LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009."

Transcription

1 LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009 Durée : 1 heure Aucun document autorisé Moyenne 7,3 Extrêmes : [0,20] PETITES QUESTIONS : (10 lignes maximum) 1) Quels sont les effets d une politique monétaire de relance selon Milton Friedman? (4 points) 2) Réglementation prudentielle : de Bâle I à Bâle II. (4 points) GRANDE QUESTION : (Introduction, conclusion et développement doivent être rédigés) «La crise des subprimes : causes et conséquences» (12 points) Commentaires sur la correction PETITES QUESTIONS : (10 lignes maximum) 1) Quels sont les effets d une politique monétaire de relance selon Milton Friedman? (4 points) Les mots-clés : Court terme / long terme, Inflation. L essentiel : augmenter la masse monétaire a, selon Friedman, des effets bénéfiques sur l activité économique et le chômage mais seulement à court terme. En effet, à court terme les agents économiques sont victimes de l illusion monétaire (ils ne perçoivent pas les effets inflationnistes de la création monétaire) ce qui les incitent à offrir plus (de travail, de capital) et à consommer plus, investir plus Cette illusion monétaire disparaît à long terme (anticipations adaptatives) : l activité économique retourne à son niveau initial et le chômage retrouve son taux naturel. Seuls les effets inflationnistes de la relance monétaire persistent.

2 Un exemple de réponse ayant eu 4/4 : «Selon Milton Friedman, une politique de relance de type keynésien a, à court terme, un effet positif sur l activité économique et sur les taux de chômage. Du fait de l illusion monétaire dont sont victimes les agents économiques, ces derniers croient à une augmentation de leur pouvoir d achat. Une fois l illusion retombée, le seul effet d un politique de relance monétaire est l inflation. En effet, d après l équation de Fisher, l augmentation de la masse monétaire se traduit par une augmentation du niveau général des prix.» 2) Réglementation prudentielle : de Bâle I à Bâle II. (4 points) Les mots-clés : risque systémique, ratios de solvabilité, ratio Cooke, risque de crédit, risque de marché L essentiel : La réglementation prudentielle stimulée au niveau international par le comité de Bâle a pour objectif de limiter le risque systémique en encadrant les risques pris par les banques. En 1988, le G10 réuni à Bâle abouti à la mise en place d un ratio de solvabilité (ratio Cooke) imposant une limite minimale de 8% au rapport entre les fonds propres de chaque établissement de crédit et les crédits octroyés pondérés par les risques. Ces accords (Bâle I) vont montrer certaines limites : le ratio Cooke ne concerne que le risque de crédit et les établissements de crédits parviennent à contourner la réglementation en sortant certains de leurs engagements de leur bilan. Les accords de Bâle II, finalisés en 2004, tentent notamment d élargir les mesures prudentielles concernant les banques à d autres risques, en particulier les risques de marché, de plus en plus importants compte tenu du développement croissant des activités des banques sur les marchés financiers. En revanche, la volonté d améliorer la mesure du risque en laissant plus d initiatives aux banques dans ce domaine semble être une des faiblesses de Bâle II. Un exemple de réponse ayant eu 4/4 : «Afin d éviter des risques systémiques des règles prudentielles ont été mises en place. C est en 1988 que se réunit le G10 composé de 13 pays qui ont un poids important dans le système financier. Ce comité va se réunir en Suisse et va élaborer de nombreuses règles afin de lutter contre les effets néfastes des marchés ; ce comité est appelé Bâle I. Ainsi le ratio de Cooke est l une des règles prudentielles élaborées par ce comité. Il s agit d un ratio qui impose aux banques de détenir au moins 8% des dépôts à vue sur leur compte [inexact] afin de faire face aux crises. Toutefois Bâle I et le ratio de Cooke sont un échec car ils ne prenaient pas en compte les activités de marché effectuées par les banques. En effet, ils ne prenaient en compte que les activités liées aux risques de crédit. Alors que les banques sont de plus en plus impliquées dans des activités liées aux marchés financiers et les risques survenant lors de ces activités sont très importants. Ainsi, en 2004, a lieu un deuxième comité de Bâle II. Celui-ci voulait prendre en compte les activités des banques sur les marchés financiers et les risques qui y sont liés. De ce fait, ce comité met en place des règles visant à une autorégulation des banques. Toutefois ces règles n étaient pas sans limites car les évaluations des banques étaient très optimisées, c'est-à-dire que les banques sous estimaient les risques. Les évaluations étaient donc faussées.» GRANDE QUESTION : (Introduction, conclusion et développement doivent être rédigés) «La crise des subprimes : causes et conséquences» (12 points) Commentaire : il s agissait d un sujet facile pour tout étudiant ayant suivi le cours (ce qui ne veut pas dire, travailler sur des reproductions d anciens cours) et /ou ayant suivi l actualité économique. Le sujet ne nécessitait aucune réflexion ni sur la problématique, ni sur le plan. L essentiel :

