Préparation aux épreuves écrites du CAPES Conseils de rédaction

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Préparation aux épreuves écrites du CAPES Conseils de rédaction"

Transcription

1 Préparation aux épreuves écrites du CAPES Conseils de rédaction Claire Debord Le texte qui suit est une libre compilation de plusieurs textes sur le même thème, notamment ceux de Christophe Champetier et de Christophe Bertault. En mathématiques, la phase de rédaction est essentielle : elle est l occasion de vérifier la justesse et la rigueur de ce qui est énoncé. Voici quelques règles élémentaires de rédaction. Avant de rendre tout document, vous devrez vous assurer que vous avez respecté scrupuleusement ces règles. Règle 1 : Introduire tout ce dont on parle Toute notation, tout caractère désignant un objet mathématiques doit impérativement être présenté et clairement défini avant d être utilisé. En français, si vous dites : Ils ont tout mangé. sans avoir précisé qui sont ces ils et ce qu est ce tout, vous risquez de n être pas compris. En mathématiques, c est pareil : on ne parle pas de quelque chose tant que l on n a pas dit ce que c était. Introduire un objet quelconque Lorsque l on veut introduire une variable décrivant tout un ensemble, autrement dit un élément x quelconque d un ensemble E, on procède ainsi : Soit x E. Bien sûr, la lettre x pourrait être remplacée par n importe quel symbole : y, t, Cette formulation peut souvent être remplacée par l une des suivantes : Pour tout x E. Soit x un élément de E. Oublier ces petites phrases d introduction est une faute grave de rédaction ainsi que de logique. Par exemple les phrases cos(x) = sin(x) x = π 4 ou cos(x) = sin(x) x = π 4 + kπ n ont aucun sens si x et k ne sont pas présentés avant d être utilisés. 1

2 Donner un nom à un objet précis Lorsque l on veut donner un nom à un objet précis, le On pose est de mise. Par exemple si vous devez employer plusieurs fois dans un raisonnement l expression compliquée cos( ln(n + 3)) (où n a été préalablement défini), vous pouvez nommer cette quantité, par exemple par T. L introduction de la notation T se fait de la façon suivante : On pose T = cos( ln(n + 3)). Le On pose peut être utilisé dans un tout autre contexte lorsque l on veut produire un exemple d objet mathématique particulier. Supposons que l on veuille montrer l assertion x, y R tels que x + y Z et x / Z et z / Z. Pour montrer un tel résultat d existence, il faut trouver un exemple. On peut donc montrer ce résultat en procédant de la façon suivante. On pose x = 1 et y = 1. Alors x et y sont deux réels non entiers et x + y = 1 est un entier. Règle : Faire des phrases correctes Ne pas hésiter à faire des phrases en français. Il est plus agréable, et souvent plus facile, de lire un raisonnement écrit en français qu avec des symboles logiques. Il ne faut pas utiliser d abréviations comme mq pour remplacer un Montrons que. On ne mélange pas texte en français et langage mathématique. Au sein d une phrase, les seuls symboles mathématiques autorisés sont : les signes d égalité, de non égalité, d inégalité, d appartenance et d inclusion. Il est donc formellement interdit de mettre les quantificateurs, ou les symboles, au milieu d une phrase de texte. On ne commence pas une phrase par un symbole mathématique. Cette règle, communément admise dans la communauté scientifique, n admet aucune exception. Qui plus est, une confusion est possible entre et un signe de multiplication, l emploi d une majuscule permet d indiquer le début d une phrase. Par exemple : est à remplacer par : On a x = y.f est une fonction croissante. On a x = y. La fonction f est une fonction croissante. Les mathématiques, ça se ponctue. Il faut remplacer Ainsi : x = 3 y = 9 3 < 9 par Ainsi : x = 3, y = 9 et 3 < 9. Un phrase doit comporter au minimum un sujet, un verbe et un complément. Par exemple z point de C, z + 1 = 1 z = 0, contradiction.

3 se lit z point de C, z + 1 = 1 implique z = 0 contradiction., ce qui n a aucun sens! Il faudrait la remplacer par Soit z un point de C. Si z + 1 = 1 alors z = 0, ce qui contredit nos hypothèses. D une façon générale, chaque phrase mathématique ou non doit pouvoir être lue à voix haute en gardant du sens. Il faut être clair et concis. En particulier il faut de préférence faire des phrases courtes. La plupart du temps les phrases doivent comporter au maximum un sujet, un verbe et un complément. Règle 3 : Utiliser correctement les symboles et Ici, correctement signifie que l on devrait presque toujours se passer des symboles et et les remplacer par les mots donc, ainsi, ce qui équivaut à, etc. L utilisation de et ne doit s inscrire que dans un cadre très rigoureux de syntaxe logique et ces symboles doivent se trouver entre deux propositions très clairement délimitées. Par exemple la phrase x E, f(x) = g(x) f = g. est ambiguë, donc n a pas de sens. En effet, elle pourrait signifier : ou bien : ( x E, f(x) = g(x)) f = g. x E, (f(x) = g(x) f = g). Les significations de ces deux implications sont très différentes. L utilisation des symboles et en début de ligne et sans aucune référence à quoi implique quoi est à proscrire. Noter qu il existe une nuance entre donc et implique : la phrase mathématiques (P Q) signifie que si P est vraie, alors Q est vraie. Elle ne suppose pas a priori que P est vraie. Dans un raisonnement on affirmera souvent : P est vraie, donc Q est vraie, ce qui n a pas la même signification. Par exemple, imaginez que l on vous demande de montrer que la fonction f : t t 4 + 3t + est à valeurs positives sur R. Voici un réponse incomplète : On a les implications suivantes : { x x [ 1, + [ x + 0 x + 3x + = (x + 1)(x + ) 0. D où le résultat en posant t = x. Certes, vous avez montré une implication utile pour conclure, mais cette implication à elle seule ne répond pas à la question. Pour avoir un réponse correcte il faudrait remplacer le D où le résultat... par : Or, pour tout t R, le réel t [ 1, + [ et donc d après les implications précédentes f(t) = (t ) + 3t + 0. Ainsi la fonction f est bien à valeurs positives sur R. Le symbole est souvent utilisé de manière incorrecte. Quant on l utilise, il faut impérativement vérifier les deux implications et. 3

