LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009."

Transcription

1 LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009 Durée : 1 heure Aucun document autorisé Moyenne 7,3 Extrêmes : [0,20] PETITES QUESTIONS : (10 lignes maximum) 1) Quels sont les effets d une politique monétaire de relance selon Milton Friedman? (4 points) 2) Réglementation prudentielle : de Bâle I à Bâle II. (4 points) GRANDE QUESTION : (Introduction, conclusion et développement doivent être rédigés) «La crise des subprimes : causes et conséquences» (12 points) Commentaires sur la correction PETITES QUESTIONS : (10 lignes maximum) 1) Quels sont les effets d une politique monétaire de relance selon Milton Friedman? (4 points) Les mots-clés : Court terme / long terme, Inflation. L essentiel : augmenter la masse monétaire a, selon Friedman, des effets bénéfiques sur l activité économique et le chômage mais seulement à court terme. En effet, à court terme les agents économiques sont victimes de l illusion monétaire (ils ne perçoivent pas les effets inflationnistes de la création monétaire) ce qui les incitent à offrir plus (de travail, de capital) et à consommer plus, investir plus Cette illusion monétaire disparaît à long terme (anticipations adaptatives) : l activité économique retourne à son niveau initial et le chômage retrouve son taux naturel. Seuls les effets inflationnistes de la relance monétaire persistent.

2 Un exemple de réponse ayant eu 4/4 : «Selon Milton Friedman, une politique de relance de type keynésien a, à court terme, un effet positif sur l activité économique et sur les taux de chômage. Du fait de l illusion monétaire dont sont victimes les agents économiques, ces derniers croient à une augmentation de leur pouvoir d achat. Une fois l illusion retombée, le seul effet d un politique de relance monétaire est l inflation. En effet, d après l équation de Fisher, l augmentation de la masse monétaire se traduit par une augmentation du niveau général des prix.» 2) Réglementation prudentielle : de Bâle I à Bâle II. (4 points) Les mots-clés : risque systémique, ratios de solvabilité, ratio Cooke, risque de crédit, risque de marché L essentiel : La réglementation prudentielle stimulée au niveau international par le comité de Bâle a pour objectif de limiter le risque systémique en encadrant les risques pris par les banques. En 1988, le G10 réuni à Bâle abouti à la mise en place d un ratio de solvabilité (ratio Cooke) imposant une limite minimale de 8% au rapport entre les fonds propres de chaque établissement de crédit et les crédits octroyés pondérés par les risques. Ces accords (Bâle I) vont montrer certaines limites : le ratio Cooke ne concerne que le risque de crédit et les établissements de crédits parviennent à contourner la réglementation en sortant certains de leurs engagements de leur bilan. Les accords de Bâle II, finalisés en 2004, tentent notamment d élargir les mesures prudentielles concernant les banques à d autres risques, en particulier les risques de marché, de plus en plus importants compte tenu du développement croissant des activités des banques sur les marchés financiers. En revanche, la volonté d améliorer la mesure du risque en laissant plus d initiatives aux banques dans ce domaine semble être une des faiblesses de Bâle II. Un exemple de réponse ayant eu 4/4 : «Afin d éviter des risques systémiques des règles prudentielles ont été mises en place. C est en 1988 que se réunit le G10 composé de 13 pays qui ont un poids important dans le système financier. Ce comité va se réunir en Suisse et va élaborer de nombreuses règles afin de lutter contre les effets néfastes des marchés ; ce comité est appelé Bâle I. Ainsi le ratio de Cooke est l une des règles prudentielles élaborées par ce comité. Il s agit d un ratio qui impose aux banques de détenir au moins 8% des dépôts à vue sur leur compte [inexact] afin de faire face aux crises. Toutefois Bâle I et le ratio de Cooke sont un échec car ils ne prenaient pas en compte les activités de marché effectuées par les banques. En effet, ils ne prenaient en compte que les activités liées aux risques de crédit. Alors que les banques sont de plus en plus impliquées dans des activités liées aux marchés financiers et les risques survenant lors de ces activités sont très importants. Ainsi, en 2004, a lieu un deuxième comité de Bâle II. Celui-ci voulait prendre en compte les activités des banques sur les marchés financiers et les risques qui y sont liés. De ce fait, ce comité met en place des règles visant à une autorégulation des banques. Toutefois ces règles n étaient pas sans limites car les évaluations des banques étaient très optimisées, c'est-à-dire que les banques sous estimaient les risques. Les évaluations étaient donc faussées.» GRANDE QUESTION : (Introduction, conclusion et développement doivent être rédigés) «La crise des subprimes : causes et conséquences» (12 points) Commentaire : il s agissait d un sujet facile pour tout étudiant ayant suivi le cours (ce qui ne veut pas dire, travailler sur des reproductions d anciens cours) et /ou ayant suivi l actualité économique. Le sujet ne nécessitait aucune réflexion ni sur la problématique, ni sur le plan. L essentiel :