3 Les causes : - Les évolutions des taux directeurs de la Fed, qui influencent les taux des crédits subprimes à taux variables, donc le coût de l emprunt immobilier pour les ménages à revenu modeste. Ces taux baissent de 2001 à 2003 dans le contexte de la récession qui suit l éclatement de la bulle Internet, facilitant ainsi l octroi de prêts. Ils augmentent ensuite jusqu en 2007, avec le reprise des tensions inflationnistes, menant à une augmentation des taux de défauts sur les crédits subprimes, en particulier à partir de les évolutions des prix sur le marché de l immobilier. L augmentation de ces prix, jusqu en 2006, signifiait pour les banques une augmentation de la valeur des biens qui leur servaient de garantie dans le cadre des prêts hypothécaires. Le retournement des prix de l immobilier à partir de 2006 a entraîné une attitude beaucoup plus restrictive des banques, notamment en ce qui concerne les renégociations de prêts. - La titrisation. Cette transformation des créances en titres négociables sur les marchés financiers a permis aux banques d obtenir des liquidités et de contourner les réglementations prudentielles (ratios de solvabilité). Elle a également permis d offrir aux investisseurs sur les marchés des titres (RMBS, CDO ) souvent notés AAA par les agences de notation, bien que mieux rémunérés que les obligations classiques, dans un contexte, à partir de 2001, de baisse des taux et de baisse des cours des actions. Les conséquences : - La crise bancaire et financière. Avec l éclatement de la bulle du crédit subprime, les banques ayant octroyé de tels crédits subissent des pertes directes dues aux défauts des ménages emprunteurs et la baisse de la valeur des biens hypothéqués. Les émissions de titres adossés à des créances ne sont quasiment plus possibles, la valeur des titres adossés existant chute brutalement, amorçant une crise de liquidité pour les banques (assèchement du marché monétaire). Les injections de liquidités par les banques centrales, limitent la crise de liquidité, sans pouvoir la stopper. Les faillites bancaires se multiplient. La crise de confiance se généralise, touchant tous les marchés financiers. - La crise économique. Outre les secteurs directement concernés par la crise des subprimes (secteur banques-assurances et secteur immobilier), la crise financière se transmet à la sphère réelle via les canaux habituels. Le canal du financement joue de deux manières. La baisse des marchés financiers rend plus difficile pour les entreprise le financement externe direct. Surtout, les difficultés des banques les amènent à rationner le crédit (crédit crunch) : entreprises et ménages ont plus de mal à emprunter, malgré les baisses de taux directeurs de la part des banques centrales. Ceci qui crée des difficultés de trésorerie (amenant parfois à la faillite de certaines entreprises), nuit à l investissement et à la consommation. Les effets de richesse impliquent aussi un ralentissement de la consommation. La valeur du patrimoine des ménages diminuant du fait de la baisse des marchés immobilier et financier, ces ménages tentent de reconstituer cette valeur en accentuant leur effort d épargne. Le canal de la confiance joue via les perspectives en matière de revenus. Le pessimisme des entrepreneurs concernant les débouchés implique un ralentissement des investissements, une multiplication des licenciements pour réduire les coûts et un comportement de désendettement. La crainte du chômage ou de la baisse des salaires amène les ménages à moins consommer et à thésauriser davantage. Les mesures de relance budgétaire prises à partir de 2008 pour tenter de limiter les effets récessionnistes de la baisse de la demande ont pour l instant des effets limités.

