Notions de microbiologie générale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Notions de microbiologie générale"

Transcription

1 Notions de microbiologie générale Journée des correspondants en hygiène débutants du Dr J GAGNAIRE-Unité d hygiène inter-hospitalière- Service des Maladies infectieuses

2 Différents agents infectieux les bactéries les virus les champignons les parasites (Les prions=atnc=agents Transmissibles Non Conventionnels )

3 Notions de microbiologie et d échelle

4 Structure d une bactérie

5 Formes des bactéries cocci bacille Forme spiralée

6 Coloration différentielle: coloration de Gram bactéries Gram + colorées en violet bactéries Gram - en rose EXAMEN DIRECT Cocci à Gram + en amas Cocci à Gram + en chainette Cocci à Gram + en diplocoques Cocci à Gram - en diplocoques, en grains de café (staphylocoques) (streptocoques) (pneumocoque = streptocoque) (Neisseria spp.)

7 Au total Cocci Gram + -Ex : staphylocoque, streptocoque, pneumocoque etc Cocci Gram -Ex : méningocoque, gonocoque etc Bacille Gram + -Ex : corynebacterie, clostridium, bacillus, listeria, etc Bacille Gram -Ex : entérobactéries, pseudomonas etc Autres bactéries : -Ex : mycobactéries (Mycobacteriumtuberculosis)-bactéries atypiques : mycoplasme, chlamydia -

8 Les bactéries multi résistantes aux ATB =BMR Les bactéries émergentes hautement résistantes aux ATB=BHRe BMR les + fréquentes, résistantes par différents mécanismes + ou transférables entre bactéries, résistances aux ATB acquises ( naturelles) : SARM = BMR Entérobactéries résistantes aux C3G (production de BLSE) = BMR Entérobactéries résistantes aux carbapénèmes (production de carbapénémases)= BHRe Entérocoques résistants à la vancomycine (ERV) = BHRe ER+PCC chez patients avec FR d acquisition de BHRe (rapatriement, hospitalisation étranger dans les 6 mois )

9 Structure d un virus et «mode de vie» -Génome : ARN ou ADN -Capside protéique : cubique ou hélicoidale -Enveloppe CLASSIFICATION 1 virus = 1 génome avec une protection, dans le milieu extérieur Le virus nécessite pour son développement un parasitisme intracellulaire absolu Absence de croissance, structure définitivement organisée

10 Principaux virus rencontrés A- Virus respiratoire Grippe, VRS (virus respiratoire syncytial), Varicelle, Oreillons, Rubéole, Rougeole... B-Virus entériques Rotavirus, Adenovirus, Entérovirus, Hépatite A C-virus cutanés Herpes, Varicelle D-Virus du sang et des tissus Hépatite B, Hépatite C, HIV

11 Différentes techniques de diagnostic microbiologique pour les agents Cultures : ++ bactéries infectieux Recherche d antigène (ex : recherche Ag streptocoque A) Recherche d anticorps = sérologies Mise en évidence du génome (ex : PCR )

12 Culture bactériennes (besoins en nutriments, en oxygène ou non (aérobie/anaérobie- ), facteurs de croissance, 37 C ou 30 C )

13 Autres agents infectieux les champignons : microscopiques (levures : candida, moissures : aspergillus, penicillium ) les parasites : ectoparasites et endoparasites (Les prions) : conversion d une protéine?

14 Flore microbienne (=microbiote) Ensemble des micro-organismes présents en un site donné. Essentiellementdes bactérieset champignons. La contamination par des agents infectieux peut être limitée par cette flore

15 Distinction selon l habitat Micro-organismescommensaux : (latin mensa : table) résidents habituels de la peau et des muqueuses des animaux et des êtres humains = flore humaine. Micro-organismessaprophytes : (grec sapros : fumier) résidents habituels de l environnement (terre, eau) se nourrissent de la matière organique en décomposition = flore environnementale =notion de flore transitoire (flore environnementale + d autres individus)

16 /cm 2 de peau /g de selles bactéries versus cellules dans le corps humain!

17 La flore cutanée Répartition hétérogène sur la peau : - Bactéries aérobies : couches superficielles. (Genres staphylococcus, corynebacterium - Bactéries anaérobies : follicules pileux, glandes sébacées (Propionibactérium acnes Répartition hétérogène dans la population : - Staphylococcus aureus : 19 à 40% de la population.

