PREFECTURE DE LA DROME

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PREFECTURE DE LA DROME"

Transcription

1 PREFECTURE DE LA DROME ENQUETE PUBLIQUE PREALABLE A LA DECLARATION D UTILITE PUBLIQUE DE L OPERATION DE RESTAURATION IMMOBILIERE DE L ILOT «MOUTON» A ROMANS-SUR-ISERE Mars 2015 Commissaire enquêteur : Yves Debouverie

2 2 Les travaux de réhabilitation d immeubles situés dans le centre historique de Romans (îlot «Mouton») dans le cadre d une opération de restauration immobilière (ORI) présentée par la ville ont fait l objet d une enquête publique préalable à leur déclaration d utilité publique par le préfet de la Drôme. Le présent document présente les conclusions personnelles et l avis du commissaire enquêteur qui a été chargé de conduire cette enquête. Il complète le rapport de l enquête publique mais constitue un document séparé. Le président du Tribunal administratif de Grenoble a désigné, par la décision n E /38 du 5 septembre 2014, M. Yves Debouverie en qualité de commissaire enquêteur pour cette enquête publique. Le préfet de la Drôme, par l arrêté n du 19 décembre 2014, a prescrit l ouverture de «l enquête publique préalable à la déclaration d utilité publique concernant les travaux de réhabilitation d immeubles, situés dans le centre historique de Romans-sur-Isère, îlot Mouton, dans le cadre d une opération de restauration immobilière (ORI), présentée par la ville» pour la période du 19 janvier au 6 février La publicité réglementaire a été faite. Pendant cette période, j ai assuré trois permanences en mairie de Romans-sur-Isère. L enquête n a pas soulevé de difficultés particulières. Au total, 9 personnes, y compris les représentants d une association de sauvegarde du patrimoine, ont émis des observations écrites ou orales (observations favorables ou défavorables, propositions ou questions) qui sont analysées dans le rapport avec les éléments de réponse produits par la commune de Romans-sur-Isère. Parmi ces personnes, figure également l un des deux propriétaires d immeubles concernés qui a exprimé, notamment, son désaccord sur le périmètre de l opération. Mes conclusions sont les suivantes. L opération de restauration immobilière (ORI) consiste, selon le code de l urbanisme, en des travaux ayant pour objectif la transformation des conditions d habitabilité d immeubles dégradés. La procédure prévoit que les travaux de réhabilitation (y compris, le cas échéant, des travaux de mise en valeur du patrimoine) et le délai de réalisation sont prescrits par la collectivité aux propriétaires des immeubles concernés. Si ceux-ci n exécutent pas les travaux, ils peuvent être expropriés. L ORI doit au préalable avoir été déclarée d utilité publique par le préfet après enquête publique. L ORI est donc une procédure coercitive à laquelle une collectivité peut recourir, par exemple, pour débloquer une situation lorsque les mesures incitatives s avèrent inefficaces. C est bien le cas de l ORI lancée par la commune de Romans-sur-Isère pour les immeubles de l îlot Mouton. Les travaux prévus dans le cadre de l ORI de l îlot Mouton ont pour objet de réhabiliter des immeubles vacants en déshérence pour remettre les logements sur le marché. L état de dégradation ressort clairement des expertises réalisées pour les besoins de l étude préalable de l ORI (2012/2013), ainsi que des expertises antérieures réalisées pour les besoins des procédures administratives de police (péril imminent, abandon manifeste, évacuation des lieux) ou dans le cadre des procédures judiciaires dont ont fait l objet la plupart des immeubles concernés.

3 3 La réhabilitation de ces logements et l arrivée de nouveaux résidents constituent à l évidence pour le centre ancien de Romans-sur-Isère un enjeu urbain (redynamiser un quartier qui présente à certains égards l image d un quartier sinistré), social (enrayer la paupérisation du quartier, rééquilibrer la mixité sociale grâce à de nouveaux habitants aux revenus plus élevés, diminuer le sentiment d insécurité ou d abandon) et économique (revitalisation de commerces de proximité qui ont déserté certaines rues). Par ailleurs, les travaux programmés ont également pour objet la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine historique et architectural des immeubles inclus dans le périmètre de l ORI. L îlot Mouton fait partie du centre historique de la ville, il est inclus dans l aire de mise en valeur de l architecture et du patrimoine (AVAP). La façade et la toiture sur rue de la «maison du Mouton», inscrites dans la liste supplémentaire des monuments historiques, sont menacées d effondrement à un point tel qu un périmètre de sécurité interdisant toute circulation dans la rue a dû être instauré. Les expertises attestent la présence d éléments patrimoniaux dans les autres immeubles et leur état de dégradation. La sauvegarde et la mise en valeur de ce patrimoine constituent donc un autre enjeu important pour la ville. Le développement du tourisme est, d ailleurs, un élément de revitalisation économique du centre ancien. La réhabilitation globale et pérenne de l îlot Mouton apparaît donc, tant en termes d habitat que de patrimoine, relever de l intérêt général. Le recours à une procédure coercitive (l ORI) est fondé sur l historique des actions engagées, sans succès, par les pouvoirs publics pour inciter les propriétaires à réaliser les travaux nécessaires. Ainsi, les discussions qui ont eu lieu avec les propriétaires pour leur proposer une assistance technique et des aides financières dans le cadre des OPAH 1 qui se sont succédé sur une vingtaine d années n ont pas abouti à la réalisation de travaux. De même, les mesures de police n ont pas permis de débloquer la situation. Dans ces conditions, l ORI, qui impose l exécution de travaux de réhabilitation et permet l expropriation en cas de défaut, constitue sans doute le seul moyen pour la collectivité de sortir d une situation qui ne peut plus durer. L utilité publique des travaux de réhabilitation dans le cadre de l ORI paraît donc justifiée. L objectif premier de cette procédure est toutefois d arriver à ce que les propriétaires actuels réalisent les travaux requis. Ceci suppose aussi des mesures incitatives. La dernière OPAH s est achevée en 2011 et a été remplacée par un autre dispositif dans lequel les subventions de l ANAH sont plus faibles et ciblées uniquement sur des logements locatifs sociaux. La possibilité d obtenir une réduction d impôts (Malraux) constitue une incitation offerte par l ORI, mais il n est pas sûr que les propriétaires actuels puissent en bénéficier. Compte tenu de la lourdeur des travaux à réaliser et de la rentabilité incertaine d une telle opération, il me paraît souhaitable que les aides qui ont été proposées aux propriétaires par le passé soient à nouveau proposées à l occasion de la prescription des travaux qui suivra la déclaration d utilité publique. Une telle proposition serait de nature à préserver de manière raisonnable les droits des propriétaires actuels, dans l hypothèse où ils souhaiteraient garder la propriété de leurs biens. 1 OPAH : opération programmée d amélioration de l habitat. L OPAH est l outil principal mis en œuvre conjointement par l ANAH et les collectivités pour réhabiliter les centres urbains dégradés.

4 4 La question d un éventuel changement de destination des immeubles du périmètre de l ORI a été évoquée. Compte tenu de la valeur architecturale et patrimoniale des immeubles, il paraît exclu de les raser, ce qui est d ailleurs formellement interdit par le règlement de l AVAP pour la majorité des immeubles. Par ailleurs, il n y a pas de projet d implantation d activités (bureau, services) au stade actuel. Le maintien de la destination actuelle des immeubles (habitation), qui constitue le fondement de l ORI, paraît donc justifié. L immeuble situé 37 rue de l Armillerie, même si son intérêt patrimonial est moins éminent que celui d autres immeubles de l îlot Mouton appartenant au même propriétaire et si son état intérieur est moins délabré, n en demeure pas moins, à en juger par l étude de l ORI, un immeuble dans lequel des travaux de réhabilitation importants doivent être réalisés, tant pour le rendre décemment habitable que pour préserver ses éléments architecturaux. Cet immeuble participe en outre à la cohérence du projet de réhabilitation globale de l îlot Mouton. Il paraît donc justifié qu il soit inclus dans le périmètre de l ORI en dépit de l avis contraire du propriétaire. La ville de Romans a indiqué que deux immeubles (l un étant déjà sa propriété, l autre appartenant à un organisme public HLM) qui font géographiquement partie de l îlot Mouton sans être inclus dans le périmètre de l ORI seront cédés au porteur d un projet de réhabilitation globale de l îlot. La cohérence globale du projet est ainsi garantie sans qu il soit nécessaire que les deux immeubles soient inclus dans le périmètre de l ORI. Par ailleurs, la ville de Romans a indiqué que le petit jardin inclus dans sa propriété précitée pourrait être ouvert à la vue des riverains, ce qui répond à une attente dans un quartier où les espaces verts font défaut. Dans l hypothèse où les propriétaires renonceraient à réaliser les travaux prescrits dans le cadre de l ORI, la commune devrait acquérir (à l amiable ou par expropriation) les immeubles concernés et supporter le déficit résiduel de l opération globale de restauration des immeubles. Compte tenu des estimations faites dans le cadre de l étude de l ORI, de la convention conclue avec un établissement public foncier et des recherches de financement en cours auprès d autres institutions, l ORI ne devrait pas générer un coût financier trop important pour le budget de la commune. L utilité publique d un projet doit être appréciée au regard du bilan de ses avantages et de ses inconvénients. Les avantages des travaux de restauration immobilière de l îlot Mouton (sauvegarde du patrimoine historique et architectural, redynamisation du quartier, rééquilibrage vers le haut de la mixité sociale, effet favorable sur la sécurité publique, effet favorable pour la revitalisation économique du quartier, effet favorable pour le développement du tourisme, ouverture à la vue des passants d un petit espace vert, suppression du périmètre de sécurité interdisant la circulation devant la façade de la maison du Mouton) me paraissent prévaloir en face de ses inconvénients (atteinte au droit de la propriété pour les propriétaires actuels des immeubles, nuisances liées aux travaux, coût financier limité pour la collectivité, accroissement possible des difficultés de stationnement dans les rues du quartier).

5 5 Dans ces conditions, j émets un avis favorable à la déclaration d utilité publique des travaux de réhabilitation dans le cadre de l opération de restauration immobilière (ORI) présentée par la ville de Romans-sur-Isère concernant des immeubles du centre historique (îlot Mouton). Je recommande toutefois qu il soit proposé aux propriétaires, lors de la prescription des travaux d utilité publique à réaliser, des aides financières ou fiscales équivalentes à celles qui ont pu leur être proposées dans le cadre de la dernière opération programmée d amélioration de l habitat (OPAH) Fait le 5 mars 2015, Yves Debouverie Commissaire enquêteur

OPERATION DE RESTAURATION IMMOBILIERE COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND RODEZ

OPERATION DE RESTAURATION IMMOBILIERE COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND RODEZ OPERATION DE RESTAURATION IMMOBILIERE COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND RODEZ Table des matières Préambule... 3 L Opération Programmée d Amélioration de l Habitat et de Renouvellement Urbain du centre

Plus en détail

POLITIQUE DE RENOVATION URBAINE «OPÉRATION CŒUR DE VILLE» AXE HABITAT

POLITIQUE DE RENOVATION URBAINE «OPÉRATION CŒUR DE VILLE» AXE HABITAT POLITIQUE DE RENOVATION URBAINE «OPÉRATION CŒUR DE VILLE» AXE HABITAT Conseil municipal 12 décembre 2011 Diagnostic préalable Les enseignements Les enseignements du diagnostic 65% des habitants du centre

Plus en détail

DROME AMENAGEMENT HABITAT. Enquête publique conjointe préalable à la déclaration d utilité publique et parcellaire

DROME AMENAGEMENT HABITAT. Enquête publique conjointe préalable à la déclaration d utilité publique et parcellaire PREFECTURE DE LA DROME VALENCE TRIBUNAL ADMINISTRATIF GRENOBLE DROME AMENAGEMENT HABITAT Réalisation d un programme d ensemble de logements locatifs sociaux et en accession à la propriété sur le territoire

Plus en détail

Elaboration du Plan Local d Urbanisme

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Département de la Corrèze Commune de SAINT-BONNET L ENFANTIER Elaboration du Plan Local d Urbanisme LE PADD : Projet d Aménagement et de Développement Durable «vu pour être annexé à la délibération en

Plus en détail

Les Outils Urbanistiques de la ville de Troyes :

Les Outils Urbanistiques de la ville de Troyes : Les Outils Urbanistiques de la ville de Troyes : Le Bouchon de Champagne est régi par de nombreux outils réglementaires afin de préserver au mieux son caractère particulier. Le Plan Local d Urbanisme (P.L.U.)

Plus en détail

PREEMPTION COMMERCIALE

PREEMPTION COMMERCIALE PREEMPTION COMMERCIALE CONSTAT : Le droit de préemption urbain permet à une collectivité territoriale de se substituer à l acquéreur lors de la vente de biens. Seuls, les biens immobiliers sont visés.

Plus en détail

OPERATION D AMENAGEMENT DU CENTRE DE TULLE

OPERATION D AMENAGEMENT DU CENTRE DE TULLE OPERATION D AMENAGEMENT DU CENTRE DE TULLE INTRODUCTION Dans le cadre d une convention publique d aménagement d une durée de 8 ans prorogée de deux ans, la SEMABL a été missionnée pour réaliser les projets

Plus en détail

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 PERENCHIES. Création d un nouveau quartier d habitat «site Belle vue»

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 PERENCHIES. Création d un nouveau quartier d habitat «site Belle vue» 2 AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 PERENCHIES Création d un nouveau quartier d habitat «site Belle vue» 4 Belle vue : le site Pérenchies Rue de la Prévôté Le site représente pour la commune

Plus en détail

1. Les définitions suivantes s appliquent pour l interprétation du présent règlement :

1. Les définitions suivantes s appliquent pour l interprétation du présent règlement : PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE RIMOUSKI RÈGLEMENT 871-2015 RÈGLEMENT SUR LA RECONDUCTION DU PROGRAMME D AIDE PROFESSIONNELLE POUR LA MISE EN VALEUR DU PATRIMOINE IMMOBILIER DE LA VILLE DE RIMOUSKI CONSIDÉRANT

Plus en détail

POLITIQUE EN FAVEUR DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL REGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES AU RAVALEMENT OBLIGATOIRE ET A LA RESTAURATION

POLITIQUE EN FAVEUR DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL REGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES AU RAVALEMENT OBLIGATOIRE ET A LA RESTAURATION POLITIQUE EN FAVEUR DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL REGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES AU RAVALEMENT OBLIGATOIRE ET A LA RESTAURATION Conformément à la délibération du 1 er juillet 2011, une aide municipale

Plus en détail

La Restauration immobilière. Du PRI loi du 4 aout 1962- à l ORI ordonnance du 8/12/ 2005

La Restauration immobilière. Du PRI loi du 4 aout 1962- à l ORI ordonnance du 8/12/ 2005 La Restauration immobilière Du PRI loi du 4 aout 1962- à l ORI ordonnance du 8/12/ 2005 Origines et objet La loi de 1962 : le PRI : une opération d aménagement foncier en alternative à la Rénovation urbaine;

Plus en détail

Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 10 juin 2010 DOSSIER DE PRESSE

Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 10 juin 2010 DOSSIER DE PRESSE Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 10 juin 2010 DOSSIER DE PRESSE Dispositions pour la réduction des nuisances en centre-ville Depuis près de 25

Plus en détail

La directrice des Archives de France. Mesdames et Messieurs les préfets

La directrice des Archives de France. Mesdames et Messieurs les préfets La directrice des Archives de France à Mesdames et Messieurs les préfets - à l attention de Mesdames et Messieurs les directeurs des archives départementales - à l attention de Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

VILLE DE MONTMAGNY OPERATION DE RENOVATION DU CENTRE ANCIEN 2006-2008 REGLEMENT D'ATTRIBUTION DE LA SUBVENTION COMMUNALE POUR LE RAVALEMENT

VILLE DE MONTMAGNY OPERATION DE RENOVATION DU CENTRE ANCIEN 2006-2008 REGLEMENT D'ATTRIBUTION DE LA SUBVENTION COMMUNALE POUR LE RAVALEMENT VILLE DE MONTMAGNY OPERATION DE RENOVATION DU CENTRE ANCIEN 2006-2008 REGLEMENT D'ATTRIBUTION DE LA SUBVENTION COMMUNALE POUR LE RAVALEMENT L'aide communale attribuée aux propriétaires occupants et bailleurs

Plus en détail

Pièces à joindre à une demande de PERMIS DE CONSTRUIRE pour une maison individuelle

Pièces à joindre à une demande de PERMIS DE CONSTRUIRE pour une maison individuelle page 1/5 1) Pièces obligatoires pour tous les dossiers PCMI1. Un plan de situation du terrain [Art. R. 431-7 a) du code de l urbanisme] Le plan de situation permet de Vous devez indiquer sur le plan son

Plus en détail

SUR L AVANT-PROJET DE DÉCRET ET ARRÊTÉS D EXÉCUTION

SUR L AVANT-PROJET DE DÉCRET ET ARRÊTÉS D EXÉCUTION AVIS A.1170 SUR L AVANT-PROJET DE DÉCRET ET ARRÊTÉS D EXÉCUTION RELATIFS AUX IMPLANTATIONS COMMERCIALES ADOPTÉ PAR LE BUREAU DU CESW LE 10 FÉVRIER 2014 PBx/PhC/FDe/CRi 2014/A.1170 PRÉAMBULE Afin d organiser

Plus en détail

S9 - REHABILITATION. http://www.arpege-architectures.com/s9-rehab2012 JF QUELDERIE REHABILITATION - 2012 1

S9 - REHABILITATION. http://www.arpege-architectures.com/s9-rehab2012 JF QUELDERIE REHABILITATION - 2012 1 j1 S9 - REHABILITATION http://www.arpege-architectures.com/s9-rehab2012 JF QUELDERIE REHABILITATION - 2012 1 Diapositive 1 j1 jfq; 01/10/2007 REHABILITATION PLANNING ET COURS Mercredi de 14H30-18H30. Salle

Plus en détail

RECOMMANDATION N 95-01

RECOMMANDATION N 95-01 RECOMMANDATION N 95-01 COMMUNE A LA COB ET AU CNC RELATIVE AUX METHODES À METTRE EN OEUVRE PAR LES EXPERTS CHARGES D ÉVALUER LES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (Bulletin

Plus en détail

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Devant le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre Dans le cadre de l examen du Code régissant

Plus en détail

Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012

Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012 Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012 La Médiatrice du cinéma est chargée de formuler son avis sur les propositions d engagements de

Plus en détail

AVIS D ENQUETE PUBLIQUE

AVIS D ENQUETE PUBLIQUE AVIS D ENQUETE PUBLIQUE PLAN LOCAL D URBANISME DE TOULOUSE METROPOLE, COMMUNE DE TOULOUSE Projet de Révision du PLU Le président de Toulouse Métropole informe qu une enquête publique relative au projet

Plus en détail

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE Principes fondateurs L es communes de BAUGE, MONTPOLLIN, PONTIGNE, SAINT MARTIN D ARCE, LE VIEIL- BAUGE, sont situées au centre du canton de Baugé. Partageant un passé historique

Plus en détail

CHARTE D ETHIQUE VIDEOPROTECTION

CHARTE D ETHIQUE VIDEOPROTECTION CHARTE D ETHIQUE VIDEOPROTECTION Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens et lutter contre le sentiment d insécurité, la Commune de Périgueux a mis en place un système de vidéoprotection.

Plus en détail

M me Françoise Sorieul Secrétaire M. Jacques Joli-Cœur Conseiller municipal et maire suppléant

M me Françoise Sorieul Secrétaire M. Jacques Joli-Cœur Conseiller municipal et maire suppléant PROCÈS-VERBAL de la huitième assemblée du Conseil de quartier du Vieux-Québec Cap- Blanc colline Parlementaire tenue le 24 septembre 2008, au Palais Montcalm, 995, Place d Youville, salle Café-spectacles,

Plus en détail

L ENJEU URBAIN DU RENOUVELEMENT DES PLANS DE SAUVEGARDE ET DE MISE EN VALEUR A PARIS

L ENJEU URBAIN DU RENOUVELEMENT DES PLANS DE SAUVEGARDE ET DE MISE EN VALEUR A PARIS L ENJEU URBAIN DU RENOUVELEMENT DES PLANS DE SAUVEGARDE ET DE MISE EN VALEUR A PARIS DROIT PUBLIC IMMOBILIER Construire le futur en préservant le passé est, depuis le 19 ème siècle, un enjeu majeur des

Plus en détail

Qu'est-ce que le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Marais? Pourquoi réviser le PSMV du Marais? Comment se déroule la procédure de révision?

Qu'est-ce que le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Marais? Pourquoi réviser le PSMV du Marais? Comment se déroule la procédure de révision? Révision du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Marais Sommaire Qu'est-ce que le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Marais? Pourquoi réviser le PSMV du Marais? Comment se déroule la procédure

Plus en détail

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris Charte anti-spéculative Entre la Ville de Paris Et. Préambule Un an après la signature du Pacte Logement pour tous en juin 2014, la Ville de Paris propose à ses partenaires propriétaires fonciers et aux

Plus en détail

sur le projet de modification de périmètres de protection d immeubles classés sur le territoire de la commune de Deauville

sur le projet de modification de périmètres de protection d immeubles classés sur le territoire de la commune de Deauville SEJOURNE Hubert Dossier n E 15000070 et 70B/14 Commissaire enquêteur Décision des 22/05 et 3/06/2015 4 rue de Feniton Département du Calvados 14111 LOUVIGNY hmc.sejourne@orange.fr CONCLUSIONS MOTIVEES

Plus en détail

Projet de loi n o 156

Projet de loi n o 156 PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 156 Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection et à la réhabilitation

Plus en détail

DEMANDE DE RÉVISION DU RÔLE D ÉVALUATION FONCIÈRE

DEMANDE DE RÉVISION DU RÔLE D ÉVALUATION FONCIÈRE Gouvernement du Québec CODE GÉOGRAPHIQUE Ministère des Affaires municipales et de la Métropole DEMANDE DE RÉVISION DU RÔLE D ÉVALUATION FONCIÈRE RÔLE MUNICIPALITÉ : VISÉ : (Ville, village, paroisse, etc.,

Plus en détail

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes :

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes : Section de l intérieur Avis n 370.169 18 mai 2004 Domaine public de l Etat Consistance et délimitation Cas de la mise à disposition de la Cinémathèque française de locaux acquis par l Etat - Affectation

Plus en détail

Restructurations. Analyse des besoins des élus. Réponses apportées par le cabinet VRILLAC. Cabinet Barbara VRILLAC- Avocat

Restructurations. Analyse des besoins des élus. Réponses apportées par le cabinet VRILLAC. Cabinet Barbara VRILLAC- Avocat Restructurations Plan de Sauvegarde de l Emploi Analyse des besoins des élus Réponses apportées par le cabinet VRILLAC Introduction Même si elles sont devenues fréquentes, les restructurations d entreprises

Plus en détail

Direction de l Administration Générale Service Juridique SOMMAIRE. Aperçu législatif : L Assermentation.

Direction de l Administration Générale Service Juridique SOMMAIRE. Aperçu législatif : L Assermentation. Direction de l Administration Générale Service Juridique BULLETIN D INFORMATIONS JURIDIQUES SOMMAIRE Aperçu législatif : L Assermentation. N 01 - Janvier 2009 1 L Assermentation L assermentation est une

Plus en détail

SYBARVAL. ENQUÊTE PUBLIQUE relative au DAC. Document d Aménagement Commercial

SYBARVAL. ENQUÊTE PUBLIQUE relative au DAC. Document d Aménagement Commercial Département de la Gironde Préfecture de la Gironde Syndicat Intercommunal du Bassin d Arcachon et du Val de l Eyre SYBARVAL ENQUÊTE PUBLIQUE relative au DAC Document d Aménagement Commercial du 17 décembre

Plus en détail

Requête présentée par le locataire pour obtenir un remboursement dû par le locateur

Requête présentée par le locataire pour obtenir un remboursement dû par le locateur Formule T1 Requête présentée par le locataire pour obtenir un remboursement dû par le locateur Directives Section A : Quand utiliser cette formule.. p. 1 Section B : Comment remplir cette formule p. 2

Plus en détail

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE Rôle du conseil d administration Le conseil est chargé de la gérance générale de la Société et chaque administrateur doit agir au mieux des

Plus en détail

FONCTIONNEMENT PRATIQUE DE LA CONVENTION D UNIDROIT DE 1995

FONCTIONNEMENT PRATIQUE DE LA CONVENTION D UNIDROIT DE 1995 FONCTIONNEMENT PRATIQUE DE LA CONVENTION D UNIDROIT DE 1995 CAMEROUN I. Données sur l application de la Convention d UNIDROIT (en se référant aux dispositions de celle-ci) 1. Ratification, approbation,

Plus en détail

CONVENTION DE SUBVENTIONNEMENT DES ACTIONS MENEES EN FAVEUR DE L ACCOMPAGNEMENT SOCIAL DES FAMILLES

CONVENTION DE SUBVENTIONNEMENT DES ACTIONS MENEES EN FAVEUR DE L ACCOMPAGNEMENT SOCIAL DES FAMILLES CONVENTION DE SUBVENTIONNEMENT DES ACTIONS MENEES EN FAVEUR DE L ACCOMPAGNEMENT SOCIAL DES FAMILLES ENTRE Le Département de l Isère, 7, rue Fantin Latour - BP 1096 38022 Grenoble cedex 1, représenté par

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/04/15 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

la Défense, le 27 juillet 2005 Le ministre à Mesdames et Messieurs les préfets de département Directions départementales de l équipement

la Défense, le 27 juillet 2005 Le ministre à Mesdames et Messieurs les préfets de département Directions départementales de l équipement Ministère des Transports, de l Equipement, du Tourisme, et de la Mer la Défense, le 27 juillet 2005 Le ministre à Mesdames et Messieurs les préfets de département Directions départementales de l équipement

Plus en détail

LILLE METROPOLE ÉLABORATION DU RÈGLEMENT LOCAL DE PUBLICITÉ

LILLE METROPOLE ÉLABORATION DU RÈGLEMENT LOCAL DE PUBLICITÉ AMÉNAGEMENT ET HABITAT NOVEMBRE 2013 LILLE METROPOLE ÉLABORATION DU RÈGLEMENT LOCAL DE PUBLICITÉ PRÉSENTATION SYNTHÉTIQUE Le projet de Règlement Local de Publicité de Lille Métropole La loi du 12 juillet

Plus en détail

2) Charte de suivi et d évaluation de la vidéosurveillance nocturne en cœur de ville du Mans

2) Charte de suivi et d évaluation de la vidéosurveillance nocturne en cœur de ville du Mans CONSEIL MUNICIPAL 4 Séance du 23 mai 2013 Charte de suivi et d'évaluation de la Vidéosurveillance nocturne Direction Solidarité Urbaine - Tranquillité Publique - Rapporteur(s) M. Christophe COUNIL 1 )

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC RÈGLEMENT NO 07-07 MUNICIPALITÉ DE CACOUNA

PROVINCE DE QUÉBEC RÈGLEMENT NO 07-07 MUNICIPALITÉ DE CACOUNA PROVINCE DE QUÉBEC RÈGLEMENT NO 07-07 MUNICIPALITÉ DE CACOUNA RÈGLEMENT CONCERNANT L ADOPTION D UN PROGRAMME DE REVITALISATION À L ÉGARD DE SECTEURS PARTICULIERS Considérant que ce Conseil estime opportun

Plus en détail

La SEM SEVE, représentée par Monsieur Jean-Luc DUMAY, Directeur, domicilié en cette qualité à la Mairie de chef lieu, 05100 Puy-Saint André,

La SEM SEVE, représentée par Monsieur Jean-Luc DUMAY, Directeur, domicilié en cette qualité à la Mairie de chef lieu, 05100 Puy-Saint André, Convention d occupation temporaire de la toiture D un hangar technique pour le service des ordures ménagères au lieu dit «pont la lame» à Puy Saint André en vue d installer et d exploiter des panneaux

Plus en détail

Délibération au Conseil Municipal du lundi 21 janvier 2013

Délibération au Conseil Municipal du lundi 21 janvier 2013 Délibération au Conseil Municipal du lundi 21 janvier 2013 6 Renouvellement de la convention de partenariat entre l'association Eco- Quartier Strasbourg et la Ville de Strasbourg. L association Eco-Quartier

Plus en détail

HSP/GC/25/5/Add.1 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains

HSP/GC/25/5/Add.1 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains NATIONS UNIES HSP HSP/GC/25/5/Add.1 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains Distr. générale 2 avril 2015 Français Original : anglais Vingt-cinquième session

Plus en détail

Adopté le 3 mars 2008

Adopté le 3 mars 2008 PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAVAL MISE EN GARDE : Cette codification a été préparée uniquement pour la commodité du lecteur et n a aucune valeur officielle. Aucune garantie n est offerte quant à l exactitude

Plus en détail

ANNEXE QC-177. Processus d acquisition des 4 propriétés visées par le Projet

ANNEXE QC-177. Processus d acquisition des 4 propriétés visées par le Projet ANNEXE QC-177 Processus d acquisition des 4 propriétés visées par le Projet EXTENSION DE LA MINE AURIFÈRE CANADIAN MALARTIC ET DÉVIATION DE LA ROUTE 117 À L ENTRÉE EST DE LA VILLE DE MALARTIC PROCESSUS

Plus en détail

Conclusions du commissaire enquêteur relatives à l enquête parcellaire

Conclusions du commissaire enquêteur relatives à l enquête parcellaire COLONNA D ISTRIA Raphaël La Piuvanaccia 20167 Appietto Commissaire Enquêteur Enquêtes publiques conjointes de droit commun préalable à la Déclaration d Utilité Publique relative à l instauration de périmètres

Plus en détail

Délibération du Conseil Municipal du lundi 7 décembre 2009

Délibération du Conseil Municipal du lundi 7 décembre 2009 Délibération du Conseil Municipal du lundi 7 décembre 2009 20 Projets de transactions immobilières de la CUS sur le territoire de la Ville de Strasbourg (avis du Conseil municipal - Art. L 5211-57 du CGCT).