4 Règle 4 : Mettre en évidence les articulations logiques N oubliez jamais que le correcteur ne lira pas plusieurs fois votre solution pour se convaincre de sa validité. Quand on rédige un raisonnement, il est très important de distinguer clairement les hypothèses des conclusions par exemple, et d indiquer les rapports d implication entre les différentes propositions. Cela se fait notamment au moyen de donc, alors, par conséquent, ainsi, or, de plus, en outre, ensuite, enfin, mais, cependant, toutefois, puisque, comme, car, etc Truffez vos raisonnements de ces petits mots qui guideront votre lecteur. Un texte mathématique rédigé n est pas une bande dessinée. Il faut éviter tous les commentaires en aparté, dans des coins, au côté de calculs, sous des signes d égalité ou d implication. Pensez que vous devriez pouvoir taper votre texte avec un traitement de texte standard. Il faut éviter de justifier vos résultats a posteriori. Par exemple, imaginez que l on vous demande de montrer l assertion : Voici une très mauvaise réponse : Voici une bonne solution : x [0, 1], 1 x [0, 1]. 0 x 1 0 x 1 (t t est croissante sur R + ) 0 1 x x 1 (t t est croissante sur R + ) Soit x [0, 1]. On a donc 0 x 1. La croissance de la fonction t t sur R + donne 0 x 1. Mais alors ona 0 1 x 1. Finalement, par croissance de la fonction t t surr +, ona 0 1 x 1. Cela nous montre bien que 1 x [0, 1] comme voulu. Règle 5 : Annoncer ce que l on fait et conclure Il faut expliquer ce que l on fait avec des : Montrons que, Nous allons maintenant prouver que Il ne faut pas oublier de préciser le numéro de la question traitée. Pour autant, il ne faut surtout pas recopier l énoncé, c est une perte de temps. Enfin, il ne faut pas oublier à la fin d un raisonnement de conclure en signalant au lecteur que vous avez bien obtenu le résultat attendu. Règle 6 : Ne jamais bluffer Le correcteur vous fait confiance a priori, c est cette confiance qui l incitera parfois à être tolérant vis à vis d un petit défaut de rigueur ou d une maladresse mathématiques. Il est très important de garder cette confiance. En particulier il ne faut jamais bluffer. Vous n avez aucune chance de tromper votre correcteur qui a déjà des centaines de copies corrigées à son actif. Vous avez par contre toutes les chances de le mettre en colère, en effet, rares sont les personnes qui apprécient d être prises pour des imbéciles. Il ne faut donc pas écrire il est évident..., on a trivialement... en donnant la réponse attendu alors que justement vous ne savez pas montrer ce résultat. Il ne faut pas faire de tour de passe passe avec les différents termes impliqués dans des calculs pour miraculeusement tomber à la dernière ligne sur la bonne réponse. Enfin, tout correcteur appréciera l honnêteté qui consiste à dire Je 4

5 vais admettre ce résultat dans la suite... ou Il y vraisemblablement une erreur dans mes calculs... Cela ne rendra pas votre réponse correcte mais montrera néanmoins au correcteur que vous comprenez ce que vous faites et maintiendra sa confiance. Dernières remarques Preuve par récurrence Il est essentiel de savoir rédiger correctement une preuve par récurrence. Rappelons le principe suivant. Principe : Soit P (n) une propriété concernant un entier naturel n. Si P (0) est vraie et si pour tout entier naturel k, quand on suppose que P (k) est vraie, on montre que P (k + 1) est vraie, alors on peut affirmer que P (n) est vraie pour tout entier naturel n. Les erreurs classiques et impardonnables sont : Une mauvaise initialisation. Montrons, par exemple, que tout sous-ensemble fini de N contient des entiers qui sont tous de même parité. Voici une démonstration fausse. Nous voulons prouver par récurrence sur n N la propriété P (n) suivante : si E est un sousensemble de N de cardinal n et si x, y sont deux éléments de E alors x et y ont même parité. Lorsque E est un sous-ensemble de N réduit à un seul élément, ce dernier à la même parité que lui-même. Donc P (1) est vraie. (H) Hypothèse de récurrence : fixons k N et supposons que P (k) soit vraie. Soit E un sous-ensemble de N de cardinal k + 1 et soit x et y dans E. Soit alors z un autre élément de E, distinct de x et de y. Alors l ensemble E \ {z} est un sous-ensemble de N de cardinal k et contenant x et y. D après l hypothèse de récurrence, x et y ont donc même parité. Ainsi P (k + 1) est vraie. Finalement, par le principe de récurrence, on a montré que tout sous-ensemble fini de N ne contient que des entiers de même parité. Ici on n a pas initialisé assez loin... En effet la preuve ci dessus qui permet d obtenir P (k + 1) à partir de P (k) ne fonctionne pas pour k = 1 (on ne peut pas trouver trois éléments distincts dans un ensemble à deux éléments). Ainsi cette démonstration serait parfaitement correcte si P () était vraie, ce qui n est pas le cas. Une façon d éviter ce type d erreur est de prendre quelques minutes pour vérifier que l on est bien capable de passer de P (0) à P (1) avec le raisonnement qui nous permet de montrer que P (k) implique P (k + 1). Supposer ce que l on veut montrer. Voici un exemple typique de démonstration fausse. n n(n + 1) On souhaite montrer que pour tout n N on a k =. Initialisation : on a 0 k = 0 = 0(0 + 1). Faisons à présent l hypothèse que pour tout n N, on a relation au rang n + 1. On a n+1 n k = ( k) + n + 1 = n(n + 1) 5 n k = + n + 1 = n(n + 1) (n + 1)(n + ) et montrons cette.

6 La propriété est vraie au rang n + 1 elle est donc vraie pour tout entier n. Ici le raisonnement serait parfaitement juste si on remplace le Faisons à présent l hypothèse que pour tout n N... par Faisons à présent l hypothèse que pour un n N... Effectivement, une fois que l on a supposé vraie la propriété cherchée, il n y a plus rien à montrer. Le raisonnement devient : supposons la propriété P vraie, blablabla, donc P est vraie. Ceci est juste, mais sans aucun intérêt. Preuve par contraposée ou par l absurde? Supposons que l on ait deux assertions P et Q et que l on cherche à montrer que P implique Q. Une preuve directe consiste à montrer directement que P implique Q. Une preuve par contraposée consiste à montrer que si Q est fausse alors P est fausse. Une preuve par l absurde consiste à montrer que si P est vraie et Q est fausse alors on obtient une absurdité (du type 0 = 1). Voici un exemple un peu caricatural. Montrons que si x est un réel contenu dans l intervalle ]0, 1[ alors x appartient à l intervalle [0, ]. Directement : Soit x ]0, 1[, autrement dit 0 < x < 1. Puisque la fonction carrée est croissante sur R + on obtient 0 x 1. Ainsi si x appartient à l intervalle ]0, 1[ alors x appartient à [0, ]. Par contraposée : Soit x un réel tel que x / [0, ]. Puisque x est positif, on a alors x >. Comme la fonction racine carrée est croissante sur R +, on obtient x >. Or x = x. Par suite x > ou x < et en particulier x / ]0, 1[. Donc si x / [0, ] alors x / ]0, 1[. Par contraposée, on a montré l implication demandée. Par l absurde : Soit x un réel tel que x ]0, 1[ et x / [0, ]. Puisque x est positif, on a donc d où 0 < x < 1 < < x 0 < x x 1 < 0 (x 1)(x + 1) = x 1 > 0 ainsi on a x+1 < 0 et 0 < x. Finalement on obtient 0 < 1 ce qui est absurde. Donc si x ]0, 1[ on a nécessairement x [0, ]. Une fausse démonstration par l absurde : Soit x un réel tel que x ]0, 1[ et x / [0, ]. Puisque la fonction carrée est croissante sur R + on obtient 0 x 1. Mais alors x [0, 1] ce qui est absurde car on a supposé x / [0, ]. Ceci est à éviter! Ici vous n utilisez jamais l assertion x / [0, ]. Il s agit donc d une démonstration directe. 6

Mathématiques et Philosophie en classe de seconde

Mathématiques et Philosophie en classe de seconde Mathématiques et Philosophie en classe de seconde Intervention du Professeur de mathématiques. Effectif de la classe : 34 élèves. Intervention : quinze heures en alternance avec le cours de Philosophie.

Plus en détail

Éléments de logique et de théorie des ensembles

Éléments de logique et de théorie des ensembles 1 Éléments de logique et de théorie des ensembles Pour les exemples et exercices traités dans ce chapitre les ensembles usuels de nombres entiers, rationnels réels et complexes sont supposés connus, au

Plus en détail

Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé. Prof. MOWGLI Ahmed. Année scolaire 2015-2016

Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé. Prof. MOWGLI Ahmed. Année scolaire 2015-2016 Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé Prof. MOWGLI Ahmed Année scolaire 2015-2016 1 Pour des cours particuliers par petits groupes de 3 ou 4 élèves en maths et/ou physique-chimie, veuillez me contacter.

Plus en détail

Quelques notions de logique

Quelques notions de logique Université Paris-Dauphine DUMI2E, Algèbre 1, 2008-2009 1 Quelques notions de logique Vous ne comprendrez pas tout à la première lecture. Quand quelque chose vous bloque, passez, et revenezy ensuite. Les

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

Annales concours ecricome 2006. Mathématiques - OPTION ÉCONOMIQUE

Annales concours ecricome 2006. Mathématiques - OPTION ÉCONOMIQUE Annales concours ecricome 2006 ESPRIT DE L ÉPREUVE SUJET CORRIGÉ RAPPORT ESPRIT GÉNÉRAL Objectifs de l épreuve - Vérifier chez les candidats l existence des bases nécessaires pour des études supérieures

Plus en détail

Chapitre 3. Eléments pour comprendre et écrire des démonstrations

Chapitre 3. Eléments pour comprendre et écrire des démonstrations Chapitre 3 Eléments pour comprendre et écrire des démonstrations Une des tâches essentielles en mathématique est de chercher à s assurer que telle ou telle proposition est vraie ou fausse. Il ne suffit

Plus en détail

Couper en deux, encore et encore : la dichotomie

Couper en deux, encore et encore : la dichotomie Couper en deux, encore et encore : la dichotomie I : Jeu du nombre inconnu Un élève volontaire choisit un nombre entier compris entre 0 et 56. Un autre élève cherche à deviner ce nombre, en adoptant la

Plus en détail

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Exo7 Logique et raisonnements Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Quelques motivations Il est important d avoir un langage rigoureux. La langue

Plus en détail

Prolégonèmes : Quelques méthodes de raisonnement

Prolégonèmes : Quelques méthodes de raisonnement Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Cours de Mathématiques pour l Informatique de la Licence d Informatique (Semestre 4) 2013-2014 Prolégonèmes : Quelques méthodes de raisonnement

Plus en détail

Cours/TD n 3 : les boucles

Cours/TD n 3 : les boucles Cours/TD n 3 : les boucles Où on se rendra compte qu il est normal de rien comprendre Pour l instant, on a vu beaucoup de choses. Les variables, les Si Alors Sinon, les tests avec les ET, les OU et les

Plus en détail

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE P. Pansu 16 mai 2005 1 Qu est-ce que la topologie? C est l étude des propriétés des objets qui sont conservées par déformation continue. Belle phrase, mais qui nécessite d

Plus en détail

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Ce chapitre est le chapitre central de la classe de Terminale STG. Il permet (en partie) de clore ce qui avait été entamé dés le collège avec les fonctions affines

Plus en détail

Machines de Turing. Chapitre 14 14.1. DÉFINITION ET FONCTIONNEMENT

Machines de Turing. Chapitre 14 14.1. DÉFINITION ET FONCTIONNEMENT Chapitre 4 Machines de Turing Dans ce chapitre on présente un modèle de calcul introduit dans les années 3 par Turing, les machines de Turing. Ces machines formalisent la notion de calculabilité. La thèse

Plus en détail

RAPPELS ET COMPLÉMENTS CALCULATOIRES

RAPPELS ET COMPLÉMENTS CALCULATOIRES RAPPELS ET COMPLÉMENTS CALCULATOIRES ENSEMBLES DE NOMBRES ENSEMBLES,,,ET: On rappelle que : désigne l ensembleprivé de 0 idem pour, et, + désigne l ensemble des réels positifs ou nuls et l ensemble des

Plus en détail

TD Dérivation n 2 : étude des variations de fonctions

TD Dérivation n 2 : étude des variations de fonctions 1) f (x) = 7x+3 TD Dérivation n : étude des variations de fonctions Étude de variations f est une fonction affine, de coefficient directeur négatif, on sait donc qu elle est décroissante surê. Le calcul

Plus en détail

Créer des documents XML

Créer des documents XML 1 Créer des documents XML La spécification XML définit comment écrire un document au format XML. XML n est pas un langage en lui-même mais, en revanche, un document XML est écrit dans un langage à balises

Plus en détail

Remarques sur le premier contrôle de TD :

Remarques sur le premier contrôle de TD : Remarques sur le premier contrôle de TD : Démêlons les confusions en tous genres... Licence 1 MASS semestre 2, 2006/2007 La première remarque est qu il faut apprendre le cours, faire les exercices et poser

Plus en détail

Luc PONSONNET Lycée Bonaparte 83000 Toulon Académie de Nice TRAAM 2013-2014 Page 1

Luc PONSONNET Lycée Bonaparte 83000 Toulon Académie de Nice TRAAM 2013-2014 Page 1 Luc PONSONNET - Académie de Nice - TraAM 2013-2014 " L ENORME SAUT DE THIERRY NEUVILLE AU RALLYE DE FINLANDE" Niveau de la classe : première scientifique Testée avec une classe de première scientifique

Plus en détail

Exo7. Développements limités. 1 Calculs. 2 Applications. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Développements limités. 1 Calculs. 2 Applications. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Développements ités Corrections d Arnaud Bodin. Calculs Exercice Donner le développement ité en 0 des fonctions :. cosx expx à l ordre 2. ln + x)) 2 à l ordre 4 shx x. x à l ordre 6 4. exp sinx) )

Plus en détail

Fonctions à deux variables

Fonctions à deux variables Fonctions à deux variables ECE Lcée Carnot 5 janvier Aspect graphique Définition. Une fonction à deux variables est une application f : D R, où D est une sous-ensemble du plan R appelé domaine de définition

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Ordinateur, programme et langage

Ordinateur, programme et langage 1 Ordinateur, programme et langage Ce chapitre expose tout d abord les notions de programme et de traitement de l information. Nous examinerons ensuite le rôle de l ordinateur et ses différents constituants.

Plus en détail

Réalisation du travail de recherche

Réalisation du travail de recherche Ph. Pélissier / Rédaction mémoire - 1 Réalisation du travail de recherche «Ce qui se conçoit bien s énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément» Boileau Pour la validation du D.U., il

Plus en détail

CHAPITRE 2 SUITES RÉELLES ET COMPLEXES

CHAPITRE 2 SUITES RÉELLES ET COMPLEXES CHAPITRE SUITES RÉELLES ET COMPLEXES Les suites sont un objet fondamental à la fois en mathématiques et dans l application des mathématiques aux autres sciences. Nous verrons dans ce cours et les travaux

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

Une axiomatisation du plan euclidien

Une axiomatisation du plan euclidien Nicole opp Strasbourg, avril 2007 Une axiomatisation du plan euclidien Le but de ce texte est de montrer comment on peut axiomatiser le plan euclidien d une manière qui se rapproche, autant que faire se

Plus en détail

Proposition de corrigé

Proposition de corrigé Externat Notre Dame Devoir Survéillé n 2 (1 ere ES/L) Samedi 14 décembre Durée : 3 h calculatrice autorisée - pas d échange de calculatrice ou de matériel Proposition de corrigé Dans tout ce devoir, la

Plus en détail

Initiation aux probabilités.

Initiation aux probabilités. Initiation aux probabilités. On place dans une boite trois boules identiques à l exception de leur couleur : une boule est noire, une est blanche, la troisième est grise. On tire une des boules sans regarder,

Plus en détail

Les théorèmes de Gerschgorin et de Hadamard

Les théorèmes de Gerschgorin et de Hadamard Localisation des valeurs propres : Quelques propriétés sur les disques de Gerschgorin. Jean-Baptiste Campesato 22 septembre 29 Gerschgorin est parfois retranscrit en Gershgorin, Geršgorin, Hershhornou

Plus en détail

Problèmes à propos des nombres entiers naturels

Problèmes à propos des nombres entiers naturels Problèmes à propos des nombres entiers naturels 1. On dispose d une grande feuille de papier, on la découpe en 4 morceaux, puis on déchire certains morceaux (au choix) en 4 et ainsi de suite. Peut-on obtenir

Plus en détail

Plans projectifs, arithmétique modulaire et Dobble

Plans projectifs, arithmétique modulaire et Dobble Plans projectifs, arithmétique modulaire et Dobble M. Deléglise 27 février 2013 Résumé Le jeu de Dobble édité par Asmodée est une excellente occasion d introduire des objets mathématiques importants :

Plus en détail

Exo7. Espaces vectoriels. 1 Définition, sous-espaces. Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin.

Exo7. Espaces vectoriels. 1 Définition, sous-espaces. Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin. Exo7 Espaces vectoriels Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin. Définition, sous-espaces Exercice Montrer que les ensembles ci-dessous sont des espaces vectoriels (sur R) : E = { f : [,] R } :

Plus en détail

VOLUME 3 ROBERT ET MICHEL LYONS. ( Octobre 2001 )

VOLUME 3 ROBERT ET MICHEL LYONS. ( Octobre 2001 ) VOLUME 3 ROBERT ET MICHEL LYONS ( Octobre 2001 ) Introduction Si votre enfant a réussi les activités des deux volumes précédents, vous serez peut-être surpris, mais le plus difficile est fait. Son succès

Plus en détail

Chapitre 6 : Estimation d erreurs numériques

Chapitre 6 : Estimation d erreurs numériques Chapitre 6 : Estimation d erreurs numériques Puisque les réels ne sont représentés en machine que sous la forme de flottants, ils ne sont connus que de manière approchée. De plus, la somme ou le produit

Plus en détail

Questionnaire. Questionnaire. www.quint-essenz.ch Promotion Santé Suisse, Avenue de la Gare 52, CH-1001 Lausanne. Fonction

Questionnaire. Questionnaire. www.quint-essenz.ch Promotion Santé Suisse, Avenue de la Gare 52, CH-1001 Lausanne. Fonction Version: 2.0 / 14.10.2003 / 1 Fonction En général, pour les projets de prévention et de promotion de la santé, on utilise un questionnaire pour obtenir des informations et/ou des données sur des avis ou

Plus en détail

Introduction à l optimisation

Introduction à l optimisation Université du Québec à Montréal Introduction à l optimisation Donnée dans le cadre du cours Microéconomie II ECO2012 Baccalauréat en économique Par Dominique Duchesneau 21 janvier septembre 2008 Ce document

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques

Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques (605) GESTION DE STOCK À DEMANDE ALÉATOIRE Résumé : Chaque mois, le gérant d un magasin doit

Plus en détail

Ensembles-Applications

Ensembles-Applications Ensembles-Applications Exercice 1 : Soient A = {1,2,3} et B = {0,1,2,3}. Décrire les ensembles A B, A B et A B. Allez à : Correction exercice 1 : Exercice 2 : Soient A = [1,3] et B = [2,4]. Déterminer

Plus en détail

en dimension finie Table des matières

en dimension finie Table des matières Maths PCSI Cours Algèbre linéaire en dimension finie Table des matières 1 Rappels d algèbre linéaire 2 1.1 Applications linéaires......................................... 2 1.2 Familles libres, génératrices

Plus en détail

Les espaces vectoriels

Les espaces vectoriels Agrégation interne UFR MATHÉMATIQUES 1. Généralités Les espaces vectoriels Dans tout le chapitre, K représente un corps commutatif. 1.1. Notion d espace vectoriel On considère un ensemble E sur lequel

Plus en détail

La fonction racine carrée. Document B. Table des matières

La fonction racine carrée. Document B. Table des matières 1 La fonction racine carrée Document B Table des matières - Résolution algébriques d équations avec racine carrée, p.2 à 8; - Règles sous la forme canonique avec b 1 et b = 1, p.9-10; - Équation axe de

Plus en détail

Procédures et fonctions

Procédures et fonctions Chapitre 5 Procédures et fonctions 5.1 Introduction Considérons le programme suivant, dont le but est d inverser les éléments d un tableau : public class InversionTableau1 { int t[]= {8, 2, 1, 23; Terminal.ecrireStringln("Tableau

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Université Paris Diderot Langage Mathématique (LM1) Département Sciences Exactes 2011-2012 Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Durée : 3 heures Exercice 1 Dans les expressions suivantes, les

Plus en détail

Devoir commun de Mathématiques 18 janvier 2014. Problème 1

Devoir commun de Mathématiques 18 janvier 2014. Problème 1 Lycée Jean Bart MPSI & PCSI Année 213-214 Devoir commun de Mathématiques 18 janvier 214 La clarté des raisonnements, la précision de la rédaction et la présentation entreront pour une part non négligeable

Plus en détail

Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets

Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets Deuxième épreuve d admission. Exemples de sujets Thème : probabilités 1) On lance deux dés équilibrés à 6 faces et on note la somme des deux faces obtenues. 1.a) Donner un univers associé cette expérience.

Plus en détail

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé.

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. TES/spé TL Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013 Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. Vous apporterez un grand soin à la présentation et à la rédaction

Plus en détail

L étude d une situation pratique en droit des sociétés

L étude d une situation pratique en droit des sociétés Méthodologie Thème 1 1 Les conditions de l épreuve À l examen, l épreuve n 2 du DCG concernant le droit des sociétés et autres groupements dure trois heures (coefficient 1) et porte sur l étude d une ou

Plus en détail

Amérique du Sud, novembre 2006

Amérique du Sud, novembre 2006 Exercice 1 ( 5 points) Commun à tous les candidats Un hôpital est composé de trois services : service de soins A, service de soins B, service de soins C. On s intéresse aux prises de sang effectuées dans

Plus en détail

Une lettre de motivation efficace en 10 points

Une lettre de motivation efficace en 10 points Une lettre de motivation efficace en 10 points Exercice de style aussi difficile qu indispensable, la lettre de motivation réclame des qualités que tout le monde ne peut maîtriser : esprit synthétique,

Plus en détail

Sur la correction automatique. des exercices de mathématiques

Sur la correction automatique. des exercices de mathématiques Sur la correction automatique des exercices de mathématiques Conférence donnée au séminaire Moocs : de la correction automatique à la personnalisation des cursus INRIA 13 Janvier 2014 Alain Prouté( 1 )

Plus en détail

Test de sélection du 4 juin 2013

Test de sélection du 4 juin 2013 Test de sélection du 4 juin 2013 Vous étiez 270 candidat-e-s à ce test de sélection, et 62 d entre vous (23%) participeront au stage olympique de Montpellier, du 19 au 29 août 2013, dont 12 filles : la

Plus en détail

Construction de la mesure de Lebesgue. 1 Mesure positive engendrée par une mesure extérieure.

Construction de la mesure de Lebesgue. 1 Mesure positive engendrée par une mesure extérieure. Université d Artois Faculté des Sciences Jean Perrin Analyse Fonctionnelle (Licence 3 Mathématiques-Informatique Daniel Li Construction de la mesure de Lebesgue 28 janvier 2008 Dans ce chapitre, nous allons

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE RAPPEL DU SUJET : Nous sommes le 11/05/2011. Vous êtes secrétaire administratif(ive) de classe

Plus en détail

File Maker Pro Les Requêtes

File Maker Pro Les Requêtes File Maker Pro Les Requêtes I. Introduction Dans FileMaker pro l'interface proposée pour les requêtes est simple: les requêtes se font dans les mêmes formulaires (modèles) que ceux qu'on utilise pour entrer

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques 7 Généralités sur les fonctions numériques Une fonction numérique est, de manière générale, une fonction d une variable réelle et à valeurs réelles. 7.1 Notions de base sur les fonctions Si I, J sont deux

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

école polytechnique-ens-espci concours d admission 2013 Composition d Informatique (2 heures), Filières MP et PC (XEC)

école polytechnique-ens-espci concours d admission 2013 Composition d Informatique (2 heures), Filières MP et PC (XEC) école polytechnique-ens-espci concours d admission 2013 Composition d Informatique (2 heures), Filières MP et PC (XEC) Rapport de MM. Didier CASSEREAU, Étienne LOZES et Dominique ROSSIN, correcteurs. 1.

Plus en détail

Chapitre 5 Le logarithme néperien

Chapitre 5 Le logarithme néperien A) La fonction ln(x) Chapitre 5 Le logarithme néperien ) Définition Nous avons vu que nous ne savions pas exprimer la primitive de la fonction inverse avec des fonctions connues. Alors inventons cette

Plus en détail

Cours de Mathématiques

Cours de Mathématiques Chapitre 4 Cours de Mathématiques Lycee Gustave Eiffel PTSI 02/03 Equations différentielles Ce chapitre est une première étude des équations différentielles, il vous sera d abord utile en physique et en

Plus en détail

Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications

Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications 0 Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications 0. Le théorème de Rolle sur un espace vectoriel normé Pour ce paragraphe, on se donne un espace vectoriel normé (E, ). Le théorème

Plus en détail

Probabilités et statistique

Probabilités et statistique Probabilités et statistique Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Cours de deuxième année de licence de sciences économiques Fabrice Rossi Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence

Plus en détail

Fiche de conseils sur la communication orale

Fiche de conseils sur la communication orale Les gens Les partenariats Le savoir Compétences et emploi Bureau de l alphabétisation et des compétences essentielles Fiche de conseils sur la communication orale Le présent outil renferme des conseils

Plus en détail

COURS DE DENOMBREMENT

COURS DE DENOMBREMENT COURS DE DENOMBREMENT 1/ Définition des objets : introduction Guesmi.B Dénombrer, c est compter des objets. Ces objets sont créés à partir d un ensemble E, formé d éléments. A partir des éléments de cet

Plus en détail

Sujet Métropole 2013 EXERCICE 1. [4 pts] Probabilités

Sujet Métropole 2013 EXERCICE 1. [4 pts] Probabilités Sujet Métropole 01 EXERIE 1. [4 pts] Probabilités Une jardinerie vend de jeunes plants d arbres qui proviennent de trois horticulteurs : 5% des plants proviennent de l horticulteur H 1, 5% de l horticulteur

Plus en détail

Obtenez jusqu à 1 000 visiteurs ciblés par jour, en provenance de Google!

Obtenez jusqu à 1 000 visiteurs ciblés par jour, en provenance de Google! Obtenez jusqu à 1 000 visiteurs ciblés par jour, en provenance de Google! En seulement 2 étapes faciles! Imprimez ce document 1 Mention Légale Tous les efforts ont été déployés afin de représenter avec

Plus en détail

Intégrité intellectuelle : un savoir-être et un savoir-faire

Intégrité intellectuelle : un savoir-être et un savoir-faire Intégrité intellectuelle : un savoir-être et un savoir-faire Transcription de la vidéo 7 : Emprunt de textes Rédaction du contenu Marie Lefebvre, Agente de recherche Décanat des études Révision linguistique

Plus en détail

Complexité des algorithmes

Complexité des algorithmes Complexité des algorithmes par Robert Rolland R. Rolland, Aix Marseille Université, Institut de Mathématiques de Marseille I2M Luminy Case 930, F13288 Marseille CEDEX 9 e-mail : robert.rolland@acrypta.fr

Plus en détail

Algorithmique 1. Ensimag - 1A. Janvier 2015. type Tissage i s record -- Couleur du fil horizontal, blanc par d é faut

Algorithmique 1. Ensimag - 1A. Janvier 2015. type Tissage i s record -- Couleur du fil horizontal, blanc par d é faut Algorithmique Ensimag - A Janvier 0 Durée : h Machines électroniques interdites recto-verso document autorisé : une feuille manuscripte Les deux parties du sujet sont indépendantes. Veuillez respecter

Plus en détail

Créer mon premier squelette

Créer mon premier squelette Créer mon premier squelette Avec ce tutoriel, découvrez progressivement le fonctionnement de SPIP en construisant votre premier squelette. Pas à pas, comment créer un SPIP qui défie les limites. Créer

Plus en détail

Section 1 : Les thèmes

Section 1 : Les thèmes Section 1 : Les thèmes 1. Introduction / page 3 2. Premier thème : L essentiel du message de l Évangile / page 5 3. Deuxième thème : Le baptême, le Christ, et l Église locale / page 11 4. Troisième thème

Plus en détail

CODES CORRECTEURS D'ERREURS

CODES CORRECTEURS D'ERREURS CODES CORRECTEURS D'ERREURS Marc URO TABLE DES MATIÈRES DÉTECTION ET CORRECTION D'ERREURS... 6 CAS D'UN CANAL SANS SYMBOLE D'EFFACEMENT...6 CAS D'UN CANAL AVEC SYMBOLE D'EFFACEMENT...7 GÉNÉRATION ET DÉTECTION

Plus en détail

COMMUNICATION ORALE EN ENTRETIEN. (Notes prises par Danielle Venot lors de la conférence animée par Denis Boutte le 27 mars 2008)

COMMUNICATION ORALE EN ENTRETIEN. (Notes prises par Danielle Venot lors de la conférence animée par Denis Boutte le 27 mars 2008) COMMUNICATION ORALE EN ENTRETIEN (Notes prises par Danielle Venot lors de la conférence animée par Denis Boutte le 27 mars 2008) 1 - Quelques considérations préliminaires sur la recherche d emploi et les

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 3 4 Master d économie Cours de M. Desgraupes MATHS/STATS Document : Solution des exercices d algèbre linéaire Table des matières

Plus en détail

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS Remarques préliminaires : Ce court document n a nullement la prétention de présenter la question de la recherche d extrema liés avec toute la rigueur qui lui serait

Plus en détail

école supérieure d informatique, électronique, automatique 1A Cycle de transition Année 2015-2016 Mathématiques : exercices du chapitre 1

école supérieure d informatique, électronique, automatique 1A Cycle de transition Année 2015-2016 Mathématiques : exercices du chapitre 1 école supérieure d informatique, électronique, automatique 1A Cycle de transition Année 2015-2016 Mathématiques : exercices du chapitre 1 Exercice 1 Soit V une assertion toujours vraie, F une assertion

Plus en détail

Cours d Analyse Semestre 1. Stéphane Attal

Cours d Analyse Semestre 1. Stéphane Attal Cours d Analyse Semestre 1 Stéphane Attal 2 Contents 1 Les nombres réels 5 1.1 Les ensembles usuels de nombres................ 5 1.2 Ensembles ordonnés........................ 6 1.3 Le corps des nombres

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL. MATHÉMATIQUES Série ES/L

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL. MATHÉMATIQUES Série ES/L BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 MATHÉMATIQUES Série ES/L Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 (ES), 4 (L) ES : ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L : ENSEIGNEMENT DE SPECIALITE Les calculatrices électroniques

Plus en détail

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie MEÉF - Mathématiques DS2-5 octobre 25 Analyse - Géométrie Eercice Soit E un K-espace vectoriel (K étant le corps R ou C). Deu normes N et N 2 sur E sont dites équivalentes s il eiste deu constantes réelles

Plus en détail

Exercice 1 Aux quatre coins d une feuille de papier format A4, on découpe des carrés pour fabriquer une boîte : x

Exercice 1 Aux quatre coins d une feuille de papier format A4, on découpe des carrés pour fabriquer une boîte : x Exercice Aux quatre coins d une feuille de papier format A4, on découpe des carrés pour fabriquer une boîte : x A B E F H G D Le fond de la boîte est le rectangle EFGH. La feuille est au format A4, donc

Plus en détail

Cet article a pour but de répondre à ces deux questions.

Cet article a pour but de répondre à ces deux questions. Chercheuse : Parreau Anne. Professeurs : Mme Avinzac et Mme Lecureux du lycée Ozenne ainsi que M. Ronchini du lycée st Sernin. Elèves : Nogues Alexandre (en première à Ozenne) ainsi que Nouhen Hubert et

Plus en détail

LES FRACTIONS Séance 1/9

LES FRACTIONS Séance 1/9 LES FRACTIONS Séance 1/9 DOMAINE : Mathématiques (Nombres et calcul) NIVEAU : CM1 DURÉE : 45 minutes COMPÉTENCES : Nommer les fractions simples et décimales en utilisant le vocabulaire : demi, tiers, quart,

Plus en détail

La machine à diviser de Monsieur Pascal

La machine à diviser de Monsieur Pascal prologue La machine à diviser de Monsieur Pascal Àdiviser? vous dites-vous, ne s agit-il pas plutôt de la «Pascaline», la machine à additionner que le jeune Blaise construisit pour soulager son père dans

Plus en détail

TUTORIAL : Créer le setup d un programme VB 6

TUTORIAL : Créer le setup d un programme VB 6 TUTORIAL : Créer le setup d un programme VB 6 NIVEAU : INITIES Pré requis pour comprendre ce tutorial : - Connaître les fichiers nécessaires à l installation d un programme VB - Connaître le système de

Plus en détail

Les espaces vectoriels Partie 1

Les espaces vectoriels Partie 1 Les espaces vectoriels Partie 1 MPSI Prytanée National Militaire Pascal Delahaye 1 er février 2016 1 Définition d un Espace Vectoriel Soit ( K,+, ) un corps commutatif (le programme impose K = R ou C).

Plus en détail

Étiquettes, enveloppes et publipostage

Étiquettes, enveloppes et publipostage Chapitre 10 Étiquettes, enveloppes et publipostage Vous vous mariez ou vous organisez un baptême? Récupérez votre liste d adresses à partir de votre téléphone portable ou des contacts de votre messagerie

Plus en détail

Commission Réseau Sémantique Universel Étude de cas n 1 : routage postal

Commission Réseau Sémantique Universel Étude de cas n 1 : routage postal Commission Réseau Sémantique Universel Étude de cas n 1 : routage postal La meilleure méthode pour mettre au point une méthode étant de la tester sur le plus grand nombre possible de cas concrets, voici

Plus en détail

Sujets et corrigés des DS de mathématiques. BCPST 1A Lycée Hoche 2014-2015. Sébastien Godillon

Sujets et corrigés des DS de mathématiques. BCPST 1A Lycée Hoche 2014-2015. Sébastien Godillon Sujets et corrigés des DS de mathématiques BCPST A Lycée Hoche 04-05 Sébastien Godillon Table des matières Sujet du DS n o Corrigé du DS n o 5 Exercice logique 5 Exercice nombres réels, sommes, suites

Plus en détail

1 C est quoi une fonction? 2. 2 Représentation graphique d une fonction. 6. 3 Fonction affine. 8. 4 Représentation graphique d une fonction affine.

1 C est quoi une fonction? 2. 2 Représentation graphique d une fonction. 6. 3 Fonction affine. 8. 4 Représentation graphique d une fonction affine. Sommaire 1 C est quoi une fonction? 2 2 Représentation graphique d une fonction. 6 3 Fonction affine. 8 4 Représentation graphique d une fonction affine. 10 5 Coefficient directeur d une fonction affine.

Plus en détail

AURELIE Gestion Commerciale Mode d emploi pour états paramétrables

AURELIE Gestion Commerciale Mode d emploi pour états paramétrables Table des matières 1/ But :... 3 2/ Pré-requis :... 3 3/ Comment y aller?... 3 4/ Créer un état :... 3 4.1/ Décomposition de l état :... 3 4.2/ Variables à éditer :... 4 4.2.1/ Ligne :... 4 4.2.2/ Variable

Plus en détail

Guide utilisateur myworkandme. Se connecter avec l adresse e-mail et le mot de passe

Guide utilisateur myworkandme. Se connecter avec l adresse e-mail et le mot de passe Guide utilisateur myworkandme Se connecter avec l adresse e-mail et le mot de passe 22 juillet 2013 Table des matières 1. Nouvel utilisateur? Activer votre profil... 3 1.1 Cliquez sur le lien dans le mail

Plus en détail

2 nde Corrigé de l évaluation n 3 de mathématiques Lundi 13 Mai 2013. Lectures graphiques (9 points) Les 2 parties sont indépendantes Partie A

2 nde Corrigé de l évaluation n 3 de mathématiques Lundi 13 Mai 2013. Lectures graphiques (9 points) Les 2 parties sont indépendantes Partie A nde Corrigé de l évaluation n 3 de mathématiques Lundi 13 Mai 013 Lectures graphiques (9 points) Les parties sont indépendantes Partie A Tous les clients d un petit restaurant ont opté pour la formule

Plus en détail

IUFM D AIX PRÉPA CRPE AOÛT/SEPTEMBRE 2012 CONSEILS MÉTHODOLOGIQUES

IUFM D AIX PRÉPA CRPE AOÛT/SEPTEMBRE 2012 CONSEILS MÉTHODOLOGIQUES IUFM D AIX PRÉPA CRPE AOÛT/SEPTEMBRE 2012 CONSEILS MÉTHODOLOGIQUES FRANÇAIS Commentaire. La lecture du texte doit se faire de manière analytique, c est une lecture personnelle. Il s agit en premier lieu

Plus en détail

Équations différentielles en physique

Équations différentielles en physique Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012 Équations différentielles en physique On ne considère en physique en prépa (quasiment) que des

Plus en détail

RAPPORT 2013 EPREUVE DE MATHEMATIQUES

RAPPORT 2013 EPREUVE DE MATHEMATIQUES RAPPORT 2013 EPREUVE DE MATHEMATIQUES CONCOURS DE RECRUTEMENT DES PROFESSEURS D ECOLE ACADEMIE DE TOULOUSE Eric CONGÉ Inspecteur d Académie Inspecteur Pédagogique Régional de Mathématiques Coordonnateur

Plus en détail

Série notée Sujet 1. Règles et recommandations : Instructions ÉC O L E P O L Y T E C H N IQ U E FÉ DÉR A L E D E L A U S A N N E

Série notée Sujet 1. Règles et recommandations : Instructions ÉC O L E P O L Y T E C H N IQ U E FÉ DÉR A L E D E L A U S A N N E EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE Faculté Informatique et Communication Cours Informatique II (SV) Jamila Sam ÉC

Plus en détail

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I ÉLÉMENTS D OPTIMISATION Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I CHARLES AUDET DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES ET DE GÉNIE INDUSTRIEL ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL Hiver 2011 1 Introduction

Plus en détail

Au menu. Cours 7: Classes Probabilistes. Application : Calcul de la médiane. Sous menu. Retours sur quelques algorithmes.

Au menu. Cours 7: Classes Probabilistes. Application : Calcul de la médiane. Sous menu. Retours sur quelques algorithmes. Au menu Cours 7: Classes Probabilistes Olivier Bournez bournez@lix.polytechnique.fr LIX, Ecole Polytechnique Retours sur quelques algorithmes Quelques résultats INF561 Algorithmes et Complexité 1 2 Sous

Plus en détail

NOMBRES ET CARRES. Le principe. Premières expérimentations. Pour aller plus loin...

NOMBRES ET CARRES. Le principe. Premières expérimentations. Pour aller plus loin... NOMBRES ET CARRES Le principe On décide de jouer avec les nombres de la manière suivante: on se donne un nombre, par exemple 53, on ajoute les carrés des chiffres qui le composent - ici 2 + 5 2 + 3 2 =

Plus en détail

Conseils de Méthodologie

Conseils de Méthodologie Yann Bisiou Maître de conférences en droit privé et sciences criminelles Conseils de Méthodologie Ces conseils de méthodologie doivent vous permettre de rendre compte clairement de vos connaissances. Ils

Plus en détail