Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt"

Transcription

1 Chapitre 6 et 15 Le Risque et la Courbes des rendements des taux d'intérêt Dans la section précédente, nous avons généralisé notre discussion de l'influence de divers facteurs sur le comportement des taux d'intérêt en examinant seulement un type particulier d'obligations : à savoir, l'obligation de coupon zéro de 1 an. Cependant, il y a beaucoup de types d'obligations : obligations avec maturité différente, obligations émises par différents organismes (c'est-à-dire gouvernement ou sociétés), etc. Le résultat est une multitude de taux d'intérêt qui existe pour les obligations. Nous regarderons le comportement des taux d'intérêt de deux groupes d'obligations : (1) Obligations avec les mêmes particularités mais sont émises par des agents différents. Autrement dit, nous voulons regarder la structure de risque de taux d'intérêt. (2) Les obligations émises par la même agence mais qui ont des termes d'échéance différents (c'est-à-dire la durée de l'obligation). Autrement dit, nous voulons regarder la structure des taux d'intérêt (ou la relation entre les taux d'intérêt à court terme et ceux à long terme) (1) La structure de risque de taux d'intérêt Comme nous avons discuté dans la section précédente, le niveau de risque d'un actif affecte sa demande. Plus l'actif est risqué plus faible est sa demande qui mène à une augmentation du taux d'intérêt. Autrement dit, les investisseurs doivent être indemnisés avec un rendement plus élevé (ou un taux d'intérêt plus élevé) pour les inciter à tenir ces actifs. Il y a quelques facteurs qui affectent le niveau de risque d'une obligation. Dans cette section, nous nous concentrerons seulement sur 2 d'entre eux : risque d'insolvabilité et la liquidité. (i) Le risque d'insolvabilité Le risque d'insolvabilité représente la probabilité (ou la chance) que l'émetteur des obligations ne sera pas capable de payer les paiements de coupon et le principal sur à la date de maturité. L'émetteur d'obligation devra déclarer la faillite s'il manque à ses engagements sur ses émissions d'obligations. En général, les bons du Gouvernement et les obligations du gouvernement ont un risque d'insolvabilité très faible ou négligeable par rapport à d'autres types d'instruments de dettes. En conséquence, les instruments du gouvernement sont des actifs libre de risque et sont souvent utilisés comme point de référence pour comparer les taux d'intérêt d'autres instruments de dettes. La différence de taux d'intérêt entre un titre du gouvernement et un titre émis par le privé est défini comme la prime d'insolvabilité. Cette prime de risque représente la valeur de 1

2 l'indemnité qu'il faut accorder à un investisseur pour qu'il détienne des titres du secteur privé. P GVT O i P Privé i Prime O D D Du diagramme, nous voyons qu'au point d'équilibre, le taux d'intérêt pour les titres du Gouvernement est inférieur au taux d'intérêt des titres des sociétés. C'est parce ces derniers sont considérés "plus risqués" que les titres du Gouvernement en raison du risque d'insolvabilité plus élevé. En conséquence, les investisseurs ont besoin d'une compensation complémentaire (en plus du taux d'intérêt des titres du Gouvernement) pour les inciter à tenir les titres des sociétés. En utilisant la théorie du marché des prêts nous savons que lorsque le risque d'insolvabilité s'amplifie pour les obligations des sociétés, la demande pour celles-ci diminue tandis que la demande d'obligations du Gouvernement (ou l'offre de prêts au secteur public) augmente. Le risque d'insolvabilité des obligations des sociétés pourrait augmenter pour plusieurs raisons : des pertes importantes de bénéfice, diminution des parts de marché, etc. En conséquence, la prime de risque des obligations des sociétés augmente comme le montre le diagramme ci-dessous. 2

3 Prix D Prix O O D Obligations GVT Obligations des sociétés Il y a des sociétés d'évaluation spécialisée (comme la Canadian Bond Rating et Dominion Band Rating, page 277 du livre) qui offrent des évaluations pour les obligations municipales et des obligations des sociétés basées sur leurs niveaux de risque d'insolvabilité. Les évaluations assignées par ces sociétés affectent significativement les taux d'intérêt de ces obligations. Une baisse dans l'évaluation envoie d'habitude un signal aux investisseurs que le risque d'insolvabilité d'une obligation a augmentés. Cela mènera à une augmentation du taux d'intérêt des obligations parce que les investisseurs chercheront une prime de risque plus haute pour les indemniser du niveau de risque plus élevé. (ii) La liquidité Plus liquide est un actif, plus élevé est la demande pour cet actif, ceteris paribus. Des titres du Gouvernement sont considérés pour la plupart des actifs liquides et sont alors considérés comme des points de référence. Supposons une obligation du Gouvernement et une obligation des sociétés tous les deux ont les mêmes particularités, c'est-à-dire le même niveau de risque, de durée, etc. En conséquence, les deux types d'obligations ont le même prix, (et de là le même niveau de taux d'intérêt). Supposons que les obligations des sociétés deviennent moins de liquide que l'obligation du Gouvernement. Dans ce cas, la demande d'obligations des sociétés diminue tandis que la demande d'obligations du Gouvernement augmente. En conséquence, le taux d'intérêt des obligations des sociétés est supérieur au taux d'intérêt des obligations du Gouvernement. La différence entre les deux taux d'intérêt représente le prime de liquidité (puisque les deux obligations ont le même niveau de risque d'insolvabilité). 3