4 Un exemple de réponse ayant eu 12/12 : «En 1802, Thomas Jefferson a prédit le phénomène qui s est développé au cours de l année 2007 : des banques prêtant sans aucune prudence, des ménages surendettés et une défaillance de ces derniers entraînant un effondrement du système ainsi que des milliers d expropriations. Cette crise dite des subprimes s est développée aux Etats-Unis et a contaminé le monde entier, en n épargnant aucune économie. Les subprimes sont des crédits hypothécaires accordés aux ménages sur lesquels les banques ont fait des titres. Des lors, on peut se demander pourquoi cette crise est survenue et quelles en sont les conséquences. Après avoir vu que cette crise est due au laxisme des agents, nous verrons que celle-ci s est généralisée. *** I. Exposition du laxisme du système Il faut, tout d abord, voir le rôle des titres puis celui des agents. A. Des titres en cause : crise immobilière et taux d intérêt. A la fin des années 90, une bulle spéculative immobilière est née au Etats-Unis et s est surtout développée à partir de 2001, lorsque la FED a baissé ses taux (de 6,5% à 1% en 2004). Les banques ont alors fait des crédits massivement aux ménages, ceux à risque élevé passant de 10% à 50% en 2006 dans la part de ceux hypothécaires. Elles ont alors eu recours à la titrisation c'est-à-dire la transformation de créances en titres. Cela est passé de 200 milliards à 3000 milliards $ en Or, dès 2004, les taux augmentent et atteignent 5,25% en Les ménages ayant fait des crédits à taux variables ne peuvent rembourser. Plus de 10% des ménages détenant des subprimes font défaut en même temps. Cela va être la cause principale de la crise. B. La responsabilité des institutions : manque de transparence et implication. Les banques sont les instigatrices de la titrisation. Elles possèdent bon nombre de titres adossés à des créances comme les CDO ou même des titres adossés à des titres adossés (CDO de CDO) dont les risques sont très durs à évaluer. Lorsque les ménages font défaut, elles sont les premières à être touchées de ce fait mais aussi à cause des crédits qu elles ont accordés. Un manque notable de transparence est exposé : par le biais de SPV ou Conduits ou véhicules (groupes ad hoc créés pour la titrisation) que l on croyait indépendants, elles achètent et transforment les crédits, créances en titres. Or cela est contraire à la réglementation. Ces véhicules sont dans des places off-shore. De plus, les agences de notation en donnant des notes ne retranscrivant pas la réalité car payées par les banques, et les réhausseurs de crédit jouent un rôle et montrent le laxisme du système. II. Généralisation de la crise : une ampleur considérable. La crise va être bancaire et financière, avant de toucher l'économie. A. Titres indésirables et difficultés bancaires. Face au défaut des ménages, les banques ayant accordé les crédits sont fortement touchées et ont des problèmes de liquidité. Or cela est couplé avec la détention des titres cités précédemment. Les banques essaient de les revendre et de se refinancer or personne ne veut les acheter. Les premières difficultés sont visibles avec Bear Stearns en Les banques en sauvant les véhicules, héritent de leurs titres et ont du mal à les revendre. Cela entraîne une crise de confiance et plus aucune ne se prête de l argent. Dès lors, même les banques les moins impliquées ont des problèmes de liquidités (Bank of America).

5 Celles ayant basé leur activité sur les placements sombrent aussi comme Lehmann Brothers (faillite en septembre), UBS Les cours des titres immobiliers chutent puis c est l'ensemble des cours qui suit, du fait de la crise de confiance. Un cercle vicieux se créé : la défiance apparaît et on ne prête plus donc plus de liquidités. B. Contamination de la sphère réelle : une crise économique conséquente. Ces crises financière et bancaire vont donner naissance à l une des plus importantes crises économiques de l Histoire. Deux canaux vont avoir un rôle. Tout d abord, la crise de confiance engendre un pessimisme chez les entreprises qui ne veulent plus prendre de risques. Dès lors, elles restreignent leurs investissements de ce fait ainsi qu à cause des pertes subies sur les marchés. Les ménages, eux, consomment moins et épargnent plus car la richesse fait partie du revenu permanent mais aussi parce qu ils veulent garder stable la valeur de leur patrimoine. Deuxièmement, le financement est restreint : en effet, vu leur situation, les banques rationnent les crédits (phénomène du crédit crunch). Dès lors, les ménages et entreprises voient leur financement se réduire. Tout cela a engendré une forte crise économique : plus fort taux de chômage aux Etats-Unis depuis 20 ans (7,2%) ; récession en Amérique et Europe ; faillites de grandes banques *** La prévision de Jefferson s est donc réalisée. Cette crise montre toutes les perversités du système et ce qu il faut changer.»