18 La flore du tube digestif Estomac : acidité +++ (ph=2), peu de germes. Intestin : présence ++ à partir de l iléon terminal, environ 400 espèces différentes, variation liée à l alimentation. Entérobactéries +++, Anaérobies strictes ++ Fonctions majeures : métabolisme, barrière contre les autres pathogènes

19 Mais aussi La flore nasale La flore buccale La flore vaginale La flore des voies aériennes

20 Distinction selon la pathogènicité Bactéries pathogène spécifiques: à l origine d une maladie infectieuse bien déterminée Virulence+++ Contagiosité+++ communautaire>>nosocomiale Bactéries : tuberculose, typhoide Virus : grippe, hépatite, rotavirus

21 Distinction selon la pathogènicité Bactériespathogèneopportunistes: (= non pathogènes), normalenent présentes dans la flore humaine mais qui lors d une immunodépression deviennent pathogènes.

22 Pathogènes commensaux opportunistes Réservoir : flores humaines Virulence variable (Staphylocoque doré >>staphylocoque blanc) Non contagieux mais transmission possible entre individus (manuportée ++) Origine : nosocomiale>>communautaire Microorganismes : Bactérie : staphylocoque doré, pneumocoque, colibacille Champignon : candida

23 Pathogènes saprophytes opportunistes Réservoir : environnement : eau/air Virulence faible Non contagieux mais transmission possible par contamination par l environnement Origine : nosocomiale>communautaire (rare) Microorganismes : Bactérie : légionnelle Champignon : aspergillus

24 Notion de pathogénie pour l homme Niveau d agressivité du micro-organisme. Fragilité du patient Pénétration par la bonne porte d entrée (ex : le virus de la grippe = porte d entrée aérienne, si on mange le virus on ne craint rien). Quantité de microorganismes (inoculum)

25 Chaîne de transmission épidémiologique Transmission : Réservoirs : Humain Environnement Contact Aérien : Gouttelettes Aéroporté Hôte récepteur

26 Réservoirs des agents infectieux l'homme l'animal l'environnement (eau, air, surfaces) d où notions origines «endogène» ou «exogène»

27 Modes de transmission par contact (directs ou indirects) par voie aérienne (gouttelettes, aérosols) par l'intermédiaire de vecteurs (ex : insectes)

28 MERCI DE VOTRE ATTENTION

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 1 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE 05/10/2011. Bactéries Virus Champignons (levures et moisissures) Parasites A.T.N.C (prion) HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION

POURQUOI L HYGIENE 05/10/2011. Bactéries Virus Champignons (levures et moisissures) Parasites A.T.N.C (prion) HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION GENERALITES EN HYGIENE NOTIONS DE MICROBIOLOGIE PRECAUTIONS STANDARD ANTISEPTIQUES ET DESINFECTANTS HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS

Plus en détail

Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR)

Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Les ateliers du Resclin Gestion du risque infectieux associé aux soins Module encadrement EOHH des établissements de santé 4ème

Plus en détail

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 CCLIN Ouest Antenne Régionale Pays de la Loire Visibles au microscope optique (de

Plus en détail

Les infections nosocomiales

Les infections nosocomiales Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Les infections nosocomiales Formation pour les représentants d usagers Caen 30 mai 2011 CCLIN Ouest Antenne Régionale Basse Normandie Les relations entre

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

LA CHAINE EPIDEMIOLOGIQUE

LA CHAINE EPIDEMIOLOGIQUE LA CHAINE EPIDEMIOLOGIQUE Epidémiologie Discipline scientifique qui étudie les facteurs intervenant dans l apparition des maladies au sein d une population ou de groupes de personnes. Fréquence Mode de

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Prise en charge d un «résident septique» en Etablissements Médico Sociaux PRÉVENTION DES RISQUES INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MÉDICO SOCIAUX INFECTIONS NOSOCOMIALES ET COMMUNAUTAIRES ASSOCIÉES AUX SOINS

Plus en détail

HYGIENE HOSPITALIERE

HYGIENE HOSPITALIERE HYGIENE HOSPITALIERE 1 ) Données microbiologiques de base 2 ) L hygiène à l hôpital 3 ) Les infections nosocomiales MK 1ère année 2012 Dr. Catherine VALLET 1 1 ) Les agents infectieux MK 1ère année 2009

Plus en détail

Enquête inter-régionale de prévalence CCLIN Sud-Ouest Nov.-déc. 2015. 1 - Code anonymat attribué à l'établissement par le CCLIN : / / / /

Enquête inter-régionale de prévalence CCLIN Sud-Ouest Nov.-déc. 2015. 1 - Code anonymat attribué à l'établissement par le CCLIN : / / / / Enquête inter-régionale de prévalence CCLIN Sud-Ouest Nov.-déc. 2015 FICHE SERVICE 1 - Code anonymat attribué à l'établissement par le CCLIN : / 2 - Spécialité : Codage : voir thésaurus Annexe 3 3 - Nom

Plus en détail

Journée inter hospitalière de formation des correspondants paramédicaux 22 novembre 2012

Journée inter hospitalière de formation des correspondants paramédicaux 22 novembre 2012 Journée inter hospitalière de formation des correspondants paramédicaux 22 novembre 2012 LES BACTERIES Définition Bactérie= cellule Cellule: la plus petite unité de matière vivante qui mène une existence

Plus en détail

INFECTIONS ET MICRO ORGANISMES. Docteur Jacqueline GRANDO Unité d'hygiène et d'epidémiologie Hôpital Neuro-Cardiologique - LYON

INFECTIONS ET MICRO ORGANISMES. Docteur Jacqueline GRANDO Unité d'hygiène et d'epidémiologie Hôpital Neuro-Cardiologique - LYON INFECTIONS ET MICRO ORGANISMES Docteur Jacqueline GRANDO Unité d'hygiène et d'epidémiologie Hôpital Neuro-Cardiologique - LYON Quelques généralités Infections et agents infectieux Infection = agression

Plus en détail

Contexte. Partenariats. Méthodologie RPC (HAS 2010) Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Contexte. Partenariats. Méthodologie RPC (HAS 2010) Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Contexte 22e Journée annuelle du GERES Vendredi 7 Décembre 2012 Dr Anne Berger-Carbonne pour le groupe de travail 2004

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

PRÉVENTION DES INFECTIONS NOSOCOMIALES. INFECTION et BMR ET DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS. Noël LECERF - 2014

PRÉVENTION DES INFECTIONS NOSOCOMIALES. INFECTION et BMR ET DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS. Noël LECERF - 2014 PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN ETABLISSEMENT MEDICO -SOCIAL PRÉVENTION DES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS INFECTION et BMR Noël LECERF - 2014 POURQUOI L HYGIENE HYGIENE

Plus en détail

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien.

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. Grippe, gastro-entérite, angine, otite,...nous sommes régulièrement malades. Quelles sont

Plus en détail

Gestion des patients contagieux. Les maladies infectieuses ne vont pas disparaître. Isolement des patients contagieux. Pourquoi?

Gestion des patients contagieux. Les maladies infectieuses ne vont pas disparaître. Isolement des patients contagieux. Pourquoi? Gestion des patients contagieux C est un fait : nous vivons au milieu des microbes Dr Laurent HOCQUELOUX CHR d Orléans La Source les nôtres ceux des autres ceux de notre environnement Bilan depuis 20 ans

Plus en détail

MICROORGANISMES RESPONSABLES D'INFECTIONS NOSOCOMIALES

MICROORGANISMES RESPONSABLES D'INFECTIONS NOSOCOMIALES MICROORGANISMES RESPONSABLES D'INFECTIONS 2.08 Objectif Un grand nombre d agents infectieux (parasites, levures, bactéries, virus, prions) peuvent être responsables d infections nosocomiales (IN). Néanmoins,

Plus en détail

In andout Air Strategies. From Climate Change to Microclimate. Library, Archives and Museum Preservation Issues

In andout Air Strategies. From Climate Change to Microclimate. Library, Archives and Museum Preservation Issues In andout Air Strategies. From Climate Change to Microclimate. Library, Archives and Museum Preservation Issues 5-6 March 2009 Bibliothèque nationale de France Nicolas Laudinet Claim Support Manager, Ing.

Plus en détail

Infections de la peau

Infections de la peau Structure de la peau Infections de la peau http://www.tarleton.edu/~anatomy/ Physiopathologie peau = tissu colonisé par les bactéries (flore cutanée) MAIS très résistant aux infections conditions pour

Plus en détail

Les mesures d isolement. IFSI Charles FOIX / 2011 / UE 2.10 / S.ISSAD

Les mesures d isolement. IFSI Charles FOIX / 2011 / UE 2.10 / S.ISSAD Les mesures d isolement Les mesures d isolement Objectifs Établir des barrières res de niveaux variables afin de limiter ou supprimer la transmission de micro-organismes organismes D un malade à un autre

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : Le risque infectieux Qu est ce qu un microbe? Comment les microbes peuvent-ils nous rendre malade? Microbe : virus et microorganismes unicellulaires

Plus en détail

Démarche du diagnostic bactériologique

Démarche du diagnostic bactériologique 1 TD-ED DCEM 1 Bactériologie B. Berçot, C. Branger Propriété de la Faculté de Médecine Université Paris 7-Denis Diderot Démarche du diagnostic bactériologique II. COMMENT FAIT-ON LE DIAGNOSTIC D'UNE INFECTION

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

Les agents infectieux

Les agents infectieux Les agents infectieux Les bactéries, virus, champignons, parasites, agents transmissibles non conventionnels, L écologie microbienne, Les mécanismes d action des agents infectieux sur l organisme humain

Plus en détail

Epidémies Bactéries et virus

Epidémies Bactéries et virus Epidémies Bactéries et virus Prévenir les épidémies en EHPAD 10 février 2015 AKPABIE UHLIN ERX 1 Signaler - IAS - épidémies - MDO AKPABIE UHLIN ERX 1 Plan national d alerte sur les antibiotiques (2011

Plus en détail

LES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS. Introduction

LES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS. Introduction LES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Introduction Plan Introduction aux IAS C est quoi une IAS? Définitions Depuis quand sont-elles connues? Un peu d histoire Pourquoi faut-il s en préoccuper? Conséquences

Plus en détail

1985 2005 : Un bilan des infections acquises dans les laboratoires médicauxm

1985 2005 : Un bilan des infections acquises dans les laboratoires médicauxm 1985 25 : Un bilan des infections acquises dans les laboratoires médicauxm Kathy FaberBouillaut Directeur de thèse : Dr A. Leprince, INRS Dpt EAM Forum St Jacques 7 octobre 26 Sommaire Introduction de

Plus en détail

ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES. Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie CHU Rangueil

ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES. Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie CHU Rangueil ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie riologie-hygiène CHU Rangueil Bactérie = cellule vivante procaryote synthèses ses cellulaires croissance et multiplication intra

Plus en détail

MICROORGANISMES RESPONSABLES D INFECTIONS NOSOCOMIALES

MICROORGANISMES RESPONSABLES D INFECTIONS NOSOCOMIALES MICROORGANISMES RESPONSABLES D INFECTIONS Infection POZZETTO B, Saint Etienne Janvier 2009 Objectif Un grand nombre d agents infectieux (parasites, levures, bactéries, virus, prions) peuvent être responsables

Plus en détail

Diagnostic et suivi des infections ORL : le bon usage des examens biologiques (items ENC : 77, 90 et 98)

Diagnostic et suivi des infections ORL : le bon usage des examens biologiques (items ENC : 77, 90 et 98) Diagnostic et suivi des infections ORL : le bon usage des examens biologiques (items ENC : 77, 90 et 98) Ce document a été rédigé par les Docteurs Carrière, Charachon, Segondy et Rispail Objectifs pédagogiques

Plus en détail

MICROBIOLOGIE ALIMENTAIRE LES

MICROBIOLOGIE ALIMENTAIRE LES REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline - Travail MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNI F.H.B / UFR BIOSCIENCES 22 B.P 582 Abidjan 22 Tel ( 225) 22 44 03 07 / 22

Plus en détail

Date : 05/11/2015 Fonction : Chef de service Nom : MERENS Audrey Visa : Informatique

Date : 05/11/2015 Fonction : Chef de service Nom : MERENS Audrey Visa : Informatique moléculaire microbiologique BMM Page : 1 / 12 VERSION COMMENTAIRE DATE 1 Création 05/11/2015 Rédaction Vérification Approbation Validation Date : 02/11/2015 Fonction : Adjoint Nom : DELAUNE Déborah Visa

Plus en détail

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire UE de l agent infectieux à l hôte Février 2015 Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire Dr Isabelle GARRIGUE UMR CNRS MFP Microbiologie Fondamentale et Pathogénicité isabelle.garrigue@chu-bordeaux.fr

Plus en détail

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE Infection VINCENT A, Saint Genis Laval LAPRUGNE-GARCIA E, Saint Genis Laval Octobre 2008 Objectif Pour mettre en place une surveillance

Plus en détail

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE DCEM 1 Professeur Michel Drancourt Michel.drancourt@univmed.fr Années 2012-2013 http://www.mediterranee-infection.com/ DEFINITION

Plus en détail

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

Relations Hôte-Micro-organismes et Virulence

Relations Hôte-Micro-organismes et Virulence Relations Hôte-Micro-organismes et Virulence Pr. B. Jaulhac Laboratoire de Bactériologie Faculté de Médecine GENERALITES L'Homme vit dans un environnement peuplé de très nombreux micro-organismes : bactéries,

Plus en détail

Les diarrhées infectieuses et parasitaires de la génisse

Les diarrhées infectieuses et parasitaires de la génisse Les diarrhées infectieuses et parasitaires de la génisse Les diarrhées infectieuses et parasitaires de la génisse Les diarrhées constituent le problème de santé numéro 1 dans l élevage du jeune veau. D

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE Complémentaires d Hygiène CHAPUIS C, Saint Genis Laval Juin 2010 Objectif Les Complémentaires d Hygiène (PCH) ont pour but de faire barrière à la diffusion d un agent

Plus en détail

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE I QUELQUES DEFINITIONS (Sources : Groupement Technique Vétérinaire 85) Abcès Agent Pathogène

Plus en détail

Chapitre n 8 : le pouvoir pathogène des bactéries

Chapitre n 8 : le pouvoir pathogène des bactéries Chapitre n 8 : le pouvoir pathogène des bactéries De nombreuses espèces microbiennes vivent sur la peau et sur les muqueuses (bouche, fosses nasales, appareil digestif, vagin ) sans exercer pour autant

Plus en détail

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES XXVIème congrès de la Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse Hôtel Saphir Palace, Hammamet 21-22 avril 2016 NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES Pr Ag Wafa Jouaihia Achour Service

Plus en détail

P. BERTHELOT CEMI 19 Institut Pasteur 4 avril 2014

P. BERTHELOT CEMI 19 Institut Pasteur 4 avril 2014 Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» P. BERTHELOT CEMI 19 Institut Pasteur 4 avril 2014 Contexte 2004 : CTINILS demande de la révision des recommandations pour

Plus en détail

vacciner c est protéger, vacciner c est sauver

vacciner c est protéger, vacciner c est sauver vacciner c est protéger, Collégiens, lycéens... la santé, ça nous concerne! ensemble pédagogique Association des Professeurs de Biologie-Géologie Association des professeurs de biologie-géologie La poliomyélite

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Journée «Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD" Reims 25/09/2014 Loïc Simon pour le groupe de travail Contexte

Plus en détail

Le portage nasal à Staphylococcus aureus :

Le portage nasal à Staphylococcus aureus : Le portage nasal à Staphylococcus aureus : déterminants bactériens et déterminants d hôte Anne Tristan Centre de Biologie et de Pathologie Est CNR des staphylocoques LYON A. Histoire naturelle de la contamination

Plus en détail

Les Antibiotiques Mode d action Mécanismes de Résistance Les principales familles!"-lactamines Glycopeptides Aminosides Macrolides Quinolones

Les Antibiotiques Mode d action Mécanismes de Résistance Les principales familles!-lactamines Glycopeptides Aminosides Macrolides Quinolones Les Antibiotiques Mode d action Mécanismes de Résistance Les principales familles!"-lactamines Glycopeptides Aminosides Macrolides Quinolones Mars 2009 M. Archambaud Laboratoire Bactériologie-Hygiène CHU

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION OBJECTIFS SPECIFIQUES : EXPLIQUER L IMPORTANCE DE LA PREVENTION DE L INFECTION DANS LES SERVICES DE SOINS. DECRIRE LE CYCLE DE L INFECTION IDENTIFIER LES MOYENS

Plus en détail

Expositions microbiennes liées aux piscines Rapports d expertise collective de l Anses juin 2010 / janvier 2013

Expositions microbiennes liées aux piscines Rapports d expertise collective de l Anses juin 2010 / janvier 2013 Expositions microbiennes liées aux piscines Rapports d expertise collective de l Anses juin 2010 / janvier 2013 Françoise Enkiri Laboratoire d Hygiène de la Ville de Paris Académie Nationale de Pharmacie

Plus en détail

Les microbes, pour le meilleur et pour le pire

Les microbes, pour le meilleur et pour le pire Les microbes, pour le meilleur et pour le pire Questionnaire élaboré par André Bossus (Collège André-Chavanne) sur l exposition de Patrick Linder, Karl Perron et Candice Yvon. 1. L univers des microbes

Plus en détail

Université D Oran, Faculté de Médecine, Service D Histologie-Embryologie Dr Belarbi-Amar. Le virus. Les virus(acaryotes)

Université D Oran, Faculté de Médecine, Service D Histologie-Embryologie Dr Belarbi-Amar. Le virus. Les virus(acaryotes) Les virus(acaryotes) Le virus I-Généralités : Le virus (cellule acaryote) est une entité biologique incapable de se reproduire de façon autonome, nécessitant une cellule hôte, dont il utilise les constituants

Plus en détail

Dre Virginie Prendki. Hôpital des Trois Chêne Département de médecine interne, de réhabilitation et de gériatrie

Dre Virginie Prendki. Hôpital des Trois Chêne Département de médecine interne, de réhabilitation et de gériatrie Arthrites septiques Dre Virginie Prendki Hôpital des Trois Chêne Département de médecine interne, de réhabilitation et de gériatrie Formation approfondie en GERIATRIE 16 avril 2015 PLAN Epidémiologie Physiopathologie.

Plus en détail

Contexte. Partenariats. Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Contexte. Partenariats. Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Contexte Réunion des infirmières hygiénistes de l Inter-région Paris- Nord Paris 15 mai 2013 Béatrice CROZE Infirmière

Plus en détail

MALADIES AERODIFFUSEES

MALADIES AERODIFFUSEES MALADIES AERODIFFUSEES Les maladies aérodiffusées sont responsables d environ 25 à 50% de toute la pathologie qui demande une intervention chirurgicale. Une grande partie de celles-ci se caractérisent

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre)

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre) Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre) actualisation 2013 des recommandations ERG/EPC du HCSP Dr Karine Blanckaert

Plus en détail

Une bactérie hautement résistante est diagnostiquée chez un patient : que faire?

Une bactérie hautement résistante est diagnostiquée chez un patient : que faire? 8 e rencontre régionale destinée aux représentants des usagers des établissements de santé et aux associations d usagers de Picardie Une bactérie hautement résistante est diagnostiquée chez un patient

Plus en détail

Journée d étude : La santé mammaire

Journée d étude : La santé mammaire Journée d étude : La santé mammaire 02/12 Herve L analyse PCR, un outil pour le producteur et son vétérinaire E. Piraux Comité du lait Plan de l exposé 1. La PCR, c est quoi? 2. Caractéristiques de la

Plus en détail

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 3 ème Année de Médecine Session de juillet 2014 Question 1 (1 point) : Toute suspicion de brucellose doit être signalée au laboratoire réalisant

Plus en détail

"Maladie causée par la multiplication d'un micro-organisme chez une personne".

Maladie causée par la multiplication d'un micro-organisme chez une personne. LES INFECTIONS Définition d une Maladie Infectieuse chez l'homme : "Maladie causée par la multiplication d'un micro-organisme chez une personne". Il s agit de la rupture d un équilibre qui correspond au

Plus en détail

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE 1 - DIAGNOSTIC DIRECT : le virus ou un de ses constituants Virus: Microscopie électronique Antigène viral : - immunofluorescence - immunochromatographie - ELISa en plaque ADN

Plus en détail

16/ Infections chez l enfant

16/ Infections chez l enfant SEMESTRE 3 UE 2.5.S3 Processus inflammatoires et infectieux 16/ Infections chez l enfant I. Epidémiologie des maladies infectieuses en pédiatrie Mortalité infantile aux USA, 1870-1900 Enfant < 5 ans =

Plus en détail

Flore commensale, opportuniste, saprophyte, les réservoirs de microorganismes à l hôpital, les infections nosocomiales

Flore commensale, opportuniste, saprophyte, les réservoirs de microorganismes à l hôpital, les infections nosocomiales 23/04/2014 ROZALEN William L2 Agents infectieux, hygiène, aspects généraux Professeur P.E. Fournier Relecteur 2 6 pages Flore commensale, opportuniste, saprophyte, les réservoirs de microorganismes à l

Plus en détail

2. Les agents de maladies infectieuses

2. Les agents de maladies infectieuses 2. Les agents de maladies infectieuses 2a. Ce qui est un agent pathogène des plantes? Les organismes phytopathogènes sont pour la plupart les champignons, les bactéries, les nématodes, et les virus (il

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

Comment intégrer les résultats de la biologie moléculaire dans le traitement des endocardites infectieuses

Comment intégrer les résultats de la biologie moléculaire dans le traitement des endocardites infectieuses Comment intégrer les résultats de la biologie moléculaire dans le traitement des endocardites infectieuses Isabelle Podglajen,, MCU-PH, Bactériologie Hôpital Européen Georges Pompidou Mai 2007 Diagnostic