3 Les causes : - Les évolutions des taux directeurs de la Fed, qui influencent les taux des crédits subprimes à taux variables, donc le coût de l emprunt immobilier pour les ménages à revenu modeste. Ces taux baissent de 2001 à 2003 dans le contexte de la récession qui suit l éclatement de la bulle Internet, facilitant ainsi l octroi de prêts. Ils augmentent ensuite jusqu en 2007, avec le reprise des tensions inflationnistes, menant à une augmentation des taux de défauts sur les crédits subprimes, en particulier à partir de les évolutions des prix sur le marché de l immobilier. L augmentation de ces prix, jusqu en 2006, signifiait pour les banques une augmentation de la valeur des biens qui leur servaient de garantie dans le cadre des prêts hypothécaires. Le retournement des prix de l immobilier à partir de 2006 a entraîné une attitude beaucoup plus restrictive des banques, notamment en ce qui concerne les renégociations de prêts. - La titrisation. Cette transformation des créances en titres négociables sur les marchés financiers a permis aux banques d obtenir des liquidités et de contourner les réglementations prudentielles (ratios de solvabilité). Elle a également permis d offrir aux investisseurs sur les marchés des titres (RMBS, CDO ) souvent notés AAA par les agences de notation, bien que mieux rémunérés que les obligations classiques, dans un contexte, à partir de 2001, de baisse des taux et de baisse des cours des actions. Les conséquences : - La crise bancaire et financière. Avec l éclatement de la bulle du crédit subprime, les banques ayant octroyé de tels crédits subissent des pertes directes dues aux défauts des ménages emprunteurs et la baisse de la valeur des biens hypothéqués. Les émissions de titres adossés à des créances ne sont quasiment plus possibles, la valeur des titres adossés existant chute brutalement, amorçant une crise de liquidité pour les banques (assèchement du marché monétaire). Les injections de liquidités par les banques centrales, limitent la crise de liquidité, sans pouvoir la stopper. Les faillites bancaires se multiplient. La crise de confiance se généralise, touchant tous les marchés financiers. - La crise économique. Outre les secteurs directement concernés par la crise des subprimes (secteur banques-assurances et secteur immobilier), la crise financière se transmet à la sphère réelle via les canaux habituels. Le canal du financement joue de deux manières. La baisse des marchés financiers rend plus difficile pour les entreprise le financement externe direct. Surtout, les difficultés des banques les amènent à rationner le crédit (crédit crunch) : entreprises et ménages ont plus de mal à emprunter, malgré les baisses de taux directeurs de la part des banques centrales. Ceci qui crée des difficultés de trésorerie (amenant parfois à la faillite de certaines entreprises), nuit à l investissement et à la consommation. Les effets de richesse impliquent aussi un ralentissement de la consommation. La valeur du patrimoine des ménages diminuant du fait de la baisse des marchés immobilier et financier, ces ménages tentent de reconstituer cette valeur en accentuant leur effort d épargne. Le canal de la confiance joue via les perspectives en matière de revenus. Le pessimisme des entrepreneurs concernant les débouchés implique un ralentissement des investissements, une multiplication des licenciements pour réduire les coûts et un comportement de désendettement. La crainte du chômage ou de la baisse des salaires amène les ménages à moins consommer et à thésauriser davantage. Les mesures de relance budgétaire prises à partir de 2008 pour tenter de limiter les effets récessionnistes de la baisse de la demande ont pour l instant des effets limités.