4 Prix Prix Bons GVT Bons sociétés (2) La structure des taux d'intérêt : La courbe des rendements Dans cette section, nous nous concentrerons seulement sur comment le rendement d'une obligation est affecté par son terme. La relation entre le rendement à maturité d'une obligation et sa maturité est connue sous le nom de la structure des taux d'intérêt et elle est représentée graphiquement par la courbe des rendements. Il est important de noter que la courbe des rendements suppose que toutes les obligations ont le même degré de risque et liquidité. La courbe des rendements peut avoir quatre formes : Voir page 341 du livre pour 3 de ces formes. 1. Courbe des rendements normaux : le rendement à court terme est inférieur au rendement à long terme. Autrement dit, il est meilleur marché d'emprunter à court terme que d'emprunter à long terme. 2. Courbe des rendements inversés : le rendement à court terme est supérieur au rendement à long terme. Autrement dit, c'est plus cher d'emprunter à court terme que d'emprunter à long terme. 3. Courbe des rendements constants : le rendement à court terme est le même que le rendement à long terme. Autrement dit, le coût à court terme d'emprunt est le même que le coût à long terme d'emprunt. 4

5 4. Courbe des rendements bossus : le rendement intermédiaire est plus haut que les rendements à court terme et à long terme. Autrement dit, il est meilleur marché d'emprunter à court terme ou à long terme que d'emprunter au terme intermédiaire. Il y a 3 théories différentes qui peuvent aider à expliquer la forme d'une courbe des rendements : (i) théorie traditionnelle des attentes (ou anticipations), (ii) théorie de la prime de liquidité, et (iv) la théorie d'habitat préférée. (i) La théorie traditionnelle des attentes (Irving Fisher, 1930) Cette théorie revendique que la structure de terme du taux d'intérêt est basée sur les attentes actuelles des taux d'intérêt futurs à court terme. Autrement dit, les taux d'intérêt à long terme sont simplement la moyenne géométrique des taux d'intérêt à court terme au cours de la durée de l'obligation. Il y a quelques hypothèses qui sont importantes pour la théorie traditionnelle des attentes (ou anticipations). Il est assumé qu'il n'y a aucun coût de transaction et les investisseurs forment des attentes semblables quant au taux d'intérêt futur. La supposition principale derrière cette théorie est que les investisseurs sont indifférents entre les obligations d'une certaine durée aux obligations d'une autre durée (tant qu'ils peuvent maximiser leur rendement). Par exemple, si un investisseur veut investir argent pour une durée de deux ans, il est indifférent entre les deux options suivantes : (i) Achète une obligation de 1 an et quand elle mature, réinvestit l'argent dans une autre obligation de 1 an. (ii) Achète une obligation de 2 ans et la garde jusqu'à maturité. Puisque l'investisseur est indifférent entre les deux options, le rendement des deux options doit être identique. Pour simplifier notre analyse, nous supposerons que l'investisseur n'a que 1 $ pour investir. En conséquence, nous savons que les rendements des deux options sont : (i) Achat de deux obligations de 1 an : Il doit anticiper ie. e Re ndement = ( 1+ i1t)( 1+ i1, t+ 1) (ii) Achat d'une obligation de 2 ans : Rendement = ( 1+ i )( 1+ i ) 2t 2t 5

6 Puisque nous savons que les rendements des deux stratégies sont identiques, nous savons que la chose suivante doit être vraie : e ( 1+ i )( 1+ i ) = ( 1+ i )( 1+ i ) ( 1+ i ) Nous pouvons récrire l'équation comme suit : 2 1t 1, t+ 1 2t 2t 2t e e 1+ i = ( 1+ i )( 1+ i ) i = ( 1+ i )( 1+ i ) 1 2t 1t 1, t+ 1 2t 1t 1, t+ 1 Cette équation indique que le taux d'intérêt à long terme est simplement le moyenne géométrique des taux d'intérêt à court terme. Il est important de noter que la moyenne géométrique représente un rapport plus précis entre les taux d'intérêt à court terme et les taux d'intérêt à long terme. Cependant, la moyenne arithmétique est beaucoup plus facile à calculer. Exemple : si le taux de 1 an cette année est 10 % et on s'attend à ce que ce soit 11 % le l'année prochaine, selon l'hypothèse des attentes, le taux de 2 ans cette année doit être : i t 2 = = % Cette égalité est nécessaire pour assurer l'équilibre sur le marché financier (ou obligataire). En fait, l'équilibre sera atteint quant le taux de rendement connu d'une obligation pour chacune des échéances et le taux de rendement anticipé seront tels que les investisseurs n'auront aucune préférence. Il est important de noter que si le rapport entre les taux d'intérêt à long terme et des taux à court terme ne suit pas la tendance dictée selon la théorie traditionnelle des attentes (ou anticipations), il devient ainsi possible pour un investisseur de profiter par arbitrage. Exemple : Supposons le taux d'intérêt courant de 1 et celui anticipé dans 1 an est de 10 % et de 11 %, respectivement. Selon la théorie des attentes, le taux d'intérêt pour les obligations de deux ans devrait être 10.5 %. Cependant, qu'est-ce qui arrive si le taux d'intérêt du marché sur 2 ans est 10.7 %? Dans ce scénario il est possible pour les investisseurs de profiter de l'arbitrage. Pour simplifier notre illustration, nous emploierons la représentation de la moyenne arithmétique entre les taux d'intérêt à long terme et à court terme. Quelle stratégie se présente à l'investisseur pour faire de l'argent si au départ il n'a pas d'argent? 6