Plus en détail

La maîtrise de l hygiène du linge. Docteur Fabien Squinazi Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris

La maîtrise de l hygiène du linge. Docteur Fabien Squinazi Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris La maîtrise de l hygiène du linge Docteur Fabien Squinazi Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris De nouvelles maladies apparaissent, les germes s adaptent, des épidémies de maladies que

Plus en détail

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR 1 «Au lieu de s ingénier àtuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire»? PASTEUR Béatrice Allain-Cadre

Plus en détail

ED9 : Diagnostic Microbiologique des méningites et méningoencéphalites

ED9 : Diagnostic Microbiologique des méningites et méningoencéphalites UE9 agents infectieux mercredi 30 avril 2014 de 13h30 à 15h30 Ronéotypeur : Aurélie DOUAU Ronéolectrice : Mathilde Gibier ED9 : Diagnostic Microbiologique des méningites et méningoencéphalites 1 Sommaire

Plus en détail

Hémodialyse et Risque Infectieux

Hémodialyse et Risque Infectieux Hémodialyse et Risque Infectieux D.Nesa-EOHA / Réanimation Polyvalente MARS 2007 L hémodialyse L hémodialyse est un acte invasif qui impose un accès vasculaire itératif, soit sur fistule, soit sur cathéter.

Plus en détail

La virologie générale et médicale

La virologie générale et médicale 11/02/2015 (11h12h) BUJON Solène L2 (CR : Hamza Berguigua) AIH Pr de Lamballerie 10 pages La virologie générale et médicale Plan A. Structure des virus cycle I. Définition d un virus II. Les constituants

Plus en détail

Prévention des Maladies Infectieuses - Vaccinations - Lutte contre les Epidémies

Prévention des Maladies Infectieuses - Vaccinations - Lutte contre les Epidémies Prévention des Maladies Infectieuses - Vaccinations - Lutte contre les Epidémies Cours IFSI clinique 2010-2011 Maladies Infectieuses et Tropicales - S3 Dr Sébastien Gallien Service de Maladies Infectieuses

Plus en détail

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement Hygiène de base Formation 20.. Cours pour Etablissement Objectifs du cours Découvrir le vocabulaire spécifique à l hygiène Expliquer les mécanismes physiopathologiques d une infection Nommer les agents

Plus en détail

METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES

METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES PROCÉDURE METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES PG INF 011 v4 03/2014 1/7 MODIFICATIONS APPORTÉES Application des précautions complémentaires air ou gouttelettes, mars 2013 En cas de transfert

Plus en détail

Hygiène hospitalière Agents infectieux et écologie microbienne IFSI

Hygiène hospitalière Agents infectieux et écologie microbienne IFSI Hygiène hospitalière Agents infectieux et écologie microbienne IFSI Chaîne épidémiologique 1- Agents étiologiques - Bactéries - Virus - Champignons - Parasites - ATNC 2- Réservoirs - animés - inanimés

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIE GUIDE DES CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIE TRANSMISSIBLE DANS UNE COLLECTIVITE D'ENFANTS Conseil supérieur d'hygiène publique de France (Mars 2003) Combien de temps un enfant atteint d une varicelle

Plus en détail

CHAPITRE 5 : L Homme face aux micro-organismes

CHAPITRE 5 : L Homme face aux micro-organismes Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 5 : L Homme face aux micro-organismes Ce que je sais : L Homme utilise certains micro-organismes pour fabriquer certains aliments. Votre comportement

Plus en détail

La parvovirose canine

La parvovirose canine Fiche technique n 5 La parvovirose canine La parvovirose canine est une affection contagieuse très grave et souvent mortelle. Elle est l une des causes les plus fréquentes de diarrhées infectieuses chez

Plus en détail

Service de Parasitologie et de Mycologie médicales CHU d Amiens Chouaki.taieb@chu-amiens.fr MYCOLOGIE MEDICALE

Service de Parasitologie et de Mycologie médicales CHU d Amiens Chouaki.taieb@chu-amiens.fr MYCOLOGIE MEDICALE Service de Parasitologie et de Mycologie médicales CHU d Amiens Chouaki.taieb@chu-amiens.fr MYCOLOGIE MEDICALE Champignons ou Fungi eucaryotes (vrai noyau) (Protistes, Fungi, végétal, animal) hétérotrophes

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

mentaires en EHPAD : Quand les lever?

mentaires en EHPAD : Quand les lever? Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Réseau CEN T RE HO S PIT AL IE R LE MANS Les Précautions Complémentaires mentaires en EHPAD : Quand les lever? 2 ème Journée inter-régionale Prévention

Plus en détail

2ème PARTIE RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme face aux micro-organismes

2ème PARTIE RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme face aux micro-organismes 2ème PARTIE RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme face aux micro-organismes Louis Pasteur (1822-1895) : un des acteurs clés de la découverte des micro-organismes photographié

Plus en détail

Equilibres microbiens dans les Elevages

Equilibres microbiens dans les Elevages Equilibres microbiens dans les Elevages Tech&Bio Juin 2012 Gilles GROSMOND - Vétérinaire HIPPOLAB La vie sur la terre Apparition de l UNIVERS 13,7 Ga Apparition de la TERRE 5 Ga Apparition de la VIE Autoduplication

Plus en détail

Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine

Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine Le virus VIH Il fut découvert, en 1983, par l équipe de Luc Montagnier,

Plus en détail

Les agents infectieux et mécanismes d action sur l organisme humain

Les agents infectieux et mécanismes d action sur l organisme humain Les agents infectieux et mécanismes d action sur l organisme humain Pr Catherine Neuwirth Laboratoire de Bactériologie catherine.neuwirth@chu-dijon.fr LES AGENTS INFECTIEUX CLASSIFICATION INTRODUCTION

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

INFORMATIONS GENERLES

INFORMATIONS GENERLES Nature Echantillon/ Espèce animale Motif (non exhaustif) Maladie/ Recherche Méthode(s) appliquée(s) Par défaut SERUM Achat Brucellose, Sérologie EAT Brucellose, sérologie EAT+ELISA individuel. Prophylaxie

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

Microbiologie 2 CAP APR MME LAGRANGE PLP DU BUGEY - BELLEY janvier 2012. les toxi-infection alimentaires collectives

Microbiologie 2 CAP APR MME LAGRANGE PLP DU BUGEY - BELLEY janvier 2012. les toxi-infection alimentaires collectives les toxi-infection alimentaires collectives Objectif : Etre capable de caractériser les TIAC afin d être un acteur efficace de leur prévention 1. Analyse d une situation : Drame à Avignon L affaire a commencé

Plus en détail

ABRÉGÉ de. Pratiques de base Précautions additionnelles

ABRÉGÉ de. Pratiques de base Précautions additionnelles ABRÉGÉ de PRÉVENTION des INFECTIONS Pratiques de base Précautions additionnelles Cet abrégé, publié par la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec, est le résultat d une collaboration du

Plus en détail

Quand, Comment prescrire un antibiotique?

Quand, Comment prescrire un antibiotique? Quand, Comment prescrire un antibiotique? Dr. Hanène Tiouiri Benaïssa Usage rationnel des antibiotiques Société des sciences pharmaceutiques de Tunisie (S.S.P.T) Le 13 Octobre 2010 Les antibiotiques :

Plus en détail

Dr Laurence Lachaud, laurence.lachaud@univ montp1.fr MIE, année 2012 2013

Dr Laurence Lachaud, laurence.lachaud@univ montp1.fr MIE, année 2012 2013 MIE 20. Diagnostic et suivi des infections per placentaires (pathologie congénitale) et du per partum (infection néonatale): le bon usage des examens biologiques. I. OBJECTIFS Items ENC concernés : Item

Plus en détail

Focus sur la Tuberculose

Focus sur la Tuberculose Focus sur la Tuberculose 1. Définition C est une maladie infectieuse causée par des bacilles acido-alcoolo résistants (BAAR) appelés M. tuberculosis ou bacille de koch. Ces microorganismes sont également

Plus en détail

Bouche et IST. Pas de lien d intérêt pour cette présentation AJANA /SUMIV

Bouche et IST. Pas de lien d intérêt pour cette présentation AJANA /SUMIV Bouche et IST Pas de lien d intérêt pour cette présentation Le sexe oral Ne serait pas du sexe pour certains! > 70% Hommes, et 97 % HSH > 60 % femmes Est-ce qu il expose aux IST? Quels symptômes? Y a t'

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

Stratégie des examens de Laboratoire : les ectoparasitoses et les mycoses Module optionnel

Stratégie des examens de Laboratoire : les ectoparasitoses et les mycoses Module optionnel Stratégie des examens de Laboratoire : les ectoparasitoses et les mycoses Module optionnel Dr Nelly Contet-Audonneau Parasitologie-Mycologie CHU de Nancy n.contet-audonneau@chu-nancy.fr www.biomycologie.com

Plus en détail