4 Un exemple de réponse ayant eu 12/12 : «En 1802, Thomas Jefferson a prédit le phénomène qui s est développé au cours de l année 2007 : des banques prêtant sans aucune prudence, des ménages surendettés et une défaillance de ces derniers entraînant un effondrement du système ainsi que des milliers d expropriations. Cette crise dite des subprimes s est développée aux Etats-Unis et a contaminé le monde entier, en n épargnant aucune économie. Les subprimes sont des crédits hypothécaires accordés aux ménages sur lesquels les banques ont fait des titres. Des lors, on peut se demander pourquoi cette crise est survenue et quelles en sont les conséquences. Après avoir vu que cette crise est due au laxisme des agents, nous verrons que celle-ci s est généralisée. *** I. Exposition du laxisme du système Il faut, tout d abord, voir le rôle des titres puis celui des agents. A. Des titres en cause : crise immobilière et taux d intérêt. A la fin des années 90, une bulle spéculative immobilière est née au Etats-Unis et s est surtout développée à partir de 2001, lorsque la FED a baissé ses taux (de 6,5% à 1% en 2004). Les banques ont alors fait des crédits massivement aux ménages, ceux à risque élevé passant de 10% à 50% en 2006 dans la part de ceux hypothécaires. Elles ont alors eu recours à la titrisation c'est-à-dire la transformation de créances en titres. Cela est passé de 200 milliards à 3000 milliards $ en Or, dès 2004, les taux augmentent et atteignent 5,25% en Les ménages ayant fait des crédits à taux variables ne peuvent rembourser. Plus de 10% des ménages détenant des subprimes font défaut en même temps. Cela va être la cause principale de la crise. B. La responsabilité des institutions : manque de transparence et implication. Les banques sont les instigatrices de la titrisation. Elles possèdent bon nombre de titres adossés à des créances comme les CDO ou même des titres adossés à des titres adossés (CDO de CDO) dont les risques sont très durs à évaluer. Lorsque les ménages font défaut, elles sont les premières à être touchées de ce fait mais aussi à cause des crédits qu elles ont accordés. Un manque notable de transparence est exposé : par le biais de SPV ou Conduits ou véhicules (groupes ad hoc créés pour la titrisation) que l on croyait indépendants, elles achètent et transforment les crédits, créances en titres. Or cela est contraire à la réglementation. Ces véhicules sont dans des places off-shore. De plus, les agences de notation en donnant des notes ne retranscrivant pas la réalité car payées par les banques, et les réhausseurs de crédit jouent un rôle et montrent le laxisme du système. II. Généralisation de la crise : une ampleur considérable. La crise va être bancaire et financière, avant de toucher l'économie. A. Titres indésirables et difficultés bancaires. Face au défaut des ménages, les banques ayant accordé les crédits sont fortement touchées et ont des problèmes de liquidité. Or cela est couplé avec la détention des titres cités précédemment. Les banques essaient de les revendre et de se refinancer or personne ne veut les acheter. Les premières difficultés sont visibles avec Bear Stearns en Les banques en sauvant les véhicules, héritent de leurs titres et ont du mal à les revendre. Cela entraîne une crise de confiance et plus aucune ne se prête de l argent. Dès lors, même les banques les moins impliquées ont des problèmes de liquidités (Bank of America).

5 Celles ayant basé leur activité sur les placements sombrent aussi comme Lehmann Brothers (faillite en septembre), UBS Les cours des titres immobiliers chutent puis c est l'ensemble des cours qui suit, du fait de la crise de confiance. Un cercle vicieux se créé : la défiance apparaît et on ne prête plus donc plus de liquidités. B. Contamination de la sphère réelle : une crise économique conséquente. Ces crises financière et bancaire vont donner naissance à l une des plus importantes crises économiques de l Histoire. Deux canaux vont avoir un rôle. Tout d abord, la crise de confiance engendre un pessimisme chez les entreprises qui ne veulent plus prendre de risques. Dès lors, elles restreignent leurs investissements de ce fait ainsi qu à cause des pertes subies sur les marchés. Les ménages, eux, consomment moins et épargnent plus car la richesse fait partie du revenu permanent mais aussi parce qu ils veulent garder stable la valeur de leur patrimoine. Deuxièmement, le financement est restreint : en effet, vu leur situation, les banques rationnent les crédits (phénomène du crédit crunch). Dès lors, les ménages et entreprises voient leur financement se réduire. Tout cela a engendré une forte crise économique : plus fort taux de chômage aux Etats-Unis depuis 20 ans (7,2%) ; récession en Amérique et Europe ; faillites de grandes banques *** La prévision de Jefferson s est donc réalisée. Cette crise montre toutes les perversités du système et ce qu il faut changer.»

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions Création monétaire et systèmes bancaire et monétaire Module 1 Corrigé Liens avec les programmes de SES (1 ère ) Liens avec les programmes de STG (T ale ) Banque et création monétaire La création monétaire

Plus en détail

Etats Unis : «La crise économique actuelle : causes, conséquences et solutions»

Etats Unis : «La crise économique actuelle : causes, conséquences et solutions» Introduction : Dans tous les pays capitalistes, c'est-à-dire presque tous les pays du monde car nous sommes dans société mondialisée, nous pouvons constater que l activité économique n est pas régulière,

Plus en détail

Crise économique et financière: 2008 = 1929? Mathias Dewatripont CEPULB, 4 novembre 2008

Crise économique et financière: 2008 = 1929? Mathias Dewatripont CEPULB, 4 novembre 2008 Crise économique et financière: 2008 = 1929? Mathias Dewatripont CEPULB, 4 novembre 2008 1 Plan 1. Qu est ce qu une banque? 2. Pourquoi les banques sont-elles fragiles? 3. Comment remédier aux chocs bancaires?

Plus en détail

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale 17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale Beaucoup de facteurs influencent la demande globale. Par exemple, quand les agents économiques changent leurs projets de dépenses,

Plus en détail

COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE

COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE Virginie TERRAZA Associate professor, CREA Université du Luxembourg Ces dernières années, les établissements bancaires européens ont eu massivement

Plus en détail

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise.

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise. Chapitre 1 L ANALYSE FINANCIÈRE DÉFINITION L analyse financière à terme regroupe l ensemble des techniques destinées à étudier la gestion à terme de l entreprise pour prévoir, et pallier les besoins de

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos Politique Economique Introduction Générale 1. Crise des «subprimes» et politique économique 1.1.Une explosion des crédits

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Il n'y a pas d'économie dynamique sans banques fortes. Pour restaurer la compétitivité, il faut être capable d'accompagner les

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Chapitre 6 Résidence principale

Plus en détail

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée Lexique Chiffre d affaires Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée > Le chiffre d affaires est un concept très simple qui permet de mesurer l activité d une entreprise

Plus en détail

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne LES JEUNES ADULTES QUÉBÉCOIS ET LE CRÉDIT Résultats préliminaires 1 Présentés en conférence de presse, à Montréal, le 22 novembre 2004 à l occasion du lancement de la campagne «Je suis dans la marge jusqu

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

La politique monétaire

La politique monétaire Conclusion : Le problème de la neutralité monétaire La politique monétaire Introduction : qui conduit la politique monétaire? I) La dynamique de la création monétaire 1 La notion de masse monétaire 2 Comment

Plus en détail

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes 20 Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes L un des faits marquants de la période qui a commencé dans les années 1980 est l utilisation d instruments extrêmement complexes

Plus en détail

!"#$ %#!! &'($ ) '' %#!! &'($ " $ ##' %% # * +,-"!.$, $

!#$ %#!! &'($ ) '' %#!! &'($  $ ##' %% # * +,-!.$, $ !"#$ %#!! &'($ ) '' %#!! &'($ " $ ##' %% # * +,-"!.$, $ La fameuse crise des crédits hypothécaires risqués (subprimes) ne cesse à ce jour de produire, par ricochet, des effets négatifs touchant les grandes

Plus en détail

POURQUOI LES PRIX AUGMENTENT-ILS? Nathalie Janson Professeur Associé RBS njn@rouenbs.fr

POURQUOI LES PRIX AUGMENTENT-ILS? Nathalie Janson Professeur Associé RBS njn@rouenbs.fr POURQUOI LES PRIX AUGMENTENT-ILS? Nathalie Janson Professeur Associé RBS njn@rouenbs.fr Les prix augmentent: une bonne nouvelle? Dans le contexte actuel il semble que l augmentation des prix soit perçue

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

L émission obligataire des hôpitaux universitaires de France

L émission obligataire des hôpitaux universitaires de France FINANCEMENT L émission obligataire des hôpitaux universitaires de France Le marché obligataire connaît depuis la mi-mai 29 une nouvelle signature solide et appréciée des investisseurs français et européens,

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque. LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque

LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque. LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque INTRODUCTION PARTIE I : RATIONNEMENT DE CREDIT ET ASYMETRIE DE L INFORMATION A- Le rationnement

Plus en détail

heurts et consensus ÉDITORIAL

heurts et consensus ÉDITORIAL LA CRISE : heurts et consensus ÉDITORIAL michel rogalski Cette crise que bien peu ont vu venir, notamment parmi ceux qui avaient prophétisé un peu hasardeusement la «fin de l Histoire», alimente en boucle

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Coup de frein sur l immobilier?

Coup de frein sur l immobilier? Conférence de presse Coup de frein sur l immobilier? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Resch: 06.32.86.92.98 / 01.55.80.58.66 mael.resch@empruntis.com Sommaire Taux : évolution et perspectives

Plus en détail

Evaluation de l'impact réel de la crise financière

Evaluation de l'impact réel de la crise financière Evaluation de l'impact réel de la crise financière Jacques SAPIR Directeur d Études à l EHESS I. Les racines réelles de la crise financière Une crise qui vient de loin L endettement des ménages américains

Plus en détail

Chapitre 2 : Comment expliquer l'instabilité de la croissance?

Chapitre 2 : Comment expliquer l'instabilité de la croissance? Chapitre 2 : Comment expliquer l'instabilité de la croissance? Indications officielles L'observation des fluctuations économiques permettra de mettre l'accent sur la variabilité de la croissance et sur

Plus en détail

La stagnation japonaise

La stagnation japonaise La stagnation japonaise La chute des prix n en est que le symptôme 28 février 2011 Compte tenu des dernières augmentations des prix des matières premières, les investisseurs peuvent se poser des questions

Plus en détail

Mécanismes monétaires et financiers

Mécanismes monétaires et financiers Mécanismes monétaires et financiers Département IG, 1ère année (IG3) Polytech Montpellier Cours et TD : Marie MUSARD-GIES Introduction au cours (1/2) Marchés financiers (cf cours économie) Plus grande

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

Indicateurs harmonisés

Indicateurs harmonisés Département présidentiel DGI - Service de surveillance des communes Secteur des finances communales Indicateurs harmonisés Finances communales genevoises en 2013 Présentation de la situation financière

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Octobre 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

Les difficultés de la zone euro : bilan 2012 et perspec8ves. Jean François Goux. www.monnaie- finance.com

Les difficultés de la zone euro : bilan 2012 et perspec8ves. Jean François Goux. www.monnaie- finance.com Les difficultés de la zone euro : bilan 2012 et perspec8ves Jean François Goux www.monnaie- finance.com I Quelques repères pour situer la crise en Europe : les symptômes Les faits : Novembre 2009 mai

Plus en détail

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation?