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

Mécanismes monétaires et financiers

Mécanismes monétaires et financiers Mécanismes monétaires et financiers Département IG, 1ère année (IG3) Polytech Montpellier Cours et TD : Marie MUSARD-GIES Introduction au cours (1/2) Marchés financiers (cf cours économie) Plus grande

Plus en détail

Argumentaire «crise financière»

Argumentaire «crise financière» Décembre 2008 Argumentaire «crise financière» Depuis septembre 2008, la crise financière s installe dans le quotidien des Français. L objectif de cet argumentaire est de décrypter cette crise, de la comprendre

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

1. Les fluctuations économiques : une dynamique heurtée de développement économique

1. Les fluctuations économiques : une dynamique heurtée de développement économique COMMENT EXPLIQUER L INSTABILITE DE LA CROISSANCE? 1. LES FLUCTUATIONS ECONOMIQUES : UNE DYNAMIQUE HEURTEE DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE... 1 1.1 DES CHOCS ECONOMIQUES PERTURBENT REGULIEREMENT LA CROISSANCE...

Plus en détail

Intervention de Grégory DAMY, Professeur associé à l Université de Nice Sophia-Antipolis et avocat au barreau de Nice

Intervention de Grégory DAMY, Professeur associé à l Université de Nice Sophia-Antipolis et avocat au barreau de Nice Intervention de Grégory DAMY, Professeur associé à l Université de Nice Sophia-Antipolis et avocat au barreau de Nice Journées de droit économique Samedi 7 juin 2008 «D une crise à l autre : regards croisés

Plus en détail

Forum ESSEC «Questionner la crise»

Forum ESSEC «Questionner la crise» Forum ESSEC «Questionner la crise» Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle Mer cr edi 17 décembr e 2008 Changement de business model des banques Quel est le business

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise

Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise L économie mondiale et particulièrement les économies des pays développés ont connu depuis quelques années un important mouvement de financiarisation. Ce mouvement

Plus en détail

PUZZLE DES SUBPRIMES BONNE ANIMATION!

PUZZLE DES SUBPRIMES BONNE ANIMATION! PUZZLE DES SUBPRIMES Guide d animation Objectif : reconstituer et expliquer les différentes étapes de la crise financière de 2007 depuis son origine démontrer le rôle particulier des crédits subprimes

Plus en détail

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2 Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1 François Longin 2 Résumé Cet article insiste sur le changement de business model des banques qui peut constituer une explication

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière Les crises bancaires Les risques de l activité bancaire L activité principale des banques s accompagne inévitablement de risques: si un débiteur ne rembourse pas son crédit, la banque doit pouvoir absorber

Plus en détail

Soirée d'information sur la crise financière

Soirée d'information sur la crise financière Soirée d'information sur la crise financière 6 ème Sciences Economiques 18 novembre 2008 Questions abordées I. Quelle est l'origine de la crise? II.Comment les subprimes se sont retrouvées dans nos banques

Plus en détail

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet 1 Jeudi 25 Octobre 2007 Crises financières et Risques Bancaires Réforme de Bâle II I. Définitions des risques

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Introduction Ce que disent

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

Informations générales 3 e trimestre 2014. Inform Taux d intérêt, cycles, confiance les marchés financiers sont-ils arrivés à un tournant?

Informations générales 3 e trimestre 2014. Inform Taux d intérêt, cycles, confiance les marchés financiers sont-ils arrivés à un tournant? Informations générales 3 e trimestre 2014 Inform Taux d intérêt, cycles, confiance les marchés financiers sont-ils arrivés à un tournant? Swisscanto un leader dans l Asset Management Swisscanto figure

Plus en détail

Les limites du ratio Bâle II

Les limites du ratio Bâle II Les limites du ratio Bâle II Table des matières I. Introduction... 3 II. De Bâle I à Bâle II... 4 A. Présentation du ratio Bâle I... 4 B. Les limites du ratio Bâle I... 5 C. Le ratio Bâle II... 5 1. Pilier

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie

Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie Irem Zeyneloglu * L article présente le nouveau mode d intervention adopté par la Banque centrale turque en 2010 et le compare

Plus en détail

CHOIX DES MOYENS DE FINANCEMENT

CHOIX DES MOYENS DE FINANCEMENT CHOIX DES MOYENS DE FINANCEMENT Corynne Jaffeux Professeur Université Bordeaux 4 1 SOMMAIRE Les modes de financement des entreprises non cotées et des entreprises cotées La crise bancaire de 2007 et ses

Plus en détail

Crise des subprimes mortgages : quel impact?

Crise des subprimes mortgages : quel impact? 1 Paris, août 2007 Crise des subprimes mortgages : quel impact? L histoire financière des deux dernières décennies semble obéir à une précision de métronome. Le jeudi noir de Wall Street (1987), la crise

Plus en détail

le processus de la crise

le processus de la crise REPUBLIQUE DU SENEGAL Ministère de l Economie et des Finances Centre d Etudes de Politiques pour le Développement B u l l e t i n d u C E P O D I S S N 0 8 5 0-1 3 2 7 Quatrième trimestre 2008 http://www.cepodsn.org

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 January 2014 WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 La forte chute des revenus d intérêts des ménages belges en raison de la gestion de la crise financière Eric Dor IESEG School of Management (LEM-CNRS) IESEG

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

La crise financière : rappel des faits

La crise financière : rappel des faits La crise financière : rappel des faits Les Jeunes de l'ump Origines de la crise : politique du crédit facile aux États-Unis et «subprimes» Suite aux attentats du 11 septembre, la Banque centrale américaine

Plus en détail

Chapitre 6 Comment expliquer les crises financières et réguler le système financier?

Chapitre 6 Comment expliquer les crises financières et réguler le système financier? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 27 février 2015 à 15:38 Chapitre 6 Comment expliquer les crises financières et réguler le système financier? Introduction L objectif du chapitre est de montrer la

Plus en détail

Quelques réflexions sur la crise des crédits structurés. Michel Aglietta Univ Paris X et Cepii

Quelques réflexions sur la crise des crédits structurés. Michel Aglietta Univ Paris X et Cepii Quelques réflexions sur la crise des crédits structurés Michel Aglietta Univ Paris X et Cepii 1. Le processus qui a conduit à la crise est générique, le détail est spécifique La dynamique du crédit et

Plus en détail

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 :

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 : 26 Février 2009 Résultats 2008 : Informations financières spécifiques (basées sur les recommandations du Forum de Stabilité Financière en matière de transparence financière) Expositions sensibles basées

Plus en détail

La crise économique. Ou comment les pauvres du Minnesota ont créé une crise économique mondiale. Nicolas.Jullien@telecom-bretagne.

La crise économique. Ou comment les pauvres du Minnesota ont créé une crise économique mondiale. Nicolas.Jullien@telecom-bretagne. La crise économique. Ou comment les pauvres du Minnesota ont créé une crise économique mondiale. Nicolas.Jullien@telecom-bretagne.eu Domaine ESH, LUSSI Telecom Bretagne & M@rsouin Des courbes... Cac 40

Plus en détail

Bulle ou pas bulle? 1. Qu'est ce qu'une bulle immobilière? 2. Comment se forme une bulle? 3. Comment détermine t on si il y a une bulle?

Bulle ou pas bulle? 1. Qu'est ce qu'une bulle immobilière? 2. Comment se forme une bulle? 3. Comment détermine t on si il y a une bulle? Bulle ou pas bulle? 1. Qu'est ce qu'une bulle immobilière? Une bulle immobilière est caractérisée par une hausse rapide de la valeur des biens immobiliers. Elle caractérise un écart important et persistant

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE Descriptif détaillé de l ensemble des mesures adoptées 13 juin 2014

LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE Descriptif détaillé de l ensemble des mesures adoptées 13 juin 2014 LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE Descriptif détaillé de l ensemble des mesures adoptées 13 juin 2014 S ept mois après sa dernière baisse des taux, la Banque Centrale Européenne est

Plus en détail

ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique?

ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique? ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique? A_Que nous-dis le programme? NOTIONS : Fluctuations économiques, crise économique, désinflation, croissance potentielle, dépression,

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Initiative populaire «Pour une monnaie à l abri des crises : émission monétaire uniquement par la Banque nationale! (Initiative Monnaie pleine)»

Initiative populaire «Pour une monnaie à l abri des crises : émission monétaire uniquement par la Banque nationale! (Initiative Monnaie pleine)» COMITÉ DU 2 JUILLET 204 Berne, le 26 juin 204/5 décembre 204 Annexe 20 DL traduction ultérieure au Comité le texte allemand fait foi. Initiative populaire «Pour une monnaie à l abri des crises : émission

Plus en détail

L he b d o Finan c e de la

L he b d o Finan c e de la - DU 24 Novembre AU 1 Décembre 2007 - Numéro 17 Dossier : Dossier : LES CO U R S Simulation d un prêt immobilier Titrisation p1-3 p-3-4 p-5-7 L he b d o Finan c e de la M A C S Ce bulletin d informations

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Paris, le 21 novembre 2007 Communiqué de presse Standard and Poor s vient de confirmer la notation AA de CNP Assurances et n attend pas d impact de la crise des subprimes mortgages sur la solidité financière

Plus en détail

FÉDÉRATION HYPOTHÉCAIRE EUROPÉENNE

FÉDÉRATION HYPOTHÉCAIRE EUROPÉENNE FÉDÉRATION HYPOTHÉCAIRE EUROPÉENNE La Voix du Secteur Hypothécaire Européen La FHE est une fédération «produit» : Qui rassemble toutes les catégories de prêteurs hypothécaires de l UE Couvrant à la fois

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Sommaire Introduction...

Plus en détail

10 raisons pour réformer notre système monétaire

10 raisons pour réformer notre système monétaire 10 raisons pour réformer notre système monétaire Mark Joób 1 De plus en plus de gens commencent à comprendre que l argent n est pas qu un moyen neutre pour faire des affaires, mais qu il contrôle le monde

Plus en détail

Dette privée et reprise économique : l Europe est-elle embourbée?

Dette privée et reprise économique : l Europe est-elle embourbée? Dette privée et reprise économique : l Europe est-elle embourbée? Résumé En période de crise, les entreprises et les ménages endettés auraient pour priorité de rembourser leur stock de dettes pour renforcer

Plus en détail

Politiques monétaires : normalisation interrompue par les subprimes?

Politiques monétaires : normalisation interrompue par les subprimes? Jeudi 28 juin 2007 Recherche économique et Stratégie Jean-Louis Mourier 01 53 89 73 20 jlmourier@aurel-leven.com Christian Parisot 01 53 89 53 74 cparisot@aurel-leven.com Politiques monétaires : normalisation

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Partie II. Economie monétaire

Partie II. Economie monétaire Partie II Economie monétaire Partie II - Chapitre 3 L offre de monnaie II-3.a) Introduction Structure d économie monétaire hiérarchisée II-3.a) Introduction Modes de création monétaire Modes de création

Plus en détail

Banque Crésus versus Famille Fernandez

Banque Crésus versus Famille Fernandez Banque Crésus versus Famille Fernandez Par Éric Toussaint Pas facile de se mettre dans la peau des dirigeants d une grande banque, que ce soit un grand actionnaire ou un haut dirigeant nommé, pour comprendre

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» L effet de levier François Longin 1 www.longin.fr L effet de levier Notion d effet de levier Les principaux effets de levier

Plus en détail

L Europe face à la crise financière

L Europe face à la crise financière L Europe face à la crise financière Auteur : Jean-François JAMET - Ancien élève de l Ecole Normale Supérieure (Ulm) et de l Université Harvard, consultant auprès de la Banque mondiale. Introduction : Le

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

07/05/2013. Partie I: Les crises bancaires 3. Les causes des crises bancaires. b. Crédit «boom» et autres indicateurs avancés:

07/05/2013. Partie I: Les crises bancaires 3. Les causes des crises bancaires. b. Crédit «boom» et autres indicateurs avancés: 3. Les causes des crises bancaires b. Crédit «boom» et autres indicateurs avancés: Indicateurs 3 ans avant et 3 ans après la crise (76 épisodes pour 40 pays) S: IMF (2011), figure 3.3, chapter 3 17 3.

