Plus en détail

Programme Local de Formation des Offices de tourisme 2014-2016 Le Marsan Landes d Armagnac

Programme Local de Formation des Offices de tourisme 2014-2016 Le Marsan Landes d Armagnac Programme Local de Formation des Offices de tourisme 2014-2016 Le Marsan Landes d Armagnac 1. Les bases du projet 2014-2016 : 5 priorités ont été définies dans le cadre du PLF du territoire Le Marsan Landes

Plus en détail

REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET

REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET 25/03/2015 Autorité de Régulation des Télécommunications et de la Poste 1 REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET Salou Abdou DORO ARTP

Plus en détail

Cahier de charge base de données des activités culturelles bruxelloises

Cahier de charge base de données des activités culturelles bruxelloises Cahier de charge base de données des activités culturelles bruxelloises Page 1 sur 22 TABLE DES MATIERES Cahier de charge base de données... 1 des activités culturelles bruxelloises... 1 1. Introduction...

Plus en détail

GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE

GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE La plate-forme de dématérialisation des marchés publics du Conseil général de l Isère permet

Plus en détail

SECRETARIAT : ATELIER DE PROJET PROFESSIONNEL

SECRETARIAT : ATELIER DE PROJET PROFESSIONNEL MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION SECRETARIAT

Plus en détail

Institut Universitaire Professionnalisé Génie Mathématiques et Informatique

Institut Universitaire Professionnalisé Génie Mathématiques et Informatique Institut Universitaire Professionnalisé Génie Mathématiques et Informatique Muriel Boutet Anthony Canto Emmanuel Roux Année 2003-2004 Avant Propos Sommaire Vous trouverez dans ce manuel des explications

Plus en détail

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Présenté à la ministre de l Éducation et du Développement de la petite enfance par le Comité d examen des bulletins scolaires de

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EPREUVE

Plus en détail

Démarche & ses étapes (information) III. Présentation des orientations et des actions du schéma de développement culturel d Alsace Bossue 2014-2016

Démarche & ses étapes (information) III. Présentation des orientations et des actions du schéma de développement culturel d Alsace Bossue 2014-2016 SCHÉMA DE DÉVELOPPEMENT CULTUREL D ALSACE BOSSUE 2014-2016 RESTITUTION AUX ACTEURS MARDI 26 NOVEMBRE 2013 à LORENTZEN DÉROULÉ DE LA SOIRÉE I. Introduction II. Démarche & ses étapes (information) III. Présentation

Plus en détail

Consultation 2016 Programme Formations Tourisme «Développer la clientèle affaires»

Consultation 2016 Programme Formations Tourisme «Développer la clientèle affaires» Consultation 2016 Programme Formations Tourisme «Développer la clientèle affaires» Contact : Karel CHAUCHEPRAT Plan de Formation régional CRDT Auvergne Parc Technologique la Pardieu 7 allée Pierre de Fermat

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :...

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :... Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 Méthodologie...3 L opération de prospection...3 Cible :... 3 Objectifs :... 4 Fichier client :... 5 Information nécessaire pour mieux vendre :...6 Les techniques

Plus en détail

Appel à projets culturels Règlement de consultation

Appel à projets culturels Règlement de consultation Appel à projets culturels Règlement de consultation Préambule : La notion de bassin de vie complémentaire urbain/rural est le fondement de la création et du positionnement stratégique du Syndicat mixte

Plus en détail

DOCUMENT A14.P0704 Société Michel Greco SA à Luxembourg Version A14.P0704 indice B

DOCUMENT A14.P0704 Société Michel Greco SA à Luxembourg Version A14.P0704 indice B DOCUMENT A14.P0704 Société Michel Greco SA à Luxembourg Version A14.P0704 indice B Table des matières 1. Introduction... 3 1.1. Titre du document... 3 1.2. Objet... 3 1.3. Convention de lecture... 3 1.4.

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE Ministère de la Communauté française Administration générale de l enseignement et de la

Plus en détail

Se former à l usage des TIC et à la gestion de l information

Se former à l usage des TIC et à la gestion de l information Se former à l usage des TIC et à la gestion de l information Agriculteurs, agricultrices, groupements, organisations professionnelles agricoles Vous souhaitez profiter des nouvelles technologies pour mieux

Plus en détail

Pour une offre de cours «à distance» de cours à option en Sciences et en Mathématiques de Secondaire IV et V

Pour une offre de cours «à distance» de cours à option en Sciences et en Mathématiques de Secondaire IV et V Pour une offre de cours «à distance» de cours à option en Sciences et en Mathématiques de Secondaire IV et V À l attention de monsieur Alain Veilleux, sous-ministre adjoint à l éducation préscolaire et

Plus en détail

Guide de l accompagnement numérique. Office de Tourisme de LANGEAIS & CASTELVALÉRIE. L animation numérique, c est quoi?

Guide de l accompagnement numérique. Office de Tourisme de LANGEAIS & CASTELVALÉRIE. L animation numérique, c est quoi? L animation numérique, c est quoi? L Office de Tourisme vous accompagne Vos rendez-vous numériques Guide de l accompagnement numérique Office de Tourisme de LANGEAIS & CASTELVALÉRIE 2014 2015 2 Sommaire

Plus en détail

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement Préambule Le rectorat de l académie de Lille et la direction régionale des affaires culturelles du

Plus en détail

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS L ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE L ACADÉMIE DE LYON FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS ESPACE DE STRUCTURATION DES PRATIQUES ARTISTIQUES

Plus en détail

Guide Utilisateur Gamme Prem Habitat Gestion des demandes d intervention

Guide Utilisateur Gamme Prem Habitat Gestion des demandes d intervention Guide Utilisateur Gamme Prem Habitat Gestion des demandes d intervention Version 1 Service Hot Line Aareon 2009 page 1 de 15 Table des matières 1 Saisie d une demande d intervention... 3 1.1 Accès au site

Plus en détail

MASTER MENTION COMMUNICATION ET CULTURE PARCOURS DYNAMIQUES CULTURELLES

MASTER MENTION COMMUNICATION ET CULTURE PARCOURS DYNAMIQUES CULTURELLES MASTER MENTION COMMUNICATION ET CULTURE PARCOURS DYNAMIQUES CULTURELLES RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Culture et Communication Mention : Information, communication Spécialité

Plus en détail

Festival - Reims DOSSIER DE PARTENARIAT

Festival - Reims DOSSIER DE PARTENARIAT Clin d Oeil 2-5 Festival - Reims July 2015 DOSSIER DE PARTENARIAT Le Festival Clin d Oeil est un événement artistique, biennale organisée le premier weekend de juillet, qui vise à mettre en avant la diversité

Plus en détail

CAHIER DES MISSIONS ET DES CHARGES POUR LES SCÈNES DE MUSIQUES ACTUELLES

CAHIER DES MISSIONS ET DES CHARGES POUR LES SCÈNES DE MUSIQUES ACTUELLES CAHIER DES MISSIONS ET DES CHARGES POUR LES SCÈNES DE MUSIQUES ACTUELLES Préambule La création des lieux de musiques actuelles date des années 70 et 80. Ces premiers lieux ont été portés par des projets

Plus en détail

PARCOURS FORMATION 2014

PARCOURS FORMATION 2014 Branche des commerces de détail de papeterie, fournitures de bureau, bureautique et informatique APPEL A PROPOSITIONS A L ATTENTION DES ORGANISMES DE FORMATION PARCOURS FORMATION 2014 Maxime MARION Fédération

Plus en détail

MUR MITOYEN BRETAGNE BRETAGNE.MURMITOYEN.FR

MUR MITOYEN BRETAGNE BRETAGNE.MURMITOYEN.FR MUR MITOYEN BRETAGNE BRETAGNE.MURMITOYEN.FR Un calendrier collaboratif d événements culturels, scientifiques et citoyens au service des habitants, des associations, des équipements et des villes de Bretagne

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Equipements scolaires faciliter la création de places dans les écoles bruxelloises

Equipements scolaires faciliter la création de places dans les écoles bruxelloises Equipements scolaires faciliter la création de places dans les écoles bruxelloises Le monitoring de l offre scolaire Le Gouvernement régional a chargé l ADT, dans le cadre du projet de PRDD, d établir

Plus en détail

GUIDE * du Partenaire

GUIDE * du Partenaire GUIDE * du Partenaire Vous êtes acteurs du Tourisme en Fumélois? Vous souhaitez développer votre activité? Notre métier.. Vous accompagner! * Qui sommes- nous? Un Office de Tourisme communautaire ***,

Plus en détail

Master Professionnel Sciences de l éducation

Master Professionnel Sciences de l éducation Anjot Simon 12, rue Leroy 14000 Caen simon.anjot@gmail.com Téléphone : 0632181851 Master Professionnel Sciences de l éducation Projet professionnel pour le Master 2 Pro : Education, formation et mutations

Plus en détail