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? 1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? En France, la crise n a fait qu accentuer une tendance récente, suscitée par les débats sur l avenir de l État-providence,

Plus en détail

Novembre 2013 Adamson RASOLOFO, Economiste Principal

Novembre 2013 Adamson RASOLOFO, Economiste Principal Les instruments de la politique monétaire et ses canaux de transmission Novembre 2013, Economiste Principal Plan de la présentation i. Les objectifs de la politique monétaire ii. Les instruments de la

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Le compte de secteur des ménages Les ménages dans la crise

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Le compte de secteur des ménages Les ménages dans la crise Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2013-2014 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Le compte de secteur des ménages Les ménages dans

Plus en détail

Cas pratiques. Finance et gestion des risques. http://www.hesge.ch/heg

Cas pratiques. Finance et gestion des risques. http://www.hesge.ch/heg Cas pratiques 1 Barings - Faits En 1995, un Trader (Nick Leeson) a «coulé» la banque Barings depuis la filiale de Singapour La perte s élève à USD 1.3 mias Opérations de trading non autorisées et cachées

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Bulletin Economique ANALYSE RISQUE-PAYS DE LA FRANCE (2004-2014) "Analyse risque-pays" -5 Janvier 2015-

Bulletin Economique ANALYSE RISQUE-PAYS DE LA FRANCE (2004-2014) Analyse risque-pays -5 Janvier 2015- Bulletin Economique ANALYSE RISQUE-PAYS DE LA FRANCE (2004-2014) "Analyse risque-pays" -5 Janvier 2015- L'ECONOMISTE France Tel: +33.(6).98.70.49.15 - Fax: +33.(8).26.99.74.01 - Email: contact@leconomiste.eu

Plus en détail

Forum ESSEC «Questionner la crise»

Forum ESSEC «Questionner la crise» Forum ESSEC «Questionner la crise» Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle Mer cr edi 17 décembr e 2008 Changement de business model des banques Quel est le business

Plus en détail

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur.

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur. Investir sur les taux et les obligations Définition Le marché des taux d intérêts aussi connu sous le nom de «marché de la dette» est le marché le plus important en termes de volumes puisqu il s y échange

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE I) FINANCEMENT ET DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT C est un enjeu économique essentiel. Il prend plusieurs formes et détermine les capacités de production

Plus en détail

L'entreprise et la conjoncture économique générale

L'entreprise et la conjoncture économique générale L'entreprise et la conjoncture économique générale PF Table des matières Objectifs 5 Introduction 7 I - La conjoncture économique 9 A. Définir la conjoncture économique...9 II - Les incidences de la politique

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

R E V U E D E S T A B I L I T E F I N A N C I E R E

R E V U E D E S T A B I L I T E F I N A N C I E R E Avant-propos Au cours de l année écoulée, de nombreux points de réforme fondamentaux ont abouti au sein de l Union européenne. Ces mesures, en plus de celles mises en place au niveau national, ont contribué

Plus en détail

Dossier 13 COMMENT CONSOMMONS-NOUS? (I) LES FACTEURS ÉCONOMIQUES. b Avant la consommation, l épargne!

Dossier 13 COMMENT CONSOMMONS-NOUS? (I) LES FACTEURS ÉCONOMIQUES. b Avant la consommation, l épargne! COURS DE SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES Philippe Mamas Lycée Fulbert Classe de Seconde Dossier 13 COMMENT CONSOMMONS-NOUS? (I) LES FACTEURS ÉCONOMIQUES b Avant la consommation, l épargne! Consommer suppose

Plus en détail

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session NOTES IMPORTANTES : 1. Cette épreuve contient 30 questions à choix multiples. Une seule réponse est valide par question.

Plus en détail

Chapitre 2 La monnaie et l inflation

Chapitre 2 La monnaie et l inflation Chapitre 2 La monnaie et l inflation 1 1. Pourquoi les prix augmentent-ils? 2. Section 1. La monnaie: Définition 3. Quelle politique économique peut-on mettre en place pour lutter contre l inflation? 3

Plus en détail

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Présentation de la Banque Populaire La Banque Populaire est à la fois une banque de détail et de proximité. De ce fait, les objectifs

Plus en détail

Etats-Unis : credit card, le nouveau subprime?

Etats-Unis : credit card, le nouveau subprime? juin - N 71 Etats-Unis : credit card, le nouveau subprime? On observe depuis mi-7 une forte accélération des taux de défaut sur les cartes de crédit (credit cards). Outre l effet cyclique négatif (taux

Plus en détail

Un autre regard sur l emprunteur 2015. Achat de la résidence principale : qui sont les primo-accédants et les secundo-accédants, qu achètent-ils?

Un autre regard sur l emprunteur 2015. Achat de la résidence principale : qui sont les primo-accédants et les secundo-accédants, qu achètent-ils? Un autre regard sur l emprunteur 2015. Achat de la résidence principale : qui sont les primo-accédants et les secundo-accédants, qu achètent-ils? 1 Introduction L emprunteur immobilier «type» n existe

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

Stabilité financière et développements du secteur bancaire en Algérie : leçons à tirer de la crise financière internationale

Stabilité financière et développements du secteur bancaire en Algérie : leçons à tirer de la crise financière internationale Stabilité financière et développements du secteur bancaire en Algérie : leçons à tirer de la crise financière internationale 1. De la stabilité macro financière Les performances économiques enregistrées

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 :

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 : 26 Février 2009 Résultats 2008 : Informations financières spécifiques (basées sur les recommandations du Forum de Stabilité Financière en matière de transparence financière) Expositions sensibles basées

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Le fi nancement de l économie

Le fi nancement de l économie Le fi nancement de l économie Fiche 1 Objectif Prérequis Mots-clefs comprendre les mécanismes des marchés dans le financement de l économie. définition de la monnaie et de l économie monétaire. besoin

Plus en détail

économie La composition du patrimoine des ménages entre 1997 et 2003.

économie La composition du patrimoine des ménages entre 1997 et 2003. Pauline GIRARDOT Responsable de l enquête à l INSEE Attachée de l INSEE Diplômée de l ENSAI Denis MARIONNET Adjoint de direction à la Banque de France Magistère d Economie et Finance Internationales (Université

Plus en détail

Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale

Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale Bulletin du FMI Initiative multilatérale Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale Le Bulletin en ligne Le 13 mai 2008 Le FMI examinera toutes les demandes

Plus en détail

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Avril 2016 Banque Nationale du Canada Strictement privé et confidentiel Agenda Contenu de la présentation:

Plus en détail

Y A-T-IL UNE BULLE DES PRIX DES LOGEMENTS À LONDRES ET À PARIS?

Y A-T-IL UNE BULLE DES PRIX DES LOGEMENTS À LONDRES ET À PARIS? Des prix élevés des logements dans les grandes capitales LOGEMENT Y A-T-IL UNE BULLE DES PRIX DES LOGEMENTS À LONDRES ET À PARIS? Alain SAUVANT Les niveaux de prix des logements dans les capitales britannique

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

Réglementation, prêteur en dernier ressort et garantie de dépôt. Kerkour, Regouli, Baranes. Magistère d Economie Ecole d Economie de Paris

Réglementation, prêteur en dernier ressort et garantie de dépôt. Kerkour, Regouli, Baranes. Magistère d Economie Ecole d Economie de Paris Le filet européen de sécurité financière Réglementation, prêteur en dernier ressort et garantie de dépôt Kerkour, Regouli, Baranes Magistère d Economie Ecole d Economie de Paris Kerkour, Regouli, Baranes

Plus en détail

L endettement des ménages

L endettement des ménages Comité sénatorial permanent des banques et du commerce Ottawa, le jeudi 23 juin 2011 L endettement des ménages Présentation par : L Association des comptables généraux accrédités du Canada Rock Lefebvre,

Plus en détail

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Écarts entre les salaires : les politiques peuvent et doivent agir Daniel Lampart, économiste en chef et premier secrétaire de l USS/fq

Plus en détail

et les tendances récentes

et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 215 Le 4 trimestre 215 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble Lensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 2012, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 2012, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER COMMENTAIRE Services économiques TD 13 février 13 LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 1, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER Faits saillants En 1, la dette des ménages canadiens

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

Economie monétaire internationale

Economie monétaire internationale Economie monétaire internationale Olivier Lamotte ESG2 Octobre-Décembre 2007 Pourquoi étudier la monnaie? La monnaie joue un rôle important dans la production des fluctuations économiques. Ex.: relation

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

La monnaie et le financement

La monnaie et le financement La monnaie et le financement Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir?

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? Prise de position CEPI, le Conseil Européen des Professions Immobilières Contact Référence Janet K. Griffiths - janet.griffiths@cepi.eu

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Le guide de la microfinance

Le guide de la microfinance Sébastien Boyé, Jérémy Hajdenberg, Christine Poursat Le guide de la microfinance Microcrédit et épargne pour le développement Préface de Maria Nowak, 2006 ISBN : 2-7081-3664-X Sommaire Préface... 11 Quelques

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION L activité économique marque un véritable coup d arrêt sur ce 1 er trimestre pour l ensemble

Plus en détail

Comment réussir vos investissements en bourse?

Comment réussir vos investissements en bourse? Comment réussir vos investissements en bourse? Les 3 règles d or indispensables - 1 - Introduction L investissement dans les marchés financiers est souvent vu d un mauvais œil. La forte volatilité de ces

Plus en détail

La monnaie au sens large recouvre ainsi des actifs dont le degré de liquidité est variable :

La monnaie au sens large recouvre ainsi des actifs dont le degré de liquidité est variable : CHAPITRE 2 LA MONNAIE DANS L ECHANGE SYNTHESE SCHEMATIQUE DEFINITIONS Un actif est un élément du patrimoine ayant une valeur économique positive. Des biens aussi variés qu une maison, une voiture, une

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE?

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES MARCHÉS AUX ÉTATS-UNIS, FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? PATRICK ARTUS* Les entreprises aux États-Unis sont

Plus en détail

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP L Union bancaire européenne : un remède anti-crise Les Rencontres de l IEFP Les principaux facteurs à l origine de la crise financière Un évènement déclencheur (les «subprimes») mais des origines multiples

Plus en détail

LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR

LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR CE QU IL FAUT SAVOIR POUR BIEN COMPRENDRE NOTRE ACTIVITE Comment payer moins d impôts? C est la question que se posent

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière Les crises bancaires Les risques de l activité bancaire L activité principale des banques s accompagne inévitablement de risques: si un débiteur ne rembourse pas son crédit, la banque doit pouvoir absorber

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

Le marché immobilier et le crédit hypothécaire en Turquie : un potentiel d expansion?

Le marché immobilier et le crédit hypothécaire en Turquie : un potentiel d expansion? RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin 1 - N 74 Inna MUFTEEVA, +33 1 5 55 52 4, inna.mufteeva@natixis.com Ilya LAZAREV, +33 1 5 55 2 2, ilya.lazarev@natixis.com Le marché immobilier et le crédit hypothécaire en Turquie

Plus en détail

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Dans le cadre de son mécanisme permanent d octroi de liquidités, la Banque du Canada

Plus en détail

4 LE CHÔMAGE SOMMAIRE

4 LE CHÔMAGE SOMMAIRE 4 LE CHÔMAGE SOMMAIRE Chronologie................................................. 15 Introduction................................................. 19 1. La crise la plus grave depuis 1929.............................

Plus en détail