7 Stratégie : Empruntez 1000 $ sur le marché à court terme (c'est-à-dire 1 an à 10 %) et prêtez-le sur le marché à long terme (c'est-à-dire 2 ans à 10.7 % par an). 1. L'argent emprunté Après 1 an, le 1000 $ emprunté vient d et l'investisseur doit un total de 1100 $ (= 1000 x 1.10) et on obtient un autre prêt de 1 an à un taux d'intérêt de 11 %. En conséquence, la somme totale due à la fin de la deuxième année sera 1221 $ (=1 100 x 1.11). 2. L'argent prêté L'investisseur a prêté le 1000 $ qui était emprunté à 10.7 % par an pendant deux ans. À la fin de la période de deux ans, l'investisseur sera capable de d'obtenir une somme de $ (= 1000 x x 1.107). Dans ce scénario particulier, l'investisseur devait 1221 $ pour le 1000 $ emprunté, mais était capable d'allé chercher $ pour le 1000 $ prêté. Autrement dit, il est capable de tirer un profit de 4.45 $ basé sur un investissement zéro. Selon la théorie traditionnelle des attentes (ou anticipations), si les investisseurs anticipe que les taux d'intérêt à court terme : (1) augmentent à l'avenir, la courbe des rendements aura une pente positive (2) Restent constants, la courbe des rendements sera plate. (3) Chutent dans l'avenir, la courbe des rendements aura une pente négative. Implications de la théorie : a) Les taux d'intérêt à long terme sont la moyenne des taux d'intérêt à court terme courants et des taux court terme anticipé; b) À l'équilibre du marché financier, les investisseurs n'ont pas de préférence pour une échéance ou pour une autre; c) La pente de la courbe des taux de rendements est en elle-même un indicateur du consensus entre les intervenants du marché sur l'évolution des taux d'intérêt; et d) Puisque les taux d'intérêt à court terme traduit les anticipations inflationnistes (effet de Fisher), les taux d'intérêt à long terme sont des indicateurs de l'inflation future. ii) La théorie de la prime de liquidité (Keynes, 1930 et Hicks, 1946) La théorie de la prime de liquidité est très semblable à la théorie traditionnelle des attentes (ou anticipations), sauf pour une modification. Cette théorie prétend que le taux d'intérêt à long terme doit être plus haut que le taux d'intérêt à court terme pour les raisons suivantes : 1. Les épargnants doivent être indemnisés pour l'argent comptant qu'ils renoncent (c'est-àdire la liquidité). Et plus la période de temps est longue plus ils doivent être indemnisés. 7

8 2. Des obligations à long terme sont plus sensibles aux changements de taux d'intérêt que des obligations à court terme. De là, le rendement pour une obligation à long terme doit être plus élevé qu'une obligation de terme plus court. Autrement dit, les rendements d'obligations à long terme doivent inclure une prime de risque pour inciter des investisseurs à les acheter. En conséquence, les investisseurs (ou les épargnants) ont besoin d'une prime positive (ou le terme) pour les inciter à renoncer à leur argent pour une période de temps donnée. Plus cette période est longue, plus la prime est élevée. Ceci découle d'une hypothèse fondamentale tirée de la finance, soit que les gens ont une aversion au risque. En incorporant la prime de terme, nous pouvons changer les formes des courbes des rendements comme prévu selon la théorie traditionnelle des attentes (ou anticipations) : (iii) La théorie d'habitat préférée La théorie d'habitat préférée est une combinaison de la théorie traditionnelle des attentes (ou anticipations) et la théorie de la prime de liquidité. Autrement dit, les taux d'intérêt à long terme sont déterminés par les attentes des taux d'intérêt futurs à court terme et une prime d'habitat. Autrement dit, cette théorie suppose que les obligations de maturité différente sont des substituts!; toutefois les investisseurs ont une préférence pour les obligations d'une maturité sur les obligations d'une autre maturité (de là, le nom l'habitat préféré). Dans ce cas, les investisseurs achètent surtout des obligations qui concordent à leur maturité préférée et investissent dans les obligations d'autre maturité (habitude une plus longue maturité) seulement s'ils fournissent un assez haut rendement (dans la forme d'une prime d'habitat) pour les inciter à faire ainsi. Exemple : Supposons que les investisseurs s'attendent à ce que le taux d'intérêt de 1 an baisse de leur niveau actuel de 10 % à 9 % à 8 % à 7 % à 6 %. De plus, la prime d'habitat pour de 1 an aux obligations de 5 ans est 0 %, 0.2 %, 0.4 %, 0.6 % et 0.8 %. Quels sont les taux d'intérêt actuels pour des obligations de 2 ans, de 3 ans, de 4 ans et de 5 ans (selon la moyenne arithmétique)? Obligation de 2 ans : Obligation de 3 ans : Obligation de 4 ans : Obligation de 5 ans : 8

9 De cet exemple, nous voyons que même lorsque les investisseurs exige une prime d'habitat de plus en plus élevée pour des obligations à long terme, il est possible d'avoir une courbe des rendements de pente négative si les investisseurs anticipe une forte diminution des taux d'intérêt futurs à court terme. Est-ce que les théories expliquent bien la forme de la courbe des rendements dans le monde réel? Jusqu'ici, nous avons regardé trois théories différentes (ou des modèles) qui tentent d'expliquer la forme de la courbe des rendements. La question est comment bien ces théories expliquent certains des faits quant à la forme de la courbe des rendements dans le monde réel. Il y a certaines observations quant à la courbe des rendements que nous regarderons plus soigneusement pour déterminer le rôle des trois théories pour expliquer sa forme. Fait 1 : la courbe des rendements est positive la plupart du temps. Fait 2 : la courbe des rendements se déplace plutôt que pivoter. Fait 3 : des taux d'intérêt à court terme et à long terme suivent une tendance procyclique; les taux à court terme démontrent une plus grande variation. 1. Explication de Fait 1 : La théorie traditionnelle des attentes (ou anticipations) n'est pas très bonne pour expliquer pourquoi la courbe des rendements a une pente positive la plupart du temps. Selon la théorie traditionnelle des attentes (ou anticipations), les individus sont rationnels, ce qui signifie que les individus vont accorder une probabilité égale aux diminutions et aux augmentations des taux d'intérêt. Autrement dit, les individus s'attendent à ce que la courbe des rendements ait une pente positive et négative. La théorie de prime de liquidité offre une meilleure explication quant à la pente positive de la courbe des rendements en raison de la prime de risque. Puisque la théorie d'habitat préférée est très semblable à la théorie de préférence de liquidité, ces deux approches expliquent assez bien la pente positive de la courbe des rendements. 2. Explication de Fait 2 : Avec la théorie traditionnelle des attentes (ou anticipations), les actifs avec des maturités différentes sont des substituts parfaits. En conséquence, une augmentation du taux d'intérêt à court terme se traduira par une augmentation du taux d'intérêt à long terme lorsque les individus ajustent leurs stratégies d'investissement. Par exemple, si la Banque du Canada inonde le marché d obligations du gouvernement alors le prix de ceux-ci tombera, qui mène à une augmentation du taux d'intérêt à court terme. Les investisseurs voudraient profiter de cette augmentation du taux d'intérêt à court terme et vendent ainsi leurs obligations à long terme. Dans ce cas, le prix des obligations à long terme tombe qui mènent à une augmentation du taux d'intérêt à long terme. De là, nous voyons qu'une augmentation du taux d'intérêt à court terme mènera aboutie à une 9

10 augmentation du taux d'intérêt à long terme. Autrement dit, la courbe des rendements se déplace. Etant donné que la théorie d'habitat préféré et la théorie de la liquidité sont une modification de la théorie traditionnelle des attentes (ou anticipations), elles sont capables d'expliquer pourquoi la courbe des rendements se déplace généralement plutôt que pivote. 3. Explication de Fait 3 Les taux d intérêt se montent pendant une expansion économique et la chute pendant une récession économique. Nous savons que pendant une expansion économique, les taux d'intérêt grimpent lorsque l économie prend de la vapeur. Des investisseurs raisonnables savent que les taux d'intérêt vont commencer à tomber aussitôt que l'économie ralentie. Selon la théorie traditionnelle des attentes (ou anticipations), comme l'économie atteint son sommet, les investisseurs savent que les taux d'intérêt commenceront à tomber. Ils commenceront à vendre des actifs à court terme et emploieront les fonds pour acheter des actifs à long terme (pour qu'ils puissent s engager à des taux plus hauts). En conséquence, les prix des actifs à court terme tombent et les prix des d'actifs à long terme grimpe. Cela se traduit dans une augmentation du taux d'intérêt à court terme et une diminution dans le taux d'intérêt à long terme. Conséquemment, la courbe des rendements deviendra plate ou inversée. Nous pouvons facilement expliquer la situation quand l'économie atteint son creux. 10

Chapitre 5 : Comprendre les taux d'intérêt

Chapitre 5 : Comprendre les taux d'intérêt Chapitre 5 : Comprendre les taux d'intérêt Le taux d'intérêt est un autre nom généralement employé pour désigner le rendement à la maturité d'une obligation. De plus, nous avons aussi discuté du rapport

Plus en détail

La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM

La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM Le CAPM (Capital Asset Pricing Model) établit la relation clef qui doit unir sur un marché efficient la prime de risque des différents

Plus en détail

FICHE. L évaluation d une obligation 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION 2 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE OBLIGATION

FICHE. L évaluation d une obligation 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION 2 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE OBLIGATION L évaluation d une obligation FICHE 2 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION Une obligation est un titre de créances négociables représentatif d une fraction d un emprunt émis par l État ou par une entreprise.

Plus en détail

Texte 1, Choix intertemporel du consommateur Microéconomie 3-851-84

Texte 1, Choix intertemporel du consommateur Microéconomie 3-851-84 1 Texte 1, Choix intertemporel du consommateur Microéconomie 3-851-84 1. Présentation générale du contexte intertemporel La théorie du comportement du consommateur telle que nous l'avons vue jusqu'à présent,

Plus en détail

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE)

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) 1. En temps normal, lorsque le taux d intérêt à un jour s approche du taux d escompte, la Banque du Canada: a) retire des fonds déposés

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

Les coûts et les frais selon Vanguard

Les coûts et les frais selon Vanguard Les coûts et les frais selon Vanguard Nous pensons que vous devez savoir exactement ce que vous payez, raison pour laquelle nous sommes complètement transparents sur les frais que nous facturons. Cela

Plus en détail

Stratégies et pertinence d'un prêt REER

Stratégies et pertinence d'un prêt REER Stratégies et pertinence d'un prêt REER Vous pouvez passer en revue les points suivants afin d'établir la pertinence d'un prêt REER et la stratégie appropriée. Les avantages associés aux prêts REER Un

Plus en détail

L'INVESTISSEUR DE TYPE «ÉQUILIBRÉ»

L'INVESTISSEUR DE TYPE «ÉQUILIBRÉ» Mars 2013 Deux stratégies d'options à privilégier en fonction du profil d'investisseur Les options sont des outils financiers qui peuvent être utilisées à des fins de protection ou pour spéculer sur la

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Question 1: Analyse et évaluation des obligations (48 points) M. Smith, responsable des investissements obligataires dans une société de conseil en investissements, a analysé la courbe des taux des obligations

Plus en détail

Chapitre 4: l'analyse de sensibilité I:génialité sur l'analyse de sensibilité I.1 La définition de l'analyse de sensibilité

Chapitre 4: l'analyse de sensibilité I:génialité sur l'analyse de sensibilité I.1 La définition de l'analyse de sensibilité Chapitre 4: l'analyse de sensibilité I:génialité sur l'analyse de sensibilité I.1 La définition de l'analyse de sensibilité Processus par lequel on évalue la robustesse d un modèle économique en examinant

Plus en détail

QUI CONTRÔLE VOS MARGES COMMERCIALES BRUTES?

QUI CONTRÔLE VOS MARGES COMMERCIALES BRUTES? CHAPITRE 3 QUI CONTRÔLE VOS MARGES COMMERCIALES BRUTES? Ce que Vous allez apprendre dans ce chapitre En quoi la manière de payer votre equipe des ventes peut nuire à votre rentabilité Empêchez-les de gaspiller

Plus en détail

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS Ce document ne prétend pas décrire tous les risques inhérents aux investissements en instruments financiers. Il a plutôt pour

Plus en détail

La maximisation du profit

La maximisation du profit 2 La maximisation du profit Le profit, au sens économique du terme, se définit comme la différence entre les recettes perçues et les coûts supportés par une firme. Il est important de bien comprendre que

Plus en détail

Mathématiques Financières Exercices

Mathématiques Financières Exercices Mathématiques Financières Exercices Licence 2, 2015-16 - Université Paris 8 J.CORIS & C.FISCHLER & S.GOUTTE 1 TD 1 : Suites numériques et somme de suites Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous,

Plus en détail

Un moment historique La bulle des actifs prescrits

Un moment historique La bulle des actifs prescrits Un moment historique La bulle des actifs prescrits Mars 2013 Sommaire La bulle historique des prix des obligations a entraîné, en raison de la réglementation, une hausse du financement exigé des caisses

Plus en détail

Théorie keynésienne : le reste du monde

Théorie keynésienne : le reste du monde Théorie keynésienne : le reste du monde Le modèle keynésien en économie ouverte Le modèle keynésien est valide uniquement dans le cadre d'une économie fermée, c'est-à-dire sans échanges extérieurs. Dans

Plus en détail

Épargne, investissement et système financier

Épargne, investissement et système financier Thème 3 Épargne, investissement et système financier Questions Vrai ou Faux 1. Dans une économie fermée, l épargne est ce qui subsiste une fois déduites (des revenus) les dépenses de consommation et les

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

Comprendre les prêts hypothécaires Ce que vous devez savoir

Comprendre les prêts hypothécaires Ce que vous devez savoir Comprendre les prêts hypothécaires Ce que vous devez savoir Acheter une demeure n est pas une décision frivole. Il importe de bien faire sa recherche et de prendre son temps avant de décider du type de

Plus en détail

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 )

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Le taux de change donne le prix des monnaies entre elles. Comment se fixe ce prix? Pourquoi peut- il

Plus en détail

Les coûts de production

Les coûts de production Les coûts de production Chapitre 1 Faculté des sciences économiques et de gestion Le sens de la concurrence Un marché parfaitement concurrentiel a les caractéristiques suivantes: Un grand nombre d!offreurs

Plus en détail

Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes?

Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes? JAMIE GOLOMBEK Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes? Jamie Golombek, CPA, CA, CFP, CLU, TEP Directeur gestionnaire,

Plus en détail

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu Les valeurs à dividende et comment les choisir Qu est-ce qu un dividende et comment une entreprise le verse-t-elle? Le dividende

Plus en détail

Un placement adapté pour les investisseurs cherchant...

Un placement adapté pour les investisseurs cherchant... Eurostoxx Autocall 0 stratégie P. Si les Bourses européennes montent à court ou moyen terme, vous pourrez tabler sur cet élément via ce nouvel investissement. si, après an, l indice Eurostoxx50 a augmenté

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les obligations Ce document pédagogique ne constitue pas une incitation à investir et n est pas un conseil en investissement. Le Client qui souhaite un conseil en investissement avant

Plus en détail

Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance

Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance Dominique Plihon Alternatives Economiques Hors-série n 105 - avril 2015 Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance Depuis trois décennies, les marchés financiers connaissent une montée en

Plus en détail

Economie Monétaire et Financière

Economie Monétaire et Financière Economie Monétaire et Financière Jézabel Couppey- Soubeyran et Bruno Tinel Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne Licence 2 ème année. Dossier de TD n 3 : Taux d intérêt Partie I : Capitalisation et actualisation

Plus en détail

La monnaie. La monnaie. 1. Comment mesurer la masse monétaire? Les agrégats monétaires en France

La monnaie. La monnaie. 1. Comment mesurer la masse monétaire? Les agrégats monétaires en France La monnaie Offre et demande de monnaie Financement de l économie La monnaie 1. La masse monétaire: mesure 2. La création monétaire o le multiplicateur monétaire 3. Le rôle de la monnaie sur l économie

Plus en détail

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE Qui cotise à un REER? Un nouvel examen Boris Palameta LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE (REER) sont l un des plus importants avoirs financiers de la population canadienne 1 (Statistique Canada,

Plus en détail

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur.

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur. Investir sur les taux et les obligations Définition Le marché des taux d intérêts aussi connu sous le nom de «marché de la dette» est le marché le plus important en termes de volumes puisqu il s y échange

Plus en détail

Monnaie, taux d intérêt et taux de change

Monnaie, taux d intérêt et taux de change Monnaie, taux d intérêt et taux de change Le taux de change dépend de deux facteurs: - l intérêt des dépôts en devises - le taux de change futur anticipé Pour comprendre comment sont déterminés les taux

Plus en détail

Thème 11 : production et coûts

Thème 11 : production et coûts Thème 11 : production et coûts A) Vrai ou faux 1) Le profit économique est généralement plus élevé que le profit comptable. ) Les coûts économiques correspondent à la somme des coûts comptables et des

Plus en détail

LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE. Politique d investissement

LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE. Politique d investissement LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE Politique d investissement Cette politique est en vigueur depuis le 18 juin 2009 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. GÉNÉRALITÉS P R É A M B U L E Le Musée canadien

Plus en détail

Édition n 16 : Opérations de couverture

Édition n 16 : Opérations de couverture www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 16 : Opérations de couverture Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

RBC Marchés des Capitaux

RBC Marchés des Capitaux Le 8 décembre 205 RBC Marchés des Capitaux TITRES LIÉS À DES TITRES DE PARTICIPATION ET À DES TITRES D EMPRUNT SOLUTIONS DE PLACEMENT GLOBALES RBC ET RECHERCHE RBCMC Titres RBC liés à une répartition stratégique

Plus en détail

COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE

COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE Martin Brookes Économiste senior, Goldman Sachs Je vais diviser ma présentation en

Plus en détail

Université de Tunis Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales. Valeur nominale

Université de Tunis Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales. Valeur nominale Université de Tunis Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales Cahier d exercices Gestion Obligataire Notions de base Exercice 1.1 : Soit un emprunt obligataire remboursable par annuités

Plus en détail

Chapitre 8 L évaluation des obligations. Plan

Chapitre 8 L évaluation des obligations. Plan Chapitre 8 L évaluation des obligations Plan Actualiser un titre à revenus fixes Obligations zéro coupon Obligations ordinaires A échéance identique, rendements identiques? Évolution du cours des obligations

Plus en détail

2. MÉTHODOLOGIE. Schéma 2.1: Schéma de compte de patrimoine dans le SEC 1995

2. MÉTHODOLOGIE. Schéma 2.1: Schéma de compte de patrimoine dans le SEC 1995 Version intégrale 2. MÉTHODOLOGIE Le stock de capital (SDC) fait partie intégrante du Système européen des comptes nationaux et régionaux 1995 (SEC 1995). En premier lieu, le SDC est un des éléments des

Plus en détail

Chapitre 2 La valeur des flux monétaires actualisés

Chapitre 2 La valeur des flux monétaires actualisés T2 Organisation du chapitre Chapitre 2 La valeur des flux monétaires actualisés Organisation du chapitre! 2.1 Les valeurs capitalisées et actualisées de flux monétaires multiples! 2.2 L évaluation de flux

Plus en détail

Initiation à la Microéconomie Licence 1, Semestre 1 TD 2 Correction des questions

Initiation à la Microéconomie Licence 1, Semestre 1 TD 2 Correction des questions Initiation à la Microéconomie Licence 1, Semestre 1 TD 2 Correction des questions 1. Utilisez les courbes d offre et de demande pour illustrer comment chacun des évènements suivants devrait affecter le

Plus en détail

l Association des déchets solides du Nouveau-Brunswick

l Association des déchets solides du Nouveau-Brunswick Exposé pour l Association des déchets solides du Nouveau-Brunswick Normes comptables du secteur public et incidences sur les commissions des déchets solides 28 octobre 2010 Présenté par John Sanford, FCA,

Plus en détail

INEDIT PEA COURT TERME

INEDIT PEA COURT TERME PROSPECTUS SIMPLIFIE INEDIT PEA COURT TERME PARTIE A STATUTAIRE Présentation succincte Code ISIN : FR0000990483 Dénomination : INEDIT PEA COURT TERME Forme juridique : Fonds Commun de Placement (FCP) de

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan hapitre 14 ours à terme et futures Plan Différences entre contrat à terme et contrat de future Fonction économique des marchés de futures Rôle des spéculateurs Futures de matières premières Relation entre

Plus en détail

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Le Conseil canadien de développement social (CCDS) a le plaisir de présenter ses arguments devant le Comité permanent de

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 7 Crises de change

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 7 Crises de change ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 7 Crises de change Exercice : Une comparaison entre deux modèles de crises de change Adapté de l article d Olivier Jeanne (1996), Les modèles de crise de change

Plus en détail

LES MARCHÉS DES FACTEURS DE PRODUCTION À LA FIN DE CE CHAPITRE, VOUS SEREZ EN MESURE

LES MARCHÉS DES FACTEURS DE PRODUCTION À LA FIN DE CE CHAPITRE, VOUS SEREZ EN MESURE À LA FIN DE CE CHAPITRE, VOUS SEREZ EN MESURE d analyser la demande de travail d une firme cherchant à maximiser le profit en situation de concurrence; d examiner les décisions des ménages qui expliquent

Plus en détail

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1)

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1) Instruments financiers Couvertures Chapitre 3865 Instruments financiers (diapo 1) Cette présentation vise à offrir un aperçu du chapitre 3865, «Couvertures», publié par le Conseil des normes comptables

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC Brochure destinée aux investisseurs particuliers p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente 5 Prix d exercice 5 Échéance 5 4. Possibilités pour

Plus en détail

Visez un rendement potentiellement intéressant

Visez un rendement potentiellement intéressant Société Générale Acceptance Interest Linked Bond Callable 09 II À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Société Générale Acceptance Interest Linked Bond Callable 09 II est un instrument de dette structuré. Le produit

Plus en détail

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale 17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale Beaucoup de facteurs influencent la demande globale. Par exemple, quand les agents économiques changent leurs projets de dépenses,

Plus en détail

Analyse Microéconomique. Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011

Analyse Microéconomique. Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011 Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011 1 L objectif de la firme est la maximisation du profit Les profits sont définis comme la différence entre les recettes et le coûts Supposons que la firme produise n

Plus en détail

La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$)

La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$) La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$) 08 avril 2016 Lorsque vous pensez à vos placements, la première question qui vous vient à l esprit est de savoir quel rendement

Plus en détail

Rentes sans rachat des engagements pour les régimes à prestations déterminées

Rentes sans rachat des engagements pour les régimes à prestations déterminées Financial Services Commission of Ontario Commission des services financiers de l Ontario SECTION : INDEX N O : TITRE : APPROUVÉ PAR : Notes d'orientation sur les placements IGN-001 Rentes sans rachat des

Plus en détail

Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des fonds d investissements non monétaires

Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des fonds d investissements non monétaires Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des fonds d investissements non monétaires Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...3 1.1 Population déclarante...3

Plus en détail

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées Grâce aux Portefeuilles sélect RBC, vous pouvez dormir en paix, en sachant que RBC Gestion mondiale d actifs gère vos placements

Plus en détail

Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) Actualisation d une séquence de flux (rappel)

Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) Actualisation d une séquence de flux (rappel) Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) une obligation peut être revendue avant son échéance un emprunt peut être renégocié Actualisation d une séquence

Plus en détail

Qu'est-ce que l économie? Leurs objectifs? Pourquoi l économie est-elle différente de la gestion?

Qu'est-ce que l économie? Leurs objectifs? Pourquoi l économie est-elle différente de la gestion? Chapitre 1. Introduction a la macroéconomie I. La spécificité de la science économique 1. Définitions de la science économique Qu'est-ce que l économie? Leurs objectifs? Pourquoi l économie est-elle différente

Plus en détail

CHAPITRE 2 APPLICATION AU CHOIX DE PORTEFEUILLE FINANCIER

CHAPITRE 2 APPLICATION AU CHOIX DE PORTEFEUILLE FINANCIER CHAPITRE 2 APPLICATION AU CHOIX DE PORTEFEUILLE FINANCIER OBJECTIF Décision d'investissement? Comment un individu décide-t-il d'allouer sa richesse entre différents actifs (maison, actions, obligations,

Plus en détail

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex L'économie ouverte Dans une économie ouverte, le pays n'est pas contraint de réaliser en toute année l'équilibre entre ses dépenses et sa production de biens et services. Le pays peut dépenser plus qu'il

Plus en détail

Les obligations. S. Chermak infomaths.com

Les obligations. S. Chermak infomaths.com Les obligations S. Chermak Infomaths.com Saïd Chermak infomaths.com 1 Le marché des obligations est un marché moins médiatique mais tout aussi important que celui des actions, en terme de volumes. A cela

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE CHAPITRE 4 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE 4.1 Introduction : Le taux de change est le prix de la monnaie nationale contre une devise étrangère, ce prix peut être fixé par les autorités monétaire dans

Plus en détail

2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire à l inflation.

2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire à l inflation. Thème 6 Monnaie et prix Questions Vrai ou Faux 1. La monnaie et la richesse sont des synonymes. 2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire

Plus en détail

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant demandé la validation de leur sous Solvabilité II. Cet article décrit comment les assureurs peuvent en même temps satisfaire aux exigences

Plus en détail

Voici comment le premier semestre s est déroulé et comment nous voyons les développements sur les six prochains mois.

Voici comment le premier semestre s est déroulé et comment nous voyons les développements sur les six prochains mois. Voici comment le premier semestre s est déroulé et comment nous voyons les développements sur les six prochains mois. En juillet 2005 Chères Clientes, chers Clients, Mesdames et Messieurs, Chers Amis,

Plus en détail

Certificats Cappés (+) et Floorés (+)

Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Pour investir avec du Levier sur l indice CAC 40 Même dans un contexte de

Plus en détail

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE PLACEMENT Emprunter à la banque afin d investir plus de fonds et d améliorer ses gains peut être attrayant pour plusieurs investisseurs,

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Le modèle IS-LM en économie fermée

Le modèle IS-LM en économie fermée Le modèle IS-LM en économie fermée Le modèle IS-LM en économie fermée Modèle IS-LM : interaction entre le secteur réel et le secteur financier 2 courbes équilibre sur le marché des biens et services (IS)

Plus en détail

OPCVM EN BREF EN DETAIL

OPCVM EN BREF EN DETAIL OPCVM Les OPCVM sont des Organismes de Placements Collectifs en Valeurs Mobilières. C'est un terme générique qui désigne une Sicav ou un FCP. EN BREF L OPCVM est un produit financier permettant de diversifier

Plus en détail

Ce ratio est mieux connu sous le nom de : Nombre de foi les revenus. Mieux connu sous l appellation Nombre de foi le revenu net

Ce ratio est mieux connu sous le nom de : Nombre de foi les revenus. Mieux connu sous l appellation Nombre de foi le revenu net RATIOS D ANALYSES À COMPRENDRE Un ratio est une simple équation mathématique utilisée pour exprimer une relation entre des chiffres. L utilisation des ratios lors de l analyse de multi-logements est essentielle

Plus en détail

Qu est-ce que la Bourse?

Qu est-ce que la Bourse? Qu est-ce que la Bourse? Une bourse est un marché sur lequel se négocient des valeurs mobilières. Les émetteurs y offrent des titres que les investisseurs achètent ; ces derniers financent alors les agents

Plus en détail

La distribution normale a une variabilité plus faible que l exponentielle.

La distribution normale a une variabilité plus faible que l exponentielle. La distribution normale a une variabilité plus faible que l exponentielle. Tx d intérêt : Intérêt composé : cet intérêt est réinvesti à la période suivante afin de rapporter davantage d intérêt Tx nominal

Plus en détail

Chapitre 12 - Le choix d'un portefeuille. Plan

Chapitre 12 - Le choix d'un portefeuille. Plan Chapitre 12 - Le choix d'un portefeuille Plan Le choix de portefeuille et l'optimisation de portefeuille Combinaison d'un actif risqué et d'un actif sans risque la droite de couple risque-rentabilité le

Plus en détail

Analyse Microéconomique. Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011

Analyse Microéconomique. Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011 Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011 1 Les courbes de coût Considérons la fonction de coût qui donne le coût minimum de production d un niveau d output y: c(w 1, w 2, y) Considérons les prix des facteurs

Plus en détail

ACADÉMIE EDGEPOINT. La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$)

ACADÉMIE EDGEPOINT. La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$) ACADÉMIE EDGEPOINT La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$) Lorsque vous pensez à vos placements, la première question qui vous vient à l esprit est de savoir quel rendement

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE PREMIÈRE SECTION : VRAI OU FAUX Question 1.1 Si le taux d intérêt canadien augmente, la demande d actifs canadiens diminue. Question 1.2 Si le dollar canadien s

Plus en détail

Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt

Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt Analyse thématique Belfius Research Février 2016 Introduction Les taux sont à un niveau historiquement bas. Pour un crédit à 10 ans, l

Plus en détail

Falsche FFufziger (Faux Monnayeurs) Règles

Falsche FFufziger (Faux Monnayeurs) Règles Les données du matériel Un jeu pour 3 à 6 joueurs de Friedemann Friese Les presses à fabriquer de la fausse monnaie (Machines) Nombre Valeur Verso 24 10 3 Kaputt (destruction), 3 10, 6 x2 10, 9 20, 3 x2

Plus en détail

LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque. LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque

LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque. LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque INTRODUCTION PARTIE I : RATIONNEMENT DE CREDIT ET ASYMETRIE DE L INFORMATION A- Le rationnement

Plus en détail

THEME 5 : GESTION DE LA TRESORERIE ET RISQUES DE TAUX DE CHANGE

THEME 5 : GESTION DE LA TRESORERIE ET RISQUES DE TAUX DE CHANGE THEME 5 : GESTION DE LA TRESORERIE ET RISQUES DE TAUX DE CHANGE Les entreprises internationalisées comme les multinationales industrielles et commerciales se trouvent exposées au risque de fluctuations

Plus en détail

MESURES IMPACTANT LES FABRICANTS DE MEUBLES DU QUÉBEC

MESURES IMPACTANT LES FABRICANTS DE MEUBLES DU QUÉBEC BUDGET FÉDÉRAL 2016 MESURES IMPACTANT LES FABRICANTS DE MEUBLES DU QUÉBEC Le présent document résume les mesures annoncées dans le budget fédéral 2016 2017 déposé le 22 mars dernier et qui pourraient toucher

Plus en détail

Titres RBC liés à des obligations non protégés avec remboursement de capital, série 1F. Remboursements de capital. semestriels

Titres RBC liés à des obligations non protégés avec remboursement de capital, série 1F. Remboursements de capital. semestriels Le 24 janvier 2014 TITRES D EMPRUNT LIÉS À DES TITRES D EMPRUNT Titres RBC liés à des obligations non protégés avec remboursement de capital, série 1F Durée de trois ans de capital semestriels Rendement

Plus en détail

Règlement de gestion 1 MANAGED FUNDS (Branche 23) RÈGLEMENT DE GESTION

Règlement de gestion 1 MANAGED FUNDS (Branche 23) RÈGLEMENT DE GESTION 1 / 12 Règlement de gestion 1 MANAGED FUNDS (Branche 23) RÈGLEMENT DE GESTION Édition du 01/01/2016 SOMMAIRE I. DESCRIPTION... 2 II. GESTIONNAIRE DES FONDS DE PLACEMENT INTERNES... 2 III. CARACTÉRISTIQUES

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

M A N I T O B A ) Ordonnance 116/06 ) LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS ) Le 31 juillet 2006

M A N I T O B A ) Ordonnance 116/06 ) LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS ) Le 31 juillet 2006 M A N I T O B A ) Ordonnance 116/06 ) LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS ) Le 31 juillet 2006 DEVANT : Graham F. J. Lane, B.A., CA, Président Monica Girouard, CGA, Membre Mario J. Santos, B.A., LL.B.,

Plus en détail

Risques de contagion en provenance des marchés émergents

Risques de contagion en provenance des marchés émergents DIRECTION ECONOMIC DES RESEARCH ETUDES DEPARTMENT ECONOMIQUES Risques de contagion en provenance des marchés émergents Comme le souligne le FMI, dans la dernière édition du Rapport sur la stabilité financière

Plus en détail

Zurich, le 15 décembre 2005. Remarques introductives de Niklaus Blattner

Zurich, le 15 décembre 2005. Remarques introductives de Niklaus Blattner abcdefg Conférence de presse Zurich, le 15 décembre 2005 Remarques introductives de Niklaus Blattner Il est incontestable que la concurrence est devenue nettement plus vive, dans la période récente, sur

Plus en détail

Guide sur les valeurs mobilières

Guide sur les valeurs mobilières Guide sur les valeurs mobilières 1. Qu'est-ce qu'une valeur mobilière? 2. Qui peut émettre des valeurs mobilières? 3. Quelle est la forme des valeurs mobilières? 4. Existe-t-il différents types de valeurs

Plus en détail

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Introduction Comment expliquer l ensemble des échanges observés dans un cadre théorique cohérent? Pourquoi chercher un cadre théorique englobant?

Plus en détail

Chapitre 3 : Le revenu d équilibre

Chapitre 3 : Le revenu d équilibre Chapitre 3 : Le revenu d équilibre - 112 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer entre la théorie classique et la théorie moderne de l équilibre macroéconomique. - Découvrir l interprétation moderne

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

VITA INVEST DYNAMIC - FONDS INVEST.2 - SAFE PLAN. Perspective de rendements attractifs et risques maîtrisés DES SOLUTIONS A LA HAUTEUR DE VOS ATTENTES

VITA INVEST DYNAMIC - FONDS INVEST.2 - SAFE PLAN. Perspective de rendements attractifs et risques maîtrisés DES SOLUTIONS A LA HAUTEUR DE VOS ATTENTES DES SOLUTIONS A LA HAUTEUR DE VOS ATTENTES VITA INVEST DYNAMIC - FONDS INVEST.2 - SAFE PLAN Perspective de rendements attractifs et risques maîtrisés 30.30.023/00 06/15 VITA INVEST DYNAMIC - FONDS INVEST.2

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX *

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * Département analyse et prévision de l OFCE Cette étude évalue l impact à différents horizons temporels d une hausse des taux (courts et longs) sur le passif des agents

Plus en détail

Aperçus des fonds du Gestion privée de patrimoine BNI Profil Revenu et Croissance

Aperçus des fonds du Gestion privée de patrimoine BNI Profil Revenu et Croissance Aperçus des fonds du Gestion privée de patrimoine BNI Profil Revenu et Croissance Voici les aperçus du fonds pour vos investissements effectués dans le cadre de l'utilisation de Gestion privée de patrimoine

Plus en détail