Plus en détail

CEPII. L économie mondiale 2009

CEPII. L économie mondiale 2009 CEPII L économie mondiale 2009 PREMIÈRE PARTIE L état de l économie mondiale I / La croissance a trouvé ses limites Agnès Chevallier* La poursuite de la croissance mondiale a buté, en 2007, sur deux limites.

Plus en détail

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Monsieur le Ministre, Messieurs les Secrétaires

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

Les coûts de la crise financière de 2008-09: les gouvernements payent l addition

Les coûts de la crise financière de 2008-09: les gouvernements payent l addition Les coûts de la crise financière de 2008-09: les gouvernements payent l addition Sebastian Dullien On pourrait presque avoir l impression que le déroulement de la crise économique et financière mondiale

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

L évolution à long terme des prix des logements : une perspective internationale

L évolution à long terme des prix des logements : une perspective internationale L évolution à long terme des prix des logements : une perspective internationale Association canadienne de science économique des affaires Kingston (Ontario) 25 août 2015 Lawrence Schembri Sous-gouverneur

Plus en détail

LEÇON 4 22 février 2010

LEÇON 4 22 février 2010 LEÇON 4 22 février 2010 La grande dépression de 1929 Similitudes, différences et leçons www.solvay.edu/cours/alle SYNTHÈSE DES LEÇONS À RETENIR La Crise touche la Finance puis l économie réelle La Finance

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de

Plus en détail

Bulletin Economique LA CRISE GLOBALE (2007 -?) "Théorie & Analyse" -26 Avril 2013-

Bulletin Economique LA CRISE GLOBALE (2007 -?) Théorie & Analyse -26 Avril 2013- Bulletin Economique LA CRISE GLOBALE (2007 -?) "Théorie & Analyse" -26 Avril 2013- L'ECONOMISTE France Tel: +33.(6).98.70.49.15 - Fax: +33.(8).26.99.74.01 - Email: contact@leconomiste.eu www.leconomiste.eu

Plus en détail

80 est le nouveau. Une étude sur le comportement de prévoyance en Suisse

80 est le nouveau. Une étude sur le comportement de prévoyance en Suisse 80 est le nouveau 60 Une étude sur le comportement de prévoyance en Suisse A partir de quand sommes-nous considérés comme «âgés»? Comment vivons-nous à la retraite? Qu attendons-nous de notre prévoyance?

Plus en détail

Eco-Fiche POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES. Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes

Eco-Fiche POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES. Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes Eco-Fiche Octobre 2012 POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes La France est "techniquement" sortie de crise à partir du deuxième trimestre

Plus en détail

ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER?

ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER? ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER? La dette publique belge et les alternatives à l austérité 2012 Quelques questions 1. Pourquoi s intéresser à la dette publique? 2. D où ne vient pas la dette publique belge?

Plus en détail

Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales

Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales Sylvie Mathérat Directeur Général Adjoint -Opérations Banque de France 1 Plan 1- Quel rôle pour la titrisation dans le financement

Plus en détail

TD : Réponse argumentée à partir d un dossier documentaire

TD : Réponse argumentée à partir d un dossier documentaire Synthèse : TD : Réponse argumentée à partir d un dossier documentaire Assiste-ton à la disparition des banques? Doc. 1 : Financement par les marchés de capitaux et par l endettement bancaire dans la zone

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2015 (Instruction

Plus en détail

La crise Où en sommes-nous?

La crise Où en sommes-nous? COMITÉ DE DIRECTION Bruxelles, le 5 février 2009 SC. 125 Point 3 de l ordre du jour La crise Où en sommes-nous? Le comité de direction est invité : à prendre note de ce document ETUC/ SC125/JM/lw-03/02/2009

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

A quoi servent les banques?

A quoi servent les banques? A quoi servent les banques? Quelle régulation permet aux banques de remplir au mieux leur rôle économique? La responsabilité des banques a largement été mise en cause lors du déclenchement de la crise

Plus en détail

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE L assurance française en 43 L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE GRÂCE AUX PLACEMENTS qu elle effectue en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial dans le

Plus en détail

La politique monétaire 1. Enjeux 2. Théories 3. Politiques

La politique monétaire 1. Enjeux 2. Théories 3. Politiques La politique monétaire 1. Enjeux 2. Théories 3. Politiques 1 Enjeux Définitions monnaie taux d intérêt inflation Rôle des banques centrales 2 Fonctions et mesure de la monnaie Trois fonctions de la monnaie

Plus en détail

INVESTIR INTELLIGEMMENT

INVESTIR INTELLIGEMMENT INVESTIR INTELLIGEMMENT Lettre financière PDJ (publiée le 28 juin 2004) Éditeur Paul Dontigny Jr, M.Sc., CFA Thèse principale d investissement Notre vision principale des choses n a pas changée beaucoup

Plus en détail

ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS (DAKAR 14-16 MAI 2014)

ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS (DAKAR 14-16 MAI 2014) ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE SUR " PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE : ROLE DES BANQUES CENTRALES" 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS DES BANQUES

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

QUEL AVENIR POUR LE FRANC SUISSE?

QUEL AVENIR POUR LE FRANC SUISSE? QUEL AVENIR POUR LE FRANC SUISSE? GENÈVE, LE 11 AVRIL 2013 BRUNO JACQUIER BANQUE PRIVÉE PARTIE 1 LA PARITÉ DES POUVOIRS D ACHAT BANQUE PRIVÉE EDMOND DE ROTHSCHILD S.A. 2 EXPLICATION THÉORIQUE ÉQUILIBRE

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Discussion de la session : «Le déroulement de la crise»

Discussion de la session : «Le déroulement de la crise» DOSSIER II Discussion de la session : «Le déroulement de la crise» Discutant : Président de session : Philippe Spieser ESCP-EAP Jérôme Creel Philippe Spieser : Je vais utiliser mes compétences de professeur

Plus en détail

Banques centrales : de leur mission traditionnelle à la gestion de la crise des subprimes

Banques centrales : de leur mission traditionnelle à la gestion de la crise des subprimes Banques centrales : de leur mission traditionnelle à la gestion de la crise des subprimes Marie Musard-Gies http://www.mgies.com Séminaire Master 2 MBFI, Jeudi 6 Mars 2008 Université de Nice Sophia Antipolis

Plus en détail

La Banque Postale, une banque «pas comme les autres»

La Banque Postale, une banque «pas comme les autres» La Banque Postale, une banque «pas comme les autres» Direction Marketing crédit 2011 Plan de l intervention Le financement de l accession, perspectives 2012 Présentation de la Banque Postale L offre crédit

Plus en détail

Les fonds internationaux de placement

Les fonds internationaux de placement Les fonds internationaux de placement Introduction : Le poids de la finance quotidienne I) Les «investisseurs institutionnels» 1 La diversité de ces investisseurs 2 Des investisseurs à priori non spéculatifs

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

Acte 1 : Plantons le décor Acte 2 : La crise américaine Acte 3 : La crise systémique Acte 4 : et maintenant? SCENARIO D UNE CRISE FINANCIERE

Acte 1 : Plantons le décor Acte 2 : La crise américaine Acte 3 : La crise systémique Acte 4 : et maintenant? SCENARIO D UNE CRISE FINANCIERE Acte 1 : Plantons le décor Acte 2 : La crise américaine Acte 3 : La crise systémique Acte 4 : et maintenant? SCENARIO D UNE CRISE FINANCIERE I) La toile de fond : 20 ans de déréglementations 1) Le tournant

Plus en détail

L origine de la grande récession

L origine de la grande récession L origine de la grande récession Marine DUROS Pour Atif Mian et Amir Sufi, l origine de la Grande Récession américaine est à trouver dans un surendettement des ménages, et non dans un système bancaire

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail