Analyse de PRESENT avec peu de données

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse de PRESENT avec peu de données"

Transcription

1 Analyse de PREENT avec peu de données (Un tour de plus dans les attaques meet-in-the-middle) María Naya-Plasencia 1, Bastien Vayssière 2 1:INRIA Rocquencourt 2:PRIM, Université de Versailles 12 octobre 2012

2 Plan 1 Contexte de cryptanalyse 2 Meet-in-the-middle classique 3 Notre amélioration : meet-in-the-middle à travers des boîtes 4 Application au chirement par blocs PREENT 5 Bilan et perspectives

3 Contexte de cryptanalyse Une chirement par bloc sur n bits, avec une clé k. On cherche à retrouver la clé. P P k E k E C C =? C Une attaque générique : la recherche exhaustive de clé Donnée : une paire clair-chiré (P, C) par la clé inconnue. Calcul des chirements de P par toutes les clés possibles. On garde celle(s) qui produisent C. On compare la complexité des attaques aux 2 k chirements de la recherche exhaustive.

4 Meet-in-the-middle classique sur un chirement itératif à r tours Principe : séparer les bits de clé en deux ensemble distincts, intervenant sur deux parties de l'algorithme. P k i k a k b sk 1 sk ra sk ra+1 sk r tour 1 tour r a tour r a + 1 tour r C La première fois en 1977, par Die et Hellmann, sur le DE appliqué en cascade avec 2 clés, puis en 1985 par Chaum et Evertse sur des versions réduites du DE. Variantes utilisées sur l'ae, KTANTAN, XTEA, etc. et sur des fonctions de hachage pour la recherche de préimage.

5 Meet-in-the-middle classique : complexité Complexité Temps : 2 k i (2 ka + 2 k b ) chirements partiels. Mémoire : k a 2 ka bits Rapport complexité en temps recherche exhaustive / MITM : 2 ka + k b 2 ka + 2 k b

6 Meet-in-the-middle avec correspondance partielle Calcul d'une partie v du chirement/déchirement au milieu. P ka sk 1 sk ra ki kb sk ra+1 sk r C Complexité On récupère la clé en : 2 k i (2 ka + 2 k b ) chirements partiels + 2 k v chirements de clés restantes, en moyenne.

7 Meet-in-the-middle à travers des boîtes Considérons un tour de chirement contenant des boîtes de taille m. sk i tour i Jusqu'ici : calcul d'une partie des bits au milieu Amélioration : calcul d'une partie de l'entrée et la sortie de

8 Meet-in-the-middle à travers des boîtes On calcule n in bits en entrée, n out bits en sortie d'une boîte. n in n out Recherche de transition possible Probabilité p qu'il existe une transition à travers avec les valeurs des bits calculés? Pour n in bits xés, il y a au plus 2 m n in valeurs distinctes des nout bits possibles. D'où : p 2m n in 1 = 2 nout 2 n in +nout m Pour éliminer des mauvaises clés, il sut d'avoir p < 1, c'est à dire : n in + n out > m

9 Meet-in-the-middle à travers des boîtes On fait le même raisonnement sur un sous-ensemble de l boîtes. Avec P, pour chaque valeur de (k a, k i ) on calcule N in bits en entrée parmi lm. Avec C, pour chaque valeur de (k b, k i ) on calcule N out bits en sortie. Probabilité du crible La probabilité qu'une transition soit possible au milieu est majorée par : 1 2 N in +Nout lm Pour éliminer des mauvaises clés, il sut d'avoir : N in + N out > lm

10 Meet-in-the-middle à travers des boîtes P sk1 k a sk ra k i k b sk ra+1 sk r C On applique le crible sur l boîtes d'un tour au milieu, à la place de la recherche de collisions. 2 On sélectionne en moyenne au plus k 2 N in +N out lm clés.

11 Meet-in-the-middle à travers des boîtes Complexité 2 k i (2 ka + 2 k b ) chirements partiels + en moyenne 2 k 2 N in +N out lm chirements (dans le pire cas de boîtes ) Ce qui change par rapport aux meet-in-the-middle précédents : 1 la "fusion" au milieu sélection d'une fraction 2 N in +N out lm des clés au lieu de. 2 v Mais cela peut nous permettre de gagner un tour exemple d'application sur le chirement par blocs PREENT.

12 Le chirement par blocs PREENT : fonction de tour Chirement par blocs sur n = 64 bits, avec une clé de 80 ou 128 bits. Proposé par Bogdanov et al. en bits sk i Figure: Représentation du tour i de PREENT itérations d'un réseau de substitution-permutation, et un xor nal avec une sous-clé.

13 Le chirement par blocs PREENT : key scheduling 80 bits sk i >>> 19 i sk i+1 Figure: Représentation du tour i du key scheduling de PREENT bits sk i sk i+1 <<< 61 i Figure: Représentation du tour i du key scheduling de PREENT-128

14 Le chirement par blocs PREENT : cryptanalyses tours taille de clé technique données auteurs integral [Reza Z'aba et al. 2008] dierential 2 64 [Wang 2008] related keys 2 63 [Özen et al. 2009] multiple dierential 2 64 [Blondeau, Gérard 2011] multiple dierential 2 64 [Blondeau, Gérard 2011] algebraic dierential 2 62 [Albrecht, Cid 2009] linear [Ohkuma 2009] statistical saturation 2 57 [Collard, tandaert 2010] linear 2 64 [Nakahara et al. 2009] multiple linear 2 64 [Cho 2010] Table: Complexité en données des cryptanalyses de versions réduites de PREENT ur PREENT-80, > 2 57 paires clair-chiré. ur PREENT-128, > paires clair-chiré. Question Comme Bouillaguet, Derbez l'ont fait pour l'ae, on peut se demander : Avec peu de données, combien de tours de PREENT peut-on casser?

15 Correspondance à travers des boîtes de PREENT Appliquons l'amélioration du meet-in-the-middle sur PREENT. PREENT-80 et PREENT-128 comportent une couche de boîtes identiques de taille m = 4. x A B C D E F [x] C 5 6 B 9 0 A D 3 E F Table: Representation hexadécimale de la fonction non-linéaire de la boîte On va utiliser la probabilité d'une transition à travers entre : 3 bits de poids faibles en entrée 2 bits de poids faibles en sortie d'une boîte de PREENT. ur l boîtes on a N in + N out l m = 3l + 2l 4l = l, donc la probabilité qu'une transition soit possible est : p 1 2 l Le crible permet de sélectionner en moyenne p 2 k 2 80 l clés potentielles, dont la bonne.

16 Correspondance à travers des boîtes de PREENT x 3x 2x 1x 0 (x) 3(x) 2(x) 1(x) x 2x 1x 0 y 1y valeurs des bits x 2, x 1, x 0, y 1, y 0, parmi 32 au total, ont une transition possible par la boîte de PREENT

17 Correspondance à travers des boîtes de PREENT On calcule les mêmes 5 bits en entrée/sortie de l boîtes parmi les l transitions possibles tandis que l'espace des bits calculés est de taille (2 5 ) l. La probabilité qu'une transition soit possible au milieu est alors : p = 16l 2 5l = 1 2 l Pour ce choix de bits, la boîte de PREENT atteint la majoration générique donnée précédemment.

18 Application à PREENT-80 : description Calcul de 3 bits en sortie de 6 boîtes à partir du chiré de la paire donnée, et d'une partie des bits de clé testés. sbox perm 1 sk sbox 1 #5 perm 1 sk sbox 1 #6 perm 1 sk sbox 1 #7 perm 1 sk C

19 Application à PREENT-80 : description Calcul de 2 bits en entrée de 6 boîtes à partir du clair de la paire donnée, et d'une autre partie des bits de clé testés. sk1 P sbox perm #1 sk sbox perm #2 sk sbox perm #3 sk #4 sbox

20 Application à PREENT : résultats Répartition des bits de clé : 65 bits communs, 6 bits pour la partie haute, 9 bits pour la partie basse. Complexité Mémoire : table de 2 9 valeurs de 6 2 = 12 bits < 2 13 bits. Temps : 2 65 ( ) chirements partiels + en moyenne 2 74 chirements de 7 tours Au total : l'équivalent de moins de 2 75 chirements. Implémentation Implémentation de la partie essentielle de l'attaque en xant 48 bits communs et en retrouvant les 32 bits restants. On a obtenu autour de = 2 27 chirements. Résultats cohérents avec les complexités données. Pour PREENT-128 Avec la même méthode, on a obtenu une attaque en chirements sur 9 tours de PREENT-128, avec un crible sur la première boîte.

21 Application à PREENT : jusqu'où peut-on aller? nombre de tours longueur de clé paires chirements mémoire Table: Complexité des attaques obtenues sur 7 et 9 tours Nombre de tours maximal? Il faut pouvoir partiellement chirer à partir de P / déchirer à partir de C jusqu'au milieu sans utiliser tous les bits de clé. 1 ans xer tous les bits de clé, pour combien de tours peut-on chirer/déchirer en choisissant tous les bits de toutes les sous-clés? 2 Une fois qu'il manque un bit de sous-clé, de combien de tours peut-on encore connaître des bits en sortie?

22 Application à PREENT : jusqu'où peut-on aller? Nombre de tours de chirements partiellement faisables malgré un bit de sous-clé inconnu : x a = 2 sk i 64 bits sk i+1

23 Application à PREENT : jusqu'où peut-on aller? Nombre de tours de déchirement partiellement faisables malgré un bit de sous-clé inconnu : x b = 2 sk i 64 bits sk i+1

24 Application à PREENT : jusqu'où peut-on aller? Une borne supérieure sur les sous-clé successives calculables sans tous les bits de clé : N 80 = bits sk i >>> 19 i sk i+1 On a donc une borne supérieure sur le nombre de tours sur PREENT-80 : 2N 80 + x a + x b + 1 = = 7 On a atteint cette borne supérieure avec notre attaque.

25 Application à PREENT : jusqu'où peut-on aller? Une borne supérieure sur les sous-clé successives calculables sans tous les bits de clé : N 128 = bits sk i <<< 61 sk i+1 sk i+2 i <<< 61 i Borne supérieure sur le nombre de tours attaquable de PREENT-128 : 2N x a + x b + 1 = = 9 On a atteint cette borne supérieure.

26 Application à PREENT : jusqu'où peut-on aller? On a atteint des bornes supérieures sur le nombre de tours de PREENT-80/128 attaquable avec un meet-in-the-middle, par notre amélioration. En la combinant avec la méthode des bicliques proposée par Khovratovitch, Rechberger, avelieva en 2011, on gagne encore encore un tour.

27 Bilan et perspectives Ce qu'on a fait Amélioration générique des meet-in-the-middle : "meet-through-an-box" Travail en cours, avec Anne Canteaut Que se passe-t-il lorsque le nombre de bits contrôlés est plus petit que la taille des entrées? Avec des boîtes non-bijectives? Autres exemples d'application?

28 Merci de votre attention!

Les fonctions de hachage, un domaine à la mode

Les fonctions de hachage, un domaine à la mode Les fonctions de hachage, un domaine à la mode JSSI 2009 Thomas Peyrin (Ingenico) 17 mars 2009 - Paris Outline Qu est-ce qu une fonction de hachage Comment construire une fonction de hachage? Les attaques

Plus en détail

Fonction de hachage et signatures électroniques

Fonction de hachage et signatures électroniques Université de Limoges, XLIM-DMI, 123, Av. Albert Thomas 87060 Limoges Cedex France 05.55.45.73.10 pierre-louis.cayrel@xlim.fr Licence professionnelle Administrateur de Réseaux et de Bases de Données IUT

Plus en détail

Le chirement a la volee Anne Canteaut INRIA Projet CODES BP 5 7853 Le Chesnay Cedex http://wwwrocq.inria.fr/~canteaut/ Les procedes de chirement a la volee sont des techniques qui permettent d'assurer

Plus en détail

Journées MATHRICE "Dijon-Besançon" DIJON 15-17 mars 2011. Projet MySafeKey Authentification par clé USB

Journées MATHRICE Dijon-Besançon DIJON 15-17 mars 2011. Projet MySafeKey Authentification par clé USB Journées MATHRICE "Dijon-Besançon" DIJON 15-17 mars 2011 1/23 Projet MySafeKey Authentification par clé USB Sommaire 2/23 Introduction Authentification au Système d'information Problématiques des mots

Plus en détail

IFT3245. Simulation et modèles

IFT3245. Simulation et modèles IFT 3245 Simulation et modèles DIRO Université de Montréal Automne 2012 Tests statistiques L étude des propriétés théoriques d un générateur ne suffit; il estindispensable de recourir à des tests statistiques

Plus en détail

CRYPTOGRAPHIE. Signature électronique. E. Bresson. Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr. SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie

CRYPTOGRAPHIE. Signature électronique. E. Bresson. Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr. SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie CRYPTOGRAPHIE Signature électronique E. Bresson SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr I. SIGNATURE ÉLECTRONIQUE I.1. GÉNÉRALITÉS Organisation de la section «GÉNÉRALITÉS»

Plus en détail

INF 4420: Sécurité Informatique Cryptographie II

INF 4420: Sécurité Informatique Cryptographie II : Cryptographie II José M. Fernandez M-3106 340-4711 poste 5433 Aperçu Crypto II Types de chiffrement Par bloc vs. par flux Symétrique vs. asymétrique Algorithmes symétriques modernes DES AES Masque jetable

Plus en détail

Cryptologie et physique quantique : Espoirs et menaces. Objectifs 2. distribué sous licence creative common détails sur www.matthieuamiguet.

Cryptologie et physique quantique : Espoirs et menaces. Objectifs 2. distribué sous licence creative common détails sur www.matthieuamiguet. : Espoirs et menaces Matthieu Amiguet 2005 2006 Objectifs 2 Obtenir une compréhension de base des principes régissant le calcul quantique et la cryptographie quantique Comprendre les implications sur la

Plus en détail

Cryptographie. Master de cryptographie Architectures PKI. 23 mars 2015. Université Rennes 1

Cryptographie. Master de cryptographie Architectures PKI. 23 mars 2015. Université Rennes 1 Cryptographie Master de cryptographie Architectures PKI 23 mars 2015 Université Rennes 1 Master Crypto (2014-2015) Cryptographie 23 mars 2015 1 / 17 Cadre Principe de Kercho : "La sécurité d'un système

Plus en détail

Trouver un vecteur le plus court dans un réseau euclidien

Trouver un vecteur le plus court dans un réseau euclidien Trouver un vecteur le plus court dans un réseau euclidien Damien STEHLÉ http://perso.ens-lyon.fr/damien.stehle Travail en commun avec Guillaume HANROT (INRIA Lorraine) CNRS/LIP/INRIA/ÉNS Lyon/Université

Plus en détail

CRYPTOGRAPHIE. Chiffrement par flot. E. Bresson. Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr. SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie

CRYPTOGRAPHIE. Chiffrement par flot. E. Bresson. Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr. SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie CRYPTOGRAPHIE Chiffrement par flot E. Bresson SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr CHIFFREMENT PAR FLOT Chiffrement par flot Chiffrement RC4 Sécurité du Wi-fi Chiffrement

Plus en détail

Chapitre 7. Sécurité des réseaux. Services, attaques et mécanismes cryptographiques. Hdhili M.H. Cours Administration et sécurité des réseaux

Chapitre 7. Sécurité des réseaux. Services, attaques et mécanismes cryptographiques. Hdhili M.H. Cours Administration et sécurité des réseaux Chapitre 7 Sécurité des réseaux Services, attaques et mécanismes cryptographiques Hdhili M.H Cours Administration et sécurité des réseaux 1 Partie 1: Introduction à la sécurité des réseaux Hdhili M.H Cours

Plus en détail

Architectures en couches pour applications web Rappel : Architecture en couches

Architectures en couches pour applications web Rappel : Architecture en couches Rappel : Architecture en couches Une architecture en couches aide à gérer la complexité : 7 Application 6 Presentation 5 Session Application Les couches hautes dépendent des couches basses 4 Transport

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D TITRE : Les Fonctions de Hachage Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury :.10 minutes Entretien avec le jury :..10 minutes GUIDE

Plus en détail

Problèmes arithmétiques issus de la cryptographie reposant sur les réseaux

Problèmes arithmétiques issus de la cryptographie reposant sur les réseaux Problèmes arithmétiques issus de la cryptographie reposant sur les réseaux Damien Stehlé LIP CNRS/ENSL/INRIA/UCBL/U. Lyon Perpignan, Février 2011 Damien Stehlé Problèmes arithmétiques issus de la cryptographie

Plus en détail

V- Manipulations de nombres en binaire

V- Manipulations de nombres en binaire 1 V- Manipulations de nombres en binaire L ordinateur est constitué de milliards de transistors qui travaillent comme des interrupteurs électriques, soit ouverts soit fermés. Soit la ligne est activée,

Plus en détail

Chapitre 7. Récurrences

Chapitre 7. Récurrences Chapitre 7 Récurrences 333 Plan 1. Introduction 2. Applications 3. Classification des récurrences 4. Résolution de récurrences 5. Résumé et comparaisons Lectures conseillées : I MCS, chapitre 20. I Rosen,

Plus en détail

Mesure de Salinité Réalisation d'un conductimètre

Mesure de Salinité Réalisation d'un conductimètre Kourou Novembre 2010. MANGOTECHNO Mesure de Salinité Réalisation d'un conductimètre Frédéric BOUCHAR (TENUM Toulouse) Version 1.0 Table des matières 1.Introduction...3 2.Qu'est-ce que la salinité?...3

Plus en détail

Le format OpenPGP. Traduit par : Sébastien Person. personseb@yahoo.fr. Matthieu Hautreux. matthieu.hautreux@insa-rouen.fr.

Le format OpenPGP. Traduit par : Sébastien Person. personseb@yahoo.fr. Matthieu Hautreux. matthieu.hautreux@insa-rouen.fr. Le format OpenPGP Traduit par : Sébastien Person personseb@yahoo.fr Matthieu Hautreux matthieu.hautreux@insa-rouen.fr Odile Weyckmans odile.weyckmans@insa-rouen.fr Relu et maintenu par : Yvon Benoist benoist@insa-rouen.fr

Plus en détail

Complexité. Licence Informatique - Semestre 2 - Algorithmique et Programmation

Complexité. Licence Informatique - Semestre 2 - Algorithmique et Programmation Complexité Objectifs des calculs de complexité : - pouvoir prévoir le temps d'exécution d'un algorithme - pouvoir comparer deux algorithmes réalisant le même traitement Exemples : - si on lance le calcul

Plus en détail

Chapitre V : La gestion de la mémoire. Hiérarchie de mémoires Objectifs Méthodes d'allocation Simulation de mémoire virtuelle Le mapping

Chapitre V : La gestion de la mémoire. Hiérarchie de mémoires Objectifs Méthodes d'allocation Simulation de mémoire virtuelle Le mapping Chapitre V : La gestion de la mémoire Hiérarchie de mémoires Objectifs Méthodes d'allocation Simulation de mémoire virtuelle Le mapping Introduction Plusieurs dizaines de processus doivent se partager

Plus en détail

Recherche dans un tableau

Recherche dans un tableau Chapitre 3 Recherche dans un tableau 3.1 Introduction 3.1.1 Tranche On appelle tranche de tableau, la donnée d'un tableau t et de deux indices a et b. On note cette tranche t.(a..b). Exemple 3.1 : 3 6

Plus en détail

Étudiant : Nicolas Favre-Félix IFIPS Info 3. Les One Time Passwords, Mots de passe à usage unique

Étudiant : Nicolas Favre-Félix IFIPS Info 3. Les One Time Passwords, Mots de passe à usage unique Étudiant : Nicolas Favre-Félix IFIPS Info 3 Les One Time Passwords, Mots de passe à usage unique Sommaire Définition d'un système d'authentification par OTP...3 Historique...3 Utilisation actuelle...3

Plus en détail

RapidMiner. Data Mining. 1 Introduction. 2 Prise en main. Master Maths Finances 2010/2011. 1.1 Présentation. 1.2 Ressources

RapidMiner. Data Mining. 1 Introduction. 2 Prise en main. Master Maths Finances 2010/2011. 1.1 Présentation. 1.2 Ressources Master Maths Finances 2010/2011 Data Mining janvier 2011 RapidMiner 1 Introduction 1.1 Présentation RapidMiner est un logiciel open source et gratuit dédié au data mining. Il contient de nombreux outils

Plus en détail

Vers l'ordinateur quantique

Vers l'ordinateur quantique Cours A&G Vers l'ordinateur quantique Données innies On a vu dans les chapîtres précédents qu'un automate permet de représenter de manière nie (et même compacte) une innité de données. En eet, un automate

Plus en détail

Sécurité de l'information

Sécurité de l'information Sécurité de l'information Sylvain Duquesne Université Rennes 1, laboratoire de Mathématiques 24 novembre 2010 Les Rendez-Vous Mathématiques de l'irem S. Duquesne (Université Rennes 1) Sécurité de l'information

Plus en détail

Sauvegarde collaborative entre pairs Ludovic Courtès LAAS-CNRS

Sauvegarde collaborative entre pairs Ludovic Courtès LAAS-CNRS Sauvegarde collaborative entre pairs 1 Sauvegarde collaborative entre pairs Ludovic Courtès LAAS-CNRS Sauvegarde collaborative entre pairs 2 Introduction Pourquoi pair à pair? Utilisation de ressources

Plus en détail

Représentation d un entier en base b

Représentation d un entier en base b Représentation d un entier en base b 13 octobre 2012 1 Prérequis Les bases de la programmation en langage sont supposées avoir été travaillées L écriture en base b d un entier est ainsi défini à partir

Plus en détail

Cours 14. Crypto. 2004, Marc-André Léger

Cours 14. Crypto. 2004, Marc-André Léger Cours 14 Crypto Cryptographie Définition Science du chiffrement Meilleur moyen de protéger une information = la rendre illisible ou incompréhensible Bases Une clé = chaîne de nombres binaires (0 et 1)

Plus en détail

Évaluation et optimisation de requêtes

Évaluation et optimisation de requêtes Évaluation et optimisation de requêtes Serge Abiteboul à partir de tranparents de Philippe Rigaux, Dauphine INRIA Saclay April 3, 2008 Serge (INRIA Saclay) Évaluation et optimisation de requêtes April

Plus en détail

Sommaire Introduction Les bases de la cryptographie Introduction aux concepts d infrastructure à clés publiques Conclusions Références

Sommaire Introduction Les bases de la cryptographie Introduction aux concepts d infrastructure à clés publiques Conclusions Références Sommaire Introduction Les bases de la cryptographie Introduction aux concepts d infrastructure à clés publiques Conclusions Références 2 http://securit.free.fr Introduction aux concepts de PKI Page 1/20

Plus en détail

Contexte. Pour cela, elles doivent être très compliquées, c est-à-dire elles doivent être très différentes des fonctions simples,

Contexte. Pour cela, elles doivent être très compliquées, c est-à-dire elles doivent être très différentes des fonctions simples, Non-linéarité Contexte Pour permettre aux algorithmes de cryptographie d être sûrs, les fonctions booléennes qu ils utilisent ne doivent pas être inversées facilement. Pour cela, elles doivent être très

Plus en détail

Sécurité des applications Retour d'expérience

Sécurité des applications Retour d'expérience HERVÉ SCHAUER CONSULTANTS Cabinet de Consultants en Sécurité Informatique depuis 1989 Spécialisé sur Unix, Windows, TCP/IP et Internet Netfocus Sécurité des applications Retour d'expérience Nicolas Collignon

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

Richard MONTBEYRE Master 2 Professionnel Droit de l Internet Administration Entreprises. La banque en ligne et le protocole TLS : exemple

Richard MONTBEYRE Master 2 Professionnel Droit de l Internet Administration Entreprises. La banque en ligne et le protocole TLS : exemple Richard MONTBEYRE Master 2 Professionnel Droit de l Internet Administration Entreprises La banque en ligne et le protocole TLS : exemple 1 Introduction Définition du protocole TLS Transport Layer Security

Plus en détail

Régression linéaire. Nicolas Turenne INRA nicolas.turenne@jouy.inra.fr

Régression linéaire. Nicolas Turenne INRA nicolas.turenne@jouy.inra.fr Régression linéaire Nicolas Turenne INRA nicolas.turenne@jouy.inra.fr 2005 Plan Régression linéaire simple Régression multiple Compréhension de la sortie de la régression Coefficient de détermination R

Plus en détail

Systemes d'exploitation des ordinateurs

Systemes d'exploitation des ordinateurs ! " #$ % $ &' ( $ plan_ch6_m1 Systemes d'exploitation des ordinateurs Conception de Systèmes de Gestion de la Mémoire Centrale Objectifs 1. Conception de systèmes paginés 2. Conception des systèmes segmentés

Plus en détail

Génie logiciel (Un aperçu)

Génie logiciel (Un aperçu) (Un aperçu) (sommerville 2010) Laurent Pérochon INRA URH 63122 St Genès Champanelle Laurent.perochon@clermont.inra.fr Ensemble d activités conduisant à la production d un logiciel Sur un échantillon de

Plus en détail

D31: Protocoles Cryptographiques

D31: Protocoles Cryptographiques D31: Protocoles Cryptographiques Certificats et échange de clés Nicolas Méloni Master 2: 1er semestre (2014/2015) Nicolas Méloni D31: Protocoles Cryptographiques 1/21 Introduction Protocole Diffie Hellman:

Plus en détail

INF 232: Langages et Automates. Travaux Dirigés. Université Joseph Fourier, Université Grenoble 1 Licence Sciences et Technologies

INF 232: Langages et Automates. Travaux Dirigés. Université Joseph Fourier, Université Grenoble 1 Licence Sciences et Technologies INF 232: Langages et Automates Travaux Dirigés Université Joseph Fourier, Université Grenoble 1 Licence Sciences et Technologies Année Académique 2013-2014 Année Académique 2013-2014 UNIVERSITÉ JOSEPH

Plus en détail

Suivant les langages de programmation, modules plus avancés : modules imbriqués modules paramétrés par des modules (foncteurs)

Suivant les langages de programmation, modules plus avancés : modules imbriqués modules paramétrés par des modules (foncteurs) Modularité Extensions Suivant les langages de programmation, modules plus avancés : modules imbriqués modules paramétrés par des modules (foncteurs) généricité modules de première classe : peuvent être

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

Qu est-ce qu une probabilité?

Qu est-ce qu une probabilité? Chapitre 1 Qu est-ce qu une probabilité? 1 Modéliser une expérience dont on ne peut prédire le résultat 1.1 Ensemble fondamental d une expérience aléatoire Une expérience aléatoire est une expérience dont

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

Les opérations binaires

Les opérations binaires Les opérations binaires Compétences associées A2 : Analyser et interpréter une information numérique Objectifs Etre capable: - De coder les nombres entiers en code complément à 2. - De résoudre les opérations

Plus en détail

Oracles Cryptographiques. Trouver une joke de padding

Oracles Cryptographiques. Trouver une joke de padding Oracles Cryptographiques Trouver une joke de padding Présentation Laurent Desaulniers CISSP, CISA, CISM, OSCP Pastafarian Cryptogeek Conseiller senior en sécurité Gabriel Tremblay B.Ing Logiciel, no lousy

Plus en détail

Authentification de messages et mots de passe

Authentification de messages et mots de passe Sébastien Gambs Autour de l authentification : cours 1 1 et mots de passe Sébastien Gambs sgambs@irisa.fr 1 décembre 2014 Sébastien Gambs Autour de l authentification : cours 1 2 Introduction à l authentification

Plus en détail

TP 2 : Chiffrement par blocs

TP 2 : Chiffrement par blocs USTL - Licence et Master Informatique 2006-2007 Principes et Algorithmes de Cryptographie TP 2 : Chiffrement par blocs Objectifs du TP utiliser openssl pour chiffrer/déchiffrer, étudier le remplissage

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

TECHNIQUES DE CRYPTOGRAPHIE

TECHNIQUES DE CRYPTOGRAPHIE Jonathan BLANC Enseignant : Sandrine JULIA Adrien DE GEORGES Année universitaire 23/24 Licence Informatique TECHNIQUES DE CRYPTOGRAPHIE - - TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 3. TECHNIQUES DE CRYPTOGRAPHIE

Plus en détail

INF2015 Développement de logiciels dans un environnement Agile. Examen intra 20 février 2014 17:30 à 20:30

INF2015 Développement de logiciels dans un environnement Agile. Examen intra 20 février 2014 17:30 à 20:30 Examen intra 20 février 2014 17:30 à 20:30 Nom, prénom : Code permanent : Répondez directement sur le questionnaire. Question #1 5% Quelle influence peut avoir le typage dynamique sur la maintenabilité

Plus en détail

GEA II Introduction aux probabilités Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA II Introduction aux probabilités Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA II Introduction aux probabilités Poly. de révision Lionel Darondeau Table des matières Énoncés 4 Corrigés 10 TD 1. Analyse combinatoire 11 TD 2. Probabilités élémentaires 16 TD 3. Probabilités conditionnelles

Plus en détail

6. Hachage. Accès aux données d'une table avec un temps constant Utilisation d'une fonction pour le calcul d'adresses

6. Hachage. Accès aux données d'une table avec un temps constant Utilisation d'une fonction pour le calcul d'adresses 6. Hachage Accès aux données d'une table avec un temps constant Utilisation d'une fonction pour le calcul d'adresses PLAN Définition Fonctions de Hachage Méthodes de résolution de collisions Estimation

Plus en détail

Exigences d aléa pour la sécurité

Exigences d aléa pour la sécurité RFC 4086 page - 1 - EastLake, Schiller & Crocker Groupe de travail Réseau D. Eastlake III, Motorola Laboratories Request for Comments : 4086 J. Schiller, MIT BCP : 106 S. Crocker RFC rendue obsolète :

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

Entreprises Citoyennes: Sécurité et Risques Industriels. Journées Annuelles du Pétrole. Christiane Muller, Air Liquide. Les Hydrocarbures de l extrême

Entreprises Citoyennes: Sécurité et Risques Industriels. Journées Annuelles du Pétrole. Christiane Muller, Air Liquide. Les Hydrocarbures de l extrême Journées Annuelles du Pétrole Entreprises Citoyennes: Sécurité et Risques Industriels Christiane Muller, Air Liquide Air Liquide en bref Fournisseur de gaz industriels & médicaux et de services associés

Plus en détail

Couples de variables aléatoires discrètes

Couples de variables aléatoires discrètes Couples de variables aléatoires discrètes ECE Lycée Carnot mai Dans ce dernier chapitre de probabilités de l'année, nous allons introduire l'étude de couples de variables aléatoires, c'est-à-dire l'étude

Plus en détail

UEO11 COURS/TD 1. nombres entiers et réels codés en mémoire centrale. Caractères alphabétiques et caractères spéciaux.

UEO11 COURS/TD 1. nombres entiers et réels codés en mémoire centrale. Caractères alphabétiques et caractères spéciaux. UEO11 COURS/TD 1 Contenu du semestre Cours et TDs sont intégrés L objectif de ce cours équivalent a 6h de cours, 10h de TD et 8h de TP est le suivant : - initiation à l algorithmique - notions de bases

Plus en détail

Une introduction aux codes correcteurs quantiques

Une introduction aux codes correcteurs quantiques Une introduction aux codes correcteurs quantiques Jean-Pierre Tillich INRIA Rocquencourt, équipe-projet SECRET 20 mars 2008 1/38 De quoi est-il question ici? Code quantique : il est possible de corriger

Plus en détail

Définitions. Numéro à préciser. (Durée : )

Définitions. Numéro à préciser. (Durée : ) Numéro à préciser (Durée : ) On étudie dans ce problème l ordre lexicographique pour les mots sur un alphabet fini et plusieurs constructions des cycles de De Bruijn. Les trois parties sont largement indépendantes.

Plus en détail

Attaques Wi-Fi WPA. Séparer le bon grain de l ivraie dans le buzz ambiant. Cédric Blancher. sid@rstack.org Rstack Team http://sid.rstack.

Attaques Wi-Fi WPA. Séparer le bon grain de l ivraie dans le buzz ambiant. Cédric Blancher. sid@rstack.org Rstack Team http://sid.rstack. Attaques Wi-Fi WPA Cédric Blancher 1/31 Attaques Wi-Fi WPA Séparer le bon grain de l ivraie dans le buzz ambiant Cédric Blancher cedric.blancher@eads.net Computer Security Research Lab EADS Innovation

Plus en détail

LES NOMBRES DECIMAUX. I. Les programmes

LES NOMBRES DECIMAUX. I. Les programmes LES NOMBRES DECIMAUX I. Les programmes Au cycle des approfondissements (Cours Moyen), une toute première approche des fractions est entreprise, dans le but d aider à la compréhension des nombres décimaux.

Plus en détail

Pourquoi l apprentissage?

Pourquoi l apprentissage? Pourquoi l apprentissage? Les SE sont basés sur la possibilité d extraire la connaissance d un expert sous forme de règles. Dépend fortement de la capacité à extraire et formaliser ces connaissances. Apprentissage

Plus en détail

WiFI Sécurité et nouvelles normes

WiFI Sécurité et nouvelles normes WiFI Sécurité et nouvelles normes FRNOG 25 septembre 2003 cleclerc@xpconseil.com Agenda DEVOTEAM Group La soupe à l alphabet et acronymes du 802.11 Normes Les services securité WEP, EAP, TKIP Exploitation

Plus en détail

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Régis Boulet Charlie Demené Alexis Guyot Balthazar Neveu Guillaume Tartavel Sommaire Sommaire... 1 Structure

Plus en détail

A. Sécuriser les informations sensibles contre la disparition

A. Sécuriser les informations sensibles contre la disparition Compétence D1.2 II - : Sécuriser son espace de travail local et distant II Sécuriser les informations sensibles contre la disparition 23 Assurer la protection contre les virus 24 A. Sécuriser les informations

Plus en détail

Ordonnancement. N: nains de jardin. X: peinture extérieure. E: électricité T: toit. M: murs. F: fondations CHAPTER 1

Ordonnancement. N: nains de jardin. X: peinture extérieure. E: électricité T: toit. M: murs. F: fondations CHAPTER 1 CHAPTER 1 Ordonnancement 1.1. Étude de cas Ordonnancement de tâches avec contraintes de précédences 1.1.1. Exemple : construction d'une maison. Exercice. On veut construire une maison, ce qui consiste

Plus en détail

La face cachée de la signature électronique

La face cachée de la signature électronique La face cachée de la signature électronique Analyse effectuée par Lucien PAULIAC Président de l'association Preuve & Archivage La signature électronique 1 fut intégrée dans le droit français le 13 mars

Plus en détail

Calcul de développements de Puiseux et application au calcul du groupe de monodromie d'une courbe algébrique plane

Calcul de développements de Puiseux et application au calcul du groupe de monodromie d'une courbe algébrique plane Calcul de développements de Puiseux et application au calcul du groupe de monodromie d'une courbe algébrique plane Poteaux Adrien XLIM-DMI, UMR-CNRS 6172 Université de Limoges Soutenance de thèse 15 octobre

Plus en détail

Livre blanc. Sécuriser les échanges

Livre blanc. Sécuriser les échanges Livre blanc d information Sécuriser les échanges par emails Octobre 2013 www.bssi.fr @BSSI_Conseil «Sécuriser les échanges d information par emails» Par David Isal Consultant en Sécurité des Systèmes d

Plus en détail

0x700. Cryptologie. 2012 Pearson France Techniques de hacking, 2e éd. Jon Erickson

0x700. Cryptologie. 2012 Pearson France Techniques de hacking, 2e éd. Jon Erickson 0x700 Cryptologie La cryptologie est une science qui englobe la cryptographie et la cryptanalyse. La cryptographie sous-tend le processus de communication secrète à l aide de codes. La cryptanalyse correspond

Plus en détail

Nombre de marches Nombre de facons de les monter 3 3 11 144 4 5 12 233 5 8 13 377 6 13 14 610 7 21 15 987 8 34 16 1597 9 55 17 2584 10 89

Nombre de marches Nombre de facons de les monter 3 3 11 144 4 5 12 233 5 8 13 377 6 13 14 610 7 21 15 987 8 34 16 1597 9 55 17 2584 10 89 Soit un escalier à n marches. On note u_n le nombre de façons de monter ces n marches. Par exemple d'après l'énoncé, u_3=3. Pour monter n marches, il faut d'abord monter la première. Soit on la monte seule,

Plus en détail

Protocoles d`authentification. Refik Molva et Yves Roudier. Institut EURECOM, BP 193 Sophia Antipolis Cedex - France

Protocoles d`authentification. Refik Molva et Yves Roudier. Institut EURECOM, BP 193 Sophia Antipolis Cedex - France Protocoles d`authentification Refik Molva et Yves Roudier Institut EURECOM, BP 193 Sophia Antipolis Cedex - France {refik.molva@eurecom.fr, yves.roudier@eurecom.fr} Résumé : cet article décrit les techniques

Plus en détail

L'écoute des conversations VoIP

L'écoute des conversations VoIP L'écoute des conversations VoIP Marc-André Meloche (OSCP, C EH, Security+) et Eric Gingras 5 à 7 Technique 21 Septembre 2010 Gardien Virtuel Entreprise de services-conseils spécialisée dans la sécurité

Plus en détail

Sécurité des réseaux wifi. CREIX Kevin GIOVARESCO Julien

Sécurité des réseaux wifi. CREIX Kevin GIOVARESCO Julien Sécurité des réseaux wifi Sécurité des réseaux wifi CREIX Kevin GIOVARESCO Julien Sécurité des réseaux wifi Introduction Introduction Wi-Fi = Wireless Fidelity (gage d'intéropérabilité) 1997 -> norme 802.11

Plus en détail

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION NO-BREAK KS Système UPS dynamique PRÉSENTATION Table des matières Chapitre 1 : Description du système No-Break KS...3 Chapitre 2 : Fonctionnement lorsque le réseau est présent...4 Chapitre 3 : Fonctionnement

Plus en détail

Utilitaires méconnus de StrataFrame

Utilitaires méconnus de StrataFrame Utilitaires méconnus de StrataFrame Voici quelques classes d utilitaires, parmi ceux qui se trouvent dans le NameSpace MicroFour.StrataFrame.Tools. Cette liste n est pas exhaustive, et les regroupements

Plus en détail

Une protection antivirus pour des applications destinées aux dispositifs médicaux

Une protection antivirus pour des applications destinées aux dispositifs médicaux Une protection antivirus pour des applications destinées aux dispositifs médicaux ID de nexus est idéale pour les environnements cliniques où la qualité et la sécurité des patients sont essentielles. Les

Plus en détail

Web : Stockage de mot de passe LOG619 Automne 2011 Olivier Bilodeau

Web : Stockage de mot de passe LOG619 Automne 2011 Olivier Bilodeau Web : Stockage de mot de passe LOG619 Automne 2011 Olivier Bilodeau 1 Plan Historique du Web Problème du stockage de mots de passe La menace Le craquage de mots de passes Évolution d'une solution et ses

Plus en détail

TP 1 : 1 Calculs en binaire, octal et hexadécimal

TP 1 : 1 Calculs en binaire, octal et hexadécimal Univ. Lille 1 - Licence Informatique 2ème année 2013-14 Objectifs du TP Ce TP a pour but Codage de l'information TP 1 : 1. de découvrir quelques opérations logiques sur les nombres 2. et quelques formats

Plus en détail

Support Agile avec Kanban quelques trucs et astuces par Tomas Björkholm

Support Agile avec Kanban quelques trucs et astuces par Tomas Björkholm Support Agile avec Kanban quelques trucs et astuces par Tomas Björkholm Avant-propos Il y a un an, j'ai animé un atelier au Scrum Gathering de Stockholm sur le Support Agile. Depuis, j'ai reçu plusieurs

Plus en détail

Phase ERP : Usages et effets. Problématiques technique et organisationnelle de la phase d'exploitation de l'erp

Phase ERP : Usages et effets. Problématiques technique et organisationnelle de la phase d'exploitation de l'erp Phase ERP : Usages et effets Problématiques technique et organisationnelle de la phase d'exploitation de l'erp Dominique Chabord Ingénieur Directeur de SISalp Conseil sur le logiciel libre OpenERP dominique.chabord@sisalp.org

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

Atelier C TIA Portal CTIA04 : Programmation des automates S7-300 Opérations numériques

Atelier C TIA Portal CTIA04 : Programmation des automates S7-300 Opérations numériques Atelier C TIA Portal CTIA04 : Programmation des automates S7-300 Opérations numériques CTIA04 Page 1 1. Les types de données sous S7 300 Il existe plusieurs types de données utilisées pour la programmation

Plus en détail

Partie 7 : Gestion de la mémoire

Partie 7 : Gestion de la mémoire INF3600+INF2610 Automne 2006 Partie 7 : Gestion de la mémoire Exercice 1 : Considérez un système disposant de 16 MO de mémoire physique réservée aux processus utilisateur. La mémoire est composée de cases

Plus en détail

MATHÉMATIQUES DISCRÈTES (4) CRYPTOGRAPHIE CLASSIQUE

MATHÉMATIQUES DISCRÈTES (4) CRYPTOGRAPHIE CLASSIQUE MATHÉMATIQUES DISCRÈTES (4) CRYPTOGRAPHIE CLASSIQUE Michel Rigo http://www.discmath.ulg.ac.be/ Année 2007 2008 CRYPTOGRAPHIE. N. F. Art d écrire en chiffres ou d une façon secrète quelconque. Ensemble

Plus en détail

1 Recherche en table par balayage

1 Recherche en table par balayage 1 Recherche en table par balayage 1.1 Problème de la recherche en table Une table désigne une liste ou un tableau d éléments. Le problème de la recherche en table est celui de la recherche d un élément

Plus en détail

Manuel de configuration du Wi-Fi

Manuel de configuration du Wi-Fi Manuel de configuration du Wi-Fi uu Introduction Il existe deux modes LAN sans fil : le mode infrastructure pour la coexion via un point d'accès et le mode ad hoc pour établir une coexion directe avec

Plus en détail

Travail d intérêt personnel encadré : La cryptographie

Travail d intérêt personnel encadré : La cryptographie DÉCAMPS Régis & JUÈS Thomas 110101 111011 111001 111100 100011 001111 001110 110111 111011 111111 011111.......... 011111 110101 110100 011110 001111 000110 101111 010100 011011 100110 101111 010110 101010

Plus en détail

7 ingrédients pour personnaliser l expérience client et booster votre chiffre d affaires en seulement 5 semaines

7 ingrédients pour personnaliser l expérience client et booster votre chiffre d affaires en seulement 5 semaines 7 ingrédients pour personnaliser l expérience client et booster votre chiffre d affaires en seulement 5 semaines 24 S e p t e m b r e 2014 @Emarsys_France #ECP14 23 > 25 SEPTEMBRE 2014 I PARIS I PORTE

Plus en détail

Diagramme de classes

Diagramme de classes Diagramme de classes Un diagramme de classes décrit les classes et leurs relations (associations, généralisation/spécialisation, ). classe association méthodes attributs héritage Diagramme de classes :

Plus en détail

Sommaire. Introduction.2. 1. Définition..2. 2. Historique.2. 3. Domaine d application.2. 4.Les Travaux réalisés sur les domaines d application.

Sommaire. Introduction.2. 1. Définition..2. 2. Historique.2. 3. Domaine d application.2. 4.Les Travaux réalisés sur les domaines d application. Sommaire Introduction.2 1. Définition..2 2. Historique.2 3. Domaine d application.2 4.Les Travaux réalisés sur les domaines d application.3 5.Algorithme 4 6.Exemple d application 5 7. Avantage et inconvénient..6

Plus en détail

Modes opératoires pour le chiffrement symétrique

Modes opératoires pour le chiffrement symétrique Modes opératoires pour le chiffrement symétrique Charles Bouillaguet 5 février 2015 1 Notion(s) de sécurité On a vu qu un mécanisme de chiffrement symétrique E est contistué de deux algorithmes : E : {0,

Plus en détail

TRUECRYPT SUR CLEF USB ( Par Sébastien Maisse 09/12/2007 )

TRUECRYPT SUR CLEF USB ( Par Sébastien Maisse 09/12/2007 ) TRUECRYPT SUR CLEF USB ( Par Sébastien Maisse 09/12/2007 ) Voici un petit document concernant d'un espace crypté sur une clef usb en utilisant le logiciel TRUECRYPT. Ce dernier est gratuit et disponible

Plus en détail

inviu routes Installation et création d'un ENAiKOON ID

inviu routes Installation et création d'un ENAiKOON ID inviu routes Installation et création d'un ENAiKOON ID Table des matières inviu routes...1 1 L installation...1 2 Lancer l application...1 3 L assistant d installation d inviu routes...2 3.1 Se connecter

Plus en détail

Mathématiques financières

Mathématiques financières Ecole Nationale de Commerce et de Gestion de Kénitra Mathématiques financières Enseignant: Mr. Bouasabah Mohammed ) بوعصابة محمد ( ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION -KENITRA- Année universitaire:

Plus en détail

Nouveau Barème W.B.F. de points de victoire 4 à 48 donnes

Nouveau Barème W.B.F. de points de victoire 4 à 48 donnes Nouveau Barème W.B.F. de points de victoire 4 à 48 donnes Pages 4 à 48 barèmes 4 à 48 donnes Condensé en une page: Page 2 barèmes 4 à 32 ( nombre pair de donnes ) Page 3 Tous les autres barèmes ( PV de

Plus en détail

Cahier des charges. driver WIFI pour chipset Ralink RT2571W. sur hardware ARM7

Cahier des charges. driver WIFI pour chipset Ralink RT2571W. sur hardware ARM7 Cahier des charges driver WIFI pour chipset Ralink RT2571W sur hardware ARM7 RevA 13/03/2006 Création du document Sylvain Huet RevB 16/03/2006 Fusion des fonctions ARP et IP. SH Modification des milestones

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail