IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux"

Transcription

1 IRM DE LA MOELLE OSSEUSE Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

2 OBJECTIFS Décrire la composition et la distribution normale des différentes moelles osseuses en fonction de l âge Connaître le signal normal en IRM de la moelle osseuse Connaître les variations physiologiques de distribution en fonction de l âge Savoir les gammes diagnostiques possibles de la moelle osseuse pathologique

3 PLAN INTRODUCTION RAPPELS SUR LA MOELLE OSSEUSE IRM NORMALE DE LA MOELLE OSSEUSE VARIANTES PHYSIOLOGIQUES DE LA NORMALE ASPECTS PATHOLOGIQUES CONCLUSION

4 INTRODUCTION - La moelle osseuse = système en équilibre - Dans lequel adipocytes vivent en symbiose avec cellules hématopoïétiques.

5 INTRODUCTION - La moelle osseuse présente des aspect différents en IRM - L aspect variable de la moelle osseuse est tributaire de plusieurs facteurs qui sont physiologiques dans la majorité des cas - En pratique courante, le radiologue est confronté à différencier le caractère normal ou anormal d un aspect IRM de la moelle osseuse

6 RAPPELS SUR LA MOELLE OSSEUSE

7 MOELLE OSSEUSE NORMALE - Composition - Distribution en fonction de l âge et du sexe

8 DISTRIBUTION EN FONCTION DE L AGE - A la naissance, la moelle est quasi exclusivement rouge - Une conversion en moelle jaune s effectue progressivement - Elle est symétrique pour un même individu

9 DISTRIBUTION EN FONCTION DE L AGE - Aux os longs: la conversion graisseuse intéresse les apophyse et épiphyses, puis les diaphyses, puis la métaphyse distale, et enfin la métaphyse proximale - Sur la section transversale de l os : la conversion graisseuse se fait d abord au centre, la moelle rouge persistant en sous sous cortical - Au squelette, la conversion graisseuse intervient de manière centripète depuis les extrémités jusqu au tronc

10 DISTRIBUTION EN FONCTION DE L AGE Moelle rouge partout à la naissance Puis conversion graisseuse au niveau des apophyses et épiphyses

11 DISTRIBUTION EN FONCTION DE L AGE Entre 1-10 ans Conversion graisseuse Diaphyse

12 DISTRIBUTION EN FONCTION DE L AGE Adolescence Métaphyse inférieure (distale)

13 DISTRIBUTION EN FONCTION DE L AGE Adulte Métaphyse supérieure (proximale)

14 DISTRIBUTION EN FONCTION DE L AGE

15 DISTRIBUTION EN FONCTION DE L AGE Coupe transversale Conversion graisseuse centrifuge

16 DISTRIBUTION EN FONCTION DE L AGE Squelette: conversion graisseuse ascendante <1an Apophyse et épiphyses

17 DISTRIBUTION EN FONCTION DE L AGE Squelette: conversion graisseuse ascendante 10ans Conversion ascendante Coude et genoux Crâne: exclusivement graisseux, plus marqué: os frontaux, occipitaux et pariétal Possibilité de prédominance de la moelle jaune autour des veines basilaires des vertèbres

18 DISTRIBUTION EN FONCTION DE L AGE Squelette: conversion graisseuse ascendante adulte Métaphysessup érieures de l humérus et du fémur

19 DISTRIBUTION EN FONCTION DE L AGE Squelette: conversion graisseuse ascendante Moelle rouge: squelette axial, appendiculaire proximal, métaphyse sup de l humérus et du fémur

20 DISTRIBUTION EN FONCTION DU SEXE La conversion est quasiment complète aux environs de 35 ans chez les hommes chez les femmes la partie proximale du fémur contient de la moelle rouge jusqu'à l âge de 55 ans environ. Des modifications similaires en fonction de l âge et du sexe sont observées dans le territoire proximal de l humérus

21 IRM NORMALE DE LA MOELLE OSSEUSE

22 IRM NORMALE DE LA MOELLE OSSEUSE Moelle rouge: - Moelle hématopoïétique - Richement vascularisée - Chargée de graisse - Contient environ 40% d eau, 40% de graisse et 20% de protéines Moelle jaune: - Moelle graisseuse inactive - Contient essentiellement des adipocytes - Faiblement vascularisée - Contient environ 80% de graisse, 15% d eau et 5% de protéines Os trabéculaire Le signal de la moelle en IRM reflète sa composition

23 IRM NORMALE DE LA MOELLE OSSEUSE Moelle rouge (cellules sanguines) Moelle jaune (adipocytes) NOIR EN T1 BLANC EN T1 T1: meilleure séquence en contraste pour étudier le signal et la distribution de la MO

24 T1: IRM NORMALE DE LA MOELLE - Anatomique OSSEUSE - Etude de la conversion médullaire - Tout hyposignal T1 de la MO < aux disques ou aux muscles est pathologique, sauf avant l âge de 6 mois T2 : - sensible à l œdème et à la détection de lésions de la moelle

25 IRM NORMALE DE LA MOELLE OSSEUSE STIR: - Fat Sat + homogène - Sensible à l œdème et à la détection des lésions de la moelle T1 Gado: - Intérêt chez l enfant +++, car la moelle est encore hématopoïétique (richement vascularisée)

26 IRM NORMALE DE LA MOELLE OSSEUSE

27 IRM NORMALE DE LA MOELLE OSSEUSE Moelle rouge Signal interméd Coupe coronale en écho de spin pondérée T1 de la hanche d un enfant de 7 ans. La zone de signal intermédiaire dans le col fémoral correspond probablement à de la moelle hématopoïétique normale. Moelle jaune hypersignal

28 IRM NORMALE DE LA MOELLE OSSEUSE Coupe sagittale en écho de spin pondérée T1 du fémur d une fille de 10 ans montrant la prédominance de la conversion graisseuse dans le territoire diaphysaire

29 IRM NORMALE DE LA MOELLE OSSEUSE écho de spin pondérée T1 de la colonne lombaire d une femme de 31 ans montrant la prédominance de la conversion graisseuse autour des veines basilaires des corps vertébraux (flèches).

30 Signal intermédiaire femme de 31 ans (A) homme de 34 ans (B). seule la partie inféro-externe du col (flèche) contient de la moelle rouge Dès la troisième décennie, la conversion graisseuse de la moelle rouge du col fémoral est généralement plus prononcée chez les hommes que chez les femmes A B

31 IRM NORMALE DE LA MOELLE OSSEUSE Conversion normale

32 CONVERSION - La conversion graisseuse se poursuit préférentiellement sur les zones de squelette qui subissent des contraintes mécaniques - Cette conversion médullaire est très variable entre les individus - Chez l adulte, la moelle rouge ne persiste que dans le squelette axial et les métaphyses des fémurs et des humérus.

33 VARIANTES PHYSIOLOGIQUES DE LA NORMALE

34 VARIANTES PHYSIOLOGIQUES DE LA NORMALE - Importantes à connaître pour ne pas les confondre avec des pathologies - Il peut exister de ilots de moelle rouge dans la moelle jaune: Topographie périphérique Siège sous cortical - Il peut persister de la moelle rouge aux épiphyses proximales des humérus et des fémurs, mais de topographie typique sous chondrale et de forme particulière, curviligne. - La quantité de moelle rouge peut varier d un individu à l autre, mais la distribution reste symétrique chez un même individu.

35 VARIANTES PHYSIOLOGIQUES DE LA NORMALE Focales : - Au sein de la moelle graisseuse: ilot de moelle rouge - Au sein de la moelle rouge: foyers graisseux Diffuses

36 VARIANTES PHYSIOLOGIQUES DE LA NORMALE ilôts de moelle rouge - Périphérique - Principalement sous corticale - Quantité de moelle rouge a une distribution variable mais symétrique Ilots de moelle rouge en hypot1 Moelle jaune hypert1

37 VARIANTES PHYSIOLOGIQUES DE LA NORMALE HETEROGENICITE PHYSIOLOGIQUE DE LA MOELLE En T1, un aspect hétérogène lié à la présence de zones de signal élevé au sein des territoires de moelle rouge est fréquent secondaire à une distribution hétérogène de la conversion graisseuse de la moelle rouge. Cette hétérogénéité est sans signification clinique++

38 ASPECTS PATHOLOGIQUES

39 CLASSIFICATION DES LESIONS MEDULLAIRES RECONVERSION MEDULLAIRE REMPLACEMENT MEDULLAIRE DEPLETION MEDULLAIRE OEDEME MEDULLAIRE Infiltration de la moelle jaune par des cellules hématopoïétiques normales Infiltration des espaces médullaires par des cellules néoplasiques ou inflammatoires Réduction de la proportion de cellules hématopoïétiques dans la moelle rouge Augmentation de la proportion de liquide interstitiel ISCHEMIE/NECROSE MEDULLAIRE Nécrose des cellules médullaires et osseuses

40 ASPECTS PATHOLOGIQUES RECONVERSION MÉDULLAIRE - Infiltration de la moelle jaune par des cellules hématopoïétiques normales. - Se fait dans l ordre inverse exact de la conversion médullaire - Etiologies: augmentation des besoins en O2/anémie hémolytique/infections chroniques/prise de facteurs de croissance hématopoïétiques, maladies cardiaques cyanogènes,

41 RECONVERSION MEDULLAIRE T1: femme de 45 ans, signal faible de la métaphyse T1: même patiente, signal hétérogène. Tête du fémur et grand trochanter: zones linéaires juxta corticales de faible signal

42 ASPECTS PATHOLOGIQUES REMPLACEMENT MEDULLAIRE - La moelle osseuse normale est remplacée par des cellules pathologiques de la lignée sanguine ou par des cellules tumorales - Hyposignal en T1 avec hypersignal en T2 - Infiltration: diffuse ou focale - Etiologies: Focal: cancer, infection, fracture, ostéonécrose, kyste ou chondrome Diffus: cancer, processus métabolique ou néoplasique

43 REMPLACEMENT MEDULLAIRE T1: hypo T2 hyper

44 REMPLACEMENT MEDULLAIRE T1: patiente âgée de 67 ans. anémique mégaloblastique Le signal réduit. T1 du rachis obtenue 1 an plus tard, après correction de l anémie.

45 ASPECTS PATHOLOGIQUES Reconversion médullaire vs Remplacement médullaire: - Reconversion parfois difficile à différencier du remplacement médullaire comme dans les hémopathies malignes: myélome ou leucémie. - Surtout chez l enfant ou le contingent de moelle rouge est important - Certains éléments sont d une aide précieuse

46 ASPECTS PATHOLOGIQUES

47 ASPECTS PATHOLOGIQUES DÉPLÉTION MÉDULLAIRE: - Diminution de la proportion des cellules hématopoïétiques dans la moelle rouge en faveur d une augmentation de la proportion des adipocytes - Etiologies: radiothérapie à faible dose+++/certaines chimiothérapies

48 DEPLETION MEDULLAIRE C est une lésion élémentaire de la moelle rouge caractérisée en T1 par: - hypersignal / à la moelle rouge adjacente -identique ou quasi identique à celui de la graisse extraosseuse Cette altération de signal reflète une augmentation de la quantité relative en graisse avec une diminution du contenu en eau

49 DEPLETION MEDULLAIRE Déplétion médullaire focale Patiente de 67 ans: T1. Une vertèbre de forme trapézoïdale en hypersignal qui contraste par rapport à la moelle vertébrale adjacente, plus cellulaire. L involution graisseuse focale pourrait être en rapport avec un antécédent de fracture.

50 DEPLETION MEDULLAIRE Déplétion médullaire régionale Patiente atteinte d un cancer mammaire : T1 Hypersignal: territoire irradié et témoignant d une involution graisseuse de la moelle rouge.

51 DEPLETION MEDULLAIRE Déplétion médullaire diffuse Patiente de 26 ans atteinte d un lupus érythémateux disséminé et traitée par corticoïdes depuis 12 ans. T1 : Le signal de la moelle anormalement élevé. La corticothérapie au long cours est associée à une involution adipeuse de la moelle rouge.

52 ASPECTS PATHOLOGIQUES OEDÈME MÉDULLAIRE Augmentation de liquide interstitiel dans la moelle probablement par l intermédiaire d une hyperémie.

53 ASPECTS PATHOLOGIQUES OEDÈME MÉDULLAIRE L œdème se traduit par un hypo signal modéré ent1 et un hyper signal en T2. Limites floues. La labilité des images est un critère évolutif essentiel. Etiologies: inflammation en général, fissures, tassements par insuffisance osseuse ou les contusions.

54 ASPECTS PATHOLOGIQUES OEDÈME MÉDULLAIRE T1 T2

55 ASPECTS PATHOLOGIQUES ISCHEMIE MÉDULLAIRE Caractérisée par la mort des cellules osseuses et médullaires en association avec des modifications réactionnelles de la moelle adjacente. En territoire contenant de la moelle jaune, ne s accompagne que tardivement de modifications de signal du tissu nécrotique. À l opposé, en territoire de moelle rouge, l ischémie est souvent associée à de l œdème médullaire.

56 ISCHEMIE MÉDULLAIRE Au stade de début, l aspect n'est pas spécifique. Après plusieurs semaines, il apparaît un cerne périphérique linéaire en hypo signal dans les deux séquences. Parfois une bande d'hypersignal borde en T2 la bande d'hyposignal.

57 ISCHEMIE MÉDULLAIRE NECROSE

58 ISCHEMIE MÉDULLAIRE NECROSE Ostéonécrose débutante du condyle externe en écho de spin T1 sur une coupe coronale

59 CONCLUSION - 2 types de MO en IRM: rouge et jaune - T1: séquence clé pour l étude du signal et de la distribution de la moelle osseuse - Une connaissance du modèle de conversion médullaire est nécessaire pour distinguer l aspect normal, de l aspect pathologique. - Tout hyposignal T1> à celui du disque ou des muscles est pathologique (sauf avant 6 mois) - Les variations physiologiques du signal médullaire en fonction du terrain sont à distinguer du véritable remplacement médullaire.

60 MERCI DE VOTRE ATTENTION

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES OSTEONECROSES EPIPHYSAIRES DE L ADULTE ( A PROPOS DE 30 CAS )

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES OSTEONECROSES EPIPHYSAIRES DE L ADULTE ( A PROPOS DE 30 CAS ) APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES OSTEONECROSES EPIPHYSAIRES DE L ADULTE ( A PROPOS DE 30 CAS ) H. Mrabti fassi, N.Bnouachir,H.Enneddam, M. Ouali Idrissi, N. Cherif El guanouni,s.alj, O.Essadki, A.

Plus en détail

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas)

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas) APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas) D DAKOUANE, M EL MOULATTAF, H KAMRANI, I EL IDRISSI, N IDRISSI EL GUANNOUNI, M OUALI IDRISSI, H JALAL, O ESSADKI,

Plus en détail

cas clinique n 3 et 4

cas clinique n 3 et 4 cas clinique cas clinique n 3 et 4 Cas n 3. Bilan d une lombalgie L5 très invalidante. Une IRM est réalisée dans le bilan.interpréter la coupe réalisée en séquence pondérée T2.??? Cas n 4. Bilan d une

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Zaghouani.H, Braham.R Service d imagerie médicale CHU Fattouma Bourguiba Monastir-Tunisie Pr. Hulusi Behçet en 1937 INTRODUCTION *La myélite

Plus en détail

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*,

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, JFR 09 Apport de l imagerie dans les tumeurs glomiques des doigts. À propos de 15 cas Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, Touria AMIL*, Ahmed HANINE*, Souâd CHAOUIR*, Amina

Plus en détail

I a - Radio-Anatomie du Massif Facial. 1. Quels sont les plans de coupe? 2. Nommez les structures signalées

I a - Radio-Anatomie du Massif Facial. 1. Quels sont les plans de coupe? 2. Nommez les structures signalées I a - Radio-Anatomie du Massif Facial 1. Quels sont les plans de coupe? 2. Nommez les structures signalées 6 9 7 8 3 2 5 10 12 1 11 4 13 14 I a - Radio-Anatomie du Massif Facial - Quels sont les plans

Plus en détail

ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE MASSE DES PARTIES MOLLES CONTENANT DE LA GRAISSE

ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE MASSE DES PARTIES MOLLES CONTENANT DE LA GRAISSE ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE MASSE DES PARTIES MOLLES CONTENANT DE LA GRAISSE J ROUSSEAU, F LAROUSSERIE, E PLUOT, J ROUSSEAU, F LAROUSSERIE, E PLUOT, R BAZELI, R CAMPAGNA, H GUERINI, F THEVENIN,

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Traumatismes du rachis cervical : évaluation par scanner et IRM

Traumatismes du rachis cervical : évaluation par scanner et IRM Traumatismes du rachis cervical : évaluation par scanner et IRM MDCT and MRI evaluation of cervical spine trauma Michael Utz & Shadab Khan & Daniel O Connor & Stephen Meyers Elsa Meyer 24/04/14 A. Introduction

Plus en détail

Semiologie Osseuse. Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis

Semiologie Osseuse. Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis Semiologie Osseuse Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis Radio standards Os Articulations Rachis Densitométrie Scintigraphie Échographie Scanner - Pet Scann IRM Opacification

Plus en détail

JFR 2006 PAPILLOME INVERSÉ EVALUATION PAR LA TDM ET L IRM. Service d Imagerie Médicale- EPS Charles Nicolle Tunis -Tunisie

JFR 2006 PAPILLOME INVERSÉ EVALUATION PAR LA TDM ET L IRM. Service d Imagerie Médicale- EPS Charles Nicolle Tunis -Tunisie PAPILLOME INVERSÉ EVALUATION PAR LA TDM ET L IRM Service d Imagerie Médicale- EPS Charles Nicolle Tunis -Tunisie INTRODUCTION Tumeur naso sinusienne rare : 0,5 à 4% de l ensemble des tumeurs naso sinusiennes

Plus en détail

LOMBALGIES PAR DISCOPATHIE DÉGÉNÉRATIVE LOMBAIRE DE L ADULTE. Institut Du Rachis Parisien

LOMBALGIES PAR DISCOPATHIE DÉGÉNÉRATIVE LOMBAIRE DE L ADULTE. Institut Du Rachis Parisien LOMBALGIES PAR DISCOPATHIE DÉGÉNÉRATIVE LOMBAIRE DE L ADULTE Institut Du Rachis Parisien classification de Thompson spine, 1990 description anatomie macro sur coupes cadavériques I normal nucléus central

Plus en détail

Anatomie descriptive du rachis

Anatomie descriptive du rachis Anatomie descriptive du rachis La colonne vertébrale comprend 26 os formant une structure souple et ondulée. La colonne vertébrale du fœtus et du bébé comprend 33 vertèbres. 9 d entre elles vont fusionner

Plus en détail

Examen d Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) du pied

Examen d Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) du pied Examen d Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) du pied Examen d Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) du pied Hallmarq Veterinary Imaging Ltd Unit 5 Bridge Park Guildford, Surrey GU4 7BF Tel : + 44

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Variation de l aspect l imagerie de l hamartome mammaire chez la femme enceinte et allaitante

Variation de l aspect l imagerie de l hamartome mammaire chez la femme enceinte et allaitante Variation de l aspect l en imagerie de l hamartome l mammaire chez la femme enceinte et allaitante A. SALEM, S. MEHIRI, N. BOUASSIDA, F. B. AMARA, M. FELFEL, H. RAJHI, R. HAMZA, N.MNIF Service d imagerie

Plus en détail

Illustration/figure 1 : IRM incidence axiale, séquence Flair. Hypersignaux de la substance blanche non évolutifs, classés OBNI.

Illustration/figure 1 : IRM incidence axiale, séquence Flair. Hypersignaux de la substance blanche non évolutifs, classés OBNI. Diagnostic des hypersignaux de la substance blanche Publié le 14 Fév 2011 P. LABAUGE, Service de Neurologie, CHU de Nîmes La mise en évidence d hypersignaux de la substance blanche est très fréquente en

Plus en détail

Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales

Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales Pr Jean-Michel Laffosse, Pr Arnaud Constantin Individu sain, âgé de 35 ans, aucun symptôme

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

IMAGERIE CELLULAIRE PAR IRM DE LA SYNOVITE INFECTIEUSE

IMAGERIE CELLULAIRE PAR IRM DE LA SYNOVITE INFECTIEUSE Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG IMAGERIE CELLULAIRE PAR IRM DE LA SYNOVITE INFECTIEUSE G BIERRY, F JEHL, A NEUVILLE, P ROBERT, S KREMER, A GANGI, JL DIETEMANN Services de Radiologie, de Bactériologie,

Plus en détail

FYBROMYALGIE ET MICROKINESITHERAPIE La Microkinésithérapie. La Fibromyalgie syndrome polyalgique idiopathique diffus.

FYBROMYALGIE ET MICROKINESITHERAPIE La Microkinésithérapie. La Fibromyalgie syndrome polyalgique idiopathique diffus. FYBROMYALGIE ET MICROKINESITHERAPIE La Microkinésithérapie Technique de massage manuelle, basée sur la micropalpation des différents tissus du corps, afin de recueillir des informations spécifiques, quand

Plus en détail

LE CREUX AXILLAIRE : LE NORMAL ET LE

LE CREUX AXILLAIRE : LE NORMAL ET LE LE CREUX AXILLAIRE : LE NORMAL ET LE PATHOLOGIQUE S.EL HADDAD, Z.JAMALEDDINE, A.EL QUESSAR, M.M.CHERKAOUI SERVICE D IMAGERIE MÉDICALE HÔPITAL UNIVERSITAIRE CHEIKH ZAID INTRODUCTION 1 Creux axillaire compartiment

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

DIAGNOSTIC D'UNE HANCHE DOULOUREUSE

DIAGNOSTIC D'UNE HANCHE DOULOUREUSE Il est en règle facile parce qu il s agit le plus souvent d une coxarthrose que l on reconnaît sur la radio simple. Il faut néanmoins savoir qu une douleur de hanche ne correspond pas toujours à une atteinte

Plus en détail

SOMMAIRE MATERIELS ET METHODES RAPPEL ANATOMIQUE ASPECTS IRM CONCLUSION I. INTRODUCTION II. III. IV. V. DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL VI.

SOMMAIRE MATERIELS ET METHODES RAPPEL ANATOMIQUE ASPECTS IRM CONCLUSION I. INTRODUCTION II. III. IV. V. DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL VI. ASPECT IRM DES METASTASES LEPTOMENINGEES A L ETAGE DORSO-LOMBAIRE Hôpital européen Georges Pompidou H.GHANNEM; V.BRUN; C.MUTSCHLER; L.FOURNIER; P.HALIMI; G.FRIJA SOMMAIRE I. INTRODUCTION II. III. IV. MATERIELS

Plus en détail

Imagerie et diagnostic différentiel de l algodystrophie du pied et de la cheville

Imagerie et diagnostic différentiel de l algodystrophie du pied et de la cheville Imagerie et diagnostic différentiel de l algodystrophie du pied et de la cheville JB Pialat Jean-baptiste.pialat@chu-lyon.fr Radiologie, Hôpital E Herriot, Hospices Civils de Lyon Décembre 2014 Plan Peut-on

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Embolie pulmonaire. Dg positif. Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural.

Embolie pulmonaire. Dg positif. Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural. Embolie pulmonaire Dg positif Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural Signes cardiaques droits: Signes de gravité - Dilatation de l artère pulmonaire - Dilatation

Plus en détail

Modèle à deux. B. Compartiments. 2) Masse maigre. 1) Masse grasse

Modèle à deux. B. Compartiments. 2) Masse maigre. 1) Masse grasse I_ Introduction Compartimentation du corps A. Modèles Le corps peut être décrit selon des compartiments ( ou des masses ) qui sont des éléments du corps ayant des valeurs physiologiques voisines, mais

Plus en détail

Tumeurs osseuses en radiographie standard

Tumeurs osseuses en radiographie standard Tumeurs osseuses en radiographie standard Ernestho-ghoud IM, Rakotonirainy OH USFR RHUMATOLOGIE «Après-midi Rhumato», juillet 2014 Objectif Faire la différence entre une tumeur osseuse maligne et une tumeur

Plus en détail

Services de radiologie, Anatomie Pathologique, Chirurgie et Hépatologie- CHU BORDEAUX GREF,Inserm, U889,Université Bordeaux 2 et * Inserm U674, PARIS

Services de radiologie, Anatomie Pathologique, Chirurgie et Hépatologie- CHU BORDEAUX GREF,Inserm, U889,Université Bordeaux 2 et * Inserm U674, PARIS H Laumonier, P Bioulac-Sage, Christophe Laurent, Antonio Sa Cunha, J Zucman-Rossi*, C Balabaud, H Trillaud Services de radiologie, Anatomie Pathologique, Chirurgie et Hépatologie- CHU BORDEAUX GREF,Inserm,

Plus en détail

NECROSE AVASCULAIRE DE HANCHE. 13 décembre 2005 Docteur Etienne PITSAER

NECROSE AVASCULAIRE DE HANCHE. 13 décembre 2005 Docteur Etienne PITSAER NECROSE AVASCULAIRE DE HANCHE NECROSE AVASCULAIRE de la hanche NAV circulation capillaire (tête fémorale) => ischémie => nécrose des ostéocytes => réparation cellulaire => perte de l intégrité structurale

Plus en détail

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ Centre Régional de Lutte Contre le Cancer de Bordeaux et du Sud-Ouest 229, cours de l Argonne 33076 Bordeaux Cedex RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES.

Plus en détail

s installent les lésions cérébrales?

s installent les lésions cérébrales? 1 Comment s installent les lésions cérébrales? E Beaufi ls, K Mondon, C Hommet La maladie d Alzheimer (MA) est une maladie neurodégénérative caractérisée sur le plan microscopique par la coexistence de

Plus en détail

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

Imagerie par résonance magnétique (IRM) Imagerie par résonance magnétique (IRM) SÉMIOLOGIE S N C JY GAUVRIT I- IRM généralités Méthode numérique d imagerie Principe de la Résonance Magnétique Nucléaire Basée sur la richesse du corps en eau Et

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Guide de priorités pour les Demandes d examens en Résonance magnétique (IRM)

Guide de priorités pour les Demandes d examens en Résonance magnétique (IRM) Niveau 1 (P1) Niveau 2 (P2) Niveau 3 (P3) Niveau 4 (P4) Guide de priorités pour les Examen nécessaire immédiatement pour diagnostiquer un état qui met en danger la survie du patient. Type d examen qui

Plus en détail

Imagerie des tumeurs et pseudotumeurs des parties molles chez l enfant

Imagerie des tumeurs et pseudotumeurs des parties molles chez l enfant Imagerie des tumeurs et pseudotumeurs des parties molles chez l enfant W. Hizem-Harzallah, R. Salem, M.A. Jalleli, A. Zrig, W. Mnari, J. Saad, M. Maatouk, M. Golli. CHU Fattouma Bourguiba- Monastir-TUNISIE

Plus en détail

RADIOANATOMIE DES ESPACES PROFONDS DE LA FACE : une approche simplifiée

RADIOANATOMIE DES ESPACES PROFONDS DE LA FACE : une approche simplifiée RADIOANATOMIE DES ESPACES PROFONDS DE LA FACE : une approche simplifiée I. Fauquet, F.Bonodeau, L. Deschildre, L. Ceugnart, G. Hurtevent-Labrot JFR 2006 Lille, France Intérêt de connaître l anatomie 1

Plus en détail

LA SPONDYLARTHRITE ANKYLOSANTE Rhumatisme inflammatoire chronique du bassin et de la colonne vertébrale ème rhumatisme inflammatoire chronique après la Polyarthrite Rhumatoïde et le Rhumatisme Psoriasique

Plus en détail

INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES SUR MATERIEL D OSTEOSYNTHESE ET SUR PROTHESE. L Imagerie Médicale : Sa place et ses contraintes

INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES SUR MATERIEL D OSTEOSYNTHESE ET SUR PROTHESE. L Imagerie Médicale : Sa place et ses contraintes INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES SUR MATERIEL D OSTEOSYNTHESE ET SUR PROTHESE L Imagerie Médicale : Sa place et ses contraintes Docteur P. CHASTANET Service de Radiologie Ostéo-Articulaire - Hôpital Roger

Plus en détail

Les critères diagnostiques de SEP: POLMAN 2010. Dr Laurence GIGNOUX

Les critères diagnostiques de SEP: POLMAN 2010. Dr Laurence GIGNOUX Les critères diagnostiques de SEP: POLMAN 2010 Dr Laurence GIGNOUX Hôpital Saint Joseph Saint Luc, Lyon - Mardi 18 juin 2013 DIAGNOSTIC DE SEP Diagnostic de probabilité Pas de test diagnostique Quatre

Plus en détail

Pathologies Pathologies de la Reproduction.

Pathologies Pathologies de la Reproduction. Pathologies de la Reproduction. Le but de cet article n est pas de donner un cours obstétrical mais d apporter quelques notions relatives à la reproduction chez la chienne. Règle à retenir. Oubliez le

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Signal de la moelle osseuse en IRM

Signal de la moelle osseuse en IRM 23/05/2013 Signal de la moelle osseuse en IRM Paul Dobocan Service d imagerie CH Valence Moelle osseuse : l organ situé dans la cavité médullaire du squelette: 85 % du volume +15% le réseau trabéculaire

Plus en détail

Dr. Sophie Emond Gonsard Service de radiologie pédiatrique, Pr Brunelle Necker Enfant-malades, Paris, France

Dr. Sophie Emond Gonsard Service de radiologie pédiatrique, Pr Brunelle Necker Enfant-malades, Paris, France Dr. Sophie Emond Gonsard Service de radiologie pédiatrique, Pr Brunelle Necker Enfant-malades, Paris, France Intérêt de l IRM avec injection du Dotarem chez les nouveau-nés nés et nourrissons de moins

Plus en détail

Atlas radio- anatomie de la cheville en IRM du normal au pathologique

Atlas radio- anatomie de la cheville en IRM du normal au pathologique Atlas radio- anatomie de la cheville en IRM du normal au pathologique S. Wakrim, O. Traoré, Z. Regragui, N. Moussali, N. El Benna, A. Gharbi Service de radiologie 20 aout, CHU Ibn Rochd CASABLANCA Plan

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail

Un cas de DISHphagie

Un cas de DISHphagie Un cas de DISHphagie Homme de 69 ans Dysphagie haute non améliorée malgré une thyroïdectomie pour goitre. Gastroscopie : trajet en chicane de la région de la bouche de Killian, difficultés à l insertion

Plus en détail

Diabète et obésité. Un état qui progresse constamment

Diabète et obésité. Un état qui progresse constamment Diabète et obésité Un état qui progresse constamment Dans nos sociétés industrielles, l obésité, naguère exceptionnelle, puis plus courante, suit une telle progression qu elle pourrait bien, à terme, constituer

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

Pour établir des liens de parenté entre les organismes vivants on se base sur le partage de caractères dérivés (homologues) ou innovations évolutives.

Pour établir des liens de parenté entre les organismes vivants on se base sur le partage de caractères dérivés (homologues) ou innovations évolutives. Correction Bac 2009 Introduction : Les principes de la phylogénie : Pour établir des liens de parenté entre les organismes vivants on se base sur le partage de caractères dérivés (homologues) ou innovations

Plus en détail

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Sarcomes Ubiquitaires: touche les tissus mous, les viscères,

Plus en détail

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan introduction Le myélome multiple est une affection hématologique caractérisée

Plus en détail

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE B. Hainaux, L. Camoin, P. Zerbib, C. Lin, A. Luciani, R. Raymond, A. Rahmouni CHU Henri Mondor Service d imagerie médicale Pr Alain Rahmouni Objectifs

Plus en détail

Estimation de l âge. 2.3 A partir de phénomènes dégénératifs de certaines surfaces articulaires

Estimation de l âge. 2.3 A partir de phénomènes dégénératifs de certaines surfaces articulaires A. Lemonnier et S. de Reguardati, enseignantes Estimation de l âge Mise en garde préalable : Les différentes méthodes présentées ici ne constituent pas une liste exhaustive et sont parfois choisis pour

Plus en détail

SCOLARISATION ET HANDICAP MOTEUR. Dr. Emmanuelle Blangy CMPRE de Flavigny sur Moselle

SCOLARISATION ET HANDICAP MOTEUR. Dr. Emmanuelle Blangy CMPRE de Flavigny sur Moselle SCOLARISATION ET HANDICAP MOTEUR Dr. Emmanuelle Blangy CMPRE de Flavigny sur Moselle Introduction concept de handicap, modèle de Wood (OMS) I. Principales pathologies et déficiences d responsables de handicap

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 Maladie de PAGET Fractures ostéoporotiques Rhumatismes inflammatoires Spondylodiscite Fibromyalgies MALADIE DE PAGET Augmentation

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré Structure osseuse de l enfant épiphyse métaphyse Diaphyse Traumatismes de l enfant Interrogatoire Age de l enfant Antécédents

Plus en détail

OSTEOPOROSE. Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala. 25 JUIN 2004 Ostéoporose 1

OSTEOPOROSE. Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala. 25 JUIN 2004 Ostéoporose 1 OSTEOPOROSE Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala 25 JUIN 2004 Ostéoporose 1 PLAN 1- Définition 2- Prévalence 3- Facteurs de risques 4- Classification 5- Pathogenèse

Plus en détail

Activité physique et cancer: avant, pendant et après

Activité physique et cancer: avant, pendant et après Activité physique et cancer: avant, pendant et après Dr Corinne Delcambre Activité Physique et prévention primaire du cancer du sein et du colon En France, 34 000 et 53 000 nouveaux cas de cancer du colon

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail

M. Garetier 1, 2, JC. Gentric 1, G. Koch 1, J. Rousset 2, D. Ben Salem 1, P. Meriot 1 CHU Brest (1), HIA Brest (2)

M. Garetier 1, 2, JC. Gentric 1, G. Koch 1, J. Rousset 2, D. Ben Salem 1, P. Meriot 1 CHU Brest (1), HIA Brest (2) M. Garetier 1, 2, JC. Gentric 1, G. Koch 1, J. Rousset 2, D. Ben Salem 1, P. Meriot 1 CHU Brest (1), HIA Brest (2) 1 Plan Introduction Généralités Anatomie et radio-anatomie Embryologie Etat de l art sur

Plus en détail

l agrandissement! Lésion expansive ostéoformatrice développée en regard de la diaphyse du 5 ème métatarsien droit

l agrandissement! Lésion expansive ostéoformatrice développée en regard de la diaphyse du 5 ème métatarsien droit Patient de 39 ans, tuméfaction de la face plantaire du pied droit apparue quelques mois plus tôt Quels sont les principaux éléments sémiologiques à retenir sur les clichés standards Lésion expansive ostéoformatrice

Plus en détail

Yves Gandon CANCER DU RECTUM

Yves Gandon CANCER DU RECTUM Yves Gandon CANCER DU RECTUM Enjeux Problème de santé publique: 2 nd K pays développés, 1/3 des CCR 15000 nouveaux cas/ an en France Mauvais pronostic selon : extension locale T, CRM et lymphonoeuds N

Plus en détail

Sémiologie en imagerie

Sémiologie en imagerie Sémiologie en imagerie gynécologique et obstétricale Pr Alain Le Blanche Université de Picardie Jules Verne le_blanche.alain@chu-amiens.fr 03 22 66 84 07 Amphithéâtres Sylvius_Riolan lundi 28 septembre

Plus en détail

Plan de la présentation LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE. Différentes causes provoquant un lymphoedème secondaire.

Plan de la présentation LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE. Différentes causes provoquant un lymphoedème secondaire. LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE MICHEL EID, MASSOTHÉRAPEUTE CLINIQUE DU LYMPHOEDÈME DU QUÉBEC ET PHYSIO EXTRA Plan de la présentation Définition de différents types de lymphoedème.

Plus en détail

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance ENDOMETRIOSE ET INFERTILITE Dr. Michel CANIS On admet classiquement que 20 à 50 % des patientes qui consultent pour une infertilité ont une endométriose et que 30 à 40 % des patientes qui ont une endométriose

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Introduction Le cancer du sein est une maladie multifactorielle La susceptibilité génétique

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

ECHOGRAPHIE DANS L ARTHROSE

ECHOGRAPHIE DANS L ARTHROSE ECHOGRAPHIE DANS L ARTHROSE Dr Isabelle BRAULT Service Rhumatologie Besançon Echographie ostéoarticulaire? L Echographie et le Rhumatologue AVANTAGES INCONVENIANTS NON INVASIF PEU COUTEUX ACCESSIBLE NON

Plus en détail

ASPECT IRM DU NEUROBEHCET. A PROPOS DE 34 CAS

ASPECT IRM DU NEUROBEHCET. A PROPOS DE 34 CAS ASPECT IRM DU NEUROBEHCET. A PROPOS DE 34 CAS S.Bourkhis, N.Hammami, L.Belghith, R.Sebai,Z.Belakhdher, S.Nagi, M Ben Hammouda Service de neuroradiologie Institut national de neurologie Tunis INTRODUCTION

Plus en détail

Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques

Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques M-A Camezind-Vidal, B Caire-Gana, F Castaing, * N Orsoni*, M Pouquet, P de Brunanchon,I Jammet, E Pascaud, D Mouliès* *, A Maubon Services

Plus en détail

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 Le Patient Trisomique Vieillissant Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 L amélioration des connaissances médicales et des techniques chirurgicales

Plus en détail

Hypertension intracrânienne idiopathique: à propos de 3 cas B. IBAÑEZ, C. BILLON-GRAND, A. DAVID, E. PEARSON

Hypertension intracrânienne idiopathique: à propos de 3 cas B. IBAÑEZ, C. BILLON-GRAND, A. DAVID, E. PEARSON Hypertension intracrânienne idiopathique: à propos de 3 cas B. IBAÑEZ, C. BILLON-GRAND, A. DAVID, E. PEARSON F. CATTIN, J.F. BONNEVILLE Service de Neuroradiologie. CHU Besançon. France INTRODUCTION Synonymes:

Plus en détail

Structure spatiale et modes de croissance tumorale des gliomes. Conséquences diagnostiques et corrélations avec l l imagerie.

Structure spatiale et modes de croissance tumorale des gliomes. Conséquences diagnostiques et corrélations avec l l imagerie. Structure spatiale et modes de croissance tumorale des gliomes. Conséquences diagnostiques et corrélations avec l l imagerie. P.Varlet. Hopital Sainte Anne et Inserm U752 Paris V. PLAN Structure spatiale

Plus en détail

Les tendinopathies trochantériennes. le traitement chirurgical. L ANATOMIE de la région TROCHANTERIENNE ANATOMIE. Le trochanter Vue latérale

Les tendinopathies trochantériennes. le traitement chirurgical. L ANATOMIE de la région TROCHANTERIENNE ANATOMIE. Le trochanter Vue latérale Les tendinopathies trochantériennes L ANATOMIE de la région TROCHANTERIENNE le traitement chirurgical A. Wajsfisz ; P. Djian Clinique Nollet - Cabinet Goethe - Paris ANATOMIE Vue antérieure Le trochanter

Plus en détail

La déchirure musculaire :

La déchirure musculaire : La déchirure musculaire : Cet accident très fréquent peut laisser des séquelles parfois définitives préjudiciables au sportif. C'est pourquoi il est important de porter rapidement un diagnostic précis

Plus en détail

Lutte contre la surcharge pondérale

Lutte contre la surcharge pondérale Lutte contre la surcharge pondérale I. Répartition des graisses corporelles Généralités Inégalités hommes/femmes Causes de l obésité II. Contrôle des la masse corporelle Réduire l apport énergétique alimentaire

Plus en détail

Portail de la biologie de la reproduction

Portail de la biologie de la reproduction Portail de la biologie de la reproduction www.bio-courses.jimdo.com Auteurs : Yasmina ANTEUR Licence : Module : Biologie du développement Les mécanismes de différenciation cellulaire I. Introduction -

Plus en détail

EPAULE DOULOUREUSE. 1 - Instable

EPAULE DOULOUREUSE. 1 - Instable EPAULE DOULOUREUSE Une épaule douloureuse peut se rencontrer dans au moins 5 tableaux : douloureuse et instable, douloureuse avec diminution de la force, douloureuse et raide, arthrose douloureuse, douloureuse

Plus en détail

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. N 92. Rachialgie Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Statistiques ECN Question déjà tombée 3 fois. En quelques mots-clés Commune/symptomatique

Plus en détail

Orientations diagnostiques devant un érythème (314) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005)

Orientations diagnostiques devant un érythème (314) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005) Orientations diagnostiques devant un érythème (314) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005) Pré-Requis : Lésions élémentaires en dermatologie. Résumé : L'érythème est une rougeur

Plus en détail

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010 Chapitre 1. Tableau à double entrée Exercices : solutions Texte provisoire. Merci pour les remarques, commentaires, suggestions Exercice 1 1.a. Population de Bruxelles selon le sexe et la nationalité Hommes

Plus en détail

ATLAS D IMAGERIE DES TUMEURS MALIGNES MAXILLO-FACIALES. S. Semlali, I. Skiker, K. El Khatib, A. Rzin, M. Benameur, A. El Kharras, M. Jidal.

ATLAS D IMAGERIE DES TUMEURS MALIGNES MAXILLO-FACIALES. S. Semlali, I. Skiker, K. El Khatib, A. Rzin, M. Benameur, A. El Kharras, M. Jidal. ATLAS D IMAGERIE DES TUMEURS MALIGNES MAXILLO-FACIALES S. Semlali, I. Skiker, K. El Khatib, A. Rzin, M. Benameur, A. El Kharras, M. Jidal. Introduction Les tumeurs malignes du massif facial:

Plus en détail

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite LA TUBERCULOSE OSTEO- ARTICULAIRE EXTRARACHIDIENNE: ASPECT EN IMAGERIE S. Semlali, L. Benaissa, A. El Kharras, A. Darbi, A.Hanine, S. Chaouir, M. Mahi, S. Akjouj Objectifs Savoir suspecter une atteinte

Plus en détail

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne Généralités Imagerie du cancer de DES de gynécologie 09 février 2007 Edouard Poncelet, Pr D Vinatier Service d Imagerie médicale, JDF Service de Chirurgie gynécologique, JDF 3 cancer chez la femme (sein,

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments. 1: Médiastin antérieur 2: Médiastin moyen 3: Médiastin postérieur

Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments. 1: Médiastin antérieur 2: Médiastin moyen 3: Médiastin postérieur LE MEDIASTIN: DU PLUS SIMPLE AU PLUS COMPLIQUE D.Ducreux, A Ocelli, S Stolear, E Giordana, L Mondot, B Padovani CHU Nice, Hôpital Pasteur Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments 1: Médiastin

Plus en détail

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE HOPITAL IBN ROCHD ANNABA ALGERIE SERVICE DE RADIOLOGIE ET D IMAGERIE MEDICALE Journées françaises de Radiologie Paris Octobre 2011 Efficacité des infiltrations péri radiculaires

Plus en détail

Imagerie médicale. Pathologie Rachis

Imagerie médicale. Pathologie Rachis Imagerie médicale Pathologie Rachis Rachis Rachis cervical 7 vertèbres Rachis thoracique 12 vertèbres Rachis lombaire 5 vertèbres Sacrum / Coccyx I- Rappels Vertèbre anatomiques type 1 Pédicule 2 Processus

Plus en détail

Imagerie des tendons du poignet et de la main

Imagerie des tendons du poignet et de la main Imagerie des tendons du poignet et de la main Philippe MATHIEU G.Morvan, M.Wybier Wybier,, V.Vuillemin-Bodaghi Vuillemin-Bodaghi, J.Busson 5 rue Alfred Bruneau, Paris Imagerie des tendons du poignet et

Plus en détail

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux!

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Mathieu Royer CCA Service de rhumatologie Rappel Albumine : 60% des protéines circulantes α1 : orosomucoïde, α1anti trypsine α 2 : haptoglobine,

Plus en détail

Douleurs de hanche. Stratégie diagnostique Aspects en imagerie

Douleurs de hanche. Stratégie diagnostique Aspects en imagerie Douleurs de hanche Stratégie diagnostique Aspects en imagerie Ramin BAZELI, Carmen TAMAS Service de Médecine Nucléaire Service Hospitalier Frédéric Joliot, Orsay Douleur non radiculaire de la hanche Chondropathie

Plus en détail

METHODES D EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL

METHODES D EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL CHEOPS 4 Novembre 2010 METHODES D EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL Dr Michel BUGEON CRRF André LALANDE 23300 NOTH ETATS D AGRESSION (traumatisme, infections, inflammation) anorexie Dépenses énergétiques

Plus en détail