Plus en détail

CHARTE DEPARTEMENTALE DE SIGNALISATION D INFORMATION LOCALE

CHARTE DEPARTEMENTALE DE SIGNALISATION D INFORMATION LOCALE CHARTE DEPARTEMENTALE DE SIGNALISATION D INFORMATION LOCALE Janvier 2015 PRÉAMBULE La loi Engagement National pour l Environnement du 12 juillet 2010, complétée par le décret du 30 janvier 2012 a fait

Plus en détail

PRIX «NOS MOULINS ONT DE L AVENIR»

PRIX «NOS MOULINS ONT DE L AVENIR» PRIX «NOS MOULINS ONT DE L AVENIR» ÉDITION 2014 Concours ouvert aux collectivités territoriales, associations et propriétaires privés Dossier de candidature Date limite de dépôt des candidatures : 30 septembre

Plus en détail

CHARTE DEPARTEMENTALE DE SIGNALISATION D INFORMATION LOCALE

CHARTE DEPARTEMENTALE DE SIGNALISATION D INFORMATION LOCALE CHARTE DEPARTEMENTALE DE SIGNALISATION D INFORMATION LOCALE Janvier 2015 PRÉAMBULE La loi Engagement National pour l Environnement du 12 juillet 2010, complétée par le décret du 30 janvier 2012 a fait

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. Préface 7. Le bail à loyer en 2009 : à la croisée des chemins 9

Table des matières. Sommaire 5. Préface 7. Le bail à loyer en 2009 : à la croisée des chemins 9 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Béatrice Compagnion Le bail à loyer en 2009 : à la croisée des chemins 9 Nicolas Bernard Introduction 9 Section 1. La loi du 27 décembre 2006 : enregistrement du

Plus en détail

RÈGLEMENT N VA-656 CRÉANT UN PROGRAMME DE REVITALISATION DE BÂTIMENTS DU CENTRE- VILLE ET DE CERTAINS SECTEURS COMMERCIAUX DE LA VILLE D AMOS

RÈGLEMENT N VA-656 CRÉANT UN PROGRAMME DE REVITALISATION DE BÂTIMENTS DU CENTRE- VILLE ET DE CERTAINS SECTEURS COMMERCIAUX DE LA VILLE D AMOS PROVINCE DE QUÉBEC VILLE D'AMOS RÈGLEMENT N VA-656 CRÉANT UN PROGRAMME DE REVITALISATION DE BÂTIMENTS DU CENTRE- VILLE ET DE CERTAINS SECTEURS COMMERCIAUX DE LA VILLE D AMOS CONSIDÉRANT QUE l une des orientations

Plus en détail

OPERATION DE MISE EN VALEUR DES CENTRES ANCIENS

OPERATION DE MISE EN VALEUR DES CENTRES ANCIENS COMMUNAUTE DE COMMUNES DES ALBERES ET DE LA CÔTE VERMEILLE OPERATION DE MISE EN VALEUR DES CENTRES ANCIENS REGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES D ACCOMPAGNEMENT A Principes d attribution des subventions B

Plus en détail

L'établissement public du palais de justice de Paris

L'établissement public du palais de justice de Paris L'ÉTABLISSEMENT PUBLIC DU PALAIS DE JUSTICE DE PARIS 113 L'établissement public du palais de justice de Paris La Cour des comptes a contrôlé à plusieurs reprises les projets immobiliers des services judiciaires

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU COMITÉ... 1 2. MEMBRES DU COMITÉ... 1 3. PRÉSIDENT DU COMITÉ... 2 4. DURÉE DU MANDAT DE CHAQUE MEMBRE... 2 5. QUORUM, DESTITUTION ET POSTES

Plus en détail

Code de déontologie de l USPI Genève- Edition 2004. Code de déontologie de l USPI Genève

Code de déontologie de l USPI Genève- Edition 2004. Code de déontologie de l USPI Genève Code de déontologie de l USPI Genève Edition 2004 1 PREAMBULE 3 REGLES GENERALES 3 RELATIONS AVEC LE PUBLIC 3-4 RELATIONS AVEC LA CLIENTELE 4-5 RELATIONS AVEC LES CONFRERES 5-7 2 Code de déontologie de

Plus en détail

LES PERSONNES PUBLIQUES ET LA CONVENTION D OCCUPATION PRECAIRE COMMENT EVITER LE RISQUE DE LA REQUALIFICATION EN BAIL COMMERCIAL?

LES PERSONNES PUBLIQUES ET LA CONVENTION D OCCUPATION PRECAIRE COMMENT EVITER LE RISQUE DE LA REQUALIFICATION EN BAIL COMMERCIAL? LES PERSONNES PUBLIQUES ET LA CONVENTION D OCCUPATION PRECAIRE COMMENT EVITER LE RISQUE DE LA REQUALIFICATION EN BAIL COMMERCIAL? Il résulte des dispositions de l article L. 145-2, I- 4 du Code de commerce

Plus en détail

Guide pratique de la phase administrative de l expropriation

Guide pratique de la phase administrative de l expropriation PRÉFET DE MEURTHE-ET-MOSELLE Guide pratique de la phase administrative de l expropriation Au profit des collectivités territoriales ou de leurs groupements Préfecture de Meurthe-et-Moselle Direction de

Plus en détail

fiche de cas n 18 Règles générales concernant les enseignes

fiche de cas n 18 Règles générales concernant les enseignes Réglementation relative à la publicité applicable au 1er juillet 2012 Présentation adaptée à la configuration démographique du département de la Manche Les autorisations nécessaires Article L581-18 du

Plus en détail

le conseil municipal de la Ville de Sainte-Anne

le conseil municipal de la Ville de Sainte-Anne VILLE DE SAINTE-ANNE-DE-BELLEVUE PROVINCE DE QUÉBEC RÈGLEMENT NUMÉRO 763 RELATIF AUX PROJETS PARTICULIERS DE CONSTRUCTION, DE MODIFICATION OU D OCCUPATION D UN IMMEUBLE APPLICABLES À LA ZONE H-8. ATTENDU

Plus en détail

Statuts Roche Holding SA

Statuts Roche Holding SA Statuts Roche Holding SA 4 mars 2008 I. Raison sociale, but, siège et durée de la société 1 Sous la raison sociale «Roche Holding AG» «Roche Holding SA» «Roche Holding Ltd» existe une société anonyme qui

Plus en détail

Municipalité des Cèdres Service de l urbanisme. Fiche de présentation Règlement programme d aide à la rénovation

Municipalité des Cèdres Service de l urbanisme. Fiche de présentation Règlement programme d aide à la rénovation Municipalité des Cèdres Service de l urbanisme Fiche de présentation Règlement programme d aide à la rénovation Les textes suivants sont fournis à titre d information seulement. Ils ne remplacent ni les

Plus en détail

CONCLUSIONS MOTIVEES ET AVIS

CONCLUSIONS MOTIVEES ET AVIS Préfecture de MACON Tribunal Administratif de DIJON ENQUETE PUBLIQUE Relative à la demande d autorisation d exploiter, au titre des installations classées pour la protection de l environnement, une installation

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

Municipalité d Ormstown 71-2012 RÈGLEMENT AUTORISANT UN PROGRAMME DE REVITALISATION. AVIS DE MOTION : 6 février 2012. ADOPTÉ LE : 2 avril 2012

Municipalité d Ormstown 71-2012 RÈGLEMENT AUTORISANT UN PROGRAMME DE REVITALISATION. AVIS DE MOTION : 6 février 2012. ADOPTÉ LE : 2 avril 2012 Municipalité d Ormstown 71-2012 RÈGLEMENT AUTORISANT UN PROGRAMME DE REVITALISATION AVIS DE MOTION : 6 février 2012. ADOPTÉ LE : 2 avril 2012 ENTRÉ EN VIGUEUR : 2 avril 2012 qu aux termes des articles

Plus en détail

Circulaire du 4 septembre 2009

Circulaire du 4 septembre 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat NOR : BCFF0920191C Circulaire du 4 septembre 2009 relative à l organisation, aux attributions

Plus en détail

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Textes de référence : articles L.225-38, L.225-39, L.225-40, L.225-96, L.225-98, L.225-100, L.225-102-1 L.225-105,

Plus en détail

Convention de Partenariat Plan Climat Air énergie Territorial

Convention de Partenariat Plan Climat Air énergie Territorial Convention de Partenariat Plan Climat Air énergie Territorial Plan de soutien aux actions de maîtrise de la demande énergétique de l habitat particulier Entre la Communauté urbaine du Grand Nancy, domiciliée

Plus en détail

Fous de Patrimoine Saison 3 2015 Règlement de l appel à projets

Fous de Patrimoine Saison 3 2015 Règlement de l appel à projets Fous de Patrimoine Saison 3 2015 Règlement de l appel à projets TABLE DES MATIERES «Fous de patrimoine», Une campagne de levée de fonds participative et innovante... 1 Définition :... 1 Principe :... 2

Plus en détail

MODALITES D'OBTENTION D'UNE AUTORISATION DE STATIONNEMENT

MODALITES D'OBTENTION D'UNE AUTORISATION DE STATIONNEMENT FICHE N 1 MODALITES D'OBTENTION D'UNE AUTORISATION DE STATIONNEMENT - Code des transports. - Décret n 95-935 du 17 août 1995 modifié REPRISE D UNE ADS A TITRE ONEREUX REPRISE D UNE AUTORISATION NON CESSIBLE

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES

COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES Strasbourg, le 17 février 2010 GVT/COM/I(2010)001 COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES Commentaires du Gouvernement des Pays-Bas sur le premier avis du

Plus en détail

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE BOURG DE THIZY, LA CHAPELLE DE MARDORE, MARDORE, MARNAND, THIZY CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE PRINCIPES FONDATEURS Les communes de BOURG DE THIZY, LA CHAPELLE DE MARDORE, MARDORE, MARNAND et THIZY ont

Plus en détail

Offre d achat immeuble à revenus*

Offre d achat immeuble à revenus* Offre d achat immeuble à revenus* (usage résidentiel seulement) 1. IDENTIFICATION DES PARTIES ACHETEUR 1 : ACHETEUR 2 : VENDEUR 1 : Ci-après l «Acheteur» VENDEUR 2 : 2. OBJET DU CONTRAT Ci-après le «Vendeur»

Plus en détail

RESEAU pour PERSONNES AGEES du PAYS LUNEVILLOIS

RESEAU pour PERSONNES AGEES du PAYS LUNEVILLOIS RESEAU pour PERSONNES AGEES du PAYS LUNEVILLOIS Réseau pour Personnes Agées du Pays Lunévillois Statuts Page 1 Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Paris, le 28 avril 2015 Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83 Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision n MDE-2013-83 du 22 avril 2013 relative la scolarisation d un enfant porteur de handicap Domaine(s) de compétence

Plus en détail

ASSOCIATION DES GITES RURAUX DE FRANCE ET DU TOURISME VERT DE L AUDE

ASSOCIATION DES GITES RURAUX DE FRANCE ET DU TOURISME VERT DE L AUDE ASSOCIATION DES GITES RURAUX DE FRANCE ET DU TOURISME VERT DE L AUDE Article 1 - Forme juridique L association des Gîtes Ruraux de France et du Tourisme Vert de L Aude est une association régie par la

Plus en détail

Charte de la Commune Nouvelle AUDIERNE-ESQUIBIEN

Charte de la Commune Nouvelle AUDIERNE-ESQUIBIEN Charte de la Commune Nouvelle AUDIERNE-ESQUIBIEN Modifiée suite aux remarques des Conseils Municipaux du 8 Juillet 2015 Projet de charte élaboré par le groupe de travail composé de : Joseph Evenat, Didier

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire-Atlantique et

Plus en détail

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées?

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? pratiques [comité d entreprise] Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? Les activités sociales et culturelles du comité d entreprise sont principalement financées par une contribution

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO L-11001 Codification administrative

RÈGLEMENT NUMÉRO L-11001 Codification administrative PROVINCE DE QUEBEC VILLE DE LAVAL MISE EN GARDE : Cette codification a été préparée uniquement pour la commodité du lecteur et n a aucune valeur officielle. Aucune garantie n est offerte quant à l exactitude

Plus en détail

RESUME ANONYMISE DE LA DECISION

RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Paris, le 7 mai 2013 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision n MDE-2013-92 du 7 mai 2013 relative à la scolarisation en classe primaire d enfants demeurant dans des campements illicites Champ : Enfance

Plus en détail

Règlement d attribution de logements communaux

Règlement d attribution de logements communaux Régie foncière de la Commune d Evere Page 1 de 7 Règlement d attribution de logements communaux Approuvé par le Conseil Communal d Evere en séance du 25. 04. 2013. Article 1 : Objet Le présent règlement

Plus en détail

COMMUNE DE MASSONGY Haute-Savoie. Procès-verbal de la réunion du Conseil Municipal

COMMUNE DE MASSONGY Haute-Savoie. Procès-verbal de la réunion du Conseil Municipal P a g e : 2 0 1 5 10 COMMUNE DE MASSONGY Haute-Savoie Procès-verbal de la réunion du Conseil Municipal Séance du 13 janvier 2015 du Conseil Municipal de la Commune de MASSONGY, convoqué le 5 janvier 2015

Plus en détail

Quadrilatère St-Laurent

Quadrilatère St-Laurent Quadrilatère St-Laurent Mémoire présenté à l attention de l Office de consultation publique de Montréal Par Alain Vranderick Juin 2009 Introduction Étant résidant de la grande région métropolitaine de

Plus en détail

Les contreparties. Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local.

Les contreparties. Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local. Avril 2005 Les contreparties Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local. L implication du 1% Logement dans le renouvellement urbain ne se limite pas au

Plus en détail

Réglementation des enseignes, préenseignes et publicités

Réglementation des enseignes, préenseignes et publicités Réglementation des enseignes, préenseignes et publicités Les objectifs La réglementation nationale vise à permettre la liberté de l affichage tout en assurant la protection du cadre de vie et des paysages.

Plus en détail

CAMPAGNE DE RAVALEMENT DE FACADES REGLEMENT

CAMPAGNE DE RAVALEMENT DE FACADES REGLEMENT CAMPAGNE DE RAVALEMENT DE FACADES REGLEMENT Règlement d octroi de la prime d aide aux travaux de ravalement de façades et d isolation thermique par l extérieur (ITE) PREAMBULE Par délibération du 19 décembre

Plus en détail

La lettre du. Le repos dominical obligatoire dans le commerce date de 1906.

La lettre du. Le repos dominical obligatoire dans le commerce date de 1906. La lettre du N 9 Décembre 2009 Travail du dimanche Le travail dominical a toujours été un sujet controversé, porteur d une réflexion relative aux transformations sociales et culturelles de la société,

Plus en détail

Février 2016 LA CONVENTION AERAS S ASSURER ET EMPRUNTER AVEC UN RISQUE AGGRAVÉ DE SANTÉ

Février 2016 LA CONVENTION AERAS S ASSURER ET EMPRUNTER AVEC UN RISQUE AGGRAVÉ DE SANTÉ Février 2016 LA CONVENTION AERAS S ASSURER ET EMPRUNTER AVEC UN RISQUE AGGRAVÉ DE SANTÉ Vous trouverez, dans ce dépliant, une information sur la convention AERAS, révisée au 2 septembre 2015, qui permet

Plus en détail

Annexes Modèle d avis de constat d abandon à notifier aux descendants ou successeurs du concessionnaire Référence : Article R. 2223-13 du CGCT (pas applicable en PF) Observations : L état d abandon est

Plus en détail

Le taux de la réduction d'impôt diffère selon la zone de protection concernée. Il est égal à :

Le taux de la réduction d'impôt diffère selon la zone de protection concernée. Il est égal à : Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le dispositif Malraux Le dispositif «Malraux» est un outil de défiscalisation

Plus en détail

ARRETE N 11-073 PORTANT REGLEMENT DE LA PUBLICITE. Le Maire de la commune de Massongy,

ARRETE N 11-073 PORTANT REGLEMENT DE LA PUBLICITE. Le Maire de la commune de Massongy, MAIRIE DE MASSONGY 74140 - HAUTE-SAVOIE page 2011/ ARRETE N 11-073 PORTANT REGLEMENT DE LA PUBLICITE Le Maire de la commune de Massongy, VU le Code de l Environnement et notamment ses articles L. 581-1

Plus en détail

Dossier et pièces à envoyer en deux exemplaires à votre délégué local

Dossier et pièces à envoyer en deux exemplaires à votre délégué local DOSSIER PREALABLE AU LANCEMENT D UNE CAMPAGNE DE MECENAT POPULAIRE Organisation d une souscription publique à destination des collectivités et associations www.fondation-patrimoine.com Dossier et pièces

Plus en détail

L opération Breteuil - Ségur. Avenue de Ségur. 12 juin 2015. Villa de Saxe. Villa de Ségur. Avenue Duquesne. Avenue de Breteuil

L opération Breteuil - Ségur. Avenue de Ségur. 12 juin 2015. Villa de Saxe. Villa de Ségur. Avenue Duquesne. Avenue de Breteuil L opération Breteuil - Ségur 12 juin 2015 Avenue de Ségur Villa de Saxe Villa de Ségur Avenue de Breteuil Avenue Duquesne UNE ÉQUIPE AU SERVICE D UN PROJET Covéa Immobilier : Société de Groupe d Assurance

Plus en détail

Les membres présents forment le quorum et déclarent avoir reçu l avis de convocation.

Les membres présents forment le quorum et déclarent avoir reçu l avis de convocation. CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINTE-IRÈNE Sainte-Irène, le 13 janvier 2014 Procès-verbal de la séance extraordinaire du conseil municipal, vendredi, 10 janvier 2014 à 17 h 30 au centre municipal

Plus en détail

Délibération n 2009-231 du 8 juin 2009. Origine Gens du Voyage Education Recommandations Présentations des Observation

Délibération n 2009-231 du 8 juin 2009. Origine Gens du Voyage Education Recommandations Présentations des Observation Délibération n 2009-231 du 8 juin 2009 Origine Gens du Voyage Education Recommandations Présentations des Observation La haute autorité a été saisie de deux réclamations relatives aux refus de scolarisation

Plus en détail