Directives en matières de préventions des infections nosocomiales.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Directives en matières de préventions des infections nosocomiales."

Transcription

1 Directives en matières de préventions des infections nosocomiales. MINISTERE DE LA SANTE REPUBLIQUE DU MALI * * * * * Un Peuple- Un But- Une Foi SECRETARIAT GENERAL * * * * * * * * * * DIRECTION NATIONALE DE LA SANTE * * * * * Projet Multisectoriel de Lutte Contre le Sida

2 SOMMAIRE PREFACE... ii INTRODUCTION :... 1 A. DEFINITIONS DE TERMES... 2 B. LES MESURES DE PREVENTION DES INFECTIONS NOSOCOMIALES... 3 I. Les mesures individuelles... 3 II. Mesures collectives... 8 ANNEXES TABLEAU 1 : TECHNIQUE DE LAVAGE DES MAINS TABLEAU 2 : LISTE DE FORMULES POUR LA CONVERSION TABLEAU 3 : METHODES DE DECONTAMINATION i

3 PREFACE Bien que des efforts importants ont été déployés dans le cadre de l amélioration des conditions d hygiène et de salubrités dans nos structures sanitaires, il reste encore des défis à relever. Ainsi dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Décennal de Développement Sanitaire et Social (PDDSS) et du PRODESS la Direction Nationale de la Santé a entrepris une série d actions s inscrivant dans le cadre de l hygiène hospitalière et de la prévention des infections en milieu de soins à savoir : Etudes (02) sur la gestion des déchets biomédicaux Etude sur l hygiène hospitalière Elaboration de Plan de gestion des déchets biomédicaux Mise en place de dispositifs de gestion des déchets biomédicaux des structures de santé (incinérateurs, matériels de collecte des déchets biomédicaux, formation des intervenants, supervision, ) Elaboration d un plan sur l hygiène hospitalière Bien qu un certain nombre d activités soit mis en œuvre dans le domaine de l hygiène hospitalière, force est de reconnaître que les conditions d hygiène dans nos structures sanitaires n excluent pas le risque de transmission d infections. Cette situation résulte en grande partie entre autres : de la présence et circulation d un nombre important de microorganisme sur un petit espace; une population susceptible de faire la maladie (affaiblissement des défenses naturelles surtout des malades) un nombre de plus en plus croissant d actes invasifs; une absence ou faiblesse du dispositif de prévention des infections les comportements à risque aussi bien des patients et leurs accompagnants que ceux du personnel de santé faibles ressources allouées à la résolution des problèmes d hygiène et de salubrité dans les structures de soins. et qu il faut absolument minimiser afin de limiter les conséquences socioéconomiques de ce type d infections invalidantes voire mortelles. Dans le souci d une prévention durable et efficace des infections nosocomiales, la Direction Nationale de la Santé à travers sa Division Hygiène Publique et Salubrité avec le soutien du Projet Multisectoriel de Lutte contre le SIDA et l appui technique de l OMS a élaboré des Directives en matière de prévention des infections nosocomiales. ii

4 INTRODUCTION Bien que les infections nosocomiales soient peu connues du public, elles constituent selon l OMS l une des principales causes de morbidité et de mortalité chez les patients hospitalisés avec ses conséquences socio-économiques. Ainsi dans le cadre de la prévention desdites infections, la Direction nationale de la Santé avec le concours du Projet Multisectoriel de Lutte contre le SIDA et l appui de l OMS a élaboré des directives à l intention du personnel des établissements de santé. Ces directives donnent des instructions pratiques qui portent essentiellement sur : i) les mesures individuelles (le lavage des mains, le port de gants, de blouses, bottes et de lunettes, etc...) ; ii) les mesures collectives: le traitement du matériel et de l équipement servant aux soins des patients (la décontamination, le nettoyage, la désinfection et la stérilisation) ; le nettoyage et l entretien des locaux, de la lingerie et de la literie; la gestion des déchets. Division Hygiène Publique & Salubrité/Direction Nationale de la Santé. 1

5 A. DEFINITIONS DE TERMES Infection nosocomiale : Une infection est dite nosocomiale si elle apparaît au cours ou à la suite d une hospitalisation et si elle était absente à l admission à l hôpital ou au centre de santé. Lorsque la situation précise à l admission n est pas connue, un délai d au moins 48 Heures après l admission (ou un délai supérieur à la période d incubation lorsque celle-ci est connue) est communément accepté pour distinguer une infection d acquisition nosocomiale d une infection communautaire. Pour les infections du site opératoire, on considère comme nosocomiales les infections survenues dans les 30 jours suivants l intervention, ou, s il y a mise d implant ou d une prothèse, dans l année qui suit l intervention. Les principaux types d infections liées aux sites sont : o urinaire o pulmonaire o sanguine o opératoire o cathéter Décontamination : C est le procédé qui rend les objets moins dangereux à manipuler par le personnel, notamment le personnel d entretien avant le nettoyage. Ces objets comprennent les surfaces importantes (par exemple table d examen gynécologique ou table d opération), les instruments chirurgicaux, le linge et les gants contaminés par du sang ou d autres liquides organiques pendant ou après les interventions. Nettoyage : C est l opération qui consiste à enlever physiquement tout le sang, les liquides organiques ou tout autre corps étranger visible à l œil nu, comme la poussière ou la saleté, présents sur la peau ou sur des objets inanimés. Désinfection : C est l opération qui permet d éliminer en grande partie mais pas en totalité les microorganismes vecteurs de maladies. Une désinfection de haut niveau (DHN) par ébullition ou par produits chimiques élimine tous les micro-organismes, à l exception de certaines endospores bactériennes. Stérilisation : C est le procédé qui élimine complètement tous les micro-organismes (bactéries, virus, champignons et parasites) y compris les endospores bactériennes qui se trouvent sur les objets inanimés. Division Hygiène Publique & Salubrité/Direction Nationale de la Santé. 2

6 B. LES MESURES DE PREVENTION DES INFECTIONS NOSOCOMIALES I. Les mesures individuelles 1.1. Lavage des mains : Le lavage des mains est la mesure la plus importante pour la prévention des infections. Pour un bon lavage des mains, il faut utiliser une quantité suffisante de savon, frotter les mains ensemble pour créer une friction et les rincer sous l eau courante. L action mécanique du lavage, du rinçage et du séchage permet d éliminer la plupart des bactéries transitoires qui sont présentes sur la peau. L efficacité du lavage des mains dépend essentiellement de sa durée et de la technique employée. Il existe trois méthodes de lavage des mains : le lavage simple le lavage hygiénique ou antiseptique le lavage chirurgical a) Le lavage courant des mains : Retirer les bijoux, ne pas porter de vernis à ongles ni d ongles artificiels Bien mouiller les mains. Se savonner les mains avec un savon ordinaire (antiseptique n est pas nécessaire.) Frotter vigoureusement toutes les zones des mains et des doigts pendant 20 secondes, en faisant particulièrement attention aux ongles et entre les doigts. Rincer soigneusement les mains avec de l eau propre. Sécher les mains avec un papier absorbant ou une serviette individuelle propre et sèche ou sécher à l air. Suspendre la serviette Utiliser une serviette en papier pour fermer le robinet s il n y a pas de système de pédale de commande ou de commande automatique. Le lavage courant des mains est obligatoire dans les circonstances suivantes : 1. à la prise de service 2. avant de manipuler des matériels propres 3. avant de préparer, de manipuler, de servir ou de manger des aliments et avant de nourrir un patient ; 4. entre deux malades 5. lorsque les mains sont visiblement souillées 6. après avoir été aux toilettes ou s être mouché ; 7. après avoir retiré les gants. Division Hygiène Publique & Salubrité/Direction Nationale de la Santé. 3

7 b. Lavage antiseptique des mains : Solution à base d alcool pour le lavage antiseptique : Ajouter de la glycérine ou du sorbitol à l alcool (2 ml dans 100 ml de solution d alcool éthylique ou isopropylique à 70 ). Employer 5 ml par application et continuer à frotter la solution sur les mains jusqu à ce qu elles soient sèches (15-30 secondes). Elle constitue une alternative valable : o en situation d urgence, o entre deux patients, o là ou le lavage des mains n est pas possible. c) Le lavage chirurgical : Aussi appelé la désinfection chirurgicale des mains, il comprend : o la préparation o le lavage et la désinfection des mains o le séchage des mains Préparation : Retirer les bijoux et les montres avant de se laver les mains afin de déloger les microorganismes. Les ongles doivent être courts et lisses. Lavage et désinfection des mains Il existe 2 techniques de lavage chirurgical des mains : le lavage avec un savon désinfectant et la friction avec un désinfectant alcoolique (ex : 2 ml de glycérine ml d alcool à 7O ) Les deux types de lavage chirurgical des mains : Le lavage chirurgical des mains avec un savon désinfectant Lors du lavage chirurgical des mains avec un savon désinfectant, les temps de contact sont déterminés en fonction du produit utilisé. Il s effectue en 2 temps : 1 er temps : mouiller les mains et les avant-bras jusqu au coud. Actionner les à cet effet le levier au moyen du coud et régler l eau pour obtenir un débit et une température modérée ; frotter les mains et les avant-bras avec du savon désinfectant durant le temps prévu sans ajouter d eau. Veiller à laver toutes les parties des mains ; utiliser une brosse douce pour les ongles et les espaces interdigitaux, brosser les ongles soigneusement ; rincer abondamment les mains et les avant-bras en veillant à ce que les mains restent plus haut que les coudes, afin d éviter que l eau de rinçage ne reflue sur les mains. 2 ème temps : prendre à nouveau le même savon et frotter les mains et les avant-bras avec durant le temps prévu sans ajouter d eau. Veiller à laver toutes les parties des mains rincer abondamment les mains et les avant-bras de la même manière que précédemment. Division Hygiène Publique & Salubrité/Direction Nationale de la Santé. 4

8 Le lavage chirurgical des mains avec une solution alcoolique On se lave soigneusement les mains selon la méthode de lavage des mains, suivi du séchage. On procède ensuite à une friction avec une quantité (suffisante) de désinfectant alcoolique telle que les mains et avant bras soient abondamment couverts. N.B : Lors des interventions successives, la préparation et la première partie de lavage (1er temps) n ont pas lieu chaque fois. La deuxième partie par contre est nécessaire. Le lavage chirurgical des mains est exigé dans les circonstances suivantes : avant toute intervention chirurgicale avant un accouchement avant de pratiquer des techniques invasives telles que la mise en place de cathéters veineux profonds, prélèvements de biopsie. N.B : les mains une fois lavées ne doivent toucher à quelque objet que ce soit avant le port des gants stériles. Après le port des gants stériles seuls les objets et instruments stériles peuvent être touchés Lavage des zones d intervention Point d injection : o Passer un premier tampon imbibé d alcool à 70 sur une grande zone. o Passer un second au point d injection. o Eviter de repasser au niveau des endroits déjà nettoyés. Point d intervention : o Couper les poils à ras, éviter de raser. o Passer 2 à 3 fois un tampon imbibé de polyvidone iodée de façon excentrique pour être sûr que les saletés sont enlevées Port des barrières Port de Gants : Le port de gants est une mesure complémentaire au lavage des mains qu il ne peut en aucun cas remplacer. Les gants servent à : créer une barrière supplémentaire entre les mains du personnel soignant et le sang, les liquides organiques, les excrétions, les sécrétions et les muqueuses ; réduire les risques de transfert de micro-organismes de patients infectés aux soignants et d un patient à l autre par les mains des soignants. Division Hygiène Publique & Salubrité/Direction Nationale de la Santé. 5

9 Le port des gants est indispensable dans les situations suivantes : Il faut porter des gants propres non stériles : o lorsqu on prévoit une exposition à du sang et à des liquides organiques capables de transmettre des infections, o lorsqu on prévoit une exposition à des matières susceptibles d être infectieuses (p.ex. le pus, les selles, les sécrétions respiratoires et les exsudats des lésions cutanées), o lorsque la peau des mains du soignant n est pas intacte ; Il faut porter des gants stériles pour toute intervention dans laquelle la main ou l instrument utilisé pénètre dans une cavité corporelle ou un tissu stérile ; Il faut changer de gants : o lorsqu on passe d un malade à un autre, o si l on soupçonne une fuite ou si le gant se déchire o entre les soins donnés à un même patient, après avoir été en contact avec des matières susceptibles de contenir des concentrations élevées de microorganismes (p.ex. après avoir manipulé une sonde urinaire à demeure et avant d aspirer les sécrétions à l aide d une sonde endotrachéale). Ne faut pas laver ni réutiliser des gants à usage unique. Technique du port et retrait des gants Port des gants stériles : enfiler Retrait des gants : plonger les mains gantées dans la solution de décontamination procéder au retrait doucement afin d éviter la contamination tourner à l envers jeter à la poubelle se laver les mains NOTA BENE : Des gants de ménage sont recommandés pour l entretien ménager, le nettoyage des instruments et la décontamination. Utiliser la bonne taille de gants. Changer de gants périodiquement lors des longues procédures. Couper les ongles à ras. Enfiler les gants sur les manches des blouses pour protéger les poignets du prestataire. Division Hygiène Publique & Salubrité/Direction Nationale de la Santé. 6

10 Port d autres barrières de protection : Comme les gants ces autres moyens de protection jouent un rôle de barrières : Le bonnet permet de prévenir la contamination du patient et les instruments. Il faut : Porter systématiquement le bonnet avant d entrer dans la salle d opération (personnel de santé et patient) et toute autre zone sensible Couvrir tous les cheveux. Les lunettes : Préviennent la contamination par les éclaboussures provenant du patient et des instruments souillés. Elles doivent être larges. Les bavettes : Préviennent la contamination du praticien par les éclaboussures provenant du patient et celle du patient par les secrétions venant de la bouche du praticien. Il faut : Porter les bavettes devant tout risque de transmission par voie aérienne ou de gouttelettes de Pflüge. Couvrir le nez et la bouche avec les bavettes. Changer les bavettes toutes les 15 min (résultats Etude UE). Les blouses : Il faut : Porter la blouse avant d entrer en contact avec les patients et les liquides organiques Enlever la blouse en quittant le lieu de travail et lors des repas même s il a lieu au service. N.B : Les tenues de ville (chemise, boubous, pagnes, chaussures, foulards /écharpes) doivent restés dans les armoires. Les blouses doivent être correctes (propres, non déchirées, bien boutonnées, boutons complets). L accès du bloc opératoire est subordonné au port de la tenue adéquate (personnel et malade). Le tablier permet de prévenir la contamination du praticien par les produits biologiques du patient. Il faut : Porter dans les cas de risques hémorragiques importants (ex : accouchement). Couvrir tout le tronc et les cuisses. Il doit être imperméable et tenu propre. Les bottes et couvre chaussures : Ils permettent de : Eviter d importer les germes dans les salles d opération et d accouchement Eviter les souillures par les liquides biologiques et traumatismes des membres inférieurs les objets tranchants et piquants. Division Hygiène Publique & Salubrité/Direction Nationale de la Santé. 7

11 II. Mesures collectives Dans le cadre de la prévention des infections nosocomiales, les mesures dites porteront essentiellement sur le traitement du matériel et équipement servant aux soins des patients. Dans le souci de créer une atmosphère aseptique, il est important que tout le personnel de santé, de nettoyage et de maintenance comprenne clairement les raisons de chaque procédure de prévention des infections et leurs limites Décontamination Tous matériel et équipement utilisés pour donner des soins à des patients doivent être immédiatement décontaminés après usage avec une solution de décontamination. (cf. : annexes) L hypochlorite de sodium à 0,5%, l alcool à 70 C sont les produits de décontamination les plus recommandés. N.B : Pour les autres produits, il faut suivre les instructions du fabricant quant à la Concentration et à la durée d exposition. Technique de décontamination : Mettre des gants de ménage ou garder les gants chirurgicaux après l intervention ; Placer tous les instruments dans une solution de chlore à 0,5% pendant 10 minutes immédiatement après l intervention ; Décontaminer la table d examen ou d opération et autres ; surfaces contaminées pendant l intervention en les essuyant avec une solution de chlore à 0,5 % ; Retirer les instruments/gants de la solution de chlore après 10 mn et les placer dans l eau pour le nettoyage. Enlever les gants réutilisables en les tournant et en les trempant dans une solution de chlore à 0,5 % pendant 10 minutes (Ne pas enlever les gants de ménage jusqu à ce que le nettoyage des instruments soit terminé) Nettoyage Il doit toujours précéder la désinfection et la stérilisation. Placer les instruments dans un bac rempli d eau propre avec un détergent non abrasif ; Démonter complètement les instruments et/ou les lames des instruments à jointure ; Laver toutes les surfaces des instruments avec une brosse ou du tissu jusqu à ce qu ils soient visiblement propres (en les tenant sous l eau pendant le nettoyage) ; Nettoyer soigneusement les bords dentés des instruments (exemple : les branches des pinces d hémostase) avec une petite brosse ; Rincer soigneusement toutes les surfaces avec de l eau propre ; Division Hygiène Publique & Salubrité/Direction Nationale de la Santé. 8

12 Essuyer tous les instruments ou les laisser sécher à l air ; Essuyer les gants réutilisables ou les laisser sécher à l air ; Enlever les gants de ménage et les laisser sécher à l air. 2.3 Désinfection de haut niveau La désinfection de haut niveau détruit tous les virus, bactéries, parasites, champignons et certains endospores. Attention : La désinfection de haut niveau n est pas un moyen de stérilisation. Elle peut se faire par deux méthodes : La désinfection de haut niveau par ébullition : o Immerger entièrement les objets préalablement nettoyés dans de l eau o Mettre un couvercle sur le récipient et amener l eau à ébullition complète à gros bouillons ; o Commencer le chronométrage quand les bouillons commencent ; o Ne rien ajouter à la marmite en cours d ébullition; o Maintenir l ébullition à gros bouillons pendant 20 minutes ; o Enlever les objets avec des pinces Désinfectées à Haut Niveau ; o Peut être utilisé immédiatement après les avoir séché ou conservé dans un récipient sec Désinfecté à Haut Niveau fermé hermétiquement. La désinfection de haut niveau l aide de produits chimiques : Nettoyer soigneusement et sécher tout le matériel et tous les instruments après la décontamination : o Préparer une solution de stérilisation chimique ; o Immerger les objets propres et secs dans la solution préparée ; o Couvrir le récipient et tremper pendant 20 minutes (glutaraldéhyde à 2% ou formaldéhyde à 8%) ; o Sortir le matériel et tous les instruments de la solution chimique en utilisant des gants DHN ou des pinces DHN ; o Rincer soigneusement le matériel et tous les instruments avec de l eau désinfectée à haut niveau (bouillie) pour enlever toute trace de désinfectant chimique ; o Laisser sécher le matériel et les instruments ; o Peut être utilisé immédiatement après les avoir séché ou conservé dans un récipient sec Désinfecté à Haut Niveau fermé hermétiquement. Quand à la désinfection à haut niveau d un récipient, elle se fait comme suit : Faire bouillir le récipient (s il est petit) ou le remplir avec une solution chlorée à 0,5% et laisser tremper pendant 20 minutes. (La solution chlorée peut être ensuite transférée dans un récipient en plastique et réutilisée) ; Rincer soigneusement l intérieur avec de l eau bouillie ; Laisser sécher avant utilisation. Division Hygiène Publique & Salubrité/Direction Nationale de la Santé. 9

13 2.4. Stérilisation Détruit tous les microorganismes y compris les endospores. Techniques de stérilisation : Envelopper les instruments ; Disposer les instruments sur des plateaux ou sur une couche de mousseline en utilisant du matériel correctement nettoyé ; Envelopper les objets en utilisant la technique «enveloppe d emballage» ou la technique «carré d emballage» ; Placer les paquets dans des tambours ou sur des plateaux pour la stérilisation par autoclave ; Placer les paquets dans des tambours ou sur des plateaux pour la stérilisation à chaleur sèche. Il existe deux procédés de stérilisation : physique et chimique. Stérilisation physique : Stérilisation par autoclave (chaleur humide) : o Disposer les paquets et les objets non emballés dans la chambre de l autoclave de manière à permettre la circulation libre et la pénétration de la vapeur au niveau de (à) toutes les surfaces ; o Stériliser pendant 30 minutes les objets emballés ; pendant 20 minutes les objets non emballés (utiliser une montre pour le chronométrage) à 121 C (250 F) et 106 Kpa (15 Ibs/in²) ; o Attendre 20 minutes (ou jusqu à ce que la jauge de pression revienne à zéro) pour entrouvrir la porte de l autoclave et laisser la vapeur s échapper ; o Laisser sécher complètement les paquets avant de les retirer (le champ mouillé indique une stérilisation incomplète) ; o Placer les tambours stériles ou les paquets sur une surface couverte de papier ou de tissu pour éviter la condensation ; o Laisser refroidir les tambours ou les paquets jusqu à ce qu ils atteignent la température ambiante et les rendre hermétiques avant de les ranger ; o Noter les conditions de la stérilisation (temps, température et pression) sur le registre du traitement des instruments. o Utiliser les moyens de contrôle pour vérifier l efficacité de la stérilisation (pastille, ruban, solution ). Stérilisation au Poupinel (chaleur sèche) : o Mettre les objets non emballés dans des récipients en métal ; o Mettre les objets au four et les chauffer à la température désirée ; o Commencer le chronométrage lorsque la température voulue est atteinte et garder la température pendant le temps recommandé ; o Décharger avec des pinces stériles les objets non emballés après les avoir laissés refroidir, les ranger dans des récipients stériles à couvercle. Division Hygiène Publique & Salubrité/Direction Nationale de la Santé. 10

14 Rapport Température/temps : Le respect du rapport temps/température est la condition sine qua none garantissant une «bonne» stérilisation. Températures Temps d exposition 170 C (340 F) 60 minutes 160 C (320 F) 120 minutes 150 C (300 F) 150 minutes 140 C (285 F) 180 minutes 121 C (250 F) Toute la nuit Rappel : En fonction de la température choisie, la durée totale du cycle (préchauffe, temps de stérilisation et refroidissement) varie d environ 2 et 1/2 heures à 170 C à plus de 8 heures à 121 C. Stérilisation chimique : Préparer une solution de stérilisation chimique Immerger les objets nettoyés et séchés dans une solution de glutaraldéhyde à 2% ou de formaldéhyde à 8% en recouvrant entièrement tous les objets ; Recouvrir le récipient et laisser tremper pendant le temps approprié 8-10 heures pour le glutaraldéhyde et 24 heures pour le formaldéhyde ; Ne pas rajouter d autres objets en cours de stérilisation ; Sortir les objets de la solution chimique, en utilisant des gants stériles ou des pinces stériles ; Rincer soigneusement les objets avec de l eau stérile pour éviter tout résidu de stérilisant chimique ; Utiliser immédiatement les objets ou les placer dans un récipient stérile couvert hermétiquement. Stockage des objets stérilisés : Tous les objets stériles doivent être stockés dans une zone et de façon à ce que les paquets ou récipients soient protégés de la poussière, de l humidité, des animaux et insectes. La meilleure place pour cette zone de stockage sera le plus proche possible de la zone de stérilisation ou si elle est liée à celle-ci et dans une aire distincte et fermée, avec un accès réservé uniquement pour stocker les fournitures propres et stériles. N.B : La durée de la conservation doit varier d une à trois semaines suivant le matériel et les conditions de stockage. Division Hygiène Publique & Salubrité/Direction Nationale de la Santé. 11

15 2.5. Les murs Technique de nettoyage : Nettoyer de haut en bas avec un chiffon ou une serpillière mouillée avec de l eau et du détergent afin que les débris qui tombent par terre soient ramassés en dernier ; Nettoyer le plafond, les meubles, les ventilateurs, battants etc Quand le nettoyage du secteur de soins est terminé, vider les 2 seaux, nettoyer le seau rouge, faire tremper la pièce textile 10 minutes dans une solution désinfectante (eau de Javel) Rincer et faire sécher Ranger le matériel ayant ainsi servi au nettoyage dans un local ou le placard réservé à cet effet Literie Les matelas des lits d hospitalisation et/ou d observation doivent être protégés par des housses en plastique étanche évitant toute infiltration de sang ou de liquides biologiques et permettant un nettoyage humide et une désinfection. Les matelas des unités des contagieux doivent faire l objet : Lavage/ nettoyage et de désinfection de routine ou courante périodique. Lavage/nettoyage et de désinfection terminale (exeat ou la mort du patient). Pour leur désinfection il est recommandé d utiliser l eau de Javel è 12 en raison d une part d eau de Javel pour 3 parts d eau. N.B : Les brancards doivent être régulièrement décontaminés, lavés et sécher ou mettre une alèze avant de charger le malade Buanderie Le nettoyage de la lingerie souillée doit être effectué dans tous les établissements de santé afin de réduire le risque de transmission des infections ; Une aire de lavage de linges doit être construite dans chaque établissement de santé (Hôpital, CSRef, CSOM, formations sanitaires privées) ; Le port d équipement protecteur approprié (comme les gants, les blouses ou les tabliers) est obligatoire pour les travailleurs qui manipulent la lingerie souillée ; Tout le personnel soignant et les travailleurs de la buanderie devraient avoir reçu une formation sur la façon de manipuler la lingerie souillée ; L immunisation contre l Hépatite «B» est obligatoire pour tous les travailleurs de la santé y compris ceux de la Buanderie. Procédé de décontamination et nettoyage des linges, champs et autres articles : Faire le prélavage en faisant tremper le linge contaminé dans une solution chlorée à 0,5% ou autre désinfectant disponible localement et agréé pour détruire les virus VHB et VIH. On réduit ainsi les risques auxquels est exposés le personnel chargé du lavage. Division Hygiène Publique & Salubrité/Direction Nationale de la Santé. 12

16 Laver les linges avec du détergent et de l eau chaude. Bien rincer. Faire sécher au soleil ou à la machine sans trop y toucher afin d éviter de les re-contaminer. Stériliser les champs opératoires et linges (autoclave), les repasser lorsqu on ne dispose pas du matériel de stérilisation. N.B : Les matelas, sans housses ou avec housses non étanches, souillés par le sang ou autres liquides biologiques doivent être considérés comme des déchets hospitaliers donc à éliminer définitivement par incinération ou enfouissement sanitaire. Division Hygiène Publique & Salubrité/Direction Nationale de la Santé. 13

17 ANNEXES TABLEAU 1 : TECHNIQUE DE LAVAGE DES MAINS Technique Retirer les bijoux avant de se laver les mains. Rincer les mains à l eau courante tiède. Faire mousser le savon et laver, en frictionnant toutes les surfaces des mains et des doigts. Rincer les mains à l eau courante tiède. Sécher les mains à fond avec un essuiemains à usage unique ou avec un séchoir électrique à air pulsé. Fermer le robinet en évitant de recontaminer les mains. Ne pas porter de vernis à ongles ni d ongles artificiels. Justification Pour déloger les micro-organismes. Pour déloger et éliminer les microorganismes. La durée minimale de cette étape est de dix (10) secondes, elle peut devoir être prolongée si les mains sont macroscopiquement souillées. Si l on emploie des produits antiseptiques il faut prévoir une dose de 3-5 ml. Les pouces, le dos des doigts et des mains et la région sous unguéale sont fréquemment oubliés. Pour éliminer les micro-organismes et tout résidu de l agent de lavage des mains. Le séchage permet de réduire encore davantage le nombre de microorganismes, il ne faut pas employer des essuie-mains réutilisables à cause des risques de contamination microbienne. Pour éviter la re-contamination des mains. Les ongles artificiels ou le vernis à ongles écaillé peuvent augmenter la charge bactérienne et empêcher de voir la saleté qui se trouve sous les ongles. Division Hygiène Publique & Salubrité/Direction Nationale de la Santé. 14

18 TABLEAU 2 : LISTE DE FORMULES POUR LA CONVERSION Préparer une solution diluée d une solution concentrée : Total = Parts de (H 2 O) = [% concentrée] 1 [% diluée] Exemple : Faire une solution diluée (0,1%) d une solution concentrée à 5 % Calculer TP (H 2 O) = [5,0%] 1 = 50-1 = 49 0,1% Prendre 1 part de la solution concentrée et l ajouter à 49 parts H 2 O. Dans certains pays, la concentration d hypochlorite de sodium est exprimée en degrés chlorométriques (chlorum). 1 chlorum correspond environ à 0,3 % d hypochlorite de sodium disponible. Préparer une solution diluée à 0,5 % à partir d une solution à 12 chlorum (Eau de javel Sada DIALLO). Convertir le degré chlorum en pourcentage = 1 cl = 0,3% donc 12 chlorum x 0,3% = 3,6% Calculer la part d eau en divisant le pourcentage par le pourcentage de dilution 1 [3,6 %] 1 = 6 [0,5 %] Donc il faut 1 part d eau de javel dosée à 12 chl pour 6 parts d eau. Division Hygiène Publique & Salubrité/Direction Nationale de la Santé. 15

19 TABLEAU 3 : METHODES DE DECONTAMINATION Produit Eau de Javel domestique (solution à 5% d hypochlorite de sodium). Poudre de dichloroisocyanurate de sodium (NaDCC) avec 60% de chlore actif. Poudre de chloramine avec 25% de chlore actif. Usage prévu Nettoyage des déversements de sang. La lessive Nettoyage des surfaces, trempage des articles en verre ou en plastique. Nettoyage des déversements de sang. Nettoyage des déversements de sang. Dilution recommandée Utiliser des concentrations allant d 1 part d eau de javel pour 99 parts d eau de robinet à 1 part pour 9 parts d eau de robinet. 1 part d eau de javel pour 500 parts d eau de robinet. 1 part d eau de javel pour 50 parts d eau de robinet. Dissoudre 8,5 g dans 1 litre d eau de robinet Dissoudre 20 g dans 1 litre d eau de robinet. Niveau de chlore actif 0,05% 0,5% 0,01% 0,1% 0,85% 2,0% Division Hygiène Publique & Salubrité/Direction Nationale de la Santé. 16

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION OBJECTIFS SPECIFIQUES : EXPLIQUER L IMPORTANCE DE LA PREVENTION DE L INFECTION DANS LES SERVICES DE SOINS. DECRIRE LE CYCLE DE L INFECTION IDENTIFIER LES MOYENS

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

Quizz Hygiène des mains

Quizz Hygiène des mains Quizz Hygiène des mains Question 1 En dehors des professionnels de santé, l hygiène des mains concerne : 1. le grand public 2. les résidents 3. les visiteurs 4. les intervenants externes 5. les bénévoles

Plus en détail

Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III. Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains

Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III. Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains 1 INTRODUCTION Compliance à l hygiène des mains et sa qualité = largement tributaires : De la présence

Plus en détail

Entretien du matériel Tâches spécifiques

Entretien du matériel Tâches spécifiques Entretien du matériel Tâches spécifiques Service hygiène - 2015 Gestion et entretien des matelas à eau Principe du matelas à eau Matelas compartimenté, recevant de l eau tiède (37 ) à un niveau indiqué

Plus en détail

HYGIENE DES MAINS DES PROFESSIONNELS ET DES RESIDENTS

HYGIENE DES MAINS DES PROFESSIONNELS ET DES RESIDENTS 1. OBJECTIF Appliquer une hygiène des mains adaptée à chaque activité, afin d éviter la transmission croisée manuportée des micro-organismes. 2. DOMAINE D APPLICATION L ensemble des professionnels de,

Plus en détail

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits)

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits) Infections liées aux soins Guide de prévention (extraits) Technique du lavage des mains Mouiller Savonner Rincer Sécher par tamponnement Fermer le robinet avec l essuie-mains Indications du lavage des

Plus en détail

Liste de contrôle pour les procédures finales de nettoyage et de décontamination des établissements Ebola

Liste de contrôle pour les procédures finales de nettoyage et de décontamination des établissements Ebola LISTE DE CONTRÔLE Liste de contrôle pour les procédures finales de nettoyage et de décontamination des établissements Ebola Mars 2015 Prefecture/ district Emplacement Nom de l établissement Dirigé par

Plus en détail

Pathologie infectieuse

Pathologie infectieuse Infections nosocomiales Prévention des risques Infection Pénétration dans un organisme d'un agent étranger (bactérie, virus, champignon, parasite) capable de s'y multiplier et d'y induire des lésions pathologiques.

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG F I C H E P R E V E N T I O N N 1 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG DEFINITION STATISTIQUES Chaque année dans les collectivités et établissements publics de la Manche,

Plus en détail

Objet : Préciser les techniques s appliquant au lavage hygiénique des mains.

Objet : Préciser les techniques s appliquant au lavage hygiénique des mains. Référence : PT/HYG/002-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Préciser les techniques s appliquant au lavage hygiénique des mains. Résumé des modifications intervenues : Le temps de lavage des mains a été diminué.

Plus en détail

BROSSAGE DES DENTS CHAPITRE 4 PRATIQUES DE BASE

BROSSAGE DES DENTS CHAPITRE 4 PRATIQUES DE BASE Pour que le brossage des dents devienne une habitude de santé buccodentaire durable, il est important de créer un climat agréable et d encourager les efforts des enfants. Le brossage des dents au moins

Plus en détail

Épidémie de grippe. Définitions... 1. Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2. Incubation :... 2. Comment se protéger!...

Épidémie de grippe. Définitions... 1. Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2. Incubation :... 2. Comment se protéger!... Épidémie de grippe Table des matières Définitions... 1 Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2 Incubation :... 2 Comment se protéger!... 2 Mouchage, éternuements, crachat, toux... 2 Éviter

Plus en détail

MODES D EMPLOI DES APPAREILS

MODES D EMPLOI DES APPAREILS MODES D EMPLOI DES APPAREILS MEDELA BASIC S:\00 Direction\Mes documents\site internet\docus word et pdf\appareils emploi\mode d'emploi Proximos Basic.doc/27/10/2011 1/7 En cas de questions ou de problèmes,

Plus en détail

REGLEMENTATION DE LA RESTAURATION COLLECTIVE

REGLEMENTATION DE LA RESTAURATION COLLECTIVE REGLEMENTATION DE LA RESTAURATION COLLECTIVE L établissement même s il fait appel à un prestataire extérieur engage sa responsabilité, il doit mettre en œuvre les repas dans des conditions d hygiène et

Plus en détail

Protocole de prédésinfection/nettoyage manuel et stérilisation des inserts et limes SATELEC

Protocole de prédésinfection/nettoyage manuel et stérilisation des inserts et limes SATELEC Protocole de prédésinfection/nettoyage manuel et stérilisation des inserts et limes SATELEC Avertissements Ne pas utiliser de laine d acier ou des produits de nettoyage abrasifs. Éviter les solutions contenant

Plus en détail

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile.

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Frédérique SIESSE,infirmière libérale, Perpignan, Référente RVPCLR pôle Perpignan 1 La responsabilité de l infirmière

Plus en détail

PROTOCOLES DE NETTOYAGE, DECONTAMINATION ET STERILISATION DES ACCESSOIRES SATELEC

PROTOCOLES DE NETTOYAGE, DECONTAMINATION ET STERILISATION DES ACCESSOIRES SATELEC PROTOCOLES DE NETTOYAGE, DECONTAMINATION ET STERILISATION DES ACCESSOIRES SATELEC Version août 2011 E-mail: satelec@acteongroup.com www.acteongroup.com Page 1 sur 64 SOMMAIRE : PIECE A MAIN PIEZOTOME :...

Plus en détail

pulverisateur_final.qxd 14/04/05 10:44 Page 95 Section 10

pulverisateur_final.qxd 14/04/05 10:44 Page 95 Section 10 Section 10 0 L équipement de protection individuelle La composition de l équipement Gants Bottes Tablier Vêtement protecteur Chapeau Lunettes Appareil de protection respiratoire Considérations diverses

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

RÉFRIGÉRATEUR CONGÉLATEUR PORTABLE

RÉFRIGÉRATEUR CONGÉLATEUR PORTABLE RÉFRIGÉRATEUR CONGÉLATEUR PORTABLE www.frigorie-france.com 12V/24/220V MANUEL D UTILISATION 1 Cet Appareil ne peut être utilisé qu à l intérieur avec l une des sources d énergie suivantes: Cet Appareil

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

Chapitre 12 Pratiques de sécurité standard dans le laboratoire de microbiologie

Chapitre 12 Pratiques de sécurité standard dans le laboratoire de microbiologie Chapitre 12 Pratiques de sécurité standard dans le laboratoire de microbiologie Le personnel de laboratoire travaillant en contact avec des agents infectieux peut contracter des infections par le biais

Plus en détail

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER L hygiène et la propreté générale d un établissement sont essentielles pour la santé et la sécurité du personnel, des clients, des visiteurs et de la communauté

Plus en détail

Notice d utilisation. Mini hachoir MH L1

Notice d utilisation. Mini hachoir MH L1 Notice d utilisation Mini hachoir MH L1 CONSIGNES DE SECURITE LISEZ ATTENTIVEMENT CES INSTRUCTIONS AVANT D UTILISER L APPAREIL ET CONSERVEZ-LES POUR POUVOIR VOUS Y REPORTER ULTERIEUREMENT. 1. Avant de

Plus en détail

Change d une couche lavable

Change d une couche lavable Change d une couche lavable (à destination des professionnelles de l EAJE) Organisation Attention, les couches lavables nécessitent des changes fréquents, ne pas dépasser 2 h : noter l'heure de change

Plus en détail

Précautions complémentaires et bloc opératoire

Précautions complémentaires et bloc opératoire Précautions complémentaires et bloc opératoire Dr S LELIMOUZIN CHBA Vannes-Auray 1 Contexte Le bloc opératoire : un secteur «protégé» Un accès réglementé Tenue de bloc : pyjama, coiffe, masque chirurgical,

Plus en détail

PRECAUTIONS STANDARDS

PRECAUTIONS STANDARDS JOURNEE DE FORMATION D AUTOMNE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE PRECAUTIONS STANDARDS Marc PHILIPPO, PH Hygiène Hélène ZANOVELLO, IDE Hygiène 28/10/2014 1 OBJECTIFS Prévention des AES: lors de

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Historique Cadre législatif Petits rappels

Plus en détail

PROCEDURE OPERATOIRE DE SERVICE

PROCEDURE OPERATOIRE DE SERVICE POS/DUS/SANTE/S005 du 05H119 Page 1/ 7 Date de mise en application : 01/05/09 PROCEDURE OPERATOIRE DE SERVICE NETTOYAGE ET DESINFECTION D UN VEHICULE DE PREMIERS (VPSP) ANNULE ET REMPLACE Cette POS annule

Plus en détail

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX La ou la stérilisation du matériel propre permet d éliminer les organismes pathogènes présents et d éviter leur transmission par ce matériel à d autres

Plus en détail

Sources de contamination. M1 = Milieu. +++ Respecter - les lieux de stockage - les conditions de stockage - l entretien

Sources de contamination. M1 = Milieu. +++ Respecter - les lieux de stockage - les conditions de stockage - l entretien Risque : M1 = Milieu Origine Risques Recommandations élémentaires Lieux concernés Microbes visés Déchets (emballages, cartons, détritus de fabrication ) Transformation de produits alimentaires Fortes si

Plus en détail

L équipement de protection individuelle dans le cadre de la riposte à la flambée d infections à filovirus. Recommandations rapides.

L équipement de protection individuelle dans le cadre de la riposte à la flambée d infections à filovirus. Recommandations rapides. L équipement de protection individuelle dans le cadre de la riposte à la flambée d infections à filovirus Recommandations rapides Octobre 2014 Octobre 2014 1 Organisation mondiale de la Santé (OMS), 2014.

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

Protocole de prédésinfection/nettoyage manuel et de stérilisation des pièces à main pour générateur ultrasons SATELEC

Protocole de prédésinfection/nettoyage manuel et de stérilisation des pièces à main pour générateur ultrasons SATELEC Protocole de prédésinfection/nettoyage manuel et de stérilisation des pièces à main pour générateur ultrasons SATELEC Ce protocole concerne les pièces à main Suprasson, Newtron et Newtron Led. Avertissements

Plus en détail

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE CHAPITRE 4 - PRATIQUES DE BASE ESPACE RÉSERVÉ AU L espace réservé au changement de couche comprend : Une table à langer dédiée au changement de couche. Les surfaces qui servent à d autres usages sont à

Plus en détail

Protocole Hémoculture

Protocole Hémoculture Hôpital Local Intercommunal Soultz-Issenheim N : S.PT.S.042.1 Protocole Hémoculture SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : CLASSEUR 11 : SERVICE DE SOINS

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE 1 Introduction 822 000 naissances en 2012 14 124 à la Réunion (2011) Infections nosocomiales en maternité Mères bébés Fréquence variable selon le mode d accouchement et le

Plus en détail

Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements

Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements JUIN 2005 1. Objectif Ce document propose des lignes directrices à mettre en

Plus en détail

PROPAGATION DES INFECTIONS. S essuyer le nez avec un mouchoir

PROPAGATION DES INFECTIONS. S essuyer le nez avec un mouchoir COMMENT PRÉVENIR LA PROPAGATION DES INFECTIONS Se faire vacciner S essuyer le nez avec un mouchoir Rapprocher le coude de la bouche pour tousser ou éterneur Se laver les mains avant de manger Se laver

Plus en détail

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées Mesures à mettre en œuvre dans les établissements d hébergement pour personnes âgées en cas de syndrome respiratoire aigu lors d une pandémie de grippe A(H1N1) Fiche pour les responsables des établissements

Plus en détail

Annexe 2 Les technologies de traitements et d élimination des déchets de soins médicaux

Annexe 2 Les technologies de traitements et d élimination des déchets de soins médicaux Annexe 2 Les technologies de traitements et d élimination des déchets de soins médicaux (171) Le choix d une technologie de traitement et d élimination des déchets de soins médicaux doivent toujours être

Plus en détail

Médicaments. cytotoxiques. et soignants. Manipuler avec précaution!

Médicaments. cytotoxiques. et soignants. Manipuler avec précaution! Médicaments cytotoxiques et soignants Manipuler avec précaution! Les médicaments cytotoxiques : de quoi parle-t-on? Les médicaments cytotoxiques sont largement utilisés dans les services d oncologie dans

Plus en détail

Une bonne hygiène personnelle constitue la première étape d'une bonne santé.

Une bonne hygiène personnelle constitue la première étape d'une bonne santé. Une bonne hygiène personnelle constitue la première étape d'une bonne santé. Les habitudes telles que se laver les mains se brosser les dents aideront à éloigner les bactéries, les virus et les diverses

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

3 Film pour projection arrière 4

3 Film pour projection arrière 4 3 Film pour projection arrière 4 Instructions d installation Contenus Introduction Merci d avoir choisi 3M Information Sécurité Utilisation Description produit Caractéristiques techniques Comment cela

Plus en détail

WATER TRANSFER PRINTING KITS - INSTRUZIONE

WATER TRANSFER PRINTING KITS - INSTRUZIONE TM WATER TRANSFER PRINTING KITS - INSTRUZIONE Veuillez lire le manuel d instructions en entier avant de débuter votre projet. Le Kit de Base de l Impression Hydrographique comprend: 1 x Spray de Dissolvant

Plus en détail

Isolement "Grippe A" H1N1

Isolement Grippe A H1N1 Isolement "Grippe A" H1N1 Rédigé par: Unité de Prévention des Infections Nosocomiales 'DESP), avec la collaboration des services de Médecine du Travail et de Maladies Infectieuses et Tropicales Validé

Plus en détail

Méthodes Générales de Nettoyage et Stérilisation pour les Dispositifs Médicaux Orthopédiques

Méthodes Générales de Nettoyage et Stérilisation pour les Dispositifs Médicaux Orthopédiques Méthodes Générales de Nettoyage et Stérilisation pour les Dispositifs Médicaux Orthopédiques Les méthodes suivantes pour le nettoyage et la stérilisation ont été validées par la majorité des fabricants

Plus en détail

Projet Habitat-Santé Comment nettoyer et décontaminer une maison où il y a des moisissures?

Projet Habitat-Santé Comment nettoyer et décontaminer une maison où il y a des moisissures? Projet Habitat-Santé Comment nettoyer et décontaminer une maison où il y a des moisissures? Les moisissures se reconnaissent par des taches souvent noires. Les cernes et les gondolements indiquent la présence

Plus en détail

PNF-01-P ANESTHÉSIE DES POISSONS

PNF-01-P ANESTHÉSIE DES POISSONS PNF-01-P ANESTHÉSIE DES POISSONS Justification Cette procédure normalisée de fonctionnement doit être connue de toute personne (= opérateur) qui anesthésie des poissons dans le cadre d études sur le terrain

Plus en détail

NOM CLIENT ADRESSE1 ADRESSE2 CP VILLE

NOM CLIENT ADRESSE1 ADRESSE2 CP VILLE ZAC Avenue de Satolas Green 69330 Pusignan France t: +33 (0) 472 45 36 00 f: +33 (0) 472 45 36 99 www.stryker.fr Pusignan, le 17 juin 2011. Pour diffusion : - au Correspondant Matériovigilance - au Pharmacien

Plus en détail

NETT DEC/JAN12 COVER TO DO & PLACE

NETT DEC/JAN12 COVER TO DO & PLACE NETT DEC/JAN12 COVER TO DO & PLACE PRÉVENTION DES INFECTIONS 14 Le Nettoyage professionnel - DÉCEMBRE / JANVIER 2012 C Par Chaque année, la grippe a des répercussions non seulement sur notre santé, mais

Plus en détail

Opération Goutte d'eau

Opération Goutte d'eau Analyse de l Arsenic Révisé le 14 mai, 2010 École Secondaire But: Déterminer la concentration d'arsenic de l'eau potable provenant de 4 sources différentes, et d'un échantillon à la valeur limite proposé

Plus en détail

Direction de l expertise sur la faune et ses habitats Service de la biodiversité et des maladies de la faune

Direction de l expertise sur la faune et ses habitats Service de la biodiversité et des maladies de la faune Mesures de biosécurité et de décontamination applicables aux visites de cavernes, grottes et mines à des fins récréatives, touristiques ou de recherche sur les chiroptères, pour prévenir la transmission

Plus en détail

Étapes préexécutoires

Étapes préexécutoires Ponction veineuse Rassembler le matériel: Aiguille à prélèvements multiples ou microperfuseur à ailette (calibre 20 ou 21) Barillet Tubes de prélèvement Gants non stériles Garrot Tampons d alcool Ruban

Plus en détail

Fourniture de la planification familiale

Fourniture de la planification familiale CHAPITRE 24 Importance des méthodes choisies pour la fourniture des méthodes de Les classifications ciaprès des examens et tests s appliquent à des personnes qu on suppose en bonne santé. Pour une personne

Plus en détail

Techniques de traite recommandées par le NMC

Techniques de traite recommandées par le NMC A global organization for mastitis control and milk quality Une organisation mondiale pour le contrôle de la mammite et la qualité du lait Techniques de traite recommandées par le NMC Des techniques de

Plus en détail

Entretien (nettoyage et/ou désinfection) de l'environnement direct des locaux et des lieux de vie des pennsionaires en EMS

Entretien (nettoyage et/ou désinfection) de l'environnement direct des locaux et des lieux de vie des pennsionaires en EMS SOMMAIRE Définition des niveaux de risque page 2 Plan de nettoyage d une chambre de pensionnaire à faible risque page 3 Plan de nettoyage d une chambre de pensionnaire à risque élevé page 4 Plan de nettoyage

Plus en détail

par Sophie Delisle Médecine nucléaire Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire Fiches de médecine nucléaire n 11-1-

par Sophie Delisle Médecine nucléaire Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire Fiches de médecine nucléaire n 11-1- Fiches de médecine nucléaire n 11-1- Médecine nucléaire par Sophie Delisle Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire La gestion des déchets hospitaliers respecte une réglementation très

Plus en détail

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Ce jeu de questions-réponses est susceptible d évoluer en fonction de la situation épidémiologique,

Plus en détail

Fiche de Données de Sécurité Selon 91/155/CEE

Fiche de Données de Sécurité Selon 91/155/CEE 1. Identification du produit et de la société Nom du produit Utilisation du produit / Préparation Fabricant La colle à joint FERMACELL Greenline est utilisée pour le traitement des joints entre plaques

Plus en détail

Précautions «Standard»

Précautions «Standard» Précautions «Standard» Relais Régional d Hygiène Hospitalière du Centre RHC Précautions «Standard» Définition : Précautions «Standard» : 7 recommandations générales d hygiène à appliquer pour tout patient

Plus en détail

Maintenance et nettoyage

Maintenance et nettoyage Maintenance et nettoyage Chargement des piles Quand le niveau de charge de la pile d un composant du système est faible, l unité de contrôle émet une indication sonore et le voyant du composant clignote

Plus en détail

Sommaire 1- DOMAINE D'APPLICATION 2- INFORMATIONS GÉNÉRALES SUR LA SÉCURITÉ 3- CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Sommaire 1- DOMAINE D'APPLICATION 2- INFORMATIONS GÉNÉRALES SUR LA SÉCURITÉ 3- CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES Clé à cliquet dynamométrique Notice d in nstruction & Protocole Sommaire 1- DOMAINE D'APPLICATION 2- INFORMATIONS GÉNÉRALES SUR LA SÉCURITÉ 3- CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES 4- MISE EN SERVICE DE LA CLÉ DYNAMOMÉTRIQUE

Plus en détail

EAUX : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS

EAUX : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS Service : Microbiologie Méthode technique Mise en service de la première version : Mise en application de cette version : EAUX : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS Rédaction : BLETTNER.C

Plus en détail

STERILISATION A LA VAPEUR D EAU (AUTOCLAVE)

STERILISATION A LA VAPEUR D EAU (AUTOCLAVE) STERILISATION A LA VAPEUR D EAU (AUTOCLAVE) Entretien matériel VALENCE B, Grenoble JANVIER 2010 Objectif La stérilisation à la vapeur d eau (autoclave) est la méthode de référence dans les établissements

Plus en détail

LBM Canarelli Colonna Fernandez / LBM Faure

LBM Canarelli Colonna Fernandez / LBM Faure Matériel Préconisation (rappel : sauf mention contraire l acheminement au laboratoire est effectuer à température ambiante) ECBU Recueil de l urine dans le pot à couvercle bleu 1 Important : Ne soulevez

Plus en détail

PNF-04-P CONTENTION ET MANIPULATION DES POISSONS

PNF-04-P CONTENTION ET MANIPULATION DES POISSONS PNF-04-P CONTENTION ET MANIPULATION DES POISSONS Justification Cette procédure normalisée de fonctionnement doit être connue de toute personne (= opérateur) qui maîtrise physiquement ou chimiquement des

Plus en détail

Précautions barrière vis à vis de la grippe

Précautions barrière vis à vis de la grippe Précautions barrière vis à vis de la grippe Madame Patricia Lathière en collaboration avec Madame Sophie Steunou 05/12/2006 http://www.grippeaviaire.gouv.fr/ Transmission interhumaine Par l'intermédiaire

Plus en détail

QUESTIONS ET RÉPONSES

QUESTIONS ET RÉPONSES QUESTIONS ET RÉPONSES Questions fréquentes concernant le traitement de la diarrhée par le zinc et les sels de réhydratation orale (SRO) SPACE FOR LOGO INTRODUCTION Pour traiter la diarrhée de l enfant,

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

Situation 3 : LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT

Situation 3 : LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT CYCLES 2 et 3 Reconnaître une situation d urgence Connaître les règles de base pour porter secours Minimum à savoir (enseignant) Situation 3 : LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT Définition : On observe une

Plus en détail

www.philips.com/welcome

www.philips.com/welcome Register your product and get support at www.philips.com/welcome HP8346 FR Mode d emploi a b c d e i h g f j k Français de tous les avantages de l assistance Philips, enregistrez votre produit à l adresse

Plus en détail

MODE D EMPLOI DES APPAREILS POUSSE-SERINGUE PILOTE A2

MODE D EMPLOI DES APPAREILS POUSSE-SERINGUE PILOTE A2 MODE D EMPLOI DES APPAREILS POUSSE-SERINGUE PILOTE A2 1 TABLE DES MATIERES 1. ASTUCES... 3 2. LISTE DES SYMBOLES ET SIGNAUX LUMINEUX... 4 3. UTILISATION DE LA POMPE... 5 3.1. Installation... 5 3.2. Mise

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ UES NATURELS UE PANDÉMIQUE UE PANDÉMIQUE INTRODUCTION : Le risque de pandémie grippale H5N1 existe bien qu aucun cas ne soit encore apparu en France. Il convient néanmoins de s y préparer En phase d alerte

Plus en détail

Bonne pratique de soins en maternité

Bonne pratique de soins en maternité Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Bonne pratique de soins en maternité de la salle d accouchement à la pouponnière Prévention du risque

Plus en détail

Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail

Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail de 1 2 3 Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Objectifs Guide santé sécurité de l entretien d immeubles Ce guide aidera le personnel d entretien, les membres et les représentants des comités

Plus en détail

Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit :

Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit : 1 : DU DONNEUR AU RECEVEUR UN OUVRAGE SUR L ACTIVITÉ TRANSFUSIONNELLE AU CANADA Robert Barr et Ted Alport Le système canadien d approvisionnement en sang est complexe, solidement intégré et rigoureusement

Plus en détail

3 en 1 brosse à dents, nettoyant et massage

3 en 1 brosse à dents, nettoyant et massage 3 en 1 brosse à dents, nettoyant et massage Référence : DOS125 Version : 1.3 Langue : Français WWW.DOMOCLIP.COM Vous venez d acquérir un produit de la marque DOMOCLIP et nous vous en remercions. Nous apportons

Plus en détail

CONSIGNES DE SECURITÉ

CONSIGNES DE SECURITÉ BARBECUE CONSIGNES DE SECURITÉ PRÉCAUTIONS IMPORTANTES Utilisation, entretien et installation de l appareil : pour votre sécurité, merci de vous référer aux différents paragraphes de cette notice ou aux

Plus en détail

Informations express sur la prévention du VIH

Informations express sur la prévention du VIH Informations express sur la prévention du VIH Où se trouve le VIH? On peut trouver le VIH dans de nombreux fluides corporels tels que le sang, le sperme, les fluides vaginaux et le lait maternel. Comment

Plus en détail

Contrôles bactériologiques des productions pharmaceutiques en milieu hospitalier

Contrôles bactériologiques des productions pharmaceutiques en milieu hospitalier Contrôles bactériologiques des productions pharmaceutiques en milieu hospitalier Dominique Blanc Division autonome de médecine préventive hospitalière Centre Hospitalier Universitaire Vaudois CHUV/DAMPH/Cours/DB/Ctrl_bac_productions_pharm.ppt

Plus en détail

LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION

LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION La méthode HACCP olet 3 : Ressource documentaire 1 Exemples de protocoles (A1 à A5) 2 Exemples de fiches de contrôle (B1 à B4) Année : 2005-2006 A - 1 PROTOCOLE DE FABRICATION

Plus en détail

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR 1 «Au lieu de s ingénier àtuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire»? PASTEUR Béatrice Allain-Cadre

Plus en détail

oculaires corporelles

oculaires corporelles FICHE TECHNIQUE ASSTSAS LABORATOIRE LE TRAVAIL SOUS HOTTE 3 9 Douches d urgence : douches oculaires et douches corporelles Selon l article 75 du Règlement sur la santé et la sécurité du travail (RSST),

Plus en détail

AVIS 14 décembre 2011

AVIS 14 décembre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2011 BIORGASEPT 0,5%, solution pour application cutanée Flacon de 250 ml (CIP : 360 430-7) Laboratoires BAILLEUL-BIORGA DCI Code ATC (libellé) Conditions

Plus en détail

Quatrième partie. Le jeune diabétique hors de son milieu familial

Quatrième partie. Le jeune diabétique hors de son milieu familial Quatrième partie Le jeune diabétique hors de son milieu familial Chapitre 51 1 À la garderie Caroline Boucher L entrée d un enfant diabétique à la garderie peut s avérer traumatisante pour certains parents.

Plus en détail

Respectez les règles d hygiène :

Respectez les règles d hygiène : Les modes de transmission de la maladie sont les postillons, la toux, l éternuement ainsi que par l intermédiaire des mains. C est pourquoi il faut suivre scrupuleusement les consignes d hygiène. Respectez

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

Thermomètre infrarouge frontal sans contact

Thermomètre infrarouge frontal sans contact Manuel d utilisation Thermomètre infrarouge frontal sans contact MODÈLE IR200 Introduction Toutes nos félicitations pour votre acquisition du thermomètre infrarouge, modèle IR200. Ce thermomètre est conçu

Plus en détail

LES SOINS URINAIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 1

LES SOINS URINAIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 1 LES SOINS URINAIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 1 La pose de sonde vésicale Indication: La pose de sonde vésicale est un geste invasif réalisé sur prescription médicale. Les indications principales

Plus en détail

LES SOINS URINAIRES. La pose de sonde vésicale

LES SOINS URINAIRES. La pose de sonde vésicale LES SOINS URINAIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 1 La pose de sonde vésicale Indication: La pose de sonde vésicale est un geste invasif réalisé sur prescription médicale. Les indications principales

Plus en détail

Dépannage des installations Instruments de mesure REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING. Guide du monteur

Dépannage des installations Instruments de mesure REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING. Guide du monteur Dépannage des installations Instruments de mesure REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING Guide du monteur Contenu Page Instruments de mesure...2 Classification des instruments du mesure...2 Contrôle des instruments

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

Manger en toute sécurité

Manger en toute sécurité Comptoir Alimentaire Drummond 1655, rue Corriveau Drummondville (Québec) J2C 1Y9 Manger en toute sécurité 819 478-4243 (aide alimentaire) 819 478-9070 (administration) 819 478-5044 (télécopieur) Dates

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

INSTRUCTIONS D UTILISATION

INSTRUCTIONS D UTILISATION FR RADIATEUR ÉLECTRIQUE À BAIN D HUILE Pepper 7 9-11 INSTRUCTIONS D UTILISATION Lire attentivement ces instructions avant de faire fonctionner le radiateur à bain d huile ou avant toute opération d entretien.

Plus en détail

Chauffe-matelas 1 place

Chauffe-matelas 1 place Chauffe-matelas 1 place Référence : DOW100 Version : 1.3 Langue : Français WWW.DOMOCLIP.COM Vous avez acheté un produit de la marque DOMOCLIP et nous vous en remercions. Nous prenons grand soin dans la

Plus en détail